Skip to main content

Full text of "Annual report of the Minister of Natural Resources of the Province of Ontario, 1985"

See other formats


Minister of Natural Resources 



Annual Report 1985 




M 



fiV -Si ■ /*; '/F^iL - 



im 



5639 

fI0k.85W07, 
ISS\ 038i-59(n 




Annual Report 

for the year ended March 31, 1985 



Minister of Natural Resources To his Honour 

of the Province of Ontario The Lieutenant-Governor 

of the Province of Ontario 

May it please your Honour 

The undersigned begs respectfully 
to present to your Honour the 
Annual Report of the Ministry of 
Natural Resources for the fiscal 
year beginning April 1, 1984 and 
ending March 31, 1985 




»^/U^L^*^ 



Vincent G. Kerrio 
Minister 




Contents 



Minister's Message 


4 


Deputy Minister's Message 


5 


Integrated Resource Management 


6 


Forest Resources Management 


8 


Aviation and Fire Management 


14 


Lands and Waters Management 


20 


Mineral Resources Management 


28 



Outdoor Recreation Management 

Fisheries 36 

Wildlife 42 

Parks and Recreational Areas 50 

Administration 56 

Organization Charts 62 

Statement of Revenue and Expenditure 64 

Associated Agencies, Boards and Commissions 66 



Ministères Message 




In June 1985, 1 was honored to be 
appointed Minister of Natural 
Resources. 

I welcome this opportunity to 
combine my own knowledge and 
experience with the ministry's 
expertise and the public's en- 
thusiasm to provide the best possible 
management for Ontario's natural 
resources. 

In the weeks that followed my 
appointment, I discovered just how 
broad the mandate of this ministry 
is. 

I also learned that Natural 
Resources is a "people" ministry, 
and that our programs touch more 
lives than we know. Forests, industrial 
minerals, wildlife and fisheries, lands 
and waters — these resources 
provide jobs, opportunities for 
recreation, and a quality of life that 
is precious to us all. 

And, it is because resources are 
so important to the people of Ontario, 
that we undertake all our initiatives 
in an atmosphere of openness. 



I am impressed with the achieve- 
ments of this ministry, and I look 
forward to working with ministry staff 
and the public to address many long- 
standing concerns. I know that 
together we can build on past suc- 
cesses and forge new alliances. 

And I support MNR's philosophy 
of an integrated approach to 
resource management. Every day 
and in every undertaking, integration 
is the philosophy that helps anchor 
our actions. Integration means 
working to maximize resource 
benefits and to minimize conflicts 
among those who use our re- 
sources, at the same time as we 
keep our long-term management 
goals firmly in view. 

Integrated resource management 
is an approach the ministry com- 
mitted itself to in the 1983 land use 
guidelines. During 1984-85, 1 believe 
the ministry fulfilled that commitment 
in hundreds of tangible ways, many 
of which you can read about in this 
report. 

I am proud to be able to carry on 
this ministry's commitment to co- 
operation and consultation with 



resource users. Government can't 
and shouldn't try to do everything 
— and government should listen. 
Our mandate is to manage Ontario's 
natural resources in an open 
manner — one that ensures the 
maximum benefit for all Ontarians. 

That's why I believe it is important 
that we respect the opinions and 
expertise of others. As you read 
through this report, you will see how 
closely our staff are working with a 
number of groups whose assistance 
we value tremendously 

These days, resource manage- 
ment puts demands on our staff to 
be creative in order to maintain 
services and expand programs. 
MNR staff have shown this creativity. 
They have never been busier than 
right now — delivering a very wide 
range of effective resource pro- 
grams, and developing many new 
ones that were needed. 

Perhaps the best examples of 
"doing more with less" can be found 
in the innovative ways volunteers 
and community groups are involved 
in so many aspects of resource 
management. Volunteers undertake 
a wide variety of resource projects 
in ourfisheries, wildlife and provincial 
parks programs. These projects and 
programs benefit us all. 

That is but one example of the kind 
of work being done by the Ministry 
of Natural Resources. I know this 
fine work will continue, and I am 
honored and proud to be part of it. 




sC^tyL-*^ 



Vincent G . Kerrio 



Deputy Minister's Message 




a 



'uring the past year, our ministry 
continued to make impressive 
progress in achieving one of our 
top goals — improving our relations 
with the people and the organizations 
we serve. 

We set up our new and very 
comprehensive Public Information 
Centre on the main floor of the 
Whitney Block in Toronto. The new 
Centre provides the public with 
what amounts to a one- window 
facility for information about Ontario's 
natural resources. 

We also participated in a program 
to let those who love our provincial 
parks get involved in their operation. 
In 1984, several parks featured 
volunteer park hosts and hostesses. 
Volunteers at Quetico started a 
study of interior campsites. The 
Friends of Algonquin Park operated 
a small bookstore, and at Fathom 
Five Provincial Park, members of 
various diving clubs sponsored 
a variety of weekend activities. 
The popular Community Fisheries 
Involvement Program also 
experienced phenomenal growth 
in 1984-85. 

These and many other initiatives 
demonstrate the fact that our ministry 
has become much more client- 
oriented over the last few years. 



At our 1984 MNR management 
conference, ministry managers and 
representatives from client groups 
involved in the forest and mining 
industries and the outdoor recreation 
field took part in a vigorous exchange 
of views. 

Exchanging views and sharing 
information are a vitally important 
part of the way the ministry does 
business — part of an overall 
approach to managing resources 
in an integrated way 

During 1984-85, the ministry 
formally adopted integrated resource 
management (IRM) as a corporate 
philosophy This philosophy is not 
new to our ministry— many resource 
managers have been practising it 
for years. 

However, most staff feel that the 
new emphasis on IRM will make a 
big difference in the ministry's 
overall effectiveness. We have added 
a special IRM section in this report 
so readers will have a chance to 
see for themselves what integration 
is all about. 

Integrated resource management 
requires the co-ordination of our 
resource management programs 
and activities, so that long-term 
benefits are optimized and conflicts 
between programs are minimized. 

This ministry has a tremendously 
broad mandate. We are involved in 
resources as varied as forests and 
wildlife, in issues and programs as 
varied as water quantity manage- 
ment and computerized cartography 

The IRM philosophy acknowledges 
that Ontario's natural resources 
and their associated activities are 
interrelated. And it means that the 
activities of the specialists who 
work under the MNR umbrella must 
complement one another 

Formal adoption of a new 
organizational philosophy seldom 
makes headlines, but we all know 
how important such a change in 
thinking can be. MNR's senior 
managers are dedicated to spreading 
the word about IRM, both within 
the ministry and outside the ministry 
— to our many client groups, friends 
and former staff. 



If you are a regular reader of 
MNR's annual report, you will see 
that changes have occurred in 
many of our programs. 

If this report is your first exposure 
to a summary of natural resource 
management in Ontario— welcome. 
I think you will find it stimulating and 
well worth the time to read through it. 

Those of us who work at this 
ministry are constantly being 
reminded that Ontario is a vast land, 
rich in resources, and still blessed 
with areas of fragile wilderness. For 
us, managing Ontario's resources 
is both fascinating and challenging. 
We are proud of what we do in 
managing these resources on behalf 
of the people of Ontario. It is a 
responsibility that we take very 
seriously and — as this report 
demonstrates — that we fulfill with 
dedication and distinction. 




Mary Mogford 



Integrated Resource Management 




Public participation 
is an essential ingre- 
dient of integrated 
resource management. 



JVlore Than Just a 
Philosophy 

Today's resource managers have a 
tremendously challenging task- 
balancing the needs of often- 
conflicting resource uses in the best 
interests of everyone. 

This ministry addresses that 
challenge through an integrated 
resource management approach. 
Integrated resource management 
means more than the left hand 
knowing what the right hand is 
doing. It means the left hand helps 
the right hand get the job done. 

MNR staff have been practising 
integrated resource management 
for a number of years, but formal 
recognition of the philosophy really 
evolved from the ministry's strategic 
land use planning program that got 
under way in the early 1 970s. 

MNR's District Land Use Guide- 
lines were released in June 1 983. 
They have provided a compre- 
hensive inventory of Ontario's 
natural resources, and are helping 
to guide land use decisions in each 
MNR district across the province. 

Co-operation, consultation and 
communication— partnership, 
public participation, 
professionalism: These are the basic 



tenets of integrated resource 
management, and they are basic to 
the way MNR operates in the 1 980s. 

IRM is more than a philosophy: 
At MNR, it has become the guiding 
principle of the way the ministry 
does business, both when dealing 
internally and when working 
together with private individuals, 
groups, and other government 
bodies. 

As the following examples show, 
IRM is clearly having an impact on 
how MNR staff do their jobs, and 
will affect how the ministry as a 
whole is perceived across the 
province in the years to come. 

IRM Involves High Tech 

Computers contributed to 
integrated resource management 
in Thunder Bay during 1 984-85 
where regional staff combined a 
variety of resource data into one 
system that allows simultaneous 
access and retrieval of all the 
information. 

First, a map of the district was 
overlaid with a grid. Then, resource 
management information— such as 
cottage locations and trapline cabin 
sites, soil depth and agricultural 
sites, mines, fish breeding areas and 
wildlife habitat locations— was fed 
into the computer with reference to 
the grid location of each. 

Now MNR planners can readily 
examine all the resource potential 
in a given location and determine 
those areas where there are 
combinations of different concerns. 

IRM Involves the Public 

Sector^ Too 

At the largest game sanctuary in 
the Western Hemisphere — the 
Chapleau Crown Game Preserve - 
MNR enlisted the expertise of a 
local logging company during 
1 984-85 to study the effects of 
timber harvesting on the local 
moose population. 

The company helped ministry 
staff map no-cut reserves of forest 
to promote studies of the moose 
population. The company also 
devoted considerable staff time and 



ideas, and helped out with some of 
the costs of the project. 

Once the study is completed, 
both MNR and private forest 
managers will have a better idea of 
how to harvest timber resources in 
a manner that will increase 
Ontario's moose population. 

IRM Involves All Kinds of 

Co-operation 

In the spring of 1 983, a forestry 
company in Espanola district 
offered MNR the use of a skidder 
and an operator to help dig pools 
for trout habitat in Alces Creek. 
During 1 984, the company also 
converted part of its power house 
into a pickerel hatchery — one 
which hatched more than one 
million fry in one yean 

In the spring of 1984, MNR 
biologists began a cage culture 
project on a cement company's 
property at the Whitefish River 
Cement Terminal, near Manitoulin 
Island. 

The company pitched in with a 
hydro-equipped watch station and 
telephone. Two cages, each 
holding 15,000 fish, were 
submerged in McGregor Bay The 
results? The fish raised in cages 
were almost double the size of 
those raised in hatcheries. 

IRM Involves Policy 

Planning 

Integrated resource management is 
alive and well in industrial minerals, 
too. The mineral aggregate resource 
planning policy [MARPP) recog- 
nizes that other land uses such as 
agriculture, forestry, recreation, 
housing as well as environmental 
issues must be considered when 
planning for new or expanded pits 
and quarries. That's why everyone 
involved in those and other areas 
was consulted in the policy's 
development. Municipal, industry 
and special interest groups, along 
with the ministries of agriculture 
and food, municipal affairs and 
housing, environment, and trans- 
portation and communications, 
provided valuable input for the 
MNR policymakers. 



MARPP also encourages the 
concept of extraction as an interim 
land use activity. That idea and the 
policy's commitment to research 
joined in 1 984 with the commence- 
ment of two studies examining the 
rehabilitation of pits and quarries in 
Ontario. The completed Rehabilita- 
tion of Sand and Gravel Pits for Fruit 
Production in Ontario study found 
that fruit could successfully be 
grown on restored pit sites. A current 
investigation is determining the 
feasibility of establishing valuable 
fish and wildlife habitat after 
industrial minerals have been mined. 

Innovation and efficiency in the 
use of our province's land base is 
critical. The two rehabilitation 
studies being conducted with help 
from the Ministry of Agriculture and 
Food and MNR's fish and wildlife 
branch show that IRM is a practical 
resource management tool. 

IRM Involves Lights — 

Camera — Action! 

When a local cable television show 
wanted to do a program on 
Mississauga's nature trails during the 
fall of 1 984, a couple of Maple district 
staffers were happy to oblige. 

As the cameras rolled, the two 
took viewers on a guided tour of the 
Rattray Marsh Conservation Area, 
which threads through wooded hills 
and marshes, and teems with 
waterfowl. 

The tour pointed out how a 
wetland is a perfect place to 
practise integrated resource 
management. 

Not far from the marsh, for 
example, there is a sizeable 
suburban community. Within the 
conservation area, MNR staff have 
supen/ised selective forest 
harvesting techniques that preserve 
trees and other vegetation for wildlife 
habitat without sacrificing the 
economic benefits of forestry. 

The show was very well received, 
and MNR was able to reach a large 
audience with an important 
message. 



Forest Resources Management 



1984-85 Forest Resources 
Program Highlights 

■ Canada and Ontario signed a five- 
year, $1 50-million agreement to 
fund four major programs aimed at 
forest renewal and intensive forest 
management. 



■ During 1 984-85, five new Forest 
Management Agreements were 
signed, covering 24,1 95 square kilo- 
metres of Ontario's forests. 

■ Ontario's Crown timber harvest 
was 20.7- million cubic metres, 
producing stumpage revenues of 
$55.5-million. 

■ Over 66 million trees were 
shipped from ministry nurseries and 



greenhouses, and another 62 
million were purchased from private 
nurseries for planting Ontario's 
forests. 

■ The ministry invested $1 62.5- 
million in forest management in 
Ontario in the fiscal year. 




?-^'; . 









1?^. 

















Ontario s forests 
provide jobs for 
160,000 Ontarians- 
directly or indirectly. 




W 




An important part of 
continued renewal of 
Ontario 's forests 
means growing high- 
quality trees. 



loday's Plans for 
Tomorrow's Forests 

Forestry has been a mainstay of 
Ontario's economy since the early 
1800s. Today forest- related 
economic activities provide more 
than 1 60,000 Ontarians with direct 
and indirect employment. 

That is why Ontario must safe- 
guard its forests through intensive 
stewardship. The key to this 
management strategy is balancing 





the various techniques required to 
manage the forest cycle— inventory, 
allocation and planning, harvesting, 
site preparation, regeneration and 
tending. 

To maintain an appropriate 
balance, the ministry has developed 
a world-class forest management 
program -a program involving the 
co-operation of both the private 
sector and the federal government. 

Between 1 978 and 1 984, the 
Canadian Forestry Service and the 
Ontario Ministry of Natural 
Resources worked together under 
the multi-year Forest Management 
Subsidiary Agreement (FMSA). The 
major programs under this agree- 
ment included the construction of 
forest access roads and bridges, the 
development of silvicultural camps 
in remote areas, the expansion of 
forest nurseries, soil and site surveys 
and research and development 
projects. 

In November 1 984, Canada and 
Ontario once again joined forces in 
a new agreement- the Canada- 
Ontario Forest Resource Develop- 
ment Agreement CCOFRDA). 

Forest renewal and intensive 
forest management are the two 



main objectives of this new agree- 
ment, a five-year, $150-million 
initiative in which funds are allocated 
to four major programs. 

The bulk of the funding C$1 33- 
million) has been given to the Forest 
Management and Renewal Opera- 
tions program in order to increase 
silvicultural activities. 

The program's aims are to main- 
tain current harvesting rates and 
expand Ontario's share in the 
growing market for forest products. 
Five subprograms, which include 
every aspect of forest management 
from forest regeneration to tree 
improvement, are being delivered 
under this part of the agreement. 

The $5-million Forest Manage- 
ment and Renewal Support 
program is designed to improve the 
existing planning and support 
system. The collection, analysis and 
synthesis of such information as tree 
growth and yield rates are being 
refined and extended. A new system 
for incorporating this data is also 
being developed. 

New and better methods are 
essential to sound forest manage- 
ment, and $8-million was budgeted 
in the agreement for the innovative 
program. Four subprograms are in 
place to ensure COFRDA funds are 
spent wisely that forests are used 
to their full potential, that forest 
research and development are 
continued, and that the techniques 
for marketing Ontario's wood 
products are up to date. 

Senior staff from both the 
Canadian Forestry Service and 
MNR's forest resources group are 
guiding the administration of 
COFRDA and its many programs. 
These people are responsible for 
the co-ordination, review and 
approval of all cost-shared 
programs and projects. 

Annual progress reports will be 
submitted to the appropriate federal 
and provincial ministers. Evalua- 
tions of the overall agreement, as to 
its effectiveness, efficiency and 
economy will be prepared after two 
years, as well as at the conclusion 
of the five-year agreement. 



First Review of FM As 

Approaching 

In 1984-85, the ministry signed three 
new Forest Management Agree- 
ments CFIVIAs) with Boise-Cascade 
Canada Ltd., one agreement with 
Great Lakes Forest Product Ltd., 
and one with Dubreuil Bros. Ltd. 
And, as these new agreements were 
taking root, the first five-year review 
of Ontario's earliest Forest Manage- 




Proper soil prepara- 
tion is essential to 
successful forest 
regeneration. 



ment Agreements drew nearer 

Ontario's first FMA was signed 
between the ministry and Abitibi- 
Price Inc. in April 1980. Within 
months, four other agreements had 
been signed. 

To date, 22 agreements have been 
signed covering almost 44 per cent 
of the area under licence. By 1 987, 
the ministry expects to have some 
35 FMAs in place, covering almost 
all forest land in Ontario currently 
under licence to the industry. 

These 20-year agreements are 
appraised every five years. If they 
are working satisfactorily, the agree- 
ment will be extended for another 
five-year period. 

Ministry foresters know the first 
companies to sign FMAs are taking 
the responsibility of forest manage- 
ment seriously In the first four years, 
the companies have phased in 
tending and regeneration operations 



in a smooth and efficient manner 
And they will be fully implementing 
these activities for the duration of 
the agreement. 

In the Clay Belt area of north- 
eastern Ontario, one company has 
been able to harvest low-lying, wet 
areas in the summer with skidders 
equipped with extra-wide tires that 
do not create ruts in the soft peat. 
Before this, harvesting could only 
be carried out in winter 

Carrying out modified cuts in 
special areas, or leaving residual 
stands for say, moose habitat are 
easier to do when there is adequate 
pre-planning, which is also provided 
for under these agreements. 

FMAs have created a tremendous 
demand for millions of containerized 
seedlings each year. This, in turn, 
has helped create 22 privately- 
owned and operated greenhouses 
for growing seedlings. These 
facilities were established across the 
North with ministry help— and are 
run by local people in communities 
close to where the trees are needed. 

Special Treatment for Some 
Forest Areas 

Until recently, thousands of hectares 
of forest were left untouched during 
harvesting operations on Crown 
land -primarily the stands around 
lakes, along the banks of rivers and 
along roadways. 

Among other things, these forest 
strips preserved the feeling of 
unspoiled wilderness for canoeists 
and outdoor recreationists, and 
slowed the runoff of rain and melt- 
water carrying silt into lakes. 

But these forests needed more 
intensive management. Mature and 
overmature trees, left untended, 
were dying and creating a jungle— 
and often a severe fire, insect or 
disease hazard— of fallen tree 
trunks, instead of a scenic view. In 
some areas where cutting would 
have had a beneficial effect, wood 
fibre was simply being wasted. 

The solution to this was a more 
intensive management approach— 
and what emerged was the concept 
of modified management areas 
CM M As). The MMA concept was 



10 



formally introduced in local forest 
management planning in 1984. 

Instead of simply passing over 
these reserve areas, MNR foresters 
are now getting together with 
ministry specialists in fisheries and 
outdoor recreation, with local tourist 
operators, the forest industry, 
cottagers and others to carefully plan 
how each area should be managed. 

This strategy then becomes part 
of the five-year operating plans for 
the forest management unit which 
are, in turn, part of 20-year forest 
management plans that set out the 
long-term objectives for local forests. 

As the operating and manage- 
ment plans are being created, 
management guidelines are 
followed for wetlands, moose, 
fisheries, and other values. All the 
five-year plans are published and 
discussed with interested local 
residents. 

This consultation and co- 
operation pays off. Forest specialists 
in the Lake Temagami area were 
concerned about the deteriorating 
forest along the shore. Working with 
local cottagers who were, at first, 
hesitant about cutting, MNR 
foresters came up with a plan to 
revitalize the forest that pleased 
everyone. 

In some areas, strip cutting down 
to the shore will be carried out. After 
the trees grow back, the strips of 
older forest will be treated. Special 
attention will be given to the tower- 
ing skyline of white pines around the 
lake. 

White Pine Gets Royal 

Treatment 

The eastern white pine, one of 
Ontario's most valuable sources of 
softwood, became Ontario's official 
tree on May 1 , 1 984. 

The white pine— considered to be 
"the tree of life" in Ontario Indian 
folklore— immediately became a star 
during Ontario's Bicentennial Year. 
Ceremonial plantings of white pine 
took place throughout the province. 

Her Majesty Queen Elizabeth and 
Prince Philip each planted a white 
pine in front of the Ontario Legis- 



lature during their September visit. 
By the time Bicentennial Year was 
over, the Ministry of Natural 
Resources had distributed some 
82,000 white pine seedlings 
throughout the province. 

School children planted white 
pine on school grounds, community 
groups planted them in towns all 
over the province and individuals 
planted them in their yards. 

Hundreds of Ontarians helped 
promote the emblem. A lady north 
of Peterborough used the white 
pine as the central symbol in a wall 
hanging she made for the neighbor- 
hood community centre. A Niagara- 
on-the-Lake company turned out 
white pine seed growing kits. A forest 
products company in Ottawa-the 
historical heart of Ontario's white 
pine logging industry -constructed 
a raft of squared white pine logs 
similar to the timber cribs that 
floated down the Ottawa River In 
Toronto, the Ontario Wood Carvers' 
Association turned a block of white 
pine into a relief carving of the 
provincial coat of arms that now 
hangs in the Legislative Building at 
Queen's Park. 

The white pine has proudly joined 
the trillium [the official flower} and 
the amethyst (the official mineral} as 
a distinctive provincial symbol that 
is very close to the hearts of 
Ontarians. 

The Bigfoot Scarifier and 

Other Ministry Monsters 

Without them, the ministry and 
industry couldn't get new forests 
started effectively Implements such 
as the Bigfoot scarifier, the arch 
plow and the sharkfin barrel help 
ministry staff prepare rough forest 
sites for tree planting. 

The sites needing preparation 
include everything from bogs to 
rocky hillsides covered with dense 
undergrowth. 

The giant plows used for wet sites 
and the implements for ripping away 
the layers of needles and branches 
to expose the mineral soil didn't exist 



11 




The Ontario Wood 
Carvers' Association 
carved a provincial 
coat of arms from a 
block of white pine. 



25 years ago, when ministry forestry 
specialists began experimenting 
with scarification by dragging 
boulders behind tractors. 

Since then, there's been some- 
thing of a revolution in the develop- 
ment of sophisticated, specialized 
forestry machinery. It was all on 
display in September 1984 in 
Thunder Bay, when industry, 
academic and government repre- 
sentatives gathered to view the latest 
advances in forest equipment. 

The Thunder Bay gathering also 
featured a site-preparation demon- 
stration co-sponsored by MNR and 
the Canadian Forestry Service, and 
was of particular interest to industry 
foresters. 

Building Up Forest 
Resources on Private Land 

The wood resources on private land 
and the private land available for 
forest production are important 
considerations in the total oven/iew 
of Ontario forests. 

More than four million hectares 
of forests are privately owned. 
Another 700,000 hectares of private 
land could be used for growing 
forests. Private lands annually 
produce about one-quarter of the 
logs used by industry in Ontario. 

To encourage further develop- 
ment, the ministry offers private land 
forestry services such as planting 



assistance, advice on tending, tree 
marking for harvesting, and help 
with commercial sales. 

These services are provided 
through Woodlands Improvement 
Act CWIA) agreements and Advisory 
Services Agreements (ASA) 
between the government and 
landowners. 

Under WIA agreements, MNR 
conducts or pays for tree planting 
and wood lot improvement 
assistance. The owners pay for 
seedlings and are responsible for 
protecting the area from livestock, 
insects, disease and fire. They also 
agree to manage the new forests 
until the 1 5-year WIA agreements 
terminate. 

Under the ASA program, the 
ministry provides advice and timber 
marking services, but the owner is 
responsible for having all the work 
done. Typically, forests are 
improved by removal of poor and 
mature trees, which are then sold 
for fuelwood or other products. 

In 1984-85, 427 new WIA agree- 
ments and 59 new Advisory Service 
Agreements were signed, bringing 
the total active agreements to 
1 0,006. At the fiscal year end, 
1 44,570 hectares of forest land 
were being managed under WIA 
agreements and 3,360 hectares 
were under Advisory Service 
Agreements in Ontario. 

Private land forest owners were 
also served in other ways. Ministry 
forestry staff carried out field inspec- 
tions, helped owners draft 
management plans for their forests 
and marked woodlots for both the 
improvement and production of 
sawlogs, pulpwood and fuelwood. 

In July 1984, an MNR forester 
was appointed to liaise between the 
ministry and the Ontario Ministry of 
Agriculture and Food to help 
increase advice and assistance for 
Ontario maple syrup producers. 

The Ontario Managed Forest Tax 
Rebate program provides incentives 
for landowners to establish and 
manage woodlots for a variety of 
purposes. Under this program in 
1 984-85, the property tax rebate on 
forested land for eligible forest 
landowners was increased to 
60 per cent from 50 per cent. 



12 



Improving Ontario Tree 

Species 

The goal of tree improvement in 
Ontario is to provide improved seed 
for Ontario's artificial regeneration 
program. In 1984-85, tree improve- 
ment efforts increased substantially 
and were targeted to black spruce, 
jack pine, white spruce and white 
pine. 

The work undertaken during 
1984-85 included locating superior 
trees of each species [called "plus 
trees") as potential sources of 
superior seeds. 

Ministry forest specialists also 
established a number of new seed 
orchards- superior tree stands that 
can be used as continuing seed 
sources. 

In northwestern Ontario, for 
example, 1 1 new black spruce and 
five white spruce orchards were 
established in 1984-85. Forest 
specialists also continued extensive 
genetic testing of seeds from 
various sources in an attempt to 
develop trees that will grow faster, 
stronger, straighter and taller with 
improved resistance to climate, 
disease and insects. 

Crown Timber 

Measurement Now Fully 

Metric 

Times have changed for those 
whose business it is to measure 
wood. 

In 1 981 , the "almighty cord" 
measurement was dropped. In 
1984-85, the board-foot measure- 
ment disappeared and, with its 
passing, an era ended. 

Today, Crown timber measure- 
ment is fully metric. That means all 
wood harvested on Crown land 
during the 1 984-85 fiscal year was 
measured in cubic metres, or by 
weight in metric tonnes. 

Metric, or otherwise, however, it 
was a record harvest. A total of 
20.7-million cubic metres of wood 
of all species was harvested, 
producing Crown stumpage 
revenues of more than $55.5-million. 



The rates charged also changed 
in 1984-85. Provincial Crown 
timber dues and the area charge for 
Crown timber licences were 
increased by 25 per cent, to narrow 
a widening gap between what it 
costs to manage the forest and what 
the province gets in return when the 
wood is sold. The charges were 
also double-indexed in relation to 
the rate of inflation. For example, if 
the inflation rate rises by five per 
cent. Crown timber dues increase 
by 1 per cent. 

Harvest Timing 

How long can you put off harvest- 
ing an overmature black spruce 
stand? That's an important question, 
when it comes to allocating what 
areas need to be cut— and it was 
the subject of a study by the 
ministry's forest resources men- 
suration unit begun in 1984-85. 

The survey results will allow 
forestry specialists to make better 
decisions about what should be 
harvested and what areas can be 
left for several years if access is 
difficult or there are other problems. 

The mensuration unit also began 
to carry out an inventory of the 
huge areas of the North that have 
been artificially regenerated over the 
past 20 years. The object is to get 
precise information about the extent 
and current condition of the planta- 
tions to precisely schedule 
harvesting. During the fiscal year, an 
inventory of the ministry's northern 
region was completed. The 
inventory of all northern Ontario 
stands will be completed within two 
years. 

Field Centres for 

Technology Development 

At the northern forest technology 
development unit in Timmins, MNR 
foresters established several new 
programs last year to accelerate the 
production of improved black 
spruce and jack pine forests. 

The specialists in Timmins are 
establishing an inventory of the best 
growing sites in the ministry's 
northern region by mapping all 
available information from vanous 
agencies. In future, access road 
construction, harvesting and 



planting will be directed to these 
sites to improve the province's return 
from investments in forestry. 

Another project involves reducing 
the time it takes to bring an existing 
forest to maturity. Some 400 
hectares of peatland east of 
Cochrane have been drained in an 
attempt to bring a 50-year-old forest 
to maturity within 20 years— a 
process that would ordinarily take 
80 to 1 00 years. Fish and wildlife, 
fire, engineering and other environ- 
mental concerns are being identified 
by local staff through the prepara- 
tion of a management plan for the 
area. 

The Timmins group is also 
working on accelerating the 
production of genetically superior 
strains of black spruce and jack 
pine by establishing seed farms and 
"breeding halls", where superior 
trees will be induced to flower early 
by year-round exposure to light and 
heat. The specialists also hope to 
be producing one million trees a 
year by the spring of 1 986 by 
rooting new young trees from 
selected cuttings. 

Research is also being carried 
out in the application of herbicides 
before planting, instead of after, to 
remove competing vegetation from 
the outset. 

Another project is the renewal of 
known productive lands near mills 
and highways that are covered now 
by low-quality forest. These sites will 
be cleared and replanted as soon 
as possible with superior black 
spruce and jack pine seedlings. 
During 1984-85, a 40-hectare 
forest of low-quality poplar and 
balsam fir less than 1 kilometres 
from a mill at Kapuskasing was 
cleared and replanted to preferred 
commercial species. 

Along with new technology in 
forest management, fisheries and 
wildlife technology will also be 
developed at the new Gravenhurst 
centre which is now being 
developed. 



13 



Aviation and Fire Management 



1984-85 Aviation and Fire 
Management Program 
Highlights 

■ A total of 1 ,240 forest fires 
burned some 1 20,000 hectares of 
Ontario forest land, down from the 
444,000 hectares burned by fire in 
the 1983-84 season. 

■ The 1 984 fire season marked the 
first year of centralized fire 
management — with each of 
MNR's five regional fire centres 
responsible for fire control in its own 
area. 



■ All MNR regions developed plans 
for fire prevention programs. 

■ Quebec and Manitoba loaned 
Ontario GL-21 5 water bombers to 
bolster Ontario's fleet - part of the 
Canadian Interagency Forest Fire 
Centre's loan/assistance 
agreement. The 170 regular 
five-person crews also received 
firefighting assistance from 
personnel from the forest industry, 
native groups and other MNR staff. 

■ Two fire staff from Ontario visited 
Newfoundland late in August to 
assist and advise in the 
implementation of a prescribed 
burn program in that province. 



They were involved in the 
successful ignition of a 480-hectare 
prescribed burn. 

■ Ontario fire experts travelled to 
China to begin the five-year fire 
management project in Jiagedaqi 
Province. 

■ The acquisition and installation of 
a computer-based decision support 
system for the Aviation and Fire 
Management Centre was 
approved. 



/>% ^^^-^ 



a-^ 



T 




f 




>f" ■>% 



k^ 



Cooler temperatures 
and frequent rainfall 
helped to reduce 
forest fire losses 
in 1984. 




^' •<>. 



•» 



14 



#" 



Ninety-seven per cent 
of all forest fires were 
suppressed success- 
fully on the first 
attack. 




1 he 1984 Fire Season: 

Nature was Kinder 

Spring came early in 1 984 and so 
did the fire season. By mid-April, the 
ministry had reported 66 fires 
throughout the province— above- 
normal for that time of the year It 
looked as if the 1 984 season might 
turn out to be worse than 1 983, 
when 444,000 hectares of forest 
land were burned. 




But the worst fears for 1 984 were 
never realized. As the season 
progressed, the fire situation 
improved remarkably The weather 
was kind; MNR teams were extra 
alert after a busy 1 983 season; and 
our initial attack crews were 
particularly successful. It all added 
up to reduced fire hazards and a 
gratifying season. 

A total of 1 20,424 hectares of 
forest land were burned, a fraction 
of the 444,000 hectares lost in 
1 983. Cooler temperatures and 
frequent rainfall kept the danger of 
forest fires in the low-to-moderate 
range for most of the season. Only 
1 ,240 fires were reported, a 
considerable reduction from the 
2,244 reported in 1 983. 

There were some isolated bursts 
of activity. Three major fires burned 
in late April in the northern and 
northwestern regions. A second 
flap -five major fires over 200 
hectares in size each -occurred 



15 



during the third week of May in the 
north central and northwestern fire 
regions. Finally, in late August, 
northwestern region once again 
saw an increase in activity. 

The largest fire of the season was 
Thunder Bay 30, a blaze which 
burned over 2,428 hectares of 
forest land. 

Close to $700,000 in private 
property was lost during the fire 
season, some $500,000 of that in 
Thunder Bay District alone. In 
Algonquin Region, at the end of 
April, more than 50 fires were 
started by high winds blowing trees 
over power lines. 

People continue to be the main 
cause of forest fires. In the 1 984 fire 
season, 76 per cent of all forest fires 
were caused by simple human 
carelessness. 

Only 287 fires were started by 
lightning in 1984, down 
considerably from the 1 ,090 
lightning fires during the 1 983 
season and less than half the 
average annual number of lightning 
fires of the past five years. Fires 
started by lightning accounted for 
24 per cent of all fires during the 
season. 

An impressive 97 per cent of all 
fires in 1 984 were suppressed 
successfully on the first attack. This 
is an improvement on MNR's 
five-year average of 94.8 per cent 
successful suppression. A forest fire 
is considered to have been 
successfully attacked when it is 
contained within 40 hectares and 
extinguished by noon the following 
day 

Most of the area lost to fire in 
1984-107,530 hectares- was in 
the far North. Fire in such areas is 
often considered part of the natural 
cycle of a mature forest and, where 
there is no danger to human life or 
property, may be simply allowed to 
burn, while it is kept under close 
observation. 

MNR's basic firefighting force in 
1 984 included 1 70 five-person fire 
crews, 1 3 heavy water bombers 
(including two provincially owned 
CL-21 5s, five Twin Otters and six 
leased Cansos); five bird dog 
aircraft Cone owned by MNR, the 




High tech is an 
essentia! element in 
forest fire 
management. 



Other four leased]; 1 5 leased 
helicopters and 19 leased light 
twin-engined detection aircraft. 
At busy times during the fire 
season, extra firefighters are called 
in. These include trained people 
from the forestry industry, native 
groups and other MNR staff. In 
1 984, Quebec and Manitoba 
helped Ontario by providing extra 
CL-215 water bombers. MNR 
assisted British Columbia by 
loaning a number of fire pumps. 

Ontario's Flying Fire Trucks 

Take to the Air 

During the 1 984 fire season, MNR's 
Canadair CL-21 5 water bombers 
were operated through a 
commercial air carrier for the 
second year in a row. These 
state-of-the-art "flying fire 
trucks" -the only aircraft in the 
world designed specifically for 
firefighting— continue to prove their 
worth. The CL-21 5s can scoop up 
5,455 litres of water in just 1 
seconds, travel at speeds of up to 
260 kilometres per hour and stay 
airborne for up to four hours. 

Under a co-operative supply 
agreement with the federal 
government, Ontario will acquire 
another seven CL-21 5s, with 
delivery scheduled to begin in fall of 
1985. 



Just before the 1 984 fire season 
began, an agreement was signed 
with a private contractor to supply 
all of the province's Canso water 
bomber requirements for the next 
four fire seasons. By the time that 
contract terminates, all nine of 
Ontario's CL-21 5s should be on 
line. The same contractor was also 
awarded a contract to supply three 
bird dog aircraft. 

Helicopters and fixed-wing aircraft 
dedicated to firefighting flew a total 
of 830 hours over Ontario forests 
during the 1984 season, and 
dropped a total of 1 7.9-million litres 
of water on our forest fires. 

When additional firefighting 
aircraft are needed, time is of the 
essence. The Canadian Interagency 
Forest Fire Centre at Winnipeg has 
a record of available air tanker 
aircraft. Forest fire agencies across 
Canada can know immediately 
where additional aircraft support 
may be found -simply by 
contacting the CIFFC duty officer. 
Arrangements can then be made 
quickly to have additional aircraft 
dispatched to where they are 
needed. 

The help from Manitoba and 
Quebec was arranged in this 
manner in 1984. Ontario is a 
founding member of the Canadian 
Interagency Forest Fire Centre. 

Centralizing Our 

Firefighting Efforts 

The 1 984 season marked the 
beginning of a new fire 
management system in Ontario. 
For the first time, each of MNR's five 
regional fire centres was 
responsible for fire control in its own 
area. Previously, fire control was the 
responsibility of each MNR district. 
The new system's performance 
during the 1984 season is still being 
analysed, and there may be 
refinements in 1 985. But fire 
managers believe that assigning 
firefighting responsibility according 
to region, rather than by district, has 
made fire management throughout 
Ontario better co-ordinated and 
more flexible. 



16 



Under the centralized system, the 
Regional Duty Officer is responsible 
for all fire control activities in the 
region. Each region produces a 
daily plan that outlines the current 
regional situation, predicts expected 
fire occurrence and behavior, 
defines detection requirements, 
describes the requirement for and 
location of firefighting forces in the 
region and describes the dispatch 
authority and rules for the day once 
fires are reported. 

Computers to Help in 
Decision Making 

The use of computer-based 
information and decision support 
systems is vital to the full 
implementation of the centralized 
fire management concept in 
Ontario. Prototype systems 
developed at the Petawawa National 
Forestry Institute are being 
evaluated in the Regional Fire 
Centre in Timmins. 

A DEC Micro/PDP-1 1 micro- 
minicomputer was acquired for 
Timmins in early 1984 to operate 
this software. Plans now call for the 
integration of this software with 
other existing microcomputer 
programs to create a decision 
support system for implementation 
across the province. A proposal to 
acquire a network of minicomputers, 
to be located at the five Regional 
Fire Centres and the AFMC, has 
been approved. Plans call for the 
acquisition of 20 of these 
computers in 1 985 with the other 
three to be bought and installed in 
1986 and 1987. 

Ontario^s World-Class Fire 
Management goes to China 

Forest fires have plagued the 
People's Republic of China for 
many years. Forests cover only 
1 2.7 per cent of China. Still, three 
per cent of those forests are lost to 
fire every year- more than 30 times 
the North American average annual 
loss of less than one-tenth of one 
per cent of all forested land. 

In September 1984, Ontario 
signed an historic agreement with 
the Canadian International 



Development Agency to provide 
technical expertise to the People's 
Republic of China on fighting forest 
fires. 

Under the terms of the five-year 
project, Ontario fire experts will set 
up a demonstration forest fire 
management system in the 
Jiagedaqi area of northeastern 
China. MNR fire staff will also help 
train Chinese fire managers in 
Ontano and Alberta. 

Ontario will assist China to 
develop a centralized fire 
organization to control fire detection, 
communications, fire prediction, 
transportation and rapid fire 
suppression. 

Inside the 6.7-million hectare 
project area in Heilanjiang Province, 
fewer than 60 fires occur each year 
But these fires destroy large areas 
of forest- an average of 200,000 
hectares annually The main problem 
is that the average fire is well out of 
the control by the time it is 
discovered. By then, suppression is 
an extremely difficult and lengthy 
process. 

Ontario's Fire Management 
Centre will assign 1 2 staff members 
to the China project. Harold 
Redding is moving to China for two 
years, starting in the spring of 1 985. 
Three members of the Canadian 
Forestry Service, as well as a fire 
detection expert from Alberta, have 
also been assigned to work on the 
project. All of the project costs are 
recoverable from the Government 
of Canada under the agreement. 

An Old Friend Comes 

Home 

Nineteen eighty-four marked the 
60th anniversary of Ontario's 
Provincial Air Fleet. 

In September, officials gathered 
at the Sault Ste. Marie airport to 
dedicate a vintage three-place 
biplane-a restored 1930 Fairchild 
KR-34 (CF-A0H3, the first aircraft 
ever used in aerial waterbombing 
experiments— and to welcome it 



17 




back to the ranks of the provincial 
air fleet after an absence of almost 
40 years. 

Back when CF-AOH was involved 
in waterbombing experinnents, 
methods were somewhat primitive. 
A 45-gallon steel drum full of water 
would be placed in the front cockpit 
and dumped by hand. The KR-34 
was instrumental in leading the way 
to the sophisticated waterbombing 
system now used in Ontario forests. 

In the summer of 1 948, CF-AOH, 
owned then by a commercial 
operator, crashed on takeoff at 
Wildcat Lake, 1 20 kilometres north 
of Sault Ste. Marie. She stayed there 
until 1 963, when members of the 
air service staff retrieved the 
wreckage and brought it back to the 
hangar at the Soo. In the years 
since, many people have worked on 
restoring her Without the aid of 
original plans, it was slow and 
painstaking work. But clearly, it was 
a labor of love. 




Ontario's 13 heavy 
water bombers perform 
a vital function in 
forest fire suppression 
and controL 



A Time For Prevention 

The science of forest fire fighting has 
made tremendous advances in 
recent years. Still, it remains 
impossible to predict just how bad 
a fire season will be until you are in 
the thick of it. Throughout the year, 
fire managers prepare for every 
eventuality. MNR scientists work to 
bring forecasting and firefighting 
expertise into the 21 st century. But 
nature still holds the trump card. 

A key element of fire 
management is fire prevention. 
During 1984-85, MNR continued its 
campaign to better inform the public 
about forest fire prevention. 

MNR's four-volume Forest Fire 
Prevention Manual, a catalogue of 
prevention materials, was completed 
in 1 984. The manual is a working 
handbook for fire prevention officers 
across northern Ontario. 

All five MNR regions developed 
new prevention strategies during 
1 984-85. The Ministry also 
conducted a major telephone poll 
to measure the public's general 



18 



awareness of fire prevention. The 
poll's findings will be incorporated 
into MNR's prevention planning for 
the 1985 season. 

The prevention program took its 
message to Toronto's October 1984 
trade exhibition called A Time For 
Children. MNR's exhibit featured 
hourly appearances by Smokey the 
Bear, display panels explaining the 
lightning locator system and forest 
fire prevention, and a brand new 
Forest Fire Prevention computer 
game entitled, "Can You Prevent a 
Forest Fire?" 

As well, MNR produced five new 
TV commercials and five radio 
messages on the topic of forest fire 
prevention during 1984. The 
commercials were developed for 
specific audiences and aired at 
different times prior to and during 
the forest fire season. 

The Lightning Locator goes 

Network, and the Public 

Tunes In 

The lightning locators, which 
pinpoint the exact location of 
lightning strikes throughout northern 
Ontario, were originally developed 
by NASA, the U.S. space agency 
Today, Ontario's forest fire managers 
use lightning strike maps to monitor 
thunderstorm activity, plan fire 
detection flights and prepare for 
potential lightning fires. 

This year, MNR converted its 
entire lightning locator system into 
a network. MNR's 1 1 direction 
finder stations were linked to a 
central processing station at the 
Provincial Fire Centre in Sault Ste. 
Marie. Electromagnetic signals 
emitted when lightning strikes the 
earth are picked up by the direction 
finder stations. The signals are fed 
to the Soo processing station, where 
they are translated into data that 
determines the location of the 
lightning strike. 

The system is capable of 
pinpointing the exact location of 
about 85 per cent of all lightning 



strikes within the network area. 
Once the location is pinpointed, the 
information is fed from the Soo to 
remote display terminals at MNR's 
regional fire centres in Dryden, 
Thunder Bay Timmins and Sudbury. 
In August, 1984, Science North, 
Sudbury's science centre, received 
one of these terminals. Science 
North visitors now will be able to see 
lightning occurrences within 30 
seconds of a lightning strike. As 
storms move across the province, 
the public will be able to see lightning 
strikes as small dots on a colored 
video monitor. 

Communications Technology 
Fights Fires, Directs Traffic 

A lot of advanced radio technology 
has been developed in Ontario for 
the purpose of fighting forest fires. 
But that same technology can be 
put to use for other purposes across 
the province. 

MNR has developed two Tactical 
Action Communications Kits, TACK 
I and TACK II, which have proven 
invaluable in fighting major forest 
fires. Each TACK kit consists of 1 00 
small, hand-held radio units and a 
system of pocket pagers and 
repeaters, each using six or eight 
channels. The TACK kits are 
reserved for use in large fires, where 
communication over large areas of 
forest land is necessary. 

in the summer of 1984, the TACK 
I system was put to good use 
elsewhere in the province, for three 
special events: the Pope's visit to 
Midland in September, the Tall Ships 
pageant in Toronto in July and the 
Futures in Water conference hosted 
by the Ontario government in 
Toronto in June. The units were 
used for crowd and traffic control 
and security at each of these events. 

The 1 984 fire season was also the 
first year of full operation for MNR's 
"Short Term Aircraft Tactical 
Integrator Kit" (STATIK). This 
system, developed in the radio lab 
at MNR's Aviation and Fire 
Management Centre, allows ministry 
radios to be installed quickly in 



aircraft which have been leased on 
a short-term basis during the fire 
season. The installation converts the 
aircraft into full-service MNR aircraft. 

Before STATIK was developed, 
the operation could take a full 
working day Now, a Ministry radio 
can be installed in a leased 
helicopter in less than an hour, so 
that the aircraft can be on its way to 
the fire scene as quickly as possible. 

Dial-A'Radio Helps 

A new radio device was developed 
by MNR in 1 984 and is being 
introduced gradually to the provincial 
radio system. The device will prove 
invaluable to MNR conservation 
officers across the province. 

In the past, when a district office 
closed for the evening, conservation 
officers depended on local 
detachment offices of the Ontario 
Provincial Police to maintain radio 
communication. Now new "phone 
interconnect devices" have been 
developed that allow a touch-tone 
dial pad to be connected to MNR car 
and aircraft radios. 

Now conservation officers and 
other staff can phone for help in 
emergencies without going through 
a radio operator. The devices are 
particularly valuable to enforcement 
officers in dangerous situations, as 
well as to workers in the bush, 
or pilots navigating in the far North. 



19 



Lands and Waters Management 



1984-85 Lands and Waters 
Program Highlights 

■ MNR announced revised 
provincial floodplain criteria in 
October 1984. 

■ In June 1984, Ontario hosted 
"Futures In Water", an international 
conference on Great Lakes water 
quantity issues. 



■ MNR provided more than 
$18.8-million in grants to fund flood 
and erosion control projects 
throughout Ontario. 

■ The Ontario Basic Mapping 
Program has now mapped one- 
third of Ontario, including 125 
municipalities. 

■ MNR surveyors re-surveyed 
276 km of township boundaries in 
northern Ontario. 

■ Ontario's Bicentennial map went 
through three printings-for a grand 
total of 96,000 maps. 



■ MNR, in co-operation with the 
Ministry of Northern Affairs, provided 
nearly $20-million in funding for 
access roads to mining, forestry 
and tourism sites. The 1984-85 
program included construction or 
reconstruction of 432 km of access 
roads, 525 km of winter roads and 
nine bridges, and maintenance of 
6,562 km of roads. 





\ '~-' '■ 


•A \ 
1 


/'^kj^^^^H 


^1.:: 


■■ 




\\( v^^^^l 




The futures in Heater 
conference made the 
public more aware of 
the growin}} North 
American demand for 
Ontario water. 



(Jntario*s New Floodplain 
Management Policy 

At the end of the 1 983-84 fiscal year, 
an independent committee's report 
on floodplain management in Ontario 
was tabled in the legislature. The 
committee, chaired by Prince 
Edward -Lennox MPP James Taylor, 
made a number of recommenda- 



\ 




Wetlands must be 
protected because they 
help reduce the risk of 
flooding, among other 
benefits. 




tions for improving the existing 
system of floodplain management 
in Ontario. 

The Taylor report served as the 
basis for broad public consultation 
on floodplain management during 
the spring of 1984. The report was 
distributed to all Ontario municipalities 
and hundreds of other interested 
groups and individuals, and com- 
ments were invited. More than 400 
responses were received - about 
300 of them from municipalities. 

Then, in October 1984, the Minister 
announced Ontario's revised flood- 
plain criteria. 

Basically, new minimum flood 
protection criteria were established 
for Ontario. In some areas of the 
province, floodplain controls were 
thought to be too restrictive - erring 
too much on the side of caution. 

Under the new policy, the minimum 
flood protection criteria required 
may be lowered in regions where a 
large majority of municipalities 
request it. The new minimum 
standard protects floodplain areas 
where there is a one per cent chance 
of serious flooding in any given year. 



This means that the protection 
levels can be lower in areas of the 
province where flooding has not 
proved to be a major problem. In 
areas where history has shown a 
much higher possibility of flooding, 
protection levels will not be lowered. 

This also helps MNR and conser- 
vation authorities focus their attention 
and resources on areas needing the 
greatest protection. 

The new policy calls for a greater 
degree of public involvement in 
floodplain management. For the first 
time, conservation authorities will 
hold local public forums to explain 
their work and the rationale behind 
floodplain mapping and regulations. 

The public will be given full access 
to the authorities' files and technical 
documents, as well as advance 
notice of all authority meetings and 
their planned agendas. 

The policy also reaffirmed the 
importance of conservation 
authorities in water management. 

Ontario's floodplains will continue 
to be managed by watershed. And 
conservation authorities, which are 
organized around specific water- 
sheds, will continue to play the 
leading role in flood control and 
floodplain management in Ontario. 

Futures in Water Conference 

a Huge Success 

The Great Lakes are a key source of 
drinking water, hydroelectric power 
and recreation. 

They are essential to industry - 
Great Lakes water is used to produce 
62 per cent of Canada's steel and 
70 per cent of all steel produced in 
the U.S. The Lakes are a key shipping 
route, and they support large popu- 
lations of fish and waterfowl. 

Public concern over the quality of 
Great Lakes water is well-established. 
But what about water QUANTITY? 

Some experts predict that water 
levels on the Great Lakes could drop 
as much as 34 centimetres — or 
about one foot- within 50 years. 
Others say that the drop could be 
even larger- especially if thirsty, 
water-poor states in the U.S. midwest 



21 




Erosion and flood 
control work is carried 
out each year by con- 
servation authorities, 
using grants allocated 
by the ministry. 



and southwest decide that diverting 
Great Lakes water might be the 
solution to their problems. 

One thing is certain: lower lake 
levels would cost Ontario millions 
of dollars, harm the environment 
and affect every citizen adversely. 

To focus public attention on this 
important issue, Ontario hosted 
"Futures in Water", an international 
symposium to discuss the escalating 
demands for Ontario's water 
resources. 

The meeting, held in Toronto 
June 12-14, was a huge success. 
More than 300 delegates from both 
sides of the border attended, and 
media coverage was extensive. 

Conference speakers — mostly 
high-ranking officials and scientists 
from both Canada and the U.S.— 
outlined the economic impact of 
declining Great Lakes levels, the 
implications of diversions into and 
out of the Great Lakes Basin, the 
effects of changing climate on our 
water supplies, and the relatively new 
concept of water as a valuable and 
finite commodity. 

The Futures in Water conference 
achieved its goal of increasing public 
awareness about potential water 
supply problems. 

The printed proceedings of the 
conference — as well as a 40- minute 
videotape - were produced and 
made available to MNR district 



offices, secondary school boards 
and other government ministries 
and agencies. 

The video featured conference 
highlights and a review of television 
coverage of Futures in Water 

MNR distributed to each delegate 
its new Water Quantity Resources in 
Ontario, a 72-page atlas with 26 full- 
color maps and diagrams. 

This excellent reference book is 
the first publication to take a 
comprehensive look at Ontario's 
water resources. It identifies all 
supplies and uses of Ontario's 
surface and ground water resources 
and discusses some of the possible 
future demands for our water The 
atlas may be obtained from the 
Ontario Government Bookstore at a 
cost of $24.95 plus provincial sales 
tax. The conference proceedings 
are also available from the store 
at a cost of $15.95. 

The Great Lakes Charter— 
A Move Toward Protecting 
Water Supplies 

Futures in Water provided an 
opportunity to bring the Great Lakes 
water quantity issue into clearer 
public focus. But over the years, a 
great deal of work has gone on 
behind the scenes to ensure co- 
operation between Canada and the 
United States in preserving the 
Great Lakes for future generations. 

In 1984-85, part of this work came 
to fruition with the drafting of the 
Great Lakes Charter- a commit- 
ment by the Governors of the U.S. 
Great Lakes states, and the first 
ministers of Ontario and Quebec 
to manage the region's water 
resources co-operatively 

The Great Lakes Charter lays out 
principles for water management in 
the entire Great Lakes basin. It also 
calls for whatever legislation may be 
necessary to prevent diversions out 
of the lakes. Most important, the 
Charter calls for consultation among 
its signatories on any proposals for 
significant increases in diversions or 
consumption of Great Lakes waters. 



22 



Flood Control: Public Safety 
Remains a Priority 

Flooding and erosion are natural 
hazards - hazards that some 
Ontarians face every year As the 
provincial ministry with the lead 
responsibility for flood control in 
Ontario, MNR works closely with 
conservation authorities and other 
agencies to minimize the damage 
to lives and property from flooding. 

During 1984-85, the ministry 
allocated more than $18.8- million in 
grants to fund flood and erosion 




Satellite mapping at 
the ministry's Ontario 
Centre for Remote 
Sensing is useful to 
both government and 
private industry. 



control capital projects throughout 
the province- projects primarily 
administered by local conservation 
authorities. 

In North Bay about 700 people 
along the main channel of Chippewa 
Creek are affected by flooding each 
year- with more than $200,000 in 
annual flood damage in the area. 

In 1984-85, the Chippewa Creek 
Flood Control Project got under way 
with a $306,000 grant from MNR. 
After land occupied by 15 houses 
adjacent to the river has been 
purchased, the waterway will be 
enlarged and straightened. 

The completed project will cost 
$2.4- million and significantly reduce 
the annual flooding problems— and 



will also leave the city of North Bay 
with a new greenbelt of parkland and 
added recreational space. 

In Thunder Bay erosion threatened 
about 60 homes and two roads 
along the steep -and rapidly 
disappearing - banks of the 
Kaministiquia River During 1984-85, 
the Kaministiquia River Erosion 
Control Project got under way with 
the help of a $654,500 grant to the 
Lakehead Region Conservation 
Authority. 

This $1.5- million project involves 
shoring up the steep banks along an 
850- metre section of the river, and 
then placing rock-filled wire- mesh 
boxes along the repaired slope to 
prevent further erosion. There are 
also plans to relocate sections of the 
two roads to further reduce the risk 
to public safety. 

Making the Best Use of 

Remote Sensing 

Remote sensing technology is so 
new that many people in business 
and government have not yet con- 
sidered all the things it can do for 
them. So Ontario's young remote 
sensing industry needs a shot of 
public relations. 

Accordingly, one of the important 
roles of the ministry's Ontario Centre 
for Remote Sensing COCRS) is 
helping private industry, the academic 
community and other agencies 
understand the many different 
applications of remote sensing 
technology— technology which can 
be used for mineral exploration, 
forestry inventory and general 
education purposes. The centre also 
helps the remote sensing industry 
seize potential market opportunities. 

These goals are being achieved 
through two new committees 
created during 1984-85: the OCRS 
Industrial Advisory Committee, 
made up of representatives of remote 
sensing industry consultants and 
manufacturers; and the Inter- 
ministerial Advisory Committee 
made up of representatives from 
nine Ontario government ministries 
and Ontario Hydro. 



23 




A computpr uses 
satellite dota tn 
produce a map at the 
ministry's Ontario 
Centre for Remote 
Sensing. 



Satellite Mapping for 

Peat's Sake 

Knowing more about Ontario's 
peatland resources is important for 
a number of reasons. 

Peat is a cheap source of fuel, and 
Ontario's peat resources are thought 
to be equal to about 72 billion 
barrels of oil. Peat can also be used 
as fertilizer by farmers, foresters and 
home gardeners. As well, the wet- 
land areas where peat is found are 
valuable habitat for fish and wildlife. 

Since 1982, MNR's Ontario Centre 
for Remote Sensing has been 
working with the ministry's Ontario 
Geological Survey to develop an 
accurate inventory of Ontario's 
peatland resources -a project 
combining data from NASA's 
Landsat satellite with ground survey 
work. 

Satellite mapping is about 10 times 
faster and one-tenth as costly as 
standard methods of field surveying 
and sampling. 

OCRS has developed computer 
software which can produce colored 
maps just like maps produced by 
cartographers — complete with 
latitudinal and longitudinal 
references, grid lines, place names 
and a complete legend. 

In 1984-85, some 75,000 sq. km 
of Ontario peatland was mapped. 
Since the beginning of the program, 
a total of 200,000 sq. km has been 
mapped, and more than 800 maps 
produced. 

Word of Ontario's expertise in 
computer mapping has spread, and 
opportunities to sell that expertise 
to other provinces are slowly 
opening up. 

During the 1984-85 fiscal year, 
MNR conducted pilot peat mapping 
projects in northwestern Ouebec 
and in western Newfoundland at the 
invitation of the Quebec Ministry 
of Energy and the Newfoundland 
Forest Research Centre. 

Both projects were successful, 
and the Quebec government has 
already decided to employ MNR- 
developed satellite mapping 
techniques to map out additional 
peatland areas in the future. 



24 



Removing the Danger of 
Inactive Mines 

Old, abandoned mines can some- 
tinnes pose a danger to the public. 
Some inactive underground 
workings are close to the ground 
surface -and could collapse fairly 
easily. 

Since 1983, under a co-operative 
program with the Ministry of Labour, 
MNR has closed up and secured 
125 of these inactive mine sites 
across Ontario. 

During 1984-85, MNR contracted 
with a number of mining firms to 
conduct surface mapping in the 
Timmins and Kirkland Lake areas 
to determine the location of inactive 
mines sites. Collapsible surfaces at 
the sites have been noted, and 
building permits for these areas 
cannot be issued until the sites have 
been properly secured. 

A Who's Who of Rural 

Erosion and Sedimentation 

Control 

The effects of erosion and flooding 
can be costly— particularly for 
farmers in rural areas who some- 
times see topsoil washed away or 
irrigation waterways eroded or 
clogged up with sediment. 

Government help is available, but 
in the past it has sometimes been 
difficult for people to know just 
whom to approach. 

In May 1984, the deputy ministers 
from the three resource- based 
ministries— Natural Resources, 
Agriculture and Food and the 
Environment— met to clarify the 
roles and responsibilities of each 
ministry for soil erosion and sedi- 
mentation control in rural areas. 

The committee came up with a 
who's who of erosion and sedi- 
mentation control. 

The Ministry of Agriculture and 
Food is responsible for soil erosion 
on agricultural lands and bank 
erosion along outlet drains. The 
Ministry of Natural Resources is 



responsible for soil erosion on non- 
agricultural lands and bank erosion 
along waterways. And the Ministry 
of the Environment is responsible for 
monitoring sediment and enforcing 
water quality standards. 

Now there is a clear division of 
responsibilities. But there is still room 
for joint action by two or more 
ministries. Co-operation has always 
been — and will continue to be — very 
important in dealing with erosion 
and sedimentation problems in 
Ontario's rural areas. 

Crown Land Recreation — 
Now Visitors Help Share 
the Cost 

For decades, Ontario has attracted 
anglers, campers and sportsmen 
from all over Canada and the United 
States. Recreational opportunities 
abound in this province, and visitors 
to Ontario have traditionally made 
use of this free natural resource. 

Over the years, however, there has 
been concern that some of Ontario's 
resources are being over- used - 
and that out-of- province visitors are 
not contributing enough to the costs 
of managing the resources wisely 

Northwestern Ontario is one of the 
best recreational areas in the 
province — and about 15 million 
people live within a day's drive of 
the area. 

In 1983-84, MNR began a pilot 
study program in northwestern 
Ontario designed to reduce hunting 
pressure on deer and bear, and to 
encourage non-residents to use 
tourist facilities offered in Ontario. 

The pilot area is made up of seven 
MNR districts- Kenora, Fort 
Frances, Sioux Lookout, Dryden, 
Red Lake, Ignace and Atikokan. 



25 



During 1984-85, two new 
elements were added to the study: 
rules governing camping on Crown 
land in the pilot area, and new 
regulations aimed at preventing over- 
fishing in the border waters between 
Ontario and Minnesota. 

In May 1984, MNRbegana 
program requiring non-resident 
campers to buy permits to camp 
on Crown land in the pilot study area. 

Individuals over the age of 17 are 
charged $3 a day to camp; families 
from outside Ontario are charged 
$5 a day Non-residents who own 
property in the pilot area or who 
are renting camping equipment 
from an Ontario supplier do not 
require permits. 

Under the pilot program, certain 
areas of Crown land have been 
reserved for camping by Ontario 
residents only In addition, certain 
Crown land areas were leased to 
the private sector to be run as 
commercial camp sites — in the hope 
that this will encourage visitors to 
use alternate camping sites and 
increase revenues for Ontario's 
tourism industry. 

The program will be reviewed in 
1987, and if successful, may be 
extended to other areas of Ontario. 

Protecting Ontario's Border 
Water Fishery 

For many years, there has been 
concern about overfishing in the 
border waters between Ontario and 
Minnesota. During 1984-85, these 
concerns led to the publication of 
an extensive study of the fishery, and 
to new regulations affecting non- 
resident anglers. 



In May 1984, Ontario instituted 
a new Border Waters Angling 
Validation Tag. The tag costs $3 a 
day, and must be purchased by non- 
residents who wish to fish in the 
border waters of northwestern 
Ontario— Rainy River, Rainy Lake 
and Lake of the Woods - from a U.S. 
base of operations. 

The purpose of the new fishing tag 
is to reduce pressure on the fishery 
resource in the border waters area. 
The sale of the tags will also provide 
MNR with a headcount of non- 
resident anglers using the border 
waters fishery. 

And by making it cheaper for out- 
of- province anglers to fish from an 
Ontario resort rather than from a 
U.S. base of operations, the new tag 
will indirectly stimulate Ontario's 
tourist industry. 

In July 1984, the governments of 
Ontario and Minnesota jointly 
published a fisheries atlas of the 
boundary waters area. 

The atlas points out that north- 
western Ontario's border waters 
support more than 10 per cent of all 
non-resident angling in Ontario. It 
shows that walleye and northern 
pike are being over- harvested in the 
area, and that supplies of walleye are 
declining. It also shows that Ontario 
waters are being heavily used by 
anglers from the U.S. - with most 
of the benefits from the Ontario 
fisheries going to Minnesota. 

The atlas contains a wealth of 
information about the fishery 
resource in northwestern Ontario, 
and gives ample support for 
implementing controls on non- 
resident angling in the area. 

The Minnesota-Ontario Boundary 
Waters Fisheries Atlas was a co- 
operative project involving MNR, the 
ministries of Northern Affairs and 
Tourism and Recreation, and the 
Minnesota Department of Natural 
Resources. 



Co-operative Computer 
Mapping Project Officially 
Under Way 

In the not-too-distant future, com- 
puterized maps will be used for 
everything from police and 
ambulance calls to real estate title 
searches, flood and forest fire 
prediction. 

Computerized maps are more 
versatile than conventional maps. 
They can be updated quickly can 
be instantly superimposed on one 
another on a computer screen - and 
can then be displayed in field 
offices at the push of a button. 

A computerized mapping system 
applicable across the province has 
important ramifications for everyone. 

Computer mapping can help 
ambulance drivers get to the scene 
of an accident faster, enable police 
to investigate crimes and accidents 
with greater efficiency, provide forest 
fire fighters with up-to-the-minute 
information on the slope of the land, 
tree species in the area together 
with combustion factors, help con- 
servation authorities predict flooding 
and analyse drainage basins, enable 
lawyers to do fast title searches and 
provide quick zoning information 
to municipalities. 

In May 1984, MNR began a co- 
operative, three-year, $5.3- million 
project to develop a topographic 
database capability for land- related 
information in Ontario. 

The cost of the project will be 
shared by MNR, the ministries of 
Consumer and Commercial 
Relations, Health, Municipal Affairs 
and Housing, the cities of Cambridge 
and Woodstock, the County of 
Oxford, Bell Canada and the Ontario 
mapping industry. 



26 




Map of Yesterday Bestseller 
Today 

The ministry produced and sold 
96,000 copies of an Ontario map 
that won't help you find your way 
in 1984-85 - but no one is asking 
for their money back. 

The map- special Bicentennial 
Year commemorative souvenir - 
shows Ontario the way we were 
in 1784. 

The 76-by-60 centimetre map 
shows that part of Canada that sub- 
sequently became Ontario, along 
with portions of New York and 
Quebec, adjacent Indian nations, 
forts, trading posts, major lakes and 
rivers and historical sites. 

A combination of five separate 
maps produced between 1761 and 
1794 in London, Amsterdam, Paris 
and Philadelphia, the map is done 
in a style used in the late 1 700s when 
such documents were produced 
from engraved copper plates. 

Full-color, hand-drawn illustrations 
around the map's border depict 
Butler's Rangers and Johnson's 
King's Royal Regiment of New York, 
voyageur canoeists, Mohawk Indian 
Chief Joseph Brant, early surveying 
equipment, the eastern white pine 
— the official Ontario tree -and Sir 
Guy Carleton. 

Since its release in English and 
French versions, the map has gone 
through three printings to meet 
public demand. 



This commemorative 
souvenir map depicting 
Ontario in 1784 was 
produced for the 
Bicentennial Year by 
ministry cartographers. 



27 



Mineral Resources Management 



1984-85 Mineral Resources 
Program Highlights 

■ Total value of Ontario's mineral 
production was $4.4-billion, 24 per 
cent more than the year before. 

■ In 1984, Ontario produced nearly 
40 per cent of all metallic minerals 
and 36 per cent of all structural 
minerals in Canada. 

■ New publications of the Ontario 
Geological Survey included 84 
geoscience data inventory folios 
and 212 geoscience maps. 



■ New publications from Mineral 
Resources Branch included a 
revised edition o\A Guide to 
Legislation Affecting l\/lining in 
Ontario and a comprehensive 
volume called Silver. 

■ Under the Ontario Mineral 
Exploration Program (OMEP), 
participants spent $29.8-million on 
1 96 projects. 

■ A government task force of MNR 
and Ministry of Treasury and 
Economics staff has reviewed The 
Mining Tax Act and prepared a 
report as a basis for discussing 
changes. 



■ Mining tax revenue doubled to 
$64.5 million, reflecting the 
economic upturn of 1984 and a 
reduction in mining tax assessment 
backlog for the period 1 973-1 983. 

■ A total of 142,359 mining claims 
were in good standing and more 
than 3.6 million days of assessment 
work were performed. 

■ During the 1984 field season, the 
Ontario Geological Survey 
managed 39 regular projects and 

1 6 field crews on behalf of other 
agencies. 



<,.- 




While Ontario mineral 
production increases, 
safety is not forgotten. 





Responsible manage- 
ment of Ontario's 
pits and quarries 
includes maintaining 
the quality of the 
environment. 



(Jntario Mineral 
Production Exceeds 
$4-billion in 1984 

Ontario, if it were an independent 
nation, would rank among the 
world's top 10 metallic mineral 
producers and exporters. 

The province's mineral industry 
produced more than $4.4-billion 
worth of minerals in 1 984 -almost 
$1 -billion more than mineral 
production in 1983. 





The jump in production value 
touched every mineral 
category— metals, non-metals, 
fuels and structural minerals. 

Nickel production almost 
doubled from 1 983 to nearly 
$926-million in 1984. Copper was 
second at $552-million and 
uranium third at $539-million. 
Precious metals Cgold, silver and 
platinum group elements} 
production reached almost 
$700-million. The province also 
produced salt worth more than 
$1 00-million for the first time in its 
history. 

Maps with Potential 

On May 10, 1984, the ministry 
jointly issued with the Ministère de 
l'Énergie et des Ressources, 
Quebec, the first bilingual map 
compilation covering both sides of 
the northern Ontario- Quebec 
border. 

The map includes a general 
legend, 1 1 detailed stratigraphie 
legends and marginal notes on the 
Abitibi Subprovince— the largest 
area of Early Precambrian 
volcano-sedimentary rocks in the 
world. 



The map integrates the most 
recent geological investigations 
from Quebec and Ontario in the 
area bounded by Temagami and 
Val d'Or on the south. Lakes Abitibi 
and Matagami on the north, 
Timmins on the west, and 
Chibougamau on the east. It 
includes the mining camps of 
Timmins, Kirkland Lake, Val d'Or, 
Noranda and Chibougamau -well 
known for their gold and copper 
ores. 

The mineral-rich Shield of 
northeastern Ontario was also the 
focus of other maps released in 
1 984-85. Two sets of 40 maps 
each, at two different scales, were 
released on May 17,1 984 that 
provided a wealth of new 
information from Operation Black 
River- Matheson [BRIM], a program 
sponsored jointly by the Ministries 
of Natural Resources and Northern 
Affairs. The Destor-Porcupine fault, 
a prominent geological structure 
known for its association with 
major gold deposits, passes 
through the BRIM area. 

The maps show the results of an 
airborne electromagnetic and 
magnetic geophysical survey of 
3,550 square kilometres of the 
Black River-Matheson area 
northeast of Timmins. 

The maps pinpointed the location 
of more than 2,700 
electromagnetic and magnetic 
anomaly intercepts. Anomalies 
reveal significant differences in the 
area's subsurface geology that may 
be linked to the presence of 
economic mineral deposits. 

Mineral exploration companies 
are also looking closely at the 
results of a high sensitivity 
aeromagnetic survey of the 
Kaladar-Marmora area. The results 
of the survey— sponsored by the 
federal government and MNR 
under the minerals program of the 
eastern Ontario subsidiary 
agreement- were released in 
March 1985. The 100 
semi-controlled photomosaics 
show details of the earth's magnetic 
field plotted at 1 : 20,000 scale. 



29 




Laboratory examina- 
tion of rock samples 
is often necessary to 
understand the 
geological history of 
the province. 



The Ontario Geological Survey 
COGS] also administered 
reconnaissance till sampling and 
exploration drilling of deep 
overburden in the BRIM area. The 
results, entitled Location of Gold 
Grains in Sonic Drill San^iples from 
ttie Matheson Area, came out in 
December 1 984. It sold out quickly, 
and had to be reprinted to meet 
demand. Based on this work, a 
number of claims have been 
staked and follow-up ground work 
is currently under way 

Explorers are also interested in 
the North Caribou-Opapimiskan 
greenstone belt. The first year of a 
three-year study funded by the 
Ministry of Northern Affairs and 
administered by MNR has led to 
the recognition of gold 
mineralization in relation to major 
rock units and geological structure 
near Eyapamikama Lake. Several 
hundred claims have since been 
staked in the area. 

Development of the Hemlo gold 
area was assisted by completion of 
Quaternary geology mapping and 
an aggregate inventory in 1984-85. 
The resulting maps will assist 
exploration companies to plan 
future exploration programs, and 
assist mining companies searching 
for sand and gravel deposits for 
mine operations and tailings dam 
construction. 

1 984-85 was the third year of a 
very successful field program to 
assess the potential of Ontario peat 
deposits. 

In three years, 160 sites covering 
250,000 square kilometres have 
been investigated, revealing almost 
two billion cubic metres of fuel and 
horticultural peat. These results 
have been published to provide 
private industry with information to 
assess these resources. 

A gravity survey completed in the 
Kirkland Lake, Larder Lake and 
Matheson area involved 850 rock 
density determinations and 
measurements at 2,000 gravity 
stations. Gravity surveys map the 
deeper geological and structural 
characteristics of the earth's crust. 



The resulting maps allow a better 
understanding of the deep 
subsurface form of the rocks and 
their associated mineral deposits. 

Staff from the OGS and the 
MNR's Ontario Centre for Remote 
Sensing teamed up in 1 984-85 to 
develop a quick and easy method 
of identifying clusters of lakes that 
have recently become acidified, so 
that these lakes can be quickly 
studied and monitored. 

In 1984-85, OGS staff also 
developed an electromagnetic 
method of "depth sounding" glacial 
deposits to locate valleys filled with 
basal till where they are buried 
beneath clay deposits. 

Adding to a Rich Library of 

Mining Information 

MNR specialists pride themselves 
on expanding what has become a 
valuable library of information 
about Ontario mineral resources, 
markets and development. 

In December 1984, they 
released the first two volumes of a 
comprehensive series of books 
focusing on geological areas or 
topics important to provincial 
geology 

The Geology and Ore Deposits 
of the Sudbury Structure C$303 is 
the first of these special volumes 
and combines the best of the 
Sudbury Basin studies by Ontario 
Geological Survey staff, industry 
experts and university researchers. 

The Sudbury structure- a 
renowned treasure chest of the 
Canadian Shield -has produced 
1 4 different commodities since 
mining began in the area in 1 889. 
To date, it has led to production 
valued at about $24-billion. 

The 603-page, hard-cover 
volume includes text, geological 
and aeromagnetic maps, charts 
and technical data, and will provide 
years of use as a major reference 
text for students and others 
fascinated by the geology of the 
Sudbury area. 



30 



The OGS also released, as the 
second of its special volume series, 
an updated third edition of a classic 
textbook. The Physiography of 
Southern Ontario -a 270-page 
edition that covers southern 
Ontario's glacial history, bedrock 
geology, major river systems and 
aggregate deposits. Soil types in 55 
physiographic regions over 
southern Ontario as far north as 
North Bay are also included. The 
textbook also provides new 
information on agriculture, 
population and precipitation and 
stream-flow patterns. 













1 



In 1984, ministry 
geological staff col- 
lected data for 
publication for future 
mineral resource 
maps and reports. 



MNR also issued an updated and 
expanded version of A Guide to 
Legislation Affecting Mining In 
Ontario C$20} -everything you may 
want to know about the laws 
affecting the mining industry in 
Ontario. 

The guide, first published in 
1 979, is a major reference book for 
people involved in prospecting, 
development, operation and 
abandonment of mines, as well as 
other areas of the industry. The 
subject matter includes all key 
topics, and provides the addresses 
and telephone numbers of the 
people who have information about 
legislation and regulations. 

Following on the heels of MNR's 
highly popular book. Gold, 
released in 1 981 , comes Silver 
($15), another comprehensive 
book on a metal that has fascinated 
people throughout history. 

Aimed at a general audience. 
Silver's 400 pages are loaded with 
information for the analyst and 
investor 

The book covers topics such as: 
world mine output, Ontario's 
special contribution, silver mines in 
distant places, exploration for silver, 
monetary silver, commodity 
exchanges where silver price is set, 
the gold/silver price relationship, 
jewelry, silver bullion coins, the 
uses of silver, international trading, 
silver hoarding, modern silver 
smuggling, discoveries of buried 
silver treasure hoards from ancient 
times, and many more facts and 
features. 

Gold figured in the information 
released by OGS in 1 984-85. 
Among the 44 Open File Reports 
of projects were two that generated 
more interest than usual. 

An Integrated Model for the 
Origin ofArchean Lode Gold 
Deposits proved very popular, with 
1 ,500 copies sold in the first two 
months of release. This report 
presented a genetic model for the 
formation of Archean gold deposits 
and rational exploration guidelines 
to locate further gold deposits of 
this type. 

The other report. Heap Leaching 
in Ontario: An Example presented 
generalized design and cost 
estimates to plan a heap leach 



31 




A petroleum geologist 
classifies oil well 
samples for use by 
the petroleum 
exploration industry. 



operation that could be used to 
extract gold from ores in northern 
Ontario. 

These are just a few of the 375 
maps, studies, reports, papers, 
circulars and other published 
material issued in 1984-85 by 
MNR specialists who believe 
progress depends on accurate, 
comprehensive public information. 

Field Staff Keep Busy 

Resident geologists located 
throughout the province continued 
to regularly visit areas where active 
exploration is being carried out and 
to provide technical information to 
prospectors, mining companies 
and government services. As well, 
the yearly summary of exploration 
and mining activities for the 
province— compiled by regional 
and resident geologists— was 
released in March 1985. 

MNR district mineral resources 
staff were busy performing 
geoscience inventories; inspecting 
pits and quarries, and oil and 
natural gas wells; and ensuring that 
mineral resources were considered 



in developing wise resource 
management. 

Encouraging Exploration 

Pays Off 

Progress entails a certain amount 
of risk. Ontario wants that progress 
so it encourages and supports 
private sector investment in mineral 
exploration through the Ontario 
Mineral Exploration Program 
(OMEP) — a mineral resources 
success story. 

In 1984-85, 196 OMEP-assisted 
projects were completed. By 
providing $6.2-million, MNR 
encouraged $29.8-million worth of 
exploration. 

The first OMEP-assisted project 
went into production in June 1985. 
The Scadding gold mine— the first 
gold mine to start up in the 
Sudbury area since 1943— is 
currently shut down, but officials 
plan to reopen it in the spring of 
1 985 if the price of gold permits. 
Without OMEP assistance, the 
Scadding mine might never have 
opened. 

OMEP assistance was associated 
with other breakthroughs in 
1 984-85. Included are a discovery 
doubling the resources in a 
Porcupine gold deposit, a new 
discovery of gold mineralization in 
the Cameron Lake area, the 
location of a new gold deposit near 
Larder Lake, the discovery of gold 
bearing zones in the Mishibishu 
Lake area that has led to several 
major exploration projects, and the 
discovery of gold in Pic Township, 
west of Hemlo. 

Prospecting for New 

Technology and Knowledge 

Discovering new exploration 
techniques and new ore bodies 
doesn't happen accidentally 



32 



Among other things, it depends 
upon prospecting for new 
knowledge that goes on in 
universities, research labs and 
company offices across Ontario. 

Eighteen companies were 
awarded a total of $954,800 in 
grants in 1984-85 under the 
province's Exploration Technology 
Development Fund. 




An Ontario 
Geological Survey 
geologist investigates 
a lignite deposit in the 
Moose River Basin. 



The fund supports applied 
research and development that 
leads to the manufacture and 
marketing of equipment and 
techniques which will support 
mineral exploration. 

Since the program began in 
1981, more than $3.6-million has 
been allotted to research projects in 
Ontario. 

Nine Ontario universities also 
received a total of 24 grants 
totalling $500,000 in 1 984-85 for 
projects under the Geoscience 
Research Grant Program that 
assists private mineral exploration 
and the ministry's earth science 
program. Since 1 979 when the 
program began, more than 
$2.8-million has been granted for 
Ontario university-based research. 

Almost half of the projects relate 
to gold exploration, but new 
techniques to assess oil resen/es, to 
study the environmental and health 
impact of asbestos, and to develop 
exploration methods for base and 
precious metal mineralization are 
also being investigated. 



Putting High- Tech to Work 

The ministry's mines library, one of 
the largest geoscience libraries in 
Canada, improved its services in 
1 984-85 by obtaining a small 
computer terminal. This has 
improved the inter-library loan 
service, the ordering of documents 
and permits bibliography searches 
of 32 databases. 

Meanwhile, the geoscience data 
centre installed the first of a new 
high-density manual file storage 
system that not only saves space, 
but allows improved access to, and 
filing of, assessment data. 

Two other new pieces of 
equipment installed in 1 984-85 in 
the geoscience laboratory helped 
increase the output of analytical 
work by 20 per cent. A sequential 
X-ray fluorescence spectrometer 
system for analysing trace elements 
in samples was purchased, as well 
as an inductively-coupled 
argon-plasma mass spectrometer 
analyses system for developing 
new methods of geochemical 
problem solving. 

Another Look at The 

Mining Tax Act 

A joint MNR and Ministry of 
Treasury and Economics task force 
completed a review of the Mining 
Tax Act and prepared a draft report. 
The report is intended to be the 
basis of discussions with industry 
about improvements to Mining Tax 
legislation. 

Improvements in administering 
the act have already been made. In 
1 984-85, additional staff and the 
use of computers resulted in faster 
audits of mining tax returns, 
production of assessments and 
working papers and analyses of 
proposed changes to the Mining 
Tax Act. 

Mining tax revenues collected in 
1984-85 totalled $64.5 million, 
doubling the 1983-84 total of 
$31 .9-million. The increase is 



33 




In 1984-85 drill core 
libraries opened in 
Timmins, Kirkland 
Lake, Sault Ste. 
Marie, Tweed and 
Bancroft. 



attributed to the assessment of 

taxes for the prior years of 

1 973-1 983 and taxes collected for 

1984. 

Core Storage Libraries 

In the past, samples of diamond 
drill core were discarded after being 
tested for mineral content. Now 
they have a home in drill core 
libraries opened in 1 984-85 in 
Timmins, Kirkland Lake, Sault 
Ste. Marie, Tweed and Bancroft. 

MNR also announced that 
construction plans for new libraries 
in Thunder Bay and Kenora had 
been finalized and planning is 
proceeding for a library in Sudbury. 

The core storage libraries— some 
of them the size of curling rinks— are 
open to anyone interested in 
prospecting. The Timmins library 
staff have already catalogued and 
filed some 1 00,000 metres of drill 
core. Contained in special boxes, 
the core is classified by rock type, 
area of origin, mineral content and 
by the name of the firm responsible 
for the drilling. 

. . . And Our Next Speaker 

The spoken word and displays are 
also strong methods of spreading 
the latest information about 
minerals and mining. 

In 1984-85, the 7th Annual 
Ontario Geological Survey Seminar 
and Open House attracted 760 
registrants who heard 44 speakers 
discuss work in progress and who 
viewed 72 displays. Last year's 
special attraction was a symposium 
on hydrocarbon energy in Ontario. 
The seminar, which began in 1 979, 
is an annual review of the variety of 
geoscience activities being carried 
out by OGS personnel and grant 
recipients. 

Main office and regional minerals 
staff were also asked to help 
organize and make major 
contributions to several national 
and international scientific 
meetings, a reflection of the high 
regard in which ministry 
geoscientists are held by other 
colleagues. 

The meetings included 
international symposia on 
landslides, precious metals, and 



34 



industrial minerals; the Geological 
Society of America's annual 
meeting which focused on gold 
deposits in Archean environments; 
and the joint meeting of the 
Geological Association of Canada 
and the Mineralogical Association 
of Canada. 

Peering Into Our Volcanic 

Past 

As long ago as 3,000 million years 
ago, northern Ontario was a melting 
pot of volcanic activity. We know 
this because of research being 
done by Dr Tom Krogh, Fernando 
Corfu and others working in the 
Jack Satterly Geochronology 
laboratory that MNR helped 
establish in 1 979 in the Royal 
Ontario Museum. 

Dr. Krogh has developed one of 
the world's most advanced 
methods of dating rocks by 
examining tiny zircon crystals in 
rock samples and measuring the 
amount of uranium that has 
decayed to form lead. The method 
is complicated, but 1 times more 
accurate than the next best method 
of rock dating. 

Zircon dating can pinpoint the 
age of rocks bearing metals such 
as gold, zinc and copper 
Establishing the relationship in time 
between the mineralization and the 
rocks provides those seeking 
mineral deposits with a helpful tool 
in the search for valuable metals in 
bedrock. 

Ontario mining and exploration 
companies have begun to 
commission the team's skills to 
determine the age and positioning 
of mineral-bearing volcanic cycles. 
And MNR's Ontario Geological 
Survey has been using the team's 
dating results to improve its picture 
of northern geology in order to help 
mineral explorers in the future. 

Another Look at Superior's 

Monument Stone 

Many attractive public buildings and 
commercial structures in towns 
and cities bordering the shores of 
the upper Great Lakes owe their 
prestigious appearance in part to 
the gamut of granites, gneisses, 



sandstones, slates and even marble 
from Lake Superior and 
northward. 

Deposits of these stones abound 
from Sault Ste. Marie to the western 
borders of the province. The 
history of quarrying began in the 
late 1800s when attractive, durable 
brick-red sandstone from Verte 
Island in Nipigon Bay was mined 
and loaded on vessels that plied 
Lakes Superior, Michigan and 
Huron. 

Industrialists have quarried stone 
from time to time from major 
projects since then. The 
well-known Vermilion granite has 
been used throughout Canada and 
the United States for monuments 
and buildings. 

Last year, MNR geologists of the 
north central region began taking 
another look at their dimension 
stone resources. The two year 
Building Stone Inventory study is 
aimed at identifying and evaluating 
deposits of potential value in order 
to encourage their development to 
meet present-day architectural 
styles. 

The study is being jointly funded 
by the federal and provincial 
governments under the Northern 
Ontario Rural Development 
Agreement. The report being 
prepared will compile 
comprehensive data of value to 
geologists and potential stone 
producers about the size and 
characteristics of north central 
region dimension stones. 

One of the factors that makes 
stone quarrying in this part of 
Ontario attractive is the proximity of 
deposits to Lake Superior ports 
from which quarry blocks and slab 
stock can be transported 
inexpensively to major centres all 
along the Great Lakes-St. Lawrence 
waterway 

This ornamental stone study will 
complement similar dimension 
stone studies completed or under 
way in the northwestern, 
northeastern, Algonquin, 
southwestern, and eastern regions 
of Ontario. 



35 



Outdoor Recreation Management 

Fisheries 



1984-85 Fisheries Program 
Highlights 

■ In 1984-85, MNRfish hatcheries 
produced seven million fish, for 
stocking in more than 1 ,000 lakes, 
rivers and streams across Ontario. 

■ A total of 3.8 million fish were 
stocked in the Great Lakes alone 
during 1984-85. 



■ Ontario's commercial fish harvest 
was estimated at 30 million 
kilograms during the year, with a 
total value of $35-million. 

■ This past year, field staff carried 
out stream rehabilitation projects in 
24 rivers across the province. 

■ Last year was a great year for the 
Community Fisheries Involvement 
Program [CFIP]- 1 1 1 projects 
were approved, 70 per cent more 
than the program's first two years 
combined. 



■ And, lake trout fingerlings not only 
survived, but showed growth, when 
stocked in an acidic take that had 
been treated with lime. 

■ MNR spent $3-million on fish 
hatchery construction during the 
year. 




Fish hatcheries such 
as the Ringwood Fish 
Culture Station raised 
seven million fish for 
stocking in 1984-85. 



36 



l^ommunity Fisheries 

Involvement — The 

Enthusiasm is Growing 

The Community Fisheries 
Involvement Program [CFIP]— 
MNR's unique joint venture with the 
public to improve the province's 
fishery resource— had a banner year 
in 1 984. It was the program's third 
and most successful year by far. 



I 




Stream restoration is 
an essential part of 
fisheries management. 




There were 111 CFIP projects 
approved in 1 984, almost triple last 
year's total and close to 70 per cent 
more than the first two years of the 
program combined. 

Joint projects under CFIP include 
stream rehabilitation, fish stocking 
and the creation of spawning beds. 
This year, walleye projects 
predominated in the northern part 
of the province, while in southern 
Ontario, the focus was on habitat 
rehabilitation. 

By the end of the fiscal year, the 
accomplishments of the program 
were truly impressive. People 
working on CFIP projects created 
or improved 1 2,000 square metres 
of walleye spawning beds. They 
stocked more than five million 
walleye fry and 1 77,000 walleye 
fingerlings. They improved 3,500 
square metres of streams and 770 
square metres of trout spawning 
beds and stocked 7,000 rainbow 
trout yearlings and 93,000 brown 
trout fry. 

As word of the program spreads, 
public enthusiasm is growing. The 
public groups are encouraged to 
select their own projects for 
approval and many do so. MNR 
pays for working materials, such as 
rental equipment, gravel and 
lumber Community groups 
interested in getting involved in 
fisheries management provide the 
muscle. 



37 



The total cost to MNR for the 
1984-85 CFIP program was 
$337,1 00. But the total value of the 
work performed by fishing 
enthusiasts and community groups 
was closer to $2-million— 
representing a substantial saving to 
the taxpayer. 

Participants in CFIP now have a 
way of keeping in touch with what 
other project workers are achieving 
through a newsletter introduced this 
year called Community Clips. Two 
issues were distributed, one in July 
and another in the fall. 

In response to the needs of the 
people who participate in the 
program, the ministry completed 
Part 1 of a new CFIP field manual 
in the summer of 1 984. Entitled 
Trout Stream Rehabilitation, the 
manual provides a valuable tool to 
people involved in stream 
improvement work. In the fall of 
1 984, MNR staff started work on 
Part 2 of the field manual, which will 
deal with lake and warmwater fish 
species. 

Hope Spawns for Even 
Bigger Walleye Catches 

Walleyes are Ontario's favorite game 
fish -and the reason many 
American tourists come north. To 
keep up with demand, MNR 
fisheries specialists expanded their 
walleye management program 
during the spring and summer of 
1 984. Along with volunteer groups, 
they carried out more than 45 
separate projects under CFIP 
Projects in all eight MNR regions 
included habitat improvement, adult 
transfers, fry and fingerling stocking 
and assessments of existing walleye 
populations. 

At Longhorn Lake, in MNR's 
Northwestern Region, where the 
walleye population is in decline, a 
private tourist outfitter sponsored a 
CFIP project to construct four new 
walleye spawning beds. 

In Algonquin Region, the Loring 
Restoule Vacationland Tourist 
Association sponsored a project to 
improve their existing walleye ponds. 
The association has also stocked 
more than 50,000 walleye 
fingerlings in Wilson Lake- with 
good survival rates. 

The Hearst Angler and Hunter 
Club in Northern Region and the 




Through the 
Community Fisheries 
Involvement Program, 
interested volunteers 
can help MNR im- 
prove Ontario's 
fisheries resource. 



South Lancaster Fish and Game 
Club in Eastern Region worked on 
improving walleye spawning beds 
in local rivers. 

In 1 984-85, the ministry 
supervised the collection and 
fertilization of 27-million walleye 
eggs from 29 different sources. 
From those eggs, between five- and 
six-million hatched fry were stocked 
in lakes or rivers. The remainder 
were reared further in a total of 54 
ponds throughout Ontario. From 
those rearing ponds, 700,000 
fingerlings were harvested. 

By the end of the summer, 37 
bodies of water had received walleye 
stock produced by these projects. 
And that was just their first year of 
operation. In all, it was great news 
for Ontario's walleye anglers. 



Fisheries Acidification 
Program 

The effects of acidic precipitation in 
our lakes and rivers can be very 
damaging to fish populations. 
MNR's ongoing work in this area is 
helping to pinpoint exactly how 
acidic precipitation affects fish and, 
with that knowledge, find ways to 
respond. 

The fiscal year 1 984-85 was the 
third year of the MNR Fisheries 
Acidification Program. Data 
collected through intensive surveys 
of 24 lake trout lakes and a regional 
survey of another 1 ,200 lakes that 
contain lake trout, was analysed and 
a report prepared. The 
conclusion -some 80 lakes, or 3.7 
per cent of Ontario's 2,200 lake 
trout lakes, are currently acidified. 

In a joint project between the 
Ministries of Natural Resources and 
Environment, scientists are 
experimenting with ways to 
neutralize acidic and acid-stressed 
lakes. For instance, the addition of 
lime to acidic lakes has been found 
to temporarily improve water quality 
for fish by significantly raising the pH 
level. 

To raise the pH level of Bowland 
Lake, located northeast of Sudbury, 
a Canso water bomber was hired 
by MNR from a contractor Over a 
three-day period in August 1983, 
the Canso, flying 50 metres above 
the 1 .5-kilometre-long lake, dropped 
39 loads of dry calcium 
carbonate -a total of 86 tonnes. 

Fish surveys conducted in 1984 
showed that lake trout fingerlings 
introduced to Bowland Lake after 
the treatment not only survived, but 
showed good growth. 

While the situation of acidic lakes 
is serious for lake trout, MNR 
scientists have found that the brook 
trout is less vulnerable due to its 
natural spawning habits. Adult 
brook trout select spawning sites 



38 



with considerable groundwater flow, 
such as springs and upwellings. 
This serves to protect early 
developmental stages- their eggs 
and larvae— from the acidic waters 
of melted snow. During 1984-85, 
MNR fisheries managers analysed 
groundwater flowing through 
several brook trout spawning sites 
and found that the water is generally 
much better buffered and has a 
higher pH than the surrounding lake 
water 

All of the studies and experiments 
undertaken by MNR's Fisheries 
Acidification Program provide strong 
arguments for the ministry's 



» 




Millions of eggs are 
collected annually 
from spawning fish 
in the wild by ministry 
staff. 



continuing work to reduce 
emissions to protect our fish 
populations. They also help to 
develop ways of protecting and 
rehabilitating our acid-stressed lakes 
in the short- and long-term. 

The Fl Splake Proves its 
Worth 

Several years ago, fisheries 
managers concluded that in some 
inland lakes, stocked lake trout or 
brook trout were not contributing 
substantially to the sports fishery. 
Having concluded that these lakes 
could not be rehabilitated with either 
lake trout or brook trout, managers 
started looking for an alternative that 
could produce a high quality fishery. 

Enter the Fl splake— a hybrid 
created by crossing female lake 
trout with male brook trout. 
Research had shown that in many 
lakes where self-sustaining 
populations of trout could not be 
established, the Fl splake survived 
longer, grew larger and were caught 
more frequently than stocked lake 
trout or brook trout. 

If F1 splake were this good, 
ministry biologists asked, could they 
be made any better? 

To find out, they crossed different 
combinations of domesticated and 
wild stocks of parent lake trout and 
brook trout. Both wild brook trout 
stock from Lake Nipigon and 
domestic hatchery brook trout were 
crossed with wild lake trout stock 
from Lake Manitou. The resulting 
hybrids were then stocked in 
selected lakes. 

Comparative studies showed the 
hybrid from two wild stocks did not 
fare well. It was too wild to do well 
in the controlled environment of the 
hatchery, and it grew too slowly 
Because it left the hatchery at such 
a small size, it did not survive well 
after it was stocked. 

The half wild, half domestic Fl 
splake, on the other hand, did very 
well in the hatchery— because one 
of its parents was already 
domesticated. It enters the wild at a 
large enough size that it survives 
and grows well— up to an age of 
1 6 years and a length of 75 cm in 
one celebrated case. 



39 



The F1 splake program is now 
rapidly expanding to provide Inigin 
quality angling in inland lakes where 
rehabilitation with lake trout or brook 
trout cannot occur 

Counting Trout on the 
Ganaraska River 

Since 1 974, the Ganaraska River 
fishway at Port Hope has given 
migrating trout access to an 
excellent upstream spawning and 
nursery area. In the spring of 1 983, 
workers at the fishway counted 
10,000 rainbow trout going through 
the ladder 

It looked good. But was anything 
really happening upstream? Until 
this year, there was no precise count 
of the number of young rainbow 
trout being produced in the 
headwaters of the Ganaraska. 

MNR solved the problem last year 
by installing a fish counting weir in 
the river. Workers at the weir 
captured 2,352 young of the year 
and juvenile rainbow trout migrating 
downstream. The fish were 
anywhere from four to 24 
centimetres long. 

Along with "head counts" of adult 
rainbow trout travelling through the 
fishway, fisheries specialists now 
have a more accurate reading of 
how many fish are being produced 
in the river system. 

More importantly this kind of data 
assists fisheries managers in better 
understanding fish populations and 
in arriving at management decisions 
for the wise use of the fisheries 
resource. 

Streamlining Ontario^s 

Commercial Fishery 

The modernization of Ontario's 
$35-million commercial fishing 
industry moved into high gear in the 
spring of 1984, when the Ministry 
of Natural Resources assigned 
individual species quotas to 
commercial fishermen in Ontario. 



The quota system was adopted 
after several years of information 
exchange and consultation between 
MNR staff and the commercial 
fishing industry. 

A joint MNR-commercial fishing 
industry committee agreed that 
limiting the total weight of any one 
species that can be caught by 
commercial fishermen is the most 
effective way to control the 
commercial fish han/est. Previously, 
commercial catches were controlled 
through a system of indirect 
regulations that included limiting the 
type and amount of equipment to 
be used. As well as being inefficient, 
these deterrents often served to 
prompt overfishing and added to 
unstable market conditions. 

The new system of individual 
species quotas enables fishermen 
to plan their operations and make 
better business decisions. 

Fishermen who felt they were 
treated unfairly were able to appeal 
to Quota Review Committees- one 
each for Lake Ontario, Lake Erie, 
Eastern Lake Superior, Western 
Lake Superior, Lake Nipigon, and a 
sixth for Lake Huron, Georgian Bay 
and the North Channel. 

Each committee was made up of 
an impartial chairman, a 
representative of the commercial 
fishery and an MNR representative. 
Individual cases were reviewed by 
the committee and committee 
chairmen sent their recom- 
mendations to the Minister prior to 
the Minister making his decision. 

Although the new system was 
designed in consultation with the 
industry, it did not enjoy the full 
support of all commercial 



40 



fishermen. Late in 1 984, a small 
group of commercial fishermen 
challenged the province's authority 
to impose fishing quotas. In 
February 1 985, the matter was 
resolved when the Ontario Court of 
Appeal declared the Minister of 
Natural Resources does have the 
authority to set commercial quotas. 




Ministry staff inspect 
a catch by commercial 
fishermen to ensure 
that it meets catch 
regulations. 



Expanding MNR*s Fish 
Culture Facilities 

Not all fish grow up in the great 
outdoors. This year, MNR spent 
$3-million on capital development 
projects to help build and improve 
fish culture stations throughout the 
province. 

A new $2-million North Bay 
Substation, completed in August 

1984, will produce 600,000 lake 
trout, brook trout and splake 
annually for stocking in inland waters 
in Northeastern and Algonquin 
Regions. 

MNR also expanded the 
Normandale Fish Culture Station 
this year by adding a $460,000 
broodstock building. Normandale 
fisheries specialists are developing 
new and improved strains of 
rainbow trout. The new broodstock 
building allows them to raise more 
semi-wild strains of rainbow trout 
broodstocks for future stocking in 
the Great Lakes. 

At the new Han^^ood fish culture 
station on Rice Lake, construction of 
a water supply and catchment 
system was completed in March 

1985. The station, to be completed 
by the fall of 1 986, is designed to 
produce 800,000 fish annually- 
mostly lake trout and brown trout— 
for stocking in Lake Ontario and 
eastern Ontario lakes. 

At Sault Ste. Marie, the Tarentorus 
fish culture station is undergoing 
major renovations to raise its 
production capacity to 1 .5 million 
fish a year from the current 700,000. 
Construction was started this year 
on a new water supply pipeline. 
The renovated facility will provide 
lake trout and brook trout for Lake 
Superior and other inland lakes. 



41 



Outdoor Recreation Management 

Wildlife 



1984-85 Wildlife Program 
Highlights 

■ MNR's wetland guidelines were 
tabled in the Legislature on April 1 2, 
1984. 

■ MNR biologists learned more 
about polar bears by capturing and 
tagging 200 animals in the Hudson 
Bay area. 



■ Canada Life Assurance 
Company became the first private 
company to get involved in 
Ontario's peregrine falcon 
re-introduction program. 

■ MNR helped re-introduce the 
wild turkey to Ontario. 

■ Moose herds are showing signs 
of growth, thanks to mild winters 
and the new selective harvest 
program. 



■ Moreanterlesstags-7,880 
more than in 1983-84-were 
issued to deer hunters, thanks to a 
selective harvest system that is 
increasing provincial herds. 




Wetlands: The Secret is Out 

When is the last time you read a 
poem about a swamp? 

Swamps and their 
siblings- bogs, fens and 
marshes- have a public relations 
problem. Along with peatlands, 
sloughs and mires, they comprise 
wetlands- probably the 
hardest-working, least known and 
least praised natural resource in 
Ontario. 




In 1984, guidelines 
for wetlands manage- 
ment in southern 
Ontario were tabled 
in the legislature. 




Wetlands store and purify water, 
aid in flood control, provide 
opportunities for outdoor recreation 
and foster the growth of timber 
products, wild rice and countless 
wildlife species. 

But less than one-fifth of southern 
Ontario's original wetland area 
remains in a natural state. These 
ecologically-rich waterlogged areas 
have been paved over, plowed 
under and isolated from the bodies 
of water they nourish and replenish. 

Wetlands have been called 
nature's best-kept secret- but the 
secret is getting out, thanks to 
MNR's efforts to protect them. 

In Apnl 1984, guidelines for 
wetlands management in southern 
Ontario were tabled in the provincial 
legislature. The guidelines were 
drafted after extensive public 
consultation, and provide a basis for 
a formal policy statement on 
wetlands under the Planning Act. 

The wetland guidelines give 
municipalities and other planning 
agencies a management tool which 
helps them to protect significant 
wetlands, and to give increased 



43 



consideration to other wetlands 
which might be affected by 
development proposals. 

In addition to fostering public 
awareness of wetlands and enlisting 
the support of special interest 
groups, MNR set aside $250,000 a 
year for the next three to four years 
to complete an inventory of 
wetlands in southern Ontario. 

In the summer of 1 984, 95 MNR 
district and conservation authority 
staff members took the ministry's 
wetlands evaluation course. This 
prepared them for the task of 
ranking 700 wetlands inventoried in 
1 983 and 1 984 into seven classes. 
The classification levels indicate the 
degree of importance attached to 
each wetland. 

MNR's Wildlife Branch has 
summarized information on classes 
1 , 2 and 3 wetlands in an interim 
provincial report on the 1 70 
wetlands ranked to date. A 
provincial wetland data base is 
being developed to store and 
retrieve wetlands information. Staff 
from two MNR regions prepared a 
wetlands slide/tape presentation for 
use at meetings with municipal 
councils and planning agencies. 

In March 1 985, wetlands were 
the theme of MNR's popular display 
at the Toronto Sportsmen's Show. 
Some 210,000 people visited the 
exhibit which included 
reconstructed ponds with live 
ducks, other animals that depend 
on wetlands and a variety of live 
demonstrations. 

Making Ontario's Polar 

Bears Lie Down and be 

Counted 

The polar bear is the largest and 
most familiar mammal in the far 
North and the welfare of Ursus 
mahtimus is both of national and 
international concern. 

There are a lot of unanswered 
questions atx)ut Ontario's polar 
bear population. How many bears 
are there? What are their family lives 
like? How and where do they travel? 

Wildlife specialists have been 
counting Ontario's polar bears from 
the air since 1 963. But this year the 
program really got its feet on the 
ground. 




Polar bears were 
examined, tagged and 
released during the 
ministry's polar bear 
research program. 



In the summer and fall of 1 984, 
MNR researchers captured, 
studied, tagged and released 200 
polar bears along the Hudson Bay 
shoreline. 

Once the animals were sighted 
from the air, they were darted with 
tranquillizers. After landing and 
approaching cautiously, biologists 
weighed and measured the bears, 
took blood samples, examined 
teeth, conducted pregnancy tests, 
recorded heart and respiration rates 
and took the animals' temperatures. 
Twenty-eight females were fitted 
with radio transmitter collars so the 
researchers could continue to track 
the bears' movements after they 
were released. 

Preliminary results indicate 
Ontario's polar bear population 
could be as high as 600 or more 
- almost twice as large as 
previously thought. There is also 
evidence that bears move freely 
between Ontario and Manitoba, and 
even north of Belcher Islands. 

Special equipment, special 
techniques and special co-operation 
were needed to track the bears. 

The wildlife research section 
leaned heavily on the expertise of 
avionics specialists from MNR's 
Aviation and Fire Management 
Centre to equip a ministry Twin 
Otter with super-sensitive antennae 
that can locate a radio-collared bear 



up to 100 kilometres away This 
device, coupled with the new 
LORAN-C navigation system, 
enabled researchers to track the 
bears as far away as 200 kilometres 
north of the Belcher Islands, in the 
Canadian Arctic. 

New Hunter*s Guide Issued 

MNR's new Hunter's Guide was 
released late in 1 984, as part of a 
continuing commitment to improve 
hunter education. 

The book contains detailed 
information on wildlife identification 
and management, wilderness 
survival, first aid and physical fitness, 
as well as a full discussion of hunter 
ethics and hunting techniques. 

Developed with the assistance of 
the Province of Alberta and the 
National Rifle Association, the 
Hunter's Guide is available in both 
English and French, and is 
published and distributed by the 
Ontario Federation of Anglers and 
Hunters. 

The 300-page, full-color 
publication will serve as the official 
manual for Ontario's hunter 
education program, and can be 
purchased from the OFAH or local 
ministry offices at a cost of $9.95. 

Fostering More Humane 

Trapping 

Humane trapping of fur-bearing 
animals is an ongoing concern 
among trappers, the fur industry 
and the general public. Since 1 980, 
the ministry has initiated a series of 
changes to Ontano's trapping laws 
to make trapping as humane as 
possible. 

In January 1985, a new 
regulation under the Game and 
Fish Act was introduced which 
gives Ontario the most 
comprehensive humane trapping 
legislation anywhere in North 
America. 

The new regulation covers 
several trapping practices and 
devices. In particular, leg-hold traps 
may now be used as live-holding 



44 



devices on land only when used to 
trap foxes, coyotes, wolves, bobcats 
and lynxes. When leg-hold traps are 
used for taking muskrat, drowning 
sets must be used. 

The regulation also controls the 
way in which snares are set, and 
regulates the use of body-gnpping 
traps such as the Conibear 

Trappers operating south of the 
French and Mattawa Rivers are 
required to check their live-holding 
traps daily under the new 
regulation. Beginning in 1986, daily 
checks of live-holding traps will also 
be mandatory throughout most of 
northern Ontario. 

Laying Down the Law 

Ontario's 235 conservation officers 
and their 500 deputies are the 
front-line guardians of our 
province's natural resources. 

Conservation officers check on 
wildlife habitat, apprehend 
poachers, patrol provincial parks, 
and even help fight forest fires when 
extra manpower is needed. Public 
education is also a key part of their 
work, and they are often invited to 
speak to groups of citizens 
interested in the laws relating to the 
outdoors. 

COs also work closely with 
wildlife enforcement officers in other 
jurisdictions. 

In 1984, Ontario played a key role 
in "Operation Falcon", a four-year 
international investigation into a 
worldwide black market in 
protected birds, and one of the 
largest wildlife law enforcement 
initiatives ever launched in North 
America. 

Investigators found there had 
been a multi-million-dollar market 
for endangered birds of 
prey- including peregrine falcons 
and gyrfalcons. Birds entering the 
illegal market were sometimes from 
Ontario sources. 

The birds were stolen from the 
wild, or smuggled into Canada from 
the U.S. and then exported illegally 
to buyers abroad, primarily in the 
Middle East. 

In June 1984, Ontario 
enforcement officers helped with a 
U.S.-initiated "sting" operation that 
resulted in more than 80 charges 



being laid against 35 people in 
Canada and the United States. 

And in February 1985, Ontario 
issued warrants for the arrest of 
another nine people, as the 
investigation continued. 

Some 300,000 people in Ontario 
encountered one of MNR's 
conservation officers during 
1984-85. In most cases, the COs 
provided help and advice to 
outdoors enthusiasts. But other 
encounters involved the protection 
of Ontario's natural resources. 

In all, more than 1 1 ,000 charges 
were laid by COs last year -about 
60 per cent of them for fish and 
wildlife violations. The fines collected 
as a result of the charges totalled 
around $750,000. As well, 
conservation officers issued 
warnings to more than 1 1 ,000 
people. 

This year, in addition to those 
COs keeping an eye on our sports 
fishermen, a specially-trained group 
of conservation officers was 
assigned to the task of enforcing 
commercial fishing quotas. 

A new regulation protecting eight 
types of Ontario's turtles is also 
being enforced by our COs. 

Information Please 

MNR gets requests for 
information— often by the tens of 
thousands. 

Answering all those requests for 
information from the public keeps 
MNR staff busy throughout the year. 

This year, MNR wildlife 
information staff handed out about 
600,000 summaries of provincial 
hunting regulations and another 
25,000 summaries of our trapping 
laws. 

Every year, the ministry staffs two 
booths in Toronto— at the Toronto 
Sportsmen's Show and the Ontario 
Hunting Show. This year, MNR also 
had information booths at a 
number of major sports shows in 
the United States. 

To celebrate National Wildlife 
Week in April 1 984, the ministry 
sent special teachers' kits, 



45 




The blue racer— an 
endangered snake — 
was the subject of a 
habitat study on 
Pelee Island. 



purchased from the Canadian 
Wildlife Federation, to thousands of 
Grade 4, 5, and 6 teachers across 
Ontario. During 1984's National 
Wildlife Week— which focused on 
wetlands— ministry staffers visited 
classrooms throughout the 
province. They talked to children 
about wildlife, and handed out 
20,000 souvenir "Wetlands and 
Wildlife" T-shirt transfers and 20,000 
bookmarks depicting a typical 
wetland resident: a frog in a marsh. 

In the course of day-to-day 
operations, MNR wildlife staffers 
across the province talked about 
conservation to more than 1 5,000 
children, either in t-he classroom or 
during youth group meetings. 

Participation Power 

In the past, public involvement in 
wildlife management often meant 
the public asking the ministry for 
help or information. These days it 
often works the other way around. 

Special interest groups now 
provide information, expertise, and 
other support for the ministry with a 
wide variety of wildlife projects. 

With the continued support and 
co-operation of the interested 
public, MNR is meeting more of its 
resource management objectives 
than ever before. 

Here are just a few of the ways in 
which private funds and manpower 
were used in co-operative efforts 
with the ministry to improve wildlife 
management in Ontario during the 
fiscal year: 

■ The Long Point Bird Observatory 
and the Federation of Ontario 
Naturalists co-sponsored a project 
in which data were collected for an 
Ontario Breeding Bird Atlas. MNR's 
contribution to the project included 
$25,000 and air flights and 
accommodations for volunteer 
workers in the northern regions. 
The project will end its five-year 
term in 1985. 

■ The ministry provided bald eagle 
chicks from northwestern Ontario 
to the Canadian Wildlife Service for 
release projects at Long Point. 
Funding for the projects was 



donated by the Eisa Wild Animal 
Appeal of Canada. 

■ Research assistance was 
provided by the ministry to the Long 
Point Observatory's Ontario Lakes 
Loon Survey which ran from 1 981 
to 1984. Information was collected 
on the loons presence and 
breeding success, and the possible 
impact of acid rain on the loon 
population of Algonquin Park. 

■ Scientists at the University of 
Guelph, in co-operation with MNR 
staff in the southwestern region, 
have been successful in 
germinating small white lady's 
slipper seed. 

Giving Deer a Better 

Chance 

Ontario's deer population received 
a helping hand from government 
and sports groups in 1 984-85, for 
the second year in a row, as a 
co-operative deer study continued 
looking into the effects of 
supplementary feeding on deer 
survival and productivity. 

Sponsored by the Ontario 
Federation of Anglers and Hunters, 
the Northern Ontario Tourist 
Outfitters Association and the 
County of Simcoe, the study was 
supervised by MNR staff in the 
districts of Huronia, North Bay and 
Wingham. As well, projects from 
the federal-provincial special 
employment program, Canada 
Works and Youth Opportunities 
were added to the study this year 

One of the major objectives of the 
study was to determine the effects 
of supplementary feeding of deer in 
winter. Approximately 1 ,140 deer 
were observed for more than 570 
hours during the 1 984-85 study 
year Experiments with different 
types of feed and feeders were 
combined with studies on the 
physical condition of deer Biologists 
are confident these studies will 
provide vital information on means 
to ensure winter sun/ival of deer 



46 




Conservation officers 
at Cambridge district 
office helped break 
an illegal worldwide 
black market in 
protected birds. 



Ministry efforts to capture deer 
were also very successful this year. 
A total of 50 males and 70 females 
were tagged: 56 fawns, 1 6 yearlings 
and 48 adults. Of these, 75 received 
radio collars, bringing the total of 
radio-collared deer to 96 in the 
study areas. 

These deer were monitored to 
assess their productivity, survival 
rates and the effects of 
supplementary feeding on the herd. 
Deer were followed from winter 
areas to summer ranges for 
distances from four to 85 
kilometres. Movements on summer 
range covered two to five square 
kilometres. 

Other projects during 1 984-85 
involved studying the causes of 
mortality in does— from wounding, 
hunting and poaching to starvation, 
prédation and road-kills. This 
information— which is being 
compared to fawn production and 
survival— will be used to help 
biologists determine the allowable 
harvest in the coming years. 

Ontario Peregrines get a 
little "Insurance" from 
Canada Life 

During 1984-85, private industry 
got involved in the ministry's 
peregrine falcon program for the 
first time. 

A few years ago, the peregrine 
population of Ontario was very low, 
due to DDT poisoning. Since 1977, 
MNR has released 85 peregrines 
which were bred in captivity. 
Fifty-eight of those birds were 
released in Algonquin Park, 20 at 
various sites in Toronto, and seven 
in MNR's Brockville district. 

This yean Canada Life Assurance 
offered the use of its downtown 
Toronto office tower to the 
peregrine program as an ideal 
release site near Lake Ontario. 

Canada Life also made a 
contribution to the World Wildlife 
Fund which paid for an on-site staff 
person for the project. And the 
company provided food, release or 
"hack " boxes, and security for the 
birds. Seven falcons were freed in 
two separate releases from the 
Canada Life eyrie. 



47 



Ontario received wild 
turkeys from Michigan 
and Missouri as part 
of a wildlife exchange. 



More on Protecting 
Endangered Species 

Building up the peregrine 
population is just one method used 
by the ministry to protect Ontario's 
endangered species. Safeguarding 
the natural habitat of wildlife is also 
a key role of MNR wildlife scientists. 

Ontario's only viable population 
of Karner blue butterfly is located in 
Pinery Provincial Park on Lake 




Huron south of Grand Bend. But 
the species is endangered— only 
about 300 pairs of Karner blues 
remain. 

In July 1984, the ministry 
received a grant from the World 
Wildlife Fund and commissioned 
population studies of the Karner 
blues to see if reconstructing their 
natural habitat is feasible. 

As a result of that study one 
hectare of land was cleared to 
create a meadow where the 
butterflies can breed. About 250 
lupine plants, which are necessary 
to the species' survival, were 
germinated in a nursery and 
scheduled for planting in spring of 
1 985. Once the new habitat is 
secure, an initial six pairs of 
butterflies will be placed in the 



meadow, where MNR biologists 
hope the insects will begin to 
reproduce. 

Pelee Island was the location of 
another habitat study in 1984. This 
time it was the endangered blue 
racer snake being studied, with 
MNR's Chatham and main offices 
funding the project. 

There are also endangered tree 
species in our province— such as 
the Kentucky coffee tree, the blue 
ash, and the hop tree — and 
seedlings from these species were 
grown in MNR's St. William's 
Nursery in 1 984. As well, draft 
guidelines on the appropriate 
transplanting methods for these 
and other rare trees were drawn up 
during 1984-85 by MNR's 
southwestern regional office. 

Reduced Bag Limits on 

Black Ducks 

Since the mid-1950s. North 
America's black duck population 
has dropped by 60 per cent, due to 
deteriorating habitat, cross-breeding 
with mallard ducks and possibly 
over-hunting. 

In 1 983, Ontario appealed to 
duck hunters to reduce their take 
voluntarily In 1984, Ontario moved 
to reduce bag limits significantly 

Previously, hunters were allowed 
to take six black ducks a day and 
to have 1 2 in their possession. The 
new limits are two a day in northern 
Ontario and one a day in southern 
Ontario, with a possession limit of 
four. 

Ontario is also working closely 
with U.S. authorities in other ways 
to protect the species. 

MNR has representatives on both 
the Atlantic Flyway Council and the 
Mississippi Flyway Council. Both 
these groups encourage 
international co-operation in 
waterfowl management, through 
harvest control, banding studies to 
determine survival rates and 
pinpoint where the birds are being 
harvested, and habitat conservation. 



48 



International Wildlife 

Networking Leads to return 

of 'Big Bird'' 

The early Ojibwa Indian people 
believed the wild turkey had 
mystical significance. They called it 
"Misisse" or "big bird". 

The species was abundant in 
southern Ontario until the 
mid- 1800s, when it began to 
decline rapidly as settlements 
destroyed its natural habitat. Efforts 
were made to protect it and to 
restrict its hunting. 

But in 1 904, Ontario's Chief 
Game Warden declared there were 
no wild turkeys left in the province. 

Since the mid-1 950s, restocking 
efforts in the U.S. have successfully 
restored the wild turkey to its former 
range-and beyond. In Ontario, 
such efforts have been 
disappointing, because the 
pen-reared birds traditionally used 
were not able to survive in the wild. 

But in 1 984, a new program to 
re-introduce wild-caught wild 
turkeys to Ontario was instituted, 
using birds obtained from Michigan 
and Missouri. In exchange, for every 
two birds, Ontario agreed to 
provide Missouri with one river otter 
As well, Michigan was promised 
one Ontario moose for every five 
turkeys received, in order to help 
re-establish a moose herd in the 
.state. In January 1 985, 29 adult 
moose - 1 bulls and 1 9 cows - 
were airlifted from the interior of 
Algonquin Provincial Park to nearby 
Mew Lake (located on Highway 
60), placed in specially built crates 
and then transported by truck to 
Michigan where they were 
successfully released. 

As a result of these projects, a 
real wildlife exchange network has 
sprung up. 



In 1985, New York and Iowa 
joined in wildlife exchanges. New 
York was promised grey partridges 
in exchange for its wild turkeys, 
while Iowa agreed to pay back (in 
wild turkeys) some Canada geese 
Ontario had supplied in the past. 

The wild turkey reintroduction 
program is off to an excellent start. 
Michigan birds introduced in MNR's 
Napanee district have already 
shown an ability to survive and 
reproduce. Missouri birds 
introduced in the Simcoe district did 
not fare as well, largely due to 
severe winter weather at the time of 
release, and attacks by predators 
such as foxes and great horned 
owls. 

Wild turkey reintroduction in 
Ontario has been a co-operative 
venture involving MNR, the Ontario 
Federation of Anglers and Hunters 
and the Federation of Ontario 
Naturalists. 

The OFAH has set up a trust fund 
and appealed for donations to help 
finance the transportation and 
monitoring of the birds. Response 
from the public -sportsmen and 
naturalists alike- has been 
excellent. The fund is expected to 
provide between $50,000 and 
$60,000 a year for the next three 
years to help re-establish a 
self-sustaining population of wild 
turkeys in Ontario. 

More Progress in Rabies 

Research 

Last year, more than 70 per cent of 
all diagnosed cases of rabies in 
Ontario were attributed to red foxes 
and skunks. 

In September 1 984, MNR's 
wildlife experts successfully tested a 
new bait designed to deliver liquid 
rabies vaccine to foxes. 

Thirteen thousand bait 
packages -small pieces of sponge 
coated in wax and garnished with 
raw liver to attract the 
animals— were dropped from 



low-flying planes over southwestern 
Ontano. 

There was no actual rabies 
vaccine in the bait -just a liquid 
marker to indicate whether the 
foxes found it appealing enough to 
eat. 

The trial was a success, and 
plans for the fall of 1 985 call for 
actual rabies vaccine in liquid form 
to be used in the spongy bait 
packages. These will be distributed 
in a large study area with a dense 
fox population. 

Special Employment 

Projects get the Job Done 

In 1984-85, many worthwhile 
wildlife management projects were 
completed— and many short-term 
jobs created — under section 38 of 
the federal Unemployment 
Insurance Act. The jobs were 
co-funded by the federal and 
Ontario governments. 

During the fiscal year, 1 50 workers 
participated in 21 wildlife-related 
projects for a total of 1 ,794 work 
weeks. 

A computer operator was hired 
to work on wetlands evaluation; a 
biologist found work in trapper 
education; five technicians 
measured the seasonal metabolic 
rates of deer; four people worked 
on a new breeding bird atlas. 

The list goes on and on. 

The projects enabled MNR to 
focus manpower where it was 
needed most, and helped provide 
temporarily unemployed people 
with valuable work experience. 



49 



Outdoor Recreation Management 

Parks and Recreational Areas 



1984-85 Parks Highlights 

■ More than 7.3 million people 
visited Ontario's provincial parks 
during 1984. 

■ Fifty-two new provincial parks 
were added to the system and 
substantial additions were made to 
three existing parks. 



■ The Ontario government 
collected about $8.3-million in direct 
revenues from the parks system, 
and the effects of additional 
spending by parks visitors 
amounted to some $355-million to 
Ontario business. 

■ There were 35 parks projects 
sponsored under the federal- 
provincial Special Employment 
Program- most of them dedicated 
to upgrading parks facilities. The 



projects provided 1 90 people with 
a total of 2,206 work weeks. 

■ Ontario municipalities received 
grants totalling $300,000 to 
improve parks facilities under the 
Parks Assistance Act. 




There's plenty to do 
and see in Ontario's 
provincial parks. 



A Bumper Crop of New 

Provincial Parks 

In June 1 983, the ministry's district 
land use guidelines listed a total of 
1 55 proposed new provincial parks. 
During 1984-85, Ontario added 52 
new provincial parks to the system. 
The new parks include 40 nature 
reserves, one waterway park, one 
historical park and 10 natural 
environment class parks. As well, 
three existing provincial 




Volunteers continue 
to play an important 
role in provincial 
parks. 




parks- Lake of the Woods, Awenda 
and The Shoals— were expanded. 
By the end of the 1 984-85 fiscal 
year, there were 1 88 provincial 
parks in Ontario. The addition of 
these new parks enhances what is 
already one of the finest park 
systems in the world, and puts a 
provincial park at the doorstep of 
thousands more Ontarians. 

Showing They Care About 

Our Parks 

Community involvement in 
Ontario's provincial parks increased 
this year, thanks to the work of 
hundreds of park lovers. 

Katimavik, a federal youth 
program funded by the Secretary 
of State of Canada, gave many 
young people the chance to make 
a contribution to our parks system. 
During 1 984, 400 young men and 



women participated in about 20 
outdoor recreation projects in 
provincial parks— from landscaping 
and trail construction to building a 
fitness course and portage 
improvement. 

Ontario's provincial parks also 
benefited from the work of local 
volunteers. During the 1984 
season, several parks featured a 
new volunteer park host and 
hostess. Volunteers at Quetico 
Provincial Park started a study of 
interior campsites, and a small 
mammal survey— again by 
volunteers- was begun at Lake 
Superior Provincial Park. 

At two provincial parks— Fathom 
Five and Algonquin— local residents 
have organized into associations. 
During 1984-85, The Friends of 
Fathom Five sponsored a weekend 
of activities designed to increase 
public awareness of Ontario's 
marine heritage. And The Friends 
of Algonquin opened a small 
bookstore in the foyer of the park 
museum. 

Petroglyphs Provincial 

Park — A Wilderness Art 

Gallery 

Most people equate Canada's native 
art with Inuit paintings, soapstone 
carvings or totem poles. But some 
of the best examples of native art in 
Ontario can be found in our 
provincial parks— on cliff walls and 
rock outcrops. 

Some of these outdoor 
masterpieces, which reflect the 
supernatural beliefs of early Great 
Lakes Indian tribes, are done in 
the form of pictographs, or rock 
paintings. Others, called 
petroglyphs, were carved right into 
the rock with sharply honed tools. 

One of the largest concentrations 
of petroglyphs is near 
Peterborough, in Petroglyphs 



51 




A glass building with 
a solid roof will 
protect the Indian 
rock carvings at 
Petroglyphs Provincial 
Park. 



Provincial Park. It is thought that the 
rumblings of an underground 
stream at the site may originally 
have been taken for the voice of a 
spirit, and inspired the carvers to 
etch their images on the outcrop of 
marble, some 500 to 1 ,000 years ago. 

In 1984, after extensive 
consultations among MNR, the 
Canadian Conservation Institute, 
Parks Canada, the Curve Lake 
Indian Band, academics and other 
interested parties, construction was 
completed on a specially-designed, 
seven-sided glass building with a 
solid roof. It was opened in May 
1985 when the petroglyphs were 
declared a National Historic Site. 

The new park building protects 
the historic petroglyphs from the 
elements and vandalism, and 
preserves them for posterity. It also 
provides walkways that enable 
visitors to examine the petroglyphs 
from a much better vantage point. 

Tourists' Delight 

This year, with financial support 
from the Ministry of Northern 
Affairs, four northern Ontario parks 
underwent minor facelifts designed 
to highlight their natural and cultural 
features and attract more visitors to 
their area. 

At Potholes Provincial Park, east 
of Wawa, a walking trail leading to 
the Potholes— two giant glacial 
scour holes— was constructed, 
along with a picnic and rest area. 

At Wakami Lake Provincial Park, 
near Chapleau, construction started 
on an outdoor exhibit of historical 
logging implements and machinery. 

At Chutes Provincial Park, 
outside Massey, a viewing platform 
and exhibits recalling the era of the 
log drive were built at the falls on 
the Aux Sables River. 

And at Marten River Provincial 
Park, an authentic 
turn-of-the-century logging camp 
was reconstructed— complete with 
a visitors' centre, outdoor exhibits 
and historical artifacts. 



The Personal Touch— Private 
Management of Ontario 
Parks 

In 1 975, as part of a limited 
experiment, MNR signed a contract 
with a private operator to manage 
one of Ontario's provincial parks. 
The experiment proved a success: 
In 1 984-85, there were 12 
provincial parks under private 
management in Ontario, all of them 
smaller, recreation-oriented parks. 

The parks remain under the 
control of the ministry. Private 
operators compete for a 
management contract, and the 
winner agrees to oversee 
maintenance and day-to-day 
operations in the park. Although 
staff in these parks are not MNR 
employees, fees and services 
remain the same as in other parks. 

Quetico-Superior Celebrates 

75 Great Years 

Last summer marked the 75th 
anniversary of the designation of 
Ontario's Quetico Forest Reserve 
and Minnesota's Superior National 
Forest. On July 28, 1 984, there was 
considerable hoopla on both sides 
of the border as the two parks 
celebrated three-quarters of a 
century of international co-operation 
in wilderness conservation and 
management. 

Activities included the unveiling of 
an Ontario Heritage Foundation 
plaque at the Prairie Portage ranger 
station commemorating the 
anniversary, a voyageur initiation 
ritual and the "mixing of 
international waters" in clay vessels 
specially designed for the occasion. 

At the Dawson Trail 
Campground, more than 1,500 
people attended a huge public 
picnic featuring voyageurs from Old 
Fort William and native Indian 
dancers. 



52 




A bridge in Potholes 
Provincial Park spans 
glacial scour holes 
formed centuries ago. 



Ontario's Provincial Parks 
Celebrate Ontario's 
Bicentennial 

Ontario's bicentennial year provided 
a great opportunity for celebrating 
in provincial parks. Outdoor 
concerts and plays, special theme 
weeks and many other events 
made this a very special year to 
come to Ontario's provincial parks. 



On the August Civic Holiday, all 
of Ontario's provincial parks were 
open free-of-charge for day-use. 
Visitors were invited to participate in 
special picnics, pioneer 
demonstrations, folk dancing and 
sing-songs. 

At Kakabeka Falls Provincial 
Park, "Polkaroo" of TV Ontario's 
"Polka Dot Door" attracted 300 
small but enthusiastic fans. Parks 
Canada's theatrical presentation, 
"Proud Beginnings", drew more 
than 3,000 people to performances 
at five provincial parks. 

The Ministry of Tourism and 
Recreation held fitness clinics at 30 
provincial parks. Fathom Five 
Provincial Park hosted a two-day 
celebration of Ontario's marine 
heritage. And MNR's very own 
"Wakami Wallers", a performing 
group of MNR staffers from the 
Chapleau area, visited dozens of 
communities and parks throughout 
northern Ontario. 

French River Nominated to 

Canadian Heritage Rivers 

System 

Ontario's French River Provincial 
WatenA/ay Park encompasses some 
55,000 hectares and contains 
nationally significant archaeological, 
historic and life science features. 

The French River was one of 1 
rivers throughout Canada 
nominated in 1 984-85 to become 
part of a new Canadian Heritage 
Rivers System. 

A park management plan for the 
French River area will be completed 
and submitted to the Canadian 
Heritage Rivers Board, completing 
the process of designating the 
French River as one of Canada's 
heritage rivers. 



53 



Eyeing The Future— 

Management Plans for 17 

Parks Unveiled 

Ontario is extremely fortunate in its 
great natural beauty. But good luck 
had nothing to do with the creation 
of Ontario's excellent system of 
provincial parks. 

Planning is essential in parks, to 
enable MNR to maintain the proper 
balance between preserving natural 
features and developing them for 
public use. 

Park management planning 
establishes long-term goals for each 
park, taking into consideration what 
amenities are available in the 
surrounding area, what kind of 
people will be attracted to the park 
and what kind of development 
might enhance the park. 

Public consultation is a key part 
of the management planning 
process for every provincial park. 
Management plans for five 
provincial parks were approved in 
1 984-85, and plans for 1 7 parks 
were released for public scrutiny 
and comment. 

Ultimately every provincial park 
in Ontario will have a management 
plan. For now, however, emphasis 
is being placed on completing plans 
for the larger, more well-known 
parks and for new parks proposed 
in the ministry's district land use 
guidelines. 

The Ontario Provincial Parks 
Council plays a key role in park 
management planning. The 
Council is a 10-member, citizens' 
advisory group which reports 
directly to the Minister of Natural 
Resources. The council is very 
active in seeking public input on all 
issues affecting provincial parks. 

Coming Soon to Earl Rowe 

Park-Pool Parties for 1,500 

Visitors to Earl Rowe Provincial Park 
this summer will have a new pool 
to play in. 

Construction of the park's 
king-size, $800,000 swimming 
facility was completed and opened 
to the public in 1984. 

The pool has a water surface of 
almost half a hectare, and can 



accommodate up to 1 ,500 bathers. 
Earl Rowe is the second provincial 
park to get such a facility. Bronte 
Creek Provincial Park had the first 
one, and others have been built in 
four conservation areas. 

Provincial Parks Just Keep 

Getting Better and Better 

A total of $1 .5-million was spent in 
1 984-85 on improvements to 
facilities in Ontario's provincial 
parks. 

Quetico Provincial Park's new 
$571 ,000 visitor centre is one 
glamorous example. Over one-half 
of this construction cost was 
assumed by the Ministry of 
Northern Affairs. More often, 
however, improvements to 
provincial parks are more routine. 

During 1 984-85, the 
improvements to our parks 
included adding showers to existing 
comfort stations, upgrading water 
and sewage systems to 
accommodate increased water 
demand and upgrading solar 
energy systems to provide more hot 
water in public facilities. 

Quetico: Site of Alternate 
Energy Project 

Prior to 1984, the interior ranger 
stations in Quetico Provincial Park 
were totally dependent on flown-in 
propane for their energy supply 
Often that supply was unreliable, as 
ministry aircraft were 
commandeered for duty during the 
forest fire season. 

In 1984, a micro-hydro generator 
was installed at the MNR entry 
station at Prairie Portage to supply 
all the electricity needs of the entry 
station, the Canada Customs office 
and staff quarters. The generator 
will also save the cost of flying in 
propane. 

The generator is the only one of 
its kind in a provincial park, and its 
$93,000 cost was funded by the 
Ministry of Energy after close 
consultation with MNR. 



54 




Ontario has 188 
provincial parks, with 
52 new ones in 1984-85. 



Putting Computers to Work 

in Ontario^s Parks 

Provincial parks inave entered the 
Information Age with a vengeance. 

During 1984-85, MNR has put 
more information into its catalogue 
of research projects in provincial 
parks and recreational areas. 
Information to encourage 
co-operative research ventures, 
indications of possible funding 
sources and the types of projects 
the ministry considers the most 
important are now included in the 
catalogue. As a result, scientists and 
academics have a much better idea 
of where their expertise could fit into 
the ministry's needs for research 
work in the parks. 

In 1984-85, MNR also completed 
a computerized model which will 
take information gathered in park 
visitor surveys and use it to assess 
the impact of provincial parks on 
local economies. The model will 
also be able to forecast changes in 
this impact over time. 

At Balsam Lake Provincial Park, 
a pilot study was begun in 1984-85 
to computerize the park's 
registration and reservation system. 
The new system will be able to 
pinpoint vacancies in the park 
quickly and should be ready for 
installation later in 1 985. 

Keeping Parks Fit 

An important part of park 
management is maintaining the 
investment in existing facilities. 
MNR's park managers are 
constantly on the lookout for ways 
to obtain maximum value from 
limited capital expenditures— and 
still keep buildings, roads and other 
park assets in top shape. 
Experience has shown that timely 
capital maintenance can prolong 
the life of park facilities. 

During 1984-85, a computerized 
inventory of park assets, along with 
guidelines for their upkeep, was put 
in place. The capital asset record 
system provides estimates of the 
service life of picnic shelters, fences, 
utilities and countless other park 
assets, and sets down standards for 
their careful maintenance. 



55 



Administration 



1984-85 Administration 

Highlights 

■ MNR's Systems Implementation 
Committee made solid progress in 
assisting the ministry to adapt to the 



use of high technology in resource 
management. 

■ MNR streamlined its system for 
managing some 4,000 ministry 
vehicles -and saved about 
$500,000 in the process. 



■ The 87 submissions to MNR's staff 
suggestion plan during the year 
resulted in improved efficiency and 
worker safety- and tangible savings 
for the ministry. 




56 



ilelping MNR Become a 
High- Tech Ministry 

Business administration has always 
involved much more than pushing 
paper and counting paperclips. That 
is especially true these days when so 
many administrative tasks are being 
taken over by computers. 

At MNR, computers help pay the 
bills -and staff salaries- on time. 
They help administrative staff make 




Women employees 
can improve their 
skills to qualify for 
non- traditional 
positions in the 
ministry. 







sure there is enough office space, 
desks and telephones— and chairs 
to sit on. And, yes, computerized 
inventories even help make sure the 
paper clips are counted accurately 

The increased use of computers 
within the ministry has been made 
a great deal smoother by a special 
internal committee designed to look 
into the many implications of 
computerization for the way MNR 
operates. 

The Systems Implementation 
Committee examined how the new 
technology should be applied to the 
systems the ministry now uses to 
gather, disseminate and use 
information. 

The committee recommended 
during 1984-85 that the ministry 
begin to modify existing processes 
in several areas, including infor- 
mation management planning, 
project approval and setting of 
funding priorities. The committee 
also recommended that MNR 
examine the way standards are set 



for such things as computer equip- 
ment and software, and establishing 
and safeguarding data. 

The committee noted that one of 
MNR's highest priorities in the 
coming years should be to keep staff 
fully informed as new systems are 
developed— and to ensure that 
existing and new staff get proper 
training. 

In fact, the committee has noted 
only one real problem so far in 
applying the lessons of high-tech to 
ministry problems: keeping up with 
staff enthusiasm! 

Information Age is all 
the Rage 

Time was when most people 
distrusted computers. Nowadays, 
everybody wants one— or, more 
likely a newer one. 

MNR administrators already face 
a real challenge in coping with the 
ministry-wide demand for new 
computer equipment and software, 
and keeping up to date so they can 
take fuller advantage of the new 
technology 

Consider the following scenario. 

A lightning fire has just destroyed 
1 ,000 hectares of northern forest. 

Within a few hours after the fire is 
extinguished, MNR fire specialists 
produce a computer graphics map 
outlining in detail the extent of the 
damage. Minutes later, ministry forest 
specialists are using the same 
information to update their forest 
inventory map and plan substitute 
harvest areas. 

A little while later, in another MNR 
office, wildlife biologists are punching 
keys to overlay the updated forest 
inventory map onto their map 
showing areas of prime moose 
habitat. The map shows that a local 
walleye spawning ground may have 
been affected by the fire, so the 
wildlife biologists show their map to 
the fisheries biologists. . . and so on. 

This is the shape of the future- 
and it is not all that far away MNR's 



57 




The health and safety 
of employees is the 
concern of the 
ministry's occupa- 
tional health and 
safety staff. 



resource managers are getting more 
efficient all the time, thanks to some 
of the latest computer technology. 

MNR has already started moving 
in the direction of integrated 
information management- by 
setting up a fast, efficient system for 
managing information about specific 
land areas to adjust management 
plans and make decisions. 

Before long, MNR could also have 
an overall information management 
system that can handle electronic 
mail, accounting and work planning. 

Computers and customized 
decision support systems are already 
having a major impact on resource 
management. Staff from the 
ministry's Systems Services Branch 
helped pave the way for new and 
efficient systems, as the following 
examples from 1 984-85 show: 

■ Five mini-computers for Great 
Lakes Fisheries Assessment Units 
will be used primarily to analyse data 
and help regulate the species- 
specific quotas that are the basis of 
Ontario's modernized commercial 
fishery. 



■ Six mini-computers will assist in 
making fire management decisions, 
and helping keep track of fire crews, 
aircraft and equipment. The 
computers link regional fire centres 
with the provincial fire centre in Sault 
Ste. Marie. 

■ A new mini-computer will help 
MNR's petroleum resources staff in 
southwestern region who regularly 
provide advice to petroleum 
exploration companies and inspect 
operations at hundreds of natural 
gas- and oil-producing sites. 

Those in the know say that the 
potential for computerization within 
the resource management sphere 
has barely been tapped. 

In fact, the results of several 
1984-85 studies by MNR's systems 
advisory staff show the need for 
computing equipment and software 
development for timber scaling and 
billing, silvicultural information and 
assessment data, nursery stock 
production and distribution, fur 
harvest data, provincial park 
registration and reservations, as well 
as numerous ministry asset 
management systems. 

Streamlined System is now 

the Pride of the Fleet 

MNR's mandate is to manage all the 
lands, waters, forests, fish, wildlife 
and mineral resources on Crown 
land in Ontario- in an area larger 
than England, France, Italy, Holland 
and Denmark combined. 

That means ministry staff have to 
be mobile— and their mobility is 
maintained by MNR's fleet of 4,000 
vehicles, which includes some 
1 ,000 rental units. 

MNR uses about 20 different 
kinds of vehicles throughout the 
province- including subcompact 
cars, conservation officers' cruisers, 
passenger vans, pickup trucks, 
agricultural tractors, backhoes, 
bulldozers, graders and 
snowmobiles. 



58 




Computer technology 
is becoming in- 
creasingly important, 
as decision support 
systems in resource 
management. 



Some vehicles have it easy, and 
enjoy ordinary use. Others are used 
harder, because of local terrain, 
weather conditions and work load 
requirements. 

To get the most out of the fleet, 
MNR developed a computerized 
information system to keep track of 
the status of every ministry vehicle— 
with data on the number of days a 
vehicle is used, the patterns of use, 
gas consumption, vehicle age, 
maintenance and repair costs, 
accident costs and many other 
factors. 

The system is now being used by 
ministry managers to assess fleet 
performance and develop strategies 
to cut costs— part of the same 
strategy that has led to attempts by 
all staff to minimize meetings and 
travel, and to use telephone and 
other electronic communication 
methods more, while still maintaining 
full service to the public. 

As a result of the new fleet 
management system, MNR saved 
$500,000 in 1984-85. 

Fleet management is only one 
area where MNR managers have 
focused their efforts to streamline 
and increase efficiency Many 
recommendations were produced 
by staff task forces attempting to 
simplify functions such as accounts 
payable and receivable, payroll, 
hiring processes, supply of goods 
and services, and work planning. 

Workers' Health and Safety 
Comes First 

MNR workers are involved in 
everything from wilderness canoeing 
and forest fire fighting to handling 
chemical fertilizers and insecticides 
in tree nurseries. So it is very 
important to make sure staff know 
how to avoid accidents and health 
hazards. 

Health and safety in the ministry 
are everyone's responsibility— but it 
is the special concern of MNR's 
occupational health and safety staff 
throughout the province. 

In 1 984-85, health and safety staff 
continued their regular program of 
inspections, training and counselling 



59 



Dust exposure levels 
are measured at 
Angus Tree Seed 
Plant. 



and tackled many other concerns. 
Health and safety activities within a 
nninistry as complex as MNR are 
wide-ranging indeed, as the following 
examples indicate. 

Because many MNR workers— 
especially in the North— are familiar 
with back country terrain and travel, 
they may sometimes be involved in 
public emergencies. 




In the northwest during 1984-85, 
some MNR staff members received 
training to help them cope with 
disasters. They learned how to 
recognize emergency situations and 
how to help mobilize others in the 
event of major problems, such as 
dangerous chemical spills during 
train derailments. 

MNR's health and safety staff 
improved existing courses on the 
safe operation and maintenance of 
chain saws, on handling and storing 
chemicals, and investigated potential 
dust problems at two plants where 
tree seeds are extracted from cones. 



In forestry— as in agriculture- 
there is often a need to use many 
different kinds of chemical 
substances— such as compounds 
that retard the growth of competing 
vegetation in tree nurseries. In 
1984-85, MNR's health and safety 
staff conducted a survey of the 
chemicals that are on hand in MNR 
facilities, and where and how the 
substances are stored across the 
province. 

Ask any doctor about the most 
frequent patient complaint— 
chances are it will be back pain. 
Since managing resources can often 
involve heavy physical work, many 
MNR staff across the province 
attended a half-day course in 
1 984-85 on proper lifting techniques 
and how to avoid back injuries. 

Not everyone can trek for hours 
over rough terrain carrying heavy 
water pumps and hose packs. 
During the fiscal year, the ministry 
began evaluating the physical 
demands of the range of jobs that 
must be carried out during forest 
fire fighting operations. Health and 
safety staff also began work on 
establishing a system to pre-screen 
forest fire workers in order to match 
them up with jobs they can handle. 

During 1984-85, all ministry 
records relating to Workers 
Compensation claims were 
computerized. The new system 
allows the records to be retrieved, 
updated, and evaluated more easily 
It also helps MNR managers analyse 
the data to spot trends in accidents 
or occupational illnesses. 

During the fiscal year, MNR 
adopted the Industrial Accident 
Prevention Association's five-star 
international rating program as the 
best method of standardizing and 
evaluating objectively the ministry's 
health and safety programs. The 
new system will make it much easier 
to spot deficiencies in programs and 
make improvements. 



60 



Improving Opportunities 
for Women 

The government's affirnnative action 
program helps ensure that women 
are given equal opportunity to 
compete, participate and contribute. 
In fact, affirmative action is now an 
integral part of the responsibilities of 
all ministries. And MNR has been a 
leading agency in its commitment 
to affirmative action. 

Historically female staff have been 
under-represented in many areas, 
including the supen/isory level, within 
the ministry. In recent years, that has 
been slowly but steadily changing. 
Women are now working through- 
out the ministry at all levels and in 
all types of positions. 

Training and development of 
women employees is an important 
part of the affirmative action 
program. Through activities such as 
courses, workshops, job rotations 
and developmental assignments, 
women have the opportunity to 
improve their skills, making them 
better equipped to compete for 
positions in the non-traditional areas. 
During 1984-85, 80 women 
received accelerated career 
development training, 63 of whom 
were training toward administrative 
positions. 

Throughout the ministry, 
familiarization days were also held 
to increase MNR female employees' 
awareness about some of the jobs 
and program areas they may never 
have considered. 

To help increase their career 
development skills, female 
employees also attended a number 
of counselling workshops on 
subjects such as career planning 
and interviewing skills. Male 
employees were also invited to 
attend. 

The hiring and promotion statistics 
within MNR for the 1 984-85 fiscal 
year reflect the trend toward 
increased opportunities for women. 

One hundred women were hired 
or promoted to classified staff in 
1 984-85. Of this group, 24 women 



assumed positions in areas where 
females are currently under- 
represented— areas such as land 
management supervisor, forest 
pathologist and conservation officer 
In addition, the ministry now has its 
first female Deputy Minister and 
director of Management Planning 
and Analysis Branch. 

The affirmative action program 
also has an outreach component 
by exposing younger women to the 
variety of non-traditional careers in 
MNR, particularly in resource 
management. In 1984-85, MNR 
revised an affirmative action career 
profiles package to be sent to the 
guidance departments in Ontario 
high schools. The package includes 
a poster, an introductory brochure 
and four job profile pamphlets. 

We get some Great Ideas 

Tapping the creativity and ingenuity 
of MNR staff increases corporate 
effectiveness— and can often save 
money 

Over the past six years, MNR's 
staff suggestion plan has won five 
government-category national 
awards for excellence from the U.S.- 
based National Association of 
Suggestion Systems. 

Last yean MNR staffers submitted 
87 suggestions— everything from a 
lapel button award system to 
encourage campers to voluntarily 
clean up in provincial parks, to an 
idea for a recessed outside carrier 
in the back door of vans for safely 
transporting gas cans. 

Tangible benefits resulted, too— 
MNR saved about $25,000 from the 
suggestions received during the 
1 984-85 fiscal year. 



61 



Organization Chart 



Ministry of Natural Resources, 1985 







Z< o> 

UJP 3 

tr< M 



Ms 

H^E 5 

«25 5 



< 5 

UJ o 



3« - 

zz £ 

2q a: 

9? 



il 5 

a:< -5 

l8 ^ 































z 
01 




i 1 


I 


ii 


1 


Si 


1 


Z c 

2 1 


r!û 


7 


om 


M I 


LU W 


^'? 


P 


S^ 


x 


ffi 3 


3 * 

Û 


8 




0)5 

DC 




!5 


s 



oc 












IB 


5t 









z 


8Ï "^ 


S? 


1 


=3 
01 


1 


^g 1 


05 

LU CO 
0^ 


Z 

d 


<CD 


a: 


ë| 1 


>DC ^ 


croc 


(S 




â 


o< «> 


HlLI 


:<=> 






il ^ 


ai 


z"" 




z 
2 




ë 


2 













oc 


















I 






few 


























h 


J 




1 


od 3 


BÏ ^ 


=^ 


< 


m 
Z 


P f 












d 


><2 ^ 

5oc 
oO 




J 


oc 




oc 





m 































t 2 












sa^ 


l> 


z"z 









0) t; 

< S 






oc 




ce 




z^l 


z 
lu 






Z 

<I 

^5 


■3 


?5 


1 






>< 

Ri 


1 
5 


1^5 5 


S" 
z< 


1 


1 


ëS i 


< 

1 




"8 


< 


il- ^ 


<ir 
Zm 


z 

3 


ai 


"^5 

^ 

^ 


- 


g5 q 

es - 

Oa. 



00 










z 














Z 




C3 






II 


2 

oc 

z 




z 



OC 

< 

oc 


1 


oc 

z 
oc 

m 


d 



1^ 


§f '^ 


A 


E 


? 


z 


5 


i 




Sg 


^ 














S 


Q 


















z 
00 




Z 




z 




J, 








y 




Q 









is 


?l 


. 




oc 


1 


.<3 






CD 

oc 




"m 


1 


z 
oc 


II 

2 (t 


ï 1 

2 X 

£ < 


z 
oc 

(0 


1 


§5 1 

ill 




J 


S 


oc 
d 





X oc 
oc 


I 


z 




^ 








t 




51 



















Q 








Z 











62 



Field Organization Chart 



Ministry of Natural Resources, 1985 



cc 






(0 










'ilr 






GO 


Zff 






^1 


2? 


Ï 

1 












l-I 






if^ 








sy 








% 






5 






oc 




c 




oc 




oc 




< 




























OO 




IS 1 

aï 1 




Sa « 
|5 5 


zs 

<Ui 

22 

f 


1 

d 


|2 

II 

^5 


1 


ZD 

IS 

Qc«e 


cc 


til 

ils 


g 










(0° 




<n 


<0 


S 




5 




o 




S 


s 



oc 


Oz 


GO 


uj(3 fr 




o= 1 


-jZ O 


<QC V 




Ooj -> 


22 


oc 



d2 



9z 




Sz 




PC 




Go 








DCOC 


N 


QZ 


£ 




u 


On 


z 


OO 




oc< 







IT 




yz 




OΠ












-liSo 


Ï 


<iiii 




ZfcOC 


< 


Oft 


z 










oc 





oo 




OCΠ


r 


DZ 


r 


S^if, 


■i 


Zl 








OO 




Œ-: 





Π




0_i 




f"'^ 




ô5q 

_i<JO 


i 








o 


2° 




oc 





lit 



11 



o< 



G^ 



5 I 






is 

U2 



o2 





a 


cc 




oc 




cr 














1 


TOR 
FROST 
SOURC 
RE 
nIHon 


o 




o 




So 








l^oc 






Go: k 
«g 1 


IS 


! 


< 


1 


<z 

i§ 

0:5 
o 


^ 


li 


S 


<z 


Î 


18 ! 




DIREC 

LESLIE M 

NATURAL RE 

CENT 

G.A. Ha 


DCffi 

m 
S 


d 


yi 

oc 

CO 

s 


d 
d 


CO 

5 


X 

3 


23 


d 


2m S 
y^ q: 

S 





oc 


oc 


oc 


ir,„ 




ir 




IT 




oc 
























Z c 
On o 

59 1 

Sa 1 

t<^ ■ 


oz ^ 


ocuj 2 


IN 

yg !^ 

DÇZ ^ 


zs 

lu; 


z 


SCO 


« 

< 


z2 

<S 

yS 

OCI- 


1 

z 


i « 










^^S 
















o 


D 


O 




o 




S 




S 



2<2 
mi 



ii 1 

u9 »< 



2Ô 



zS 

Is 

ooc 






P I 
^S z 



REGIONAL DIRECTOR 

NORTHWESTERN 

REGION 

O.R- Jolinslon 












cc 




cr 




oc 




CC 










































- 


écr 

oO 

Sa 


So 

i 


Gcr 
5g 

Sa 


1 

1 

c 
d 




1 

Z 

d 


il 

22 
Ol- 


le 


Ziu 

li^ 

k.Z 

CJO 
(C 


E 
IL 


as 


1 


il 


1 


Eg ^ 
fo - 




ë 




g 




5 




Ô 




CO 

a 




CO 

o 




CO 

5 




coco 

C3 



63 



Statement of Budgetary Revenue 



for the year ended March 31 , 1985 



Ministry Administration Program 

Reimbursement of Expenditures 

Other 
Sales and Rentals 
Recovery of Prior Years' Expenditure 

Other 

Total for Ministry Administration 



Lands and Waters Program 

Royalties 

Water Power 

Sand and Gravel 
Acreage Tax 

Fees, Licences and Permits 
Reimbursement of Expenditures 

Government of Canada 

Other 
Sales and Rentals 
Sale of Crown Land 
Recovery of Prior Years' Expenditures 

Total for Lands and Waters 



Outdoor Recreation Program 

Reimbursement of Expenditures 

Government of Canada 

Other 
Recreational Areas 
Fish and Wildlife 
Sales and Rentals 
Royalties 

Total for Outdoor Recreation 



Resource Products Program 

Mineral Management 

Profits Tax 

Royalties 

Fees, Licences and Permits 

Sales and Rentals 
Forest Management 

Stum page 

Timber Area Charges 

Forest Products 

Stock Production 
Reimbursement of Expenditures 

Government of Canada 

Other 
Sales and Rentals 
Royalties 

Total for Resource Products 



Resource Experience Program 

Frost Centre Facilities 

Total for Resource Experience 



($ thousands] 

113 

1,152 

155 

56 



1,476 



67,392 

1,055 

576 

951 

844 

392 

2,228 

1,545 

190 

75,173 



360 

91 

8,038 

16,538 

867 

637 

26,531 



64,518 

5,711 

270 

1,225 

55,473 

3,890 

276 

634 

2,328 

46 

431 

287 

135,089 



498 



498 



Total Budgetary Revenue 



238,767 



64 



Statement of Budgetary Expenditure 



for the year ended March 31, 1985 



Ministry Administration Program 

Main Office 

Financial Services 

Supply and Office Sen/ices 

Personnel Services 

Information Services 

Systems Development Services 

Legal Sen/ices 

Audit Services 

Field Administration 

Total for Ministry Administration 



Lands and Waters Program 

Conservation Authorities and Water Management 

Aviation and Fire Management 

Extra Fire Fighting 

Land Management 

Resource Access 

Surveys and Mapping 

Total for Lands and Waters 



Outdoor Recreation Program 

Recreational Areas 
Fish and Wildlife 

Total for Outdoor Recreation 



Resource Products Program 

Mineral Management 
Forest Management 

Total for Resource Products 



Resource Experience Program 

Junior Rangers 

Experience '84 

Leslie M. Frost Resources Centre 

Total for Resource Experience 



C$ thousands) 
9,375 
2.956 
4,739 
1,763 
4,053 
1,600 
1,152 
928 
31,602 

58,168 



44,891 
36,742 

7,482 
16,735 

3,517 
10,958 

120,325 



31,581 
48,914 

80,495 



26,146 
143,021 

169,167 



5,013 
3,013 
1,334 

9,360 



Total Budgetary Expenditure 



437,515 



65 



Associated Agencies^ Boards and Commissions 




jri. number of agencies, boards 
and commissions are associated 
with the Ministry of Natural 
Resources, all of them concerned 
in one way or another with the 
management of natural resources 
in Ontario. 

The relationships with MNR vary 
from group to group. Some 
relationships are informal, and the 
links with the ministry are mostly 
co-operative and informative. 
Others are more direct, where the 
group has an administrative or 
financial link with the ministry. 

Groups with informal links to 
MNR include the Nature 
Conservancy of Canada, the 
Ontario Forest Industry Association, 
the Ontario Heritage Foundation 
and Parks Canada. As the official 
guardian of Ontario's natural 
resources, the ministry maintains 
contact with these groups in order 
to encourage greater co-operation 
and efficiency in resource 
management. 

Other groups are administered 
directly or funded in whole or in 
part, by MNR. The ties with these 
groups are more direct. 

The following agencies each 
produce a separate annual report: 

■ Ontario's 38 Conservation 
Authorities 

■ Algonquin Forestry Authority 

■ Provincial Parks Council 
Information on the activities of these 
agencies during the 1 984-85 fiscal 
year can be obtained by referring to 
their individual annual reports. 

The following groups are 
administratively or financially linked 
to MNR, and do not produce 
separate annual reports. 



Planning for resource 
management together. 



66 



Mining and Lands 
Commissioner 

The Mining and Lands 
Commissioner exercises 
administrative and judicial functions 
under a number of statutes 
administered by the Ministry of 
Natural Resources. 

During 1984-85, the 
Commissioner conducted 69 
hearings. Of these, 53 hearings and 
appeals were under the Mining Act. 
These were held in Kenora, Red 
Lake, Kirkland Lake, Sault Ste. 
Marie, Sudbury, Timmins, Thunder 
Bay and Toronto. Sixteen hearings 
and appeals were under the 
Conservation Authorities Act. These 
were heard in Ottawa, Timmins, 
London, Stratford, Peterborough, 
Chatham and Toronto. No hearings 
or appeals were heard in 1 984-85 
under the Beach Protection Act, the 
Lakes and Rivers Improvement Act 
or the Mining Tax Act. 

Provincial Board of 

Examiners 

Each year, MNR staff are appointed 
to two provincial Boards of 
Examiners by the Minister of 
Natural Resources. These boards 
set the written and practical 
examinations for wood 
measurement. They are also 
responsible for making 
recommendations to the Minister of 
Natural Resources for issuing 
provincial scalers' licences to 
successful examination candidates. 

Scaling is the process of 
estimating the quantity and quality 
of cut timber so that its volume and 
stumpage value can be determined. 

There was only one provincial 
Board of Examiners in operation in 



1984-85. It examined 62 
candidates for scalers' licences. The 
Ministry of Natural Resources 
issued licences to 46 successful 
candidates. 

Game and Fish Hearing 

Board 

This board is made up of five 
members appointed by the 
Lieutenant-Governor-in-Council.The 
board conducts hearings into cases 
where the ministry has turned down 
an application for a commercial 
hunting or fishing licence. The 
board hears evidence, then delivers 
a written summary and a list of 
recommendations to the Minister of 
Natural Resources, who then may 
or may not issue a licence. 

Ontario Geographic Names 

Board 

This board is Ontario's official 
custodian of a bank of records 
containing approximately 200,000 
geographical names. To date, about 
half of these names have been 
officially approved for government 
use on maps, charts, gazetteers 
and other government publications. 
The board advises the Minister of 
Natural Resources on matters 
affecting Ontario's place names and 
develops policies concerning the 
jurisdiction, legislation and 
processing of all the province's 
geographic names. 

The board was established by 
statute in 1 968 and is made up of 
seven members. Two members are 
from MNR [including the Surveyor 
General of Ontario) and five are 
appointed from the private sector. 

During the past fiscal year, the 
board established a program that 
will record all geographic use of 
Amerindian [North American 
Indian] names in Ontario. In 
1 983-84, the board started a similar 
program dealing with French 
language geographic names in 



Ontario. In 1984-85, the board 
appointed a sub-committee to 
support work on the Franco- 
Ontarian toponymie program. Both 
programs are funded by the 
nomenclature section of MNR's 
sup/eys and mapping branch. 

The board's Secretariat prepares 
submissions, processes recom- 
mendations, correspondence and 
inquiries. It also meets with local 
government organizations in order 
to resolve disputes. The Secretariat 
handles all official name changes 
for the province. The Surveyor 
General of Ontario co-ordinates 
Ontario's representation at 
meetings of the Canadian 
Permanent Committee on 
Geographical Names. 

Public Agricultural Lands 

Committee 

This committee reviews all 
applications for public lands 
required for agricultural purposes, 
and is composed of staff from MNR 
and the Ministry of Agriculture and 
Food. 

During 1984-85, the committee 
dealt with six applications, most of 
which were from farmers who 
wanted to enlarge their operations 
on Crown land in northern and 
northwestern Ontario. 



67 



'^-T'-''- ''îf^' 



''Jv^p^JlllC"' 









&'.:■■ 







■Milp^^''^ 





;-;..>'r 


:-^P;'-^V: 


^'■(''■s-:-^ 


■1 ■-'■/;-' 'i» 





56.?9 

^/«A /?/?. *5 10 071 

ISS\ 0383-5901 



Rapport annuel 

pour Vannée financière se terminant le 31 mars 1985 



Le ministre À l'attention de son Honneur le 

des Richesses naturelles lieutenant-gouverneur de la 

de l'Ontario province de l'Ontario 

Votre Honneur, 

J'ai le plaisir de vous soumettre le 
rapport annuel du ministère des 
Richesses naturelles pour l'année 
financière allant du lei" avril 1984 
au 31 mars 1985. 



Le ministre, 



Vincent G. Kerrio 




Table des matières 



Message du ministre 4 

Message du sous-ministre 5 

La gestion intégrée des ressources 6 

Gestion des ressources forestières 8 

Surveillance et lutte contre les incendies 14 

Gestion des terres et des eaux 20 

Gestion des ressources minérales 28 

Gestion des loisirs de plein air 

Pêches 36 

Faune 42 

Parcs et zones de loisirs 50 

Administration 56 

Organigrammes 62 

Etats des revenus et des dépenses budgétaires 64 

Organismes^ conseils et commissions associés 66 



Message du ministre 




Un juin 1985, j'ai eu l'Inonneur 
d'être nommé au poste de ministre 
des Ricinesses naturelles. 

Je suis heureux d'avoir la chance 
d'associer mes connaissances et 
mon expérience à la compétence 
du ministère et à l'enthousiasme du 
public afin d'exercer la meilleure 
gestion possible des richesses 
naturelles de l'Ontario. 

Au cours des semaines qui ont 
suivi ma nomination, j'ai constaté à 
quel point le mandat du ministère 
est vaste. 

J'ai également appris que le 
ministère des Richesses naturelles 
est orienté vers le public et que nos 
programmes exercent une influence 
considérable sur ce dernier. En 
effet, nos forêts, nos minéraux 
industriels, notre faune et nos 
pêches, nos terres et nos eaux nous 
permettent de créer de nouveaux 
emplois et des débouchés récréatifs, 
et de jouir d'un mode de vie dont 
la qualité nous tient tous à coeur. 

Et, c'est parce que ces ressources 
sont si importantes pour les 



résidents de l'Ontario que nous 
entreprenons tous nos projets 
ouvertement. 

Les réalisations du ministère 
m'ont beaucoup impressionné. J'ai 
hâte de travailler avec le personnel 
du ministère et le public pour 
résoudre plusieurs problèmes de 
longue date. Je suis persuadé 
qu'ensemble nous saurons mettre 
à profit les réussites antérieures et 
créer de nouvelles associations. 

J'appuie la philosophie de gestion 
intégrée des ressources adoptée 
par le ministère. Elle nous permet 
de consolider de jour en jour toutes 
nos activités. Elle nous aide à profiter 
au maximum de nos richesses 
naturelles, tout en évitant les 
conflits possibles entre leurs 
utilisateurs et sans que nous 
perdions de vue nos objectifs de 
gestion à long terme. 

Le ministère a adopté cette 
orientation en 1983 dans ses 
directives sur l'aménagement du 
territoire. En 1984-1985, je crois 
que le ministère a respecté de 
maintes et maintes façons les 
engagements pris à l'égard de 
cette orientation. 



Je suis fier de pouvoir poursuivre 
le processus de collaboration et de 
consultation que le ministère a 
entrepris auprès des utilisateurs de 
nos ressources. Les gouvernements 
ne sauraient tout faire; ils doivent 
aussi savoir écouter. Nous avons 
reçu pour mandat de gérer nos 
richesses naturelles ouvertement 
pour que tous les Ontariens en 
tirent le meilleur parti possible. 

C'est pourquoi je pense qu'il est 
important que nous respections les 
opinions et les connaissances 
d'autrui. Au fur et à mesure que 
vous lirez le rapport qui suit, vous 
verrez à quel point nous travaillons 
en étroite collaboration avec des 
groupes dont l'apport nous est fort 
précieux. 

De nos jours, la gestion des 
ressources nous oblige à faire 
preuve de créativité dans le 
maintien de nos services et dans 
l'expansion de nos programmes. 
Notre personnel s'est montré à la 
hauteur de sa tâche. Nous ne nous 
sommes jamais tant affairés à mettre 
en application une vaste gamme 
de programmes de ressources 
efficaces, voire à en créer selon 
les besoins. 

Notre ministère s'efforce d'utiliser 
ses ressources au maximum. 
Mentionnons par exemple la 
participation de bénévoles et de 
groupes communautaires aux 
différentes activités de gestion de 
nos richesses naturelles. Les 
bénévoles ont entrepris une variété 
de projets — dont nous bénéficions 
tous -dans les domaines de la 
pêche, de la faune et des parcs 
provinciaux. 

Il ne s'agit là que de quelques- 
uns des exemples du genre de travail 
effectué par le ministère des 
Richesses naturelles. Je suis 
convaincu que cet excellent travail 
se prolongera et suis fier d'avoir 
l'honneur d'y participer. 



Vincent G. Kerrio 



Message du sous-ministre 




TT-U cours du dernier exercice, notre 
ministère a continué à faire de très 
importants progrès vers l'un de ses 
objectifs principaux: améliorer la 
qualité de ses rapports avec la 
clientèle et les organismes qu'il 
dessert. 

Nous avons mis sur pied un 
nouveau Centre d'information, plus 
général, situé au rez-de-chaussée 
de l'édifice Whitney, à Toronto. Le 
nouveau Centre offre au grand 
public, dans un même lieu, un 
service complet de renseignements 
sur les richesses naturelles de 
l'Ontario. 

Nous avons également participé 
à un programme permettant à ceux 
qui aiment nos parcs provinciaux 
de s'impliquer dans leur exploitation. 
C'est ainsi qu'en 1984, plusieurs 
parcs ont mis en vedette des hôtes 
et hôtesses bénévoles. Au parc 
Quetico, des bénévoles ont entrepris 
une étude portant sur les emplace- 
ments de camping à l'intérieur du 
parc. Pour leur part, les Amis du 
parc Algonquin ont exploité une 
petite librairie, alors qu'au parc 
provincial Fathom Five, des 
membres de divers clubs de plongée 
ont parrainé une série d'activités 
de fins de semaine. En outre, en 
1984-1985, notre populaire 
Programme de participation com- 
munautaire à la gestion des pêches 
a connu un essor phénoménal. 



Ces initiatives et plusieurs autres 
prouvent que, ces dernières années, 
notre ministère s'est orienté de plus 
en plus vers la clientèle. 

Lors du colloque sur la gestion 
organisé par le MRN, en 1984, on 
a assisté à de francs échanges 
d'opinions entre certains de nos 
chefs de service et des représentants 
de nos groupes de clients comme 
les industries minière et forestière 
et celle du secteur des loisirs de 
plein air 

Les échanges de points de vue et 
de renseignements jouent un rôle 
vital dans le fonctionnement du 
ministère, en s'inscrivant dans le 
cadre de son orientation générale: 
la gestion intégrée des ressources. 

En 1984-1985, le ministère a 
adopté officiellement le principe de 
la gestion intégrée des ressources. 
Ce principe est bien connu de nos 
gestionnaires des ressources, qui le 
mettent déjà en pratique depuis 
plusieurs années. 

D'autre part, la majorité du 
personnel est d'avis que ce nouvel 
accent mis sur la gestion intégrée 
améliorera remarquablement 
l'efficacité d'ensemble du ministère. 
Afin que les lecteurs du présent 
rapport puissent constater eux- 
mêmes en quoi consiste ce principe, 
nous avons ajouté une section 
spéciale à ce sujet. 

La gestion intégrée des res- 
sources exige une coordination de 
nos programmes et de nos activités 
en gestion des ressources, afin d'en 
maximiser les avantages à long 
terme et de minimiser les conflits 
entre les programmes. 

Le mandat de notre ministère est 
extrêmement vaste. En effet, nous 
touchons à des ressources aussi 
variées que les forêts et la faune, 
et à des questions et des pro- 
grammes allant de la gestion des 
volumes d'eau à la cartographie 
informatique. 

La philosophie sous-jacente à la 
gestion intégrée reconnaît l'existence 
d'une interdépendance entre les 
richesses naturelles de l'Ontario et 
les diverses activités qu'elles 
entraînent. Par conséquent, cette 
orientation exige aussi que les 
activités des spDécialistes du ministère 
se complètent mutuellement. 

Ladoption d'une nouvelle 
orientation organisationnelle fait 
rarement la manchette des journaux. 



mais nous savons tous combien 
profondes sont les répercussions 
d'un tel changement. Les cadres 
supérieurs du ministère s'appliquent 
à mieux faire connaître la gestion 
intégrée des ressources, tant au 
ministère qu'à l'extérieur, que ce 
soit auprès de nos nombreux 
groupes de clients, de nos amis ou 
d'anciens membres du personnel. 

Si vous êtes un fidèle lecteur de 
notre rapport annuel, vous noterez 
que nous avons passé sous silence 
une foule de changements survenus 
dans plusieurs de nos programmes. 

Par contre, si la lecture du présent 
rapport représente votre premier 
contact avec la gestion des richesses 
naturelles en Ontario, nous vous 
souhaitons alors la bienvenue. À 
mon avis, c'est un excellent docu- 
ment qui vaut la peine d'être lu. 

Au sein de notre ministère, il est 
très difficile d'oublier que l'Ontario 
est un vaste territoire, aux abon- 
dantes richesses naturelles, et qui 
compte encore de fragiles étendues 
sauvages. En ce qui nous concerne, 
la gestion des richesses naturelles 
de l'Ontario est passionnante et nous 
présente de nombreux défis à 
relever Nous sommes fiers de ce 
que nous accomplissons en gérant 
ces ressources au nom des 
Ontariens. Comme vous pourrez 
le constater vous-même à la lecture 
du présent rapport, nous ne pre- 
nons pas cette responsabilité à la 
légère. Nous pouvons même 
affirmer que nous nous y consacrons 
de façon digne de mérite. 




Mary Mogford 



La gestion intégrée des ressources 




La participation du 
public constitue un 
élément essentiel de 
la gestion intégrée 
des ressources. 



lIus qu'un principe 

Les responsables actuels de la 
gestion des ressources ont un 
important défi à relever: tout en 
tenant compte de l'intérêt commun, 
ils doivent équilibrer des besoins 
souvent opposés dans le domaine 
de l'utilisation des ressources. 

C'est pourquoi le MRN relève ce 
défi en pratiquant la gestion 
intégrée des ressources. Selon 
cette orientation, la main gauche 
ne se contente pas de savoir ce 
que fait la main droite: elle l'aide 
même à accomplir le travail. 

Le personnel du MRN pratique la 
gestion intégrée des ressources 
depuis plusieurs années déjà, mais 
c'est seulement depuis le 
lancement, au début des années 
1 970, du programme de 
planification stratégique de 
l'aménagement du territoire du 
ministère qu'on a commencé à 
reconnaître officiellement le 
principe de base de cette 
orientation. 

En juin 1 983, le MRN a émis ses 
directives d'aménagement des 
districts qui faisaient un inventaire 
détaillé des richesses naturelles de 
l'Ontario et permettaient d'éclairer 
les décisions concernant 
l'aménagement du territoire dans 
chacun des districts du MRN dans 
toute la province. 



Lentraide, ta consultation et la 
communication — la collaboration, 
la participation du public et 
l'excellence: ce sont là les éléments 
principaux de la gestion intégrée 
des ressources, qui sont devenus 
des outils fondamentaux du 
fonctionnement du MRN dans les 
années 1 980. 

La gestion intégrée des 
ressources, c'est plus qu'une 
philosophie: c'est le principe qui 
dirige la façon dont le MRN 
fonctionne, aussi bien lorsqu'il s'agit 
de ses relations avec son personnel 
que lorsqu'il est question de 
contacts avec des particuliers, des 
groupes ou d'autres organismes 
gouvernementaux. 

Les exemples suivants montrent 
à quel point la gestion intégrée des 
ressources exerce une influence 
très nette sur la façon dont le 
personnel du MRN accomplit son 
travail et sur la manière dont le 
public percevra le ministère dans 
les années à venir 

La gestion intégrée des 

ressources fait appel à la 

technologie de pointe 

En 1 984-1 985, à Thunder Bay, on 
s'est servi d'ordinateurs pour 
effectuer la gestion intégrée des 
ressources. En effet, le personnel 
régional a rassemblé en un même 
système une foule de données sur 
les ressources, ce qui donne accès 
aux renseignements et permet de 
les extraire d'une façon simultanée. 

Oh a commencé par recouvrir 
d'un quadrillage la carte du district. 
Puis, on a introduit en mémoire, 
selon les coordonnées du 
quadrillage, l'information 
nécessaire à la gestion des 
ressources, comme l'emplacement 
des chalets d'été, des cabines des 
terrains de piégeage, la profondeur 
des sols, les exploitations agricoles, 
les mines, de même que la 
situation des frayères et des 
habitats fauniques. 

Désormais, les planificateurs du 
MRN peuvent facilement étudier 
toutes les possibilités offertes par 
les ressources d'un même lieu et 
repérer les régions où se 
rencontrent divers problèmes. 



Le secteur privé participe 

aussi à la gestion intégrée 

des ressources 

En 1984-1985, dans la réserve 
faunique naturelle la plus vaste du 
monde occidental — la réserve de 
gibier de la Couronne à 
Chapleau - le MRN a fait appel à 
l'expertise d'une compagnie 
d'exploitation forestière locale pour 
étudier les répercussions de 
l'abattage du bois sur la population 
d'orignaux de la région. 

Dans le cadre de cette étude, la 
compagnie a aidé le personnel du 
ministère à cartographier 
l'emplacement de réserves 
forestières à l'abri de la coupe pour 
encourager des recherches sur la 
population d'orignaux. Elle a 
également consacré énormément 
de temps et d'imagination à ce 
projet et a même assumé une 
partie des coûts. 

Une fois cette étude achevée, le 
MRN et les exploitants forestiers du 
secteur privé sauront mieux 
comment effectuer l'abattage du 
bois d'une façon qui contribuera à 
augmenter la population 
d'orignaux. 

La gestion intégrée des 

ressources fait appel à bien 

des gens 

Au printemps de 1 983, une 
compagnie forestière du district 
d'Espanola a prêté les services d'un 
opérateur de débusqueuse au MRN 
afin de l'aider à creuser des bassins 
piscicoles pour truites à Alces Creek. 
En 1 984, cette même compagnie a 
également transformé une partie 
de sa centrale électrique en frayère 
à brochet— qui a produit plus de 
1 000 000 de fretins en un an. 

Au printemps de 1 984, les 
biologistes du MRN ont lancé un 
projet de pisciculture en cages sur 
les terrains d'une compagnie de 
ciment au Whitefish River Cernent 
Terminal, près de He Manitoulin. 

La compagnie a contribué au 
projet en mettant à la disposition du 
MRN un poste de surveillance 
muni de l'électricité et du 
téléphone. On a immergé deux 
cages contenant chacune 1 5 000 



poissons dans la baie McGregor 
Le résultat? Les poissons élevés 
dans les cages atteignent presque le 
double de la taille de ceux élevés 
dans les frayères. 

La gestion intégrée des 

ressources fait appel à la 

planification des politiques 

La gestion intégrée des ressources 
est aussi utilisée dans le domaine 
des minéraux industriels. La 
politique sur la planification des 
ressources d'agrégats minéraux 
(PPRAM) convient que d'autres 
formes d'utilisation du sol tels 
l'agriculture, la foresterie, les loisirs, 
le logement, de même que les 
questions environnementales, 
doivent être prises en considération 
dans la planification de 
l'aménagement ou de 
l'agrandissement de puits 
d'extraction et de carrières. C'est 
pour cette raison qu'on a consulté 
les personnes engagées dans ce 
secteur d'activités et autres 
domaines lors de l'élaboration de la 
politique. Des regroupements 
municipaux et industriels, des 
groupes d'intérêt spéciaux ainsi 
que le ministère de l'Agriculture et 
de l'Alimentation, le ministère des 
Affaires municipales et du 
Logement, le ministère de 
l'Environnement, et le ministère des 
Transports et des Communications, 
ont pu apporter leur importante 
contribution aux responsables de 
l'élaboration des politiques du 
MRN. 

En outre, PPRAM appuie le 
concept qui veut que l'extraction 
soit une utilisation provisoire du sot. 
Cette notion et l'engagement de la 
politique envers la recherche sont 
venus se joindre, en 1 984, à deux 
nouvelles études sur la 
réhabilitation des puits d'extraction 
et de carrières en Ontario. La 
recherche intitulée Rehabilitation 
of Sand and Gravel Pits for Fruit 
Production in Ontario a permis de 
découvrir qu'il serait possible de 
cultiver des fruits sur les 
emplacements de puits d'extraction 
restaurés. Une enquête tente 
présentement de déterminer si 



l'établissement d'habitats 
halieutiques et fauniques viables 
après l'exploitation de minéraux 
industriels est possible, 

Linnovation et l'efficacité sont 
deux principes primordiaux dans 
l'utilisation du sol de la province. 
Les deux études de réhabilitation 
que l'on effectue grâce à l'apport 
du ministère de l'Agriculture et de 
l'Alimentation et de la direction de 
la faune aquatique et terrestre du 
MRN démontrent bien que la 
gestion intégrée des ressources 
constitue un instrument de gestion 
utile. 

La gestion intégrée des 

ressources et les médias 

À l'automne de 1984, lorsqu'un 
poste local de câblodistribution 
voulait présenter une émission de 
télévision sur les sentiers de la 
nature à Mississauga, deux 
employés du district de Maple se 
sont fait un plaisir de l'aider. 

Au cours du tournage, ils ont 
guidé une visite du site protégé de 
Rattray Marsh pour les 
téléspectateurs, à travers les 
collines boisées et les marécages et 
en compagnie d'oiseaux 
aquatiques. 

Ils ont ainsi pu montrer qu'une 
terre marécageuse est l'endroit 
idéal pour pratiquer la gestion 
intégrée des ressources. 

Par exemple, une importante 
banlieue côtoie le marécage. Dans 
les limites du site protégé, le 
personnel du MRN a surveillé 
l'utilisation des techniques 
d'abattage sélectif du bois qui 
permettent de préserver les arbres 
et la végétation nécessaires à 
l'habitat faunique sans altérer les 
avantages économiques de 
l'exploitation forestière. 

Cette émission a remporté 
beaucoup de succès. Le MRN a 
ainsi réussi à communiquer un 
important message à un vaste 
auditoire. 



Gestion des ressources forestières 



Faits saillants du 
programme en 1984-1985 

■ Le Canada et l'Ontario ont signé 
une entente quinquennale de 
1 50 000 000 $ pour financer 
quatre programmes importants 
portant sur le renouvellement des 
forêts et l'aménagement forestier 
intensif. 



■ En 1984-1985, cinq nouvelles 
Ententes de gestion forestière 
[EGF) portant sur 24 195 
kilomètres carrés de forêts en 
Ontario ont été signées. 

■ Les récoltes de bois sur les terres 
de la Couronne ont été de 

20 700 000 mètres cubes, et les 
recettes provenant des droits de 
coupe ont été de 55 500 000$. 



■ Les pépinières et les serres du 
MRN ont fourni plus de 66 000 000 
arbres et quelque 62 000 000 ont 
été achetés du secteur privé pour 
être plantés dans les forêts de 
l'Ontario. 

■ Le ministère a investi 

1 62 500 000 $ dans la gestion 
forestière en Ontario au cours de 
l'année financière. 







Les forêts de l'Ontario 
procurent de remploi 
direct ou indirect à 
160 000 Ontariens. 



Le renouvellement 
continu des forêts de 
l'Ontario passe par 
la culture d'arbres de 
grande qualité. 



Aujourd'hui des projets, 

demain des forêts 

La foresterie est la base de 
l'économie ontarienne depuis le 
début du 1 9e siècle. De nos jours, 
les activités économiques reliées à 
la forêt procurent des emplois 
directs et indirects à plus de 
1 60 000 Ontariens. 

C'est la raison pour laquelle 
l'Ontario doit convenablement 
gérer ses forêts. Le secret de cette 





^'^i 



stratégie consiste à maintenir 
l'équilibre entre les diverses 
techniques utiles à la gestion du 
cycle forestier: inventaire, attribution 
et planification, récolte, préparation 
des sites, régénération et entretien. 

Pour maintenir un équilibre 
convenable, le ministère a créé un 
programme de gestion forestière 
de calibre international mettant à 
contribution le secteur privé aussi 
bien que le gouvernement fédéral. 

De 1978 à 1984, le Service 
canadien des forêts et le ministère 
des Richesses naturelles de 
l'Ontario ont travaillé ensemble 
dans le cadre du régime 
pluriannuel de l'Entente auxiliaire de 
gestion forestière [EAGF). Les 
principaux programmes créés en 
vertu de cette entente 
comprenaient la construction de 
chemins d'accès aux forêts et de 
ponts, la création de champs 
sylvicoles dans les régions 
éloignées, l'expansion des 
pépinières forestières, l'exécution 
de levés topographiques et de 
projets en recherche et 
développement. 

En novembre 1984, le Canada et 
l'Ontario ont une fois de plus réuni 
leurs efforts en concluant une 
nouvelle entente, l'Entente 



Canada-Ontario sur la mise en 
valeur des ressources forestières 
CECOMVRF). 

Le renouvellement des forêts et 
leur gestion intensive sont les deux 
grands objectifs de cette nouvelle 
entente quinquennale dont le 
budget de 1 50 000 000 $ sera 
réparti en quatre programmes 
importants. 

La part du lion [1 33 000 000 $) 
va au programme d'aménagement 
et de renouvellement forestiers afin 
que soient augmentées les 
mesures sylvicoles. 

Le programme vise à maintenir 
le taux de récolte actuel et à 
accroître la part de l'Ontario dans le 
marché croissant des produits 
forestiers. Ce volet de l'entente est 
subdivisé en cinq sous-programmes 
qui touchent à toutes les facettes de la 
gestion forestière, de la régénération 
des forêts à l'amélioration des arbres. 

Le programme de soutien de 
l'aménagement et du 
renouvellement forestiers reçoit 
5 000 000 $ et a pour but 
d'améliorer le présent système de 
planification et de soutien. On a 
entrepris de raffiner et d'amplifier la 
cueillette, l'analyse et la synthèse 
des renseignements relatifs, par 
exemple, au taux de croissance 
des arbres et à leur rendement. On 
cherche également à créer un 
nouveau mode d'intégration de ces 
données. 

Comme il est essentiel de 
renouveler et de perfectionner les 
méthodes de saine gestion 
forestière, 8 000 000 $ ont été 
inscrits au budget pour des 
programmes innovateurs. Ouatre 
sous-programmes sont en place 
pour assurer que les fonds de 
l'ECOMVRF sont employés à bon 
escient, que les forêts sont 
exploitées à leur pleine valeur, que 
la recherche et le développement 
forestiers se poursuivent et que les 
techniques de commercialisation 
des produits du bois de l'Ontario 
sont des plus modernes. 

Ladministration de l'ECOMVRF 
et de ses nombreux programmes 
complexes est confiée aux cadres 
supérieurs du Service canadien 
des forêts et du groupe des 
ressources forestières du MRN. 
Ces personnes sont chargées de 
coordonner, réviser et approuver 






La préparation 
adéquate du sol est 
une partie importante 
de la régénération 
forestière. 



La première EGF de l'Ontario a 
été conclue entre le ministère et 
Abitibi-Price Inc. en avril 1980. En 
moins de quelques mois, quatre 
autres ententes avaient été signées. 

À ce jour, on a signé 22 ententes 
couvrant presque 44 pour cent du 
territoire ouvert aux permis de 
coupe. D'ici à 1 987, le ministère 
prévoit mettre en place quelque 35 
EGF s'appliquant à la quasi-totalité 




tous les programmes et projets à 
frais partagés. 

Des rapports d'étape annuels 
seront soumis aux ministres fédéral 
et provinciaux intéressés. Des 
évaluations portant sur l'ensemble 
de l'entente, du point de vue de 
l'efficacité, du rendement et des 
finances, seront effectuées après 
deux ans, ainsi qu'à la fin de 
l'entente quinquennale. 

Bientôt, la première 

révision des EGF 

En 1984-1985, le ministère a 
conclu trois nouvelles Ententes de 
gestion forestière (EGF) avec 
Boisé-Cascade Canada Ltd, une 
avec la Great Lakes Forest Product 
Ltd, et une autre avec Dubreuil Bros. 
Ltd. Pendant que ces nouvelles 
ententes prenaient racine, la 
première révision quinquennale 
d'anciennes Ententes de gestion 
forestière de l'Ontario approchait. 



des terres boisées en Ontario 
présentement attribuées aux 
entreprises d'exploitation forestière. 

Ces ententes, d'une durée de 20 
ans, sont évaluées tous les cinq 
ans. Si la gestion est jugée 
satisfaisante, l'entente est 
reconduite pour un autre terme de 
cinq ans. 

Les forestiers du ministère savent 
que les premières entreprises qui 
ont signé une EGF prennent la 
responsabilité de la gestion 
forestière au sérieux. Au cours des 
quatre premières années, les 
entreprises ont procédé 
graduellement et de façon 
harmonieuse et efficace à des 
opérations d'entretien et de 
régénération. Et, ces activités 
seront maintenues tout au long de 
la durée de l'entente. 

Dans la zone des terres 
argileuses du Nord-Est de l'Ontario, 
une entreprise a réussi à faire la 
récolte dans des terres basses et 
marécageuses pendant l'été grâce 



à des débusqueuses qu'on a 
équipées de pneus ultra-larges qui 
ne creusent pas d'ornières dans la 
tourbe. Auparavant, on ne pouvait 
effectuer la récolte qu'en hiver 

Il est plus facile d'effectuer des 
déblais partiels dans des régions 
particulières ou de laisser des 
peuplements vierges pour 
conserver l'habitat de l'orignal, par 
exemple, lorsqu'on fait une 
préplanification convenable, 
dispositif également prévu aux 
termes de ces ententes. 

Les EGF ont créé une demande 
annuelle énorme se chiffrant en 
millions de semis en conteneurs. 
Cette demande a amené la 
création de 22 serres, appartenant 
à, et gérées par des particuliers, 
pour la culture des semis, qui ont 
été aménagées dans le Nord avec 
l'aide du ministère; elles sont 
exploitées par les gens qui habitent 
dans des localités situées à 
proximité des lieux où seront plantés 
les arbres. 

Un traitement de faveur 

pour certaines forêts 

Jusqu'à récemment, des milliers 
d'hectares de forêt étaient laissés 
intacts lors de la récolte sur les 
terres de la Couronne; il s'agissait 
principalement des peuplements 
en bordure de lacs, de rivières et 
de routes. 

Entre autres choses, ces zones 
boisées offraient aux canoteurs et 
aux adeptes du plein air une 
impression de nature inviolée, et 
elles ralentissaient le ruissellement 
des eaux de pluie et de neige 
transportant le limon vers les lacs. 

Mais ces forêts nécessitaient une 
gestion plus intensive. Au lieu 
d'agrémenter le paysage, les arbres 
arrivés à maturité ou en déclin, 
abandonnés à leur sort, ont 
commencé à périr et à créer un 
enchevêtrement de troncs morts, 
causant souvent des incendies 
sérieux et des risques d'infestation 
par les insectes ou la maladie. 
Dans certains endroits où l'abattage 
aurait eu un effet heureux, la fibre 
ligneuse a simplement été perdue. 

La solution à ce problème 
consistait à exercer une gestion 
plus intense, d'où l'instauration de 
zones d'aménagement modifié 
[ZAM3, idée qui a d'abord été 



10 



adoptée lors de la planification de la 
gestion des forêts locales en 1 984. 

Au lieu de laisser les zones de 
réserve à elles-nnêmes, les 
forestiers du MRN ont maintenant 
entrepris des consultations avec 
des spécialistes de la pêche et des 
loisirs en plein air au service du 
ministère, avec des exploitants 
touristiques locaux, l'industrie 
forestière, des propriétaires de 
chalets et autres personnes 
intéressées, afin d'établir comment 
chaque zone devrait être gérée. 

Cette stratégie est alors intégrée 
aux plans quinquennaux pour 
l'unité de gestion forestière visée; 
ces plans s'inscrivent à leur tour 
dans les plans de gestion forestière 
qui prescrivent les objectifs à 
poursuivre pour les forêts locales 
sur une période de 20 ans. 

Les plans d'exécution et de 
gestion vont de pair avec les 
directives de gestion que l'on 
applique aux terres marécageuses, 
à l'orignal, aux pêches et à d'autres 
ressources. Chaque plan 
quinquennal est publié et fait l'objet 
de consultations avec les résidents 
locaux. 

Ce processus de consultation et 
de collaboration est rentable. Les 
spécialistes de la forêt dans la 
région du lac Temagami 
s'inquiétaient de la détérioration des 
forêts sur les rives. Après avoir 
consulté les propriétaires de chalets 
qui étaient d'abord réticents à l'idée 
d'effectuer des coupes, les 
forestiers du MRN ont produit un 
plan de revitalisation de la forêt qui 
pouvait les satisfaire. 

En certains endroits, on 
effectuera une coupe jusqu'au bord 
de l'eau. Après que les arbres 
auront repoussé, on s'occupera 
des terrains où les arbres sont plus 
anciens. On veillera tout 
particulièrement au profil des cimes 
de pins blancs entourant le lac. 

Le pin blanc est traité 
royalement 

Le pin blanc, une des meilleures 
sources de bois mou en Ontario, 
est devenu l'arbre officiel de la 
province le lei" mai 1984. 

Le pin blanc, que les légendes 
indiennes de l'Ontario appelaient 
"l'arbre de vie', est tout de suite 
devenu une vedette pendant 



l'année du bicentenaire de 
l'Ontario. Des cérémonies de 
plantation de pin blanc ont eu lieu 
dans toute la province. 

Sa Majesté la reine Elizabeth et le 
prince Philip ont chacun planté un 
pin blanc devant l'Assemblée 
législative de l'Ontario lors de leur 
visite au mois de septembre. A la 
fin de l'année du bicentenaire, le 
ministère des Richesses naturelles 
avait distribué quelque 82 000 
semis de pin blanc partout dans la 
province. 

Des écoliers ont planté des pins 
blancs sur les terrains de leurs 
écoles, des groupes 
communautaires en ont planté sur 
les terrains municipaux, et des 
particuliers ont fait de même dans 
leurs cours. 

Par centaines, les Ontariens ont 
contribué à promouvoir cet 
emblème. Au nord de 
Peterborough, une dame a utilisé le 
pin blanc comme symbole central 
dans la tapisserie qu'elle a réalisée 
pour le centre communautaire 
local. À Niagara-on-the-Lake, une 
compagnie a mis sur le marché 
des trousses à cultiver le pin blanc 
à partir de graines. Une entreprise 
de produits forestiers à Ottawa, 
centre historique de l'exploitation 
industrielle du pin blanc en Ontario, 
a construit un radeau de bois 
comme il en circulait autrefois sur 
l'Outaouais. À Toronto, l'Ontario 
Wood Carvers Association a 
sculpté dans un bloc de pin blanc 
les armoiries de la province, qui 
ornent maintenant l'édifice de 
l'Assemblée législative, à Queen's 
Park. 

Comme le trillium (la fleur 
officielle) et l'améthyste [la pierre 
officelle), le pin blanc figure 
maintenant au rang des symboles 
distinctifs de la province auxquels 
les Ontariens se sentent très 
attachés. 

Scarificateur Bigfoot et 

autres monstres du 

ministère 

Sans eux, le' ministère et l'industrie 
ne pourraient planter de nouvelles 
forêts avec efficacité. Des machines 
tels que le scarificateur Bigfoot, la 
charrue à arceau et le rouleau à 
lames, permettent au personnel du 
ministère de préparer les terrains 
forestiers à la plantation d'arbres. 



Les sites nécessitant une 
préparation sont de tous types, de 
la tourbière aux flancs rocheux des 
montagnes recouverts de 
sous-bois densément peuplés. 

Les charrues géantes servant à 
labourer les sites humides et les 
instruments qui arrachent les 
couches d'épines et de branchage 
pour exposer le sol minéral 
n'existaient pas il y a 25 ans, à 
l'époque où les spécialistes 
forestiers du ministère 
commencèrent à faire des 
expériences de scarification en 
traînant de grosses pierres derrière 
un tracteur 

Depuis lors, il s'est produit une 
sorte de révolution dans la 
fabrication d'une machinerie 
perfectionnée et adaptée à la 
foresterie. Toute la panoplie était 
exposée en septembre 1984 à 
Thunder Bay lorsque des 
représentants des entreprises, des 
universités et du gouvernement se 
sont réunis pour se rendre compte 
des derniers progrès de 
l'équipement forestier. 

La rencontre de Thunder Bay a 
aussi donné lieu à une 
démonstration portant sur la 
préparation des sites, organisée 
conjointement par le MRN et le 
Service canadien des forêts, et qui 
a soulevé l'intérêt chez les forestiers 
du secteur privé. 

Accroître les ressources 

forestières sur les terres 

privées 

Les réserves de bois sur les terres 
privées, et les terres privées dont 
l'exploitation forestière est possible 
sont des facteurs importants à 
considérer lors d'un examen 
général des forêts de l'Ontario. 

Plus de 4 000 000 d'hectares de 
forêt appartiennent au secteur 
privé. En outre, 700 000 hectares 
de terres privées pourraient servir à 
la culture forestière. Les terres 
privées produisent annuellement 
environ un quart des billes utilisées 
par l'industrie en Ontario. 

Pour encourager un 
développement plus poussé, le 
ministère offre des services à la 
foresterie privée, comme de l'aide 
pour la plantation et la vente, et des 



11 




L'Association des 
sculpteurs sur bois de 
l'Ontario a sculpté les 
armoiries de la 
province sur une 
plaque de pin blanc. 



conseils sur l'entretien et le 
marquage en vue de la récolte. 

Ces services sont fournis par le 
biais d'ententes conclues en 
application de la Loi sur 
l'amélioration des terrains boisés 
CLATB) et d'Ententes pour des 
services consultatifs [ESC] 
conclues entre le gouvernement et 
les propriétaires. 

Aux termes des ententes LATB, 
le MRN effectue ou défraie les 
coûts de plantation des arbres et 
d'aide à l'amélioration des lots 
boisés. Les propriétaires achètent 
les semis et se chargent de 
protéger ces lots contre le bétail, les 
insectes, les maladies et les 
incendies. Ils conviennent aussi de 
gérer les jeunes forêts jusqu'au 
terme de l'entente LATB, soit 
pendant 1 5 ans. 

Dans le cadre des ESC, le 
ministère dispense des conseils et 
services pour le marquage du bois, 
mais le propriétaire doit s'occuper 
de tous les travaux. Habituellement, 
les forêts sont améliorées par 
l'enlèvement des arbres chétifs ou 
parvenus à maturité, que l'on peut 
vendre ensuite comme 
combustible ou à d'autres fins. 

En 1984-1985, 427 nouvelles 
ententes LATB et 59 nouvelles 
Ententes pour des services con- 
sultatifs ont été conclues, ce qui 
porte le nombre total de ces ententes 
en vigueur à 1 006. À la fin de 



l'année financière, 144 570 
hectares de terres boisées étaient 
gérés en vertu d'ententes LATB, et 
3 360 hectares en vertu d'Ententes 
pour des services consultatifs en 
Ontario. 

Les propriétaires de terres 
boisées privées ont également 
bénéficié de services sous d'autres 
formes. Le personnel du ministère 
affecté à la foresterie a effectué des 
inspections sur le terrain, il a aidé 
les propriétaires à rédiger les plans 
de gestion de leurs forêts et à 
marquer les lots boisés pour 
l'amélioration et la production de 
billes de sciage, de bois à pulpe et 
de bois de combustion. 

En juillet 1 984, un forestier du 
ministère a été nommé agent de 
liaison entre le MRN et le ministère 
de l'Agriculture et de l'Alimentation 
de l'Ontario afin de multiplier les 
conseils et d'étendre l'assistance 
aux producteurs de sirop d'érable 
de l'Ontario. 

Le programme de dégrèvement 
fiscal pour la gestion forestière en 
Ontario incite les propriétaires à 
établir et gérer des lots boisés à 
usages multiples. Dans le cadre de 
ce programme en 1 984-1 985, le 
dégrèvement fiscal sur la propriété 
consenti aux propriétaires de forêts 
a été majoré de 1 pour cent, 
passant de 50 à 60 pour cent. 

Améliorer les espèces 
d'arbres en Ontario 

Lamélioration des arbres en 
Ontario vise à fournir une graine 
améliorée pour le programme de 
reboisement artificiel de la 
province. En 1984-1985, les efforts 
déployés pour améliorer les arbres 
ont augmenté considérablement et 
ont été centrés sur l'épi nette noire, 
le pin gris, l'épinette blanche et le 
pin blanc. 

Le travail entrepris en 1 984-1 985 
a nécessité le dépistage de 
spécimens supérieurs de chaque 
espèce pour la récolte de graines 
génétiquement supérieures. 

Les spécialistes de la forêt au 
ministère ont également créé de 
nouveaux vergers à graines, 
c'est-à-dire des peuplements 
d'arbres supérieurs pouvant servir 
de sources stables de graines. 



12 



Ainsi, dans le Nord-Ouest de 
l'Ontario, on a créé 1 1 nouveaux 
vergers d'épinettes noires et cinq 
d'épinettes blanches en 
1 984-1 985. Les spécialistes en 
foresterie ont également continué 
des essais systématiques sur des 
graines de diverses origines dans le 
but de créer des arbres qui 
pousseront plus vite et seront plus 
vigoureux, plus droits et plus hauts, 
tout en offrant une résistance 
accrue au climat, à la maladie et 
aux insectes. 

Le bois de la Couronne 

mesuré exclusivement en 

métrique 

Les temps ont changé pour ceux 
dont le métier est de mesurer le 
bois. 

En 1 981 , la "corde souveraine" a 
été abandonnée comme unité de 
mesure. En 1984-1985, le 
pied-planche est devenu une 
mesure désuète, mettant ainsi fin à 
une époque. 

Aujourd'hui, le bois de la 
Couronne se mesure uniquement 
en métrique. Cela veut dire que 
tout le bois récolté sur les terres de 
la Couronne durant l'année 
financière 1 984-1 985 a été mesuré 
en métrés cubes ou pesé en 
kilogrammes. 

En métrique ou autrement, la 
récolte a atteint un chiffre record. 
Un total de 20 700 000 de mètres 
cubes de bois de toutes espèces a 
été récolté, assurant à la Couronne 
des recettes de droit de coupe 
dépassant 55 500 000$. 

Le tarif des droits a également 
changé en 1 984-1 985. Les droits 
de coupe versés à la province et 
les droits de superficie pour le 
permis de coupe sur les terres de 
la Couronne ont été majorés de 25 
pour cent afin de réduire l'écart 
croissant entre ce que coûte la 
gestion des forêts et ce que la 
province perçoit sur la vente du 
bois. De plus, les redevances ont 
été indexées à deux fois le taux 
d'inflation. Par exemple, si le taux 
d'inflation augmente de cinq pour 
cent, les redevances à payer à la 
Couronne sur le bois récolté 
augmenteront de 1 pour cent. 



Choisir le moment de la 

récolte 

Pour combien de temps peut-on 
remettre à plus tard la récolte d'un 
peuplement d'épinettes noires ayant 
dépassé la maturité? Cette question 
a son importance lorsqu'il s'agit de 
décider quelles forêts doivent être 
coupées - et elle fait l'objet d'une 
étude que le service de mesure 
des ressources forestières du 
ministère a entamée en 
1984-1985. 

Les résultats de l'étude 
permettront aux spécialistes 
forestiers de prendre de meilleures 
décisions au sujet de ce qu'il faut 
récolter et des zones pouvant 
attendre quelques années, si 
l'accès y est difficile ou que d'autres 
empêchements surviennent. 

Par ailleurs, le service de mesure 
a commencé à faire l'inventaire des 
immenses espaces du Nord qui 
ont été reboisés artificiellement au 
cours des 20 dernières années. 
Cet inventaire a pour but de fournir 
des renseignements précis sur 
l'étendue des plantations et sur leur 
état actuel afin de dresser un 
calendrier de récolte. Pendant 
l'année financière, on a achevé 
l'inventaire de la région Nord du 
ministère. Linventaire de tous les 
peuplements du Nord de l'Ontario 
sera terminé en moins de deux 
ans. 

Centres régionaux de 

développement 

technologique 

A l'unité de développement 
technologique de la forêt nordique 
à Timmins, des forestiers du MFÎN 
ont créé, l'an passé, plusieurs 
nouveaux programmes pour 
accélérer la production de forêts 
d'épinettes noires et de pins gris 
améliorés. 

A Timmins, les spécialistes sont 
en train de répertorier les sites les 
plus propices à la croissance dans 
la région Nord du ministère en 
cartographiant toutes les données 
disponibles provenant de divers 
organismes. A l'avenir, la 
construction de chemins d'accès, 
la récolte et la plantation seront 
effectuées dans ces territoires pour 
que les investissements forestiers 
rapportent davantage à la province. 



Un autre projet vise à réduire le 
temps nécessaire pour qu'une forêt 
existante parvienne à maturité. 
Quelque 400 hectares de tourbière 
à l'est de Cochrane ont été drainés 
dans l'espoir d'amener une forêt de 
50 ans à maturité en l'espace de 20 
ans, processus de maturation qui 
exige normalement de 80 à 1 00 
ans. Par le biais de l'élaboration 
d'un plan de gestion pour la région, 
le personnel local identifie les 
préoccupations se rapportant à la 
faune aquatique et terrestre, aux 
incendies, à l'ingénierie et à 
l'environnement. 

Le groupe de Timmins travaille 
aussi à accélérer la production de 
lignées génétiquement supérieures 
d'épinettes noires et de pins gris en 
constituant des fermes à graines et 
des "pavillons de reproduction" où 
les arbres supérieurs seront 
amenés à fleurir prématurément 
par une exposition à la lumière et à 
la chaleur à longueur d'année. Les 
spécialistes espèrent en outre 
produire, en enracinant des 
boutures sélectionnées, 1 000 000 
de semis par an dès le printemps 
1986. 

Une recherche est présentement 
en cours au sujet de l'application 
d'herbicides avant la plantation 
plutôt qu'après, pour éliminer dès 
le départ la végétation rivale. 

Un autre projet porte sur la 
régénération des terrains reconnus 
productifs aux environs des usines 
et grandes routes, mais qui sont 
présentement couverts d'un 
peuplement de qualité inférieure. 
Ces sites seront déblayés et 
replantés aussitôt que possible 
avec des semis d'épinettes noires 
et de pins gris de qualité 
supérieure. En 1984-1985, 40 
hectares de forêt de peupliers et de 
baumes de faible qualité, situés à 
moins de 1 kilomètres d'une 
usine à Kapuskasing, ont été 
déblayés et replantés avec des 
espèces commerciales plus 
populaires. 

En plus de la nouvelle 
technologie de gestion forestière, la 
technologie des pêches et celle de 
la faune seront élaborées au 
nouveau centre de Gravenhurst qui 
est présentement au stade de 
l'aménagement. 



13 



Surveillance et lutte contre les incendies 



Faits saillants du 
programme en 1984-1985 

■ Au total, 1 240 incendies de forêt 
ont ravagé quelque 1 20 000 
hectares boisés en Ontario, chiffre 
très inférieur aux 444 000 hectares 
de forêt brûlés durant la saison 
1983-1984. 

■ La saison des incendies en 1 984 
a marqué la première année d'une 
gestion centralisée de la lutte contre 
les incendies, chacun des cinq 
centres régionaux du MRN affectés 
à cette lutte étant chargé de la 
surveillance dans son propre 
territoire. 

■ Toutes les régions relevant du 
MRN ont élaboré des plans en vue 
de mettre en application des 
programmes de prévention des 
incendies. 



■ Le Québec et le Manitoba ont 
prêté à l'Ontario des avions-citernes 
CL-21 5 pour soutenir sa flotte, 
dans le cadre d'une entente 
prêt/aide conclue avec le Centre 
interservices des feux de forêt. Les 

1 70 équipes régulières, 
composées de cinq personnes 
chacune, ont également reçu l'aide 
du personnel de l'industrie 
forestière, des autochtones et 
d'autres employés du MRN dans 
leur lutte contre les incendies. 

■ Deux employés ontariens 
préposés à la lutte contre les 
incendies sont allés à Terre-Neuve 
à la fin août pour faire des 
recommandations et venir en aide 
à la mise en oeuvre d'un 
programme de brûlage dirigé dans 
cette province. Ils ont pris part au 
brûlage réussi d'une surface de 
480 hectares. 



■ Des experts ontariens en 
répression d'incendies se sont 
rendus en Chine pour 
entreprendre un projet 
quinquennal de lutte contre les 
incendies dans la province de 
Jiagedaqi. 

■ Lacquisition et l'aménagement 
d'un système informatisé de 
soutien décisionnel pour le Centre 
de surveillance et de lutte contre les 
incendies ont été approuvés. 








En 1984, la tempéra- 
ture moins élevée et 
les pluies fréquentes 
ont contribué à 
réduire les pertes dues 
aux incendies de forêt. 




14 



r 



Quatre-vingt-dix-sept 
pour cent de tous les 
incendies de forêt ont 
été maîtrisés dès la 
première attaque. 



W 



d 







La saison des incendies 

en 1984: la nature a 

été clémente 

En 1 984, le printemps a été hâtif et 
il en a été de même pour la saison 
des incendies. Dés la mi-avril, le 
ministère avait recensé 66 
incendies dans la province, ce qui 
dépassait la norme pour cette 
période de l'année. Cela laissait 
présager une saison pire que la 




précédente, au cours de laquelle 
444 000 hectares de forêt avaient 
été consumés. 

Mais ce sombre pronostic pour 
1984 ne s'est pas réalisé. À mesure 
que la saison avançait, la situation 
s'améliorait sensiblement. Le temps 
a été favorable; les équipes du 
MRN ont fait preuve de beaucoup 
de vigilance après que la saison 
1 983 les eût tenues si occupées; 
nos équipes de première 
intervention ont été particulièrement 
efficaces. Tout a concouru à la 
réduction des risques d'incendies et 
à une saison satisfaisante. 

Dans l'ensemble, le feu a ravagé 
1 20 424 hectares de forêt, soit une 
fraction des 444 000 hectares 
perdus en 1983. La température 
moins élevée et les pluies 
fréquentes ont maintenu le risque 
des incendies de forêt à un degré 
variant de faible à modéré pendant 
presque toute la saison. On n'a 
signalé que 1 240 incendies, 
nombre considérablement moindre 



que les 2 244 rapportés en 1 983. 

Il y a eu quelques flambées 
d'activités isolées. Vers la fin avril, 
trois gros incendies ont fait des 
ravages dans les régions du Nord et 
du Nord-Ouest. Un deuxième 
moment de panique— cinq incendies 
d'importance sur plus de 200 
hectares chacun -s'est produit 
durant la troisième semaine de mai 
dans les régions de surveillance 
du Centre Nord et du Nord-Ouest. 
Enfin, le Nord-Ouest a connu une 
recrudescence d'activités à la 
fin aoijt. 

Le plus gros incendie de la 
saison a été celui de Thunder Bay 
30, une fournaise qui a consumé 
plus de 2 428 hectares de forêt. 

Les pertes matérielles des 
particuliers ont atteint près de 
700 000 $ pendant la saison des 
incendies, dont quelque 500 000 $ 
dans le seul district de Thunder 
Bay Dans la région d'Algonquin, à 
la fin avril, des vents violents ont 
renversé les arbres sur des lignes 
électriques, provoquant ainsi plus 
de 50 incendies. 

Lhomme continue d'être la 
principale cause des incendies de 
forêt. Au cours de la saison des 
incendies 1 984, 76 pour cent des 
incendies de forêt ont été imputés à 
la négligence. 

La foudre n'a causé que 287 
incendies en 1984, nombre 
nettement inférieur aux 1 090 
incendies dus à la foudre pendant 
la saison 1 983, soit moins de la 
moitié de la moyenne annuelle des 
incendies allumés par la foudre au 
cours des cinq dernières années. 
Durant la saison, la foudre a 
provoqué 24 pour cent du total des 
incendies. 

De tous les incendies en 1 984, 
97 pour cent ont été maîtrisés dès 
la première attaque. Cela constitue 
un progrès par rapport à la 
moyenne de 94,8 pour cent, sur 
cinq ans, de suppression 
d'incendies réussie par le MRN. On 
estime avoir maîtrisé un incendie de 
forêt lorsqu'il est circonscrit sur 
moins de 40 hectares et éteint à 
midi le lendemain. 

La majeure partie du territoire 
brûlé en 1 984- 1 07 530 hectares 
—se trouvait dans le Nord éloigné. 
Dans ces régions, on perçoit 



15 




La technologie de 
pointe est un élément 
essentiel de la gestion 
des incendies de forêt. 



souvent l'incendie comme partie 
intégrante du processus naturel de 
maturation des forêts. Et, s'il ne 
menace aucune vie humaine ou 
aucune propriété, on le laisse 
simplement suivre son cours, tout en 
le gardant sous étroite surveillance. 

En 1984, le MRN disposait d'une 
force de lutte contre les incendies 
composée de 1 70 équipes de cinq 
personnes, 1 3 gros avions-citernes 
Cdont deux CL-21 5 appartenant à 
la province, cinq Twin Otter et six 
Cansos en location), cinq avions 
de pointage (un appartenant au 
MRN, les quatre autres étant 
loués), 1 5 hélicoptères en location 
et 1 9 avions bimoteurs légers de 
détection, également en location. 

Quand les incendies se multiplient 
au cours de la saison, on fait 
appel à des équipes de réserve. 
Elles réunissent des travailleurs de 
l'industrie forestière, des autochtones 
et d'autres employés du MRN. En 
1984, le Québec et le Manitoba 
sont venus en aide à l'Ontario en lui 
prêtant d'autres avions-citernes 
CL-21 5, et le MRN a prêté des 
pompes à la Colombie-Britannique. 

Les "pompes volantes" de 

rOntario prennent les airs 

Durant la saison des incendies en 
1984, les avions-citernes Canadair 
CL-21 5 appartenant au MRN ont 
été exploités par une compagnie 
aérienne, pour la deuxième année 



consécutive. Ces "pompes 
volantes" perfectionnées— seuls 
avions au monde conçus 
spécialement pour combattre les 
incendies— continuent de faire 
leurs preuves. Le CL-21 5 peut 
ramasser près de 5 455 litres d'eau 
en 1 secondes et voler à une 
vitesse maximale de 260 
kilomètres/heure; en outre, il 
possède une autonomie de vol de 
quatre heures. 

Aux termes d'une entente 
commune avec le gouvernement 
fédéral, l'Ontario fera l'acquisition 
de sept autres CL-21 5, dont la 
livraison doit commencer à 
l'automne 1 985. 

Juste avant le début de la saison 
des incendies de 1984, une 
entente a été signée avec un 
entrepreneur privé pour que soient 
fournis tous les services relatifs à 
l'exploitation des avions-citernes 
Canso appartenant à la province 
pour les quatre saisons suivantes. 
Au moment où ce contrat prendra 
fin, les neuf CL-21 5 de la province 
devraient être en service. Ce même 
entrepreneur a obtenu un contrat 
pour procurer au ministère trois 
avions de pointage. 

Les hélicoptères et avions à 
voilure fixe destinés à la lutte contre 
les incendies ont volé pendant un 
total de 830 heures au-dessus des 
forêts ontariennes pendant la 
saison 1984. Dans l'ensemble, ils 
ont déversé 1 7 900 000 litres d'eau 
sur nos forêts embrasées. 

Quand il faut des avions 
supplémentaires pour combattre 
les incendies, le temps est un 
facteur déterminant. Le Centre 
interservices des feux de forêt du 
Canada CCIFFC) à Winnipeg 
possède un répertoire des 
avions-citernes disponibles. En 
communiquant avec un agent de 
sen/ice du CIFFC, les organismes 
de lutte contre les incendies de 
forêt du Canada entier peuvent 
connaître instantanément les 
endroits où ils peuvent obtenir des 
avions additionnels. Il leur est alors 
possible de prendre rapidement les 
dispositions nécessaires pour 
expédier des avions supplémentaires 
dans les régions qui ont besoin 
de renfort. 



16 



C'est de cette façon que l'Ontario 
a pu bénéficier de l'aide du 
Manitoba et du Québec en 1 984. 
La province de l'Ontario est l'un 
des membres fondateurs du 
Centre intersen/ices des feux de 
forêt du Canada. 

Centralisation de nos 

opérations de lutte contre 

les incendies 

La saison 1 984 a marqué la mise 
en place d'un nouveau système de 
gestion de lutte contre les incendies 
en Ontario. Pour la première fois, 
les cinq centres régionaux de lutte 
contre les incendies du MRN 
étaient responsables de la 
surveillance des incendies sur leurs 
territoires respectifs. Auparavant, 
cette responsabilité incombait à 
chacun des districts du MRN. 

L'analyse du rendement de ce 
nouveau système pendant la saison 
1 984 n'est pas encore terminée et il 
faudra peut-être y apporter 
quelques améliorations en 1 985. 
Mais les responsables de la lutte 
contre les incendies estiment que 
le fait d'attribuer au palier régional, 
plutôt qu'au district, la 
responsabilité de la surveillance des 
incendies a permis une meilleure 
coordination et plus de souplesse 
dans la gestion de lutte contre les 
incendies à l'échelle provinciale. 

Sous ce système centralisé, 
l'agent de service régional est 
chargé de diriger toutes les activités 
de surveillance des incendies dans 
la région. Chaque région établit un 
plan quotidien qui présente un 
tableau de la situation régionale, 
prévoit la fréquence et le 
comportement des incendies, 
précise les besoins de détection, 
détermine les besoins d'équipes de 
lutte et leur emplacement dans la 
région; enfin, le plan définit la 
répartition des tâches et des 
règlements pour la journée aussitôt 
que les incendies sont signalés. 

Les ordinateurs participent 

au processus décisionnel 

Lutilisation de systèmes 
informatisés de renseignements et 
de soutien décisionnel est 
essentielle à la mise en application 
globale du concept de gestion 



centralisée de lutte contre le 
incendies en Ontario. Les systèmes 
prototypes conçus à l'Institut 
national de foresterie de Petawawa 
sont vérifiés au Centre régional de 
lutte contre les incendies à 
Timmins. 

Au début de 1 984, le ministère a 
doté Timmins d'un 
micro-mini-ordinateur DEC 
Micro/PDP-11 pour faire 
fonctionner ce logiciel. On prévoit 
maintenant intégrer ce logiciel à 
d'autres programmes de 
micro-ordinateurs existants de 
façon à établir un système d'aide à 
la prise de décision que l'on 
implantera dans toute la province. 
Le projet d'acquisition d'un réseau 
de micro-ordinateurs, qui sera 
aménagé dans les cinq centres 
régionaux de lutte contre les 
incendies et au Centre de 
surveillance et de lutte contre les 
incendies, a été approuvé. On 
prévoit l'acquisition de 20 de ces 
ordinateurs en 1985; les trois 
autres seront achetés et installés en 
1986 et 1987. 

UOntario envoie une 

mission de calibre 

international en Chine 

Depuis de nombreuses années, les 
incendies de forêt constituent un 
fléau dans la République populaire 
de Chine. Les forêts n'occupent 
que 1 2,7 pour cent du territoire 
chinois. Pourtant, trois pour cent 
de ces forêts sont détruites par les 
incendies chaque année, ce qui 
représente 30 fois la moyenne des 
pertes annuelles en Amérique du 
Nord, qui se situe à moins d'un 
centième des terres boisées. 

En septembre 1984, l'Ontario a 
signé une entente historique avec 
l'Agence canadienne pour le 
développement international pour 
dispenser à la République 
populaire de Chine des conseils 
techniques quant à la lutte contre 
les incendies de forêt. 

Aux termes de ce projet 
quinquennal, les experts ontariens 
de la lutte contre les incendies de 
forêt mettront en oeuvre, à titre 
démonstratif, un système de 
surveillance et de lutte contre les 
incendies de forêt dans la région de 
Jiagedaqi, dans le Nord-Est de la 
Chine. Le personnel du MRN 



affecté aux incendies contribuera 
également à former des 
responsables chinois de la lutte 
contre les incendies en Ontario et 
en Alberta. 

LOntario aidera aussi la Chine à 
mettre en place un organe 
centralisé chargé de gérer la 
détection des incendies, les 
communications, la prévision des 
incendies, les transports et la 
suppression rapide des incendies. 

Dans le territoire de 6 700 000 
hectares visé par le projet, dans la 
province de Heilanjiang, moins de 
60 incendies surviennent chaque 
année. Ils détruisent cependant de 
vastes étendues de forêt, en 
moyenne 200 000 hectares 
annuellement. La principale 
difficulté provient du fait que 
l'incendie moyen échappe déjà au 
contrôle lorsqu'il est découvert. 
Dès lors, sa répression est très 
difficile et très lente. 

Le Centre ontarien de lutte contre 
les incendies affectera 1 2 employés 
au projet chinois. M. Harold Redding 
ira vivre en Chine pendant deux 
ans à compter du printemps 1 985. 
Trois membres du Service canadien 
des forêts, de même qu'un expert 
en détection des incendies de 
l'Alberta, participeront également 
au projet. En vertu de l'entente, le 
gouvernement du Canada 
remboursera les coûts du projet. 

Le retour d'un vieil ami 

Lannée 1984 coïncidait avec le 
soixantième anniversaire de 
l'escadrille ontarienne. 

En septembre, des responsables 
se sont réunis à l'aéroport de 
Sault-Sainte-Marie pour dédier un 
biplan triplace d'époque— un 
Fairchild KR-34 CCF-AOH) restauré 
datant de 1930, le premier avion à 
servir aux essais d'arrosage aérien 
des incendies— et pour l'accueillir 
de nouveau au sein de l'escadrille 
provinciale après une absence de 
presque 40 ans. 

À l'époque où le CF-AOH 
participait aux essais d'extinction 
aérienne, les méthodes étaient 
plutôt primitives. Un baril d'acier 
contenant 45 gallons d'eau était 
placé dans l'habitacle avant et lâché 
à la main. Le KR-34 a ouvert la voie 



17 




Les 13 gros avions - 
citernes de l'Ontario 
ont joué un rôle vital 
dans la suppression 
et le contrôle des 
incendies. 




au perfectionnement de l'arrosage 
aérien maintenant pratiqué en 
Ontario. 

À l'été 1948, le CF-AOH, alors 
propriété d'un exploitant 
commercial, s'écrasa en décollant 
du lac Wildcat, à 1 20 kilomètres au 
nord de Sault-Sainte-Marie. Il y est 
resté jusqu'en 1963 lorsque des 
membres du service de l'air ont 
recueilli les débris et les ont 



apportés au hangar de 
Sault-Sainte-Marie. Depuis ce 
temps, plusieurs personnes ont 
travaillé à sa restauration. Sans les 
plans originaux, cette tâche lente 
nécessitait beaucoup d'application. 
Manifestement, il s'agissait d'un 
travail de passionnés. 

La prévention vient à son 

heure 

La lutte contre les incendies de 
forêt est une science qui a fait 
d'énormes progrés au cours des 
dernières années. Néanmoins, il est 
toujours impossible de prévoir au 
juste comment évoluera la saison 
des incendies avant qu'elle ne batte 
son plein. Tout au long de l'année, 
les responsables de la lutte contre 
les incendies se préparent à toute 
éventualité. Les scientifiques du 
MRN tentent de faire de la prévision 
et de la lutte contre les incendies 
une discipline digne du 21© siècle. 
Mais la nature détient encore les 
atouts. 

La prévention constitue un 
élément clé de la gestion de la lutte 
contre les incendies. En 1984-1985, 
le MRN a continué sa campagne 
visant à mieux renseigner le public 
sur la prévention des incendies de 
forêt. 

En 1984, le MRN a achevé un 
catalogue du matériel de 
prévention, le Forest Fire 
Prevention Manual, en quatre 
volumes. Il s'agit d'un manuel 
pratique à l'intention des agents 
affectés à la prévention des 
incendies dans le Nord de 
l'Ontario. 

Les cinq régions du MRN ont 
établi de nouvelles stratégies de 
prévention en 1984-1985. Le 
ministère a aussi effectué un grand 
sondage par téléphone pour 
mesurer le degré de sensibilisation 
du public à la prévention des 
incendies. Le MRN s'inspirera des 
conclusions du sondage pour 
planifier la prévention pour la 
saison 1985. 

Le programme de prévention a 
pu livrer son message lors de la 
foire commerciale de Toronto en 
octobre 1984. Intitulée /A Time for 
Children, l'exposition du MRN était 
animée à toutes les heures par le 



18 



passage de l'ours Smokey. Les 
panneaux de l'exposition 
expliquaient le système de 
détection de la foudre et la 
prévention des incendies de forêt; 
enfin, les visiteurs pouvaient 
expérimenter un jeu vidéo tout 
nouveau sur la prévention des 
incendies de forêt, intitulé Can You 
Prevent a Forest Fire ? 

En outre, le MRN a réalisé cinq 
nouveaux messages pour la 
télévision et cinq autres pour la 
radio portant sur la prévention des 
incendies de forêt en 1984. Les 
messages visaient des publics 
particuliers et furent diffusés à 
différentes heures pendant la 
saison des incendies de forêt. 

Le détecteur de foudre est 
raccordé en réseau et le 
public en est témoin 

Les détecteurs de foudre, qui 
situent l'endroit exact où la foudre 
s'abat où que ce soit dans le Nord 
de l'Ontario, ont été inventés par la 
NASA, l'agence aérospatiale 
américaine. A l'heure actuelle, les 
responsables de la lutte contre les 
incendies de forêt en Ontario 
utilisent les cartes d'impacts de la 
foudre pour suivre les orages 
électriques, planifier des vols de 
patrouilles aériennes de détection 
des incendies et prévoir une action 
contre d'éventuels feux allumés par 
la foudre. 

Cette année, le MRN a raccordé 
l'ensemble de son système de 
détection de la foudre en un 
réseau. Les 1 1 stations 
goniométriques du MRN ont été 
reliées à un poste de traitement 
central situé au Centre provincial 
de lutte contre les incendies à 
Sault-Sainte-Marie. Les signaux 
électromagnétiques émis lorsque la 
foudre frappe le sol sont perçus par 
les stations goniométriques. Ils sont 
ensuite dirigés vers la station de 
traitement de Sault-Sainte-Marie, 
où ils sont interprétés afin de 
déterminer l'endroit où la foudre 
frappe. 

Le système peut localiser 
exactement environ 85 pour cent 
des lieux où s'abat la foudre sur le 
territoire couvert par le réseau. 
Après avoir déterminé l'endroit 



avec précision, l'information est 
transmise de Sault-Sainte-Marie 
aux terminaux dans les centres 
régionaux de lutte contre les 
incendies à Dryden, Thunder Bay, 
Timmins et Sudbury. 

En août 1984, Sciences Nord, le 
centre des sciences de Sudbury, a 
été doté d'un terminal de ce genre. 
Les visiteurs pourront y observer les 
coups de foudre moins de 30 
secondes après qu'ils se produisent. 
Quand les orages se déplaceront 
dans la province, le public verra 
briller de petits points sur un 
écran couleur. 

Des moyens de 
communication contre les 
incendies et pour la 
circulation 

Beaucoup de perfectionnements 
radiotechnologiques ont été 
réalisés en Ontario pour lutter 
contre les incendies de forêt. Mais 
cette même technologie peut être 
employée à d'autres fins dans la 
province. 

Le MRN a créé deux trousses de 
communications pour mouvement 
tactique appelées TACK I et TACK 
Il (Tactical Action Communications 
Kit), qui se sont avérées précieuses 
dans la lutte contre les grands 
incendies de forêt. Chaque trousse 
TACK comprend 100 petites unités 
portatives de radio et un système 
de téléavertisseurs de relais, 
fonctionnant chacun sur six ou huit 
canaux. Les trousses TACK sont 
réservées à la répression des gros 
incendies, alors qu'il est nécessaire 
d'établir des communications à 
travers de vastes étendues de 
forêts. 

Au cours de l'été 1984, le 
système TACK I a servi à d'autres 
usages ailleurs dans la province: 
lors de la visite du pape à Midland 
en septembre, du défilé des Grands 
Voiliers à Toronto en juillet et de la 
cor[\èrer\ce Avenirs de l'eau, tenue 
par le gouvernement de l'Ontario 
en juin à Toronto. Les appareils ont 
servi à régler les mouvements de 
foule et la circulation, ainsi qu'à 
assurer la sécurité générale lors de 
ces événements. 

La saison des incendies de 1984 
a également été la première année 
de mise en service complète du 
dispositif d'intégration tactique des 



avions de location à courte 
échéance CSTATIK- Short Term 
Aircraft Tactical Integrator Kit). Mis 
au point par le latxjratoire de 
radiocommunication du Centre de 
surveillance et de lutte contre les 
incendies du MRN, ce système 
permet d'installer sans délai les 
appareils radio du ministère dans 
les avions loués pour une courte 
durée pendant la saison des 
incendies. Cet aménagement fait 
de l'avion un appareil de sen/ice 
intégral pour le MRN. 

Avant l'instauration du système 
STATIK, il fallait parfois toute une 
journée pour faire cette 
modification. Maintenant, il est 
possible d'installer un appareil radio 
du ministère dans un hélicoptère 
loué en moins d'une heure, si bien 
que l'appareil peut se mettre en 
route vers le foyer d'incendie sans 
délai. 

Radio secours 

En 1984, le MRN a créé un 
nouveau dispositif radio que l'on a 
commencé à appliquer 
progressivement au système de 
radiocommunication provincial. Ce 
dispositif s'avérera particulièrement 
utile aux agents de protection de la 
nature du MRN partout dans la 
province. 

Autrefois, quand le bureau de 
district fermait le soir, les agents de 
protection de la nature devaient 
s'en remettre aux détachements 
locaux de la Sûreté de l'Ontario 
pour assurer la permanence des 
communications par radio. Mais un 
nouveau système d'intercommuni- 
cation téléphonique a été mis au 
point pour permettre de brancher 
un appareil à clavier aux radios des 
voitures et des avions du MRN. 

Dorénavant, les agents de 
protection de la nature et autres 
employés peuvent téléphoner pour 
obtenir de l'aide dans les situations 
d'urgence, sans passer par un 
opérateur de radio. Ces dispositifs 
sont particulièrement précieux aux 
agents qui se trouvent en face de 
situations dangereuses, ainsi 
qu'aux travailleurs en forêt, ou aux 
pilotes en mission dans le Nord 
éloigné. 



19 



Gestion des terres et des eaux 



Faits saillants du 
programme en 1984-1985 

■ Le MRN a annoncé une version 
révisée de sa politique sur les terres 
inondables en octobre 1 984. 

■ En juin 1 984, l'Ontario a organisé 
la conférence internationale 
Avenirs de l'eau qui portait sur les 
questions relatives à la quantité 
d'eau dans les Grands lacs. 



■ Le MRN a distribué plus de 

1 8 800 000 $ en subventions à des 
projets de lutte contre les 
inondations et l'érosion en Ontario. 

■ Le Programme de cartographie 
de base de l'Ontario a maintenant 
cartographie le tiers de la province, 
dont 1 25 municipalités. 

■ Les arpenteurs du MRN ont 
réarpenté 276 kilomètres de limites 
cantonales dans le Nord de 
l'Ontario. 

■ La carte du bicentenaire de 
l'Ontario a été imprimée trois fois, 
pour atteindre un total de 96 000 
exemplaires. 



■ En collaboration avec le ministère 
des Affaires du Nord, le MRN a 
octroyé près de 20 000 000 $ en 
subventions pour les chemins 
d'accès à des emplacements 
miniers, forestiers et touristiques. 
Le programme de 1 984-1 985 
comprenait la construction ou la 
réfection de 432 kilomètres de 
chemins d'accès, 525 kilomètres 
de chemins d'hiver et de neuf 
ponts, ainsi que l'entretien de 6 562 
kilomètres de routes. 



Grâce à la conférence 
"Avenirs de l'eau, " le 
public est plus 
conscient de l'accrois- 
sement de la demande 
nord-américaine pour 
l'eau de l'Ontario. 



\^ 



<r" 




jyiouvelle politique de 
gestion des terres inondables 

À la fin de l'année financière 
1983-1984, un comité indépendant 
chargé d'étudier la gestion des 
terres inondables en Ontario a 
déposé son rapport devant 
l'Assennblée législative. Présidé par 
M. James Taylor, député provincial 




Les terres maré- 
cageuses doivent être 
protégées parce 
qu'elles réduisent, 
entre autres, les 
risques d'inondation. 




de Prince Edward-Lennox, le 
comité a fait plusieurs 
recommandations pour améliorer 
le système actuel de gestion des 
terres inondables en Ontario. 

Le rapport Taylor a sen/i de base 
à une consultation publique 
d'envergure tenue au printemps de 
1 984 sur la gestion des terres 
inondables. Il a été distribué pour 
commentaires à toutes les 
municipalités de l'Ontario et à des 
centaines de groupes et de 
personnes intéressés. Plus de 400 
réponses ont été reçues, dont 
environ 300 proviennent des 
municipalités. 

Ensuite, en octobre 1984, le 
ministère a annoncé une version 
révisée de la politique sur les terres 
inondables de l'Ontario. 

Fondamentalement, cette 
politique fixe une nouvelle norme 
minimale de protection contre les 
inondations en Ontario. Dans 
certaines régions de la province, 
les mesures de lutte contre les 
inondations ont paru trop 
restrictives, mettant trop l'accent 
sur la prudence. 

Aux termes de la nouvelle 
politique, la norme minimale de 
protection pourra être plus souple 



dans les régions où une forte 
majorité de municipalités le 
demandent. Les nouvelles normes 
minimales s'appliquent aux régions 
où le risque d'inondation grave se 
chiffre à un pour cent pour 
n'importe quelle année. 

Il en découle que le degré de 
protection peut être abaissé dans 
les régions de la province où les 
inondations ne se sont pas avérées 
une grande menace. Dans les 
régions où l'expérience passée 
démontre dejDius fortes possibilités 
d'inondation, le degré de protection 
sera maintenu. 

De cette manière, le MRN et les 
offices de protection de la nature 
concentrent leur attention et leurs 
moyens sur les régions ayant le 
plus besoin de protection contre 
les inondations. 

La nouvelle politique exige une 
plus grande participation du public 
à la gestion des terres inondables. 
Pour la première fois, les offices de 
protection de la nature tiendront 
des débats publics locaux pour 
expliquer leur travail et la raison 
d'être des règlements et de la 
cartographie des inondations. 

Le public aura pleinement accès 
aux dossiers et documents 
techniques des offices, et il sera 
avisé à l'avance de chaque réunion 
de l'office et des questions inscrites 
à l'ordre du jour 

Cette politique a par ailleurs 
confirmé l'importance des offices 
de protection de la nature dans la 
gestion des eaux. 

Les terres inondables de 
l'Ontario continueront d'être gérées 
par bassin hydrographique. De 
même, les offices de protection de 
la nature, parce qu'ils sont définis 
en fonction des bassins 
hydrographiques, assumeront 
toujours un rôle prépondérant 
dans la lutte contre les inondations 
et la gestion des terres inondables 
en Ontario. 

Succès éclatant de la 
conférence sur les avenirs 
de Veau 

Les Grands lacs sont une source 
essentielle d'eau potable, d'énergie 
électrique et de loisirs. 
Ils sont indispensables à 



21 




Grâce à des sub- 
ventions du ministère, 
les offices de protec- 
tion de la nature 
effectuent chaque 
année le contrôle 
de l'érosion et des 
inondations. 



l'industrie: l'eau des Grands lacs 
sert à la production de 62 pour 
cent de l'acier canadien et de 70 
pour cent de l'acier annéricain. En 
outre, les Grands lacs constituent 
une voie de transport primordiale 
et sont l'habitat d'une multitude de 
poissons et d'oiseaux aquatiques. 

Le public est fermement 
convaincu de la nécessité de 
protéger la qualité de l'eau des 
Grands lacs. Mais qu'en est-il de la 
QUANTITÉ? 

Certains experts prédisent que le 
niveau de l'eau des Grands lacs 
pourrait baisser de 34 centimètres, 
soit environ un pied, en moins de 
50 ans. D'autres affirment que cette 
baisse pourrait être encore plus 
importante, surtout si les États à 
court d'eau du Centre-Ouest et du 
Sud-Ouest américain décidaient de 
résoudre leurs problèmes en 
détournant l'eau des Grands lacs. 

Une chose est certaine: 
l'abaissement du niveau de l'eau 
coûterait des millions de dollars à 
l'Ontario, endommagerait 
l'environnement et aurait des effets 
négatifs sur la vie de tous. 

Pour attirer l'attention du public 
sur cette question cruciale, 
l'Ontario a organisé Avenirs de 
l'eau, un symposium international 
destiné à ouvrir le débat sur les 
demandes croissantes pour les 
ressources en eau de l'Ontario. 

Cette rencontre très fructueuse 
s'est déroulée à Toronto du 1 2 au 1 4 
juin. Elle a attiré plus de 300 



participants venus de part et d'autre 
de la frontière et les médias en ont 
fait amplement état. 

Les conférenciers, pour la 
plupart des hauts fonctionnaires et 
des scientifiques du Canada et des 
États-Unis, ont esquissé un tableau 
des effets économiques 
qu'entraînerait la baisse des niveaux 
de l'eau des Grands lacs et des 
conséquences de détournements 
d'eaux vers l'extérieur ou l'intérieur 
du bassin des Grands lacs; ils ont 
également donné un aperçu des 
conséquences des changements 
climatiques sur nos réserves d'eau, 
et ont fait état d'une théorie 
relativement nouvelle de l'eau en 
tant que ressource précieuse mais 
épuisable. 

La conférence Avenirs de l'eau 
a atteint son objectif de 
sensibilisation accrue de l'opinion 
publique au sujet d'éventuels 
problèmes d'approvisionnement en 
eau. 

Le texte des délibérations et une 
bande vidéo de 40 minutes ont été 
réalisés et mis à la disposition des 
bureaux de district du MRN, des 
conseils des écoles secondaires et 
des autres ministères et 
organismes publics. 

La bande vidéo présente les 
grands moments de la conférence 
et passe en revue les reportages 
télévisés portant sur la conférence. 

Le MRN a remis à chaque 
participant son nouvel atlas de 72 
pages, intitulé Water Quantity 
Resources in Ontario, qui contient 
26 cartes et graphiques en ! 
couleurs. 

Cet excellent ouvrage de 
référence est le premier à aborder 
de façon globale les ressources en 
eau de l'Ontario. Il identifie toutes 
les sources d'alimentation et les 
utilisations de l'eau souterraine et 
de surface en Ontario, et il 
envisage quelques possibilités de 
demande future pour nos eaux. On 
peut se procurer cet atlas à la 
Librairie du gouvernement de 
l'Ontario au prix de 24,95 $, taxe de 
vente non comprise. Le texte des 
délibérations de la conférence est 
également disponible à cette 
librairie au prix de 1 5,95 $. 



22 



La charte des Grands lacs: 

vers la protection 

des réserves d^eau 

Avenirs de l'eau a permis 
d'éclairer le public quant à la 
question de la quantité d'eau dans 
les Grands lacs. Pourtant, depuis 
des années, beaucoup de travail 
s'accomplit dans les coulisses pour 
que le Canada et les États-Unis 
coopèrent à sauvegarder les 
Grands lacs pour les générations 
futures. 
En 1 984-1 985, ces efforts ont 




La cartographie par 
satellite du Centre de 
télédétection de 
l'Ontario du MRN est 
utile au gou vernement 
et à l'industrie privée. 



commencé à porter fruits lorsque 
furent établies les grandes lignes de 
la Charte des Grands lacs, par 
laquelle les gouverneurs des États 
américains limitrophes des Grands 
lacs et les premiers ministres de 
l'Ontano et du Québec s'engagent 
à gérer les eaux de ce bassin en 
collaboration. 

La Charte des Grands lacs pose 
les principes s'appliquant à la 
gestion des eaux dans tout le 
bassin des Grands lacs. Elle exige 
aussi l'adoption des mesures 
législatives nécessaires pour 
empêcher le détournement de 
l'eau de ces lacs. Mais avant tout, la 
Charte demande aux signataires de 
se consulter avant d'augmenter 
sensiblement le volume de 
consommation ou de 
détournement des eaux des 
Grands lacs. 



Lutte contre les 
inondations: la sécurité 
publique reste prioritaire 

Les crues et l'érosion sont des 
dangers naturels que certains 
Ontariens affrontent chaque année. 
En tant que ministère responsable, 
au niveau provincial, de la lutte 
contre les inondations en Ontario, 
le MRN collabore étroitement avec 
les offices de protection de la 
nature et les autres organismes 
concernés afin de minimiser les 
pertes de vies humaines et les 
dommages matériels. 

En 1984-1985, le ministère a 
attribué plus de 1 8 800 000 $ en 
subventions destinées à des projets 
de lutte contre les inondations et 
l'érosion partout dans la province, 
la plupart de ces projets étant 
principalement administrés 
localement par les offices de 
protection de la nature. 

À North Bay, environ 700 
riverains du canal principal du 
ruisseau Chippewa sont touchés 
par la crue annuelle, les dégâts 
matériels dépassant les 200 000 $ 
chaque année. 

En 1984-1985, le Projet de 
contrôle des inondations du 
ruisseau Chippewa a démarré avec 
une subvention de 306 000 $ du 
MRN. Après l'achat des terrains 
occupés par 15 maisons riveraines, 
la voie d'eau sera élargie et 
redressée. 

Une fois achevé, ce projet 
coûtera au total 2 400 000 $; il 
réduira sensiblement les problèmes 
engendrés par l'inondation 
annuelle, et il ajoutera à la ville de 
North Bay une nouvelle zone de 
verdure aménagée en parc et en 
lieux de loisirs. 

À Thunder Bay, l'érosion 
menaçait quelque 60 maisons et 
deux routes en bordure des rives 
escarpées de la rivière 
Kaministiquia, qui sont d'ailleurs en 
voie de disparaître complètement. 
En 1 984-1 985, le Projet de lutte 
contre l'érosion de la rivière 
Kaministiquia a démarré avec une 
subvention de 654 500 $ 
provenant de l'Office de protection 
de la nature de la région Lakehead. 



23 




A l'aide de données 
recueillies par 
satellite, un ordinateur 
réalise une carte au 
Centre de télédétec- 
tion du ministère. 



Ce projet de 1 500 000 $ 
comporte l'étançonnement de la 
berge sur une longueur de 850 
mètres, puis la consolidation de la 
pente par des treillis remplis de 
pierres afin d'enrayer l'érosion. On 
envisage aussi de déplacer des 
segments de chacune des deux 
routes afin de réduire davantage les 
risques pour le public. 

La télédétection mise à 

profit 

La télédétection est une technique 
tellement nouvelle que beaucoup 
de gens ne savent pas en quoi elle 
peut leur servir. Bien qu'elle soit à la 
fine pointe de la technologie, la 
jeune industrie ontarienne de 
télédétection a besoin d'un bon 
coup de relations publiques. 

Aussi, le Centre de télédétection 
de l'Ontario CCTO), qui relève du 
MRN, a-t-il un rôle important à 
jouer pour expliquer à l'industrie 
privée, aux universités et autres 
organismes les nombreuses 
applications de la technologie de 
télédétection -technologie qui peut 
servir à l'exploration minière, à 
l'inventaire forestier, et à des fins 
d'éducation en général. D'autre 
part, le centre aide l'industrie de la 
télédétection à s'emparer des 



marchés qui s'offrent à elle. 
Ces buts sont en voie de 
réalisation grâce à deux comités 
créés en 1 984-1 985: le Comité 
consultatif industriel du CTO, qui 
réunit des représentants, des 
experts-conseils de l'industrie de 
télédétection et des fabricants, et le 
Comité consultatif intergouverne- 
mental qui est composé de 
représentants de neuf ministères 
du gouvernement ontarien et de 
l'Hydro-Ontario. 

Tourbières cartographiées 

par satellite 

Il y a de multiples raisons pour 
lesquelles il est important de mieux 
se renseigner sur les ressources en 
tourbe de l'Ontario. 

La tourbe est un combustible 
bon marché, et on pense que 
l'Ontario en possède une réserve 
équivalant à 72 000 000 000 de 
barils de pétrole. Elle peut 
également servir d'engrais en 
agriculture, en foresterie et en 
jardinage. De plus, les zones 
marécageuses où se trouve la 
tourbe forment un riche habitat 
pour les poissons et la faune. 

Depuis 1982, le Centre de 
télédétection de l'Ontario du MRN 
collabore avec la Commission 
géologique de l'Ontario dans le but 
d'établir un inventaire exact des 
ressources en tourbe dans la 
province; ce projet combine les 
données obtenues par le satellite 
Landsat de la NASA avec 
l'exploration sur le terrain. 

La cartographie par satellite est 
environ 1 fois plus rapide et coûte 
1 fois moins cher que les 
méthodes habituelles faisant appel 
aux levés et prélèvements 
d'échantillons sur le terrain. 

Le CTO a créé un logiciel 
d'ordinateur capable de réaliser des 
cartes en couleurs semblables à 
celles des cartographes, avec 
coordonnées de latitude et de 
longitude, carroyage, toponymes et 
légende complète. 

En 1 984-1 985, quelque 75 000 
kilomètres carrés de tourbière ont 
été cartographies en Ontario. 
Depuis le début du programme, 
200 000 kilomètres carrés ont été 
cartographies, et plus de 800 
cartes ont été dressées. 

La compétence de l'Ontario en 
matière de cartographie 



24 



informatique commence à être 
reconnue, si bien que les 
occasions de vendre cette 
connaissance aux autres provinces 
se font plus nombreuses. 

Durant l'année financière 
1 984-1 985, le MRN a mené des 
projets pilotes de cartographie des 
tourbières dans le Nord-Ouest du 
Québec et dans l'Ouest de 
Terre-Neuve, à la demande du 
ministère de l'Énergie du Québec 
et du Centre de recherche 
forestière de Terre-Neuve. 

Ces deux projets ont été 
fructueux et le gouvernement du 
Québec a déjà décidé d'utiliser les 
techniques de cartographie par 
satellite mises au point par le MRN 
pour cartographier d'autres 
tourbières à l'avenir. 

Eliminer les dangers que 
présentent les mines 
abandonnées 

Les anciennes mines peuvent 
parfois présenter un danger public. 
Certaines galeries de mines 
abandonnées courent à peu de 
profondeur sous le sol et 
pourraient aisément s'effondrer 

Depuis 1983, dans le cadre d'un 
programme de coopération avec le 
ministère du Travail, le MRN a 
bouché et fermé 1 25 de ces mines 
inexploitées en Ontario. 

En 1 984-1 985, le MRN a passé 
des contrats avec quelques 
compagnies minières pour 
effectuer la cartographie de 
surface, indiquant l'emplacement 
des mines abandonnées autour de 
Timmins et de Kirkiand Lake. Les 
surfaces susceptibles de s'effondrer 
ont été notées et aucun permis de 
construction dans ces secteurs ne 
peut être délivré avant que les lieux 
n'aient été solidifiés. 

Qui fait quoi dans la lutte 
contre l'érosion et la 
sédimentation en milieu 
rural 

L'érosion et l'inondation peuvent 
coûter cher, surtout aux 
agriculteurs dans les régions où il 
arrive que la couche de surface soit 
emportée par l'eau, ou que les 
canaux d'irrigation soient erodes 
ou bouchés par des sédiments. 



Une aide gouvernementale est 
prévue, mais il était jusqu'à présent 
plutôt difficile de savoir à qui 
s'adresser au juste. 

En mai 1984, les sous-ministres 
des trois ministères intéressés aux 
ressources naturelles— Richesses 
naturelles. Agriculture et 
Alimentation, et Environnement— se 
sont rencontrés pour clarifier les 
rôles et responsabilités de chacun 
relativement à la lutte contre 
l'érosion et la sédimentation dans 
les régions rurales. 

Le comité a réussi à établir qui 
fait quoi dans la lutte contre 
l'érosion et la sédimentation. 

Il revient au ministère de 
l'Agriculture et de l'Alimentation de 
s'occuper de l'érosion du sol sur 
les terres agricoles et de l'érosion 
des rives bordant les drains 
d'évacuation. Le ministère des 
Richesses naturelles se consacre à 
l'érosion du sol sur les terres non 
agricoles et sur les rives des voies 
d'eau. Enfin, le ministère de 
l'Environnement veille au contrôle 
des sédiments et à l'application des 
normes de qualité de l'eau. 

Maintenant que le partage des 
responsabilités est clair, les 
ministères peuvent encore 
entreprendre des actions 
conjointes, à deux ou à plusieurs. 
La coopération a toujours été très 
importante et continuera de l'être 
quand il s'agit de régler des 
problèmes d'érosion et de 
sédimentation dans les régions 
rurales de l'Ontario. 

Loisirs sur les terres de la 
Couronne: les visiteurs 
contribuent maintenant 
aux frais 

Pendant des décennies, l'Ontario a 
attiré des pêcheurs à la ligne, des 
campeurs et des sportifs de tous 
les coins du Canada et des 
États-Unis. Les occasions de se 
récréer abondent dans la province 
et la tradition voulait que les 
touristes en Ontario en profitent 
gratuitement. 

Avec les années cependant, on 
s'est inquiété de la surexploitation 
de quelques-unes des ressources 
récréation nelles de l'Ontario et de 
ce que les touristes venant de 
l'extérieur de la province ne 



25 



contribuent pas assez aux frais 
d'une saine gestion des 
ressources. 

Le Nord-Ouest de l'Ontario est 
l'une des régions les plus 
avantageuses pour les loisirs, et 
environ 1 5 000 000 de personnes 
habitent à moins d'une journée de 
voiture de ce territoire. 

En 1 983-1 984, le MRN a entrepris 
une étude pilote dans le 
Nord-Ouest de l'Ontario visant à 
diminuer la demande de chasse au 
chevreuil et à l'ours et à inciter les 
non-résidents à utiliser les 
installations d'accueil touristique 
disponibles en Ontario. 

Le territoire à l'étude recouvre 
sept districts du MRN: Kenora, Fort 
Frances, Sioux Lookout, Dryden, 
Red Lake, Ignace et Atikokan. 

En 1984-1985, deux nouveaux 
éléments ont été ajoutés au 
programme pilote: des règles 
régissant le camping sur les terres 
de la Couronne dans le territoire 
observé, et de nouveaux 
règlements destinés à empêcher la 
pêche excessive dans les eaux 
limitrophes de l'Ontario et du 
Minnesota. 

En mai 1984, le MRN a instauré 
un programme obligeant les 
non-résidents à acheter des permis 
pour camper sur les terres de la 
Couronne situées dans le territoire 
observé. 

Il en coûte 3 $ par jour par 
personne âgée de plus de 1 7 ans; 
les familles n'habitant pas l'Ontario 
payent 5 $ par jour Les 
non-résidents qui possèdent une 
propriété dans le territoire à l'étude 
ou qui louent du matériel de 
camping d'un pourvoyeur ontarien 
n'ont pas besoin de permis. 

Dans le cadre de ce programme 
pilote, certains secteurs des terres 
de la Couronne ont été réservés à 
l'usage exclusif des campeurs 
habitant en Ontario. D'autres ont 
été loués à l'entreprise privée pour 
l'exploitation commerciale de 
terrains de camping, dans le but 
d'inciter les visiteurs à utiliser un 
plus grand nombre de terrains de 
camping différents et d'accroître les 
recettes de l'industrie touristique 
ontarienne. 

Ce programme sera révisé en 
1 987 et, s'il est jugé fructueux, 
pourra être étendu à d'autres 
régions de l'Ontario. 



Protection de la pêche dans 

les eaux frontalières de 

rOntario 

Depuis des années, on s'inquiète 
de la pêche excessive dans les 
eaux séparant l'Ontario du 
Minnesota. En 1984-1985, ces 
préoccupations ont abouti à la 
publication d'une étude exhaustive 
et à l'adoption de nouveaux 
règlements s'appliquant aux 
pêcheurs non résidents. 

En mai 1 984, l'Ontario a mis en 
vigueur une nouvelle vignette 
autorisant la pêche dans les eaux 
frontalières. Cette vignette coûte 3$ 
par jour et est obligatoire pour les 
non-résidents qui veulent pêcher, à 
partir des rives américaines, dans 
les eaux frontalières du Nord-Ouest 
de l'Ontario: Rainy River, Rainy 
Lake et Lake of the Woods. 

Cette nouvelle vignette a pour 
but de diminuer la demande qui 
tend à une surexploitation des 
ressources halieutiques dans les 
eaux limitrophes. Par ailleurs, la 
vente de ces vignettes permettra au 
MRN de dénombrer les 
non-résidents qui pèchent dans 
ces eaux frontalières. 

En permettant aux pêcheurs non 
résidents de pêcher à moindres 
frais à partir de rives ontariennes, la 
vignette stimulera indirectement 
l'industrie du tourisme en Ontario. 

En juillet 1 984, les gouvernements 
de l'Ontario et du Minnesota ont 
publié conjointement un atlas 
halieutique de la région des eaux 
frontalières. 

Cet atlas précise que les eaux 
frontalières du Nord-Ouest ontarien 
accueillent plus de 1 pour cent des 
non-résidents qui pèchent en 
Ontario. Il indique que le doré et le 
grand brochet sont présentement 
surexploités dans cette région et 
que les réserves de doré déclinent. 
En outre, il montre que les eaux 
ontariennes sont abondamment 
utilisées par les pêcheurs à la ligne 
venant des États-Unis, et que la 
plupart des bénéfices provenant de 
la pêche en Ontario vont au 
Minnesota. 

Latlas offre une mine de 
renseignements sur les ressources 
halieutiques dans le Nord-Ouest 
ontarien et il contribue amplement 
à appuyer la mise en place de 
contrôles sur la pêche à la ligne 



effectuée par les non-résidents 
dans la région. 

Le Minnesota-Ontario Boundary 
Waters Fistieries Atias est le fruit 
d'une collaboration entre le MRN, 
le ministère des Affaires du Nord, le 
ministère du Tourisme et des 
Loisirs, et le Minnesota 
Department of Natural Resources. 

Lancement du Programme 

de collaboration en 

cartographie informatique 

Dans un proche avenir, les cartes 
informatisées seront utiles en 
toutes sortes de circonstances, que 
ce soit pour envoyer le secours de 
la police ou des ambulanciers, 
rechercher les titres de propriété, 
ou prévoir les inondations et les 
incendies de forêt. 

Les cartes informatisées peuvent 
être utilisées à plus de fins que les 
cartes imprimées. On peut les 
mettre à jour rapidement, on peut 
les superposer instantanément sur 
un écran de visualisation, et on 
peut les afficher dans les bureaux 
régionaux sur simple pression 
d'une commande. 

Un système de cartographie 
informatique utilisable à l'échelle de 
la province a d'importantes 
ramifications dans la vie de chacun. 

La cartographie informatique 
peut aider les ambulanciers à 
atteindre plus vite les lieux d'un 
accident, permettre à la police 
d'enquêter plus efficacement sur 
les crimes et les accidents, et 
renseigner à la minute près les 
agents affectés à la lutte contre les 
incendies de forêt lorsqu'ils doivent 
connaître le degré d'inclinaison d'un 
terrain, les espèces d'arbres qui s'y 
trouvent, de même que les facteurs 
de combustion. Elle permet aussi 
aux offices de protection de la 
nature de prévoir une inondation et 
d'analyser les bassins versants, et 
elle aide les notaires à accélérer 
leurs recherches de titres et à 
renseigner rapidement les 
municipalités en matière de 
zonage. 

En mai 1984, le MRN a entrepris 
un projet commun de 5 300 000 $, 
d'une durée de trois ans, pour 
constituer une base de données 
topographiques concernant le 



26 




Cette carte souvenir 
commémorant l'année 
du bicentenaire 
représente l'Ontario 
en 1784 et a été 
réalisée par les carto- 
graphes du ministère. 



territoire de l'Ontario. 

Le coût du projet sera partagé 
entre le MR N, les ministères de la 
Consommation et du Commerce, 
de la Santé, des Affaires 
municipales et du Logement, les 
villes de Cambridge et Woodstock, 
le comté d'Oxford, Bell Canada et 
l'industrie ontarienne de 
cartographie. 

Les cartes d^autrefois sont 
très en demande de nos 
jours 

Le ministère a produit et vendu 
96 000 exemplaires d'une carte de 
l'Ontario qui ne vous aiderait 
sûrement pas à trouver votre 
chemin en 1984-1985. Pourtant, 
personne ne demande à être 
remboursé... 

Cette carte de 76 par 60 
centimètres— un souvenir 
commémorant l'année du 
bicentenaire— représente l'Ontario 
tel qu'il était en 1 784. On y montre 
cette partie du Canada qui par la 
suite est devenue l'Ontario, en plus 
de certaines parties de New York et 
de la province de Québec. Les 
nations autochtones avoisinantes, 
des forts, des postes de traite, les 
principaux lacs et rivières et des sites 
historiques y sont aussi illustrés. 

La carte a été préparée à partir 
de cinq cartes différentes dressées 
entre 1 761 et 1 794, et représentant 
Londres, Amsterdam, Paris et 
Philadelphie. Elle est conforme au 
style de carte de la fin des années 
1 700, époque où l'on utilisait des 
planches de cuivre gravées pour la 
réalisation de tels documents. 

Des illustrations en couleurs et 
tracées à la main en bordure de la 
carte dépeignent le régiment 
Butler's Rangers et celui de 
King 's Royal Regiment of New 
York de Johnson, un 'canot de 
maître", le chef Mohawk Joseph 
Brant, du matériel d'arpentage 
d'autrefois, un pin blanc -arbre 
officiel de l'Ontano, et sir Guy 
Carleton. 

Depuis sa parution en anglais et 
en français, on a dû réimprimer la 
carte trois fois afin de répondre à la 
demande du public. 



27 



Gestion des ressources minérales 



Fait saillants du 

programme en 1984-1985 

m La valeur totale de la production 
minérale de l'Ontario a atteint 
4 400 000 000$, en hausse de 24 
pour cent par rapport à l'année 
précédente. 

■ En 1984, l'Ontario a produit près 
de 40 pour cent de tous les 
minéraux métalliques et 36 pour 
cent de tous les minéraux 
structuraux au Canada. 

■ La Commission géologique de 
l'Ontario a ajouté à ses publications 
84 feuilles d'inventaire de données 
géoscientifiques et 21 2 cartes 
géoscientifiques. 



■ Parmi les publications que la 
Direction des ressources minérales 
a fait paraître, on compte une 
édition revue et corrigée de A 
Guide to Legislation Affecting 
Mining in Ontario, et un ouvrage 
détaillé intitulé Silver. 

m Dans le cadre du Programme 
d'exploration minière de l'Ontario 
CPEMO}, les participants ont 
consacré 29 800 000 $ à la 
réalisation de 196 projets. 

■ Un groupe de travail composé de 
fonctionnaires du MRN et du 
miinistère du Trésor et de 
l'Économie a revu la Loi de l'impôt 
sur l'exploitation minière et rédigé 
un rapport contenant des 
recommandations en vue d'une 
discussion sur les changements à 
apporter 



■ Les recettes tirées de l'impôt sur 
l'exploitation minière ont doublé 
pour atteindre 64 500 000$, 
témoignant ainsi de la reprise 
économique en 1984, et d'une 
réduction des travaux d'évaluation 
en retard des impôts sur 
l'exploitation minière couvrant la 
période de 1 973 à 1 983. 

■ Un total de 142 359 concessions 
minières ont été jalonnées et plus 
de 3 600 000 jours ont été 
employés aux tâches d'évaluation. 

■ Durant la saison d'activités sur le 
terrain en 1 984, la Commission 
géologique de l'Ontario a géré 39 
projets réguliers et 1 6 équipes sur 
le terrain pour le compte d'autres 
organismes. 




Au moment où la 
production minérale 
de l'Ontario 
augmente, on 
continue d'accorder 
beaucoup d'impor- 
tance à la sécurité. 



La production minérale de 

rOntario dépasse les 

4000000000$ en 1984 

Si l'Ontario était un pays 
indépendant, il se situerait parmi les 
1 plus grands producteurs et 
exportateurs de minéraux 
métalliques du monde. 

En 1984, la production minérale 
de l'industrie minière de la province 
a dépassé 4 400 000 000$, soit 
presque 1 000 000 000$ de plus 




La bonne gestion des 
puits d'extraction et 
des carrières de 
l'Ontario comporte le 
maintien de la qualité 
de l'environnement. 




qu'en 1983. 

Ce bond de la valeur de la 
production s'est effectué dans 
toutes les catégories de 
minéraux— métalliques, non 
métalliques, combustibles et 
structuraux. 

La production de nickel a 
presque doublé par rapport à 
1 983, pour atteindre prés de 
926 000 000$ en 1984. Le cuivre 
vient en deuxième place avec une 
valeur de production de 
552 000 000$, alors que l'uranium 
a généré 539 000 000$. Les 
métaux précieux Cor, argent, 
platine) ont presque atteint les 
700 000 000$. Pour la première 
fois dans son histoire, la province a 
produit du sel pour une valeur 
supérieure à 1 00 000 000 $. 

Des cartes qui s^avéreront 

utiles 

Le 1 mai 1 984, en collaboration 
avec le ministère de l'Énergie et 
des Ressources du Québec, le 
MRN a publié la première 
compilation cartographique 
bilingue des régions nordiques 
limitrophes de part et d'autre de la 
frontière Ontario-Québec. 



La carte comporte une légende 
d'intérêt général, 1 1 légendes 
stratigraphiques détaillées et des 
notes marginales sur la 
sous-province abitibienne, la plus 
grande étendue de roches 
volcano-sédimentaires du 
précambrien ancien de la planète. 

Cette carte réunit les données 
des plus récentes enquêtes 
géologiques effectuées au Québec 
et en Ontario dans la zone 
délimitée au sud par Temagami et 
Val d'Or, au nord par les lacs Abitibi 
et Matagami, à l'ouest par Timmins, 
et à l'est par Chibougamau. On y 
retrouve aussi les camps miniers 
de Timmins, Kirkiand Lake, Val 
d'Or, Noranda et Chibougamau, 
tous connus pour leurs gisements 
d'or et de cuivre. 

Le bouclier du Nord-Est 
ontarien, riche en ressources 
minérales, a également fait l'objet 
d'autres cartes publiées en 
1 984-1 985. Deux séries de 40 
cartes chacune, à deux échelles 
différentes, sont parues le 1 7 mai 
1 984, apportant une foule de 
nouveaux renseignements au sujet 
de l'Opération Black 
River- Matheson (BRIM), 
programme parrainé conjointement 
par les ministères des Richesses 
naturelles et des Affaires du Nord. 
La faille Destor-Porcupine, 
importante structure géologique 
reconnue pour ses gisements d'or, 
traverse la région de BRIM. 

Ces cartes livrent les résultats 
d'un levé géophysique par 
ratissage électromagnétique et 
magnétique aérien d'un territoire de 
3 550 kilomètres carrés dans la 
région de Black River- Matheson, 
au nord-est de Timmins. 

Les cartes localisent plus de 
2 700 intercepts électromagnétiques 
et magnétiques anormaux. Ces 
irrégularités révèlent des 
différences significatives dans la 
géologie souterraine qui peuvent 
se rapporter â la présence de 
gisements minéraux d'intérêt 
économique. 

Les compagnies d'exploration 
minérale étudient de près les 
résultats d'une étude 
aéro magnétique â haute sensibilité 
de la région de Kaladar-Marmora. 
Les résultats de cette étude, 
effectuée sous les auspices du 



29 




L'examen en labora- 
toire d'échantillons 
de roches s'avère 
souvent essentiel pour 
comprendre l'histoire 
géologique de la 
province. 



gouvernement fédéral et du MRN 
dans le cadre du programme des 
minéraux fixé par l'entente auxiliaire 
sur l'Est de l'Ontario, ont été 
publiés en mars 1 985. Les 1 00 
photomosaïques semi-contrôlées 
montrent des détails du champ 
magnétique terrestre reporté au 
1/20 OOOe. 

Par ailleurs, la Commission 
géologique de l'Ontario CCGO] a 
administré des expéditions de 
reconnaissance pour échantillon- 
nage de moraines de fond et de 
sondage d'exploration des 
morts-terrains profonds dans la 
région de BRIM. Les résultats ont 
été publiés en décembre 1 984 
sous le titre de Location of Gold 
Grains in Sonic Drill Samples from 
the Matheson Area. Ce tirage a 
vite été épuisé et la demande a 
justifié une réimpression. Suite à ce 
travail, un certain nombre de 
concessions ont été jalonnées et 
des travaux consécutifs en surface 
sont présentement en cours. 

Les explorateurs s'intéressent 
également à la zone de roches 
vertes North Caribou-Opapimiskan. 
La première année d'une étude de 
trois ans financée par le ministère 
des Affaires du Nord et administrée 
par le MRN a permis de reconnaître 
une minéralisation aurifère par 
rapport aux grandes formations 
rocheuses et à la structure 
géologique prés de Eyapamikama 
Lake. Depuis, plusieurs centaines 
de concessions ont été jalonnées 
dans le périmètre de cette région. 

En 1984-1985, l'achèvement des 
travaux de cartographie de la 
géologie quaternaire et d'inventaire 
des agrégats a contribué à 
l'expansion de la zone aurifère de 
Hemio. Les cartes ainsi établies 
aideront les compagnies 
d'exploration à préparer leurs 
programmes d'exploration futurs, 
de même que les compagnies 
minières dans leur recherche de 
gisements de sable et de gravier 
pour les exploitations minières et la 
construction de barrages en 
résidus. 

L'année financière 1 984-1 985 
marquait la troisième année d'un 
programme sur le terrain très 
fructueux visant à évaluer le 
potentiel des gisements de tourbe 
en Ontario. 



En trois ans, 1 60 emplacements 
d'une superficie totale de 250 000 
kilomètres carrés ont été explorés, 
révélant l'existence de quelque 
2 000 000 000 de mètres cubes de 
tourbe pour le chauffage et 
l'horticulture. Ces découvertes ont 
été publiées pour fournir à 
l'industrie privée les éléments 
nécessaires à l'évaluation de ces 
ressources. 

Une étude gravimétrique réalisée 
dans la région de Kirkiand Lake, 
Larder Lake et Matheson incluait 
850 mesures de densité rocheuse 
et des mesu rages à 2 000 stations 
g ravi métriques. Les études 
g ravi métriques permettent de 
cartographier en profondeur les 
caractéristiques géologiques et 
structurelles de l'écorce terrestre. 
Les cartes ainsi établies font mieux 
connaître les formes de la roche en 
profondeur et les gisements 
minéraux qui l'accompagnent. 

Des employés de la CGC et du 
Centre de télédétection de l'Ontario 
du MRN ont fait équipe en 
1984-1985 afin d'élaborer une 
méthode rapide et facile permettant 
d'identifier les ensembles de lacs 
qui se sont acidifiés depuis peu, 
pour qu'on puisse les étudier et 
surveiller leur évolution. 

En 1984-1985, le personnel de 
la CGO a également mis au point 
une méthode électromagnétique 
de mesure de profondeur des 
dépôts glaciaires afin de localiser 
les vallées où se trouvent des 
moraines de base enfouies sous 
des couches d'argile. 

Continuer d*enrichir la 

bibliothèque en information 

minière 

Les spécialistes du MRN 
s'enorgueillissent de pouvoir 
accroître ce qui constitue déjà un 
fonds d'information documentaire 
précieux ayant trait aux ressources 
minérales de l'Ontario, aux 
marchés et à leur développement. 

En décembre 1 984, ils ont publié 
les deux premiers volumes d'une 
série complète d'ouvrages traitant 
de domaines ou de sujets utiles à 
l'avancement de la géologie 
provinciale. 



30 



Le premier de ces volumes 
spéciaux, The Geology and Ore 
Deposits of the Sudbury Structure 
C30$), présente les meilleures 
études effectuées sur le bassin de 
Sudbury par le personnel de la 
Commission géologique de 
l'Ontario, les experts de l'industrie et 
les chercheurs universitaires. 

Le bassin de Sudbury, réputé 
comme étant le trésor du Bouclier 
canadien, a livré 14 minéraux 
différents depuis les débuts de 
l'exploitation minière dans la région, 
en 1889. Jusqu'à présent, il a 
donné lieu à une production 



■ .<<•:' 1-,- .*• 






« 



En 1984, le personnel 
du ministère préposé 
à la géologie a 
recueilli des données 
qui serviront à la 
publication de cartes 
et de rapports sur les 
ressources minérales. 



évaluée à quelque 
24 000 000 000$. 

Ce volume de 603 pages, â 
couverture cartonnée, se compose 
de textes, cartes géologiques et 
aéromagnétiques, diagrammes et 
données techniques; en tant 
qu'ouvrage de référence important, 



il servira pendant de nombreuses 
années aux étudiants et aux 
passionnés de la géologie 
particulière à la région de Sudbury. 

Comme second volume, la CGC 
a également publié une troisième 
version révisée d'un manuel 
fondamental, The Physiography of 
Southern Ontario. Cette troisième 
édition compte 270 pages traitant 
de l'histoire glaciaire du Sud de 
l'Ontario, de la géologie de son 
socle, de ses principaux cours 
d'eau et de ses gisements 
d'agrégats. On y établit aussi la 
typologie des sols dans 55 régions 
physiographiques couvrant tout le 
Sud de l'Ontario jusqu'à North Bay 
Le texte apporte également de 
nouveaux renseignements sur 
l'agnculture, la population, les 
précipitations et l'écoulement des 
eaux. 

Le MRN a par ailleurs publié une 
version revue et augmentée de 
l'ouvrage A Guide to Legislation 
Affecting h/fining in Ontario (20 $] 
où l'on trouve tout ce que l'on veut 
savoir sur les lois relatives à 
l'industne minière en Ontario. 

Publié pour la première fois en 
1 979, ce guide constitue un 
ouvrage de référence 
indispensable à ceux qui participent 
â la prospection, à la mise en 
valeur, à l'exploitation et à la 
fermeture de mines, ainsi qu'à 
d'autres secteurs de l'industrie. 
Tous les sujets clés y sont abordés 
et on y trouve l'adresse et le 
numéro de téléphone des 
personnes capables de fournir des 
renseignements sur les lois. 

Profitant de la forte demande 
pour Gold, publié en 1981 par le 
MRN, Silver (30$) vient de 
paraître et comporte un examen 
complet de ce minéral qui a 
toujours fasciné. 

Quoique destiné au grand public, 
Silver livre de 400 pages, est 
rempli de renseignements qui 
intéresseront aussi bien l'analyste 
que l'investisseur. 

Il est question de tout dans ce 
livre: la production minière 
mondiale, l'apport particulier de 
l'Ontario, les mines d'argent dans 
les lieux éloignés, l'exploration pour 
le minerai d'argent, l'argent 
monétaire, les bourses d'échange 
où le prix de l'argent est fixé, la 



31 




Un géologue pétrolier 
classe des échantillons 
provenant d'un puits 
de pétrole et qui 
serviront à l'industrie 
d'exploration 
pétrolière. 



relation entre le prix de l'or et de 
l'argent, la bijouterie, les pièces de 
monnaie en argent, les différents 
usages de l'argent, le commerce 
international, la thiésaurisation de 
l'argent, la contrebande de l'argent 
qui s'effectue de nos jours, les 
découvertes de trésors d'argent 
enfouis depuis des temps reculés, 
et quantité d'autres faits et 
particularités. 

De son côté, l'or n'a pas manqué 
de figurer dans les renseignements 
que la CGO a diffusés en 
1984-1985. Des 44 rapports de 
projets publiés, deux ont soulevé 
un intérêt exceptionnel. 

An Integrated Model for the Origin 
ofArchean Lode Gold Deposits a été 
très populaire, 1 500 exemplaires 
ayant été vendus dans les deux 
mois suivant sa parution. On y 
expose un modèle génétique pour 
la formation des dépôts d'or 
archéen et des directives sur 
l'exploration rationnelle en vue de 
localiser d'autres dépôts d'or de ce 
type. 

L'autre rapport. Heap Leaching 
in Ontario: An Example, présente 
un concept généralisé et les coûts 
estimatifs pour effectuer la lixiviation 
de tas, procédé qui pourrait servir 
dans le Nord de l'Ontario pour 
extraire l'or du minerai. 

Cela ne représente qu'une 
modeste partie des 375 cartes, 



études, rapports, exposés, 
circulaires et autres publications 
réalisées en 1 984-1 985 par les 
spécialistes du MRN qui croient 
que le progrès est fondé sur 
l'exactitude et l'étendue de 
l'information publique. 

Le personnel des bureaux 
locaux se tient occupé 

Les géologues résidents établis 
dans toute la province ont continué 
de visiter régulièrement les régions 
où s'effectue une exploration 
notable et de prêter leur concours 
technique aux prospecteurs, 
compagnies minières et services 
publics. En outre, le résumé annuel 
des activités d'exploration et 
minières de la province— compilé 
par des géologues régionaux et 
résidents- a été publié en mars 
1985. 

Le personnel affecté aux 
ressources minérales, dans les 
districts du MRN, a fait des 
inventaires géoscientifiques et a 
procédé à l'inspection des puits 
d'extraction, des carrières, des puits 
de pétrole et de gaz naturel. Ils ont 
de plus veillé à ce que l'on tienne 
compte des ressources minérales 
dans l'élaboration d'une gestion 
judicieuse des ressources. 

On gagne à encourager 

Vexploration 

Le progrès ne va pas sans risques. 
Puisque la province de l'Ontario 
veut progresser, elle encourage et 
soutient les investissements du 
secteur privé en vue de 
l'exploration minérale par le biais 
du Programme d'exploration 
minière de l'Ontario [PEMO)-une 
réussite dans le domaine des 
ressources minérales. 

En 1984-1985, 196 projets ont 
été réalisés avec le concours du 
PEMO. Grâce à un apport de 
6 200 000$, le MRN a encouragé 
des travaux d'exploration évalués à 
29 800 000$. 

Le premier projet soutenu par le 
PEMO a atteint la phase productive 
en juin 1 985. La mine d'or 
Scadding, la première mine d'or à 



32 



Un géologue de la 
Commission géo- 
logique de l'Ontario 
étudie un gisement de 
lignite dans le bassin 
de la rivière Moose. 



démarrer dans la région de 
Sudbury depuis 1 943, est fermée 
pour le moment, mais les 
responsables prévoient sa 
réouverture pour le printemps 
1 985 si le prix de l'or le permet. 
Sans l'aide du PEMO, la mine 
Scadding n'aurait peut-être jamais 
pu ouvrir. 
La contribution du PEMO a 




amené d'autres percées en 
1 984-1 985. Entre autres, elle a 
permis de découvrir deux fois plus 
de ressources dans un gisement 
d'or à Porcupine, de trouver une 
nouvelle minéralisation aurifère 
dans la région de Cameron Lake, 
de découvrir un autre gisement 
d'or prés du lac Larder, de déceler 
des zones aurifères dans les 
environs de Mishibishu Lake — ce 
qui a mené à plusieurs grands 
travaux d'exploration — et de 
découvrir de l'or dans le canton de 
Pic, à l'ouest de Hemio. 

À la recherche de 
technologies et de 
connaissances nouvelles 

La découverte de nouvelles 
techniques d'exploration et de 
nouveaux corps minéralisés ne se 
fait pas par hasard. Entre autres 
choses, elle dépend de l'acquisition 
de nouvelles connaissances 
provenant des universités, des 
laboratoires de recherches et des 
bureaux de compagnies dans toute 
la province. 

Dix-huit compagnies se sont 
partagé 954 800$ en subventions 
en 1984-1985 sous les auspices 



du Fonds de développement des 
technologies d'exploration de 
l'Ontario. 

Ce fonds soutient la recherche 
appliquée et le développement qui 
conduit à la fabrication et à la 
commercialisation d'équipements 
et de techniques aidant l'exploration 
minérale. 

Depuis la création du 
programme en 1 981 , plus de 
3 600 000$ ont été affectés à des 
projets de recherche en Ontano. 

En 1984-1985, neuf universités 
de l'Ontario ont reçu un total de 24 
subventions se chiffrant à 
500 000$ pour des projets 
effectués dans le cadre du 
Programme de subvention de 
recherches en géoscience. Ce 
programme vient en aide à 
l'exploration minière privée et au 
programme des sciences de la 
terre du ministère. Depuis le début 
du programme en 1979, plus de 
2 800 000$ ont été consacrés à la 
recherche effectuée par des 
universités ontariennes. 

Bien que prés de la moitié des 
projets aient trait à l'exploration 
aurifère, on étudie également de 
nouvelles techniques d'évaluation 
des réserves de pétrole, d'étude de 
l'effet de l'amiante sur 
l'environnement et la santé, et 
d'élaboration de méthodes 
d'exploration pour la minéralisation 
des métaux communs et précieux. 

La technologie de pointe 

à Voeuvre 

La bibliothèque spécialisée dans le 
secteur minier au ministère, qui 
figure parmi les mieux fournies 
pour les sciences de la terre au 
Canada, s'est dotée en 1 984-1 985 
d'un petit terminal d'ordinateur. 
Cette acquisition a amélioré le 
service de prêt entre bibliothèques 
et les commandes de documents, 
et donne accès à 32 banques de 
données bibliographiques. 

Entre-temps, le centre des 
données géoscientifiques mettait 
en place le premier élément d'un 
nouveau système ultradense de 
stockage manuel de dossiers, 
lequel fait économiser de l'espace 



33 




En 1984-1985, on a 
inauguré à Timmins, 
Kirkland Lake, Sault- 
Sainte-Marie, Tweed 
et Bancroft, des géo- 
thèques servant à 
l'entreposage de 
carottes de sondage. 



tout en améliorant l'accès aux et le 
classennent des données 
d'évaluation. 

Deux nouveaux appareils 
installés en 1 984-1 985 dans le 
laboratoire géoscientifique ont 
accru le rendement des tâches 
d'analyse de 20 pour cent. En effet, 
on a fait l'achat d'un spectromètre 
séquentiel de fluorescence à 
rayon X pour analyser les éléments 
infinitésimaux dans les échantillons. 
On a également fait l'acquisition 
d'un système d'analyses 
spectrométriques de masse par 
appariement induit de plasma à 
l'argon afin de trouver de nouvelles 
méthodes pour résoudre les 
problèmes en géochimie. 



Réexamen de la Loi de 
l'impôt sur Vexploitation 
minière 

Un groupe de travail commun du 
MRN et du ministère du Trésor et 
de l'Économie a achevé la révision 
de la Loi de l'impôt sur l'exploitation 
minière et rédigé un rapport 
préliminaire. Le rapport est destiné 
à servir de base aux discussions 
avec l'industrie en vue d'améliorer 
la Loi de l'impôt sur l'exploitation 
minière. 

Des améliorations ont déjà été 
apportées à l'administration de 
cette loi. En 1984-1985, 
l'embauche de personnel 
supplémentaire et le recours aux 
ordinateurs ont accéléré la 
vérification des rapports d'impôt 
minier et ont permis de réaliser des 
évaluations et des documents de 
travail, ainsi que d'analyser les 
changements proposés à la Loi de 
l'impôt sur l'exploitation minière. 

Les recettes tirées de l'impôt sur 
l'exploitation minière en 1984-1985 
se sont élevées à 64 500 000$, soit 
le double des 31 900 000$ perçus 
en 1 983-1 984. La hausse est 
attribuable à l'évaluation des impôts 
pour les années précédant 
1 973-1 983 et à la perception des 
impôts pour 1984. 

Les géothèques 

Autrefois, les carottes de sondage 
étaient jetées après l'examen de 
leur contenu minéral. Aujourd'hui, 
on les garde dans les géothèques 
inaugurées en 1984-1985 à 
Timmins, Kirkland Lake, 
Sault-Sainte-Marie, Tweed et 
Bancroft. 

Par ailleurs, le MRN a annoncé 
que les plans de construction de 
géothèques à Thunder Bay et à 
Kenora ont été achevés, et que la 
planification d'une géothèque à 
Sudbury est en cours. 

Ces géothèques, dont les 
dimensions peuvent atteindre celles 
d'une patinoire de curling, sont 
ouvertes à tous ceux qui 
s'intéressent à la prospection. Le 
personnel affecté à la géothèque 
de Timmins a déjà répertorié et 
classé quelque 1 00 000 mètres de 
carottes de sondage. Rangées 



34 



dans une boîte spéciale, elles sont 
classifiées selon le type de roche, le 
lieu d'origine, le contenu minéral et 
le nom de la firme qui a effectué le 
prélèvement. 

Notre prochain 

conférencier,,, 

La parole et l'image sont de 
puissants moyens pour transmettre 
les plus récents renseignements 
sur les minéraux et l'activité 
minière. 

En 1984-1985, le septième 
colloque annuel et les journées 
d'accueil tenus par la Commission 
géologique de l'Ontario CCGO) ont 
attiré 760 personnes. Les 
participants ont pu entendre 44 
conférenciers exposer les travaux 
en cours et voir 72 modules 
d'exposition. L'attraction principale 
y était un symposium sur l'énergie 
dérivée des hydrocarbures en 
Ontario. Le colloque, dont la 
création remonte en 1 979, sert 
d'examen annuel des différentes 
activités géoscientifiques 
entreprises par le personnel de la 
CGO et les bénéficiaires de 
subventions. 

On a invité le personnel préposé 
aux ressources minérales de 
l'administration centrale et des 
régions à participer à l'organisation 
de plusieurs rencontres 
scientifiques nationales et 
internationales et à y contribuer de 
façon substantielle. Ceci témoigne 
bien de la haute estime dont 
jouissent les géoscientifiques du 
ministère auprès de leurs 
confrères. 

Au nombre de ces rencontres, 
notons des symposiums 
internationaux sur les glissements 
de terrain, les métaux précieux, les 
minéraux industriels; le congrès 
annuel de la Geological Society of 
America qui s'est penché sur les 
gisements d'or en zones 
archéennes; et une réunion 
commune de l'Association 
géologique du Canada et de la 
Mineralogical Association of 
Canada. 



Regard sur notre passé 

volcanique lointain 

Il y a aussi longtemps que 3 000 
millions d'années, le Nord de 
l'Ontario bouillonnait d'activité 
volcanique. Nous le savons grâce 
aux recherches que MM. Tom 
Krogh, Fernando Corfu et autres 
mènent au laboratoire de 
géochronologie Jack Satterly 
établi en 1979 au Musée royal de 
l'Ontario avec le concours du 
MRN. 

M. Krogh a inventé une des 
méthodes de datation des roches 
les plus perfectionnées du monde. 
Cette méthode consiste à observer 
les minuscules cristaux de zircon 
contenus dans les roches et à 
mesurer la quantité d'uranium 
décomposé en plomb. Il s'agit 
d'une méthode particulièrement 
complexe, mais 10 fois plus exacte 
que toute autre méthode de 
datation de roche. 

La datation au zircon peut 
également servir à délimiter l'âge 
des roches contenant des métaux 
précieux tels l'or, le zinc et le cuivre. 
Une fois que la relation en terme 
de temps a été établie entre la 
minéralisation et les roches, les 
personnes à la recherche de 
gisements miniers détiennent un 
outil inestimable pour leur quête 
d'un socle rocheux recelant des 
métaux précieux. 

Les compagnies d'exploitation et 
d'exploration minière de l'Ontario 
ont commencé à retenir les 
services de cette équipe pour 
déterminer l'âge et le 
positionnement des cycles 
volcaniques riches en minéraux. 
Pour sa part, la Commission 
géologique de l'Ontario du MRN a 
commencé à parfaire l'image 
géologique du Nord dans le but 
d'aider les explorations futures. 

Remettre à Vhonneur la 
pierre monumentale du lac 
Supérieur 

Plusieurs des magnifiques édifices 
gouvernementaux et commerciaux 
des villes riveraines de la haute 
région des Grands lacs doivent leur 
majesté en partie à l'éventail des 
granite, gneiss, grès, ardoise et 
marbre qui proviennent du lac 
Supérieur et des régions au nord 
du lac. 



Les gisements de ces variétés de 
pierres abondent de 
Sault-Sainte-Marie jusqu'à la 
frontière ouest de la province. 
Lhistoire des carrières remonte à la 
fin des années 1800, lorsque le 
grès rouge attrayant et durable de 
l*île Verte, dans la baie de Nipigon, 
était exploité et chargé à bord de 
navires qui sillonnaient les lacs 
Supérieur, Michigan et Huron. 

Depuis lors, les industriels ont 
extrait périodiquement la pierre 
dans le cadre d'importants projets. 
Le granite vermillon, dont 
l'utilisation est très répandue, a servi 
à la construction de nombreux 
monuments et édifices au Canada 
et aux États-Unis. 

Lan passé, des géologues du 
MRN travaillant dans la région du 
Centre Nord ont à nouveau 
entrepris l'examen de ces 
gisements. Linventaire de la pierre 
à bâtiment, qui durera deux ans, 
vise à identifier et évaluer les 
gisements à valeur potentielle en 
vue d'inciter leur exploitation pour 
respecter les styles architecturaux 
contemporains. 

Cette étude est financée 
conjointement par les 
gouvernements fédéral et 
provincial suivant l'Entente de 
développement rural nord- 
ontarien. Le rapport, qu'on élabore 
présentement, comportera des 
données exhaustives de grand 
intérêt pour les géologues et les 
futurs producteurs de pierres, au 
sujet de la taille et des 
caractéristiques des pierres de taille 
de la région du Centre Nord. 

Lun des facteurs qui rend 
l'exploitation des carrières si 
intéressante dans cette région de 
l'Ontario est leur proximité des 
ports du lac Supérieur, d'où la 
pierre et les dalles peuvent être 
transportées à bon compte, par 
bateaux, vers les grands centres en 
bordure de la voie maritime des 
Grands lacs et du Saint-Laurent. 

Cette étude sur la pierre 
ornementale viendra compléter des 
travaux semblables, qu'ils soient 
achevés ou présentement en 
cours, entrepris dans les régions 
du Nord-Ouest, du Nord-Est, 
d'Algonquin, du Sud-Ouest et de 
l'Est de l'Ontario. 



35 



Gestion des loisirs de plein air 

Pêches 



Faits saillants du 
programme en 1984-1985 

m En 1 984-1 985, les stations 
piscicoles du MRN ont produit 
7 000 000 de poissons dans le but 
d'assurer l'empoissonnement de 
plus de 1 000 lacs, rivières et cours 
d'eau dans tout l'Ontario. 

■ À eux seuls, les Grands lacs ont 
reçu un total de 3 800 000 $ de 
poissons en 1984-1985. 



■ En Ontario, la récolte du poisson 
destiné à la vente a atteint 30 000 000 
de kilogrammes durant l'année, 

ce qui représente une valeur totale 
de 35 000 000 $. 

■ Durant l'année qui vient de 
s'écouler, le personnel des bureaux 
locaux a effectué des projets de 
réhabilitation dans 24 cours d'eau 
de la province. 

■ L'année dernière s'est révélée une 
étape importante pour le 
Programme de participation 
communautaire à la gestion des 
pêches (PPCGP); en effet, 1 1 1 
projets ont été approuvés, ce qui 



représente une augmentation de 
70 pour cent par rapport à 
l'ensemble des projets des deux 
premières années de 
fonctionnement du programme. 

■ En outre, des alevins de truites de 
lac ont non seulement survécu 
mais se sont également développés 
après leur introduction dans un 

lac acide dont les eaux avaient été 
traitées à la chaux. 

■ Au cours de l'année, le MRN a 
dépensé 3 000 000 $ pour la 
construction de stations piscicoles. 




Des stations piscicoles 
comme celle de 
Ringwood ont produit 
sept millions de 
poissons pour 
l'empoissonnement 
en 1984-1985. 



larticipation commu- 
nautaire à la gestion des 
pêches — Venthousiasme 
grandit 

Le Programme de participation 
communautaire à la gestion des 
pêches (PPCGP}-une entreprise 
unique en son genre que mène le 
MRN, en collaboration avec le 
public, dans le but de mettre en 







La restauration des 
cours d'eau est une 
partie importante de 
la gestion des pêches. 




valeur les ressources halieutiques 
de rOntario-a connu une année 
record en 1 984. Il s'agissait de la 
troisième année d'existence du 
programme et, de loin, la plus 
réussie. 

En 1 984, 1 1 1 projets ont été 
approuvés dans le cadre du 
PPCGP, soit près de trois fois le 
total de l'année précédente. Cela 
constitue une augmentation de 70 
pour cent par rapport à l'ensemble 
des deux premières années de 
fontionnement du programme. 

Les projets en coparticipation du 
programme comprennent la 
réhabilitation des cours d'eau, 
l'établissement de réserves de 
poissons et la création de frayères. 
Cette année, les projets entrepris 
dans le Nord de la province ont 
surtout porté sur le doré, tandis 
que, dans le Sud, on a mis l'accent 
sur la réhabilitation de l'habitat 
halieutique. 

A la fin de l'année financière, les 
résultats du programme étaient 
vraiment impressionnants. En effet, 
les participants aux projets du 
Programme de participation 
communautaire à la gestion des 
pêches avaient créé ou amélioré 
1 2 000 mètres carrés de frayères 
pour le doré. Ils avaient également 
mis en réserve 5 000 000 de fretins 
de dorés et 1 77 000 alevins de 
dorés. Ils avaient apporté des 
améliorations à 3 500 mètres 



37 



carrés de cours d'eau et à 770 
mètres carrés de frayères à truites. 
Enfin, ils avaient mis en réserve 7 000 
truites arc-en-ciel d'un an et 93 000 
fretins de truites brunes. 

Mieux il se fait connaître, plus le 
programme semble susciter 
l'enthousiasme du public. Les 
groupes communautaires sont 
incités à faire approuver leurs 
propres projets, et bon nombre 
d'entre eux répondent à l'invitation. 
Le MRN paie le matériel nécessaire 
aux travaux, comme l'équipement 
de location, le gravier et le bois de 
construction. Les groupes désireux 
de participer à la gestion des 
pêches fournissent la main-d'oeuvre. 

En 1984-1985, le Programme 
de participation commmunautaire 
à la gestion des pêches a coûté un 
total de 337 1 00 $ au MRN. Mais 
la valeur totale des travaux 
accomplis par les enthousiastes de 
la pêche et les groupes 
communautaires s'évalue à près de 
2 000 000 $, ce qui constitue une 
économie substantielle pour le 
contribuable. 

Un bulletin intitulé Community 
Clips permet dorénavant aux 
participants du PPCGP de se tenir 
au courant des travaux accomplis 
par les groupes des autres projets. 
Deux numéros ont été publiés cette 
année, l'un en juillet et l'autre à 
l'automne. 

Afin de répondre aux besoins 
des participants au programme, le 
ministère a terminé, au cours de 
l'été de 1984, la première partie 
d'un nouveau manuel pratique 
relatif au PPCGP Intitulé 
Réhabilitation des ruisseaux à 
truites, ce manuel constituera un 
outil précieux pour ceux qui 
travaillent à l'amélioration des cours 
d'eau. A l'automne 1984, le 
personnel du MRN a entrepris la 
rédaction de la deuxième partie de 
ce manuel pratique, qui traitera des 
espèces de poissons propres aux 
lacs et aux eaux tièdes. 

Les espoirs d*attraper de 

plus gros dorés se multiplient 

Le doré est le poisson gibier le plus 
populaire en Ontario, et constitue la 
raison pour laquelle tant de 
touristes américains sont attirés 




Grâce au Programme 
de participation 
communautaire à la 
gestion des pêches, les 
bénévoles peuvent 
aider le MRN à 
améliorer les res- 
sources halieutiques 
de l'Ontario. 



vers le Nord. Pour faire face à la 
demande, les spécialistes des 
pêches du MRN ont élargi leur 
Programme de gestion du doré au 
cours du printemps et de l'été de 
1 984. Avec l'aide de bénévoles, ils 
ont mené à bien plus de 45 projets 
séparés dans le cadre du PPCGP 
Menés dans les huit régions gérées 
par le MRN, ces projets portaient, 
entre autres, sur l'amélioration de 
l'habitat, les transferts de poissons 
adultes, l'établissement de réserves 
de fretins et d'alevins, et des 
évaluations des populations de 
dorés existantes. 

Au lac Longhorn, dans la région 
du Nord-Ouest du MRN où la 
population de dorés est en 
diminution, un pourvoyeur 
d'articles de sport pour les touristes 
a parrainé, dans le cadre du PPCGP, 
un projet de construction de quatre 
nouvelles frayères à dorés. 

Dans la région d'Algonquin, la 
Loring Restoule Vacationland 
Tourist Association a financé un 
projet destiné à améliorer ses 



étangs à dorés. Cette même 
association a également introduit 
dans le lac Wilson plus de 50 000 
alevins de dorés qui ont enregistré 
un bon taux de survie. 

Le Club de chasse et pêche de 
Hearst dans le Nord, ainsi que le 
Soutli Lancaster Fisfi and Game 
Club, dans l'Est, ont travaillé à 
l'amélioration des frayères de dorés 
dans les rivières de la région. 

En 1984-1985, le ministère a 
supervisé la cueillette et la 
fertilisation de 27 000 000 d'oeufs 
de dorés provenant de 29 sources 
différentes. Entre cinq et six millions 
de ces oeufs ont produit du fretin 
qui a été introduit dans des lacs ou 
des rivières. Le reste a fait l'objet 
d'un élevage plus prolongé dans 
un total de 54 étangs répartis dans 
tout l'Ontario. Ces étangs d'élevage 
ont permis de récolter 700 000 
aleyins. 

À la fin de l'été, 37 masses d'eau 
avaient accueilli des dorés résultant 
de ces projets qui n'existaient que 
depuis un an. Quelle merveilleuse 
nouvelle pour les pêcheurs de 
dorés de l'Ontario! 

Programme d'acidification 
des pêches 

Les effets des précipitations acides 
dans nos lacs et nos rivières 
peuvent se révéler particulièrement 
nuisibles aux populations 
halieutiques. Grâce aux initiatives 
du MRN, les travaux en cours dans 
ce domaine contribuent à préciser 
de quelle manière les pluies acides 
peuvent porter atteinte aux poissons 
et, par conséquent, nous aident à 
trouver des solutions à ce problème. 

Lan née financière 1 984-1 985 
représentait la troisième année 
d'existence du Programme 
d'acidification des pêches. Au 
cours de cette période, il a été 
possible d'analyser les données 
provenant d'études intensives 
entreprises dans 24 lacs à truites 
de lac, ainsi que d'une recherche 
régionale portant sur 1 200 lacs qui 
contiennent des truites de lac. Le 
rapport élaboré à partir de cette 
analyse démontre qu'environ 80 
lacs, soit 3,7 pour cent des 2 200 
lacs à truites de lac de l'Ontario, 
sont actuellement acidifiés. 

Dans le cadre d'un projet mené 



38 



conjointement par le MRN et le 
ministère de l'Environnement, les 
scientifiques expérimentent des 
méthodes de neutralisation des 
lacs acides et des lacs représentant 
une certaine acidité. Par exemple, on 
a découvert que le fait d'ajouter de la 
chaux dans les lacs acidifiés améliore 
provisoirement la qualité de l'eau 
pour les poissons en augmentant 
sensiblement la valeur pH. 

Afin d'augmenter la valeur pH 
des eaux du lac Bowland, situé au 
nord-est de Sudbury, le MRN a 
utilisé un avion-citerne Canso, 
propriété d'un entrepreneur. 
Survolant le lac de 1 ,5 kilomètre de 




Chaque année, le 
personnel du 
ministère recueille 
des millions d'oeufs 
provenant des 
poissons en frai 



long à une altitude de 50 mètres, le 
Canso a lâché 39 chargements de 
carbonate de calcium sec en trois 
jours- soit un total de 86 tonnes. 

Des enquêtes sur les poissons 
menées en 1 984 ont démontré 
que les alevins de truites de lac 
introduits dans le lac Bowland 
après qu'on eut amélioré la qualité 
de l'eau ont non seulement 
survécu, mais se sont bien 
développés. 

Bien que l'acidité des lacs 
semble toucher plus séneusement 
la truite de lac, les scientifiques du 
MRN ont découvert que l'omble de 
fontaine est moins vulnérable étant 
donné ses habitudes de frai. 
L'omble de fontaine adulte choisit 
des aires de frai présentant un 
puissant écoulement des eaux de 
fond— comme les sources et les 
remontées d'eau. Cela lui permet 
de protéger ses oeufs et ses larves, 
dans leur stade de formation, 
contre les effets des eaux acides 
provenant de la fonte des neiges. 
Au cours de 1 984-1 985, les 
directeurs des pêches du MRN ont 
analysé les eaux de fond traversant 
plusieurs aires de frai d'ombles de 
fontaine et constaté que ces eaux 
sont généralement mieux 
protégées et présentent un facteur 
pH plus élevé Cplus alcalin) que les 
eaux lacustres qui les entourent. 

Toutes les études et les 
expériences entreprises dans le 
cadre du Programme d'acidification 
des pêches du MRN prouvent â 
quel point il est nécessaire que 
le ministère continue de limiter 
les émissions acides dans le but 
de protéger nos richesses 
halieutiques. A court et à long terme, 
elles nous permettent aussi de 
prendre des mesures pour la 
protection et la réhabilitation des 
lacs dont les eaux ont été acidifiées. 

Le roi des hybrides: 

le moulac FI 

Il y a plusieurs années, les 
directeurs des pêches ont conclu 
que les truites de lac et les ombles 
de fontaine introduits dans certains 
lacs intérieurs ne contribuaient pas 
suffisamment à la pêche sportive. 
Après avoir déduit que ces lacs ne 
pourraient pas être réhabilités avec 



39 



ces deux espèces, ils se mirent à la 
recherche de moyens d'améliorer 
la pêche. 

Vint le moulac FI -un poisson 
hybride créé en laboratoire et issu 
du croisement d'une truite de lac 
femelle vivant à l'état sauvage et 
d'un omble de fontaine mâle. Dans 
plusieurs des lacs où il avait été 
impossible d'établir des populations 
de truites capables de survivre, des 
études avaient démontré que le 
moulac F1 , pour sa part, pouvait 
subsister plus longtemps, devenir 
plus gros et être attrapé beaucoup 
plus fréquemment que les truites 
de lac et les ombles de fontaine 
servant à l'empoissonnement. 

Si les moulacs FI offraient tant 
d'avantages, pouvaient-ils être 
encore améliorés? se demandèrent 
les biologistes du ministère. 

Pour répondre à cette question, 
ils décidèrent de croiser différentes 
espèces domestiquées et sauvages 
de truites de lac et d'ombles de 
fontaine. Ainsi, des ombles de 
fontaine sauvages originaires du lac 
Nipigon et des ombles de fontaine 
domestiqués, élevés en frayères, 
ont été croisés avec des truites de 
lac sauvages provenant du lac 
Manitou. Les hybrides nés de ce 
croisement furent mis en réserve 
dans des lacs sélectionnés. 

Des études comparatives ont 
révélé que la race hybride issue de 
deux parents sauvages n'a pas 
donné de bons résultats. Elle était 
trop sauvage pour s'adapter à 
l'environnement contrôlé de la 
frayère et s'est développée trop 
lentement. Et, en raison de sa petite 
taille au moment de quitter la 
frayère, elle n'a donc pu survivre 
très longtemps après avoir été 
introduite. 

En revanche, le moulac F1 , 
moitié domestiqué, moitié sauvage, 
s'est très bien adapté à la frayère, 
l'un de ses parents étant déjà 
domestiqué. Il est de bonne taille 
lorsqu'il aborde le milieu sauvage et 
peut par conséquent survivre et bien 
se développer. On a même vu un 
moulac FI atteindre l'âge de 1 6 ans 
et une longueur de 75 centimètres. 

Le programme du moulac F1 
progresse rapidement et donne lieu 



à une pêche à la ligne de haute 
qualité dans les lacs ne pouvant 
être réhabilités avec la truite de lac 
et l'omble de fontaine. 

Recensement des truites 

dans la rivière Ganaraska 

Depuis 1974, la passe migratoire 
de la rivière Ganaraska, à Port 
Hope, a permis aux truites en 
migration d'accéder à une excellente 
aire de frai et d'élevage des alevins. 
D'après les comptes établis au 
cours du printemps de 1 983 par les 
travailleurs de la passe migratoire, 
1 000 truites étaient passées par 
l'échelle migratoire. 

Ce chiffre était prometteur. Mais 
se passait-il vraiment quelque 
chose en amont? Jusqu'à cette 
année, on n'avait aucun 
recensement précis du nombre de 
jeunes truites arc-en-ciel produites 
dans les sources de la Ganaraska. 

L'année dernière, le MRN a 
résolu le problème en aménageant 
un barrage de recensement dans 
la rivière. Les travailleurs y ont 
capturé 2 352 truites arc-en-ciel 
nées durant la même année ou 
n'ayant pas encore atteint l'âge 
adulte, et qui se dirigeaient en aval 
de la rivière. De tailles vahées, les 
poissons mesuraient entre quatre 
et 24 centimètres de long. 

En plus du recensement visuel 
des truites arc-en-ciel adultes qui 
traversent la passe migratoire, les 
spécialistes des pêches disposent 
maintenant de données plus 
précises sur le nombre de poissons 
produits dans ce système 
hydrographique. 

Le facteur le plus important 
réside dans le fait que ce genre de 
données aide les responsables de 
la gestion des pêches à mieux 
connaître les populations de 
poissons et à prendre des 
décisions sur l'utilisation judicieuse 
des ressources halieutiques. 

Simplification des 

règlements de la pêche 

commerciale 

La pêche commerciale en Ontario, 
qui rapporte 35 000 000 $, a atteint sa 
vitesse maximale de modernisation 
au printemps de 1 984 lorsque le 
ministère a attribué à chaque 



pêcheur ontarien des contingents 
d'espèces. 

Ce système de contingentement 
a été adopté après plusieurs 
années de consultation et 
d'échanges de renseignements 
entre le personnel du MRN et 
l'industrie de la pêche 
commerciale. 

Un comité commun formé de 
représentants du MRN et de 
l'industrie de la pêche a convenu 
que le fait de limiter le volume de 
prises que les pêcheurs 
commerciaux ont le droit d'attraper 
semble constituer le moyen le plus 
efficace de contrôler la récolte 
commerciale. Auparavant, les 
prises commerciales étaient régies 
par un système de règlements 
secondaires stipulant la nature et 
l'importance de l'équipement 
pouvant être utilisé. En plus d'être 
inefficaces, ces mesures de 
dissuasion contribuaient souvent à 
la pêche excessive et à l'instabilité 
du marché. 

Le nouveau système de 
contingents individuels d'espèces 
permet aux pêcheurs de planifier 
leurs activités et de mieux gérer 
leur entreprise. 

Les pêcheurs qui croyaient ne 
pas être traités équitablement ont 
pu s'en remettre aux Comités de 
révision des contingents, qui sont 
au nombre de six. Cinq d'entre eux 
s'occupent respectivement des lacs 
Ontario, Érié, de l'est du lac 
Supérieur, de l'ouest du lac 
Supérieur et du lac Nipigon; le 
sixième est chargé du lac Huron, 
de la baie Géorgienne et du Chenal 
Nord. 

Chaque comité se composait 
d'un président impartial, d'un 
représentant de la pêche 
commerciale et d'un représentant 
du MRN. Les comités ont examiné 
chaque cas individuellement et les 
présidents ont fait part de leurs 
recommandations au ministre 
avant que celui-ci ne prenne une 
décision. 

Même si le nouveau système a 
été conçu en consultation avec 
l'industrie, certains pêcheurs 
commerciaux ne l'ont pas 
complètement accepté. Vers la fin 
de 1 984, un petit groupe de ces 



40 



pêcheurs commerciaux contestait 
l'autorité de la province en matière 
de contingentement des prises. En 
février 1 985, la Cour d'appel de 
l'Ontario réglait la question en 
déclarant que le ministre des 
Richesses naturelles possède la 
compétence de contingenter la 
pêche commerciale. 




Le personnel du 
ministère vérifie si la 
prise des pêcheurs 
commerciaux 
correspond aux 
règlements. 



Expansion des installations 
piscicoles du MRN 

Tous les poissons ne se 
développent pas en habitat naturel. 
Cette année, le MRN a consacré 
3 000 000 $ à d'importants projets 
d'expansion visant la construction 
et la modernisation d'installations 
piscicoles dans la province. 

Une nouvelle sous-station de 
North Bay, achevée en août 1 984 
au coût de 2 000 000 $, produira 
annuellement 600 000 truites de 
lac, ombles de fontaine et moulacs 
destinés aux eaux inténeures des 
régions du Nord-Est et 
d'Algonquin. 

Cette année, le MRN a 
également agrandi la station 
piscicole de Normandale en y 
ajoutant un bâtiment d'élevage de 
460 000 $. À Normandale, les 
spécialistes de la pêche travaillent à 
la création et à l'amélioration de 
races de truites arc-en-ciel. Le 
nouveau bâtiment d'élevage leur 
permet d'élever un plus grand 
nombre d'espèces semi-sauvages 
de truites arc-en-ciel reproductrices 
destinées à l'empoissonnement 
futur des Grands lacs. 

La construction d'un système 
d'approvisionnement en eau et 
d'un collecteur à la nouvelle station 
piscicole de Harwood, sur le lac 
Rice, a été terminée en mars 1 985. 
Cette station, qui doit être achevée 
à l'automne 1 986, est conçue pour 
une production annuelle de 
800 000 poissons- truites de lac et 
truites brunes pour la plupart- qui 
seront ensuite mis en réserve dans 
le lac Ontario et les lacs de l'Est de 
la province. 

À Sault-Sainte-Marie, la station 
piscicole de Tarentorus fait l'objet 
d'importantes rénovations 
destinées à augmenter la capacité 
de production de 700 000 à 
1 500 000 poissons par an. La 
construction d'une nouvelle 
canalisation d'approvisionnement 
en eau a commencé cette année. 
Cette installation ainsi rénovée 
produira des truites de lac et des 
ombles de fontaine pour le lac 
Supérieur et pour d'autres lacs 
intérieurs. 



41 



Gestion des loisirs de plein air 

Faune 



Faits saillants du 
programme en 1984-1985 

u Les directives du MRN 
concernant les terres 
marécageuses ont été déposées à 
l'Assemblée législative le 1 2 avril 
1984. 

■ Les biologistes du MRN ont 
beaucoup appris au sujet de l'ours 
polaire en capturant et étiquetant 
200 de ces animaux dans la région 
de la baie d'Hudson. 



■ La Compagnie d'assurance du 
Canada sur la vie est devenue la 
première entreprise privée à 
prendre part au programme de 
réintroduction du faucon pèlerin en 
Ontario. 

■ Le MRN a aidé à réintroduire le 
dindon sauvage en Ontario. 

■ Grâce à des hivers cléments et 
au programme de chasse 
contrôlée, les troupeaux d'orignaux 
s'accroissent. 



■ Un plus grand nombre de 
vignettes de validation pour la 
chasse au chevreuil sans 
bois- 7 880 de plus qu'en 
1 983-1 984 -ont été attribuées aux 
chasseurs grâce au système de 
chasse contrôlée qui permet 
d'augmenter les troupeaux de la 
province. 




l^es terres marécageuses: 
le secret se dissipe 

Quand vous est-il arrivé de lire un 
poème à la gloire des marais? 

Les marais et leurs 
semblables- bourbiers, fondrières 
et marécages- ont un problème 
de relations publiques. Avec les 
tourbières et les vasières, ils 
forment nos terres marécageuses, 
richesses naturelles de l'Ontario les 
moins connues et les moins 




En 1984, des directives 
sur la gestion des 
terres marécageuses 
dans le Sud de 
l'Ontario ont été dé- 
posées à l'Assemblée 
législative. 





appréciées malgré leur valeur. 

Les terres marécageuses 
retiennent et purifient l'eau, aident à 
contrôler les inondations, 
procurent des loisirs de plein air, et 
favorisent la croissance d'arbres de 
coupe, du riz sauvage et d'une 
multitude d'espèces animales. 

Mais, moins du cinquième de la 
zone de terres marécageuses qui 
existait autrefois dans le Sud de 
l'Ontario est demeuré intact. Ces 
terres imbibées d'eau, si précieuses 
pour l'équilibre écologique, ont été 
recouvertes d'aspfialte, labourées 
et isolées des plans d'eau qu'elles 
nourrissaient et restauraient. 

On a dit des terres 
marécageuses qu'elles étaient le 
secret le mieux gardé de la nature. 
Mais, grâce aux efforts que déploie 
le MRN pour préserver ces terres, 
le secret se dévoile peu à peu. 

En avril 1984, des directives 
concernant la gestion des terres 
marécageuses dans le Sud de 
l'Ontario ont été déposées à 
l'Assemblée législative. Une vaste 
consultation publique a précédé la 
rédaction de ces directives qui 



43 



inspireront un énoncé de politique 
officiel sur les terres 
marécageuses, aux termes de la 
Loi sur l'aménagement du 
territoire. 

Les directives sur les terres 
marécageuses donnent aux 
municipalités et aux autres 
organismes de planification un outil 
de gestion leur permettant de 
protéger les terres marécageuses 
importantes et de tenir davantage 
compte des autres terres 
marécageuses qui pourraient être 
touchées par des projets 
d'aménagement. 

En plus de sensibiliser le public 
aux terres marécageuses et de 
rallier l'appui des groupes d'intérêts 
particuliers, le MRN a réservé 
250 000$ par an pour les trois ou 
quatre prochaines années dans le 
but de réaliser un inventaire des 
terres marécageuses dans le Sud 
deJ'Ontario. 

À l'été 1984, 95 employés des 
districts du MRN et des offices de 
protection de la nature ont suivi le 
cours d'évaluation des terres 
marécageuses, offert par le 
ministère. Ce cours devait les 
préparer à classer en sept 
catégories les 700 terres 
marécageuses répertoriées en 
1 983 et 1 984. Les niveaux de 
classification représentent le degré 
d'importance accordé à chacune 
des terres marécageuses. 

Dans un rapport provincial 
provisoire sur les 1 70 terres 
marécageuses jusqu'à ce jour 
classifiées, la Direction de la faune 
du MRN a produit un résumé des 
renseignements sur les terres 
marécageuses des catégories 1 , 2 
et 3. Une base de données, qui 
servira à la conservation et à la 
consultation des renseignements 
sur les terres marécageuses, est en 
train d'être élaborée. Le personnel 
de deux régions du MRN a préparé 
un montage audio-visuel sur les 
terres marécageuses, qui sera 
utilisé lors de rencontres avec des 
conseils municipaux et des 
organismes de planification. 
En mars 1985, les terres 
marécageuses constituaient le 
thème de l'exposition fort populaire 
que le MRN a présentée au Salon 
des sportifs, à Toronto. Quelque 




Dans le cadre d'un 
programme de 
recherche, on a étudié, 
étiqueté et relâché 
des ours polaires. 



210 000 personnes ont visité le 
kiosque où l'on trouvait notamnnent 
des étangs peuplés de canards 
vivants, des animaux dont 
l'existence dépend des marécages 
et diverses démonstrations. 

Comment faire coucher les 

ours polaires et les compter 

L'ours polaire est le plus gros et le 
plus connu des mammifères du 
Nord éloigné. Le sort de \Ursus 
mahtimus intéresse l'opinion 
nationale et internationale. 

Bien des questions se posent au 
sujet de la population d'ours 
polaires de l'Ontario. Combien 
sont-ils? Quel genre de vie familiale 
mènent-ils? Comment se 
déplacent-ils et où vont-ils? 

Depuis 1 963, des spécialistes de 
la faune ont effectué le 
recensement des ours polaires de 
l'Ontario du haut des airs, mais 
cette année, on prend les choses 
d'un peu moins haut. 

À l'été et à l'automne 1 984, les 
chercheurs du MRN ont capturé, 
étudié, étiqueté et relâché 200 ours 
polaires sur les rives de la baie 
d'Hudson. 

Après avoir repéré les animaux 
du haut des airs, ils leur 
administraient un dard 
tranquillisant. Puis, une fois l'avion 
atterri, les biologistes 
s'approchaient prudemment des 
ours pour les peser, les mesurer, 



prélever des échantillons de sang, 
examiner leurs dents, faire des tests 
de grossesse, noter leur rythme 
cardiorespiratoire et leur 
température. Ils ont placé des 
radioémetteurs sur 28 femelles 
pour que les chercheurs puissent 
continuer à observer les 
déplacements des ours une fois 
remis en liberté. 

Selon les premières données 
obtenues, il se pourrait qu'il y ait en 
Ontario jusqu'à 600 ours polaires, 
ou davantage, c'est-à-dire presque 
deux fois plus qu'on ne le pensait. 
On constate aussi que les ours se 
déplacent librement entre l'Ontario 
et le Manitoba, et même au nord 
des îles Belcher. 

Il a fallu recourir à un 
équipement spécial, à des 
techniques particulières et à une 
coopération exceptionnelle pour 
suivre les ours. 

La direction de la recherche 
faunique s'est beaucoup fiée aux 
connaissances des spécialistes de 
l'avionique du Centre d'aviation et 
de gestion des incendies du MRN 
pour équiper un Twin Otter du 
ministère d'antennes ultra-sensibles 
capables de localiser un ours 
porteur d'un collier émetteur 
jusqu'à 100 kilomètres de distance. 
Ce dispositif, de même que le 
nouveau système de navigation 
LORAN-C, a permis aux 
chercheurs de retracer les ours 
jusqu'à 200 kilomètres au nord des 
îles Belcher, dans l'Arctique 
canadien. 

Publication du Manuel du 

chasseur 

Poursuivant ses efforts destinés à 
parfaire l'éducation des chasseurs, 
le MRN a publié \e Manuel du 
chasseur à la fin de 1 984. 

Ce guide donne des 
renseignements détaillés sur 
l'identification des animaux 
sauvages et la gestion de la faune, 
sur les méthodes de survie dans la 
nature sauvage, sur les premiers 
soins et le conditionnement 
physique, et il expose les 
responsabilités du chasseur ainsi 
que les techniques de chasse. 



44 



Rédigé avec le concours de la 
province de l'Alberta et de la 
National Rifle Association, le 
Manuel du chasseur est publié et 
distribué par \Ontano Federation 
of Anglers and Hunters COFAH). Il 
est offert en anglais et en français. 

Ce guide de 300 pages, 
contenant des illustrations en 
couleurs, sera le manuel attitré 
pour le programme de formation 
des chasseurs de l'Ontario; on peut 
se le procurer par l'entremise de 
rOFAH et dans les bureaux locaux 
du ministère au prix de 9,95$. 

Favoriser une pratique du 

piégeage plus humanitaire 

Les trappeurs, l'industrie de la 
fourrure et le public en général se 
préoccupent sans cesse d'éviter la 
cruauté dans le piégeage des 
animaux à fourrure. Depuis 1980, 
le ministère a apporté plusieurs 
modifications aux lois sur le 
piégeage en Ontario afin d'atténuer 
autant que possible la cruauté 
envers les animaux. 

En janvier 1985, un nouveau 
règlement a été adopté aux termes 
de la Loi sur la chasse et la pêche, 
si bien que l'Ontario possède 
maintenant un ensemble de 
mesures législatives sans pareil en 
Amérique du Nord, destinées à 
assurer un piégeage dépourvu de 
pratiques cruelles. 

Le nouveau règlement vise 
plusieurs pratiques et instruments 
de piégeage. Entre autres, les 
pièges à pattes doivent dorénavant 
servir seulement sur la terre 
lorsqu'ils sont utilisés pour capturer 
vivants le renard roux, le coyote, le 
loup, le lynx roux et le loup-cervier. 
Lorsqu'ils sont utilisés pour le rat 
musqué, ils doivent être disposés 
de manière à provoquer la noyade. 

Le règlement régit aussi la façon 
de tendre les collets et d'utiliser les 
pièges à prise par le corps, comme 
le Conibear. 

Par ailleurs, le règlement oblige 
les trappeurs au sud de la rivière 
des Français et de la rivière 
Mattawa à vérifier leurs pièges 
chaque jour. À compter de 1 986, la 
vérification quotidienne des pièges 
sera paiement obligatoire dans la 
majorité du territoire du Nord 
ontarien. 



Imposer la loi 

Les 235 agents de protection de la 
nature de l'Ontario et leurs 500 
adjoints sont les gardiens directs 
des richesses naturelles de notre 
province. 

Les agents de protection de la 
nature surveillent l'habitat de la 
faune, appréhendent les 
braconniers, patrouillent les parcs 
provinciaux et aident à combattre 
les incendies de forêt quand il faut 
des renforts. Il leur incombe aussi 
de former le public et ils sont 
souvent invités à s'adresser à des 
groupes de citoyens intéressés à 
connaître les lois relatives aux 
activités en plein air. 

En outre, les agents de 
protection de la nature collaborent 
étroitement avec les agents 
d'exécution des règlements relatifs 
à la faune dans d'autres 
juridictions. 

En 1984, l'Ontario a joué un rôle 
clé dans l'opération "Faucon", 
enquête internationale échelonnée 
sur quatre ans et portant sur le 
commerce illicite mondial d'oiseaux 
protégés; il s'agissait là de l'une des 
plus importantes interventions de 
mise en application des lois jamais 
entreprise en faveur de la faune en 
Amérique du Nord. 

Les enquêteurs ont découvert qu'il 
s'était pratiqué un commerce de 
plusieurs millions de dollars à 
l'égard des oiseaux de proie en 
voie de disparition— y compris le 
faucon pèlerin et le gerfaut. 
Certains des oiseaux pénétrant le 
marché noir provenaient de 
sources ontariennes. 

Les oiseaux étaient capturés 
dans la nature ou bien introduits 
illégalement au Canada en 
provenance des États-Unis, pour 
être ensuite exportés 
frauduleusement à des acheteurs 
étrangers, surtout au Moyen-Orient. 

En juin 1 984, les agents 
d'exécution des règlements de 
l'Ontario ont aidé à mener 
l'opération "pinçage" lancée par les 
États-Unis, qui a conduit à 
l'inculpation de 35 personnes au 
Canada et aux États-Unis sous plus 
de 80 chefs d'accusation. 

Enfin, en février 1985, alors 
qu'on poursuivait l'enquête, 
l'Ontario a émis des mandats 
d'arrestation contre neuf autres 
personnes. 



On estime que quelque 300 000 
personnes en Ontario ont croisé 
un agent de protection de la nature 
du MRN en 1 984-1 985. Dans la 
plupart des cas, ces derniers 
apportaient aide et conseils aux 
amateurs de plein air. Mais d'autres 
rencontres avaient pour objet la 
protection des richesses naturelles 
de l'Ontario. 

En tout, plus de 1 1 000 
accusations ont été portées l'an 
dernier, et environ 60 pour cent 
d'entre elles se rapportaient à la 
pêche et à la faune. Les amendes 
ainsi perçues se sont élevées à 
environ 750 000$. En outre, les 
agents de protection de la nature 
ont remis des avertissements à plus 
de 1 1 000 personnes. 

Cette année, en plus des agents 
de protection de la nature chargés 
de surveiller les adeptes de la 
pêche sportive, un groupe d'entre 
eux, ayant reçu une formation 
spéciale, a été affecté à la mise en 
application des quotas de pêche 
commerciale. 

En outre, les agents de protection 
de la nature appliquent un nouveau 
règlement visant la protection de 
huit espèces de tortues de l'Ontario. 

Renseignez-moiy sHl vous 

plaît 

Le MRN reçoit des dizaines de 
milliers de demandes de 
renseignements. 

Pour y répondre, le personnel du 
ministère doit s'affairer toute l'année 
durant. 

Cette année, le personnel 
préposé aux renseignements sur la 
faune a distribué environ 600 000 
résumés des règlements 
provinciaux de la chasse et 25 000 
autres résumés de nos lois sur le 
piégeage. 

Chaque année, le ministère 
installe deux kiosques à 
Toronto -au Salon des sportifs et à 
[Ontario Hunting Show. De plus, 
cette année, le ministère a présenté 
des kiosques de renseignements 
dans quelques-uns des salons du 
sport les plus importants aux 
États-Unis. 



45 




La couleuvre agile, 
un serpent en voie de 
disparition, a fait 
l'objet d'une étude 
portant sur l'habitat. 



À l'occasion de la Semaine de la 
conservation de la faune en avril 
1 984, le ministère a envoyé des 
trousses spéciales, achetées de la 
Fédération canadienne de la faune, 
à des milliers d'enseignants de 
quatrième, cinquième et sixième 
années dans toute la province. 
Pendant la Semaine de la 
conservation de la faune de 1 984, 
qui avait pour thème les terres 
marécageuses, des employés du 
ministère ont visité des classes 
partout dans la province. Ils ont 
parlé de la faune aux écoliers et ils 
ont distribué 20 000 décalcomanies 
souvenirs et 20 000 signets 
représentant le résident typique des 
terres marécageuses: une grenouille 
dans un marécage. 

Au fil des opérations quotidiennes, 
les employés du MRN affectés à 
la faune dans la province ont parlé 
de protection à plus de 1 5 000 
enfants, que ce soit devant des 
classes ou des groupes de jeunes. 

La puissance de la 

participation 

Dans le passé, la participation du 
public à la gestion de la faune se 
limitait souvent à une demande 
d'aide ou de renseignements. 
Aujourd'hui, les rôles sont quelque 
peu inversés. 

Des groupes d'intérêts 
particuliers offrent des 
renseignements, mettent leur 
expertise à la disposition du MRN 
et le soutiennent de diverses façons 
grâce à toutes sortes de projets 
touchant la faune. 

Avec l'appui constant et la 
collaboration continue du public 
intéressé, le MRN atteint plus que 
jamais ses objectifs de gestion des 
ressources. 

Voici quelques-unes des façons 
dont les fonds et la main-d'oeuvre 
fournis par des particuliers ont aidé 
le MRN à améliorer la gestion de la 
faune en Ontario durant l'année 
financière: 

■ L'observatoire ornithologique de 
Long Point et la Federation of 
Ontario Naturalists ont parrainé 
conjointement un projet de collecte 
de données en vue de la 
production d'un atlas des oiseaux 
couveurs en Ontario. 



Le MRN a participé à ce projet en y 
injectant 25 000$, plus les frais de 
transport aérien et d'hébergement 
des travailleurs bénévoles des 
régions du Nord. Le projet prendra 
fin en 1 985 après cinq ans 
d'existence. 

■ Le ministère a fourni au Service 
canadien de la faune des aiglons à 
tête blanche provenant du 
Nord-Ouest de l'Ontario, pour des 
projets de lâchage à Long Point. Le 
financement de ces projets a été 
assuré par Eisa Wild Animal 
Appeal of Canada. 

m Le ministère a contribué à la 
recherche sur les huarts des lacs 
de l'Ontario effectuée par 
l'observatoire de Long Point. 
Intitulée Ontario Lakes Loon 
Survey, cette étude s'est étalée sur 
une période allant de 1 981 à 1 984. 
On a pu réunir des données sur la 
présence des huarts et les succès 
de reproduction, de même que sur 
les effets possibles des pluies 
acides sur la population de huarts 
du parc Algonquin. 

■ En collaboration avec le 
personnel du MRN de la région du 
Sud-Ouest, les scientifiques de 
l'université de Guelph ont réussi à 
faire germer des petites graines de 
sabot de la vierge (cypripède). 

Les chevreuils voient leurs 
chances de survie augmenter 

En 1984-1985, pour la deuxième 
année consécutive, la population 
de chevreuils de l'Ontario a 
bénéficié de l'aide du 
gouvernement et de certains 
organismes sportifs. Par le biais 
d'une étude commune, ces 
organismes ont pu poursuivre 
l'étude des effets des suppléments 
de nourriture sur la survie et la 
productivité des chevreuils. 

Commanditée par \ Ontario 
Federation of Anglers and 
Hunters, la Norttiern Ontario 
Tourist Outfitters Association et le 
comté de Simcoe, cette étude a été 
dirigée par le personnel du MRN 
dans les districts d'Huronia, North 
Bay et Wingham. Cette année, des 
projets effectués dans le cadre du 
programme spécial fédéral- 
provincial de création d'emplois, de 
Canada au travail et de Horizons 
jeunesse sont venus s'ajouter à 
l'étude. 



46 




Les agents de protec- 
tion de la nature du 
bureau de district de 
Cambridge ont aidé 
à mettre fin à un 
commerce illicite 
mondial d'oiseaux 
protégés. 



L'un des objectifs principaux de 
l'étude est de déterminer les effets 
des suppléments de nourriture que 
l'on donne aux chevreuils en hiver 
Au cours de l'année d'étude 
1984-1985, environ 1 140 
chevreuils ont fait l'objet de plus de 
570 heures d'observation. On a 
associé des expériences utilisant 
divers types d'aliments et de 
mangeoires à des études sur la 
condition physique des chevreuils. 
Les biologistes sont persuadés que 
ces études fourniront des 
renseignements essentiels sur les 
moyens d'assurer la survie des 
chevreuils pendant l'hiver. 



Les efforts entrepris par le 
ministère pour capturer les 
chevreuils ont été, eux aussi, 
couronnés de succès cette année. 
On a réussi à étiqueter un total de 
50 mâles et 70 femelles: 56 faons, 
1 6 chevreuils d'un an et 48 adultes. 
Sur ce nombre, 75 animaux ont 
été pourvus de colliers munis de 
radioémetteurs, ce qui porte à 96 le 
total des chevreuils ainsi équipés 
dans les régions à l'étude. 

Ces chevreuils ont fait l'objet d'un 
contrôle destiné à évaluer leur 
productivité, leur taux de survie et 
les effets des suppléments de 
nourriture dont bénéficient leurs 
troupeaux. Les chevreuils ont été 
suivis de leurs quartiers d'hiver à 
leurs pâturages d'été, sur des 
distances allant de quatre à 85 
kilomètres. Leurs déplacements 
dans les pâturages d'été ont été 
observés sur des superficies de 
deux à cinq kilomètres carrés. 

D'autres projets entrepris en 
1 984-1 985 ont porté sur l'étude 
des causes de la mortalité chez les 
biches, qu'elle résulte des 
blessures, de la chasse, du 
braconnage, du manque de 
nourriture, ou qu'elle soit 
provoquée par les prédateurs ou 
les automobilistes. Ces 
renseignements— que l'on 
compare à la production et au taux 
de survie des faons -aideront les 
biologistes à déterminer 
l'importance de la récolte autorisée 
dans les années à venir 

Les faucons pèlerins en 
Ontario reprennent de 
Vassurance grâce à la 
Compagnie d'assurance du 
Canada sur la vie 

Pour la première fois en 
1 984-1 985, l'entreprise privée a 
participé au programme du 
ministère visant la réhabilitation du 
faucon pèlerin. 

Il y a quelques années, la 
population de faucons pèlerins était 
très faible à cause de 
l'empoisonnement au DDT. Depuis 
1977, le MRN a lâché 85 faucons 
pèlerins élevés en captivité. Parmi 
ces faucons pèlerins, 58 ont été 
lâchés dans le parc Algonquin, 20 
dans différents endroits de Toronto, 
et sept dans le district de Brockville 
du MRN. 



47 



Grâce à un réseau 
d'échange faunique, 
l'Ontario a reçu des 
dindons sauvages 
du Michigan et du 
Missouri. 



Plus sur la protection des 

espèces en voie de 

disparition 

L'accroissement de la population 
des faucons pèlerins n'est que l'un 
des moyens utilisés par le ministère 
pour protéger les espèces en voie 
de disparition de l'Ontario. La 
sauvegarde de l'habitat naturel de 
la faune constitue également un 
rôle majeur qui incombe aux 




Cette année, la Compagnie 
d'assurance du Canada sur la vie a 
offert de poursuivre le programme 
à partir du toit de son immeuble au 
centre-ville de Toronto, car il offre 
un site de lâchage idéal à proximité 
du lac Ontario. 

La compagnie a également 
contribué au Fonds mondial pour 
la nature qui a payé pour assurer la 
présence sur place d'un employé 
affecté au projet. En outre, la 
compagnie d'assurance a fourni la 
nourriture, les cages de lâchage et 
des mesures de sécurité pour les 
oiseaux. Sept faucons ont été mis 
en liberté à deux moments 
différents à partir de l'aire offerte par 
la compagnie. 



scientifiques de la faune du M RN. 

En Ontario, la seule population 
viable de papillons bleus Karner se 
trouve dans le parc provincial 
Pinery sur le lac Huron, au sud de 
Grand Bend. Cependant, l'espèce 
est menacée- il ne reste plus 
qu'environ 300 paires de papillons 
bleus Karner 

En juillet 1 984, le ministère a 
reçu une subvention du Fonds 
mondial pour la nature et a 
commandé des études sur la 
population des papillons bleus 
Karner afin de savoir si la 
reconstitution de leur habitat 
naturel était réalisable. 

Suite à cette étude, un terrain 
d'un hectare a été éclairci pour 
aménager un pré où les papillons 
pourraient se multiplier. On a 
ensemencé en serre 250 plants de 
lupin, plante indispensable à la 
survie de l'espèce, en vue de les 
transplanter au printemps 1 985. 
Quand l'habitat sera propice, on 



commencera par mettre six 
couples de papillons dans la prairie 
où les biologistes du MRN espèrent 
les voir se reproduire. 

En 1 984, une seconde étude sur 
l'habitat, portant cette fois-ci sur 
celui de la couleuvre agile, autre 
espèce en voie de disparition, a été 
réalisée à l'île Pelée. Les bureaux de 
Chatham du MRN et de 
l'administration centrale ont financé 
le projet. 

Notre province compte 
également des espèces d'arbres en 
voie de disparition, tels le chicot 
fèvier, le frêne bleu et le ptéléa 
trifolié. En 1 984, on a fait pousser 
des semis de ces espèces dans la 
serre Saint-Williams du MRN. Le 
bureau régional du Sud-Ouest a de 
plus ébauché des directives sur les 
méthodes de transplantation les 
plus appropriées à ces espèces et 
à d'autres arbres rares. 

Réduction de la limite des 

prises de canards noirs 

Depuis le milieu des années 1 950, 
la population de canards noirs de 
l'Amérique du Nord a décliné de 
60 pour cent en raison de la 
dégradation de son habitat, des 
croisements avec les canards 
malards et probablement à cause 
de la chasse excessive. 

En 1 983, l'Ontario a lancé un 
appel aux chasseurs de canards 
pour qu'ils diminuent 
volontairement leurs prises. En 
1 984, l'Ontario a adopté des 
mesures pour réduire 
sensiblement le nombre de prises 
permises. 

Auparavant, les chasseurs 
avaient droit à six canards noirs par 
jour et pouvaient en avoir 1 2 en 
leur possession. Les nouvelles 
limites diminuent ces nombres à 
deux par jour dans le Nord de 
l'Ontario et à un par jour dans le 
Sud; la limite de possession est 
maintenant de quatre. 

LOntario collabore étroitement 
avec les autorités américaines pour 
protéger l'espèce par d'autres 
moyens. 

Le MRN a des représentants à 
\ Atlantic Flyway Council et au 
Mississippi Flyway Council. Ces 
deux organisations encouragent la 
coopération internationale pour la 



48 



gestion des oiseaux aquatiques en 
préconisant la restriction des 
prises, les études sur le baguage des 
oiseaux pour déterminer le taux de 
sun/ie et les endroits où ils sont 
récoltés, et en prônant la protection 
de l'habitat. 

Le travail de réseau 

international conduit au 

retour du "gros oiseau" 

Les anciens Ojibway attribuaient 
une valeur mythique au dindon 
sauvage. Ils le désignaient sous le 
nom de "mississe", c'est-à-dire 
gros oiseau. 

Jusqu'au milieu des années 1 850, 
cette espèce abondait dans le Sud 
de l'Ontario. Mais elle s'est mise 
à diminuer rapidement à mesure 
que les établissements de colonies 
détruisaient son habitat naturel. Des 
mesures ont été entreprises pour la 
protéger et en limiter la chasse. 

Mais, en 1 904, le garde-chasse 
en chef de l'Ontario déclarait qu'il 
ne restait plus de dindons 
sauvages dans la province. 

Depuis le milieu des années 
1 950, les tentatives de 
repeuplement aux États-Unis ont 
réussi à accroître la population de 
dindons sauvages même au-delà de 
ce qu'elle était auparavant. En 
Ontario, des tentatives semblables 
ont été décevantes parce qu'on a 
utilisé des dindons d'élevage 
incapables de survivre à l'état 
sauvage. 

Mais en 1984, un nouveau 
programme a été créé pour 
réintroduire en Ontario des 
dindons capturés à l'état sauvage 
en provenance du Michigan et du 
Missouri. En échange de deux 
dindons sauvages, l'Ontario a 
convenu de fournir au Missouri 
une loutre de rivière. Pour ce qui 
est du Michigan, l'Ontario a promis 
de livrer un orignal contre cinq 
dindons, ce qui devrait permettre 
de reconstituer la population 
d'orignaux dans cet État. En janvier 
1 985, 29 orignaux adultes- 1 
mâles et 1 9 femelles -ont été 
transportés par voie aérienne de 
l'intérieur du parc provincial 
Algonquin jusqu'à proximité du lac 
Mew (situé sur la route 60). Ils ont 
été placés dans des caisses 



spécialement construites, puis 
transportés par camion au 
Michigan où on les a relâchés avec 
succès. 

Ces projets ont permis la 
création d'un véritable réseau 
d'échanges fauniques. 

En 1985, les États de New- York 
et de riowa se sont joints à 
l'échange d'animaux sauvages. 
L'État de New- York a demandé des 
perdrix grises en échange de ses 
dindons sauvages, alors que l'Iowa 
a accepté de rembourser en 
dindons sauvages une partie des 
oies du Canada que l'Ontario lui 
avait autrefois fournies. 

Ce programme de réintroduction 
du dindon sauvage semble bien 
lancé. Les dindons sauvages 
lâchés dans le district de Napanee 
du MRN se sont montrés 
particulièrement aptes à survivre et 
à se reproduire. Les dindons du 
Missouri qu'on a introduits dans le 
district de Simcoe n'ont pas si bien 
réussi, en grande partie en raison 
de la rigueur de l'hiver au moment 
de leur introduction et des 
prédateurs tels le renard et le 
grand-duc. 

La réintroduction du dindon 
sauvage en Ontario est une 
entreprise commune à laquelle 
participent le MRN, \ Ontario 
Federation of Anglers and Hunters 
[OFAHJ et la Federation of Ontario 
Naturalists. 

La OFAH a créé un fonds en 
fiducie et a sollicité des dons pour 
permettre de financer le transport 
et la surveillance des oiseaux. Le 
public, autant du côté des sportifs 
que des naturalistes, a réagi 
favorablement. Le fonds devrait 
fournir entre 50 000$ et 60 000$ 
par an pour les trois prochaines 
années afin d'aider à rétablir en 
Ontario une population viable de 
dindons sauvages. 

Lueurs d*espoirpour la 

répression de la rage 

Lan dernier, plus de 70 pour cent 
des cas de rage diagnostiqués en 
Ontario étaient attribuables au 
renard roux et à la mouffette. 

En septembre 1 984, les 
spécialistes de la faune du MRN 
ont réussi leurs essais d'un appât 
destiné à faire ingérer aux renards 
un vaccin liquide contre la rage. 



Treize mille appâts— constitués 
d'un petit morceau d'épongé 
enrobé de cire et garni de foie cru 
pour attirer l'animal -ont été 
largués par des avions volant à 
basse altitude au-dessus du 
Sud-Ouest de l'Ontario. 

Lappât ne contenait pas 
vraiment de vaccin contre la rage, 
mais seulement un liquide témoin 
qui puisse révéler si le renard avait 
trouvé la chose assez appétissante 
pour l'avaler 

Lessai a réussi, et, à l'automne 
1985, on prévoit répandre 
l'utilisation des appâts dont 
l'éponge sera imprégnée d'un 
vaccin liquide véritable. 

Le travail s*accomplit grâce 

aux projets spéciaux 

d'emplois 

En 1984-1985, bon nombre de 
projets utiles à la gestion de la 
faune ont été réalisés et ont créé 
plusieurs emplois à court terme, 
grâce à l'application de l'article 38 
de la Loi fédérale sur 
l'assurance-chômage. Ces emplois 
ont été financés conjointement par 
le gouvernement fédéral et celui de 
l'Ontario. 

Durant l'année financière, 150 
travailleurs ont participé à 21 
projets reliés à la faune, pour un 
total de 1 794 semaines de travail. 

Un opérateur d'ordinateur a été 
embauché pour travailler à 
l'évaluation des terres 
marécageuses; un biologiste a 
trouvé un poste dans le domaine 
de la formation des trappeurs; cinq 
techniciens ont mesuré les rythmes 
saisonniers du métabolisme chez 
le chevreuil; quatre personnes ont 
travaillé à la réalisation d'un nouvel 
atlas des oiseaux couveurs. 

Et la liste continue... 

Les projets ont permis au MRN 
de diriger la main-d'oeuvre là où on 
en avait surtout besoin; ils ont en 
outre fourni aux personnes 
provisoirement sans emploi 
l'occasion d'acquérir une 
expérience de travail précieuse. 



49 



Gestion des loisirs de plein air 

Parcs et zones de loisirs 



Faits saillants du 
programme en 1984-1985 

m En 1984, les parcs provinciaux 
de l'Ontario ont accueilli plus de 
7 300 000 de visiteurs. 
■ Un total de 52 nouveaux parcs 
ont été ajoutés au réseau des parcs 
provinciaux, et on a apporté des 
améliorations importantes à trois 
parcs déjà établis. 



■ Le gouvernement de l'Ontario a 
tiré des revenus directs d'environ 

8 300 000 $ du réseau des parcs, et 

les entreprises de la province ont 

pu bénéficier de quelque 

355 000 000 $ grâce aux dépenses 

effectuées par les visiteurs des 

parcs. 

■ Le Programme fédéral-provincial 
d'emplois spéciaux a permis 
d'entreprendre 35 projets dans les 
parcs, la plupart destinés à 



l'amélioration des installations. Ces 
projets ont fourni un total de 2 206 
semaines de travail à 1 90 personnes. 

■ En vertu de la Loi sur les 
subventions destinées à la création 
de parcs, les municipalités de 
l'Ontario ont reçu des subventions 
totalisant 300 000 $ pour améliorer 
les installations des parcs. 




Il y a beaucoup à 
faire et à voir dans les 
parcs provinciaux de 
l'Ontario. 



Dans les parcs 
provinciaux, les 
bénévoles continuent 
de jouer un rôle 
important. 







Une profusion de nouveaux 
parcs provinciaux 

En juin 1 983, les directives 
d'aménagement des districts du 
ministère faisaient mention de 
1 55 projets de création de parcs 
provinciaux. Au cours de 
1 984-1 985, l'Ontario a ajouté 52 
parcs provinciaux à son réseau. 

Ces nouveaux parcs comprennent 
40 réserves naturelles, un parc 
aquatique, un parc historique et 




^ Jk ''il 



m%i 




10 parcs naturels. En outre, les 
parcs provinciaux Lake of the 
Woods, Awenda et The Shoals ont 
été agrandis. 

À la fin de l'année financière 
1984-1985, on comptait 188 parcs 
provinciaux en Ontario. La création 
des nouveaux parcs rehausse ce 
qui constitue déjà un des meilleurs 
réseaux de parcs au monde et met 
les parcs provinciaux à la portée de 
milliers d'Ontariens. 

L'attachement pour 

nos parcs 

Grâce aux efforts de plusieurs 
centaines d'amateurs de parcs, la 
participation communautaire dans 
les parcs provinciaux de l'Ontario a 
considérablement augmenté cette 
année. 

Katimavik, programme pour la 
jeunesse subventionné par le 
Secrétariat d'État du Canada, a 
permis à plusieurs jeunes de 
contribuer à l'entretien de nos 
parcs. En 1 984, 400 jeunes 
hommes et femmes ont participé à 
quelque 20 projets de loisirs de 
plein air dans les parcs provinciaux, 
qu'il s'agisse d'aménagement des 



51 



paysages, de sentiers ou de 
parcours de conditionnement 
physique, ou d'amélioration des 
routes de canotage. 

Les parcs provinciaux de 
l'Ontario ont par ailleurs profité du 
travail de bénévoles locaux. 
Pendant la saison 1984, plusieurs 
parcs furent dotés d'un hôte et 
d'une hôtesse bénévoles. Au parc 
Quetico, des bénévoles ont entrepris 
une étude des emplacements de 
camping intérieurs, alors qu'au parc 
provincial Lake Superior, d'autres 
ont commencé une étude sur 
les petits mammifères. 

Dans les parcs provinciaux 
Fathom Five et Algonquin, les 
résidents de la région ont formé 
des associations. En 1984-1985, 
les Friends of Fathom Five ont 
parrainé une fin de semaine 
d'activités destinées à sensibiliser 
davantage le public au patrimoine 
marin de l'Ontario. De leur côté, les 
Amis du parc Algonquin ont ouvert 
une petite librairie dans le hall du 
musée du parc. 

Le parc provincial 

Petroglyphs — l'art 

en pleine nature 

La plupart des gens associent l'art 
autochtone du Canada aux 
peintures inuit, aux sculptures en 
steatite ou encore aux totems. 
Pourtant, quelques-uns des 
meilleurs exemples de l'art 
autochtone en Ontario se trouvent 
au coeur de nos parcs provinciaux, 
sur des falaises et des affleurements 
rocheux. 

Certains de ces chefs-d'oeuvre 
en plein air traduisent, sous forme 
de pictog raphes ou de peintures 
rupestres, les croyances au 
surnaturel des anciennes tribus 
autochtones des Grands lacs. 
D'autres, que l'on appelle 
pétroglyphes, furent gravés dans la 
pierre avec des outils acérés. 

Lune des plus denses 
concentrations de pétroglyphes se 
trouve près de Peterborough, dans 
le parc provincial Petroglyphs. 
On pense que le grondement d'un 
cours d'eau souterrain à proximité 
de cet endroit aurait été perçu 




Un édifice vitré doté 
d'un toit solide 
protège les peintures 
rupestres autochtones 
au parc provincial 
Petroglyphs. 



comme la voix d'un esprit et, il y a 
de cela de 500 à 1 000 ans, aurait 
inspiré ces symboles sacrés sur les 
affleurements de marbre. 

En 1 984, suite à des consultations 
élaborées entre le MRN, l'Institut 
canadien de conservation. Parcs 
Canada, la bande indienne du lac 
Curve, des professeurs et d'autres 
groupes intéressés, on a achevé la 
construction d'un bâtiment 
heptagonal en verre possédant un 
toit solide. L'édifice a été inauguré 
en mai, alors qu'on déclarait les 
pétroglyphes lieu historique 
national. 

Le nouveau bâtiment protège les 
pétroglyphes contre les intempéries 
et le vandalisme, et il préserve ce 
trésor historique pour la postérité. 
Par ailleurs, des passerelles ont été 
construites pour permettre aux 
visiteurs d'examiner les pétroglyphes 
d'un point de vue plus avantageux. 

Au grand plaisir des touristes 

Cette année, grâce à l'appui 
financier du ministère des Affaires 
du Nord, quatre parcs du Nord de 
l'Ontario ont subi quelques petites 
rénovations destinées à mettre en 
relief leurs caractéristiques 
naturelles et culturelles et à attirer 
un plus grand nombre de visiteurs 
dans leur région. 

Au parc provincial Potholes, à 
l'est de Wawa, un sentier pédestre 
menant aux marmites [deux 
gigantesques trous d'érosion 
glaciaire), de même qu'une aire de 
repos et de pique-nique ont été 
aménagés. 

Au parc provincial Wakami Lake, 
prés de Chapleau, on a entrepris 
l'aménagement d'une exposition en 
plein air d'outils et de machinerie 
anciennement utilisés pour 
l'exploitation forestière. 

Au parc provincial Chutes, à côté 
de Massey, une plate-forme 
d'observation et des éléments 
d'exposition rappelant l'époque de 
la drave ont été installés aux chutes 
de la rivière aux Sables. 

Enfin, au parc provincial Marten 
River, on a reconstitué avec un 
grand souci de fidélité historique un 
camp de bûcherons de la fin du 
siècle dernier On y trouve aussi un 
centre d'accueil, des expositions 
extérieures et des instruments 
historiques. 



Une touche personnelle: la 
gestion des parcs de VOntario 
par le secteur privé 

En 1 975, à titre d'essai, le MRN 
signait un contrat avec un 
exploitant privé qui s'engageait à 
gérer un des parcs provinciaux de 
l'Ontario. Lexpérience a été 
couronnée de succès, si bien qu'en 
1 984-1 985, le secteur privé gérait 
12 parcs provinciaux en Ontario, 
tous de petits parcs destinés aux 
loisirs. 

Les parcs demeurent sous le 
contrôle du ministère. Les 
exploitants privés rivalisent pour 
obtenir le contrat de gestion, et le 
soumissionnaire choisi s'engage à 
assurer l'entretien quotidien du 
parc, de même que son bon 
fonctionnement. Bien que les 
employés de ces parcs ne fassent 
pas partie du MRN, les droits et les 
services sont les mêmes que dans 
les autres parcs. 

Quetico-Superior fête 
75 années formidables 

L'été 1984 a marqué le 75e 
anniversaire de la création de la 
réserve forestière Quetico en 
Ontario et de la Superior National 
Forest au Minnesota. Le 28 juillet 
1984, de grandes réjouissances 
ont eu lieu de part et d'autre de la 
frontière alors que les deux parcs 
ont célébré trois quarts de siècle de 
coopération internationale axée sur 
la protection et la gestion de la 
nature sauvage. 

Au poste forestier Prairie 
Portage, pour commémorer 
l'anniversaire, on a procédé au 
dévoilement d'une plaque offerte 
par la Fondation du patrimoine 
ontarien. On a recréé le rituel 
d'initiation des voyageurs et on a 
fait le mélange des eaux 
internationales dans des vaisseaux 
de terre cuite façonnés pour 
l'occasion. 

Au terrain de camping Dawson 
Trail, plus de 1 500 personnes ont 
assisté à un grand pique-nique 
public mettant en vedette des 
voyageurs du Old Fort William et 
des danseurs autochtones. 



52 




Au parc provincial 
Potholes, un long pont 
traverse des trous 
erodes formés depuis 
des siècles. 



Les parcs provinciaux de 
l'Ontario fêtent le 
bicentenaire de la province 

En l'année du bicentenaire de 
l'Ontario, les parcs provinciaux ont 
pu célébrer amplenrient. Des 
concerts et des pièces de théâtre à 
ciel ouvert, des semaines 
thématiques et quantité d'autres 
activités ont conféré à cette année 
un caractère exceptionnel propice 
à la visite des parcs provinciaux de 
l'Ontario. 



Lors du congé officiel du mois 
d'août, l'entrée des visites de jour 
dans tous les parcs provinciaux de 
la province était gratuite. Les 
visiteurs étaient invités à prendre 
part à des pique-niques, des 
démonstrations d'activités 
pratiquées par les pionniers, des 
danses folkloriques et des 
chansons populaires. 

Au parc provincial Kakabeka 
Falls, "Polkaroo", personnage de 
l'émission Polka Dot Door 
réalisée par TV-Ontario, a attiré 300 
petits amateurs débordant 
d'enthousiasme. Plus de 3 000 
personnes ont assisté au spectacle 
de théâtre Proud Beginnings, 
présenté par Parcs Canada dans 
cinq parcs provinciaux. 

Le ministère du Tourisme et des 
Loisirs a tenu des séances de 
conditionnement physique dans 30 
parcs provinciaux. Le parc 
provincial Fathom Five a organisé 
deux journées de festivités 
célébrant le patrimoine marin de 
l'Ontario. Enfin, les Walonrii 
Wailers, un groupe d'artistes 
amateurs formé d'employés du 
MRN de la région de Chapleau, 
s'est produit dans des douzaines 
de localités et parcs du Nord de 
l'Ontario. 

La rivière des Français 

associée au Réseau des 

rivières du patrimoine 

canadien 

D'une superficie de quelque 55 000 
hectares, le parc aquatique 
provincial de la rivière des Français 
renferme des éléments 
archéologiques, historiques et 
bioscientifiques d'intérêt national. 
La rivière des Français est au 
nombre des 1 cours d'eau du 
Canada choisis en 1 984-1 985 



53 



pour constituer le nouveau Réseau 
des rivières du patrimoine 
canadien. 

Un plan de gestion pour le 
secteur de la rivière des Français 
sera achevé et soumis à la 
Commission du réseau des rivières 
du patrimoine canadien— dernière 
formalité à remplir avant que la 
rivière des Français ne fasse partie 
des cours d'eau d'intérêt 
patrimonial du Canada. 

Envisager Vavenir: 

dévoilement des plans de 

gestion pour 17 parcs 

L'Ontario a la chance de posséder 
des espaces naturels d'une grande 
beauté. Mais le hasard n'a rien à 
voir avec la mise en place de 
l'excellent réseau de parcs de la 
province. 

La planification, essentielle au 
développement des parcs, permet 
au MRN de maintenir un juste 
équilibre entre la préservation des 
particularités naturelles et leur 
ouverture à l'usage du public. 

La gestion planifiée des parcs fixe 
des objectifs à long terme pour 
chacun des parcs en tenant 
compte des commodités offertes 
dans la région environnante, des 
personnes qui le fréquenteront et 
du type d'exploitation susceptible 
de bien le mettre en valeur 

La consultation publique est une 
étape clé du processus de 
planification de gestion pour 
chaque parc provincial. Les plans 
de gestion de cinq parcs 
provinciaux ont été approuvés en 
1 984-1 985, et les plans de 1 7 
autres parcs ont été diffusés au 
public pour connaître son opinion. 

Éventuellement, chaque parc 
provincial de l'Ontario aura son 
plan de gestion. Pour le moment, 
toutefois, l'accent est mis sur 
l'achèvement des plans des grands 
parcs mieux connus et des 
nouveaux parcs dont la création est 
proposée dans les directives 
d'aménagement des districts du 
ministère. 



Le Conseil des parcs provinciaux 
de l'Ontario joue un rôle 
déterminant dans la planification 
des parcs. Ce conseil est un 
organe consultatif formé de 1 
membres qui sont en rapport direct 
avec le ministre des Richesses 
naturelles. Il s'occupe très 
activement de sonder l'opinion 
publique à l'égard de toutes les 
décisions ayant des répercussions 
sur les parcs provinciaux. 

Bientôt au parc Earl Rowe, 

du plaisir pour 1 500 

baigneurs 

Cet été, les visiteurs du parc 
provincial Earl Rowe auront une 
piscine toute neuve pour s'amuser. 

La construction de ce bassin 
géant, au coût de 800 000 $, a été 
achevée en 1 984. Le public a pu 
l'utiliser dès 1984. 

Cette piscine offre un plan d'eau 
d'une superficie de près de 5 000 
mètres carrés et peut recevoir 
jusqu'à 1 500 baigneurs. Le parc 
Earl Rowe est le deuxième parc 
provincial à être doté d'une 
installation semblable. La première 
fut aménagée au parc provincial 
Bronte Creek, et quatre autres ont 
été mises sur pied dans des sites 
protégés. 

Les parcs provinciaux 

s'améliorent sans cesse 

En 1984-1985, un total de 
1 500 000 $ a été consacré à 
l'amélioration des installations des 
parcs provinciaux de l'Ontario. 

Le nouveau centre d'accueil du 
parc provincial Quetico, édifié au 
coût de 571 000 $, en est un 
magnifique exemple. Le ministère 
des Affaires du Nord a assumé 
plus de la moitié des frais de 
construction. Toutefois, la plupart 
des améliorations apportées aux 
parcs provinciaux sont moins 
spectaculaires. 

En 1984-1985, ces améliorations 
ont notamment comporté l'ajout de 
douches dans les cabinets de 
toilettes, le perfectionnement des 
systèmes d'eau et d'égout pour 
répondre à une demande accrue, 



et l'accroissement du rendement 
des systèmes d'énergie solaire 
pour fournir plus d'eau chaude aux 
installations publiques. 

Projet d'une source 

énergétique de rechange 

à Quetico 

Avant 1 984, les postes forestiers du 
parc provincial Quetico 
dépendaient entièrement du gaz 
propane, amené par voie aérienne. 
Cet approvisionnement était 
souvent incertain, car les avions du 
ministère étaient parfois 
réquisitionnés pour combattre des 
incendies de forêt. 

En 1984, un petit générateur 
hydroélectrique a été aménagé à la 
station d'accès du MRN à 
Portage-la-Prairie afin de fournir 
l'électricité nécessaire à cette 
station, au bureau des douanes 
canadiennes et aux locaux du 
personnel. Le générateur permettra 
d'économiser les frais de transport 
du gaz propane. 

Ce générateur est le seul du 
genre dans les parcs provinciaux; 
son coût de 93 000 $ a été financé 
par le ministère de l'Énergie, suite à 
des consultations suivies avec le 
MRN. 

Les ordinateurs au service 

des parcs de VOntario 

Les parcs provinciaux sont entrés 
pour de bon dans l'ère 
informatique. 

En 1 984-1 985, le MRN a enrichi 
l'information que contient son 
répertoire des projets de recherche 
sur les parcs provinciaux et les 
zones de loisirs. Les 
renseignements touchant les 
opérations de recherche 
communes, les sources de 
financement et les types de projets 
que le ministère estime de 
première importance font 
maintenant partie du répertoire. 
Ainsi, les scientifiques et les 
universitaires savent, d'une façon 



54 




L'Ontario possède 188 
parcs provinciaux, 
dont 52 nouveaux en 
1984-1985. 



beaucoup plus précise, comment 
employer leurs compétences pour 
répondre aux besoins du ministère 
en matière de recherche sur les 
parcs. 

En 1984-1985, le MRN a terminé 
l'établissement d'un modèle 
informatisé capable d'utiliser 
l'information obtenue lors des 
sondages auprès des visiteurs des 
parcs pour mesurer l'effet que les 
parcs provinciaux ont sur les 
économies régionales. Le modèle 
pourra aussi prévoir l'évolution de 
cet impact économique dans le 
temps. 

Au parc provincial Balsam Lake, 
une étude pilote a été entreprise en 
1 984-1 985 en vue d'informatiser le 
système d'inscription et de 
réservation. Grâce à ce nouveau 
système, que l'on prévoit mettre en 
place vers la fin de 1 985, il sera 
possible de déterminer rapidement 
les places libres dans le parc. 

Uentretien des parcs 

Un aspect important de la gestion 
des parcs consiste à entretenir les 
installations existantes. Les 
responsables de la gestion des 
parcs du MRN cherchent 
constamment à faire en sorte que 
les dépenses d'immobilisation 
obtiennent les meilleurs 
rendements possibles, tout en 
maintenant les bâtiments, les routes 
et autres biens en parfait état. 
Lexpérience montre que les 
dépenses d'immobilisation 
destinées à l'entretien contribuent à 
prolonger l'existence des 
installations des parcs. 

En 1 984-1 985, on a dressé un 
inventaire informatisé des biens, et 
déterminé des moyens d'en 
assurer l'entretien. Cet inventaire 
permet d'évaluer la durée des abris 
de pique-nique, des clôtures et de 
la foule d'autres biens appartenant 
au parc, et il fixe les normes à 
respecter pour les garder en bon 
état. 



55 



Administration 



Faits saillants du 
programme en 1984-1985 

u Le comité de mise en oeuvre des 
systèmes du MRN a aidé 
substantiellement le ministère à 



s'adapter à l'utilisation de la 
technologie de pointe pour la 
gestion des ressources. 

■ Le MRN a modernisé son système 
de gestion de ses quelque 4 000 
véhicules, ce qui a permis 
d'économiser environ 500 000 $. 



■ Les 87 propositions soumises 
durant l'année par le personnel du 
MRN dans le cadre du programme 
des suggestions des employés ont 
concouru à accroître l'efficacité et 
la sécurité des travailleurs, et à faire 
réaliser des économies importantes 
au ministère. 




56 



Aider 



le MRN à prendre 
le virage technologique 

L'administration des affaires ne s'est 
jamais résumée à gratter du papier 
et à compter des trombones. Cela 
est encore plus évident maintenant 
que tant de tâches administratives 
tombent sous l'empire de 
l'informatique. 

Au MRN, l'informatique sert à 
payer les comptes et les employés 




Les femmes peuvent 
accroître leur 
compétence pour 
occuper des postes 
non traditionnels au 
ministère. 




à temps. Elle permet au personnel 
administratif de s'assurer qu'il y a 
suffisamment de locaux de travail, 
de tables, de téléphones et de 
chaises. Et bien sûr, les inventaires 
informatisés permettent même de 
vérifier que le nombre de 
trombones est exact. 

Si le ministère a pu, sans trop de 
difficultés, recourir davantage à 
l'informatique, c'est grâce à un 
comité interne chargé d'étudier les 
nombreuses répercussions que 
l'informatisation pouvait avoir sur le 
fonctionnement du MRN. 

Le Comité de mise en oeuvre 
des systèmes a examiné comment 
cette nouvelle technologie devait 
être appliquée aux systèmes 
présentement en usage au 
ministère pour rassembler, 
distribuer et utiliser l'information. 

En 1984-1985, le comité a 
recommandé que le ministère 
commence à modifier les 
méthodes actuellement employées 
dans plusieurs domaines, 
notamment la pic nification de la 
gestion des ressources, 
l'approbation de projets et 
l'établissement des priorités de 
subvention. Le comité a aussi 
recommandé que le MRN étudie 



par quel moyen on fixe les normes 
concernant, par exemple, le 
matériel et le logiciel informatique, 
ou l'établissement et la préservation 
des données. 

Le comité a constaté que l'une 
des principales priorités du MRN 
au cours des prochaines années 
consistera à tenir le personnel 
parfaitement au courant lorsque de 
nouveaux systèmes sont adoptés et 
à s'assurer que les anciens et les 
nouveaux employés reçoivent la 
formation adéquate. 

En fait, le comité n'a rencontré 
jusqu'à présent qu'une seule 
véritable difficulté en ce qui 
concerne les enseignements dont 
le ministère doit tenir compte en 
appliquant les technologies 
nouvelles: le trop grand 
enthousiasme des employés! 

Linformatique fait fureur 

Il y eut un temps où les gens se 
méfiaient des ordinateurs. De nos 
jours, tout le monde en veut un, ou 
plutôt on veut un modèle plus 
récent. 

Les administrateurs au MRN font 
face à un défi de taille pour 
satisfaire la demande générale de 
renouvellement de l'équipement et 
de logiciels au sein du ministère, et 
pour se tenir au courant des 
derniers développements afin de 
mieux tirer parti de cette nouvelle 
technologie. 

Imaginons l'histoire suivante. 

Un incendie dû à la foudre vient 
tout juste de ravager 1 000 
hectares de forêt dans le Nord. 

Dans les heures qui suivent 
l'extinction du brasier, les 
spécialistes en incendie du MRN 
tracent une carte infographique 
établissant en détail les dégâts 
matériels. Quelques minutes plus 
tard, les spécialistes en foresterie au 
MRN reprennent cette information 
pour mettre à jour leur carte 
d'inventaire forestier et redéfinir les 
zones destinées à la récolte. 

Peu après, dans un autre bureau 
du MRN, les biologistes de la faune 
exécutent au clavier des opérations 
de recouvrement permettant de 
juxtaposer la carte révisée de 
l'inventaire forestier à leur carte des 
régions peuplées d'orignaux. Leur 
carte révèle par ailleurs qu'une 



57 




La santé et la sécurité 
du personnel font 
partie des préoccupa- 
tions du personnel des 
services de la santé 
et de la sécurité au 
travaiL 



frayère de dorés pourrait avoir été 
touchée par l'incendie, si bien que 
les biologistes de la taune décident 
de nnontrer leur carte à leurs 
collègues du service des pêches, et 
ainsi de suite. 

C'est là l'image d'un avenir qui 
n'est pas très lointain. Les 
gestionnaires des ressources du 
MRN sont de plus en plus 
efficaces, grâce à certains acquis 
récents de l'informatique. 

Le MRN a déjà commencé à 
s'orienter vers une gestion 
d'information intégrée, en mettant 
en place un système rapide et 
efficace pour gérer les 
renseignements portant sur les 
régions particulières en vue de 
modifier les plans de gestion et 
d'éclairer les décisions. 

D'ici peu, le MRN pourrait aussi 
se doter d'un système de gestion 
globale de l'information qui 
s'occuperait du courrier 
électronique, de la comptabilité et 
de la planification du travail. 

Les ordinateurs et les systèmes 
de soutien décisionnel adaptés aux 
besoins influencent déjà 
considérablement la gestion des 
ressources. Le personnel de la 
Direction des systèmes du 
ministère a contribué à l'avènement 



de nouveaux systèmes efficaces en 
1984-1985, comme le démontrent 
les exemples suivants; 

■ Aux Bureaux d'évaluation des 
pêches des Grands lacs, cinq 
mini-ordinateurs serviront 
principalement à analyser les 
données et réglementer les quotas 
par espèces, méthodes sur 
lesquelles est fondée la pêche 
commerciale moderne en Ontario. 

■ Six mini-ordinateurs aideront à 
prendre les décisions concernant la 
gestion de lutte contre les incendies 
et à rester au courant de tout ce qui 
touche aux équipes de lutte contre 
les incendies de forêt, à l'escadrille 
et au matériel. Les ordinateurs 
relient les centres régionaux au 
centre provincial de lutte contre les 
incendies à Sault-Sainte-Marie. 

■ Le personnel du MRN affecté aux 
ressources pétrolières dans la 
région du Sud-Ouest se servira 
d'un nouveau mini-ordinateur 
lorsqu'il sera appelé à conseiller les 
compagnies d'exploration 
pétrolière et à inspecter les 
opérations dans les centaines 
d'installations productrices de gaz 
naturel et de pétrole. 

Selon les spécialistes, on a à 
peine entamé le potentiel 
d'informatisation qu'offre le 
domaine de la gestion de 
ressources. 

En fait, plusieurs études que le 
MRN a fait effectuer en 1 984-1 985 
par son personnel conseil en 
matière de systèmes révèlent qu'il 
faudrait multiplier les équipements 
et les logiciels informatiques pour le 
mesurage et la facturation du bois, 
l'information sylvicole et les 
données d'évaluation, la production 
des plants en pépinière et leur 
distribution, les données sur la 
récolte de fourrures, l'inscription et 
les réservations dans les parcs 
provinciaux, ainsi que pour les 
nombreux systèmes de gestion des 
biens du ministère. 

Exploitation modernisée 

du parc automobile 

Le MRN est chargé d'administrer 
les terres, les eaux, les forêts, la 
faune aquatique et terrestre et les 
ressources minérales sur les terres 



58 




L'informatique prend 
de plus en plus 
d'importance en tant 
que système de soutien 
décisionnel pour la 
gestion des ressources. 



de la Couronne en Ontario -sur 
un territoire plus vaste que 
l'Angleterre, la France, l'Italie, la 
Hollande et le Danemark réunis. 
Le personnel du ministère doit 
donc effectuer de nombreux 
déplacements. Pour ce faire, ils 
disposent d'un parc de 4 000 
véhicules, dont environ un millier 
en location. 



Le MRN utilise une vingtaine de 
types de véhicules différents, 
notamment des mini-voitures, des 
véhicules de patrouille pour les 
agents de protection de la nature, 
des wagonnettes pour passagers, 
des camions légers, des tracteurs 
agricoles, des pelles rétrocaveuses, 
des bouteurs, des grattes 
mécaniques et des motoneiges. 

Certains véhicules ont la vie facile 
et servent à un usage ordinaire. 
D'autres travaillent plus dur en 
raison du terrain, des conditions 
climatiques ou des tâches à 
accomplir. 

Pour tirer le meilleur parti de ce 
parc, le MRN a informatisé son 
système de renseignements afin de 
se tenir au courant de l'état de 
chaque véhicule grâce à des 
données sur le nombre de jours de 
service, les grilles d'utilisation, la 
consommation d'essence, l'âge du 
véhicule, l'entretien et les coûts des 
réparations, les coûts des accidents, 
ainsi que sur plusieurs autres 
aspects. 

Ce système d'exploitation est 
maintenant utilisé par les cadres du 
ministère qui veulent évaluer le 
rendement du parc automobile et 
établir des stratégies pour 
comprimer les dépenses, souci qui 
s'accorde avec les efforts fournis 
par tout le personnel pour réduire 
le nombre de réunions et de 
déplacements et pour recourir 
davantage au téléphone et autres 
moyens de communication 
électroniques, sans sacrifier les 
services offerts au public. 

Grâce à l'implantation de ce 
nouveau système de gestion du 
parc automobile, le MRN a 
économisé 500 000 $ en 
1984-1985. 

La gestion des véhicules n'est 
qu'une des diverses sphères 
d'activités où des cadres du MRN 
ont cherché à rationaliser et 
accroître le rendement. Bon 
nombre de recommandations ont 
été formulées par des groupes 
d'employés chargés d'étudier les 
possibilités de simplifier certaines 
fonctions comme les comptes à 
recevoir et à payer, l'établissement 
de la paye, l'embauche, 
l'approvisionnement en biens et 
services et la planification du travail. 



59 



On mesure les niveaux 
d'exposition à la 
poussière aux installa- 
tions de production 
de graines d'arbres 
d' Angus. 



La santé et la sécurité des 
travailleurs, d'abord et 
avant tout 

Les travailleurs à l'emploi du MRN 
sont appelés à accomplir toutes 
sortes de tâches, qu'il s'agisse par 
exemple de parcourir des régions 
sauvages en canot, de lutter contre 
un incendie de forêt ou de 




manipuler des fertilisants et des 
insecticides chimiques dans les 
pépinières. Il est donc extrêmement 
important de voir à ce que les 
employés sachent comment éviter 
les accidents et les risques à la 
santé. 

La santé et la sécurité 
concernent tout le monde au 
ministère, mais tout 
particulièrement le personnel du 
MRN affecté à la santé et à la 
sécurité au travail partout dans la 
province. 

En 1984-1985, le personnel des 
services de la santé et de la sécurité 
a poursuivi son programme 
d'inspection, de formation et de 
conseil, et il s'est aussi attaqué à 
beaucoup d'autres questions. Au 
sein d'un ministère aussi complexe 
que le MRN, les activités liées à la 
santé et à la sécurité couvrent un 



champ très étendu, comme 
l'illustrent les exemples suivants. 

Comme beaucoup d'employés 
du MRN, surtout dans le Nord, 
connaissent bien les espaces 
inhabités et savent comment y 
voyager ils sont parfois appelés à 
participer à des opérations de 
secours. 

Dans le Nord-Ouest, en 
1 984-1 985, certains employés du 
MRN ont été initiés à la façon de 
faire face à des sinistres. Ils ont 
appris comment identifier les 
situations d'urgence et comment 
aider à mobiliser des gens en cas 
de problèmes majeurs, comme le 
déversement accidentel de produits 
chimiques nocifs lors d'un 
déraillement. 

Le personnel affecté à la santé et 
à la sécurité au MRN a amélioré 
ses cours sur l'utilisation et 
l'entretien sécuritaire des scies 
mécaniques, de même que sur la 
manipulation et l'entreposage des 
produits chimiques. Il a aussi mené 
une enquête sur les problèmes que 
peut causer la poussière dans deux 
établissements où l'on extrait les 
graines d'arbre des cônes. 

En foresterie comme en 
agriculture, on a souvent besoin de 
recourir à plusieurs sortes de 
substances chimiques, tels les 
mélanges qui servent à retarder la 
croissance de végétaux rivaux dans 
les pépinières. En 1984-1985, le 
personnel des services de la santé 
et de la sécurité du MRN a fait une 
enquête sur les produits chimiques 
disponibles dans les établissements 
du ministère et sur la façon dont on 
les entrepose partout dans la 
province. 

Demandez à n'importe quel 
médecin de quel mal ses patients 
se plaignent le plus souvent et il est 
fort probable qu'il vous réponde 
qu'ils souffrent de maux de dos. 
Puisque la gestion des ressources 
peut souvent exiger de gros efforts 
physiques, beaucoup d'employés 
du MRN dans tous les coins de la 
province ont suivi un cours d'une 
demi-journée en 1 984-1 985 pour 
apprendre à soulever des objets 
selon les bonnes techniques et à 
éviter les blessures au dos. 



60 



Peu de gens sont capables de 
parcourir des terrains accidentés 
lourdement chargés d'une ponnpe 
et de tuyaux d'arrosage. Durant 
l'année financière, le ministère a 
commencé à évaluer les qualités 
physiques nécessaires pour 
accomplir diverses tâches lors 
d'opérations de lutte contre les 
incendies de forêt. Le personnel 
chargé de la santé et de la sécurité 
au travail a aussi entrepris d'établir 
un système de présélection des 
travailleurs embauchés pour la lutte 
contre les incendies de forêt afin 
qu'ils soient affectés à des tâches 
correspondant à leurs capacités. 

En 1984-1985, le ministère a mis 
sur ordinateur tous ses dossiers 
relatifs aux accidents du travail. Ce 
nouveau système facilite la 
consultation, la mise à jour et 
l'évaluation des dossiers. En outre, 
il permet aux cadres du MRN 
d'analyser les données de façon à 
dégager les tendances relativement 
aux accidents de travail ou aux 
maladies professionnelles. 

Pendant l'année financière, le 
MRN a adopté le mode de 
classement international fondé sur 
une échelle de cinq étoiles, en 
usage à l'Association pour la 
prévention des accidents du travail. 
Ce mode de classement offre la 
meilleure méthode de 
normalisation et d'évaluation 
objective des mesures ministérielles 
concernant la santé et la sécurité 
au travail. Cette nouvelle méthode 
permettra de repérer beaucoup 
plus aisément les défaillances et 
d'apporter des correctifs. 

De meilleures perspectives 

pour les femmes 

Le programme d'action positive 
lancé par le gouvernement aide à 
offrir aux femmes des possibilités 
égales de compétition, de 
participation et de contribution. En 
fait, l'action positive fait maintenant 
partie intégrante des responsabilités 
de tous les ministères. Et le MRN 
est un chef de file par sa 
détermination à appuyer l'action 
positive. 



Historiquement, le personnel 
féminin à l'emploi du ministère a 
été sous- représenté dans nombre 
de secteurs, notamment au niveau 
des cadres. Depuis quelques 
années, la situation change 
lentement mais constamment. Au 
sein du ministère, des femmes 
occupent maintenant des emplois 
à tous les échelons et dans toutes 
les catégories. 

La formation et le 
développement du personnel 
féminin constituent une part 
importante du programme d'action 
positive. Grâce à des cours, des 
ateliers, à la rotation du personnel 
et aux affectations favorisant le 
développement, les femmes 
peuvent accroître leur compétence, 
ce qui les rend aptes à mieux 
rivaliser pour l'obtention de postes 
non traditionnels. En 1984-1985, 
80 femmes ont reçu une formation 
accélérée portant sur la 
progression des carrières. Sur ce 
nombre, 63 ont été préparées à 
occuper des emplois administratifs. 

Des journées de familiarisation 
ont eu lieu dans tout le ministère 
pour mieux faire connaître aux 
femmes oeuvrant au sein du 
ministère certains emplois et 
secteurs d'activité auxquels elles 
n'auraient peut-être jamais songé. 

Pour pouvoir progresser dans 
leur carrière, plusieurs femmes ont 
participé à divers ateliers 
d'orientation, notamment sur la 
planification des carnères, les 
habiletés à développer pour les 
entrevues et la rédaction d'un 
curriculum vitae. Le personnel 
masculin a également été invité à 
assister à ces ateliers. 

Les statistiques concernant 
l'embauche et l'avancement 
professionnel au sein du MRN au 
cours de l'année 1 984-1 985 
révèlent une tendance à la hausse 
en ce qui concerne les 
perspectives offertes aux femmes. 

Cent femmes ont été 
embauchées ou promues à des 
emplois classifies en 1 984-1 985. 
Vingt-quatre de ces emplois 
appartiennent à des secteurs où les 
femmes sont sous-représentées 
— superviseur de la gestion des 
terres, pathologiste forestier et 
agent de protection de la nature 



par exemple. En outre, les postes 
de sous-ministre et de directeur de 
la planification et de l'analyse de la 
gestion sont tous deux occupés, 
pour la première fois, par des 
femmes. 

Le programme d'action positive 
vise aussi à faire découvrir aux 
jeunes femmes les nombreuses 
possibilités de carrières non 
traditionnelles du MRN, 
particulièrement dans le domaine 
de la gestion des ressources. En 
1984-1985, le MRN a fait la 
révision d'une trousse d'information 
de l'action positive présentant des 
esquisses d'emplois. Ces trousses 
seront envoyées aux services 
d'orientation des écoles 
secondaires de l'Ontario; elles 
comprennent une affiche, une 
brochure de présentation et quatre 
profils d'emplois. 

Nous avons de bonnes idées 

En canalisant la créativité et 
l'ingéniosité du personnel, le MRN 
accroît son efficacité générale et 
souvent cela entraîne des 
économies d'argent. 

Au cours des six dernières 
années, le programme des 
suggestions des employés a valu 
au MRN cinq pnx d'excellence 
nationaux dans la catégorie des 
organismes gouvernementaux; ces 
distinctions ont été attribuées par 
une organisation américaine, la 
National Associations of 
Suggestion Systems. 

Lan passé, les employés du 
MRN ont soumis 87 suggestions 
de toutes sortes, allant de la remise 
de macarons distinctifs aux 
personnes méritantes pour inciter 
les campeurs à la propreté dans les 
parcs, à l'aménagement d'un 
châssis extérieur encastré dans la 
porte arrière des wagonnettes pour 
transporter des bombonnes de gaz 
sans danger. 

Il en est résulté des avantages 
concrets puisque le MRN a pu 
économiser environ 25 000 $ 
grâce aux suggestions reçues 
pendant l'année financière 
1984-1985. 



61 



Organigramme 



Ministère des Richesses 
naturelles, 1985 









5°: 

2 = 



OO 



ii 



)0 Ë 

il j 











JJ. 


irtΠ




2 


^i ^ 


i§ 1 


« 1 


^ 1 


8| ^ 


§5 


i ^ 










o 




Π


Π




5° 


Q 


Q 



IS 
5i 1 

il ^ 

8| 


i 

Il g 
o° i 

s 

z 

8 


< 

Q2 f 

s« 1 

P i 

18 ï 


fil 



OQ 



3£z 




U l 

85 -< 

go I 


DIRECTION DES OFFICES DE 

PROTECTION DE LA NATURE ET 

DE LA GESTION DES EAUX 

M.R.QWTM 


DIRECTION 

DE LAMÉNAGEMENT 

DU TERRITOIRE 

S.E. Yundt 


il ! 
i } 

§3 1 


M 

il 

CL UJ « 

Il b 

H 













o 












z 




S 






3 




^ i 


i . 


-jQ S 


< O 


o 1 




1 ' 


Z ^ 

o = 
o 


Π


Q d 

g * 

o 


o -i 












° 
































1 1 


O 




(_ 




Q 












h^ 


^o 

n 


{ 


3 

o 

§ 

z 
2 


1 


Z 

z 


1 


o 

z 
=) 

z 
Q 


1 

< 


o 

o 

z 


s 


= SURVEILLANC 
UTTE CONTRE 
NCENDIES 




-J 






D 


O 


c 


z 




o-'rn "^ 
























ë" 




o 




Q 
o 




"= 




o 




i^^ 


û: 




cr 




Π












u 

























62 



Organigramme des services régionaux 



Ministère des Richesses 
naturelles, 1985 









z 


t_ 
















oo 






Si s 








El 

Z(^ 


\ 








3o 




















S" 


^ 






i 



_ =S I _ =§ I 



t 




. 




























EUR RÉGIO 
GION DU 
DOUEST 




iH 


il! 


il 1 
si ^ 


S2 ^ 


si ! 


il ! 

o? I 


g = ^ * 




s* •< 


u.* S 




1° 




a* î 





























































55 
2k 


l 


5?R 


1 






G- 


> 




































T< 




3Q 


S 


'û° 


C 


Œ<3 




OΠ









3 


,_ 




O 








oo 




^2 


35E S 






<2 1 




^t 1 






S ° « 




Il 1 


coui s 




sg -^ 




59 _i 






ULIO 






o2 


bi 




5 





















ôz 


1 




•t 








C 






œœ 




5 





r3 



ô> S 



12 I 
UJOC 

53 



p 



































Il 1 


O - 
Ok Î 


o 

12 1 

Qï g 
os c 


5< 


^ 


si i 


[n 


fa. 1 

si ' 


















Q I 


o 



















m m 




















































Π2 


1 

X 


DIRECTEUR 
E LESLIE M FR 

DES 
SSES NATUREL 
Q.A. Hamilon 


il 


§ 

6 


5g 

£i 


b 
b 


ii 

58 


* 




1 


Si 

o< 


6 


Si 1 

tu i 


i 




5 


ô 




5 




^ 




5 




Ig 




5° 



^ 
































i 


! 


Scr 
5S 

Si 


1 


S5 

si 


< 

z 


|| 

ai 

il 


1 


S;? 


z 


si 

SB 


< 


5s 
si 


! 


si 
si 


1 

b 

















































èa 














































o 

































5< s 



l8 I 



55 

*5 



S5 I 



DIRECTEUR RÉGIONAL 

RÉGION DU 

CENTRE-NORD 

O.P. EWolt 




< 

S 

0|- » 


< 

z 
o 

.';!►- t 

i< * 

5 


y 

il! 

tu* < 

I 


So " 

I 


i§ 1 

si ^ 
5 


sg 1 
Si 1 
5" ' 


|| 1 

Si 

I •- 































,_ 


^ 


,_ 


^ 


^ 


^ 






















UR RÉGIO 
GION DU 
0-OUEST 




-- 1 

-*3 -i 


Il 1 


S| s 


if 1 


kl 

s§ . 


sS 
S5 * 


il f 

S2 " 


58 1 

Sx « 


m s 




5"* * 


s* ° 


it° ^ 


^0 =ï 


I 


ï b 


U. Œ •" 


u. 3 s 
luO 


a. 




ce 





































63 



État des revenus budgétaires 



pour l'année financière se terminant 
le 31 mars 1985 



Programme d'administration du ministère 

Remboursement des dépenses 

Autres 
Ventes et locations 
Recouvrement des dépenses des années précédentes 

Autres 

Total des revenus pour l'administration du ministère 



[en milliers de dollars) 

113$ 
1 152 
155 
56 



Programme des terres et des eaux 

Redevances 

Énergie hydraulique 

Sable et gravier 
Impôt foncier 
Droits et permis 
Remboursement des dépenses 

Gouvernement du Canada 

Autres 
Locations et ventes 
Ventes de terres de la Couronne 
Recouvrement des dépenses des années précédentes 

Total des revenus des terres et des eaux 



Programme de loisirs de plein air 

Remboursement des dépenses 

Gouvernement du Canada 

Autres 
Zones de loisirs 
Poisson et faune 
Ventes et locations 
Redevances 

Total des revenus de loisirs de plein air 



Programme de production des ressources 

Gestion minière 

Impôts sur les bénéfices 

Redevances 

Droits et permis 

Ventes et locations 
Gestion forestière 

Bois sur pied 

Terrains forestiers 

Produits forestiers 

Production des stocks 
Remboursement des dépenses 

Gouvernement du Canada 

Autres 
Ventes et locations 
Redevances 

Total des revenus de la production des ressources 



Programme Expérience du ministère 

Installations du Centre Frost 

Total pour le programme Expérience 



1476$ 



67 392 

1 055 
576 
951 

844 
392 

2 228 
1 545 

190 

75173$ 



360 

91 

8 038 

16 538 

867 

637 

26531$ 



64 518 

5711 

270 

1 225 

55 473 

3 890 

276 

634 

2 328 

46 
431 
287 

135089$ 



498 



498 



Total des revenus budgétaires 



238767$ 



64 



Etat des dépenses budgétaires 



pour l'année financière se terminant 
le 31 nriars 1985 



Programme de Vadministration du ministère 

Bureau principal 

Services financiers 

Service de fournitures et de bureau 

Service du personnel 

Service de l'information 

Service de développement des systèmes 

Services juridiques 

Service de vérification 

Administration des régions 

Total des dépenses pour l'administration du ministère 



(en milliers de dollars) 


9 375$ 


2 956 


4 739 


1 763 


4 053 


1 600 


1 152 


928 


31 602 



Total des dépenses pour les terres et les eaux 



Programme de loisirs de plein air 

Zones de loisirs 
Poisson et faune 

Total des dépenses pour les loisirs de plein air 



Programme de production des ressources 

Gestion minière 
Gestion forestière 

Total des dépenses pour la production des ressources 



Programme Expérience du ministère 

Jeunes forestiers 

Expérience 84 

Centre de ressources Leslie M. Frost 

Total des dépenses pour le programme Expérience 



58168$ 



Programme des terres et des eaux 

Offices de protection de la nature et de la gestion des eaux 
Centre de surveillance et de lutte contre les incendies 
Ressources supplémentaires pour la lutte contre les incendies 
Aménagement du territoire 
Accès aux ressources 
Levés et cartographie 



44 891 
36 742 

7 482 
16 735 

3517 
10 958 

120325$ 



31 581 
48 914 

80495$ 



26 146 
143 021 

169167$ 



5013 
3013 
1 334 

9360$ 



Total des dépenses budgétaires 



437 515$ 



65 



Organismes, conseils et commissions associés 




Un 



Planifions ensemble la 
gestion des ressources. 



'n certain nombre 
d'organismes, conseils et 
commissions qui s'occupent de la 
gestion des richesses naturelles de 
l'Ontario sont associés au 
ministère des Richesses naturelles. 

Les rapports avec le ministère 
varient d'un groupe à l'autre. 
Certains rapports sont sans 
caractère officiel et les liens avec le 
ministère se placent surtout au 
niveau de la coopération et des 
échanges d'information. D'autres 
sont plus directs lorsque le groupe 
a un lien financier ou administratif 
avec le ministère. 

Parmi les groupes ayant des 
rapports non officiels avec le MRN, 
citons la Société pour la 
conservation des sites naturels, 
l'Association des industries 
forestières de l'Ontario, la 
Fondation du patrimoine ontarien 
et Parcs Canada. En sa qualité de 
gardien des richesses naturelles de 
l'Ontario, le ministère maintient le 
contact avec ces divers groupes 
dans le but de stimuler les efforts 
de coopération et de favoriser une 
plus grande efficacité dans la 
gestion des ressources. 

Certains autres groupes sont 
administrés directement ou 
financés, totalement ou en partie, 
par le MRN. Les liens entre le 
ministère et ces groupes sont donc 
plus directs. 

Les organismes suivants 
présentent chacun un rapport 
annuel distinct: 

■ les 38 offices de protection de la 
nature de l'Ontario 

■ l'Office de foresterie de 
l'Algonquin 

■ le Conseil des parcs provinciaux 
Il est possible de se renseigner 

sur les activités de ces organismes 
au cours de l'année financière 
1 984-1 985 en consultant leurs 
rapports annuels respectifs. 
Les groupes mentionnés 
ci-après sont reliés 
administrativement ou financière- 
ment au MRN et ne rédigent pas 
de rapports annuels distincts. 



66 



Commissaire des mines et 
des terres 

Le Commissaire des mines et des 
terres exerce des fonctions 
administratives et judiciaires en 
vertu d'un certain nombre de lois 
régies par le ministère des 
Richesses naturelles. 

Au cours de l'année 1 984-1 985, 
le Commissaire a tenu 69 
audiences. De ce total, 53 
audiences et appels relevaient de la 
Loi sur les mines; ces audiences se 
sont tenues à Kenora, Red Lake, 
Kirkiand Lake, Sault-Sainte-Marie, 
Sudbury, Timmins, Thunder Bay et 
Toronto. Seize audiences et appels 
relevaient de la Loi sur les offices 
de protection de la nature; ces 
audiences se sont tenues à Ottawa, 
Timmins, London, Stratford, 
Peterborough, Chatham et 
Toronto. En 1984-1985, il n'y a eu 
ni audiences ni appels en vertu de 
la Loi sur l'enlèvement du sable, de 
la Loi sur l'aménagement des lacs 
et des rivières ou de la Loi de 
l'impôt sur l'exploitation minière. 

Commission provinciale 
d'examen 

Chaque année, le MRN nomme 
certains membres de son 
personnel à deux Commissions 
provinciales d'examen. Ces 
commissions rédigent les textes 
d'examens écrits et préparent les 
examens pratiques portant sur le 
mesurage du bois. Il leur incombe 
également d'adresser au ministre 
des Richesses naturelles des 
recommandations concernant la 
délivrance des permis provinciaux 
pour les mesureurs ayant réussi 
l'examen. 

Le mesurage est l'opération qui 
consiste à évaluer la quantité et la 
qualité du bois coupé afin de 
pouvoir déterminer son volume et 
la valeur du bois de coupe. 



En 1 984-1 985, il n'y a eu qu'une 
seule Commission provinciale 
d'examen en activité. Elle a fait 
passer les épreuves du permis de 
mesureur à 62 candidats. Le 
ministère des Richesses naturelles 
a remis un permis aux 46 
candidats ayant réussi l'examen. 

Commission des recours en 
matière de chasse et de 
pêche 

Cette commission se compose de 
cinq membres nommés par le 
lieutenant-gouverneur en conseil. 
Elle tient des audiences pour 
examiner les cas dans lesquels le 
ministère a rejeté une demande de 
permis de chasse ou de pêche 
commerciale. La commission 
entend la preuve, puis remet un 
résumé écrit et une liste de 
recommandations au ministre des 
Richesses naturelles, qui décide 
ensuite d'accorder ou non le 
permis en question. 

Commission ontarienne de 
toponymie 

Cette commission est officiellement 
chargée de garder, pour l'Ontario, 
une banque de dossiers contenant 
environ 200 000 toponymes. 
Jusqu'à présent, la moitié de ces 
noms ont reçu l'approbation 
officielle permettant au 
gouvernement de les utiliser sur les 
cartes, les plans, les index 
géographiques et autres 
publications officielles. La 
commission informe le ministre des 
Richesses naturelles des questions 
ayant trait aux toponymes, à la 
juridiction et aux lois qui les 
régissent. 

La commission a été créée à 
partir d'une loi de 1 968 et elle se 
compose de sept membres dont 
deux font partie du MRN (y 
compris l'arpenteur général de 
l'Ontario), les cinq autres provenant 
du secteur pnvé. 

Au cours de la dernière année 
financière, la commission a mis sur 
pied un programme destiné à 
enregistrer toutes les utilisations 



géographiques des toponymes 
amérindiens (Indiens de l'Amérique 
du Nord) en Ontario. En 
1 983-1 984, la commission a 
entrepris un programme semblable 
pour la toponymie francophone en 
Ontario. En 1 984-1 985, elle a créé 
un sous-comité chargé d'apporter 
son soutien aux travaux entrepris 
dans le cadre du programme de 
toponymie franco-ontarienne. Ces 
deux programmes sont financés 
par le service de nomenclature de 
la direction des levés et de la 
cartographie du MRN. 

Le secrétariat de la commission 
prépare les soumissions, traite les 
recommandations et s'occupe de 
la correspondance et des 
demandes de renseignements. Il 
rencontre également les 
organismes des autorités locales 
afin de résoudre les litiges. Le 
secrétariat s'occupe de tous les 
changements officiels de 
toponymes pour la province. 
L'arpenteur général de l'Ontario 
organise la représentation de la 
province aux réunions du Comité 
permanent canadien des noms 
géographiques. 

Comité des terres publiques 
agricoles 

Ce comité étudie toutes les 
demandes portant sur les terres 
publiques requises à des fins 
agricoles; il se compose de 
membres du personnel du MRN et 
du ministère de l'Agriculture et de 
l'Alimentation. 

Au cours de 1 984-1 985, le 
comité s'est occupé de six 
demandes, la plupart émanant 
d'agriculteurs désireux d'élargir les 
exploitations dont ils avaient la 
charge sur les terres de la 
Couronne, dans le Nord et dans le 
Nord-Ouest de l'Ontario. 



67 










i*f. 



i?4^ 



Ministre des Richesses naturelles 



Rapport annuel 1985 



'^^^^^■'^M 







I5L- 

1 


r=^ ■ 




^ 


■ri 


1 


f ^ 


1