Skip to main content

Full text of "Rapport national - Grandes cultures - Maladies du colza - 1994"

See other formats


Ministère de l'Agriculture et de la Pêche 
Service de la protection des végétaux 








.■s!.'* 




Rapport national 1994 

L.Souliac 

S.R.P.V Ile de France 




SOMMAIRE 


I I 


1. QUELQUES STATISTIQUES 

* Evolution des surfaces et de la production de 1973 à 1993 

* Carte de répartition des surfaces en France 

2. EVOLUTION DES MALADIES 

Tableaux synthétiques par maladie et par région 

3. TRAVAUX DE MODELISATION SCLEROTINIA 

* Lessivage des pétales en fonction des pluies 

* Chute pétales : répartition entre le sol et les feuilles 

4. ESSAIS DE MISE AU POINT DE METHODE DE LUTTE 

* Stratégie d'encadrement de la floraisondans la lutte combinée 
sclerotinia-altemaria 

- Essai de Franche-Comté 

- Essai de Bourgogne 
“ Essai de Lorraine 

* Protocole d'étude de la résistance BMC-sclerotinia 

5. ESSAIS D'HOMOLOGATION 


* 3 essais sclerotinia 

* 1 essai pseudocercosporella 

* tableau comparatif des efficacités, synthèse pluriannuelle 



surfaces e^ rendements de graines oléagineuses 


I ; .. ■. . .y ■. -• • • >• 


f niie I 973 --ÇO, lo oléagineuse française a plus que quintuplé, ollcignonl presque 2 millions d'he-^tofc. 

O', depuis 19-2, les s:r-::os no cessent de diminuer M9% entre 1991 et 1992 cl -14% entre 1992 cl 1993^ 
cniioirsorsi c-e; ; ssos i,-r,-:ianios pour la production de graines oléagineuses : -0% en 1 992 et -1 6% en 1993 

Celle roduct " e: ' la cv'.équcnce de la mise ers ploce, dès 1 992, d'un nouveou réglenscnt communt)uia''e pOv • 
les oléogmov ■ 

I « 

1000 ha 
:x) 

i:vokiiïon 

dos surfaces coises Eoo 
de groincs * •: 'cusos 

«O 
à Xi 

:oo 

0 

I9ii 19flô 1907 1908 1909 1990 1991 199? 199; 



FRANCE • Pr^uction, 


A 

t • • ..’.OfS C': 
lo producliC". 
de g-.sii'cs . 


Er. 1000 T, 



'«rj IMI I90û 1987 1988 198« 1990 199' 199.’ 


Colza alimentaire : carte de répartition des surfaces en i 993 






FRANCE • ImplqntaHon des unités de trituration 


soiAjtAna 

(S'*») 


COMtXOll0.w*l, 


/COMEICH 


«068E (Comiji*gn«|- 

^ - 



Source : SOflPHOTEOl 


Carte de répartition des aides compensatoires à l’hectare 


eooA 

lOutNESOt 

SOM 

«Z/V9 

9^/94 

PfâvEioite Oéliniril 

ZONE 1 i ~| 

4 020E 

9Z9<< ]]«IF 

zonezEZI) 

3 36i r 

9 4S7F 3 191F 

ZONE ] Hi 

74}ir 

};i6F 7 4112 F 

ZONE I 

So|a %%< 

%Aia atfiALi^ 

2 9761 7 4>Zit 

i 37Û / J AtA f 



(plalo^ • il 000 l«| 




Pi:^6Ai«COr4 !*>'« t« s 
1 3ê •-g-^ 



























t 


EVOLUTION DES MALADIES 

ET 

INCIDENCE SUR LE RENDEMENT 



MILDIOU 


I 

I 

I 

I 


REGION 

EVOLUTION 

1 

INCIDENCE 

SUR 

RENDEMENT 

CENTRE 

Fréquent à l'automne sur semis précoce 

aucune 

HTE-NORMANDIE 

Absent 

aucune 

CHAMPAGNE-ARD. 

Absent 

aucune 

BASSE-NORMANDIE 

Courte attaque au stade B, intensité faible limitée aux feuilles basses. 

aucune 

LORRAINE 

Quelques parcelles touchées au niveau des cotylédons. 

aucune 

BOURGOGNE 

Quelques taches début automne 

aucune 

PAYS DE LOIRE 

Arrivée mi-tardive début novembre, pression faible 

aucune 

porrou- 

CHARENTES 

Quasi-absent 

aucune 

ALSACE 

Pas de suivi 

- 

FRANCHE-COMTE 

Faible présence 

aucune 

ILE DE FRANCE 

Arrivée le 20 octobre, intensité limitée aux feuilles basses. Réapparition 

en mai sur feuilles moyennes. 

aucune 



































PHOMA 


C'est maladie la plus marquante de la campagne 


REGION 

EVOLUTION 

CENTRE 

Les conditions de végétation ont longtemps maintenu les colzas en 
croissance lente à des stades jeunes.La présence de macules était 
fréquemment observée sur feuillage dès le début octobre et jusqu'à la 
reprise. A partir de fin mars, l'importance des nécroses au collet est 
apparue puis s'est confirmée avec une casse des tiges de plus en plus 
importante lors des périodes de vent. Euro! et Bristol sont les plus 

affectées. 

HTE-NORMANDIE 

Attaques importantes et très localisées 

CHAMPAGNE-ARD. 

Présent sur feuilles basses et collets fin mars .Sans évolution 

BASSE-NORMANDIE 

Apparition dans l'Orne dès la mi-octobre ( stade 3-5 feuilles ), forte 
présence dans le Perche. Apparition d'intensité plus faible dans le Perche 
et la Manche à la mi-novembre. Régression en janvier dans l'Orne avec 
la neige et le gel. Extension à l’ensemble de la région à la reprise de 
végétation. Présence continuelle jusqu’en fin de cycle. 

LORRAINE 

Macules observées à l'automne. Toujours présent en association avec du 
Verticillium sur pieds secs.Pas de nécrosa observées. 

BOURGOGNT 

Les difficultés à la levée ont favorisé l'installation du phoma. Sur 
variétés sensibles, d'importantes nécroses au collet ont occasionné des 
verses précoces graves au printemps. Cest la plus grosse attaque depuis 

Sans. 

PAYS DE LOIRE 

Conditions météo favorables en automne, symptômes observés au 1/11. 
Présence tout au long du cycle. 

POITOU- 

CHARENTES 

Très grosse attaque ( périodes favorables aux contaminations avec 200 
mm d’eau sur octobre et novembre). 

ALSACE 

Non suivi 

FRANCHE-COMTE 

Nécroses au collet sur Bristol et Eurol ayant occasionné de la verse à la 

floraison. 

ILE DE FRANCE 

Août et septembre ont été marqué par d’imponantes contaminations 
suite aux conditions météo favorables. Les nécroses du collet se sont 

exprimés à la mi- avril 


INCIDENCE SUR 
RENDEMENT 


Difficile à évaluer 


Rendemen: quasi-nul dans 
les parcelles attaquées. 


Pas G'-.ncidence 


Non orécisé 


Pas d‘ ncidence. 


Quelques parcelles on: ? cr: 
des pertes avec dispannen 
allant de 1^0 50 % des pieds. 


Perte de pieds non 
négligeable. Incidence sc: le 
rendemen: non mesurée. 


Perte de 10 c 20 quin:^ 



Pas de problèn^e réel en :'.n 
de ca~oagne. 


Verses de rieds dans 
l'Ess-mne. 































I llllll 

I 

I 


CYLINDROSPORIOSE 


REGION 

1 t 

• • 

EVOLUTION 

1 

1 

INCIDENCE 

SUR 

RENDEMENT 

CENTRE 

Limitée à de rares cas ponctuels , la maladie est restée très discrète. i 

Aucune 

HTE-NORMANDIE 

Nombreuses attaques sur l’ensemble de la région.Peu d'évolution car la 
maladie a été traitée dès les premiers symptômes. 

Aucune 

CPIAMPAGNE-ARD. 

Absente 

Aucune 

BASSE-NORMANDIE | 

Quelques symptômes détectées à la mi-avril ( floraison ) à l'ouest de la 
région. Véritable apparition début juin sur siliques ( Calvados et Manche) 
Présence notable dans l'Orne fin juin, forte présence dans le Calvados 
(nord et ouest ) et Manche. 

Non précisé 

LORRAINE 

Absente 

Nulle 

BOURGOGNE 

Absente 

Nulle 

PAYS DE LOIRE 

Absente 

Nulle 

POITOU- 

CHARENTES 

Absente 

Nulle 

ALSACE 

Non suivi 

- 

FRANCHE-COMTE 

Quelques traces mi-avril sans évolution. 

Nulle 

ILE DE FRANCE 

Absente 

Nulle 





































PSEUDOCERCOSPORELLA 


REGION 

EVOLUTION 

INCIDENCE 

SUR 

RENDEMENT 

CENTRE 

Maladie la plus observée de la mi-mars à la mi-avril, montée sur les 
étagesfoliaires moyens. Disparition après les traitements de floraison. 

aucune 

HTE-NORMANDIE 

Maladie inexistante 

aucune 

CHAMPAGNE-ARD. 

Signalée dès le mois de mars, des traitements précoces avant floraison ont 
été pratiqués dans l’Aube. Pas d'évolution à partir du 20-04. 

Très faible 

BASSE-NORMANDIE 

Apparition en mars à l'ouest du Calvados. Présence sur feuilles basses de 
mars à mai sur l'ensemble de la région; sur feuillage et siliques début juin 
surtout à l'ouest, sur siliques dès mi-juin principalement à l'ouest du 
Calvados, Manche, Perche Ornais. 

Non précisé 

LORRAINE 

Des attaques importantes ont eu lieu en reprise de végétation surtout sur 
variétés précoces. C'est la première fois que cette maladie est présente en 
Lorraine. Pas de montée sur feuilles hautes. 

Aucune 

BOURGOGNE 

Présence de quelques taches à l’automne puis l’inoculum s'est multiplié 
pendant l'hiver et de mars à avril l'état sanitaire était préoccupant avec 
de nombreuses taches sur feuilles basses à moyennes (essentiellement sur 
Goêlant ; quelques parcelles ont été traitées ). La maladie ensuite n'a 
pas évolué sur feuilles hautes même en parcelles non protégées. 

Aucune 

PAYS DE LOIRE 

Arrivée précoce au 15/03. Peu développé. 

Aucune 

POITOU- 

CHARENTES 

Le ^udo a fait illusion sur feuilles en mars et avril. Les passages sur 
siliques ont été rares et peu intenses. 

Aucune 

ALSACE 

Non suivi 

- 

FRANCHE-COMTE 

Présence à l'automne mais sans inquiétude. Démarrage début avrilavec 
présence marquée sur feuilles basses à moyennes sur Goéland , un peu 
moins sur Eurol. La forte baisse des températures jusqu'à mi-avril a 
bloqué la maladie qui n'a pas progressé par la suite. 

Aucune 

DLE DE FRANCE 

Premiers symptômes à la reprise de végétation, montée sur feuilles 
moyennes jusqu'au stade E puis disparition. 

Aucune 


On trouvera sur la page suivante les contaminations sur siliques prévues par le modèle pseudo en 

Poitou-Charentes. 









































I 


SCLEROTINIA 


REGION 

EVOLUTION 

INCIDENCE 

SUR 

RENDEMENT 

CENTRE 

Bien maîtrisé cette année. Quelques symptômes d'attaques tardives 
rencontrés sur ramifications secondaires. 

Niveau d'attaque 
faible 

HTE-NORMANDIE 

Non rencontré 

Aucune 

CHAMPAGNE-ARD. 

Faibles attaques 

Faible 

BASSE-NORMANDIE 

1 

1 

1 

Apparition sur feuilles à la mi-mai au Nord -Ouest de la région, 

' progressant vers le sud. Présent notablement à la mi-juin et gagnant les 
tiges en provoquant un jaunissement précoce des pieds au nord du 

Calvados. 

Non précisé 

LORRAINE 

Attaque très variable d'une parcelle à l’autre. 

Dégâts importants en 
cas de forte attaque. 

BOLTIGOGNE 

1 

Pression relativement faible cette année : 50% de pieds touchés en 
parcelles à haut risque et 6 à 10 % ailleurs. La floraison a commencé 
début avril dans certaines parcelles précoces et les apothécies étaient déjà 
présentes.Les températures faibles de la première quinzaine d'avril ont 

bloqué la floraison et les contaminations. ! 

Peu d'incidence 

PAYS DE LOIRE 

Conditions météo très favorables. 

Peu d'incidence 

porrou- 

CHARENTES 

Malgré la longueur de la floraison ( six semaines ), il n'y apas eu de 
périodes favorables au sclerotinia. 

Aucune 

ALSACE 

Non suivi 

- 

FRANCHE-COMTE 

Premières apothécies notées le 28/03 en parcelle à risque. Symptômes 
sur feuilles observés le 10-05. Pression de maladie faible en parcelles à 
faible risque ( 1 à 5 % de tiges touchées ). 

4 qx pour une parcelle 
à 27 % de tiges 
attaquées et 7,8 qx 
pour 47 % de tiges 
attaquées. 

DLE DE FRANCE 

Pression moyenne dans les parcelles à haut risque, faible ailleurs. 

Variable suivant 
importance des 
attaques 




































I 


I 

I 


ALTERNARIA 


REGION 

, ^ 1 

! EVOLUTION 

1 

INCIDENCE 

SUR 

RENDEMENT 

CENTRE 

Absente 

Aucune 

HTE-NORMANDIE 

Absente 

Aucune 

CHAMPAGNE-ARD. 

Faible, le temps chaud et sec de fin juin et juillet a bloqué sa progression 

Aucune 

BASSE-NORMANDIE ' 

1 

1 

Apparition des premiers symptômes début juin au nord ouest de la région 
s'y confortant par la suite. Fin juin présence toujours d'intensité faible 
( petits foyers dans les parcelles ) mais étendue à l'ensemble de la région 

sur tiges et siliques. 

Faible 

LORRAINE 

Peu d'attaque sauf dans les secteurs habituellement touchés ou grêlés 

Faible 

BOURGOGNE 

Dans quelques sites, l'altemaria est montée sur siliques tardivement à la 

faveur des orages de fin juin. 

Aucune 

PAYS DE LOIRE 

Apparition tardive au 25-05 sans évolution. 

Aucune 

POITOU- 

CHARENTES 

Quasi -absente 

Aucune 

ALSACE 

Non suivi 

- 

FRANCHE-COMTE 

Absence malgré orages de mai et juin. ‘ 

Aucune 

ILE DE FRANCE 

Apparition tardive et très limitée. 

Aucune 


BOTRYTIS 


Seules Champagne-Ardennes et Franche-Comté signalent quelques traces de Botrytis sur hampes. 































TRAVAUX DE MODELISATION 
DU SCLEROTINIA 



MODELISATION DES EPIDEMIES 
DE SCLEROTINIA 


O.Avertissement 


Les informatioas qui suivent ne sont pas à diffuser, elles doivent restées confidentielles 
jusqu'à l’aboutissement des travaux. 


1. Objectifs 

En 1992, nous avons construit un diagramme de Forester avec M.Larguier à partir de données 
bibliographiques et à partir de nos travaux menés depuis une dizaine d’années. Nous nous sommes 
orientés sur un modèle à 10 compartiments. Nous avons pû mettre en évidence les secteurs non 
renseignés . Ainsi en 1993, nous avons travaillé la quantité de spores projetées et étudié la durée 
de vie d’un pétale accroché à la fleur. 

En 1994, nous avons souhaité approfondir le lessivage des pétales et la répartition spatiale entre le 
feuillage et et le sol , des pétales qui tombent. 


2.Lessivage des pétales 

21. MATERIELS ET METHODES 

On sélectionne un groupe de 5 plantes qui portent déjà de nombreux pétales sur feuilles. On coupe 
les hampes florales de ces pieds ainsi que celles des plantes voisines. On dénombre les pétales sur 
feuilles avant et après arrosage en repérant les feuilles choisies avec un brin de laine. 

On fait varier la quantité d'eau apportée et l'intensité d’arrosage en utilisant une station de 
brumisation. 

Deux régions ont participé à cette action: Ile de France et Lorraine. 



22.RESULTATS 


221. Ile de France i 

On a fait varier l'intensité d'arrosage en utilisant 4 ou 2 brumiseurs par petites parcelles, on 
obtient donc 5 mm de pluie en 5 minutes ou en 12 minutes. 

Un pluviomètre est placé dans la végétation. 


* manipulation avec 4 brumiseurs: 









11 

32 

1.5 

0 

16 

38 

3 

7 

21.5 

44 

6.8 

2 

26.5 

aberrant 

9 

7 

36.5 

47 

11 

2 

41.5 

54 

14 

21 


^manipulation avec 2 brumiseurs 





m'm pluie •- 

%‘|ljressLva^^^r 

- ' V.mm pluie-*-, :r' ■ ' 

de lé^îVage 

4.5 

15.6 

2 

aberrant 

13 

29.8 

4 

10.2 

18 

45.6 

6 

9.3 

23 

34 

8 

13 

28 

47 

10 

21.4 

33 

42 

12 

33.8 


La régression linéaire où on utilise seulement la variable mm de pluie donne un coefficient de 
détermination de 0.73 avec pour équation: 

% lessivage = 6.05 + 1,29 mm pluie 

La régression avec les deux variables mm de pluie et nombre de mm tombés par minute donne un 
coefficient de détermination de 0.73 également, avec pour équation : 

% lessivage = 4.86 + 1.28 mm pluie + 1,41 nb mm tombés par minute. 

Deux hypothèses sont possibles: * l'intensité de la pluie ne joue pas 

* les régimes de pluie testés ne sont pas assez différents. 

Dans une première approximation, on se contentera de la première régression. 

















































222.Lx)rraine 


Des asperseurs soiiumontés sur la station de brumisation, ils arrosent 5 mm en 15 
minutes. Pour des problèmes de réserve en eau, la manipulation n'a pu être poursuivie 
après 15 mm d'arrosage. 


•,îhm pluie ^ , 

% de lessivage 

5 

32.3 

10 

44.9 

15 

60.1 


La régression linéaire multiple avec l'ensemble des données d'Ile de France et de Lorraine 
donne un coefficient de détermination de 0.62 en entrant les deux variables explicatives ( 
mm pluie et nb mm tombés par minute ), ce qui est moins satisfaisant que ce que l'on a 
obtenu précédemment. 

Le lessivage semble plus rapide avec les asperseurs qui fractionnent l'eau en plus grosses 
gouttes. 

Comment rentrer cela dans une équation ?( à voir avec D.Jacquin ). 


3. Répartition spatiale des pétales tombés 

31. MATERIELS ET METHODES 

On sélectionne un groupe de plantes en début floraison. On enlève les hampes florales de toutes 
les plantes alentour sur un assez grand rayon afin que les pétales que l'on trouvera sur les feuilles 
des plantes sélectionnées soient bien issues de ces dernières. On laisse sur les plantes 
sélectionnées un nombre connu de fleurs à peine écloses et on nettoie les feuilles afin d'ôter tous 
les pétales déjà tombés. 

On attend une semaine et on compte alors le nombre de pétales encore en place sur hampes et 
ceux tombés sur feuilles. 

On a : 

Pétales hampe à t = pétales hampe ( l+7 ) + pétales feuilles ( t+7 ) + pétales sol ( i+7 ) 
donc 

% Pétales tombés sur feuilles = Pétales feuLUCvS/ ( Pétales hampe t - Pétales hampes t + 7) 

Trois régions ont participé à celte opération: Ile de France, Lorraine, Franche-Comté. 

Ce travail entraîne la destruction de nombreuses hampes florales. 




32. RESULTATS 


Région 

' ‘ Date 

Nb pétales 
observés 

% pélales 

sur feuilles 

■ 

• 

Arrivée de^Ia 
•c pluie aii^’ 

Somme pluie 
pendant 
l'observation 

De de france 

19/04-25/04 

iOO 

26.3 

7 ème jour 

2 

De de france 

24/04-29/04 

902 

14 

1er jour 

3.5 

De de france 

03/05-09/05 

896 

20.9 

5 ème jour 

11.5 

Lorraine 

02/05-08/05 

100 

5.8 

2 ème jour 

37 

Lorraine 

09/05-16/05 

100 

18.8 


3.5 

Lorraine 

17/05-23/05 

100 

7.6 


0 

Franche- Comté 

18/04-25/04 

1596 

34.9 

4 ème jour 

16.4 

Franche- Comté 

25/04-02/05 


13 

aussitôt 

4.6 

Franche- Comté 

02/05-09/05 

1446 

8.9 

2 ème jour 

29.7 

Franche- Comté 

09/05-16/05 

2000 

11.4 

2 ème jour 

7.2 


On ne peut trouver de relation directe entre la proportion de pétales tombés sur feuilles et la 
quantité de pluie ou même la quantité de pluie divisée par le nombre de jours de pluie. 

En moyenne sur 10 séries, la proportion de pétales qui tombent sur feuilles par rapport à ceux qui 
tombent sur le sol est de 16 Cette valeur oscille entre 6 et 35 %. 


4. Conclusion 


Tous ces éléments vont être intégrés dans le modèle développé par D. Jacquin, pour le moment en 
possession de L.SOULIAC et D.JACQUIN. Nous devons encore approfondir les aspects : 

* quantité de pétales potentiel en fonction de la variété ( auprès des obtenteurs ) 
taux de spores polluantes ( pas simple à concevoir ) 

* taux de survie des spores pour des températures < 10* ou > 15“ ( manip de labo ) 

Nous aurons besoin de toutes les bonnes volontés pour valider ce modèle sachant que l'ensemble 
des données suivantes devront être renseignées au moins sur une année: 

- nb de sclérotes par ra2 

- nb pieds par m2 

- variété 

- date stade Fl 

- date stade G 1 

- % tiges attaquées 

- % pollution des pétales à 2 ou 3 dates ( manip de labo bien connue... ) 

- % de contamination des feuilles (idem ci-dessus ) 


























































ESSAIS DE MISE AU POINT 

DE 

METHODE DE LUTTE 



STATEGIE DE LUTTE CONTRE LE SCLEROTINIA et 
L'ALTERNARIA DU COLZA 


Ces essais ne sont pas menés à l'initiative du rapporteur mais correspondent à un besoin régional où les 
coopératives poussent les agriculteurs à faire deux traitements en encadrant la floraison. 


1. ESSAI DE FRANCHE-COMTE 


Objectif 


Comparer diverses stratégies de lutte contre le sclerotinia et ralternaria. . 


Commentaires Généraux sur le Déroulement de rEssai 

- Premières apothécies observées le 28 Mars dans la parcelle . Traitement “chute des pétales “le 15 Avril 
“en préventif' (8 % des plantes à G1). 

. Premier traitement d'une stratégie encadrement floraison le 5 Avril trop précoce = date logique étant donné 
le stade de la culture (7 % des plantes portant de 5 à 10 fleurs) mais compte tenu des températures très faibles 
(température maximum inférieure à 10'C du 5 au 15 Avril), l'évolution vers la chute des premiers pétales a été très 
limitée. 

. Deuxième traitement de la stratégie “encadrement floraison" le 22 Avril, soit Tl + 17 jours. Traitement 
appliqué en préventif des principales contaminations (voir ci-dessous). 

. Défloraison environ complète le 5 Mai. 

- D'après les bandes météo les contaminations possibles sont : 

le 1 7/04 (hygrométrie > 80 % pendant 30 heures) mais température inférieure à 10-C. 
le 25/04 (hygrométrie > 85 % pendant 39 heures), 
le 27/04 (hygrométrie >90% pendant 39 heures). 

ie 04/05 (hygrométrie >90% pendant 39 heures mais floraison quasi terminée. 

- Symptômes sur feuilles observées le 10 Mai, ce qui confirmerait que les contaminations principales ont eu 
lieu vers le 25-27 Avril. 

- Absence quasi-totale d'alternaria sur feuilles et siliques. 

- Présence de pseudo en début de campagne avec un effet visuel de tous traitements par rapport au témoin 
vers la mi-floraison. Pas d'évolution de la maladie parla suite. 

PAS DE COMPTAGE PSEUDO NI ALTERNARIA DANS CET ESSAI. 


Responsables du Thème 

Rapporteur 
SRPV du Rapporteur 
Téléphone du Rapporteur 

Expert 
SRPV Expert 


KACZMAR M.J 
FRANCHE COMTE 
81 - 80 - 10-71 
MESTRES 

ADMINISTRATION CENTRALE 


Coor^nnées de l'tExploitant 

Nom 
Code Postal 
Bureau Distributeur 
Téléphone 
^ J Nom du champ d'essai 


MRS THABOUREY JEAN MARIE ET BERNARD 
70600 

FOUVENT LE HAUT 
84-31-31-20 
CREUX DE LONGWY 


I PROTOCOLE 



Modalités 


Modalité 

Spécialité 


Matière(s) Actives/sl 

01 Bavisti 

BAVISTI NE FL 

1 L/Ha 

carbendazime 

02 Eria 

ERIA 

2L/Ha 

drfénoconazole + 
carbendazime 

03 Callda 

CALIDAN 

3L/Ha 

carbendazime 

iprodione 

04 Bavist2 

BAVISTINE FL 

1 L/Ha 

carbendazime 

05 BavEri 

BAVISTINE FL 

ERIA 

1 UHa 
2UHa 

carbendazime 
dtfénoconazole + carbend 

06 BavCall 

BAVISTINE FL 

CALIDAN 

1 UHa 
3 UHa 

carbendazime 

carbendazime 

iprodione 

07 EriCall 

ERIA 

CALIDAN 

2UHa 

3UHa 

difénoconazole + carbend. 

carbendazime 

iprodione 

08 BavCal2 

BAVISTINE FL 

CALIDAN 

1 L/Ha 
3UHa 

carbendazime 

carbendGulme 

iprodione 

09 EriCal2 

ERIA 

CALIDAN 

2UHa 

3L/Ha 

difénoconazole + carbend. 

carbendazime 

iprodione 


Il CONDITIONS EXPERIMENTALES 


Surfaces Parcellaires 

Surface parcellaire totale 
Surface parcellaire traitée 
Surface parcellaire récoltée 


52.5 m2. 
52.5 m2. 
26.3 m2. 







Conditions Culturales 


Espèce 
Variété 
Précédent Cultural 
Régulateur 
Antéprécèdent 
Antéantéprécèàent 


COLZA 

EUROL 

ORGE D'HIVER 
OUI PARLAY G 
BLE 
SOJA 


Interventions hors Protocole 


DATE 

TYPE 

BQZiîilH 

QUArniTE 

■ DESîQNATtON 

26-08-93 

H 

L/HA 

2.5 

BRASSIX 

26-08-93 

H 

UHA 

1.6 

BUTISAN 

12-02-94 

N 

UNITE 

96 

SOLUTION A 39% 

09-03-94 

■■ 

UHA 

0.3 

BAYTHROID 

09-03-94 

WBÊ 



PARLAY CA 1.150 L/HA 


Légendes 


A : autre intervention 
H : herbicide 
/ : insecticide 
N : azote 


Edition des Visites 


Date de Visite : 28-03-94 

A chaque visite comptage sur 100 plantes pour évaluer au mieux le stade du colza. 
Stade du colza 94 % des plantes au E, 14% des plantes avec en moyenne 2 fleurs/pied. 
Premières apothécies sur la parcelle. 


Date de Visite : 01-04-94 

Stade du colza : 84 % des plantes au stade E ,14 % des plantes au stade Fl avec 1,2 voire 3 fleurs 

Date de Visite : 05-04-94 

Stade du colza : 66 % des plantes au stade E, 34 % des plantes au stade Fl , dont 27 % des plantes avec 1 à 4 
fleurs, 7 % des plantes avec 5 à 10 fleurs 

Date de Visite : 22-04-94 

Comptage du nombre d'apothécies dans les témoins 4 * 0.25 m2 
bloc 1 : 9 
bloc II : 4 

bloc 111 : 9 sort 23 apothécies pour 4 m2 -5. 75 apothécies/m2 
bloc IV : 1 


Date de Visite : 29-04-94 

stade du colza : .il reste à fleurir sur hampes principales 4 à 15 boutons/hampe. 

Sur hampes secondaires: début formation des siliques (longueur de 1 à 1.5 cm) et encore 5 à 20 boutons/hampe 
à fleurir. 

Date de Visite : 10-05-94 


Premières taches de sclérotinia sur feuilles. 
Premiers doutes d'alternaha. 













patP rie Visite : 16-06-94 

Aucune montée d'altemaria sur sUiques. 


III TRAITEMENTS 


Traitement 01 : stade E-F1 


Commentaires Généraux du Traitement 01 

stade précis du colza: comptage sur 100 plantes 
66% de pieds au stade E 

34% de pieds au stade Fl (27% de pieds avec 1 à4 fleurs, 7% de pieds avec 5 à 10 fleurs) 


Pluviométrie / traitement 01 


■10 J 

+10J 


+30a 

■H40 J : 


12.4 

49.5 

10.7 

6 

40.3 

108.5 


L'application au stade E a eu lieu le 05-04-94 sur un sol très humide ,en présence de vent, par une température 
de 7.3‘C et une hygrométrie de 52 %.Ceci concerne les modalités 04, 05, 06. 07. 


Traitement 02 : stade F1G1 


Commentaires Généraux du Traitement 02 

Stade précis du colza : 40% des pieds avec 1-4 fleurs . 49% des pieds avec 5-10 fleurs , 13% des pieds au stade 
E ,8% des pieds au stade G1 


Pluviométrie / traitement 02 


-10 J 

+10J 

+20 J 

+30 J 

+40 J 

TOT+J 

54.3 

1.8 

24.4 

26.3 

39 

91.5 


L'application au stade F1G1 a eu lieu le 1 5-04 sur sol humide , en l'absence de vent et de pluie par une 
température de 10.6^C et une hygrométrie dégaJe à 46 %. Elle concerne les modalités 01,02,03,08,09. 

Traitement 03 : Stade E-F1 + 3 semaines 


Commentaires Généraux du Traitement 03 

stade précis du colza: 28% des pieds au stade F2,13% des pieds au stade G1, 34% des pieds avec 1 à 4 
siliques ,19% des pieds avec 5 à 9 siliques,66% des pieds avec 10 à 17$iliques 

Pluviométrie / traitement 03 

I -tOJ j +10J I +20 J I +3QJ } ■h40J } TOT-t-J~| 


L'application au stade E+ 3 semaines a eu lieu le 22-04 sur sol sec en l'absence de pluie et en présence de 
vent par une température de 25.6°C et par une hygrométrie égale à37% . Elle concerne les modalités 
04.05.06.07. 


















Traitement 04 ; Alternaria 


Commentaires Généraux du Traitement 04 

Nébulosité 10% 


Pluviométrie / traitement 04 


-10J 

+10 J 

+20 J 

+30 J 

+40 J 

TOT+J 

23.1 

10.6 

14.5 

0 

0 

25,1 


rapp/Zcaton du traitement au stade siliques bosselées a eu lieu le 07-06 sur un soi battant en i'absenoe n. n, 
de uent. par une température de ZSA'C et une hygrométrie de 44 %. Elle concerne les modalités oZt 09 


IV OBSERVATIONS ET NOTATIONS 



SCLEROTINIA 


NotaflAn 




Tir'A-rr 

UalC 

Stade 

Culbjre 

Stade 

Parasite 

übelié 

1 idM 1 1 

28-06-94 

3 sem avant récolte 

en % 

SUR 200 TIGES PRINCIPALES NOTEZ % T1G=- 
ATTAQUEES 


Tableau des Résultats d'Analyse 


Notation 

Référence 

Analyse 

Signif 

a 

% 

P 

% 

etr 

ov 

TEMCSN 

01 

02 

03 

04 

' ' 1 VwianC© 

Nk Décroissant 

Bavisti 

S 

5 



37.36 

27.25 

2.63 

6.00 

3.3S 

0 3S 

Dunnett 








bc 

ab 

bc 

c 

% Réd. /Ref. 

TEMOIN 



B 




90.4 

78.0 

87,0 

98.6 


Notation 

05 

06 

07 

08 

09 

lIwAi 1 Vanance 

2.38 

1.25 

1.38 

1.75 

7 38 

Nk Décroissant 
Dunnett 

bc 

c 

c 

c 

a 

% Réd. /Ref. 

91.3 

95.4 

95.0 

93.6 

> 

72.9 














NOTATIONS "TRANSFORMEES" 


Notation 

Ubellé 

tRENDEMENT 

(POIDSBR* (( 100 - HUM )/ (100 - 9 )))/SR • 100 

ITOTAL 

TIGATT + HS 


Tableau des Résultats d’Analyse 


Notation 

Référence 

Analyse 


a 

% 

P ; 
% 

CV 

TEMOIN 

01 

mm 

: 03 

04 

tRENDEMENT Variance 

Bavisti 

NS 

5 

70 

2.94 

38.4 

41.8 

42.2 

42.2 


% Auq. /Ref. 

TEMOIN 





0.0 

8.9 

10.0 

10.0 

HOSH 

tTOTAL Variance 

Bavisti 

S 

5 

99 

26.90 

36.5 

7.9 

15.5 

11.0 

3.9 

Nk Décroissant 







c 

ab 

bc 

c 

Dunnett 







S 

> 

S 


% Réd. /Ref. 

TEMOIN 





0.0 

78.4 

57.5 

69.9 

89.4 


Notation 

05 

06 

07 

08 

; 09 

tRENDEMENT Variance 

43.1 

42.6 

43.9 

43.4 

41.2 

% Aug. /Ref. 

12.3 

11.0 

14.4 

13.0 

7.3 

tTOTAL Variance 

9.0 

5.9 

8.1 

9.9 

18.3 

Nk Décroissant 

bc 

C 

c 

bc 

a 

Dunnett 

s 

s 

S 

s 

> 

% Réd. /Ref. 

75.3 

83.9 

77.7 

72.9 

50.0 


* Résultats ; 

- Témoin touché à 27 % des tiges. 

- Le traitement chute des pétales a une efficacité satisfaisante (90 % pour BMC 1 L). On retrouve selon les 
notations (tige ou pied) ou type d'analyse statistique (avec ou sans témoin) des baisses d'efficacité parfois 
significatives de Bria 2 L. 

■ L'encadrement floraison apporte quelques points d'efficacité mais toutes les modalités type "encadrement 
floraison" sont dans un même groupe Newmann et Keuls que BMC 1 Là F1 G1. 

Donc un seul traitement appliqué à la chute des premiers pétales était suffisant cette année . Les 
contaminations ont été précoces et la durée de floraison assez courte. 

- Effet sur le rendement : toutes les modalités traitées sont significativement supérieures au témoin. 

La tendance est une petite amélioration de rendement pour les modalités type encadrement floraison : 1 à 1.5 
Qx/Ha. 

L'incidence sclérotinia est de 3.5 à 5 Qx, l'incidence aJternaria est quasLnulle 





























Traitement 02 : F1 G1 


Doses d'Application des Modalités 


Modalité 

Spécialité 

Dose 

Bouillie 

Bavisti 

BAVISTINE FL 

1 UHa 

204 

Bavi^t2 

BAVISTINE FL 

1 UHa 

204 

imam 

ERIA 

2UHa 

204 

BavEri 

BAVISTINE FL 

1 UHa 

204 

übero 

LIBERO 

1.5 UHa 

204 

Polka 

POLKA 

2UHa 

204 


Conditions d'Application des Modalités 


Moclalité 

Date 

Stade 

Culture 

Respect 

Pote 

Respect 

Plan 

Respect 

Dose 

Pluie 

Vent 

Hi 

Bïise 

Pression 

bars 

Citées ci- 
dessus 

28-04-94 

Fl G1 

Oui 

Oui 

Oui 

Non 

Non 

18.0 

Fente 

2 


Pluviométrie / traitement 02 


-10 J 

+10 J 

+20 J 

+30 J ! 

+40 J 

TOT+J 

7 

18 

13 

42.5 1 

35 

108.5 


Traitement 03 : G4 


Doses d'Application des Modalités 


Modalité 

Spécialité 

Dose 

Bouillie 

BavEri 

ËRÎÂ 

2 UHa 

204 


Conditions d'Application des Modalités 


Modalité 

Date 

Stade 

Culture 

Respect 

Date 

Respect 

Plan 

Respect 

Dose 

Pluie 

Vent j 

Temp. 
en -C 

I Marque 

I Appareil 

Buse 

Pression 

bars 

BavEri 

18-05-94 

G4 

Oui 

Oui 

Oui ! 

Non 

Non 

15.5 

I ATH 

Fente 

2 


Pluviométrie / traitement 03 


-10J 

+10J 

+20 J 

+30 J 

+40 J 

1 TOT+J 

13 

42.5 

35 

25.5 

1.5 

104.5 


Conditions Culturales 


Surfaces Parcellaires 

Surface parcellaire totale : 108.0 m2. 
Surface parcellaire traitée : 108.0 m2. 
Surface parcellaire récoltée : 79.2 m 2. 

ENVIRONNEMENT 

Brise vent : Non 
Parcelle abandonnée : Non 
Parcelle isolée : Non 












































































ini 


topographie 

Situation : vallée 
Exposition : plat 

Espèce : COLZA 
Variété : FALCON 
Précédent Cultural : Bl£ 

Semis date : 25 08 93 
Qtité de semence : 4.8KQ/HA 

Fumure : 192N116K116P 


Il OBSERVATIONS ET NOTATIONS 


RENDEMENT A 9% 




Date 

Stade' ù;,'V 

.Cutttiw 

Stade 
.. liRiarasite; 

>:Ubelté 

IRENDEMT 

23^7-94 

RECOLTE 


rendement à 9% 


Tableau des Résultats d'Analyse 


Notation 

Référence 

Analyse 

Signif, ■ 


H 

■ Savistl 

Bavist2 

Eria 

Bav&i 

Ubero 

Polka 


RENDEMT Variance 

TEMOIN 

S 

5 

99 

23.33 

24.60 

26.35 

23.13 

24.60 

22.63 

13.05 

Nk Décroissant 





a 

a 

a 

a 

a 

a 

b 

Dunnett 





> 

> 

> 

> 

> 

> 

= 


SCLEROTINIA 

3 semaines avant récolte 


Notation 

Date 

Stade 

Culture :'?•?: r 

••'ï - Stade ! 

Ubellé 

• *• :K 

SCLEROT 

24-06-94 

G5G6 

ATTAQUEmGE 

% de pieds avec scierotinia 


Tableau des Résultats d'Analyse 


Notation 

Référerwe 

Analyse 

Signification 

à 

% 

P 

% 

.^Bâvistî 

Bavlst2 

Eria 


Ubero 

Polka 

Témoi 

SCLEROT Variance 

Bavisti 

Significatif 

5 

75 

1.63 

1.38 

5.63 

2.00 

3.75 

5.00 

76.00 

Nk Décroissant 





a 

a 

a 

a 

a 

a 


Dunnett 





S 

S 

> 

8 

8 

8 


% Aug. /Ref. 

TEMOIN 




97.9 

96.2 

92.6 

97.4 

95.1 

93.6 



En l'absence ctaJternaria et en présence d'une forte attaque de scierotinia , une seule application de 
carbendazime bien positionnée est suffisante. 

























































3 .ESSAI DE BOURGOGNE 


Objectif 


Comparer diverses stratégies de lutte contre le sclerotinia et falternaria. 

IgË!gg^idgJj_Phénologie et des dates de traitement 


Date traitement Date 

- Tl -04 

18-04 

T1= lâÔ4 


T2 = 10-05 


25-04 

Të-os 

10-06 


% plantes avec fleurs 

la 

32 

stade F2 

Tôo 

stade G3 
stade G4 

"stade G4 ~ 


Pluviométrie de début Mai 


nb fleurs/ plante 
~ 2 ~ 


% plante avec siliques 



Jou r 
mm pluie 


.01 02 03 

0-^ 01 4.0 T3.2 


05 06 

1.2 ‘oT 


07 06 09 

0 3.4 "ÔT 


Ta^au des modalités et des résultats 


Modaiifis 1 dose I stade 


BAVISTINE 


CAIIDAN 


BAVJSTINE + 
BAVJSTINE 


BAVISTINE -f- 
ERIA 


CAUDAN -f. 
ERIA 


CAUDAN + 
ERIA 


TEMOIN 


: EUROL 


DATE 



SCLEROTINIA 

Efficacité (30.06) 


32% (B) 


72% (A) 


78 % (A) 


<57 % (A) 


83% (A) 


79% (A) 


74% (A) 


47 (Q 


aiternaria 

EffiCQCrté (30.06) 


0% (D) 


10% (C) 


0% (D) 


20 % (B) 


19% (B) 


96 % (A) 


rendement en €iX/Ha 


95 % (A) 


68 (D) 



27.67 (BC) ^ 4 , 0 ] 


30.09 (AB) 


6.43 <AB) 


33.02 (A) I + 9 . 3 ^ 


29.19 (ABC) I + 5.53 (ASC) 


32.52 (A) I + 


23.66 (D) 


Récolce le 12.07.94 











Interprétation des résultats 


Ces résultats sont difficiles à interpréter car pour expliquer la faible efficacité de bavistine appliqué à F2: on 
pourrait supposer que les contaminations aient été postérieures au 10-05 et antérieures au 19-05 (limite de 
rémanence du CALIDAN appliqué le 19-04 et donnant satisfaction ) donc vraiment en fin de floraison, et se dire 
que CALIDAN est plus rérpanent que BAVISTINE. 

Mais comment expliquer que BAVISTINE appliqué en F2 suivi de ERIA à G4 alors qu'il n'y a plus de fleurs sur 
tiges (donc pas de risque de contaminations ) donne de bons résultats 
Le rapporteur ne peut s'engager à conclure au vu de ces notations. 

Le sclerotinia était -il associé à du phoma ou à des pieds secs pertubant ainsi la notation?. 

Si l'on envisage une faible efficacité de la BAVISTINE due à des problèmes de résistance , comment expliquer 
que celle-ci appliqué 2 fois soit efficace?. 

Cet essai est mené dans un contexte particulier où les coopératives de ce secteur ont repéré des baisses 
d'efficacité avec carbendazimedepuis 2 ou 3 ans. Les rotations font revenir le colza tous les 2 ou 3 ans sur les 
mêmes terres 

On ne peut rien conclure de cet essai mais pour lever le doute sur ce problème , on peut envisager des test de 
laboratoire. 

M. Leroux, phytopharmacie à l'INRA de Versailles a travaillé ce problème de 1 987 à 1 990. 

A l'époque, il n'avait trouvé aucune souche résistante. 

Des cas de résistance de sclerotinia ( minor ou îrifoliorum ) à des fongicides ont été signalé sur laitue, trèfle ou 
gazon aux U. S. A. 

La biologie de sclerotinia sclerotiorum ( un seul cycle par campagne ) fait que la résistance met beaucoup de 
temps avant d'apparaître. 

Le protocole d'étude proposé par M. Leroux est facile à mettre en oeuvre: 


CONCLUSION SUR CES TROIS ESSAIS 


Sur trois essais, deux essais sont interprétables et montrent que la stratégie d encadremant de la floraison pour la 
lutte contre le sclerotinia n'est pas meilleure qu'un traitement bien positionné à la chute des premiers pétales. La 
carbendazime dans ces deux essais donne de très bons résultats. 

Ces essais confirment notre position. 


Protocole d'étude de la résistance 
du sclerotinia sclerotiorum à la carbendazime 


\ 

m t 

Il faut récupérer des scléroîes que l'on conserve au réfrigérateur, les désinfecter à l'eau de javel , les 
couper en deux et les mettre à germer sur milieu malt et pénicilline pendant 2 ou 3 jours . 

On repique ensuite le mycélium obtenu sur un milieu malt sans fongicide puis ensuite on prélève à 
l'emporte-pièce des isolats que l'on pose sur des boîtes témoin, des boîtes avec 1 mg/l de 
carbendazime et des boîtes avec 10 mg/l de carbendazime. 

Les souches sensibles seront inhibées à ces concentrations. Attention il est possible d'obsen/er une 
légère croissance malgré tout ,ce qui est important de mesurer c'est la vitesse de croissance du 
mycélium à 24 h, à 48 h, à 72 h . Il faut donc mesurer le diamètre de la souche tous les jours en 
décomptant te diamètre initial lors de la dépose de l'isolat. Au bout de 72 h la boîte témoin sera 
entièrement envahie par le mycélium et la manip doit s'arrêter. 

Attention à ne pas confondre sclerotinia et botrytis dont les mycéliums peuvent se ressembler en 
début de croissance. 

Sur spores, M. Leroux n'a jamais essayé, comme les ascospores sont issus de la reproduction 
sexuée, on aura un mélange de souches résistantes et de souches sensibles, ce sera plus difficile à 
interpréter d'une part et d'autre part il faudra prendre le temps de les obtenir.Sur spores comme la 
réaction d'inhibition par le fongicide n'est pas une réaction de tout ou rien, il faudra " interpréter " les 
résultats : à savoir que le filament germinatif sera déformé s'il s'agit d'une souche sensible et très long 
s'il s'agit d'une souche résistante. 

Dans une première approche, on peut se contenter d'une étude sur mycélium. 

Au niveau des résultats, si l'on trouve des souches de temps en temps résistantes il n'y a pas trop de 
soucis à se faire; si toutes les souches sont résistantes, il faudra déconseiller les BMC. 

Il serait souhaitable que cette étude soit menée dans deux laboratoires avec des sclérotes 
bourguignonnes et des sclérotes issues d'une autre région. 


ESSAIS D'HOMOLOGATION 
* SCLEROTINIA 
*PSEUDOCERCOSPORELLA 



I 


HOMOLOGATION SCLEROTINIA COLZA 


Objectif 


vérifier l'efficacité des spécialités BAVISTINE BASF, G 571 H, PUNCH CS , N7872 ( ainsi que BRiA dans 
l'essai 77 et HORIZON dans l'essai 03 ) par rapport à ia référence FANYL à ia dose de 1.5 L/Ha et au témoin non 
traité sur sclerotinia du colza selon la méthode CEB n'156. 

La confidentialité n'a pas été demandée parles firmes. 



Validations des Essais 


Essai I Niveau Respect du 


Infestation Protocote 


Validation des Essais 



70 1 

Moyen 1 

OUI 

OUI 1 

= référence 

> Témoin 

e référence 

03 ' 

Faible ' 

OUI 

oui ' 

3 référence 

> Témoin 

a référence 

77 

Moyen 

OUI 1 

OUI 

= référence 

> Témoin 

B référence 


<S571 

/Témoin 


> Témoin 


< Témoin 


> Témoin 


Punch;. 

yRéféteric© 


= référence 


< référence 


< référence 


Punch 

/Térnoln 


> Témoin 


» Témoin 


> Témoin 



a référenc 



Horizon 

Horizwi 

/Référence 

/Témwn 



> Témoin 


= Témoin 


> Témoin 



s référenc© > Témoin 


Commentaires de Synthèse 

Nous avons 2 essais assez bien attaqués en Franche- Comté ( essai 70) et en Ile de France (essai 77 jet un 
essai plus faiblement infesté en Auvergne ( essai 03 ). 

Les références FANYL et BA VISVNE Flo ont des efficacités semblables aux années antérieures (84% et 96 % 
respectivement ) tout à fait correctes. 

G571H est statistiquement équivalent à Fanyl et inférieur ou égal àBavistine; son efficacité moyenne est de 78 %. 
Punch CS est inférieur à Fanyl dans 2 essais sur 3 et toujours inférieur à Bavistine avec une efficacité moyenne 
de 65.5 %. 

N7872 est inférieur ou égal à Fanyl et inférieur à Bavistine dans 2 essais sur 3 avec une efficacité moyenne de 
68.6 %. 

On peut s'étonner des faibles performances de Punch CS et de N7872dans l'essai auvergnat où ces produits sont 
proches du témoin non traité. L'application a eu lieu par temps très frais ( 3-C ), ces molécules peuvent -elles être 
plus sensibles au froid que tes autres produits. 

Horizon présente un faible niveau d'efficacité, ceci confirme ce que l'on savait déjà de cette triazoie. 
























































Plan 


I Protocole 

II Description des Essais 

III Conditions Culturales 

IV Conditions de Traitement 

V Pluviométrie 

VI Observations et Notations 


Modalités 


Modalité 


Spécialité 


FANYL 


BAVISTINE BASF 




I PROTOCOLE 



Tableau des modalités 


I Matlère(s>Activesfe) 


1 . 5 L/Ha I prochloraz + carbendazimë 
1 L/Ha carbendazime 


0.75 Kg/Ha ( cyproconazole ~ 

thioph-methyl 


0.8 L/Ha ( carbendazime 
flusilazol 


O.eiTHa 


2 UHa [ dHénoconazole 
+ carbendazime 


1 L/Ha [ tebuconazole 



Pr ésentation du Programme d'Application 

Traitez à la chute des premiers pétales 


Essais d'homologation sclerotinia 





















Il DESCRIPTION DES ESSAIS 


» t 

* % 


Description des essais 


Essai 

Région 

r 

Exploitant 

Ueu 

Dispo 

Témoin 

Surf.tot 

Surf.tt 

Surf.Rec 

70 

FRANCHE COMTE 
(BESANCON) 


MRS 

THABOUREY 
JEAN MARIE ET 
BERNARD 

FOUVENT LE 
HAUT 

4 Blocs 

randomisé 

52.5 m2 

52.5 m2 

26.3 rn2 

03 

AUVERGNE 


DEVILLE ANDRE 

LE THEIL 

4 Blocs 

randomisé 

110.5 m2 

110.5m2 

110.5 m2 

77 

ILE DE FRANCE (Montreuil 
sous bois) 

1 

B120RD 

PATRICK 

ST MARTIN EN 
BIERE 

4 Blocs 

randomisé 

72.0 m2 

72.0 m2 

0.0 m2 


Commentaires sur le Déroulement et les Résultats des essais 


Commentaires Généraux sur le Déroulement de l'Essai d'AUVERGNE 

Le mois de Mars est resté doux, voire chaud et a connu une pluviométrie déficitaire de 20 % par rapport à la 
normale. 

Les mois d'Avril et Mai ont été très frais et très arrosés avec des précipitations nettement excédentaires de 
1,5 à 2 fois la normale. Ils ont par ailleurs été peu ensoleillés. Aucune gelée n'a été enregistrée au mois de Mai, 
contrairement à ce qui est observé les autres années. 

Le mois de Juin se caractérise par des périodes contrastées de chaud et de froid et une pluviométrie proche 
de ia normale avec des orages en fin de mois. 

Enfin, le mois de Juillet a été chaud et sec ponctué de quelques orages, notamment un orage à grêle sur la 
parcelle expérimentale le 18 Juillet 1994. 

CONDITIONS DE VEGETATION DE LA CULTURE 

La culture de colza d'hiver a été semée le 26 Août 1993 dans de bonnes conditions sur un sol bien préparé. 
La levée est intervenue vers le 1er Septembre 1993 avec une bonne régularité sans qu'aucun 
accident physiologique ni attaque de parasite particulier n'ait été observé durant tout le développement végétatif 
de la culture jusqu'au 18 Juillet 1994, date à laquelle un orage à grêle s'est abattu sur la 

parcelle expérimentale, mais ne provoquant que des dégâts minimes estimés à une perte de rendement de l'ordre 
de 5 quintaux/ha. 

La récolte a été réalisée une dizaine de jours après, le 25 Juillet 1994 et a assuré un rendement moyen 
dans la parcelle de 35 quintaux/ha. 


TRAITEMENT ET INFESTATION DE L'ESSAI 

L'application de l'ensemble des modalités a été réalisée le 12 Avril 1994 dans des conditions climatiques assez 
difficiles dues à un brouillard épais provoquant une hygrométrie de l'air de 75 %, à 
une température froide 3 C et en présence d'un léger vent du Nord. 

Le stade du colza au moment du traitement était début chute des premiers pétales : stade G 1 . 

La parcelle d'essai a été peu atteinte par le sclerotinia cette année et contrairement aux années précédentes dans 
ce secteur, malgré des précipitations importantes en Avril et Mai, mais le mois 
de Juillet très sec n'a pas favorisé par la suite l'évolution des quelques taches présentes. 

En effet, le jour de la notation "3 semaines avant récolte", seulement 25 % en moyenne sur les 4 blocs des pieds 
étaient touchés par le sclerotinia dans les parcelles témoins, avec des niveaux d'attaque faibles : présence de taches 
nécrosées limitées en taille sur les tiges sans observation de pieds totalement atteints. 


Essais d’homologation sclerotinia 





































Commentaires sur le Déroulement et les Résultats de l'Essai de Franche-Comté 


. Premières apoth^ies le 28 Mars dans la parcelle. 

Traitement effectué en " préventif " le 15 Avril (8 % des plantes à G1) 

Fin floraison vers le 5 Mai 

. Symptômes sur feuilles obsen/ées le 10 Mai. Les contaminations principales ont donc pu avoir lieu vers le 
25-27 Avril, époque où l'on a observé de longues périodes d'hygrométrie saturée. 

* Dans ces conditions ,les produits ont été placés en préventif, 10 jours avant les contaminations. L'essai reflète 
donc bien les potentialités des produits. 


Commentaires sur le déroulement de l'essai d'ILE DE FRANCE 


L'essai a été installé dans une zone traditionnellement bien infestée par le sclerotinia . 

La maladie a pu être favorisée par une ambiance humide entretenue par une forte densité de mauvaises herbes ( 
coquelicots ). 

Les symptômes sont apparus précocément sous forme de manchons blancs déjà bien développés vers le 20 mai. 
Les contaminations ont donc été précoces cette année. 


Ili CONDITIONS CULTURALES 


Questions du Rapporteur 


Essai 

Variété 

Précédent 

DATE DE Fl ET DE Gt 

DUREE DE FLO. 

REQULATEOR: 

CONTAARTI. 

NB SCLEROTEi 
M2 

70 

EUROL 

ORGE D' HIVER 

10-04 et 20-04 

25 JOURS 

PARLAY C 

NON 


03 

FALCON 

JACHERE 

21-03 ET 14-04 

30 JOURS ' 

NON 

NON 

• 

77 

EUROL 

BLE 

21.4 (Fl) 

4 SEMAINES 

NON 

NON 

0 


Essetl 

PEUPLEMENT 

ANTEPREGEDENT 

70 

- 

BLE 

03 

60 PIEDS/ M2 

AVOINE 

77 

61 

BLE 


IV CONDITIONS DE TRAITEMENT 


Conditions de traitement 


Essai 

Modalité 

Date 

Stade 


mmrn 

T -C 

mm 

■SfSS 

iü^'M 

Voll 

FV9 

70 


15-04-94 

F1G1 

Non 

Non 

16.2 

Pulprex 

Fente 

2.5 

Kg/cm2 

2501 

52 

03 


12-04-94 

G1 

OUI 

OUI 

m 

Pulprex 

Fente 

2.5 

Kg/cm2 

3001 

75 

77 


2104-94 

Fl 

Non 

Non 

20.0 

Pulprex 

Fente 

3 Kg/cm 2 

3001 

60 


Essais d'homologation sclerotinia 














































































V PLUVIOMETRIE 


Météo 


Essai 

Tt 

-10 J 

+10J 

+ 20J 

+ 30J 

+ 40J 

+JTOT 

70 

01 

54.3 

1.8 

24.4 

26.3 

39.0 

91.5 

03 

01 

57.2 

40.8 

26.0 

35.2 

30.0 

132.0 

77 

01 

0.2 

6.2 

15.0 

28.2 

12.2 

61.6 


VI OBSERVATIONS ET NOTATIONS 


TIGATT: % de tiges attaquées 

HUMI: humidité du grain à la récolte 

POIDS: poids parcellaire 

HSD1 : % de hampes secondaires attaquées 


Essai 

Notation 

I Moy. 

Seuil 1 

Sig. 

Puis. 

Etr 

01 

02 

03 

04 

05 

06 

07 

TEM 

70 

TIGATT 

14.52 

5 

S 

84 

1 2.23 

7.88» 

4.25 

1 7.38 

11.00 

10.00 

1 

1 

46,62 


Nkl 


1 



1 

ab* 

b 

ab 

a 

a 

i 

1 



Dun 






1= 

' = 

s 

1^ 

= 





Eff 


1 




83.1 

90.9 

64.2 

76.4 

78.6 

1 




HUMI 

6.63 

5 ' 

S 

69 

0.17 

6.50* 

6.60 

6.65 

6.83 

6.78 



6.48 


POIDS 

10.15 

5 

S 

99 

0.27 

10.58» 

10.76 

10.40 

10.25 

10.59 



!8.55 


HSDI 

9.6 

5 

S 

92 

1.79 

9.30* 

5.80 

9.00 

12.60 

10,80 



9.5 


Nkl 






a» 

b 

a 

a 

a 



a 


Dun 



1 



s 

s: 

S 

B 1 

= 1 



= 

03 

TIGATT 

14.02 

5 

S 1 

97 

4.78 

6.75* 

0.38 

12.63 j 

18.13 

18.00 ; 


16.43 

25,63 


Nkl 






bc* 

C 

ab 1 

a 

a 


a 



Dun 



1 



3 

3 

S ' 

> 

> 

1 

1 

> 



Eff 



1 

1 


73.7 ! 

98.5 

50.7 

29.3 

29.8 


35.1 I 



HUMI 

13.03 

5 

s 

68 1 

0.32 I 

12.60» 

13.20 


13.08 

13.38 


I 

I 

12.93 ; 


POIDS 


5 

NS 

23 

1.61 ' 

35.45» 

37.23 


37.23 

36.05 



32,55 

77 

TIGATT 

7.57 i 

5 

S 

95 

0.88 

1.75* 

0.88 

0.25 


1.38 

0.75 


44,38 


Nk1 

1 





b* 

b 

b 

iHi 

b 

b 




Dun 






& 

3 

8 


s 

s 




Eff 






96.1 

98.0 

99.4 


96.9 

98.3 




I 

I 

I 

I 


COMMENTAIRES DE L'EXPERIMENTATEUR DE U ESSAI AUVERGNE 


Commentaires pour la Modalité Fanyl 

Le produit FANYL a permis d'obtenir une efficacité moyenne de 75% à la notation "3 semaines avant 
récolte", ce qui correspond à un meilleur résultat que ceux obtenus les deux années précédentes 
chez le même agriculteur où l‘on avait enregistré 55 % d'efficacité en 1993 et 45 % en 1992. 

Commentaires pour la Modalité Bavistine 

Le produit BA'YISTINE obtient le meilleur résultat d'efficacité de la série à la notation "3 semaines avant 
récolte" avec pratiquement 100 % d'efficacité. 


Essais d'homologation sclerotinia 








































































Commentaires pour la Modalité G 571 H 

Le produit G 571 H a permis d'obtenir une efficacité très moyenne de 50 % à la notation "3 semaines avant 
récolte''. 

Commentaires pour la Modalité Punch CS 

Le produit PUNCH CS s'est révélé presque inefficace à la notation “3 semaines avant récolte" puisqu'il n'a 
obtenu qu'une efficacité' àe 30 % par rapport aux parcelles témoins. 

Commentaires pour la Modalité N7872 

Le produit N 7872-228 s'est révélé presque inefficace à la notation “3 semaines avant récolte” puisqu'il n'a 
obtenu qu'une efficacité de 30 % par rapport aux parcelles témoins. 

Commentaires pour la Modalité Horizon 

Le produit HORIZON s'est révélé presque inefficace à la notation “3 semaines avant récolte" puisqu'il n'a 
obtenu qu'une efficacité de 35 % par rapport aux parcelles témoins. 



COMMENTAIRES DE L'EXPERIMENTATEUR D"ILE DE FRANCE 

Seul le Punch CS est statistiquement inférieur aux autres modalités; son efficacité est au demeurant tout à fait 
satisfaisante. Très bonnes efficacités des autres modalités. 


COMMENTAIRES POUR LA FRANCHE-COMTE 


La carbendazime vient en tête et est significativement supérieure à Punch CS et N7872. 


RENDEMENT 


Essai 70 


Modalités 

01 

02 

03 

04 

Moy/M 

Effet/M 

01 

33.94 

31.11 

29.22 

28.98 

30.81 

-0.37 

02 

32.95 

35.78 

27.72 

32.07 

32.13 

0.95 

03 

32.09 

32.12 

26.96 

27.84 

30.25 

■0.93 

04 

34.51 

33.95 

29.43 

30.82 

32.18 

1.00 

05 

33.42 

30.97 

28.55 

31 .28 

31 .06 

-0.12 

07#J0 

32.27 

34.06 

32.31 

35.94 

33.65 

2.47 

TEMOIN 

30.59 

28.27 

25.21 

28.67 

28.19 

-2.99 

Moy/Bloc 

32.82 

32.32 

28.77 

30.80 

31.18 


EffeVBIoc 

1.64 

1.14 

-2.41 

■0.38 




Analyse de variance 



S.C.E 

ddl 

C.M. 

Test F 

Proba 

etr 

C.V% 

Var. Totale 

189.27 

27 

7.01 





Var.Modalité 

71.82 

6 

11.97 

4.51 

0.006 



Var.Blocs 

69.69 

3 

23.23 

8.76 

0.001 



Var.Résiduelle 

47.77 

18 

2.65 



1.63 

6.22 


La probabilité d'observer une valeur de f supérieure à 4.51si les modalités sont effectivement identiques est de 
O.OOddonc au seuil de risque a. 5%H y a une différence significative entre les modalités 
La puissance de l'essai pour un risque de première espèce égal à 5 % est de 89 %. 


Essais d'homologation sclerotinla 





Test de N^wmam et KEULS 


33.65 a 
32.18 a 
32.13 a 
31.06 a b 
30.81 a b 
30.25 a b 
28. 19 b 

Test de DUNnftt 


OTHJO 

04 
02 

05 
01 
03 

TEMOIN 


Pas de modalité < référence 


Essai 03 


Analyse de variance 



A4 

WUUwIlcS 

01 

01 

43.0 

02 

42.4 

03 

42.8 

04 

47.3 

05 

45.5 

06 

45.3 

07 

46.1 

08 

43.9 

09 

42.4 

TEMOIN 

39.0 

IVINü' Jf/ 

Effet/Bloc 

43.8 

1.6 


02 


44.3 
43.7 

42.6 

43.4 

43.6 

41.2 

45.6 

45.0 

42.2 

41.1 


43.3 


1.1 


03 


39.4 

39.3 

41.4 

41.2 

41.3 

42.3 
42.7 
41.9 
39.6 

35.5 


04 


40.5 


- 1.8 


40.5 

43.4 
42.0 
41.7 
42.0 

41.6 
41.2 

42.7 

40.5 
37.9 


41.4 


-0.9 


Moy/M 


41.8 
42.2 
42.2 
43.4 

43.1 
42.6 

43.9 

43.4 

41 .2 

38.4 


42.2 


:effé&M 


-0.4 

- 0.0 

- 0.0 

1.2 

0.9 

0.4 

1.7 

1.2 

- 1.0 

-3.8 



Facteur Traitement 

oe I essai est de 99 % pour un risque de première espèce égal à 5%. 


Test de NEWMAN et KEULS 


07 

43.9 a 

04 

43.4 a 

08 

43.4 a 

05 

43.1 a 

06 

42.6 a 

02 

42.2 a 

03 

42.2 a 

01 

41.8 a 

09 

41.2 a 

TEMOIN 

38.4 b 

Référence Test de ni iMMrrj 


Pas de modalité > référence 


Essais d'homologation sclerotinia 



SYNTHESE DES ESSAIS HOMOLOGATION SCLEROTINIA 


Efficacités moyennes 


Année 



Spot 


Peprol0364 


Sumistar 


Polka 


Troika 


G571H 


N7872 























































I 


1 


SYNTHESE DES ESSAIS HOMOLOGATION SCLEROTINIA 


Indice /Ref = Sportak pF 


Année 


Nb essais 



T6. 




b 


N 


6 5LT^ 


ô 


n <5. B 


M e> 


H 


81 


81 














































































ESSAI D'HOMOLOGATION PSEUDOCERCOSPORELLA 


Objectif 


Vérifier refficacité des spécialités G571H . ALTO , PAINDOR. IMPACT SOPFtA , PUNCH CS . N7872 et 
HORIZON et les comparer à la référence FANYL à la dose de 1.5 L/Ha et au témoin non traité sur 
Pseudocercosporella du colza. 

Validations des Essais 


Essai 

Niveau 

Respect du 

Comporteme 

nt 

Normal Réf. 

G571h 

G571h 

Alto 

AHo 

Paind 

Paind 

Impact 


Infestation 

Protocole 

/Référence 

/Témoin 

/Référence 

/Témoin 

/Référence 

/Témoin 

/Référence 

86-1 

Faible 

OUI 

OUI 

= référence 

> Témoin 

» référence ' 

> Témoin 

< référence 

> Témoin 



. Essai . 

Impact 

/Tém<^n 

Punch 

/Fîéférence 

Punch 

/Témoin 

N7872 

/Référence 

N7872 

/Témoin 

Horizo 

/Référence 

Horizo 

/Témoin 

86-1 

> Témoin 

s référence 

> Témoin 

s référence 

> Témoin 

s référence 

> Témoin 


Plan 

I PROTOCOLE 

II Description des Essais 
lii Conditions Cuiturales 

IV Conditions de Traitement 

V Pluviométrie 

VI Observations et Notations 
























psgene 



Modalhé 


02 G571h 


03Atto 


Tableau des modalit^q 




0.75 Kg/Ha cyproconazole + méthyl- 
thiophanate 


10% +60% 75+450" 


fjgggr^on du Programme d'Apniinatinn 


TeftfeltS? «oraison 


Il description des essais 



III CONDITIONS CULTURALES 


Questions du Raponrtfinr 



. Essai 

■ J,. 

ANTEPRECED 

ENT 

86-1 

POIS 


Essai d'homologation pseudoceroosporella, 








psgene 





Météo 



yi observations et notations 



Essai 

07 

08 

TEMOIN 

86-1 

0.34 

b 

0.48 

ab 

0.80 


57.2 

40.3 

0.0* 


0.03 

b 

0.05 

b 

0.16 


79.7 

67.2 

0.0* 


0.08 

0.10 

0.14 


42.1 

33.3 

0.0* 


0.36 

0.33 

0.58 


37,4 

43,5 

0.0* 


0.07 

ab 

0.06 

ab 

0.17 

* L 

57.4 I 

63.2 

0.0* 


Essai d'homologation o 


seudix>^:cospctella. 


or 









psgene 


Commentaires pour la Modalité Fanyï 

La référence donne des résultats semblables aux années précédentes. 


Commentaires pour la Modalité G571h / Référence 

G571 H est statistiquement équivalent à la référence. 

Commentaires pour la Modalité Alto / Référence 

ALTO est équivalent à la référence 

Commentaires pour la Modalité Paindor / Référence 

La spécialité PAINDOR est équivalente ou inférieur à la référence suivant les notations retenues à la référence 

Commentaires pour la Modalité Impact / Référence 

Bon niveau d‘efficacité pour cette spécialité, statistiquement équivalente à la référence. 

Commentaires pour la Modalité Punch CS / Référence 

Cette spécialité est déjà classée bonne à très bonne dans le tableau comparatif du rapporteur. 

Commentaires pour la Modalité N7872 / Référence 

Cette spécialité n'a été testée qu'à travers un seul essai avec une intensité d'attaque sur siliques faible et donc 
peu exploitable. Les résultats obtenus dans le cadre de l'année 1994 sont satisfaisants. 


Commentaires de Synthèse 

Nous sommes en présence d'un seul essai moyennement infesté au niveau des feuilles e: faiblemer.: attaqué au 
niveau des siliques. 

Toutes les conclusions ne peuvent être que provisoires. 

Dans cet essai, la notation la plus précise est INTFE3. Pour cette variable, la puissance de l'essai es: 
satisfaisante et le comportement de la référence semblable aux années antérieures. 

Paindor est statistiquement inférieur à Impact, Punch CS, N7d72 ; les autres produits étar: interméc-. a. -es pour la 
notation FPEQFE3. 

Paindor est statistiquement inférieur à toutes les modalités pour la variable INTFE3. 

Alto est inférieur à G571H et Punch CS pour SURFSIL, les autres spécialités sont intermediaires. 


Essai d'homologation pseudocercosporelia. 



ESSAIS HOMOLOGATION PSEUDOCERCOSPORELLA 


Fréquence de. siliques , 1987 


















Efficacité et indice / ref , pondéré du nb d'essais 


5 ^ 1 988