Skip to main content

Full text of "Bulletin de statistique et de législation comparée"

See other formats


This is a digital copy of a book that was preserved for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that 's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book' s long journey from the 
publisher to a library and finally to y ou. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that y ou: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
any where in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 



at |http : //books . google . corn/ 



3 2044 097 750 657 





/ 



'^N 



y 






HARVARD LAW SCHOOL 
LIBRARY 




fn 



Digitized by VjOOQIC 



f BlBLiniHÈDiJE : 



m ^Digitized by 



GooeI( 



t f 



Digitized by VjOOQIC 



BULLETIN 

DE STATISTIQUE 



BT 



DE LÉGISLATION COMPARÉE. 



Digitized by VjOOQIC 



\\ 



Digitized by VjOOQIC 



i 



MINISTÈRE DES FINANCES. 



X BULLETIN "^ 



DE STATISTIQUE 



BT 



DE LÉGISLATION COMPARÉE. 



DOUZIÈME ANNÉE. 



TOME VINGT-TROISIÈME. 

(JANVIER X JUIN 1888.) 







PARIS. 
IMPRIMERIE NATIONALE. <^ 



\s^ 



— fé 

1888. 

'* Digitizedby Google 



Digitized by VjOOQIC 



J 

» 



BULLETIN DE STATISTIQUE 

ET 

DE LÉGISLATION COMPARÉE. 



C 






LES MINISTRES DES FINANCES 

DJBPUIS CENT ANS ^0. 




29 juillet 1789. 

39JmUct 1789. 

3o nov. 1 790. 
27 «vxâ 1791. 

39 mai 1791* 
2h, mars 179s. 

18 juin 179a* 

.>o juillet 179 a. 

10 aoât 179a. 

i3 juin 1793. 

i* avril 1794 
1 a g«niû.aR& aa ii). 

ô nov. 1795 
(U bniiB. as IV }. 

8 nov. 1798 
(17 bram. aaiv). 

févrie ri 796 

tao jafflct 1799 
1 llMnBÎdor an vii). 



Jacques Hockar. . . 
Clande^nillauiiie 



(continué dans sea fooctiona).. . . 



Anloine de Valdeo de Lecaart, maitredcs requêtes. 
Antoine de Valdao de Leaaait. « 



Louis Hardouin Tart>é , directeur des contributions 

député suppléant à la Législature 

i, commissaire de la comptabilité 

René La Boolx Dalavllla, premier commis de la Marine. . . 

Etienne Oavléra (rétabli por TAssembléc législative) 

Louis Pearbimpa-DeatooTnénea , membre du Conseil général de 



la commune de Paris. 
QavKmitxwi dite des JuuincBS , pais des revenus nationaux. 

Martin•Micbel-Ch^r]es Gandin, commissaire de la trésorerie 
nationale ( non acceptant) 

GuiDaume-Cbailes Faypoolt, chef de bureau au Comité du 
sdut puiJic • 

Jacques RunéldeMogaret, membre du Conseil des Cinq-Cents 

Jean-Baptbte-Robert Undat, ancien membre du Comit(^ du 
salut public 



Premier ministre 
des finances. 

Contrôleur général 
des finances. 

Idem. 

Ministre des cuii tribu- 
tiens et revenus jinblici». 

Idem. 

Idem, 

Idem. 

Idtm. 

Idem. 

Idem. 



Ministre des finances. 

Idem. 
Idem, 

Idem. 



i' (0 La Ikte complète des sarintendanU, coiitjroleurs généraux, directeurs, ministres, etc.. 
préposas à rordonaancemeDt des finances depuis François r, a été publiée dans le BalleUn de 
.^/^uvier 1887. 



DULL. DE STAT. 



'^ /■ i y 



Digiffzed^ Google 



^ 2 ^ 



DATES 



HOMIlfATIOXS. 



lo nov. 1799 
(19 brom. anTiii). 



3 avril 181/i. 



ao mars i8i5. 

9 juillet 181 5. 
26 sept. 181 5. 

7 d4c. 1818. 
39 dëc. 1818. 
19 nov. 1819. 
là dëc i8ai. 
4 janvier 1828. 

8 août 1829. 

19 mai i83o. 
29 joiflet i83o. 

l'août iS3o. 

II août i83o. 

2 nov. i83o. 

i3 mars i83i. 

Kl octobre i832. 

10 nov. i8H' 
18 nov. i834. 

18 janvier i836. 
2 août i836. 

6 sept. )836. 
i5 avril 1837. 
3i mars 1839. 

i3 mai 1839. 
1" mars i84o. 



NOMS. 



Martin>Michd-Charies Gaudin, ancien commissaire de la Tré- 
sorerie nationale 



François Barbé-Marboia , ministre du Trésor. (27 septem 

bre i8oi.) 

Nicolas-François MoIlleD, ministre du Trésor. ( 97 janvier 

1806.) 

Joseph-Dominique, baron Louis, ancien conseiller d*£tat.. . 



Martio-Michel-Gharies Oaodfn, èae de CMKâ 

- l\iianiasJ's«nyiis, o—ite ■•BlMi» minitlf «ht TiiHQr« 

(20 mars i8i5.) 

Joseph-Dominique , baron Loois « 

Louis-Emmanud, comte Corvatto , conseiller d*Etat 

Antoine Roy, député 1 • • • • 

Joseph-Dominique, baron Loolc, député 

Antoine Roy, ministre d*État et député 

Jean-Baptifto-SémpliÎDJofsph , ounte da WMl* , députée •• . 
Antoine, comte Roy, pair de France 



ChristopheJean-André, comte de Chabrol de Groosol, pair de 
France 



Guillaume-Isidore» baron da Montbel , ministre de l'intérieur, 

Casimir Pérlar, député 

Joseph-Dominique, baron Loula , député 

Joscph-Dominiqne, baron Louis, député 

Jacques Laffitte, membre du Conseil des ministres 

Joseph- Dominique, baron Louis, député 

JeQn*Georg;es Bnnann , député 1 . > » • • 

Hippolyte Paisy, député • . . . . 

Jean-Georges Humann. . • , 

Antoine-ManrJce-ApoUinairc , comte d'Argont , pair de France. 
Hîppolyte Passy, ministre du commerce 



TITRES. 



Ministre des finances. 



Commissaire provisoire 

pour les finances, 

le Trésor, les manu&c- 

tures et le commerce, 

Ministre des finances. 



Idem, 



Chariea-Marie-Tannegny, comte Dnofafttal, député 

Jean-Pierre- Joseph Lacava^Japlaona , député 

Jean-ÉHe CMattar, pair de FBance • • . • 

Hippolyte Paasy, président de la Chambre des députés 

Privât- Joseph-Gbaràmond» comte Falat (de laLosère), pair 
de Pnnce # 



Idem, 
Idêm. 
U»m. 
Idem, 

/d«m. 

Idem, 

Commisiaire provisoire. 

Ministre Ae» finances. 

fdem. 

Idem, 

Idem, 

Idemn 

Idem, 

Idem. 

Chargé par inUrim du 
Blinistèredes finances. 

Ministre des finances. 

idm. 



Idem, 
Ideau 



Digitized by VjOOQIC 






DATES 



loanATiois. 



19 octobre iSiio. 

aS avril iSki. 

9 mai 1847* 
ià férner i8d8. 

5 mars 1868. 

11 mai i848. 

38 juin i848. 

.) octobre i848. 

ao déc. i848. 

3i octobre i849< 

a4janv. i85i. 

10 aTTÎl i85i. 
16 octobre i85i. 

aG octobre i85i. 

i3 nov. 18S1. 

3 dcc i85i. 
a a janv. 1863. 
3 février i855. 

a6 nov. 1860. 



i4 nov. x86i. 
30 janv. 1867. 

i3 nov. 1867. 

a janv. 1870. 
i4 avril 1870. 

9 août 1870. 

4 lepL 1870. 
a 5 février 1871. 



NOMS. 



Jean«Georges Bunann, pair de France. 

Jean*Pi6rre-Jo<eph 1 

Piene-Sylvain Dnmon, nuoistre des travaux publics • 

MicM< 



Louis-Antoine Ckumier-Pagès , membre du Gouvernement pro- 
visoire 



TITRES. 



Chailes-Tliéodore-Eugène Dnolero, représentant du peuple. 

Michel OoQddurax , représentant du peuple. 

Ariste Trouvé-Ghanvel , préfet de la Seine 

Hippolyte Paaay, membre de rinatitut .*»> 

Achille Foold, représentant du peuple. < 



Charles-Gabriel Le Bègue» comte de Oermtny, receveur géné- 
ral des finances 



Achille Feidd, re p ré s entant du peuple. 

Antoine-Pfaîfippe-Léon Mondai , inspecteur génénd des finances 
(non acceptant) * 

Louia-Félix-Étiennc, marquis Tingot, ministre des affaires 
étrangères 



François-Xavier da Caaabianca , ministre de ragricuhure et du 
commerce * • 



Achille Fonld , représentant du peuple 

Jean-Martial Binean, ministre des travaux publics 

Pierre Magna, ministre de Fagriculture, du commerce et des 
travaux publics 



Jean>Louis- Victor- Adolphe de Poroade de la Roquette , directeur 
général des douanes et des contributions indirectes 

Achille Ponld, membre du Conseil privé 

Eugène Ronhar, ministre d'Etat • 



Pierre Magne . sénateur, membre du Conseil privé 

Loms<Joseph Bullbt, député 

Emile- Alexis Segrls, ministre de Tinstruction publique. . . 

Pierre Magne , sénateur. 

Ernest Ploard, député 

Augustin-Thomas Ponyer-Quartier , membre de TAssemblée 
nalionaici 



Ministre des finances. 

Idem. 

Idem, 

Ministre provisoire. 

Ministre des finances. 
Idem. 
Idem. 
Idem. 
Idem. 
Idem. 

Idem. 
Idem. 

Idem, 



Charge de l'intérim du 
Ministère des finances. 



Ministre des finances. 
Idem. 

Idem. 

V 

Idem, 

Idem, 

Idem. 

Minisire d'Élat 
et des fiiiuuccs. 

Ministre des finances. 

Idem, 

Idem, 

Idem. 

Idem. 

Idem. 



Digitized by VjOOQIC 



— 4 — 



DATES 
des 

HOIIIMATIOIS. 



5 mars 1872. 

a3 avril 187a. 
17 août 187a. 

7 dëc. 187a. 

a 5 mai 1873.' 
20 juillet 187 A. 
10 mars 1875. 
17 mai 1877. 
a3 nov. 1877. 
là dëc. 1877. 

29 dëc. 1879. 
là nov. 1881. 

3o janvier 188a. 

7 août 188a. 
a a février i883. 

6 avril i885. 

16 avril i885. 

11, dëc. 1886. 

30 mai 1887. 
J2 dëc. 1887. 




NOMS. 



Marc-Tliomas-Eugène de Oonlard , membre de TAssemblëc na- 
tionale , ministre de Fagricnlture et du commerce 



Marc-Thomas-Eugène de Oonkord 

Pierre-Edmond TelBcereno de Bort, ministre de l'agricnltare et 
du commerce 



Léon 8ay, membre de rAssemblée nationale, prëfet de la 
Seine , 



Pierre Magne, membre de TAssemblée nationale 

Pierre Matliiea-Bodet, membre de TAsscmblëc nationale.. 

Léon Say, membre de rAssemblce nationale 

Eugène Gaillauz, sénateur 

François-Ernest GoUant-Dutilleal , ancien député 

Léon Say, sénateur 

Josepb Magnia, sénateur. 

François-Henri-i\ené Alialii<Jr8roé, député 

Léon Say, sénateur. 

Pierre-Emmanuel nrard , député 

Pierre-Emmanuel TIraM, député 

Jean-Jules CDanageran, sénateur. 

Marie-François ftadi Camot, député 

Albert Dauphin, sénateur 

Mariée Rouvler, député 

Pierre-Emmanuel Tirard , sénateur 



TITRES. 



Chacgié de l'intérim do 
Ministère des finances. 

Ministre des finances. 



Chargé de l'intérim du 
Ministère des finances. 



Ministre des finances. 
I<Um, 
Idem. 
Idem. 
Idem. 
Idem. 
Idem. 
Idem. 
Idem. 
Idem. 
Idem. 
Idem. 
Idem. 
Idem. 
Idem. 
Idem. 
Idem. 



Digitized by VjOOQIC 



— 5 — 
LES VARIATIONS DE LA LIVRE TOURNOIS 

sous L ANCIEN RÉGIME. 

La conversion des anciennes monnaies en monnaie actuelle peut se con- 
cevoir et s'efiTectuer d.e deux manières différentes. On peut se demander 
combien la quantité d'or ou d'ai|;ent qui représentait 1,000 ou 10,000 livres 
tournois à telle ou telle date représente aujourd'hui de francs. On peut 
aussi, en tenant compte de la variation des prix, se demander combien de 
francs il faudrait avoir aujourd'hui pour être aussi riche qu'on l'était, à 
répoqoe considérée^ avec 1,000 ou 10,000 livres tournois. 

De ces deux problèmes, le premier est le seul que nous entendions abor- 
der ici. Quoique plus simple que l'autre, il comporte déjà de laborieux cal- 
culs. Le poids, le titre et le cours des espèces changeaient si souvent sous 
l'ancien i^gime que la livre tournois ^^"^ a pu correspondre tour à tour à des 
poids de métal extrêmement différents. Ce sont ces variations que M. Natalis 
de Wailly a consignées dans les tables de conversion qui font suite à son 
Mémoire sur les variations de la livre tournois depuis le règne de saint Louis 
jusqu'à Fétahlissement de la monnaie décimale. Ce travail , dévenu pour ainsi 
dire classique, date de plus de trente ans. Il avait été inséré dans lé tome XXI 
( 2^ partie) des Mémoires de l'Académie des inscriptions et helles-lettres et le tirage 
à part qui en fut fait en iSSy est depuis longtemps épuisé. Le mémoire de 
M. de Wailly est d'ailleurs une œuvre très touffue, trop touffue au gré de 
ceux qui n'en veulent connaître que les conclusions. Ses tables mêmes sont 
plus compliquées que de raison. Pour ne parler que de celles qui expriment 
en francs et centimes la valeur intrinsèque de la livre, du sol (20* partie 
de la livre) et du denier (12' partie du sol) aux différentes époques, il en 
donne quatre : valeurs déduites du pied de l'or; valeurs déduites du pied de 
Vargent; valeurs moyennes déduites du cours légal de for combiné avec le 
cours légal de l'argent; enfin valeurs moyennes déduites du cours volon- 
taire de l'or combiné avec le cours légal de l'aident. 

La troisième de ces tables est celle dont fusage parait devoir être 
reconamandé daqs. la plupart des cas. Mais elle comporte elle-n^éme » pour 
Tusage courant, de notables simplifications, et c'est en la réduisant à ses 
éléments essentiels que nous la reproduisons ci-après (page 7). Non seu- 
lement nous éliminons trois colonnes sur sept; mais nous y réduisons aussi 
de sept à deux le nombre des décimales. L'auteur n'avait pas tardé à recon- 
naître qu'il était au moins superflu de pousser, comme il l'avait fait, 
jusqu'aux dix-millionièmes de centimes des calculs qui, en fait, et pour plu- 
sieurs raisons, ne peuvent être qu'approximatifs. 

Les variations enregistrées par M. de Wailly dans la table que nous lui 
empruntons en la simplifiant sont au nombre de 869, depuis 1268 jus- 
qu'à 1793. Sous certains règnes, on y voit la valeur de la livre tournois 
varier incessamment. Elle change 4 fois en iSoA^ 6 fois en i35i, 9 fois en 



(1) 



La livre parisis était supérieure d*uD quart, comme valeur, à la livre tournois» 



Digitized by VjOOQIC 



— 6 — 

i355, 16 fois en iSôg,. . . . 26 fois en 1720. Et ilne s'agit pas là de mou- 
vements infinitésimaux: en 1 3 69 les valeurs successives de la livre vont de 
7 fr. 91 cent, à 3 fr. àg cent.; en 1720, elles vont de 88 centimes à 4i 1/2. 

A ces époques d'anarchie monétaire, les décisions arbitraires que le pou- 
voir central prodiguait ainsi ne réglaient guère que les opérations où le 
Trésor lui-même avait à intervenir, et les conditions nouvelles qu il impo- 
sait, suivant les besoins du moment, à ses créanciers ou à ses .débiteurs, 
n exerçaient sur le reste du marché français qu'une influence très relative. 
Lorsqu'au contraire le régime des monnaies restait invariable pendant 
cinq ans , dix ans , vingt ans. ... le pays tout entier devait peu à peu s'y con- 
former, et c'est surtout pour ces périodes exceptionnelles que les calculs 
théoriques] basés sur les stipulations des ordonnances royales représentent 
fidèlement l'état réel des choses. 

Ces considérations nous ont conduit à détaciier encore de la table com- 
plète des variations de la livre tournois la série des valeuis applicables à 
un certain nombre d'années successives. NoUs avons obtenu de la sorte un 
tableau abr^ auquel nous donnons à la fois la forme numérique et la 
forme graphique ^^) et qui, malgré la discontinuité des déments dont il se 
compose, traduit peut-être plus fiddement que les tables détaillées de M. de 
Wailly l'histoire commerciade de la livre tournois. 

I. — VaLEDBS de la LIVHB TODRNOIS aux £pOQtTB5 oh SLLfe A LE MOCVS VAKié* 



PÉRIODES. 


VALEUR 
m ti sttw. ♦ 


PÉRIODES. 


VALEUR 

M LA UfHK, 


135S-1378. *, 


fr. e. , 

20 26 
20 U 
18 32 
10 82 

9 88 

9 81 

9 78 

6 74 

6 28 

7 12 
7 01 
6 98 
6 02 
5 57 
5 47 
4 73 


i533~i54i 


fr. e. 

4 38 
4 24 
4 06 
3 70 
s 15 
2 92 

2 70 

3 02 
1 98 
1 94 
1 88 
152 
1 25 
1 02 
9d 


1378-1306 


1 543-1 54q 


i33o-i337. 


i55o— i56i , 


i36o-i369 


i56i-i668 


iSSo— iSqA 


1S80— l6â9 . . . 


iSgÂ-iâoS 


1601— i€i5. 


i4o5-*i6ii • *'* 


161 5^1 63a... •-.^- 


léiS—i^iy** » 


i636-iSAA . 


1457-1^48 


i6Âi— ifiBa.^ . 


iii5o^i456 


i656-i666.. .. 


1456-1465 


1666-1606 


i465— 1^71 




1475-1487 




1488-1493 


1726— 1'785 


i493-i5i3 


nRS— 1 "ïftR 


i53i-i533 







(») Ponr ne pas trop réduire TécLdle du tableau graphique, on ne Fa fait remonter que 
jusqu'au xrr* siède. 



Digitized by VjOOQIC 




Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 






II. — VaBUTIONS SUCCBSSITSS de la tlTlUE TOURNOIS BT DE SES ftUBDITISIONS. 



m 



DATE INITIALE 

an 

eons «nm.vAaé 

dm pri*eip*lM espaces 



VALEUR MOYENNE 
aola 

MOmiAIJI TOim«OI5 

da (onn léffal de l'or combine 

av«c l0 conn légnl 

de l'aifent. 



Dsjiier 
toumois. 



litf» 


Sol 


tonrnoia. 


tournois. 


fr. e. 


fr. e. 


30 26 


1 01 32 


20 11 


1 00 53 


16 72 


83 62 


1/1 95 


74 75 


Ik 3ft 


71 70 


13 78 


68 90 


12 55 


62 76 


11 92 


59 58 


10 66 


53 28 


10 19 


50 97 


9 26 


46 29 


8 28 


41 40 


6 97 


34 86 


6 83 


34 16 


6 72 


33 60 


6 70 


33 52 


6 5ft 


32 68 


6 46 


32 28 


6 15 


30 76 


17 64 


88 19 


17 74 


88 72 


15 58 


77 92 


13 66 


68 30 


18 37 


91 87 


20 26 


1 01 32 


14 56 


72 79 


14 09 


70 43 


13 40 


67 00 


11 6^ 


58 12 


8 43 


42 17 


9 12 


45 62 


12 21 


61 07 


18 32 


91 61 


13 52 


67 58 


11 02 


55 11 


9 83 


49 17 


8 11 


40 55 


6 76 


33 79 


6 60 


32 98 


5 79 


28 93 


5 48 


27 39 


5 07 


25 37 


4 07 


20 37 


6 33 


31 63 


16 22 


81 10 


14 96 


74 83 


8 23 


41 16 


12 61 


63 08 


11 68 


58 42 


10 60 


53 01 



DATE INITIALE 
do 

covis •nuruAié 
de» principales espèces 

u of et Q nveBvÉ 



VALEUR MOYENNE 
delà 

aORHAIB Touaxou 

déduite 

du éoon légal de l'or combina 

avec ie cours légal 

de Taigent. 



Ltrre 


Sol 


tournois. 


tournois. 


fr. c. 


c. 


10 27 


51 37 


10 46 


52 32 


8 31 


41 54 


11 53 


57 67 


10 09 


50 43 


8 27 


41 33 


7 58 


37 92 


7 45 


37 27 


7 32 


36 61 


6 34 


31 72 


8 11 


40 56 


11 19 


55 97 


10 33 


51 65 


9 90 


49 50 


9 36 


46 81 


11 69 


58 47 


10 92 


54 59 


8 98 


44 90 


7 96 


39 79 


7 42 


37 10 


13 59 


67 96 


9 62 


48 10 


8 99 


44 94 


8 55 


42 76 


8 03 


40 13 


7 85 


39 23 


7 70 


38 51 


7 45 


37 23 


7 27 


36 36 


10 72 


53 58 


8 99 


44 U 


8 56 


42 70 


8 13 


40 65 


7 50 


37 48 


7 06 


35 30 


9 04 


45 20 


6 57 


32 85 


6 18 


30 92 


5 88 


29 42 


5 56 


27 82 


8 28 


41 hO 


7 35 


36 74 


6 77 


33 85 


7 91 


39 56 


7 63 


38 13 


6 98 


34 89 


6 55 


32 75 


6 26 


31 30 


6 26 


31 32 


5 75 


28 73 



ia58 

1278 décembre... 

lagS avril 

1396 mû 

1396 dtombre... 
1297 juillet. 

1398 mai 

1399 juin. 

1199 octobre 

i3o3 avnli 

i3o3 août 

i3o3 février. 

i3o3 août 

i3o4 mai. 

i3o4 joua 

i3o4 septembre. . . 
i3oA décembre . .. 

i3o5 man 

i3o5 avril 

i3o6 octobre 

i3o8 atrS 

i3io août 

i3ii janvier 

i3i3 septembre i5 

i3i€ anil 

i3i8mars 

i333 mai 

i33a octobre 

i336 février 

i336 juillet 

i339 décembre à,» 
1839 décembre sS. 

i33o avril 

i337 février 

i338 novembre... 

1339 jnin « 

i34o février 

i34o avril t 

i3do maL • 

iZhi févriers. ... 
i3ài février i3... 

i3^i août 

i3â2 juillet 

i3â3 septembre. . . 
i343 octobre 38 . . 
i346 avril 37 ... . 
i347 février a4. .. 
iS48 janvier 6.... 
i348 août a3. . . . * 
i348 décembre 18. 



8 44 
8 38 
6 97 



4 44 



2 80 
2 79 



6 49 

5 69 

7 66 

8 44 

6 07 
87 
58 
84 
51 
80 
09 
63 
63 
59 
10 
à8 
82 

2 75 
2 41 
2 28 
2 11 

1 70 

2 64 
6 76 
6 24 

3 43 
5 26 

4 87 
4 42 



349 janvier i5... . 
.349 mars 11 

349 mai 6 

350 avril 13 

3&0 août 31 

35i mars 19 

.35i mai i4 

35i juin 4 

35i juin i3 

35i août 16 

,35i septembre 33. 
353 janvier 3 3-33. 
353 juillet 33 ... . 
353 novembre 34 . 

i353 avril 30 

353 octobre 5 

353 novembre 9 . . 

354 mars 13 

354 avril 8 

354 mai 17 

354 novembre i4 . 

355 janvier 17-34. 

355 man 30 

355 mai 33 

355jmllet 11 

355 août 17 

355 septembre 37. 
355 octobre 37 . . . 

355 novembre 9 . . 
i355 décembre 3o.. 

356 juillet 36.... 

356 août 3 

356 septembre i3. 
,356 novembre 35 . 

357 janvier 35. ... 

357 mars 13 

358 janvier as. .. . 
i358 mai 7 

358 juillet 1 

358 août 5 

3S8août 33 

.358 octobre 3o. . . 

358 novembre 16 . 

359 février 31. . . . 
.359 février 35. . . . 

359 avril i5 

359 avril 38 

359 mai 6 

359 mai 35 

359 juin 3 



4 28 
4 36 
3 46 
81 
20 
44 
16 
10 
05 
64 
38 
66 
30 
12 
90 
87 
55 
74 
31 
09 
66 
01 
74 



3 56 



34 

2^ 

21 

10 

03 

46 

74 

57 

30 

lÙ 

9/i 

11 

74 

2 58 

2 â5 

2 32 

45 

06 

82 

30 

18 

91 

73 

2 61 

2 61 

2 39 



Digitized by VjOOQIC 






DATE INITIALE 

da 

COVM BimiLTAirÉ 

dos prÎDcipalM ospècf» 
d'or et d*oi^Dt. 



VALEUR MOYENNE 
de la 

MOKXAII TOVRVOII 

droite 

du coun \6gû[ do l'or combiné 

avec le conn légal 

de l'argent. 



Denier 
lonmois, 



Livre 


Sol 


tonmoii. 


tonmols. 


fr. c. 


e. 


5 50 


27 49 


5 31 


26 56 


5 10 


25 /i9 


'l 88 


2/i kl 


Il 71 


23 56 


k 60 


22 99 


h kC 


22 28 


Il 00 


20 lil 


3 -3 


IH 67 


3 50 


17 48 


3 ft5 


17 24 


3 36 


16 81 


3 28 


16 38 


3 23 


16 13 


5 17 


55 86 


ti 63 


23 1/1 


/i 3/1 


21 68 


h 09 


20 h3 


6 96 


3/i 81 


6 5/1 


32 69 


10 


30 52 


5 85 


20 25 


5 68 


28 40 


7 90 


30 81 


7 17 


35 86 


10 92 


54 62 


10 82 


54 08 


10 70 


53 48 


10 73 


53 63 


10 83 


54 15 


10 73 


53 63 


10 83 


54 16 


10 73 


53 63 


10 83 


54 16 


10 73 


53 63 


10 80 


54 00 


10 71 


53 55 


10 73 


53 63 


10 82 


54 08 


10 39 


51 94 


10 25 


51 26 


10 19 


50 93 


9 88 


49 39 


9 81 


49 06 


9 fik 


47 19 


9 78 


48 91 


18 


45 92 


8 9/1 


44 68 


9 30 


46 51 


29 


46 47 



DATE INITIALE 
da 

G0UB8 BUroLTAR^ 

dei prineipalea ttpèccs 
d'or et d'argent. 



VALEUR MOYENNE 
aela 

M0XI4U Toomxois 

dédoite 

lu eoors légal de l'or combiné 

avaf le court légal 

de l'argent. 



LÎTre 


Sol 


toomois. 


toomoU. 


fr. e. 


c. 


6 74 


33 71 


5 69 


28 45 


3 57 


17 85 


3 73 


18 63 


3 68 


■ 18 /iO 


3 46 


17 ^0 


3 01 


15 05 


8 77 


4â 87 


7 44 


37 n 


7 44 


37 n 


7 47 


37 33 


S H 


40 55 


7 18 


35 01 


8 42 


42 00 


8 66 


43 30 


8 75 


43 74 


8 01 


40 06 


7 77 


38 85 


8 86 


44 32 


7 76 


38 78 


7 79 


38 07 


7 77 


38 85 


7 12 


35 59 


6 68 


33 42 


5 76 


28 78 


5 51 


27 57 


8 50 


42 40 


7 97 


39 85 


9 16 


45 80 


7 25 


36 23 


6 92 


34 50 


7 37 


36 85 


8 23 


41 17 


8 62 


43 11 


5 84 


29 20 


6 45 


•32 25 


6 00 


•20 08 


.5 76 


• -28 82 


5 64 


28 21 


5 49 


27 44 


3 95 


19 76 


9 22 


46 00 


9 03 


45 17 


8 23 


41 17 


7 07 


35 38 


6 11 


30 56 


7 35 


36 75 


7 28 


36 40 


8 42 


42 09 


8 42 


42 09 



359 juin 7 , 

359 juillet 8 

359 juillet 27. . . . . 
359 septembre 7. . . 
359 octobre a. . . 
359 octobre 18. . . 
359 novembre aa.. 
3&9 décembre a.. ., 

359 décembre 3i.. 
,36o janvier ai.. . . 

360 février 10. ... 

36o février aa. . . . 

36o février a8. . . . 

36o mars i5 

,36o mars 37 

,36o avril aS 

.36o mai a 

36o mai 26 

36omai a8. ..... 

36o juin a7 

Idem 

36o août 6 

36oaoût8 

36o août 3o 

,36o octobre i5. . . 

36o décembre 5.. . 
.360 avril ao-aa. . . 
L369août3 

37a avril 7 

373 octobre i3. . • 
,374 juin 

^'jà août 10 

375 octobre i5... 

37S juillet a8 

378 août 19 

,379 décembre a a. . 

38i avril ]6 

383 décembre 5 . . 

384 novembre aa. 

385 mars 18 

388 février a9. .. . 
388 septembre a6. 
1389 octobre 3o. .. 

394 juillet 29. ... 

4o5 avril 39 

4o5août 8 

i4ii octobre ao. . . 

An novembre a. . 

Ai3 juin 7.,.-. .. . 

4i3 novembre i3. 



2 29 
2 21 
2 12 
2 03 
1 96 
1 92 
1 86 
1 71 
1 56 
1 40 
1 44 
1 40 
1 36 

1 3'1 

2 15 
1 03 
1 81 

1 70 
90 
72 
54 
44 
37 
32 

2 90 
4 55 
4 



4 47 
4 51 
4 33 
4 27 
4 24 
4 12 
4 09 

3 93 

4 08 

5 83 
3 72 
5 88 
3 87 



/il 7 mai 10 

^17 octobre ai. . . . 

419 mars 7 

419 juin 18 

419 octobre aâ. . .. 

4ao février aC 

4ao mai 6 

421 août 11 

42a octobre 3o. . .. 

430 janvier ao 

^a3 mai aa 

433 décembre ai.. . 

434 janvier 28 

4a4 février 8 

434 mars 10 

434 août 23 

424 septembre a . . . 

4 20 mars 17 

4a5 juin 19 

âaS août 17 

426 jaxi>îcr 3.H. . . . 

436 mars 16 

426 mai 28 

426 août 20 

4a6 septembre 11. . 

426 novembre 19. . 

427 janvier 11-17. . 

4a7 mars 19 

4a7 mai 37 

4a7 juillet 19 

437 août 30-28. . . . 

427 octobre i5 

428 février 3 

428 février 21 

428 juillet 3i 

4a8 octobre a6. ... 

429 janvier 24 

429 mars 2 

429 avril 

429 mai 4 

4a9 juin 10-17. . .. 
4a 9 novembre 5- 1 4 « 

429 décembre 7.. . . 
4 3o janvier 16. . . 

430 mars 20. . . . . 

43o juillet 7 

43o novembre 9 . . 

430 décembre 2a.. 

43 1 avril 5 

43i mai 3o. .. .* . 



Digitized by VjOOQIC 



— 9 



DATE INITIALE 

a« 

COOU SIMVLTÀli 
d'or «t (l'argt&t. 



VALEUR MOYENNE 

■OirXAII TOUKROIS 

il^daito 

du tom légal de Tor «om^iD^ 

avee le coon légal 

da l'argent. 



Denier 
toumoia. 



Litre 


Sol 


toaroois. 


toamoit. 


fr. c. 


c. 


7 18 


35 88 


8 k^ 


42 09 


1 77 


38 85 


7 12 


35 61 


7 77 


38 85 


8 (kO 


42 02 


7 77 


38 83 


52 


32 02 


7 97 


39 85 


6 28 


31 41 


7 18 


35 92 


7 12 


35 58 


7 01 


35 06 


6 08 


34 89 


6 92 


34 60 


6 80 


34 00 


6 28 


31 41 


6 31 


31 57 


6 2'i 


31 18 


6 02 


30 12 


5 71 


28 56 


5 57 


27 85 


5 47 


27 36 


5 18 


25 89 


k 88 


29 40 


5 18 


25 89 


k 79 


23 94 


k 82 


24 09 


k 73 


23 66 


h 38 


21 64 


& 30 


21 49 


^ 2^1 


21 22 


4 2/1 


31 19 


k 06 


20 32 


3 79 


18 95 


3 70 


18 52 


3 66 


18 32 


3 63 


18 13 


3 70 


18 52 


3 56 


17 80 


3 /i2 


17 00 


3 U 


15 70 


3 15 


15 74 


2 88 


14 42 


3 15 


15 74 


3 15 


15 73 


2 92 


14 61 


2 70 


13 48 


2 60 


13 02 


2 56 


12 78 



DATE INITIALE 
da 

des priacipales etpicea 
d*flr et d'«yg«nt. 



91 



VALEUR MOYENNE 
delà 

MORlfAIB TOmiOIS 

dMvito 

da cou» l^el de }*or combiné 

•vee le eoore légtl 

de l'argent. 



Urre 


Sol 


tonrftob. 


tonnoia. 


fr. c. 


e. 


2 51 


12 54 


2 40 


12 00 


2 02 


. 10 12 


2 02 


10 09 


1 98 


9 89 


1 80 


8 99 


1 67 


8 35 


1 72 


8 60 


1 80 


8 99 


1 88 


9 42 


1 98 


9 89 


1 80 


8 t»9 


l 80 


9 02 


1 94 


9 68 


1 88 


9 41 


1 84 


9 21 


1 86 


9 31 


1 83 


9 17 


1 68 


8 42 


1 71 


8 57 


l 75 


8 73 


1 78 


8 99 


1 81 


9 06 


1 52 


7 62 


1 55 


7 74 


1 57 


7 87 


1 60 


. 8 00 


1 63 


8 13 


1 65 


. 8 27 


1 68 


. .8 42 


1 73 


. .8 66 


1 67 


8 33 


1 60 


» 08 


1 49 


7 41 


1 52 


7 58 


1 55 


7 76 


1 58 


7 88 


1 59 


7 94 


1 60 


8 02 


1 63 


8 15 


1 66 


8 30 


1 40 


6 98 


1 42 


7 08 


1 44 


7 19 


1 46 


7 30 


1 48 


7 41 


1 52 


7 58 


1 55 


7 76 


1 58 


7 88 


1 59 


7 96 



Donier 
tonmois, 



à3i septembre 27 

433 février 9 

433 mars a4 

633 août 33 

433 décembre 3i. 
àH maia8 

435 septembre a» . . 
A55 octobre l'i.. . 

436 février ai... 

437 novembre 2a-»7 

448 janvier 10 

45o mai 18. 

456jaia 36 

465]aaiet 

471 janvier h 

473 mart 13 

473 décembre a8.. . 

474 janvier 8 

474 mars 3o 

475 novembre a.. . . 

487jtt31et 3o 

488 avril a4 

493 août 31 

5i3 avril 6 

616 novembre a7. . 

5i7 mai 35 

519 juin 10 

519 août 18 

621 septambre ac. . 

S33 mars 5 

54i mars 19 

543 juillet aS 

«49 OdOBR 35* • . . 

55o janvier 23 

56i août 3o 

568 août 11 

569 novembre 33. . . 

570 août 3o 

572JuiHeti*' 

573 juin 9 

674 septembre 22. . 

575 mai 3i 

575 juin 17 

577 jnin i5 

877 novembre 20 . . 
58o octobre 17. ... 

602 septembre 

6i5 fiévrier 5 

63o février 

63i août 



00 

51 

24 

97 

24 

50 

24 

72 

3 32 

2 62 

2 99 

2 96 

2 92 

2 91 



88 

83 

62 

63 

60 

51 

38 

32 

2 28 

2 16 

2 03 

2 16 

2 00 

2 01 

1 97 

1 80 

1 79 

1 77 

1 77 

l 69 



1 06 



633 juillet 

636 mars 5 

636 jnin aS 

640 avril 3 

64 1 novembre 18.. 

652 avril 4 

653 mars 8 

653 jvin 3o.. . .. . 

653 septembre 3o . 

653 déœmbre 3i.. 

654 avril i" 

655 décembre a 3.. 

656.... 

C 66 janvier 1*'... . 
666 septembre 10. 

686 jmllet 39 

687 octobre 37.. . . 

689 décembre 10. . 

690 janvier 1". . . . 

69a août 1*'. 

693 janvier i".. . . 
693 juillet i". ... 

693 août 1" 

693 octobre i"... 

00 janvier 1".. . . 
00 février 1". . . . 
00 avril 1*' 

00 juin 1" 

janvier i".. . . 

01 avril i" 

01 juillet 1". . . . 
01 septembre 19. 
'oi septembre 97. 

01 octobre 4. . • . 

02 septembre 1*'. 

03 janvier 1". . . . 
o3 jmllet 14*19.. 
o3 août i" 

03 octobre i*'. . . 

04 mai i** 

o4 mai i5* 

04 mai 

05 février 1". . . . 
o5 juillet 1** 

05 septembre 1*'. 

06 janvier i"... . 
06 mars 1* 

06 juillet 1" 

07 janrier i*'. . . . 

08 mars 1" 



75 
75 



73 
74 



Digitized by VjOOQIC 



— 10 — 



DATE INITIALE 
dtt 

coviB tantxkvi 
dM pnncipalea espèces 

^or et d'alfent. 



16. 



08 avril i". 

09 janvier 
091 

09 mai. 

i3 décembre 1*'. . 
i4 février i". . . . 

1^ avril 1*' 

ik juin 1*'* 

i4 «eptsmlire 1*'. 
là octobre iS .. . 
i4 décembre 1".. 
16 février i". . . . 

i5 avrU 1" 

16 juin 1*'. 

i5 septembre i". 
i5 décembre. . . . 
18 février 

18 mai 

19 mai 7 

19 août 1 

19 septembre a8. 
19 décembre 8... 
19 décembre. . . . 
30 janvier 27. . . . 

30 février 3 

30 maM a 

L73omar9 10 

\denL 

1720 avrfl i** 

Idem, 

730 mai 1*' 



VALEUR MOYENNE 

deU 

HOKRAiB Tovanois 

déduite 

dtt «oart iigal de l*or eombiné 

avee le eotira l^at 

do l'argent. 



Litre 
toimois. 



fr» c. 
1 «0 

1 6ti 

1 70 
1 25 
1 28 
1 32 
1 35 
1 39 
l ft7 
1 52 
1 56 
1 61 
1 67 
l 73 
1 79 
1 25 
I 39 
84 
85 
86 
89 
92 
83 
83 
88 
83 
63 
59 
78 
69 
80 



80I 
touraois* 



8 01 
8 21 
8 48 
6 26 
6 42 
6 58 
6 76 

6 95 

7 36 
7 58 

7 88 

8 07 
8 34 
8 63 
8 94 
6 25 
6 94 
4 18 
4 24 
4 31 



45 
60 
16 
17 
42 
17 
13 
94 
88 
47 
01 



I^iiler 
tournois. 



67 

68 

71 

52 

53 

56 

56 

58 

61 

63 

65 

67 

69 

72 

74 

52 

58 



35 
35 



DATE INITIALE 
du 

covM nuULrjMi 
des principales espèce» 

d*or et d'tr^nt. 



1730 mai 1" 

1730 mai 39 

Idem 

17 20 juillet 1". . . . 

Idem 

1720 juillet 16 

Idem 

1 «120 juillet 3o. . . . 

Jaem 

1730 septembre 1". 

Idem 

1 7 30 septembre 1 6 . 

Idem. 

1720 septembre.. . . 
1720 octobre 1". . . 

Idem 

1720 décembre i*'.. 

Idem 

1723 juillet 31 ... . 

1723 août 

1724 février 4 

172a mars 27 

1724 scptemnrc 22. 
172^ septembre. . . 

1726 janrier 

1726 mai.. ..*.... 

1741 mars 26 

1774 mai )3 

178S octobre 3o. . . 
1793 février 6 



VALEUR MOYENNE 
delà 

MOI RAIS TODBIOIS 

déduite 

dtt ooors lénl de l'or combiné 

avee le eonn légal 

de l'argent. 



Livre 
tooraois. 



48 
47 



56 
55 
56 
56 
61 
67 
75 
68 
73 
83 
00 
25 
23 
23 
02 
02 
1 02 
99 
99 



Sol 
tonmois. 



3 60 

3 03 

3 02 

3 34 

3 32 

3 71 

69 

08 

08 

38 

37 

78 

77 

79 

79 

04 

34 

73 

3 38 

3 67 

4 là 

5 01 

6 27 
6 15 
6 13 
5 il 
5 12 
5 il 
4 95 
4 95 



Denier 
tonmois. 



30 
25 
25 
28 
28 



31 

31 

17 

17 

20 

20 

23 

23 

23 

23 

25 

28 

31 

2B 

30 

34 

42 

52 

51 

51 



43 
43 
43 
41 
41 



Digitized by VjOOQIC 



— Il - 

LOI 

CONCERNANT LE COMMERCE FRANCO-ITALIEN <«. 

Le Sënat et la Chambre des Dépotés ont adopté, 

Le Président de la JVépublique piromulgae la loi dont la teneur cuit : 

Article 1*'. — * Le Gouvernement est autorisé à proroger, pour une durée 
maximum de six mois, le traité de commerce conclu entre la France et 
Iltalie le 3 novembre 1881. 

2. — Pour le cas oci cette prorogation n'aurait pas lieu, le Gouvernement 
est autorisé, à partir du 1^' janvier prochain, k appliquer aux produits ita- 
liens, à leur entrée en France, le tarif général actuel avectrne mqoraHon pou- 
vant s'élever jusqu à 100 p. 0/0 du droit. 

3. *— Si les droits du tarif général français ainsi majorés restent inférieurs 
aux droits du tarif italien, le Gouvernement est autorisé à frapper les pro- 
duits d'origine italienne d'un droit de douane égal à celui dont seront frappés 
les produits similaires d^origine française ^ leur entrée en Italie. 

4. — En ce qui concerne les articles déclarés exempts par notre tarif 
général, le Gouvernement est autorisé à les frapper de droits pouvant s'éle- 
ver jusqu'à 5o p. 0/0 de leur valeur. 

5. — Le tarif ainsi arrêté par le Goiivemeinent sent mis en vigueur à 
partir du i*' janvier 1886 et soumis aux Chambres dès l'ouverture de it 
prochaine session. 

La présente loi, délibérée et adoptée par le Sénat et par la Chambre des 
députés , sera exécutée comme loi de l'État* 
Fait à Pïuris, le 26 décembre 1887. 

CARNOT. 

Par le IVësident de la KépuLli<pie : 
Le Ministre àa commerce 
et de l'industrie» 

LuGWH DAUTRESME. 

En vertu d'un accord signé à Rome, le a 9 dèoembre 18871 ^^ traité de com- 
merce conclu, le 3 novembre 1881, entre la France et Tltalie a été prorogé jus- 
qu'au i** mars prochain ^'^ 

(0 Dépôt de la proposition de M. Féiix Faure à la Chambre des dépatés , 6 décembre 
1887 (^^^' P^l' n*ai63, J. 0. p. 375). Rapport de M. Deliisse, la décembre 1887 
[Doc.p<irL n* 2188, J. 0. p.. .)• Rapport de M. Méline, 1 5 décembre 1887 (Doc. part, 
n*222à,J' 0. p. ..). Discussion et adoption, i5 décembre 1887 (0^6. pari, J, 0. p. ai3o). — 

Transmission au Sénat, i5 décembre 1887 (Doc. pari n** 9a, J. 0. p ). Rapport de 

M. Guichard, 16 décembre 1887 (Doo,parL n* io3, J. Oi p. . • . ). DiscoMion et adoption, 
16 décembre 1887 (D^6. par/. J. O.p. ioi3]. — Promulgation, 37 décembre 1887 (J. O. 
p. 5713). 

(*) Voirie Journal officiel da i*' Janvier 1888, page 17, et celui du 17 janvier, page a 00. 



Digitized by VjOOQIC 



— 12 — 



DÉCRET 

PORTANT CRÉATION D'UN POINÇON SPÉCIAL POUR LES OUVRAGES DOR 
OU D'ARGENT RÉIMPORTÉS ^'K 

Le Président de la République française, 
' Sur le rapport du Président du Conseil, Ministre des finances; 
Vu Tartide 3 du décret du 27 juillet 1878, 

Décrète: 

Article 1". — Un poinçon spécial dit «ide retour» est créé pour les ou- 
vrages d'or ou d'argent de fabrication française réimportés. 

Ce poinçon sera également appliqué sur les objets qui, primitivement mar- 
qués des poinçons d'exportation, sont ensuite livrés à la consommation inté- 
rieure. 

Le dessin de ce poinçon restera annexé à la minute do présent décret. 

2. -**^ En cas de réexportation d^ouvrages d'or ou d'argent de fabrication 
étraogère, la marque «do charançon», apposée à l'importation, continuera 
k être oblitérée, mais elle ne sera plus remplacée par le poinçon d'exporta- 
tion la « tête de Mercure». 

3. — Les dispositions du décret du 27 juillet 1878 contraires k celles 
qui précèdent sont abrogées. 

4. — Le Président du Conseil, Ministre des finances, est chargé de 
Texécution du présent décret, qui sera publié an Journal officiel , inséré au 
Bulletin des lois et mis en vigueur k partir du i*"* janvier 1888. 

Fait k Paris, le 24 décembre 1887. 

CARNOT. 

Par le Président de la République , 
Le Président du. Conseil, Ministre des Jinances , 

P. TIRARD. 



(*' Décret ÎRséré dans h Jowmal oficiel du 3 5 décembre 1887. 



Digitized by VjOOQIC 



— 13 — 
LES CONTRIBUTIONS DIRECTES 

ET LES TAXBS ASSIMILÉES. 
Situation au i" DiiceiiBRE 1887. 

Comparaison des évalaations avec les rôles émis. 



DÉSIGNATION DES PRODUITS. 



EVALUATIONS 



RÔLES ÉMIS. 



Contrihnlions diracin. 



B«%et ordinaire Taxe» asiimilées 






ft03.758,700' 
27.866.000 



399,932.200^ 

26.850,700 



«i31.62ft.700 



426.782.900 



Budget sur rcs- ( Coatrîbodons directes, 
sources !ipëcialcs.[ Taxes assimilées 



364.665,176 
1.196.690 



378.3ft5.800 
1,207.800 



365.861.866 



379.553,600 



Totaux 

En pins aux rôles. 



707,486.566 



806.336,500 



DIFFÉRENCES AUX RÔLES 

PIB RIPPORT AUl iTALVATIOMS. 



AugmeoUtions. 



13.680,624' 
11,110 

13,691.734" 



DîminalioBi. 



3.826.500' 
1,015.300 



4,841,800 



13,69 1,734 I 4,8ftl,800 
^,849i937 



Comparaison des recouvrements effectués avec les douzièmes échus. 



DÉSIGNATION DES PRODUITS. 

spéciales. ) 


DOUZIÈMES 

Kcrirs. 


RECOUVRE. 
MENTS. 


oirpsaiRCi» Aoi 
par rapport aux < 


nSCOOTaiMIRTS 

loQtiimes échu. 




AugnenUtiou. 


DimianlMiu. 




Coulnbutîons directe 


713,421.500' 
25.720,300 


750.470.000' 
26.850.600 


37.048,500' 
1.130.300 


Il 
II 




Taxa asâmiiées 




TOTADX 




739.141,800 


777,320,600 


38,178.800 


II 












38,178,800' 




Évaluation en deuxièmes 


doux. 57. 





Comparaison des recouvrements de 1887 avec les recouvrements de 1886. 



DÉSIGNATION DES PRODUITS. 

( Badgel oïdiaaire et budget »ar reaaourees 

tpéeialps. ) 


RECOUVJ 

»Ki887. 


ŒMENTS 

DX 1886. 


EN PLUS 
tn 1887. 


EN MOINS 
M 1887. 


Contributions directes 


750.470,000' 
26,850,600 


742,186.800' 
26.886,300 


8.283.200' 

SI 


351.000' 


Taxes assimilées 


Totaux* . « 


777,320,600 


767.073,100 


8,283,200 


351,700 




En plus aux recouvrements 


àc 1 887 


8,247,500' || 



Comparaison des frais de poursuites de 1887 avec ceux de 1886, 



DÉSIGNATION DES PRODUITS. 

( Rar<ra>reffl«Bls de toute aaluro effeclnés 

Bor tous les exercices en cours. ) 


FRAIS DE POURSUITES 


EN PLUS 
is 1887. 


EN MOINS 
XN 1887. 


XK 1887. 


IN 1886. 


Contributions directes et taxes assimilées 

Proportion entre les frais de poursuites 

et le» rvcouvremcols 


1.633.100' 
2 fr. 0^.0/00 


1,580.100' 
lfr.99p.0/00 


53,000* 
Orr.04p.O/00 


II 



Digitized by VjOOQIC 



— 14 ^ 
LES REVENUS DE L'ÉTAT. 



Les tableaux que la Direction générale de la comptabilité publique a 
insérés dans le Journal officiel du 1 1 janvier et que nous résumons ci- 
après (pages 16 à 21] font ressortir, pour la France et TAlgérie réunies, 
les résultats suivants : 

DERNIER MOIS CONNU. 

Différence en plus par rapport aux évaluations. . , 5>433.»6qo' 

Différence en plus par rapport a 1886 i^GydiSoo 

DEPOIS LB 1" JANVIER. 

Différence en moins par rapport aux évaluations aa,a5o,aoo 

Différence en plus par rapport à 1886 • 17,881,500 

Les différences que présentent , en France , les produits de décembre 1887 
comparés à ceux de décembre 1886 comportent, de la part des services 
compétents, les observations suivantes : 

IMPÔT DE 3 P. 0/0. 

Dimioulion de 1 36 ,000 francs, sans cause bien appréciable, et qui s*applique 
presque entièreme iit an d^ w ie me ntdefa Seine (i33,Î43 fnmcs). 

BNREGISmBMBNT BT TIMBRE. 

Enregistrement -— Les recouvrements effectués, pendant le mois qui vient de 
s^écouler, sur les produits de l'enregistrement sont inférieurs de 761,000 francs aux 
iteceltes correspondantes du mois de décembre 1886. Cette différence en moins 

Srte principalement sur le produit des transmissions entre vifs à titre onéreux , et 
e s applique au déparlement de la Seine jusquà concurrence de i4 p« o/o 
(io5,66dfî*ancs). 

7fiii^. «— La diminu i ien n^estqoede do,ooo francs. GeHe moâns-rrioe pcindlt 
correspondre k la différence en moins constatée dans le produit du timbre spécial 
des récépissés de chemins de fer, 

DOUANBS. 

Sucres. "^ La consommation des sucres de toute provenance est descendue de 
39,616,789 kilogrammes, chiffire du mois de décembre 1886, à 3o,365,82 3 kilo- 

£*ammes. Mais cette diminution ne porte que sur les sucres indigènes sortis des 
briques à titre d'excédents de rendement, et comme les sucres de toute sorte ont 
payé en décembre 1887 une surtaxe dont ils étaient exempts en 1886, les recettes 
se sont accrues en fm de compte d*une somme de 3, 20 1,000 francs. Les sucres de 
nos colonies sont compris dans cet excédent pour 676,000 francs et les sucres 
étrangers pour 176,000 francs. 

Mardumiises dwerses, -^ O» constate aussi sur les pereeptbns anxqtieUes ont 
jonné lieu les autres marchandises soumises au régime des douanes une plus-value 
ée i,66AiOOO francs. Elle s*applique aux céréales, aux vins et aux fruits de table. 

CONTRIBUTIONS INDIRECTES. 

Boissons. — Augmentation de 964,000 francs. A Texception des di'oits sur les bières , 
fui diminufiol de 37,000 francs « les antres taiies Agitrani à cet artide sont toute» 



Digitized by VjOOQIC 



— 15 — 

en progrès. I^a plus-value sur les vins et ies alcools atteint io5«ooo francs pour les 
premiers et 880,000 francs pour les seconds. Ces résultats se rattachent aux mesures 
adoptées pour la répression de la fraude et à Tépuisement des stocks en eaux-de- 
vie de cidre chez les bouilleurs de cru. 

Chemins de fer. — Plus-value de 369,000 firaacf , provenant d*une anticipation 
des versements des dizaines de diverses compfignifi^ 

Amendes et confiscations. — Augmentation de 286,000 francs, résultant d*unQ 
répression pins énergique de la firaude. 

Papiers, — Impôt supprimé depuis le i" décembre 1886. Les perceptions effec* 
tuées en décesabre i$8o s'appliquaient à des papiers livrés dans le mois précédent. 

Droits divers, — Augmentalion portant sur plusieura articles , et plus particulière* 
ment sur les bougies et le droit de dénaturation« 

Sucres. — A Taugmenlation de a,34Q>ooo francs qui apparaît sur les sucres in* 
digènes vient s*en ajouter une autre de 85^2 ,000 francs, en ce qui concerne les par» 
captions effectuées en douane sur les sucres coloniaux on étrangers* Cette situation 
aTantageuse se rattache en partie an développement donné cette année aux opéra* 
lions du sucrage des vendanges. 

Tabacs, — Diminution de 870,000 francs , provenant à peu près exclusivement 
d*un retard dans les approvisionnements entravés par ies neiges qui , sur plusieurs 
points, ont interrompu les communicalions. 

POSTB8 IT T^LiGBAPBBS. 

Postes. — La comparaison des recettes effectuées en France , pendant k mois 
de décembre 1887, avec les évaluations budgétaires , fait ressortir une augmenta* 
tion de a,a64>ioo francs. Ces mêmes receltes sont inférieures dç 906,800 francs 
aux produits correspondants de 1886. Cette diminution est jdue aux deux causes 
suivantes : 

i"" Les appromionnemenii en timbre««poste en vue des besains de fin d'année 
ont an lieu pour xi&j dàa la fin du moîa de n o ve m b r e , fluors que ces mêmes ap^. 
provisionnements ont été effectués exclusivement, Tannée précédente, pendant le 
mois de décembre ; 

a* L'office britannique a versé ea décembre 1886 les sommes dues par hai au 
sujet des correspondances échangées avec l'office français pendant le 9* trimestre 
de 1886, tandb que les pavements afférents aux mois correspondants de 1887 ont 
été effectués en grande partie pendant les mois d'octobre et oe novembre* 

Les recettes postales réalisées en France pendant l'année 1887 se aont élevées à 
i42,4a5,4oo nancs. Elles présentent une augmentation de 7,4218,400 francs sur 
les évaluations budgétaires pour 1887 et un excédent de 2,782,100 francs 9ur lea 
recettes de même nature deTannée 1886. 



Télégraphes» — La comparaison des recettes effectuées en France, pendan 
ûîs de décembre 1887, ^^^ ^'^ évahiations budgétaires, fait ressortir une 



int le 
mois de décembre 1887, ^^^ ^^^ évahiations budgétaires, fait ressortir une aug- 
mentation de 2o5,2oo francs. Ces mêmes recettes sont supérieures de 186,900 francs 
aux produits correspondants de 1886. 

Les receltes télégjraphiques de Tannée 1887 ^ ^^^ levées à 29,016,800 francs. 
Mes sont supérieures de 1,759,100 francs aux évaluations budgétaires et présent 



Digitized by VjOOQIC 



— 16 — 
BUDGET DE L'ÉTAT (FRANCE ET ALGÉRIE), 



EXERCICB 1S87. 

RECOUVREMENTS DU DERNrER MOIS CONNU. 



DÉSIGNATION 
91» raoDOiTf. 



Impôts directs 

Impôt de 3 p. 0/0 «... . 

Enregistrement 

Timbre 

Douanes ( sels et sucres 
nou compris) 

CooLribtttions indirectes 
( sels, sucres et mono- 
poles non compris ) . . 

Sucres 

Tabacs 

AUumeUes, poadres, etc. 
Postes et télégraphes. . . 
Domaine non forestier. . 

ForéU. 

Produits divers 

Ressources exception- 
nelles 

Recettes d*ordre 



ToTADx p«ur la France 



Impôts directs. 

Impôt de 3 p. 0/0 

Enregistrement 

Timbre.. 

Douanes 

Contributions diverses. . 

Tabacs 

Poudres 

Postes et télégraphes. . . 
Domaine non forestier. . 

Forêts 

Produits divers 

Recettes d'ordre 

Totaux pour rAigérie 



ToTAvxGéaéâAiix.. 
(France et Algérie.) 



RECOD- 
VREMENTS 

imCTOK». 



EVALUA. 
TIONS 
pour 

LM MOIS. 



RECOO- 

VHEMENTS 

01 1886. 



fVaac». fr»ii€9. frann. 

FRANCE. (Décembre.) 



DIFFERENCES 



PAS miPPÛBT 
••X 



francs. 



PAXBAPrOST 

k 
1886. 



francs. 



170,000 
^3,684,500 
13,399,000 

35,930,000 



52,657,000 
4,929,000 

12,290,000 

33,358,000 
2,349,000 

23,017,000 
J, 749,500 
1,634.700 
7,088,800 

170,100 
4,569,800 



237,996,400 



192,500 
43,618,500 
12,090,500 

32,112,000 



52,557,000 
5,266,000 

10,976,000 

34,028,000 
2,624,500 

20,547,700 
2,190,100 
1,634.000 
9,284,000 

166,300 
5,606,500 



23a,893,fi00 



306,000 
43,435,500 
13,429,000 

3^,378,000 



52,818,000 
4,882,000 
9,089,000 

33,728,000 
2,480,700 

23,736,900 
1,587,000 
1.490,000 
9,284,000 

185.100 
5,606,500 



âd6»435,700 



— 22,500 

— 934,000 
+ M08,500 

+ 3,818,000 



+ 2.100,000 

— 337,000 
+ 1,314,000 

— 670,000 

— 275,500 
+ 2,469,300 
^ 440,600 
+ 700 

— 2.195.200 

+ 3,800 

— 1,036,700 



+ 5,102^800 



— 136,000 

— 751,000 

— 30,000 

+ J, 552,000 



+ 1,839,000 
+ 47,000 
+ 3,201,000 

— 370,000 

— 131.700 

— 719,900 
+ 162,500 

144,700 



-2,195,200 

— 15,000 
--1,036,700 



+ 1,560,700 



ALGÉRIE. (Novembre.) 



231,100 

24,500 

293,500 

370.500 

867,000 

93,100 

37,200 

106,800 

333,100 

127,000 

35,500 

39,400 

156,500 



2,715,200 



142.700 

39.000 

317,500 

376,000 

653,000 

88,200 

42,000 

87,200 

265,200 

156,400 

41,300 

35,900 

140,000 



2,384,400 



150,300 

2,500 

320,500 

389,000 

831.000 

114,600 

43,900 

73,400 

289,500 

161,000 

50,000 

35,900 

140,000 



2,601.600 



88,400 

14.500 

24,000 

5,500 

214,000 

4.900 

4,800 

19,600 

67,900 

29,400 

5,800 

3,500 

16,500 



+ 330,800 



80,800 
22,000 
27,000 
18,500 
36,000 
21,500 

6,700 
33,400 
43,600 
34.000 
14,500 

3.500 
16,500 



+ 113.600 



240,711.600 



235,278,000 



239,037,300 1 + 5,433,600 



+ 1,674,300 



Digitized by VjOOQIC 



— 17 — 
BUDGET DE L'ÉTAT (FRANGE ET ALGÉRIE). 

BXSBCIGE 1887. 

RECOUVREMENTS DEPUIS LE 1" JANVIER. 



B£ftI6IIATION 
BU Ftooorrs. 



RECOU- 
VllËMENTS 
srrBCTiiés. 



EVALUA- 
TIONS. 



RECOU- 
VREMENTS 
Di x886. 



DIFFERENCES 



PAB BAPPOXT 



•vainatioa». 



franc*. 



francs. 



francs. 



francs. 



PIB BAPPOBT 

à 

1686. 



francs. 



FRANGE. (Douze mou.) 



Impôts directs 

Impôt de 3 p. 0/0 

£flregistreiiient. 

Timbre 

OooaDCi (sels et sucres 
non compris) 

Cootnbutions indirectes 
(aels, sucres et mono- 
poles non compris). . 



Sucres 

Tabacs 

Allumettes, poudres , etc. 
Postes et télégraphes. . . 
Domaine non forestier. . 

Fortts. 

Produits divers 

Reiwuoes exception- 
Belles 

Recettes d'ordre 



Totaux pour la France 



Impôts directs 

Impôt de 3 p. 0/0 

Enregistrement 

Timbre. 

Douanes 

CoDtrîbtttions diverses . . 

Tabacs 

Poudres 

Postes et télégraphes . . . 
Domaine non forestier. . 

Forêts 

Produits divers 

Recettes d'ordre 

Totaux pourTAlgérie. 



Totaux GÉNÉRAUX. . 
(France et Algérie.) 



48,878,000 
513,080,000 
157,604,000 

315,457,000 



554,145,000 
32,378,000 

113,191,500 

369,126,000 
24,247,400 

171.442,200 
13,645,000 
23,852,100 
21.081,400 

1.022.600 
39.067,600 



2,398,217,800 



45,868,000 
520,216.000 
15ii,575,000 

297,584,300 



548.735,000 
32,599,000 

157,8(15,300 

374,418,000 
26,129,300 

162,25^1,700 
18,199,700 
25.722,300 
19,696,200 

826,900 
37,445,700 



2,422,115,400 



47,215,500 
517,791,000 
156,094,500 

300,871.800 



543,811,000 
31,871,000 

125,613,000 

368,924,000 
25,711,300 

167,466,300 
14,132,000 
23,450,000 
19,696,200 

920,500 
37,445,700 



2,381,013,800 —23,897,600 



+ 3,010,000 
— 7.136,000 
3,029.000 

-1-17.872.700 



-h 5,410,000 

— 221,000 
—44,653.800 

— 5,292,000 

— 1,881,900 
-f- 9,187.500 

— 4,554,700 

— 1,870.200 
-f 1,385,200 

-f 195,700 
4- 1,621,900 



-f- 1,662,500 
- 4,711.000 
+ 1.509,500 

-f- 14,585,200 



-H10,334,000 
+ 507,000 
-12,421,500 
-f 202,000 

— 1.463.000 
+ 3,975,900 

- 487,000 
4- 402,100 
-f- 1.385.200 

-l- 102,100 
-l- 1,621,900 



-1-17,204,000 



ALGÉRIE. (Onze premiers mois.) 



5,207,600 

204.000 

3.536,000 

3,752,000 

8,396,000 

1,331,300 

456,300 

965,500 

3,124,100 

1,639,000 

537,000 

639,100 

1.325,200 



31.113,100 



4,696,500 

243,500 

3,629,500 

3,635,500 

7.742,000 

1,268,600 

493,000 

1,074,900 

2,970,100 

1,779,200 

317,100 

387,600 

1,228,200 



29,465,700 



4,965,000 

201.000 
3,575,000 
3,740,500 
8,47^1,000 
1,307,400 

465,200 — 

887,400 
2,987,300 
1.833,000 

384.000 

387,600 
1,228,200 



30,435,600 



511,100 

39,500 

93,500 

116,500 

654,000 

62,700 

36,700 

109,400 

154,000 

1^0,200 

219,900 

251,500 

97,000 



+ 1,647,400 



242,600 

3,000 

39,000 

11,500 

78,000 

23,900 

8,900 

78,100 

136,800 

194,000 

153,000 

251,500 

07,000 



-f 677,500 



2,429,330,900 12,451,581.100 



î,41 1,449,400 1-22,250,200 +17,881,500 



BULL. DE SI AT. 



Digiiized by VjOOQIC 



^ 18 — 
BUDGET DE L'ÉTAT (ALGÉHIE i>0.^ COMPRISE). 



RECOUVREMENTS DES DOUZE MOIS DE 1887. 



ENREGISTREMENT ET TIMBRE. 

Comparaison avec les évaluations budgétaires. 



DÉSIGNATION DES RECETTES. 



RECOUVRE- 
MENTS. 



fruies. 



EVALUA- 
TIONS. 



ENREGISTREMENT. 



TnuumuwoDs entre vîfs à titte oo^ieni 

Transmisdons entre vî£i à titre gratuit 

Mutations par décès 

Baux et antidirèses « . . 

Adjudications et marchés, obligations, cautionne- 
ments et libérations 

Condamuations , ooUocatioos et liquidations 

Droits fixes proprement dits 

Droits fixes gradués 

Droits et deoû-droits en sus 

Droits de greffe. 

Droits d^kypotbèques 

Amendes , 

Assurances maritimes 

Transoûssions de titres de sociétés 

Perceptions diverses 



ToTAui 513,080,000 530,216,000 



152,257.000 

23,303,000 

178,543,500 

7,612,500 

(12,325,500 
3,760,500 

36,78/1,500 

11,130,500 
3,846,000 
8,089,500 
5,536,000 
1,294,000 
234,500 

38,553,500 
719,500 



fnnes. 



159,882,700 

22,524,000 

176,465,000 

7,734,500 

44,273,000 
3,626.000 

37,157,500 

11,306,000 
3,774,000 
7,780.000 
6,390.500 
1,498.300 
242.000 

36,905,500 
657,000 



EN PLUS 

•ux 
ascovTai- 



Bh moins aux recouvrements . 



firancs. 



2,078,500 



134,500 



72,000 
309,500 



1,648,000 
62,500 



EM MOINS 

aux 
miCOVTBK- 

nasTft. 



frasct. 



7,625,-00 
131.000 

122.000 

1,947,500 

373,000 
175,500 



854,500 

204,300 

7.500 



4,305,000 Il,4Al,000 



7,136.000' 



TIMUUL 



Timbre débité. 

Timbre extraor-| 
dinaire et nsa.| 

Droits d'affichage 

Permis de chaise. 

Timbre débité i 

non sujet aux] 

décimes..... ( 



Timbre extraor-' 
dinaire et visa ( 



de dimension 

spécial ( ConnaisscnienU. . . . 
(mobile) ( Affiches 

Actions et obligatMns 

Polices d'assurances, bordereaux, 

affiches, connaissements, etc. 

et passeports 



proportionnel (effets, etc.) .... 
spécial (quittances, reçus et 

chèques) 

^^, I Rentes des gouv.ëtr. 

Polices d'asinnuKes, abonoem^ 
spécial (lett. de voit. , récépissés). 

Timbre aux anciens tarifs 

Marques de fabrique 

Totaux 



55,88&,000 
1,429,000 
1,107,500 

19,505,500 

5,814.000 

05,500 

0.797.000 

11.141,500 

14,357.000 

1,213.500 

109.500 

2.902.000 

4.031.000 

33,192*500 

24.500 



157.604,000 



54,730,500 
1,270,000 
1,046,500 

18,723,500 

6.405.000 

88.000 

7,202.500 

11,196,500 

14,435.000 

1.752.000 

363.000 

3,347,000 

3.294,500 

31,595,500 

S.OOO 

33.500 



154.575,000 



Bn plus aux recottvrcineuts. 



1,153,500 

159,000 

61,000 

782,000 



7,500 



1,736,500 
1.597,000 



5,406,500 



681,000 

405,500 
55,000 

78.000 
538.500 
253,500 
445.000 



2,000 
0,000 



2.467,500 



3,029.000' 



Digitized by VjOOQIC 



— 19 — 
BUDGET DE rÉTA T (ALGÉ RIE NON COMPRISE). 

RECOUVREMENTS DES DOUZE MOIS DE 1887. 



DOUANES, CONTRIBUTIONS INDIRECTES, SELS, SUCRES ET MONOPOLES. 

Comparaison avec les évaluations hudgétaires. 



DÉSIGNATION DES RECETTES. 



RECOU- 
VREMENTS. 



franei. 



EVALUA- 
TIONS. 



frmcs. 



EN PLUS 



ucov- 
Tumrrs. 



Droits à rimportation (mardiBiidises diverses). 

Droits de statistique . '. 

Droits de navigation 

Droits divers et recettes accessoires 

Amendes et confiscations 



D0UANB8 (sels BT SUCRES NON COMPRIS). 



ToTADi 315,457,000 297,584,300 

En PLUS aux reconvrcments 



295,717,000 
6,724.000 
8,152,100 
3,601,900 
1,262,000 



278,874.800 
6,446,000 
7,308,700 
3,875,800 
1,079,000 



fnnei. 

16,842.200 
278,000 
843,400 

H 

183,000 



EN MOINS 



nicou- 

VRIHBIITS. 



fnuBca. 



273,900 



18,14 6,600 273 ,900 
17,872.700^ 



CONTRIBUTIONS INOIRRCTBS (SELS, SUGRBS ET MONOPOLES NON COMPRIS] 

DroiU L Vins, cidres, poirés, hydromels 144,325,000 147,926,000 // 3,601,000 

snrles { Alcools et surtaxes des vins alcoolises. 244,687,000 240.845.000 3,842,000 

boissons. ( Bières 22.250,000 21.638,000 612,000 

Droit de Ao cent, par expédition 4,761 ,000 4,759.000 2,000 

Droitsde transport par chem. de fer (grande vitesse). 74.705,000 72,932,000 1 ,773,000 
Droits de transpoK par autres voitures qae les che- 
mins de fer 4,899,000 4,764,000 135,000 

Licences (boissons et voitures paUîqnes) 12,961,000 12,755,000 206,000 

Garantie des matières d or et d*argent 4,569,000 5,01 1 ,000 /' 442,000 

! Timbres de toule espèce 8,811.000 8.634,000 177,000 

Cartes àjouer 2,064,000 2.165,000 /' 101,000 

Amendes et droiu sur acquits non rentra 5,650,000 3,765,000 1,885,000 

Autres droîu et recettes à différents titres 24,463,000 23,541,000 922,000 



Totaux 554,145.000 548,735,000 

En plds aux recouvrements .... 



9,55 4,000 4,144,000 

Tïîoiiooo' 



Sels. 



ij de douanes 

' ) de contributions indirectes.. 



Sucres. 



coloniaux (douanes) 

étrangers (douanes) 

indigènes ( contributions indirectes ) . 

TOTADX. 



SELS ET SUCRES. 

21,986,000 
10,392,000 

24,440,500 
10,351,000 
78,400,000 



En MOINS aux recouvrements. 



145,569,500 



23,330,000 
9,269,000 

32,158,000 
61,542,300 
64,145.000 



190,444,300 



1.123.000 



14,255,000 



1,344,000 
II 

7.717.500 
51.191,300 



15,378.000 60,252,800 
44,874,800'" 



Coninbn- ( Allumettes chimiques 

Uons j Tabacs 

indirectes. ( Poudres à Ica 

Postes 

Télégraphes 

Prodoits de divones exploita lions. 

Totaux 

En plus aux recouvrements. 



MONOPOLES. 



11,339,000 
369,126,000 

1 1,830,000 
142,425,400 

29,016,800 
1,078,400 



564,815,600 



11,371,000 
374,418,000 

13,862,000 
134,997,000 

27,257,700 
896,300 



562,802,000 



7,428,400 

1,759,100 

182,100 



9,369,600 



32,000 
5,292,000 
2.032,000 



7,356,000 



2,013,000' 



Digitized by VjOOQIC 



-" 20 — 
BUDGET DE L ÉTAT (ALGÉRIE NON COMPRISE). 



RECOUVREMENTS DES DOUZE MOIS DE 1887. 



ENREGISTREMBIfT ET TIMBRE. 

Comparaison avec les recouvrements des douze mois de 1886. 



DÉSIGNATION DBS RECBTT£S. 



RECOU- 
VREMENTS 

Dl 1887. 



fnaof* 



ENREGISTREMENT. 



REGOU. 
VREMENTS 
Bl 1886. 



TransmîuioDS entre vifs à titre onéreux 

Tnuutnûaions entre vifs à titre gratuit 

Matations par décès 

Baux et anticbrèses 

Adjadications et marchés, obligations, cautionne- 

ments, libérations 

Condamnations, coUocalious cl liquidations 

Droits fixes proprement dits 

Droits fixes gradués 

Droits et demi-droits en sus 

Droits de greffe , 

Droits d'bypotbèqnes 

Amendes 

Assurances maritimes 

Transmissions de titres de sociétés 

Perceptions diveraes 



Totaux. 



152,257,000 

22,393,000 

178,5'i3,500 

7,612.500 

ft2,325,500 
3,760,500 

30,784,500 

11,130,500 
3,846,000 
8,089,500 
5,536,000 
1,294,000 
234,500 

38,553,500 
719,500 



CrMcs. 



157,380,000 

23,444,000 

177,411,500 

7,295,500 

41,841,000 
5,210,500 

37,954,000 

10,586,500 
3,849,000 
8,085,500 
5,667,500 
1,258,500 
229,500 

36,963,000 
615«000 



EN PLUS 
l 1887. 



firuMs. 



1,132,000 
317,000 

484,500 



544,000 
4,000 

n 

35,500 

5,000 

1,590,500 

104,500 



BNMOmS 
À 1887. 



fraa«s. 



5,123,000 
1,051,000 



1,450,000 
1,169,500 
il 
3,000 

131,500 



513,080,000 517,791,000 4,2 17,000 8,928 ,000 
Eh moins aux reconvrements de 1 887 | 4,7 1 1 ,000' 



TIMBRE. 



Timbre débité.. 

Timbre extraor- 
dinaire et visa. 

Droits d'affichage 

Permis de chasse 

Timbre débité | 

non sujet auxj 

décimes ( 



Timbre extraor- 1 
dinaire et visa 



de dimension 

spécial ( Connaissements. . . . 

(mobile) ( Affiches 

Actions et obligations 

Polices d'assurances, bordereaux, 

affiches, connaissements, etc. 

et passeports 



et 



proportionnel (eOTets, etc.). 
spécial (quittances, reçus 
chèques). 

propor- ( ?*"j?»^"Ç°7;f»5- 

fiomiel. Crtxlitfonaer(obl.). 

( Eilcts, warrants, etc. 

Polices d'assurances, abonnem^. 

spécial ( lett. de voit, récépissés). 

Timbre aux anciens tarifs 

Marques de fabrique 



ToTAli 



55,884,000 
1,429,000 
1,107,500 

19,505,500 

5,814,000 

95,500 

6,797,000 

11,141,500 

14,357,000 

1,213,500 

109,500 

2.902,000 

4,031,000 

33,192,500 

// 

24,500 



157,604,000 



55,561.500 
1,354,000 
1,096.500 

18,625.500 

5,700,500 

98,000 

7,016,000 

11, 09 '1,000 

14,359,000 

964,000 

133,000 

3,022.500 

3,526,000 

33,414,500 

2,000 

37,500 



156,094,500 



Eh plus aux recott>Tementa de 1887.. 



322,500 
75,000 
11.000 

880,000 

23,500 



47,500 

// 
249,500 

II 

M 

505,000 



2,500 
219,000 



2,000 
n 
23,500 
120,500 

II 
222,000 
2,000 
13,000 



2, 11 4,000 1 604,500 
1,509,500' 



Digitized by VjOOQIC 



— 21 — 
BUDGET DE KËTA T (ALGÉ RIE NON COMPRISE). 

RECOUVREMENTS DES DOUZE MOIS DE 1887. 



DOUANES f CONTRIBUTIONS INDIRECTES, SELS, SUCRES ET MONOPOLES. 

Comparaison avec let recouvrements des douze mois de 1886. 



DESIGNATION DES RECETTES. 



RECOU- 
VREMENTS 

DB 1887. 



fran 



RECOU- 
VREMENTS 
DB 1886. 



fraBM. 



EN PLUS 
1 1887. 



Droits à rimportatîon (marchandises diTcnes). 

Droits de statistM^ne 

Droils de navigation 

Dnnts divers et recettes accessoires, 
Amendes et confiscations. 



DOUANES (sels ET SrCRES NON COMPRIS]. 



Totaux 315,457,000 300,871.800 



295,717,000 
6,724,000 
8,152.100 
3.601,900 
1,262.000 



281,978,000 
6.440.000 
7,645,700 
3.636,300 
1,171,800 



En PLD8 anx recouvrements de 1887. . 



franes. 

13,739,000 
284,000 
506,400 

II 
90.200 



EN MOINS 
1 1887. 



14.619,600 



fraoes. 



34.400 



34,400 



14.585.900' 



GONTRIRUTIONS INDIRECTES (SELS, SUCRES ET MONOPOLES NON COMPRIS) 

Droits ( Vins, cidres, poirés, bydromds 144.325,000 146.670,000 1/ 2,345,000 

snrles ] AlcodsetsorUxes des vins alcoolisés. 244,687,000 237,564,000 7,123,000 

boissons. ( Bières 22,250,000 21,564,000 686,000 

Droit de 4o cent, par expédition 4.761.000 4.780.000 '/ 19.000 

DroiU de transport par chem.de fer (grande vitesse). 74,705.000 72.922.000 1.783,000 
Droits de transport par antres voitures qne les che- 
mins de fer 4,899,000 4.860.000 39.000 

Licences (boissons et voitnies publiques) 12.961.000 12.860,000 101,000 

Garantie des matières d*or et d'argent 4,569.000 4,624.000 n 55.000 

Timbres de toute espèce 8.81 1.000 8.654.000 157,000 

Cartesàjoner 2,064.000 2.101,000 // 37,000 

Amendes et droits sur acqaiU non rentrés 5.650.000 3.478.000 2,172.000 

Autxes droiU et recettes a différents titres 24.463.000 23.734.000 729,000 



Totaux 554,145.000 543.811,000 



Eh plus aux recouvrements de i887.< 



12,7 90,000 2,45 6.000 
ÎW34i0Ô0' 



Sels. 



dédouanes 

de oontabutions indirectes. 



SELS ET SUCRES. 



Sucres. 



coloniaux (douanes) 

étrangers (douanes) 

indigènes ( contributions indirectes ) . 



Totaux. 



21.986,000 
10,392,000 

24,440,500 
10.351,000 
78,400,000 



145,569.500 



23.006.000 
8.865.000 

24,748.000 
15,327.000 
85.538.000 



157,484.000 



En moins aux recouvrements de 1887. 



1.527,000 



1,020,000 

il 

307,500 
4,976,000 
7,138,000 



1,5 27,000 13,441,500 

Ti,9iwS5 



Cantribu' l Allumettes chuniqnes. 

tiens j Tabacs 

indirectes. ( Poudres à feu 

Postes 



dnits de diverses expbitations. . 



MONOPOLES. 

11,339,000 

369,126,000 

11,830,000 

142,425,400 

29,016.800 

1.078.400 



Totaux 564.815,600 562,101.600 



11.339.000 
368.924,000 

12,967.000 
139,643,300 

27,823,000 
1,405.300 



Eh plus aux recouvrements de 1887. 



202,000 
II 
2.782.100 
1.193.800 



.1,137,000 



326,900 



4.1 77.900 1.463.900 



Digitized by VjOOQIC 



— 22 — 
COMMERCE' EXTÉRIEUR DE LA FRANCE 

PENDANT L-ANNÉ'ïr I887.- 



Noire commerce extérieur a présenté, en 1887, relativement à l'année 
1886, uneaugmenlatioo totale de i33,6o9,ooo francs, dont62,63o,ooo francs 
à rentrée et 70,979,000 francs à la sortie. 

A rentrée, Taugmentalion porte principalement sur les objets d'alimenta- 
tion. Les introductions de céréales se sont élevées à 3i4 millions de francs, 
soit 52 millions de plus qu'en 1886, et nous avons importé 13,276,064 
hectolitres de vin représentant une valeur de 573,237,000 francs. Pour ces 
deux articles pris isolément, l'augmentation atteint 108 millions. Elle a été 
ramenée à 76 millions par les diminutions qui se sont produites sur les 
bestiaux, sur les viandes fraîches et salées, sur le café, sur les poissons, sur 
la bière et sur le beurre et sur le fromage. 

Les objets fabriqués ne figurent dans Fexcédent des importations que pour 
5,926,000 francs. Les augmentations que Ton constate sur les tissus de soie, 
les machines et mécaniques, les produits chimiques, les papiers et les 
nattes et tresses, ont été presque complètement compensées par des dimi- 
nutions assez noiables sur les îils et sur les tissus de laine et de coton. 

Quant aux matières nécessaires à Tindustrie, elles sont en perte de 
24,648,000 francs. Nous citerons, parmi les articles dont l'importation s'est 
plus particulièrement réduite, les laines (43 millions), les graines et fruits 
oléagineux (28 millions}, les soies et bourres de soie (9 millions), les 
plumes de parure (8 millions) et les huiles de palme et d'arachides (7 mil- 
lions). Il s'est produit, au contraire, des excédents de 21 millions sur le 
coton, de 12 millions sur les bois à construire, de 12 millions sur les mer- 
rains, de 8 millions sur le tabac en feuilles, de 8 millions sur le lin et le 
chanvre et de 5 millions sur ie jute. 

A l'exportation , laugmentation se répartit entre les objets d'alimentation, 
les matières nécessaires à l'industrie et les objels fabriques. Elle n'est pour 
ces derniers que de 7,363,ooo francs. Mais il est à remarquer que l'année 
1886, sur laquelle. porte la comparaison, était eu progrès de 100,676,000 
francs sur l'année i885. C'est, par conséquent, un résultat fort appréciable 
d'avoir maintenu et même dépassé l'avance que l'on avait précédemment 
obtenue. 

Le tableau qui occupe la page 25 donne, pour 1887 ^' 1886, la dé- 
composition des importations et des exportations par nature de produits. 
Le tableau ci-après indique, pour une période de dix ans , la part qui revient 
dans le mouvement d'entrée et de sortie aux céréales et aux vins et celle qui 
«ppârtieoi wx autresi marchandises, 



Digitized by VjOOQIC 



~ 23 — 



IMPORTATION. 



( Commerce spécial. ) 



âKNÉES. 


CÉRÉALES. 


VINS. 


AUTRES 

■ABCHABDtoSS. 


TOTAL. 


187g 


ftanes. 
660,670,000 
857,376,000 
788.505,000 
519,600,000 
502,383,000 
374,989,000 
360,227,000 
232,534,000 
262,377,000 
314,302,000 


francs. 

59.217,000 
120,702,000 
313,899,000 
363,924,000 
314,884,000 
376,693.000 
344.336,000 
388,625,000 
517,746,000 
573,237.000 


frues. 
3,556,331,000 
3,617,157,000 
3,930,763,000 
3,979,88/i,000 
4,004,558,000 
4,052,737,000 
3,638,916,000 
3,467,242,000 
3,428,019,000 
3,383,233,000 


francs. 

4,176,218,000 
4,595,235,000 
5,033,167,000 
4,863,408,000 
4,821,825,000 
4,804.349,000 
4.343,479.000 
4,088,401,000 
4,208,142,000 
4,270.772,000 


1 A<}n ,, 


^"/y 

1880 


1881 


188a 


i883« 


i884 


i885 


1886 


1887 


MoTtNHR DiCBKNALE. 


477,296,000 


337.319,000 


3,705,884,000 


4,520,449,000 



EXPORTATION. 



( Commerce spécial, ) 



ANNÉES. 


CÉRÉALES. 


VINS. 


AUTRES 

■ABCDAHDlSia. 


TOTAL. 


1878 


francs. 
55,026,000 
43,978,000 
02,638,000 
95,265.000 
56,848,000 
57,621,000 
44,947,000 
34,017,000 
29.948.000 
19,177,000 


francs. 

201,105,000 
257,700,000 
245,150,000 
252,816,000 
246,672,000 
236,^01,000 
237,325,000 
255,907,000 
259,627,000 
249,792,000 


francs. 

2,923,576,000 
2,929,651,000 
3,160,101,000 
3,213,423,000 
3,270,836,000 
3,157,750,000 
2,950,228,000 
2,797,621,000 
2,959,220.000 
3,050,805,000 


francs. 

3,179,707,000 
3,231.329,000 
3,467,889,000 
3,561,504,000 
3,574,356,000 
3,451,872.000 
3,232,500,000 
3,088,145,000 
3,248,795,000 
3,319,774,000 


1 R»7Q 


1880 


1881 


1882 


i883 


i884 


i885 


1886 


,887 


MoTBNHt DiCBMHALl. 


50.006,000 


244,260,000 


3.041.321.000 


3,335,587,000 



Digitized by VjOOQIC 



— 24 — 





tfl 




QO 


;=} 






» 




-< 


NN 




o 


flc; 






sa 

H 




S 


1^ 


ca 


^tf 




1 


as 

'M 




g 


1 




1 




o 




ÇJJ 




Q 







o 

^ i 

^* M 

2 



oo « 

ta ^ 






Sr: 

o 

H 

< 
H 

o 

D 



O « O O 



oo c* »« r» 
30 a> «o -^ 
« r^ -^ 



(O 



Q o o o 

O O O O 

O O O O^ 

a» oo o» ^r" 

co o n- « 

o •a' o <0 

»0 <p «D eo 

00 oo m p«« 



S 



m <M GO o^ 

>A ^ C< <D 

O» ^ O '^ 



r* O <j -< 

tf« o cj jr: 

lO «^^ OO «O^ 

lo c^ «cT crT 

OO o lO "H 



S 



«o o o c« 
<ï ^ n- ei 

o -t « 00 



s 



o 



as 

a 

O 
O 





•a 

l 



o 



Digitized by VjOOQIC 



— 25 — 






s 

M 

Q 

M 

:i 

ai 

as 
-a 
o 

?: 
o 

H 
fid 

S 



PC 


% 


ss 


h3 


Un 




>< 


§ 


Câ 


s 


Gâ 
O 


i 


tfi 


Cd 


Pe3 


g 




s 


O 





» 

^ 



«9 
O 



oo 

■al 



se 
o 



H 
H 

o 

D 



^ ^ e« 
o o o o 



s 






S S 



« 00 « « 

^ ^ rC rT 



« »ft r* 

00 r* es 

^ ^ o 

' crT « »« 



s 



Ok <o 



5S- 

«r lo «o* o 

f-^ r* oo r* 

!>. o <0 ^ 



o" 



C: ** ^ 

00 eo O^ 
eo 00 O 






lo r* r^ « 

n- 00 o .cf 

-^ eo >o « 

d ^^ o» 00 

r^ r* « ^ 



•M 

M 

o 




o s 5 




•I 



o 



I 



"i 



o 



Digitized by VjOOQIC 



— 26 — 
LES VALEURS DE DOUANE EN 1886. 



Nous reproduisons, comme les années précédentes (^), le rapport adressé 
au Ministre du commerce et de l'industrie par le Président de la Commission 
permanente des valeurs de douane pour 1886. Il est permis de regretter que 
!a publication d'un document si instructif devienne de plus en plus tardive. 

RAPPORT DU PRÉSIDENT DE LA COMMISSION. 

Monsieur le Ministre , 

En plaçant sous vos yeux les rapports des quatre sections entre lesquelles se ré- 
partit le travail de la Commission permanente des valeurs en douane, je n'ai plus à 
vous faire Téloge de collaboraleurs dont vous avez déjà apprécié le mérite. Les 
rapports de cette année ne le cèdent en rien à ceux qui les ont précédés ^*K Les 
questions y sont abordées avec une connaissance si approfondie des faits , avec un 
jugement si sûr et en même temps si large, qu'il n'y a pas d analyse qui puisse 
suppléer à leur lecture. Je me bornerais donc à les recommander a 4eute votre atten- 
tion, si de ces éludes, limitées cbacune à une catégorie parliculière de produits, il 
ne me semblait pas se dégager un certaia nombre de considéra lions d'ensemble que 
* je vais résumer en peu de mots. 

Commencée sous les impressions les plus fâcheuses qu entretenait la persistance 
de la stagnation des affaires , Tannée commerciale 1 886 paraît avoir franchi le point 
le plus aigu de la période de dépression que nous traversons depuis cinq années et 
marqué Taurore oe jours meilleurs pour le monde du travail. 

A ce point de vue, elle mérite une attention toute spéciale. 

Le symptôme le plus significatif de ce mouvement de reprise est Tamélioration 
sensible qu'a éprouvée notre commerce d'exportation pendant les derniers mois de 
Tannée. 

Depuis 1 88a la valeur de nos exportations n'avait pas cessé de décroître. On Tavait 
vue passer successivement de 3, 67 4» 3 56 ,ooo francs en i88a à 3,451,872,000 francs 
en i883, à 3,a32,5oo,ooo francs en i884, à 3,o88,i45,ooo francs en i885. 

On pouvait sans doute faire remarquer que, même réduite à ce dernier chiffre, 
la valeur de notre exportation pétait encore supérieure au résultat des meilleures 
années de notre commerce extérieur sous T Empire ^^\ alors que Tiodustrieuse 
Alsace apportait à notre actif le contingent de son travail ; mais c'était là une 
maigre consolation qui , avec le développement actuel de nos moyens de produc- 
tion, ne pouvait nous satisfaire. 

En appliquant aux quantités exportées en 1886 les prix qui ont servi à former 
les tableaux de notre commerce extérieur en i885, la valeur de l'exportation fran- 
çaise pour 1886 ressort au chiffre de 3,3oo,23o,ooo francs. Nous aurions donc 
regagné ai a millions dans cet exercice, soit 7 p. 0/0, si les prix des produits 
exportés étaient restés stationnaires ; mais ils ont baissé en moyenne de 1.6 p. 0/0. 
Cette déduction faite, nous garderons encore une supériorité de 160 millions, soit 
5 p. 0/0 sur le résultat constaté en i885. 

<*) Voir les Bulletins de décembre i885, page 686, et de décembre 1886, page 624. 
W Voir dans le Bulletin d'octobre 1887, P^S® 3.^8, le rapport delà section dee textiles, 
<^^ 3,074*981 »ooo francs en 1869, 



Digitized by VjOOQIC 



— 27 — 

A ne considérer que les poids , le gain de notre exportation est à peu près le 
même. Nous obtenons en 1886 le tonnage le plus considérable que nous ayons eu 
à enregistrer depuis huit ans ^^\ 

Voici de quelle manière se répartirait Taugmentation de 2112 millions de francs 
entre les dilTérentes branches de notre commerce spécial : 



Objets d*alimentatioii 


EXPORTATION. 


AUGMENTATION 
Bs 1886. 


1886. 


1885. 


francs. 

770,418,000 

654,537.000 

1,695,394,000 

179,881.000 


francs. 

737,450,000 

611,497,000 

1,585,528,000 

153,669,000 


francs. 

32,968,000 

43.040,000 

109,866,000 

26.212,000 


Madàren néooaaÙMÊ à rinduttrie 


Objet fabriqués 


Totaux 


3,300,230.000 


3,088,145,000 


212,086.000 



Les produits sortant de nos manufactures ont donc la meilleure part de cette 
augmentation. 

Il ne faudrait cependant pas conclure de Texamen du tableau ci-dessus que Tinté- 
rèt de Tagriculture dans Faccroissement de a 1 2 millions se chifire seulement par la 
somme de 33,968,000 francs. U est en réalité bien plus considérable et cela par 
les deux raisons que voici : d*unepart, la catégorie de produits classée sous la ru- 
brique de matières nécessaires à V industrie est presque entièrement composée de pro- 
duits de Texploitation du sol^ tels que le chanvre, le lin, la laine, la soie, les bois, 
les résines indigènes, les peaux, les chevaux, les mulets, et de l'autre, le produit 
fabriqué incorpore dans sa valeur propre la valeur de la matière pjciemière le plus 
souvent d*Qrigine agricole employée pour sa febrication et la valeur des produits du 
sol qui ont servi à F alimentation des ouvriers. Cette dernière ne peut guère être 
évaluée au-dessous de ao p, 0/0 du prix marchand de i objet fabriqué. Il serait donc 
vrai de dire que lagriculture et i 'industrie ont eu une part a peu près égcde dans 
Faméiioration de nos exportations en 1 886. 

Les produits qui ont le plus contribué à ces augmentations sont : 

]>an9 la catégorie des objets d'alimentation : les sucres bruts et raffinés qui gagnent 
3o millions, les vins et les eaux-de-vie qui en gagnent 18, les poissons de mer, les 
truffes , les graines , qui gagnent de 1 à a millions chacun ; 

Dans la catégorie des matières nécessaires à l'industrie : les soies et bourres de 
sole qui gagnent 29 millions, les laines. ii.5oo,ooo francs, les graines à ense- 
mencer, les chevaux et les mulets qui gagnent l\ et 3 millions; 



(') Poids de notre commerce spécial d'exportation ; 



1869 2,981.018 tonnes. 

1879 4,245,928 

1880 4«5aa,444 

1881 4.671,533 

188a 4,575.871 



i883 4*723,756 tonnes. 

i884 4,753.654 

i885 4,568.895 

1886 4,788.106 



Digitized by VjOOQIC 



Dans la catégorie des produits fabriqués : les tissus de soie qui glanent 38 mil- 
lions, les tissus de laine qui gagnent 33,5oo,ooo francs, les tissus de coton 
(la millions] , la tabletterie et la bimbeloterie (7 millions), la bijouterie (6 mil- 
lions), les modes et fleurs (5 millions), les outils et ouvrages en métaux (3 mil- 
lions), les extraits de bois de teinture (3 millions), les livres et gravures 
( 1,600,000 francs), les verres et cristaux ( i,5oo,ooo francs), les peaux, les cha- 
peaux de feutre, les meubles, la vannerie. 

Il n'y a de diminution marquée que sur les articles suivants : le beurre qui perd 
8,5oo,ooo francs, les peaux préparées , 6 millions, les graines, 4.5oo,ooo francs, 
les fils de lin et de chanvre, 3 millions, les armes, les instruments de précision, 
les bestiaux, les beurres, les bois à construii'e qui perdent de 1,700,000 francs à 
a, 5oo,ooo francs. 

Les autres produits sont restés dans les données de i885. 

L'ensemble de nos importations a été sensiblement plus considérable en 1 886 
quil ne lavait été en ]885, ainsi que le constate le tableau ci-dessous : 



Objets d'oltmentatîon . . . 

Matières Décessaires à 

rindustrie 


IMPORTATION. 


K> 1886. 


DIMINUTION 
«H 1886. 


1886. 


18S5. 


francs. 

1,528,590,000 

2,007,276,000 
558,079,000 

140,418,000 


fnnes. 
1.431,749,000 

1.949,304,000 
568.843,000 

138,505,000 


fnmes. 

96,841,000 

57,972,000 
it 

1,913.000 


francs. 
// 
// 

10,764.000 
II 


ObjeU fabriques 

Marchandises non clas- 
sa 


Totaux 


4,234,363,000 


4,088,401,000 


+ 145,962.000' Il 



On ne saurait être surpris de ce résultat quand on considère que ce qui reste de 
notre viticulture vient de subir en i885 et 1886 deux années de très mauvaises 
récoltes ^^^ qui nous ont obligés à faire venir de Tétranger des quantités de vin de 
plus en plus grandes pour suffire aux besoins de la consommation. Cest ainsi que les 
importations de vin , insignifiantes il y a douze ans , se sont progressivement élevées 
à 1 30,703,000 francs en 1870,331 4*883,000 francs en 188a, à 388,6a5,8oo francs 
en i885 , pour atteindre le cniffre de 5i6,a83,ooo francs en 1886. 

Que la récolte soit bonne, qu'elle soit mauvaise, le consommateur français ne 
veut pas changer ses habitudes. Il y a trente ans, avec une récolte de 35 millions 
d'hectolitres et une exportation de a, 5oo, 000 hectolitres, on se trouvait en excé- 
dent et on devait convertir en alcool ou en vinaigre a à 3 millions dliectolitres. 

Aujourd'hui et quoique le volume de notre exportation n*ait pas augmenté, 
quoique la quantité de vin convertie en alcool et en vinaigre chaque année ne dé- 
passe pas 45o,ooo à 5oo,ooo hectolitres , quoique la fabrication des boissons de 
raisin sec ait pris une extension considérable, quoique enfin la valeur marchande 
du vin ordinaire ait à peu près doublé, il nous faut encore de 35 à 36 millions 
d'hectolitres de vin pour satisfaire à nos besoins. £t cependant la population de la 
France , diminuée par les malheurs de la guerre , a tout au plus augmenté d un 
vingtième dans celte période. 



<^) a8,536,ooo hectolitres en i885 et 25,o63,ooo en 1886. Pour les résultats de 1887, 
voir le Bulletin de décembre 1887, page 687. 



Digitized by VjOOQIC 



— 29 — 

Ce que je viens de dire du vin , je f étendrai voiontitf» au blé. Là aussi nous pou- 
vons constater un développement de la consommation qui rend f importation néces- 
saire. 

En 1849, i85oet i85i, la France, avec une récolte moyenne de 79 millions 
d*hectolitres, n a pas seulement suffi aux besoins de sa population, qui était alors 
de 36 millions d*àmes, ^e a eu. des excédents qui pour ces trois années se sont 
devés a 5,8oo,ooo hectolitres, lesquels ont été exportés sous forme de grain et de 
farine. Si les mêmes habitudes de consommation s étaient continuées, notre popu- 
lation actudle de 38 millions d âmes ne devrait consommer que 83 millions d* hec- 
tolitres de firoment et cependant des récoites supérieures à 100 millions d*hecto« 
litres ne lui suffisent pas. En 1886, la récolte officiellement évaluée à 107,387,000 
hectolitres, succédant à celles de i88d et i885 qui avaient donné 109,860,000 et 
1 1 4)3 3 1,000 hectolitres, est restée inférieure à la demande et a dû être complétée 
par un appoint de 8,700*000 hectolitres achetés à Tétranger ^^K 

On dira quil faut s'applaudir de ce résultat, quil témoigne des progrès de Tai- 
sance dans toutes les classes de la société. Je n y contredis pas , mais alors il ne faut 
pas présenter le développement du chiffre de nos importations comme une cause 
aappauvrissement pour le pays, tandis qu'il est bien plutôt un signe de Textension 
du bien-èlre dans les couches les moins aisées de nos populations. 

Si Taccroissement du chiffre des importations de produits alimentaires est un 
signe du dévdoppementde Taisaoce, Taccroissement des importations de matières 
premières est un symptôme significatif de la reprise du travail. En 1886 , nos ma- 
nufactures ont mis en œuvre un peu plus de coton, plus de soie, plus de laine qu'en 
1885, et c*est ainsi que cette catégorie de notre commerce extérieur est passée de 
1, 949,304^000 francs à 2,007,276,000 francs, qui correspondent à une plus grande 
activité dans la production des tbsus. 

Après avoir constaté Tamélioration marquée que Tannée 1886 a vu se produire 
dans notre commerce extérieur, il est naturel de se demander si notre commerce 
intérieur a bénéficié de la même reprise et si la consommation nationale a progressé. 

Ici, nous n avons pas, pour asseoir notre jugement, de statistique régulière et 
complète, permettant de résumer en chiffres précis Tensemble de la production 
française pendant une série d'années , mais nous pouvons trouver dans un certain 
nombre de résultats connus le moyen de découvrir le sens dans lequel a marché 
cette production. 

C'est d'abord le mouvement des marchandises sur les grandes voies de transport 
par chemins de fer et par eau. 

Aujourd'hui, il n'y a guère de produit , agricole ou industriel, qui ne donne lieu à 
des transports , soit pour le groupement des déments nécessaires à sa production , 
soit pour arriver à l'atdier, terre ou usine , qui doit le transformer, soit pour 
atteindre le centre de consommation auquel il est destiné. 

n s'établit ainsi, entre l'activité de la production et le tonnage des voies de trans- 
port , une relation des plus étroites ; celle-là ne peut modifier ses allures sans qu'au 
même instant celles-ci n'en éprouvent le contre-coup i 



(^) Ûo a voulu expliquer cette augmentation de la consommation du blé en disant qu'elle 
correspond à une diminution dans la production des grains secondaires : le méteil , le seigle, 
le sarrasin ; mais, en fait, la compensation est bien loin de s'établir, puisque la diminution 
dans la production des grains secondaires n'équivaut pas à plus de 6 millions d'hectolitres. 



Digitized by VjOOQIC 



— 30 — 

De 1878 à i883 nous étions dans une période d activité commercitie croissante 
et le tonnage des marchandises sur les grandes artères de transport grandissait 
d*année en année. 

A partir de i883, la marche des affaires se ralentit graduellement et la circu- 
lation des marchandises décroit d'une manière continue ^^K 

En 1886, Les neuf premiers mois de Tannée dénotent une circulation inférieiu^ 
à celle de i885 , à ce point qu'à la fin du troisième trimestre la recette du transport 
des marchandises sur 1 ensemble des lignes d'intérêt général avait perdu 39 mil- 
lions. Un refour d'activité qui se produit pendant les trois derniers mois de Tannée, 
au moment même où les affaires commerciales conunençaient à se ranimer, fait 
regagner le tiers de cette somme , mais Tensemble do Texercice se solde avec un 
tonnage inférieur a celui de i885. 

Nous sommes donc fondés à penser que Timportanœ de la . consommation agri- 
cole et manufacturière en 1886 a été plutôt inférieure que supérieure à celle de 
i885, le mouvement de reprise s'élant accentué trop tard pour permettre au sur- 
croit d'activité des derniers mois de compenser le déficit des trois premiers tri- 
mestres. 

Bien d^autres indices viendraient au besoin appuyer cette conclusion. L'un des 
plus significatifs est le mouvement de la consommation des combustibles minéraux , 
qui lui aussi se trouve intimement lié aux vicissitudes de la production. Cette con- 
sommation, qui avait atteint le chiffre de 3a,d39,3oo tonnes en i883, est succes- 
sivement descendue à 3o^9^i,4oo en i88di à 3o,o34i8ooen i885 et à 2.8,961, 383 
en 1886. 

Ici encore les chiffres viennent montrer que pendant Tannée 1886 la puissance 
de production du plus grand nombre de nos manufactures n'a pas été pleinement 
utilisée par les demandes de la consommation ^*K 

(') Voici quel a été pendant ces demiëros années le tonnage kilométrique des grandes 
lignes de chemins de fer et du réseau de navigation : 



ANNÉES. 


CHEMINS DE FER. 


VOIES NAVIGABLES. 1 


LOXODIVK 

ea UIonètrM. 


VOVBIUI Dl TOKSIS 

k 1 aïooi^tre. 


LOnOCBQft 

•D kilomètres. 


nOIlBXI DK TOX:<KS 

k 1 kilomètre. 


1880 


2'J,240 
25,576 
29,698 
30,058 
30,352 
30,843 
31,245 


10,350,209,739 
10,725,831,568 
10,835.(148,000 
11,064,711,000 
10,847,996,000 
9,294,602,000 
8,804.768,000 


11,960 
11,968 
12,230 
12,538 
12,538 
12,538 
12,538 


2,007.000.000 
2,174,531,000 
2,264,586,000 
2,382,605,000 
2,452,094,000 
2,110,000,000 
2,385,600,000 


1881 


1884 


i883 


i88â 


i885 


1886 





W La producliou métallurgique , fjui est aussi considérée comme un des signes indicateurs 
de Tactivité du travail de Tensemble des industries , a également diminué en i886 : 



PBODUOTIOK 

en i88â. en i886. 

tonnes. tonnes. 

Ponte i,fi3o,648 i,5o7,85o 

Acier » 553,83g 466,91 3 

Fer 782.431 767,314 



Digitized by VjOOQIC 



— 31 — 

L^anoée commerciale 1886 pme dan$ son ensemble resterai donc dassée en 
France comme une mauvaise année. 

Les pays qui nous environnent n ont pas été mieux partagés. 

L* Angleterre a vu diminuer tout à la fois ses exportations et Tençcmbie de son 
commerce extérieur spécial : 



EN iS85. 

franei. 

Importations 9,260,107,800 

Exportations 5,3a6,i i2,5oo 

Totaux i4,586,aao,3oo 



KS 1886. 

franes. 
8,734,627,000 
5,309.099,900 

14*043,626,900 



Chez elle comme en France, le mouvement des marchandises sur les chemins de 
fer a fidèlement reflété les variations du commerce extérieur pendant ces dernières 
années. On en peut juger par le rapprochement que voici : 



ANNÉES. 


VALEUR 

DU COmiBBCK 

eitêrienr spécial. 


RECETTE 

ou TBAXSrOBT 

dos inarchandiseï 

sur le r^eau 

Jes elioinina de fer. 


ÉTENDUE 

DV KKSBAV 

en kilomètres. 


i88a 


francs. 

16,505,930,000 
16,813,942,000 
15,712,554,000 
14,586,220,000 
14,043 827,000 


francs. 

043,508,000 
967,533,000 
941,765,000 
921,817,000 
917,852,000 


29,698 
30,058 
30,352 
30,843 
31,145 


i883 


i88à 


1886 


1886 





n est impossible de ne pas être frappé de la concordance parfaite de ces deux 
séiîes de chiffres. 

La Commission d*enquète chargée par le Parlement de rechercher les causes de 
la crise qui frappe la production anglaise impute en grande partie k la concurrence 
allemande le ralentissement des exportations. 

« L*intensité croissante de la concurrence tant chez nous que sur les marchés 
neutres , écrit-elle dans son rapport , vient surtout de TAlIemagne. En se reportant 
aux rapports consutaires qui nous viennent du dehors , on verra qrue , dans chaque 
partie (hi monde , la persévérance et Tesprit d'entreprise des Allemands se font 
sentir. Par leur connaissance des marchés , par leur désir d'accommoder leurs pro* 
duils aux besoins locaux , par leur volonté bien arrêtée de prendre pied partout où 
cela est possible et par leur ténacité à s y maintenir, ils paraissent gagner du ter» 
rain sur nous. » 

Si du pays libre échangiste par excellence nous passons au grand Etat qui pra* 
tique le protectionnisme à outrance — j'ai nommé les Étals-Unis — nous retrouvons 
une situation tout à fait analogue à cdle que nous venons de constater en Angle* 
terre. Le commerce spécial d'exportation des Etats-Unis pour l'année 1886 est en 



Digitized by VjOOQIC 



— 32 — 

diminution sur Tannée précédente , qui elle-même avait donné des résultats moias 
bons que celle qui avait précédé. En voici les chiffres : 

fr«ncB. 

i883 4,181,960,000 

1884 • . . . 3,770,000,000 

1885 3,778,940,000 

1886 3,448,696,000 

La statistique de la circulation des marchandises sur le réseau des grandes lignes 
de ce pays, dont je n'ai les chiffres que jusqu'au 3i décembre i885, s'accorde 
très bien avec ces résultats : 



ANNÉES. 



i883 
i885. 



LONGUEUR 

DU fti»>AU 
en kilomètres. 



15^,006 

172,064 

198,08'! 



NOMBRE DE TONNES 

DB MABCHARDtSBt 

portas à 1 kilomètre. 



Sur 
tOKt le r^eeu. 



72,046,149,000 
73,125,715,000 
80,363,347,000 



Par 
kilomètre. 



419,000 
402,000 
406,000 



VALEUR TOTALE 
du 

COMMBBCB 8PBCIAL. 

ImporletioD» 
et exportationa. 



francs. 

7,849,659,000 
7,161,180,000 
6,701,340,000 



L'Allemagne a mieux défendu son commerce extérieur que TAngleterre ei les 
États-Unis. Si le mouvement de ses importations est inférieur à celui de i885, le 
chifire de ses exportations lui fait regagner une paiiie du terrain qu'dle avait perdu 
Tan dernier. Comme en France, le mouvement de reprise s'est surtout manifesté 
pendant les derniers mois de Tannée : 



IHPORTATIOIfS. 



EXPORTATIONS. 



francs. 



188a 3,911,875,000 

i883 4,079,635,000 

1884 4,076,004,000 

i885 i . . . . 3,691,572,000 

1886 3,574i3aa,ooo 



franc*. 
3,988,135,000 
4,090,350,000 
4,006,135,000 

3,574»333,ooo 
3,739,967,000 



Les exportations de TAUemagne ont donc augmenté de i55,645,ooo francs en 
1886. Cette amélioration n a pas empêché le commerce allemand de se plaindre de i.i 
stagnation des affaires à Tintérieur. On ne sera donc pas surpris de constater que le 
mouvement des transports de marchandises sur le réseau de chemins de fer de ce 
pays est en diminution depuis trois ans : 



ANITEES. 



188a 
i883 
iSSh 
i885 
1886 



NOMBRE 

MOT» 

(la kilomètres 

eiploitéa. 



34,389 
35,010 
35,675 
36,610 
37.437 



NOMBRE 

DK TONKIS 

de marehandiaea 

Iranaporlées 

à 1 kilomètre. 



13,387,771,000 
1/1,632,287,000 
J 5,1 65,555,000 
15,564,806,000 
15,309,896,000 



CIRCULATION 

■OTBm 

par kilomètre. 



360.000 
418,000 
427,000 
425,000 
«108,000 



Digitized by VjOOQIC 



— 33 — 

En comparant ce lableaa aa taUeao inalogue qui se rapporte aux chemins de 
fer français ( page 3o) , on remarquera que le mourement des marchandises par 
idlomitre est notablemeot phis élevé en Allemagne qu*en France : 4o8,ooo tonnes 
en 1886 pour les premiers, aSd^ooo tonnes pour les nôtres. Il ne laudrait pas se 
faâler de conclure de cetle différence qoe la production allemande est beaucoup (dos 
considérable quota production française, a abord parce que nous possédons en 
France un réseau de navigation intérieure et une marine de cabotage qui enlèrent 
aux chemins de fer la partie la plus lourde des transports de marchandises, ensuite 
parœ que les kxtmches les plus importantes de notre fabrication s'appliquent à des 
objeti légers, tels que les étoffes , les objets d*art et de mode cjui ont une grande 
valeur sous un petit poids. 

Un exemple va mettre en relief cette différence. 

Le commerce spécial d'exportation de 1* Allemagne en 1886, exprimé en argent, 
n» excédé la commerce d'exportation de la France que de 38) militons, soit 
11 7/10 p. 0/0, tandis qu'à ne considérer que les poids, l'eiportation dlemande 
est quatre fois plus considèraUe que Texportation française : die se chiffre par 
i89,!t&3,83o qurataux métriques, pendant que Texportation frange ne pèse que 
A7,88i,o5g quintaux ^^h niais aussi la valeur moyenne du quintal exporté est pour 
la France de 67 fr. 80 ceut., tandis qu'elle n'est pour TAllemagne que de ig fr. 
70 cent 

Celte supériorité dans le poids des marchandises exportées est, au point de Tue 
de la bonne exploitation des moyens de transport sur terre et sur mer, un avantage 
appréciable. En France, nos chemins de fer, notre marine se plaignent de l'insom* 
sanœ du fret de retour, qui multiplie les voyages k vide et augmente les prix de 
revient du transport. 

L'Allemagne a sur la France un autre avantage qui appelle toute notre attention. 
Sa population se développe rapidement pendant que la nAtre reste stationnaire. 
Noos étions à peu près à égalité comme nombre en 1871. Aujourd'hui la population 
de l'Allemagne dépasse la population française de 8 millions d ftmes, soit a 3.5 p. 0/0. 
Or il est évident que, dans une société laborieuse, la puissance productrice croit 
en raison du nombre des travaiHeura et que , si cette disproportion continuait à 
s'accentuer, il viendrait un moment ou le commerce exténeur français se trouve- 
rait forcément débordé. 

Si nous ne pouvons rien changer k la fécondité des ménages , au moins devrions- 
nous ne pas décourager l'immigration et la naturalisation des étrangers dans notre 

Je pourrais multiplier ces rapprochements statistiques , montrer, par exemple , 
que le commerce spécial d'exportation de Tltalia a subi une nouvelle réduction en 
1886, malgré l'importance que notre mauvaise récolte vilicole a donnée à l'expor- 
tation de ses vins; que celui de T Autriche- Hongrie est dans le même cas; mais j'en 
ai dit asses, je crois, pour pouvoir hautement aifirmer que, si Tannée 1886 a été 
difficile pour la production française, elle a frappé plus durement encore les autres 
pays et qoe, tout compte frit, nous sommes de tous les grands Etats celui dont le 
commerce a conservé au milieu de l'atonie générale et du resserrement de la con- 
sommation la meilleure contenance. * 



(^) Importance du commerce extérieur de 188G ea 4uioUux mciriques : 

UVOftlATIOl. BVMTATU». 

Allemagne * .... ^ i6g,Â58,8io 189,342,820 

France 303,58i,55i 47,881,059 

atJLL. DB STAT. 3 



Digitized by VjOOQIC 



— 34 — 

Juft]uî(â^ je ii*Aifi^n dii.deii< pâleurs attribuées p«r kr CominiMion permaDenle 
aux marchandise^ ioiportées e^ exportées. Si les pays de proY^uanoe ou de desti- 
nation Je ces marchandises, sont restés dans un état de stagnation oommerdaie 
pendf^nt la plus grande partie de Tannée ^ la tendance à la baisse a dà persister et, 
en eiTtkt , en d^^hors de sept exceptions de produits que ie désignerai un peu plus 
loin, tous le4 bas prix constatés en i885 se sont maintenus ou ont fait de nou- 
veaux progrès* Le bétail « les houblons, les fruits, les graines oléagineuses, les 
tourteaux, le sucre, les graisses et leurs dérivés, la chandelle et la bougie, la 
bouille, le colon, les fils el les tissus de coton, le lin et le chanvre, les tissus de 
soie mélangée, le^ peaux, les pÂteaa papier et les canons, lesttattes, tresses et 
chapeaux de paille, la tabletterie, le cuivre, le nickel et ralumtaium, les outils, 
les couleurs dérivées du goudron , le veirre a vitre soni cotés pour i'£d6 avec des 
diminutions d4 valeur variant de 5 à a5 p. o/o sar les prix de i885. 

Les exceptions portent sur lea biés el farines cotés avee une hanseede 9 i/a p. o/o, 
les cafés (hausse 99 p. o/p) « Tétain et le plomb (hausse 10 et 12 p, 0/0 )i les bois 
de teintore (haus»e 6 p» o^o) , la soie grège et la bourre de soie (haosse 7 et 
6 p. o/o), les rtibens de soie (hausse 10 à i5 p. 0/0), la laine en masse (hausse 
90 p. 0/0), les étoffes de laine Ibulée et peignée (hausse 8 et 16 p. o^). 

Arrètons^noua un inattint sur ces améliorations de prix et sur les causes qui les 
ont produites. 

La hausse survenue dans les.cQura du blé et des ftirioes sur le marché français est 
la conséquence des mesures législatives qui ont augmenté le droit de douane qoi 
frappe ces deux produits alimentaires. La tendance des marchés extérieurs était 
plutdt à la baif se , et lorsque a» mois de décembre les (romenta étaient cotés 2a francs 
le quintal à la Halle de Paris, ils se vendaient 17 et 18 fr. 5o cenL a Anvers et à 
Londres. Si le» anciens droits de 60 centimes par quîntal de Ué et de 1 6r. ao cent, 
par quintal de £uîne avaient été neiatenua, il est probable que ces produits 
auipaient subi une noutelle déponéciation* 

La hausse sur le» s6ie«i« est imputable a Taction modératrice d*nn syndicat de 
banquiers organisé à Turin pour soutenir les cours ^^K 

La hànMe sur rétain, le plomb , les bois, de teinture, les ciAs résulte d*nne 
diminution dans la pcoduetion de ces article»^ L offire est devenue inférieure à la 
demande et -les prix se sont relevés. 

La hausse sur les rubans est due au reloua de la mode vers un okget de fiarare 
très abandonné depuis quelques années. 

Enfin la hausse de la laine a été causée par une demande exceptionnellement 
active des étoffes de laine fine> qui B*est traduite en 1886 par un aeoreissement de 
1 5 pb 0/0 dans nos achats de kine hmte et de filés de laine <% 



(^) Le rapport de la Chambre de commerce de Lyon rend compte de cette opétation dans 
les termes suivants : 

« Le syndicat de Tnrin revendique tout rhonneur de ce rdèvewent de prix, et cet honneur 
ne lui est pas contesté. Il a suffi, disent ses promoteurs, de 10 à la millions de francs jetés 
snr le marché des spies pour rendre courage aux prodacteors démoralisés par plusieurs 
années de baisse presque ininterrompue et pour mettre en lumière la pauvreté des stocks. » 

(*) L'importation des laines en masse et des filés de laine a été en 1886 de 193,098,481 ki- 
logrammes; en déduisant l'exportation, soit 18,420,610 kilogrammes, il reste pour la don- 
sommation intérieure 174,677,871 kilogrammes. 

Le même eidcnl iqppliqué aux laines importées en i885 donne une mise en consomma- 
tion de 1 5 1,97 1,801 kilogrammes ; Taugmentation en 1886 est donc de 23»7o6,ooo kilo- 
grammes, soit i5 p. 0/0. * 

Les importations de fils da laine ont aussi augmenté. L*importation avait porté sur 
2,974,576 kilogrammes en i885. Elle a atteint le chiffre de 3,548,876 kilogrammes en 
1886. 



Digitized by VjOOQIC 



— 35 •- 

On lira a¥ec ioiMt dâd» les rapports de ladeinièm^et de la quaUriènie sectioD 
lliistorique de ces hausses et des mouveodents dos prix un peu désordonnés 
qu elles 0ai pFavoqués« 

Leur imprévu , les circonstances qui les ont accompagnées montrent' combîefn , 
sur un marché découragé , où les producteurs sont démunis d*approvisionnëments 
parce que le courant des idées est à la baisse et que personne ne se hâte d'acquérir 
une marchandise qui peut se déprécier entre ses mains , il faut peu de chose pour 
retourner les esprits , réveiQer la spéculation et ramener les cours à leur taux 
normal. 

Des économistes, voulant évaluer le dommage que les baisses successives de prix 
a¥tteat pu causer à l'industrie française , ont appliqué aux quantités exportées en 
i885 les prix fixés par la Commission des vfileurs en 1873 et ils ont ainsi trouvé 
que , pour celte période , la différence était 4e 33 p. 0/0. Il ne faudrait pas croiire 
^e le travail manufacturier ait sapporté tout le poids de cette différence, parce que 
si les produits fabriqués ont baissé de prix, les matières premières employées pour 
lea obtenir, telles que le bois, le lin, le coton» la laine, la soie, les graisses, les fruits 
oléagineux, Tindigo, les bois de teinture en grande partie tirés de l'étranger et en 
tout cas créés pour la culture du sol , ont subi des dépréciations considérables et 
allégé d'autant les prix de revient ^^K Un simple exemple en fournira la preuve. 
Dans les tableaux de la valeur des marchandises exportées , on trouve les tissus de 
soie pure unis cotés i34 francs le iilogramme en 1868 et 73 francs en i885. Ai- 
lona-nous en conclure que la fabrication a diminué le prix de revient de ces façons 
de 46 pr 0/0 dans cette période de temp ? Non , sans doute. Nous remarquerons que 
les soies iprèges de France et de Chine, aujourd'hui cotées aux prix de 56 francs 
et de 37 francs le kilogramme, se vendaient respectivement i3a fr. 5o cent et 
75 fir. 5o cent en 1868, et nous en conclurons que cest le produ<;teur de, la 
matière première qui a supporté presque tous les frais de la baisse des tissus et 
que la fabrication n y est entrée que pour une part infime. 

Xai d'ailleurs eu l'occasion de flaire remarquer dans mes précédents rapports que 
le génie civil améliore à chaque minute les procédés de fabrication et que cette 
catise seule suffirait pour déterminer, ^ans dommage pour le manufacturier, un abais- 
sement continu des prix. 

La part de la réduction moyenne qui atteint le protit. industriel est doqc bien 
inférieure au chiffre de 33 p. 0/0; mais enfin, si faible qu'elle soit, elle suffit pour 
entretenir dans le monde des affaires un état de malaise incontestable. 

Une circonstance a beaucoup contribué à prolonger et à aggraver cet état de 
malaise : c'est le caractère d'universalité qu'il a revêtu. Les publications des douanes 
anglaises, allemandes, italiennes , constatent que dans ces divers pays les pri& ont 



il) VALIVB 

en 1869. en i885. 

Laine eu massé (le kilogramme) >. . . . 1 ^ 90* 1^ 65'' 

Lin teilié (le kilogramme)* 1 77 o 99 

Coton en masse (le kilogramme) * 3 65 1 4s 

Suif (le kilogramme) 1 03 o 70 

G^sines oléaffiDeases (le kilogramme) 0^9 o 35 

Indigo (le kuogramme) sa 00 1 5 5o 

Acajou (le kilogramme] o 4o o 37 

Bob de chêne à construire (le stère) 100 00 55 00 

3. 



Digitized by VjOOQIC 



— 36 — 



suivi exaolement la même marche que nous; ils oot subi les mêmes oscillations, ils 
ont éprouvé une dépréciation sembtaMe. 

C'est là un des résultats les plus considérables delà révolution qu a produite dans 
notre société moderne riutroduction de la vapeur et de Télectricitè. La rapidité et 
le bon marché des communications sont devenus tel^ que Ton pourrait dire sans 
trop d'exagération que Tinfluence des deux facteurs autrefois prédominants dans les 
rapports internationaux, le temps, Tespace, sont à peu près supprimés. Alors tous 
les marelles sont devenus solidaires et les pkis légères différences de prix qui se 
produisent sur un point, instantanément annoncées parle télégraphe, amènent des 
déplacements de marchandises qui nivellent incessamment les prix. 

Cette extension presque indéfinie des marchés , cette facilité offerte à tous les pro- 
ducteurs de s'approvisionner sur tous les points du globe, cette sécurité donnée an 
consommateur d*obtenIr toujours au moment ou il les désire lés objets néce^aires 
à la salîsfaciion de ses besoins et de ses goûts , ont des avantages incomparables ; mais 
une si grande révolution introduite dans nos vieilles sociétés n*a pu s'obtenir sans 
troubler bien des situations acquises, sans causer bien des souffirances. 

La concurrence plus vive, plus pressante, demandait plus d'efforts, des sacrifices 
plus étendus pour conserver avec des prix abaissés les bénéfices commerciaux qu'on 
avait obtenus dans le passé; on s'est demandé si l'on ne pourrait pss, au moins 
pour le commerce intérieur, relever les prix et augmenter les bénéfices par un 
exhaussement des droits de douane et , conmie les traités de commerce faisaient 
obstacle à ce relèvement , on à organisé une véritable campagne pour empêcher 
le renouvellement des traités. 

Il ne m'appartient pas d'engager ici de polémique en faveur ou à l'encontre de 
cette opinion; mais, en restant dans le domaine des faits, on ne peut mer ique le 
régime conventionnel, par sa fixité et la modération relative de son tarif, n'ait 
donné au travsil français un élan considérable. 

Pour s'en convaincre, il suffit de mettre en parallèle les progrès qu'a Csits Tex- 
portation française dans les pays soumis au régime conventionnel et dans les pays 
restés en dehors des traitéi ; de rapprocher, par exemple, les chiffres de notre com- 
merce Spécial d*exportation tlans l'année iSjg, qui a précédé les traités, et dans 
Tannée i885, qui peut être a bon droit considérée comme exceptionnellement 
mauvaise. De i85g à i885, notre commerce d'exportation dans les pays conven- 
tionnels a augmenté en valeur de 68 p. o/o et en poids de 1 5o p. o/o , pendant 
qu'avec les autres pays notre exportation restait stationnaire. 

La comparaison de 1869 avec i885 donne les résultats que voici ; 



PAYS DE DESTINATION 

Liés ï i.A FRANCE PAR DBS TRAITÉ^. 



Angleterre 

AvUiche , 

EttMignc , 

Belgique 

llaUe 

Portugal 

Suède et Norvège 

Suisse 

ToTAti 



VALEUR 

DB L-BXrOIITATlOS »RA!I(AI&I 
ea millions d« francs. 



1859. 



M91.6 



J8S5. 



591. .1 


829. G 


3.7 


15.7 


100.8 


102. <i 


168.0 


437.3 


185.5 


177.3 


lu. 2 


20.4 


5.8 


rt.o 


115.7 


188.5 



2»0O2.S 



Digitized by VjOOQIC 



— 37 — 

L*augmentation dans cette période de 37 ans de notre exportation sur les 
pa^a liés par les traités de commerce est donc de 8H millions S/iO, soit 68 p. 0/0. 

L'ensemUe des pays restés en dehors des traités a pris à notre exportation : 
en 1859, 1 107^,800,000 francs, et en i885, i,o8&,aoo»éoo francs : différence 
en bvear de 188&, 11,200.000 francs, soit un peu plus de 1 p. 0/0. Et si Ton 
déduisait l'Algérie, qui entre pour 1^7 millions dans le chiffre de 1869 et pour 
167 millions dans le chiCgrede i885« legun àé 1 i«200,ooo francs se changerait en 
une perte de 7,800,000 trmcê. 

Ainsi, depuis 3o ans, TAngleterre, la Belgique, la Suisse ont perfectionné 
et multiplié leare moyens de production dans toutes les branches du travail , 
et cependant notre commerce avec ces pays n*a fait que grandir et il ne faut pas en 
être sormisvTffrle travail amèiie l'exhaussement continu du niveau de la nchesse 
privée. En devenant plus opulentes, les populations deviennent plus avides de 
oien-étre, plus ra£Bnées dansledioix de leurs consommations, plus friandes des 
nevveatités ^f^riqnées^ à f étranger. G*es4-0e«leme»t ainsi qoon peut eKfJiquer le 
développement oonsidérabie de nos exportations en Belgique et en' Angleterre. 

Gomment, voici deux pays exceptionndlement âivorisés par la nature pour pro- 
duire à bon marché I Ils possèdent de magnifiques exploitations houillères, des po- 
pulations ouvrières exercées; ib détiennent les grands marchés de^ matières 
premières; ils disposent d'immenses capitaux , d un ensemble de voies de transport 
parfaites; ils ont de magnifiques atdiers; ils étendent leur activité sur toutes les 
oranches de la production , et cependant nous vendons chez eux chaque année pour 
63o millions de produits fabriqués chez nous l 

Pendant ce temps, nous voyoi^ la République des Etats-Unis, avec ses 67 mil- 
lions de travailleurs si énergiques, si audacieux, si inventeurs, impuissante à faire 
une place sérieuse aux produits de ses manufactures non pas seulement en Europe , 
mais dans les Républiques ses voisines les j^ immédiates. 

Bien plus, les Américains ont si complètement réussi, avec leur tarif excessif, à 
enfler chez eux le prix de tous les objets makinfisicturés , que nos fabricants peuvent 
encore leur vendre avec profit les objets exécutés en Europe en payant, outre les 
frais d'emballage et de transport, des droits d'entrée de ào et 5o p. 0/0 ad valorem, 
et cela pour des quantités considérables de marchandises déclarées à la Mouane . 
pour 1,295,350,000 francs en 1886 ^*\ mais qui, en réalité, ont une valeur bien 
supérieure à la somme. Aucun autre pays n'est k ce point tributaire des manufac- 
tures étrangères. 

Ce n'est donc pas l'émulation dans le travail qu'il feut redouter; ce qui* est mortet 
pour un peuple , c'est de s'abandonner k cette inclination trop naturelle chez l'homme 
d'épargner sa peine et d'écarter ses concurrents, non plus par son activité ou son 
mérite, mais en empruntant, pour s'en (aire un rempart, les matérianx de cette 
muraille célèbre que la Chine est en train de démolir. 

Quand ces considérations auront été mûrement examinées et pesées k leur juste 
valeur, on s'apercevra , j'en suis convaincu , que la sagesse commande de maintenir 
notre tarif douanier dans la gamme modérée du tarif conventionnel et de ne pas 
troubler davantage les évolutions naturelles des prix. 

<^} Les tissus eutrentdans cette somme pour 631,578,880 francs, savoir : tissus de laine 
314,560,780 francs; de coton, 153,897,800 francs; de soie, i4S,o4o,ooo francs; de chanvre 
et de lin, 108^080,000 francs. 

L'exportation des produits fabriqués aux États-Unis figure dans les tableaux de la douane 
de ce fkp pour 334*160,094 francs composés de métaux et ouvrages en fer (81,563,072 fr.), 
de cofîuges et de tissus (67,843,460 fr.), de peaux prépanSes et ouvrages en cuii* 
(45,361, ig3 fi*.), de produits chimiques (27,533,930 fir.) , de montres, de papier, etc.; cest 
moins des s/S de Texportation de produits fabriqués du petit Royaume de Belgique. 



Digitized by VjOOQIC 









— 38 












PIRBGTION D0 UOÛTBUfiNt G^NéllÂL DBS FÔNtiS. 






ACHATS ET TEKTE6 DE RENTES 






EFFECTUÉS POUR LE COMPTE DES DÉPARTEMENTS. 






L ^ Améêê 1866 à 1887. 




MÉMIHMB^ 




CAPITAUX 


COURS MOYEN DB LA RENTE 


1 


ANIMÉES. 








, 


•ehftti. 


Tatlaii 


3 p. o/o. 


3 r. o/q 
.n^rtUtabla. 


4 i/a P. o/o. 


5 p. o/o. 


4 1/9 #• 0/0 
aoavatu. 




maiiou. 


mUlkmi, 


(t. c. 


ir, c. 


fr. «. 


fr. e. 


' fr, c. 


iS65 


181.5 


61.3 


67 74 


«/ 


96 26 


it • 


Il 


1666,. 


ia6.7 


70.1 


68 01 ' 


II 


96 84 


II 


II 


»««7 


125.8 


67.9 


69 03. 


II 


98 49 




» 


1868 


128.7 


86.0 


69 91 


n 


100 61 


II 


II 


1869 


133.9 


72.1 


71 41 


il 


102 26 


II 


u 


1870 


107.1 


52.8 


65 79 


n 


94 57 


" 


II 


1871. ........ 


146.1 


9.0 


54 19 


h 


79 97 


II 


II 


187a 


479.0 


40.5 


54 80 


II 


86 10 


89 10 


H 


1873........ 


577.9 


78,3 


56 50 


II 


81 10 


89 95 


U 


1874 


597.9 


15S.9 


60 80 


il 


87 56 


96 54 


M 


1875 


5ia.5 


190.0 


64 91 


II 


94 49 


103 36 


H 


1876 


517.9 


238.4 


68 82 


II 


98 94 


105 23 


It 


1877 


S05.4 


255.7 


70 86 


II 


100 56 


105 10 


II 


187B. ..,.,... 


m»4 


980.4 


'75 0^ 


80 34 


105 33 


111 42 


II 


1879- 


391.4 


311.6 


80 70 


80 05 


111 46 


115 56 


il 


1880 •»..«,„. 


355,7 


252.4 


84 45 


86 37 


116 96 


118 66 


U 


1881 


334.1 


211;0 


84 97 


86 46 


114 42 


118 29 


»t 


1883..,,*.,.. 


389.5 


146.5 


82 19 


82 62 


111 38 


115 65 


II 


i885 


»ft5.3 


162.0 


79 05 


80 53 


109 10 


112 06 W 


107 57"' 


1884 


372.8 


135.0 


77 70 


79 12 


106 28 


// 


107 69 


i885 


344.6 


157.1 


80 41 


82 25 


105 49 


II 


109 22 


1886 .* 


335.8 


167.4 


82 32 


84 72 


106 08 


II 


109 80 


1887 


367.3 


153.3 


81 07 


84 26 


103 82» 


II 


107 45 


*""/ ••••••••• 


(^ A partir d« 1*' 
{«) A ptrtù da a3 


•odt i88d, 1« 6 p. 0/0 a oaU à*éln cota; H • iU rwnpfacé par btumi 
Doveuibra le 4 i/> p» o/o a caisé d'Atn cet4. 


«an i i/a p. o 


/Q. 



Digitized by VjOOQIC 



— 39 



OC 






o 



^ § 


- i 


i 


5- 


T 

r- 


TTFTT 

§ i s s 1 

a a a a~ a. 


s ©i ^ •« Oi 

s" 2 s 2 g 

m 4f fo » 0$ 


1 




M 


i 


8 


i 

S 


» 0> ^ ' M m 

S S 2 a S 

« «f « t-T' «> 

-4 «^ 4 m «o 

«O ». •« «. •=. 

S S S S S 


i % î- ^- B 
s s s s s 
s s s; s s 


i: 




-1 

O 
O 

■ 




«î 


S 

-S 


•-4 

S 


a s -a P- ff- 
« ^-5 a -S 


« s s s 3 






>4 i 


3 

1 


1 


s s s s s; 

3 s 8 3 s 


s s s s 

g e 8 s ♦ 


s 
s 




-ttHii 


3 

-if 
00 


s 


S .S. S S S 

S S 00 00 00 


« 00 S « 00 s 




-! ^ 


m 

<« 

£ 




3 ?2 g 3 î2 
S S S ;S £ 


s ? s K s - 

s s s s. s ' 


s 




H 

» 

m 

M 
H 

» 

> 


■ 1 


i 


1 
§ 


1 


g S a S 5 

s m o •» 00 

$• â* s 1 s 

^ lA <f iA •« 


î 1 1 i" i 


1 






i 


1 


1 


i 1 ^ § i 

^ s i s s 


i p. i 1 1 
i 1 i § § 


i 




îîU 


i 

s" 


1 


i S S 1 S 
s s s s s 


S S i S 
a s s 1 • . 


1 




IMJ 


00 


1 


i i 1 1 1 
s s s s s 


1 1 1 |i. 
s s s . £f s 


8 




i -^ 


s 


ï 


1 


s î 9 î t 

i i i H E 


§ 1 g I § 

s g g S S" 


1 




(d 

H" 

K 

M 

l \ 

«0 

H 

O 

< 


1 


i 




1 

5 


1 1 2 1 s 

rf o g « 12 

iM <y « r> -^ 

« r^ W 00 i- 
^- ^ ,-î ^ 


i 1 1 1 1 


g 






.s 

J 


s 


f 
1 


s i § § 1 


H s 1 s g 


rr 




^4 


«m 


S 


1 


§ s i § § 
s s s ? P 


1 ! S i ■ 

r- -tf •« 


0> 




-il 


6 

1 


•H 
« 


2 

s' 


1 1 1 i 1 


assis 

s 8 S S s 


1 




i 


J 


i 


1 


s s. § R 1 

s 1 § s 1 


s 1 1 1 ? 
i s 1 B 1 


i 

s 




î 


1 • 




i 

S 


i 


i H i 1 


Hili 




■ 


■MWIM 


«■«npBVii 


■PIM 


l^^ip 










* 



Digitized by VjOOQIC 



-^ 40 — 

DIRBCTIOH ofHillALK DBS MOMNAUS BT MEDAILLES. 



MONNAIES FRANÇAISES» COLONIALES ET ÉTRANGÈRES 

ET MÉDAILLES FABRIQUÉES EN 1887. 



I. — Monnaies françaù 


réf. 




OÉNOMIlfATION DES PIÈGES. 


NOMBEB 

BIS riAoss. 


VALEim 

SOKIIAI.B. 


on. 
PîJ^<«ia «l#k ■ AA francs. 


334 

SOI 

1.231,^87 


fr. e. 

33.400 00 

15,050 00 

24,039.740 «> 


Piècet de 5o firanci 


FiAflM à4^ ao fiftBtt 


Total des nmaïuiie* d*or ^ . . . 

AROBHT. 

Piàcet de a francs 


l,933,0tt 


34,008,190 00 


9,343,90a 
3,291,930 
1,865,094 


4,086,800 00 

3.391,930 00 

932.847 00 


Pièces de i franc 


Pièces de So ceBtîmfn. 


Total des monnaies d*argcnt 


7,500,527 


8,910,583 00 


•note». 
Pièces de lo eentimes 


874,104 

1,007,852 

300,000 

400,000 


87,410 40 

50.393 60 

«,000 00 

4,000 00 


Piècft de 5 centimes 


Pièoas de a centimes 


Pièces de i centime 




Total des monnaies de bronze. 


2,581,956 


138,803 00 




Total génbevi 


11,314,505 


33,717,576 00 





n* ^— Moanaiêê cohniales. 

INDO-CHINE. 





DÉNOMIlfATION DES l'IÊCËS. 


Kouuas 

BBS Piftcsi. 


VALEUR 

XOmil ALB 

sa p«ir. 




AUGIRT. 

Pièces de i niastre 


3,070,410 
250,000 


fr. c. 

10,746,809 63 
272.150 00 




Pièces de ao/i oo de piastre 




Total des monnaies <l*argent 




3,326,U0 


17,017,049 63 




BBONZI. 

Pièces de i/i oo de piastre. 




2,362,388 
5,000,000 


128,584 78 
5^,430 00 




Pièces de i saoèaue 




Total oas inoiitisiîos o<ï iiroiizo. •••«««««« 




7,362,388 


183,014 78 




Total fiÉnéBAL. 




10,688.798 


17,200,064 41 







Digitized by VjOO^IC 



41 — 



UI. — Monnaies étrangères. 

HAÏTI. 



DÉNOMINiTlOIf DES PIÈCES. 


NOMBRE 

DBS Mftcit. 


VALEUR 


AMItT. 

Pièce» de i ^iird*. , 


200,000 
250,000 

350,oqo 

1,050,000 


fr. e. 

1,000,000 00 
625,000 00 
350,000 00 
525,000 00 


Pièces de 5o/ioo de gourde 


PiècM df so/ioQ de miirde a 


Pièces de i o/ioo de ffonrde. ..* 


Total générai 


1,850.000 


2,500.000 00 





RéCAPtTOLÀTION DES FABRICATIONS MONÉTAIRES. 



NATIONALITÉS. 


NOMBRE 
BBS rikcii. 


VALEUR , 


!• Momifties franoetses 


11,314,505 

10,688.798 

1,850,000 


fr. e. 

33,717,576 00 
17,200.064 41 
2,500,000 00 


H. IfoDiiMP* <X)]oDÛiJ«t î Indo-Chini! ................... 




' ' Total giÉ!Ié1iâl.'. .'. . .'. .'. ... 1 , . 


23.853,303 


53.417,640 kl 





Médailles d'or, d^argent et de bronze fabriquées pendant tannée 1887. 



NATURE DES MEDAILLKS. 



Or.... 
Argent. 
Bronze. 



Total , 



Mëdaillcs commcmorallves ( ^^ TonUn .... 
dcTcxpédlUon I dcMâdaga«a>. 



Total gémékal . 



NOMBRE. 



VALEUR. 



3,132 

107,726 

90,163 



fr. «. 

337,268 64 

568.211 79 

67,381 25 



201,021 



972,861 68 



8.500 
14,000 



30,387 05 
50,050 00 



223.521 



1.053,299 18 



Digitized by VjOOQIC 



— 4S — 

DIRECTION 61&NBRALE DBS POSTES ET TELEGRAPHES. 

LA CAISSE NATIONALE D'ÉPARGNE. 



, Le rapport adressé, le 2b novembre 1887, au Président de la République 
i>ar le Ministre des linances constate que la Caisse nationale d'épargne, dont 
nous avons déjà signalé le rapide développement (^), a vu s^accroître encore 
$a prospérité en 1886. 

D'une part, le nombre de ses opérations et le montant de ses dépdts se 
lont élevés dans une proportion considérable et, d'autre part, des créations 
et des améliorations nouvelles ont été réalisées en France, en Algérie, même 
à l'étranger. 

Sâtt^-^eole' l6»flkftggeg qui •oat^imposéos à la Caisse sont deveauea pins 
lourdes, mais il/aut se rendre cpmpte que le but principal d'une caisse d'é- 

Krgne» surtout lorsqu'elle est gérée par l'État, n'est pas tant de ré^U^er.des 
néfices , comme une banque ordinaire , que de se rendre utile au pays et de 
donner au public toutes les facilités avec toutes les garanties désirables. 

D'ailleurs, malgré l'accroissement des dépenses, le fonds de dotation , qui 
ie coinjppse uniquement des bénéfices réalisés par la Caisse ^ s'est notable* 
ment accru pendant l'année 1886. Une partie de ce fonds a déjà été em* 
ployée,avec l'approbation du Parlement, à l'achat d'un hdtel destiné à l'in* 
•tallation de la Caisse nation de d'épargne. 

Actif des déposants. 

Pendant Tannée 1886, les sommes déposées ont atteint. . . 133,267,987' 67* 

Les sommes remboursées se sont élevées à 101,8 i4,38o ai 

— — — — — < 

D'où un eacoédent do recettes de .3i^43,6o7 46 

Auqud il convient d* ajouter : 

1** Le solde créditeur du compte général des déposants au 

3i décembre i885 i54,i55.57a 47 

a"* Les intérêts boni&éa aux déposants en 1886 5,074,861 16 

pour oonnaitreraelîf des-dépoèants A» 3i déeembre i886*^'^ i90,674to3i 09 

Placement des fonds, 
^L*actif de la Caisse, au 3i décembre 1S86, est représenté par les valeurs de 
l'État français qui lui appartiennent; par le solde, à cette date, de son compte cou- 
rant à intérêts avec la Caisse des déf>ôts et consignations , et enfin par le montant 
des opérations réglées avec le Trésor public dans les premiers jours de Tannée 1887, 
bien que se rapportant à Tannée 1886. 

'*) Voir le Bulletia de décembre 1886, page 6di. 

^) £a 18^7, les déf&U reçus m sont élevés à 1^3,73 a,365 francs; les dépôts remboursés à 
)ia,747«8o3 fraies (cbifiîes provisoires); c'est encore une augmentation nette d'environ 
3i millions. 



Digitized by VjOOQIC 



~ 43 p» 



Revenus de îa Caisse. 



Les reTenus de h Caisse « pour Tatinée 1886 ; se sotit'éleviôs à. 6,620,206' 65" 

Il coavient d*en dédaire les intérêts capitalisés, soit 5, 07^1851 16 

RssTE comme revenus applicables aux frais d'administration. 1,545,355 49 

Les frais d'admhiisieaiionpotir rnimée 1886 s'étant-éle^.A, . ' 1,162,387 35 



il en résulte que le boni pendant Tannée 1886 ressort k 382, 968 i4 

Modifications et ajnéliorajdons apportées dans le foncHomemsnt de la Caisse. 

La loi organique du 9 avril 1881 a doté la Caisse nationale de puissants éléments 
de prospérité. En plaçant l'institution sous la garantie immédiate et absolue de 
rÉtat, elle Ta investie de la confiance qu'inspire le crédit même de la France. Les 
déposaats Qnt trouvé à leur portée,^ dans plus de 6,5oo bureaux de poste, des 
agences ouvertes toute la journée et toujours prêtes à recevoir les épare;ne6. Enfin les 
personnes qui changent de résidence n*ont plus été exposées à subir les lenteurs 

Ju'enthiînent inévitablement lès transferts : munies d*uii hvref national , elles ént pu 
ésormais effectuer, d un point à l'autre de la France, karsopéraitîonv de versement 
ou de retrait de fonds, par l'intermédiai-a de lun quelconque dc^ bureayx de poster 
Cependant il a paru à l'Administration que d'autres avaotases pourraient être 
encore offerts au public : pour répondre aux besoins variés de 1 épargne, la Caisse 
nationale d'épargne s'est préoccupée d'améliorer et d'étendre à des branches nou- 
velles son mode de fonctionnement. 

Cest ainsi qu'elle a été opnduite à organiser successivement : un service de rem* 
hoanement à vue à Paris; un service international entre la France et la Belgique; k 
créer le halletin t épargne ^ ht timbres-épargne, les remboursements par la voie télégra- 
phique, les remboursements par mandats-poste, les remboursements par versements à la 
Caisse des retraites; des sacearsahs navales, des succursales algériennes et des sajccursales 
étrangères à Alexandrie (Egypte) et à Tanger (Maroc), etc. 

Le tableau suivant résume sommairement la marche de Tinstitution : 



PÉRIODES COMPARÉES. 


lf01I»R& 

d« 

GOMFTIt 
TMttftt 

ottvtrta 

■a 

3i d^mLn. 


EtCÉDËNT 
des 

■or 


SOHUBS 

ouïs 
•ax dipoMnU 

Si diMBdir*. 
([.t4l4ts«9mprU.) 


dm 

caittiT 

de 
ebeqae 

3i d^em- 
bre. 


RAPPORT 

des fraU 

d'edminû- 

tietion 

ea 
montent 

dee 
■ommee 
due* ans 
djpoeuits 

an 

3i d^em- 

bre. 


Année 1882 


211,660 
375,838 
541,323 
692,582 
845,053 
II 


W,823,9M 
27.991,336 
35,143,805 
34,78M54 
31,449,516 
30,974,562 


frui«l. 

47.601,639 

77,431,416 

115,402,034 

154,155.572 

190.674.031 

fi 


tt. e. 

924 97 
206 05 
213 21 
922 59 
225 63 
II 


fr. e. 

76 
62 
58 
56 
61 
II 


i883 


1884 


. i885 t 


1886 


i887 (Ckiff, prw.) 



On trouvera plus loin (page jà)^ extraite du même document, la situa- 
tion comparative des caisses d'épaorgne postales de TEurope et du Canada. 



Digitized by VjOOQIC 



— w — 

DIRAQTION GÉRélUkLI DES P08YBS BT TELI^OBAraBS. 

LES POSTES ET TÉLÉGRAPHES 

[ISÙOASSù.) 

On trouvera ci-après (pages 48 à 63] douze tableaux résumant les ré- 
sultats généraux des postes et télégraphes depuis 1860. En voici Ténumé- 
ration : ' 

PBRiODB 1860*1886. 
T. Recettes et dépenses des postes et télégraphes (France et Algérie) de 
i86oà i886(*î. 

IL Nombre des corre^poiidaKioes de toute nature transportées par le service 

. des poste» en Fraace de 1860 à i8ë6. 
Ilf. Nombre et montant des mandats et des bons de poste émis en Fiance 

de 1860 à 1886. 

rV. Nombre et montant des mandats et des bons de poste émis en Algé- 
rie de 1869 a 1886. 

V. Nombre des tél^amones de toute nature confiés au sa:*vice des télé- 
graphes en France de 1860 à 1886. 

AVNÉBs i885 &T 1886. 
Vi. Prodoits des postes et télégraphes, classés par catégories de recettes^ 

(France et Algérie) en i885 et 1886 ^^l 
VIL Dépenses des services des postes et télégraphes (France et Algérie) en 

i885 et 1886; 

VlU. Relevé par départements des recettes postales de toute nature encaissées 
par les comptables des postes et télégraphes (France et Algérie) 
en i886. 

IX. Relevé par départements des recettes télégraphiques encaissées par les 

comptables des postes et télégraphes (France et Algérie) ea 
1886. 

X. Compars^ison du nombre des objets de correspondance transportés par 

le service des postes (France et Algérie) en i885 et en 1886. 

XI. Comparaison du .nombre et du montant des mandats et des bons de 

poste émis (France et Algérie) en i885 et 1886. 

XII. Comparaison du nombre des télégrammes privés transmis et du nombre 

des conversations téléphoniques (France et Algérie) en i88ô et 
1886. 

Voici maintenant quelques indications concernant spécidement les résul^ 
tats généraux des postes et télégraphes en i885 et 1886 : 

(>> Voir plus haut» pages i5 et 17, kt recouvrements de 1&87. 



» Digitized by VjOOQIC 



— 46 — 

I. 

Les produits géaéraux des postes et des tél^aphes, pour 1886, pré- 
sentent : 

1^ Pour la France, une augmentation de j^à&àSjà fn €1 cent, sur les 
évaluations budgétaires ainsi qu^une augmentation de 2,448,997 fir«o8 cent 
sur lea produits de i88ô. 

2*" Pour rAlgérie, une augmentation de ajà^Sbi fr. 4& cent sur les éva- 
luations budgétaires et une augmentation de 6,790 Fr. 85 cent, sur les pro- 
duits de i885. 

Ces résultats satisfaisants doivent être attribués au développement con- 
stants des correspondances postales et télégraphiques et à la progresaion du 
service des articles d'argent, La situatian parait d'autant plus favorable que 
c'est à partir du i" juillet 1886 qu'est entrée en vigueur la Convention 
internationale, conclue à Berlia le 17 septembre i88ô« qui a eu pour conr 
séquence d'abaisser sensiblement la taxe des télégrammes dans Us relations 
avec la plapart des pays étrangers. 

La diminution de 82,299 fr. 87 cent, constatée, en 1886, dans le mon- 
tant des remboursements par les compagnies de chemins de fer de frais de 
surveillance de leur service télégraphiqae provient de la substitution, dans 
certaines gares ^ d'agents de ces compagnies aux agents de l'État qui étaient 
chargés du service télégraphique et dont le traitement était remboursé par 
lesdites compagnies. 

Quant à la diminution de 105,789 fr. 65 cent, ressortant, pour 1886, 
sur les recettes encaissées à titre de < Produits des télégraphes : recettes 
diverses et accidentelles », il convient de remarquer qu'il reste à i-ecouvrer, 
de ce chef, une somme de 46 1, 543 fr. 85 cent, sur le montant des taxes des 
tél^ammes expédiés à l'étranger, en 1886, par certains départements mi- 
nistériels. En réalité les produits de cette nature s'accroissent (d'année en 
année. 

II. 

Malgré le développement constant des correspondances postaies et télé- 
graphiques et bien que d'importantes améliorations aient été apportées dans 
l'organisation du service, !cs dépenses de l'exercice 1886 excèdent seule- 
ment de 170,272 fr. 64 cent, celles de l'exercice i885. 

L'augmentation de 338,749 fr. 79 cent, constatée, pour 1886, sur les 
frais d'exploitation afierents à la Métropole résultent, notamment, de la 
création de bureaux de poste et de bureaux télégraphiques et de l'extension 
du réseau pneumatique k Paris. De plus, figurent, en 1886, pour la pre- 
mière fois ^ les frais d'exploitation des bureaux militaires et l'entretien des 
lignes télégraphiques en Tunisie ; cette dépense était auparavant k la chai^ 
du Ministère de la guerre* 



Digitized by VjOOQIC 



— 46 — 

L'augmentation de 74,696 fr. 96 cent, qui ressort sur le montant des 
subventions allouées, pour 1886, à diverses compagnies, provient d'une 
subvention accordée à la compagnie West African , Telegraph pour le câble 
sous-marin reliant la possession française de Bio-Nunez k Saint-Louis du 
Sénégal. 

L'excédent des dépenses de 127,123 fr. g3 cent, constaté, pour 1866, 
SUT le montant des frais d*eiploitation aiSérents à TAIgérie , résulte de la 
création d'établissements de poste et de bureaux télégraphi<fttes, ainsi que 
de la substitution , sur les câbles établis entre la Métropole et TÂlgérie, 
d^appareils Recorder aux appareils à miroir précédemment en usage. 



ni. 

Le tableau compai^atif du nombre des objets de correspondance transportés 
par le service des postes pendant les années 1886 et i885 fait ressortir, 
pour 1886, une diminution de 37,425,3 10 objets ddns le service intérieur 
métropolitain ; le service intérieur de ^Algérie est également en diniiination 
de 5 lâ, 7 46 objets. 

Ces diminutions doivent être attribuées à ce qu'au mois d'odôbre i885 
il avait été procédé à des élections générales pour le renouvellement de la 
Gbambre des députés; ces élections avaient, comme toujours, donné lieu à 
un mouvement exceptionnel d'objets de correspondance affranchis à prix 
réduit. 

L'accroissement de correspondances dont a bénéficié, de ce chef. Tannée 
188&, peut être évalué comme il soit ; 

NonaJ>re de journaux expédiés en dehors des 
abonnements ordinaires pendant la période élec- 

FRàndE .. .{ *orak 33,864.6oo 

Nombre des circulaires et bulletins de vote. . . . 45,462.937 

Total 79,327,637 

Nombre des journaux expédiés eo dehors des 
abonnements ordinaires pendant la période élec- 

Algéwe . . / torale i69,o43 

Nombre des circulaires et i)ulletins de vote. . . 4oo,636 

Total 569,679 

Au contraire,, dans les relations avec les pays étrangers, on constate, au 
profit de l'année 1886, une augmentation : 

Pour la France, de* * , 6,325,oi8 objets. 

Pour l'Algérie, de 1,898 

En ce qui regarde les mandats et les bons de poste^ les réiultats de 



Digitized by VjOOQIC 



~ 47 — 

Tannée 1886, compai^ésàceux de Tannée i885, font ressortir^ pour la pre- 
mière de ce» années, les différences ci-après : 



Frange . . 



MOMDnB 

de demandes. 



MONTANT 

des mandaUi. 



Mandais intérieurs. 

Augmentation de 1,07^,057 27,4o5,84i^ 60"^ 

Mandats internationaux, 
Augmentation de 33,o22 i,783,il82 23 



l 



Soit en plus pour i886. . , . 1,107,079 29,189,323 83 

Mandais intérieurs. 

2i,5ii i,i74,c4o 12 

3,822 288»56i 78 



Augmentation de 

Algéaie . . { Mandais iniemationaua\ 
Augmentation de 



Soit en plus pour 1886 25,333 1,462,601'^ 90'' 



NOMBRE. 



Bons de poste. 



France : Augmentation de 5,549 

Algérie : Diminution de 825 



a|0NTA9T. 

1 12^537*' 
3,85o 



La comparaison du nombre des télégrammes transmis pendant les années 
1886 et i885 donne les résultats suivants pour Tannée 1886 : 



Frange . . 



Algérie . 



Service intérieur : Augmentation de .. . 820^o3i télégrammes. 
Service international : Augmentation de 24if459 , 

Augmentation totale 1,061,490 ■ 

Service intérieur : Augmentation de 1,884 télégrammes. 

Service international : Diminution de. . . . 398 , 



Soit pour les deux services une augmen- 
tation de 1 ,486 télégrammes. 

Enfin, le nombre des abonnés aux réseaux téléphoniques de l'État, qui 
était de 1,082 en 188 5, s'est élevé à 1,569 en 1886, soit une augmentation 
de 487 abonnés. Le nombre des conversations échangées au moyen des ca- 
bines téléphoniques publiques, qui avait été de 94^44 1 pour i885, s'est 
élevé à i4o,553 en 1886, soit une augmentation de 46,ii2 conversations. 

On trouvera maintenant les tableaux précédemment énumérés. 



Digitized by VjOOQIC 



&» — 






o 

00 



n 



I 

vcs3 



H 
U 



Il I 



-g 
g 

H 

2 

Q 

co 
o 

u 

co 

i 
■g 

H 
H 

CJ 
Cx3 
flCS 



s 



4 

•8 i 



3 
i2 



il 



•i - 



i 



i-2 



5 



H 



H 



<2 



•S33NKV 



SS|2SS2>'SFSS28PS# ?^ 

îoSîloSSr^r-r-i^SaogoSSSS So 






SgiSisWsig's'sSIS S§ 






a 00 e» in oo»« O « «^ o «O loctck A«Q q oo 






r^ «o 

«?: 
PS 



n «-■ «^ -4 11 «^ ^ Il Kl .i4 >^ ^ ,.« •" ^ "^2 



^ 04 

tr- te 






<? n «f i-i I 



igâ?3ggsiil.?.??s 



00 C» 



*«**«* 



53 

00 I- 



>iAM«r-9ior*r-00«9r>«fiQ 

kc^aO'-iconr^nr-i-iit^tiSr^^ïgô 
pooc>j^or-r^r-oc^r.e»<i'0<t« 



2$ S 
II 






# ^^ I ^ W« W« W^« ^^ V # ^«P" BV «^* ^ W ^# W« 

•©««^OoO©r~oe«CS-«T©00 

>r>©(0<faO©00©e4©0^n 

ït^irtiOOrtr-or-OfO^i- — o 



«0tf»c»©t^«oo©io 
oo «<>i-i o © «o ■« o 



>'Ci«*OiO«>lCC»<JOPo»?e^iOO 
>'^©OC»l^lAi^O30<*S^K-|-^ 



to«-4Cii09iaer*niâ« 



5^ — 1^ ■« 00 

r^oeskrt^sj^ 

«'5K^^©<"r«r'«coO'^'^r*«lo«ef*'-^ 

S rf*r^9oe»c»c<©r»c>*?«i-=»t-ifti« 
^ 00 00 00 00 00 9 o 00 oc C> 00 ^ 1^ C<« i» «9 



00 tn 

00 *-• 



i^rt <>oo I _ _ ^ „ „ 
loçiçfi-î'oo^r^c»" 
ifjoOK-fQr-aoo^g 



0-He»oor»-^«^K-.'^<?«oe<->JS.oc*r- 

3 Kj O'^ wT»'» o^o c^© "^ « f^* « ci«ft 

>.')tAOOooi-r-i-'r*9099ocoo©oo 



ooroor-ύjoor; 
c»ci©asr^©o««g 

©J^rtWff» — O'JO 

00 ift © 00 -s r^r^© © 
'» 'i r*©'oor*<fC4«-«'<# 
>o « o o -« « *» « « « 



© r- 
r- © 



©Ti«©ooe«©-«»'î'iie5«Oi-»<Ort 

©or^«c^«©e©»oaow©©iftrf> 

o T'î o -»ï -7 © n i-î r? e -^r 00 •5 rt *f eî" 

oooor-fcOooiOi.Ok'soconoooo — c^ 



«.'^. 'l 



Ï^OO lO 



©KH©©K-c<-^sO'rii'>o<?oi-f 0000 «^"TT 



c» ce r^ -- 

»rt ^ -H o 

© "ïioôc^ 



: eo o O o "M < 
1 © © C»! lO rt - 

- -^ rt -^ p- ff w 

• <- erT w» 30 r^ 4' 

00 «— n -ei" o «i 

© c © © n c 



^ »0 «^ aO 
> O O ^ I 



^ G>i e« o eo «« I» 
> 00 o 00 r» © Ti 
^^ «© © lO »'*. »-'i ® 

•< r« « © 
. i« r-" o 






r- © <y» 00 

©Çî O-M 

•o « — «^ 
in" <?!•«» © 

--4 rt «; « 
•ft ac 5 <• 
00 tî o ."î 
o r- r> 00 



— 30 ç* ^ « 
c^o c«i O ?5 

c^ ©O <rf 19 
O «^ tn iT» O 



-T* — lO © 
« r- « - ~ 
t i'î l- Q I 

-, © r. S « 

SO rfî 30 1^ I 



o © A « 

3 © — «r 






,1'' r»©'^cio«ooo»ft 

--î'I t^ Cl •« — <N « lO 00 



lO o 

g g 

lO o 



^2 



I <r M o • 



rp^oo'c 



> *" rt ift or 

4 40 OD © >A 

*rï^o ©o* 

r ©" ^' ©* ^ 



2©C<I^ 
« -^ t*» 

S^ co lO G>*_ 00^ 

^© © rt 
■n I.O o 00 



r* © 



f«©00©l«-^Of^ 


Jb © if © 00 lo ift r- «0 




.-♦«^«oee^con-»^ 


SS32ëSSSS8 






3 © uOC 



> C^ OC 
ï .-^ © 



if>r-c-3«-^©©©ôi— -H 



O in 

-^ © 



§1!; 



<» -M rf> 

» 00 t- ^ 
JOW >«» 
f oo 0^© 
- r> 00 00 



ra o in «9 i 



3j © — .-.c^ r*--.c 
oOe^rt -?oOt^ «k' 
«9 ©© *— © © '—«î 



© O «o <f 

gS§2 

e«oo« 

©<? çf .^00 o eô © ^© 



) .O «9 © « 
^ r> G4 •>< t 
• lAao r^ c 



irt « 1^ e<i 

© 9 00 .~i 
O O 00 «) 



© — 
CI e« 



«> r^ S 



3^2 



00 © r- © © K 



O» -e© gj^Meo* 






» «D (0 «D (0 « <e «D <e« r> r» t^ r« r» r - ^ 

Soooooooooeooaoooaoooaoaooeaoa 



t«. L« roco 00 «B oe «e 00 flO 

on 00 00 00 00 oe 00 « oe « 



§ 
1 



t 
1 



il 

• «^ 
c s 

2-* 
6 a 

-•-?" 

'.-!•= 

s 2 * 2 

- ï • S 

a **« g 

- S%f 5 

5:2 •'S 



Digitized by VjOOQIC 



X 






— 49 — 



« 00 r< <o <y lA c 






>n<tfao«o«e04 
o» -5 p* r- Ok oi «o ^ 00 oS" « 

OOiOOOoOCi — -' 

«M 4P lA 10 04 

•cf<c»-ainiûiA(00<00<OOOOr>r-aoooa»'^CIcoa)eO'«»o<r 



<o 00 r> o •« M 



SSl!fifi*6*2S*At^aor-QOe<r*«^n^e«r<««<««»SS2 

49«9Ot0<C«O>^W6H00-«C«C«Or^r>O'no5ooSo2*-« 



SSSS§SS85Sï5sS§gfî;3§SS«g8S 



5*i 



^^lli 



lu ig Ul 



oc A (O e «OiQ c 
9«iO c» — 00 «9C 

r- -H r> -< ■« « «(^ 

«O o 00 (O •<* «O OO 

•> « -e rfâ" r* r^ oo 



m r- o etood 



to 00 P-J' M K) co r^ 03 00 cT ^ r? ^ i<> 

C>«C<4er3«)er3<y<90^0r^ r-OOOO 



8 

1 



•(ï<cfoQO»ç;^^e>(ejo»<o 

• ■ ■ oc o ^çj <r r^irTr^oT-^^ 
r*0>«Oooor»«4^0'3 

'tfaoe<<-9-«roOak^>^0«9l 
»-< ^ 0« ci ci « cf oo rt er> «(> 



SL ? s fi -s 



13" • 
Q -g 



»«yin94à^cr3oaoo-eor'0> 
ieic49tm«ocon<ooncfoo 



o^ C: •* eT cf •* o^ "îi *^ '^ ci <P <* oô 
^GOvM9t^«r)g)oeor^«eoO'tf 



1 90 04 e< C4 04 eo 



S i 2 - ! . i 



ift rf> ^ « — O-* 

1-4 » ^ r« 00 <o m 

«O <f -H flO rfS «O 

oe> lO oo <o 00 c<i r 

• <• «lOO «C"» M 



S« 00 r- o«« 
^ m <-« 0) oi 

I O 00 O O -4 cT 
r- *♦ s <»-^ c 



OOO^a0Clr«(0 01C«««00«0>^ 

Q'^OiO>-^Olr>C<<00^04<r>A 



oor><$ak>^i-40oo» 
C4oo>AOa)oo<cekiO 
»-4ekootOA«9'«j>o>r< 



[Il 




H 



•• z • 
ç .1 I 



s I .* I -s c 1 5 



SSSSSS8 

r^ lâ 1-4 jk eo <)• 00 
« tf o r^K» o» r^ 

O M 0< 00 «0 >A 04 
I-^O "^ P', »<* *1 c^ 

r*oo * ^ rt r- 



O O 00 o o eo r< 
Q o -• o o r« 00 

O iA lA aO;« O^ 

O 9 ^«e> O lA r^ 

r- «f o) >^ lAO <o 
0<ï i-< p. «o oo 
lA ^04 r* o»n cb 
S 2 :r e «00 oc 

04 «» «d «> 0« PI 04 



lAO O© «^-tf 
A eO «O <9-tf lA 



«) ^ M4 0> 

o r« ^ o» 

SSSÔ 



2SS 

a» lAO 

OkOO 

r- fp -H 



4 

8 



>!S9!ÇQ^^O'^OOCiA«00 
«o«QOoor-aor>coO-(*iAoi 
rac<rdoO'^^«Tn9tAr^tAO« 

) 3 eoo ©« p 
r 00 lAO Ok <A A 



r-^iAd 
4 iM oooToo o 

>^r^^iA04 04 



9 * 'L i -s 



O ^a-^ciooiA 
•i » S o» 00 « o» 
(O Oi er» lo 00 00 co 



O P* O» O O» r» 

00 -^ lA -• "H p- 
• ^-^fOP;^© 
«i-ioi 04ci« 



C4 <0 00 ^ 
00 P- «^04 

04 A ^ 00 



^ o 00 r> e»«) 

«M «^ Ol O >^ 

•^ P- »M o eO lA 

cio «A» ffoo O P« Of O 



•<)ncO-9«>«3i4tfiAiAiAiAiAiOOaOO'^e4 



r^ 00 o 

-4 lA O 

»^P;^p^ 






ÎJ 



lllllii 

«> «o O oi op cio 

— -» P- « lAOO rf 
OOP^OC P^-^Of c 
p^ lA *s oc p^ oe 
e> -4 lA lAO P> 
04C4 0< oi CI C4 



<fiocDo404<f«)ooao««<««or«^p«04.9e4<r 
2g«3^c^''>'-<So*«A«ce^or-«oooe4 

eoSm^e4Sc^S^fO«>cr»SS«SSioo!o 






O «• CI r9 •« lO «6 P»00 0> O 
«oooooooooooeooooo 



9>0 •* ciCO«tfiAIO r^OO 0kO X ««t»><«riA<6 
«0 p*p*p«r«(^p«r«p«p> rooo «o oo oo ao oo oo 
ooooaooowoooeooooaofloooaooeobaoooao 



BULL. DE STAT. 



Digitized by VjOOQIC 



— 60 



S C 2 i 5 



§C^ <» «O eo 
•0 e^ 00 c* 

*f j» «e r-^oo 

O (O O tO 



SdB'i£>cor>9i^tf>«or*iao^940tf»coeoo<or*Qoeoeo90»e<« 



00 



â 






^1 

H 




cl 
s ^ 

" I 



'—l ■ "^ J"-^ '~~ ' — ■ ' — -■ »— »— -—■ W '^^ >■# fc'rf ~-J ■>* »^ »» '•^ ^*#, ».> 

8OO^O^<3»C>«ClOak<9t^0»^<OaOOt^C»O>^aO 



lAOOoOOOcoeOfOCO 



ooOQOr^^ioc^»— oo«tcr^erf^Ooc^-ar«CT»o 



F^-^G40<ieOiiS'iOtO<O<O< 



en 

i 



1 



iA«9iA?^ro9«C4tn«ûo<ooo>tf^r^'^(&<«'<ooo>ao»^*90»«9<9 
«t^O<4cocoOr^C4eor*ao<NO»od»e>ic<?ior<0<«iOOkiaa04 

oOfiOc^r*iftO'-»o<M'-ci04'ar-OOirtO>ao«oo«or'«-aooo 
O»oi-^«oo»ci«ooooaoo — '^r*aOO«oO'H — csCTOfP^coQO 
>-4^ooor«.a>.i^eo^O(Oeo(Or^«aM»io cs^i-^ ao oo r- «o^c« r» .^o» o»^r* 

0»œM«aâ«inœpaoQoOk«o>«>AQG^)A<aiocor*C4«o<a'fO*tf 
aooc»>-^<-«c«co<rkOio«o«<^aoo<74iAcoç*t^«'^^Ok<r«ior*-o 

525i55555tîîîïî55ï5ï55*f00r»»O^ 

r» lO O* «O «-^ 

rTr^ift o o 

«o r* 00 o o 

o «c ï^ r* 



fi 



1 

X 

I 

(S 



i'- 



•-•or*oço»0»«eQr»t^ç?i^or»«*<îiooocfO^«aocooc» 
© — «ftC^>fc«or--<'-»eoo»ao«COeCflO-*— •OooOt^'OCTtfXrf 
*^ ^ ^ ^ • **! '^ "^ "^ *'v ''ï. ''i "t *t ""l '^ *i **?. ^ *^ ^'^ •^ ^ ^ ^ * *-^ 
c^'fff^o^fsoo^oT^ffîoo^'oc^'r^dre* o co t^*-!"»» — cJ'^f 

« 0> r* <* « CT 00 ift « — 00 >tt P © 00 — rt CO »0 C* O» C< ^ — Of 00 0© ^ 

« «a3'tf5ior»a>'^»o»-<^<oeor^o«-'C»d»o»«ro>oor««apo^eoo-^ 

9 eo C0«0 eO CO*0 -a tf» lu «O <0 iO««^^ lA 4O40 o»«« «o«A r« 00 o o -« 

-5" i-H — ^.-^F^i-iWC* 



OOOoOOG^OO-^iOiOOCTiA^OeOC^— •OOl^WOC^ 
0>COO»0-^0»<?»r»00»C^O«0«OOi«TOOO»ft©«eo5-^ 

ï9ooc«tA94.aooo9r<«<0QOke«><o<0r««>r<-r*roaoo» 



«I 



^cOeiOtf)(DOr«oO<0CiQior«O«Oqg<9CQ<«aO^^-s^ 

■crOeo<d<oo<DaoooOiâa>i^i-^<s'<-«$*HOkOao^^ 



S. 



O«-^^««OlOO»r<O-^-^i-«t^«OaOO*C4OOcn^Ok0k9«aOC>«P'-4 

*^ ®.. ^^ *^ ^ ^ ^ ^ ''^ ''^ ''l *l *î. "^t ^ "^ °t "'^ • "^ **î. *! '^ *^ * '^ 

*î. ''^ •'i '^ ^ "^ ■*. ^ *t *^ "^ *l ^ ^ '^ *^ "l * *?. '*! *l *^ "^ *i ^ '^ ^ 
«O eo eo erS n ^ -^ -9 tt> itS to ti^ eô arS -a y^ iÔ t^ cS f^ ei -d »t> iÔ «Ô dî ^ 



I 






tOi^(D<o<0(0<PV>o«o t^rHr>r*-r<>t^r«r^r« r«oo oo eo oo oo oo oo 
ao«oeoaOa00o«ocOcoaOaooo«0«OooooaooOooaOaoooaoaOflO<3oao 



Digitized by VjOOQIC 



— 51 — 



< 
H 

O 

se 



I 

4 



8SSSS 


O ^ co io tn 
M ^ eo jw ^ 
«0 CO O 0> O 

« 5 î2 5? «$ 



lA oo m to 



g » t^ 




« K 00 oT j-^ 2 2 8 s 8 s s 



II 

.S 



.s 



toooû<6inQ099r*>r*c^ooQr''^eo'-4 
— ooo«iA09«v)OOi>-ic<«o»d>aeiAcO'^ 

«tA'^rss5r-9V3Qoa»or*94<5oànc4 



* 8 



> r* o »-* lo Q 

- _> o lO «o •-• 00 

c^-«9toeoiAn<s?^ 



iAe«oO»i:^oo<0<&0>aO 

i-h" «-H P-T ci cî « «o 



3SS 



8oo«oMocotf»««r*r*s^ 

oa»oQ«9roiA<9r<QOOQao« 

<OO00iO'-ï©00-*00lOO-^00 

iAa)00»(0«D<oo»>oo>Aiar^r-*4^c<o» 



c 



3 

o a 



(0 eo ^ eo 00 

= ï « 00 -< 00 « 

« c\ 6f^ r-^ « 

«o o lO lA 



S 


il 


•-4 

3 


s 


î:S 





C4inQ<o-^'^ioo>aoco<:>4ac^m 
^N.-iO»^iooo-sr^<wr^coo*oo*^ 

oT— r©îooor«o<TCTiAe«oao.«o 
ooo— «CH^fr^— •«©OkiO'^»AO€0 



M 



il 



i> -* r» o '^ 

o 94 «8? (O C4 

o^ <j r*^ 00 «O 



Ol^r^eoïOiOr^oo 

9<iA<d>EyOO^-0C<« 



rt ^ 52 

._ rt 00 o 
94 00 oo r- 



9\9* r^ ta €D c* t^ 9^ o G^ c* o* f* a* '^ 



•-<oor«oDOO^«<DQ«Fr- 

r-( -4 ••-« 1-4 ^ 0Ï C< 



-^ r-» O 

eo 00 co 

CO PO ■<? 



l 

J' 






«5 r»t>kr^t->r<>t^r<.Kr^r«90aDaoaoaoaoao 

00 OO OQ ^ PP ,«3. OQQOûOOOLOOaOOOOCaOQOOOaO 



Digitized by VjOOQIC 



— 52 — 

coaoo>«OOcoc4co90kn«oeo<riA49<;4>-4iA<r«roao>A>nooooaO 
o»K>a»r>^^<PGS(or>i:^'-'9Qoao>oro090*9ao-MO^<6000 

^ 00 ^ -a O «, 00 <?< irt ^ r^ «o r^ -^ 00 ^ irt r^ F-t^ « 00 « 

^N ^ ^ 94 ç< Q^ <74 CV ^ 



<o«eoior<^4OkiAaor<e4toco9<pao<po»c<«iDoor^iA<0^ 

Aior-aoo>B>oo»«4oo«<«toaoe»e»iAOtncor-r«<c»«;G«»3r' 

eo <0 lA <> 00 o» ^'^•^*'^"* *i^^^®l*'i*^^f^* *.'^"^ »î.^^^ 

•^ pii^' >-4 ^ ^ ^ ^ c^' e^ et oi c« 04 C4 0» «0 «0 «B ^ »n an 



8^j«*fooo»-<«ooifl««r"-«onoc<r»«-<r*«»«>i0^i*>oo — 
P0tf>coor*eooooOOkiDaooao<a'Oaoc*i^0k<O9<O(*9«^ — 

*f r* «^ ^ r^ ef ^ 00 oT of o <f crT oo* 00 00 00 jo .^^ « o o? o^ r^ i« o 

o^<•*Heoano^o•-^«ar<'^«•a«Doo•«•^«<oeio>o&otf>■e^-•<^40 

^^^^ph >^ >-4 *-4 ^ oi e« c< «o c^ go cr «o r* r« r> 00 00 c> 






•9 



maDO»A^toro>tfoor«9<iA<e-M«oacmO(00<e-ccoo>tf 

tO0^iAC<4iA0»flOO0r«O>O«paOi-HCO«^(094iO<9O»dr« 

0^ q» 00 lo 00 lO e« O oo « r^ eo CT ^ c<^ -^^ 00 co «^ Cl 
iAO»«^aoc»?OQr<*-^r^to$Qoeoe»'0^Q<oc4^iA^ei<0<0$ 

^M94C<eO09iA«O«tOiAO&C»O»C>OO'-^^«r<OiOOOOOO 



.^— 4— «-^«««F-iPx^t-rtCsc^ 



ior^O<tfdGieo>oaomo<0'-<<er'sroocke«r«or<<oco«oeoc>i-4 
ooiAr«<9<aor«oo0«oiA0»oo«oo»— <0<oo^tf>io^— «c»^in 
00 co c« 00 rt .-^ 00 ^ c^ »o r^ »ft et *f 00 <ri^ ^ »ft^ 00 o»^ o « 

io«oci«Of-<r»«oeoao«eic6CTr*ooCTSK-^r^iftr**f««or- 
^•M9lc>lcoeo<aiAtA(0O>OOOaOO o O o ^c^t^^oo^^^i^.^ 



iAQ>«<ocooio^0^ao9«eie<o>inoknocor^aocoo9«oo^ei 
^ ®1 **! ^ •*• *l *^ *l '^l *?.•?. ®î. *^ *^ ^ *^ '^ *t •?. ^ *l *î. ^ '^ ^ "^'^ ""l 

«ocoa»$iA0»r«oo-4oO'0i>o>r*O»o»inooptOGic<'0'0Qr^o 

iAr*9i0«ooeooo>ooeoco<oo»oO'-^Of«)O»in — '^oor* 

^-..^c^G^ie^et^io^inmiAor^r^Offi^rooodiQO-^ 






£8 



; 2 « CI lO i-H »A j»co o 



aD<o et 



ci^r^O 



tf) Cl 
«Cl 



0eoiDiA^O<i'ooe<icicioaopinoeo<a(or^>-<cio^in 
r^O'<a<ooaor<'<f(OCkr«eooor«r*-«5eooio»^«Oi^cio0 



^ ^ •-h' Cl cf cf Ci « «rT -ef « « ift o r» r-^ cT cf •» «o lo r^ t-^ 00 00 



« 



9 .S -2 *^ '^^ •<* *^ ï^oo o>o •* n efi <au> fo r»oo o»o -* ci#o«^ifl«ç 
îSî5î5^*o<o<©<o<o<o r«.t>.r*r-r«r»r»i^r* i^oo eo oo oo oo oo «o 
oooocoeooooooooooOooooeooooooOeoeooooooOOOeOQOooeooooO 



Digitized by VjOOQIC 



— 53 — 



S 

00 



00 
00 



ta 



ce 

< 
H 

O 
es 

U 

S 

s: 



H 
en 

2 

g 

O 
ce 

û 

»: 

u 

eu 



-M 
O 



•S. 






^1 ki 



s' 



o 

i 



o 

3 









co 


4 


r* 








c^ 


00 


.»« 




^' 


s 


s 

8 


S 


o 


"" B. 






eo 


00 





u 



M 
U 



•ef 



O 
00 

SI 

o* 

s; 



■a. 

e 



I 






^. Il 



2 
O 



04 

eo 


o> 


o 


S 


r- 


o 


eo 


«o 


^ 


s 




g 




r^ 


00 


«t 


cï 


«^ 


>o 


tO 



• . il « 



00 s 

o ^ 

^ 00^ 

<ff 00 

s s 



00 

o» 






•g 



o; 

H 



•i 



Digitized by VjOOQIC 



— . 54 — 



b3 

S 

o 

H 

8 



• I .1 

5 

a 



S 



I 

a 



S g; S9 

^ s s 



s 

« 






— « C« »0 00 






SI 



g 






s 



g 



2 2 

ai W 

u 2 









«o 

s 



e; s 



o" 



3 ' 



3 

ÎJ 

!!/ 

SI 
a 



o 



00 



©î 


ig 


lA 
Ci 


10 


i 


i' 


lA 


i 


5 


*5 


«r 


s 


«f 








§ 


« 


lA 


Cl 


lA 

g; 


1 


00 





s 

o 



lA 



lA 
OO 



i 







Digitized by VjOOQIC 



mamm 



55 

BBes 



Ci 

•a 

s 



es 



o 



aiBBB 



S» 

O 



s 

8 

"s" 



8» 

5 



s 



5 

S 

«1 



Ok 

s 



3 

O 

S 



-S 



00 



S 



00 ^ 



00 






00 
OO 



«0 

es 



S 2 






8 S 

« s 

3 S. 

«O 5 



00 



o 2 



«H OO 



00 eo 



8 

OO 
8 



H 





Digitized by VjOOQIC 



— 56 — 

Vm. ~. RELEVÉ PAR I^ARTEMfiNTS mS RECETTES POSTALES "SE TODTE NATORK 

(FRANCE ET 



NOMS 

DiPABTHIVTt. 



Aia 

Aiane , 

Allier , 

Alpe* ( B«tM«-} . . . , 
AlpM (HtOtM-).. 
Alpet-MaritiasM . . 

Ardkbe 

ArdranM 

Aricf* 

Aube 

Aode 

Aveyroa 

BoaehM^n-RbAM . 

Calvados 

Cantal , 

ChaMBta 

Channto-Infi^icvrB, 

Cher 

CorriM 

Gona 

Côta-d'Or 

CAUa-da-Nord 

CreoM 

Dordogoe 

Donbs 

DrAma 

Eura 

Bure-ei-Loir. ..... 

FiniaUra 

Gard 

Garoana (Hanta-). 

Gara 

Gironde 

Hérault 

nia-at^Vilaine 

Indre 

Indre-at-Loira. . . .• . 

ItÀre... 

Jura..... 

Landes 

LoIr-et-Char 

Loire 

Loire ( Hante- } . . . 
Loire-Inférieure.. . 

Loiret 

Loi 

Lot-et-Garonne. ... 

Loaère 

Maine -et-Loire . . . < 

Manc'io 

Marne 

Marna (Hante-)... 

Mayenne 

Menrthe-at-Moa«lle , 

Menae , 

Morbihan , 

Hiivre 



PRODUIT 
net 


DROIT 


01 LA TAU 

des leUras 


PBKfV 


et 
soldas 


aor 


des comptas , 


les mandata 


avea 




las oftcas 
étrangers. 


français. 


fr. c. 


fr. 


015,933 10 


38.958 77 


1»709.784 08 


85.708 17 


967,135 11 


55,479 24 


218,074 91 


17.877 66 


199,851 72 


14,932 03 


1.230,595 15 


60.314 46 


580,927 07 


37,662 16 


1,109,050 21 


47.843 46 


287.568 05 


23,072 95 


883.326 84 


43.798 91 


976,034 90 


76,634 07 


553.860 22 


42.510 58 


3.411.822 50 


135.744 90 


1,040,005 37 


96,869 09 


944,478 40 


20,556 93 


930,513 10 


52,389 46 


1,141.454 74 


74.725 78 


701,202 13 


41.819 49 


411.260 85 


27.490 40 


354.175 50 


28,509 09 


1.314.052 11 


03,704 13 


652.Sy0 82 


43,575 80 


307,018 84 


20.059 05 


807,638 25 


54,227 40 


1,029,351 55 


45.653 33 


791,372 53 


43,432 91 


1.077.389 78 


68.221 48 


699,374 91 


44,913 16 


060,500 80 


65,131 24 


1,314,725 49 


68,673 08 


1,500,049 08 


68,438 29 


439,872 04 


32,746 99 


3.894,023 57 


180,379 42 


1.848.778 57 


100.147 38 


1,013,109 14 


60,195 45 


535.792 02 


35,283 98 


1.124,836 01 


57,103 02 


1.332,193 24 


71,000 33 


707.458 20 


35,618 17 


452,985 38 


29.573 08 


012,184 41 


37,470 99 


1,2'71,339 30 


62,336 71 


301,369 06 


27,346 34 


1,357,277 13 


75,544 64 


* l,053,nS82 


53.790 69 


367,480 90 


26,693 53 


730,734 14 


50.000 07 


150.642 30 


15.334 37 


1,391,208 28 


02.270 02 


962,468 48 


09.757 43 


1,763,179 67 


77.833 97 


752.294 21 


39,495 58 


575,593 07 


33.709 42 


1,453,126 38 


59,130 48 


802,797 07 


40,097 04 


530,195 57 


40.431 49 


797,684 21 


46,641 23 



DROIT 
riRço 



de {Msla. 



231 35 

1.118 75 
576 25 
182 50 
7 50 
475 00 
112 50 
631 25 
17125 
300 00 
163 75 

6185 

960 00 

1,207 50 

85 00 
621 25 
030 26 
390 00 
138 25 

75 00 
425 00 
317 50 
197 50 
502 50 
440 25 
173 75 
037 50 
418 75 
393 75 
325 00 

416 25 
175 00 

2,405 00 
593 75 
540 25 
307 50 
058 75 
042 50 
253 75 
143 75 
227 50 
506 25 

48 85 
533 75 
50125 
165 00 
358 75 

87 50 
567 50 
658 75 
916 25 

417 50 
275 00 
675 00 
325 00 
270 00 
374 35 



DROIT 

PBBÇO 

sur 
laa mandata 

intar- 
nationaux. 



TAXES 



fr. e. 

2,885 05 
4.320 87 
1,243 55 
1,822 07 
2.012 55 
22.5U0 09 

040 30 
4,594 37 

209 00 
2.82480 
1.619 20 

480 85 

31.810 97 

2,045 50 

530 85 
1,252 30 
1,381 87 

057 00 

253 40 
5.842 75 
3,075 99 

937 74 

148 40 

615 90 
4,773 05 
1.755 40 
1,519 15 

854 90 
1,210 75 
2,340 35 
2,335 76 

287 45 
8,359 50 
4,884 40 
1.720 50 

506 95 
1.517 80 
5,908 55 
2.492 00 

223 50 

588 25 
2.699 50 

376 15 
1,993 75 
1,231 40 

264 45 

577 40 
148 80 

1,473 80 
1.349 80 
6,81 1 87 
1.728 95 

578 20 
9,590 57 
3,395 49 

635 85 
597 85 



transport 
des colis 



fr. e. 



251 



00 



25 



RECETTES 

DITnSM 

et 



teUea. 



fr. c. 

270 00 
1,088 21 
352 00 
m 00 
130 00 
374 20 
294 UO 
423 00 
108 00 
01131 
44100 
230 00 
1,022 90 
027 00 
282 38 
402 00 
498 27 
450 00 
212 00 
100 84 
1,201 00 
348 00 
158 00 

307 00 
519 40 
582 00 

308 51 
220 00 
302 00 
508 20 
004 00 
18100 

1,205 84 
940 50 
808 05 
312 00 
850 82 
894 00 

1,012 00 
254 00 
275 00 
013 00 
340 00 
634 00 
929 00 
118 00 
325 97 
70K)6 
705 5u 
070 82 
919 20 
580 00 
274 00 
819 00 
504 00 
32100 
410 00 



Digitized by VjOOQIC 



— 57 -- 

BNCAISSÉBS PAR LES COMPTABLES DES POSTES ET TÉLÉGRAPHES 

LLGÉRIE.), EN 1886. 



NOMS 

dss 
sKrAKTimnns. 


PRODUIT 

DCt 
OB LA TAXS 

des lettres 

•t 

soldes 

des comptes 

avec 
leaoficea 
^treogert. 


DROIT 

sur 

les mandats 
franfais. 


DROIT 

mçv 

•or 

les bons 

de poste. 


DROIT 

VBIÇU 

sor 
les meadats 

inter- 
na tioaaux. 


TAXES 

riKÇUBS 

sw 

le 
transport 
dessolis 
posttnx. 


RECETTES 

BITXBSIS 

et 
aecciden- 
tello». 


TOTAL 

des 

XICBTTSS 

postale». 


Noiti 


fr. c. 

4,881,156 01 

1,270,127 28 

896,931 Of 

2,031,398 71 

1.064.197 49 

1.037,344 25 

447,515 96 

584,829 69 

4,139,484 07 

928,351 27 

1,359,313 30 

993,406 77 

475,601 88 

429,718 55 

41,363.122 55 

1,106,482 54 

2,46î,227 21 

3,763,444 51 

586,776 91 

1,A95,008 98 

580,629 00 

377,798 68 

828,203 41 

779,655 39 

539.377 38 

797,267 30 

805,923 82 

1.038,183 OÇi 

950,311 70 

159,762 85 

194,458 67 

74,251 50 

a 


tf. «. 

161,481 95 
70,827 25 
53,420 37 
89,060 08 
62.689 42 
48,662 47 
28,929 45 
36,673 83 

131.443 77 

48,414 34 
73.124 01 

40.662 31 
30,308 48 
24.453 15 

925.407 50 

74,252 48 

155.929 10 

154.235 73 

38,306 87 

67.087 04 
36.618 00 
26,452 00 
63.444 17 
38,239 88 
39,772 70 

45.088 02 
41,668 43 
40,923 26 
51,269 26 

38.663 81 
13,293 40 

122 18 
41,822 17 


fr. e. 

1,620 00 
607 50 
270 00 
900 00 
402 50 
612 50 
170 00 
355 00 

1.430 00 

43125 

583 75 

555 OO 

126 25 

148 75 

26,768 20 

800 00 

1,736 25 

2,112 50 

338 75 

773 75 

147 50 

143 75 

193 75 

17125 

236 25 

445 00 

315 00 

427 50 

500 65 

62 35 

25 00 

a 
• 


fr. e. 

24,979 24 

4.785 92 

616 20 

8,510 12 

1,392 85 

2,247 30 

535 81 

739 20 

11,134 40 

5,638 55 

1,671 40 

913 73 

6,562 80 

6.002 35 

146.537 17 

6,287 25 

11,290 17 

8,982 64 

523 90 

2,391 10 

652 90 

378 00 

8,552 35 

1,381 47 

405 35 

656 33 

666 30 

5,573 00 

1.613 81 

2.584 55 

a 
a 


fr. c. 

506' 00 
5,093 50 


fr. c. 

3,230 20 
558 00 
479 00 
798 50 
478 00 
327 00 
98 00 
185 60 

1,872 40 

529 00 
573 80 
454 00 

229 00 

230 00 
0,004 90 

406 00 
779 20 
2,298 56 
225 00 
«85 74 
247 00 
116 33 
344 00 
350 00 
24135 
324 60 
213 00 
743 00 
49133 
119 00 
200 

a 


fr. c. 

5.072.468 30 

1.346,905 05 

951,717 49 

2,130,667 41 

1.129,160 26 

1,089,193 52 

477,240 21 

622,783 32 

4,285,364 64 

. 083,364 41 

1,435,266 26 

1,044,991 81 

512,918 41 

460,552 80 

42.471,436 32 

1,278»228 27 

2UU3.061 93 

3,031,073 94 

626,261 43 

1,705,046 61 

J618,294 49 

404,888 85 

900,737 68 

810,797 00 

580.03303 

843,781 25 

848,786 55 

1,001»849 85 

1,004,186 81 

201,192 59 

212,872 57 

74,373 68 

41,822 17 


OîM 


OriM 


Pa».d*.Cslais. 

Pej^s-Doms 

P7r«n4ea(AaM«s-).. 
V^rinim (Haatos.).. 

rLAm 


SaÂor (Havte.) et 
Bclfort 


Sa6oe-«uLoirs 

Sarlb« 


SavDM 


Savoie (Haste-) 


S«îae-«tplIarBe ..... 

Seine-et-Oise 

S«in«-Infcrieere 

.Sèvres (Deux-) 

.Soaime •••• 


Tarn 


Taro>et-GaroDBe.... 
V«r t. •..'•• 






Vieaae 


Vieiw«{Baale-).... 

Vo.ge. 

Yoane 




Station* de Levanl^ . 
Cliiae 


Obock elToakia.... 


TOTAVX .... 
MooUntaM timbres. 


133,166,441 26 
93.448 08 


5,838.929 89 

a 


68.569 25 


443,275 48 

a 


5,048 75 

a 


59,327 23 

a 


130,878,491 86 
98,448 08 


F***** 


Totaux ointiuk.. 


133,972.993 18 


5,838,929 89 


68,569 25 


443,275 48 


5,948 75 


55,327 23 


130,785,043 78 


Al«r... 


825,033 59 
579,046 65 
544.01163 


01,946 25 
91.223 51 
67,704 11 


230 00 
213 75 
150 00 


12.075 47 

18,462 80 

3.125 25 


a 
• 


372 20 
306 05 
229 80 


929,657 51 
680,253 66 
015,220 79 


'^ 

CouataaUae........ 

Orao 




TOTAVI .... 
A DÛVIBS : • 
MonUat des timbres- 

-pâme. ..... ..... 


1.948,091 87 
4,363 92 


250.873 87 


593 75 

a 


33.063 52 


• 
• 


908 95 

a 


{1,234.131 90 
4,363 92 




ToTAtX céxiBAVX. . 


1.943.727 95 


250,873 87 


593 75 


33.663 52 


• 


908 95 


2,229,768 04 



Digitized by VjOOQIC 



— 58 — 

IX. — AEUSVÉ, PAR DÉPARTfiMBNTS, D£S KfiCETTfiS TâuftOilAPiilQOCS 

(FRANCE ET 



NOMS 



aea 



SKPAKTBBBNTt. 



Aip«a (Baate»-)... 
AlpM (BulM-). . 
Alpes-MtfitiiftM. . . 

Ardèck* 

Ardaaatt*. ....... 

Ariàgfc 

AmU 

Aai* 

ÀMyiOB 

B«afthM^a-R]^i . 

(UWados**. 

Cantal* 

CbaMBU 

GhartBto>lBfini««f«. 

Ck«r 

G«rttet 

GOTM. 

GéUHl'Or 

CteM^o^Nord 

Gmum 

Dordon* 

Do«k 

DfAme. 

Kor» 

Enr*-«t'Loir 

FinUOM 

GanI 

6u«aM(ilMl«').. 

Owf « 

Gironde 

Hérault 

llle-et- Vilaine 

Indre 

Iadre-«t-Loira 

Mre 

Jon 

Landea 

Loir-el-Cber 

Loire 

Loire (Hante-).,.. 
Loiré-InfMenre. . . 

LoîfM 

Ut 

Lot-et-Garonne» , . . 

Lotira 

Maine-et-Loire.. . . 

Manek 

Mené 

Marne (Hante-).., 
Mayenne 




tâ^raplii^M 

avee 

les «ffiees 



fr. e. 

d7,808 77 
214,7)3 10 
120.776 14 

29,SS8 85 

i8,8ft9*95 
405.051 47 

70,800 35 

80.403 61 
44.537 00 
81,113 00 

202.915 09 

90.993 16 

1.433.152 10 

258.969 56 

43,489 90 

101,378 41 

189,786 54 

64.832 62 

48,129 20 

117,300 23 

124,359 91 

107,050 43 

35,622 88 

97,421 34 

91,132 58 

98.677 43 

133,685 54 

76,729 03 

167,797 81 

153,229 40 

816,032 67 

33,940 15 

843,590 39 

394,648 52 

180,684 08 

53.573 40 

99,592 17 

165.115 83 

64,025 89 

68,722 93 

51.404 22 
174,174 30 

38.355 15 
296,289 12 
101.583 55 

44,535 99 
101,409 66 

23.868 05 
131.842 35 
172,161 77 
227,464 11 

60.598 90 

60,017 90 



SOLDE 



fr. e. 



PRODUIT 
Die méuA0x 



de l'État. 



REMBOUR. 

SEMENT 

parlée 

COMPAOSIU 

de 



de fer 

dee fraù 

de 

Barveillanee 

de 
lenr aervic» 

tilé. 
gnpliiqne.- 



REMBOOR- 

SEMENT 

tAA DITinS 

établiiso- 



de 

traitemento 

d'agenU 

dn Mrviee 

postal 

ol>- 

grapkifiM. 



2,700 00 



RECETTES 



632 41 

9.779 41 

185 00 

121. 48 

1,878 28 

679 00 

7,772 62 

74 40 

10.578 27 

279 46 

49 89 

23.288 42 

1,231 95 

44 00 
942 90 
733 98 
156 00 
111 25 

20 89 

1,621 86 

90 40 

26 00 

38 00 

2,119 93 

546 61 

1,269 00 

330 32 

336 35 

1.095 93 

647 75 

125 00 

32,218 64 

30,612 22 

150 18 

139 67 

746 24 

1«788 26 

793 33 

115 00 

183 00 

2,688 35 

42 00 

1,993 99 

1.762 92 

40 00 

222 70 

45 00 
741 30 
265 56 

12.133 36 
791 00 
.254 00 



TOTAL 
dea 

ld M| ie phi4« i 



&. e. 

66.531 18 

224.502 55 

120,961 14 

29.3:18 S5 

28.981 43 

466,929 75 

77,479 35 

97,S36 23 

44.011 40 

91.686 27 

203.104 55 

91,043 es 

1,456.440 52 

260.201 51 

43,533 20 

102,391 91 

190.520 52 

64.988 62 

48,240 45 

117.411 12 

125,081 77 

107.140 83 

35,048 88 

97.459 34 

93,252 51 

99,224 04 

134,054 54 

77,059 35 

168.134 16 

154,925 93 

216,680 42 

54.065 15 

878fSf09 03 

425.260 74 

180.854 2C 

53,713 07 

100,998 41 

166.004 09 

64.819 22 

68,837 93 

51,587 22 

176,862 65 

38,307 15 

298,269 11 

108,346 47 

44,575 99 

101,632 36 

29,913 05 

132.583 65 

172,427 39 

239,597 47 

61,389 90 

00,271 90 



Digitized by VjOOQIC 



— 89 — 

ÂLGFRIE), EN 1886. 
' I II I 



NOMS 



d«i 



BBVAVBintlTS. 



> ■ 



PRODUIT 

■ IT 

la Uxe 

dei 

tJUgrtiBBiM. 

i I 



SÛLDK 
SIS courtu 

«voe 
l«soffie«t 



PBODOTT 

DUfeiMUn 



REHBOUR- 

SEMENT 

par les 

COMVAWIIS 

d« 



deftftvU 

d« 

snrvtiHaMO 

do 



t4U- 
graphiqve. 



REMBOUR- 
SEMENT 

PAA DITIBl 

^uVlÎMe. 



d« 

trûlMii«iiU 

d'afsnU 

da Mrvice 

portai 



graphique. 



RBGBTÎÏS 



acddenteilea. 



TOTAL 

BiCATTIS 

Ulapapbiqver. 



fr. e. 



Heiase .... 
MorbOiui. 
Nièvre. . . . 



QUa 

Ok'oe 

^•-d»Calais« . . . , , 
Ptoy-do-lMm^ ..... 
PyrfodiM (B#asM-) 
Pyr^^ / Eaates^ 
Wrén^efr-Orian Ul««. 



SaÔM (Hau^) «t 

lUifort . . 4 . . . 
5aôae.«t-Loili. .. 

Sartke 

Savoie 4. .. 

Savoie (Ban»*). 

Seiao «..., 

Sriao-4Miar«e... 
Seioe-oi Oia*. . . , 
Seine-lBrérietfre . , 
SivrM(Deu»-}.. 
Somme. . . .4. . . . 

Tara 

Tarn«euûaro<aa. , 

Var 

Vaudwe 

Vea<Ue 

Yieane 

Vieaoe (Haato-), 

Voagea 

Yonne 

TnnSaie. ........ 



TOTAVX 

VireneaU i ajouter. 
Montant àm Uxe» 



etrai _ 
coes par TAdmi- 
nietratioB et 
boora^ par lea 
divan Miautiree. 

TOTAUl«iviRAUl. 



Alger 

CoBstaatiae. 
Oran 

Totaux 



81,099 78 

M.716 «8 

60.S39 86 

a01,347M 

165,972 78 

94,411^39 

310,n4 96 

197,880 80 

338.207 29 

92,196 88 

117.043 97 

945, 375 99 

•9.806 81 

134,509 06 

97,701 12 

89,014 41 

57.730 76 

10,298,905 66 

151,054 68 

9»,721 53 

1,274.089 37 

58,849 iè 

181.211 50 

104.903 22 

51,217 92 

162.045 86 

99,498 94 

76,376 75 

79,945 90 

76.181 20 

126,681 09 

87.882 70 

905.050 23 



1.994,142 



(t. 



17 



25,813,070 85 



1.394,142 17 



33,909 90 



25.8}S,070 85 
ai 



1,394,142 17 



33,209 30 



489,474 48 
416.510 19 
347.483 29 



1,263.447 81 



575,468 



81 



575.468 81 



515,488 81 



38,611 



14 



41,311 14 



41,311 14 



Ih879 71 

574 38 

88 00 

765 75 

as, 112.20 

4,164 23 

818 12 

0,258 65 

193 48 

1,166 01 

297 94 

336 00 

■ 84.419 3^ 

2.788 30 
3,079 71 
2,427 to 
289 85 
' 298 84 
1,106,200 43 
6,678 07 
4.141 84 
7.950 70 
390 88 
9,25144 
768 04 
26 80 
149 06 
229 25 
123 32 
183 00 
189 21 
1,714 72 
306 21 
185 04 



1,369.795 75 



431.932 81 



1.801,728 56 



-^■ 



4,045 51 

690 09 

),102 00 



1 



,837 60 



188,e0i 31 

81,868 16 

99,804 08 

70,105 61 

019.859 84 

170,1 37J)1 

04,930 41 

320422:91 

137,814'28 

239,43594 

93»034 82 

117.97907 

087,183 87 

92,895 17 

138,483 67 

100«128 77 

84,204:^8 

58.829 60 

13,412,92841 

156,733 65 

846,862-87 

l»t81,990 13 

59,239 96 

184,462 04 

105,671 26 

51,143 32 

162,194 92 

09,868 19 

76400 07 

74.128 30 

76,870 41 

128,895 81 

88.188 91 

305.986 17 



20.194,688 72 
93,909 30 



433,082 81 



20,661,880 83 



'473.519 96 
447,900 22 
348,985 23 



1,269.215 41 



Digitized by VjOOQIC 



60 — 



i 



I 

as -^ 

gs 



^ c4 « : 



« ^ O 00 



Ci <>" 



S 

o»" 



s 



H M 

M S 

^ s i 

£ -M '^ I <ê 



f-4 r« lA 

o lA « 4» 

2 OO ^ ^ « 5 

« •-* O « 



lA <fcciOioior-r«<o«oo 
^ «iO'-'eifoooiAtneo 



00 
00 



r* « o 



4* 

S 



si 



§§ 



o 00 



«« 00 

•- o 



U 



S 



i 

A 



•0 
«4 



00 


00 \ 


<f 


CI 


= 00 








K 




s 


s 


«-^ 


00 


«« 


■« 1 



s 

o 



^ CI Ci 

to -a 9* 

c» « o 

r-T 00 ^ 

o» n »g 



o» «p 
^ ^* 
00 r"' 

S 



g 2 . 




S 






o o ^ 

fii^ o m 

00 «9 oc 



iO 00 00 -^ kA O 

r* Ok >-4 ^ c« S> 

»^ Ci « 00 o r* 



OÔ«Oi-4ei«ô<0O) 
^ eOOkjOiOCieieiCi^O 



-^ Ok O 
00 «er^ 00 

Ci PO 



m r<* <0 e»' Ok 00 c<( 

^ •?. ^ '^ "^ *2, ^ 



Ci ^ 



S 



e 
H 



g 

g 

I 
I 






O 



BQ 



P 
H 
< 




fS 



Digitized by VjOOQIC 



— 64--*- - 



O 

o 



I 



— 4 «o — « 




s « ôo _ _ _ 

^ ^ cr> ^ -X eo K 



s 



t^00Û00O04»O<0 

0010*0 — ooo»^»-^ 
oTf-rcfT-^^eoooefer) 



s 



s 



©« oo 






s 

8 



O «-« <0 M» O 

« *- r- O» 



2 « 



O 






o 

«o 

«o 



il s 



9 QO .9 A 

r- c« o $« 

•H O C^ >-4 

O 



lA o> eo 00 <o d 

^ ^ <«r «o «0 ^ 

O» ^ «o «^ «> » 

" rj oT r-^ cT © 

o eo ^ r^ <N 

c^ r* 00 « « 

« « « oT 




o 

€0 



o 
© 



S— I 00 o « — ^ «« 

00 lA o r* lo o © 

«p ^ ci «" eo eo r* 

© r« © © r^ co O 

c* — «^ « e« © i-i r* 

cT « K © 



s 



1 



O 

H 

-«S 

H 

-< 



© 
© 

si 

© 



et 

8 



SJS. 


00 


© 00 


s 


'n *R. 


r- 




© 

s. 


© <9 

o © 


p 




« 


s ' s 




© © 


© 


« t» 


©< 


g» © 


s 


•-< 


'** 



I il I i 




s 



Digitized by VjOOQIC 



— ôi — 



"— ^ 




« 










T^ 








'S 








5 ï oc 


« 


1 






i 


J 


ï 


h 


© 


or 


tr 


J-^ 






S s; $ 


' s 


00 


S 


ri s 


i 


03 " 


i 


Kî eo <fi 


: 1 


^ 2 
1 




|(l « 








O 00 * 




ci 


r- 00 


C 


> 1 I 


g 


a 


S 






i 


: '^ 


h 


A. 






-» lO ç 

00 00 o 


S 




to S 1 c 




â 






«« 00 cO tf 


00 




o o» If 


> 1 *- 










•« 




OO lA •« 1 o 










(M 




>ft r* «»• 1 «s 




cA 




00 


*" «O cf ^ 


' o 


à 


d" <5 ^ 


: - 


«o 
oo 








« ^ « 


^N 


«0 


©1 (O lA 1 ir 


00 


S 


^^ 


5 


o» r- c^ 


^ 




es 00 






o 


K 


M 


«o erT « 


r^ 




« <?C 


c 


H« 






r^ «o 


•sr 




es 


es 




ç* 


O 




to 


O 


4 

i3 


g 






'- l 


a 





s s 1 




::: S 


> 1 c^ 
) « 


> d 


5s 


a 


i 




: § 


s ;; s ^ 

o eo O C 


1 u 






«0 


©t lO * 


r eî" 




m 00 (C 


> C 




Ud -^ 






<» o» c» 


1-^ 




a m ir 


> »- 




5h 




M 


s 5 2 


> «o 




?rf 


c 




as 




i_ 


o « 


s 


e« 


r- 




^s 




i 










i « \ 1 


f-N 


«0 


S 








:r : oc 


> 00 1 D 




M 

*= 2 


1- 


^ 2 5 1: 


s 


"s 






h 


^:::r 




S 










5 






-\ é 


i3 


o ir 


s 

• 


: s' 


s 


I 


3 "«Q 




l 


-'^ 










1 


â^ 




f . 


g o g 


> lO 




o 00 oc 


> te 


• 






lO 




o 




o oo r 


1 «■ 




H» 




S 


2 8 P 


■ w 


<• 


«T r-*" « 




'« 




b: 

o 


s 




S 

4 


5 


; " 


îr 


lË. 




r- ©• ^ 

P-4 ^N 1— 




s ? 




en 

s 


3 


as, 


i 


"l «l »« 


»ft 


•a r* O! 


c 


•B. 


ta 




00 


O ^ 


«?î 


& 


!«'' 


«c 


" S 


a 






c« 


C» 
































i 


H 


li 






5 








! M 




1 


ce 

H 


"«• 




- ^ 








•i 


i 1 




4 


2: 


► 


.s 


1 






• • -5 










s 


lll 


i« 




iJi 


; 

L 












î 

1 




IIj 


î 





Digitized by VjOOQIC 



— M — 



ce 

O 

co 



«> 

g 









câ 



» 



11 






?§ 






I. 



u 
n 



en 



€ 






I 



S 

e 
b4 



-a. 



I - 



m eo 

•S s 



S 1 «6 

I 1 



H 

es 

9 
H 



i 

fi 
fi 

e 



«e a » 00 



2' 



si 



aSci 



5§ 

on 




.§. §] 



9 tl 






«1 



^ '^ • 



^£; 



§ 


': 


3 


ci 


S 


^ 


-f 


S 






Hl 






« 






1 




^ 


?î 


«o 


t4 


«l 


e^ 




lA 


^ 




S. 






SI 



s!- 



etr>ao 






S 5 



o* 



3 4.8 8 
ISS 

Ml 



8 



S 

«« 

•a 



•9 

3 

i 



i 



tttta 



Digitized by VjOOQIC 



— 6â — 

OrRBCTION GÉNÉRALB DBS CONTRIBUTIONS DIRECTES. 

L'ÉVALUATION DES PROPRIÉTÉS BÂTIES ^'^ 

iTAT DBS OPéBATlOlUI AU l*' JAHTIBB 1888. 



DEPARTEMENTS. 



Ain 

Aisne 

Allier 

Alpes (Baises-}.... 
Alpes (Hautes-)... 
Alpes-Maritimes. . . 

Araèdbe 

Ardennes . . . . I . . '.' 

Ariège 

Aube 

Aude 

AYeyron « 

Bouches-du-Rh6ne. 

Calvados 

Cantal. 

Charente 

Charente-Inférieure 

Cher 

Corrè» 

Corse 

Cto4'0r 

Côtes-du-Nord 

Creuse 

Dordogne 

Doubs 

Drôme 

Eure 

Eure-et-Loir 

Finistère 

Gaid 

Garonne (Haute-] . 

Gers 

Gironde 

Hérault 

Ulfr«t-Vanne. i . . . 

Indre 

Indre-et-Loire. ..* 

Isère 

Jura 



Loir«t-Cher 

Loire 

Loire (Hante-).. . 
Loire-inférieure . . 
Loiret, 



M 



"-M 



RAPPORT 
ou aoHsai 
d«s propriétés 

«veinées 

m iMMabrs total 

des prspriétis 

d« d«p*rt«aa«at, 



DÉPARTEMENTS. 



m 

303 
hS 
79 
k\ 
33 
51 

205 
94 

160 

113 

&e 

30 

I6ti 

47 

108 

112 

81 

.49 

35 

209 

84 

48 

103 

250 

44 

162 

106 

51 

108 

166 

111 

115 

56 

95 

41 

63 

137 

128 

39 

62 

65 

46 

28 

108 



27,614 
54,751 
14,816 
14,713 

9.712 
12,752 
17,361 
29,360 
15,384 
28,632 
17,142 
19.431 
19,537 
34,102 

9,384 
30,792 
44,352 
33,637 
11,215 

4,410 
28,813 
35,389 
11,518 
27,213 
20,710 
17,303 
33,409 
18,412 
24,309 
25,068 
33,101 
20,883 
51,597 
15,279 
41,029 
19,401 
25,688 
40,278 
17,249 
10,581 
10,478 
31,204 
13,669 
27,477 
22,047 



p. 0/0. 

26 
34 
15 
26 
26 
19 
17 
31 
21 
37 
20 
18 
17 
21 
17 
24 
26 
41 
17 
5 
26 
21 
17 
18 
33 
18 
26 
20 
19 
21 
25 
22 
25 
13 
25 
24 
21 
24 
23 
16 
13 
27 
17 
17 
24 



Lot-et-Garonne. . . . 

Lotère 

Maiafr«t-Loire.. . . 

Manche 

Marne 

Marne (Haute-)... 

Mayenne 

Menrthe-et-Mosdlc 

Meuse 

Morbihan 

Nièvre 

Noid 

Oise 

Orne 

Pas-de-Calais 

Puy-de-Dôme 

Pyrénées (Basses-). 
lyénées (Hautes-) 
Pyréné<«-Orientales 
Terrif de Bclfbrt. 

Rb6ne 

Saône (Haute-). . . 
Saône-et-Loire .... 

Sarthc 

Savoie 

Savoie (Haute-) . . 

Seine 

Seioe-lnférieurc. . . 
Seine-et-Marne. . . . 

Scinc-et-Oise 

Sèvres (Deux-).... 

Somme... 

Tarn 

Tarn-et-Garonnc. . 

Var 

Vaudose 

Vendée 

Vicniie 

Vienne (Haute-).. . 

Vosges... 

Yonne. . . • . , 



'M 



61 

54 

28 

114 

108 

212 

164 

60 

240 

207 

34 

83 

111 

127 

78 

254 

93 

109 

153 

52 

54 

51 

200 

94 

79 

86 

63 

5 

151 

142 

154 

64 

260 

51 

35 

27 

27 

67 

88 

69 

317 

143 



Totaux et moyeniiv 



8,840 






20,773 
26,120 

6.745 
31,480 
24,816 
31,574 
24,449 
22,614 
27.044 
30,813 
15,359 
18,579 
79,126 
29,092 
16,894 
34,355 
30.195 
25,822 
15,424 

7,445 

3,691 
30,465 
25,364 
33,642 
33,702 
17,870 
14,067 
10,564 
27,545 
32,961 
44,590 
25,501 
70,576 

9,483 
13,020 
13,949 
20,425 
23,587 
36,763 
19,070 
36,340 
35,939 



RAPPORT 
ne wonsaa 

dss propriétés 

évalnéas 

•« nombre (oU^ 

d«t propriétés 
da déparUment. 



2,168,035 



p. 0/0. 

24 
23 
18 
20 
14 
32 
30 
23' 
30 
36 
12 
19 
24 
23 
12 
18 
18 
27 
26 
14 
33 
28 
29 
21 
22 
24 
19 
7 
14 
31 
31 
26 
41 
10 
18 
19 
23 
20 
34 
27 
38 
31 



23.4 



^^) Uévduation des propriétés bâties, prescrite par Tariicle 34 de la loi du 8 août 188S (voir 
le BaiUtin d*aoât 1 885, page 136) et par la loi du 8 juin 1687 (voir le BuUeûn de juin 1887, 
page 576) , a été commencée dans les derniers jours du mois d'août dernier. 



Digitized by VjOOQIC 



- 65 — 
BANQUE DE FRANGE. 



VARIATIONS IffiNSUELLES DE L'ENCAISSE METALUQUE. 

(PAIOS ET SUCCURSALKS.) 
(1885.1887.) 



i885. 



I8S6. 



»M7.. 



ANNÉES ET MOIS. 



Janvier.. ». 
Fëviier. . . . 

Man 

Avril, • • • • . 

Mai , 

Juin** • • . • 
JniUet.... 

Août 

Septembre. 
Octobre... 
Novembre.. 
Décembre.. 



/ Janvier . . . , 

Février 

Mart 

Avril 

Mai 

Juin 

Juillet..,., 

Août 

Septembre. 
Octobre... 
Novembre. . 
Décembre.. 



Janvier*. 
Février. 
Mars... 
Avril.. , 



Juin 

Juillet 

Aodt 

Septembre 

Octobre 

Novembre. ,, 

Décembre 



OR. 



niOIoD». 



1,013. k 
1,004. 5 
1.009. 7 
1,006. 
1,118. 4 
1,150. 8 
1,156. 9 
1,169. 2 
1,176. 8 
1,176. 4 
1,162. 4 
1,168. 5 



165. 4 
,191. 5 
,266. 
,301 . 6 
,391. 6 
,393. 
385. I 
,367. 
372. 4 
.371. 7 
.346. 1 
,306. 7 



,244. 9 
,224. 3 
,221.0 
,197. 2 
.201. 1 
,211.2 
.212. 1 
.210. 2 
,202. 
181. 3 
,14jB. 5 
,136. 5 



million». 



995. 3 
997.9 

1,001. 5 

1,006.0 

1,095. 9 

1,114. 

1,147. 

1,155. 

1,168. 

1.145. 

1.146. 



. 9 
, 7 
4 
2 
2 
7 
1,159. 6 



J,142. 3 
1,149. 9 
1,193. 1 
1,269. 9 
1,301. 6 
1,379. 6 
1,357. 2 
1,352. 9 
1,362. 8 
1,346. 1 
1,308. 6 
1,246. 8 



1,214. 7 
1,211. 2 
1,196. 7 
1,185. 7 
1,188. 1 
1.200. 
1,199. 8 
1,203. 4 
1,182. 
1,146. 7 
1»132. 9 
1,120. 4 



ARGENT. 



inîllîoQB. 



1,034. 3 
1.039. 5 
1.059. 2 
1.065. 4 
1.061.6 

1.083. 7 

1.084. 7 
1.101.3 

1.105. 6 

1.106. 1 
1,096. 8 
1.'.95. 1 



1,088. 7 
1,092. 9 
1.103. 1 
1.119. 3 
1,135. 7 
1.133. 7 
1.130. 1 
1,132. 6 
1,138. 3 
1.138. 8 
1.142. 7 
1,146. 1 



1,145. 1 
1.147. 9 

1.154. 1 

1.155. 2 
1.172. 6 
1.186. 4 
1.186. 9 
1,194. 5 
1,198.3 

1.196. 6 
LI94. 7 

1.197. 2 



millions. 



1,014 
1,027 
1,040 
1,060 
1,068 
1,069 
1,075 
1.080 
1,100. 1 
1.096. 6 
1.091. 4 
1.087. 8 



1.078. 2 
1,081. 8 
1,093. 
1.104.6 
1,119. 4 
1,124. 7 
1.122. 1 
1.126. 8 
1.132. 4 

1.135. 

1.136. 5 
1.141. 6 



1.132. 2 
1,136. 3 
1,144. 7 
1,148. 1 
1,156. 3 
1,172. 9 
1,177. 2 
1,181. 7 
1.194. 7 
1.189. 6 
1,188. % 
1,191.8 



BULL. DE 5TAT. 



Digitized by VjOOQIC 



— 66 — 



BANQ 



SITUATIONS HEBDOMADAIRES 



DÀTS6. 


PORTEFEUILLE. 


AVANCES 




tXJB uitkvx. 


8VB TITIiat. 


CIRCDLATIOI 




miliions. 


millions. 


millionn. 


miilioos. 


6 janvier. 


674. 3 


2. 2 


289. Ô 


2,858. 7 




i3 


703. 8 


1. 


269.7 


2,876. 7 




ao 


701. 8 


1. 2 


269.7 


2,877. 5 




37.. «.t. 


720. 7 


1. 


265.0 


2,854. 5 


-/.. •••............• 


3 février 


74(1.3 


1.0 


269. 3 


2.880. 5 




10 


710.3 


0. 9 


275.7 






2,817. h 


17., , -, 


692. 1 


1. 


276.7 




*/••• 


2,788. 9 


aA 


695. 5 


1.0 


277. 1 






2,755. I 


3 mars 


697. 4 


1.3 


283.9 






2,805. 7 


lO. 


621. 7 


1. 1 


283.8 






2,772. il 


17 


597. 1 


1. 2 


281.8 


2,749. 


«^•. ..■*.. .•...••... 


24 


563. 1 


0. 5 


280. 9 


2,714. 7 




3i 


681. 2 


0. 7 


277.8 


2,818. 5 




7 ATlil 


598. 2 


0.8 


280.6 


2,767.0 




là 


583. 3 


0.8 


279.3 


2,762. 1 




21. ....«••. ....••... 


570. k 


0. 9 


278. 8 


2,749. 8 




28 


625.6 


0.8 


276.5 


2,752. 6 


5 mai . 


577. 3 


0.9 


282.7 






2,750. 7 


la 


564.0 
506. 9 


0.7 
1. 3 


275.7 




ao •....••... 


2,733. 5 




275. 2 


2,708. 8 


a6 


531. 3 


1. 5 


274. 2 






2,698. 7 


a înin 


561. 1 


1.7 


275.6 




' j"""* •••» 


2,745. 6 


Q 


495. 4 


2.9 


275.1 




«y. •.•.••.,••.,..... 


2.705. 


l6; 


486. 7 


3. 3 


271.7 






2,689. 4 


a3 


484. l 


3. 1 


270.0 






2.661. 3 


3o 


633. 2 


4.3 


274.3 






2,753. k 



Digitized by VjOOQIC 



^ 07 — 



DE FRANGE. 



PRINCIPAUX COMPTES EN 1887. 



ENCAISSE. 


COMPTE 

COTOAUT 

d« Trâor. 


COMPTES 
p«rlicalier». 


BÉNÉFICES. 


OBSERVATIONS. 


OB. 


AKGIKT. 


TOTAL. 


milKoDi. 


milli^DS. 


million. 


niUioat. 


millioBs. 


raillions. 




1,227. 5 
1,2-20. 7 
1,213. 3 


1.13$. 3 
l.l3fc. 3 
1,13&. 6 


2,365. 8 
2,355. 
2,352. 9 


230.7 
220. 4 
230. 9 


390. 1 

361. 8 
360. 3 


1.0 
2. 1 
2. 6 


(>) Lcsb^Dêficestiui 
•ntrwt «Itii» It con- 
poûtion du dividende 
•ont «rréUs le 34 joia. 


1.217. 4 


1.137. 9 


2,355. 3 


242. 8 


378.0 


2.9 




1,218. 2 


1,141. 9 


2,360. 1 


201. 7 


401. 5 


3. 5 




1,218. 8 


1,140. 5 


2.359. 3 


199. 4 


470. 8 


4. 




1,221. 3 


1.14^ 8 


2,365. 1 


197. 5 


471.7 


4.4 


•- ■ 


1,223. 6 


i.ue. 3 


2.369. 9 


173.0 


551.6 


4.7 




1,220. 


1,147. 4 


2.367. 4 


152. 4 


500. 4 


5. a 




1,210. 8 


1,147. 5 


2,358. 3 


158.9 


468. 4 


5. 6 




1,205. 1 


1,149. 6 


2.354. 7 


171.7 


440.0 


5. 9 




1,197. 9 


1,15t. 6 


2.350. 5 


184.0 


423. 7 


6.2 




1.194. 9 


l,15i. 


2,346. 9 


200. 5 


404. 


6.6 




1,191. 5 


1,151.6 


2,343. 1 


186. 4 


388. 


7.2 




1,187. 3 


1,149. 4 


2,336. 7 


190. 7 


369. 9 


7.7 




1,188. 2 


l,15î. 2 


2,340. 4 


209. 


354. 6 


8.2 




1,189. 7 


1,157. 6 


2.347. 3 


223. 5 


391.6 


8.6 




i.l91. 3 


1,16$. 1 


2,353. 4 


232. 2 


356. 4 


9.5 




1,190. 9 


1,166. 2 


2,350. 1 


242. 4 


340. 6 


10.0 




1,197. 6 


1,170. 8 


2.368. 4 


227. 9 


341.5 


10. 5 




1,201. k 


1,172. 8 


2,374. 2 


237. 9 


360. 5 


10. 9 




1,200. 2 


1,174. 3 


2,374. 5 


226. 6 


360. 1 


11. 5 




1,201.3 


1,176. 4 


2,377. 7 


209. 2 


357. 3 


12.0 




1,203. 8 


1,177. 2 


2,381. 


221. 9 


359. 2 


12.3 




1,210.0 


1,184. 3 


2.30.'i. 3 


236. 3 


375. 6 


12.6^»' 




1,207. 6 


1,188. 8 


2,390. 4 


270. 2 


385. 8 


0.7 





5. 



Digitized by VjOOQIC 



— 68 — 



BAPJQ 



SITUATION HEBDOMADAIRE 



DATES. 



7 juillet 

i5 

91 

a8 

A août 

11 

j8 

a5 

1*' septembre 

8 

i5 

aa 

«9 

6 octobre . . . . 

i3 

ao , 

27 

3 novembre.. 
10 , 

»7 

a4 

1 déceoiDre* ( 

8 

i5 

aa 

»9 



PORTEFEUILLE. 



millions. 
56a. 3 
578. 3 
548. 6 
591. 
519. 7 
497. 6 
456. 7 
455. 7 
512. 3 
442. 
458.7 
435. 7 
521. 
480. 1 
496. 1 
529. 2 
571. 8 
641.3 
561. 9 
589.6 
563. 5 
617.9 
566. 3 
556.6 
529.0 
617.2 



AVANCES 



•VB MJBTAOX. 



oiUItons. 

4.8 
3 8 
3. 6 
3. 5 
3. 4 
3. 9 
3. 5 
3. 2 
3.0 
3 1 
3. 1 
3. 1 
3. 1 
3.0 
2. 9 
2. 9 
1. 1 
1. 1 
1.0 
1. 1 

1. 5 

2. 4 
2.8 
2.7 

2. 2 

3. 6 



milIioiiB. 
273. 2 
270. 4 
268. 4 
264. 5 
267. 2 
265.6 
266. 2 
263.8 
264. 4 
264. 1 
261. 7 
261. 3 
261. 4 
267.3 

261. 6 
264. 3 
258. 3 
264. 5 

262. 4 

261. 5 

262. 5 

263. 5 
266. 2 
263. 7 
262. 4 
262. 4 



Digitized by VjOOQIC 



DE FRANGE. 



PRINCIPADX COMPTES EN 1887. 



69 — 



N 



ENCAISSE. 


COMPTE 

COUftAKT 

du Trésor. 


COMPTES 

CO0ftA!IT» 

particalicrt. 


BËIiÉFlCes. 


OBSERVATIONS. 


OB. 


AMMTl-t. 


TOTAt. 


miii:oa«. 


millions. 


milliou. 


millions. 


mUlioni. 


million.. 




KSOO. 5 

1.199. 9 


1,180. 8 

1,178. 7 


2.387. 3 
2.378. 6 


261. 2 
281. G 


351. 1 
325. 1 


1. 3 
1.8 


OLcsyn^ficesquI 
enlrrnt dans U com- 
poûiioBiJa dividende 
sont «rrllés le a i àé- 


1,202. 1 


1,180. 1 


2.382. 2 


296.4 


321.4 


2. 1 


romkro. 


1,505. G 


1,182. 8 


2.388. 4 


323. 8 


363. 9 


2.3 




1.205. 8 


1,185.4 


2.391. 2 


307.7 


337. 5 


2.8 




1,205. 6 


1.J87. 4 


2,393. 


318.9 


351.8 


3. 1 




1,210. 3 


1,191. 5 


2,401. 8 


316. 9 


360. 5 


3.4 




1,203. 8 


M9â. 5 


2.398. 3 


320.9 


369. 8 


3. 6 




1,195. 1 


i,m. 8 


2,389. 9 


323. 3 


363. 5 


3.9 




1,187. 2 


1,195. 1 


2.382. 3 


257.8 


364. 


4.3 




1,1Ç2. 1 


1.195. 2 


2,377.3 


265. 4 


350.2 


4. 5 




1.181. 9 


1,196. 


2.377. 9 


277.8 


350. 6 


4. 8 




1,170. 6 


1.19Ù. 


2,374. 2 


297. 6 


3C8. 6 


5. 1 




1,172. 5 


1,193. 7 


2.366. 2 


265. 6 


327. 3 


5.7 




1.157. 9 


1,191.0 


2,348. 9 


207. 7 


296. 9 


0. 1 




1,150. 3 


1,191.0 


2.341. 3 


269. 5 


318. 9 


6. 7 




I,Ki5. 8 


1,189. 7 


2.335. 5 


302. 3 


330. 


7. 1 




l.ldO. l 


1.188. h 


2.328. 5 


283. 5 


330. 5 


7.8 




1.139. 5 


1,189. 9 


2,329. 4 


280. 6 


317. 4 


8. 4 




1,132. 9 


1.189. 9 


2.322. 8 


280. 4 


326. 4 


9. 




U57. k 


1.194. 


2.331. 4 


276- 6 


346. 1 


9. 5 




1.13i. 2 


1.19Ù. 7 


2.328. 9 


281. 2 


330. 4 


10. 1 




1,128. 1 


1,192. 8 


2.320. 9 


191. 4 


359. 4 


10.7 




1,12(1.9 


1.192. 5 


2,317. 4 


175. 1 


357. 7 


11. 1 




1,122. 


1,193. 7 


2,315, 7 


169. 


367. 9 


11. 4i»i 




1,115.3 


i.m. 3 


2,309. 6 


173. 7 


411.2 


0.6 





Digitized by VjOOQIC 



70 — 



VILLE DE 



RECETTES BRUTES DES THÉÂTRE: 



DÉSIGNATION 

OIS ÉTABLIttKHBlTt. 



AKNEES. 



1878. 



Onin ( a,aao pUe*» ) , . 

Thaitrc-FrtDf BIS ( i ,4oo places ) 

Oprrs-Comiqae ( i ,800 places ] 

OdéoD ( 1,467 places) 

Thci Ire-Italien 

Vaudeville ( i ,300 pUees ] » . 

Châtelet (3,6oo places) 

Gymnase ( 1 , 1 5o placps) 

PorU-Saint-Martin (1,800 places ) 

Palais-Roval ( 85o places) 

Variété ( 1 ,a5o] 

Noo veanlés ( 1 ,000 places ). 

Ronaiaaance ( i,aoo placée] 

Boaffes-Perisiena ( 1 ,100 places ) 

AmbigD ( 1 ,900 placée ) 

Gaité ( a ,000 places ) 

Folies-Dramaliqaes ( 1,600 places ) 

Menas-Plaisirs ( 1,000 places) 

Nations ( 1 ,800 places) 

ChiteauHl'Ean ( i ,900 pleees) 

Clony ( 1 , 1 00 places )..... 

Beaamarchais ...••.. 

Déjaset 

Atbéa^e 

Folies-BelleYille 

Cirque Franconi. 

Cirque Fernando 

Nouveau Cirque. 

Hippodrome 

Folies-Bergères 

Édeu-ThéAtre 

Palace-Thcâtre 

Robert-Houdin 

Musée-Grcvin ., 

Panorama des Champs-Elysées ( Conatantinople ) 

_____ de Reîchsaoffen • 

des Champa-^ysées ( Bnunval ) 

de Bolfort. 

de la me de Berri ( Champigoy ) 

do ia Baatille 

de Lonrdea 

....___ du Carré-Marigny < 

Théâtre de BellevUle 

- dea BatignoUes 

__ de Grenelle , 

des Gohelins 

- Montmerlro , 

Montparnasse 

de la Valette , 

Salles supprimées. — Cvriosiléa diverses 

TotAOX aiRBllAOX , 



francs. 

3,570,570 

9.989,2)1 

1,698.68^ 

041,712 

690,403 

1,107,513 

1,518,881 

743,882 

1,621,893 

945.770 

1,712,110 

613.258 

1,558,391 

588.600 

573,481 

1,084,315 

1,208,524 

113,355 

700,120 

270,400 

176,197 

149,266 

179,238 

248,178 

30,197 

936,914 

193,514 

2.403.075 
1,225,698 



79,009 
499,415 



189,429 

177,849 

87,727 

110,395 

144,518 

82,993 

01.493 



90,262,899 
994,600 



90,657,499 



1879. 



francs. 

2,784,005 

2,600,101 

1,121.955 

486,850 

704.519 
746,716 
777,712 

1,362,595 
788,299 

1,199,544 
529,810 
755,498 
242.978 
697.670 
189,466 
688,396 
148,340 
448,813 
902,893 
192,208 
275,992 
105,124 
200,200 

754.051 
144,910 

1.199,930 
1.007,696 



53.542 
128,989 



179.512 
199,501 
115,205 
127,355 
156,164 
98,990 
52,633 



1880. 



20,566,195 
63,115 



20,619,910 



francs. 

3,087.444 

1,869,644 

1,396.968 

473.410 

802.364 

1,591.523 

590.956 

1,133,739 

719,134 

1.120,604 

735,777 

802,541 

981,969 

521,808 

776,109 

719,095 

94,987 

924,949 

908,414 

172.689 

197,162 

84,249 

167.989 

845,197 
193,779 

1,201,804 
968,233 



68,322 
171.564 



182.459 
180.988 
116,172 
122,178 
151.385 
89.564 
70.821 



22,422,790 
101,228 



22,614,018 



Digitized by VjOOQIC 



— 71 ~ 



PARIS. 



ET SPECTACLES DE PAR» (1878-1887). 










ANNÉES. 1 




1882. 


1883. 


1884. 


1885. • 


1886. 


1887. 




francs. 


francs. 


francs. 


francs. 


francs. 


francs. 




3,364.588 


3.156.790 


2,864.137 


3,059,032 


2,955.899 


2,946.078 




2,075.348 


1,821,554 


1.651,748 


1,883.980 


1,819.414 


1,701,606 




1*937,028 


1^1,212 


'Ma6,078 


1,810,246 


1,673,510 


1,182.214 




425.989 


487,922 


508.021 


704,145 


572,316 


585.708 




m 


176,101 . 


1,128.637 


« 


• 






l.m,152 


1,236,046 


59L538 


1,036.610 


817,349 


656,793 




2.040.544 


1,460.350 


1,540,082 


926,020 


923.719 


857,024 




1.158.069 


1.019,381 


1,364.087 


985,221 


786,980 


778.627 




1,107,171 


1.517,749 


1.434,307 


1.715,900 


1.215,033 


858.138 




872,368 


913,095 


1.015.502 


676,546 


617,365 


813.060 




1,493,014 


1,635,068 


1,153,129 


946.067 


1.214.951 


972.898 




791.023 


689.618 


736,237 


497,059 


568.140 


510.362 




768,343 


478,655 


227,402 


365.577 


309,246 


380,579 




657.721 


559,725 


367,574 


258,698 


763,271 


343,993 




524,177 


• 589,335 


554.052 


506.458 


616,079 


467.043 




964,527 


700.641 


672,787 


1,060.054 


1,067.504 


830,091 




730.176 


703,799 


590,339 


739,258 


655,925 


514.082 




405,988 


193,624 


H 


492,427 


414,676 


387,594 




357,717 


255,967 


122,137 


429,695 


262,400 


204,252 




411,279 


445,491 


340,751 


285,001 


308,517 


187,037 




185.278 


224.026 


509.493 


336,900 


355.703 


297.092 




135.011 


83.474 


126,781 


110,602 


01.198 


42,817 




2.608 


80,963 


97.882 


61,379 


206,530 


106.879 




193,347 


128,597 


5,928 


■ 


• 


„ 




155.081 


135.145 


128,204 


124,423 


110.570 


100.682 




1,106,624 


1.018,697 


914,000 


871,867 


735.403 


842,705 




241.327 


217,675 


251,684 


209,415 


163.002 


201,062 




» 


• 


• 


m 


841,651 


947,845 




1.461.992 


1,456,821 


1,171.129 


1,409,565 


1,448.745 


1,148,086 




1.158,044 


928,154 


802,317 


567.845 


542.393 


701,202 




« 


2,475.051 


1,483,489 


1.700,911 


1,375.288 


724.751 




494.156 


263.390 


n 


M 


» 


« 




63,767 


62.170 


57,769 


56.295 


45.610 


48,836 




517.010 


482,120 


395,444 


415.414 


438.543 


494,655 




149,857 


93,925 


56,485 


45,576 


42.178 


32,884 




265.796 


76,735 


8,842 


« 


* 


* 







« 


■ 


68.040 


54,765 


47,225 




140,086 


43,016 


9,568 


M 


• 


• 




258,325 


119,864 ' 


65.041 


122.427 


75,427 


86.569 




99,205 


134,998 


00,232 


78,467 


00,773 


59.154 




18,443 


5,981 


■ 


• 


n 


M 




• 


40.670 


64,568 


• 


m 


14,045 




231,316 


235,328 . 


217,363 


232,992 


210,129 


187.452 




192,416 


177,266 


159,585 


162,407 


105,165 


151.888 




147,299 


U0,062 


130,241 


131,007 


110,038 


90.223 




150.009 


143.826 


143.845 


136,757 


113,072 


04,870 




157,247 


144.010 


121,794 


117,351 


113,020 


1 13,883 




105,559 


96,830 


80,828 


90,277 


68,880 


J 25.894 




56,a«» 


• 


» 


95.200 


72,021 


85,153 




28,888.977 


28,961.817 


25,811,048 


25.590.077 


25.074,458 


22.002.440 




179,615 


182,792 


172,406 


• 


« 


• 




29.008.592 


29,144,609 


25,984,054 


25,590.077 


25,074.458 


22,002.440 



Digitized by VjOOQIC 



— 72 



VILLE DE PARIS. 



PRODUITS DES DROITS D'OCTROI EN 1887 «'>. 



I . . 

PRODUITS 

(pfillCirAI. IT DXCIMSS) 

coutlalés à l'oBtr^ de Paria 
•I k la aortie d«a enlrepAls Gctifa. 




Boiiiooi. •.. 

DroiU f ur manqnanU 

Alcools dénalQnis 

Liquides autres que les boissons... . 

Comestibles 

Droits sur bestiaux 

Combostibles 

Matériaux 

Bois à ouvrer, bateaux, boisdedé» 
chirage 

Fourrages. 

Objets divers 

Forts centimes provenant du petit 
comptant 

Droits d'admission à la 
Entrepôts! faculté d*entrep6L. . 

, ^ ., 1 Droits d*aboonement 
domicUe < «ries combustibles, 
et i 

Timbre des bulletins 
de sortie.. 

Totaux 



, 1887. 
Ë\alaaliona 
provisoires. 



fraDes. 

57,731,996 

II 

172,701 

lM57,0'i5 

31,739.(199 

n 

13,/i7^i.90l 
6.087,716 

(i,00&,19'4 
4,959,593 
2,3<ï2,951 

12,173 
317,000 
478,977 

64,088 



136,432,834 



1S80. 
RjayltaU 
drfinilifa. 



fraoca. 

58,873,140 

II 

141,854 

15,054,249 

30,568,254 

740 

12,738,585 

5,964,077 

4,089,576 
4,810,693 
2,295,493 

11,571 
913,300 
501,928 

62,702 



135,426,162 



AOGMERTATIOR TOTALE CD 1887 



DIFFÉRENCES 
pia EAPPcaT À 1886. 



En plu. 



franei. 

Il 
II 

30,847 

II 

1.171.245 

II 

736,316 

123,639 

4,618 

148,900 

47,458 

602 

3,700 

II 

1,386 



2,268,711 



fraaçs. 

1,141,144 

II 

II 

97,20 '1 

II 

740 



22,951 



1,262.039 



1,006,672' 



(^} Pour les années pi*écédentes, voir le.s Bulletins de janvier 1879, page ig; janvier 1880, 
page 3d; janvier 1881, page 5o; janvier 1883, page 87; janvier t883, page 37; janvier i884, 
page 35; février i885. page igS; février 1886, page i56, et janvier 1887, page 65. 



Digitized by VjOOQIC 



— 73 — 



LE TAUX DE L'ESCOMPTE EN EUROPE. 



Le Moniteur des intérêts matérieb chiffre comme sait les moyennes an- 
nuelles da taux de Tescompte depuis i884 : 



ANNÉES. 


S 

1 

-< 




2 


g 

I 


S2 

2 


i 




i 


188A 


p. 0/0. 

3.19 
2.71 
2.50 
2.50 


p. 0/0. 
4.00 
a. 1/1 
3.29 
3.40 


p. 0/0. 
3.25 
3.23 
2.75 
3.00 


p. 0/0. 
2.53 
2.91 
3.04 
3.38 


p. 0/0. 
3.00 
3.00 
3.00 
3.00 


p. 0/0. 

Il 

II 

II 

5.50 


p. 0/0. 
n 
II 

II 

5.05 


p. 0/0. 

4.13 
4.04 
4.00 
4.12 


i8S5 


1886 


1887 





Voici, d'après le journal belge, les moyennes mensuelles de Tannée qui 
vient de finir : 



. 


Variai 


ions da 


taux de V escompte en 1887. 






MOIS. 


i 

< 


as 

U 




1 


0. 


i 


1 


H 

1 

> 


Janvier 


p. 0/0. 
2 1/2 
2 1/2 
2 1/2 

2 1/2 
2 1/2 

2 1/2 
2 1/2 
2 1/2 
2 1/2 
2 1/2 
2 1/2 
2 1/2 


p. 0/0. 

5. 4 

4 

4 

4 
4.3 

3 

3 

3 

3. 

3 

3 

3 


p. 0/0. 
2 1/2 
2 1/2 
2 1/2 

2 1/2 
2 1/2.3 

3 
3, 3 1/2 

3 1/2 
3 1/2 
3 1/2 
3 1/2 
3 1/2 


p. 0/0. 

5 

5. 4 

4.31/2,3 

3.2 1/2 

2 

2 

2 

2, 3 

4 

4 

4 

4 


p. 0/0. 
3 
3 
3 
3 
S 
3 
3 
3 
3 
3 
3 
3 


p. 0/0. 
5 1/2 
5 1/2 
5 1/2 
5 1/2 
5 1/2 
5 1/2 
5 1/2 
5 1/2 
5 1/2 
5 1/2 
5 1/2 
5 1/2 


p. 0/0. 
5 1/2 
5 1/2,5 
5 
5 
5 
5 
5 
5 
5 
5 
5 
5 


p. 0/0. 

4 

4 

4 

4 

4 

4 

4 

4 

4 

4,41/2 

4 1/2 

4 1/2 


Février 


Mars 


Avril 


Mai 


Juin. ........... 


Juillet 


Août 

Septembre 

Octobre 


Novembre 

Décembre 



Digitized by VjOOQIC 



— 7^ 



•< 
•< 

Q 
H 

eu 

o 



H 

8 



Q 
h:] 



I— « 

H 

O 
u 

H 

< 
H 



00 



8 



oo 






3 



^ 



% 1 1 

H s • s -s 


•■ S s 


s 


s 


r- 


S 


s 


01 


g s 


> -< « 


r^ 


CO 


o» 


1^ 


t-« 


r- 


ÇQ « 


o o 


2 




J? 




9* 


•0 


O 0^ 


2 *? M ^.x: 








eo 




r; 


Cl 


od « 


S 1 1 


Z: ;s 


S 8 •=* 




K 


eo 




P i 


o m 


o 


r* 


<H 


o 


o 


O 


o o 


H *2 S 


















iiu 


s » 


s 


oc 


0mt 


lO 


oô 


s; 


s » 


o o o 


















« « § 


















Q *1 


















" 


















H 


















K 


J -< eo 


c^ 


r- 


co 


O 


^ 


Ok 


m (O 


H * 


c« o 


<o 




«£> 


tn 


wa 


P» 


00 00 


i & 1 


r» r* 


m 


■-H 


« 


M 


r> 


Cf 


co -^ 


<T »-< 


W9 


«O 


CI 


•tf 


•n 


« 


^ CI 


g fa « 


^ it> m 


eo ei 








eo 


o g 


« 




icT 












a & 


















s 




















o» ^ 


e<3 


<=■ 




«o 


o 


e» 


•ef O» 




00 r- 


er 


<c 


co 




00 


4 


O lA 


«^ Sa 


S I-. I- 




eo09ooaoaoo> Il 


H B ^ 


2 lO e^ 


« 


0> 


^ 


oo 


o 


r- 


O M) 




Z n ac 


eo 


m 


r- 


•a 


00 




O <T 




s 




o m 00 

' 8 « 2 


S 


•1 « 






•a 






es 




c« 




















^ 


















C s 


-H eo 




O 


« 


r- 


id 


o» 


^ o 


H » 


eo m 


s 


r- 


m 


^^ 


es 


00 


CH CD 


» ift O 


oo 


C 


ifl 


« 


. «l -=1 »- 1 


•3 O 


o 


o 


iC. 


m 


«o 


o 


»- ^ 1 


â ^ 


g 


00 


•a 

00 


00 


g 


w 


P 2 M 


a "^ 
















. 


















1 


ws 
















II 


« 
























M 
























• 
























M 
















































4 
























U 
























« 
























QO « 
























>* « 
























'«t m 


tv ^ 




















a< o 




















w 1 


a, ^ 


■• 




OC 
oC 




.1 

c 










Ô S 


^ ^ 


) 








,• 










co 2 




" 




V 


^ 










s 










'.s 


^ 




u 








H 










t 


oc 
OC 


i 




«c 

00 


> 




K 




















K 


eo 


s 


f» ^ 


■^ .a 












«< 


00 


<c 


X 


E 


£2 




OQ 






H 
M 


oo 

ï 


oc 




1 


a s^ 


OC 




a 






■l 




• s 






5 


' N II 




■< 




CJ 


ik. 


tz 


i 


£ 


jj_i 



a 
•o 



S. 

Ou 

C 

s 

I 

I 






00 V 

00 a 

^ cr 

J3 d 



-s* 

II 



-^2 
'S = 



Digitized by VjOOQIC 



75 — 



ANGLETERRE. 



LE COMMERCE EXTERIEUR DU ROYAUME-UNI. 

Le tableaa suivant fait connaître les résultats du commerce extérieur de 
l'Afigleterre en 1887, et les rapproche de ceux des trois années précédentes. 

Importations et exportations de 188â à 1887. 



Inportetion*. .*.,,,.,^.>. ...... 


1887. 


1886. 


1885. 


1884. 


Ut. st. 

MARCHAND 
(Commerce ip 
361,935.006 
221.398,440 


liv. st. 

ISES. 
^eia.) 

349.381.086 
212.432.754 


liv. st. 

370.404.314 
213.044.500 


liv. et. 

389.774,549 
253.025,242 


PlTm^f atî<wM ............... 


iBfMxUdoiis et expoitatioDs réunies . 
£1 PLUS «nx imporUtÛMts.. . . 

TmnorlAtîoiis . . ............■••«• 


583,333,446 


561.813,840 


583.448.814 


622.799,791 


140.536,566 


136.948.332 


157.359,814 


156,749,307 


MÉTAUX PRÉ 

17.765.315 
17.131,018 


CIEUX. 

20,863,895 
21,007.405 


22.751.720 
21,783,105 


20.321.853 
21,999.222 


Exportationi. 


baporUdoiis et exporUtioas rénnieft. 

Em plus aux împortationt 

El PLUS aux exportations 

MAflGHAlfD£ 
ImportatiODs* .••«.•• 


34.896,333 


41.871.300 


44,534.825 


42.321.075 


634.297 
1/ 


143.510 


968.615 
// 


// 
1.677.369 


)BS ET MÉTAUX 

379.700.321 
238.529.458 


PRÉCIEUX RÉ 

370.244,981 
233.440,159 


UlfIS, 

393.156.034 
234,827.605 


442.805.243 
256.213.684 


Exportations.. 


ImporUtions et exportations réunies. 
£■ PLUS aux importations.. . . 


618.229,779 


603.685,140 


627.983.639 


699,018,927 


141,170,863 


136.804.822 


158.328,429 


186,591,559 



Il résulte du tableau ci-dessus que les importations se sont accrues de 
12^553,920 livres en 1887 par rapport à 1886. C'est une augmentation de 
3.6 p. 0/0. Sur les exportations Taugmentation est de 8,965,686 livres, 
soit de A.2 p. 0/0. 



Digitized by VjOOQIC 



— 76 — 



La Douane anglaise répartit le conimerce du Royaume-Uni en neuf 
groupes principaux à fimportation et en quatre groupes à l'exportation. 

Voici les résultats de ce classement pour les années 1887 ^^ 1886: 




liv. st. I li\. tt. 



IMPORTATIONS. 



m. 



I. Animaux de boucherie vivants . . 
II. Denrées solides et liquides : 

1* Denrées entrant en Iran- 

drise 

a* Denrées taxées à Tentrée. 
3* Tabac Uxé à feutrée. . . 

Métaux 

IV. Pradnits chimiqnet, tinctorianx 

et pour le tannage 

V. HoHes 

VI. Matières textiles brutes 

VII. Matières brutes pour diverses in- 
dustries et manafactanss. . . . 

VIII. ObjeU fabriqués 

IX. Objets divers. 



TOTAOX . 



e«U9,066 7,1(13,430 



116,930.350 

25,780,979 

3,409.267 

16,618.148 

7,728,884 

6.088.246 

77,838,508 

34.125,411 
54.134.820 
13,131,318 



301.935,006 



109.760.749 

25,282,320 

3.781.577 

15.039.548 

7.952,148 

6,049,148 

72,163.832 

35,378,061 
53.866,246 
12,964.027 



349.381.086 



7,109,610 
498.059 

li 

1.578.600 



39.098 
5.674.676 



S68.574 
167.291 



12,553.920 



EXPOIITATIOAS. 




I. Animaux vivants 

II. Denrées solides et liquides 

m. Matières brutes 

IV. Objets fabriques finis ou partielle- 
ment finis ; 

a. Fils et objets de rindostrie tex- 

tile 

b. Métaux et objets en métal. 

( Machines exceptées) 

c. Machines et ouvragées pour la 

minoterie 

d. Vêtements et objets pour Tusage 
personnel 

e. Produits chimiques et pharma- 
ceutiques 

f. Objets non dénommés . finis ou 
partiellement finis 



TOTADX. 



733.326 

9,359,991 

12.753.980 



108,060,714 
34,930,183 
11,145,745 
10,227,990 
7.028.392 
27,158,119 



221,398.440 



561,022 
9,561,882 
12,269.281 



105.350.621 

31,718,736 

10,136,839 

9.761,083 

6,695.893 

26,377,397 



212,432,754 



172.304 

II 
484,699 

2.710.093 

3.211.347 

1,008,906 

466.907 

332.499 

780,722 



6,965.686 



994.364 

II 
II 
372.310 
II 

223.264 
it 

1.252.650 



201.891 



is principales importations en 1887 et 1886 concernent les articles sui- 
Yants\coton brut, 39.9 millions sterling en 1887, contre 87.8 millions en 
i88G;MS, 2 1.3 millions contre 17.9; farine de hl(^, 10 millions contre 8.2 ; 



Digitized by VjOOQIC 



— 77 — 

laine brute^ 24.3 millions contre 22. /| ; tbé, 9.9 millions contre 11. 4; sucre 
raffiné^ 5.5 millions contre 5.3; brut, 10.9 millions contre io.5; bois 
d'œuvre et de construction : scié en morceaux, 7.9 millions contre 8.2; dé- 
grossi, 3.2 millions contre 3.4; animaux de boucberie, 6.1 millions 
contre 7.1; beurre, 8.0 millions contre 8.1 ; vins, 5.5 millions contre 5.i; 
étoffes de soie, 5.i millions contre 5.6; rubans de soie, 2.6 millions en 
1887 contre 2.2 en 1886. 

Voici les chiffres les plus importants de Texportation : cotonnades, 51.7 
millions sterling en 1887, contre 5o.2 en 1886; fils de coton, 11.4 mil- 
lions contre 11. 5; autres articles en coton, 7.9 millions contre 7.1; fils de 
laine et lainages, 20.6 millions contre 19.7; fils de lin et lingerie, 5.5 mil- 
lions contre 5.3; fers et aciers, métal et objets (machines exceptées], 25 
millions en 1887 contre 21.8 en 1886. 

Voici le détail des recettes douanières de 1887 ^* 16^6 ' 



ARTICLES IMPOSES. 



Chicorée 

Cacao 

Café 

Fraitê secs: 

Raisins de Corintlic 

Fi^es. pruneaux 

Raisins secs 

Spiritueux : 

Rhum 

Cognac 

Genièvre cl autres caux-clc-vie 

Thé 

Tabacs : 

Tabac brut 

Tabac manufacturé ^ 

Vms..... 

Articles divers 

Recettes autres que droits sur les marchandises, 

Totaux 



DnOITS PERÇUS. 1 


IX 1887. 


mn 1886. 


lit. st. 


lir. st. 


70,923 

60.309 

187,865 


65,438 

63,178 

202,424 


322,^18 

44.294 

179,710 


300.907 

48,701 

160,922 


2.016.134 

1,314.265 

008,142 

4.590.890 


1,988.662 

1.368,192 

898,402 

4,472,739 


8,546,727 
481.617 

1,093.576 
34,717 
18,430 


8.918.674 

491.186 

1.131.226 

28,931 

9,382 


19,876.017 


20,148,964 



' Les drawbacks et autres rembonnements, qu'il convient de déduire des 
totaux ci-dessus, ont atteint 152,378 livres en 1887, et ii4,883 en 1886. 
Le produit réel de la Douane, pendant ces deux années, ressort donc, frais 
de perception non défalqués, à 19,733,639 et à 20,o3ii,o8i livres. 



Digitized by VjOOQIC 



— 78 — 
ANGLETERRE. 

LE RÉGIME DES SUCRES ET LA CONFÉRENCE DE LONDRES. 

Nous donnons, à titre de document, le protocole auquel a abouti la con- 
férence de Londres sur le régime des sucres. 

La convention ne deviendra exécutoire que si elle est ratifiée par les 
Puissances intéressées. 

PBOTOGOLE. 

Les soussignés, délégués de rAUemagne, de 1* Autriche-Hongrie, de ia Belgique, 
du Danemark, de T Espagne, de la France, de la Grande-Bretagne, de ritalie, des 
Pays-Bas, de la Russie et de la Suède, se sont réunis à Londres le a 4 novembre 
1887, ^^^ d*étudier les bases d'une entente relative à la suppression des primes à 
Texportation des sucres. 

A la suite des délibérations ccMksignées dans les procès-verbaux des séances , ils 
sont tombés d'accord sur les principes énoncés dans le rapport da la conunission. 
Pour donner à celte énondation une apfdicatioa pratique, le Président de la Con- 
férence leur a communiqué un projet de convention qu ils ont examiné et qu'ils 
s'engagent a soumettre à l'appréciation de leurs Gouvernements , en les priant de 
dire connaître au Gonremement de Sa Majesté Britannique, avant le 1" mars, s'ils 
adhèrent aux principes de ce projet de convention , qui est annexé au présent 
protocole. En cas affirmatif , chaque Gouvernement communiquera au Gouvernement 
britannique, avant ladite date, un projet indiquant les bases d*applicatîon du sys- 
tème de Fimpôt sur les quantités de sucre produites. Ce projet mentionnera dans 
quelles limites et dans quels cas on ferait usage de la saccbarimétrie. Chaque Gou* 
vernement fera connaître en même temps si, pour réaliser l'uniformité, il serait 
disposé à admettre la méthode dite française, généralement usitée dans le commerce 
de plusieurs nations. 

En ce qui concerne l'article 3 dudit projet de convention, les délégués français, 
ne croyant pas que le régime proposé pour la Belgique présente , pour la suppression 
des primes , les garanties dont les Hautes Parties contractantes ont le devoir de 
s*entourer, font sur cet article les plus expresses réserves. Les délégués de l'Alle- 
magne, de l'Autriche-Hongrie , de l'Espagne, de i'halie, des Pays-Bas, et de la 
Russie adhèrent aux réserves faites par les délégués français. 

Fait à Londres, le 19 décembre 1887. 

Suivent les vingt-dsax signatures. 

AMNBXB AD PROTOCOLE DU I9 DBCBMBRE 1887. 

Projet de Convention, 

Les Hautes Parties contractantes, désirant assurer la suppression totale des 
primes ouvertes ou déguisées à l'exportation des sucres , ont résolu de conclure une 
Convention à cet effet et ont nonmié pour leurs plénipotentiaires , savoir. . . 

Lesquels, après avoir échangé leurs pleins pouvoirs, trouvés en bonne et due 
forme., sont convenus des articles suivants : 

Articlb 1". — Les Hautes Parties contractantes s'engagent à prendre ou k pro- 
poser à leurs Législature» respectives, des mesures qui constitueront une garantie 
absolue et complète qu'il ne soit accordé aucune prime ouverte ou déguisée à 
l'exportation des sucres. 



Digitized by VjOOQIC 



— 79 — 

2. — Les Hautes Parties contractaDtes s engagent à adopter ou à proposer à 
leurs Législatures respectives , un système 4*impot sur les quantités de suore pro- 
duites et destinées à la consommation, comme le seul qui permette d'arriver à la 
suppression des prîmes en question et à soumettre au même régime . les fabriques 
de glucose et les fabriques pour Textraction du sucre des mélasses. 

3. — La Belgique ne se trouvant pas dans les mêmes oonditions au point de vue 
de Tapplication du système d'impôt sur les quantités de sucre produites, le régime 
actuellement établi dans ce Royaume pourra être maintenu, sauf les modifications 
suivantes : 

La quotité de Timpôt sera ramenée de 45 francs i a5 francs à partir, de la mise 
en vigueur de la présente Convention. La prise en charge des fabriques abonnées 
sera portée de i,5oo à 1,700 grammes. 

(t. ^- Seront également admis à la Convention les États, ou les colonies et pos- 
sessions étrangères des Hautes Parties contractantes , qui , tout en n*adoptant pas le 
système dont il est fait mention i Tâirlicle a, n'iniposent pas d'impôts sur les sucres, 
ou qui s*engagent à n'accorder aux sucres bruts ou raffinés qui viennent à être 
exportés aucun drawback, remboursement, ni décharge de droits ou de quantités. 

5. -^ Dam le cas où un État qui n'impose pas de droits sur le sucre viendrait à 
en établir, cet Etat de^ra établir ces droits sur les quantités de sucre produites et 
dMtiiiées a laieoiisoimnatioa, oa bîsn ne donner ftocun drawbaek , remboursement, 
ni déeharge de droits ou de <piatttités. 

6. — Les Hautes Parties contractantes se communiqueront les lois qui auraient 
déjà été rendues, ou qui viendraient à l'être, dans leurs États respectifs , relative- 
ment à l'objet de la présente Convention. 

7. — Les Etats qui n'ont point pris part à la présente Convention sont admis à 
y adhérer sur leur demande. Cette adhésion sera notifiée par la voie diplomatique 
au Gouvernement de Sa Majesté Britannique et par celui-ci aux autres Gouverne- 
ments signataires. 

8. — Les stipulations de la présente Convention seront appGcables aux colonies 
et aux possessions de Sa Majesté Britannique à l'eiception de celles ci-après dé- 
nommées , savoir : , 

Les Indes orientales , le Canada, Terre-Neuve , le Cap, Natal, la Nouvelle Galles 
du Sud, Victoria, Queensland, la Tasmanie, l'Australie du Sud, l'Australie occi- 
dentale, la Nouvelle-Zélande. 

Toutefois les stipulations de la présente Convention seront applicables à l'une 
des colonies ou possessions ci-dessus indiquées à partir de la date à laquelle le Gou- 
vernement Britannique notifiera l'adhésion de cette colonie ou possession aux 
autres Puissances contractantes. 

Chacune des colonies ou possessions ci-dessus dénommées qui aurait adhéré à la 
présente Convention conserve la faculté de se retirer de la même manière que les 
Puissances contractantes. 

Dans le cas où l'une des colonies nii potseisions dont il s'agit désirerait se re- 
tirer de la Convention, une i)otification à cet effet sera faite par le Gouvernement 
Britannique aux autres Puissances contractantes. 



Digitized by VjOOQIC 



— 80 — 

9. — La présente Gonvenlion sera mise à exécution ù partir du . . . 

Elle restera en vigueur pendant dix années , à dater de ce jour, et dans le cas 
où aucune des Hautes Parties contractantes n*auraît notifié douze mots avant l'expi- 
ration de ladite période de dix années son intention d*en faire cesser les effets, elle 
continuera à rester en vigueur une année et ainsi de suite d année en année. 

Dans le cas où une des Puissances signataires dénoncerait la Convention, cette 
dénonciation n aurait d'effet qu*à son égard. 

10. — La présente Convention sera ratifiée, 6t les ratifications en seront échaiH 
gées à Londres dans le délai de . • . , mois, ou plus tôt si faire se peut. 



ANGLETERRE. 



LES RENTES POSSÉDÉES PAR LES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES. 

Le monde financier attribuait dernièrement à M* Goschen Tintention 
de procéder à une conversion de la dette publique. UEconomist, en signa- 
lant ce bruit, indiquait le montant des rentes 3 p. o/o, ancien fonds, 
qui seraient atteintes par cette opération» et il constatait que, sur 76 millions 
sterling représentant le capital de ces rentes, 17 oiillions sterling environ 
appartenaient à des services publics (Govemmeni Departments). 

UEconomist a complété ce renseignement par le tableau suivant, qui fait 
connaître le capital delà dette publique anglaise au i^'mars 1887 (annuités 
à terme non comprises) et fait ressortir la part de ce capital possédée par 
les services publics. 

Capital de la dette Capital des rentes 
roNDs. au 1*' mars 1887. des services publics. 

livrai 8l«rlîiig. livres sterling. 

Consolidés 3a9,6oi,3oo 39,861, aoo 

Ancien 3 p. 0/0 76,627,600 16,988,500 

Nouveau 3 p. 0/0 1 79,660,800 31,977,900 

Rentes a i/a p. 0/0, 33,8io,5oo 1 5,oio,5oo 

a 3/4 p. 0/0 A,647i8oo iaii,ooo 

3 i/a p. 0/0 aa5,7oo 6,100 

Totaux 633,573,700 io3,958,aoo 



La proportion est, à très peu près, d'un sixième. 



Digitized by VjOOQIC 



— SI ~ 



ANGLETERRE. 



LE 33* HAPPORT DU POSTMÂSTEft GEIVEBAL, 

Le Postmaster gênerai vrênt de présenter aux lords de la Trésorerie son 
33* rapport et nous y jputsons les renseignements suivants. 

RisaUats généraux. 
Pendant Tannée 1886-87, le mouvement des correspondances jf'est accra'en 
moyenne de près de 5 p. 0^ dana leniemble du Royaume-Uni , savoir ; 



CORRESPOIWANGRS. 



NOMBRES. 

( iTALVATlOIS. ) 



Lcttret* •• 

Cartes postales 

Livres et circulaires . 
JowiiaiDX 



I,tô9,900,t)00 
180,100.000 
368,900,000 
151,300,000 



Totaux. 



Colis. 



2,160,100,000 
. 32.860.000 



TOTAOI GI^NilVAUX . 



2,192,960.000 



AOCaOISSEMEHT 
ria KAproiT 
k 1S85-86. 



NOMBRE 
■orsx 

Ute d'habiUnt. 



' ft.Op. 0/0. 
5.1 — 

7.8 — 
2.4 — 



5 

10 
4 



4.5 

24.3 



69 

9 



4.9 — 



60 



Vo}ci« d'ailleurs « les chiffres dea quinze deroièrQt ^années, eo ce qui ^^nirarna le* 
lettres , cartes postales . livres et circulaires , journaui : 








1 




1 


LIVRES 




^^ 






LETTRES. 1 


CARTES POSTALES. 1 






JOUB]UDX. Il 














tt CiacVLAIlBS. 1 








ANKSES. 




ACCnOIMB- 




ACCROIMI- 




ACCIOMM- 




ACCBOIMB- 




i 


lOSBirC. 


UÉWt 


«oakiiB. 


«Bwr 
•aiuitl. 


non». 


tant 
«hbmI. 


HOMIM. 


■»IIT 






imUio.». 


p. 0/0. 


mUlioos. 


p. o/«. 


miUions. 


p. o/o. 


aiillioiu. 


p. o/o. 




1879 


885.0 


Il 


76.0 


Il 


114.0 


// 


109 .0 


// 




1873 


.901.0 


2.5 


72-0 


u 


120.0 


13.1 


113.0 


^.4 




1874 


964.3 


6.3 


79.0 


9.7 


1M.9 


10.0 


117.0 


3.5 




1875 


1.008.4 


4.6 


87.1 


10.7 


158.6 


11.7 


121.0 


3.4 




1876....* 


1,018.9 


a.o 


• 92.9 


6.7 


173.7 


9.4 


125.1 


3.3 




1877-78.. 


1.057.7 


d.8 


102.3 


10.0 


189.3 


8.9 


128.5 


3.7 




1878-79.. 


1,097.4 


3.7 


111.5 


9.0 


197.0 


A.l 


130.9 


1.8 




1879-80.. 


1,127.9 


3.8 


144.4 


2.7 


213.9 


8.6 


130.5 


// 




1880^1.. 


1,165.2 


3.3 


122.9 


7.4 


2/J0.3 


12.3 


133.8 


2.5 




i88i-8a.. 


1.229.3 


5.5 


135.4 


10.1 


271.0 


12.8 


140*9. 


5i.a. 




i88a-83.. 


1,280.6 


/i.2 


1/^3.9 


6.^1 


288.2 


6.3 


U0.6 


Il 




1 883-84. . 


1,322.1 


3.2 


153.6 


0.6 


294.0 


2.2 


142.6 


1.5 




1884-85.. 


1,360.3 


2.9 


«60. /i 


4.4 


330.4 


8.8 


143.7 


0.7 




1886^86.. 


1,403.5 


3.2 


171.3 


6.9 


342.2 


6.8 


147.7 


2.8 




1886-87.. 


1,459.9 


4.0 


ftSO.I 


5.1 


368.9 


7.8 


151.2 


5.4 





BULL. DB STAT. 



Digitized by VjOOQIC 



— w — 

Ea 1886^7, TAn^eterre figurait , dans le nombre total des lettres , ponr 84 p- c/o, 
Londres seul pour a 8 p. 0/0, TEcosse pour 9 p. 0/0 et l'Irlande pour 6 p. 0/0. 



Lettres reeemmand^. 

Le nombre des lettres recomo^e^^M {rtgù^tere^ Mprv) u a été que de 10,779,555, 
présentant ainsi une diminution de 3.i p. 0/0 par rapport à i885-86. 

Il «9t intéressant de suivre le moui^^wm^t 4e» letli^ ipeçommandéM di^pub 1877. 
Par suite de la réduction du droit dçf eQQtpmandation de 4 à a pence à partir du i *' j«o- 
tier 1878, le nombre des lettres recommandées a cru d*abord rapidement et il a 
atteint son plus haut point en 1 888^4* Depuis cette époque au contraire il décroit 
d'aiviée en année à meAura que Tusoge dea boni de post^ (ppstal enLen) « institués 
en 1881, Mitre davantago dans les habitudes du publie anglais. 



aunees. 



1877 

1878-79 

1880-81 

i88i-8a 

i88a-83 , 

i883-84 

1884-85 , 

1886-87 , 



AMGLETBimB. 



de lettres 
reeomminJJe*. 



3,653,689 
6,190,814 

TfVtyVfVUO 

8,741,515 
9,479,028 
9,732.755 
9,028,491 
9,7<W,724 

9,148,326 



ECOSSE. 



VOKUB 

de lettres 
reeomm'andJot. 



I l» ifl U 

378,910 
SS),715 
616,909 
e96f09o 
753,491 
806,554 
886,586 
^Î4,<>n 
909,537 
928,976 



IRLANDE. 



VOMBU 

de lettres 

recommandces. 



278,443 
458,821 
532,356 
597,023 
669,799 
725,617 
729,995 
710,410 

702,252 



TOTAL. 



Moans 

de leltns 

recommiad^ès. 



4,316,017 
7,200,360 
8,739,191 
10,034,546 
10,902,318 
11,264,926 
11,545,072 
11,369,151 
IX.129,06Û 
10,779,555 



AoanumnoH 



•nnvelie. 



p. a/». 



#6.« 
31.3 
14.8 
8.6 
3.3 
2.5 
1.5 

sa 

3.1 



La réduction des tarifa, Téiévation du maximum du poids et le taux c|*a6surance 
litrodCRt en mai 1886 , ont en sur le mouvement des eoiis une infhienc^ marquée, 
lie nombre total des paquets a été en effet de 3a,86o,i54 en 1886^7 , présentant 
ainsi sur Tannée pi^cédente un accroisseinent de plus de 34 p* 0/0. 

Le tableau saivant permet de comparer le mouvement et le produit des colis 
ftostaux pendant les trois dernières années : 



ANNÉBS. 


NDMBBB 

des 
cous. 


PRODUIT 

BtVT. 


RBDE. 
VANGES 

mx 
comp^sgnies 

chemiasdefer. 


PART 

dft 

PoêtOfee. 


PRODUr 

Produit 
hrtt. 


r MOTEM 

lOtIB. 

Pwt 

da 

PMO|bt. 


1884-85 

188^86 

1886-87 


28,910,040 
26,417,397 
32,860,154 


liv. st. 

508,247 
591,945 
719.112 


in, st. 

356,572 

298,948 
358,254 


Ht. st. 

251,675 
292.997 
360,858 


pepce. 

5.33 
5.38 
5.35 


jMiiee. 

3.63 
3.66 
3.64 



Digitized by VjOOQIC 



— »» — 

On Qmf)loîeliMiiooap ie syatèine des oMb poftMix eoHune tOÊfàê 44 irànumïffaion 
des fleurs et des fruits et de nombreux colis sont enyojés de cette manlÉM^ 4e8 Hetf 
Soriingnes au marché de Govent GaidMi v où ila andtent ayant 8 heures du matin. 
Plus de i4«ooo colia coatenant des j^rimevèrga sont activés .ainsi à, Londras laa 
|8 et 19 avril. 

Le service des cdis a été étébdu à pin» de 55 e«kMiies et pays étrangers. Lel 
Jernièreft^^dhésions sont cdle^ du Honduras, du Canada, de Tltaiie, du Luxem«* 
bourg, de Terre-Neuve^ de Smtrne, de la Tasmaniê , de Zanàbar et de TAustFalie. 
occidentale; enfin la Pranoè vient d*adhérer à son tour ^^K 

Le Qomhre total des colis envoyés Sans les colonies et k 1 étranger a été de 
SAa,864 et le nombre des colis reçus de ces différents pays a été de i5o,656. Le 
Mouvement le plus considérable a été eelni de rAiiemagne , de Tlnde et de la Bel- 
gique : 

L'Allemagne a reçu 83,400 eolis et en a ex|)édié 6a,aoo 

L*Itide » d6,ooo — —--*•- — < ^— * 37«70o 

; La Belgique ■ i4t0oo < . 0,900 

Depuis le 1" mai 1886, on teut assdtei', pour ie cas de perte, les lettres recoin^ 
itandées et les colis moyennant des droits de 1 pentiy ou de a pence. Or, avant 
k 3 1 mars dernier, on avait déjà assuré 1 05,677 lettres recommandées movennapt 
tn droit de 65a liv. 10 sh. 7 d«,el fl6iv74i cDli^majfennant i,3ii liv. 5m. 6d.;' 
h montant des payements de garantie avait été de i3 ffv. 1 3 sh.- 6 d. pourlé^ hfttîëa^ 

... • f > 

Mandais-poste (money orders) et tons de poste (posta) orders). 

• Dans Je dernier rapport annuel, le Postmaster gênerai avait proposé de modifieii; 
les tarifs de commission sur les mandats-poste intérieurs. La modification a été auto-^ - 
lisée et mise jen vigueur à partir du i** septembre 1886. Le tarif précédent com-i . 
^nait op^e «uhâivisiQos . ayec^ dos drolta.Yariani de.a peace..pQmg. un mandai 
à*excédant pas 10 shillings , à 1 sh. pour un mandat n excé(hintpas 10 livres. Le tarif' 
actual bV mus que cûiq subdivisipns , de 2 pence pour un mandat nexfiédwMl pas* 
1 lit^ li^ à è pente ptmf On mandat n excédant pas 10 livres et le maximum du dM>it^ 
se trouvé ainsi ridtlftde moitié. D en est résulté qu'au lieu delà grande dixtdntftlôd* 

£*on était habitué ) toàitater chaque année dans le nombre et le montant 4as oMn-' 
ts intérieurs, on se trouve actuellement en présence d'uue augmentaiioB dd' 
187,563 liV^ st. dans lé montant des mandats , alors que Tannée précédente il y atait 

des mandats^ elle n est plus que de 595,731 tandis quelle était de 1,599,834 en 
1885-86. , . . 

H est intéressant, d*a31eiirs, de aoîvie lemouveaient des nlandals^sle intérieur». 
De 188,921 en 1839, le nombre des mandats était déjà de ia,o6a,886 en 1871 
et, après s*être élevé à 18,368,901 en 1877-78, il n*a pas cessé de diminuer depuis 
cette date* 



^'^ La Convention anglo-française est du id juin 1^86 et a été rendue exécatoire par dé- 
cret da Prémleai de la Bépab&|nB fiwnçiise du i** aeét i887# 

6. 



Digitized by VjOOQIC 



— 84 — 

Notis DOQi bornoD» i donner dans ie tableau CMiprès , les chifires des qmnse der- 
nières années. 

Màtidats^pOttê iniériBùn, 



ANNÉES* 


tf&IÊBKE 

BtS MAKDAT». 


MONTANT 


AUGMENTATION il 
ov oiMArirrfov Ainmu.« Il 




do«s 
Itt montant. 


ig^j , 


13,984,189 
15,118,636 
15,900,562 
16,485,661 

4,350,935 
17,822,921 
18,368,901 
17,290.764 
16.774,354 
16,329,476 
14.692,328 
14,306,297 
13,790,732 
11,958,127 
10,358,293 

9,762,562 


lîv. tt. 

24;013,747 
25,600,069 
26,296,441 
26,497,918 
6,901.506 
27,516,698 
27,870,117 
25,911,923 
24,776,331 
24,228,763 
23,367.672 
25.233.763 
25.012,117 
23.536,699 
21,975,345 
22,262,708 


p. 0/0. 

+ 16.0 
+ 80 
+ 5.0 
-f 3.7 

II 
+ 8.1 
-f 3.1 

— 5.8 

— 3.0 

— 2.7 

— 10.0 

— 2.6 

— 3.6 

— 13.3 

— 13. '3 

— 6.0 


p. 0/0. 

4- 10.0 
4- 6.5 
+ 2.5 
+ 0.8 

II 
+ 3.8 
+ 1.2 

— 7-0 

— 4.3 

— 2.2 

— 3.5 
4- 8.0 

— 0.8 

— 5.9 

— 6*6 
4- 1.3 


1873 


1874 


1875 


1** trimestre de 1876... 
1876—77 


1877— tS 


1878—70 '. . ■ . 


«' z^ 

1870-80 


1880-81 


i88i-8a . , 


i88a-83 


1883-84 


1884-85 


1885-86. 


1886-87*., 









Le mouvement des mandats avec l'étranger s accroît chaque année, mais sur les 
mandats coloniaux Tannée 1886-87 donne une diminution de 3 p. 0/0. 
Uusage des bons de poste se répand de plus en plus : 



ANNÉES. 



i^trimeibe de 1881. 

i88i<^i 

i88a-83.; 

1883-84 

1884-85 

1885-86. 

i88^8> 



NOMBRE 

dM 
lois DB fOttB. 


VALBOft 
B0R8 »B rotn. 


646,989 
4,462,920 
7,980,328 ' 
12,286,556 
18,831.164 
25,700,316 
31,608.711 


Ut. «t. 

292,151 
2,006,918 
.3,451.284 
6,028,663 
7,885,347 
10,7S8,946 
12.958,940 



teBBaBBaatBaBaoBBaBasB&BBBB 

Les bons de 5, 10 et surtout 20 shillings sont les plus demandés. Il a été déjà 
émis i6,4a3,6i8bonsde 5 shillings, i5,ii6a,o5i bons de 10 et ig,4o8,833 bons 
de 30, soit plus de moitié do nondire total des bons de poste. 

Lettres retournées. 
Certaines ailles possèdent des bureaux spéciaux chargés de la manipulation dca 
lettres de rebut (retumed letters offices). Ces bureaux ont reçu, dans le courant de 
Tannée, i4i2 16,900 lettres, soit un accroissement de plus de g p. 0/0 sur Tannée 

Précédente : àà^fi^S de ces lettres n*ont pu être retournées aux expéditeurs. Sur 
^ nombre total des lettres en rebut, 178,083 étaient des lettres reçoounandées ou 
contenant des valeurs ; 27,9.28 ne portaient aucune adresse. 



Digitized by VjOOQIC 



— 86 — 



Nouveaux bureaux. 

'. . ' ■< I « > .1.. 

De nouveaux bureaof de poste, ao^ooBibre cle 386, ont été oaverto dans le oou- 
raal de lUnaéeet j6à> bettes 4>iA été créées» de qui porte k nombre total des 
boites à 35^38odoot 17,191 sont des boites de bureaux. 

Une sur&ce totale de près de deux, acres a été acquise à Londres, a un coût 
de 35o,ooo liv. st. et sept emplaceinents ont été acquis en province au prise 
de 77,000 liv. st. environ. Le nentant total des dépenses d'emplacement pouê 
le compte des Postes , de la Caisse postale d*épargne et des Télégraphes a été ainsi de 
627,000 livres. D*autr§ part, les dépenses faites par le Département des travaux pu-^. 
blics pour les bâtiments du Post Office ont été d'environ 109,000 liv. st 

PersonneL 

Il y a environ 54t8oo emplois permanents « soit 3,356 de plus que l^nnée pré* 
cédente. Dans ce nombre, il y a 3,767 femmes : 760 sont employées comme commis 
k Londres, Dublin, Edimbourg; 3«oi7 lont réparties sur tout le territoire en qualité 
de td^;raphistes, ou pour le comptage, le triage, etc. A côté de ce personnel, en^ 
viron £7,000 personnes , dont i5,8oo femmes, sont employées par les directeur^ 
des postes et les reeeveura. Beaucoup ont des oeoopations. étrangères et ite sont em^ 
ployées dans le service postal qu'une nartie de la journée. . [ 

Les agents retraités sont au nomore de 3,356 et. leurs pensions piontent à 
176,164 liv. st 

TéUgmpku. 

Le rapport doone les rékdtats de ia réforme télégrapUquè. 

Si on met à part les dépécbes envoyées durent Tannée par les chemins de^ ier« 
la presse, les administrations et les télégrammes étrangers, 'dont le tarif nTa pas été 
réauit; on trouve que le nombre des dépèches a été de 40,137,175 en 1886-87, au 
lieu de 80,087,860 en 1 885-86, et le produit de 1,354,879 liv. st. au lieu de 
1,377,606 liv. st. tannée précédente, soit une augmentation de 33 p. (^o dans le 
nombre des télégrammes et de 6 p. 0/0 dans le produit. 

La 'comparaison cependant, oomme le remarque le rapport lui-même, n'est pas 
très rigoureuse » car fannée 1 885-86 comprenait déjà six mois du nouveau régiîpe. 

An surplus, voici, mois par mois, le nombre total des tdégrammes expédia : 



MOIS. 



Aval 

Mai 

Jvin 

JMUei. 

Aoèt 

Septaaane 

Octobre 

Novembre 

Décembre 

Jiirfi*r. ....... 

Fémer*. 

Man 

Totaux 



18S4-85. 



3,661,510 
3,972,865 
2.837,934 
3,339,096 
3,036,551 
3,952,831 
3,985,170 
3,603.^98 
3,&30,649 
2,451.707 
3,339.635 
2,777,033 



33,378,459 



1885.86. 



3,913,710 
3.911,503 
2,970,804 
3,336,956 
8,964,543 
3,908,037 
3,843,673 
3,810»087 
3,566,343 
3.313,306 
3,093,389 
3,717,044 



39,146.383 



1886.87» 



3.776.173 
4,019;325 
4.386.417 
5,017,130 
A,5«k,149 
4,504,683 
4.483.533 
4,183,007 
3.868,433 
5.653,853 
3,538,530 
4,269.547 



50,243,639 



Digitized by VjOOQIC 



— «6 — 

Si les recettes annneateat, les dépennes progr^isent aussi, et, malgré Tanginen- 
tation des recettes, le déficit dépasse /l6g,8Ao liv. st., si on y comprend une 
BQgnmp d^ 3a6,4i7 liv. M* r0pp^Âont«iit ka intérM» du capital d'étabUssement 

Voifi qi|«}.4 Àéh mûuvepient 4e» reeette el de» déj^endes depuis i8âo-8i : 









DÉPENSES EPFCCTUÉKS 












TAUX 


KM» ui snntii tiuÉ«RtfiiQim 


TAUX 


nrrteÉT 










'.'"*— 


r-^ ' • - 


AKKVKI. 

d'Mcrou- 


Anna. 




ATfNÉKS. 




d'scprou. 




p«r 




«•ment 


du 


DÉFICIT. 






swieiit 


uu. 


fralMi 




d«« 










èm 


-It^ 


d<p«t6. 


TOTAV. 


dA|iéafM 


employa. 








IM*tta8. 


PofCOJÛ». 


meato. 




tOttlM. 








liv. II. 


p. 0/0. 


Uy. st. 


liv. ft. 


liv. 11. 


p. 0/0. 


liv. «t. 


Kv. st. 


1880-Sl 


l.«3.887 


n 


1.242.09Î 


66,562 


l,308,liW ' j. ' 


326,417 


984 


iSSt-8tt. 


I,eM,390 


+ l.to 


1.565,031 


74,866 


1,440,498 


-^WM' 526,417 


112,525 


l««»rW. 


l.76&,i)7d 


+ e.87 


l,60l,iÛl4 


79,673 


U8MTJ 


4< 0-53 


526,417 


Ui,2S4 


*88MA.- 


• ra 


tlil 


l,709»644 


99,27j6 


WQ^920 


^U.SiO 


326,417 


346,114 


1886-dK. 


1.731,040 


89,724 


1,820,764 


+ 0.65 


326.417 


362,767 


ises-se. 


1,787,264 


-h a.!5 


1,733,104 


99,297 


1,832,401 


4- 0.63 


326,417 


871,554 


.ift8e«<87. 


i,8eT,«»i 


4- 9.5e 


l,9?g,7«8 


90,879 « 


%tôùM'J 


^ l,«e| 3«6i4t7 


469.^40 



Durant Texercite 1 986-87, a Sa bureaux de poste ont été ouverts pour la' pre- 
mière fois au service télégraphique, ce qui en porte le nombre a 6,5 1 4 eh y com- 
prenant 1,54a bureaux de gare. 

Rscettes et défi^ d^l^fn^ 49ri*^k^ A« JW««P» ^ tiVgnqAfiS, 
lie seveira bhit» jr ccnipFis.cduiida.k S&omgsBohk^ a, été de 10^71^,978 Iît. st 
Il a^ défHHnpose aîiisi qu'ii suit : . 

Lettres , paqueta, cartes postales, jouroau]^, etc. , . , » , 8,186,^19 

Droit sur 1^ mandats d^argent. ..,...,...,,,,,.,,,* r, .,«.. . 143,390 

Droit sur les t>ons de poste ..,«.,... ^ ....',«,*... * 139,389 

^pc^ts. QQn réclamés ^.,\ ^ • • .^ ^ 3,900 

Savings Bank ,. ^ .......*. .,,,.. ^ .. « «.»«,,... , 367,556 

Produit des télégraphes^ ..!.,<... 1,887,9^4 



TûXAi» des reoettes* *.> .^»^*^^* **.*.. •• .* ^Otj^è^^/fi 



Les dépenses prévues, j coippris celtes qui sont faites pour le 
is rv iee po sta i ^ i ét égi a phiqu e f» d'autres d ép art e c aen ts, se ré- > 
partissent comn^e il suit ; 

Service postal (y compris mandats et bons de poste).. 5,a53,S36 

Paquebots. . ^ . . , , , J . ♦ 6a6,8o5 

Swings. Bank a90,555 

Service télégmphiqué . • ...» ', a,o3o,647 



TotAL des dépenses 8,aoi,343 

Le produit net était donc de. . . ^ a,5i4i635 

résentant une diminution de 19^,347 liv. sU sur Tannée précé- 

ente. 



Digitized by VjOOQIC 



— 87 ^ 
B ELGIQU E, 

LE BUDGET DES VOIES ET IfOTENS POUR L'EXERCICE 1888. 

LOI DU 3o DicSMBRB 1887. 



DÉSIGNATION DES PRODUITS. 



CHAPITRE I- — luràrs. 

CORTtIBOTIOHS DIftBCTKfl. 

Goatribation (dncfêre 

Principal ( y oompru 5,39 5,ooo fr. p'iû valear locative ) 
i5 centimef additioanels ordinaires sur fe principal. , . 
90 centimet additionnels eitnordmairet an principal de 

rimp^ sur la valeur locadve 

FVais aezptrtiie , ., , 

Principal 

20 centimes additionnds 

Principal 



MONTANT 

éTALOATIOlS Bl HMCMTTMM. 



ContriJi>Qtion 
pcrspmeile. 



Droit 
de. 
BedeVanoca 
lesnûues (fixe 
cftpnNMitiun^ 



Douanes. < 



DOUAIBS, ACCIftlS MT MCKTTIS UTiaSM. 

. I Droits d*entrée , 

a. Vins ëtrânseEs. 

h, Eanx-deotie îndigèiies 

c. Bières. ...É »**••«.. 

cl. Vinaigres de lûères 

«• Vinaigres antici qiM da Jbièn». i . é . 

I /. Acide acétique 

9» Sucras de oaiUM «k àb boMartAr». . . 
Gluoosea et autres 
Tabacs indigènes 



t- 



Recettes direrses] 



tu Frais d*essai des inatièras d'or ai d'amni 

(• Recettes e^^traordinaires et acôdenldlea, loyer de 
bàtimtfnts» rétributians du ekef des «xttaiti du 
cadastte,. taxes pour travaux extraordinairea de 
cbargennfc et de décbft i ' g e m enA de navires, eto. . 



BRMISTBllIXaT, BTC. 



Successions , etc. 



El 
Gj 
dypotbèques. 

a. Successions et mutations par décès. . . 

6. Droit de mutation en ligne directe.. . 

c Droits dus par les époux survivants. 

Tinbre *..»... 

Timbre des polîoes d'assurance 

NaturaKsations 

Amendes en matières d'impôts 

Amendes de condamnations en matières diverses 



Total du chapitre 1" 



15.736.500 
3.36(^.500 

T.1(».(»0 

35.000 

9,^83.333 

1.096,667 

S82.&00 

70,600' 



C« S4>U,fiOO 
^ 3MMr710 

(S) io,ftâO 
A4OOO 
m 1.300 

^ 3.110,000 
308,000 
900,000] 
1A.Û0O 



3i>0,(ta0 



16.300.000 

2,800.000 

320.000 



23.883,100 
19.232.000 

6.580.000 
353,000 

)25ji67«830 
àiDi,Wia70 

360,000 

20.100^000 

660,000 

3,300^000 

19,620,000 

5,800,000 

2,000 

30.000 

660,000 

750,000 



ié6M9,000 



soit 9,55o.ooo frtDei; d« 35 b. 0/0 dtt produit dei 
B« 99.936086 



(M DJdvdioa faiu de U nettU inUgrftlo rar !•• c«f(^ 
di«î1s d*fAlffo rar lu biirol «t viatlgret Tonaat de Titriager, toit iiS.ooo friacs} ^^ 

d« prodoit de» mlmee droite inr lee euu-de-tie. soit 589,170 francs . et de 35 p. 0/0 du prodût des 
•wiesflMnsraSiiés, eoit 910,000 frtacs( easemÛe uia wmum de 3,061,170 france ettrib*^ «• fonde 
eréc per le loi dn 18 jaillel 1860. 

(*) DMnetion feite de 35 p. 0/0 da produit proleMe. eoit i,583,8oo franes. 

W DMvelion faite de 99.936086 p. 0/0 dnprodnit probable, soît 16,196,936 fhtnee. 

{*i DMaetioB feite de 35 p. 0/0 dn produit probable, soit i,854i5oo frenee. 

I(*) DédoetioB faite de 35 p. 0/0 du produit probeblo. eoit 5,6oo frenee. 
t*) DMnetion feiU de 35 p. 0/0 du produit probable . soit 700 frênes. 
i^ IKÉsiUna Ailadnto p> â/^^piiiail yieirtli, <ÉH liliifceffB imm .... 



droits 
«lUIMi 



Digitized by VjOOQIC 



— 88 — 



DESIGNATION DES PRODUITS.. 



CHAPITRE II. — PEAGES. 



Rivières et canaux . 
R — Un > pf i— *^—t * 



MpMV 

\n%ae I 



l'ÉUU. 



• *•»«*•••«»•' 



Gheminft ae fer • 

Tâégraphet ^ectriqoes 

Ia. Taxes des oorrespondanoes en général 
b, -^ sur les mandaU-posto* . « 
c. — sur les abonneouaits. . • , . . . 
d, ' — sor les effets de comineroe 

Prodnit du service des bateaux à vapeor entre Ostende et Dp«vres 

Produit du passage d'eau d'Anvers îl la Tète de Flandre 

Part revenant à TÉtat dans le produit net des quais de TEscaut à Anvci s. 



CHAPITRE III. — Capitaux et bbtenus. 



Domaines (valeun capitales) 

ForéU 

Dépendances da chemin de fer 

Établissementf «t servioas régis par rÉtat ..%..<;.<... 

Produits divei* et accidentels, y compris ceux des examens uoivenitaires. 

Revenus des domainet « . . >i • . 

AbofiiMments au MoniiMr, etc., ptrçns par TAdminiaftiaiion des postai». . 

Produits divers des prisons 

I^oduits deTeàiploi des fonds de cantionnements et de eomignaliom, 

des actes des commissariats 

des droits de chancellerie. . 



de pilotage, 
de lanal..,. 



. desdroiU 

r des droits 

. de la régie du ilfom(eur( arrêté royal du si juin rAdd). 

. des écoles agricoles. 



Part réservée à l'État, par les lois des 5 mai 1860 et'iaq ntti- idya , dans 
les hénéiàoei annuels réalités par la Banque nationale 

Produit du placement des fonds disponibles du Trésor ..:...'..'.. 

Bonîfîcatbn dVin quart p. 0/0, par semestre, sur Texcédént de la circu- 
lation moyenne au delà de 273 millions de francs des faiflets de la 
Banque nationale. (Loi du so mai 187a. — Art. 1% n* 4.) 

Foods d^amordssemeot demeurés sans emploi , 



CHAPITRE IV. ~ RsHBODRiBHBlITS... 

Total du budget des voies et moyens. 



MONTANT 

SVALVATtOIS BB 



fruMs. 



8.398,A50 

310,000 

50,000 

530,000 



lnuM«. 



1,050.000 

6,060 

119,500,000 
3,103.700 

<') 9,394,450 

775.000 

65.000 

300.000 



i34,093J^O 



500,000 
800,000 
170,000 
110.000 
&60.000 
540.000 
1^,000 
975,000 

3,000.000 

110.000 

8,500 

2,900,000 

935.000 

83.000 

273,000 

1,300,000 
500,0((0 

350,000 
3»43ô,00p 



iSJWh.SOO 



3.559,009 



319,365.759 



(M Le produit bnit des postea est évelaé i i6,S85.ooo fraaei , 'comprenant nne'rvcftte de 53o,ooo frênes dn 
chef des taxes d'encaissement et de présentation » l'aceeptalion des ofl'ets de commerce. Ce dernier pcodaîl appartient 
intégralement à l'Etat. La part d« 4i p. 0/0, dévolne an fonds communal, s'établît donc sur i4,855,ooo Cranca et 
s'Aive ainsi à 6,090,060 francs. 



Digitized by VjOOQIC 



— 89 — 
BELGIQUE. 

LE fiUÛG£T bu MINISTÈRE DES FINANCES POUR ^EXERCICE 1888. 
utt. M ^ i>t<mMHi U87«^ 



DÉSIGNATION DES 8SRVICB8 ET DE L'OBJET DBS DÉPENSES. 



CHAPITRE 1*. AonVUTBATIOB CSITtALI. 

Traîieiiient du Mioûtre • ^ 

Traitements des fooctiomuiires, empiovéset geos de aervice 

HoDorurei dof arocato et des avoués du départenent. — Frais de procédure, etc, 

Fnia de tournées « 

Frais de roule et de séjour (administnftîon centMla) 

Matériel. 



MONTANT 

9^9 OléBITS 



Magasin général des paniers , 

Traitement du graveur des monnaies et des poinçoDS de titre et de garantie. ........ 

Service de la monnaie 

Doriments atatisliques 

CHAPITRE II. — AoiiiHisTaATioR db u TaiaoamB bt db la obttb pobliqqb 

OABS LBS PlOVWGBa. 

Tf«ilemeDls des asenls du Trésor 

Pkvb de iwrean/ de oomnùs, de loyer, etc., des agents 

CiLAPITRE III. — AiMiiaisTaATiOH dbs coHTaiBOTioa» dibbgtbs , douahbs bt accubs. 

SiunreHlanoe générale. — Traitements 

Service de la conservation du cadastre. — Trailementa. • 

Servi» des contribntioos directea, ) Traitements fixes 

des accises et de la comptabilité. ( Remises proportionnelles et indemnités ('' 

Service des douanes etde la recherche maritime , . . . . 

Service des eaaaia des ouvroges d*or et d*«rgeot« 

Suppléments de traitcmeot 

Traitements tempofaîres des fonctioanaires et cmplojrés non replacés 

Frais de bureau et de tournées'. • « • 

indemnités, çriipies et di^peuses diverses, 

PéBoe douanière. * 

Matériel * 



CHAPITRE IV. — ADHlRISTaATION Ol L'BNaBCISTJLBMBHT BT DBS OOMAINfii. 

Traitements du personnel de reuregistrcment et du timbre. '. : . . 

Traitements temporaires des fonctionnaires et employés non replacés 

Frais de bureau et dépenses diverses 

Traitements du personnel du domaine. . .^ .......... .^ • 

Reaaîsetdes receveurs. — Frais de perception 

RemiaeadesgrdBen^» 



MpMMf du domaine 

Frais de comtruction et de réparation de routes destinées à &ciliter Texploitation des 

propriétés donuiniales de TEtAt autres yae les forêts •••....•,. 

Dominagea-intérèts en matières diverses, uitéréts moratoires compris <*' 

CHAPITRE V. — • Pbh»iohs bt sbcoubs. 

Premier terme des pensions k accorder éventuellement 

Secours à d'anciens employés, veuves et familles d*employéa 

CHAPITRE VI. r- Dbpbbsbs impbbviibs. 

Dépenses im|>révues non libellées au budget 

Total du budget du Bliuistère des i 



francs. 
S1,000 

916,350 

73,000 

5,400 

3,000 

U6,000 

106,140 

4,300 

13,100 

18,000 



i,364,2$0 

164.800 
45,700 



210,500 

483,350 

719,800 

3,140,550 

3,365,000 

5,101,435 

9,300 

350,000 

50,000 

94,580 

538,200 

5,000 

301,435 



i1,848,630 

495,500 

10,300 

46.300 

105.675 

1,338,685 

75,000 

13,900 

33,300 

1,000 
1,500 



2,i09,960 

87,300 

13,700 

3,900 



40,900 



15,578,180 



C>) Gr«£t non limitaUf, . 



Digitized by VjOOQIC 



~ «0 — 
BELGIQUB. 



LE QDDGET DE LA DETTE PUBLIQUE POUK UBXERCIGE 1888. 

LOI bu 3o D^CBHBflï 1887. 



DÉSIGNATION DES SERVICES ET DE L'OBJET DES DÉPENSES. 



CHAPITRE I". — SERVICE DE LA DETTE 
PROPREMENT DITE. 

l** SicTiov. — P«M« ioiit twmmê «t uâdmmra 
am i" oetohn i830, 

Detu k 9 1/9 p. 0/0. 



7" 

\ da 



H««t« au nom da prine« à% .WaUrJoo 

2* Sbctiov. — A«^anef« inti oa Gûuvtrhtmtnl au Paji- 
004 ( tniU dm 5 novtmèr* 18^2, et commtion d» 31 «e- 
t^n1879). 

Redevance poar l'cntretieD du canal de Tcrntutèn 

Rachat des draîta de fanal 1 



9" SaGVMK. — Dtttu contriKtiat d^psù iBSÛ, 

% 1*'. — InTsmire 1 

Detu M 3 p. 0/0. . » 

Datte l 3 i/a p. 0/0 (1'* têrie) .... 

(1' airie) 

(3' aMe) 



Totaux. 



SOM1IB8 ArrBGTiis 
an aerriee 



fr. 
5,408.990 78 



15.505.110 00 
4,792,051 12 

90.800,702 88 
5,775.000 00 



62,559,504 78 



fr. c. 



1,090,718 00 
279,883 05 

l,705a88 
390.000 00 



3,408,789 U 



par i 



fr. 
5,498,090 78 



18 99, 



10,895.488 00 
5,000,894 07 
l,O&6,081 04 
0.105,000 00 



65.962,209 89 



fnléréte et frais de* eapitana néeeaaairea à l'effet de povnroir evx dipettsea evr reMaarene etInordK 

■airee 4 effectuer pendant l'anaie « » 

S 2. >— Âtnviréft Dinuit. 

Rnnte au nom de U ville de Bnixeilee ........»..% <. «.... 

Rentt eonatttuaut le prix de reehat dn «kepûn de fer de Mo9a à Heiege. . .« . • •.••»••»« 

Qaote^ert de la Belgique du chef de la reprise de la ligne de Spa k la frontière graad-daeaie. • . . . 
Uix'huitiime annuité peur prix d'une partie du matériel d'exploitation , repris •■ vertn de l'artide 10 

de la ronrention du i5 avril 1870 

Annuité à aervir juaqu'en 18^9 InelusiirelneDt , pour le servîM dee acdoaa privil^^ de la Grande 

Gomp^nie do Luxembourg 

>l. Annuité de 7.000 frênes par kilom4tre, anr 774». 167 naètrea, leagneuv de» lignes ou aeetioas de 

ligMi livréee k l*état antérieurement au 1*' janvier 1877 « • • • •• 5,39i«l<>9' 

B. Annuité de é*ooo franca par kilemitro aar les mimea lignée o« saetions de lignes. 9,o8o,668 
Loyer pMviaioonel dn eheaain da fer d'Aatara à Batlardam, poar lea aanaetvaa aa 1" avril et au 

1" octobre 1886 , » 



S 9, -^ Avrava €««■«•, 

RoBle annuelle k 3 p. 0/0 , à titra d'indemnitéa du chef de aervilades mtlitairee .-. • 

Minimum d'intérêt garanti par l'Etat 0) '. 

A. Frais relatifs au serviee des diverses dettes et annaitée qui précèdent 117.000^ 

B. Fraia de surveillance des eompagniea da chemins de far, eta. . au point da tue da la 

garantie du minimum de TiaUiit • ••••••,. . . • 7,500 

CHAPITRE II. — RÉMUNÉRATIONS. 

Rémunération en matière da miliea IM 

Peaaiona diverses .«...•#.•.<.%* «^ 

Pentiens des profeaaeurs et inatiiataun aaaHBanaux. 4. !•«••••««. à«é.é*«k... 

Peusione dee vaavee et orphelins da l'ancienne caisse da retraite 

CHAPITRE m. ^INTÉRÊTS DES FONDS DÉPOSÉS À TITRE DE GAUTIOMllEliRNTA 
OU DE CONSIGNATIONS^ 

A. Intérêts ï 3 i/a p. 0/0 des cautionnements versés eu numéraire i,3oo.ooo' 

B. Intéréte oftiérés du même chef se rapportant à dev «xerdeee dot 3,ooo 

Intérêt» des caationnemenla des remplaçants 4*ns la milice .nationale 

Intérêla à a i/a p. 0/0 des conaignations en général , ainsi que dea canlionnements assimilés aux con- 

sifnalioM % intéiêts à 3 p. 0/0 dea fonds consignée au proAt damûaaoa ai dfi»tarditik. . i « . 



ToTAt 



eaéoiTS. 



5.498.000 78 
80,80814 



129,980 24 
»,l«4 02 



10.695.488 00 
5,006,814 07 

39.658,981 Oi 
6.106,000 00 



1.900,00000 

900,000 00 
872,990 00 
500.000 00 

613.000 00 

15,900 00 

8.471.897 00 

1,000.000 00 

42.287 74 
490.000 00 

! 184,800 OQ 



79.6li^0VI «3 



9,200,000 00 

0,80<V800 00 

1,788,000 00 

564,000 00 



15,957.800 00 



1,909.000 00 
9,000 00 

1,150.000 00 



9,402,000 00 
«7,M9,407 0S 



V^ Crédit non iTmUalîr. 



Digitized by VjOOQIC 



— w — 
ALLEMAGNE. 

LE MESSAGE ROYAL ET LE BUDGET PRUSSIEN POUR I8S8-89. 

NouB détachons les figues saivanies du message qui a été lu, le 1 4 janvier, 
par M* de Puttkamer, à Touverture du Laodtag prussien: 

Le badget de 1886-67 devait être équilibré au moyen d*an emprunt de la mil- 
lions de marks. 11 présente, par rapport aut prévisions, une amélioration de Sa mil' 
Kotfft de marks, due en partie à d^s plus-vaiiies, en partie à des économies. Gon- 
fonaémeni à la loi sur les chemins de fer, ^excédent disponible a été appliqué à 
Famortissement de la detl», ... 

Le budget de 1887-88 laisse espérer des résultats plus favorables encore. U com- 
portait an emprunt de 4o ntioUs de msrks. Or, des économies d*une part et , 
a autre part, des plus-values (sur les recettes des voies ferrées principalement) 
ainsi que des augmentations dans ks reversements de TEmpire, permettent 
de prévoir un eicédent plus considérable qu'en 1^86^7. L*ap|^ication de la loi sur 
les chemins de fer pourra donc continuer. 

Le prochain bndget penrfoit dépà Tamélioration de la situation des ecclésias- 
tiques de toutes les confessions; au relèvement des pensions allouées aux veuves 
et orphdins des employés ; à rallègement des charges scolaires supportées par les 
communes ; à Textehsion du réseau des chemins de fer de TEtat. 

Toutes ces questions feront l'objet de projets de lois qui seront soumis prochai- 
nement au Landtag. 

Voici les totaux du projet de ibadget pour 1888-89 comparée aux chiffres 
correspondants du budget vnté pour 1887-^ t 

FROJET POna BUDGET DE DIFFERENCE EN 

1888-89. 1887-88. 1888-89. 

mUliffM de mari». milUmii d« marks. milUoiu d« airi». 

Dépendes ordinaipes .. • i,36a . 1 1 ,29^ . q -f- 66 , a 

Dépenses extraordinaires ..... US, 6 33 . 6 + 1 5 . o 

ToTADJL.i 1,^10.7 1,339.5 4- 81. a 

Recettes (sans Femi^runt) 1,610.7 1.2189.1 -t-iai.6 

Emprunt • » Ao.à - 4o.4 

■' ' ■■ ■ ' »» 

Totaux..'. 1,^10.7 1,229.5 • -♦- ^^i .^ • 



Le Ministre des finances, en présentant le budget, a signalé la persistance 
de la reprise des affaires. Les voies ferrées donneraient une plus-value de 
37 millions de marks en 1887-88. Cependant la situation des ferniages do- 
maniaux resterait mauvaise. La récente réforme des impôts sur Talcool et le 
suere inOuerait d'une manière heureuse sur les finances prussiennes. Le 
contingent payé par la Prusse à l'Empire, pendant l'exercice courant, dépasse 
de 11 millions de marks les reversements du Trésor impérial; or, en 1888- 
89, la Presse encaisserait un boni n^ontant à 36 millions de marks. 



Digitized by VjOOQIC 



— 98 ~ 



ALLEMAGNE. 



LA MËSUAË DU BIEN-ÊTRE EN ALLEMAGNE. 

Où trouvera ci-après Tanalyse d^un mémoire sur la mesure du bien-être de 
la nation allemande, présenté à la Société d'économie politique de Beiiin, à 
la fin du mois de décemJbre, par le savant docteur Eogi^l « anciep directeur 
du bureau de statistique de Fausse. On rapprochera avec intérêt ce travail 
des éludes de même nature publiées par MM. de Neumann-Spallart(^), 
Sœtbeer ^^î » Robert Giffen ('^ , Leone Levi (*î , Atkinson^\ etc. 

Llœpôl sur le revenu, dans les pavs où il existe, fournit de précieuses indications 
sur Tétat de la richesse publique. 

14. Sœlbeer, que cette question a souvent occupé, a trouvé qu*en Prusse la ré- 
partition proportionnelle des revenus s'établissait, en 1873 , iSySetiSSA-âS, de la 
manière suivante : 

PA RT PROPOa'nOW LLB DB C HSqPB OLABBBS BM 

CLASSES ]>B Bxvsiras. 187S. 1878. i884-8S. 

p. 0/0. p. 0/0. p. 0/0. 

Jusqu'à 5a5 marks 89 . lo 3g . 89 43 . 18 

De 5a5 à a, 000 marks 56. ao 54. 80 5i.49 

De a, 000 à 6,coo ^ 4.t3 4.&o 4*43 

De 6,000 à ao,ooo o.5o à.fi 0.79 

De 3c,ooo à too.ooo .....) o 

TV 1 , > .0.00 0.10 0.11 

De plus de 100,000 ) 

Ensemble 100.00 100.00 100.00 

Voici, d*autre part, le revenu moyen par contribuable et par habitant, en Prusse, 
de 1872 à 1884 : 

BBVBHU UûTBlf 

Aifaiss. P'' contribuable. parbafaitant. 

187a 865 393 

1878. 918 3a3 

1884-85 918 3i4 

(^} Voir, dans le BaUetin de mai 1887, page 5^3 : Mesure des voriations de Vétat éconoadqn/t 
et social des peuples» 

î*) Voîi\ dairs le BaUetin de mai 1886 : Les revenus en Prusse, 

(|) Voir, dans le» Bulletins de mars et avril 1 884 , pages 3&9 et d84 , et de mal et Juin 1886. 
pages 543 et 67 5 : Le progrès des classes ouvrihes Uepuiê un demi^siïcle dans le Boyanme-OnL 

t*) Voir, dans le Bulletin de février iS84, page 202 : La répartition de la richesse dont le 
Rejramne'Vni, 

t^> Voir, dans les BuUetim êtàoài et septetnbre 1887, pages aai et 3ii5 : La baisse des 
prix et la hausse des salaires. 



Digitized by VjOOQIC 



— ©s — 

En Saxe, Fimpôt sur le revenu ne fonctionne d'une manière régulière que depuis 
1879. ^^^^ ^ répartition des revenus dans ce pajs en 187g et 188 A : 

' PànTS DBS GLASSBS DE AXVBSUS EN 
CLASSES DE HBVSinlS. 1879. l884« 

p. o/o« p. 0/0 

Jus(pi'à âoo marks 5 1 . &i A8 . a8 

De 5oo à i.goo marks • 41-98 Ad.gS 

De 1,900 k 6,3oo 5.63 5.76 

Revenus moyens (plus de 6,3oo marks) o . 83 0.93 

Gros revenus o.o5 0.11 



Ensemble 100.00 100.00 



Voici, d autre part, le revenu moyen par contribuable et par habitant en Saxe : 

REVENU MOYEN 

jjnfi^, par contribuable, par habitant. 

mulw. iMffkt. 

1878 917 3ai 

1879 ^^ 3a7 

1860 878 33o 

iSSa... <. 911 1^ 

1884 gdo 36a 

On vient de voir que la proportion des tout petits revenus tendrait à augmenter 
en Prusse et à diminuer en Saxe. 

Le revenu a est pas un but , c'est un moyen. Lorsqu'on veut naeawrer le bien- 
être, c*est la, consommation personnelle qu*ii faut considérer. Elle varié peu, 
comme quantité, pour les individus de même sexe et de même âge. 

On ]peut mesurer la consonunation de trois manières diflérenCes : soit d*après les 
impôts , soit d*après les enquêtes administratives , soit en compulsant des budgets 
pnvés. Cest en adressant des questionnaires aux familles et pi^r le dépouillement 
méthodique des livres bmiliaux que les résultats d-aprës ont été obtenus ^^\ 

D*aboraIes revenus ont été divisés, comme ci-dessus, en six catégories , compre- 
nant jusqu'à 5a5 marks les revenus insuffisants, de 5a5 à a,ooo marks les petits 
revenus, de a, 000 à 6,000 marks les revenus ordinaires, de 6,000 à a 0,000 marks 
les revenus moyens, de ao,ooo à 100,000 marks les gros revenus, de 100,000 
marks et au-dessus les très gros revenus. 

En groupant, d^une part, les besoins matériels de Texistence (alimentation, ha- 
billement, diau£Fage, hygiène), et, d'autre part, les antres besoins de la vie, on 
trouve, en comparant le coût (fes nécessités matérielles aux revenus, les proportions 

suivantes : 

^^^^---■.^— - ---■..- — . .. - -_ > — .. . . ..- 

(0 II résnlle de» renseignements que M. le docteur Engd a bien voulu nous adresser iai- 
ménae qu'une foule de familles ,.. habituées à. enregistrer exactement leurs lecettes et leurs dé« 
penses y ont mis leurs comptes de mépage à sa disposition, c Jai devant moi» nous dit-^ii. des 
comptabilités admirablement tenues, représentant les unes 4 00 marks, d'autres 180,000 mSris 
de dépenses annuelles. Beancôtq) de ces comptes portent sulr dix ans , vingt ans et plUs. L*nn 
d'eux embrBÎsse nue période de plus d'un demi-siècle : il a été commencé en i83i. Le fils 
Fa continué après le père et la petite«fiUe apfis le fils, Ge eompte ei plesienrs autrss sont 
de vrais romans de familles, » 



Digitized by VjOOQIC 



— Oft — 

CO*T. 
CArÂGOAIES DK RKTBIIUS. V* '*•<*'"♦' "»^™" 

^^^^ par rapport aux revenus. 

. , ^ . p. o/o. 

Revenus insuflBsants joi.3 

Petits revenus 9^ • 3 

Revenus ordinaires 69 . 8 

Rerenuft moyens 67 . 6 

Gros revenus < , . 48* 8 

Très gros revenus , a8. o 

On voit que dans les cinq dernières catégorie», les âéeessité» matérielles n*ab- 
sorbent pas la totalité du revenu : Texcédent représente ce que M. Rosdier appelle 
le revenu disponible. Cesi sur cette marge que sont imputées les dépenses destinées 
aux satisfaniians dW ordre £levé, à la bienfaisance , aux améliorations progressives. 
Voici comment serait employé le revenu annuel de )a Prasse et de TEmpire t la 
population de la Prusse étant a celle de f Allemagne comme 1 «st i 1 .65 : 

DÉPBNSKS TOTALES DiPERSE 

,1^ ',^ quotidienne 

CATÉGORIES DE DEHUttES. Prusse. Empire. l^L .' ? 

_^ (Empue.) 

mtrks. Btflu. . pf^MS^i 

Nourriture 4t6o5, 2^0,000 7,598,6A6>ooo 46Md 

Habillement ....... .1 « 1 ,248,3oo,ooo 3,059,677(000 la . 55 

Logement < . « , 728,370,000 i^aoi,8io,ooo ^.Saf 

Chauffage, éclairage... ,...,. , , . . 564,4io,ooo . g3i,a7^,poo , .5.6^ 

H^fgîéne. . . , !.. aB4,46'o,ooo 436,35jj9oo . a . 64 

Total povr ks besoins ftatéFiels^ 7,410,789^000 11,3374768,060 75. ov^ 
Autres besoini ......*.... ^ .. ^ L,ia36,fl4iOfOQif> i358«flo6<ooa 1 1 . 3o 

Ensemble 8,037,020,000 1 4,086,064,000 86. qo 

Le revenu total de chaque cfasse et la d^peû^e cotfderAant k iièûrrituee attein- 
draient pour l*E!mpîrê les chiffres suivants i '. ' ' cqAt -JWiUi 

KÉVÉIW tdtkt 3è la «ôiirrïture 

CATBGORUs DE REVENDS. cLâfloe catégMîe. .^*^ cbaquB 

_ * ^ catégùriè. 



marks. 

Revenus insuffisants. * a, 666,080,000 i, 765,47 &»DOO 

Petits revenus. « • 7,a3a^i 1,000 4«484f343ipoo 

Revenus ordinaires <* 3,109,890,000 ga3,954i0O0 

Revenus mojens. •• » » .,. 1,160,168,000 3o3,7a3,Qoo 

Gros revenus 693,775,000 ioo,94l,ooo 

Très gros revenus «..» aa4i54o,oQO «0,309,000 

M« le docteur Eoigel ternâne en faisant remarqaer que la nourriture deale 
donne déjà la niesare du bien-être. Phis les ressources de fiAdividu sont 
restreintes, moins il consomme et plus ton alimentation est grossière. Les 
recherches anthropométriques ont fait ressortir que Thonmie moyen des 
classes pauvres 4 par suite de Tinfériorité de sa nourriture ^ est moins corpfii* 
lent, moins lourd que Tbomme moyen des autres dasses. 



Digitized by VjOOQIC 



— 95 — 



ALLEMAGNE. 



LE REMANIEMENT DE LA PROPRIÉTÉ RURALE EN SAXE. 

Lie Bulletin a donné un aperçu des législations autrichienne et bavaroise 
relatives aux reaeianiements collectifs de la propriété foncière ^^). Nous trou- 
vons aajoord'hm, dans le supplément à la Zeitsckrift publiée pour 1887 par 
le Bureau royal de statistique à Dresde^ quelques renseignements sur les 
échanges de biens ruraux en Saxe depuis i833. 

Dans ce pays, comme dans la plupart des États allemands, les échanges 
de terrains sont obligatoires quand certaines conditions sont réunies. 

Une loi du 17 mai i832, relative au partage des conununaux indivis, 
facilitait déjà les échanges facultati& de parcelles. 

Dès 1 83 À, les pouvoirs publics» par une loi du i4 juin, rendirent ces 
échanges obligatoire^. Il fallait seulement qu'il en résultât la disparition 
complète de ôertaines servitudes et que les deux tiers des intéressés en 
fussent partisans (c'est-à-dire les deux tiers des propriétaires possédant les 
deux tiers du sol en cause). 

A.ax tonnes d^une loi du 1*' octobre 1&61, il n'est plus nécessaire que 
d'avoir l'adhésion de plus de la moitié des propriétaires possédant plus 
de la moitié de la superficie. Toutefois, l'opération n'est obligatoire que 
s'il A'agit de champs, prairies, landes ou pàtis. Les bois et vergers ne 
peuvent être enrobés qu'autant qu'on ne peut se dispenser de les prendre. 

De i833 jusqu'au 3o juin 1887, 969 remaniements ont eu lieu : 665 
de i833, à 1S61 et sgd ensuite. 

Sur 00s §5^ opérations, 87^ sont actueliement terminées. En votci la 
répartition d'a]près la contenance : 

SUPBKnClB DBS BQBHS 
IfOMBRB DBS HBMAlflBiaUlTS. IBMANl^ 

5i . • « jusqu'à 10 hectares. 

96 de 10 à 5o 

108 de 5o à loo 

ayS , de 100 à aoo 

i65 de 200 a 3oo 

83 de 3oo à 4oo 

44 de Aoo à 5oo 

217 ', de 5oo à 600 

i5 de 600 à 700 

5 de 700 à 800 

5 de 800 à 900 

3 de plus de 900 

(') Voir les Bnlletinx de novembre i883, page 607, et de novembre i885, page 616. 
Vmr aussi les Bulletins de novembre i884 « page 493, et de juillet 1887, ra® ^^* 



Digitized by VjOOQIC 



— 06 — 

Les proportions des parcelles échangées par rapport à la superficie totale 
des biens en cause sont les suivantes (885 opérations) : 

NOMBRE DBS nBMAllIEMBIITS. PfiOPOnTIONS 

dtê parcaHes pw rapport à la ■aparfidle total*. 

3o moins de i p. o/o 

110.... de là lo 

53 .• de 1 1 à ao^ 

36 de a I à 3o 

a8 V é de 3i à ào 

5o - de Al à 5o 

45( de 5i à 6o 

6i de 6 1 à 70 

111 de 7 1. à 80 

138 de 81 à 90 

a33 : . de 91 à 100 

Voici, pour terminer, Tijsdication des irais administratifs par hectare, 
dans 8o5 opérations (dépenses de la commission spéciale de remaniement, 
géomètres, etc.) : ..„, 

IfOMBRK DES REMAfinslISRTS. MOlITAlrr DBS FRAIS 
por k^a». ♦. 

3od là 10 maria. 

195 lia i5 

116 .. r 16 à. ap 

57 a i à a5 

33 : a6 i 3o 

4o. 3i à 4o 

ig Al à 5o 

7 . .^. 5i à 60 

9 61 à 80 

8 81 à 100 

17 plus de 100 

En moyenne, le coût des dépenses administratives concernant ces 8oô 
remaniements ressort à 18 marks à Thectare. 

U conviendrait d'ajouter à ces chif&es les dépenses pour établissement 
de chemins, de fossés, dessèchements, etc., mais les données manquent. 



Digitized by VjOOQIC 



— «7 — 



AUTRICHE-HONGRIE. 



S 



LES POSTES ET TÉLÉGRAPHES EN AUTRICHE. 

La statistique du mouvement postai et télégraphique en Autriche, pendant 
Finnée 1886» vient d'être publiée par le Ministère du commerce à Vienne. 
Nbus en détachons les indications suivantes : 

En 1886^ â 7 a eu 554,9a 5, 100 envois postaux {Briefrerhhr) ooo^ireaant les 
lettres , car^ postales, imprimés , échantillons, journaux (mais pas les colis postaux 
ni les lettres chargées) contre 5a3, 110,000 en i885. Le service intematioDal 
intervient dans ces chifires pour a8 p. 0/0 en 1886 contre a 6. 6 p. 0/0 en i885, et 
Viennépoor i8a,d53,ioo envois en 1886 contre 165,613,900 en i885. 

Le nombre des envois par messageries (Fakrpastterhhr) {[colis postaux et lettres 
chargées) sW élevé à 38«57a,5oo en 1886 contre 36,q3i,5oo en i885. Vienne 
figure dans ces chifires pour 1 i,o39,3oo envois en 1886 et ior,&8l,8oo envcns en 
i885. 

Les lettres chargées et envois de valeurs représentaient en 1886 une somme de 
5,366,75o,3oô florins contre 5,364,37 i,5oo florins en i885. . 

D a été délivré ou payé 15,670,839 bons ou mandats en 1886 contre 16,573,637 
en i885 

Passons au service des télégraphes. Voici les chifiires pour 1886 : 

n a été âxpé^ 6,901,638 télégrammes dent6,336,3»9 soumis au payement des 
droits. Ce dernier chifii^ comprend 3,9^8,338 télégrammes expédiés à Tintérieur, 
et 1,387,983 télégrammes échangés avec l'étranger. 

Il n*y avait eu que 6,173,512 télégrammes soumis aux droits en i885. 

Voici pour terminer Tindication des recettes et des dépenses du service des postes 
et télégraphes depuis 1877 : 

AMUUB. aaCITTtt. DIPOfSBS. 

florÎDs. loriat. 

1877 ^^»^' 1,467 I7,8a6,6a3 

1878 18,367,903 17,757,514 

18^9 i9,a44,638 17,693,638 



1880 30,338,191 17,974,181 

1881 33,306,699 18,049,030 

188a 33,343,300 19,194,43a 

i883 • a4,o5i ,5a6 19,81 i,5aa 

^L/yrr^. 34,749,361 30,409,708 

jkST. 35,000,453 31,413,937 

/ 1886 36,367,103 31,456,439 

On voit qu'en 1877 l'excédent des receltes sur les dépenses dépassait à 
peine 300,000 floiîns, tandis que cet excédent ressort à près de 5 millions 
de florins en 1886» 



bkJLL. DB 8TAT. 



Digitized by VjOOQIC 



--M — 



m»m^-Mpm^: 



LA RÉO^Ç^I^jrjON DU.jÇERVIGï; DE JB^NqijŒ) JCjE^L^ CAISSE 
D^ÉPARGNE POSTALE D'AUTRICHE. 

JNous avoQjs fait poi^çaitre^ e^ mai i885^ page 607» |a» dispoutiona prin^ 
cipalesdela loi qai avait établi. uoe Caj^Ç;(^épalf[^e.pD^^^ en Autriche. 
Nous avons signalé ensuite, en novembre 1886, page 667, l'adjonction à 
crtte cdfeée #tiù seryicîô dé bati^tiié (reniWfe dfe bàVhet^ deëhèqtieisv'biivtertiiire 
de tomptescôufîanls, opl^ta^dhi de vireineBtJ. Une foi de décetaibre dernier 
àllrîbue à"ce service, aùi fonclîonnera toujours côte à côte avec la Caisse 
postale* une oomptàmjité séparée, un foiiasde rfeservp^partiçuli^ir, etc. . • 
O0:t,fo*^vera q,-aprè3 le? parties essentielles de cet^e loir . » . , . . 
„ Vjojci 4'^W<Ï Jd^nituatioi) .^u i^ji dégembre 1.887- .de' la Caisse îd'épaigiie 
poslided'Attirîebo etidijtttirvîoed» banque 4* 



NOMBRE DE PARTICIPANTS 

. ' dâflS ' ' ' ' 

' ■ . • * i .' . ,- . M .. 

Ll MOVtBMBNT 



PÉRIODES. 




VIMiMHT^ , 



i883-i886 

Année 1887 

Totaux 

1883-1887,, 

âo(.iïiB&n 1887.. 



544,931 
52,777 


10,553 
3,4S8 


597,708 


12,981 



7,274 
1,484 



8,758 



k'duV'ÎÊMEÎ^T , 



LA CéÉÊ 
posuU» 



TOTAL. 



siMKa 



15.0 



63.4 



lions â» florins^ 



780.1 
610.5 



U399.6 



837.5 
625.5 



1,463.0 



BBMBOURSIMBNTS. 



51.0 



là. 4 



1,372.3 



27.3" 



l,4i3.3 



39.7 



Hefetnitéressantde suivre le mouvement des opérations de banque ayant 
eu pour résultat des compensations, c'esl-à-dire des versements et dés rem- 
boursements au moyen de simples écritures, sans transport d'espèces. 

Voici les chiffres concernant le débit seulement : 

> f MOIITANT DES VlUBMENTS* 

.. .psiuoiNsa. aoUBM DfonfaiinoHs* . ^ ^ 

1884.1886 405,482 i44.o 

Année 1887 ....... . 395,321 i5o.5 

Ensemble 8oo,8o3 ag4-5 



\ 



Digitized by VjOOQIC 



Donnons, ponr terminer, les parties essentielles de la loi qui réorganise le 
service de banque et dn rè^ement d'administration publique concernant 
l'exécution de ladite loi : 

La comptabilité du sem'ce de banque [Check uniCîearina Verkehr) sera séparée de 
celle de la Caisse d^épargne postale. ' ^ 

Up versemenii ioitifd (loo flQrins aux (efifies dil r^lemeui; 4*4d^m3tratîon 
publique] est exigé pour obtenir Touverture d^un compte par le service de banque. 

La Caisse postale a toujours le droit de solder un compte ou de rêfliser a en 
ouvrir un. . '. ' 

Le mi^xluium du taux de Tintérèt annuel que pourra allouer le «^rvice de banque 
est fixé li 1 p. o/o tiufidis que ' la' Caisse ' d*épargne postale peut allouer jusqu'à 
3 p, ^d d^iotérèt annuel aux déposants. ... 

Le Gouvernement peut donc accorder moins de a p. o/o, En outjrçilpçu^tdéqUer 
que les premiers versements seront improductifs. 

L'adn da service de banque, sauf le fonds de roulesient, est emalisyé en aebats 
de valeuri d*£tat, en prêts sur titres sur lesquels la Banque anstro^niongroise peut 
coaseatiF des avances , en achats de coupo|is détachés de ces titres , en eseompte 
d*d{ets endossés par unebaniqtte, une caisse d^épargne, une société coopéralive de 
crédit enr^fiitrée , eta 

loi, durée du prêt ne peut excéder trob mois; le papieir- çfçompté ne doit pas 
avoir plus de 90 jours à courir. 

Le Ministre des finances désigne les établissements aveciesqueis la Caisse postale 
peut entr^ en relations d^aJFaires. 

Sont exemptés de droits de timbre lés déclarations dé^îgn^ut les tieirs a^ PPQfit 
desquels des opérations ont lieu, les procurations, reçus, exlniits de cooiptes, etc. 

Le service de banque perçoit des droits spéciaux. 

Il çocaissera : i** un droit de manipulation fixé à a kreutsers pour chaque verse- 
ment, payement, crédit, débit; a** une commission de i/4 p. 0/0 pour chaque débit; 
quand iopération atteint jusqu à 3,ooo florins et de 1/8 p. 0/00 lorsqu'elle dépasse 
ce cbiffrct 

Sont affranchis dU payement de la commission aux termes du règlement d'admi- 
nistration : 

Les débits résultant des opérations de contpe^tsation ; 

Les envois d'argent par mandats postaux ; 

Les débits par suite d*achats de valeurs d'Etat pour les comptes courants ; 

Les débits pour les droits , commissions , etc . . . 

Il sera constitué un fonds de réserve spécial au service de banque qui devra at« 
teindre 5 p. 0/0 du solde annuel des opérations effectuées par ce. service^ Le sur* 
plus sera dassé dans le budget de l'État comme recette postale. 






Digitized by VjOOQIC 



— 100 — 
RUSSIE. 

LES RECETTES ET LES DÉPENSES DE L'EMPIRE EN 188Ô. 

Le rapport da Contrôleur de l^mpire sur les résultats de Texerdce 1886 
rappelle d'abord les prévisions : 

Les prévisions de Texercice 1886 s'établissent ainsi : 

Recettes. — I. Recettes ordinaires , • • 787,d63,69 1 

IL Recettes d ordre 6,55446a 

in. Recettes extraordinaîreli : 

Indemnités de guerre • • . . 3,i ï5,ooo 

Dépôts perpétuas à la Banque de Russie 760^000 

Remboursements k effectuer par des compagnies de chemins de fer. 18,000,000 

Ponds provenant de la 7' émission d'obligations conadyklées • . 4 . 1 1,055,679 

Emprunt destiné à des constructions de chemins de fer 4&,ooo,ooo 

Total 871,948,733" 

Dépeni€s. -^ L Dépenses ordinaires 8ia,75i,o5o 

II. Dépenses d'ordre * >> 6,554,46a 

m. Dépenses extraordinaires : 
Ports et cnemins de fer 5a,643,a4o 



Total 871,948,73a 

RBCSTTfiS. 

Le rapport constate que les recouvrements sont restés inférietirs aux 
prévisions de 10,072,769 roubles. Mais les déductions motivées que propose 
le Contrôleur ramènent cette moins-value à 1,81 3,653 roubles. 

Le tableau ci-dessous rapproche les chiffres des recouvrements de x886 
de ceux de deux exercices précédents : 

a«Q«n B wnm asakBs 

Impôts et droits, 1877. *^8i. 1886. 

mniims de nHiUes^ 

Impôts personnels et fonciers 119*0 117.8 86. 6 

Patentes i5.o a3.2 aS.o 

Taxe sur le revenu des valeurs mobilières » a 10.1 

Boissons 191*0 3a5.5 937.0 

Sels (droits abolis depuis 188 1) 9.1 » a 

Tabacs la.G ia.8 ao.a 

Sucres 6.8 3.7 i5.i 

Douanes 5a . 6 88 . 3 10a . 3 

Droits de timbre 9.6 i5.4 16. a 

Droits d'enregistrement et de greiïc 6.8 9.9 g. 8 

Droits sm* les mutations à titre gratuit h 9 3.5 

Passeports a. 6 3.7 3.3 



Digitized by VjOOQIC 



^ m ^ 

Taxe sur le prix de transport des voya^ora et des niar- . 

chandises par chemins de fer en grande vitesse *, , , t 

Droits sur les assurances contre imcendie. . . .' o. i 

Taxe sur les augmentations de traitements ....... o. 

Droit» divers : a . 

Droits régaliens. 

'Ikdtssurlésmines ; a. 5 

Monnaie ». i . o 

Poftes ia.6 

Tdégaaphes 6.7 

DomoÙMs.. 

Redevances foncières et autres des paysans des do- 
maines et colons établis sur les terres domanides 

dans les provinces Baltlques 0.7 

Fermages spéciaux ; w .»...;.« • 7.1 

Ventes de propriétés foncières de T^tat. 4.5 

ForÂts^f l.t. . .'.l J..« k. . 10.0 

Mines et établissements métaHurgiaues 3.6 

Chemins de fer • • ^ . • • , • • 1.4 

d. Animitis da rachat des aneieiu paysans seigneuriaax. 

Payements des paysans • . . r « 

Prâèvement sur les fonds de liquidation des anciens 

étaUisseinents de crédit ..«•,./.»,«,•••.••••,• 9 

ReceiiBi dioertes. 
ÉtaUiasements techniques, livres et journaux publiés 

par l'État i . i 

Vente de matériel et de produits divers a .7 

Versements effectués par les compagnies de chemins 

de fer : 

«r. Service des obligations appartenant au Xrésor 16. a i5.6 3a. 8 

ft. Remboursement des dépenses faites pour le compte 

dea compaenies t » .0.9 

Valeurs mobilières appartenant à TÉtat et bénéfices sur 

opérations de banque 3. 1 

Rétributions scolaires «,..* « 0.6 

Recouvrements de prét^ ai. 6 

Amendes, dommages et intérêts 1.1 

Fonds de concours au Trésor sur les revenus des villes 

et sur d*antres ressources. 7.8 

Perceptions diverses 7.1 

RecHtâs d'ordre 7.& 

Indemnités de guerre (figurant depuis 1884 tuax re* 

œttesextraoraînaires). 0.1 

Totaux 548.8 

L*examen du tableau qfui précède amène à constater, pour i885 et 1886, 
une notable augmentation de recettes, due en grande partie à ce que, depuis 
i885, on fait figurer au budget les anpuités d*exonératîon versées par les 



7-« 
a-9 


1:1 


0,9 
a-7 


i.i 
3.4 


0.5 
a. 6 

8.3 


a.o 

0.4 

16.4 

9; a 


5.0 

4. a 
3.8 


1:2 

18.7 


« 


41.8 


« 


7.0 


1.4 
3. a 


1.4 
1.8 



4.3 


.3.7 


0,9 


0.7 


aa.o 


aa.g 


a.i 


1.0 


10.8 


16. a 


8.4 


10.4 


7» 


3.8 


a. 3 


» 


654. a 


770.5 



Digitized by VjOOQIC 



— W2 — 

serfs affirancliis et la subvention âsài^éè à Topàràtiôli de tkthat eut le 
fbnds de liquidation des andenâ établissements de crédit. Défalcation faite 
des sommes encaissées à ce double tilre (5i,92i,b33 roubles pour.i885 tt 
48,788,3ii roubles pour 1886], voici quel a été le mouvement des recettes 
publiques pendant les dix dernières : 

Aanias. . millions de nmblM. Annaes. mifllou d* nmUtt. 

J877..».» 548.8 1882 706*0 

1878. .\ .:\b . . . . I. ; « • . 626.9 l883 700* A 

1879 • ».*... 663-9 .. 1884 •.. 70**8 

1880 65i.o i885...,..i. 712.5 

1881 654*2 1886. .V. 721.7 

1>£^£]»SB2$. 

A« Dépensa orâinaxres* 

Lés défiénses ordinaires (directes et d*olrdt*d) bréviiés par !é bûdgdt de kà86 
8*élèvaient à 8l9,3o5,4ûî2 roubles et, dédUclîota faite dé 3,205,548 fdubléd, i uae 
somkne de 8 16,039, 544 roubles. Les crédits siâppléôiéniàlres ouvefb au cours de 
fexetcice ont ajouté à cechijïré 28,670,96^ i^libiés. Le inonUÂt total des crédits 
ouverts au compte de TexerdCé 1886 8*établit donc à ^4^, 7 iô,4Â4 roubles. 

L^s dépendes effectuées se sobt élôvébft 4'83l,39'i;8S2 roubles; 

Les crédits non consommés et annulés à la clôture représentent 1 2 ,3 1 8,595 roubles. 

Le tableau ci-dessouS rapproche lé bild^t déii dépenses {prévisions) de l*année 
1886 de celui des neuf exercices précédents ( liij^^iwi)* 



Année!» 



18771 ..', 
1878 . . . 

:IS;;:; 

188101. 
188a . . i . 
i883<... 
1884. >.. 
i885.... 
i886.v.i 



An^^tàtion 
Montant des oa diinfaïutroÉ 

i.prélétet 

mUlioiisdanmUes. : 


59d.2 

617*2 

65^9 

■ ^. 


4- *7*5 

^ 48.5 

*♦» tt7i6 
4^ .12.5 

^ '80-0 





Voici, dlautre part, le tableau comparatif des crédits supplémentaires des 
deux dernières périodes quinquennales : 

Années. Montant Rappprt aux cvédits 

des crédits. budgétaires. 

laiHibato âé fooBUs. p. o/o. 

1877.. 3a.Q 5 3/4 

^878 .»o^ 3 t/a 

1879 % 61/4 

1880 5é.a 8 5/4 

1881 45".6 61/3 



Digitized by VjOOQIC 



— 103 — 

Montant Rapjport aox crédits 
Années. des crédits. budgétaires. 

miJlioB* de roiiU«a, p. o/o. 

1882 34.4 5 

i883 : . . . »$.4 4 1/8 

1884 ,...*é,««.v. <»...!..•. i8ti 2 1/2 

i885 .V *.. .• 34.7: 4 n/a 

i88é hé,, i...» 3i.5 3 3^4 

Les crédits de 1886 comprennenit 24784i345 roubles prdevés sur le fonds des 
dépenses imprévues. 

Voici enfin, poor les dépenses, une comparaison analogue à celle qui a 
été prétantée pour les recettes : 

iMlSTÀRIS ET 'SBRTÎGIS. DSPENSÈS BFFBGTUKBS 

i8î^^. . 1881. l88«. 

Service de la dettepublique ii3*8 igd.G ^%A.\ 

Grands corps de l*Ebit ;;;;;;;.;;;.; 2.1 ' ^«7 . ^-1 

SaintrSynode et culte orthodoxe ;. iô.i i(5i3 11. o 

Ministère de la rnaîsûh dis fEmpereor.; ;...;..;; b.5 1Ô.3 I0.6 

Ministère des affaires étrangères 3. g &.H ' 4.5 

Minbtèredela gubrtt ;...;....;.. 192.7 3^9*3 112.0 

llKnifttèra de la marine 28.1 3o.5 45. o 

Itinislàre des finances ,,, r ,,f, ,,,,,, .^OQ.3 i07«5 li6.3 

klinîstàre des domaines 20.7 20.8 22.5 

Ministiré de rintérieur 6^.1 70.0 72.6 

Ibustère de Tinstruction publique 16. 5 18. 5 21.2 

Ifinistère des voies de communication. . » » • ^ 10.2 12 • 5 25.8 

Ministère de la justice ^ 16.9 18. 4 20.4 

ûmtrAle de VEmpiite ..:.:::;:.•. â.3 2.3 3.2 

Direction eénérale des haras 0.8 0.9 1.1 

Dépendes aexercicek dôs effectuées éur allocations 

litipplémentaires ^-7 ^-^ " 

ÏOTAt ...•:;.;. ' Î87.8 734.3 832.4 

L^ dépendes des OKercices i885 et 1686 ont dépassé dans une mesure 
€0kisidétalde celles dés huit ailikées précédentesi Cel aooroîsaement provient 
surtout de oeque le budget de fopératioa de rachat (57,061^244 roubles en 
i885 et 52,425,070 roubles en 1886} a été rattadié an budget général en 
i885. Déduction faite de cet élément nouveau, les dépenaed de Texercice 
i885 se réduisent à 749i353,i22 roubles, et celles de 1886 à 779,966,1 1 1 
roabies. 



Digitized by VjOOQIC 



— 104'—. 
RUSSIE. 

LE BUDGET DE L*£MPIR£ POUR 1888. 

Nous emprantons au -/oamo/ de Saint^P^tmiourg- du i-i 3 janvier i888 
les passages essentiels du rapport de M. J. Vischnegradski^ Ministre des 
finances, sur le budget 'de l'Empire pour i888 : *' ' ' 

I. — RiSUlfi G^NéRAL. 

Les évaluations du budget de i888 se détaillent ainsi : 

Recettes, 



i*" Recettes ordinaires • , , ^ . . • • • • 851,767,628 

a' Recettes exlraordîhaires : 

Contributipn de guerre. , 3,732,100 

Dépôts À perpétuité à la Banque de Russie. . • 71 5,ooo 

Soiqmes à restituer par les compagnies des 

chemins de fer ^i...... 1 ,000,000 

Capitaux spéciaux disponibles inscrits dans les 

ressources générales du Trésor ...•*. 3,506,910 

Sommes à imputer sur l'émission de l'emprunt 

intérieur 4 P/.o/o de 1887. •.•...•...•••... aS, 780,885 

33,7aé,8o5 

3^ Recettes d*ordre< » 2,589,687 

Total ;.... 888,t>8a,iio 

Dépenses, 

i' Dépenses ordinaires de TÉiat. i ... 1 .... i , » 85i,a4a,4a3 

a" Danses extraordinaires pour la construction dé cfièpuns de 

fer et pour les ports ...*,*.'.*..'.".'/.',"/.....,..,.. 34>a5o, 100 

3* Dépenses d'ordre ...» 3,689,587 

Total , 888,08a, 110 

IL — Recettes. 

Comparativement au badget de 1887, les recettes ordinaires prévues pour 1888 
présentent une augmentation de 58,569,86a roubles, qui résoltent d*une phia^vahie 
de 78,097,759 roubles sur a6 chapitres do budget et d'une diminution de 
191^37,897 rouUal sur 11 chapitres. 

Soit le détail des augmentations prévues. 
Voici les plus importantes : 

Sur le revenu des boissons, on prévoit une plus-value de 15,686,700 roubles 
par suite d*une élévation de Taccise à raison de a 5 copecs par vedro d*alcool pur 
et en tenant compte de laugmentation constante de ce revenu en 1887. 

D*après le rendement de la dernière période triennale et en raison de Télévation 
de Taccise introduite par une décision du Conseil de TEmpire, sanctionnée le 
a6 mai 1887, le revenu du tabac promet une augmentation de 7,047^000 roubles. 

Une augmentation de 8,859,000 roubles est prévue sur les recettes douanières. 



Digitized by VjOOQIC 



— 105 — 

En réalité, le revenu des douanes prévu pour 1888 est inférieur à celui de 1887; 
l'augmentation nominale résulte ae ce que les recettes métalliques des douanes ont 
été converties en 1887 an cours de 1 r, 67 c. crédit par ronUe métallique, tandis 
que celles prévues pour 1888 sont cakolées k raison de 1 r. 80 c. crédit par rouble 
métallMpie. CéUvation des droits sur certains aHides introduite conformément à une 
déeision du Conseil de Ifknpire, sanetiomiée le 7 novembre, na presque nuy«ment 
modifié les prévisions budgétaires, car il faHait tenir compte de ce que, par suite de 
l'institution d'un droit plus élevé sur le fer, la fonte et les objets en fer, dans le but 
de favoriser la production nationale, Timportation de la fiûifte doit cesser presque 
entièrement, de même que se réduira odBe dn far marchand, des objets en fer et 
des madiines. Le bas cours du rouble contribuera aussi à dîminoer, dans «ne cer- 
taine mesure, Importation de ces artides en 1888. 

Sur les recettes des chemins de fer, on prévoit une augmentation de 6,09a, 4iM 
roubles. 

Une augmentation de 14,950,078 roubles est prévue sur les payements obliga- 
toires des chemins de fer d*exploilation privée par suite de Tinscription au budget 
de i5 millions de roubles à rembourser au Trésor par la compagnie du chemin de 
fer Nicolas, à titre de participation de TÉtat au bénéfice des exercices antérieurs. 

En outre on prévoit une augmentation de recettes de 5 millions de roubles 

Kur le produit d une accise sur les huiles de naphte et de 1 million de roubles pour 
ccise sur les allumettes. 

Les principales diminations prévnes sont les suivantes : 

Diminution.de a,54&,ooo roubles sur Taccise du sucre de betterave, vu que, 
d*après les renseignements reçus sur la quantité et la qualité de la récolte, il sera 

frodnit, dans la période de 1887-88, environ 20 millions de pouds de sucre, dont 
accise, k raison de 85 copecs par poud, s*élèvera à 17 millions de roubles. 
Pour les bénéfices à réaliser sur les capitaux appartenant au Trésor et par des 
opérations de banque, on prévoit une diminution de 1 3,494,866 roubles, d'abord 
parce que les bénéfices sur les opérations commerciales de la Banque de Russie 
réalisés pendant quatre années avaient simultanément été inscrits au budget de 
1887, tandis que dans les prévisions budgétaires de. 1888, ces bénéfices ne figurent 
que pour une seule année, et ensuite à cause d*uoe' certaine diminution de revenu 
provoquée par la réduction des sommes déposées chez les banquiers à l'étranger. 

III.— DEPENSES DE l'État. 
Comparativement au budget de 1887, les recettes ordinaires de l'État présentent 
une augmentation de 3 1,486,033 roubles, tandis que pour les recettes aordre on 
prévoit une diminution de 681,491 roubles, de sorte quon obtient en dernier lieu 
un accroissement de dépenses de âo,9o4,53a roubles. 

A. — Dépemes ordinaires. 
Les principales augmentations prévues sont les suivantes : 

Sur le service de la dette publique, 9.347,778 roubles. Cette augmentation résulte 
principalement de rinscription , au budget du service des obligations du chemin de 
fer de TOural, de la différence du change dans la conversion des payements à 
effectuer Tannée prochaine sur les emprunts métalliques en roubles crédit. 

Augmentation de 4,338,695 roubles sur les dépenses du Ministère des finances. 

Les dépenses du Ministère des voies de communication accusent une augmenta- 
tion de 3,3 4 1 «5 18 roubles , à cause de Télévation des dépenses applicables au service 
des lignes dèTÉtat, dont le réseau a été étendu par le rattachement d'anciennes 
lignes d'exploitation privée et par la construction de nouveaux chemins de fer. 



Digitized by VjOOQ IC 



— 106 — 

B. — Dépenses extraorditiaires. 

On ainsprlt au budget de 1888, dans ]p chapitre afMÔal.d^ dépMtei eiitmordi- 
naires, 54* a 5o, 100 roubles de dépenses eKtraardfiaoiret>» soîl %à*i6i^Q^à poublas 
de moins qu*en 1887. Sur ce montant, ig.igg^S^â raublea sont desftÎQés a la eon- 
struction des chemins de fer Tran^Gaspkaa, de HoBiel*Brianst. BomnV'Kréineatp 
choug, Samara-Oufa, Qu&'Zlatooast, Pskow-Aîga, RjewnViamiA et de la li^ne 
tournant le tunnel de Sonram; 435,ooo jroubles pour Tétud^ à» tracé de aouvelles 
lignes; ^^69,874 roubles pour FaméUoratiQn elle ranforcement 4i4 service et du 
matériel des chemins de fer de TÉtati 6,691,000 rouUes pour TaméHoration et le 
renforoementdusepvioedes lignes dMploitatioa pméei 1,764,381 roubles pour 
différentes dépenses applicables an service des cheaiinade {at% et i^%^^bbo roubles 
pour l'oi^nisation el Tan^élioraiion du service des porta. 

Le Ministre ajoute que, sil^ budget de Texemce 188S $Q solde en équi- 
libre et même avec un certain excédent de recettes, c'est seulement paroe 
qu'il sW manifesté cette année plusieum symptèmes irréeutables d^uue 
amélioration générale dans la situation économique de la Russie : 

Ces indices ont coinmencé à se montrer dès la fin de 1886. Cette année, la re- 
prise s*est accentuée par des faits encore plus marquants. San? les énumérer tous, 
je crois devoir signaler les principaux d'entre eux , ainsi que ceux qui ont une portée 
plus générale. 

Les dépôts de? caisses d*épargne suivent une jprogression marquée. Après s'çtre 
accrus de a . 8 millions en i883, de 3 • 8 en i8o4 , de 8 . 3 en i885 et de 17.3 en 
1886, ils acc(4sent, en 1887, «^ne augmentation de près ^e 2 millions par n^s^ 
qui, pour dix mois, s*élève à 19.6 mfliions, 

L'épargne des fasses plus aisées se manifeste par raccroîssement des dépôts en 

êarde à la Banque de Russie et dans d*$iufref établissements de crédit. D9 1 «77 1 mil- 
ons au 1" novembre 1886, ces dépôts se sont élevés, pour le i*' novembre 1887, 
à 1,8 a 5 millions 

En même temps que l'épargne s'accumulait ainsi , les besoins courants de la po- 
pulation recevaient upe satisfaction plus large que dans les dernières années. Le 
mouvement des affaires à la foire de Nijni-Nov^orod a ^ujours fourni en Russie de 
sures indications à cet égard. Depuis longtemps les transactions n\ivaienl pas été 
aussi animées que cette année k la foire, avec des prix sensiblement plus élevés que 
ceux des années précédentes. 

L'animation du commerce est aussi attestée par les recettes des cbemins de fer, 
qui, pour les dix premiers mois de l'année, atteignent ao3 millions de roi^bles, 
avec un excédent de ao millions sur le trafic de la période cpj^respoAdapte çn 1886 
et de 1 5 millions sur la recette la plus élevée obtenue pour le même laps de temps 

Î)endant les cinq dernières années; la recette verstique s*est également accrue; pour 
es dix premiers mois de Tannée, elle s^étabtit à 8,3M roubles en 1887 <^ontre 
7,568 roubles en 1886. 

Le développement des affaires est affirmé encore par la dçfnande plus grande 
d argent adressée aux banques. 

Au 1*' novembre 1887, l'encaisse de la BaAQue de Russie et dçs autres banques 
n était que de 78 millions de roubles contre 11 5 à la même date ^n \ 886. £a même 
temps les opérations de prêt et d'escompte se sont accrues de 53 millions, en 
passant de 5a6 à 679 millions. 

Le recouvrement des impôts directs est beaucoup plus satisfaisant oette année 
que les années précédentes ; dans un grand nombre de localités , non seulement les 



Digitized by VjOOQIC 



— 107 — 

teks de i'année ont èlé «loquiltés intégiBlement^ mab le» contribuables ont payé en 
•lis dea sommes coosîjilérablé««u conqpte daniérés. 

Le peyeottdes boÎMOiis, dont la pro^ssion s*éUût anétéè, a repris son nurave- 
wente^Depdatit^'et poÉvies dix peeeMi^s mois d^ l'année, «il aooase nof angdien* 
telioi) ds 9tf6'm3iîoiifi' 

Sans m^nrtète^ aux autres ihdicès t}ui témoignent d une notable amélioration cta 
bien-^lrê général , je dois exprimer la fi^rme connction (jue les mesuï-es prises àans 
les dernières années pouf obtenir une répartition des iinpAls plus équitable et mieux 
proportionnée aux facultés des contribuables, Tabolition de la capitation, ta réduc- 
tion dek payements de racbat et les autres réformes réalisées dans ie système des 
impA)!s , btit contribué pour une large part à ce résultat faVoraWe. 

A cei causes est venue se joindre TaDondanle récolte que Dieu a accordée celte 
année à la Russie, Cette récolte a èonsidérablement amélioré la situation écono- 
mique, surtout dans les régions qui produisent le froment; les prix.de cette céréale 
se soht maintenus à Un Uîveau qui assure la rémunération du travail dû cultivateur 
et un certain bénéfice au propriétaire. Malheureusement on ne saurait en dire autant 
du seigle, et? des autres céréales de moindre valeur, dont la récolte également abon- 
dante a été accompagnée d*une forte baisse des prix. 

De ces s^n^ptômes et de ces faits favorables on ne baurait cependant. tirer d^lne 
façon générale la conclu^6n que' la silualion économique ait repris défiUîtivemeui 
son assiette normale; il subsiste encore en elle beaucoup de côtés sombres,' qui ne 

f)euvent être éliminés que peu à peu, par un travail persévérant, par l'épargne, par 
amélioration de Tadmiriistration et nar l'adoption de mesures ayant pour objet soit 
de remédier aux difficultés dont souffrent Tagricultare, le commerce et Tindustrie, 
soit de stimuler directement Tessor de ces différentes branches du travail • 

Néannioins, l'amélioration est incontestable; elle se manifeste par c^e^ laits évi- 
dents et ce fait imt>ôsait à Tadministration financiëre Tobligation a User de tous seS 
efforts pour faire aisparaitfe du budget ordinaire le déficit qui, menaçant de revêtir 
un caractère chrohique, s*est élevé à 5l . 7 miliioUS en 1886 , daprès le compte de 
règlement définitif de Texercice, et à 36 . 5 millions dans le budget de prévision de 
1887. 

Les mesures adoptées doivent, iorsqu eQes manifesteront leur plein effet, fournir 
au Trésor un accroissement de 52 millions, mais Taugmentation portée au budget 
de 1888 , par suite de leur adoption , n'est que de 5o . 2 millions, parce que plusieurs 
d'entre dfes n'entreront pas en vigueur dès le comiaiencemeht de l'année, que lors 
de rétablissement d\me nouvdle taxe, une partie plus ou moins considérable de la 
matière imposable échappe nécessairement à l'impôt, et enfin que, malgré toute la 
circonspection et la modération avec laquelle les nouvelles taxes sont calculées , 
certaines élévations d*impôts peuvent déprimer dans ime certaine mesure la consom-. 
matibn des objet imposés. 

La prévision des recettes de 1888 présente sur celle de Texercice 1887 une aug- 
mentation de 58.5 millions; celle-ci se compose des 3o.2 millions constatés plus 
haut, de i3.3 millions attendu de laccroissement naturel des revenus publics qui 
s'est déjà manifesté en 1887, de 6 millions représentant la plus-value du rendement 
des chemins de fer de TÉtat , et enfin de 9 millions dont la recette douanière a été 
majorée en raison du cours plus bas adopté dans l'évaluation budgétaire pour la 
conversion en roubles crédit de ce revenu , perçu en numéraire métallique. 

Les dépenses ordinaires (y compris les dépenses d'ordre) s'âèvent dans le 
budget de 1887 à 83a . 9 millions et dans celm de 1888 à 853 .8, soit un surcroit 
de 20.9 millions qui, pour près de la moitié, a pour cause la baisse du cours du 
rouble» 



Digitized by VjOOQIC 



— 108 — 

L*aocroifs«oieiit des d^nse» re p p èae nt e a3«i millions pour les principailx ciia* 
pitres; avec les chapitres secondaires, il forme un total de 94*& mniions, aMÛs le 
surcroit final ne s*àablit, ainsi qu*ilaété dit pins kaat,qu à ao.9 miUions, atténué 
qa'û est , jusqu'à concurrence de 3 i/a miiiioiis.par.diflE^ntes réduotiont. GeUes<î 
concernent principalement des dépenses qui ont pu être ajooméea sans prëjodiee 
pour les services de f État et pour le développement économique du pajs^ 

Il est particulièrement à noter que non seulement le budget du Ministère de la 
guwre n a pas subi d*augmentalion pour 1888, mais quil a encore diminué. Il faut 
espérer que cet événement fournira une nouvelle preuve du désir sincère de la paix 
donl Votre Majesté est animée. H contribuera ainsi au succès de votre politique es- 
sentiellement pacifique. Il épargnera à la Russie les calamités de la guerre et vos 
fidèles sujets , assurés de jouir des bienfaits de la paix, pourront marcher sans dévier 
dans la vole du développement économique sous le sceptre de Votre Majesté. 

Pour compléter Vexposé de notre situation économique, je crois devoir constater 
que la balance de notre commerce extérieur au 1*' décembre courant se solde par une 
difiiérence de ao5 millions de roubles en notre faveur; avec un pareil excédent de 
Texportation sur Timportation , il serait assurément naturel d*attendre une amélio- 
ration du change, mais Tincertitude de la situation politique générale, les arme- 
ments considérables en Europe et quelques mesures artiJBcielies visant notre crédit 
ont déterminé dans certaines sphères à Tétranger une tendance à se défaire, même 
à perle, de nos fonds publics. 

Cest ainsi que, durant toute Tannée, des quantités considéi:iables dé nos fonds sont 
restées en Russie; le Ministère des finances, qui en suivait Constamment le mouve- 
ment, n*a pas cru possible d'opposer des obstades à ce courant, dans la ferme con- 
viction que des mesures artificieDes pour retenir nostitres à Tétranger n^auraient 
abouti qu'à des pertes considérables. De plus , la concentration des titres de la dette 
publique à Tintérieur du pavs constitue, au point de vue économique générai, un 
fait désirable sous de nombreux rapports; mais, dans les circonstances actuelles, 
Tafllux de nos titres en. Russie a eu pour. conséquence que leur valeur s*ajoutant à 
celle de l'importation donne un total supérieur à l'exportation . 

Le cours du rouble crédit a donc continué son mouvement de baisse. (Test la 
un fait assurément regrettable, car, avec une valeur monétaire instable, chaque 
transaction commerciale entraine avec elle un risque qu^elIe ne comporte pas par 
elle-même; mais des mesures propres à consolider le cours du change ne peuvent 
être prises avec certitude de succès que dans une situation calme , lorsque les na- 
tions ont confiance dans le maintien de la paix. Il faut espérer que , dans un avenir 
prochain , les préventions entretenues contre la Russie se dissiperont et quon re- 
connaîtra que la politique loyalement pacifique de Votre Majesté Impériale tend 
uniquement, en sauvegardant fintégritè, Thonneur, la dignité et les intérêts de la 
Russie , à assurer pour longtemps à notre patrie les bienfaits de la paix. Alors viendra 
le moment de prendre des mesures efficaces pour oonsolider notre valeur monétaire. 



Digitized by VjOOQIC 



BULLETIN DE STATISTIQUE 



ET 



DE LÉGISLATION COMPARÉE. 



FÉVRIER 1888. 



DÉCRET 

RELATIF 1 L'ADMISSION EN FRANCHISE TEBiPORAIRE DES FWTES ('). 

Le Président de la République française, 

Sur ie rapport du Ministre du commerce et de rindustrie, et diaprés 
Fa vis conforme du Ministre des finances; 

Vu Fartide 5 de la loi du 5 juillet i836; 

Vu le décret du i5 février 1862; 

Vu le décret du g janvier 1870, . ••. 

Décrète : ', 

#' 

Articls 1". — • Les fontes d^affinage admises temporairement m fran* 
chise devront être transportées dans les usines autorisées à les mettre en 
œuvre. Le service des douanes prendra les mesures nécessaires pour assurer 
Tarrivée de ces produits à destination. 



(^^ Décret inséré au Journal officiel do 3 5 janvier 1888, avec un rapport du Ministre du 
Commerce et de l^indnstrie dont voici les passages importants : 

cLe régime de radmiaaion en frandbîse temporaire des fontes a donné lieu, dans ces 
dernières années, à des rédamations qui se sontprodQites, tantôt sons forme d^interpellalion 

BOLL. DB 8TAT. 8 



Digitized by VjOOQIC 



— 110 — 

2. — Les crédits d*importation déjà ouverts seront valables pendant six 
mois, à partir de la date du présent décret, sous les conditions déterminées 
par les règlements antérieurs. 

Le présent décret ne sera pas applicable aux opérations déjà engagées en 
vertu de marchés dont il sera r^[ulièrement justifié devant le Comité con- 
sultatif des arts et manufactures. 

3. -~ Sont maintenues toutes les dispositions «des décrets des i5 février 
1862 et g janvier 1870 qui ne sont point contraires au présent décret. 

k. — Le Ministre du commerce et de l'industrie et le Mioistre des finances 
sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de Texécution du présent dé- 
cret, qui sera inséré au Journal aficiel et au Bulletin des hù. 

Fait à Paris, le 24 janvier 1888. 

CARNOT. 

Par le Président de la République : 

Le Ministre du commerce et de t industrie, 

LIK9E1I DAUTASSlffil 



devant la Gliambre des députés, comme en 18 85, taatèt soua forme de pétitions directe- 
ment adressées à mon Département. 

• Mais, ai les adversaires dn régime en vigueur demandaient avec énergie <tue Fadmission 
temporaire des fontes fût subordonnée, comme celle des fers, à Tobligation de la conduite k 
fusine, d*autres intérêts sollicitaient le maintien du système pratiqué jusqu*ici. 

• La question, examinée d'abord par le Comité consultatif des arts et manufactures en 
1 886 , et par le G)nseil supérieur du commerce et de Tindustrie dans sa session de no« 
vembre 1887, est entrée tout récenmieot dans une phase nouvdie. 

• Les intérêts en présence, sana attendre la eonaécratsoii des avis émia par le Conseil eapé- 
rieur et le Comité consultatif, ont trouvé un terrain de conciliation sur iequ<d ils se sont mis 
d*accord* La proposition qui m'a été soumise, à la suite de cette entente, a pour objet de 
soumettre les fontes d*affioage seulement àTobligation de la conduite k Tusine et de maintenir 
le régime existant pour les fontes de moulage , qui m trouvent actueUement dans des condi- 
tions différentes. 

«Cetle solution ayant rallié la grande majorité des intéressés, m*a paru pouvoir être utile- 
ment réalisée. Toutefois, pour obvier aux inconvénients d*une modification trop brusque de 
régime pour les fontes d'à fïi nage, j'ai prévu des ménagements pour une période transitoire. 
Lo décret à intervenir ne serait pas applicable aux opérations déjà eng^agées en vertu de mar- 
chés antérieurs à sa promulgation. Il semble également équitable d'admettre, d'une manière 
générale, que tous les crédits d'importation déjà ouverts resteront valables pendant six mois. 

• En conséquence, d'accord avec le Ministre des finanoes,}'ai préparé le projet de décret 
ci-joint , qui réalise les mesures expwéss ci-desaus. • 



Digitized by VjOOQIC 



— iU ~ 

DIRECTION GfiMKtlALE DE LA COUPtKBlLTri PUBUQVE. 



RECETTES ET DÉPENSES COMPARÉES 

DES EXBRQGES 1874 À 1885. 

Comme en octobre 1882 (page '3o5), comme en mai i883 (page 653), 
en juillet i884 (p^ge 1), en mars 1886 (page 246) et en janvier 1887 
(page 22), nous résumons, sous forme nutnérique et graphique à la fois, 
les recettes et dépenses des douze derniers exercices dont les résultats défi- 
nitifs sont actuellement connus. 

La méthode suivie reste la même. Les huit tableaux numériques qui vont 
suivre conrespondent exactement, pour la période 1 874-1886, à ceux que nous 
avons publiés en janvier 1887, pour la période die 1873-1884. 

Rappelons que la portion des emprunts.de 1871 et 1872 qui a été 
versée à TAUemagne, n*a pas figuré dans les budgets et^ par suite, ne figure 
pas dans les tableaux ci-après ^^\ 

I. — RECETTES ORDINAIRES ET EXTRAORDINAIRES. 



EXERCICES^ 



1874 è 
1875. 
i87«. 
1877. 
1878. 
1879. 
1880. 
1881. 
1883. 
i883. 
i88à. 
i885. 



Totaux brvts . 



RECETTES 



ORDIXAIKBS. 



francs. 
2,518,ft6M22 
2,705,358,451 
3,778,351,801 
2,779,890.874 
2,852,546,365 
2,965.551,890 
2.956,923,947 
2,988,374,978 
2,980,477,689 
3,037,973,018 
3,032,014,444 
3,056,635,831 



34^652,563.610 



RECETTES 

IXTBAO&DIIAUIS. 



fnntê. 
90.086,173 
164,921.688 
40a,63$«263 
115,865,099 
574.876,461 
524,790,497 
573,899,336 
797.06931 
663.624.875 
614.965,704 
.416,781,288 
263,626.782 



5i209,142,557 



A DÉBoni : Prélèyements effectués aa profit des esercioet 1878, 1879, 1880, 
1881, 188a et i883 sar les excédents de recettes des «xercices 1876 , 
1876, 1877, i$78, 1879, 1880 et t88i 



Total rbt dbs becettbs de la période. 



RECETTES 
totàlbs. 



francs. 
2.608,550,495 
2,870,280.139 
3,186.987.064 
2.895.755,973 
3,427,422,826 
3,490.342.387 
3.530.623,283 
3.785,444,369 
3,644,102,564 
3.652,938,722 
3.448,795,732 
3,320,262.613 



39^861,706,167 



406.691.780 



39,455.014.387 



(^) Ces versements extrabudgétaires ressorleat à d«668.946,i3o fr. 73 cent 
Les 331.053,869 fr. 27 cent, qui forment la différence «ntie cette somme et le montatit 
de rindemnité de guerre (5 milliards) se composent des 33 5 millions auxquels a été évaluée 
la partie du réseau de la Compagnie des chemins de fer de TEst abandonnée à T Allemagne 
et d*nne somme de 6,063,869 fr. 37 cent, représentant les versements volontaires faits en vue 
de la libération du territoire. 



8. 



Digitized by VjOOQIC 



— 112 — 

IL — DÉPENSES ORDINAIRES ET EXTRAORDINAIRES. 



EXERCICES. 



1874 

X875 

1876 

»877 

1878 

1879 

1880 

1881 

i88a 

i883 

x884.. 

x885 

Totaux 



DEPENSES 



frtBct. 
2,582,878,602 
2,626,868,028 
2,680,146,977 
2,716,079,565 
2,790,525,250 
2,869,344,705 
2,826,611.137 
2,881,403,475 
3,033,025,165 
3,100,400,911 
3,121,932,739 
3,203,296,276 



34,422,512,830 



DEPENSES 
bxtiaouihaiibs. 



fnBct. 
199,504,587 
309,159,668 
350,511,084 
311,316,160 
557,285,707 
453,277,223 
537,966,585 
734,998.371 
663,624,875 
614,965,704 
416,781,288 
263.626.782 



5.413.018,034 



DÉPENSES 

TOTALBB. 



fraacs. 

2,782,383,189 
2,936/»7,696 
3,030,658,061 
3,027,395,725 
3.347,810,957 
3,322,621,928 
3.364,577,752 
3,616,401.846 
3,686,650,040 
3,715,366,615 
3,538.714,0^7 
3,466,933,058 



39,835,530.864 



m, — RECETTES ET DÉPENSES ORDINAIRES. 





EXERCICES. 


RECETTES. 


DÉPENSES. 


EXCÉDENTS || 




UCBTTBS. 


de 

DBMBSBS. 




187a 

1875 

1876 

»877 

187b 

^879 

1880 

1881 

188a 

i883 

i884 

i885 

Totaux. . 


fnnc». 
2,518,464,322 
2.705,358,451 
2,778,351,801 
2,779,890,874 
2,852.546,365 
2.965,551,890 
2,956,923,947 
2,988,374,078 
2,980,477,689 
3,037,973,018 
3,032,014,444 
3,056.035,831 


2,582,878,602 
2,626,868,028 
3,680,146.977 
2.716,079,565 
2,790,525,250 
2,869,344.705 
2.826,611,137 
2,881,403,475 
3,023,025,165 
3,100,400,911 
3,121,932,739 
3,203,296.276 


fn»cs. 
it 
78,490,423 
98,204,824 
63,811,309 
62,021,115 
96,207,185 
130,312,810 
106,971,503 
II 
II 
II 
II 


franc*. 

64,414,280 

II 
II 
II 
II 
II 
II 
II 

42.547,476 

62.427,893 

89,918,295 

146,660,445 




34.652.563,610 


34.422.512,830 


636,019,169 


405,968,389 




A D^DDIRB : ] 

ciccs 1878 
cxcédcDta c 
1879, 188 

E!r 1 


Prélèvements effectués 
, 1879, »*8o» i8«»» 
le recettes de 1876, 
et 1881 ... . .... 


B,, 


230,050,780* 
406,691,780 




aa profil àes ex«rr- 
1883 et i883 5urlG8 
1876, 1877, 1878, 








176,64) -(M)0 


■ 








« 



Digitized by VjOOQIC 



X\nioiis 

r- 

I 

VOOO - 



3900 
:\S00 
XTOO 

.'^00 









9i 

I - 

00 






CM ec 

CO 00 

00 00 



R<cettef» 



5785i^ 



totales 






00 

S 
T" 



00 
eo 



>3713 



-<^; 




2600 
2300 
2V00 
2300 

r.oo 

2100 
2000 J 



00 



ce 



^- 



Millions 
%000 

:)900 

3800 
3700 



— 5600 
3500 

aiftoo 

3300 
3200 



RECETTES ET DEPENSES 
DES 

EXERCICES 

1874.-1885. 



fteccltes tolales 
Dépenses totales 
Recettes dulNxlgetordinaiTc . 

Dépenses du budget ordinaire . 

n — \ — ] — \ — f 



«C r-« 00 
r^ r- t" 
eo 00 oc 



ai 
00 



o «^ c^ 

00 00 00 

00 00 00 



2700 
2600 
2600 
2IH)0 
2300 
2200 
2100 
2000 



00 
00 



00 

00 



00 
00 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 



— 113 — 
IV. — RECETTES ET DÉPENSES EXTRAORDINAIRES. 



BIBIMaCBB. 


RBGBTTBS. 


Dtemis, 


EXCÉDENTS | 


é» 


d« 
DircxMS. 




fnmct. 


fraaci. 


fruMS. 


fnncB. 


1874 


«0.086,173 


199,504,587 


It 


109,418,414 


1875 


164,931,688 


309,159,668 


n 


144,237.980 


1876 


408,635,963 


390,511,084 


58.124,179 


Yi ' 


1877 


115,865,099 


311,316,160 


II 


195,451,061 


1878 


574,876,461 


557,285,707 


17,590,754 


II 


^879 


524,790,497 


453,277,223 


71,513,274 


II 


1880 


573,899,336 


537,966,585 


35,932,751 


II 


18S1 


797,069,391 


734,998,371 


62,071,020 


n 


188a 


663.624,875 


663,624,875 


// 


II 


i883 


614,965.704 


614,965.704 


II 


II 


i884 


416,781,288 


416,781,288 


II 


II 


i885 

Totaux BBOTS. 

Eb 


263,626,782 


263,626.782 


II 


« 


5,209,142,557. 


5.413.018.034 


245.231.978 


449,107,455 


PLUS AUX a^DCDMS. m m m 




203.875,477' 1 









V. — REa 


STTBS ET DEPENSES TOTALES 






RECETTES. 


DÉPENSES. 


EXCÉDENTS || 




de 

BBGBTTBft. 


de 

sipBItBS. 




fnaes. 


franc*. 


fnoG«. 


fir&BM. 


1874 


2,608,550,495 


2,782,383,189 


Il 


173,832,694 


1875 


2.870,280,139 


2,936,027,696 


II 


65.747,557 


1876 


3,186,087,064 


3»030,658,061 


156,329,003 


II 


1877 


2,895,755,973 


3,027.395,725 


II 


131,639,752 


*»7» 


3,427,422,826 


3,347.810,957 


79,611,869 


II 


»879 


3,490.342,387 


3,322,621,928 


167.720,459 


II 


1880 


3,530^23,283 


3.364,577,722 


166,245,561 


II 


1881 


3,785.444,369 


3,616,401.846 


169,042.523 


II 


i88a 


3.644.102,564 


3.686.650.040 


II 


42,547,476 


i883 


3,652,938,722 


3.715,366.615 


il 


62,427,893 


1884 


3.448,795,732 


3.538.714,027 


II 


89,918.295 


i885 

Totaux bbots. 
Eh 

A oiDDIBB : 

cioe»i87C 
excédent! 
1879,18! 

Eb 


3.320,262,613 


3,466,923,058 


II 


146,660,445 


39.861.706.167 


39,335.530.864 


738,949,415 


712.774,112 




26.175,303' 
406.691,780 


Prâèvements effacto 
;, 1879,1880, 1881, 
de Tecettes de 1876, 
îoct 1881 


h ta profit de! exer- 
188a et 1883!» les 
1876, 1877. 1878, 


HOiMff tnx recette!. . . 




380.516-477 








'1 



Digitized by VjOOQIC 



— 114 — 



VL m^ 9È9mTmM PAft NATUE 



NATURE DES PRODUITS. 



Contrilmtwiit directes. (Fonds gënéraux.). . 

Taxes assimilées 

Produit des domaines 

Produit des forêts. 

Enresistrement* •••••••••••••■•••.•*•«. 

Timbre 

Douanes (non compris les sels et les sucres] . . 

Snoei» (OoMMs et «Mbihntions indi- 
rectes.) 

S^s, (PçufUMs e| oontnbtttioBs indirectes.) . . 

Boissons 

TalMCs 

Poudres a feu. 

Chemin de fer et voitures puUiqnes. 

Droits divers des contributions indirectes. , . . 

Postes.... 

TéUgtaplies , 

Produit! et revenus de l'Algérie 

Produits divers.. . . • , . . 

Retenues et autres produits affectes #ux 
pensions civiles , . . 

Ressources extraordinaires du budget ofdi- 
naire. 

Totaux du budget ordinaire. » . . 

Budget extraordinaire » . . 

Compte de liquidation ( i" et a* parties). , . . 
Budget de Temprunt de ^29 millions 

Totaux céviisAnx 



EXERCICE 
1874. 



370,471.077 15 

25,7a9,033 27 

15,006,705 09 

31,338,031 Ok 

<i30,a9I,133 00 

152,160,048 18 

157,170,551 50 

152,413,855 84 
28,216,630 87 

347,375,519 46 

2»8,788,ld0 80 
19,S0S.893 74 
80,589,629 46 
88.004,576 05 

113.887.938 62 
16,335,708 39 
25,286,551 89 

1S8,802»831 00 

17,905,714 99 
5,956,351 71 



2.518,464,322 05 



(a) 88,996,881 85 
1,089,291 43 



2,608,550,495 33 



EXERCICE 
1875. 



fr. e. 

383,999.854 52 

24,334,709 36 

16»727,314 89 

38,710.583 83 

452.970.838 35 

}54,250,597 08 

181,885,136 46 

180.876,236 72 

35,009,530 27 

384,518,116 13 

512,432,471 17 

13,5nS53 80 

110,770.011 94 

106.935,549 63 

119,312,031 00 

17,505,884 69 

25,593,624 29 

125,773,315 92 

1831.241 14 

1,780»550 02 



2,705,358,451 21 



162.075.302. 86 
2,846,385 80 



2.870.280.139 87 



Digitized by VjOOQIC 




— 115 — 



US DBS BXZRCaCBS 1«T4 À 1870. 



ERCIGB 
W77. 


BXBRGICE 

im. 


BXBRGIGB 
1819. 


OBSBUVATIOUB. 


fr. c. 


fr. e. 


fr. 0. 






t5,500,5S2 91 


398<947,O90 56 
35,885,554 15 




MM*608 21 


li,M9,911 6k 


14,835,153 85 


(■) Savoir i 


6^1il86 87 


3544l,M6 03 
M7^7,010 77 


55,899,845 60 
530,537,009 04 


dM i««aut â% 1676 I,18ai067' 98" 


U99,W7 12 


(0) Savoir : 
badgeu de : 


ftjniAftD13 


158,S99J(W 22 


146,491.374 74 


8360230 87 


517,485475 57 

18O,036»347 15 
3t,932,085 10 


357,485,714 30 

300.403,768 48 
53,819,333 80 


x«95 90.580.99^(10' 


i87« 79.022.756 54 

i«77 ia.977.US M 




• -— ^^•«««wvv«««««v« ««■•p» ^ Vp^ • W g i^V^ ^^» 


I4U4»& 69 


EvnMBJLi 1 19, 530,978 1 






8^938 65 




8.*30,W1 79 


411457,875 51 


431,504,575 57 




81^35,499 07 


552,^37,341 23 


355,363,339 53 




1USS,305 55 


15,32^353 11 


13,577,758 62 




«.679,029 82 


100,319,«64 93 


80,957.486 12 




W55,390 30 


100,77^345 42 


93,340,719 39 




»^2I,076 98 


103,555,650 05 


104,715.588 31 




11,164,747 21 


31,204,537 07 


33.915,939 13 




na67,783 51 


30,300^548 54 


38,383,157 77 




JW5!ia02 09 


170.000,199 13 


115,548,448 53 




tt,»l.l02 31 


19,913,334 34 


30,745,518 55 




" 


(>) 1,183,007 08 


(c) 119,550,978 10 




%m:9nk 4o 


3,853,546,305 72 


3,965,551.890 8(i 


iiûM,247 53 


318,353,445 $k 


385,395,743 87 


• 


«,ii0,85l 70 


350,045,015 99 
il 


359,394,754 48 


- 


Kw55,973 «3 


5,437,433,837 55 


5,490,543,388 19 





Digitized by VjOOQIC 



— 116 — 



VL (Suite et fin.) — RÉPARTITION PAR NATORE Di 



IIATOAB DES PRODUITS. 



Gontribationf directei. (Fondi généniu.). . 

Tixes asnmSéet 

Produit* des domainw 

Pfodidtt des forèU 

Earegûtmnent 

Tiflibre 

Donanef ( non oamprii les mIi et let suent).. 

Sacres. (I)oiiaiies et oontribuibiis indi- 
rfctes.) 

Sels. (Doiunes et oontribulioiu indirectes. ) . . 

Boissons 

TalMCS 

Poodres à feu. 

Cbemins de fer et voitures pnUiqnes 

Droits divers des contributions indirectes. . . 

P6stes 

Tâégmphes 

Produits et revenns de l'Algérie 

Produits divers 

Retenoes et autres produits affectes aux 
pensions civUes. 

Ressources extraordinaires du budget ordi- 



ToTAOX du budget ordinaire. . . 



Budget extraordinaire , 

Compte de liquidation ( i** et a* parties) . . . 



Totaux oiRéiAiix. 



EXERCICE 



57MlMi7 58 

24,380,073 00 

14,063,093 33 

30hSOS^900 78 

5(^.037,383 33 

147,437.303 09 

361,080^900 48 

178,08^414 31 

33,654,739 03 

439,040,616 33 

344,183,060 98 

13,374,483 85 

87.336,377 35 

88,553,081 14 

113,687,493 55 

35,613,436 14 

39,360.400 53 

100,719,645 31 

33,041,045 11 
[a] 66,356,501 60 



2,956,933.947 63 



479,493.076 18 
94.400,300 53 



3.530,839.384 83 



EXERCICE 
IMl, 



370.379.034 77 

35,100,834 34 

13.794*850 81 

30.413,819 30 

571.048,370 36 

155.300,054 34 

384.810.930 37 

135.935,705 39 
33,430,003 13 

414.030,868 34 

353,517.770 30 
14.990.738 49 
91,803,743 17 
88,178,384 40 

133,638.574 87 
39,193,916 33 
39,573,033 03 

115,477.536 68 

31,579.197 31 
(s) 80.609,400 00 



3,988,374,978 34 

701,013.898 71 
(o) 90,056,493 89 



EXERCICE 
1882. 



fr. 

388.164,635 ki 

35,499,467 09 

14,685,456 18 

38,890,240 65 

559,357,633 hQ 

169,380,345 85 

388,871.131 09 

147,687,356 93 
33,300,365 12 

U)8,041,366 &6 

303.405,019 79O 
15.463,143 kbïï 
93.775.385 bit 
88.530,138 5S| 

128.103,883 09 
39.399,196 48 

131,919,898 05 
32,608,138 90 



(s) 63.616.000 00 



W 



3,980,477.689 90 



663.634,875 76 



3.785,444,369 84 



3,644,102,565 6( 



Digitized by VjOOQIC 



— »17 — 



IISCEIITB9 DBS BXEROQSS 1880 X 1888. 



EXERGICB 
188S» 



393,553.015 01 
26^393,652 60 
17,383,*76 27 
38,^80,728 79 
548,573,881 53 
158.971,165 59 
300497,083 52 



147.567,930 
3^,077,UO 

433.152,364 

371,779.353 
15.407.658 
94,822,14(5 
91.359,575 

134.114,074 
30,168,725 



») 



133,973,681 63 

23.403.225 38 

p) 75.496333 33 



5.057.973,018 95 
614,965,704 63 



3,653.938,723 58 



BZBROIOB 
1884, 



w 



398,397,447 24 

26,747,610 83 

16.243,599 45 

28.778,765 88 

523.739,064 56 

159.348,817 54 

290.644.939 90 

171.334,533 61 
32,960,045 83 

437,977,649 38 

377,078.695 38 
14,983.779 13 
91.530,170 60 
92,047,326 73 

135,314.568 44 
31.273,804 93 

li 

134,535,593 53 
24,348,681 52 
64,960,361 67 



3,033,014,444 04 
416,781,383 73 



3,448.795,732 77 



BXBRGICB 
1885. 



w 



401,998,080 72 

26.775,372 77 

20,318,634 99 

26^624,619 64 

524,363,607 98 

158,613,140 40 

294,135.825 80 

171.568.315 64 
32,599.898 43 

417,688,658 66 

375,061.961 33 
15.018,681 48 
91,590,508 64 
88,697,002 75 

139,980.231 29 
31.356,346 76 
a 

133.293,786 50 

23,723,818 24 
84.328,648 76 



3,056,635.830 77 



263,636,783 53 



3,330,262.613 30 



OBSBRVATIOKS. 



(a) 8«wir X 

PrA4v«m0AU for 1m tie^dtaU d« nmHm Jm 
kodgeto d« : 

1876 18,000,600'00« 

1S77 17,000.000 00 

1878 13,475,548 76 

Et tmrU 1** partie dn Coaptt 

d« liqvidatieB 17.780,953 84 

EiWMiLi 66,256,501 00 

(■) S&Toir : 

PriliteB«Bt» Mr lat ueidanta d« rteattM àm 
kadftts d« : 

i»77 36.8S4.065'38< 

1878 48.881,530 16 

1879 4.894,004 46 

EiMiiBU 80,609.400 00 

(0) Dt«zîèm« ptrlia da Compta da Uqmidatioo 
(art. 9 da piojat cl* loi ,' paga 75)* 

(o) Laa d^araU daa s6 aoftt, so at *i md* 
tamLfa 1881 ayant placi laa sarvicaa aivili da 
TAig^ria aoaa î'avtorita diracta daa Miniatraa 
eompéiaDta . las raeattaa at laa d^Mat da 600- 
▼araamant g^oiral da l'Algaria sont râpartiet aatra 
laa l>odgat« dM divan Miniativet. 

(■} Savoir: 

PrAiramaala avr laa axaMants da raaatta» daa 
kadfata da : 

1879 50,616,000' 00< 

1880 w. 13,000,000 00 

ÈMimu 63,616,000 00 

(r) Savoir : 

PrAiTaaajiU su Us axeddaaU da rMOttas des 

lUda: 

1880 71.496,833' 33" 

1881 4.000,000 00 

., ... 75,496.839 33 



Digitized by VjOOQIC 



— 118 — 



Vn. — RÉPARTITION PAR SERVICES 



SBRTIQES. 



Dette pnbHque et dotations 

Finances 

Postes et tél(%raphe$. 

Affaires étrangères 

Intérieur 

Justice 

Cultes 

Instruction publique 

Beaux-arts 

Travaux publics 

Agnculture et coaunerco 

Guerre 

Marine et colonies 

Algérie. 

Frais de régie, de perception» etc 

Rembounements, restitutions > etc 

ToTiiDX du budget ordinaire. , 

Budget extraordinaire 

Compte de liquidation (i" et a* parties). . 
Budget de Temprunt de 429 millions 

Totaux ciiriRAiix 



EXERCICE 



fr. c. 

1,191,0/16,756 68 
29.980,742 35 

II 
11,408.6^7 10 

101.159.904 51 

34,502,282 18 

53,744,217 83 

36,606.471 20 

7,317.472 97 

188,441.304 91 
20,790,633 41 

473,336,635 98 

152.679,266 94 
25,703,196 80 

236.859.470 09 
19.292,599 33 



2,582,878.602 28 

(a) 198,415,296 03 
1,089.291 43 



2,782.383.189 74 



EXERCICE 

1875. 



fr. c. 

1.230,804,545 91 
23.707,471 08 

11.382,371 69 
81.928.634 38 
34,418,343 61 
53.775.712 54 
36.879,493 19 
6.800,905 92 

192 991.097 89 
17.410.416 61 

485,266,698 87 

155,539.363 89 
35,020.315 94 

240,472,307 74 
20,470,349 71 



2.626.868.028 97 
II 

306.313.282 41 

2.846.385 80 



2,936,027,697 18 



EXERCICE 

1876. 



fr. e. 

1,165,739.750 72 
24,287,015 20 

11,269,453 1 
98,337.586 2'j 
35,005,389 7î» 
53,857*017 61 
39,696,787 41 
7.111.977 83 

215,499,535 57 
18,363.349 82 

522.457,186 44 

170.075.339 97 
28,356,242 11 

245,556.286 25 
44,53A.056 24 



2,680.146,977 38 



350.511.084 0-2 



3,030,658,001 40 



Digitized by VjOOQIC 



— Il* — 



Ht»atSBS VÊS nUSCIOBS I874 Ik 1870. 



- 


BXEROIOB 


EXBROICB 


BXBROICB 


OBSBRVATIONS. 




im. 


18T8. 


isn. 






fr. e. 


fr. e. 


fr. c 






1,189,022,907 77 


1,206,306,513 68 


1,258.839,602 81 


d^finiUf a« U 1» «t de U 9* parties di^ Cpinpte 




(b) 23,974,327 70 


(0) 23,277,488 88 


(r) 48,235,103 15 


de lifoidatioB. 




1/ 


(e) 827,717 08 


1,478,691 70 


{») Le Mrvice dee for«U • M tnaifM du Mi- 
nittère de» fineneee k eelui de l'egriealtare et du 
eonmerca par décret du i5 ddinwihf 1877. 




12,781,(552 72 


13,769,505 74 


14,470,108 99 






86,470,627 50 


67,853,904 90 


156,799,352 81 


•de dépenees extraordinaires q«e noos avons trana- 




35,872.286 84 


35,333,788 50 


35,198.939 92 


(d) Déduction faiu de 3i8,s33.445 fr. 8& cent. 




53,133,200 89 


52,843,411 28 


52,727,194 00 


portées a« bodget eitreordinaire , savoir : 

Ministère des finances. . . . 4.918^050' 07< 




48,057,581 44 

7,742.628 81 

(c) 213,904,288 64 


55,618,092 31 

7,738.817 58 

(d) 226,110,083 04 


59.535,675 77 

7,882,412 91 

162,601,715 63 


Ministère des travaux pn* 
bUes (a* seetion Ki.) 313,315.385 87 




EirsKHiLi 318.233,445 84 




(i) Le service des lignes téUgrapbiqnes avait 
M rinai h celai des postes . su Ministère des fi- 










asnees, par déerel da 97 février 1878. Un minis- 
tère spéctsl des poeUs et télégraphes a M instîtn^ 
par décret du 5 février 187g. 




(c) 31,682,259 40 


44,820,635 65 


34.293«496 52 




540,127,153 21 


556,634,891 66 


536,930,818 23 


(r) Dont 95,949.875 fr. 94 ponr pavement à 
la Gempanie des chemins de fer de l'Onest des 
garanties d'intérêt afférentes sax exercices 1871 et 




192,690,912 61 


197,466,009 11 


194,368.519 72 










1879, 




26,209,755 59 


28,054.251 38 


28,798,773 51 






236,650,316 97 


257.257.356 95 


• 260,055,404 90 






18,259,765 47 


16,612,782 44 


17,128,895 32 






2.716,079.565 56 


2,790,525,250 18 


2.869,344,705 89 






16,094,247 53 


318,233,445 84 


285,395.742 87 






295,221,912 48 

M 


239,052,261 51 


167.881,480 74 






3,027,395,725 57 


3,347.810,957 53 


3,322.621,929 50 




iHEBi 











Digitized by VjOOQIC 



— .12Q — 



Vn. (Suite et fin.) 1- RÉPARTITION PAU SfiUYiGES DSS 



SEAVICES. 



Dette publique et dotatioDfl. 

Fmanoef 

Postes et tël^phes 

Affaires étruigères 

Intérieur 

Justice 

Cultes 

butraolion publique 

Beaux-arts 

Travaux publics 

Agriculture 

Gommeroe 

Guerre •••...• ........*..•.•■•• 

Marine et colonies. 

Algérie 

Frais de régie , de perception , etc 

Remboonements , restitutions, etc 

Totaux du budget ordinaire 

Budget extraordinaire 

Compte de liquidation ( i** et a* parties) . . . 

Totaux ctf NéRAUx 



EXERCICE 
1880. 



fr. •. 

],256,278,3&3 19 

2^,057,430 9& 

1,615,852 30 

15,415,123 19 

83,426,732 65 

35,552,827 96 

52,407,161 56 

79,953,835 20 

8,655,994 57 

172.746,746 37 

37,479,530 85 

558,535,256 72 
193.678,580 58 

25,867,529 15 
271,898,884 33 

29,041,398 89 



2,826,611,137 45 

479,493,076 18 

68,473,509 28 



3,364,577,722 91 



EXERCICE 
1881. 



fr. e. 



1,254,261,596 01 

23,076,060 57 

2,026,483 53 

14,712,376 26 

76,472,545 39 

36,187,154 37 

48,266,318 19 

83,073,384 39 

27,385,107 40 

133,991,850 55 

10.113.827 73 

17,786,284 78 

624,754,606 62 

207,104,460 86 



(B) 



307.543,384 40 
14,648,034 26 



2,881,403,475 31 

701,012.898 71 

(a) 33,985,473 10 



3,616,401,847 12 



EXERCICE 
1S82. 



fr. e. 

1,297,947»628 10 

24,292,925 23 

2,184.765 70 

16,730,726 63 

83.205.357 29 
36,674,058 90 

52.156.358 94 
129,100.905 07 

20,870,954 40 
118,692,715 19 

19,015.867 76 

19,627,825 70 
639,679,836 3 
222,047,251 68 
(b) 

320,496,881 88 

20,301,095 47 



3,023,025,165 21 
663,624,875 76 



3,686,650,040 97 



Digitized by VjOOQIC 



-=. ISI -- 



UËPENSes tma exercices ISW X I885. 





EXERCICE 


EXERCICE 


EXERCICE 






18SS. 


1884. 


1885. 


OBSERVATIONS. 




fr. e. 


ff. c. 


fr. e. 






1,328,536,621 17 


1,295,148,824 43 


1,320.723.889 26 


(.rt. 5doprojrtd.loi,p.ge«7). 




26,343.110 00 


24,685,479 41 


23,211.954 55 






2,364,209 40 
15,108,469 35 
68,505,572 16 


2,287,263 82 
13,192,156 73 
90,599.000 74 


2,295,721 52 
14.510,403 81 
83,079.117 50 


(•) Les décnU des i6 ao&l, so et il wp- 
lemlnre i88i, «Ytnt plaej iek Mrnees dvib de 
ÏÈA^nm un» Ta.toriU 4incU d«« llim»tr«« 

vernement féii«nl de l'Alférit sont raparlies «ntre 
les bidgeU de* divers Miai^tim. 




36,518,892 38 


38.891,387 86 


38,559.548 46 






51,167,447 40 


50,420,660 98 


46.529,540 59 






146.379,084 58 


166,202,283 59 


167.451,359 76 






18,780,863 06 


17,197,476 76 


13.495,082 58 






132,557.431 53 


131.568,080 82 


154,516,374 15 






22,415.578 73 


21,804,970 42 


20.540,592 95 






23,390,106 20 


27.156,666 68 


41.827.189 58 






615.671.220 66 


589,594,195 07 


600.021.616 85 






259,109,218 07 

twA Éi 


298,444,328 74 


309,437,485 04 






333,451,500 47 


331.461,603 32 


344,665.018 67 






20.101,586 81 


21,278,360 01 


22,431,380 88 






3,100,<i00,911 97 


3,121,982,739 38 


3,203,296,276 15 






614,965,704 62 


416,781,288 73 


263,626,782 53 
II 






3,715,366,616 59 


3,538,741.028 11 


3.466,923,058 68 





Digitized by VjOOQIC 



— 182 — 



Vm. ~ RBGBTTfiS ET £ÉPEN9E9 0B5 BUDGETS 



11B880QBCB8 DBS BUD6BTS BXTBAOBDItAIEBS. 

Relîqaat An prodoît de la négoaadon des 
ooligatioiis du Trëaor, émises en 1877.. . . 

Produit de rëmission d obligations du Trésor 
public à court terme 

Rdiqnat du produit de Temprunt émis, en 
1878, en rentes 3 p. 0/0 amortissables. . . 

PréUvementsur le produit de Tempraiit de 
1 milliard, émis en 1881, ea rentes 3 p. 0/0 
amortissaliAes 

Prélèvement sur le produit de Tempruat de 
35o millions, émis en i884* en rentes 
3 p. 0/0 amortissables 

Produit des fonds de concours versés par di- 
vers pour travaux publics extraordinaires. 

Produit des ibnds de concours versés par les 
compagnies de chemins de fer en exécution 
des conventions de i883 

Prélèvement sur le produit de Tavanoe de 
80 millions faite au Trésor par la Banque 
de France 



Prélèvement sur le produit de la consolidation 
de la Dette flottante 



» prt 
Boel 



partie 

iptc de liquidation. | a* partie 

Remboursements par les compagnies de che- 
mins de 1er k titre de garanties d'intérêts. 

Excédents de recettes des exercioes 1880 et 
1881 



TOTAOI.. 



D^PBHSBS i LA CHARGB DBS BUDOBTB 
BXTRA0BDINAIRB8. 

Ministère des finances 

Ministère de rintérienr 

Gouvernement général civil de TAlgérie . 

Ministère des postes et des télégraphes 

Ministère delà guerre 

Ministère de la manne et des colonies 



Ministère de l'instruction publique et des 
beaux-arts 



Ministère de Tagriculture. . . . « 
Ministère des travaux publics.. 



Totaux. 



EXERCICE 
1880. 



frsBM. 
7,711 
tf 
22,499,477 

391,350,108 

n 

50,178,705 



8,398,188 
7,058,888 



479,493,077 



1,500,000 

II 

2,907,413 

1,128,310 

107,949»561 

19,347,669 



346,660,124 



EXERCICE 
1881. 



fraacs. 



354,464,874 



30,774,224 



8,670,468 

307,006,547 
96,786 



EXERCICE 
188!2. 



francs. 



79,200,000 



17,294,025 



9,787.064 

517,013,409 
u 
40,330,378 



701,012,899 



663,624,876 



479,493,077 



961,613 

/r 

697,000 

11,073,522 

113,595,484 

23,842.695 

8,767,254 

2,953,933 

539,121,398 



701,012.899 



3S5,000 

9,950,243 

]51,66«J55 

20,145,287 

9,787,064 

3,352,019 

468,338,508 



663,624,876 



Digitized by VjOOQIC 



123 -^ 



EXTRAORDINAIRES DE 1880 X 1885. 





EXERCICE 
1883. 


EXERCICE 
1884. 


EXERCICE 
1885. 


OBSERVATIONS. 




franc*. 


fruM*. 


fru». 






n 
II 

SI 


// 
O 


n 

158,737,936 

II 


(a) Les dienu en %6 aoàt, ao et si sep- 
tcmbr« i88i ayant plaeé )m acrtîoaa milt d* 
I'Alf«ri« a«as ratttoril* àa—f des MinûtrM eom- 

bod^to des divws MinUtins. 




67,238,5S3 


$1 


■1 






56,637,344 


260,078,489 


9,276,262 






S7,8S4,768 


37,546^16 


33.615,997 






n 


104,089,028 


69,278.919 






4.600,238 


7.378,650 


2,677,669 






361.219,170 

20,253 

21,086,979 


7,688,867 


II 
n 






46,649,380 


il 


II 






29,677.000 


II 


" 






614,965,705 


415,781,289 


963,626,783 




If 




i 
II 

„ 






W 

10,200.087 

123,378,788 

19,639,245 


(â) 

3.873,006 

105,309,047 

12,292,805 


w 

II 
59,776,322 
4,810,820 






4,600,238 


7,378,649 


2,677,669 






457,147,347 


287,927,782 


196,361,971 






614,965,705 


416,781,280 


263,696,782 



Digitized by VjOOQIC 



— 124 



DIRECTION DS LA DETTE I1I8CRITB. 



LES PENSIONS. CIVIL£S DEPUIS. LA LOI HE 1853. 

Nous avons réuni dans les huit tableaux qui suivent (pages i25 à lAi) 
un assez grand nombre de données statistiques relatives aux pensions civiles 
sur fonds de retenue régies par la loi du g juin i853. 

Une partie de ces données ont été puisées dans les comptes annuels de 
TÀdministration des finances. D'autres sont inédites. On remarquera spécia- 
lement la répartition par services des pensions existantes au i**^ décembre 
1887. Avant 1870, rÀdministration en publiait annuellement la répartition 
par Ministères, et le tableau II reproduit collectivement les situations ainsi 
constatées à la fin de chacune des années 1853-1869. Depuis» 1870, on 
se bornait à faire connaître la répartition par services des pensions nou- 
velles inscrites chaque année, mais non celle de Tensemble des pensions en 
payement. Il a fallu, pour reconstituer le classement des pensions existantes 
par services, un laborieux dépouillement : les résultats en sont contenus 
dans le tableau III. 

Voici d'ailleurs la nomenclature des tableaux que nous publions : 

I. — Mouvement général des pensions civiles depuis i853. 

II. — Répartition, par Ministères, des pensions en payement au 3 1 dé- 
cembre de chaque année depuis i853 jusqu'à 1869. 

III. — Répartition, par Ministères et par services, des pensions en paye- 

ment au 1" décembre 1887. 

IV. — Répartition, par Ministères, des pensions annuellement inscrites. 

V. — Quotité moyenne annuelle, par Ministères, des pensions de fonc- 
tionnaires. 

VI. — Age moyen, par Ministères, des pensionnaires inscrits dans le cours 

de chaque année. 

VII. --- Durée moyenne, par Ministères, des services des fonctionnaires admis 

à la retraite. 

VIII. — Montant, par Ministères (et par services pour le Ministère des finan- 
ces), des pensions concédées depuis dix ans. 

On remarquera que ce dernier tableau donne les chifires des pensions 
co7ic^(f^6« annuellement , tandis que le second tableau donnait les chiffres des 

f}ensions inscrites dans le cours de Tannée^ quelle que soit la cause do 
'inscription (rétablissements « réunions, etc.). 



Digitized by VjOOQIC 



Tabuuo I. 



— 125 — 



Momfêment général des pensions civiles. 



AlfNBES. 



i8S3, 

s 855 

i8S6 

&857 

i858 

1859 

1860 

1861 

186s 

i863. 

i86ft. 

i865. 

1866. 

1867. 

1868. 

1869. 

1870. 

1871. 

187s. 

1873. 

187a- 

1875. 

1876. 

1877. 

1878. 

1879. 

1880. 

1881. 

188a. 

i883. 

1884. 

i885. 

1886 



INSCRIPTIOirS 



SITUATION GéNÊRALE, 
AV 3t sicBiiBiui »■ CaAQVI An^i 



Nombre 
des parties. 



9,055 
%0k9 
2.193 
9,208 
9,361 
1,718 
9,984 
9,657 
3,197 
9,917 
3,904 
3,989 
3,745 
4,549 
4,065 
3,955 
4,985 
9,931 
6,651 
6,640 
5,556 
5,598 
4,950 
6,991 
6,000 
5,713 
5,774 
7.397 
5,598 
6,663 
6,066 
5.740 
5,881 



Sonnes. 



fnncs. 

1.437,909 
1,448,355 
1,558,937 
1,484.569 
1,577.579 
1.958,791 
1,605,595 
1.801,066 
9,017.549 
9,014,456 
9.967,017 
9,189,971 
9,848,465 
3,199,379 
9,674,593 
9,696,314 
9,791,978 
1,765,869 
4,756.571 
4.900,563 
3,835,376 
3,781,014 
3,313.979 
4,454,679 
4,647.007 
4.745,490 
4,819,987 
6,199,335 
4.684.974 
4,509.049 
5,901,995 
4,888,741 
5,076,769 



Nmnkro 
4c»psrtîes. 



31,112 
31,378 
31,489 
31.881 
39,100 
39.605 
39,401 
39.586 
33.197 
34,338 
35,163 
35,998 
37,187 
38,610 
40,866 
49.596 
44,081 
45,733 
45,443 
49,905 
56,719 
58,615 
59,776 
61,396 
63,968 
64,803 
67,354 
69,140 
79,999 
73,979 
75,104 
76,534 
77,787 
80,008 



Sommes. 



francs. 

93,893,806 
93,846,586 
93,746,953 
93,841,938 
93,773,339 
93,866,458 
93,597,173 
93,554,511 
93,763,633 
94,960,787 
94,699,189 
95,247,883 
95,649,689 
96,795,899 
98,173,007 
99,053,374 
99,889.877 
30,707.903 
30,585,061 
33,193.5&6 
37,670,995 
38,860,519 
39,641,899 
40,497,335 
41,811,135 
43,449,116 
45,694,111 
^47,446,519 
50,619.956 
59,997,320 
53,350,569, 
55,136,438 
56.399,067 
58,769.040 



BOLL. OB STAT. 



Digitized by VjOOQIC 



Tableau II. 



— 126 — 
Sitaation, par Minutera, des pensions civiles in» 



ANNEES. 
(3i dUMmbN.) 



i853 
i85â. 
i8S5, 
i856, 
1867. 
i858. 
1869 
1860. 
1861. 

i&ei. 

i863. 
186/i. 
i865. 
1866. 
1867. 
1868. 
1869. 



mmSTÈRE D'éTAT, 
■Àfsdn tl L'MMAina 

«t 

Gttnde Ghaocelleri* 

deU 

L^om ^lionaeiir. 



Parties. 



à04 

5U 
560 
567 
508 
508 
615 
608 
765 
800 
825 
856 
660 
002 
015 
031 



Sommai. 



frtBcs. 

3(16,480 
306,lk2S 

(118,135 

ai0»0S7 
(1^0,045 
438,825 
485,054 
511,000 
5J4,776 
545,332 
5(8,621 
571,862 
601,853 
602,533 
601,562 



JUSTICE. 



ParlÎM. 



1,386 
1,360 
1,380 
1,374 
1,375 
1,405 
1,414 
1,416 
ï,438 
1,531 
1,520 
1,508 
1,630 
1,706 
1,805 
1,807 
1,058 



Sommai 



fnnet. 

1,636,504 
1,612,641 
1,650,236 
1,689,427 
1,744,529 
1310,237 
1»848,233 
1,846,896 
1,880,714 
2,010^968 
2,046,240 
2,131,578 
2,290,884 
2,371,080 
2,580,074 
2,748,177 
2,875,515 



AFFAIRES 
éTiAXoèait. 



PartÎM. 



123 

124 

121 

124 

123 

124 

130 

128 

130 

143 

147 

155 

156' 

160 

171 

177 

185 



francs. 

410,804 
425,804 
403,600 
415,000 
411,100 
300,010 
411,268 
413,466 
440,722 
480,874 
505.635 
520,253 
537,000 
572,758 
620,972 
655,005 
682,067 



FINARCf 



Partios. 



25,061 
25,317 
25,358 
25,665 
25,850 
26,063 
25,771 
25,712 
25,837 
26,512 
26,947 
27,424 
97,860 
28,661 
30,062 
30,808 
31.576 



17,C 
17,C 
16.« 
16,9 
16,8! 
IM 

lui 

16,&< 

16,7" 

n,oi 

17,1^ 
17.9*1 
18,7-3 
19,(H 
19,ùl' 



(*) T compris les pensions snspaaduat pour causa de raplacamaot des tàtnlairea, de camal, elc. 



Digitized by VjOOQIC 



— 127 — 



IHTiUfiOB» 



PartM». 



755 

737 

747 

778 

781 

798 

779 

797 

841 

906 

959 

1,000 

1,003 

1,062 

1,139 

1.258 

1,319 



I I 

firaan. 

530,750 
528,001 
533,689 
538,809 
525,343 
532,577 
521,005 
535,143 
553,001 
003,724 
619,833 
630,761 
641,360 
660,544 
714,416 
757,117 
783,283 



GUERRE 

BT AL0ÎBII. 



897 

871 
876 
877 
870 
905 
898 
910 
938 
945 
972 
956 

936 

967 

974 

1,006 



franei. 

1,095,024 

1,063,620 

1,040,085 

1,025,689 

986,713 

1,011,021 

988,615 

969,644 

984,127 

983,229 

976,052 

951,265 

922,054 

892,352 

907,715 

905,887 

933,683 



INSTRUCTION 



PKtki. 



1,180 
1,188 
1,102 
1,123 
1,248 
1,357 
1,428 
1,373 
1.827 
2,045 
2.307 
2.677 
3,013 
5,387 
3,861 
4,381 



Sffontf. 



francs. 

1,508,824 

m 
1,583,150 

w 
1,597,501 

1,633,282 

m 
1,685,151 

m 
1,780,311 

(S) 

1,821,216 

(«) 
1,882,837 

(S) 

1,973,109 

w 
2,005,760 

(«. 
2,078.493 

w 
2.158^129 

2,244,185 

w 
2,287,823 

2,439,779 

m 
2,604,017 

(S) 

2,749,778 



AGRICULTURE, 

OOMMBICI 
•t travattz pnklict. 



Ptftiit. 



1.297 
1,287 
1,291 
1,280 
1,S86 
1,355 
1,383 
1,435 
1,479 
1,491 
1,511 
1,593 
1,714 
1,818 
1,959 
2,116 
2,257 



3om«fi. 



fraaea. 

1,189,825 
1,189,701 
1,163,529 
1»142,483 
1,104,722 
1,127,564 
1,109,963 
1,124,675 
1,151,914 
1,173,567 
1,175,267 
1,236,755 
1,338,530 
1,416,093 
l,576,«i29 
1,719,725 
I,84A,406 



ANNÉES. 
(3i dic«ad>ra.J 



l853. 
i856. 
i855. 
i856. 
1857. 
i86«. 
1889. 
1860. 
i86i. 
1863. 
i863. 
i864. 
i865. 
i866. 
1867. 
1868. 



compris U» CnlUt. 



Digitized by VjOOQIC 



Tablkau m. 



— 128 — 
Bipartition, par Ministères et par services, du nombre et 



DÉSiQll\TION DES SBIIVIGB8. 



Jostioe. 



Intérieur . 






Guerre 

Marine et colonies. 



• 



lostmfttion poiilique » 
beaux-arta et cultes. 



Pensions concédées antérieurement au i** janrier i8&4* t 

Divers 

Juges de paii 

Affidres étrangères 

Divers 

Prisons 

Algérie 

Divers , 

Caserniers « 

Marine 

Colonies 

Instituteurs 

Divers *...... 

Beaux-arts 

Cultes 

l Divers 

Agriculture ) ForéU (service actif) 

( For^ (service sédentaire) 

Commerce et industrie 

Ingénieurs, Administration centrale 

Sous-ingénieurs» conducteurs, employés socon- 



Travaux publics.. 



daires. 
Divers. 



/ Administration centrée . . | „ 



Contributions directes. 
Enregistrement ••..■•• 

Douanes 



Percepteurs. . 



Contributions indirectes. . 



Finances . 






Postes et télégraphes. . . . 

Manu&ctures de VÉUt 

Caisse des dépôts 

Cour des comptes 

Monnaies 

Services financiers de TAIgérie 
Dernière liste civile 



Servioe aédeDUire. . 

Service actif 

Servioe sédentaire. . 

Service actif 

Servioe sédentaire. . 
Senrice actif. 



Totaux . 



PENSIONS 
»B FovonoimAnss. 



Ptrtiet. 



810 
75Î 
396 
^08 
315 
936 
390 
(i62 
138 
162 
256 
13.670 

1,921 

306 

7 

259 

1,693 
316 
183 
280 

901 

846 

39A 

1,683 

232 

1,085 

957 

12,221 

837 

2,396 

2,8&4 

6,077 

144 

34 

32 

5 

22 

16 



54,025 



Digitized by VjOOQIC 



— 129 — 
mtant des pensiont civiles m pimentent os i" décembre i887. 



PENSIONS 


TOTAUX 


TOTAUX I 




PAB SU 


ITICIS. 


PAB MlHISTàlBS. 1 


PattiM. 


SomiMt. 


PartÎM. 


SonuBM» 


P«iU«s. 


SonaM. 




rr»ef. 




Truies. 




frtiic*. 


li 


n 


819 


378,739 


819 


378,739 


833 
397 


808,679 
110,717 


1,585 
693 


3,777,701 
539.483 


3,378 


3,317.184 


130 


316,980 


338 


1.318,607 


338 


1^18,607 


145 


84,377 


460 


746,836 






473 


133,083 


1,408 . 


803,613 


3,345 


1,933,078 


157 


85,014 


377 


383.639 






340 
113 


147.638 
11,161 


803 
350 


838,857 
35,765 


1,053 


864,633 


74 
333 


75,559 
133,733 


836 
588 


466.468 
441.119 


634 


907.587 


3,778 


628,513 


17,448 


8,509.358 






1,354 
188 


881,858 
68,191 


3,175 
496 


4.834.890 
411,604 


31,133 


13.777,385 


6 


6,571 


13 


31,533 






193 
917 
319 
163 


70,899 
131.680 
153,333 

69,361 


451 

3,143 

346 


386,961 

1.878,603 

331,618 


3.594 
346 


3,365,563 
331,618 


335 


301,589 


515 


1,500,564 






799 


386,376 


1,700 


1,446,848 


3,764 


3,454,341 


703 


106,801 


1,549 


506,930 






373 
1,045 


370.103 
468,183 


3,395 


4,947,649 






203 


161,661 


435 


676,627 






778 


594,185 


• 1,863 


3,088,773 






750 
6,551 


355.673 
1,131,005 


30,479 • 


9,833,343 






745 

1.354 

054 

3,746 


477,987 
557,501 

377,708 
378,567 


5,333 
13,631 


6,054,438 
6,336,853 


44,594 


31,545,163 


100 


66,031 


344 


389,310 






35 


33,615 


59 


110,972 






39 


46,831 


71 


143,963 






14 


13,094 


19 


30,173 






17 


6,653 


39 


34,673 






SI 


8,140 


37 


39,503 i 






36,961 


9,434,947 


80,986 


60,093,886 


80,986 


60,093,8B6 



Digitized by VjOOQIC 



Tabliau IV. 



— 180 — 



Répartition^ far Ministères, des 



MINISTÈRES ET SERVICES. 



Gnndc Ckanoelerie de la 
Légion dikolineiir. .... 

Mimstèra d*ÉUt 

Makon de {'Empereur . . . 



Affiurei étrangères 
Finances ... 



Partie séden- 
taire. , .. 



Postes et 
tél^raphes . 



, Partie active. 

Partie séden- 
taire 



Partie active. 



Intérieur. 
Algérie.. 
Gn«rve.. 



IPkurtie séden- 
taire 
Plirtîe active 



Commeroe et Indostrie. 



Agriculture, 



Partie séden- 
taire.. . . . 



Partie active. 
Travaux publics 



Totaux . 



1854. 



74 

kkÙ 
1,288 



37 



A5 



kQ 



2.055 



fraacs. 

61,U1 

07,^88 
9,000 

508,765 
550,681 



2ft,505 
M,009 



U5,766 



(i6,05'i 



1.437,909 



1864. 



89 

188 
16 

6S5 
1,476 



118 



65 



504 



183 



3,294 



53,697 

360,491 
41,733 

807.751 
646,196 



65,635 
57,031 



0) 
188,667 



145,816 



2,267.017 



1869. 



69 

Î27 
14 

669 
1,795 



t43 



9) 



687 



259 



3.955 



88.303 

384,698 
57.053 

740.513 
764.302 



81.908 

75,868 



308.428 



945,241 



3,696,314 



1872. 



313 
19 

1,299 
3,168 



220 
29 
86 

1,245 



81 



191 



6,651 



543.5U 
131,7fi3 

1,595.047 
l,36l,6W 



163,50S 

30,007 

51,017 

(«J 
646,235 



61,655 



172.080 



4,756,571 



(M y 



1m CulUt. 



1 



Digitized by VjOOQIC 



— 131 — 
inscriptioiu émiuUei dépensions (i85i-i877). 









=aa-BaB 




=^5r= 


^^9 


^^==5 




^^BBa 




1873. 




1874. 




1875. 




1876. 




1877. 


« 


■ 


M 




S 


■^ ' 


'^ 


' ' *■ 


--7-* 






soBias. 


5 


SOMHIi. 




•omit. 


§ 


virait. 




SOBMBS. 




Irucs. 




Inné., 




Itmcs. 




iruict. 




francs. 


if 


Il 


il 


1 
* 


«f 


Il 


II 


u 


M 


M 


287 


471^240 


940 


3f4.l07 


209 


358,357 


188 


303,003 


m 


. 39&ai0 


37 


904.813 


91 


60,188 


11 


31,340 


14 


52,097 


36 


77J36 


1,100 


Mfla^7 


1,084 


1,386,131 


914 


1,158414 


737 


934,978 


940 


1,239.210 


3.088 


1.4244179 


3,180 


193,451 


3.138 


938.472 


3,266 


1.054.880 


3^598 


1,213,641 


** 


// 


if 


tt 


"// 


fi 


II 


il 


II 


u 


1/ 


II 


it 


tt 


II 


■1 


II 


èi 


II 


il 


353 


305,1» 


103 


133.110 


180 


114,887 


151 


86,589 


196 


136,339 


7« 


108.848 


54 


56.9U 


65 


60,679 


44 


43,688 


36 


39,954 


100 


78.184 


55 


45.759 


64 


51,348 


80 


53,099 


69 


81^43 




(i) 




(1) 




(« 




m 




i»> 


1,143 


855,702 


1.436 


603.120 


1.636 


745,277 


1,053 


459.356 


1,801 


1.083.983 


1/ 


II 


II 


1 
< 


II 


II 


II 


M 


M 


H 


85 


54,680 


«8 


63.$87 


59 


48,724 


48 


39.791 


r 

59 


44.995 


fiQ/9 


336,967 


985 


311,118 


352 


28M16 


^i 


385,991 


33) 


393«688 


6.640 


4,900.568 


5.556 


3.835.576 


5,528 


3.781.014 


4.950 


3.313,272 


6,221 


4.454.679 


Il Y« 


omfrô U« B«aBZ-Arts di 


rpnStiS?!. 















Digitized by VjOOQIC 



TaDLXAuIV. (SÛMMfin.) 



— 132 — 



Béf^artitiou^for Mimstk 



MINISTÈRES ET SERVICES. 



Gfande Gkancdlerie de la 
Légion dlioimear 

Mmittère d*ÉUt 

Miiton de l*Emperfnr* • • 



ACEmms étnmgèrefl . 



Finanoet . . 



PMtes et té- 
légraphes. 



Partie séden- 
taire, .... 

Pkriie actÎTe^ 

Partie séden- 
taire 



Partie active. 



Intérieur. 
Algérie.. 
Guêtre.. 



lottrootion 
publique^'.. 



Partie séden- 
taire 



, Partie active. 
Commerce et Industrie. . . 



Agrienitore. 



Partie séden- 
taire 



\ Partie activa 

Travanx poUict 

Marine et colonies 



ToTAtz. 



1878. 



19& 
95 

993 
2,007 



195 
49 
81 

932 
1,740 
II 

72 
2l4 



6,000 



francs. 



390,593 
79^,012 

1,333,807 
957,970 



93,714 
45,833 
83,708 

(1) 
377,777 

991,085 



108,418 

53,822 

265,309 



4,647,007 



1879. 



919 
90 

776 
1,489 

167 

422 

142 

44 

71 

262 

1,474 
ti 

64 
934 
336 



5,713 



fra&es. 



. 399,776 
80,988 

1,263,189 
776/)59 

135«310 

197,495 

(1) 
191,547 

41,179 

59,809 

437,994 
835«186 



, 87»«68 

96,908 

359,796 



4,745«490 



1880. 



340 
31 

745 
1,069 

309 

908 

161 

39 

95 

993 

1,330 

tt 

113 
155 
370 



5.774 



311,790 
143,399 

1,298,545 
517,899 

961,979 

306,117 

(1) 
1619,498 

47,978 

71.817 

374/)ll 
736,792 



170,177 

58,490 

3A3,356 



4,819,987 



180 



963 

40 

1,130 
1.799 

344 

897 

183 

45 

93 

273 
1,691 
II 

98 
184 
374 



7,397 



1.^ 

8 



4! 



6,19 



<i) T compris Iss Caltss. 



Digitized by VjOOQIC 



— 133 — 
interiptwoM WKuuUa de peiuions {{878-1886). 







1682. 




1883. 




1S84. 




1885. 




1886. 




ft 


•omiBs. 


^ 4 ^ 


somiKt. 


a 
S 


•onn. 


! 


ftOMMKS. 


0, 


SOMVIS. 






fMM. 




hum. 




ft-MC 




lraB«i. 




fr»lltt. 




ti 


« 


ti 


i II 


II 


(1) 


Il 


Il 


M 






30S 


333,&76 


188 


312.058 


221 


379,240 


142 


245,903 


153 


214,659 




35 


144,597 


22 


78.943 


30 


112,007 


43 


164,563 


22 


98,327 




700 


1,150,132 


666 


1,003.180 


821 


1,329.869 


609 


993,350 


776 


1,260,824 




1,351 


714,686 


1,341 


679.695 


1,289 


720,714 


1,180 


609,822 


1,060 


525,125 




277 


232,048 


276 


237.467 


325 


322.378 


351 


341,210 


310 


370,859 




tMM 


' 209,893 

(1) 


676 


228.949 


660 


249.183 


704 


260.802 


751 


297,129 




165 


128,433 


157 


141,686 


144 


116,835 


223 


190,569 


185 


157,491 




15 


20,172 


19 


20,707 


23 


24,151 


12 


21.279 


13 


19,259 




93 


74.857 


74 


40,314 


69 


59,473 


106 


94,354 


116 


90.897 




234 


398.071 


' 240 


383,155 


247 


350.619 


297 


470,359 


287 


475^96 




1,332 


788,295 


1,426 


858.289 


1,672 


1,052,423 


1,405 


872,085 


1,514 


977.614 




36 


30,140 


41 


53,288 


44 


55.922 


35 


34,020 


24 


29,394 




46 


68,567 


53 


74,944 


42 


61,188 


112 


206,431 


65 


83,565 




191 


49,135 


179 


58,002 


186 


89.095 


204 


84,305 


239 


85,621 




338 


341,772 


305 


338,372 


293 


278.828 


317 


299,689 


342 


300,111 




« 


II 


1/ 


ti 


;/ 


n 


II 


// 


24 


60,391 




5,528 


4,684,274 


5,663 


4,509.049 


6.066 


5.201,925 


5,740 


4,888.741 


5,881 


5,076,762 




l»)Ye 


omjim Im Bmiu 


c-Artt de 


p«ii 1S71. 















Digitized by VjOOQIC 



Tablkid y. 



— 134 — 

QuùtiU mojeniue annmtU in pmaioM de 



MINISTÈRES ET SERVICES. 



MÎBHlèm 4i*Étot «t GimmU GlMnoellenft 
de la Légion d^honnear , . 



Finanoef. 



Portes 
et ' 



MaUon de TEmperetr 

JasUoe 

A£Euww étrangères 

Partie sédentaûe. . 
Parffe active..... , 
Partie sédentaire.. 

Télégraphes. I pa^fe active.. 

Inténeur t • • • 

Algério 

Guerre. ...< »..• 

Partie sédentaire. » . . , 
Parée active » . . . 

Commerce et Industrie * . . . 

/ Partie sédentaire. . . . . 
Agriodtore. -J 

( Parée actiye 

Tvavavx pabHM 

Marine et colonies 



Instraction 
pnbHqne ('^ 



Moyenne générale. 



1854. 


1864. 


francs. 


franc. 


647 


808 


2,736 


1.543 


1,9)5 


5.000 


3.511 


1.533 


. 1.607 


539 


541 


II 


it 


II 


If 


981 


7i3 


821 


1.137 


w 3,373 


w 361 


1,402 


980 


H 


II 


874 


826 



1869. 



franea. 
721 

2,174 

6,628 

1.319 

546 



664 



i;d8o 



« 525 



1^72. 



franea. 



2.070 

7,891 

1,598 

568 



1^86\ 



854 



,940 

1,389 

664 

t») 566 

/; 

1,035 

II 
1,253 



904 



I87S. 



franc*. 



.2,0(8 

5,9|4 

1,515 

555 



749 

1,679 

908 

«») 647 

I» 
1.043 

II 
1,042 



881 



1874. 



franea. 



2,207 

3,646 

1,660 

548 



805 

1,151 

969 

t') 480 

II 
1,156 

1,125 



868 



1875. 



franea. 



2,330 

3,801 

1,632 

605 



798 
1,047 
1,037 

(1) 491 

II 
1,042 

II 
1,625 



855 



(M Y compris laa Cultes . 



Digitized by VjOOQIC 



^ 13S — 
JimdîoknaStet par Ëfînistàres {iS5i^t886). 



1S76. 



{naca. 



2,323 

7,000 

1,185 

556 



782 

1.372 

879 

f^' 515 

II 

1,353 

it 

790 



18T7» 



1878. 



2,386 

3.718 

1,654 

584 



809 



889 
1,117 

11) 647 

n 
1,091 

1/ 
1.213 



fnnes. 



2,251 

4,281 

1.7<« 

602 



(1) 



856 



938 
1,195 
1,246 
2,186 

603 
it 
2,172 

482 

762 



1879. 



frtMS. 



1880. 



tnnm. 



1,905 

•,004 

2,006 

71$ 

955 

37$ 

'Ȕ 1.118 

1,177 

1,237 

2,229 

665 

// 

1,930 

468 

1,296 



954 



1,037 



1,553 

6,072 

2,314 

693 

994 

408 

t»» 1,362 

1,641 
947 

9.251 

651 

fi 

2,090 
488 

1,247 



1881. 



franci. 



1,055 



1,909 
3,995 
2,217 

700 
1,019 

435 

t»> 1,082 

1,183 

1,422 

2,(M(3 

686 
1/ 
1,882 

464 
1,158 



1882. 



1.076 



2,110 
4,735 
2,030 

769 
1,013 

454 

ï« 1,026 

1,836 

1,136 

2.235 

714 
1,759 
2,059 

565 
1,439 



1883. 



1,102 



W 2,141 
5,209 
2,102 

695 
1,047 

442 
U13 
1,692 

667 
2.080 

725 
1,814 
1,876 

470 
1,598 



1884. 



franea. 



1.026 



w 2,228 
5,311 
2,147 

803 
1,131 

492 
1,044 
1,305 
1,055 
1.744 

745 
1,572 
2,201 

663 
1,974 



1885. 



fr«ftM. 



1,097 



t»> 2,290 
4,679 
2,296 

753 
1,168 

513 
1.038 
2,118 
1,220 
2,072 

766 
1,451 
2,222 

524 
1,298 



1886. 



franea. 



1,120 



t*» 1,180 
6,979 
2,300 

814 
1,416 

518 
1.060 
1,604 
1.030 
2,222 

826 
1.377 
1,874 

499 
1,901 
3,056 



1.165 



O 7 eompris Isa Beaux- Arta dapnia 1871. 



Digitized by VjOOQIC 



TABLSàD VI. 



— 136 — 

Age moyen {années et mois) des pensionnaires inscrits 



MINISTÈRES ET SERVICES. 



1854 



1855 



1856 



1857 



1858 



1859 



9SBBSB 
1800 1861 



186S 



1869 



1864 



MiaisUra â'ElUi etGnade G1iaae«Uerie à» U Légion 
d*boniMiir 



MaiBon 4« l'Emptrenr. 

Julie* , . . . . 

Affaîrw Hnngif. . • . 



PittasMt. 



i partie 
( partit 



FMtai «i t^MgraphM. 



parti* Uàtaiêin.., 

parti* aetÎT* 

parti* aMUataira... 
pwiî* aetiT*.., . .. 



IntariMir. 
Alg*ri*.«. 
G«*rr*..» 



InalnwiioB p«bUqii*. 
B*aiu-Arl* 



parti* sédmilair*.. 
p*rH« setiT*. . . « . 



Gommwo* el iadutri*.. 
Agri*allare 



parti* Bad«al*ir«. . 
parti* aetiv*. 



Travaux public*. . 
Marùi* *t aokmii 



MOTKIIfB oiNiftALK.. 



62.9 
55.0 


60.5 


61.9 


61.1 


61.2 


65.6 


1 
64.4 


69.0 
64.0 


59.0 
69.6 


60.0 
61.0 


66.5 


6610 


71.2 


69.1 


69.2 


60.0 


70.9 


67.10 


68.8 


69.0 


55.0 


50.0 


61.0 


62.0 


61.7 


59.0 


66.7 


69.4 


58.1 


06.6 


61.5 


62.0 


65.9 


69.0 


02.9 


65.3 


64.3 


69.6 


64.0 


63.8 


52.8 


55.9 


55.4 


58.9 


57.U 


56.9 


57.7 


57.9 


57.10 


56.6 


« 


« 


n 


■ 


• 


• 


■ 


■ 


■ 


• 


« 


B 


• 


■ 


• 


B 


■ 


• 


■ 


• 


63.4 


60.7 


58.0 


61.2 


6001 


64.9 


65.8 


62.11 


63.0 


62.0 


61.11 


62.9 


61.4 


62.5 


62.6 


(«.. 


62.6 
69.9 


62.6 


02.0 


59.5 


58.5 


60.0 


60.8 


59.7 


59.0 


62.5 


(M 
64.4 


(1) 
69.1 


(«J 
69.10 


(M 
62.6 


• 


« 


• 


■ 


■ 


« 


■ 


• 


• 


■ 


• 


« 


a 


fl 


■ 


• 


• « 


■ 


• 


« 


65.11 


62.9 


59.4 


64.7 


69.2 


64.2 


64.4 


65.0 


64.2 


64.0 


• 


• 


« 


■ 


- 


a 


m 


• 


■ 


• 


m 


■ 


• 


« 


• 


a 


» 


• 


• 


« 


— 


























80.X> 


57.9 


60.2 


61.7 


62.0 


60.7 


62.2 


61.1 


61.1 


60.2 



A. — EM 



50.9 
60.0 
61.0 
63.9 
56.9 



61.0 
50.0 



I») 
63.0 



03.0 



B. — VBum. 



DÉSIGNATION 

a** 

ra^aioviAW». 



Veuv**. 



1854. 


1859. 


1864. 


1869. 


1874. 


1879. 


1882. 


1885. 


1886. 


58.2 


00.9 


57.0 


58.0 


56.7 


59.9 


58.2 


58.4 


58.1 



(>) Y 



les Caltas. 



Digitized by VjOOQIC 



— 137 — 
dans te cours ié chaque année {i856-t886). 



1865 



1M618A7 



1868 



18M 



1870 187l|l872 1879 1874 1875 1878 1877 1878 1879 1880 1881 188S 1888 1684 



18801 



1888 



1886 



PLOYES. 



60.0 
62.6 
60.3 
59. G 
63.10 
57.5 



69.3 



60 



(>) 
6S.1D 



67.6 
50.0 
68.6 
58.0 
63.0 
48.6 



60.9 



60.0 



(») 
63.0 



70.0 
60J0 
68.5 
58.8 
63.8 
55.6 



61.2 



68.2 



62.8 



63.0 
50.2 
69.0 
58iO 
64.0 
55.8 



01.0 



61.10 



(1) 
63.0 



59.0 
70.0 
61.0 
69110 
56.6 



61.0 



64.0 



63.9 



61.2 
68.6 
61.3 
62.4 
56.8 



60.2 

56.7 

64.2 

(>) 
62.0 

00 JO 



70.0 

73.2 
62.8 
58.2 



61.116010 



59.9 



62.7 63.6 



(I] 
62.1 



69.0 
58.10 
61.9 
56.0 



59.5 



50.10 86.1 



61.2 



68.8 
53.0 
61.6 
55.3 



60.0 



68.2 
62.5 
62.3 
55.11 



59.2 



63.0 



61.6 



63.8 



61.3 



68.4 
66.10 
61.1 
56.5 



59.8 

57.1 

65.1 

(>> 
60.6 



67.3 68.3 



67.3 
58.8 
54:2 



59.6 
5i.0 
63.4 

54.6 



58.5 
60.7 
55.1 



58.6 
57.0 
61.1 

in 

58.0 



68.2 
64.8 
56.3 
54.4 



58.7 
60.3 



62.1 
50.8 



57.3 



68.2 
64.3 
G1.8 
54.0 
50.5 

58.3 

(>) 
59.0 

61.8 

62.1 

Cl. 3 

54.6 



64.0 
61.4 
61.4 
53.2 
58.9 

57.1 

{») 
59.2 

55.5 

62.7 

60.7 

56.4 



65.9 

61.1 

60.6 

53.0 

57.5 

58.1 

(») 

58.8 

50.4 

00.6 

61.3 

55.4 



66.9 67.1 
60.4 58.2 
58.9 60.3 



53.0 

58.5 

57.8 

(M 
59.3 

57.8 

61.9 

60.8 

55.6 



53.4 
58.1 
57.8 
50.3 
59.0 
64J0 
62.6 
54.7 



(<) 
66.8 

59.3 

61.10 

54.1 

59.5 

58.1 

58.5 

56.10 

61.2 

60 Jl 

54.7 



(>) 
65.0 

50.6 

61.5 

52.4 

59.U 

58.4 

59.2 

56.0 

6!. 5 

62.5 

55.4 



67.10 
59.11 
50.1 
53.5 
58J0 
67.11 
55.5 
57. G 
61.7 
68.8 
55.1 



63.5 



62.0 



63.10 



64.0 



64.0 



64.4 
65.2 



62.U 
63.5 



62.6 

63.7 



60.7 
63.1 



61.3 
84.10 



58.8 
61.9 



58.3 
64.1 



62.1 
64.8 



61.9 
59.3 
63.1 



62.2 
58.5 
66.9 



60.5 
57.0 
67.0 



58.10 
57.3 
63.5 



61.3 
59.3 

57.7 
63.3 



62.7 
56.U 
57.9 
62.9 



62.11 
58.5 
58. 8 
64.0 



6410 
59.2 
58.7 
63.0 



63.11 
58.6 
56 2 
63.7 
60.7 



61.4 



57.0 



50.8 



59.0 



60.0 



60.1 



62.0 



50.8 



58.0 



90JO 



59.6 



59.9 



60.5 



60.4 



60.4 



58.1 



57.4 



57.3 



56.2 56.7 



57.8 



57.4 



C. — OaPHSLINS. 



DESIGNATIOM 

M«SI09llA»B|. 



OrpWlia*.. 



1834. 


1859. 


1864. 


1860. 


1874. 


1879. 


1882. 


1886. 


13.4 


12.3 


14.0 


14.0 


13.2 


12.1 


13.2 


13.1 



1886. 



12.9 



Digitized by VjOOQIC 



Taslbau vil 



— 138 — 

Darét moyenne {année* et mois) dee services 



IIINI8TÈAE5 BT SERVICQU. 



GnadU Cliuic«Umn« d« U Légion d'lioAn««r . . . . 

HiaùUr* «i'Sut 

Mûsim (U rBiiip«r«ttr < 

JastÎM , 

Affair»! étrangère ,....»..•••... 

Partis aManUira. . 



FiBancM. 






Poal«« ai téligrapbea. 



Paitia activa.»... 
Partia atiantaira. 
Parti* «ati va 



Intéfiaar. 
Algéria... 



laAtmcUoa pnbllqva 9). . . , 

Baau-Arts 

Conmarea at indastria . . . . 



Partia a^aataira. 



Parlia «atiVa. 



Partia aMavlaire . 



Agricnllara. 



( Parlia i 



Travaus pvblica. . . 
Marine et colonies. 



MOTBXXB Qi%àtiALM 



(') Y compri» laa Cnltes. 



1664 



24.6 



32.0 33.3 



31. •? 
30.*7 
34.9 



31.11 
29.8 
35.7 



27 Jl 28.10 



34.5 



30 Jl 



(1) 
35JD 



33.10 



1«06 



31.4 

30.1 
34.5 
30.4 
28.10 



31.3 



35.5 



(M 
34.0 



32.7 



1<66 



34.6 

34.4 
38.3 
35.0 
28.1 



30.5 



30.6 



33.4 



32.1 



1857 



31.2 



37.U 



33.1 



32.0 



18181850 



33.5 

34.3 
33.4 

35.7 
20.2 



31.1 



37.5 



32.1 



32.0 



34J0 

31.5 
32.9 
35.2 
28.9 



34.8 



36.5 



34.1 



31.5 



32.3 30.0 32.6 32.0 33.4 31.7 33.1 32.10 32.6 32.5 33.0 



35ao 

33.0 
27.7 
30.2 
20.8 



1881 



36.0 



83.5 34.0 84.5 



31.6 
26.0 
34.7 



I») 
36.7 



31.8 



33.0 
33.5 
35.9 
30.0 



32.8 



36.6 



3i.7 



31.0 



1882 



31.2 



34.3 
30.7 
31.1 
20.4 



32.3 



36.6 



36.6 



34.3 



1865 



32.0 



34.4 

31.0 
36.0 
36.0 



34.0 



31.11 



3410 



33.6 



1864 



3S.0 

34.0 
33.5 
36.3 
30.4 



34.0 



31.8 



0) 
36.4 



32.6 



Digitized by VjOOQIC 



— 139 — 
des JonùHonmàrêt admis à la rHraite (1856-1886). 



I 



i 
— i- 



864 18«7 18«8 1869 



25.5 



31.6 



.r.OÎÎ.O 

.'3.0,31.0 

I 

lîj.eiaâ.o 
I 



,19.6 



30.0 



26.0 
32.10 

28.5 
33.8 
35.2 
29.7 



|3:vo 



32.0 



"U.ô 32.0 



[•) (M 
36.0 34.7 



27.6 



30.5 82.0 



32.2 



35.0 



34 



6 34 



6 34 



029 



32.0 



37.0 



36.6 



32.6 



35.0 



35.0 



1870 1871 



35.4 

35.1 
99.10 
33.8 
30. 



37.10 
iO.4 
35.8 



129.d 



31.11 
41.2 
37.1 



(») 
35.8 



34.3 
30.7 
34.7 
30.8 



32.0 
36.U 
34.5 



(>) 
36.5 



1872 



33.8 
28.1 
34.0 
30. 



3-2. 'i 
tl.6 
35.11 



36.6 



1890 1874 4875 



33.3 
31.U 
33.2 
.10 



U29. 



32.0 
42.11 
36.U 



35.9 



35.0 
32.6 
34.0 
31.0 



32.4 
32.2 
37.5 



35.4 



34.3 
36.5 
34.4 
33.1 



32. 

36.6 
39.1 



(M 
35.2 



1876 M:»7 



2 32 



2 
32.2 

35.0 



(M 
32.5 



34.8 
37 JO 
34.3 
31.8 



34.2 
34.5 
34.1 



(M 
33.4 



1898 1879 



33.6 

37.7 



31.1 
35.6 



34.9 35.7 



30.3 



30.0 
37.0 
36.2 
35.4 
33.8 



30.7 
33.5 

30.2 

(M 
30.9 

38.1 

35.2 

34.3 

32.2 



1880 



30 

35.1 

35 

35.8 

32.0 

30.0 

32.1 

41.0 

28.3 

33.7 

30.2 



2 32 



335 



1881 



4 
36.0 

4 

30.8 
30.9 

30.3 

(») 
31.6 

35.0 

37.3 

54.1 

26.1 



1882 



32.4 
.17.7 
35.7 
31.3 
31.) 

20.6 

(») 
31.7 

40.1 

37.9 

34.9 

26.9 



1883 



(>) 
31.8 



36.1 
84.7 
30.8 
31.8 
29.4 
31.10 
35.3 
38.11 
34.8 
27.11 



188^ 



32.7 



36.0 
37.3 
31.U 
33.1 
30.4 
30.2 
35.9 
34.8 
33.8 
26.8 



1885 



(M 
Sl.U 



37.7 
36.0 
29.1 
34.6 
30.4 
30.5 
39.0 



1886 



30.3 



37.0 
34.7 
30.7 
51.7 
30.8 
30.9 
33.4 



3C.in'. 35.10 



34.7 
28.3 



33.9 
28.9 



•ÎÎ.G 



32.0 



32.10 



34.0 33.0 



32.7 



34.2 



34.3 



36.0 



33.4 



34,3 



31.0 



3».t 



31.11 



34.6 



30.4 



33.6 



30.3 



34.4 



3(i.O 



35.4 



36.4 
32.3 
51 U 



39.7 
31.6 
39.3 



32.6 35.8 

31.5 

38.6 



30.6 
36.11 



35.9 
33.8 
30.9 
37.1 



36.8 
31.7 
30.9 
36.7 



34.6 
34J0 

32.6 
86.8 



32.6 
33.3 
33.1 
34.a 



36.6 
33.9 
33.0 
34.4 
38.4 



32JO 32.0 31. 32.0 32.6 3ajO 34.4 33.2 32.9 32.10 33.4 33.0 34.7 34.0 34.1 34.10 30.10 31.1 30.8 31.3 31.5 



30.9 



-' T coapm U% Bwnx-.\rU d«pab 1871. 



Digitized by VjOOQIC 



TABLEAU VUI. 



— 140 — 

MoHiarU àêi pensions annmeUement 



MINISTÈRES 
•i 

A91III1STRATI0IS. 



MîaùUn d'Éut et Gnado CkanMlIms 
d« la L^on d'hoantor 

JllStÎM 

ACuret £tr»ii|;ires 

Inlenev 

Algérie • 

Gmr* 

lulrvciioa pubiî^e 

Travanx pnblicf 

ComaMTc* 

Agricvitniv 

Forâto 

P«aiM «i tolÂgraphet 

Mtiioii d« l'Empereur 

MÎiriiie 



Adininielretioa centrale. 
Goatributiona directes. . . 

Enftgisireneat , 

Forlt» 

Douanes 

ConlrikatÎMe iadîffwtes. 

PosUi 

Manofaetnres de l'Eut. . 

Caisse des IMpdU 

Conr des Compte 

Services divers 



1878. 



181 
22 

101 

58 

75 

2,100 

200 
52 

15: 



S.OIO 



245 

27 

126 

• 

1,430 

358 

755 

14 

• 

IG 



2,080 



francs. 



300,053 
71,088 
70,041 
33.151 
74,031 
1,370,000 

309,007 
30,850 

m 

115,750 



2,403,161 



344,529 

49,765 

220,0Qfi 

700,000 

404,745 

300,480 

30,106 

a 

41,208 



2,180,835 



1879. 



311 

24 

157 

45 

86 

2,021 

382 

78 

• 

344 

1,130 



4,587 



401 
36 
170 

» 

1,378 

411 

21 
7 
10 



2,524 



francs. 



434,904 

86,172 

134,047 

45,001 

63.351 

,500,032 

377,878 

01,727 

• 

200,097 

550,000 



3,484,280 



800,303 

71,017 
312,120 

600,008 
400,500 

20,021 
12,395 

21,448 



2,446,711 



1880. 



239 
40 

182 

SI 

70 

2,025 

375 
41 

173 
1,107 



4.382 



399 

39 
175 

1,111 
409 

a 

16 

xo 

5 
3 



2,167 



francs; 



849,991 

208,605 

184,426 

38,569 

46,021 

1,450,013 

330.002 

44.850 

m 

139,674 
564,000 



3,356,250 



737,626 

74,850 

378,890 

512,484 
441,117 

37.555 

25,000 

11,775 

2,435 



2.254,750 



>P 



1881. 



228 
33 

160 

37 

71 

1,788 

300 
63 

216 
1,137 



4,141 



295 

34 
107 

• 
1.4^6 



2,449 



francs. 



350,078 
120.534 
140,043 
33,721 
70,413 
1,209.996 
353,025 
44,442 

• 
109,650 
575,000 



3,125,702 



400.380 

50,656 

372,933 

• 
711,667 
5\2,979 

w 

36,750 
0,087 
0.383 

.3,8i4 



2,236,670 



Digitized by VjOOQIC 



IncHitt 



— 141 — 
depuis dix ans (î 878-1887). 



1SS3. 


1883. 


1684. 


1885. 


1886. 


1887. Il 


I| 


j 
tùmmt». 


1 


mmmMs. 


3 

& 
S 


SOMMES. 


8 

5 

2 


•onu. 


! 

z 


soiiais. 


i 

5 

•< 

s - 






Cm an. 




fnnes. 




franc «• 




frjbcs. 




fr.nc3. 




fr«Bca. 


. 


• 




» 


• 


• 


• 


• 


m 


« 


« 





159 


365,728 


187 


300,877 


104 


319,857 


168 


387,785 


158 


210,260 


135 


117,836 


Si 


93,506 


33 


00,340 


30 


101,144 


40 


158,302 


35 


113,155 


24 


68,156 


lll 


80,9S1 


190 


151,111 


158 


136,510 


184 


155,900 


188 


159,481 


150 


137,000 


5 


13.158 


16 


13,632 


33 


24,151 


14 


24,612 


31 


27,539 


14 


17,046 


m 


80.205 


71 


3,095 


70 


60,630 


103 


92,971 


134 


103,225 


107 


57,585 


xm 


847,777 


1,670 


1,335,663 


1,612 


1.180.911 


1.680 


1,334.796 


1,807 


1.149,974 


1,844 


1,561.468 


SM 


3n,870 


303 


330.004 


341 


319,803 


320 


324,996 


337 


306,058 


501 


360,000 


15 


36,0i7 


49 


57.081 


30 


50,735 


37 


56.412 


36 


34,815 


21 


29,808 


a.-, 


25»22S 


30 


10,541 


32 


33,108 


S2 


45.000 


83 


30,387 


S8 


39.080 


101 


50,406 


185 


100.557 


242 


140,068 


246 


315,008 


261 


130,040 


335 


180,000 


757 


387,815 


870 


430,000 


<J55 


560,000 


060 


550.000 


1.083 


710,600 


• 


• 


• 


t 


• 


• 


a 


• 


" 


m 


• 


• 


m 


• 


- 


• 


• 


m 


a 


. 


. 


9 


34 


76,719 


83 


79,517 


-,T*,2 


2.1SÎ,9W 


3,588 


3,744,821 


3,693 


2,045,007 


3,799 


3,225,001 


4.086 


3,371,171 


2,912 


2,559,445 


ÎÎO 


^54,^18 


331 


307,865 


256 


360.478 


179 


290.931 


283 


516.315 


248 


438,445 


IS 


38,655 


30 


53,742 


23 


30.591 


23 


43,150 


33 


51,836 


30 


46,398 


9b 


183,3M 


106 


166,970 


107 


204,613 


156 


282,723 


141 


366,141 


108 


303,425 


• 


• 


m 


• 


« 


« 


« 


m 


• 


m 


f 


* 


%Z 


485.676 


1,331 


600.130 


1.116 


679.900 


1,186 


580,828 


863 


431,431 


898 


589,849 


•231 


358,858 


336 


300,205 


359 


443.111 


370 


390,000 


328 


399,901 


404 


460,777 


ë 


m 


• 


■ 


' 


• 


m 


• 


m 


• 


1,068 


664,900 


12 


M,203 


16 


23,843 


25 


30,987 


28 


43,150 


18 


30,861 


18 


20,180 


5 


11,395 


3 


4,013 


8 


23.200 


9 


13,509 





10.110 


8 


0,385 


5 


16,455 


■ 


« 


9 


18,664 


5 


13,707 


14 


36.070 


6 


11,806 


5 


1,966 


13 


8,226 


14 


10,267 


15 


11,985 


11 


13,631 


15 


9,178 


1.^1 


1/t ^0,880 


1,954 


1,644,088 


1,897 


1.820.000 


1,977 


1,600.000 


1,699 


1.756.717 


2,800 


2.424.991 



BULL. BB ST4T. 



Digitized by VjOOQIC 



— 142 — 



g 

O 
Q 



3 



Eââ 



{a ^ 

2 SS ^ 

S- O 

fi ^ 



g . 

5 1 
3 î' 



. g 



O 



se 

a 
o 



-el' 5 C d» 



O 



c< -* o 

s »H eo 9 



<0 



o 

O 






o' »^ r^ 

«o Gi « 



O 

8 

es 
oc 



S 



o o o o 

o o o Q 

<=i <=l <=>. <> 

«O «O O r* 

eo « o r* 

CT 0> C' »ft 

o <w co 



s 



•-I r^ 



o o O o 


^ 


8 8 o s 


S 


- ^' 00 O» 
C« eo aC o 


<PI 


•-N 


•«. n •^ t-. 


f^. 


t^ — »A o 


J? 


^ <f O ^ 


o 




Ci 



f^ O ^ ^ 
tA eo 00 00 
r» oo *f r* 



S 



e<3 .0 p^ p^ 



g 



♦M 

PU 

«o 

» 

U 

S6 





e2 



J 



I 



J 



o 



Digitized by VjOOQIC 



— 143 — 
LES CONTRIBUTIONS DIRECTES 

ET LES TA^MBS ASSIMILÉES. 
Exercice 1887. — Situation d'ensemble. 

Comparaison des évaluations avec les rôles amis. 



\ 



désignâtiok de» produits. 



Il I I ' 

Contribations directes. 



- . 1. • ( Contribations di; 

Budget ocdinural ^axe. ««imUées 



Budget mr les- ( Contribations directes. 
sonroes spéciales. ( Taxes assimilées 



Totaux. 



Kn pins aiff rôles . 



ÉVALUATIONS 



ft03,758,700' 
27,866,000 



ÙS1,534,700 



364,665,176 
1,196,690 



365,H61,866 



797,486,506 



RÔLES ÉMIS. 



401,680,100' 
27.377,400 



431l,(»7,500 



378,38 '1,200 
1,216,500 



379,600,700 



808,658.200 



DIFFÉRENCES AUX ROLES 

PAB BA9P0BT 4Vt éVALVATIOHS. 



AttgaMaUtiMM. 



13,719,024' 
19.810 

13,738,834" 



DÎBiaaUoM. 



2.078,600' 
488,600 



3,567,260 



13.7 S8.834 I 2,567.200 
TU7T,f>34^ 



Comparaison des recouvrements effectués avec les douzièmes échus. 



DESIGNATION DES PRODUITS. 

( Bodfti ordiaaiae «t bodgsl sur reasoarcas 

ipôcialM. ) 



CoiitribntioDs 'directes • 
Taxes aasimilées , 



Totaux 

En plus anx reoouvremeDtf. 
Évaluation en domines . . . 



DOUZIÈMES 

iCHBS. 



780,064,300 
28,593,900 



808,658,200 



RECOUVRE- 
MENTS. 



764,73U,500' 
27,356,200 



792.086,700 



DirriaiROBs aox nscooTaiMBnTS 
par rapport aux doDiièiaes êeha». 



Augmenta tioni. 


Diminntions. 


Il 
II 


15,383,800' 
1,237,700 


II 


16,571,500 



16.571,500' 
doux. 24. 



Comparaison des recouvrements de 1887 avec les recouvrements de 1886, 



DÉSIGNATION DES PRODUITS, 
•pf'eialas. ) 


RECOUVI 

i»B ia«7. 


lEMENTS 
DB 1886. 


EN PLUS 

B?< 1887. 


EN MOINS 

BB 1887. 


Contributions directes, 


764.730,500' 
27.356.20J 


753,546,200* 
27,312,600 


11.184,300' 
43,600 


Il 
M 


ToTAi: I 


792,086,700 


780.858,800 


11,227,900 


II 

7,900' 




£a.plas aux rccouvremenls 


de 1887 

1 


11,22' 



Comparaison des frais de poursuites de 1887 avec ceux de 1886. 



DÉSIGNATION DES PRODUITS. 
•ar ton» le» exercieei eo eoors. ) 


FRAIS DE POURSUITES 


EN PLUS 

BS 1887. 


EN MOINS 
Bx 1887. 


BB 1887. 


■H i«86. 


Proportion entre les frais de poursuites 
et \es recouvrements 


1.656,000' 

2rr.05p.0/0. 


1,599,700' 
2 fr. p. 0;00 


56.300' 
0fr.05p.0/00 


it 
II 



Digitized by VjOOQIC 



— 144 — 
LES REVENUS DE L'ÉTAT. » 

EXERCICE 1887. 

Nous avoQs donné le mois dernier Tensemble des recouvrements effectués 
pendant les douze mois de Tannée 1887. 

Pour obtenir ta situation complète de I exercice 1887, il convient d'ajouter 
a ces recouvrements lus produite probables de la deuxième année de l'exercice, 
pon encore recouvrés au 3i décembre. Ce sont ces produits que présente, pout 
la France, le tableau ci-dessous, en les comparant aux évaluations budgétaires 
correspondantes et aux droits de même espèce de Texercice 1886. 

FRAKCE (^5. 



RECETTES. 



Imp6t de 3 p. o/o 

Enregistrement 

Timbre 

Douanes. (Sels et sucres non compris.]. . 

ScU 

âncKB 

Boissons 

Prodoit de« 2/10 ( Chemins de fer. . . 
daprixdestransporU.| Voitures publiques. 

zTTirm uiviis TIC comnrnmmv iiiuuTcvsvi • 
Allumettes 

T ftDftCi« pOttQf68 , CtCa •.....« 

Poste» 

Tiîlégraplies «> • 

Produits du domaine de TÉ ta t 



DROITS 

COMSTATBS. 



fraacs. 



226,000 

e,490,000 

1,908.000 

12,600.000 

61.000 

1,790,006 

k 5,676,000 

5,333,600 

it 
2,034,000 
830.000 



ToTàDX . 



En plus en 1887.. . 
En moins en 1887. > 



39,028,600 



DIFFERENCE 
ràn nAPPODT 

•ax 
^vtlualiona. 



En plu. 



francs. 



46,000 



28.200 
5.000 
<i,800 



868,000 



Ea moins. 



francs. 



1,971,000 

n 

28ft,000 

// 

if 

■n 
291,700 

II 
54.900 



1,285,500 2,601,600 



1.316,100' 



DIFFÉRENCE 

PAS BAPPOKT 

i 

1880. 



En pu 



.951,500 
10,500 

1/ 

6,000 

365,300 

3,000 

1,072,500 

n 

694,000 



En mui 



franet. 



10,700 



1,089,300 



318.000 



3.102,800 1,418,000 
l,68'i.800' 



Les tableaux suivants présentent l'ensemble des recouvrements de Fexer- 
cice 1887, deuxième année comprise. 

(^) Pour r Algérie, les prodaiu de la deuxième année de Tcxercice 1887 ont été ajoutes aux re- 
couvruaeato 4tt DHÛa d« dëoeiniNrf) 18^7. (Voie ci-apràa« page i&i.) 



Digitized by VjOOQIC 



— U5 — 
BUDCrET DB L'ETAT (AL&ÉRIE NON COMPRISE). 



EXERCICE 1897. -- SITUATION D*£NSËMELE. 

Nota. — Les recoavements afférents aai prodaîts divers, aax ressounet ex cepfîonnef/ef et aux recettes d'ordre 
ne figmmt pas dans le tablean ci-deiaciBa, |)ftrce q«e ït dtfàk ttW eonalatë, pour certains de ces produits, 
qo*air moment même dn recoavrement. D*aillcnrs ces produits sont de peu d importance» comparativement 
aax recettes dont les droits constatés sont établis à f époqae du 3i- décembre. . , 



■RBHBSVSBp 

RBCOU- 
VREMENTS 

BrrccTDBs 0), 



DESIGNATION 

DBS PSODUITS. 



francs. 



EVALUA- 
TIONS- 



franci. 



FRANCE. 



RECOD- 

VREMENTS 

DR 1886. 



francs. 



DIFFERENCES. 



rAB BAPPOIT 

aux 
•vnlua lions. 



francs. 



PAl BArrOBT 

i666. 



francs. 



Impôts directs 

Impôt de 3 p. 0/0 

fenrcffistrenent. . ....... 

Timbre 

Douanes (sels et sucres non 

compris) 

Contributions indirectes 

(sels, sucres et mono- 
les non compris) . . . 



polc! 
Sas.. 



Sucres 

Tabacs 

Allumettes, poudres, etc. 
Postes et télégraphes. . . . 
Domaine non forestier . . . 
Forêts. 



ToTAOX pour la France. 



Impôts directs 

Impôt de 3 p. 0^0 

Enregistrement 

Timln« 

Douanes 

Contributions diverses . , . 

Tabftcs 

Poudres 

Postes et télégraphes. . . . 
DoMMÛne non fotestiier. . . 
ForéU 

ToTAOX pour l'Algérie. 

Totaux GiaiaAOjc. . • 
(France et Algérie.) 



48,878,000 
513,OHO,0:}0 
157,604,000 

315,683,000 



570,584,000 
32,378,000 

121,681,500 

369,131,000 
35,252,000 

173,476,200 
14,065,000 
34,262,100 



2,376,074,800 



45,868,000 
5«),2l«,000 
154,575,000 

297,764,300 



565,091,300 
32, 99,000 

168,306,300 

374,420,200 
37,423,600 

163,420,700 
18,619,700 
26,187.200 



2,40(1,491,500 



47,215,500 
617.791,000 
156,094,500 

301,108,500 



560.957,500 
31,871,000 

133,151,500 

368,925,000 
35.644,400 

168,806,300 
14,858,000 
23,872,000 



2,360,295,200 



+ 3,010,000 
— •7,1Ô6,00(> 
+ 5,029,000 

+ 17,918,700 



+ 5,492,700 

— 221,000 

— 46,624,800 

— 5.289.200 

— 2,171,600 
4- 10,055,500 
^ 4,554,700 

— 1,925,400 



—28,416,500 



+ 1,662,500 
— 4,7U,000 
-f 1,509,500 

+14,574,500 



+ 9,626,500 

+ 507,000 
-11,470,000 

+ 206,000 

— 392,400 

+ 4,669.900 

~ • 793,000 

+ 390,100 



+ 15,779,600 



9,430,500 

204,500 

3,868,000 

4,135.500 

9,340,000 

1,655,000 

495,500 

1,036,900 

3,588,20.) 

2.097,000 

761.500 



36,502,600 



ALGÉRIE. 

8,646,000 

248,000 

3,980,500 

4,023,000 

8,622,000 

1,556,900 

,538,700 

1,555,600 

3,489,100 

2,157,600 

596,400 



35,013,800 



9,141,100 

210,000 

3,897,000 

4,108,000 

9,584,000 

1,592,100 

506,100 

974,000 

3.490,800 

2,223,000 

722,000 



.36,448,100 



784,506 

43,500 

112,500 

112,500 

718,000 

78,100 

43,200 

118,700 

99,100 

60,600 

165,100 



-f 1,578,800 



289,400 

5,500 

29,000 

27,500 

244,OiiO 
42,900 
10,600 
62,900 
97,400 

126.000 
39,500 



144,500 



2,412,677,400 



2,439,505.100 



2,396,743,3001 — 26.837,700 + 15,924,100 



V «Mnpm )M«lroils coosUUs an 3i dceemlra 18S7 k reeoavr«r en t888. 



Digitized by VjOOQIC 



— 14« — 
BUDGET DE yÉTAT (ALGÉRIE NON COMPRISE). 



RfiCO&YRBMENTS P£ LËXEftGIGE 1887. 



BNllBOlSTBSiieilT BT TIMBUB. 

Comparaison avec les évaluations hadgétaires. 



DÉSIGNATION DBS BOUXTTBS. 



RECOU- 
VREMENTS. 



frftBM. 



EVA- 
LUATIONS, 
t 



ENREGISTREMENT. 



TraDsmiMÎons entre vifs à titre onéreux 

TransmisHODs entre vifs à titre gratuit 

MutfttiODl par déois 

Bau et «niicfarèw». • * . • . • 

Adjudications et marchai, obligations, i^otioone- 

menis, libérations. 

Condamnations, ooUoGations et liquidaftiona. 

Droits fixes proprement dits 

Droits fixes gradués 

Droits et demi-droits en sus 

Droits de grefifc. 

Droits d^hypoLhèqaes 

Amendes 

Assurances maritimes 

Transmissions de titres de sociétés | 

Perceptions ditenes ; 



152,257,000 

22,393,000 

178,543,500 

7,612,500 

42,325,500 
3,760,500 

36,784,500 

11,130,500 
3,846.000 
8,089,500 
5,536,000 
1,294.000 
234,500 

38,553,500 
719,500 



toTAW 1513,080,000 620,216,000 



inaos. 



159,882,700 

22,524,000 

176,465,000 

7,734,500 

û '1.273,000 
3.626^000 

37,157,500 

11.306,000 
3,774,000 
7,780,000 
6,390,500 
1,498,300 
2^12,000 

36,905,500 
657.000 



EN PLUS 

aux 

BBCOUTHS- 

MBXTS. 



EN uoini 

• BX 

accoornB- 

«SBTS. 



En Moùs aux teoowrements de 1887. 



2,078,500 



134,500 



72.000 
309,500 



1.648,000 
62.500 



4,305,000 



7,625,700 
131.000 

122,000 

1,047,500 
II 
373.000 
175,500 



854.500 
504.300 

7.5U0 



11,441,000 



7,136,000' 



TIMBRE. 



jj». . ( de dimension 

Timbre débité., j spécial j ConnaxiMments. . . . 

( (mobile)! Affiches 

Timbre extiaor-l 5*^°" ?* oï>«g«t>OM. 

dinaireetvisa. Poï>Of«d assnrances. bordereaux, 
{ affiches, connaissements , etc . 

Droits d'affichage et passeports 

Permài de chasse 

Timbre débité 1 proportionnel ( effets, etc. ) ... . 
non sujet aux 1 spécial (quittances, reços et 

décimes ( chèques) 

I Rentes des gouverne- 
' propov-\ mente étrangers.. 
tionneLJ CrédfitlbnGter(obl.). 
\ Effets, warrants, etc. 
Police» d^assurances, abon^cm*' 
spécial (lett.de voit, lécépissés). 
Timbre aux anciens tarifs. .... 
Marques de fiibriqoe 

Totaux 



Timbre extraorw 
dinaireetvisa 



5^,884,000 
1,429,000 
1,107.500 

19,505,500 


54,730.500 
1,270.000 
1,046,500 

18,723,500 


5,814,000 

95,500 

6.797,000 

11,141,500 


6,495,000 

88,000 

7,202,500 

11.196,500 


Fj ,357,000 


14,435,000 


1,213,500 
109,500 

2,002,000 

ft.03 1.000 

53,192,500 

24,500 


1.752,000 

363,000 

3,347,000 

2,294,500 

31,595,500 

2.000 

33,500 


157.60\000 


15^1,575.000 



En plus aux reconvremente de 1887. 



1,153,500 

159,000 

61,000 

782,000 



7.500 



1.736.500 
1,597,000 



5,^90.500 



681,000 

405,500 
55,000 

78.000 

538,500 
253,500 

445.000 



2.000 
9,000 



2,467,500 



3.029,000* 



Digitized by VjOOQIC 



— 147 — 
BDD6£T DE L^ÉTA T (ALGÉ RIE NON COMPRISE). 

RECOUVREMENTS DR L'EXERCICE 1887, 



DOUANES, CONTRIBUTIONS INDIRECTES, SELS, SUCRES ET MONOPOLES. 

Comparaison avec les évaluations budgétaires. 



DÉSIGNATION DES RECETTES. 



REGOl). 

VREMENTS. 



francs. 



EVALUA. 

TIONS. 



francs. 



EN PLUS 

au 

aBcoo- 

▼milIBIlTS. 



DniU k rimportatwn («MTchudites divenes). . • . 

Droits de statistique 

Droits de navigation » . . . 

Droits divers et recettes accessoires 

Amendes et confiscations 



DOUANES (SBLB ET SUQRBS- NON^ CO M PI l IO ^r 



ToTàffi 

E?i PLUS aux recouvrements.. 



295,717,000 
6,72/1,000 
8,452,100 
3,801,900 
I,2«8,000 

3Ï5,r.83,ÔÔ0 



278,87-'i.800 
0,446,000 
7.308.700 
4,045,800 
1,080,000 



297,764,300 



franea. 

16,842,200 
278 000 
843,400 

// 
190,000 



EN MOINS 
onz 

SBCOU- 
VMlilNTB. 



18,162,00 



fraaes. 



243.900 



243,900 



GONTRIBUTIOSS INDIRECTES (SBLS, SUCRES ET MONOPOLES NON COMPRls). 



Droits I Vins, cidres, poiréi, hydromels 

sur les 2 Alcools et surtaxes des vins alcoolisés. 

boissons. ( Bières 

Droit de 4o cent, par expédition 

Droits de transport par cliem» de fer (grande vitesse). 

Droits de transport par autres voitures que les clie- 
mins de fer 

Ucenœs (boissons et voitures publiques) 

Garantie des matières dor et aargent 

Timbres de toute espèce. . « . . • 

Cartes à jouer 

Amendes et droits sur aéquîts non rentrés 

Autres droits et recettes à différents titres. ...... 



ToTAox 570,584.000 565,091,300 

Em plos aux recouvrements . . . , 



144,871,000 
246,080,000 

22,309,000 
4,761,000 

87,305,000 

4,960,000 
12,994,000 
4,569,000 
8,811,000 
2,267,000 
5,789,000 
25,868,000 



148,176,000 
242,177,800 

21.725,000 
4,759,000 

85,816,000 

4,820,000 
12,785,600 
5,011,000 
8.634,000 
2,382,000 
3,790,000 
24,714,900 



3,902.200 

584.000 

2.000 

1.489,000 

140,000 
208.400 

177,000 

1,999,000 
1,153,100 



3,605.000 



442.000 
U5.000 



9,65 4,700 4,162,000 
T49Î,700' 



SELS ET SUCRES. 



Sels. 



Sucres. 



de douanes^ 

de contributions indirectes. . 



coloniaux (douanes). ............. 

étrangers (douanes) 

indigènes (oonlributions indirectes}. . 

Totaux.... 

En moins aux recouvreipents.,. . ^ 



21.986.000 
10,392,000 

24,740,500 
12,451,000 
84,490,000 



I.&^,059,5>01> 



23,3^0.000 
9,269,000 

33,062,000 
65,499^pO 
69,745,000 



'400;903;800, 



^ 



1,123.000 

14,745^ 



1,344,000 
J'8iWf;ë00 



l5;B68,Ô0Ot^2,7I3;««Ô 
40,845,àQÔf. .} 



"T?" 



Allumettes ( ilû^i^ç^y, . . 
Tab«ci^ 



Contribu- 
tions 
^odiraciM. (j Poudres à i^Ob 
' PctfKm ......... 

Tcléffraphei . , 

' Prooiûts de- diverses exp eit^ 

!: (- • ' • •• "■ 



JI^ONOI 



I>Bl(, 



. U 



TOCAIIX. 

'En PLos^aiii Vèéotfvrëmenls.' 



?7i0lM00 
369.^31^00 

.1U36,OOD 
1I42.'425;4;Q0, 

3J,650„800 

; 6,46i.obo 

«•Ub7,859,2Ô0 



374,420,200 
•.U,3lSA00O! 

4^4*997,000 

.?8.45Ï3.70Û 

6.519,400 



575,264,500 



,7*'428;400 
a,^7.100 



27,200 
5,'2«^;2<)0 
5,0%.000 



118,400 



10.05 5,500 7,460,800 
27594,^70(7 



Digitized by VjOOQIC 



— 148 — 
BUDGET DE L'ÉTAT (ALGÉRIE NON GOMPHISE). 

RECOUVREMENTS DE L'EXERCICE 1887. 



ENRE6ISTIIEICBIVT ET TIMBBB. 

Comparaison avec les recouvrements de F exercice 1886. 



DÉSIGNATION DES RECETTES. 



RECOC- 
VBEIi£KX& 

DB 1887. 



RECOU- 

YBEMKIiTfT 

OB 1886. 



EN PLUS 
À 1887. 



EN MOINS y 

À 1887. 



TransmûsîoDs entre vifs à titre onéreux 

Transmisfîoos entre vifs à titre gratuit 

Mutations par décès. .,...« 

BauK et anticfarèses 

AdjadicatioQs et marchés, obligations, cautionne- 
ments, libérations 

Condamnations * collocations et liquidations 

Droits iÎKes proprement dits 

Droits fixes gradués 

Droits et demi-droits en sus 

Droits de greffe 

Droits d'hypothèque» 

Amendes 

Assurances maritimes 

Transmissions de titres de sociétés 

Perceptions diverses 



ENREGISTREMENT. 

152,257,000 

22.393,000 

178,543,500 

7.612,500 



Totaux 513,080,000 517,791.000 



42,325,500 
3,760,500 

36.784,500 

11.130.500 
3.846,000 
8.089,500 
5,63fi.000 
1.294,000 
234,500 

38,553.500 
719,500 



157,380,000 

23.444.000 

177.411.500 

7,295,500 

4I,8ûl,000 
5,210,500 

37,954.000 

10.586.500 
3,849.000 
8.085.500 
5,667,500 
1,258,500 
229.500 

36,963.000 
615,000 



En moins aux recouvrements de 1887. 



1.132.000 
317,000 

484,500 



544.000 
4,000 

M 

35.500 

5,000 

1.590.500 

104,500 



4.217.000 



5.123,000 
1,051,000 



1,450,000 
1.169,500 

3.000 

rt 

131,500 



8.928.000 



4.711.000' 



TIMBRE. 



Timbre débité.. 

Timbre exttaor- 
dinaifeetvisa 

Droits d*affichage 

Permis de chasse 

Timbre débité 1 

non sujet aux^ 

décimes ( 



Timbre exlmor-j 
dinaireet visa ] 



de dimension. 

spécial ) Connaissements. . . . . 
(mobile) I Affiches 

Actions et obligations 

Polices d'assurances, bordereaux. 

aflBcbes , connaissements . etc . 

et passeports 



proportionnel ( effets . etc. ) • . . . 
spécial (quittances, reçus et 

chèques) 

_„__. ( Renies des ffouv. étr. 
CSa Cj^f foncier (oblO. 
\ Effets warrants, etc. 
Polices d'assurances , abonnem**. 
spécial (lett. de voit., récépissés). 

Timbre aux anciens tari& 

Marques de fabrique. ........ 



ToTADX 157,604,000 156,094,500 



55,884,000 
1,429,000 
1,107.50U 

19.505.500 

5.814.000 

95,500 

6.797,000 

11,141,500 

14,357,000 

1,213,500 

109.500 

2.902.000 

4,031.000 

33.192,000 

24.500 



55,561.500 
1,354,000 
1,096.500 

18,625,500 

5,790,500 

98.000 

7,016,000 

11,094,000 

14,359.000 

964,000 

133,000 

3,022,500 

3,526,000 

33,414,500 

2,000 

37,500 



En PLUS aux recouvr e ments . 



322,500 
75.000 
11.000 

880,000 

23,500 



47,500 

II 
2^19.500 

#/ 

ti 
505.000 



2.114.000 



2.500 
219.000 



2,000 
ti 
23.500 
120.500 

222,000 

2,000 

13.000 



604.500 



1.509,500 



Digitized by VjOOQIC 



— Ik9 — 
BUDGET DE L'ÉTAT (ALGÉRIE NON COMPRISE). 



RECOUVREMENTS DE L'EXERaCE 1887. 



DOUANES, CONTRIBUTIONS INDIRECTES, SELS, SUCRES ET MONOPOLES. 

Comparaison avec les recouvrements de V exercice 1886, 



DESIGNATION DES RECETTES. 



RECOU. 

VREMENTS 

Ds 1887. 



RECOU- 
VREMENTS 
DB 1886. 



Droits k rimportation (mtrcfaandises divenes) . . 

Droits de statisti(|ne 

Droits de navigation 

Droks diTon et rcoettes acecssaîres. 
Amendes et confîications 



franci. fr«DM. 

DOOANEât (SBLS BT ^UQRBS NON COMPRIS). 



EN PLUS 
i 1887. 



ToTAox 315,683,000 301,108,500 



295,717,000 
6,724.000 
8,152,100 
3,801,900 
1,388,000 



581,978,000 
6,440,000 
7,645,700 
3.839,600 
1,205,200 



Er plus tmx recouvrements de 1887., 



francs. 

13,739,000 

284,000 

506,400 

// 

82,800 



EN MOINS 
l 1887. 



14,612,200 



frtocs. 



57,700 



37,700 



14,574,500^ 



CO.NTRIfiUTIONS INDIRECTES (SELS, S0CRE8 ET MONOPOLES NON COMPRIS). 



Droits / Vins, cidres, poires et hirdromcls 

sur les I Alcools et surta&es des vins alcoolisés. . 

bosasoos. f Bières 

Droit de ào centimes par expédition 

Droits de transport par cbem. de fer (grande vitesse). 
Droits de transport par antres voitures qae les che- 
defer. 



Licences ( boissons et vcnfcnres pnbliqves) . • 

Garantie des matières d*or et aargent 

Timbres de toute espèce 

Cartes à Jouer. 

Amendes et droits rar acquits non rentrés.. 
Drûts divers et recettes à différents titres.. 



Totaux 570,584.000 560,957,500 



144,871,000 
24f>,0H0,00O 

22.309,000 
4.761,000 

87,305,000 

4,960,000 
12.994,000 
4.569,000 
8,«U,000 
2,267,000 
5.789,000 
25.868,000 



147,2-22,800 
238,896,800 

21,665,900 
4,780,000 

86,611.300 

4,915,000 
12.896,000 
4.6-24.000 
8.054.000 
2,301,800 
3,505,200 
24,884.700 



Bif PLUS ans reconvremenls de 1 887 . 



7,183.200 
643.100 

II 
693,700 

45.000 
98.000 

157,000 

2.283,800 
983,300 



2.351,800 



19,000 



55,000 
34,800 



12,08 7,100 2,460.600| 
9^626^507 



SELS ET SUCRES. 



Sels.... 



Sacres^ . 



de douanes. . . . . , •. . , 

de contributions indirectes .' . , 

ooloniavx (douanes) , 

étrangers (douanes) 

indigènes (contributions indirectes). . , 

ToTAOX 



21,986.000 
10.392,000 
24.740,500 
12,451.000 
84,490,000 



154,059,500 



23,006.000 
8,865.000 
25,413,500 
17.218.000 
90,510,000 

l'65iÔ22T500 



En moins aux recouvrements de 1887 . 



1,527.000 



1,527,000 



1,020^000 

673.000 
4,777.000 
6.020,000 



12.490,000 



10,963.000' 



Contiibu* i Allumettes clûmiques. 

tlons j Tabacs 

indirectes. ( Poudres à feu 

Postes ^ 

Tél<^^phoK 

Prooints de diverses exploitations . 



MONOPOLES. 

17,015.000 

369.131,000 

11.836.000 

142,425.400 

31.050,800 

6,401,000 



Totaux 377,859,200 573,375,700 



17,012,000 
368,925,000 

12,967,100 
139.643.300 

29.163,000 
5,665,300 



En pi.os aux recouvrements . 



3.000 
206,000 

2,782,100 

1,887,800 

735,700 



5.614,600 



1,131,100 



1,131.100 



4,483,500^ 



Digitized by VjOOQIC 



— ISO- 
LES REVENUS DE L'ÉTAT. 

JANVIER 1888. 

Les tableaux que la Direction générale de la comptabilité publique a 
insérés dans le Journal officiel du 1 1 février et que nous résumons ci- 
après (pages i5l à i55], font ressortir pour la France les résultats suivants : 

FRANGE. MOIS DE JANVIER. 

Différence en plus par rapport aux évaluations 4«5ia,ooo' 

Différence en plus par rapport à 1887 1 ,246,800 

Les différences que présentent, en France, les produits de janvier 1888 

comparés à ceux de janvier 1887 comportent, de la part des services 

compétents, lea observations suivantes : 

IMPÔT i)B 3 p. 0/0. 
DJminulion de 606,000 francs, portant spécialement sur les recettes effectuées 
à Paris , mais paraissant avoir un caraclèr^ purement accidentel. 

ENREGISTREMENT ET TIMBRE. 

Enregistrement, — Diminution de 2,286,5oo francs, qui s'applique aux droits de 
transmi>sion enire vifs à titre onéreux (907 5oo francs), de mutation par décès 
(i,o65,5oo fraucs) et de transmission de titres de sociétés (453,5oo francs]. Cette 
moîns-vatue porte spécialement sur le département de la Seine. 

Timbre. — Les droits de timbre présentent une légère augmentation. 

DOUANES. 

Sacres. — La consommation avait atteint en janvier 1887 le chiffre exceptionnel 
de 5i,a34i047 kUogrammes. Elle ne s est élevée pendant le même mois de 1888 
qu*à 3^,775,368 kilogrammes. Mais les bonis de renderbent étaient compris dans 
le chiffre de 1887 pour 36,907,810 kilogrammes et ne figurent dans celui de 1888 
que pour 24*092,1 14 kilogrammes; dun autre côté, les sucres de toute sorte ont 
payé une surtaxe de ^o p. 0/0; par suite, les recettes ont présenté dans Tensemble 
une augmentation de 8o3,ooo francs. Les sacres coloniaux y prennent part pour 
5,000 francs, et les sucres étrangers pour 3o5,oco francs^ 

Marchandises diverses. — Diminution de 655tOOa francs. Elle porte sur le café, 
sur les eaux de-vie et esprits de toute sorte, sur les tissus et sur le cacao. 

GONTRIBIJTIONS INDIRECTES. 

Boissons. — Augmentation de 1,1 5 1,000 francs, qui se répartit comme suit: vins 
et cidres, 600,000 francs; alcools, 621,000 fmncs; bières, 3o,oOo francs. Cette 
plus-value parait due aux mesures prises pour la répret^sion de la fraude et à des 
approvisionnements faits en prévision de rétablissement d*une surtaxe sur les alcools. 

Amendes et confiscations. — Augmentation de ^5 1,000 francs. Répression plus 
ferme de la fraude. 

Droits divers. — Augmentation de 345,ooo francs. 

Sucres. — Augmentation de 6 53 ,000 francs résultant de la surtaxe de 10 francs 
établie par la loi du 38 mai 1887. Les perceptions effectuées en douane complètent 
une plus-value de 863,ooo francs. 

Tabacs. — Augmentation de 1 39,000 francs. Jeu des approvisionnements. 

POSTES ET TELEGRAPHES. ^„„. ;5 

Postes. — Augmentation de 67^,000 francs. 

TéUgmphes. — Augm«*nt«lion da i55,8oo francs, portant, eii partie, sur le '( 
produit des réseaux téléphoniques de rËtat, -.— 1' -. — ^^ ^^ -._-. ■_^ , ^ 



Digitized by VjOOQIC 



— 151 — 
BUDGET D& L'IÈTAT (FRANGE BT ILaÉRIE). 

BXBUCICBS 1887 BT 1888. 



RECOUVREMENTS DU DERNfER MOIS CONNU. 



I 



DÉSIGNATION 



Impâto direeti 

Impôt de 3 p. 0/0 

Enregistrement 

Timbre 

Doaanos ( teU et mcres 

non compris^ 

Contribiitions mdîrectet 

(seb, focrei et mono- 
non compris ) . . 



Socres 

Tabacs 

AHumettes, poudres, etc. 
Poètes et télëgnphes . . . 
Domaine non forestier. . 

Foc6to 

Produils divers.. ...... 

Ressources exception- 
nelles 

Recettes 4erdre < * 



Totaux po«r la France 



Impôts directs. . . . . j . . . 

Impôt de 3 p. 0/0 

bnregistremiunt 

Timbre.. 

Douanes. 

GontributioQs diverses. . 

Tabacs 

Poudres 

Postes et télégraphes. . . 
Domaine non forestier. . 

Forêts. 

Produits divers 

Recettes d*ordt« 



Totaux pour f Algérie 

Totaux «ÉiiéRAOx. 
(France et Algérie.) 



RBCOO. 
VREMENTS 

■rvECTois^ 



ÉVALUA- 
TIONS 

Ll HOlè. 



RB009. 

VREMENTS 
^ coaaMroiDAiTs 

i'aonée pr^édsnto 



francs. fraaes. frtacf. 

FRANCS. (JUmvie* ^Mft.} 



DIFFERENCES 



PAi BArroar 

•ttX 

•viJvatioB*. 



fnnes. 



pAasAproaT 

k l'aïuiie 
pricédeato. 



francs. 



10,878,500 
ft4, 110,500 
16.359,500 

ââ,023,000 



40,337,000 

2,091,000 

6,^85,000 

39,361,000 

949,700 

11.826,000 

1,085,500 

800,600 

443,500 



1,417,600 



188.067,400 



10,545,500 
43,004,000 
16,533,500 

22,649,300 



39,855,000 

1,864,000 

4.326.000 

29,924.000 

1,028,200 

10,841,800 

876,000 

771,500 

318,000 



1,018,700 



183,555,400 



11,484.500 
46,397,000 
16,222.500 

22,662.000 



38.432,000 

1,854,000 

5,622,000 

29.-222,000 

935,200 

10,992,200 

876.000 

• 771,500 

318.000 

13,000 
1,018,700 



186,820.600 



4- 333,000 
+ 1.106.500 

— 274.000 

— 627.200 



+ 482,000 

+ 227,000 
4-2,159,000 

— 563.000 

— 78.500 
+ 984.200 
+ 209.500 
+ 29.100 
+ 125.500 



+ 398,900 



+ 4,512.000 



— 606.000 
—2.286,500 
+ 37,000 

— 640,000 



+ 1.905,000 



237,000 
863,000 
139,000 

14.500 
833.800 
209,500 

29,100 
125,500 



— 13,000 
4. 398,900 



4-1,246.800 



ALGÉRIE. (Membre i887.)(> 



4.S32.90O 

500 

332,000 

383,500 

944,000 

275,700 

39,200 

71,400 

464,100 

458.000 

224.500 

.m 



w. 



7,415.800 



S,949,500 

4,500 

351,000 

587,500 

880,000 

288,300 

45,700 

80,700 

519,000 

378,500 

279,200. 

_(«) 



7,163,900 



4,176,100 

9,000 

322,000 

367,500 

1,110,000 

284,700 

40.900 

86.600 

503,500 

390,000 

.338,000 



7,628,300 



373^00 

4,000 

19,000 

4,000 

64,000 

12,600 

6,500 

9,300 

04.000 

79.500 

64.700 



4- 261.000 



46.800 

8,500 

10,000 

16,000 

166,000 

9,000 

1,700 

15,200 

39,400 

68,000 

113,500 



— 212,500 



196.483.200 1 190,719,300 



194,448,9001 4- <i«763,900 



4- 1,034,300 



(*} Y compris 1«9 drotU eoii»Ut<a aa 3i âktmhrt 1887 i recovvrar en 1888. 
O Voir 1« nota qnî précède ie tablean de Ivpeg* i45. 



Digitized by VjOOQIC 



— 152 — 
BUDOBT lyE L'ÉTAT (AL6ÉRI8 NON GOMPRISl). 



aEGOUVREMENTS DE JANVIER 1888. 



EHHEGISTilEMRHT RT TINBRS, 

Comparaison avec les évaluations budgétaires. 






DESIGNATION DES RECETTES. 



REœUVRE- 
MENTS. 



franei. 



ÉVALUA- 
TIONS. 



EN PLUS 
aux 

«BCÔUTRI- 

Hftvr». 



EN MOINS 

ncODTKB- 



ENREGISTREMENT. 



Traotmissioûs entre vi& i titre onéreux 

Tran!iini«sion« entre vUà à titre gnitait. 

Mutations par d^cès 

Baux et antichrèses 

Adjudications et marches, obligations, cautionne- 
ments et libérations. 

Cood..iniiatioos , coUocations ot liquidations 

Droits fixes proprement dits 

Droits fixes gradué.* i 

Droits et demi-droits en sus 

Droits de grelFe. 

Droits d*bypothèques 

Amendc5 

Assurances maritimes 

Transmissions de litres de sociétés 

Perceptions diverses 



Totaux. 



12,0«)2,000 

1,883,500 

11,3»» 1,000 

697,500 

3,047.000 
307,000 

3,074,500 
979,000 
3 J 5,500 
680.000 
457,fî00 
lO^i.OOO 
59,500 

8.96û,000 
f|8,500 



44,110,500 



rraae». 



12,300,000 

1,787,500 

10,821,000 

726,000 

3,164,000 
344,500 

3,006,500 
943,000 
236,000 
6ii8,000 
hkb,500 
102,000 
62,500 

8,385,500 
32.000 



'13,004.000 



Er plus oux recouvrrments. 



francs. 



96,000 
520,000 



22,500 

68,000 

36.000 

79,500 

32,000 

12,000 

2,000 

t* 

578.500 

16,500 



frtocs. . 



908.000 



28,500 
117,000 



3,000 



1,463,000 356 .500 
Tîoft.SOÔ*" 



tlMUOU 



d« 

Timbre débité..] spécial ( Connaissements.... 

(mobile) ( Afficbes 

Actions et obligations 

Polices d assurances, bordereaux, 

affiches, connaissements, etc. 

et passeports 



Timbre extnor- i 
dinaire et visa, i 

DroiU d'affichage < 

Permis de chasse. 

Timbre débité i 

noniujet auxj 

décimes ( 



Timbre eztraor-l 
dinaire et visa < 



proportionnel (effets, etc.) .... 

spécial (quittances, reçus et 

chèques) 

i Rentes des gouv. étr. 
Crédit fonoer (obi.). 
EOeU. warranta, etc. 
PoHces d'assaranoes , abonnem*'. 
spécial (lelt. de voit. , récépissés}. 

Timbre aux anciens tarifs 

Marques de fabrique 

Totaux 



4,732,000 

105,500 

84,000 

4,483,500 


4,670,500 
99,500 
70,500 

4,494,500 


441,000 

5,500 

102,000 

983,000 


445,000 

/I.500 

251,500 

9R5,500 


1,431,500 

103,500 

•78,000 

977,500 

92,500 

2.636,500 


1,440,000 
69,500 
55,000 

1,086,000 
59,500 

2,709,500 


3,500 


2,500 


16.259,500 


16,533,500 



Eif MOINS aux recouvrements. 



61,500 

6,000 

13,500 



1.000 

M 

34.000 
23,000 

1/ 
33,000 

•I 

1,000 



173.000 



11,000 

4,000 

149,500 
2.500 

8,500 

tr 

108,500 

163.000 



447,000 



274,000* 



Digitized by VjOOQIC 



— 153 ~ 
BDI>GET DE L'ÉTAT (FRANCE ET ALGÉRIE). 



RECOUVREMENTS DE JANVIER 1888. 



DOUiHBS, CONTRIBUTIONS INDmR€Te», SBL8, SOCRBS BT MONOPOLES. 

Comparaison avec les évaluations budgétaires. 



DÉSIGNATION DES RECETTES. 



RECOU- 
VREMENTS. 



fraoet. 



EVALUA- 
TIONS. 



fnocs. 



EN PLUS 



Drcûts à rîmportation (marchandlies diverses.]. 

Droits de tbtisticrae 

Drwts de navigation 

Droits divers et recettes accessoires . 
Aneadcs et cooiiscatioDS 



DOUANES (sels ET SUCRES NON COMPRIS). 



Totaux 22,022,000 22,649,200 



20,802,0)0 

380,000 

577,000 

190,000 

73,000 



21,402,500 

352,000 

551,200 

303,700 

30<800 



Eh MoiHf aux recouvrements. 



frtBM. 



28.000 
25,80J 

33,200 



EN MOINS 



fraoei. 

600,500 

II 

II 
113,700 



87,000 714,200 
"72735? 



CONTRIBUTIONS INDIRECTES (SKLS, SUCRES BT MONOPOLES NON COMPRIS ) 



Droits l Vins, cidres, poirés et hydromels, 
sur les I Alooob et surtaxes de vins alcoolisés . . 

boissons. ( Bièrei 

Droit de ko centimes par expédition 

Droit de transport par chem. de fer (grande vitesse) 
Droits de transport par antres voitures que les che- 
mins de fer 

Ucenœs (boissons et voitnres publiques] 

Garantie des matières d'or et aargent 

; Timbres de toute espèce. 

Cartes à jouer. 

Amendes et droits sur acquits non rentrés. 

Antres droits divers et recettes à différents titres. . 



ToTAox 40,337,000 39,855.000 



10,645,000 

21,283,000 

1,530,000 

679,000 

172,000 

7,000 

276,000 

2,519,000 

317,000 

49,000 

506,000 

2,354,000 



10,957.000 

20,986,000 

1,468.000 

846,000 

172,000 

7.000 

282,000 

2,417,000 

299,000 

57.000 

274,000 

2.090,000 



E«i PLUS aux recouvrements. 



«97,000 
62.000 



109,000 

18.000 

232,000 
264,000 



312,000 



167,000 



6.000 



8,000 



975,000 493,000 
"482^000^ 



SBLS ET SUCRB8. 



9CiS» ... 

Sncvea.. 



de douanes 

de contributions indirectes 

coloniaux (douanes] 

ëtfangers( douanes) 

indigèoes (contributtoos indirectes) . 



ToTâOX*. 



1,105.000 
986.000 

1,417»000 
760,0110 

4*308,000 



8.576,000 



1.073,000 
791,000 

1,191,000 
999,000 

2,136.000 



6,190.000 



Eh PL08 aux recouvrements. 



32,000 
195,000 
226.000 

2,172,000 



2,625,(K)0 



239,000 



239.000 



2.386,000* 



Contnbo- ( Allumettes cbimiqnes. . 

tiens J Tabacs. 

Indirectes ( Poudres à fed 

l'ojles. 

Tél^pbee 

Prodoits de diverses exploitations • . 

Totaux 



MONOPOLES. 



1/ 


II 


29,361.000 


29,924,000 


926,000 


973,000 


9.457.000 


8.699,700 


3,369.000 


2,142,100 


23,700 


55,200 


42.136.700 


41,794,000 



- Er plus aux rccouvrem ents.. 



757,300 
22 6,900 



984,200 



563.000 
47,000 



31,500 



641,500 



342,700* 



Digitized by VjOOQIC 



— 154 — 
BUDGET DE L'ÉTAT (LLGHiE NON GOMPSISK)* 



RECOUVREMENTS DE JANVIER 1888. 



SMRKOISTBBMKMT £T TUIBIUV» 

Comparaison avec les recouvrements iê Janvier 1987. 



DÉSIGNATION DES RECETTES. 



REOOU- 

VREMENTS 

Di x8S8. 



frues. 



REGOO- 
VREMENTS 

Dl 1887. 



BHRBGISTREMBlfT. 



TrmiMmîfnoDS entre TÎfa i titre ooérenx 

Trammûsions entre vifs à titre gratoit 

Natations par décès 

Baux et aotichrèses • «...«.•.. 

AdjadicatioDs et marchés, obligations, cautiooiio- 

ments, libérations. • . . • 

Condamnatîoiis, collocationa et Nquidatione 

Droits fixes proprement dits. 

Droits fixes gradués 

Droits et deQifr<droits en •«• 

Droits de grcfTc 

Droite d'bypotbèqnes . . . • • 

Amendes 

Assurances maritimes 

Transmissions de titres de sociétés. . . , 

Peroeptiona direviet 



ToTfUl. 



12,092,000 

1,883,500 

11.341,000 

697.500 

3,047,000 
367,000 

3,074,500 
979.000 
315.500 
680,000 
457,500 
104.000 
59,500 

8.964,000 
48,500 



fnam. 



12,999,500 

1,859,500 

12, '106,500 

713,500 

3,201,000 
345,000 

3,022,500 
849,500 
244,000 
661.000 
476.000 
103,500 
60,500 

9,417.500 
37,500 



EN PLUS 

1 xsaa. 



EN MOINS 



.110.500 46,397.000 



£■ MOINS aux reoouTreinents de 1888. 



34.000 



22,000 

52,000 

129,500 

71.500 

19,000 

» 

500 

n 

11,000 



329,500 



907,500 

M 

1,065,500 
16,000 

154,000 



18,500 

1,600 
453,500 



2.616,000 



2.286,500' 



TIMBRE. 



Timbre débité.. 

Timbre extraor-| 
dinaireetvisa. i 

Droits d'affichage 
l^crmts €w citasse 
Timbre débité/ 
non sujet auxj 



Timbsc extraoi^ ' 
dinaire et visa 



de dimension. • •••••••.•••*• 

spécial ( Connaissemoita.. . . 

(mobile){ AlÇches 

Actions et obligations. ....... 

Polices d'assurances, bofdercaux, 

atScbap , eonnaissements , etc . 

et passeports. • ••.••••• 

proportionnel (effets, etc.] .... 

spécial (quittances, reçus et 

cuci|uea)* .•••••««•«••••• 

nmnnr ( Rentes des gouv. étr. 

SSS; ÇrtdiHb«Ser(obl.). 

{ Eitets. warrants, etc. 

Pdiccs d'assurances, abonuem**. 

spécial (lelt. de voit, récépissés). 

Timbre aux anciens tarifs 

Marques de fabrique 

T0T40X 



4,792,000 

105,500 

8^,000 

4,483,500 


4,«»9,000 

112.500 

73,000 

4,576,000 


441,000 

5,500 

102,000 

^83,000 


476,000 

5,000 

239,500 

1.009,000 


1,431,500 
103,500 

• 78,000 

977,500 

92,500 

2.636,500 


1,431,500 

193,000 

55,000 

1.006.500 
103.500 

2.275,500 


3,500 


4,500 


16,259,500 


16,222,500 



Er plus aux reoou>Temonta d» i888.. 



70,000 

M 

u.uoo 

tl 

u 

500 
II 

m 
il 

23,000 
II 
II 
361,000 



7,000 

92,500 

35.000 

137,500 
26,000 

w 

89.500 

20.000 
11.000 



1,000 




Digitized by VjOOQIC 



— 1&5 — 
BUDGET DE rÉTA T (ALGÉ RIE NON COMPBISE). 

RECOUVREMENTS DE JANVIER 1888. 



douaubs, cohtbibutiohs indirectes, sels, sucres et monopoles. 
ComparaUan avec les recouvrements de Janvier 1887. 



DÉSIGNATION DES RECETTES. 



RBGOU. 

VREMETSTS 

M 1888. 



franc*. 



RECOU- 
VREMENTS 

M 1887. 



tnuet. 



EN PLUS 
i 1888. 



Droit* à rimportatioB ( marcbaodises divenes). 

Droits de sUlistique 

Droiti de navigation 

Droit» divers et recettes accessoires. 
Amendes et coofisoatioDs 



DOUANES (SBLS ET SUCRES NOM COMPRIS) 



Totaux 22.022,000 22,662.000 



20.802,000 

3S0.000 

577,000 

190.000 

73,000 



21,457,000 

378,000 

560.800 

216,200 

50,000 



En moins anx reoouvremrnt^ de 1888. 



fr«oc«. 



2.000 
16.200 

23.000 



EN MOINS 
i 1888. 



fraoc» 

655,000 

u 
26,200 



dl.aOO 681.200 
640,000 



CONTRIBUTIONS INDIRECTES (SELS, SUCRBS ET MONOPOLES NON COMPRIs). 



Droits I Vùu, cidres, ^irés, hyrlromeis. . 
les < Alcools et s vlaxes des vii 



snr les j Alcools et s vlaxes des vins alcoolisés . 

boissons. ( Bières 

Drok de ào cent, par expédition 

DroiU de transport par cbem. de fer (grande titesse). 
Droits de transport par antres voitures qne les che- 

flùas de fer , 

Licenees (boissons et voitores pnbtiqnes) 

Garantie des matières d'or et d'argent 

Timbres de tonte espèce 

Cartes à joner ; 

Anmdes et droits au «oqidts non rentrés 

Antres droite et recettes è diiTérenU titres 



Totaux , 40,337.000 38,432,000 



10.645,000 

21.283.000 

1,530,000 

679.000 

172,000 

7,000 

276.000 

2,519,000 

317.000 

49,000 

506,000 

2,354,000 



10.045,000 

20,762.000 

1,500.000 

665.000 

172,000 

6.000 

264.000 

2,401,000 

299,000 

54,000 

256,000 

2,009.000 



Eh puis aux reconvrements de 1 888. . 



600,000 

521.000 

30,000 

1^1.000 



1,000 

12»000 

118.000 

18,000 

251.000 
345,000 



5,000 



1.91 0.000 5,000 

TSÔ^OOO* 



Sels. 



Ide douanes 
de contributions indirectes. 



Sncrei. 



I coloniaux (douanes) 
étrangers f douanes) 
indi gè n es [ contributions indirectes) . 

Totaux ;.. 



SELS ET SCCRBS. 

1,105,000 
986,000 

1,417,000 

760,000 

4.308,000 



8,576,000 



864.000 
990.000 

1,412,000 

555.000 

3.655.000 



7,476,000 



En plus aux recouvremonts de 1888. 



241.000 
il 

5.000 
205,000 
653.000 



4*000 



1,10 4,000 ^4.000 

Tîoo.ooo' 



Contribu- I Allumettes diimicpies. 

tions I Tabacs 

indirectes. ( Poudres à feu 

Postes 

Téléfçnphea 

Produits de diverses exploitations.. 

Totaux 



MONOPOLES. 



29.361.000 

926.000 

9,457.000 

2,369,000 

23,700 



42,136,700 



29,222,000 

880.000 

8,779,000 

2,213.200 

55,200 



41,149,400 



Etf PLUS aux recouvrements de 18^8.. 



139,000 

46,000 

678.000 

155,800 



31.500 



1,018,800 31.500 
987^300' 



Digitized by VjOOQIC 



— 156 — 

DIRECTION GÉNÉRALE DES CONTRIBUTIONS DIRECTES. 

L'ÉVALUATION DES PROPRIÉTÉS bATIBS^^ 

irXT DBS OPÉRATIONS AU 1*' FEVRIER 1888. 



DEPARTEMENTS. 



Ain 

AUiic 

Allier 

Alpes (Basses-}.. . . 
AlfHss (Haute»-)... 
Al{K*s-Marilîaicd. . . 

Ardèdie 

Artlcanes 

Aricge 

Aube 

Aode 

Aveyron 

BoucbeB-du-Rbône. 

Calvados 

Gantai 

Charente 

Charente-Inférieure 

Cher 

Corrèzc 

Corse 

Côtwi'Or 

C6ies-du-Nord.... 

Creuse 

Dordognc 

Dottbs 

Drôme 

Eure 

Eure^t-I.oir 

Finistère 

Gard 

Garonne (Haute-) . 

Grrs 

Gironde 

Hérault 

[lle-et- Vilaine 

Indre 

Indre-et-Loire. ... 

Isère 

Jura 

Landes 

l^ret-Cher 

I^ire 

Loire (Haute-)... . 
Loire-Inférionre • . . 
Loiret. • • • 



S ê ^ 

if! 



177 

395 

61 

57 

7/1 

l'il 

\y^ 

138 

51 

(|2 

218 

53 

131 

147 

102 

53 

82 

200 

101 

09 

150 

320 

50 

185 

129 

68 

143 

2-21 

151 

153 

71 

124 

50 

82 

174 

180 

61 

87 

81 

53 

42 

123 



-S 

S -si 
s ri 



RAPPORT 

DU ROHDBB 

det pDprictcs 

ao nombre total 

den propriétés 
du deportsmont 



33,988 
80.293 
'20.795 
19.877 
ll>,829 
17.085 
23,837 
38,102 
23,359 
35.779 
22,722 
24 843 
24,904 
43,038 
12,494 
39,245 
55,826 
38.715 
14,872 
10,619 
35,834 
45,209 
16,521 
40,202 
26,057 
22,889 
40,n35> 
24,827 
32,282 
33,965 
44,098 
36,430 
65,099 
20,647 
52,459 
26,078 
30,503 
50,771 
21.990 
15,014 
15,608 
36,020 
16,'j49 
40,337 
27,143 



p. 0/0. 

3-2 
49 
21 
35 
34 
26 
24 
41 
32 
46 
27 
23 
21 
26 
22 
30 
32 
47 
22 
12 
32 
27 
24 
27 
41 
23 
31 
27 
26 
29 
33 
38 
31 
17 
32 
32 
25 
31 
29 
22 
19 
31 
20 
26 
2Q 



DÉPARTEMENTS. 



Lot 

Lot-et-Garonne. . . . 

Lozère 

Maine-et-Loire. . . . 

Manche 

Marne 

Marne (Haute-)... 

Mayenne 

Menrtlic-ct-Moselle 

Meuse 

Morbihan 

Nièvre 

Noid 

Oise 

Orne 

Pas-de-Calais 

Puy-de-Dôme 

Pyiiéoées (Basses.). 
lyénëes (Hautes-) 
Pyrénéfs-OtiMtdes 
Terrif de Belfort. 

Rhône 

Saône (Haute-)... 
Saône-et-Loire .... 

Sarthe 

Savoie 

Savoie (Haute-).. 

Seine 

Seine-lnf^ricurc . . . 
Seine-et-Marne. . . . 

Scinc-et-Oisc 

Sèvres (Deux-).... 

Somme 

Tarn 

Tam-et-Garonne. . 

Var 

Vauduse 

Vendée 

Vienne 

Vienne (Hante-)... 

Vosges 

Yonne. 



Totaux et uotbnrb 



■ S « 

m 

J! Su 



101 

73 

29 

146 

124 

272 

202 

81 

313 

270 

50 

100 

129 

192 

98 

310 

J09 

149 

205 

62 

63 

62 

248 

129 

91 

102 

79 

19 

200 

173 

184 

82 

322 

67 

59 

30 

40 

84 

108 

92 

2''0 

185 



11,290 



2 à. 5 



33.894 
38,639 
7,9'i9 
44,263 
34,011 
40,830 
29,856 
30,902 
37,153 
39,821 
24,976 
24,118 
94,153 
37,151 
25,329 
50,893 
41.067 
31,338 
20,669 
9,847 
6,109 
36,433 
34,158 
42,708 
39,719 
21,584 
17,424 
17,980 
46,391 
39,114 
50,857 
31,171 
80,136 
17,469 
19,836 
17,197 
24,707 
32,830 
43,555 
26.0)9 
43.775 
45,010 



2.841,8-23 



KAPPORT 

»0 WOHSBB 

de« propriÂl«9 

•a noiobro total 

d*» pn^ri^t 

du departMDvnt 



p. 0/0, 

38 
34 
21 
29 
20 
kl 
37 
32 
42 
47 
20 
35 
28 
29 
17 
27 
24 
33 
34 
18 
55 
33 
40 
27 
26 
29 
23 
12 
24 
36 
35 
32 
47 
18 
38 
16 
28 
28 
41 
37 
46 
39 



29.5 



(^) On a fait Ggurer dans la cnionne 3, non seulement lea propriétés que comprennetit les 
communes oà le travail d'évaluation est complètement terminé, mais aussi celles qui se trouvent 
évaluées d«nf les villes inportantes où lopération doit se prolonger pendant plusieurs moi*^ 



Digitized by VjOOQIC 



— iw; — 
L'ENQUÊTE AGRICOLE DE 1882. 

SITUATION GÉNÉRALE. — VALEUR DU SOL. — SALAIRES. 

Le Ministère de Tagriôaltarè vient enfin de faire connaître les résultats 
généraux de la grande enquête agricole de 1882 , dite enquête décennale, parce 
qu*k vingt ans de dislance elle reprend la suitedes enquêtes de iSdOv 1862 et 
1862. La publication se compose d'un volume de 760 pages environ et d*uD 
atlas de 20 cartes; le volume et Tatlas sont du même format et les lecteurs 
sauront gré à TAdministration d'avoir renoncé cette fois aux lourds in-quarto 
des enquêtes antérieures. 

Cinq années et plus s'étant écoulées depuis 18812, on nous dispensera d'in*- 
sister sur les parties de Tenquête qui ont trait à des faits susceptibles de varier 
notablement d'une année à l'autre^ tels que réeoètes, prix, existences ani- 
males, consommations . . . Mais il y a dans TécoBomie rurale d'un pays des 
éléments qui ne se modifient que lentement et que leur importance écono- 
mique nous fait un devoir de ne pas négliger ici. Nous aurons donc à re- 
produire, en les abrégeant, quelques parties du volume qui vient de paraître. 

Commençons, par les pages 4oi et suivantes, qui résument «les grandes 
lignes structurales de Tindustrie agricole de la France ». 

SITUATION GÉNÉRALE DE L'AGRICULTURE FRANÇAISE. 
A* — Miuitloa tm i8M. 

I. CAPITAL FONCIER. 

minions 

Valeur de la propriété foncière non bâtie 91, 564 

II. — CAPITAL ITBIJPLOITATION (bL^MSNTS PRINCIPAUX)» 

Valeur du cheptel vivant (aniisMiK de ferme) ^«77^ 

Valeur du matérid, instruments, machina, ofotils (étaluation) ^*^ 1 ,3g5 f At^/r^ 

Valeur des semences 537 ' * ' 

Valeur du fumier 838 

UI. -~ CHAAGBS PRINGIPALKS DE LA CULTURE. 

Impôt foncier, principal 11g 

Impôt foncier, centimes additionnels 1 1 g 

Prestations 59 

Impôts indirects, part de la cullure [évaluation) 3oo 

Loyer de la terre ^revenu foncier] « 3,645 



Intérêt à 5 p. o/o du capital d'exploitation 4^7 

Rémunérations, gages et salaires du personnel agricole (chefs 

d'exploitation et salariés) 4*150 

Vdeur du travail effectué par les animaux de ferme pour la 

euHare 3,017 



(^) io fjrancs par hectare eoltivé, moins kx bois. 

BULL. DE STAT. 



lO,836 



Digitized by VjOOQIC 



— 168 — 

IV. PRODUIT BRUT DB L*EXPLOITATION DU SOL. 

i' Production végéUile, 

aiOloat de fnac*. 

Céréales, grains. . , , « , , À,o8i 

Céréales, paille 1^394 

Pommes déterre 6A8 

Grains alimentaires autres que les céréales i4S 

Fourrages annuels et prairies artificieties i ,365 

Produits des prairies naturelles et pâtures i,o36 > ] i,5oa 

Produits des cultures industrielles 558 

Produits des vignes 1 1I 3? 

Produits des jardins maraichers 90a 

Produits des oliviers, noyers, cultures arborescentes 199 

Produitsdes bois et forêts • • . . , , 334 

2* Production animale. 

Chevaux, mulets, àaes (évaluation des aoimaus veodua) ... So 

Animaux de boucKerie • . « . ^ 1 .634 

Lait. , • . « i»i57 

Laine « , . 77 

Volailles , lapins , 1 80 l » , ûa 

OEufe........... i3. > 7.tM 

Cocons de vers à soie 4i 

Miel et cire ao 

Travail des animaux de trait 3,oi 7 

Fumier ^ 838 



Total général de la prodlfctiavi brute de f exploitation du sol. . . 1 8,685 

A déduire: 
i"" Lee aemences qui, faisant partie du capital d*exploilation, 

•pnt reconstituées chaque année '..,••,.,»•« 536 

a** Le fumier (idem) 838 

3" Les pailles, fourrages et graine consommés par les ani'- \ 5,aa4 

maux servent à produire la viande, te lait, le ietae tk \b: 

travail des exploitations agricoles eb q«i*on ne Baurait comp* 

ter deux fois [évaluation) 3,85o 

Reste cooune produit brut réel en 188a i3,46i 

Ce produit brut correspond à un rendement de sS& francs par hectare do terri- 
toire et k 387 francs par nectare cnltivé, déduction faite de la part afférenie aux 
bob et forêts ; il répond à i,q48 francs de produit par cvdlivatenr et à 357 ^^^<^ 
par tète de la population totale. 

niiilv»nB de iiranes. 

Si de la production brute totale i346i 

on retranche les charges principales de ^ culture '. , io,836 

on trouve comme différence ,,.,«,..,... a%6si5 

En évaluant les frais généraux et autres charges non dénom- 
mées ci-dessus (^) (évaluation) à • • . ^ }t470 

il resterait une somme nette de i,i55 



<^) Ao francs par hectare cultivé , 8 francs par hectare de bai** 



Digitized by VjOOQIC 



-^ 159 — 

Grâce à Tesprit d'ordre et d'économie qui caractérise la olajse des paysans £pan« 
çais, une grande partie de cette somme et une portion notable dea salaires passent 
à Tétat (f épargne et constituent pour ia France ces précieuses ressources qui sont 
un des gages les plus sàrs de son crédit et de sa puissance financière. 

M* — Com^fÊoewâmom mwttc le yaé 

Les relevés effectués par le Ministre des finances en i85i sur le revenu fonder et 
eD iSSapar le Ministre de l'agriculture surla statistique agricole permettentde faire 
d'intéressants rapprochements entre cette époque et celle que noas considérons. 



1852. 



1882. 



milUom de frtocs. millMo» de frtacs. 



1. Capital foncier 

IL Capital d*exploitation ^'^ : 
Valeur des animaux domestiques . 



61,189 

a,84o 
436 



g 1,584 

6.775 
5^7 



DiFpéaxirci. 

milUoiu d« fir«oe«. 
30,395 

2,935 
101 



Q,645 

i3,46i 

1,948 



III. Charges de la culture ^^: 

Impôt foncier prindpal 117 

Centimes additionnels 74 

Prestations 38 ^ 

Lojer de la terre (revenu foncier). 1,824 

IV. Production brute annuelle.. 8,061 ^^ 
Produits bruts par 1 ,000 eu) tivateurs 1 ,066 ^*^ 

Il résulte de là qu'en trente ans la valeur du capital foncier 

iurait augmenté de •«...•• 

La valeur des animaux domestiques, de 

Celle des semences, de « 

Les impôts fonciera, prestations , etc. , de 

On constate enfin que le loyer des teires aurait haussé de 

El le produit brut de l'exploitation du sol, de , • . 

Le produit brut a donc augmenté ptns que te capftar foncier, le fejer dev teiies 
et les charges générales de la culture, la hausse des salaires ne devant pas dépasser 
d'autre part 45 p. 0/0. 

La puissance productive du travailleur agricole (chefs d'exploitation et salariés) 
s'est accrue dans de plus fortes proportions encore (82.7 p. 0/0), puisqu'^le s*est 
élevée par tète de cultivateur de 1,066 francs à 1,048 francs. 

Ce sont là des signes certains de Timportance des améliorations réalisées par les 
agriculteurs. Ces résvhats sont dua à Ténergique activité denoe «ultiMitenrB, «a 
zàe déployé par les associations agricoles, à la diffusion du progrès etf pour une 



a 

4& 

21 

821 

5,4oo 
882 

46.80 p. o/a 
io3.34 — 
a3.i6 — 

45.02 — 
59.00 "m- 



^') CUffires comparablei dans les eaqnétes. 

^ Moyenne de la période quinquennale de i85a à i856. 

^^ Production végétale (semence déduite], 5,30i milGons. Production animale (y compris 
cocons « Œ06 et volâmes), a,S6o millions. 

^ Le nombre des travailleurs amcoles (chefs d'exploitations et salariés) était en tSSs 
^ 7.560,000 et de 6,913,000 en 1082. 

« 11. 



Digitized by VjOOQIC 



— 160 — 

certaine part, aux encouragements de fÉtat qui se sont élevés de 6,64&,07i francs 
en i852, à i5,386,&a5 francs en 188& <'). 

Cependant tout ce que Tagriculture française peut réaliser est loin d'être finit; 
nous avons montré dans les pages qui précèdent combien est encore vaste la c«r- 
ricre ouverte au progrès el nous avons fait entrevoir à quel chiffre considérable la 
production agricole de la France pourrait s'élever, quand l'enseignement profes- 
sionnel, pénétrant jusque dans les couches profondes de notre démocratie rurale , 
aura renau possible et facile une plus large application des découvertes et des mé- 
thodes scientifiques à l'exploitation du sol national. 

L'impulsion est donnée de toutes parts: les résultats obtenus pendant ces der- 
nières années sont un encouragement pour le présent en même temps qu'un sujet 
des plus légitimes espérances pour l'avenir de l'agriculture française; ils inspirent 
pleine contiance en sa force pour traverser victorieusement la crise qu^elle subit 
depuis quelque temps et atteindre une ère nouvelle de prospérité. 

VALEUR DO SOL. 

En ce qui concerne la valeur des terres, le Ministère de ragriculture 
reproduit les résultats de la noavelk évaluation du revenu de la propriété non 
bâtie effectuée par rAdministration des contributions directes en 1879*1881 (^-^ 
et en rapproche les chiffres fournis par Tenquéte de 1882. 

Voici d'abord ta comparaison des valeurs vénales. 

Valeur vénale moyenne de Vhectare de terre. 



NATURE 

»■• COLTUKIt. 


ENQUÊTE AGRICOLE DE 1882. 


ENQUÊTE 

riNASClBBB 
d« 1879-1881.' 

Moyiaiics 


l" CLAtSK. 


a* CLASSE. 


8* CLASSI. 


ér CLASSI. 


5^ CLASSE. 


Terres labourables 

Prés et berbages. 

ViirDes....T: 


fr«n«s. 
4.467 

3,818 
1,569 
2,330 


francs. 
2,644 
3,374 
3,003 
l,20a 
1,836 


francs. 
1,863 
2,511 
2.251 
047 
1,433 


frcDcs. 

1.289 
1,838 
1,646 
725 
1,116 


frcDCs. 

826 
1,218 

1,118 
509 
762 


2,197.43 

2.960.92 

2,968.24 

745.13 

il 


R^ Taillis 

^^••- Futaies 



Oa voit que révaluation moyenne de 1879-1881 se trouve toujours comprise 



(0 Voici, pour les encoarageaients de TÉtat, les dépenses réglées aux budgets de i853, 
1869 et i$85: 

1853 1869 1885 

Sirvices vétérinaireft 698489' 656^^0^' 1.584T78' 

Hwa» 3,25o,5io A,i33,234 5,718,310. 

Agriculture (enseigaement agricole et encoura- 
gements) 1,796,072 3,397,306 8,083,638 

6,645,071 8,186,64 s 1 5,386,426 

Ces dépenses comprennent la dotation de renseignement agricole, savoir : 1,377,1 90 francs 
en i853, 1,239,282 en 1869 et 2,156,219 en i885. 

W Voiries Bulletins de février, mars, avril, mai, juin i883, pages 129, 283, 419, 676 
et 685. 



Digitized by VjOOQIC 



— 161 — 

eotfe celles que Tenquète de i8Sa assigne ^x terres de 2* et de .V classes, excepté 
pour les bois taillis. 

Rappelons que iAdiniDistraUon des contributions directes, en 1879-1881, fai- 
sait ressortir à un peu plus de gi milliards 1/2 la valeur totale de la propriété non 
bâtie, savoir : terrains de qualité supérieure, 8,839 ™iUions; terres labourables, 
57,5i5; prés et herbages, i4.8oo; vignes, 6,888; bois et forêts, 6,287; landes, 
etc., 1,396; cidtiires non dénommées, 901. Étant donnée la superficie toiale impo- 
jaUe,la valeur moyenne de rhectare ressortait d*une manière générale à i ,8.^0 Gs^ancs 

Le prix du fermage a été relevé par les commissions cantonales pour les terrea 
labourables, les prés et herbages et les vignes, classés en cinq catégories par valeur 
décroissante, et le tableau suivant rapproche les résultats ainsi obtenus de ceux de 
l'évaluation du revenu net imposable en 1879-1881 : 



Prix de fermage et revenu impoêoble de rheetare de terre. 


NATURE 


PHIX DE FERMAGE EN 1882. 


REVENU 

nr 
impeaaKle. 


1" 
eaUgoria. 


a* 

eaUgoria. 


3- 
caUgorift. 


A* 
«alégorit. 


6« 
eaUgoria. 


Tenet labourables 

Prëa et herbages ...... . 

Vîmes 


franca. 

\Oli 
151 
158 


francs. 

80 
ISO 
120 


69 

91 

100 


franaa. 

68 
74 


franca. 

33 
50 
5A 


fr. c. 

56 n 

96 67 
139 95 











On voit que le revenu net imposable se rapproche, poiirles terres labourables et 
les prés, du taux de fermage de la 3* catégorie. U R*en est pas. de même pour les 
vignes, par ce motif qu un grand nombre de crus, parmi les plus riches, ne se 
donnent pas à ferme. 

SALAIRES ET GAGES. 

Les salaires journaliers des ouvriers agricoles , tels que les a relevés Tenquéte 
de 1882 , donnent les moyennes suivantes : 

Salaires des journaliers agricoles. 



CATEGORIES. 



Hoaimes. 
Femmes. 
Enfanta.. 



OUVRIERS NOURRIS 

BN BTé. 



BU HITBB. 



fr. a. 

1 31 
79 
52 



fr. e. 

1 98 
1 \k 
Ik 



OUVRIERS NON NOURRIS 

BN ili. 



fr. «. 

1 (l2 
9k 



fr. c. 

3 n 

1 87 
1 31 



Les gages annuels des domestiques logés et nourris dans la ferme s'échelonnent 
ainsi, suivant la nature de leurs occupations : m aï 1res- valets , 465 francs; laboureurs, 
chorretiers, 3a4; bouviors de plus de 16 ans, a8g; bergers de plus de 16 ans, 290; 
ouvriers fromagers, 43 1; autres domestiques de ferme, de plus de 16 ans, 296; 
de moins de 16 ans, i4o; servantes de ferme, a35. 

Nous n'avons reproduit ici que les moyennes générales : le volume publié 
par le Ministère de Tagriculture donne le détail des variations que présentent, 
dans les diverses parties de la France, les valeurs dont il s'agit 



Digitized by VjOOQIC 



— 162 — 
ANGLETERRE. 

STATISTIQUE AGRICOLE. 
Nous avoDs reproduit plus haut (page 167 ) les conclusions générales de 
Tenquéte agricole de 1882, dont les résultats viennent d'être publiés. Il y 
avait là comme le budget total de Tagriculture française. C*est à peu près 
le même problème que s'est posé M. James Howard pour la période plus 
récente 1885-1887 et nos lecteurs trouveront intérêt à rapprocher des chifires 
recueillis par T Administration française ceux de M. Howard, insérés dans 
YEconomist (numéros des 4 et 11 février). 

M. Howard assimile tout le territoire agricole du Royaume à une ferme unique 
et , faisant abstraction de ce que fagricolture consomme ette^ètne (produits con- 
sommés sur place ou achetés à un exploitant par un autre ea^ploitant pour les besoins 
de son exploitation), il cherche à évaluer ce qui reste disponible pour la vente aux 
consommateurs non agrioultsurs : 

Voici des tl^Bres : 

GÉRliALBS. 

liv. st. 

BU(0._ a,43a,835 acres; 3o ^wA^b (390.8 litres) 

Jiar acre ; 3a sh. 1 d. le qoarter (de 36.3 litres) • 1 4«635,oi3 J «g g , ^ 
éduire i/3, consonuuation des exploitants. 1,829,378 j * ^ 
Le cinquième de la paille vendu ; 3 loads (de 

ag bcotolitres) par acre; a5 sh. le 2oa(2 i,ai6,4i7 

Ùrge. •— 2,378,80 1 acres, à 33 hushek par acre 

et 27 sb. 4 d. le qaàttêr i3,&o8,56i | gg ,^ ^ 

A déduire i/4, consommé par les exploitants . . 3,35a, i4o | * * 
Le seizième de la pille vendu, a loads par 

acre ; ao sh. le had 297,299 

Avoines ^*K — 4t373,5oo acres ; 36 bashels par acre ; 

i8sh. 7 d. le quartier 18,286,696 j o 

A déduire i/3, consommation des exploitants . . 6,096,563 | * ^ * 
Le huitième de la paille vendu ; a hmis par acre, 

et a5 sh. par teai 1,366,718 

Seigle,^-- 68,949 aores; 3a bashels par acre, et 

24 sh. le qiutrter 3o6,955 i r p; g 

A déduire 1/6, consommation des exploitants. . 5 1,1 59 | *'^ 

Le quati de la paille vendu ; 2 boas par acre, 

25 sh. le had 55,666 

Maricots. — ^01,973 acres; 24 busheh par acre ; 

34 sh. le aaarter 2,o5o,o6a ) ogg ^ 

À déduire 1/3, consommation des exploitants.. 683,354 | *"^*'"'70o 

Pois. — 226,622 acres ; a4 bushels par acre ; 32 sh* 

le qaarter i ,082,986 J 

A déduire i/S, consommé parles explcÂtants. . 360,996 | 7^*»99 

Total pour les céréales • 4o,333,79 1 

<') 11 résulte des statistiques aui vienneat d*étre publiées par la section d'agriculture du 
Conseil privé que le produit total des biés a été pour le Boyaume-Uni de 76,33^,940 bnskels 
en 1887, sur une étendue de 3,38d,5o5 acres. 

^*^ Les mêmes statistiques donnent comme produit total des avoines, en 1889, 
150,789,616 ^BJ^^ pour une étendue de 6,4o3,o44 acres. 



Digitized by VjOOQIC 



— l«3 — 

F0UBRA6ES YXRTS. 

liv. st. 

Pommes de terre ^*). «^-1,362,465001^; 4 i/a toiii(de i,oi6kilogr.) 

paracre; 70 th. par ton , • ai,458«854 

Naoêts. — 3,305,729 acres; 5 p. 0/0 yendu à 8 livres par acre. . . 46i,i45 
Bettes, oignons, etc. — 394,710 acres; 10 p. 0/0 vendu à i4 livres 

par acre 1 5a,g49 

Carottes. — ^ 9*^99 «cres; 75 p. 0/0 vendu à 17 liv. losb. par acre.* 36i,ia4 

Choux. — 200,901 acres; 7 1/2 p. 0/0 vendue 1 5 livres par acre. 226,014 

Vesces fourragères. — 45aJlo3 acres ; 12 1/2 p. 0/0 vendu à 10 livres 

par acre 565,5o3 

Total pour ^es légtunes 23,1^5,569 

PaOpUÎTS DIVERS. 

Foin, — 8,920,262 acres ; 35 p. 0/0 vendu à 4 Hv. 4sh. par a«re. • i3,i &fi,7â& 

TJn. — 125,159 acres à 12 livres 1,501,968 

Houhlon», wergers et potagers. — 335,55o acres à ao livres par acre. 6,7 1 1 ,000 

Total 21,325,693 

viANDB, pbadx, cnaa et iaimb. 
BestimiX. — 10,793,844; a5p^ 0/0 tnés chaque année, à i5 livres 

chacun . 40,476,916 

Mouions et agneaux, «— ;|9,i&8a,o63; 4a p^ p/o lues chaque année ; 

34 sb. chacun v * * ^ 2 1,987,672 

Porcs. — 3,634,917 ; 87 1/2 p. 0/0 tués chaque année; i34 livres 

chacun ; 6 deniers la livre 9,766,956 

Cairs de bwafs, — 2,000,000 à 1 liv. st , 2,000,000 

Peaux de moutons, — 1 0,000,000 à 4 ah. 6 d 4 • . a,a50400o 

Lame. — 185,731,790 livres à 9 1/2 d :..... 5,671,716 

. . -■'• - '^ - 

Total 88^154,169 

Il M 1 < 

CBEYAUX. 

Nombre de fermes. — i,924,55o; chevaux vendus 200,000, 

à âo livras 6,000.000 

LAITERIE. 

Lait. — 555,000,000 gaUons (dé 4*54 litres) à 8 deniers i8,5oo,oOo 

Fromages. — 2,710,000 cwts (de 5û.8 kilogk'.),i 5 1/2 d. la livre. 6,955,666 

Beurre, -^ 1,918,660 cwts, à 1 sh. la livre : 10.744,496 

Volailles, pigeons et œufs 7,000,000 

Total 43,200,162 



0) Ces chifires comprennent les provenances dos lies de la Manche. Le produit total des 

ornes detei "~ —.. 

1,355,591 



pommes de terres été dans le Royaume-Uni de 7,134,296 buskels en 1887, sur une étendue 



Digitized by VjOOQIC 



— 164 — 

RÉCAPITULATION. 



tiv..ii. 



, Céréales.. v . io,33S,79i 

Fourrages verts 23, 1 36,589 

Produits divers a 1,326,693 

Viandes, etc.' 8^,16^,269 

Chevaux 6.000,000 

Laiterie 43,200,162 



Total général 2 16,139,494 



VEconomist dit que quelques-uns de ces chiffres peuvent être critiqués , les uns 
comme trop élevés, les autres comme trop has, mais que cependant les slatistiques 
de M. Howard, bites à f aide d*un grand nombre de documents, doivent être prises 
en sérieuse considération. 

En ^878, alors quo les prix étaient plus âevés qu*ils ne Tout été dans les trois 
dernières années, sir James Caird estimait la valeur annuelle totale des produits du 
Royaume-Uni à 260,737,600 livres. On remarquera que ]*estimatioD de M. Howard 
est inférieure de 44 ,000,000 livres à celle de sir James Caird; cette différence eôt 
été plus grande encore si sir J. Caird n avait pas laissé de côté le seigle, les légumes 
vendus, le lin, le houblon, les produits des vergers et des potagers, les chevaut, 
les cuirs et les peaux, la volaille et les œufs, H est d ailleurs curieux de rapprocher 
ses chiffres de ceux donnés par tf . Howi^rd : ... 

ÉVALUATION DK SIR >. CAIRD ÉVALUATIOfT OR IC. ROWAID 

• (i87«). (1885-1887). 

Ut. st. Ut. M. 

Céréales et paille 93,087,600 40,333,791 

Pommes de terre 16,660,000 21,468,864 

Âiitres fourrages verts » 1,666,736 

Foin 16,000,000 13,112,786 

Houblon, lin, fruits » 8,212,908 

Viande 87,000,000 72,23 1 ,543 

Laine 8,600,000 6,672,716 

Cuirs et peaux t 4«a6o,ooo 

Chevaut t 6,000,000 

Lait 26,000,000 18,600,000 

Fromages et beurres. ...... 1 3, 609,000 17,700, 162 

Volaille, œufs • 9 7,000,000 



Total .5i6o,737,6(X) 216,139,494 



Il y a eu, entre ces deux travaux, des variations dans létendue affectée aux diffé- 
rents produits. D'un autre côté, les statistiques officielles du Département de Tagri- 
culture, que M, Howard a pu utiliser, n étaient pas publiées en 1878, 



-^^f 



Digitized by VjOOQIC 



— 165 — 
ANGLETERRE^ 

SITUATIONS BIMENSUELLES DE LA BANQUE D^ANGLETEBRE 
PBRDAirr L*ANiiia 1687. 



DATSS. 



GIACU- 
LATION 

BlUITt. 



5 jaavier . . . 

»9 

a £5vrier. . . . 

16..; 

9 tùên 

16 

3o 

i3 avril 

a? 

1 1 mai 

»5 

8 juin 

a» 

6juîHet 

ao • • . • r • . • . 
3aoà«.:.... 

»7 

3i 

ih Mptemlwe. 

»8. 

la octobre... 
a6 

9 novembre. 
a3., 

7 décembre . 
ai 



2A.8 
S4.I 
».9 
33.(1 
23.7 
23.3 
23.8 
2Q1.5 

24.7 
2(1.5 
24.8 
21.3 
25.5 
25.1 
25.6 
25.0 
24.7 
24.4 
24.5 
24.9 
24.2 
24.3 
23.7 
23.8 
23.9 



EN. 
CAISSE 
àm daox 
oipAa- 

TBMBim. 



DÉfÔTS 



FONDS 

PVBLIOS. 





nfflioa» dft livrw 


19.3 


9.0 


23.9 


20.0 


4.2 


23.7 


21.4 


3.7 


23.8 


22.t> 


6.2 


22.7 


23.3 


8.9 


24.1 


24.0 


10.5 


23.1 


24.8 


10.5 


23.7 


24.1 


6.4 


24.1 


24.5 


6.1 


24.9 


23.3 


4.4 


26.2 


23.7 


5.0 


26.1 


23.7 


5.1 


25.9 


23.7 


6.0 


25.8 


22.8 


6.0 


27.2 


22.4 


4.0 


27.7 


21.0 


3.2 


25.8 


20.8 


3.9 


23.7 


20.7 


4.0 


23.4 


20.3 


4.1 


21.9 


20.6 


5.0 


22.0 


20,0 


3.5 


23.5 


20.1 


4.0 


22 4 


20.4 


3.3 


. 22.6 


20.3 


4.2 


22.0 


20.4 


4.5 


22.5 


20.5 


5.5 


22.7 



•t«riiog. 

17.9 
15.2 
13.5 
13.1 
13.6 
14.1 
14.2 
14.4 
U.4 
15.3 
15.4 
15.5 
IS^.5 
17.4 
17.2 
16.6 
15.2 
15.2 
13.0 
12,7 
13.8 
12.7 
12.5 
12.4 
13.4 
14.0 



AUTRES 

TALBUB8. 



22.8 
19.1 

18.9 
19.0 
22.6 
21.4 
21.8 
18.5 
18.5 
18.8 
18.7 
18.7 
18.8 
21.0 
19.5 
19.3 
10. 
19.1 
19.8 
20.8 
19.8 
19.5 
18.9 
18.9 
18.6 
19.2 



RÉ- 
SBaVE 

ea 
BII.1.BTS 

•t m 

BfpècBB. 



10.2 
11.7 
13.2 
14.9 
15.3 
16.5 
16.7 
15.4 
15.9 
14.4 
14.9 
14.7 
15.2 
12.8 
13.0 
11.1 
11.5 
11.6 
11.6 
11.9 
11.3 
12.1 
12.5 
12.7 
12.8 
12.7 



TAUX 

VB L'BBOOHPTB 



AU 


vuU 


BANQOB. 


■ABcai. 


P- 


ofo. 


5 


3 1/2 


n 


3 1/4 


4 


2 13/16 


ri 


3 1/8 


II 


3 1/4 


3 1/2 


2 3/4 


n 


3 1/4 


2 1/2 


1 1/8 


2 


1 1/16 


n 


1 1/16 


It 


1 


It 


1 


ti 


11/8 


II 


1 1/4 


II 


1 3/8 


3 


2 3/8 


II 


2 1/2 


4 


3 1/4 


II 


3 11/16 


u 


3 7/8 


II 


3 1/4 


II 


3 1/3 


II 


3 


II 


3 1/8 


II 


3 


II 


2 5/8 



Digitized by VjOOQIC 



— 166 — 
ANGLETERRE. 

LA CIRCULATION IfONÉTAIRfi ET LES^BANQUES. 

Llnstîlut des banquiers, de Londres, a entendu, à Touvertura de la pré- 
sente session, un remarquable discours de son nouveau président Nous 
reproduisons les parties les plus importantes de Yinaagaral addrêu de 
M. F.W.Birch. 

J'aurais voulu trouver dans les queiftions de banque, pour mou diieours d'ou- 
verture « un sujet qui neût pas été déjà traité. Mais ce nétait pas ohose facile. 
Mon distingué prédécesseur, M. Herbert Trittoo, vous a longuement entretenus, 
Tannée dernière, *de ce quHl a appelé tla bataille de$ élalons». Aucun sujet ne 
m aurait tenté davantage. Mais une commission foyale est actudiement saisie de la 
question , et je crois que dans ces conditions le silenee s*impose , jusqu'à nouvel 
ordre. Toutefois, si je ne dois pas parler de la circulation monétaire au point de 
vuedu biroéta&isme ou du monométallisme, il y a certaines faces du problème 
que je puis au moins effleurer. Il y a eu, Tannée dernière, il y aura encore cette 
année, j*en ai bien peur, de ces questions brûlantes qui détournent le Parlement 
des simples questions d'affaires» Et, cependant, s'il est une question brûlante pour 
nous autres banquiers et marchanda, c*est bien la question du mauvais état de notre 
monnaie d*or. 

Le Chancelier de TÉchiquier actuel connaît parfaitement la question, et si qud- 
qu un peut venir à bout des diCBcaltéi qu'dle présenté, c'est bien luL Ce qui fait 
surtout que le Gouvernement aura peine à se faire appuyer par l'opinion pu- 
blique en cette circonstance, c'est que les électeurs jusqu'ici n'ont pas souffert de 
l'état des choses. Pour la majorité de 90s compatriotes, un souverain Ou un demi* 
souveroin , qu*îl ait le poids légal ou npn, remplit son office. On donne et on reçoit 
les pièces pouf leur valeur nominale, $t le public ne s'émeut guère des embarras 
ou des pertes incombant aux banquiers, qui sont généralement des gens riches. 
Si la loi avait été strictement exécutée » cette aflaire serait sans doute ré^ée depuis 
longtemps : on aurait trouvé dur de voir ses pièces cisaillées par ceux à qui on les 
aurait données en payement, et il se serait élevé d^ tous côtés une clameur a 
laquelle pas un Gouvernement n'aurait refusé de prêter l'oreilk*. Je me. rappelle 
que, quand j'étais enfant, tout le monde avait sur sa table une petite balance pour 
peser la monnaie. C'était la conséquence d'une proclamation de i843 ordonnant 
aux agents du fisc et aux autres découper en morceaux les pièces légères, procla* 
mation bientôt suivie d'une autre, qui invitait la Banque d'Angleterre à prendre la 
même mesure ^^K Ces mesures sévères et l'incessante intervention des balances 
amenèrent une grande amélioralion dans l'état de la iponnaie. Les balances tom* 
bèrent ensuite en désuétude, et j'imagine que, si on n'y est pas revenu, c'est à 
raison de l'immense développement des affaires et aussi à raison de la proportion 
croissante d'or léger qui circule. 

Je puis dire que j'ai été fort surprii quand, en pai^courant le lumineux travail 
que M. Palgrave vous a lu en décembre i88d, je suis tombé sur un chapitre inti- 
tulé : tLe commerce de l'or léger «, où ce traiic est traité comme une cbose par- 
fiâtement régulière. 



(0 



Voir le BuUgiin de mai i884. page 6i^ 



Digitized by VjOOQIC 



— 167 — 

Pour ma part, je dois dire que j'ai des doutes très sérieux sur la moralité de ce 
commerce. Il est évident que, si for léger est destiné k être fondu et utilisé par 
f industrie , les banquiers ont absolument le droit d*en tirer le meîileur prix pos* 
sible; mais si on le Tend avec la pensée que la monnaie dont il s*agit, spécialement 
les demi-souverains , pourra être remise en circulation « et arriver dans les mains 
des classes ouvrières, il me semble qu'elles ont le droit de s*indigner du risque 
qu'on leur fait courir; et un risque subsistera jusqu'au jour ou le Gouvernement 
aura déclaré ses intentions à cet égard. Un tel état de choses a duré trop longtemps. 

Miss passons à un autre sujet. 

B est impossible de traverser les faubourgs de Londres ou Tune qudconque da 
nos viUes ae province sans èlre frappé de la multiplication récente des établis* 
sements de banque. De iSSb à 1886, l'augmentation sur le nombre des bureaux 
est de 101. Si nous nous reportons en 1873, nous trouvons qu*il y avait alors en 
Angleterre et dans le pays <fe Galles lai banques avec 1,101 succursales, tandîA 
qu'en 1886 ii y avait 110 banques avec 1,765 succursales, soit q banques de 
moins, mais 655 snccursaies de plus en i4 ans. Prenons une période plus longue 
encore. En i865, il y avait en Angleterre, en Ecosse, en Mande et dani 
les lies de la Manche 3,^17 banques, tandis qu*en i885 il y en avait 3,886, soit 
une augmentation vraiment extraordinaire de 1,469. L*augmentation dans ces der- 
nières années, et particulièrement Tannée dernière, s'étant uniquement manifestée 
dans les succursales, j*ai été amené à réfléchir sur les conséquences que pourrait 
avoir ce nouveau mode de fonctionnement des banques dans le cas d'une crise, et 
aussi les effets qui peuvent en résister nour l'argent que le peuple a dans ses 
poches. Peut-être me permettra-t-on quelques observations basées sur une expé» 
rience acquise à la Banque d'Angleterre. Les succursales, n je ne me trompe, 
sont considérées comme jouant le rôle de pourvoyêases. Elles attirent, elles drainent, 
pour ainsi dire, Targent qui est à l'état flottant dans leur voisinage immédiat, et le 
transmettent au centre, ou l'on règle l'emploi des dépôts. Eh bien , îà me semble 
que, par snite, ces grandes facilités données aux banques pour puiser ainsi dans 
le capital flottant du pays doivent avoir pour effet de diminuer la quantité de 
numéraire restant dans les poches des gens, et que cet argent placé à intérêt, 
souvent en valeurs formes, diminuerait les duponibiUtés du pays k nn moment 
donné. En das de crise, la multiplication des succursales pourrait être une cause 
d'inquiétude, en obligeant la banque centrale à alimenter ses pourvoyeuses, au lieu 
de se faire, comme die le voudrait, alianenter par elles. Il ne faut pas perdre de Vue 
que, sous le régime actuel , il y a disette de ce qui constituait les meilleures valeurs 
de banque, par exemple les lettres de change, attendu que les transferts téiégra- 
phîqaea, qui ne sont ni fdus ni moins que des chèques internationaux, prennent 
déplus en plus la place des effets. 11 est difficile, pour ne pas dire impossible, 
d*estimer aujourd'hui méme« dune façon approximative, le montant des lettres 
de change en cours; nous pouvions nous en faire quelque idée par le mouvement 
des timbres, mais maintenant que \e9 timbres-poste, les timbres de quittance et 
les antres sont confondus , nous n avons plus diodication ^^K 

On pourra s*étonner que, devant une assemblée comme celle-ci, jlosiste sur 
cette question des transferts télégraphiques, considérés au point de vue de rélémeut 
nouveau qu'ils introduisent dans les affaires de banque, et de Tinfluence qu'ils exei^ 
cent sur le mouvement habituel des lettres de change; mais on ma invité à traiter 
spécialement ce sujet, je dois obéir. L*Inslitut n'est pas seulement fait pour ceux 
qui ont déjà l'expérience acquise, mais aussi pour ceux qui travaillent à l'acquérir. 



(I) 



Voir le Bulletin de mai 1887,' page 5 10. 



Digitized by VjOOQIC 



— 168 — 

Voici comment les imn^sferls léiégraphiqaes prennoat aujourd'hui la place des 
effets. Autrefois los banques et les grandes maisons de l*Orient, des États-Uab, etc. , 
prenaient, comme elles le font encore, les ^ets ordinaires, c*est«à-dire des traites 
tirées contre remise de documents de consignation ou autres, à six, quatre, trois et 
deux mois, et ces traites à terme étaient à l'échéance d usage: ceux qui avaient 
besoin d'effets de première classe comme remises pour payer des marchandises , oou.- 
vrir des crédits, ou pour tout autre objet, s'adres>aient aussi à ces maisons de 
banque qui leur fournissaient des effets également au terme. Ainsi il y avait en 
circulation deux catégories d'effets représentant une seule opération commerciale. 
Aujourd'hui les banques continuent à recevoir comme autrefois les effets causés sur 
opérations commerciales, mais au lieu de fournir en échange des traites au terme 
d usage, dles donnent des transferts télégraphiques, ce qui permet au marchand 
de Hong-Kong, de New* York ou de toute autre partie du monde, de calculer exac- 
tement le coût de son opération comme s'il était à Londres; il n'est plus question 
pour lui d'escompte, de timbre ou autres frois, il balance là-bas son opération tout 
aussi aisément que s'il était dan5 Lombard slreet. Les affaires sûres se font main- 
tenant à si bon marché qu'un écart minime suffit pour rendre possible l'échange de 
l'effet commercial contre le chèque international dont je viens de palier. Nous 
pouvons en tenir compte pour expliquer k diminution du nombre des effets 
même en présence d'un accroissement dans le mouvement des eiporlatâons et des 
importations. Encore faut-il ajouter que le bon marché de l'argent a, je le crois, 
conduit à payer au comptant sous escompte dans le commerce intérieur , le taux 
d'escompte du commerce étant en général déterminé par une écbelle qui ne diffère 
pas de ce que nous appelons le taux du marché. L'abondance de l'argent, dans 
ces dernières années, peut encore avoir affecté une autre catégorie d'effets, ceux des 
marchands tirés sur les courtiers. Ainsi , autrefois , il y avait souvent trois sortes 
d'effets circulant à raison d'une seule et même opération mercantile: les traites 
originelles , les traites des banquiers en représentation des précédentes et les traites 
du marchand de Londres sur le courtier dans les mains duquel il avait mis ses 
marchandises. De toutes ces causes combinées résulte vraisemblablement la disette 
des effets, et les banquiers sont forcés de cheroher d'autres valeurs, car ils ne 
peuveot pas servir un intérêt aux dépôts qu'ils reçoivent, et laisser l'argent dormir. 
En temps de crise ces valeurs seraient sans doute plus difficiles & négocier que 
les effets. 

La plupart des jeunes membres de cet Institut n'ont pas fait l'expérience d'une 
vraie crise, plus de vingt années s'étant écouiôes depuis la dernière grande crise 
qui fit suspendre le Bank act. Le fonctionnement de la loi de i8ii4 est mieux 
compris aujourd'hui qu'il ne Tétait autrefois dans le monde de la banque et au 
dehors. Je me rappelle que, qu/md j'entrai à la Banque, dans toutes nos discussions 
sur l'élévation ou l'abaissement du taux de la Banque, nous parlions toujours de 
la balance du commerce et des statistiques commerciales. Nous savons maintenant 
que la balance du commerce n'a presque rien à voir avec notre solde international. 

Ce qui nous guide , ce sont les immenses opérations qui se font à la Bourse , en 
France, en Allemagne et aux États-Unis. Ce ^ont ces opérations qu*il nous faut 
suivre avec le plus grand soin. Nous devons observer le cours des changes étran- 
gers, et on les suit en effet avec beaucoup plus d'attention qu'autrefois. Nous 
devons suivre aussi les mouvements de l'or, et à la Banque, nous ne nous conten- 
tons pas seulement de vivre au jour le jour, nous regardons en avant, nous essayons 
de prévoir ce qui résultera de la négociation des emprunts publics, non seulement 
en Angleterre, mais sur le continent. Par exemple, qu'un emprunt soit contracté 
en Allemagne pour la République Argentine, il est plus que probable que, si on a 
besoin d'or, on le prendra non pas en Allemagne, mais en Angleterre. 



Digitized by VjOOQIC 



— 169 — 

Les opéiatîoiis de banque, que ie taux de f etcompie baisse^ moate ou reite sta- 
tionoaire, sont souvent Tobjet de vives critiques, les banquiers, les oourtien 
n*Qbéîsseni paa toujours à la consigne, quand il parait évident que des. mesures 
devraient Mre prises pour fortifier non seidement la réserve de la Banque d* Angle* 
terre « mais auasi les réserves de toutes les banques qui ont des passifs importante. 
B y a, à notre époque, une si vive ooncurrenoe entre les banques, qu il est dilBcile 
de les décâer à une action commune, même dans les temps difficiles. Nous ne 
devons pas non plus oublier que la compétition pour les lettres de change vient 
anssi du continent, où beaucoup d'institutions financières ont une grande partie de 
leur réserve en effeto de premier ordre sur l'Angleterre. Elles ne sauraient avoir 
une meUleure réserve, car non seulement elles sont sûres d*étre payées en or à 
Técbéance, mais en envoyant ces effets en Angleterre pour les faire escompter, 
elles peuvent à n in^porte quel momeot les échanger contre de lor. Ches nous , il 
n*est pas question de patriotisme, quand il s'agit de Texportetion de Tor. Si ua 
correspondant étranger a de Targent ches nous et nous dit de lui envoyer de Tor, 
nous le faisons sans hésiter. Gela ne se passe pas toujours ainsi sur le continent* 
où euste ce qu on appelle • Téudon boiteux ■• Ce n*est pas moi qui ai introduit 
le mot «patriotisme», à propos de Tor. Je causais de cela, il y a peu de jours 
avec qudques-uDs des premiers banquiers de Berlin , et je leur demandai ai la 
Banque d'Allemagne donnerait de grandes quantités dor en écliange de ses 
billets. Us me répondirent que, quand on avait besoin dor pour la circulation, 
on n avait pas de difficulté a se le procurer* mais qu*ils étaient bien trop patriotes 
pour aller chercher de lor a la Banque dans le but de réaliser un profit sur Te&por- 
tetion. Il semble qu à la rigueur la Banque d^Allemagne pourrait refuser de donner 
de Tor pour Texportation , tendis quà la Banque d*Anglelerre on ne demanda 
jamais à ceux qui prennent de for où il doit aller. Nulle part, en Allemagne, je n ai 
eu de peine a obtenir de bon or au poids légal pour mes chèques ou mes billets de 
la Banque impériale. En France, tor ne semble pas très rare, mais une bonne 
partie est au-dessous du poids ; et c*est pour cda qu on voit la Banque de France 
vendre de Tor en barre avec prime. 

Bien que nous n ayons pas eu de crise proprement dite depuis 1866 , «ms avoas 
traversé deux périodes qui, à mon avis, présentaient tous les symptômes d*uiie 
crise aiguë; mais la crise nest par venue. Je veux parier des années 1873-1873 et 
1878-1879. 

A ces deux époques, la conduite de la Bancpie d'Angleterre fut sévèrement 
critiquée. En 1873-1873, une quantité énorme de leltres dm ehange furent créées 
dans le but de drainer Tor anglais pour aider au payement de Tindemnité de 
guerre française, La Banque reconnut que ce mouvement, s*il dépassait une eer* 
taine mesure, pourrait entraver gravement les afErires oonrantes du pays« et elle 
éleva rapidement le taux de Tescompte. En 187a , nous avons diangé dix-aept fois 
le teux de notre escompte ; en 1873, vingt-quatre fois. Le taux de la Banque a 
varié de 3 p. 0/0 à 9 p. 0/0, et, dans la dernière période, nous avons texé à 10 et 
13 p. 0/0 les avances, non pour réaliser de grands bénéfices, mais pour faire com- 
prendre aux gens que la Banque éteit décidée à faire tout son poasible pour limiter 
les afiaires de ce genre. La crise qui menaçait, ayant éte prise à temps, fut arrêtée 
dans son germe. 

Au commencement de Tannée 1878^ larsent était abondant, le teux d'escompte 
delà Banque était descendu à a p. o/), et à Texterieur le teux étett plus bas encore. 
Au commencement d'août, la Banque prit des mesures pour fortifier sa réserve, et, 
le 7« le toux de la Bancpie fut devé à 5 p. 0/0. L'argent vint abondaimnent du con* 
tinent, et, en septembre, la Banque s*était • refait une position assez fbrte. Les 



Digitized by VjOOQIC 



— 170 — 

change» qui avaient été contre noua dans la première partie de l^anaée, nous étaient 
redeveous favoraUea. Le 2 octobre , arrive la faiUite de k Banque de Glaaeow. La 
Banque d'Angleterre était ea état de faire face à ce danger, et la crise passe sans 
éclatei*. Le taux ne. lut jamais élevé au-desses de 6 p. 0/0. Bien des gens pensaient 
qu'il aursit dû être porté plus baut^ comme en 187a et en 1873, nuis c était ne 



pas voir combien ces deux périodes étaient différentes. £n 187 S, les mesures rîgoa* 
reuses que prit la Banque avaient pour but de metUe un terme à lescomple de 
certains papiers, et en 1878 son objet principal était d'éviter toute cause inotile 
d'alarme. Les changes étrangers étant favorables a ce pays, la Banque pouwsât 
affronter hardiment les difficultés de la situation; die le fit, et je crois qu*dle eut 
raison. 

Londres, en un sens, devient de plus en plus le centre du monde des banques. 
La preuve en est que de nouvelles banques ouvrent des succursales à Londres, 
OMnme la banque de Mdboume et la banque fédérale d'Australie: Il semble qull y 
ait un désir général de supprimer Tîntermédiaire, et de substituer des succursales 
aux agents. Cela peut n*ètre pas sans inconvénient dans certaines circonstances. 
Les agents seraient k même de mettre un frein à l'extension des traites à découvert , 
tandis qu une succursale n'a qu'à suivre les ordres qui lui sont donnés. Cette ten- 
dance à supprimer Tintermédiaire s'étend aussi, je le crois, aux banques de pro- 
vince qui, au lieu de traiter leurs affaires d'effets publics par l'entremise de leur 
agent de Londres, traitent directement avec les courtiers de cette ville. Cependant 
si, à un certain point de vue, Londres tend à deveoir de plus en plus le centre du 
monde financier, à un autre point de vue, c'est }e contraire. Voici, par exemple, 
ee que je tiens du directeur d'un des plus grands établissements du continent, qui 
a des succursales dans tous les pays : alors qu'en 1872 la millième partie seulement 
des lettres de change auxquelles donnent lieu les marchandises importées en 
France de l'Inde, de ia Chine, de l'Amérique et autres lieux, était trirée sur ce 
pays, le reste étant tiré sur des banques anglaises; aujourd'hui, au contraire, ia 
proportion des traites tirées sur la France pour le compte de la France est consi- 
dérable. L'Allemagne se plaint encore d'avoir à se servir de lettres de crédit an- 
glaises pimr «M grande partie de ses transaotiens, spédalement en Onent, mais je 
sais que, tant des ÉtatsrUnis que de la Rèpubbqae Ai^eltne, oa tire peor des 
sommes considérables sur Berlin, dont l'importance ooonaieroiale va s'accroissant de 
jour en jour. 

Je voudrais vous parler encore d*un des fiiits caractéristiques de l'année 1887, 
savoir l'autorisation donnée à la Banque d'Angleterre d'accroître son émimon 
contre valeurs. L'augmentation de 780,000 livres en 1 880 et celle qui vient d'être 
réalisée ne représentent, avec les sommes précédentes depuis i84d, que les deux 
tiers des i,393^5o livres des émissions prorinciales qui ont disparu depuis i84â^ 
de sorte que , bien que nous ayons plus de oillets de la Banque d'Angleterre , le chi£Bre 
totiide la cîrcidatioa des billets de banque autorisée en Angleterre est dei , 100,000 liv. 
inférieur à cdui de i844. Mais je voudrais appeler votre attention sur le rôle im- 
portant que jouent, dans les opérations de banque de ce pays, les instruments de 
crédit autres que les billets de banque, comparé au rôle tout k fait secondaire qae 
joue le numéraire. Ayant lu dans le rapport publié par la Banque de France 
qu'en 1886 la proportion des billets de banque clans les opérations de cet établis- 
sement était de Sa p. 0/0, celle des autres instruments de crédit, de 43 i/a p. 0/0, 
celle du numéraire de 4 i/a p. 0/0, j'ai demandé à la Banque d'An^eterre la statis- 
tique des payements faits pendant une semaine prise au basard* Voici le résultai : 
sur une nu>yeuoe quotidienne de 4,445,ooo livres sterling « les iastrument» de 
«crédit repréaeotaiont 87 i/a p. o/o« les billets de banque la i/4 p. ofù et le aamé- 



Digitized by VjOOQIC 



— 171 — 

nîre i^oo seulement on 3 p, o/oo. Il y a eu une journée, ou , sur un ensemble de 
payements montant à 4,775,5g3 IWres sterling^ «n n*à payé en numéraire que 
4«6S2 livres sterling. Ce sont là des chiiFres très remarquables. Les opérations des 
banques particulières donnent des résultats analogues. En un mois , MM. Glyn ont 
reconnu que la moyenne des payements en numéraire Cûts par eux est environ de^ 
4 i/a p. o/oo contre 3 p. o/oo a la Banque d'Angleterre. J'ai depuis comparé ces 
résultats avec ceux qu'a donnés M. Pownall dans mk travail publié en id8i. Il sem- 
blerait ressortir de cette comparabon qu'un progrès a été réalisé depuis cette époque 
dans l'économie du numéraire. U estime en effet que le rapport du numéraire auK 
billets et aux lettres de crédit dans, les recettes totales de dix banques de Londres 
était de plus de 9 1/3 p. 0/00. Il est vrai qu'il est question là de recettes et non de 
payements; il serait intéressant d'avoir une confirmation plus complète de ce 
progrès. A titre d'exemple du changement qui s*est effectué dans les instruments de 
crémt, je puis citer ce fait : M. Currie, ayant comparé 1880 et 1887, trouva qu'en 
1880 MM. Glyn avaient reçu en trois jours 19,930 chèques tirés sur des banques 
de province; les trois jours correspondants de 1887 en ont donné 35,090. Dans le 
premier cas, a i/a p. 0/0 du nombre total étaient au-dessus de 1 livre sterling et, 
en 1887, à p. 0/0. Dans la première période, ces banquiers recevaient par jour 
6a o chèques de banques extra-maros, et aujourd'hui ils en reçoivent journelle- 
ment 1,3 58. 

Je soumets aux méditations des banquiers la question de savoir jusqu'à quel 
point Q^s instruments de crédit peuvent tenir lieu d'une circulation de petib billets 
de banque. Une des objections qu'on a élevées contre les billets de une livre ster- 
ling, c'est qu'ils pourraient prendre la place de l'or qu'on a actuellement dans ses 
poches. On insiste sur le fait que cet or est une réserve d'une grande valeur en cas 
d() guerre. L attention de tous ceux qui s'intéressent aiix questions de circulati<Hi 
doit aussi être attirée sur l'énorme quantité d'or que plusieurs banques du continent 
oal en cais^, et dont elles sont si peu désireuses de se défaire. Sans doute elles 
sont guidées en cela par les inquiétudes résultant de la situation politique; si je 
suis dona le vrai quand j^ dis que les particuliers doivent avoir chex eux moins d'or 
qaautrefois et si les grands banquiers du continent sont aussi dans le yrai en peu- 
somt qu'^ peut être importait, dans certaines circonstances, d'avoir «m grend appro- 
visionnement d'or, nous devons aussi admettre l'utilité qu*il s aurait à en voir la 
Banque d'Angleterre suffisamment pourvue. U y aurait grand intérêt, noo seule- 
ment pour nous-mêmes, anais pour le bien du pays à être exactement renseignés 
sur la quantité d'or existant dans notre pays et l'Institut peut, k cet égard, rendre 
dç grands aervicea. 



Digitized by VjOOQIC 



— 172 — 
ANGLETERRE. 

LA MULTCPLICATTON DES PETITES FORTUNES. 

M. Goschen venait de remplacer sir Rawson Rawson comme président de 
la Société de statistique de Londres quand le portefeuille des finances lui a 
été confié, il y a de cela plus d'un an. En prononçant son inaugaral address 
à la Société de statistique, le 6 décembre dernier, le Chancelier de l'Échi- 
quier s'est d'abord excusé de Tavoir fait si longtemps attendre et n'a pas eu 
de peine à persuader ses auditeurs quec*était le loisir, et non la bonne vo- 
lonté, qui lui avait fait défaut. II s'est excusé aussi de n'avoir pu apporter à 
ses collègues qu un travail un peu hâtif. 

Je me propose, dit réininent orateur, de vous entretenir de la multiplication , en 
Angleterre, depuis quelques années, des fortunes mo"^ ennes (moderate Jbrlunes) et 
des petits capitalistes [sniall investors), en même temps que des symptômes qui 
semblent indiquer qu'il y a moins qu'autrefois tendance à l'accumulation de ri- 
chesses considérables dans un petit nombre de mains. Je voudrais montrer combien 
s'élargissent les rangs intérieurs de la classe moyenne dans notre état de choses 
économique, social et même politique. Sans insister sur ce dernier point, je crois 
qu'aucun parti ne se formalisera si je dis qu un État ne peut que gagner à voir la 
masse centrale de la nation se développer numériquement; et je vomirais, ici, 
rechercher dans quelle mesure ce développement s'eîSectue chez nous à l'époqae 
actuelle. J'ai déjà abordé cette question deux fois : à la Chambre de commerce de 
Manchester, il y a deux ans, et dans mon exposé budgétaire, cette année ^^\ 
Je voudrais remettre en lumière, plus nettement encore, quelques-uns des faits 
que j'avais alors fait connaître et qui ont été jugés intéressants. 

Depoismon premier exposé dejuin i885, mes vues ont reçu une confirmation 
des plus autorisées. A la page iD du dernier rapport de la Commission instituée 
pour faire une enquête sur la crise commerciale ^^ se trouve un tableau , tiré des 
états de la cédule D de Vincome iax, qde la Commission interprétait comme suit : 
iCc tableau semble prouver que les revenus annuels de moins de 3,ooo livres pré- 
I sentent une augmentation plus rapide que celle de la population; que les revenus 
ide plus de a,ooo livres présentent une augmentation moins rapide, et que ceux de 
I plus de 5,000 livres sont, en fait, devenus moins nombreux; enfin plus les revenus 
I considérés sont faibles et plus le taux de la progression s'élève. Aussi, qu'il y ait 
lou non accroissement dans le montant total des profits, nous considérons comme 
I certain que la diffusion en devient de plus en plus large entre tous ceux qoi se 

• livrent au commerce ou à l'industrie, et que, si les grands capitalistes voient leurs 

• revenus fléchir, ceux qui gagnent de l'argent , fût-ce à petite dose, se sont considé- 
« rablement multipliés. » 

Le tableau qui donnait lieu k ces observations appelle certains commentaires. 

La ccdule D de Yincome tax fait connaiU^e les revenus des contribuables imposés , 
sans que les unités qui y figurent représentent forcément de véritables individus. 
Puis les revenus qu'on y classe sous la nibrique « Commerce et Professions » sont ceux 

(^) Voir le BtdUtin de mai 1887, page 5ig. 

<*> Voir les Bulletins de février et mars 1887, pages i83 et 3di* 



Digitized by VjOOQIC 



— 17.5 — 

que les contribuables tirent de leurs commerces on profii9gioiu; mais ils peuvent en 
avoir d'antres , ressoHsssant aax. autres cédules : ils peuvent tourher des dividendes 
compris dans la cédille C ; ils peuvent avoir des propriétés foncières appartenant à 
la cédule A ; ils peuvent même être actionnaires dés compag^nse» imposées comme 
telles dans la cédole D, Ainsi, les petits revenus que Ton voit figurer dans la cé- 
dule D peuvent se trouver relevés, comme quolité, par dantre& éléments appar- 
tenant a d*autrés cédules. Mais il y a, en sens inverse, nne remarquie à fiûre. Beau- 
coup des revenus taxés dans la cédule D sont ceux de maisons de commerce el non 
de simples particuliers; de sorte que si ^ dans certains cas, les revenus réeb se 
trouvent atténués, il y a d'autres cas on ils sont considérablement grossis, parce 
qu on .cfaiSre un reveau collectif, afi lieu d'y faire la part de chaque associé. 

Je ne veux dono|ies m'en rapporter trop exclusivement au témoignage de la cé- 
dule D. De même quela Cnmmisnon, je le considère cependant comme un témoi- 
gnage précieux, mais à la condition de le corroborer par d'autres données de natures 
diverses, et c*est ce que je vais essayer de faire. 

J'ai cherché .d'autres preuves de la proposition formulée par la Cooimission 
royale. Je les ai cherchées du côté des dépenses et du côté des placements, et je 
vais vous dire le résultat de ces recherches. 

Mais laisses-moi d'abord vous montrer les derniers enseignements que Ton peut 
tirer de Vincome iax lui-même. J'ai ici un tableau qui donne le chiiTre des revenus 
de simples particuliers et de maisons de commerce taxés clans la cédule D, et je 
vois que dans l'année 1877 ^'^ on comptait 5i7,83g cotes de i5o à 1,000 liv* st., 
tandis qu'en 1886 il y en avait 379,064 > soit une augmenta^op de 19.36 p. 0/0. 

D'un autre côté, on taxait en 1877 ^^^^^^ revenus de 1,000 livres et au delà el 
33,996 en 1886, soit une diminution de a.A p- 0/0. 

fl résulte de ces chiffres que les revenus de 1 5o livres à 1,000 livres, fournis par 
le commerce -et les professions, ont augmenté, pendant cette période, de près de 
20 p. 0/0; tandis t|ue ceux de 1,000 livres et au-dessus ont diminué de près de 
a i/a p. 0/0. L*enseignement que l'on peut tirer de ces chiffres, et qui constitue la 
thèse même que j'ai k dévelppper ce soir devant vous, c'est que les:groa chiffres 
n augmentent pas et que c'est dans Les classes moyennes, plutôt que parmi les 
grands capitalistes, qu'on voit progresser la richesse collective de la ^oiuamnauté. 
Mais entrons davantage dans le détail. 

J'ai ici un second tableau qui montre, d'une manière plus complète, comment 
la richesse se trouve distribuée entre les différentes classes de contribuables compris 
dans la cédule D. Parmi les revenus dei5o à 5oo liv. st. Taccroissement propor- 
tiondd de 1877 à 1886 ressort à a 1 .4 p. 0/0. Parmi les revenus de 5oo à 1,000 livres 
il n'y a eu , dans la même période, aucun accroissement; 3a,o85 en 1877 et 3a,o33 
en 1886 : il y a identité. Ponr les revenus de 1,000 à 5,ooo livres il y a un accrois- 
sement de a.4 p. 0/0, mais, pour ceux qui dépassent 5,ooo hvres, une diminution 
de 3.3 p. 0/0. Ainsi, même aux époques de crise comme celles que nous venons de 
traverser, le nombre des revenus inférieurs à 1,000 livres s'accroît d'uqe,&çon con- 
tinue et très satisfaisante. 

Il ne faut pas oublier que les taxes classées dans ia cédule D sous la rubrique 
« Commerce et Professions »• ne représentent aucunement le nombre (otoldes revenus 
existants. Ces chiffres ne comprennent pas les retenus qui forment les totaux des 



(^) Au cours de cette étndele mot cannée» est pris poin* tannée financière». kmn\ «rannéc 
1887 » signifie c Tannée commençant le 1*' avril 1886 et finissant le 3i mars 1887 ». 

BUI.I.. DE STAT. 1 i 



Digitized by VjOOQIC 



— 174 — 

oédnleft A «t C. Ils ne conifirâniient mènw pat (oas ks rereBi» danét dans la eédule 
IX Vous aveaen outre, dans cette eédule, iea revenus des adionnaires de toutes 
les compagnies dont les bénéfices sont taxés en Uoo. Je montrerai teut à Theure 
que les revenus de ces compagnies enrichissent un plus grand nombre de personnes 
qu'autrefois. Mais, avant de passer des individus aux compagnies, je dois appeler 
votre attention sur la eédule £ qui n^est pas, comme on Ta cra à tort et comme Vont 
répété d* importants organes de I opinion publique, réservée aux tratlemenis des 
fonctionnaires publics. Les employés de TËtat ne constituent qu'un peu moins de 
la moitié du nombre total des individus taxés dans la eédule Eç pour le sorplas , ce 
sont les employés des compagnies publiques , des maisons de commerce ou même 
des simples particidienr. Au cours des diK années qne je païae en revue, les taxes 
de la eédule E ont monté de 78,994 à 1 1^,964* VotU de nombreoses recroes pour 
Vinœme fax, et bien peu dans le nnmbre peuvent être considérées comme riches. 

J'ai fait des recherches pour arriver à savoir combien il y a d'employés riches 
parmi ceux taxés dans la eédule E , ' combien appartenant à la classe moyenne et 
combien à celle dont les revenus sont les plus faibles. J*ai trouvé qu'une très ^ande 
proportion du nombre total des faxés de la eédule E a un revenu inférieur à 
/loo livres par an. Voici les chiffres pour 1886 : revenus inférieurs i /ioo livres, 
io4,iOf8; 4oo livres el au dessus, 1 1,856. La eédule E représente donc une classe 
nombreuse de revenus moyens et la classe de ceux qui ne tirent pas de leur emploi 
plus de 4oo livres par an. Ajoutez la grosse masse de ces taxes de la eédule E aux 
taxes de moins de 5oo livres de la eédule D , et vous aurea quelque idée de Tétendue 
de la petite classe moyenne. 

J'aurais voulu chercher une autre preuve d^ cette muJtiplicfitiQn, des petits 
revenus de là classe moyenne au moyen des taxes successoral^» mais les change- 
ments que la loi a subis s opposent pour le moment aux comparaisons .rétrospectives. 
D'ailleurs le mouvement que nous étudions est récent, et hi$ recrues dont j'ai 
parlé n ont pas eu le temps d'accuujiuier de l'argent pu vivent encore. 

Gepeddant les chiffres fournis par le prohate diety tont instructift. LafsseK-moi 
^ppele^ voti^ attention sur le grand nombre de petites successions annueHemenl 
couMatées, et aussi, si vous voulez bien autoriser cette courte digression, sur ce 
cjui me parait être une curiosité statistique , sur l'étonnante régularité que Ton ob- 
serve dans le nombre des successrons de tout ordre qui s'outrent chaque année. 

Voici, en chiffres ronds ^, pour le^ trois dernières années le produit du probaie 
duty: en i885, 3,793.000 livres; en 1886, 3,900,000 livres, et en 1887, 
3,834,000 livres; ces chiffres présentent une régularité remarquable. On croit gé- 
néralement que ce sont les grosses successions qui assurent la recette; mais le fait 
est qu'ici , comme dans beaucoup d'autres parties de notre système d'impôts , nous 
avons moins à compter sur les fortunes exceptionnelles que sur la diffusion géné- 
rale de la richesse. Par exe]iif)le, sur les 59,000 patrimoines taxés en iâ85, il y 
en avait 45,960 au-dessous de 1,000 livres (77.86 p. 0/0) et 67,887 au-dessous de 
ao,ooo livres (98x)8 p. 0/0). 

J'arrive à ce que j'appelle la curiosité statistique. J'ai ùàl faire ttu tableau mOD- 
trani, pour trois années oenaéculives, le nombre des suceessiotts homologuées qui 
n'excèdent pas 1,000 livres, le nombre des successions de 1,000 à 5,ooo livres; de 
5,000 livres à 10,000 livres, et ainsi de suite. Voici les résultats obtenus : 

Les successions de moins de 1,000 livres étaient au nombre de 46,960 en i8d5 
et de 46,903 en 1887. N'est-ce pas un fait extraordinaire de voir celte moyenne se 
m.ilnleiûrsi exactement ? 



Digitized by VjOOQIC 



— 175 — 

Mêk mvuaoDS. TéclMUe tk k phéopmèoe- va deveiûr de plu» «n plus ivwnu^ 
quable. H y a eu eo.iS85 8^,7^1 sacfitMÎèoi da i.4<Maà &«oooUyrQ», ^i^^ogi «a 
1887; t,9$8MiûQ0siîoiui dé &4>oo à lovooc HviM ea 'i8|i&ftl aïOd^. Aa.^âS?; 
i,ai7 saooesâoD» da lo^ooo à 30,000 Uvras «« 1886^ «I i^SJto em aSâj^ Je 
8ui» étoiméifae dan» cet cLeux années k différenee. dana ie Bombna dua fot^uAqs 
de 10^00 à aOfOOo livrea nait élé «{ne de a3 -sor pk» d® tiAOO. Gwjmvkw»; 
ii j a^.389auoaestMUi».deao,ooo à SotOOD livres en lèSb.eiUk^^tk 1887; 
ao8de ÂD^ooo à Ao,ooo livres eo i885 et aa8 en.i887(: l4â de à^OQO à 6o>ooo 
livres en 1 885 .et i^i en. 1887. N «aU;e .paa eneore iio» égalikÀ bien iuâpre- 
nante? Puis 246 de 5o,ooo a 100,000 livres en i885 et a 55 en 1887; de 
100,000 à i5o,ooo livres — quand vous arrivez à ces gros chiffres "h régularité 
est plu^ frappante encore — 61 d^ins une année et 64 dans Tautre ; de 1 5o,ooo 
à aop,ooO Uvres. 3a en i885, 3a en 1886 et 33 en 1887; et de aop^ooo livres 
à a5o,ooo Uvres, 16 en 1886, 16 en 1886 et 17 en 1887. N*est-ce j)as un plié- 
noinuène statistique bien cyrieux que cette persistance avec laquelle l*Echîquier 
se voit déclarer cha(|ue année le mènie noinbre de grandes fortunes? On serait 
tenté de croire que, s*il y a jamais eu quelque c^ose d incertain, c'est le nombre des 
grandes fortynes qu^uçe année quelconque verra changer de mains. Eb bien , non : 
là comn^e aiUçurs la nature s affirme et semble garantir 911 Trésor public son 
compte ^9cl de srosses successions. Tai souvent admiré rexactitude merveilleuse 
avec laquelle les habiles spécialistes qui fixent nos prévisions budgétaires savent pré- 
dire le rendement des irapôls, mais je ne savais pas, avant d'y avoir rejgardè, com- 
bien leur clairvoyance se trouve facilitée par cçtto régularité que la mcrrtalilé pré- 
aente à tous )es degrés de Téchelle des fortunes I 

Ik94^0nonaà noi^ sujet principal, c est-à-dire apx argumepls que ma thèse p^ui 
trouvdr dans lea placfipents et les dépenses; et remarquons dabprd co^hi^o s'çst 
acc^m le qvOmbre des petits propriétaires de capitaux. Dans mon opinion ceiti^ répar- 
tition }iim lai^e de l|t richesse que j'affirme est due en grande partie à ^e^UejM^^^ 
de» aasQcifilions à res|i9p8abilUér limitée. Anciennement, Igs grandes aCTakes nei^'i- 
chiflsaiant qu-u» fi^Ai non^i^ d individus dont le» fortunes allaient s'a^cmmal^fil ; 
anjomd!bui «que^ 4ant de ces grandjss entreprise» «e sont constitnéf^ A i'i&tal de 
sociétés par actions , une beaucoup plus grande pmperti^^n dp h copapiunaui^ j^c 
trouve admise au. partage des bénéfices de l'industrie et du commerce. Prenez, par 
exemple, les grandes brasseries qut ont été récemnicnt transformées en Sociétés par 
actions. La libre disposition de ces affaires échappe aux anciens propriétaires, qui 
reçoivent ce que versent les actionnaires. Mais dorénavant les bénéfices réalisés 
par èes brasseries iront, noh pas à une dizaine ou à une vingtaine de personnes, 
mais à des centaines , à des tnifliers d'individus. 

Dans toutes les directions, la même tendance se Manifeste. Le nombre de 
ceux qui, en fait, participent aux affaires commerciales et en tirent profit va tou- 
jours croissant; et souvent les nouveaux actionnaires se contentent auh bénéfice 
moindre que celui qu'exigeaient les propriétaires primitifs. Mais ïe seul J)oint sur 
lequel j'insisterai, c est l'effet de cette transformation sur la diffusion delà riches^^. 
On pourrait admettre cette influence a pHori, mais les faits sont li pour Convaincre 
ceux qui douteraient. 

Le capital total de toutes les eompagnies enregistréea en avril 1877 ressortait à 
307^000,000 livres, et enavril 1887 ce.capital était de 591i5oq,ooo )Jivras,;»oit4»o 
dix ans une augnaentatîondegap.o/o. GesanideachiffreaéAenaes; îboHWtreot cciW- 
bien le système des compagnies par actions s'est répauda. Je xn'étaia dejtfiaod^ ai le 
nombre des compagnies avait progressé dans la même proportion que leur «apital, 
ou si raccnoisseniént decafMlal était dû au siopple déweloppeaieni de» oo«n(i»^ies 



Digitized by VjOOQIC 



— 176 — 

existâmes. La répome fournie à > cet ê^ard pwr Vmcomtf iaap n'est pas 1res satisfai- 
sante; sous les r«ibri<)ttes: oompagnieasbs. «aux, toKgÊB^ mines, oarrières et cho* 
mins de'fer, eite méimige'iet maisons de oommeroe particulières (prèaaiêjfbmt) et les 
compagnies {puhUe annpdniet), {Pourtant il y « une ooioane réservée aux; compagnies 
qui n^appariiennbnt à aucmse des catégories dressas et où il n y a que des com- 
pagnies; or je trouve qu»ie nombre dss compagnies inscrites dans cette cplonnie 
était en 1877 ^^ 3,696 et en 1886 de 5,i3S, aoît une augmentation de 90 p. 0/0 « 
taux auî, le fait est curieux, correspond exactement à c<dai de laccrDissement du 
capital total des compagnies par actions pendant Ja même période. 

Mais ce que nous voulons savoir, ce n*est pas 5eulement si le nombre des com- 
pagnies a augmenté , ni si leur capital total s est accru : c*est si le nombre des action- 
naires qui les composent e5t devenu plus grand; je recommande cette question a 
Tattenlion des slatisllciens. Il serait intéressant de comparer le nombre actuel des 
actionnaires à ce qu*il était il y a dix ou quinze atis. Il ne m'a pas été possible , dan^ 
le court espace de temps que j ai eu à ma disposition , de me procurer ces chiffres. 
Cependant j*ai pris douze compagnies, absolument au hasard , une compagnie d*assu- 
rances, une banque, une compagnie d*eaux, une compagnie industrielle, etc., et 
j*ai comparé leur capital et le nombre de leurs actionnaires , il y a dix ans, avec leur 
capital et le nombre de leurs actionnaires aujourd'hui. Voici le résultat : le capital 
total des douze compagnies était en 1876 de 5,171,649 livres. £n 1886 il montait 
à 6,5oi,58a livres, soit une augmentation de a5p. 0/0. Mais le nombre des action- 
uaires de. ces douze compagnies avait passé pendant ces dix ans de 11,667 à 
ao,o83, soit un accroissement de 72 p. 0/0. Donc le capital moyen bar actif n* 
oaire qui était en 1876 de 4â3 livres n*étaitplus en 1886 que de 3a j livres. Il 
est inutile dlnsister sur la conclusion à tirer de ces statistiques, dont d'autres 
exemples montreraient la sincérité. D*ahnée en année, un plus grand nombre de 
personnes deviennent actionnaires dans des compagnies, et participent ainsi, mats h 
un degré modeste , à la richesse qui résulte de ta grande activité commerd^le «t 
industrieHe du pays. Ajoutez cet accroissement A celui que nous avons déjà décou- 
vert dans les cotes des simples particuliers et des maisons de commence comprises 
dans la cédnle D, et vous vous formerez une idée juste de Tétèndoe de ostte diffu- 
sion de la richesse que j*ai pmelaméê. 

Je n*ai pas encore épuisé toutes les preuves dont je désire enrichir ma Ihëse. Tl 
y a une forme de placement ou de dépense (car je ne sais vraiment dans quelle 
catégorie la placer), qui nous éclaire d'une façon toute spéciale sur les fortunes de 
la classe moyenne. Je veux parler de l'assurance sur la vie. Nous savons tous qu'il y 
a accroissement dans les affaires des compagnies d'assurances. X^es primes annuelles 
ont monté, entre 1880 et i885, de 1 i,685,ooo à 13,846,000 livres. Mais la ques- 
tion que nous avons à examiner, c'est de savoir si cet accroissement est dû à des 
personnes assurant leur vie pour de plus fortes sommes, ou au nombre dé gens qui 
s'assurent pour des sommes plus petites ? Y a-t-il une nouvelle classe de gens s'a.ssu* 
rant pour de petites sommes ? L'examen du nombre, des polices nous fournira la 
réponse à cette question. Le nombre des polices à Tavant-dernière évaliiation était 
de 779,000 et à la dernière de 901,000. Le total assuré est monté de 383 millions 
de livres à 4ao millions. Mais voici le point intéressant : tandis que le nombre des 
assurés s'est occru si sensiblement, la quotité moyenne de chaque police est des- 
cendue de ^93 Â 666 livres. N'est-ce pas une preuve nouvelle de ce que j'ai avancé 
relativement a la distribution de la richesse < que cet accès dans la catégorie des 
assurés d*iin grand nombre de persoimes qui s assurent dans la proportion de leurs 
modestes fortunes I 

Sans doute, aucun des faits que je viens de mentionner, à lui seul, ne serait 



Digitized by VjOOQIC 



— 177 — 

dédsif, mais ils semblent tous tendre au même Imt. En tout cas, yoici une 
preuve plus forte peut^re que toutes cdks que j*ai données jusqu ici, une 
preuve tirée non des placements, mais des dépenses : cest le nombre, des mai- 
sons d*babitation de valeurs diverses, tel qail est donné dam les états que le 
service du Revenu intérieur dresse pour les logements SQumis i Timpôt sur les 
maisons habitées. £t ici , au lieu de prendre en bloc la période d environ dix ans 
que j ai examinée . il 9era plus instructif d*éiablir la comparaison entre deux périodes 
séparées , 1875-18S0 d'une part et 1880*1886 de Tautre. Un coup d*œii jeté si^^les 
deux tableaux que j*apporte (voir page 18a) montrera combien Je c^racEtèrede ces 
deux périodes est différent. Pendant la première, vops observer^ les. effets de la 
prospérité quira .régné de 1870 à i^?^». et, pendant la seconde le résultat de la dé- 
pression qui est ensuite survenue. Les tableaux montrent Taccroissement du nombre 
des maisons, d*habitation de 20 livres et au-dessus, à Vexclusiondes boutiques, au 
cours des deux périodes. Le nombre deq maisons de chaque rang a pendant la pre- 
mière période augmenté d'une lafo.n, considérable et dans des proportions à peu 
près égalas. Maî^.dç iSSo à 1.886, période sur laquelle je voudrais plus spécLa- 
iement appeler vx>tre attention, cettç tendance subit un changement complet. Il y 
a encore un accroissement, moins grand cependant qu'auparavant; mais, pendant 
que Tarrèt de la prospérité se voit dairement dans Içs maisons du plus haut rang, 
il n'a.pos affecté au même degré lei^ habitations de moindre valeur. Ain^i dans les 
maisons d^une valeur annuelle de ao livres à 3o livres il y a eu un accroissement 
de 19 p. 0/0; cet accroissement se continue sii*on passe de 3o livres k 46 livres 
et de 4o livres à 5o livres, mais là il s arrête. De 5o livres à 60 livres il n'y a qu'un 
accroissement de 16 p.. 0/0; entre 60 livres et 80 livres de i5 p. 0/0; entre 00 et 
100 livres de la p. 0/0; entre 100 livres et i5o livres de 1 1 p. 0/0. Vous voyez que 
Taccroissement est plus faible à mesure que nous montons l*échelle de la richesse. 
Entre i5o et 5oo livres^ il y a une légère hausse, une augmentation de i3 p. 0/0. 
l'hntre 3oo et 5oo livres vous aver encore 11 p. 0/0, et entre 5oo et 1,000 livres 
seulement a p. 0/0, tandis que dans les maisons d^une valeur annuelle dé plus de 
1,000 livres il y a une diminution de 8 p. 0/0. Ainsi, autant qu oh en peut juger 
par la statistique des maisons d'habitation, les plus petits revenus ont augmenté 
d'une façon beaucoup plus rapide que les autres , et les circonstances ont eu moins 
d'effet sur eux. Les maisons delà plus basse classe moyenne, en particulier, présentent 
un accroissement d'une continuité remarquable, et le degré a accroissement a été 
on proportion dé là valeur plus petite de fa maison. Il résulte de ces tableaux que 
les plus petiteft màîsoni , ceHes où habite la classe que j'ai décrite comme acquérant 
graduellement une part plus grande dé la richesse générale , se sont mnltipEèes 
d'une façon constante , tandis que dans une couche plus riche de la société, où je 
maintiens que la progression de la richesse s*est arrêtée, vous reroarquerex un 
accroissement beaucoup moinâ considérable du nombfé des maisons habitées, etqne 
d^ns la couche supérieure l'accroissement disparaît tout à fait et est remplacé par 
une diminution réelle. On peut dire, certainement, que cela est dû à ce que les 
lr>yer8 des plus grandes maisons ont baissé. Mais pourquoi ont-ils baissé ? Parce 
qu'il y a un moindre nombre de compétttenrs pour ces maisons : c'est exprimer la 
même chose sous une forme différente. Je dirai donc qu'ici encore nous avons une 
nouvelle preuve due l'on peut dépeniter davantage, ce oui, j'en ai la confiance, 
signifie qu'il y isi plus d*aisance , et que c'est dans la masse des classes moyennes, et 
non dansieis classes supérieures, qu'il faut chercher le progrès. • 

Les enseignements que nous pouvons tirer de Tautre branche de Timpôt sur les 
maisons , celle qui concerne les magasins , sont moins frappants ; je vons les signa- 
lerai cependant , parce quHis sont intéressants au point de vue du développement 
du système de la mise en actions des entreprises et du systëme coopératif. Pour 



Digitized by VjOOQIC 



— 178 — 

les'magqàîns, )a tendance est ibsôlamertt oppoièè à celle qtie nous ayohs consfatéc 
poar les maisons dTiabitatiôn. Tandis que, pouf les maisons, il y à un plus petit 
accroîssement dans les maisons de valeur et un accroissement plus considérable 
dans Tes maisons d'une valeur moindre, pour les magasins, ceux de peu de valeur 
augmentent à peine, ôt c'est dans le nombre des grands magasins que nous remar- 




livres; de lâ p. o/o ae io à 5o livres; de lo p. o^^ de 5o à 60 livres; et ainsi de 
suite, suivant une échelle ascendante; tout en haut, ^uand nous arrivons auK ma- 
gasins de ) ,000 livres et au-dessus , nous avdns encore un accroissement de 9 p* o/o 
comparé & celtii de 3 p. 0/0 pour les magasins de 20 à ^o livres. Ce sont donc les 
grands magasins, ceux qui ont un grand capital et qui sont fréquemment organisés 
sur le principe des sociétés par actions, qui évincent , jusqu*^ un certain point, les 
petits magasin^. La question n'est pas ici de savoiir s*il faut le regretter ou s*en féli- 
citer : sur ce point les opinions peuvent difllSlrer. Je me contente d*in^ister sur ce 
fait que, dans les magasins comme dans les autrtBs genres d*afRiires, il y a un dé- 
veloppetnent extraordinaire du système de la mise en actions, et que b tendance 
est d accrottrô en étendue et en capital les maisons de commerce et de distribuer 
ce capital parmi un plus grand nombre de personnes < alors que, dans Tancien sys- 
tème, les capitaux étaient moins considérables et se trouvaient concentrés dans 
quelques mains. 

Pour résumer cette partie de ma démonstration , je crois avoir prouvé queFùi- 
corne iax, les capitaux mis en actions » les assurances et la statistique des habitations 
sont unanimes à révéler raccroissement des revenus moyens, en même lemps qu'une 
tendance dea gros revenus à rester stationnairei ou même à fléchir. 

J'ai^rais pu m'arrèter U , mais Tintérét que présente cette étude m*a porté à re- 
chercher si cette diffusion delà richesse affecte les classes exemptes de Vincome tax, 
cest-À-dire celles où les reventes n atteignent pas i&o livres par an. Je pense qu'elle 
affecte tout au moins la couche supérieure de cette portion de la comanunauté. Ici 
encore je voudrais pouvoir appliquer les pocédés aont nous avons précédemment 
fait usage- 1^9 chose n est pas possible. Il y a oependant des faits qui sont 
bien dignes d^atlention et qui nous loénent aux meures conclusions. Voyons, par 
exemple, les maisons diiabitation valant moins de 30 livre» pajr an. iTen ai parlé. 
Il y avait, en 1875,3,000,370 maisons évaluées a moins de 10 livres, et« ^n 1j886, 
3, 174.800 > soit uqe augmentation de 5.8 p, 0/0 seulement. Mais pour les maisons 
de 10 à i5 livres, Taugmenlation était énorme : 58 p. 0/0; et 56 p. c/o pour les 
maisons de i5 k 30 livrer, Vous vo^ez quela leinlance dans |es maisons au-dossous 
de 20 Iivre3 et dans les maison» au-dessus de oette somuie est absolument contraire. 
Dans les maisons ^urdessuA de ao. livres, Taugmentation était pliis considérable en 
bas, p^s petite en haut; au-des;K)us de a o livres, Taugmentaiion est plus consi- 
dérable en I^iut, elle est plus petite ou nulle en bas. Ainsi un nombre plus grand 
dre travailleurs, dans ce pays, occupent des maisons évaluées entre 10 et 1 5 livres» 011 
entre i5 et 20 Uvres» tandis que ceux qui habitent des maisons de moins de 10 
livres sont moins nombreux qu il y a dix ans. Nous ne devons évidemment pas 
oublier que ce changement peut être du à une hausse des loyers.; que lep gens sont 
obligés de payer plus aujourd'hui sans être mieux Wés. Pour ma part, je suis 
sûr que, dane la mijorité des eas, ily a plus de confort, Mais, quelle que soit 
la théorie que vous admettiez sur ce point, vous vous trouverez tovgpura en présence 
de ce fait que la classe supérieure des artisans et des travailleurs paye des l<^ers 
plus élevés qu'il y a dix ans ^ ce qui sujppose bien qu'elle peut le faire. . . 



Digitized by VjOOQIC 



— 179 — 

Sans doute , si nous oonstation*^ qu à côté de ces loyers plus édev^ qa ib payent 
pour des maisons meSleures, les traTtilleurs sont obligés de restreindre leurs dé* 
penses on leurs jJacements, il n*y aurait pas à se réjouir de Faugmentation du 
nombre xles maisons évaluées entre lo livres et ao livres. Mais, à cet égard, les sta- 
tistiques de ce que je puis appeler les placements des classes ouvrières sont très 
vasaurantea. Les statistiques des caisses d^épai^ne, cdles des sociétés coopératives, 
celles des building societies sont bien connues et je ne vous en parlerais pas» si je ne 
voulais voua. montrer, à c^ de Tacoroîsseiiient des loyers, cette énorme aug- 
mentation de Tépargne populaire , qui est une des choses les plus saiisfaiisantes de 
noire temps. 

On dit bien que les dépôts des caisses d'épargne ne témoignent pas du bien-être 
de la classe ouvrière , parce que les économies de la petite classe moyenne y vont 
aussi. Mais, quels que soient les clients des caisses d*èpargne, ce ne sont certaine- 
ment pas des riches ; d^alUeurs le nombre des dépositaires montre que les dépdts 
doivent provenir pour ta plus grande partie des artisans et des ouvriers. Les sonv- 
mes confiées aux caisses d*épargne ont cette année, pour la première fois, touché le 
chiffre de loo millions sterling. En 1878 le nombre total des dépôts était de 67 mil- 
lions ou tio sh.Q d. par tête; en 1886 il était de 97.7 ou 5a sh. 9 d. par tète. Et 
ce n*est pas seulement dans les caisses d*épargne que la classe ouvrière opère ses 
placements; il y a aussi des sociétés industrielles et de prévoyance, et ici encore 
nous trouvons des résultats très satisfaisants. Le nombre des sociétés publiant des 
rapports a augmenté de 1,168 en 1876 à i,346 en i885, et le nombre des mem- 
bres, en chiffres ronds, de 480,000 à 810,000. Le capital de participation et d*ein- 
pruots*esl accru de 5, 600,000 livres à 10,700,000 livres. Le capital, par membre, 
était de 11 liv. 16 sh. en 1876 et de i3 tiv. 6 sh. en i885. Il est donc évident que 
dans ces sociétés, qui sont essentiellement des entreprises de la classe ouvrière, il 
/«aiapéré un accneMsemdnt^oniinudQ.pif^ements* Les sociétés de cpqstructîons 
nous donneront les mêmes résultats. Le nombre des société^; publlaiit des «<N^ptes 
a passé de 489 en 1876 a 2,079 ^^ 1886, et leurs engagements qui comprennent à 
la fois le eajntal-actioAs et le capital-obligations (ces obligations étant souvent 
prises par les membres eux-mêmes )0ttl subi une atigmentation de 30,900,000 livres 

Je dois toutefois vous mettre en garde , en ce qui concerne les hniliing societies. 
Vttecroissement du nombre des sociétés de ce genre officiellement enregbtrées ne 
nrouve pas nécessairement un accroissement égal dans le nombre des sociétés exis" 
tentes, car dans quelques cas il signifie simplement que des sociétés ont été enre* 
^strées qui ne Tétaient pas auparavant. Et ici j*ose exprimer Tespoir que ceux qui 
^itiqueront ma démonstration ne le feront qu*en prenant les grandes lignes et en 
Hégiiceant les points de détail. Il ressort, il me semble, très clairement de tout ce 
que j ai dit que la position économique de rarislocratie des classes ouvrières 8*est 
fortifiée. Il y a un acci^oissement sérieux dana Id nombre de ceux qui sont au-des- 
soua da la ligne de XincQu^ tax et ua accroisftement considérabU daas lea classas 
qui viennent immédiatement an-dessus. 

Je regrette de ne pouvoir faire intervenir ici la statistique des aooiétés de secours 
Aiutuels. n y a cependant un tableau, mais peu satisfaisant, que je suis à même de 
tons soumettre, et qni montre les progrès ne ces compagnies 'indus Iriellcfs qui sont 
domme les compagnies d'assurance dû pauvre. Ce tableau montre que les primes 
smnuelles dans ces compagnies ont augmenté de 1,9^3,000 livres en 1880 
3t55o,ooo livrée en i885, le nombre des polices de 5,44o,ooo a 9,i3a,ooo, et 
le total assuré die /i 9,000,000 tivres à 85, 000,000 livres. Je ne cite pas ces chiffres 



Digitized by VjOOQIC 



— J80 — 

Le grand nombre des polices — 9 millions "— et la petite proportion dans la- 
quelle les annaités et les assurances sur la vie fié trouvent relativement à ce chiffre 
élevé, montrent f|ue la plupart de ces polices ne représentent qu'une somme trè^ 
fiaiible. Je nirui pas non plus jusqu a approuver cette forme de placement Cepen- 
dant ces chiffres prouvent au moins un effort, un effort croissant dans la voie de 
l'épargne parmi la partie la plus pauvre de la communauté* A ce titra, ils. .sont 
encourageants. 

Jlgnore si les statistiques que j ai fdacées sous vos yeux auront fait «ir votre esprit 
la même impression que sur ie mien. Pour moi il me semblequ'alors que certaines 
gens réclament à grands cris la reconstitution artilicielle de la société sur une base 
socialiste, une sorte de socialisme latent fait son chemin. La richesse tend à se 
répandre en surface, et à quelque point de vue que Ton se place, on ne peut quVn 
éprouver une joie patriotique. On n'a pas. employé pour créer ce mouvement des 
spéciQques violents. Le travail constant des lois économiques, sous un régime de 
iiberté commerciale et industrielle, amène le résultat que j*aî décrit. Nous le consta- 
tons de la façon la plus claire dans la classe moyenne. Nous le voyons clairement 
encore — bien (ju à un degré moindre — dans le haut de la classe ouvrière. Cette 
influence pénètre la société en suivant un mouvenjent descendant. Espérons que ce 
progrès continuera, et finira pur arriver à cette grande masse des populations ou- 
vrières qu'il n*a pas encore attt'inte, il faut le reconnaître, et qui, si sa position 
s*est quelque peu adoucie, grâce à la baisse des prix de ce qu*elle achète, n*a cepen- 
dant pas obtenu sa part delà richesse accumulée? Le grand avantage de ce socia- 
lisme automatique, cest qu'il opère même en temps de crise: on se plaint du chô- 
mage, on se plaint de la rigueur des temps et de la peine qu*on a à gagner sa vie, 
et malgré cela . la niasse centrale de la nation voit sa situation économique s'affer- 
mir de jour en jour. 

Suivent les tableaux annexés au mémoire de M. Goscbeii dans ie Joarnal 
de la Société de siaHstiifue. 

L — Nombre des cotes de Tinoome tax de la cédale D, (Particalien' 
et maisone de commerce. ) 



AEVENUS. 


1«77. 


1S86. 


ALGUËHT^TION 

oa 

•iMimrrio^ 

au 1S86. 


De 1 5o à 1 ,000 livres sterling , . 


liv. H. 

317,939 


Ht. «t. 

379,06^ 
22,298 


p. 0/0. 

-f 19.26 
— 2.40 


1,000 livres et au-dessus 





II. — Cotes de /'income tax. (Cédale D.) 



RBTENUS. 


1877. 


18««. 


AUGMENTATION 

DIMIIVTIOI 

•B i88«. 


De iSo à 5oo livres sterliiur 


liv. st. 

285.754 

32.085 

19,726 

3,122 


liv. »t. 

3îi7,02l 

32.033 

19,250 

3,048 


p. 0/0. 

+ 21.4 

II 

— "2.5 
-. 2.5 


De 5oo a 1 .000 


De 1,000 a 5,000 


Au-destas <ie S. 000 .... ...• . 





Digitized by VjOOQIC 



r 



— 181 — 

m. — Nombre des coUs de la cédule E {non compris les employés 
des services publics.) 



ANNÉES. 


KOMBIΠDE COTES. 


1 877 • ..• • ...••• «. 


78,224 

87.724 

101.101 

112,008 

U5.964 


1S80 


i883 


i885 


1886 







IV. — 


Prohaie daty. 




\NNÉES. 


PRODUIT BRUT. 


i885 






liv. M. 

3,792,772 
3,&9ft,ftl>0 

3,833,678 


1886 •.* ..«...«.«.«. 


1887 


*""/ • 





V. — 


Prohaie 


daiy. 












NOMBRE 


^0\lBR£ 

de5 
SOCCBSSIO^S 




NOMBRE 

dos 
S0cr.issi0«ft 




iXiliɣ8.- 


TOTAL 

des 
•uccessioDs. 


PROPOR. 


PROPOR 






de 
1.000 
livres. 


TIONS. 


de 

30,000 

îivre». 


TIONS. 










p. 0/0. 




p. 0/0. 


i885 




59,016 
60,480 


45.950 
46,903 


77.80 
77.55 


57,887 
59.269 


98.08 
97,99 


^^^1 














wmimmmimJi 



VI. — Prohaie duty. 



SUCCESSIONS. 



Ne dépuBsot pas 1.000 livres sCrrliiig 
De 1,000 a 5,000 

— ^000 à 10,000. . • 

— 10.000 à ao.ooo 

— ao.ooo à 3o,ooo 

— 3o,ooo à ao.ooo 

— 40.000 à So.ooo 

— • 5o,ooo à 100.000 

— 100,000 à 1 So.ooo 

— 1 So.ooo à aoo.ooo 

— aoo.ooo i aSo.ooo 



1885. 



45.950 

8,782 

1,938 

1.217 

389 

208 

145 

2W 

61 

32 

16 



188C. 



32 
16 



1887. 



/W),903 

9.094 

2.032 

1.240 

444 

228 

140 

255 

64 

33 

17 



Digitized by VjOOQIC 



— 18Î — 

Vn. — Compagnies d'assurance ( Vie). 



1880. 
i885. 



AN.NEES. 



PRIMES ANNUELLES. 



11.658,319 
13,8'i6,925 



KOXns DE VIE 



Ky. «t. 

J 23.675.355 
n2.75l,7(r7 



Nombre des polices. 
Total assure 



Moyenne par pdlico . 



AVANT-DERMERK 



779.004 
383 617.212 lîv. st. 
ii9â liv. êk. 



DERNIÈRE 



901.877 
420.650,319 Uv. st. 
466 Kv. «t. 



(') Il y a d'habitude cinq ou «it ans d'inlefYalle entre den\ ctalnations. 



Vin. — Augmentation du nombre des maisons d*hahitation, 
non compris les magasins de 20 liv, st, et au-dessus. 



1 



VALBUR$ L0CATIVE8. 



De 20 à 3o livres sterling 
"-^ 3o à &o 

— ho à 60. 

— 5o à 60 

— 60 è 80 

— 80 à 100 

— 1 00 à 1 5o 

— i5o à 3oo 

— 3oo à 5oo 

— Soo à } ,000 

Au-dessus de i ,000 



DIFFERENCES PROPORTIONNELLES 

DK 1880 X 1886. 



DB 1875 A 1880. 



r- •/•• 



■f 

+ 
+ 

-t- 

+ 



28 
25 
23 
22 
23 
18 
26 
27 
35 
22 
9 



p. 9/9. 

19 
19 
21 



4- t5 



12 
11 



4- 13 






11 
2 

8 



K. — Total des maisons d'habitation de 20 liv. st. et au-dessus. 











ANNÉES. 


KOMBRE 
01 misoMs. 


AUGMENTATION. 


1875 


569,326 
713.106 
838,602 


f. 0/0. 
If 
25 
18 


x88o 


188G 





Digitized by VjOOQIC 



X.— 



— 18» — 
Accroissement du nombre tbs matfosins de 20 liv» it. et au-dessus. 



V*i»RVH» Lâ«4XiV&«. 



De 



20 a 
3o à 
4o à 



Sô 
60 
80 
100 
i5o 
3 00 
5oo 



— 1,000 ctau-dc6sa«. 



3o livres jtterling., 

ào 

5o 

6© 

80 

ioo« 

i5o 

3oo« 

5oo 

i,ooo. 



20 et aa-deasos., 



DIFFERENCES 
piiopoaTioirxKi.i.Ks. 



DB 1875 À 1880. DB 1880 À 188C 



p. 0/0. 



'8 
20 
20 
20 
22 
21 
25 



+ 31 

+ 36 
+ 31 

+ 58 

+ 16 



0/0. 

y 

8 

12 

10 
9 

5 
13 



+ 7 



AagmeDtation J« 1« «alovr BDattcUg «bs magatini, tl* 1875 à 1886 s 

De têtu 1m magasin* 3a p. 0/0. 

Des magatiDs eolre ao el 3o livre» la p. 0/0. 

D«9 nMgasint anHlMSUs d« 1 ,000 livret 48 p* 0/0. 



XI — Nomlre des maisons d'habitation de moins de 20 Uv, sU 



VALEURS LOCATIVES. 



Au-dessus de lo livres sterling, 

1 o et «v-dessons de 1 5 

iS el au-dessous de ao 



1875. 



3,000,370 
590,383 
931,326 



1880. 



3,17«i.806 
932,8/ï5 
517,936 



ACCIIBNTATIOR 

pro- 
portionnelle. 



p. o/o. 

4- 5.8 
4- 58.0 
+ 56.3 



XII. -— Caisses d'épargne privées et postale. 



ANNÉES. 



1876./ 

1880.. 
i885.. 
1886.. 



NOMBRE 

OIS DépQUVTS. 



3,256,^95 
3,704,777 l» 
5,128,647 P» 
5.322,225 



MONTANT DES DÉPÔTS 



liv. et. 

67.6 
77.7 
94 7 
97.7 



FAI DévOSAITT. 



liv. St. 

20.15 
21, 01') 
l&. 7 <»> 
18.7 



FAB tAtI 
de popnUlion. 



liv. st. 

40.9 

44.6 
51.4 
52.9 



(1) L'uugme s talion conaidÂraMe entre ces deax dates al la djmination par déposant sont dues sans donte h 
rintro-Iuetion de la nvélhode de recevoir les dépôts en timbres-poste, mcthodo inaagurée en 1881. 



Digitized by VjOOQIC 



— 184 — 
XIII. — Impôt sur les maÎMons d'habitation. 



A. — MAISONS D«HABrrAT10!f. 



VALEURS LOCATIVES. 



De 30 à 3o livres slerliug 

— 3o à /io 

— an k 5 

— 5o à 60 

-~ 60 à 80 

— So à 1 00 

— 100 à i5o 

— 1 5o à 3oo 

— 3oo à Son 

— 5oo à i,oon 

— 1,000 cl «u-dowu« 

TOTAI 

De ao à 3o 

— 3o à hn 

— ko k 5o 

— 5o à 60 

— 60 à 80 

— 80 è M»o ■ 

— 100 à i5o 

— iSû À 3oo. ......... .. 

— 3oo à 5oo 

— 5oo à 1,000 

— 1 ,000 et aa-desfiu 

Total 



1S74-75. 



1870-80. 



1882-S3. 



1885-86. 



KOMtE» DBI MAiaOllS O'BAtmTlOH TAlil* À S**. 



201,003 

121.897 

70,931 

'j^709 

50,fi33 

24,319 

30,808 

18,715 

M 'il 

!,679 

6(1 1 



560,326 



258,290 
153,030 
87,33<i 
5.'i,560 
61,975 
28,766 
37,163 
23,675 
5,573 

097 



713,168 



288,(i82 

172,609 

99,/i02 

59,896 

68,505 

31,07^ 

30,682 

25,477 

5.891 

2,065 

672 



793.755 



30'>/i08 

182.972 

105.407 

63,096 

71,436 

32,365 

41.336 

116,732 

6,198 

2,098 

644 



838.692 



VAl.Btin AimOBLLB Dit HAIAO^IM 
lit. ftt. 

6.082,146 
5,030,9^8 
3.710,591 

4,092,264 



liv. st. 
4,722,240 

3,9d4,f06 

3;0t 4.7^7 
5,S?8,83n 
3,329,315 
2.077,974 
3,502.314 
3.592,583 
1,477,225 
1.068.154 
1,293,013 



30,457,606 



2,462,520 
4,918,192 

4.577,03a 
1,982,879 
1,303,245 
1.377.012 



37,776,030 



0*aABITATIO1l 

Kv. »l. 

6.792,055 
5,4V7«^7U 

4.229,017 

4.518,398 
2,058,229 
4.616.397 
4 922,894 
2,102.561 
1.315,757 
1,315.252 



TAiixs À 9**. 

lit. st. 
7,242,73S 

4,498.157 

4,724.640 
2,770,79!i 
4,796,678 
5,166,862 
2,215,959 
1,353,907 
1.208,030 



41,271.438 



43.279.517 



Digitized by VjOOQIC 



— 485- — 



B. — MAGAsufs, no. 



VALKORS LOCATIYES. 


1874-75. 


1870-SO. 


1882.M. 


i:^85-8G. 






1 

XOMUB I»» MAttAinS, ETC. TAltS 


À f. 


De ao cl au d?ssoas de 


3oliv. si.. 


121,82a 


131.875 


133,844 


135,187 


— 3o — 


ko 


50,87y 


71,977 


75,889 


77,46') 


- ',o — 


5c 


33,t)05 


40,788 


44,093 


45,561 


— 5o — 


60 


20,663. 


24,770 


26,647 


27,336 


— 60 — 


80 


24.014 


29.945 


32,370 


32,602 


— 80 


lUO 


10,778 


13,085 


14,511 


14,961 


— 1 00 — 


i3o.. ..... 


13,180 


16,658 


17,601 


17,535 


— i5o — 


3oo 


7,59'i 


9,963 


11,120 


11,256 


— 3oo — 


Soo 


1,7«7 


î.wa 


«,«50 


2,583 


— 5oo — 


1,000 


707 


924 


931 


9)4 


— 1 000 cl aii-iicssus.. . . . 




291 


359 


391 


302 


Total 


295.222 


342,784 


360.053 


365,871 






TAtevii %^ 


XVKLLB MS SA 


OAStlIS. tTC, TA 


xà* k 9*. 






liv. U. 


ih. >l. 


Uv. »l. 


U^. »l. 




ÙO . .' 


2,782.640 


3.020,545 


3,084,132 


3,125,870 


— 3o 


'10 


1,943,311 


2,340,842 


.2,471,990 


2,523,205 


— 4o - 


5o 


1,435,561 


1,726,838 


1,870,065 


1,935,291 


- 5o — 


60 


1,072,450 


1,284,150 


1,381,727 


1,417,701 


— 60 — 


80 


1,017,961 


1,970.398 


2,136,449 


2,162,137 


— 80 — 


100 


917,665 


1,112,183 


1,234,234 


1,277.165 


— 100 — 


i5o 


1,505,174 


1,906,996 


2,015,610 


2,020,963 


— i5o — 


3oo 


1,444,431 


1,899,663 


2,128,390 


2,15\237 


— 3oo — 


Soo 


641,566 


867,621 


930,363 


923,287 


— 5oo — 


1,000 


442,163 


590,030 


589,670 


576,676 






521,124 


652,982 


738, 17S 


771,788 


Total 


14,324,046 


17,381,248 


18,589,814 


18,887,32f'. 





Digitized by VjOOQIC 



— 18ft — 

XIV. — Maisons habitées. — Nombre et valeur des maisons non imposables. 

A. — Nombre db maisons. 



ANNEES. 



1874-76 

I 879-80 r 

i88î-83 

1885-86 

ÂL'GH ENTAT ION proporlionncUe de 
187(1-75 à 1885-86 



do 10 liv. st. 



liv st. 

3,000,370 
3,090,650 
3,136,561 
3,17<i,806 



5.8 p. 0/0. 



MAISONS 



10 liv. à i5. 



liv. «t. 

.•)90,383 
754,965 
842,979 
032,8(15 



58.0 p. 0/0 



10 liv. i so. 



liv. st. 

331.326 
.'i2û,700 
478,078 
517,936 



56.3 p. 0/0. 



B. — Valeurs locatives. 



ANNEES.. 



187/1-75 
1879-80 
i88a-83 
1885-86 



DB HOIRS 

de 10 Ijv. si. 



liv. st. 

16,253,802 
17,572,150 
17,892,602 
18,390,942 



10 liv. l 10. 



Uv. st. 

6,809.035 

8,822,849 

9.797,833 

10,886,431 



10 liv. à 30. 



lit. 9t. 

5.544,176 
7,153.151 
8,064,239 
8,749,776 



On peut rapprocher ces derniers tableaux de ceux que nous avon* 
publier en janvier 1886, page 69, d'après le 28* rapport des Commissaire! 
du revenu intérieur. 



Digitized by VjOOQIC 



— 187 — 
BELGIQUE. 



LE COMMENCÉ EXTÉMEOR. 

Le Bnlletin de février 'iS83 résumait numériquement et graphiquement 
le commerce extérieur de là Belgique depuis i83x jusqu'à 1881 inclusive- 
ment. Nous ne remontons ici que jusqa^à 1881. * 

Marchandises importées et exportées [numéraire non compris). 



ANNEES. 



1881 

Alnvfa««« ••*«•«•«««« 

i883 

i884 

i885 

1886 



COMMERCE GKMEHAL 



iMPon- 

TATIOW, 



BXPon- 

TATIOt. 



t 



mtllieos do francs. 



2,787.8 


2,460.6 


%&&l.ê 


2.^63.0 


2,S05./i 


2,003.5 


2,772.5 


2,r,77.7 


2,577.6 


2,419.5 


5,662.7 


2,512.1 



5,248.4 

5.410.0 
5,'i50.2 
4,097.1 
5.174.8 



COMMERCE SPECIAL. 



IMPOB- 
TATIOS. 



IXPOR- 
TATIOt. 



million* do francs. 



1,629.9 
i^607.6 
1,552.1 
1,425.7 
1,347.0 
1,335.0 



1.302.7 
1.^30.9 
1,343.1 
1,337.5 
1,200.0 
1,182.0 



2,032.6 
2«933.i) 
2,095.2 
2,763.2 
2,587.0 
3,517.0 



Le Moniteur belge du 3 février 1888 présente, pour les principales marchandise 
seulement, la comparaMoa des importations et exportations (commerce spécial) d| 
1886 et de 1887, ces dernières calculées provisoirement d*après les taux admis pouf 
1886. â 

L'augmentation en 1 887 est de 5 p. 0/0 à {Importation et de 7 p. 0/0 à Texpoil- 
tation. 

A Timportation il y a une augmentation de 18 millions sur les blés, d.8 sur le| 
seigles, 4 sur les orges, 8.3 sur les avoines, maïs et sarrasins, 6.8 sur les farines^, 
sons, fécales alimentaires et moutures de toute espèce, 3.3 sur les riz; 13.1 sur Icj^ 
lins, 7.7 sur les résines et Utumes, pétrole non compris. 

L'importation des bestiaux de Tespèce bovine est en baisse de 6.a mîllioiia, celle 
des moutons de d.i, celle du café de 9.9, celle des engrais (guano) de 9.4, celle d«i 
soies de 3.:|, celle de Thuile de pétrole de 9.1. 

A Texportation, nous relevons une augmentation de a. 6 millions sur les orges « 
de il.9 sur les avoines, maïs et sarrasins, de 3.7 sur les farines, sons, ete, de fu$ 
sur les viandes, de ia.4 sur les fils de lin, chanvre. . . ., de 16.6 sur les voitures 
pour chemins de fer et tramways autres qu en bois, de 5.8 sur le zinc non ouvré., 
de 5.3 sur les pierres brutes, taillées, sciées, de4-asur les tissus de coton , de 6.4 
sur les yerres, glaces. • .« 

Il y a diminution pour les peaux brutes, 9.6; pour les lins bruts, 6.9; pour les 
tissus de lin, chanvre et jute, 6. a ; pour les fers ouvrés, 3.ii. 



Digitized by VjOOQIC 



— 188 — 
BELGIQUE. 

LES ÉMISSIONS PUBLIQUES EN 1887. 

Pour faire suite à nos articies de septembre 1886 (page 281) et de 
janvier 1887 (page 70]. nous empruntons au Moniteur ({et intérêts matériels , 
publié à Bruxelles, sous Thabile direction de M G. de Laveleye, son tableau 
des émissions publiques en 1887 ^^\ avec rappel des chiOres de 1886. 

Reproduisons, d'abord, les totaux précédemment obtenus (1871-1885]: 

ÉMISSIONS. 



ANNEES. 



1871. 
187a. 
1873. 
18714. 
1875. 



milliartU' 




i5.6 


1876 


13.6 


1877 


10. g 


1878 


4.2 


1879 


1-7 


1880 



ANNÉES. 



EMISSIONS. 

miilianl^. 
3.7 
79 

4.6 
9.4 
5.5 



ANNEES. 



EMtaSiOKS. 



miU'.rJ^. 



1881. 
188a., 

t883.. 

1884. < 
188Î:.. 



7-2 
4.7 

4.9 
3.3 



Voici maintenant le tableau dressé pour 1887: 



DÉSIGNATION. 


ÉMISSIONS DE 18S7. 


ÉMISSIOMS 

de 

ld«6. 


EMPRURTS 

Cl de vitlet. 


irA»LIS8KlfBIIT8 
(le 

frJdit. 


ciiEMifia Da rEn 

et 50cictr!i 

indnstriclles. 


TOTAUl. 


Allemipif^ . • t . t . r f , 


239,126,953 

208,5Vj,8C5 

/i0,3-29,000 

173/225,306 

11.150,000 

27,^192,188 

H 

216,'i9r,,895 

282,471,425 
70,175,355 
20,1^03,0^10 

21,50/1,280 

5,238,750 

210,000,000 

5,287,500 
112,833,120 
II 


rai 

78,512,813 
32.613,500 
4,200,000 
/* 

n 
II 

II 

23,000.000 

21.875,000 

n 

5,000,000 

6,755,700 

4,440,625 

6,262,500 

21,208.050 

3,000,000 

II 


Iliouft d« francs. 

110,049.063 

781,^142,725 

I42,724,ri34 

8,339.000 

II 

56,082,780 
648,776,770 

803.125,444 

ji 
197,030,500 

68.777.879 
51.002.920 
84,443,515 

2,000.000 

169,400,003 

3,250,000 


427,688,829 

1,022,601,090 

196,253,634 

181.564.306 

11,150,000 

27,492,188 

56,^82,780 

888,271,665 

1.109,471,869 

70,175,355 

222,234,440 

97.037,868 

57,201,670 

298,884,140 

i^,262,500 

28,585,550 

285,233.120 

3.250.000 


213 

827 

327 

277 

II 

51 

211 

1,119 

2,096 

7 

191 

299 

13! 
051 

25 
218 

65 


Amériqne 


Aotrichc-Hongric .... 
Belgique. 


Chine 


Danemark 


Espagoe et colonies . . 

France 

Gfrandc-BreUgne et 
colonies 


Grèce 


Ualic 


Pays-^as, colonies et 

Luiemboorg 

Portugal 


Russie 


Serbie t 


Suède et Norvège. . . 
Suisse 


Turcniie 


4"*^ 

ToT4ini 


l,6?i9,079,58(i 


206,958,188 


3,130,003,230 


4,996,041,004 


6,708 



M. G. de Laveleye fail suivre ce tableau des observations suivantes : 
S*il fallait chercher la caractéristique des appels au crédit de 1887, le mieux se- 
rait encore de tourner les yeux du côté des pays lointains : la Chine, la République 
Argentine , d'autres encore ont vu, en cette année, Taurore ou Tapogée de leur crédit. 
Aujourd'hui, l'Europe n emprunte plus guère, si ce n'est pour couvrir les dépenser 



Digitized by VjOOQIC 



— 189 — 

militaires ou pour parfaire l'équilibre instable des budgets; aujourd'hui, l'outillage 
économique et industriel se trouve suffisamment achevé sur une grande partie du 
monde civilisé. En Suisse, en Allemagne, en France, en Portagal, aux Pays-Bas, 
même au Brésil, on parle à chaque instant de conversions des dettes anciennes. Cela 
fait Taffaire des Gouvernements ou des entreprises, dont le crédit s*es( amélibiré, 
mais cela ne plaît guère aux rentiers , qui ont quelque peine à admettre celte no- 
tion , bien simple pourtant, que la valeur de Targent diminue ou augmente selon 
labondance ou la raréfaction des capitaux disponibles, et celte notion, tout aussi 
simple , que les Etals ou les sociétés dont le crédit s*est amélioré ont le droit de payer 
moins cher la confiance qu*on leur prèle. 

Après la période des conversions et des remboursements, il fallait que l'argent 
se portât d'un côlé nouveau et allât à Tinconmi. Les emprunts chinois , qui ont 
pas^é la Manche , de même que les valeurs argentines et autres , forment ce nouvel 
diment à la spéculation. 

Le total général auquel nous sommes arrivé est infèrieui' à celui qui formait l'ad- 
dition des appels au crédit en 1886 et à peu près égal aux cfaiflEres de i884 et des 
années antérieures. Le déchet provient de la modestie relative des emprunts con- 
tractés par les Gouvernements. C'est ainsi que la Russie , la Grande-Bretagne arri- 
vent avec des chiffres réduits. Il en est de nième de la France, qui n*est inscrite 
que pour 888 millions, y compris l'éntisaion impiicitemeiit contenue dans la con- 
version des rentes 4 i/a p. 0/0. Quant aux appels de crédit en Suisse, ils représen- 
tent surtout des conversions. 

Comme émissions faites par les établissements de crédit , les chiffres sont plus 
modérés encore. Par contre, les chemin» de fer et les sociétés industrielles ont ap- 
porté un contingent fort convenahle , de telle sorte que l'ensemble est satisfaisant. 

l}n mot encore. Il devient chaque année plus difficile de dresser un tableau très 
exact desappeb au crédit, parce que, un peu partout, le système des introductions 
tend à remplacer celui des émissions publiques. Il n y a plus guère qu eu Angle- 
terre qu'on s*en tienne encore à cette coutume, qui veut que chaque affaire s'expose 
dans un prospectus et essuie le feu de la critique , même si les promoteurs ont l'in- 
tention formelle de ne céder au marché — et, encore, en mains sûres — qu'une 
petite partie du papier créé. Partout ailleurs, et surtout lorsqu'il s'agit d'émissions 
nouvelles faites au profit d'entreprises anciennes, on agit sukirepticernent, par voie 
d*introduction. C'est ainsi que, a après un relevé que nous avons fait, la cote offi- 
cielle de la Bourse de Paris s'est enrichie de 161 millions d'obligations, savoir : 
]o3 millions placés aux guichets des six grandes compagnies de chemins de fer; 
38 millions écoulés par des compagnies de chemins de fer secondaires ou algériens 
et ao millions placés par des sociétés industrielles , gaiières ou autres. Ces chiffres 
sont naturdiement compris dans notre total de ^«996 millions. 

Faut-il encore s'étonner de voir parfois les statistiques faites de divers cdtés ne 
pas concorder exactement entre elles? D'après le Deutsche Œkonomist, les émis- 
sions de valeurs indigènes tentées en 1887 se sont élevées à /I91 millions de marks; 
VAktionâr^ de Francfort, dit 355 millions de marks; quant à nous, nous avons 
relevé 4^7 millions de francs, soit 3da millions de marks, nous rapprochant 
ainsi de très près de notre confrère francfortois. Nous eussions pu changer notre 
chiffre et adopter l'une ou l'autre des versions des statisticiens du pays. Nous ne 
l'avons pas fait pourtant, parce que voilà dix-sept ans que nous dressons notre 
tableau d'après un système toujours identique, sans nous arrêter à d'inévitables 
divergences. Si nos tableaux annuels ont acquis quelque notoriété, ils la doivent 
sans doute à cette volonté de maintenir, en évitant l'exagération , notre mode de 
recensement. 

BULL. DE STAT. l3 



Digitized by VjOOQIC 



— 190 — 



BEL 



LE PRODOrr 
I. — Impôts indirects 



■ËBoe^ 



NATURE «ES IliP6T& 



i...'ir.liiiiili'. . 11. . 
r RBCBTTGS DltEASlft. 



— — i— I II t . 1 
DOVAREB 

Droits de dottaiM». *..*.>.««».«! i *. 4. •»..«• 

les vins étraDgen. 

ks eanx-de-vie iodi^cs 

les bières 

les vinolj^tes. • > 

les sites de canne el de betteraTe • 

]m glacçses et tatxes sucres non cristaliisaMes. 

le ubac 

Frais d'essai des Matières dW et dVirgent 

Reoettct extiMrdtsalfes et aocideataes* loyer de faàti> 
«eqtt, eto. 



DroiU 
d^s 



Recettes 
diverses. 



ENRXGISTREMBIfT. 



Enregistrement 

Greffe... «%.*»..v.^ *.«..« • 

Uypoth^^pies 

Successions. é 

Droits de matâtîon sur les successions en ligne directe. . 

Droits dtts pat les éponx Attivanls. ... % 1 

Timbre k 

Timbre des polices d'^ssyrinoes. . « , «, 

Naturalisations 

Amendes en matière (f impôt 

Amendes de OMdnmaÉlMlis en madèrtt diverses 



PRAGBS. 



Domainet 



i^ro^uîts des rivières et canaux 
■. dei routes appartenant k TÉtat. 



Jravaiu 
publics. 



Produits des ebsmias de fer 

■ ■■■■ ■ des, tAégrapbis 41«ctiâ^es 
. ■ ■ des posles 



du service des bateaux à vapeur entre Ostende et 

Douvres % « 

du pnesaged*eaa d'Attrers à la T«ie-de-Flaiidn 



Trésorerie ffënërale. — Part revenant à TÉtat dans le produit net des 
quais de FEscaut à Anvers. 



Trésorerie 



CASnéXNL ET EBVEECJS. 

ProdniU des aofees des ooavnissâriaU maritimes., . 

dei droîu de pilotage et de fanal 

Autres produits 



BembottfHments. 



Tôt A». 



MONTANT 


DKI ÉTll.yATI01l»D«S»«VKll« 


a« 


1M7. 


1866. 


frBDCfl. 


fnaes. 


55.507,100 


25.531.600 


2.944,500 


2,946,500 


23,07«.90O 


23.076,922 


9.1O6.60O 


9,163,700 


9,100 


8.400 


2,935,000 


2.925,000 


266,000 


232,000 


800.000 


l.OOO.OOO 


10,000 


lO.OoO 


350.000 


350.000 


«4,995.100 


65,244.122 


flo.ieo,ooo 


20.500.000 


460.000 


460.000 


3,300.000 


3,400,000 


16,200.000 


16,000.000 


2,800.000 


5,000.000 


330,000 


320.000 


5.800.000 


5,800.000 


1,020.000 


920.000 


25.000 


25,000 


460.000 


460.000 


750.000 


750.000 


51,235^00 


51,635,0011 


■ 1,050.000 


1.600.000 


\ 5,000 


5.000 


1U,000«000 


118,500,000 


2.967,000 


3.050,000 


9.183.250 


8,971.750 


775,000 


600.000 


40.000 


40.000 


300,000 


300.000 


128,320.250 


133.066.750 


UO.OOO 


110,001-» 


2.930.000 


2.930.000 


14.032.600 


14,251.000 


17.072,600 


17,291,O0J 


3.241,659 


3.529.'i56 


264.864.609 


270,766,328^ 



(*) Yoompm: poor viaaigrM A% bien. 4, 98$ fr. 08 eéat. ; po«r vmaifrM fabrif«<s u^nc d'anlns •■btUiic* 
34s if^ 88 otni. 

m Y compris ane ■omni« de 789,^88 fr. 37 e«nt.,~pow paHur* Is nioimiim fizj pour ranoM 1887. 



kabtUiK«| 



Digitized by VjOOQIC 



— 191 — 



DKS IMPÛTS £N 1887. 
et aatra produiU. 



t 


MONTANT 

»■• laCOVTMIKBIVt 


ut 


PIFFJ&RENCB 
wtr* 

iTÂLVATIOlt BT US UCOITTUiniT» 
dt 


DIFFÉRENCE 

Ba PUS OD IH HOIRS 

entre 

de 1887 et œaz 
de iWF." 




ww. 


1886. 


1887. 


1886. 




fruM». 

25.987,479 

2,901.945 

23,325,3W 

9,321,890 

« 11,042 

t'» 3,647,989 

429,188 

752,816 

9,970 

379,065 


fraaes. 

24,314,871 

2,818,790 

22,957,480 

8.852,866 

13,505 

3,500.452 

393,070 

965,610 

9.437 

319.395 


+ 

+ 
+ 

+ 


francs. 

480,379 

42.555 

248,483 

215,390 

1,942 

722,989 

163,188 

47,184 

30 

29.065 


4- 


francs'. 

1,216.729 

127.710 

119,433 

310.834 

6,105 

575.452 

161,070 

34,390 

563 

30.605 


+ 
+ 

+ 

+ 

-f 


frtncs. 

1.672,608 

83,155 

367,894 

469,024 

2,463 

147.537 

36.118 

219.794 

533 

5^,670 




66,766,767 


64,145,476 


■f 


1,771,667 


— 


1.098.637 


+ 


2,621,282 




26,445,203 

470,077 

3,367,256 

17.108,652 

3,161,116 

289,415 

5,876.913 

579,375 

35,000 

389,320 

786,635 


20.820,704 

479,722 

3,374,720 

16,763,811 

2,747.583 

328,436 

5,760.247 

1,011,084 

33,250 

423,739 

736,115 


■f 
+ 
+ 

-f 
■f 

+ 
+ 


345,203 
10,077 
67,256 

908,652 

361,116 
30.585 
76.913 

440,625 
10,000 
70,680 
36,635 


+ 

+ 

+ 
+ 


320.704 

19,722 

25,280 

763,811 

252,417 

8,436 

39,753 

91,084 

8,250 

36,261 

13,885 


+ 
+ 

+ 

+ 

4- 


375,501 

9.645 

7,464 

34ti,841 

413,533 

39.021 

116.666 

431,709 

1,750 

34,419 

50,520 




52,508,962 


52,479.411 


+ 


1,273,962 


+ 


844.411 


+ 


29,551 




1,206,134 

5,055 

'» 119,928.000 

'■'^ *,«79,40O 

w 9,201,700 

'} 605,000 
'^' 61,700 


1,430,795 

4.150 

113,467,194 

2,868,546 

8,954,381 

572,115 
5U72 

M 


+ 
+ 
+ 

+ 


156,134 
55 

5,928.000 
»,400 
18,450 

170,000 
21,700 

300.000 


+ 


169,205 

850 

5,032,806 

181,454 

17.369 

27,885 

11.272 

300.000 


+ 
+ 
+ 
4- 


224,661 

905 

6,460,806 

110,854 

247,319 

52,8a5 

10,428 

II 




193,986»989 


127,348,463 


+ 


5,666,739 


— 


5,718,297 


+ 


6,636.536 




'»» 112,200 
W 3,128,300 
» 13.576.652 


104,350 

2.916,788 

14,736,815 


+ 
+ 


2.200 
198,300 
455,948 


+ 


5,650 

13,212 

485,81» 


+ 


7,850 

211,512 

1,160.163 




16,817,152 


17.757,953 


— 


255,448 


+ 


466,953 


— 


940,801 




^ 3,151 950 


4.290,328 


— 


89,709 


+ 


■ 760,872 


— 


1,138.378 




273.231,820 


266,021.621 


-f 


8.367,211 


— 


4,744.707 


T" 


7,210,t99 


1 


pirni W droiU d« dow 


» fk 73 atak. , MoaUa* dm dioîto d'«Btté« tmr 1m nitvM i 

UM. 


tBnsSf M tVMi^'V, •■ 


OHtN , comprise 



i3. 



Digitized by VjOOQIC 



— 192 — 

II. — Part des droits de douanes, accise et 



NATDRE DES IMPÔTS. 



OfOlu de doutnet 

ilet vintétmigen. 
les eftuX'4e-vie indigènes , 
les bières 
les Tina^gres • . « . . 
• les sucres de ouuie et de betterave. 

Pvodait des postes 

Vinaigres de bière , 

Vinaigres fiJbriqnës avec d'antres substances 

Totaux.. ...... 



MONTANT 

iVALUATIOVft DBS IITSSIIS 



1887. 



fraoet. 


fraae». 


3,559,900 


3,552.900 


1,585,500 


1.586.500 


10,923,100 


10.923.078 


ft»903,500 


4,934.300 


6,900 


4.600 


1.575,000 


1,575.000 


M16.750 


5,873.350 



28,561,650 



1886. 



28.449.638 



III. — Impôts 



^ 



NATURE DES IMPÔTS. 



Contribution Candère . . • 
Contribution personnelle. 

Droit de patente (^ 

Redevanœs sor les mines. 

TOTAVX.... 



MONTANT 

1 LA nu as VAVxér. 

Jm rôlet rsada» enentoiros 

ds rexareic* 



1887. 



firaiMS. 

23,726,503 

19.032.738 

4,858.592 

306,571 



47,924,404 



1886. 



frane». 

23.571,262 

18,844.869 

5.142,754 

355,269 



47,914,154 



TERMES 

écaos XT BxiexBus 

à la fia 

d« 



1887. 



frases. 

21,749.295 

17.446,677 

4.453,709 

281,023 



43.930,704 



188G. 



franco. 

21.606.990 

17.274.W'i 

ft,71'»»l^ï 
325,664 



43,921,309 



'*** L« eUAw iodifus daat ca UUsui a» eoai|irsaMat pas !«• ««alÛBSê «ddîliaaasl» aa paoAt daa praviMaa ii < 



Digitized by VjOOQIC 



— 193 — 



ito Ttveiumt au fonds eommanal. 



MONTANT 

de . 


us 


DIPFBRBNQB 

•ntn 


DIFPËRENGB 

•AtM 






da 




LBS MCOVTUMBITS 

da 1887 
•t erax de i88<. 


1M7. 


18SG. 




1887. . 


1886. 


francs. 


fMnas. 




francs. 




francs. 


franca. 


2,787,782 


3,535.575 


— 


765.118 


•— 


17,325 


— 747,703 


1,562,586 


l,S17.8iO 


— . 


22,914 


— 


60,000 


+ 44,776 


11,095,572 


9,178,721 


+ 


172,472 


— 


1,744,357 


+ 1,916,851 


5,019,479 


4,766,928 


+ 


115,979 


— 


167,372 


+ 262,551 


3.078 


7,272 


— 


1,822 


+ . 


2,672 


— 4,194 


1,964,302 


1.884,859 


+ 


380,309- 


-f 


300,850 


-h 79,443 


> 5,998,300 


5.852,214 


— 


18,450 


• ^ 


21,036 


-h 146,086 


2,683 


II 


+ 


2,683 




fi 


+ 2,683 


185 


M 


+ 


185 




II 


+ 185 


28,433,967 


26,743,379 


— 


127,683 


— 


1,706,249 


+ 1,690,588 



I*' ippnmatîvnnMBU 



mcU (»>. 



RECODVREMENTS 

KrrBC-nits 

à la fin de 


DIFFÉRENCE 
Birm Lia TiBKta icBvs bt biicibx.b8 

il la fin da 


DIFFÉRENCE 

entra 

iM BiecMiTiiKniTa 

de 
l'année 1887 

de 1886. 


1S87. 


1880. 


1887. 


1886. 


francs. 

22,579,531 

17,889,970 

4,583.731 

302,968 


francs. 

22.471.255 

17.577,428 

4,528,397 

3W,070 


franea. 

+ 830,236 
+ 443,293 
+ . 130,022 
+ 2M45 


francs. 

+ 864,265 
4- 302,964 
— . 185,794 
+ 25,406 


francs. 

+ 108,276 
+ 312,542 
+ 55.334 
— 48,102 


45,356,260 


44,928,150 


+ 1,425,496 


+ 1,006,841 


+ 428,050 


>.4ii.ooo inacs. La montent d» cas i«« ponr l'annéa 1886 était da 1 .iia9.658 francs. || 



Digitized by VjOOQIC 



— 194 — 
BELGIQUE. 



LA REDEVANCE PROPORTIONNELLE DES MINES. 

Le Moniteur des intérêts matériels du 19 janvier 1888 contient des rensei- 
gnements législatifs et statistiqaes sar cette contribation et nous reprodni- 
sons oi-après, en Tabrégeant, l'article du journal belge: 

La redevance 6st «ne contribution annneHe à laqudle les mines sont a ssuj e tties 
sur leurs produits, en vertu de la loi française du ai avril 1810, qui régit la pro* 
priété et 1 exploitation minières en Belgi<pie. 

Le législateur de 1810, après avoir admis que, du moment où les mines deve- 
naient une propriété, il était juste de les assujettir à Virapdt comme toutes les 
autres propriétés foncières, avait indiqué que cet impôt aurait pour seule destina- 
tion de couvrir les dépenses de TAdministration des mines , et qu il ne devrait pas 
être considéré comme une ressource nouvelle poar le fisc, ce qui aurait pour 
résultat de paralyser et d'anéantir les exploitations en activité et d'empêcher les 
exploitations à venir. En passant en revue les surtaxes (wnmunales imposées dans 
les dernières années à l'industrie houillère dans notre pays , on verrait combien les 
intentions des législateurs de 1810 ont été méconnues. Nous nous bornerons ici 
À examiner les r^ultats du produit de la redevance proportionnelle encaissée par 
le Trésor depuis 1 835. 

Disons d'abord un mot de ce qui se fait, dans d'autres pays miniers, au point de 
Vue législatif: 

La redevance proportionnelle qui existait en Autriche a été abolie par la loi du 
18 avril 186a ; il n'y existe plus qu une redevance fixe de 1 5 francs par 4&ao8 hrf 
tartes de superficie de la concession , soit 3.33 par hectare. 

^'Jlali#4i «a ëreftIfiM de fo «entinea par h sata re ^«m laaa pfoportioniiatta 
de 5 p. 0/0 sur le produit net. 

En Prusse, on paye une seule redevance proportionnelle, qui atteint le chiffre 
élevé de a p. 0/0 du produit vendu. 

Eh Bavière, le fisc perçoit une taxe fixe de fr. 0.3 1 5 par hectare et un impôt sûr 
les i^ekius éts mines (loi du 6 avril 186g). 

EJn Espagne, les impôts sur les mines sont établis en ayant égard aux diverses 
conditions de l'exploitation. 

£n France^ lors de la discussion delà loi de 1810, on songea un moment k néta- 
biir aucun impôt sur les mines dont on voulait provoquer 1 exploitation ; toutefois 
la proclamation du droit de propriété jsktt les concessions amenait à consacrer le 
principe de l'application de 1 impôt foncier, et alorl deux opinions se firent jour : 
une redevance f^e évitait toute ikmnîMîon de TÉtat et toute exagération; d'un 
autre côté, une redevance proportionnelle était p)us équitable; par conciliation 
pour les deux avis, après avoir songé à affranchir Us mines de tout impôt, on leur 
a imposé une doi^îe redevance, l'une fixe, l'autre proportionnelle. 

En Belgique, dès l'origine du Royaume, les pouvoirs publics adoptèrent le 
régime admis en France pour la fiscalité minière, e| en yertu des articles 33 «t 35 
de la loi du ai avril 1810, les propriétaifH de mines Sont téAus de payer à l'État 
une redevance fixte de fr. 0.10 par hectare et une redevance proportionnelle au 

Sroduit de l'extraction; celle-ci, ne pouvant jamais s*élever au-dessus de 5 p. 0/0 
u produit Det« est destinée, d'après l'article $9 de la loii à isowrrir les dépenses 
de l'Administration des mines. Pour encourager et fkvoriser les établissements 
hantUaca, im GouvaronMat balga a fixé la tu» da k redavanfia fMropnrtiflfflMHg 



Digitized by VjOOQIC 



— 195 — 

revenant k fÉtat au chi£fre modéi^ de a i/a p. o/o, qui, comme on va le voir, a 
suffi, et bien au-delà, à couvrir lés frais de ^Administration des mines; il y a 
ajouté 25 centimes additionnels pour divers services, cartes des mines, etc. 

Le tableau suivcm^ montre comment ont vaiié les redevances touchées par le 
Trésor depuis i83i. tt indique aussi les aépensës qui en forment la contre-parlie : 
conseil des mines , itagéniears des mines, tràlbstxwnte du nepsncinel et déplacemexits , 
frâîb du jury dexame» à réorie^es mineB de Liège, «Uoc^ttoos v^r^é^s par fÉtot 
aux diverses caisses de prévoyance établies en faveur des ouvriers min«q|*s. 



ANNÉES. 


PRODDIT 
de 


DÉPENSES. 1 


GONSIIL 

du» mÎM». 


COII99 


àcoLt 
ànmimm, 

d*tuiaen. 


QiMtM 

^ de 


1$36..., 


fraacs^ 

61.236 
156,950 
125,749 
212,68é 
477,462 
495,844 
459,771 
440,020 
528,251 
572,377 
1,231,171 
3.D80.7J9 
1,039,570 
799,105 
485,986 
341,333 
305,159 
286,112 
368,970 
315,713 
370,458 
300,000 
300,000 
300.000 


franc. 

44,088 
45,590 
44,300 
• 44,300 
44,700 
45,210 
42,910 
42,910 
42,910 
42,910 
42,910 
42,910 
43,200 
43,210 
43,210 
*.3,210 
43,210 
43,210 
41,270 
41,670 
41,570 
32,000 
32,000 


francs. 

80,369 
132,198 
170,810 
136,967 
140,633 
173.350 
191,920 
209,000 
209,000 
209.000 
224,000 
248,050 
271,100 
277,200 
277,200 
283,200 
285,800 
294,200 
324,100 
323,350 
331,350 
331,350 
323,350 


francs. 

n 
II 

6.000 

6,000 

6,000 

8,000 

10,000 

10,000 

10,000 

10.000 

10,00(9 
10,000 
10.000 
10.000 
10.000 
10^0 
10,000 
10.000' 
10.000 
10,000 
10.000 
lo.onn . 


francs. 

45.000 
45,000 
45 000 
45.000 
45,000 
45,000 
45,000 
45.000 
45.0 
45,0i0 
4fi.O0O 
45,000 
45,000 
45,000 
45,000 
46,000 
45JWO 
45,000 
45,00b 
45,000 
45,000 


i8Ao 


i845 


i8t»t . ....*... 


i855 


1860 


1865 


1870 


i8*71 


1 87 9 


1873 


1874 ,,..., 

187S 


1876 


1877. . .. - 


18,8 


187Q. 


1880 


1881.. 


i88a 


i883*.... 


1884. 


i885: 


1886, 


321,350 lÔ.'ÔÔû 1 ÂslôÔÔ II 








_ii 



En totalisant les chiffres des 33 dernières années , on arrive pour It produit de 
la redevance, i 22 millions de francs au moins, les dépenses correspondantes 
n'atteignant pas 16 millions, soit un excédent de recette de plus de 6 millions. 

Il est juste de faire reiqarquer que dans le coût des dépenses du.coips pu n a pas 
fait figurer les dépenses occasionnées par les pensions pavées par le Trésor ^ux 
fonctionnaires et employés du corps des mines et de rAdmmistration centrale. Mais 
il est non moins juste de ne pas oublier que les attributions des ofiBciprs qui com- 
posent le corps sont multiples, que les nécessités créées parle développement de 
rindustrie nationale depuis i83o ont engendré pour eux la création d occupations 
nouvelles, qui n*ont aucun rapport avec la surveillance et radmînistration des 
mines, telles que le service de la surveillance des machines à vapeur, ainsi que 
rinstructîon des demandes d'établissement de ces appareils, la surveillance de tous 
les établissements métallurgiques de la grande industrie, etc. 



Digitized by VjOOQIC 



— 196 — 
ALLEMAGNE. 



LE BUDGET DE LÀ PRUSSE POUR 1888^9. 

Le Bulletin de janvier a déjà fait ooDDaître le montant total des recettes 
et des dépenses proposées pour 1888-89. Les voici rapprochées de celles 
de 1887-88: 

, DIFFÉRENCES^ 

CHIFFRES CBIFFRBS VOTES rAa liprotr 

01 1888-S9. povr 1887-88. à 1887-88. 

mtrks. mark*. narka. 

1.36a, i3di66a 1,295,891,01a -f. 66,a43,65o 
^18,59/1,359 3S;6oi,984 4- 14,993,375 

1,339,493,996 4- 81,335.935 

1,389,035,313 4- 131,693,708 

40,457,783 — 40,457,783 



Dépenses ordinaires. 
Dépenses estraord'*' , 

DEPENSES TOTALES. . 1,410.738,931 

Recettes (sans Temprunt) i ,4 10,738,93 1 
Emprunts ir 

Recettes totales. 



1,410,738,931 11339,693,996 -f- 81,335,935^^ 



Donnons maintenant 
dépenses de 1888-89: 

A. recettes spéciales. 



L Domaines et forêts : 

Domaines 

Forêts 

Aliénations et divers. . . 

Total 

A déduire: Revenus af- 
fectés à la liste cîyîle. 

Reste 

II. Ministère des finances 
Impôts direcls : 
Impôt foncier (terre). . 
Impôt foncier (maisons] 
Impôt sur le revenu. . . 

Impôi des classes 

Impôt industriel 

Divers 

Ensemble 



avec qnelque détail le tableau des recettes et des 
RECETTES. 



chiffres 

AI 



marks. 



a 9.581,70 

57,788,000 

a,ooo,i5o 



89,369JiiO 



— 7i7^9'^9fi 
8iM9,92â 



4o,o65,ooo 
3o,8oo,ooo 
4o 5c5.ooo 
33,545,000 
30,317,000 
i,3o3,3oo 

i56.à3à,300 



DIFFERENCES PAR RAPPORT 
Aox cBiPraKt Toris pona 1887-88. 



En plaa. 

marks. 



65o,ooo 

1,643,000 

633.300 

309,000 

33,100 



3.153,300 



En moini. 
marks. 



389,390 

368,000 

9,390 



566,680 



1 5,000 

a 
H 

n 
# 



(^> Un projet de loi qui vient d'être présenté au Landtag propose 1 11,397,550 marks i\r\ 
crédits extraordinaires pour la construction de différentes voies ferrées. 



Digitized by VjOOQIC 



— 197 — 



a. Impôts indireoU im- 
périaux (portion con- 
servée par la Prusse). 

Douanes 

Tabac 

Sucre de betterave. . . . 

Se! 

Eau-de-vie 

Bière 

Cartes à jouer 

Timbre impérid 

Ensmmble 

h, TmpAts indirects per- 
çus pour le Trésor 
prussien: 

Timbre 

Droits de succession. . . 

Péages 

Divers 

EtISMMBLE 

Loterie 

Sedumdlang Institut. . . 
Monnaie 

Ensemble 

Total 

m. Ministère des travaux 
pahlics: 

Mines 

Usines 

Salines 

Houillères indivises. . . 

Redevances sur les 

^ mines, impôts, etc. 

Etabiissements de bains 

minéraux 

EltSEMBLE 

Chemins de fer 

Total 



«•vk». . 



intrks. 



Marks. 



10,267,000 

167,200 

3,996,000 

181,920 

22,286,660 

2,352,600 

33,85o 
210,000 


61,000 
10,200 

f 

2,920 

13,877,100 

101,400 

1,200 

» • • • 


n 
737,160 

« 

f 
n 
3,000 


39,U8à,220 


{3,313,660 
1,600,000 

» 
f 

àà2,3â0 

166,000 
f 

9^740 


u 


18,000,000 
6,000,000 
2,660,000 
1,799,780 

28,359,180 


f 

f 
1,087,660 

n 


8,222,700 

1,667,000 

239,800 


n 
377,000 
f 


i0Ji9,500 


20iS60 


23â,397,800 


i6,708,0â0 

a 
1,118,723 
732.233 

it 

f 

6,5oo 

976.208 

36,969,903 

37,936,iii 


t 


69,388.083 

26,199,327 

6,920,208 

3,606,534 

4,249,434 

194,660 


606,606 
f 

n 

188,294 
87,449 

// 


M9fii8436 


9 


^'^ 720,266,619 


9 


829,873,655 


9 







^) Les prévisions des recettes des chemins de 1er, déduction faite des arrérages et amor- 
tissement de la dette des chemins de fer à payer par la dette publique montent à 14*686,707 
marks, y compris les 9, s 00,000 marks dont la loi du 27 mars 188s autorise le prâèvement. 
(Voir te BnSUtin de mai i885, p. 586.) 



Digitized by VjOOQIC 



— 198 — 

B. — DOTATIONS BT ADVmiSTBATIDN GENERALE DBS VINAIIQBS. 

marks. marks. marks. 

i" Dotations i5o,i6a # 5,343 

a** Administration, géué- 
tale des finances» 

Remboursement par 
TEmpire : 

Sur les douanes et le 

tabac 78,9^9,660 i,io4a3o » 

Sur Talcool 70,946,360 70,946,360 u 

Sur le timbre impëriaL 1 1 ,903, 1 90 3a,44o n 

Dépôts et consigna- 
tions a3,6a5,ooo 1,000,000 

Produits divers 1 5,376,733 t 3,56a,548 

Emprunt n n 404467,783 

--— — — -^— — — ^ I- ■■ 

Total 200,199,923 29, U6,8SS 

C. — RIGBTTBS DE I.* ADMINISTRATION DE L*BTAT. 

Recettes des dix Minis- 

tèrest*) 63,867,457 f 2,a83,o6i 

I. Il ■ ■■■ ' ■ > - m * ^\ 

Total gi^nbral des re- 
cettes 1,410,728,931 81,335,935 11^ 

DÉPENSES ORDINAIRES. 

^„ „„„ DIFFÉRENCES PAR RAPPORT 

CHIFFRES . pa fitt 

AUX cBirrmss totis pom 1887-88 

»■ ^^ ^^ 

i8S8»89. EAplas. Ed moins, 

marks. marks. ma^s. 

A, Frais de régie, de 
perception et dt exploi- 
tation des services spé- 
ciaux : 

I. Ministère de Tagri- 
culture, des do- 
maines et forêts. .. . 39,384,690 43,36a f 

II. Ministère des 

finances 43,903,660 6,i83,85o n 

in. Ministère des tra- 
vaux publics , mines , 

usines, salines 94.666,077 1,1 84.34 5 » 

Chemins de fer 476,988,691 14,696,377 v 

Total 6à3,8à2J08 22A01 ,93U ~ 



(^) La Ministère ck la justice intervient pour 48,398,000 marks dans cette somme, qui 
comprend 4 1 millions de firais de justice ,4.8 millions àp droits de greffe , etc« 



Digitized by VjOOQIC 



C Aiministration de 
rÉtat : 

Dépenses des dix Mi- 
nistères a89«o88,737 16,5078^6 

■■■ i « ■' ■ — >» 

Total des dépenses 

ordinaires i,363,i34,66a 66,!2A3i65o 

DÉPENSES EXTRAORDINAIRES. 

MiuJtère des traTaux 

publies s6,i52,4oo 3,672,500 

Divers Ministères aa,44i,859 it,3a6,775 

Total des dépenses 

extraordinaires. . . AS^Sg^* aSo 1 &,9ga .3 76 

li n ' lll nMÊtUM^^ ■ I I I I 

Dépenses ordinaires. . , i,369ti34t662 66,a43,65o 
Dépenses extraordi- 
naires 48,594,359 14,99^,275 

Total «éNéiUL des 

es 1,410,738,9»! 8ii«35,935 



B. Dotations. — Admi- "»^- ««*•• 

nistrationdes/inances: 

I. Liste civile 4,5oo,ooo t t 

Dette publique : 

Intérêts 176,146,161 3,340,743 f 

Amortissement 37,540,987 873,900 » 

Divers 3,368,653 66,377 4r 

Landtag i,38!i,36o aèo t 

IL Contributions payées 
à TEmpire* 1^6,809,791 35,009,3^3 « 

SobTention à TAdmii- 
nistration provin- 
ciale f > • . • • 37,559,1 10 Jf M 

Affectation des recettes 
douanières aux com- 
munes ^*) , . 1 5,000,000 if 3,000,000 

Dépôts et consigna- 
tions 34,195,990 975,000 w 

Divers 3,789,800 167,3*7 

Total àî9,203,8l1 ill6^1,S7Ô 



\ M M II M I J ^ f , l >' ^ " * 



n 

n 
H 

n 



<*) Voir le BviXUxiîi de juin i885, page 678. 



Digitized by VjOOQIC 



— ioo — 



ALLEMAGNE. 



LES CRÉDITS EXTRAORDINAIRES. 

Le Reickstag a voté le lo février : d'une part, 278,335,562 marks de cré- 
dits extraordinaires; et d'autre part : i^aiàygjh marks de crédits ordioaires, 
soit en tout 38i,55o,536 marks pour ie service de Tannée. 

Les 278,335,562 marks seront obtenus par l'Empire au moyen de l'émis- 
sion de rentes ou de la négociation de bons du Trésor remboursables dans 
un délai qui pourra excéder quatre années. 

Les 3,2i4t974 marks de crédits ordinaires seront fournis par les contri- 
butions nutricuiaires. Ils serviront jusqu'à concurrence de 2,800,000 marks, 
à payer les intérêts de l'emprunt et seront applicables, pour le surplus, au 
payement de nouvelles dépenses ordinaires relatives à l'armée. 

Nous trouvons dans le Frankfurter Zeitang du 2 février l'indication des 
emprunts que le Gouvernement impérial a été autorisé à contracter depuis 
1875 pour le service de l'armée et de la marine de guerre. 

Jusqu en 1876 les dépenses extraordinaires concernant l'armée ont été gagées au 
moyen de Tindemnité de guerre. Ensuite fEmpire a eu recours à des emprunts 
dont voici la liste : 



ANIliBS. 



fiaipmiitf pour tarmée. 



marks. 



1877 6,420,000 

.878 i 5.760,000 

' ( 0,270,000 

1879 10,880,000 

1880 i5,oio,ooo 

1881 36,030,000 

1882. 12,800,000 

i883 10,820,000 

1884 9,820^000 

i885 29,080,000 

1886 17,740,000 

gg I 37,990,000 

' ( 172,270,000 

63,000,000 
278,300,000 



1888-89. 



Ensemble 716,000,000 



Emprunts pour la marine de guerre. 
ANifAss. — 

marks. 

1876 i3, 180,000 

1877 25,570,000 

1878 32,580,000 

1879 19.590,000 

1880 1 1,660,000 

1881 0,870,000 

1882 . 6,730,000 

i883 1 1,600,000 

i884 î 2''^^'^^ 

* ( 18,790,000 

i885 5,64o,ooo 

1886 7,700,000 

1887.. 7,i4o,ooo 

1888-89 6,600,000 

Ensemble 18^,000,000 



On voit que les sommes empruntées depuis 1876 montent à près de 
900 millions de marks. 



Digitized by VjOOQIC 



— 20i — 



ALLEMAGNE. 



LfL DETTE HYPOTHÉCAIRE EN PRUSSE. 

Pour la première fois, on vient de relever en Prusse le mouvement an- 
nuel des hypothèques. L'enquête a porté sur lexercice 1886-87. 

Nous en donnons les résultats d'après la StaiutUche Korrupondenz du 
28 janvier dernier. 

En Prusse on n avait pas encore songé à établir la situation de la dette hypotlié* 
caire, comme en Autriche par exemple ^^\ et Ton ne connaît le mouvement général 
de ce passif que pour Texercice 1886-87. ^^ trouvera ci-après le montant des 
inscriptions et radiations concernant cette année fiMiancière. 

Ces chiffres ne peuvent être strictement conformes à ce qui existe réellement, 
attendu que les propriétaires ne prennent pas toujours la peine de faire les dédara- 
tions qui permettraient de tenir les registres au courant Toutefois, i*écart ne doit 
pas être très oottsidèraUe* 

Pendant l'exercice 1886-87, les inscriptions concernant les districts urbains se 
sont élevées à 1,00^,806,900 marks et les radiations à 670,519,205 marks, de sorte 
que Texeédent du passif monte à iiM.a87,697 marks. 

Dans ces sommes le district de la justice provindide de Berlin figure pour 
395,297,370 marks au débit et pour 129,658,204 marks au crédit Les inscriptions 
dans le ressort de la cour d*appel, se sont élevées à 384^298,260 marks et les 
radiations à 167,971,667 marks. Dans le district de la direction des impôts sié« 
géant à Cologne, il a été fait pour 178,679,981 marks dmscriptîons et Ion a éteint 
i56,a43,420 marks. Ces deux parties du territoire supportuent donc plus de ta 
moitié de la charge hypothécaire. 

Dans tous les autres districts du Royaume les inscriptions excédaient aussi le 
chiffre des radiations. 

Ces résultats n*indiquent pas que la situation de la propriété urbaine soit mau- 
vaise, attendu que ces augmentations de dette se rattachent généralement à des 
constructions nouvdles, et que Taccroissèment de la population assure une rému- 
nération suffisante au capital ainsi employé. 

Le dévdoppement du passif de la propriété rurale est un fait plus grave. 

En 1886-87 ^^ ^^^^ ®^ Prusse a été grevée de 6a4ii6i,84o marks et les radia' 
tiens d*hypothèques n*ont atteint que 49i»ooi,o33 marks; l'excédent des inscnp^ 
tions ressort donc ai 33, 160,807 maiks. 

Voici le détail de ces débits et crédits par districts de cours d*Qppel : 



^'> Voir le BaUèlm daoût 1887, page 2o4. 

Voir aussi dans les IkdUûns d'octobre i88a, page 379 , et de joillel 1886, page 89 : La 
dêUê hypothécaire de rttaUe. 

Voir, en outre, dans le BaiiftÎA d'avril 1878: La dette hypothécaire de la France. 



Digitized by VjOOQIC 



HTPOTHàQUIS GOHCIRNART 

DISTRICTS. LA PBOPuin rubalb. 

Inscriptions. Radiations. 

Mttks. aurks. 

Kœnigsberg 47«755,i53 3i,3a9,3i5 

Marienwerder ds ,776,543 33,6M«i58 

Berlia (ressort de la Cour) 5a,5oi,6ÂQ 35,i36,45o 

Stettin a5, 7^3, 548 33,198,418 

Posen 43,381,134 50,494,933 

Breslao 108,187,389 83,S8i,o55 

NaumbQcirg-sur«»SMde , . 70,391,389 45,336,4 15 

Kiel a«^5,563 i8,f^35,3î»6 

Celle 43,039,533 3«,476.8a8 

Hamm 40,343.790 37,935,819 

Cassel 14,714,433 34,409,195 

Prancfort-sur-le-Mein 17,344,861 16,956,978 

Cologne (Direction provinciale des im- 
pôts) .^ 89,548,758 74,004.443 

léna (partie prussienne) . .* 909,333 871,71 1 

Les radiationa ont surpassé le chiffre des inserîplMas Aans \m districts die Cas*- 
sel et de Posen. Dans la première drconscriptîoa cela tiendnurl k fapf^catîon gra* 
duclle de lordonnance foncière prussienne qui fait disparaître àm registra 4es dettes 
depuis iongteinps éteintes. 

Dans le district de Posen , il eonviendraît peut^èm d'attiAuer oe mouvetnent aux 
achats de propriétés effectués sar le fends de i<m» niHieiie peor la'coleùisetioD de 
k Prusse polonaise: ( Voit le BMstin 6\wn\ 1 886 , page 455. ) 

S'il n*esl pas possîUe de savoir dans qeeUe asesure raocreisseaMMt des iesorip- 
tiens résulte de l^encegiMremeiit de parts réservées ser les héritages (voir le Bullo" 
tin de février 1886, page 196), et si les emprunts o»( servi à ^mi^iorer les explcd- 
tations, ou bieAià combler des déficits, il esi intéressant de pouvoir constater que 
le passif hypothécaire de la propriété rurale augmente en Prusse. 



ALLEMAGNE^ 

LES EXPLOITATIONS RURALES DE L EMPIRE ET LE BÉTAIL. 

(RépARTinoR sr ivsLVifncNi.) 

En présentant le classemeot des exploitations agricoles de TEinpire et de 
la Prusse {Balletin de janvier 1886), noua indiquieoa, piage 93, les résultats 
du dernier recensement des eiistence^ (Je l>étaiUI en Allemagne* 

Le Frankfurter Zeiiang a publié réœmmeat un tableau qui indique, diaprée 
cette enquête (1882), la répartition du bétail entre les différentes calories 
d'exploitations et la valeur totale des animaux recensés. 

On rapprochera avec intérêt ces chiffres « que nous reproduisons ci-après, 
de ceux que le Balletin d'octobre 1886 a donnés, page ioil« pour l'Angleterre. 

Ils montrent, qu'en Allemagne, comme dans le Royaume-Uni, les petites 
exploitations sont celles qui, proportionnellement, entretiennent le plus 
grand nombre d'animaux de race bovine. 



Digitized by VjOOQIC 



— 203 — 

Répartition des animaux de ferme. 



DESIGNATION 



Ckevwft 

Ëspèee JwYÎne 
lloatom • • . • . 

Poici. 

Oèrrm 



NOMBRE D'ANIMAUX 
BvniTsinra sui ut kxkjoitatioii ataht 



ktctan. 



17,758 

6&a,900 

«61,350 

1,339380 

1,620,889 



lo hoetaTM. 



644,150 
6,179,113 
1*975,098 
3,1^9,744 

692,753 



BK %P 1 
iooh«ct«r«s. 



1,865,214 
7,088,651 
7.228,971 
3,071,948 
133,436 



loo hecUras. 



587,288 

1.537,708 

11,451.538 

480,a94 

5,449 



TOTAJ. flilinAL 
t!«S OlïtttlItM 

(1« Uiui. 



3,114,420 

15,454,372 

21.116,957 

8,431,266 

2,452.527 



Nomhre d'animaux pai 


r- iOO hectares. 






EXPLOITATIONS. 


CBBTAVZ. 


BtràcB 


MOVTOHl. 


POBCS. 


chAtu0. 


Df moins de i hectare 


2.3 
7.9 
12.3 
7.5 
9.8 


83.4 
75.9 
46.8 
19.7 
48.5 


59.3 
24.2 
47.7 
147.1 
66.3 


172.2 
43.5 
20.3 

e.a 

26.5 


208.4 
8.5 
0.9 
0.1 

7.7 


De là 1 G hectarei 


Df 10 à lOo ...... X . 4 . 


fît pW 4^100 ........ . t . .... 


MojreBne pfur lOo hectares poar TEmpire. 



Voici maintenant Tévalnation de la valear totale du bétail existant sur 
les différentes catégories d'exploitations. Chaque unité a été comptée: 
177 marks pour les chevaux, 195 marks pourra race bovine, 16 marks 
pour les moutons, 52 marks pour les porcs, i5 marks pour les chèvres. 



EXPLOITATIONS- 


VALEUR DU BÉTAIL 

KH MILUOm DS MABU. 


VALEUR DU BÉTAIL 
ixuTAVT «va 1 aacTAaa. 


De moLos de i hectare 


236.3 
1,738.2 
2^49.4 

788.3 


304 
213 
168 
101 


De 1 à 10 hectares 


T)f 10 à 100 .X .... 


l)*phis de 1 00 — - . ». L I X 4 . X . X , 


Empire 


5,312.2 


167 





On voit que, si les petites exploitations sont celles qui consacrent propor^ 
tionnellemtfnt le plus de capitaux en achats de bétail, cette richesse est 
surtout possédée par les exploitations moyennes (10 à 100 hectares). 



Digitized by VjOOQIC 



— 204 — 



ALLEMAGNE. 



LES EXPLOITATIONS RURALES ET LE TAUX DU FERMAGE EN PRUSSE. 

Le recensemeat des professions et métiers exécuté le 5 juin 1882 nous a 
déjà fourni d'intéressantes iudicatioos sur les exploitations rurales de TAlIe- 
magoe ^^\ C'est à cette même source que la SUUisiische Korrespondenz des 
]'''' octobre et 5 novembre 1887 a emprunté les renseignements ci-après qui 
concernent le fermage en Prusse. 

L'enquête du 5 juin 188a a enregistré comme exploitations agricoles principales 
celles dont les occupants ont déclaré qu'ils en tiraient leurs moyens d'existence en 
faisant de l'agriculture leur profession principale. En Prusse , le nombre de ces ex- 
ploitalions (aaapthetriebe) était de i,a52,i68,8'étendant sur 3â,ia3,733 hecfares. 
On comptait, en outre, i,8o8,oa8 exploitations secondaires (Nebenhetriebe) ^ ayant 
ensemble 2,^57,567 hectares. Il y avait donc en Prusse 3,040,196 exploitations 
rurales occupant une superficie totale de a6,58i,3oo hectares. 

Voici le classement de ces 3,o4o, 1 96 exploitations par catégories de contenances : 



il 



CATEGORIES. 



De moiiis de ao ares. . . 
De 20 ares à i hectare. 
De 1 à 3 hectares 

De a à 5 

De 5 à lo 

De 10 à 20 . 

De ao à 5o . 

De 5o à loo . 

De loô i aoo . 

De aoo à 6oo ' 

De 5oo à i,ooo . 

De plus de i ,ooo . 

Lb Royaume .... 



EXPLOITATIONS 
rftiNciPALxa. 



18,(153 

95,648 

155,86/1 

338,300 

240.278 

182,328 

149,672 

30,574 

8,246 

8,196 

3,136 

473 



1,232,168 



hectaroi. 

3,040 
73,621 

289.107 
1,402,115 
2,138,613 
3,343,826 
5,799,348 
2.439,892 
1,431.188 
3,459,220 
2.789.378 

95^385 



24,123,733 



EXPLOrrATIONS 



594.539 

748,084 

251,570 

154,954 

36,659 

15,122 

5,456 

1,256 

291 

85 

2 

10 



1,808,028 



h«<Urts. 

62,093 
396,793 
394,439 
569,836 
304,079 
258,271 
212,323 
114.116 

53,374 

71,871 
7,252 

13,120 



2,457.567 



Parmi les 1.233,168 exploitations principales, il y en avait 81 3,942 (66.06 
p. 0/0), qui ne contenaient aucune terre affermée, et 418,226 (33.q4 p. 0/0) qui 
avaient en location 2.936,699 hectares, soit 12.1 3 p. 0/0 de la superficie totale des 
exploitations principales. \ 



(^) Voir le Bulletin de janvier 1 865, page 87. 



\ 



\ 



Digitizedby Google/ 



— 905 — 



Sur CM Ai8,aa6 explmtatioiu , il y en avait 76,166 où la totalité du sol mu en 
cidture était pria à ferme , et 343,o6o on une partie seulement du sol était a£Permée. 
Voici les nombres proportionneia de ces trois catégories d'exploitations : 



PROTINCEa. 



PnuM de rSflt. . . 
ProMe de rOoflrt. . 

Bedlin 

Brandebourg 

Pomëmne* ■••••. 

Pomaole 

Silésic 

Saie 

Scnietwi^HoifteKn' 

Hanovre 

Westphalie 

Heue-Nastau 

ProMe ftiénane . « . 
HohentoUem 

Lb Rotauhb. 



PROPORTIQNa 

OSS SXPL0ITATI0M8 



«néant portion 
kfwnM. 



p. 0/0. 

91.52 
88.47 
94.51 
72.11 
76.48 
88.77 
68.91 
54.94 
77.51 
50.11 
55.94 
62.55 
54 62 
52.58 



66.06 



à r«f 



p. 0/0. 

3.05 

5.81 

42.16 

3.74 

5.61 

2.34 

0.24 

2.22 

6.52 

17.68 

15.02 

1.24 

3.82 

0.80 



6.10 



partielluBMit 
afftrmiM. 



p. 0/0. 

5.43 
5.72 
33.23 
24.15 
17.91 
8.89 
30.75 
42.84 
15.97 
32.21 
29.04 
36.21 
41.56 
46.62 



27.84 



Sur les 343,060 exploitation$ partiellement affermées, il y en avait 88,46a où 

lus de la moitié de la superficie était louée, et a&4«&98 où (dus de la moitié de 

, terre appartenait à Toccupant. 

Quant aux 76,166 exploitations entièrement prises à ferme, on verra ci-après 

comment elles se divisent au jpoint de vue de la contenance et quelles sont les pro- 

portioi» de ces asploitatioils par rapport à l'ensemble des exploitations principales. 



i 



CAT^aORIBS. 



Moins de a hectares . 

De 2 i 5 

De 5 à ao . 

De ao à 100.—^,, — . 
De plus de 100 . 

Totaux et moyenne . 



des ezploilalions 

principales 
aolièremeot 
prises- à fenne. 

4a4io 

i5,a56 

8,ia8 

If' 
3,6a I 

75,166 



NOMBRE 

totd 

des exploitations 

{nindpales. 

a 70,000 
338,000 
A a 3,000 
180,000 
ao,ooo 

1, a 3a, 000 



PROPORTIONS 

des exploitations 

principales 

entiërement prises 

à ferme. 



p. 0/0. 

i5.65 
4.5i 
1.9a 
3.1 

18. o< 



6.10 



On Yoit que le nombre des exploitations moyennes prises k fermeiest peu consi« 
déraUe, et quao contraire, la proportion des petites et des grandes exploitations 
affermées est relativement forte. Les petites exploitations dépendraient souvent de 



BUUi. DE STAT. 



I4 



Digitized by VjOOQIC 



— 206 — 



matfoofl de oaii^pAgiie. On n y ferait 9«ire qae de la caikmte dVinatenr. Ces minu»- 
Guiee exploitations rendraient cependant des serviices au point de «ne hjffîéinque et 
social. IjQ prise à Iwil de hi^ges auperficies offre un tout antre intérêt 

Les fermiers contribuent dans une large mesure au progrès a|;ricole. En ontrB« 
fnsnStè de personnes âe la classe moyenne vivent en cuttivanl des terres louées. 

Le tableau suivant donne , par provinces , la proportion des exploitations entiè» 
rement affermées par rapport à Tenseaable'des exploitations principales. 



9M^\19GES, 



PnateàtVEét 

Prusse de TOaett. . 

Beriin 

BranchAxNirg 

Poméranie 

Posnanie ........ . 

Silësie 

Saxe 

Scblenrig-Holstem . 

Hanovre 

Westphalie 

Hetse-Nassaa *. 

Pnuse rbënane. . .. 



là RoTAdin. 



EXPLOITATIONS PRINaPALES 

BMTlàftfllIBST PIISBS 1 VSBMS, BB 



» 4N«Urcs. 



p. ^/o. 

8.6& 

10.74 

50.00 

12.12 

9.64 

5.93 

1D.85 

9.35 

13.40 

44.65 

39.02 

3,02 

5.14 

4*40 



15.65 



k 5 heeUm. 



p. o/o. 

3.44 
7.17 

37.14 
2.93 
4.83 
2.48 
1.52 
1.02 
5.50 

16.71 
9.18 
0.30 
1.70 

d.ie 



4.51 



kaohtcUra». 



p. o/o. 

0.90 
4.62 
37.04 
0.94 
2.97 
0.59 
0.60 
0.44 
3.94 
3.33 
3.68 
0.28 
3.09 



1-^2 



so 
à 

loo Keeltres. 



p. o/o. 

0.55 
1.78 

55.56 
0.50 
4.13 
1.04 
O.Sl 
0.62 
7.01 
5.38 
4.24 
3.42 

15.96 
4.*7 



pUs 

<1« 

loo her lares. 



p. o/o. 

8.68 
7.00 

18.98 
23.22 
14.40 
18.51 
25.13 

37.83 
30.68 
50.72 
32.91 



À. 19 ^ IB.'Oe 



Voici maintenant , pour chaque proviooe , la proportion superficidle des diffé- 
rentes catégories d'exploitations principales classées par contenances : 

mssBmsmssasasassmifmm 



PROVINCES. 



ProBsedeTEst.. 
Pnuse de rOneat 

Berlin 

Brandelxmrg. . . . 

Poméranie 

Poananie 

Silëtie 

Saxe 

Schletwig-Holatei: 

Hanovre 

Westphalie 

Hessc-Nassan . . . . 
Prusse rhénane. . 
HobemoUem. . . • 

Lb RoTAOïre. 



S9^ 



EXPLOITATIONS PRlNaPALES 



de 
1 iMcUres. 



•^ o/o. 

0.80 
0.69 
2.61 
0.86 
0.45 
0.55 
1.90 
0.71 
•0.36 
2.28 
3.43 
3.55 
6.09 
4.94 



1.52 



àShMUrw. 



p. o/o. 

2.75 

2.37 

12.73 

8.21 

S.Q4 

2.39 

8.67 

4.09 

1.83 

7.90 

11.04 

17.64 

19.94 

21.32 



5.81 



àaohaeitfM. 



p. o/o. 

13.30 
13.50 
29.05 
18.63 
11.46 
17.45 
25.19 
23.11 
15.14 
32.31 
39.38 
47.70 
47.75 
5i0.'26 



22.73 



lOO heeUr«s. 



p. o/o. 

41.36 
32.03 
38.74 
34.70 
21.29 
18.39 
22.10 
41.20 
64.64 
51.04 
40.53 
22.50 
23.28 
20.79 



34.19 




p. o/o 

41.79 

51.41 

16. -87 

42.60 

6'i.76 

61.22 

42.14 

80.89 

18.03 

6.^7 

5.72 

8.61 

2.94 

2.69 



35.79 



Digitized by VjOOQIC 



— «07 — 

Ott voit qu^m Hobaw#Ueni , Pnuw rhénane el Hease-Naatuin, par exemple, }e# 
petites exploitations de i à 5 hectares occupent respectivement 36.96 , 90.p3 et 
a 1 . 1 g p. 0/0 de la snperficie totale cultiTée. Dans ces provinces , les exploitations de 
1 kb hectares eatièreBlont prises à ferme sont relativement peu inmibreuses. (Voir 
à la page précédente le premier tableau.) Par contre, il s y trouve beaucoup de 
granaes fermes de plus de 100 hectares , alors que les exploitations de cette conte- 
nance sont rares. 

En Wesiphalie et dans le Hanovre, les choses se présentent différemment : les 
plilM «plfltiftftÎBsa et là è haelâtm B^ int ef viMm eat qa# faast iû«i8 ei iA.kj 
p. 0/0 dans la superfipÎA tptale, tandis qu'il y a de nombreuses petites locations. 

Toi:^ cela ne semble pas indiquer qu*il existe d me manière générale un rapport 
direct entre k morceUement da la propriété et le développement du fermage. 

En indiquant les totaux du projet de budget pour 1888-89, le Bulletin 
aîgnalait (livraison de janvier, page 91), le passage de Texposé budgétaire 
du Ministre des fiqances relata* à la situation défavorable des fermages en 
Prusse. 

M. Lucius^t Ministre 4^ Tagiiculture, a communiqué depuîa quelques 
renseignements suv cette question à ia Chambre d^s députés (séance du 
$Q janvier). En voici la substance : 

Bien que le domaipe de f État n'ait pas tout à fai^ S5o,ooo hectares , on j peut 
voir qume est U situnlion de Tagriculture en Prusse, parce qu'il se compose de 
biens situés dans toutes les parties du Royaume. Or, dune mi^nière générale, les 
loyers rentrent îûA et parfois ils pe rentrent pas du tout. En i883, 10 fermiers 
0int du Ae àiàfiifeK in^olvahles; U y en a eu 7 en i8$4; 7 en i885; 6 en 1886 et 
la en 1887. 

Les comices agricoles appellent firéquemraent Ta^ention sur la baisse des ier«- 
IP^es concernant la propriété privée, il y a là un état de chosfBs général que la 
polmque douanière seufè ne saurait modifier. 

If. jE^icUrt répond ap Miaivtre qi^ Thectar^ dç terre ^f^m^^î^^ ^ iomi); en 
moyenne i4 marks fu ^85o et 88 marks en 1 884-85, et q^^ c^tte plus-value 
parait être un indice de progrès. Dans tous les cas, dit-il, qn cc^use un pràj^di^ 
véritable à Tagriculture en exagérant les difficultés qu'elle traverse. On diminue 
ainsi son 4:r4dit. On décourage les capitalistes qui seraient peut-être disposés à 
Taider. ' 

M. Parrisius ne pense pas que les prix des locations domaniales permettent de 
se faire une idée juste de fétaA actuel, parce qu*ils indiquent -seulement Je degré 
de confiance qu ont les fermiers dans Tavenir. 

Un rapport concernant l'administration domaniale en 1887 constate que 
SOT 6i baui qm ost été cenottv^léet il y a ou d^a réductions owienties 
dans 42 cas. 

U 9i paru iniéreas^ni de compléteir ce q^i {M^écèd? 9^ h> taUejau suivant 
^i in^iqu<e )# loy^ W>yf 11 dp J'hectere 4e Ji^rre 4<maniale en Pousse de 
1849 à 1888-89. 

Ces chiffres sont empruntés, jusqu'en i884» à la brochure de M.F.Berg- 

14. 



Digitized by VjOOQIC 



— 208 — 

hoff-Ising : Die Entwickbing des laniwirihichaftlichen Paehtwesêns in Preoisen 

(Leipzig, 1887). 

Pour 1888-89, jQOua avons puisé au projet de budget prussien (Adminis- 
tration des domaines). 



Fermages des domaines de VÉtat en Prasse, 



DISTRICTS 



»! «OOflMUnilT». 



KÔDinberg 

Gambinnen 

Donzig 

Marienwerder 

Posço. 

Brookbeiv 

Stettin 

Kôciin 

Stralsmid. 

Breslau 

UegniU 

Oppeln 

PoUdam , 

Francfort^ar-rO^er. 
Magdeboarg. . .'. .. 

Mencboiirg 

Erfurl 



. PRIX DU FERMAGE 

Ot L>BKCTAaB. 



1649. 



flurks. 

8.57 

6.88 

11.95 

7.38 

7.93 

8.05 

12.57 

9.81 

11.17 

13.96 

13.69 

10.06 

ia.64 

IkM 

il7.11 

31.76 



1869. 



marks. 

17.89 
12.76 
28.13 
17.68 
17.12 
19.0Ù 
24.15 
20.05 
29.9(1 
24.8& 
23.82 
17.48 
24.02 
28.57 
47.65 
40.64 
33.10 



1879. 



narki. 

23.48 
15.91 
33.22 
23.42 
20.27 
21.14 
27.19 
27.59 
31.03 
34.68 
41.71 
27.32 
30.43 
37.11 
70.84 
60.16 
43.78 



1884. 



mwk«. 

25.11 
17.31 
29.90 
27.72 
20.72 
22.47 
28.32 
27.09 
31.41 
44.81 
42.73 
33.71 
31.18 
38.01 
85.47 
67.19 
41.56 



1888-89 



nuik*. 

24.48 
17.70 
31.09 
28.58 
20.74 
22.21 
28.91 
27.34 
29.78 
45.19 
42.50 
35.65 
30.59 
37.69 
91.80 
76.69 
49.33 



PROPORTIONS P. 0/0 



par rapport au prix da 1 849 1 MpriMaUa 
par 100. 



1840. 



100 
100 
100 
100 
100 
100 
100 
100 
100 
100 
100 
100 
100 
100 
100 
100 
100 



1879. 



208.76 
185.47 
235.40 
239.57 
215.89 
236.52 
192.12 
204.38 
268.04 
177.94 
174.00 
173.76 
190.03 
192.52 
175.77 
127.96 
136.49 



1879. 



284.56 
231.25 
277.99 
344.44 
255.61 
262.61 
216.31 
281.24 
282.01 
248.42 
304.67 
271.57 
240.74 
250.07 
261.31 
189.42 
179.21 



1884. 



293.00 
251.60 
250.21 
375.61 
261.28 
279.13 
2^5.22 
278.19 
281.29 
320.99 
312.13 
335.09 
246.68 
256.13 
315.27 
211.56 
170.12 



1888-80 



285.65 
257.27 
260.17 
387.26 
261.54 
275.90 
929.09 
278.70 
266.61 
.Î23.71 
310.45 
354.37 
242 01 
253.98 
338.62 
241.47 
173.27 



Der Deatsche Oekonomist indique la contenance et le produit net du do- 
maine prussien, ainsi que le taux moyen du fermage de f hectare de i85o à 
1888-81. Voici les chiffres : 



.. mx vu wëmmâq* 

AMViM. svrKBncii. da 1 haeUra. 

"^ "^ marka. ^ 

a. pf. 

i85o 318,228 4,486,9^7 i4.io 

1860 296,538 5,383,iA3 i8.i5 

1870 346,682 10,272,492 20.63 

1880^1 34o,283 12,985,298 38.i6 

En 1887-88, il n'y avait que 338,529 hectares de terres domaniales, et 
le fermage moyen de Thectare montait à 49 marks. 

En 1888-89, lé domaine comprendrait 340,261 hectares et le prix moyen 
du fermage de Thectare ressort, diaprés les prévisions budgétaires, à 
4i marks 65 pf. 



Digitized by VjOOQIC 



— 209 ~ 
AUTRICHE-HONGRIE. 



LES RECETTES BUDGÉTAIRES DE LAUTRICHE EN 1887 ET 1880. 



NATuns 

DSt MCKTTl». 



I. — > IhfAts diaicts. 

Imfte sur !«• lerrM r ■ 

Im^l attr If» kAtl«Mtft 

5 f. o/o dtt loytr d«« bétimenu 

•aDpmpts de l'iupAl 

IiDfAt ind«8trial 

Impôt sar !• rev«DD 

Fr«i» d* c«Dtr«iiitM 

IntMta à— inpAu arrUr^ 

ToTAik d«t impdu directs .... 

II. — lHr6tft nmucrs. 

I*p6u de eonMnatti«a t 

Iiup6l s«r l« Mw-dA-vi* 

Impôt ««r r«I«odi d« Uvnre 

Impôt «or Im vins , ddnt, «te. . . 

Impôt sur U bière 

Impôt sur U YÎaBde «batte* et «nr 

fî-a 

In^i^ MF b pdirale 

Total 

Lm «atrm reettla (moins l'impôt 
OTTleSMfvI*}. 

Total 

Impôt car la prôdoetion dn sal. . 

Impôt SB* U v«Dt« du s«l 

Impôt s«r U caltore da tabac. . . 

Impôt sw U Tnte do tabee 

Timbre 

Frais de jvtiâM 

TaMS 

Loterie.... 

Pôagae 

DrmU de mai^ee et de garan 

tie. 

Impôt spéoial sar la vente an déuil 
des Kpiritnens 

Total 

Total des impôts indirects.. 
Total eéiiiKAL 



ANNEE 1887. 



nmnnr 

bAll. 


DipXNBlS. 


floriM. 


florins. 


35,357,671 
29,238.380 


378.146 
606.485 


1,722.465 

11,222,707 

30,024.281 

834,395 

398,420 


89.063 

220,577 

2,517,897 

8.253 

9.131 


108,198,319 


3,831,552 


8,728,072 

526,596 

4,410,500 

24,727,469 


78,42] 

m 

6,792 


5.578,290 
3,229,011 


• 


47,199,938 


85,213 


9,231,614 


4443,738 


56,431,552 


4.228,951 


72,701 

19.847,658 

743,136 

78,036,948 

18,736,171 

33.138,201 

1,061,375 

22,076,395 

2,489,292 


2,722,354 

227.812 

25,835,935 

1,315.979 
360,917 
759.687 

13,614.675 
27,618 


241,152 


74.974 


1,288,149 


11,599 


177,731,178 


44,951.550 


234.162.730 


40,180,501 


342.061.049 


53,012,058 



florins. 



34,979,525 
28,620,895 

1,635,402 

11,002,130 

27.506,384 

826.142 

389,289 



104,966,767 



8,649,651 

526,596 

4,410,500 

24,720,677 

5,578,290 
3,229.011 



47,114,725 



5,087,876 



52.202,601 

16,970,103 

51,628,170 

18,375,254 

32,378,514 

1,061,375 

8,461,720 

2,461,674 

166,178 

1,276,550 



132,779,628 



184,982,229 



289.048,996 



ANNÉE 1886. 



»«». 


ùinnn. 


knt. 




florins. 


florin*. 


34.932,756 
28.498,124 


364,446 
553.029 


1.66<^.425 

11,092,192 

27,278,037 

841,740 

367,065 


88,270 

205.742 

2.008,216 

5,820 

•»,79i 


104,679,330 


3,233,314 


8,577,654 

538.040 

4.334,150 

23,805,702 


100,906 

■ 

7.145 


5,361,500 
2,528.365 




45,206,561 


108,051 


8,956,786 


3.887,137 


54,163.347 


3.905.188 


73,205 

20,1A1,]56 

795,484 

76,152,338 

18,257,961 

32,202,657 

999.598 

22.187.550 

2,484,195 


2,584,222 

211,563 

27,021,616 

1,273.644 

314.388 

759.556 

13.685.537 
23,111 


223,608 


70.888 


1,282,411 


14,249 


174,860,163 


45.9;:8,774 


229,023,510 


49.953,962 


333,702,849 


53,187,270 



florins. 



34,568,310 
27,045,095 

1.581,155 

10,886,450 

25.269,821 

835,020 

350,274 



101.446.025 



8.410.748 

538.040 

4.834,150 

23,859,617 

5,361,590 
2,528,365 



45,098,510 



5,069,649 



50,168,159 

17,418,576 

48,6ft2,562 

17,943,573 

31,503,l(.l 

999,598 

8,502,013 

2,461,084 

152.720 

1,268,162 



128,001,389 



179,069,548 



280,515,573 



(') Le prodnif dv sucre ne peut Mre indiqué 
ait tonteîfois que ie produit net estu peu conil 



le ebîlBre des rmlilutions à l'exportation n*itanl pa» encore connu. Oo 



Digitized by VjOOQIC 



— 210 '— 
AUTKICHE-HONGRIE. 

LES CONtRAtENTlONS EN MAtiÈRE D'iMPÔtS DIRECTS EN AUTRICHE. 

Le tableau suivant, emprunté à la StatuUche MonaUchrifL de décembre 
1887, ftlit connatllÇ, en ce qui concerne t'impdf sur la valeur locative des 
bâtiments ^^\ Timpôk industriel et ritnpôt sur le revenu, les nombres pro- 
portionnels des contraventions et les valeurs y afférentes, depuis 1873. 

Ge» ^fifres ont été oblenli» en r^pprodiafK le nombre des contraveotîons 
du noinbi^ total des contribuables et du montadt total des recouvrements, 
l'outefois, pour Timpôt sur les maisons, on n*a pu indiquer que le rapport 
Hxistant entre le nombre des bâtiments dans lesquels rAdministration a cru 
nécessaire de vérifier les déclarations et le nombre total des maisons imposées. 



HlP^ SVa hA, VALIOR LOCUTtta 1>É$ 
BiTOfKfrlS. 

NomliM de* b&tîmeaU tfontant Au fnndes 

strnetions imposas. ^u. 

.. florife*. 



IIIP^ ISDUSTRISL. 



^VemkM âm e«ntrt> 

V«BtioM Dtf 100,000 

eontnoaablM. 



MoBtaBtdMfiraadM 
ftnt ioo,ooo 
d'impôt. 

floiias. 



1873.» i 
1874. •. 
1876, . , 
1876... 
1877... 
1878... 

1879... 
1880... 
1881 •.. 
188a... 

1 883 . . . 
188&.., 
i865.. 



11.75 
i8.a3 
aa.io 
a 1.08 
ao«43 
17.74 
ai.aS 
30.72 
17.09 
14.78 
a3.84 
a 1.08 
ao.74 



88.Û& 

31.36 

87.47 

125.07 

108.83 

85.87 

aag.o4 

357.76 

94*79 
80.27 

101.07 

107.64 

(?) 



IMPÔT son LB RriVBUD. 



f ât éQfltr«Yenlioiu 

ANNBBS. pour 

-^ loéiûbo «OBtribbablu. 



187a . , 
1674 » . 

1875 i« 

1876 i . 
1877.. 
1878 . . 
1879.. 



5.a5 
^9.03 
a&.63 
i6.a6 
a9.4i 
33.^5 
34.86 



MONTAtT AK» rRADDII 

poar 

100,000 florlai 

d'impdi. 

floriat. 
0.57 

aa.a6 

4 17 

4.89 
ia.5a 

4.66 

8.64 



AlIlIBBS. 



089.48 

35o.5o 
4ko.5a 
283.07 
193.47 
339.63 
251.89 
184.90 
188.04 
188*74 
23i.o4 
244.29 
i{|0«39 



81.35 

89.67 
1 18.07 

l03.3o 

io8.3i 

l52.23 

158.75 

ll2.o5 

ii6.ai 
113.89 
i5i.ao 
i3i.q3 

(?) 



iiip6t sua ue hbtbno. 



■OXTAHT DBS rBAV9IS 



de» «oBtriTtntions P^^ . 

po.r 100.000 toruin 

10«,«00 eontriLvalilM. ^ »topAl. 



1880. 

i88t . 

i88ft. 
i883. 
1884. 
i885. 



4o.io 
26.43 
24*98 
48.71 
34.T7 
aS.oS 



Sorin«. 

i3.4a 
a.ya 
5.45 
6.07 

9-39 

(?) 



<^) Uimpot sur la valeur locative des bâtiments frafipd la propriété bâtie urbaine. 
Voir le Bttlletin d*août 1887, P*^® ^^9* 



Digitized by VjOOQIC 



— 211 — 
ÀOTRICHE-HONGRIBL 

LA REVISION DD RÉGIME DES ALCOOLS. 

Le Gouvernement a présenté le 3i janvier à la Chambre des dépqtés 
d'Autriche un projet de loi tendant à modifier le régime des alcools. Bien 
qa*il existe daas- TEippiiTe «utricbiea on grand, nombte de brùlerias^ le.ren- 
demmt 4e«.L'vmpâl est: acturilemaat peu eonsidéraUe. D'après des ^Ueaux 
annexés au projcè, ii y aurait en en 1 885*86, rien qn'e& Autriche, 
43,889 petites bràleries, mais elles n'auraient acquitté, ensemble, me 
23^2,979 florins d'impôt. Il y aurait eu, en outre, 1,096 grandes brûtenes 
qui auraient payé 9,169,692 florins. En Autricb^Hongrie il sqçait peççu 
1 1 florins seulement par hectolitre d'alcool pur. 

Le Gouvernement n a pas évalué la plus-value qu'il espère obtenir d^ la 
réfonne proposée. 

Nooa donnons ci^après (nages ai3 0t suivantes) la produciioD d» l'alcool 
en Autriche-Hongrie de ihêS à 1887 et ie produit de l'impôt de 1860 à 
188& 

Voici d'abord l'analyse des dispositions essentielles du projet qui, à cer- 
tains égards, offre beaucoup d'analogie avec la récente loi allemande sur 
l'alcool W. 

L'artide 76<lu. tarif douanier eit modifié de la manière siAÎvapte ; 

M0l«l 

' ACTUELS. PROPO^^. 
f9» \C0 U)ogr* 



N* 76. 0. Liqueurs, essence de punch et autres spiri- 
tueux édulcorés, arack, rhum, esprit -de -vin de 

France, eogn^us., ..•.*.»«• ^ ••««••».«« « ào 76 

&• Autres spiritueux > mèm^ mélangés*. ...,.,.. ^q 6p 

Nota. Dans ces droits sont comprises les taxes intérieures. 

Deux taxes, dont une aurait deux taux, applicables suivant les brûleries, frap« 
peraient Talcool indigène, savoir : une taxe dé fabrication montant à 35 kreutzers 
par litre d'alcool pur et une taxe de consouimation montant 4 35 ou à ^5 kreutzers , 
suivant le» cas. 

En outre, il y. aurait une taxe da 9 kre«taars 1/2 par litre d'akoel pur sur l'al- 
cool produit dans les fabriques de levure. 

La taxe de fabrication et sur Talcool de levure est due par les propriétaires ou 
entrepreneurs de distilleries. 

Le droit de consommation est du par cdui qui prend l'alcool en charge au mo- 
ment où il cesse d*ètre soumis au contrôle de la Régie. 



^^ Voir ie Balletin de juillet 1887, page 87. 



Digitized by VjOOQIC 



^ 212 — 

La quantité d^alcool admise à ne payer que le droit de consommadon réduit 
(35 kreutzers) serait limitée i 1,878,000 hectolitres pour une année. 

La quantité de cet alcool que chaque pays sera autorisé à fabriquer sera fixée par 
une loi. 

Maintien des exemptions d*impôt accordées aux beuilleurs de cru pour les quan- 
tités destinées à leur usage ^^K 

Toutefois la distillation de f alcool ;ainsî affranchi ne doit pa^ avoir été poussée 
à plus de 5o degrés. 

âarait affranchi ■ du dmtdacooaoBiaMti#Rr'ai«yeiiiiftiit*€oiilrèle administratif, 
Talcool employé pour augmenter la richesse ^oolique des rhums, vins, lî<{iieurs, 
ou bien destinié à des usages industriels, y compris la fabrication du vinaigre, mais 
non compris Talcool pour la cuisine, le chaiiffage et Tédairage. 

L*alcool ainsi exempté payerait un droit de contrôle de 3 kreutiers par litre d*al- 
cool. 

L*État allouerait aux brûleries agricoles pour chaque hectolitre d*alcool pur fa- 
briqué, lors du payement du droit de consommation, i florin & celles qui pro- 
duisent en moyenne, par jour, de d à 7 hectolitres; a florins à celles qui pro- 
duisent de a à 4 hectolitres; 3. florins à celles qui produisent jusqu*! a hectolitres. 

La production mensuelle de ces brûleries ne devra pas dépasser une quantité cor- 
respondant à plus de 7 hectolitres par jour en moyenne. 

L*impûl sera perçu dans les brûleries, soit d après la contenance des appareib, 
soit au moyen d*abonnaments, soit d*aprèa la proauction réelle. 

Ces différents modes d application de Timpàt seront enqployéa suivant la nature 
des matières mises en œuvre. 

L*alcool soumis à la taxe de consommation donnera droit, en cas d'exportation 
de 5o litres au minimum,- à une restitution de 5 kreutzers par Htre d*alcooi pur. 

Pour des liqueurs expédiées en quantité d'an moins a 5 litres, en (ïits ou en bou- 
teilles, il sera alloué 1 kreutter a/3 par litre. 

' Pour Talcool non frappé du droit de consommation, il sera alloué, outre les 
sommes jbrécitées, une restitution de 17 kreutsers i/a. 

Toutefois le moBtant annud des restitutions ne devra pas excéder 1 million de 
florins. 

Le projet de Soi qui compte 101 articles s'occupe ensuite, d'assurer le 
contrôle de la Jihroduction au moyen dé la surveillance, de' remploi d'ap- 
pareils spéciaux et de l'appiication de pénalités. 

Des dispositions transitoires prescrivent de déclarer le stock exbtant le 
i*' septembre 1888, date d'entrée en vigueur de la loi, et soumettent à une 
taxe supplémentaire de 24 kreutzers par litre d'alcool, les quantités ainsi 
inventoriées, lorsqu'elles sont passibles du droit de consommation. 

On trouvera maintenant les tabbaux qui ont été annoncés, • 



0) Voir le Bulletin daoût i883, page so5. Les quantités eiemptées varient de 56 à 
lia litres par brûlerie , suivant les pays. 



Digitized by VjOOQIC 



•* 213 



1 


L — ProAietion de Mcool en Autriche-Hongrie (18684881). 




1 

3 


QUANTITÉS TAXÉES 


PRO- 
DUCTION 

TOTALI 

(col. 5 «16). 


PART 1 


Vkf^ LA comrmmuKM du awamim 

IT IITIAITU 


i»»Ara4« 
l« 


ravM. 


d. «atUrM 


bmUmm. 


Tôt AI. 

dM 

•d. > à i. 


d« 
rA«triclM. 


d«U 
Hongrie. 


1 


9 


3 


4 


5 


6 


. 7 


8 


» 










litns d'aleool p«r. 








1868-69... 


605.648 


126,765.108 


7.466,410 


134,186,165 




134,136,165 


72,450.802 


61,676,273 


i8«»-7o... 


49^8l^ 


117,468,855 


0,302,080 


127,250,577 




127,250,577 


70.553,740 


56,705,837 


1870-^t... 


606,061 


120.290,376 


12.842.880 


138^660,118 




133,680,118 


74,947.267 


50,992,851 


i87»-7«... 


ai4,84S 


104,104,088 


10.048.415 


128,453,105 




123,453,105 


70,046,573 


53,406,622 


i87«-7S... 


146,187 


113,007,044 


17.082,125 


130,828,256 




130,828,296 


74,774,949 


56,053,013 


t873-yé... 


45.604 


104.060,106 


22,424,104 


127,428.006 




127,428,006 


76,760,421 


50,650,575 


187^-75... 


45,806 


114,638.004 


17,600,064 


132,204,264 




132,204.264 


78:570,007 


53,714,267 


.87^-76.., 


40.057 


100.416,701 


16,246,232 


118,703,800 




118,703,800 


60,662,683 


40,041,207 


.876-77... 


15,042 


06.500*611 


10,117,^6 


114,723,131 




114.723,131 


66,502,752 


48,130,379 


1877-78... 


85,014 


02,828,652 


16,664,383 


100,518.040 




100,518.040 


62,107,072 


47,411,877 


•878-79... 


160.154 


05.857.068 


18,075.708 


114.003.000 


18,708,048 


132.802,848 


75,180,444 


57,619,404 


1879-6P... 


00.71S 


76,276,467 


20,006,073 


07,364,153 


20,053.204 


117,417,357 


66,561,851 


50,855,506 


1880^1... 


077.347 


87,220,748 


18,176,002 


105,674.007 


21,560,030 


127,235,036 


68,034,102 


58,900,844 


iSSiMtft... 


S01,543 


04,385,840 


M,885,366 


100,472.778 


22,011,366 


131,484,144 


72,110.118 


60,974,028 


i88s-83... 


307,120 


04.808.030 


U,438,745 


100.196,004 


24,266,006 


133,405,000 


71,245,588 


62,150,411 




282,270 


07,374,011 


17,030,605 


114,686,886 


26,054,270 


140,741,165 


73,541,411 


67,100,754 


1664-86... 


906»802 


56,672,637 


501,78S 


67,760,811 


124,196,806 


181,807.707 


84,640,217 


07,248,400 


1885-86... 


815.002 


64.144,754 


50.864 


65,020.610 


111,438,652 


176,450,262 


84,512,564 


01,046,608 


1666-67... 


866,090 


64,831.200 


113,060 


65,810,210 


100,872,784 


160,683,603 


89,360.637 


89,922.166 


BBB5SS 


BSBi 






BBBSBBii 






mSSSSSSm 


i^^BSSSN 



Digitized by VjOOQIC 



-* 21» — 

D. ->~ Pniait é» Fimpit no- Faheol 






AKNÉBS. 



iSdo 
1861 
186a 
i863 

isea 

i865 
1866 
X867 
1868 
1869 
1870 
1871 
187a 
ift7S 
1874 
1875 
1876 
1877 
1878, 
1879 
1880, 
1881. 
188a. 
1883 
188a 
i885 
t886 



LuinA», 



6,973.135 
8.101,713 
«,977,895 
9.8^3.635 
8.509.^ 
7.077.344 
6.000.689 
6,280,^53 
7.757.415 
7.653.W8 
7,840.090 
7.964.037 
8,007,)4$ 
8.442.679 
8.341.614 
7,538,115 
7.025.720 
7,560,^09 
7.612.854 
7.481.881 
7,598.948 
7.635,877 
7,088.^94 
7,876,628 
9.205.S91 
8,476,749 



PRODUIT DE 

M co>M»niATiQi AnAi nàsotrioi 

•âeM «flmtcMiilioM 



HongiM. 



Botsi*. 



6,289,972 


M 


5.095.403 


n 


5.933.486 


„ 


5,719^22 


u 


4.^83,019 


II 


6.872,612 


H 


6,118.970 


II 


4.933.766 


II 


6,)23,234 


H 


6.655.935 


II 


6.347.457 


II 


6,522,341 


II 


5.^59,521 


II 


6,122,756 


U 


5.694,373 


II 


6.643,630 


II 


5.602,090 


'' 


5,950.836 


II 


6,334,933 


if 


6.722.826 


II 


6.585.641 


21.764 


7,105,465 


28,322( 


6,846.574 


32.864, 


7.697^016 


82»«91 


8,131,617 


61.336 


11.007.832 


79,576 


10.474,854 


66J563 



toUi 



l'iafAt. 



14,209,896 
12.068,598 
I4.035.1fÉ9 
15,697.1 »7 
U,226,6éi 
19,455,5111 
13.196,3|4 
10.934,4«^ 
12,604.1117 
14.413.390 
IS.Wl.44l5 
14,362,4)1 
13.923.548 
14,130.1^1 
14,337.012 
14,965.314 
13,340.2I|5 
12,576.516 
16,904,112 
14,335.aÎ0 
14.088.7è6 
14,832.7|5 
14,514,815 
15,368,4(1 
16,069,4il 
20,292,a|9 
19.018.111 

■mgÊÊSÊÊm 



Digitized by VjOOQIC 



— 215 — 





en Autriche-Hongrie (18 


60-1886), 












L'IMPÔT 




RISTlTUTlOirs D'IWFÔT 




DROITS 






¥wm LAMO0L nHMfé 




PRODUIT 


de 
OODAHB 

eorreepondinl 

à 

ri*pAt 

de 

eon- 

•ommelioa. 




Parts proportioBii 
de 

dan. le produit 'dVI' 


bUm 
i-pAl. 

Bosni«. 


d'Ai^ûdi.. 


de 
Hongrie. 


de 
BonW. 


. MeaiAAk 
total 
dos 


IBT 

de 

rimpAt. 




Aatridie. 


Hoagri*. 


i 
1 


p. o/o. 


p. o/o. 


p. o/o. 


flori 


ne. 




florina. 


floriDs. 


1 


55.74 


44.26 


il 


II 


Il 


Il 


169.609 


14,040.216 


171.173 




57.78 


42.22 


ti 


it 


u 


II 


208,663 


11,859,875 


140,928 




57.72 


42.28 


If 


rt 


II 


h 


73.321 


13,961.878 


152,306 




Ô3.57 


36.43 


II 


'" 


II 


II 


164.87^ 


15.532.244 


132,589 




09.19 


30.81 


" 


1* 


II 


II 


385,370 


13,841,274 


132,018 




55.&8 


htiM 


II 


14 


n 


il 


509,018 


14,926,528 


140,802 




53.63 


46.37 


11 


II 


H 


n 


512,616 


12,683,698 


143,295 




54.88 


45.12 


II 


II 


II 


II 


750,506 


10,183.949 


141.399 




49.83 


50.17 


II 


918,003 


966,412 


u 


1,884,415 


10,719,772 


135,522 




53.82 


46J8 


H 


797435 


U99455 


» 


2,296,480 


12,116.870 


133342 




54.60 


45.40 


U 


590,679 


748,590 


II 


1,339,269 


12,642,136 


151,308 




54.59 


45.41 


II 


162,116 


256,114 


II 


418,230 


13,944,201 


188,493 




57.20 


42M 


M 


7âfft70 


48,797 


M 


il9«067 


lMd4»49l 


2^3, Mlf 




56.65 


48.54 


19 


17,817 


73,618 


t$ 


91,435 


14,038,666 


288,972 




58.89 


41.11 


II 


44,790 


260.187 


If 


304,977 


14,032,075 


263,743 




55.66 


44.34 


II 


473,960 


969,594 


il 


1,443,554 


13,541,690 


233,828 




56.51 


43.49 


il 


457,534 


692,763 


n 


1,150,297 


12,189,908 


206,656 




55.86 


44.14 


II' 


627,808 


1,022.912 


II 


1,650,720 


10,925,836 


217.295 




54.44 


45.56 


11 


478,791 


1,266,405 


It 


1,745,196 


12,158,946 


295,566 




53.11 


46.89 


II 


565,343 


1.351,672 


II 


1,917,015 


12,418,665 


179,444 




53.10 


46,74 


0.16 


459,736 


1.457,772 


il 


1,917,508 


12,171,278 


268,760 




51.23 


48.56 


0.19 


773,257 


1,506,387 


II 


2,279,644 


12,553,091 


312,710 




52.60 


47.17 


0^23 


394,607 


1,135,024 


II 


1^29,031 


12,985»184 


435,438 




50.02 


49^44 


a54 


ar79,765 


2.269,692 


n 


2,969.457 


12,398,944 


346,716 




49.02 


50.60 


0.38 


396,585 


1.305,762 


II 


1.702,347 


14,367,134 


426,970 




45.36 


54.25 


0.89 


699,296 


2.076,535 


II 


3,776,881 


17.516.868 


460,982 




44.57 


55.08 


0.35 


502,184 


1,154.599 


il 


1,656,783 


17.361,388 


440,945 



Digitized by VjOOQIC 



— 216 — 
AUTBlCHE^fiONGRIE. 

^ LE COMMERCE CXTÉRIEUR DE T87B X 1880. 

* Voici, diaprés les documents officiels qui viennent d'être publiés , les ré- 
sultats généraux du commerce extérieur de rAutriche-Hongrie pour lés 
années 1878 à i885 (i): 

- Importations et exportations de marchandises et de numéraire. [Valeurs.) 

(Traûsit non compris.) 



ANNÉES. 


MARCHANDISES. 




NUMÉRAIHE. 


^ 


nrroBtA- 

TIOKS. 


BXPORTA* 

Tiom. 


DirrBBIRGI 

•D plut 

MX 

•xporU- 
tioat. 


IMrOtTA- 

Tion. 


1XPOBTA-' 
Tiom. 


en |ilus 

au 
exporl»- 

UOM. 


BirriancB 
6n pivs 

aux 
eiporU- 
tions. 


X878 


mil 
552.1 
556.5 
613.4 
64L.8 
654.1 
624.8 
6)2.6 
557.9 
539.2 


iiont dft Son 
654.6 
684.0 
675.9 
731,4 
781.8 
749.9 
691.5 
672.0 
698.6 


int. 

102.5 

127.4 

62.5 

89.6 

127.7 

125 

78.9 

114.1 

159.4 


52.6 
63.6 
32.1 
36.5 
22.5 
21.7 
12.6 
12.2 
10.5 


mUliont < 
15.6 

9.4 
22.5 

5.9 
48.8 

4.1 

9.9 

8.7 

1.8 


1« florÎM. 

37.0 

54.2 
9.6 

30.5 
it 

17.5 
2.7 
3.5 
8.7 


tt 
II 

II 
II 

26.3 

n 
II 
II 
n 


***/" - . . 

1870, 


1880.. 

x88i 


188a 


i883... 


1384 


i885 


1886 





! Importations et exportations de marchandises et de numéraire, [Quantités.) 
i ( Transit non compris. ) 



ANNEES. 



1878 
1880 
1881 
i88a 



BXrOBTA- 
TIDB9. 



millions de qninUux. 



34.1 
45.9 
46.1 
46.2 



70.0 
81.1 
84.8 
88.5 



ANNÉES. 



i883 
i86i 
i88â, 
1886. 



IMPOBTA- 
TIONB. 



BtrOBTA- 
TIOBB. 



millions d« quintaux. 



48.0 

49 6 
49.7 
46.7 



93.2 
94.6 
95.2 
96.1 



Les droits de douanes, perçus en argent en 1878, et en or ensuite^ ont 
atteint 3 a. 3 millions de florins en 1878; 2o.d en 1879; 26 en 1880, 
29.4 en 1881; 37.7 en 1882; 45 en i88d; 42.2 en i884; 39.8 en i885; 
et 37.2 millions en 1886. 

Voici, par groupes de marchandises, les importations et les exportations 
du commerce austro-boogrois de 1886 et de i885, transit non compris: 



(I) 



Voir le BvUetin de décembre i885, page 987. 



Digitized by VjOOQIC 



— 217 ^-. 



GROUPES DE MARCHANDISES. 



Deavéef oolomaiei. 

Epices 

Fraits du Midi 

Sucre. 

TabM 

Gniat, fruits à gousM», fiaines, ris 

LëgniDp, fruits ,,pLiMae«. . . , 

Bétn de boucherie et ae trait 

Aiumanx (autres) 

Produits d*animaux 

Grtissea. 

Hi^ 
Bofcoi 

Âlifients prépares 

Boli, charbons, tourbe. 

Ma|ières à tourner' et i taiHir. . . i .' ^ . . • .' 

Matières minérales 

Sulstanccs propres à la pharmacie 

SuWances propres à la teinture et an 

toiuge 

Gopmes et résines 

Hofiies minérales, schistes 

Colon, fils et tissus de coton 

Lio, chaorre, jute et tissus 

Lai»e, dis et tissus de laine 

Soie et s<»eriefc • . 

Vêlements, linges et ouvrages de modes. . 

Brosserie et tamiserie. • . . . . 

Oumges en paille et en écorce. 

Papier et ouvrages en papier 

Caoutchouc et gutta-percha (et ouvr, en). 

Toile et taffetas drés 

Cuir, peaux préparées et ouvrées 

Pdkîlenaa et iourrares 

Ouvrages en bois et en os« 

Vefres et verreries. *■•«.... ....>•#... 

Ouvrages en pierre 

Poterie. 

Fer et ouvrages en £sr. 

Métaux communs et ouvrages en métaux 

communs, .•......•• 

Machines et parties de machines 

Voitures et embarcations. • 

Inatruments, horlogerie, ({uincaillerîe... . 

Sel de cuisine •• • 

Substances propres à la chimie 

Prodnils dûmques, ooideurs, 

meots, perfiimerie , 

Bougies, chandelles, savons . . . , 

Bfatwres inflammables 

Objets de littérature et d'art.. . . 
Débris et décheU 

Totaux 



VALEURS IMPOnTfîES. 



I88d. 



florins. 

3S«6d3,5a6 

2,717,6A5 

6,184,174 

161,299 

55,779.391 

2S,599.66a 

12,004,762 

14,686,857 

2,025,478 

32,100,415 

5,774,392 

6,932,744 

4,197.225 

6,049,611 

16,809,597 

7,507,855 

3,887,482 

721.785 

11,668,496 

4.269,074 

7,360,472 

67,194,045 

23,045.502 

59,891,338 

31,495,420 

5,366.711 

260,136 

2,733,535 

3,633,214 

4,104,536 

360,415 

16,220,930 

821,328 

4,866,476 

9,206,383 

8,877,854 

1,514,419 

8,882,664 

9,981.836 

9,670.882 

120,954 

11,860,463 

219,954 

5,367,()60 

6,198,971 

562,396 

516,006 

15,322.868 

2,895,977 



539,223,418 



1885. 



florins. 

27,586,642 

2.700,029 

6,074,189 

205,298 

32,924,212 

48,465,518 

10,971,569 

16,002,420 

1,814,648 

29,410,592 

6,745,774 

7^45^645 

4,220,041 

7,700,783 

15,937,841 

6,062,106 

4,915,329 

766,890 

12,628,895 

3,975,637 

9,450,484 

68.170,132 

21,957,428 

53,699,663 

27,452,300 

6,237,025 

292,515 

2,719,045 

3,766,157 

3,470,107 

385.330 

16,551,260 

822,924 

4,767,083 

1,934,856 

8.945.570 

1,713,331 

10,125,940 

10,757.635 
11,851.651 

1.368.880 

12,738,321 

224.834 

5,683,633 

6,114,833 

647,350 

664,654 

15,705,589 

3,076,858 



557,948,324 



VALEURS EIPQRTÉE8. 



1886. 



florins. 

5,971 

30,030 

86,025 

48,311,398 

7,625,530 

95,455,185 

25,657,334 

47.361,901 

4,330,520 

33,799,970 

9,820,293 

1,297,362 

29,284,292 

4,370,822 

68,434,131 

827,531 

10,546,811 

329,250 

4,377,110 

1,669,148 

204,166 

15,184,411 

19,127,006 

57,570,588 

14.038,700 

8,782,596 

352,283 

354,280 

1!2,839;295 

861,779 

88,440 

25,127,130 

164,820 

18,186,692 

19,446,478 

6,094,286 

5,431,773 

11,914,362 

6,227,141 
3,777,322 
2,625,332 
47,277,808 
259,119 
5,815,574 

4,899,374 

617,801 

4^42.691 

8,203,884 

' 5,496,628 



698,632,273 



1885. 



floriat. 

9,912 

36,765 

114,166 

50,658,667 

8,167,673 

96,447,608 

24,^84,853 

35,666,612 

3,652,875 

31,300.839 

9,505,870 

1,574,098 

28,528,838 

4,070,816 

79,030,893 

' 1,107,349 

12,481,218 

478,269 

5,075,726 

1,761,624 

310,450 

16,604,457 

18,779,181 

40,004,984 

11,447,700 

7,646^036 

324,223 

369,844 

11,465,173 

805,942 

84,160 

21,445,100 

162,918 

18,835,860 

19,896.943 

5,103,191 

4,839,398 

11,120,399 

5,969,405 
5,817.505 
1,904,583 
46,944,551 
300,915 
5,726,291 

4,974,753 

621,977 

4,002,144 

8,841,673 
5,878,777 



672,083,194 



Digitized by VjOOQIC 



218^ 



ITALIE. 



LE REGIME DES BLÉS 6N ITALIE ET DANS LES PRINCIPAUX ÉTATS 

EUROPÉENS. 

Le GouvernemeDt italien vient de publier dans la GazeUê (^idle ua 
décret qui, devançant une loi définitive, modifie provisoirement, à partir 
du 10 février i688 , les droits sur les blés, farines, etc., importés en Italie. 

Voici ces taxes rapprochées des précédents tarifs : 



ARTICLES 

TANT 



364 

270 



271 
272 
273 
267 



DÉ$)G£rATI09 



M4MCnAMDlm^. 



Blë et SumuA 

Farine: 

ii« De hU et froment. 

ç, Semonlc 

Son 

Pàtiy dn froment, 

Pain et Jbiaqût de ner. . • 
Avoine * , . . 



DROITS APPLIQUÉS 



AVAirr 

1« 91 «TrU 

1887. 



U9%\ ATlflI. 

10 jnilltt 
1887. 



fr. «. 



DOIUVILLIT 
•V 

Si décembre 
1887. 



fr. e. 



1 rABTtB 



" ISBVIff 
1888. 



fr. c. 



«b 

10 (imer 
1888. 



Im 100 kiiogruuu». 



1 kO 

2 77 
2 77 

86 
5 50 
5 50 

1 15 



3 OQ 


3 00 


«00 


5 50 


6 00 


6 00 


S 00 


8 00 


8^00 


2 00 


2 00 


2 00 


5 50 


<»>9 00 


9 00 


5 50 


t'»9 00 


9 00 


1 U 


2 00 


2 00 



fr, «. 

5(H)J| 

8 70 

11 00 
2 75 

12 00 
12 00 

h 00 



(^) DroUs «ppIicAblM • l>xpîrati«n 4m traUés de eommerce en vignpnr. 



■■■■J 



Nous donnons O'^près quelques indicjMiops sur le régime des blés et fro- 
meiit8« dans Ict pdjmpBiiaL ^aysid^Earopa. 



P4W» 



AHemagvie 

Autriçhfi-HpDgrie. 
Espagne. ........ 

Suède et Norvège. 



DROrrS DB DOUAIIB. 
mm 
fr. e, 

6 itb par iqo kibgr. 

3 76 -, '■'," 

4 ao ^.^u ^ 

3 47 . . ..!|HI»M 



Les pays qui nViot pis tr^Mté avec T^spagne payent 4 fr. 3:» o^ pow 
100 kiîogranigaes de bl4 îniporték 

Les droits appliqués len Suède et en Norvège viennent d'être votés par 
«ne loi qui a re^, le i^ lévrier iS&S^ la sanction royale. 

Jjes prinpipavx pays fui admcttept les blés e^n franchise sont TÂngleterre, 
](k Russie , l3^ Belgique , |es Pays-Bai , le Danem^k. 



Digitized by VjOOQIC 



— îl« — 

ITALIE. 

LA REVISION DU TARIF DOUANIER 

( SUCRES , GLUCOSES , CHOCOLATS , BTft. ]. 

La Gazette officielle du i3 février a publié une loi qui ^laiatient les droits 
perçus sur les sucres , en vertv d*un décnet prpvisoire du 2 7 QOY«n»bDe deri^iar (^), 
et relève quelques droits iBscrits daus le iarif géoéra}^ eolr^ en vigueqr Je 
1^ janvier 1888. Voici ces nouveaux droits, rapprochés de ceux.i|iui ^ai«pt 
précédemment app]ica))le6 : 

DROITS PBHÇJVS BH TPR^P 

da décret du ^® ^ '^^ 

ARTICLES DU TARIF. ^ ^^ Tarif ffén^. « ^ aaa 

^ tioY6iii)ire 1887. * *^ Bcuqjv. ij|ftvncri888. 

1m loofcflograamM. 

15. a. Sucre de l'^dawe.,.. 90 00 . ^ <*^ ^.00 

6. Siicre4e a'dasse,. . 76 75 t ^*^ 76 76 

. 1(&. 4U GiMcpse solide.^ .... # jS^ -^â 66 dq 

i, Glucosi^ liquide. « ,<., f i4o i>Q 5o.oo 

15. ConQtures et conserves 

pir6çp0içi:e ou mieL *.«•<...•«. « 9000 10000 

. }6. fihcaii^ poitr le thé. . ^ . .. ir 4o <i^ i& 00 

17. a. Sirops pour bois- 

foai ^ «.. ^ 6i 09 ^ ao 

19' Chocolat ^ . . . * ' i>io 00 i5o 00 

L'article 2 maintient la taxe de fabrication sur les ^^cres indigènes || 
^5 Tr. gS cept pour letsncre de 2* clause et à 61 fr. ^5 cent, pour le sacrf 
fle ^!* classe* 

L'article 5 maintient les dispositions antérieures portant la taxe de fabri» 
lotion sur la glucose à ao francs par quintal, lorsqu'il s'agit de glucose déna* 
fairée, destinée 11 des usages industriels^ età So franps dans les autres cas, 

L'arfide A fixe comme il soit le tarifées restitutions d'impôt applicable | 
Il partir du x*' mars 1888, aux produits exportés coi tenant 4u sucre : 

Il sera restitué , par hectolitre de vermopt de Turin sucré , 4 fr* 5o cent, et pour 
ciha(|ue q«inUl de citroos, d'oranges, de limons , fruits ou é»»rces, pour les iruiU 
DOtttifts à la pnrtugsise et à la parisienne, 60 fr. 5o eaot.; pour les fruits confits à 
la marseillaise , ou mis en boite sans qu'ils soient tout k fait cuits, £5 fr. 5o cent. ; 

Cmr les marrons glacés, sa fr. So ce;it. ; ^ur les marrons de conserve « 33 francs; 
9 oonfitures, 5& francs; la moutarde au 9uc«0« 37 francs; le nougat, 9 francs; le 
lait condensent le ottrate de magnésie, suivant la quantité de sucre employée; et 
pour le chocolat sans cannelle , 83 francs , et avec cannelle^ 86 francs. 



m i i il 



(0 Voir le Bulletin de décemlM 1887. pajçe 666. 

^ Les droits inscrits au tarif général pour les sucres djB 1" et de .2* dasse s'élèvent respec- 
tivement il 78 frk 5o cent» et à 65 fr. aS cent pour 100 kilogrammes» 



Digitized by VjOOQIC 



— 220 — 
ITALIE. 

L^ÉPARGNE EN ITALIE ET LE PROJET DE LOI 
SUR LES CAISSES D'ÉPARGNE PRIVÉES. 

Le Gouvernement a présenté récemment à la Chambre des députés un 
projet de loi tendant à régulariser l'administration et le fonctionnement des 
caisses d'épargne en Italie. 

Nous détachons de Texposé des motifs quelques indications historiques et 
statistiques qui complètent celles que le Bulletin a déjà fournies sur cette 
question W. 

La première caisse d*épargne italienne fut créée à Venise en i8aa • la seconde à 
Bililan en i8a3. En i855, il existait 99 caisses; le solde de leurs dépôts montait à 
q4«398,697 francs. En 1860, on en comptait ia6 qui devaient i57,ao5,o4o francs. 
En 1870, il y en avait 2^9 ; leur passif atteignait 348,121,099 francs. En 1876, il 
CKistait 35 1 caisses, tant principales que Hiccursales ; leur passif s*élevait à 
553,754*843 francs. 

Ilj avait en tout, àlafm de 1877, 1,11^,950 livrets ouverts et 3,030,173 à la 
fin de 1 886. Dans ce dernier chiffre , les caisses privées intervenaient pour 1 ,3 48,36o , 
les banques pour 375,189 et la Caisse postale pour 1,396,634* 

Le nombre des livrets et le montant moyen de lavoir par rapport k la population 
du Royaume rassortaient, en 1877, ^ ^^ livrets par 1,000 habitanis et à 
34 fr. 99 cent, par habitant, et, en 1886, à 106 livrets par 1,000 habitants et k 
56 francs par habitant 

Voici le mouvement génénd de fépargne en Italie d*après les soldes des dépôts 
effectués dans les caisses d*épargne privées, les banques populaires et autres insti- 
tutions de crédit, et la Caisse d «épargne postale, de 1877 à 1886 : 





CAISSES 


BANQUES 


CAISSE 


TOTAUX. 


AVOIR 




raiviss. 


rOPOLAIMS, BTC. 


rOSTAU. 










"^' — 




"*^ 




— **^ 


-' ■" ' 




■ — -^" ■* 


uormn 


àNNÉES. 


Nombre 


Avoir 


Nombro 


Avoir 


Nombre 


Avoir 


Nombre 


llonUnt 






dM 


de* 


de» 


des 


des 


des 


toiel 
des. 


totri 


per 






d^posBDU. 


eo«p. 
loin. 


d^postnU. 


eonp. 
toir*. 


dëpossau. 


eomp. 
tout. 


de 
revoir. 


Uvrel. 






nilUons 




mUlions 




millioae 




millions 


fr. c. 






àm frtne». 




defm... 




de frtttes. 




de frtnet. 




1877- 


354 


574 


183 


119 


3,100 


6 


3,646 


700 


627 9 


1878.. 


357 


602 


215 


154 


3,194 


11 


3,766 


768 


644 9 


1879.. 


358 


657 


221 


' 15-7 


3.258 


26 


3.837 


840 


635 2 


iSSoi. 


357 


687 


233 


177 


3.313 


46 


3,903 


910 


618 3 


1881.. 


355 


715 


249 


197 


3.406 


67 


4,016 


979 


585 1 


iS8a.. 


357 


744 


272 


212 


3,488 


85 


U17 


1.041 


559 1 


i883.. 


364 


801 


335 


238 


3.584 


112 


4,283 


1.151 


530 5 


188&.. 


38^ 


891 


386 


26'8 


3,758 


148 


4.528 


1.307 


532 9 


iSSS.. 


388 


954 


483 


28» 


3.932 


177 


4.803 


1,420 


522 5 


1886.. 


394 


1,033 


545 


349 


4,097 


212 


5,036 


1,594 


527 8 



n est intéressant de voir comment est placé Tactif des institutions d'é- 
paigne. Voici les chiffires concernant Tann^ 1686 : 

(*) Voir le BidUdn d^avril 1882, page 368. voir aussi les Bulletins de janvier 18S1 et 
1888, pages 74. 



Digitized by VjOOQIC 



— •2-2 1 



PLicBaiBun. 





luiiliooH Ue l'rtiic 


Prêts hypothécaires. . . 


aai.3 


•-^^ aMK Gomoianes et 




. «utr^ . corpora- 




tions. • . * 


139.7 
4.8 


cliirographaires. . 


contre consigaa- 

tions de marchan- 






dises 


9.0 






de sociétés naony- 




mes. etc 


10a. 7 



PLACBMEBfTS. 

Obligations foncières. 

Lettres de change, bil- 
let.»» 

Avances sur effets pti- 
blics et valeurs com- 
merciales . « 1 

Bons du Trésor « .... 

Comptes courants .... 

Immeubles 

Encaisse 

Divers. 



lui}. 0D« de (nn<n 

34. 9 
148.4. 



44.8 
36o.a 

]5.5 

a3.8 

a4a.9 



Voîcî maintenant les dispositions essentielles du projet de loi, qui répond 
aux vœux formulés par un congrès des caisses d'épargne dont les délégués 
s'étaient réunis à Florence eo 1886 : 

Les caisses d'éporgne ont principalement pour objet de recueillir les dépôts 
d* épargne et d'en opérer le placement convenable; elles acquièrent la personnalité 
juridique de la manière prescrite par la présente loi. 

Il est interdit à tout établissement qui n'est pas institué conformément à la pré- 
sente loi de sHntituler caisse d*épargne. 

Les caisses d'épargne actuellement existantes qui ont pris le caractère de sociétés 
civiles et commerciales, devront modifier leur titre dans le délai d*ime année à 
compter de la publication de la présente loi. 

Les caisses fondées par des personnes morales et avec leur concours se consti- 
tueront suivant les prescriptions des lois et règlements concernant chacune de ces 
personnalités. Celles qui sont fondées par des associations de personnes devront 
6tre constituées en vertu d'un acte publie. 

Les caisses devront posséder un patrimoine initial d*uu moins 5,ooo francs qui 
lie pourra être remboursé que sur les bénéfices nets. 

Les bailleurs ou donateurs ne pourront tirer des intérêts ni de ce fonds ni des 
accroissements qui viendraient à s y ajouter. 

Les actes constitutifs des caisses d épargne seront approuvés par décret royal , 
sur la proposition du Minbtre de l'agriculture , du commerce et de l'industrie. 

Les caisses d'épargne qui seraient fondées par des institutions de bienfaisance et 
autres personnes morales devront posséder un patrimoine particulier et une admi- 
nistration autonome. Les fondateurs ne pourront intervenir que pour la nomination 
des administrateurs , la revision du compte et la confection du règlement. 

Les fondateurs des caisses instituées au moyen d'une association de pcr^ionnes 
conservent la qualité d'associés , même lorsqu'ils auront été remboursés. 

Il est interdit aux fondateurs, associés et administrateurs de participer aux béné- 
tices et de recevoir une compensation quelconque , a moins d'être en même temps 
directeurs de la caisse. 

L«s caisses d'épargne pourront recevoir, outre les épargnes proprement dites, 
des dépôts en compte courant ou pour ie compte des mineurs, des dépôts ju- 
diciaires et d'autres encore. 

Les dépôts d'épargnes devront avoir un compte a part dans les écritures, hvs 
statuts permettront de les distinguer des comptes courants et autres dé[)ôts en 

IWU. DK STAT. l .') 



Digitized by VjOOQIC 



— 222 — 

fixant le minimum de chaque Yersement, le maximum de la mhdiim productive 
d*intérêt , un taux d'intérêt plus élevé « et en ne limitant pas la durée du dépôt. 
Les livrelt pourront être nominatifs , au porteur on mixtes. 

Les caisses d'épargne nq peuvent acquérir d*immeubles si oe n eat pour ioftlailer 
leurs bureaux ou rentrer dans le montant de créances. Dans ce dernier ems , ou 
bien si des immeubles ont été transmis k la caisse par donation ou suooessioa , 
celle-ci doit les aliéner dans un délai de cinq années, au pins. 

Les caisses devront placer leurs capitaux de la manière suivante : 

En effets de commerce portant deux signatures; en prêts agricoles consentis 
conformément à la loi du a3 janvier 1887 ^^^ ^^ crédit agricole <^ ; en 
fonds de TÉtat; en titres garantis par TÉtat; en obligations des institutions de 
crédit foncier autorisées par rÉiat; en obligations des établissements de crédit agri- 
cole émises conformément à la loi du s3 janvier 1867; en premières hypothèques 
sur des immeubles situés en Italie , et jusqu'à concurrence de la moitié seulement 
de la valeur d^ ces immeubles ; en fivances sur 1^ titre» précédey|tiipent indiqués , 
et jusQu a concurrence des 4/5 de la valeur cotée à la Boufve , la plus rapprochée 
de la caisse ; toutefois le prêt ne doit pas dépasser la valeur nominale des titres . 

Les statuts de chaque caisse fixeront les proportions de chaque espèce de place- 
ment. Les pinéts hypothécaires ne pourront, dans a^cun ca^, ab^^l^^r pl|i9 du 
sixième de 1 actif, m ètrp consentis pour plus de trente ans. 

Aucun prélèvement ne sera fait sur Ips bépéljces nets* mèine ppfir r^boq^ser les 
fondateurs, ayant que ces bénéfices égalent 1^ di^ème du montant tq^i des dép4^- 
Ensuite ils serviront en partie à augmenter le fofids 4^ réserve et 1^ surplus sfr^i 
alloué à des institutions de bienfaisance. 

Exemption des droiu 4^ timbre et d eqregistren^ent ep faveur ^^ c^w^ qv^Rt 
aux actes qui les constituent ou modiQent ieurs statuts, et ^u^ procurations qui 

Eeuvent être nécessaires pour obtenir le remboursepient des fommes portées sur les 
vrets nominc^lifs. 

Les caisses sont soumises 4 l*ÎR)pât de la richesse mobilière. 

Surveillance des caisses par le IViinistère de TagncuUiirfi, dupomm^ncfi fit^^rio- 
dustrie. 

Obligation de liquider imposée 4UI c^^sses, q^ai^d Tlnspectiqn çonalut^ ^ pfirte 
des trois quarts du patrimoine, à moins que les fondateurs ne cQnseatent ^ reformer 
ce patrimoine. 

Les liquidateurs sont nommés par le Ministre. 

Les coisses transmettent au Ministre leurs comptes annu^U ^ une; situation semes- 
trielle établie conformément aux prescriptions ministérielles. 

Dispositions pénales contre les fondateurs, administrateurs, directeurs, syndics 
et liquidateurs qui contreviendraient aux dispositions de la présente loi. 

Dispositions transitoires: i" qui accordent un délai d^ trois années ^uk institutions 
de bienfaisance et <'i litres personnes morales, pour rçn4rç indépçndaqtes, au point 
de vue du patrimoine et de f administra lion, les caisses dépargne qu* elles gèrent 
actuellement; 2"* qui permettent aux caisses existantes d*obtenir 1 autorisation de ne 
pas aliéner leurs immeubles, et accordent cinq années pour vendre, ep cas de refus 
d'autorisation; S'^qui accordent : cinq années pour ramener la proportion des prêts 
hypothécaires au maximum fixe par h hn [ 1^ de l'actif) ; deux années pour liquider 
les prêts non autorisés, et six mois pour se conformer aux autres dispositions de 
la présente lot. 

('} Voir le Balletin do février 1887, pa^-e 2 2 2« 



Digitized by VjOOQIC 



— 223 — 
ITALIE. 

LB PROJET DE LOI 8UR LB8 INftIITOTS I/ÉIIISSIÔN. 

Ce projet de Icn a été pnUié et distribué le mois dernier. En void la 
traducdon : 

Abtiql» P^ -*- L^éiUiMioti des biUeto pttyvblet à vue, auporteor, d'iine valeur 
fiw et détemanée^ sera réglée par la prétente loi k partir du i** janfier 1890. 

2. — Le Gowremement du Roi.'per décret royal puMiépar le Ministi^ de Ti^i- 
odliMiB, de nqdufttrie et da cooMneree, de concert avec lé Minrstre dû Trésor, 
de?ra accorder avx inadtats d-émitoioa qui exîâléiit aujourd'hui et qui se confor- 
mevont a«x disppsîlioflrs de la présente loi, la faculté d'émettre des billets, aux 
termes de rariicle i*\ pour un temps déterminé et ne dépassant pas trente ans. 

L'État n'aseume' aacmif reapoosabilM au sujet de Téiaoîssion des billets de 



3. — • Il sera accordé à chacun des instituts mentionnés à l'article a la faculté 
d'émettre des billets jusqu'à concurrence d'une somnke triple du capital -versé et 
vérifié* pourvu que la, ^onime totale des billets en circulation soit représentée <<|ans 
la caisse, pour un tiers au moins, par une réserve métallique en monnaie italienne 
légde, en monnaies étrangères admises au cours légal dans le Royaume et en lingots 
d'or, et^ pour lès dMc 'autres 'tiers, par des effets escomptés et dés avances sur 
valeurs, aux termes de l'artidé 9. 

k. -— Afin de pourvoir aux besoins urgents et extraordinaires du commerce, le 
Gouvemetnetat ponrm atitodyler les instituts à dépasser la limite fixée par le présent 
artida jusqu'à concurrence d une moitié du capital utile à l'émission, en observant, 
quant à la garantie des billets, les principes arrêtés au paragraphe précédent Cet 
excédent devra être retiré de la circulation à l'époque fixée par le Gouvjernepent et 
qui ne pourra dépasser un maximum de quatre mois. 

Les instituts conservent cependant la faculté de dépasser dans leur émission le 
triple do eapvtdl versé, pourvoi que rexoédent soit représenté dans lu caisse par 'une 
réserve mélaUique propoKionoelle. ■ 

"' ' f ' ' . « 

5. — Le montabt ^ rémission qui pourra être autorisée dans des conditions 
ordinaires, conrormèment itox articles i et 3, reste fixé en la somme totale de 
755,350,000 francs , répartie comme suit : n,.. 

Banque Nationale.' -. 45ô,obo,ood franca. 

Banco de Naples i46,a5o',ooo 

Banque nationale toscane 63,ooo,o6ô' 

fioiqad lemaine.,* ^ .> • . . / » 45,ooo,ooo ' 

Banco deSidle 36,ooo,ooo 

Banque toscane de cré^t. . , • , i5^ooo,ooo 

Tous les dbi:«ns,'iap#èf hnoïkvdle oeacessioar; am^ taraMSide l'article db, le 

iS. 



Digitized by VjOOQIC 



— ^4 — 

Gouvernement et le Parlement soumettront à un nouvel examen la limite fixée pour 
la circulation, et y apporteront, si besoin est^.les modifications opportunes. 

6. — Les billets émis par les instituts qui ne seront point pourvus de presse 
spéciale dans le Rojaome pourront être fabriqués, selon le type choisi par chaque 
institut, à râtelier dfli popiers-rd^urB du G6iivi3isiemettt. ' ' < 

Les .frais de fabrication seront à la charge des instituts. Ni la fiàbrication , ni la 
foisrnitiire des billets ne loonatiuia jaip6uae,iiei|^o<Kiabilité potict l'fitat'iiifOYers les 
instituts, ni envers le public. j, 

7. — Les bilku seront d^ 1« miiMir^de a&. 50* 4oo, &oo et i^oco frapos. • 
Les billets dea difEérenteS' coupures devront ^tte. dislinrÉs ks omâea aotro», «oit 

par le type, soit par une dimension différente du papier. 

La forme des billets de chaque institut feemappmutfée par 4écret noyiJL 

Lea instituts ajunt uo capital versé supéiâewr À âo milUons ne pournmt é«Mttre 

de biUets de a5 francs; ils ne powtoat, ea oatre« émettre «b hmeU de 5o S a mta 

Îie pour une somme équindeoto au:ciiK|«ièiae de rémisâioa patmise à rdbaowi 
eux. 

Las instituts ayeitt «n capital veraé oui ae dépasse pat 3a nMiUooa ne fieeKtont 
tenir en circulation, en billets de a 5 francs, quune somme ne dèpassaqt,>p«l Je 
dixième de leur circulation totale. 

&<*- Les billels devront ;, 

i* Porter en gros caractères le nom de nnstîtnt d'émission; 

a^ Porter Tîndication de leur valeur; 

3** Mentioimer rphi^gariw de ,1a psrt de Tiostiitat d'éàiwgv ces bil^et^ coptre 
de la monnaie métallique légale, au porteur et à tij^; 

h* Indiauer la date de la présente loi et celle du décret ou des décrets accordant 
à finatit^t la faculté de L'énissions , . 

&'* Indiquer k -daU du décret d^apprebationt la sérié et ie ficniéro dd'Mileit; 

6* Porter la signature d*un ou de plusieurs dt&lëgués du conseH d*admitiistratioti 
de 1 mstilut. 

La signature de» dâégués en^gage Tinatittit tis-li-vis des tiers. 



0. — - Le capital Utile k la triplé émiiâioii é| le wvwrtaat dea bittal» en eirciik- 
tion, déduction faite de la réserve métallique correspondante et exitflaiit eo oiwwae, 
des avances faites au Trésor de TÉtat pour les dispositions de cette loi et des 
emplois en bons du Trésor^ — ne pourront être appliquée q/ik dea opécalbiis d*es- 
compbe et d^avances à échéance de trois mois au maximum.. 

Dans cette catégorie se rangent les escomptes : 

De lettres de change munies de deux ou de plusieurs signatures d*une solvabi- 
lité notoire; 

De boqs du Trésor; 

De lettoes da . |^age émises par les. sociétés de magasins gén^iainr Ug|ilaHient 
constiluéea; <•' 

Des oédules de titreir, sur lesquelles IHnstitut peut faire des' avances ; 

DWdhéi en dtfnréaiiid en loufab^ peMPVtt.qn^ib'peèteÉt Tindicatioé doieaaiiime 



Digitized by VjOOQIC 



6kdef f éohéanoé, on soient aoconypagné» d« ieltre» de diaii(g|« suppléant an début 
d# et» i mdi câtiwia par twàte m^mt%^ j . 

A la même catégorie appartiennent encore les opéralions d^avances.: 
. SuribtiitreadekdelfefdbliipMdarÉtei; 

Sur des titres émis par lea provinces et parles comumnes ; 

Sur des titres de sociétés particulières, desquelles TÉtat ait garanti Tintérèt, soit 
dirBOtenieDt, soit ^r le me^eti de en li fe u lit ms aflectéei expreMément au payesxent 
de» intétèts de ces oiédies titrée ; 

Sur des obligations des instituts de crédit foncier et agraîre. 

Ces divers titrée ne pourront être évalués ^u delà des quatre cinquièmes de leur 
valeur dé Bourse. * 

Dans I9 même catégorie sont comprises aussi les opérations d'avances: 
. Sur les valeucs d*or et d*araent tant nationales qu*élra4^res, et sur oee mèmee 
métaux en lingots, au cours du marché; 

6ut \eà soies bmles et fravafflées en canevas ou^ en trames , eslîmées A une valeur 
ne dépassant pas les deux tiers de leur valeur commerciale^ 

Sur les actes de dépôt des magasins généraux légalement constitués et sur les 
ordres et»4eerées ou ton soufre» •pour une valeur non sapérieure h la moitié de la 
valeur de la tnarchandive qme oe» ordres représentent. 

JuBqu*à eoncurrenee d*un dixième du capitid^ ils pourront également être afibcfès 
à Tacquisition de propriétés immobilières a Tusage de l'institut. 

10. — «- Le»opéraHone à entreprendre parles instituts pour Templdl de sommes 
dtiqpenibles en dehor» de celles auxquelles s'appliquent les dispositions de f af tide 
précédent devront être déterminées par les statuts des instituts respectib. 

11. — La dette des instituts, -^ représentée par des obligations ou des lettres 
de cbange , par des oaailgnatîeQSi de banque , des certificats de. crédit {JèH di crWffo) , 
des aMBdais ou autoesi diffièrents de ceux qu'indique l'article i**,' mais nàjMéB à 
vue, 00 encore par des comptes couranls remboursables à volonté, é quelque déoc^ 
mination ou espèce qu'ils appartiennent , ^-^ doit être ga^aatie part une résehto tf^ 
ciale en nsonnaie légde, équivalant an moins aw tiera delà dette eHè^aême. ^ 

Les obligations, lettres de dmagev aèsî^aitions de -banque et^cerlificabB de* crédit 
\feiidi enixto) payabks à vor dsnstouteeietsuooMraales'de'ckacmi des initiikuts, 
ne pourront être éfais pour des songes inférièunes à 1,060 francs. Pour des seaomes 
moindres , il ne pourra être émis que des titres nominatifs payables dans une suc- 
cursale! détermioée. 

12» *-^ .Les instiiuM d'énansibu tie {xauront lure sur leur» propree actions des 
opérations d'aucune nalureque' ce, soit ' 

Lêréescomptedu portefeuille n'est autorisé que pour lesisktres de «hange n'ayant 
pas plus de sept joturad'^échéanlce. 

, 13. •*- Les instituts d'émission qoi ti^ndroi^li en circulatipa de^ bijlets ou auitres 
titres jêqj|iiva)ppts pa^lçs au porteuir.ou.^ vr^ pour uj^ie somme si^périeure à celle 
qu'autorisent les dispositions de la présente loi, ou qui assumeront d'autres engage- 
ments à vue ou remboursables' à voiooté, excédant la proportion prescrite avec la 
réserve , seront passibles d'une amende équivalant au vingtième de leiusédent de la 
4Îi9J(la|ion 011. de$ Mg«lgeBienlsi 4 vue. ; 



Digitized by VjOOQIC 



.L*aine9cie9era appU^piie^Mir décrBÉéniaoftntdiiMtaifftèi«d*«griculinre, îiidiisCiie 
et commerce, de concert avec le Ministère da Tréaor. Le> éHdtek <pii idKye fâmend e 
devra également assigner à .rinatitot un terme ne dépassant pas Tespace d*uii mois 
pour ramener sa circulation ft 1» limite légale. 

Dans le cas où le fait se reproduirait plue die trab fois daos le eomraal cTone 
année, les dispositions de rartide »^.pqurront être apfjiquées. 

14.^— Sur la somme totide des billets en'ciro^tioa^ déducifon faite du mon- 
tant de la réserve métallique, les instituts payeront vn ioipàt. éifuivalaot i i p. c/o. 

Aux termes de Tarticle à , sur le montant des biliet^ émis pour faire face aux 
besoins urgents et extraordinaires do commerce, déduction faitei également de la 
somme correspondante de la réserve, les instituts payeront un impôt équivalant k 
a p. o/o. 

Sur la ciirculalioh totale des obli^lionsou des lettres dé change, des as^gnatîons 
de banque et' des certificats de crédit [fédi ii credito), les instituts payeront, un 
impôt de i/4 p. o/o. 

L'impôt sera établi d'après la moyenne de la circcdation et calculé sur les situa- 
tions publiées selon les dispositions de Tarticle a 6. • 

15. — Les instituts d'émission seront tenus de recevoir en payement leur» 
propres billets au pair, de les échanger à vue , au porteur, (?ontre de ia mpnnai^ mé- 
taUique ayant cours légal dans le Royaume, et, du cptiseoVimetti du porteur, contre 
des métaux précieux cp lingots, - , . i . 

Les instituts jouissent en outre de la faculté de se faire représenter pour rechange 

Cr des instituts de crédit ou d*épargfae , ou bien par des raisoai sociales possédant 
V attributions prescrites et dans les formes déterminées etprascrites par le règle- 
ment. 

Les bureaux d'échange devront rester ouverts quatre heures au moins tous les 
joun non fériés. 

S'il est présenté dans les endroits autres t]ue celui on se trouve le siège principal 
de l'institut des demandes de change excédant la réserve ordinaire de la caisse, le 
sièfe, la ^ttccui'sale ou la ^epréKentaiion jouissent de la faculté de diflBèrer l'édiange 
durant le temp< esigé par le tranipOFt de 4a Wata depuis le si^ge principal. 

Dans les etidroib communiquant entre eux par chemia de fer, récnange devn 
avoir lieu dans les deux jours qui «suivront la demande. 

Si tk Irea^port doit s'efleduer par voie cairrossable ou par mer, l'échange ne 
pourra pas être différé au delà de qiuitre jours i^èa celui de k demande. 

16. — Les instituts qui refuseront de recevoir leurs bilfets en payement ou ne 
les changeront pas aux termes de l'article précédent, seront passibles d une amende 
oorrespondant au dixième delà valeur totale des billets renlsés ou non échangés, 
amende qui sera appliquée selon le mode indiqué à l'article i3. ' 

Si un ittsti'ut se trouve avoir contrevenu à cette disposition plus de trois f<Hs eo 
une année, les dispositions de l'article 29 pourront lut être appliquées* 

17. »— L'acceptatirm des billets n est pas ohfigatoiré entre particuliers , sauf, en ce 
qui fegardè les rebtions c^tré le^ divers' ihstituts, sdoh les dbposiïîons de Far- 
tide i8. 

Le Gouvernement pourra les accepter dans se^ caisses. 

18. — Tout institut est tenu d'accepter en payement les billets des auMs iuMi- 



Digitized by VjOOQIC 



— iai — 

toU^jptrtoui oo)iseii3brdi poMèdefti mmmèjpi mme sueoiinale «» lule^rëprèsélftttîoQ. 

âdon le tdorn et le mads âéttnàiàéê far k règleiiiettt «et «n lout 'cas au- moifis 
une fois par qoiMaint v f instîtal déUtevo eit (tona de velirer, kms- frais et è Bés ris- 
ques et périls , les billets émis par fan et de^ 1^ renbôuraer |Mr des* billets de llnsti- 
tQt.ccéanoicr oHiMr â^iytimKÉs iéf^ales utiles a« «hangia de sespropres Miels. 

Le moQtant des billets des autres insftitiitSr d*apràs')et disjsoailîaivis de cet artiele« 
que chacun d*eux se trouvera avoir dans ses caisses , sera déauit de la circulation de 
cet institut, etux tbnotfâ du pre«lier pauRigraplie de rartide â et .dti. tfoitièoie para- 
graphe de rarlide lU. 

...... I .,.,.' 

19. — Les biUetode tout institut «pii n accomplit pas poœtudleBiettl rechange, 
le retrait et le remboursement de ses billets pourront Are rtfosés par les aotroi 
instituts. 

Toute suspension survenue dans Tacceptation des billets de la part d'un institut 
quelconque devritétrp immédiatemeat notifiée au Miaistère d*agrioidtilrev industrie 
et commerce, ainsi qu^au Ministère du Trésor, et annonieée au pitblio par ans ioh 
séré k U Gazette officielle par les soins du Ministère d'agriculture, industrie et 
commerce. , , 

La suspension cessera avec la reprise régulière de l'échange de la part de l*in- 
stîtut, 

20. -^ Les billets usés et détériorés qui entrent dans ^s caisses des instituts ne 
pourront être remis en circulation. 

Les ipstt^ts seront tenus de rembourser intégralement les billets usés et détério- 
rés, pourvu que le possesseur en présente une partie non déchirée, équivalant au 
moins aux deux tiers du billet, qui en prouve suffisamment lauthenticité et contienne 
Tindicaiion de la série et du numéro. 

Le règlement déterminera la marche, les modalités et 1^ gafranties à prendre 
pour Tunnulation et la destruction par le feu des billets retirés de la circulation, soit 
par suite d*usure ou dçt détérioration , soit pour toute autre raison* , 

21. -*- Lesinstbutft d*énisiion jouiront aussi de k faculté d'instituer des sièges 
e* des succursales ayant des attributions et «des règlements qui seront déterminés 
dans leurs statuts respectifs. 

Ils jouiront aussi de la faculté d'instituer des agences d'escompte et d'avances 
et d*avoir des correspondants,, avec les attribntiomi ei sdoa les formes -détennôiées 
par le règlement v ^ 

Moyennant autorisation du Gouvernement, ils pourront concourir k la fondation 
des caisses d'escompte caSatéressées, jusqu'à conciirrenoe d'une somme ne dépas* 
sant pas le qtiart du capital de chaque caisse particulière, et, pour toutes les caisses 
instituées par chacun d eux, pour une aorame ne dépassant pas lé dixième de leur 
capital vené. 

22^ *- De la maoièi^e et wàêa les formes prescrites par le rè^glement, mais en 
aucun cas moins d*iliie fois par an, le Gouvernement procédera à l'examen de la 
solidité du capital de chaque institut. 

S'il résuliait de cet examen la perte d'une partie du capital, le Gouvernement 
fera réduire la cireulatioit pour une somote représentant le triple de la partie petfdue 
et ordonnera à l'institut d'en faire restijtution dans un espaee de. temps déitermioé. 
Si la perte équivaut à un tiers du capital^ le terme pértmptoire de la reslitutbn 
sera ce deux mois. •. i i -i ' 



Digitized by VjOOQIC 



— 288 — 

Au çAsou il réujdtarAii<k««i examtaqttœepairtiadn Mpîtal • a été^ affectée à des 
emplois directs, le Gosi^cuieineiil fera réduire le. drciiUilion dans la proportion 
établie en eas de perte 4« capital et îiaposeia à 1 institatde pcocédier à la IiqiiidatMm 
desdits emplois. dans im especede temps détemâné. 

Les iaalitota qui « -obteuipéreBaieni pas. aux dkipQsitÎBas ds préseat arttole teroaC 
passibles de lameiKle établie par Terticki iSu 

i ■ -• .,••,.. ■ • 

^. -^Lea iestîlttts d^misiioh seront teaii»deprilevei{ sur levn bénéfices mMuela 
une somme destinée à constituer peu à peu un fonds de réserve i jusqu'à ce que ce 
fonds arrive au cinquième du capital versé. 

Chaque ptélèyement devra être au. moâiséqeÎTaleiit an dixièaM dea bénéCoes, 
dédttctioa faite de iootes> les d^>ensea fixea« deefrais d'amortiseeneot des passivités 
et des intérêts à 5 p. o/o sur les actions. 

• *2Jlik -^ Le fonds de réserve «a* pourra étra eaBpk^qu'en4itre8> ou valenri sur lea- 
quels les iastitut» sont autorisés à faire des avanœt . 

25. — Le Trésor de TÉtat a la faculté de déposer toutes les sonunes quH voudra 
auprès des sièges et dans tes sûccorsales de chacun des instituts et d'en exiger .le 
payement tot^ ou partiel, soit auprès d*un siège ou d*une succursale de cet éta- 
blissement, soit auprès de plusieurs d*entre eux , sauf remboursement des dépenses 
pour transport des foads, si ce ^transpefrt a effeetivemenl eu lieu* 

26. — Les instituts d'émission seront tenus d^artmccr m Trésor de llfeat', sur sa 
demande et contre dépôt de bons du TWsor, des sommés jusqu & concurrence des 
deux cinquièmes du capital utile h la triple émission, à un taux d'intérêt équivalant 
au 3 p. 0/0 et à un taux inférieur lorsque le taux de l'intérêt pour l'escbmpte des- 
cend au-dessous de cette limite. 

Les instituts devront livrer sur demande au moins nn t?érs de hi somme à atao- 
cer ; pour les deux autrcb fiers î! fisiùdra un préavis de deux mois. ' 

27. *-^ Le Trésor de TÉut et les porteurs de billets ««rentv ^ caa de fiHllite ou 
de liquidation de TimAitulijpi* les^.a éaais» u» droifc deiprélalâaa sht la réserve mé- 
tallique. 



28.— Les inatitûts drém^ola aaraH soiteis k la muMnihiieeiiur Mittklèred*aglV 
culture, industrie et commerce; cette surveillance sera exercée sui^nt les ptescrlp»- 
tiods. dit règlement. " > . -. 

r Le règiement fixera desmodatitéa de prodédve «mlsmne destîiiées à essorer la 
publicité des opémlaons des instituts^ Ceux-ci devront puMier, le lO, le ^^lo-et à la 
fin de chaque mois,- leufasitQatâoBsdaoa la GcMislIao^'a^fai' > ^ 

.. ' i 

29. — Si un institut d'émission contrevient aux dispositions de la présente loi, 
le Minîatère de ragricultare, dé rindustria et dacoannae^ee^ de concert avec le-Mi- 
nistère dis Trésor, sospendra ou lèraquere déinitifeuf ni par décret re^l k faculté 
d'émission accordée à cet institut. i '•'( ii. * 

• . . . « • f , > • : 

• '30. -i-* Le Ajtinîstère de Tagricultttre, definduMne et du è6mmisrée,'^<lé'tioticert 
avec le lltnistèreda Trésor, pourvbnra.datis i'ef^aèéâ'Uhé an^e^iVhitlsr'dèfa fro- 
mûlgatioii de la présente loi, à fàYériftcatSmr de laeéKdrtê'âes'iéapilSox versés* ou 
des patrimoines possédés par les six instituts d'émission. 



Digitized by VjOOQIC 



— 220 — 

Leur capîud étant une fois fixé , les six instituts devront déclarer, dans les six mois , 
s*il9 entendent se conformer aux dispositions de la présente loi, et devront soumettre 
leurs statuts à Fapprobation du Gouvernement afin d obtenir une concession nou- 
velle pour une période de trente années fiu plus, à partir du i** janvier 1890. 

Le règlement établira des règles transitoires pour la vérification des capitaux des 
instituts et leur conversion graduelle conformément à la présente loi. 

31. _ Selon TarticAe 3, le p«lriw»inefPssédé!pBr k» banques de Naples et de 
Sicile et reconnu conformément aux dispositions de Tarticle 3o, sera considéré 
ottOMie^apHtalivefié,. ■ ;' .^ - 

32. — La réserve métallique des instituts d'émission, aiwiiougtevnfsque leayf- 
tème monétaire actuel demeurera en vigueur, devra être composée , pour les émis- 
sions mentionnées par les artides 3 et 4 « selon les modalités qui seront établies par 
décret royal, sur la proposition du Miiiiilm^e VhMhistrie et du commerce , de con- 
cert avec le Ministre du Trésor. 

33. — Lesiaodifications k apporter aux statuts des instituts déjà existants , rendues 
nécessain» fAT bupiésente loi, seront, après que l*avis du Conseil d*£lat aura été 
demandé, mppnwréês par décret royal, pubHé afux fermes de Tarliele 3. 

34. -^ Le Gouvernement pourra modifior Toif aaisation actuelle du Banco de 
Na|des eldn Banco de Sicile, moyennantundécuet rayai « à publier après avoir de- 
mandé Vvm des ceoseils généraux des banque^ M da* Conseil d*Etat 

Cette .£wultèceisera un an après la puUieatîen de la présente lou 

35. -^ Toutes ies dispositions contraitea à la .présente loi sont abrogées. Il sera 
pourvu Aton exécution au moyen d*un rigieotent approuvé par décret royal, et 
proposé. pttT.le Minière de Tagriculture, é» TiiMlastrie et du commerce, de concert 
avec le Uiaistre du Trésor, après lavis du Gojiaetl d'£lat. 

DISPOSITIONS TRANSIT01BI8. 

36. — Sur Favançe extraordinaire dfi .6âaj83jLâ£t fr. ad cent, destinée au 
pavement de la Régie coîntéressée et aujourd'hui abolie, faite par la Banque natio- 
nale du Royaume d'Italie pour son propre compte et pour celui des autres instituts 
d*émiasion proportionnellement au capital de chacun d*eptre eux, ip.7réso^ de 
rÉtîEit, du jour où la présente loi entrera en vigueur, payera un intérêt de 3 p, 0/0 
ou rintérét inférieur qui est mentionné à Tarticle 216. 

Le remboursement de ladite somme sera fait parité Obuvemement aux instituts 
d'émisiion en 6o<{èoles-fMRrta semestrieUes, à partir de 1890, le 3i mai et le 3o 06- 
vemfare.d0 chaque anikée« > ' 

Gourme garantie 4e râmnèe exHmcdiAaîrei écmt il éA question, le Ooùvem 
AaoneattdoBoera m çl^p^t âiift<9Mqn9ii uni» loinîn^ eafbons^uTrénar, équhmknte 
m moo t aot dfi ^ dette <je c^icbeC. ., . •.. n -• 

Pendant la période àfi i*av^P99 exJxaqrdiii^ir/^» ifis «tvanc^ ordMi^ifes;, 
jusqua concurrence de la somme déterminée par la présente lei, ne pourront à 
aucune époque être exigées pour une somme qui, jointe à la dette du Gouverne- 
ment pour Tavance extraordinaire, dépasse lao millions, et cela proportion- 
neliement entre les divers instituts. 



Digitized by VjOOQIC 



— 230 — 



ESPAGNE. 



LES OPÉRATIONS DE LA BOURSE DE MADRID EN 1887. 

La Gaceta de Madrid des 35 et 36 janvier a fait conoaltre le nirniveaieiit 
des négociations â*efiets publics effectuées à la Bourse de Madrid en 1887. 
Voici les cliiSres principaux: 

MOIS. "" exténeure h p. 0/0. 

frtacs. — 

Janvier 346,96^,723 

Février âo6,a68,a67 

Mars. ag8,3i 1,950 

Avril 31^,378,000 

M*i. , .< 2^0,591,500 

Juin 230,267,700 

Juillet , ii5,52i,5o6. 

Août 89,747,500 

Sqktembre i44i970,ooo 

OAobre 177,945,000 

Novembre 233,4^7,125 

Décembre 191,786,000 

Totaux 2,588,220,267 



3ii^656/>oo 

a63,027»ooo 

263,385,5oo 

176 8ii,5oo 

2o3,647,5oo 

' i<^,79o,5oo 

87,016,000 

70,384,000 

123,23 1,000 

i52,3i2,5oo 

302,23 i,5oo 

i56,6ô3,5oo 

2,204,096,500 



La dette perpétuelle intérieure 4 p- 0/0 intervient pour 85 p. 0/0 dans le 
total dés négociations. Le cours moyen de ce fonds re&sort, pour f année 
à 65 fr. 47 cent Le cours le plus élevé • 66 fr. 84 cent., a été atteint 
en septembre. Le cours le plus bas, en févri/er, rassort à 6a fr. 57 cent.. 

Les autres opérations représentant ensemble i5 p. 0/0 du total, concer- 
nent la dette pôrp^ueUe extérieure 4 p. o/d { 1 34 millioiis -négociés au cours 
mojpen* de 66 fr. 70 cent), la dette amortissable ' 4 p. 0/0 (108 miUions 
négociés au cours moyen de 81 fr. 70 cent), lès billets hypothécaires de 
nie de Cuba, émission de 1886 (pris de 1 to millions négociés au cours 
moyen de g4 fr. gS cent), et diverses valeurs montant à une trentaine de 
millions. 



Digitized by VjOOQIC 



— 231 ^ 
EGYPTE. 

LE BUDGBT DE L'fiXEBGlOS 1888. 

Voici le tableau des prévisions budgétaires du Gouvernement pour 
leicrcicc 1888: 

RBGETTES. 

Ht. ég. 

Impôt fp|>ffler pt iipp^t fur i^ iffi^et^ ..,..,...,. ^ ,,.,.,.. . 5,:)qû,965 

Impôt sur les professions et taxes urbaines 34Qi?io3 

Douanes 1 ,o3o,ooo 

Octrois 3i4«ooo 

Sel ai5..î6i 

Pêcheries , : • I • • » • • • t 84,199 

Droits de navigation 78,550 

Chemins de fer et télégraphes i,3M,a 1 o 

Port d*Alexandrie , , 95,35o 

Postes, paquebots et phares 3iQ,Ç8o 

Ministère de la justice. 510,889 

Primes d'exemptions militaires 70,000 

Loyers des propriétés du fiouveracment. JM^f 

Gouvernement de Souakim .•••...,...•••., , . . . . i5^4io 

Caisse des pensions 70,000 

Recettes diverses .... ! ao5,9&6 



9,950,000 
A o^DuiRB pour non-encaissements possibles 35o,ooo 



RisTE 9,600,000 



niPENSBS. 

Dette publique. . , , , Âi3i5,783 

Tribut turc ..,,.... 67S1397 

Liste qvile d^ Tewfik pacha 90,000 

Listç civile fl'hmsïl pacha t <•»••• ao8,ioo 

Maison particuhVa W Khédive* • . • , , , 60,000 

Miqist^o 4^ travaux puhlif;* , 1 1 465,38a 

Minblère de la justice 8^7,376 

Adininijir^tiqî» 4e4 pfflvipc^f ..,,.,.,,..,.,,,..-. 39»,Sâei 

Ministère des fmances ,.»...,..........,,«, ^. ,. . i38,4ai 

Ministère de riptéqeqr , 1 , i3:),6i5 

Minifjèfo de rjn^irwctiqn publique. 1 • • • r 50*969 

Autres Hijif^ij^tères , , . . , ,,...,.,,,.. i49,844 

Aflroioistratioyi des douauff , , 85,55o 

Octrois , 5o,536 

Sd. ...,,,,.. , , . , , 73,708 

Pôcbflrjfif . ..,..., U.598 

Navigation 3,39 * 

Chemins de fer et télégraphes 6ia,3oo 



Digitized by VjOOQIC 



— -232 — 

Port d'Alexandrie % 1 7,000 

Postes, paquebots, phares 334,768 

Ministère de la guerre, police, prisons et année d'occopation . . . 645,868 

Soudan 1 0,588 

Pensions 570,000 

Suppression de la corvée a5o,ooo 

Divers 3^»97i 



Total 9,676,000 



D'après ces évaluations, les i^cettes surpasseraient les dépenses de 
24,000 livres. 



INDE ANGLAISE. 



LA SITUATION BUDGKTAIRK. 



L'tkfuilibre semble encore une fois rompu dans Tlnde entre les ressources 
et les charges du budget et le Gouvernement de CalcuUa, à Tappui des 
mesures qu'il propose pour remédier aux difficultés de la situation, vient 
den présenter au Conseil Tcxposé très complet. 

Si Ton compare les évaluations du budget de 1887-88 avec celles du budget 
précédent, on trouve que certains chapitres, comme le sel, Tacclse et les timbres, 
projnettent des excédents de recettes. Mais les dépnnses progressent dans de loat 
autres proportions. Les dépenses civiles présentent un accroissement de 1 6 millions 
de roupies, dont 1 1 millions pour la Haute-Birmanie. Sur les dëpense.'i militaires, 
raugmentation est de près de 10 millions de roupies, dont 7,200,000 impulable> 
aux opérations faites clans la Haute-Birmanie. Les chemins de fer imposent aussi, 
sous forme de garanties d'intérêt , des sacrifices de plus en plus lourds. 

Du côté des recettes, il y a à tenir compte ^es moins-valucs de Topium (près de 
3 millions de roupies cette année) et surtout de la baisse de Taisent. La roupie ne 
vaut plus que 17 pence. 

Tout compris, les recettes ressortent à 767,^00,000 roupies elles dépenses à 
78 1 ,700,000. Le Gouvernement indien ne croit pas que ce dernier chiffre puisse jus- 
tifier les accusations de prodigalité dont il a été Tobjct. Cela n'est pas même les 
deux tiers du budget anglais, et Tlnde, dix fois grande comme TAngleterre, a sept 
fois plus d'habitants. 

Le Secrétaire financier propose de combler le déficit en élevant Vimpôt sur le 
sel , et en créant un droit d'entrée sur le pétrole. 

L'impôt sur le sel a été porté de 2 roupies à a . 8 dans Tlnde proprement dite et 
de 3 atmas à 1 roupie en Birmanie. La surtaxe semble devoir donner 16 millions 
de roupies dans l'Inde et 1 ,a5o,ooo en Birmanie. Le droit sur le pétrole, au taux 
de 5 p. 0/0, compléterait un supplément de revenu de 1 7,900,000 roupies. Fina- 
lement, les recettes sont évaluées à 786,300,000 roupies et les dépenses à 
789,200,000. Déduction faite des sommes affectées aux travaux défensifs extraor- 
dinaires, le déficit ferait place à un excédent de recette de près de 5 millions de 
roupies. 



Digitized by VjOOQIC 



BULLETIN DE STATISTIQUE 



DE LÉGISLATION COMPARÉE. 



MKMBOKKa^nvKaBBcawiHvav 



MÂHS ig88. 



LOI 

PROROGEANT L'AUGMENTATION DES DROITS D'ENTRÉE 

SDR LB8 AIX00t«S AtAASCSIV» ('.), 

Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté. 

Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : 

Abticlb unique. — Les dispositions de la loi du 5 juillet 1887 et de la 
loi du 25 novembre suivant (^\ modifiant le tableau A du tarif général des 
doaaoes sur les alcools étrangers (eaux-de-vie en bouteilles, eaux-de-vie au- 
trement qu'en bouteilles, alcools autres), continueront d'avoir leur eflPet 
jasquau i^'juin 1888. 

La présente loi, délibérée et adoptée par le Sénat et par la Chambre des 
députés, sera exécutée comme loi de TÉ^at. 
FaitàParis, le 26 février 1888. .' ' .. . . ^ 

CAftNOT. 

Par le Prési^nt de la Rî^puliliqtle :' ^' 

. '*' 

Le Président da Conseil, ' Le Mikktre du commerce 

Ministre des finances , et de l'industrie, 

P. TIRARD. LociBN DAUTRESME. 



('^ Dépdt de la proposition dei M« Dellisse à ia Chambre des dépatés, 10 février 1888 

(Doc. jmrL a* a^g^, J. O. p ). Dép6t du pnjet de loi, i3 février 18S8 (Doe. pari. 

a' j4h, J. 0. p. .). Rapport deM. Marty, a3 février 1888 {Doc. pari, n"* a448. J. O.p...). 
Dixuaskn et adoptioii, 33 février 1888 {Ûéh, ptui, J. O.p. 517). — ' Transmission au Sénat, 
35 février 1888 (JDoc. pari, n* 108, J. O. p. •' . . . ]. Rapport de M. Bofilanger> 35 février 
188S (Doc^parl. n* ia3, J. 0. p. . . . ). Discasiioix et adoption, 95 février 1888 (Déb. part. 
J. O.p. 1^). _ Promoigatioa, 37 fi&vrîer 1888 (J. O. p. 869). 

^') Voiries BulUtins de juillet 1887, page 3, et de décembre 1887, page 579. 

BULL. DB STAT. l6 



Digitized by VjOOQIC 



— 234 — 

. • \ LOI ' ' 

MODIFIANT LE TARIF GÉNÉRAL DES DOUANES À L'ÉGARD 
DE CERTAINS PRODUITS ITALIENS W. 



Le Sénat et la Chambre des dépotés ont adopté. 

Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : 

ARTICLE UNIQUE. — Lcs droits inscrits au tarif génénd des douanes sont 
modifiés conformément aux indications du tableau annexé à la présente loi, 
à regard des produits italiens qui y» sout dénommés. 

La présente loi, délîfcéréè et adoptée par le Sénat et par la Chambre des 
députés, sera exécutée comme loi de l'Etat. 

Fait à Paris, le 27 février i888, 

CARNOT. 

Par le Président de la Répobiiqae: 

Le Président du Conseil, Le Ministre da commerce 

Mifhiffrv iês finances, M de Vindustrie, 

■ . ( 

P. TTOARD. Lucien DAUTRESME. 



Sur le tableau annexé à la loi figurent seulement les nouveaux droits 
applicables aux* produits italiens : il nous a paru utile d'y ajouter, à titre de 
comparaison, ceux du tarif général et du tarif conventionnel précédemment 
applicables à Tltalie. 



^^) Dépôt du projet de loi à la Chambre des députés, 9 février 1888 [Doc. pari. n° 2894. 

J. 0. p ). Rapport de M. Méline, 28 février i888 [Doc. parL n' 2454, J. 0. p. ... ). 

Discussion et adoption, 24 février 1888 (Déb, pari. J. 0. p. 545). — Transmission 
au Sénat, 26 février 1888 [Doc. pari, n* 109, J. 0. p>..*) Rapport de M. Bardoux, 
26 février &888 [Doc* pari, n" 194. J. 0. p.« . * ). DiscatsicB et adoption «vec modification, 
26 février 1888 [Déb. pari. J. 0. p. siai]. -*— Renvoi à la Chambre des déniés, 27 ie^ 

vrier 1888 (Doc. par/. n\a463, J. 0. p ). Rapport de M. Meiine, 27 février 1888 

[Doc. pari. a° .... /. O. p. . . , ). Discussion et adoption avee modification», 37 lemer 1888 
[Déb. pari J. 0. p. â9&). -- Retour au Sénat, J7 février 1888 [Doc pari n^ is5, J. O. 
p. . . ) . Rapport de JML Bardoox» 27 février »888 [Doc. panl rf 126 , J.O. p.. . . ). Discus- 
sion et adoption, 27 février 1888 [Déb* pari. JT. OL p. 2 to ).****• Promulgation, 98 fé- 
vrier 1888 [J. 0„ 1^,877). 



Digitized by VjOOQIC 



— 235 — 
TABLEAU COMPARATIF». 



^àdSà 



DENOMINATION DES ARTICLES. 



A.II11IA0X HYANTS. 

Chevanz «ntien ou ko^grfa et juments 

Poalttns ,«.,,.,. ....,», 

Mules et mulets , 

Anes et AnesBes 

Bœoû 

Vaches 

Taureaux 

Bottirillons , taurilloos, génisses 

Veaax 

Béliers, brebis et moutons 

Agneaux 

Boucs, chèvres et chevreaux 

Porcs 

Cochons de kit de 8 à 16 kilogrammes 

Cochons de lait pesant moins de 8 kilogrammes 

Gibier, vdaâles et tortues. 

PaOPUITS ET DÉFODILLBS D^AIIMAUX. 

Viande frakhe de boucherie 

Gibier mort , volaille et tortues mortes 

Viandes salées. 

Viandes ( Conserves de ) en boites 

Crins bruts , 

Crins teints 

Crins frisés 

Poil» brats 

Cocons seos.. •. . . . 

Soies grègts 

Soies moulinées 

Soies teintes à coudre, à broder ou antres 

Cheveux bruts. 

Cheveux ouvrés 

Cire jaune non ouvrée 

Cire jaune ouvrée 

Cire blanche non ouvrée. . • 

Cire blanche ouvrée 

Résidu de cire 

GEnis de volaille et de gibier 



DROITS 

▲ fP&ICABLa«> 
ÊMX 

prsdidts italien». 



e. 



40 00 
kO 00 
15 00 
10 00 
60 00 
ko 00 
30 00 
20 00 
15 00 
10 00 
3 00 

2 00 
12 00 

3 00 
3 00 



30 00 



35 00 
30 00 
25 00 
25 00 

3 OOW 
10 OOW 
20 OOW 

3 00 



25 

1 00 

2 00 

2 50 

3 00 
10 00 



15 OOW 
20 00 
30 00«>» 
ko 00 
10 00 
20 00 



TARIF 
oivéxAL. 



fr. «. 
pur t^U. 

30 00 

18 00 

5 00 

E: 



38 ÔOt«. 
20 00 1»). 
12 00 

8 00 

8 00 W. 

5 ÛOW. 
1 00 

1 00 

6 00 
1 00 
50 



TARIF 

cOKviirrioxBrsL. 



fr. e. 



20 00 



12 OOt". 
20 00 
8 50 
8 00 
Exempts ^, 
Exempts ^^. 
Exempts ('l 
fixtmpts. 

le kilogramme. 

Exempts. 
Exemptas^* 
Exemptes. 
Exemptes. 

Bxeoipti. 

Exempts. 

les 100 kilogrammes, 

Exempte <'). 

19 00 
Exempte ('). 

19 Do 
Exempt. 

10 00 



Exempts. 



5 00 



3 00 
5 00 
k 50 
8 00 

Exempts (". 

Exempts <*). 

Exempts ^\ 
Exempto. 



Bxemplts. 
Exemptes. 



Exempts. 



Exempte. 

16 00 
Exempte. 

16 00 
Exempt. 
Expmptf- 



(*) Loi do 5 avril 1887. (Voir le BaJtdln «l'avril 1887, page 35a.) 

O Pour les prodniu d'origine evropéenne , mais importés d'ailleurs qao du pa^s de prodaclion » il ^ 
percevoir ane surtaxe de 3 fr. 60 cent, par loo kilogrammes. 
(') Dans Is ces prévu par la note a ci-dessus, od perçoit une surtaxe ds % francs par 100 kilogrsi ornes. 



lieu de 



i6. 



Digitized by VjOOQIC 



— 236 — 

TABLEAU COMPARATIF. (Suite. 



DENOMINATION DES AHTIGLES. 



Lait concentré.. 

Fromages de tonte sorte 

Beurre £rads on londu 

Beurre sdé 

Miel 

rÉGHES. 

Poissons frais d*eau douce 

Poissons frais de mer. 

PAIIIHBDX ALIMENTAIRES. 

Farines de froment 

Seigles en grains 

Farines de seigle et d avoùic 

Mais et samsin (Grains de) 

Maïs et sarrasin (Farines de) 

Semoules en gruau.. 

Semoules en pftte et pâtes d'Italie 

Riz en paille 

Ris en grains et en brisures 

Rix (Farines de). 

Légumes secs et leurs farinos 

Marrons , cbAtaignes et leurs farines 

Autres farineux alimentaires, non dénommés au 
présent tarif ou tarif général français 

PHUIT» j&T GJUIHES. 

Fruits de table : 
Fruits frais : citrons, oranges et leurs variétés.. . 

Fruits frais : caroube ou carouge. 

Fruits frais : raisins 

Fruits frais : antres. 

Fruits secs on tapés : figues 

Fruits secs ou tapés : raiains. 

Fruits secs ou tapés :. autres 

Fruits et graines oléagineuses. 

HUILES. 

Huiles fixes pures : d*dive 

Huiles fixes pnres : autres 

Huiles volatues ou essences : d^orange , de citron 

et de leurs variétés 

Huiles volatiles ou essences : toutes autres 



DROITS 

AtPLlCASLIS 

aox 
prodaiu iUlisas. 



15 00 
35 00 
30 00 
35 00 
35 00 



10 00 
10 00 



8 70 

3 00 

6 00 

3 00 

6 00 
11 00 
15 00 w 

3 W> 

8 OOt'î 
10 00 «») 

3 00 

2 80 

3 00 



8 00 
1 75 

7 50 

1 00 . 
15 00 
20 00 
10 00 

4 00 «»' 



15 00 
15 00 w 

750 00 
750 00 



TARIF 

CBS É a AL. 



TARIF 

COirfBITtOTISBL. 



l«s lOO kilogramme!. 

6 00 et 8 ÔO 
IS 00 
15 00 
10 00 



5 00 
5 00 



8 00 
1 50 
Exemptes. 
Exempts. 
Exemptes. 
8 00 
8 00^*» 
Exempts W. 
Exempts w. 
Exemptes ^*K 
Exempts. 
Exempts. 



Il 50 

30 

Exempts. 

Exempts. 

6 00 

6 00 

6 OOetS 00 

ExempU «•'. 



h 50 
6 00 w 

150 00 
100 00 



Exempt. 

3 00 et 4 00 

Exempts. 

2 00 
Exempt. 



Exempts. 
5 00 



3 00 f«' 
Escmpts ^. 
ExcmpU <»'. 
Exemptes <*^ 

Exempts. 

Exempts. 



2 00 
Exempts. 
Exempts. 
Exempts. 
Exempts. 

6 00 

6 OOetS 00 

Exempts. 



3 00 
1 00 et 6 00» 

100 00 

M 



(') R^mos divers, snivant U matière méUngée tirée le lait. 

(^ Pour les prodsite d'origine eoropéeane , mais imporléa d'ailleiir» que du pajs de prodiietion , il y a lieo de 
percevoir a fr. ho cent, par i oo kilogrammes. 
{') Dans le ce» prévu par U note a cl-deesus, on perçoit une sartsio de i fr. 8o par loo kilogrammes. 
(*) Dans le ca» prévu par la noie a ci-dessus, on perçoit une surtaxe de a francs par loo kilogrammes. 
(*) Dans le cta prévu parla note a ci-dessus, on perçoit une surtaxe de i fraoc par lOO kilogrammes. 



Digitized by VjOOQIC 



— 237 — 
TABLEAU COMPARATIF: (Suite.) 



DéMOMUfATlON DES ARTICLES. 



BOIS. 

Bois coBinmiM : 

— à construire, de chêne, d*omic et de noyer, 
bmlB on éqasRu • 

Bols à construire, de chêne « d*orme et de noyer, 
sciés de tonte dimension 

Bois à ooostmire, «ntres, bruts ou équarris. . 

Boisàcoastmire, antres, iciés de tonte dimen- 
sion 

Bois en éciisses 

Bois feniOard 

Liège bmt, i4^ on en pkndies 

Chu-hon de hou 

PIODOITS BT niCHBTS DIVERS. 

Lëgnmes yerts 

Lëgnmes sakSs on confits 

Son de tontes sottes de grains 

Tourteaux de graines oléagineuses *. 

Lin et chanvre teilles. 

Lin et chanvre peignés 

PIB»IS BT COmUSTlBLIS MIlléRAUX. 

Marbres autres : 

— sâés ayant d'épaisseur plus de 3o cen- 
timètres , 

— sciés ayant d'épaisseur de 16 à 3o cen- 
timètres. 

— sciés ayant d'épaisseur de 3 à 16 cen- 
timètres 

— sciés ayant d'épaisseur moins de 3 cen- 
timètres 

Marbres : pendules, couoes, encriers, chiques. 

— antres, sculpta, (Slis ou autrement ou- 
vrés. .••....•...•....••....•..... 

AlbAtre sdé ayant d'épaisseur plus de 3o cen- 
timètres 

Albâtre de 16 à 3o centimètfes 

— de 5 à 16 centimètres 

— moins de 3 centimètres 

— sculpté ou ouvré (autre que statues mo- 
dernes 

Ciment 



DROITS 

APn.ICABI.B8 



fr. 



50 <»' 

70 1'» 
50 'Ȕ 

70 {»» 



2 00'*' 

2 00'»' 
2 00'" 
2 00'" 



5 00 

20 00 '»' 

2 00 
1 00 

3 00 
fi 00 



Exempts. 

1 50 

3 00 

5 00 
25 00 

15 00 

Exempt. 
50 
3 00 

5 00 

15 00 
12 50 



TARIF 

a BIIBÂL. 



fr. 



Un 100 kilogrammes. 



Exempts '". 

Exempts '^\ 
Exempts t". 

Exempts '". 
1m 1000 fealBei. 
I 10 <" 

les 100 kAogrtaua* 

Exempt (■'. 

Exempt '". 

Exempt <". 



Exempts. 
3 00 '«' 
Exempt.' 
Exempte. 
Exempts. 
Exempte. 



Exempts. 

Exempts. 

2 50 

2 50 
• 15 00 

6 OOW 

Exempt. 

Exempt. 
2 50 
2 50 

6 00 
It tonne. 
Exempt 



TARIF 

COKVBVTIOinrBL. 



fr. 



Exempte '". 

Exempte '". 
Exempte <". 

Exempte tu. 
10'" 



Exempt '". 
Exempt «'>. 
Exempt '". 



Exempte. 
'3 00 '«» 
Exempt. 
Exempte. 
Exempts. 
Exempts. 



Exempte. 

Exempte. 

1 50 

1 50 
k 00 

1 50'»» 

Exempt. 
Bxempl. 

1 5U 

1 50 

5 00 
Exempt. 



(') Los bois d'origine curopéonno mtis importes 'rtillenrs que du psyi de prodnelion sont pas^ikl^s d'one surtaxe 
de 1 franc par 100 ktlogramints. 

(*) Non compris U taxe intérienre de conaomination pour les légnmes eonfits ta TÎnaigre. 

(*) Loa tUtnoi modeniM on marbre sont tisées par le Urif général à 10 francs les 100 kilogrammes et exemptées 
par le tarif coBventionnel. 



Digitized by VjOOQIC 



— 238 — 

TABLEAU COMPARATIF. (S«dtc.) 



DENOMINATION DES ARTICLES. 



P(KRRES ET COMBUSTIBLES MIirÉRAUï. (SuitC.) 

Soufres triturés 

— raflinés et suMimés 

PEODDITS CHIMIQUES. 

Acide borique 

— citrique, liquide (jug de citron naturel ou 
conceutré) jus<jua 35 degrés inclusivement. . . 

Potasse et carjjonate de potasse 

Ammoniaque { alcali volatil ) . . . » 

Ta rt rate de potasse, y compris le tartratc double 
de potasse et de soude et les lies de vin 

BOISSONS. 

Boissons fermcntées : 
Vins de toutes sortes: 
— . on fûts , , 

— en bouteilles 

VERRES ET CRISTAUX. 

Verres à vitics : 

— ordinaires 

— de couleur ou graves 

— poEs 

Vitrifications en émail : 

— en masse ou en tubes 

— en grains percés ou taillas, ou en pierres à 

bijoux , breloques colorées on non , verre 
filé , boules el corail factice en verre 

Ouvrages eu verre non dénommés au tarif général 
français, y compiis les couronnes funé- 
raires 

Bouteilles et dames-jcanncs pleines ou vides .... 

FILS. 

FiU de lin ou de chanvre. 
Fils simples écrus « mesurant au kilogramme : 

2,000 mètres ou moins. 

Plus de a, 000 mètres, pas plus de 5, 000. . 
Plus de 5,000 mètres , pas plus de 1 0,000 . , 
Plus dp 10,000 mètres, pas plus de 20,000. . 
Plus de 30,000 mètres, pas plus de 3o,ooo. . 
Plus de 3o,ooo mètr^, pas plus de /|o,ooo. . 
Plus de 4o,ooo mètres, pas plus de 60,000. . 
Plus de 60,000 mètres, pas plus de 80,000. . 
Plus de 80,000 mètres, pas plus de 100,000. . 
Plus de 1 00,000 mètres 



DROITS 

APPLICABLES 

aux 
produit» italleat. 



fr. 

2 50 
2 50 



2 50 

10 00 
5 00 f" 
5 00 

2 20 w 



TARIF 



las 100 kilogrammes, 

Exempts. 

Exempts. 



Exempt. 

Biempt et 6 00 

Exempt. (» 

3 00 



TARIF 

COITUTIOfllKL. 



Exempt. 



w 



rhcctoUlro do UquitU. 
20 00 I ^1 50 ■ 

les 100 boQtcîU«s I 

60 00 4 50 



6 00 
t8 50 
18 50 

5 00 



50 00 



100 00 
5 00 



20 00 

22 00 

27 00 

37 00 

!ik 00 

54 00 

74 00 

103 00 

153 00 

204 00 



les 100 kilognoBunss 

ft S5 

18 50 

18 50 

4 75 



25 00 



18 50 
3 00 



16^ 
18 00 
23 00 
33 00 
40 00 
50 00 
70 00 
90 00 
149 00 
200 00 



fr. 



Exempts. 
Ezflmpts. 



Exempt. 

Exempt. 

Exempt. (*> 

2 00 

Exempt. "' 



2 00 
2 00 



3 50 
15 00 
15 00 

3 75 



12 00 



3 00 



13 00 

14 50 
18 50 
26 50 

39 â5 

40 25 
55 00 
75 00 

100 00 
100 00 



Nota. — Les fils polis, «o-deMous de a,ooo mètre», 
sont auiinilés aox ficelles, et av-dcesvs de 9,000 mètres, 
OUI fiU de Un on de chanvre blanchis on teints, soit <iim- 
ples , soit retors. 



(M Pour les produili li'ongÎDo curopômne mais iuiporlcB d'ailleurs que du pays de production, U y a iieu de per- 
cevoir noe surtaxe do a fr. 4o coDt. par joo lilograïamet. 

(^) Le tartro bmt importé dans les condlliou5 prcvaea dans U nniQ (M ci-dessns csl paasîhle d'une surtaxe dr 
1 fr. ^o cont. par 100 kilogTamin«<i. 



Digitized by VjOOQIC 



— 259 — 
TAILEAU COMPÂiUTIF. (Suite.) 



DÉNOMIITATION DES ARTICLES. 



niM, (Soie.) 
PiU dêlkonék chanvre. ( Suite. ) 



Fils blanchis on teints i 

Fils retors éacuB, 

F3s retors blanchis on teints , 

F!ls de im on de chanvre mékngéê, le lin on le 
ohanvra dominant an poids 

TISSDS. 

Tit$aê èeUnomde ch/mvft pur, m» oo onrét* 

Écros, présentait en chatne et e^ trame dans 
Tespace de 5 Afeitiimètres carrés, après division 
du total pa^ déni : 

— 6 £]s on mAaâ 

— 7 et 8 fils ;. 

— o et lo fils 

^ llfiU ..O..M», 

— la fils 

— iSetiÂfils 

— i5, i6 et 17 fils. 

— 18, 19 et ao fils 

— ai, aa et a3 fils 

— pins de aS fib 

— blanchis, teints on imprimés 



Tissns de lin on de chanvre : 

Toile cirée 

Toiles damassées pour literie et amenblement : 

— écms. 

— crémées, blanchies 00 mélangées de fils 

blancs on teints ^ 



DROITS 

ArrucABUs 

aux 

prsdaiu itaJUns. 



TARIF. 

OBSiSAL. 



fr. 



TARIF 

CONTaiTIORSai.. 



50 p. 0/0 



1m 100 kilogiumms*' 

Drdts das fils simples éerns* au^eaUt <]e : 

25 p. 0/6 
toit: 16 35 



30 p. 0/0 
oit: 20 80 



i 260 00 I à 125 00 

Droits des fils simples , blanchis ou teints , angmei^tis de 
30 p. 0/0 I 25 p. 0/0 



30 p. 0/0 



.0/0 
soit : 27 04 
à 338 00 



soit : 20 31 
à 156 25 



Même droit que les fils de lin on de chaurre par, seloa 
l'espiee etU eisfet, • • 





les 100 kilogrammes» 


. • . ..' 


32 00 


28 00 


, 22 ÛO 


46 00 


42 00 


28 00 


1% 00 


68 00 


55 00 


85 00 


81 00 


.55 00 


85 00 


81 00 


65 00 


116 00 


112 00 


90 00 


U7 00 


US 00 


115 00 


234 00 


230 00 


170 00 


348 00 


344 00 


.260 00 


^16^1 00 


460 00 


300 00 



30 p. 0/0 



Droite da tisea ^cm, ««g^snlé dai 

30 p. 070 I 2&P.0/0 
soit: 36 40 sait! 27 50 

à 598 00 I A 375 00 
Nota. — Dana b eompto dM fils de ehatae , eomiaw dans 
celoi des fils de trame , les fractions de Us nrent n^igées ; 
la somme des de^x nombres sera divisée par dsnx ; si le 
qaoûcnt de la division est fractionnairo , la fraeUon de fil 
sera eomptée comme fil entier. 

les toc kilogramsBea. . 
34 00 30 00 ff 15 00 



116 00 



112 00 



9» 00 



Droits des toiles damasii^ êkg%wê « eagdieiit^b de t 
^^P-"/^ soit: 145 60 soît: 112 50 



Digitized by VjOOQIC 



— 240 — 
TABLEAU 'COMPARATIF: (Smte.) 



TARIF 
omrvBWTioviaii 



DËMOMIMATION DES ARTICLES. 



Linge de table damassé écru , présentant en chaîne 
dans Tespace de 5 miUimèb^ carrés : 

— 1 a fils on aMÛifl 

— 1 3 et 1 4 fils 

— i5, i6, 17 fils 

18, 19, 90 fils '. 

— 31,9a et aH fils 

— plus de a 3 fils 

Linge de table damassé , chiné » blanchi on mélan- 
gé de fils blancs ou teints 

Coutils : 

— écros 

— crémés , blancs on mélangés de fils écms 

et de fils blanchis on teints 

Passementerie et rubanerie : 

— écnie« bise on herbée 

— crémée, blanchie on teinte 

Bonneterie 

Dentelles et guipnres de fin 

Moachoin brodés et autres brodenes sur tissus 
de lin 

Tissus mélangés, le lin ou le chanvre dominant 
en poids 

TISSM OB SOIE. 

Vdonrs et pdnche de soie on de bourre de soie : 

a. unis 

h, façonnés 

Tissus de soie et de bourre de soie : 

a. noirs : 

1* vnis. • 

a* façonnés 

Tissus de soie et de bourre de soie i 

b. de coolenr : 

1* unis 

a* façonnés 

r. clairs : 

1* unis 

a" façonnés 

Etoffes de soie ou de bourre de soie mélangées 
d^antres matières dam lesquelles la aoie ou la 
bourre de soie de toute espèce et de toute cou- 
leur entre pour |Jtts de la p» 0/0 josquo 
5o p. 0/0 : 

— Vdonrs : 

a, unis 

h, façonnes 



DROITS 

ArPU«ASUS 

tas 
prddniU italiens. 



TARIF 
oéiréiAL. 



fr. e. 
1m 100 kUofraoïittM. 



£r. 



97 00 
133 00 
169 00 
2«9 00 
399 00 
5Sa 00 



93 00 
129 00 
165 00 
265 00 
395 00 
530 00 

DroiU ds lia|^e écru « «ngmcnlé» de : 

80 p. 0/0. I 30 p. 0/0. I 25 p. 

Nota. — Dtna le coaipte des fils de ehaine 
aeioal négligée*. 

les 100 kil<^;r»miB«. 
12(l 00 I 120 00 I 07 00 



75 00 
lOft 00 
133 00 
195 00 : 

300 00 
345 00 

0/0. 

les ît%tùam 



30 p. 0/0. 



Droits ei'desms sagmentés 4e ; 

30 p. 0/0 t 35 p. (yo 

9oit : 156 00 I sait : 121 35 

les 100 kiltq^nmes. 



158 00 lft9 00 

178 00 174 00 
128 00 12a 00 

Droits des denlellea et guiporea 


120 00 

14lO 00 

80 00 

ds cotm. 


500 00 


los 

1 


490 00 1 360 00 


Droits des tismu de lia es de ckaawof solo* l'eepic*. 






le kilogremme. 


9 00 
12 00 








7 00 
ÏO 00 




Tissas de «oie porc» : 
Exempts. 1 Exemptv 
Tissus de boarre de soie p«rt ; 


8 00 
U 00 




2 48 


2 00 


10 00 
13 00 


/ 







7 00 
10 00 



Les tiasos dans ioaqaels U eoio ■• Jo* 
minait pas fuient tax^ saÎTasl i« 
droit applieeUe à la matière teitib 
dominent en poids. 



Digitized by VjOOQIC 



^ 24Ï — 
TABLE Ato C^Mi>ARÂTÏF. (Siitc.) 



DENOMmATION D£S ARTICLES. 



— llsras: 
a. noirs: 



a* façonnés 

6. de couleur : 

i" unis. ..,. 

1* &çonQés.. ........ 

nsbrod^: 
a. an point de chatnette. . 



(. am point passé. 



. DROITS 

APPUCAILIS 

au 

prodoito iulieiit. 



TARIF 

oixiaAL. 



fr. e. 
' k kilogrimuir. 



TARIF 
coanirrioimL. 



k 00 

7 00 

5 00 

8 00 

9 flânes par kilo- 
maimc e« plss 
da droit da Uum 
mIob l'«apèee , 
d'après Ispr^nt 
tan/. 

3 francs par . kilo- 
gramma an pli 
dn droit dn tisi 
spàet 
pnsent 



1 



TisNs ooMmuns de bourre de soie dont le poids 
dépasse aoo grammes an mètre carre et dans 
leflKjnds la bonrre de soie entre pour i a p. o/o 
au moins : 



)dn droit dn 
»alon l'es] 
d'après la pr 
Urif. 



b. iaçonnds.. 
Rnlians et galons. 

Bonneterie : 

a. simple . • . 



h, fiiçonnée.. 



Passementerie. 



La passementerie acquitte le droit comme si elle 

était entièrement composée de la matière appa< 

rente à Textérieur. 
Dentelles et tuHes (y. compris, le crêpe et la 

blonde} dans lesquels la soie entre pour 

1 3 p. o/o an moins : 



2 50 
4 50 

3 francs par kilo- 
gramma en ploa 
dn droit dn tisan 
talon l'aspAca 
d'apris la pMtant 
Urif. 

Droit dn tissa lalon 
Taspioa, d'après 
la prisant tanf. 

Droit da la bonne- 
taria staipla, an^ 
maaié da 
p. o/o. 

3 francs par kilo* 
gtamma sa pins 
dn droit snr la 
tisan, d*^rès la 
présent tarif. 



Las tissas dans lasqaals la sois na do- 
a&iait pas étaïaat toi» soiTsat le 
dbroit applifakla k la osatièro totiiia 
dominant on poids. 



(. façonnés 

c. aTec des perles [perlines] sur pbi^ cruii 
tiers de leur superficie 

Tisns de soie avec 13s métdfiques : 

c d'or et d^argent on doréa oa aigealés. . • 



h, en mélaiix < 



15 00 
18 00 

8 00 / 
5 francs par kilo-\ 
graosma an plosJ 
dn droit dn tissnl 
salon l'espèce , f 
d awos M prasontl 
tanf. j 

a fmnca par Ulo.\ 
iransma, an pins i 
dn droit da tissnl 
salon Taspèca , r 
d'après le prèMnl I 
Urff. I 



\ll 88 



k S4 



13 00 



3 50 



Digitized by VjOOQIC 



— 248 — 
TABLEAU COMPAEATiF. (âoit^.) 



DÉ NOMINATION DES ARTICLES. 



Boutons , 

Aiticlet oonfectioniiés 

PAPISa IT SIS APPLICATIOKS. 

Papier dit de fantaisie, colorié, marbré, |raii£pé, 
reooavert on non de métal, et papier de ten- 
ture «...»... 

Papier autre de toute sorte. ^ 

Livres reliés de tout ^enre et musimic 

Gravures , estampes , lithographies «photographies, 
cartes géographiques et dessins de toute sorte 
sur papier 

Étiquettes imprimées, gravées ou coloriées. . . . 

PKAUX ST PELLBTIBIBS OUVIlilS. 

Peaux piéparëesi vernies on maroqninées 

— autres de chèvre, de mouton et d''agiieau ^\ , 

OuviagM en peau ou encoîr, Wtes, bottines pour 
hmuMs et pouf 'femmes, savlien 

Gants de peau de tonte sorte • 

Tuyaux de cuir 

METAUX BT OUVBAOBS BU MiTAVX. 

Or: 

a. laminé en plaque et dinquant et ortPétté.. 

h. filé sur soie et sur autre matière textile. . . . 

e. battu en feniUes 

Argent : 

a. lamine en plaques et clinquant et argent 
tréfilé • • 

b, filé sur la soie ou sur tonte autre matière 
textile 

Orftvrerie et vaisselle dW 



DROITS 
A»rLiCABi.ia 

a«z 
pr^viU iuliau. 



TARIF 
oAiIhal. 



TARIF 

COHVISTIOSBSX.. 



fr. 



le« loo kilog;rai 
5 00 [ 1 50 j 



Nota. Sont eoaaiàaria comma uHm laa iMalona doatU faca 
«8t an a«ia { il a'ast pas fklt d'axeapiioii qaaod la coton, 
le bois «a ua aatra mati^ aonl apparaala av rêvera. 

Droit du tissu selon Tespèce, d'après le présent tarif, 

augmenté de 

50 p. 0/0. I 10 p. 0/0. I 10 p. 0/0. 

Nota. Laa artialaa confeetioaa^ on fabriqaéa »vee>divara 
Ussoa «ont paasiblaa eu droil afltbvat an tiaau le pins im- 
posa aatrant dana leur compositio». 

les loo kilogrammea. 



45 00 
20 00 
20 00 


25 00 t" 
11 00 
Exempt 


15 00 W 
8 00 
• foempt. 


100 00 
100 00 


Bxempt. 
. U 00 


ExmptM. 


90 00 
25 00 


74 00 
10 00 


•0 00 
10 00 


2 00 


la paire. 
2 00 
1 25 
75 


1 60 
1 00 
50 


2 50 


la dooaaiae. 
[ 1 00 
à 
2 50 


50 
à 

1 25 


120 00 


62 00 


50 00 


10 00 
10 00 
25 00 « 


10 et 5 00 

10 et 5 00 

55 00 w 


10 et 5 00* 
10 et 5 00 


5 00 


10 et 5 00 


10 et 5 00 


10 00 


U) et 5 00 


10 et 5 00 


U 00 


rhectogramme. 
50 


50 



(M Les pépiera detentnre rentraient dans ladaaaa des papiars «aMN» àè tonteir' esrter*. 
(') Il s'agit dea peaaz de ehèrre, de mofetoa ei d'sgaMa noa teintes. 
W Sans défileation da poids dn papier. 
(*) Poids dn papier non compria. 



Digitized by VjOOQIC 



— ."M3 — 
TABLEAU COMPARATIF. (Sniteetfin,) 



DÉNOMINATION DES AHTiGLÊft: 


DROITS 

^ .•»]' ,. OBUBBAL. 


TARIF 

COXVBMTIOVnL. 




Articles en exigent, même dore, on argentés. . . 

Bijonx (on entend par %3J^tu les objets de taxe 
de petite dimension et qvi , prideax par ie tra- 
vail et la matière, sont destines à senrir d'or- 
nements peisonnek) t 
^ d^or .«••■«.. ..«•é. , 


fr. C. 

9 00 

14 00 I 
10 00 

30 00 

60 00 
60 00 
60 00 

3op. 0/0 en sas des 
droits ci-daesu 
sdonlacaUgorie. 

70 00 1 
10 00 1 

6 00 

6 00 

lacent. 

25 00 
500 OOt" 

7 75 

22 50 

26 50 
Droits des fi 

1 

10 00 1 
350 00 


le kilogramme. 
5 00 

riiSfftogrsiniBO. 

50 

5 00 

7 00 

15 00 
25 00 

18 00 

i5 p. 0/0 en sus de 
soivant la« 

les 100 kilogrammes 
15 00 

le cent. 
Exempts. | 

es 100 kilogrammes 

2 06 

1 00 . 

les 100 kilogi 
10 00 
300 00<'> 

3 75 

18 50 
22 50 
Is retors de lin ou 

1 
le kilogramme. 

Exempt. { 
es 100 kilogrammas 
20 00 

à 

350 00 


fr. c. 
5 00 

1 50 " 

1 5 00 
». 

' 7 00 

15 00 

'25 00 

18 00 

s droits oi-contre, 
«Ugoris. 

15 00 

Exempts. 

• 1 50 
50 

rammei. 

10 00 
300 OOW 

3 75 

15 00 

15 00 
de chanvre. 

Exempt 

16 00 
à 

550 00 • 




b. d'argent, même dore 




mVBLSS. 
MpnMes m hnia mnpb^ ^ . . . . ^ . ^ 




Bfevldes avives an'en bois courbé : 

— sièges scnlptés ou marquetés on ornés de 
cuivre, de tonte espèce de bois 

— antres que sièges, plaqués, sculptés, mar- 
aaétéM oa ornés de cnirre 




— antre que sièges, massifs en bois d'ebénis- 

Gadres, baguettes en bois de toute nature et en 
bois doré •.«•••■••••••••.••••••••••••« 




OUTBAGBS m BOIS. 

Balais communs» tfrt-'r--t-t-rt--»-T'>-t«-. 




Planciies et frises ou lames de parqueto rabotées 4 
rainées et ^oq) boureiéesi 




En sapin ou bois tendre «... 

OOTBAfiBS DB SP4BTBBIB» V4HHBBIB. 

Chapeaux de paille , d'éoorœ , de sparte et de fibres 
de pdmier oa de toute autre matière végétale , 
non dmsés ni iramia- 




■■ irsniM on dmiaés. .•....<•......>....... 




Cordages, fils polis et ficdles : 

de snarte . ae tilleul et de îonc* ■, ■ . t * t - - * . , 




^nn mMrAs et an^deasona. ................ 




i1a fttii inMrea k 1.000 mètres. >•......>... 




nins de s.ooo mètres* .•.r.T.itt..,«t...« 




OUVBAGES BB MATliRES DIVERSES. 

Corafl uaié non monté 

Boutons de toute sorte à Texceptian de aeux re* 
converta de soie ou de bourre dfe soie. .. ..... 






Mal paaaiUas 4» 4foû 


l précédent. 







Digitized by VjOOQIC 



— Î44 — 

DIRECTION DU MOUVEMENT GENERAL DBS FONDS. 

LES BONS DU TRÉSOR. 

VARIATIONS DO TAUX DE L'INTÉRÊT (1881-1888). 



1881. 



i883., 



i884.. 



i885.. 



1886.. 



DATES 

9'iMliSlOV, 



1887.. 



1888. 



7 jiAviet* 

7 février . 

8 ntn.. , 
1" tvril.. 
3 mti..., 
19 juillet, 
7 j«în... 

9 janvier . 
39 jtnTÎer . 
if février., 
ai juin.. . . 

17 jvilUt.. 
9 fivrier . 
6 mai. . . . 
4jftin.... 

II janvier. 
8 jaavier. . 
1 1 ftvricr . 
i5 mtn. . . 
i5 mai.... 

6 jeillet. . 

7 aar». . . 

18 mars.. , 
a 7 février. 



TAUX DE L'INTÉRÊT ANNUEL DES BONS DU TRÉSOR 

À 



3 
■dois. 



IKO/O. 

3/4 

3 

2 
11/2 

1 
1/2 
2 1/2 

3 

2 
1/2 

2 

2 
21/2 

S 

1 

2 
2 1/2 

2 
1 1/2 

1 

1 

2 

1 
11/2 



4 
mois. 



p. 0/0. 

3/4 

3 

2 

11/2 

1 

1/2 

2 1/ 

3 

2 

21/2 
2 

2 3/4 
2 1/4 

1 

2 
2 3/4 
2 1/4 
13/4 
11/4 

1 

2 
11/2 

2 



5 

mola. 



p. 0/0. 

3/4 

S 

2 

1 1/2 
1 

1/2 

2 1/2 
3 

2 

1/2 
2 1/2 

2 
2 3/4 
2 1/4 

1 

2 
2 3/4 
2 1/4 
13/4 
1 1/4 

1 

2 
11/2 

2 



6 
mois. 



p. 0/0. 

1 

3 

2 
11/2 

1 

1/2 

2 1/2 

3 

2 

2 1/2 
2 

2 3/4 
21/4 

1 

2 
2 3/4 
2 1/4 
13/4 
11/4 

1 

2 
11/3 

2 



7 
mois. 



p. 0/0. 

1 

S 

2 

11/2 

. 1 

1/2 

2 1/ï 

8 

2 

1 
21/2 

2 • 

3 
2 1/4 

1 

2 

3 
2 1/4 
13/4 
11/4 

1 
2 1/2 
11/2 

2 



8 
mois. 



p. 0/0. 
1 
3 
2 

1 1/2 
1 

1/2 

2 1/2 
S 

2 

1 
2 1/2 

2 

3 
2 1/4 

1 

2 

3 
21/4 
1.V4 
11/4 

1 
2 1/2 
11/2 
2 1/2 



mois. 



p. 0/0. 

1 

3 

2 
11/2 

1 
1/2 

S 

S 

2 

1 
2 1/2 

2 

3 
2 1/4 

1 

2 

S 
2 1/4 
13/4 

1 1/4 
1 

2 1/2 

1 1/2 

2 1/2 



10 
mois. 

p. 0/0. 

1 

3 

2 
11/2 

1 
1/2 

S 

S 

2 

1 
2 1/2 

2 

3 
2 1/4 

1 

2 

3 
2 1/4 
13/4 
11/4 

1 
21/2 
1 1/2 
21/2 



mois. 



p. 0/0. 
1 
S 
2 

1 1/2 
1 

1/2 
3 
3 
2 
1 

2 1/2 
2 

3 
2 1/4 

1 

2 

3 
2 1/4 
18/4 

l^V* 

1 
21/2 
11/2 
2 1/2 



p. 0/0. 
11/2 

3 

2 

2 
1 1/2 

l 

3 

S 

2 

1 1/2 
S 
3 
3 

S 1/2 
2 
2 
S 

2 1/2 
2 

11/2 

1 1/2 

2 1/2 
2 

2 1/2 



Digitized by VjOOQIC 



— .Î45 — 



LES RECEVEURS PARTICULIERS DES FINANCES. 



Le Ministre des finances, à la date du 2g février, a adressé aux trésoriers 
généraux la circulaire suivante : 

Monsieur le Trésorier général, le Gouveroenient s*est engagé devant le Parlement 
à tenter Tessai de la suppression des receveurs particuliers des finances. L* Admi- 
nistration est déterminée à entreprendre cette réforme, tout au moins partiellement, 
dans le plus bref délai possible, sans cependant en méconnaître les difficultés et 
sans en préjuger les résultats. Il y a donc lieu de rechercher tous les moyens 
d'assurer son application pratique, sans nuire à la marche du service et aux intérêts 
du Trésor. 

Une étude sommaire de la question a déjà été faite par les Directions compétentes 
du Ministère des finances. Toutefois, avant qu*une décision soit prise, j*ai pensé 
qu*il était utile de mettre les Trésoriers généraux en mesure de donner leur avis 
et de présenter leurs observations, en ce qui concerne les procédés d*exèeution. 

Je vous invite donc. Monsieur le Trésorier général, k examiner d*nne manière 
approfondie les conséquences de la réforme dont il s*agit, et les moyens oui vous 
paraîtraient devoir être préférés pour la faire aboutir. Vous vous placerez plus par* 
ticulièrement, h cet effet, au point de vue des conditions dans lesquelles se trouve 
votre département: vous apprécierez si, à votre avis, la suppression de toutes les 
recettes particulières dont vous avez la surveillance est possible ou si , au contraire , 
il vous semblerait indispensable de conserver une ou plusieurs d*entre elles. Vous 
indiquerez , enfin , à qui pourraient être plus avantageusement dévolues les attri- 
butions actuellement exercées par les receveurs particuliers, et vous étudierez 
toutes les dispositions nouvelles ou modifications de comptabilité qui résulteraient 
de Vapplication de la mesure. 

Lorsque vous aurez recueilli les éléments nécessaires, vous m*adresserez un 
rapport détaillé sur les points que je vous signale. Je vous laisse à cet égard toute 
liberté pour exprimer vos vues, mais je tiens essentieQement à ce que vous vous 
absteniez de toute critique sur le principe même de la réforme. Je verrais avec 
regret que des comptables ne parussent pas disposés à suivre l'Administration dans 
Tétude qu*elle a entreprise , ou qu'ils se laissassent influencer par des préoccupations 
d'intérêt personnel. Je serais heureux, d^autre part, de trouver, grâce au concours 
dévoué et édairé dont vous aurez fait preuve, d*utiles indications permettant d'opérer 
des économies et des simplifications de service, sans compromettre les garanties 
qu'exige la gestion des finances publiques et sans porter atteinte aux graves intérêts 
dont le soin et la surveillance vous sont confiés. 

Je vous prie de procéder sans délai à l'étude à laquelle je vous invite et de 
m'adresser votre rapport à la date du samedi 10 mars au plus tard. 



Digitized by VjOOQIC 



' 2M — 

LES REVENUS DE L'ÉTAT. 

Les tableaux que la Direction générale de la comptabilité publique a 
insérés dans le Journal officiel du lo mars et que nous résumons ci- 
après (pages 248 à 253), font ressortir pour la France et TAlgérie réunies les 
résultats suivants : 

DERNIER MOIS GOSNO. 

Différence en plus par rapport aux éviduations* 734*800' 

Différence en pUm par rapport à 1887 , 9,502,400 

DEPUIS LE l'^JANVlBA. 

Différence en plus par rapport aux évaluatioiis , 5,346,8oo 

Différence en plus par rapport à 1887. * * * ' •....,., io,749>2oo 

Les produits afférents au dernier jour de février de Tannée bissextile 1886, en 
ce qui concerne les contributions indirectes , sont prévus dans les évaluationB bud- 
gétaires, tandis qu*ils n apparaîtront que dans les recouvrements du mois de mars. 
Les résultats ci-dessus sont donc iégèrement inférieurs aux différences réelles que 
devrait donner la eomparaison des reconvremenls de 1888 (29 février compris ) 
avec les évaluations budgétaires et les reoouvl-einents de 1887. 

Les différences que présentent, en France, les produits de février 1888 
comparés à peux de février 1887 comportexit, de la part des services 
compétents, ies observations suivantes : 

Ittf>dT DE 3 P. 0/0. ' 

Augmentation de 3i8,5oo francs, applicable au département de la Seine,jusqua 
concnrrence de 5o p« 0/0 , et sans cause bien appréciable. 

SNRfeGISTREMBNT ET TIMBRE. 

Enregistrement, — Les recettes réalisées pendant le mois qui vient de s'écouler 
présentent, comparativement aux résultats du n^ois de février 1887 , une augmen- 
tation de i,aoo,ooo francs. Cette plus-value provient principalement des mutations 
par décès et des transmissions de titres des sociétés. Elle parait, en outre, avoir 
été déterminée, dans une certaine mesure, par la bissextilité de Tannée 1888, qui 
a procuré au mois de février un jour de recette en plus. 

Timbre, -«- Diminution de i33,5oo francs qui correspond à la moins-value du 
timbre spécial des récépissés de chemins de fer. 

DOUANES* 

Sacres. — Les acquittements de sucres de toute provenance sont descendus de 
36,973,029 kilogrammes, chiffre du mois de février 1887,8 81,209,738 kilo- 
grammes. Mais les quantités de sucre indigène et de sucres coloniaux entrées à la 
consommation a titre de boni de rendement ou de déchet de fabrication n*oDt 
figuré dans le chiffre du mob de février 1888 que pour 21,253,749 kilogrammes 
tandis qu'elles étaient comprises dans celui de 1887 pour 29,024,294 kilogrammes, 
et conune, d*un autre côté, il a été perçu une surtaxe de 20 p. 0/9 qui n'était pas 
exigible pendant le mois de comparaison , les recettes ont présenté une augmen- 
tation totale de 3,453,ooo francs. Les sucres coloniaux y prennent part pour 
825,000 francs et les sucres étrangers pour 6o3,ooo firancs. 



Digitized by VjOOQIC 



— 247 — . 

Marckandàêt Omrses. -^ On constate aosti une {^s-vulne de i;77 1,000 francs 
dans les recettes auxquelles ont donné lieu les autres marchandiises. Elle porte 
en entier sur les céréales et die est due à la fois k une augmentation des impor- 
tations et au rdèvement des droits sur le blé et sur Tavoine. 



Bousoîu, — Augmentation de 396,000 francs. Les vins, cidres et alcools pro* 
curent une plus-value de d63,ooo francs , laquelle se trouve ramenée à 396,000 
francs, par suite d'une perte de 67 ,000 francs qui 8*est produite sur le chapitre des 
Uères. 

Cette jdemière perte est la conséquence de l'abondance relative de la récolte des 
cidres en 1887. Quant k Taugmentation obtenue sur les vins et les alcools, elle se 
rattache aux mesures prises pour la répression des fraudes. 

Amendes et cofffisçations. — Augmentation de a^iiOOO francs. Répression plus 
ferme de la fraude. 

Seb, -* Diminution de i65,ooo francs. Expéditions ralenties en raison de la 
difficulté des transports sur les canaux de l'Est obstrués par les glaces. Les perceptions 
de là Douane fléchissent de leur côté de 1 2,000 francs , ce qui porte la moins-vaiue 
d'ensemble à 177,000 francs. 

Stéarine et bougies» — Augmentation de 67,000 francs. Fabrication plus active 
dans certaines usines. 

Droits divers. — Diminution de i48,ooo francs, provenant de ce que des percep* 
tions aceidentdles effectuées en février 1887 ^'^^^ P^s été compensées en 1888. 

Sacres indigènes, -^ Augmentation de a,oa5,ooo francs. Résultat de lapplication 
des surtaxes établies par la loi du q8 mai 1887 et livraisons plus importantes des 
sucres indigènes à la consommation. Les perceptions effectuées par la Douane sur 
les sucres coloniaux ou étrangers augmentent, de leur côté, de 1, 4a 8,000 francs, 
d*oii une plus*value d'ensemble de 3,453,ooo francs. 

Tabacs. -— Augmentation de 4o5,ooo francs. 

■ Poudres à feu. — Diminution de 1 5 1,000 francs. Suspension des travaux et inter* 
ruption de la chasse par suite des intempéries du mois. 

POSTES BT TÉLÉGRAPHES. 

Postes, <— - La comparaison des recettes effectuées en France pendant le mois de 
février 1888 avec les évaluations budgétaires fait ressortir une augmentation de 
1 ,o4o,8oo francs. Lu comparaison de ces mêmes recettes avec les produits corres- 
pondants de 1887 donne une augmentation de i,aoa,ioo francs. Ces plus-values 
sont imputables notonment à laccroissement du mouvement des correspondances! 
au développement du service des articles d*argent et à ce que le mois de février 
compte 29 jours en 1888. 

Télégraphes, — La comparaison des recettes effectuées en France pefidant le 
mois de février 1888 avec les évaluations budgétaires fait ressortir une augmentation 
de io6,3oo francs, La comparaison de ces mêmes recettes avec les produits corres- 
pondaniA de 1887. fait ressortir pour le mois de février 1888 une augmentation de 
77,700 francs. Cette augmentation provient de la biss«xtilité de Tannée 1888. 



Digitized by VjOOQIC 



BUDGET D£ LÉTÂT (FBANCE £T.ÀL6ÉRl£)v 



SXBBCICB 1888. 



RBCOCIVREMENTS DU DERNfEU MOIS CONNU. 



DÉSIGNATION 

DBS PftODViTf. 



Impôts directs 

Impôt de 3 p. 0/0 . 



Timbre. 

Douanes ( sels et sneves 

non compris) 

Gontribtttioas indirectes 

( sels, sucres et mono- 
tlesnon compris) • . 



poh 
Seb. 



Sacres 

Tabacs 

Allamettes, poudres, etc. 
Postes et télégraphes. . . 
Domaine non forestier. . 

Forêts. 

Produits divers 

Ressources exception- 
nelles 

Recettes dordre 



ToTAOx pour la France 



Impôts directs 

Impôt de 3 p. 0/0 

Enregistrement. ...... 

Timbre*. ..«•. 

Douanes 

Contributions diverses. . 

Tabacs 

Poudres 

Postes et télégraphes. . . 
Domaine non forestier. . 

ForèU 

Produits divers 

Recettes d*ordrc 

ToTAOx pour rAlgërie 

Totaux GÉHiaAcx. .. 
(France et Algérie.) 



RECOO- 
VREMENTS 

KFPlCTois. 



EVALUA- 
TIONS. 



R£t30C. 

VBJSMfiNTS 

de 

1887. 



francf. franco. francs. 

FRA!SCE. (Février i888.) 



DiPFBRBMGES 



Fia aippOBT 

en 
•valsAtions. 



frtav. 



FAaiuraoBT 
. 1S87. 



Cran 



521,000 

30,294<500 

9,677,500 

37.700,000 



34,950,000 

2,950,000 

7,963,000 

28,729,000 

687;/iO0 

13,660,300 

790,500 

116,600 

799,100 



2,088,500 



166,936,400 



489.500 
39,552,000 
10,193.500 

26,339,200 



35,631,000 

3,030,000 

6,145,200 

28,733,000 

8(18.600 

12,522,200 

720,500 

94,600 

322,400 



1,850,100 



166,471,600 



202,500 

35,094^500 

9,811,000 

25,851,000 



34,446,000 

3,127,000 

4.510.000 

28,326,000 

847,600 

12,389,500 

720.500 

94,600 

322,400 



1,850,100 



1Ô7,BW,700 



+ 31,500 
-3.257,500 
— 516.000 

+ 1,960,800 



— 681,000 

— 80.000 
+ 1,817.800 

— 4,000 

— 161,200 
4-1.147,100 
+ 70,000 
-f 22,000 
+ 476.700 



+ 236^400 



•f 464,600 



+ 318.500 
4-1,500,000 
— 133,500 

4-1,849,0001 



4- 604,000 

— 177.000 
+ 3,453,000 
4- 403.000 

— 160.200 
4- 1.579,800 
4* 70,000 
4- 22,000 
4- 476,700 



4- 238,400 



4-9,343,700 



ALGERIE. (Janvier 1888.) 



9,600 

41,500 

335,000 

354,500 

741.000 

51,300 

42,900 

85,500 

293,000 

59,000 

15,500 

5.700 

27,800 



2.062.300 



12,000 

40,000 

327,500 

320,500 

582,000 

50.500 

44,000 

74,200 

242,300 

05,300 

0,600 

9.600 

17,600 



1.792,100 



12.000 

36.500 

324,000 

341,500 

660,000 

50.700 

45,900 

82,800 

251,100 

65,300 

6,600 

9.600 

17.600 



1,903,600 



2,400 
1,500 
7.500 

34,000 

159.000 

800 

1.100 

11,300 

50,700 
6.300 
8.900 
3,900 

10.200 



4- 270.200 



2.400 

5,000 

11.000 

13,000 

81,000 

600 

3,000 

2,700 

41,900 

6.300 

8,900 

3.900 

10,200 



4- 158,700 



168,998,700 



168,263,900 



159,496,300 j + 734,800 +«,502,400 



Digitized by VjOOQIC 



— 240 — 
BCPG^T PE yÉTAÏ (FRAPiGE ET ALGÉRIE), 

KXEKCICB 1888. 



RECODVREMENTS DEPUIS LE 1- JANVIER. 



DÉSIGMATIOlf 



OB8 PtOOfITS. 



Impôts direcU 

laipàl de 3 p. 0/0 

Enf i^lpstrcnMuit* • ■ . . • • ^ 

Tîtnbre. ••••••• •, 

Boaaiiei (idt et sucre* 



G<MitiflmtiaBs indircctci 
(sjeb» sucres et mono* 
fes non compris].. 



Sucres ••••.•••••••«• 

Tabacs 

Âinimettes, poaores , etc« 
Postes et tà^raphes. . • 
DomaiiM non foresder. • 

Forêts. •••• • 

Pràihihs divers « 

Resaonrces exœptiom 
nelics* «.•••••••••• 

Hecettvs cTordre . «...•« 



ToTAUX.poiirla France 



Uipoti direcfl^ •■ é . 
Impôt de 3 p. o/a. . 
Knregistremattt. • • • 
Timbre 



CoDtnbiitmns< diverses. • 

>avscv* ••«•••••. ...f 

PéMUcs. .*.. 4 

Postes et tâégrapbes 



Forêts* •••••..« 
PMdutsdWisn^.- 
Ree«itlîsd'tiidi«. 



' *^'TwÀn poor FAlg^e. 

(••. .1' 

inÊSBt et AUrane.) 



IUSCQ0. 



frtnel. 



TIONS. 



francs. 



RBGOn* 

VRQIENTS 

»■ 1M7. 



DIFFÉRENCES 



PAS utron 

^valastioBS. 



FR^dICE. ( ftem prauert 



fraset. frases. 



M lAPrOIT 

1887. 



francs. 



11,399,500 
80,405,000 
55,937,000 

49,7t«,000 



75,987,000 
5,041,000 

U,448,500 

58,090,000 
1,037,100 

95,595,300 
«,876,000 

' 9i7,aoo 

1,242,000 



3^506,100 



355,003,800 



11,09»,000 
82,556,000 
96,727,000 

48,988,400 



75,486,000 

4,894,000 

10^,471,200 

58,657,000 

1.876,800 

93',364,000 

1,596,600 

866,100 

640,400 



2,868,800 



11,687,000 
81,491,500 
26,033,500 

48,513,000 



72,878.000 

4,981,000 

10,132,000 

57,548,000 

1,782300 

23,381,700 

1,596,500 

866,100 

640,400 

13,000 
2,868,800 



+ 364,500 

- 2,151,000 

- 790,000 

+ 7^600 



350,027,200 344,413,300 



— 287,500 
'- 1,086,500 
^ !06,500 

+ lv90O,tl00 



^. . 199,000 
+ U74MX> 
-h 3,976,800 
^ .567,000 
-. 239^700 
-h 2,131,300 
+ 279^500 
+ 51,f00 
+ 609,200 



4 637,300 



+ 4.976,600 



+ 2«A09,000 
•f 60*000 
+ 4,316,000 
+ «4fjÛ0O 
*^ 145J00 
4* 2413,600 
^' 979,500 
■f . 51,100 
rf 609,900 

— 13,000 
+ 637,300 



+10,590,500 



ALGÉRIE. (Premier mois.) 



9,600 

. 41,500 

335,000 

354,500 

741,000 

51,300 

42,900 

85,500 

293,000 

.99,000 

15,500 

5,790^ 

97,800 



2,062,300 



12.000 

40,000 

, 327,500 

320,500 

582jD0() 

50,500 

44.000 

\ 74.ÎPP 

942,300 

65,300 

6^600 

9,600 

17,600 



1,792,100 



12,000 

36,500 
384.000 
,34i;SQOi+ 
660,000 ■ 

50,700 

45,900 - 

82,800 
^54,W 

65,300 

6,600 

- ^600 

17,600 



.U«0d<600 



+ 
+ 



2,400 
1,500 
7,500 

34.000 

159,000 

,300 

1.100 

11,300 

50,700 
6,30b 
8,900 
3,900 

10.200 



270,20aj+ 

I... 1 



,2,4fl|0 

5,000 

11,000 

13,000 

èiiOoo 



15B.700 



397,006,160 I 351,819,300 I 346,316,900 1+ 5^2/^.800 |+10.f49,200 



3IJLL. DK 8TAT. 



«7 



Digitized by VjOOQIC 



— 260 — 
BUDGET BE L'ÉTAT (ALGÉRIE NON COMPRISE). 



RECOUVREMENTS DES DEUX PREMIERS MOIS DE 188S. 



-BV- 



P 



-Goittparalsùn avec le$J^buUions hnigéUUr^. 



■I^BSÎtî'îf âTIOff I^SS RBOBTT'BA: 



il£CX)nVHK- 
MENTS. 



fnBM. 



ÉVALUA. 
TIONS. 



TfinMÛMMMM «Éttatifr À Utrt oo^mbbu • « 

Transmisnoiu entre vifii a tiUe gntnit 

HfdUlbii* fifat ûâd^é /...«;... 

Baux et aatickrèaef 

Adjndicttionft et marches, obligations, cavtiénne- 

meutalet lib4i«tîiMiâ< é««« <<• 

Go&damnationi, odiMationi et lî^didations ...<«; 

Droits fixes proprement dits. .*.»...«• 

Droits fixes gmdtiés. , 

Droits et demi^droitto en soa. .»»..•» « • 

Droits dé g feue* «»•»«•• ••«<4».ii«. •..•«.«*» 

Droits é:hyfMkifm. «...•«.«.... i « . * . . 

Amendes. .i<..«*<» •»... ^.i*'* 



BNÉBGISmifBMT. 

3,573,000 

3M71,000 

1,30(1,500 



Transmission! de titres de sdciétés . 
Peroeptions diverses 

TOTADX 



5«!»13,000 
688,500 

6,034,000 

l,a33,500 
600,500 

1,969,000 

908,000 

311,000 

59,500 

9,766,500 
103,000 



80,405,000 



fruiM. 



35Ȏ7?,500 
3,763,000 

M,^7&,000 
1,355,000 

6,379,000 

875,500 

6,179,000 

i,855,000 

699,500 

. â,330.500 

967,000 

à04,000 

69,500 

9,120,500 

74,000 



EN PLUS 

««X 



francs. 



ENMOmS 



81,556,000 



e« atttdil aAt »ec#«neiMnU« 



61^000 
38,500 

7.000 

6À6,0Ô0 
39,000 



781,500 



frmact. 



1,396,500 

190.000 

4,000 

60,500 

666,000 

187,000 

155,000 

31,MÛ 



59,000 
3,000 



!t,933,900 



2,151,000' 



TllflAB. 



de dimenQon 

tiain débité. . l ftpëciai | Gôhnâissementi. . . . 

( mobile) ( AAcbês > . 

Actions et obligatiens 

Policesd'aestiranoei, borderealix, 

aICchts, connaissements, etc. 

«t passepotts. . • * « 



Timbre extxtor- 
dinftireet vîm* 



Dtt>its d*affiebage 

Permis de dkasser 

Timbre dlhité^ 

BOft sujet ami 

dédmcs ( 



TinJxcB extaoï-l 
diiiaîieetyiia< 



proportioâikel(efléts, etc.) . . 
spéoal (mlittanees, reçus et 
ehèqoei ) 

IHèntes des gonv. étr^ 
Gfii£tfoiiaer(dM.). 
fiflcis,warranU,ete4 
PoDoesdÉssarauccs, abonnem 
n>écial (Utt de voMm r^cèptiiAO* 
Tiiobre avx ancieoa tanls.. « • « . 
Marques de iabiiqae. .•••••.• 

VOTAUX. ••••é.» ••«<• 



9.140,500 
225,500 
161,500 

4.721,500 

963,500 

12,000 

137,000 

1,870,000 

2,523,500 

234,500 

94,000 

1,134,000 

95,500 

4,618,500 

500 

5,000 



S5,937,000 



9,266,000 
208,500 
148,500 

4^528,500 

880,000 

11,500 

283,000 

1.885,000 

9,608,506 

131,500 

65,506 

1,247,500 

61^506 

5,399,500 

500 

16,500 



86,737,000 



El MOUS aux recouTrements. 



17,00^ 

U«000 

193,004 

83,500 



.113,000. 
38.500. 

34,000 



.4681160» 



135.500 



i46v000 
IMOO 

.80^000 

IIMOO 

761|000 

11,500 



l,i7S,500 



790.000' 



Digitized by VjOOQIC 



— 251 — 
BVDOET DB L'ÉTAT (FRiKCE ET AL6ÉKIB}. 

RECOUVREMENTS DES DEUX PREMIERS MOIS DE 1888. 



DOUÀNIS, CONTRIBUTIONS INDIRfi€TB6, SELS, SUCRES BT MONOPOLES. 

Comparaiion m^c k$ énulMUùM iudgétaires. 



ÛÉSI^HATIOB PBS RECETTES. 



Tiens. 



inntê. 



EN PLUS 



EN Momsll 



Droîb à ilmporUtioD (^rcKawïîiM dhrenes). 

Droits de alatirt^iM 

DraitsdB nsvîgilioo. 

Ditelt di^en et leoettet tittmmiu 
et coniictlioini • . . 



&ÔITÂKSS (sets BT 8UCKBS HOlf COMPRIS). 



TOTAIOI. 



(|6,M7,000 

903,000 

1,263,000 

443,000 

148,000 



40,733,000 



46,306,000 

848,600 

1,137,400 

{^79,300 

117,100 



48,988,400 



En PLUS âtu recouvrements. 



fnaos. 

661,000 

53,400 

13<k,600 

30,900 



frtOOT. 



U6.300 



869,900 
'733,600' 



136,300 



GONtRlROTION5 INDfREGTBS (SBLS, SUCRES BT MOftOVOLES NO» COMPi^y. 



Dfoits / Vifli, ddics, pobét M hydi^dids.. 
nt ]tf I Alcools et tmÉUxe$ de ms akoolifés . . 

boÎMiif. f ^âèttk é 

DwitdefaMcrfiod des «ëadiiei et bolgies 

DroitdeconMMil&*'desTbai|[reê <t ■ddts aoétiqqes. 

Draitde tr«uport par dl^ de ftr (gnvtde titeiM) 

Ortitode tiUMport par tdtttt Vloitnres ^ les elle- 

Biinade kt. 



LKenecs (M«|0^ «t VDifttf«e« DÇlUkM } 

Oini£ed»Mti4nwd*ltei((ai«nt 

Cartcaijodw... «.•..•T! 

Amende» et dngî^ for adijiiîti non ruitp^.. , . . . 
Astns dnita data et nfeettes à ilidérents titres . 



Totaux. 



30,853,000 

39,106,000 

3,150,000 

J, 444,000 

337,000 

563,000 

568,000 
3,114,000 
637,000 
339,000 
967,000 
4,331,000 



75,387,000 



21,773.000 

38,773,000 

3,043,000 

1,609,000 

344,000 

843,000 

573,000 
3,094,000 
636,000 
353,000 
607,000 
3,939,000 



75,486,000 



Bu noua anx reoonTremenli. 



Sdi..., 



SacKs,, 



Ïdânanes •........«..«...;,., 
CMtfioQtiiMis indirectes • 

oolonîanx (douanes) 

' étrantes (dbtuiûtti; «, 

ïaSgbu» (donlribittions inditeetes) 

ToTAttU* 



SUS ET SOGRM. 

3,311,000 
1,559,000 
3,993,000 
1,797.000 
9,658,000 



338,000 
107,000 



30,000 
1,000 

360,000 
393.000 



1,313,000 



931,000 

n 
l¥ 

)6S,O00 
17^000 

'M'tOOb 

4,000 

M 

34,000 



1,413.000 



199,000* 



3.335,006 
1,730,000 
3,354,600 
1,649,300 
5,567,300 




171,000 

738, -40 



4,090,700 



34,000 

«I 
d5â,300 
-'' h 



Geotâbo.^ Allimiettet dnaumwsk . 

twns I Tabacs. 

wbwtes I Pbndresàfev.. ...... 

Portes...: 

Wteaphéi., 

iWaitodldiv 



MONOPOLES. 



>l« «4 •«••«« 



Totaux. , 



58,090,000 
1,579,000 

30,956.100 

4,539,300 

58,100 



85,233,400 



58.657.000 
1.778,000 

19,158,000 

4,206,000 

98,800 



83,897,800 



£.1 PLO J aux rccoutrcmeots. 



1,798.100 
333.200 



3.131.300 



0^<OOO 
I9»,000 



40,700 



806,700 



1,324,600* 



»7- 



Digitized by VjOOQIC 



— 252 — 
BUDGET ]>E L ÉTAT (ALGÉRIE NON GOHPfilSE). 



RECOUVREMENTS DES DEUX PREMIERS MOIS DE 1888. 



Comparaison avec les recouvrements des deux -premiers mois de i887» 



DÉSIGNATION DES RECETTES. 



RBGOU. 

TRSHEIITS 

Dl 1888. 



firttBM. 



REGOU- 
T R KMKirrS 



&••••. 



EN PLUS 



EN MOINS 



TniitiB|it^iu entre tUs à fitre onéreux 

TitumiMéiii entre yîIî k tkre gratuit 

H«tatÎQiii|{u><}ëoèe. 

BaBxel«Dtichièeei....« •«••• 

AdjndîcatÎQiu et maichës, obligation», cautionn»* 
mentit itocnitione* •• •••••••••••••4*«*«*a« 

CondamiMtioBs» ooflocrtiont et ilqnidationg • 

Diojti fixef' proprement ditt. 

Droits fixée grednës 

Droits et demi-droite en ta». 

Droite de greffis ••••••••• «, ..* 

Droiti dlijpotlièqae» 

Ameodce» •••••••••*....... .,, 

Aaionncee maritimes. 

Tressmiasiôns de titres de eoeiét^s 

Perceptions diverses, ••«•••••••«.•••••••j,.. 



nBBGISTREHRTfT. 

S4,1S1.000 
3,573,000 

34,271,000 
1,304,500 



TorAv». 



5,513,000 

688»500 
6,024,000 
1,833.500 

600,500 
1,369,000 

908.000 

211,000 

59,500 

9,763,500 

103,000 



80.405,000 



25,276,000 
4,066,000 

23,925.000 
1,342,500 

5,625,500 

- 648,000 

5.993,000 

2,102.000 

493.500 

1,312;600 

893.500 

219,500 

60^00 

9,460.500 

75,500 



81.491,500 



El Moins aux reootnneaents de 1888. 



346,000 



D31,000 



1,095,000 
493,000 

38,000 

113,500 



40,500 


// 


31.000 


« 


» 


268,500 


107,000 


// 


56.500 


II 


14.500 


II 


II 


8,500 


II 


1,000 


306,000 


II 


29,500 


II 



2.017.500 



1,08«,500< 



TIMBRE, 



Timbrvdânté. 



Timbre extnor> 
dinaîreetvisa 

Droite d*aflidiagè 
I^ermis de cbasee 
Timbre debttet 
non snjet anxj 



«A (bmcusiou. • •••••■•••••*• 

spédai ( Connaissements.... 

(mobile)! ABieiies 

Actîans et obl^tîooe 

Polîoes d*M*iiranoe», boideeenux, 

•ftcfaes , oonneiasements ^ etc . 

et passepiirte., , 



Tsuite eiftraor- 1 
et visa 



pro]]ortioimc4 {eOete. efe.). . . . 
spécial (qaitianœ», reçus et 

cbèqnes). 

Rentcsdesgonv. ëtr. 
Crédit fonaer (obi.). 
. Effets, warrante, etc. 
Polices d'assurances, abonnem". 
spécial (lett de Yoit, récépissés). 
Timbre atix anciens tarifs 



ptopoi^ 



Mavqpies de fkbriqne. . 
Totaux 



1)440,500 
225,500 
161,500 

4,721.500 

963.500 
12,000 

137,000 
1.870,000 

2,523,500 

234,500 

94,000 

1,134,000 

05,500 

4,618,500 

500 

5,000 



25,937,000 



8,971,500 

216,500 

155,500 

4,627,000 

923.000 

11,000 

264,500 

1,890,000 

2,539,000 

267,000 

55,000 

1,163,500 
105,500 

4,838,000 

6,500 



26,033,500 



Er moirs aux recouvreinente de 1888.. 



lé^lOOi 

9,000 1 
6,000 
94,500 

40.500 
1.000 



39,000 



^WO 



359,500 



127.500 
20,000 

15,500 
32,500 

99,500 

10,000 

219,500 

II 

1,500 



456,000 



96,500^ 



Digitized by VjOOQIC 



— 253 — 
BUDGET DB UÉTA T (ALGÉ BIE NON COMPRISE). 

RECOUVREMENTS DES DEUl PREMIERS VOIS DE 1888. 



DOOAMES, GOMTUBUTIOIIS IMDIRBGTSS, â£LS« SUCRES ET MOHOPOLBS, 

Comparaison avec les recouvrements des deux preffiiers mois de' 1887. 



DisiGirATIOE DES RECETTES. 



BSCOD- 

VREMENTS 

»i i888. 



RECOU- 
VREMENTS 

Dl 1887. 



Innés. 



frases. 



ENFtUS 
1 1Â8. 



DfloiU À rinporUtioD (marchandises diverses). 

Droits de fUJtitti<pe 

Drmti de navigatioo*. • ^ • 

Droits dirers et recettes accessoires 

Amendefe et confiscatioD». 



DOUANES (sels RT SUCRES NON COUrRIs) 



TOTADZ. 



46,907,000 

90^,000 

1,262,000 

445,000 

148,000 



49.722,000 



45,851,000 

890,000 

1^172.400 

: 435,600 

164,000 



4^513,000 



Er plos aac recoavrements de 1888, 



fn4es. 

1,1111000 

lf,000 

89,600 

1,400 



EN MOINS 
ï 1888. 



-l,22îi,000 



firsncs. 



16,000 



16,0OG 



GOVTR1RUT10N8 INDIRECTES (SBLS, SUCRES ET MONOPOLES NON GOÉPRIS). 

DroiU ( Vins, cidiei, poirés, hydromdi.. . . . 20,852,000 20^124,000 

sur les { Âlcoob et surtaxes des vins alcoolisés. 39,106,000 38,250,000 

boissons. ( Bîèra.. ; 3,150,000 3,187,000 

Droit do falnqatiôa des .stéarines et bonnes 1,444^000 1,363,000 

Droit do coàsom. des vinaigres et acides acétiques. 327,000 337,000 

DroiU de transport par çhen. de kt (g:ranHe vitesse). 562,000 567,000 
Droits de transport par antres voitures que les cke- 

minsdefer 568,000 543,000 

licences ( boissons et voîtntes oobiîques). 3,1 14,000 3,026,000 

Garantit dés nMdiros d*or et d'argent 037,000 628,000 

Cartes à joèer 229,000 244,000 

AmflBdeii a draiU sur acqniU non rentrés 967,000 475,000 492,000 

Aatres(MUetrecettes à différenU titres....... 4,331,000 4,134,000 197,000 



TOTiOX. 



75,287,000 



72,878,000 



En plds aux recouvrements de i888.. 



728,000 
856,000 

81,000 



25,000 

88.000 

9,000 



57,000 

10,0^ 
5.0*0 



15,000 



67,000 



^oo.ooo* 



SELS ET SUCRES. 



Seb. 



dédouanes 

de cootribations indirectes • 



SttCMBS,.. 



coloniaux (douanes).. 

étrangers (douanes) 

indigènes ( contributions indireôtes ) . 



TOTàUX, 



3,311,000 
1,730,000 

2,993,000 
1,797,000 
9,658,000 



19,489,000 



3<082,000 
1^99,000 

2;i63,000 

989,000. 

6i980,000 



15,113,000 



Eh plus aux recouvrements de 1888.^ . 



229^000 

,/' 

830/)00 

808,000 

2,678,000 



169,000 



4,54 5,000 169 ,000 
4.376.000' 



Contribn- ( Aflnqwttesduaiques. 

tioDs I Tabacs 

indirectes,! Poodiesifeu 

Postes é 

Tâ^phes 

Procuits de diverses exploitations^. 

TOTAOX 



MONOPOLES. 



68U)90;000 
1,579,000 

20,956,100 

4,539,200 

58,100 



85,222,400 



57(548,000 
lj684,00O 

19^)76,000 

4j305,700 

' 98,800 



82,712,500 



El PLOS aui 



de 1888.. 



542,000 


ti 


it 


105,000 


1.880,100 


il 


233,500 


II 


$t 


40,700 



2,6 55,600 145 ,700 
"21509^900^ 



Digitized by VjOOQIC 



— 5fflù — 



^ es 



t3 

A 



* i 

o . .. 



^ 2 



qne 



« o 






RT^ 



S 



•1 & 9 e 



I 



.§.§ 


§ 


€ s' 


rf 


«t « 




M '^ 


o 


n 


«o 



§..§ 

*• # 



8* 



O 

H g 






-4 lO 



i 



S 00 



II, 
si 



illl 



I 

s 
s' 



o o o o 

eass 

-1 «i r-, -1 



I 

oo 

s* 

9* 



i 



t« oo «o o 

s-« s s 



s 
s 

«0. 



8 s 8 s 
s « 3* 2 



I 

•S 



'S. 

s 



Ai 

u 

H 




2! 

o 



h' i 



Digitized by VjOOQIC 



— 265 — 



1 i 




o. 

H « 

•S « 

D 






91 

O 






58* 
«o 
«o 






.1 






Iv.i 


;; 


*- t^ 




«o c^ 




•n .'^^ 




CO . -4 




T* 





s. 



^ s 'S 



1 



S' s 

5 5 



o r* r* « 

<9 «4 o« K» 



fcw6 



S *8 

M 00 



-'-^ 






■5" 



94 



I 



»^ S « "^ 



I 

s 



. s. 

M» 



CO 00 r* ^ 

Sise 






s 

if 



s iÉ s 

ë 1 1 ^ 






''.! • 




S 

..a 



■ 
2 







Digitized by VjOOQIC 



— 256 ~ 
LES FABRIQUES DE SUCRE 

ST LEURS PaOCBDés DB FABRICATION M -.1886-87. 



La campagne 1886-87, à laquelle se rap(]|iortent lei tableaiix ci4prè8« est 
la tx:oisi^e depuis la mise en vigseur de te loi dur 39 juiU^ i8B4« ^t la 
dernière de la période transitoite pendant laquelle, aiix termes de f article 3 , 
Tabonnement était simplement'facultatif pour les fabricants. Le mpaieat pa- 
rait donc venu de ^jel^er un coup d'œil rétrospectif sur les résultfits de ce 
régime. • . . 

Le nombre des fabriques en activité a subi une dilninutioflb marquée : de 
483 1 chiffre de la campagne i883-S4*) il-«st aiMioqssivemeât descendu à 
449t 413^391. : 

Pendant, la première campagne (i884-Sâ)« lii fabriques seulement 
s*étaient placées sous le r^me de Tabonnema^it Ce nombre flfest élevé, dès 
la campagne suivante, à 325, et, en 1886-87, il a atteint 384.^ Pour les 
trois campagoes, la production effective en sucre raQifié a été .successivement 
de 272,962,353, de 265,071,371 etde 434i043,(72 kilogrammes. Les 
quantités de betteraves, travaillées ont été de 4,56^,796, de 3,385,439 
et de 4t$97i079 tonr»esj . 

Sous Taneien r^me, le rendement efifectif des betteraves en suenfr raffiné 
ne dépassait pas une moyenne de 5 .ôo p. 0/0. U s'es( succesMveml^itt élevé, 
dans les fabriques abonnées, à 7.27, à 8.12 età8.87 p. 0/0. Laqoàtitédes 
. excédents obtenus en sus de la prise en chaire légide ( 5 on 6 kSog. de 
sucre par 100 kîlog. de betteraves, suiv&nt le procéëé d'extraction des jus) 
a été de 22 .i56 , da3 1 . 2 1 et de 36 . 44 p* o/o de la production. Le$:qaaQtités 
de sacre indigène et colonial entrées en franchise dans la consoiî^nation à 
titre d'excédents de rendement on de déchet de fabricatioû onratteint : 

SUCBfe INPIoèMB. SUCKSCOLOtlAL. TiJTÂL. 

' Campagne! 884-85..:.. 39,6^4,536^ 11,083,917^ 5o,«i8,353^ 

1885-86..:.. 7^,953,67^ 9,056,468 87,110,144 

1886-87. 157,780.697 îO 26,373,458 i84.i54.555 

Le montant des primes acquises à la sucrerie indigène et colobifide s*est 
donc élevé successivement à a5»364ji77 francs, 43,955,072 ^ancs et 
92,077,278 francs. Mais ce serait une erreur de croire que^ces simventions 
n'ont profité qu*aux fabricants. Ceux-ci ont dû en sacrifier la maje|ire partie 
pour transformer leur outillage et surtout pour améliorer la qudité des bet- 
teraves. Il n'est pas douteux, en outre ^ que les primas ont contrd>né à ra- 
baissement des prix de vente, et qu'ainsi les consommateurs eux-^émes eo 
ont profité dans une certaine niesure. . - * 

■ . ■ r -rr-- 1 

W Pour U campagne 1886-87, ^ déduction ^x>loiii«le a été poêlée de 19 à 3| p. 0/0 par 
la loi du i3 juâlet Î8a6. A partir du 1" septembre 1887^ ccUe déduction doit étf|p égde à la 
moyenne des excédents réidises par la sucrerie indigène pendant la précédente campagne de 
fabrication. 



Digitized by VjOOQIC 



— 257 — . 

La principale modffication apportée dans le travaS iiidustriet consiste 
dans la substitution , à peu près générale aojourdfhui, de la diffusion aux 
anciens procédés d'extraction des jus parles presses hydrauliques ou conti- 
nues. Le travail, dans toutes ses phases, est devenu plus parfait, et Tbn a 
pu supprimer pres<[ue partout remploi des filtres à^noir que Ton a remplacés 
par.d$«JBitieft.ea.éfûffiB. " 

L'amélioration de la qualité des betteraves est aittesfée par Téiévatioii des 
rendânent& effectifs* Les fabricants sont parvenus a ce résultat en four- 
n iosaiit o n x ^mémea les* uratBes * aux enllîvaliw»^- •«» -4«iir • -îaipdsant 
certaines méthodes de culture/ et en payant généralement les betteraves 
diaprés leur densité. Un prijT étant fixé pour 1,000 idtogranmies de bettemves 
ayant un minimum de densité de 6 degrés par fxemiple, en surpaye ^5o, 
60, 7& centimes et même jusqu'à 1 franc chaque dixième de deg^ au- 
dessus de ce minûâoium. L*améliorationdo'1a richeue semble, il est Vrai, 
avoir ^é obtenue en partie au détriment de la quuntitjé. Le rendement^cul- 
tural^ quiétaitautrefiiia de ^^000 kilogrammipfi environ par hectare, paratt 
être descendu à 3o,Qoo ou 3i,ooo kilogrammes en moyenne pour les récrites 
de 1884, i885 et i886. 

Quoi qu'il en soit, il y a certainement lieu de se féliciter des résultats ob* 
tenus au point, de yue agricole et industriel. Mais les pouvoirs publias se 
sont émus de l'importance toujours croissante des sacrifices que notre légis- 
lation sucrière.iinpose au Trésor. C'est ainsi que le Goovarnîedient à été 
amené à proposer et le Pariement à voter la loi du & juiHet 1887 qui a 
élevé le taux de la prise en charge de 6.26 ldlogramities,chifiBre pré>ta par la loi 
de 1884,- à 7 ir'»ngt*iH"^mû* de sucre ra£Bné par 160 kildgrammef dé bette- 
raves, à partir du if septen^re 1887, aVèc une augmentation de o . 25 p» 0/0 
par campagne jusqu'en 1890-91. 

INottS sommes «es v présent 'en mesure de oomier un aperçu clés resuitsts 
de la campq;ne ^887-88 ei^efârisersous Tempireide cette nouveUe loi. 

L'étendue des ensemencements permettait de pijéybiih une proc^iction plus 
considérable que celle de fannée précédente. Btusles drconstînoès JÔ*ont 
pas été favorables au développement de k plaiite qui, sur b^ucoup de 
points, a subi, en outre, les ravages du ver blanci Aussi lé poids des lutte- 
ra ves mises en «^uvre, dans Tes 375 fabriques en activité, n'a-t-il jpas excédé 
3,6i4f$39 tonnes. Pour 1,000 lulogrammes de bettemves, dont la densité 
moyenne est de 7 degrés enyijçn, on a obtenu 90 ; 1 litres de masse coife de 
premier jet qui ^ntdonné,par un premier turbinage, 63^.6 kiiogranunes de 
sucre , évalué en raffiné^ et 47 • 3 litres de sirops de deuxième jet. 

Le rendement effectif dés betteraves en sucre [raffiné variera probable- 
ment entre 9 kilogranuies i/a et 9 kilogrammes 3/4 par 100. kilogrammes, 
suivant Textension que prendra femploi de Posmose pour l'épuration des bas 
produits. L^élévation du taux delà prise en diâiçe'atrra donc été compensée, 
en grande piutie, pour les fabricants, par Tauglnentatiên du rendeifaent 
eflectif, et, si la perte du Trésor est moins grancle, c'est surtout en raison 
du peu d'importance de la production. ' 



Digitized by VjOOQIC 



^«68 — 



a 
.9 



S 



i- 
3 

■ 

1 

il 



V O (^ «9 



« 1^ 09 - iD Q « 
 ^ ^ ,M ■ W »-* 



$ S 



•^' tff r* c « « 

Q to ^ lo r> o» 

«1 di -< ^ 



«• s' S S & 



« 



é •• 



O lO ae 



«o «^ r^ :ï S5 

s..«^' S. a. S 



C4 a» 



C4 a» M 
i!î s § 

S. s 



r 



^ 



cô 
08 



o 



9 

S3 



8 s s 

i 3 1 è- 



1 1 1 1 



3.' •* ^ » 






« 






I 



-ir*- 



» I I l| 

S jo «sr 



•* 2? S 

o 



p<î fO lA lA 



g, '2 'S a §J 



il- 



i' 



3*9 



• . • ^ :a n 



il. f I 



» ♦■■< Hin » # li n i r 



i>. 



â 



^ 8. s.- s $ s a a s 



I Il i n I I I i\9^^mm^ 

^. «S 91 ^ o Q 



^ S a as 



H I . m i 'ii 

Q ^ 4 

S -î « 



] 



«o • -af a» -rf tf« *» 

, s -a R.. a. 8. r 



' isy ïA ' Qd 

- E « 



'^ ^ ?! 
. _ . . _ _. -l 

00 ^ C) •« eo G« 



— eo « «5 r- -. 

n ^ -. ^. ^. *a 









8 
S 






J3 



§ 



S 



s 



U 



"itacbx 



S 



fl. s: 



s s 



«»« 



9 I I ' 






10 ^ 



00 eo oO 
î9 «• 



i 
I 



i 



fil:) 



1 i , - 

2 O O. co 



S 



Digitized by VjOOQIC 



^«H)-- 






^1 






ijj! li i I 5 S 



8 * 



§H|iy[ 



H 




;g S S 
pi^ -i^ •« 

et G% '^ 



S S 



^ «- ^ 



!^ s » 

^ « ot 

s: 



4 ^ S 



8 fS S S ë f! 

lOv •« o» o o c» 



O» «O QO 
fO CO 4 



S S S 8 2 S 

r* O r* t^ r» <o 



S ^ S S Cl S 

e^ lA lO <D lO M 

s s S S 3' S 

^^ 1-4 ^4 09 «1^ 



S 






^ 9« o o «< -^ 

S r: 1 S 2 SI 

8 s 



S 8 2 



S. S S {5 =: S 



«• 



e« e« 



S » 



3 : 



r* Q r* 
- oo r^ 

d» 00 8 



s 



s s s 
s s s- 



O 



8. 

00 






s 



§ 
s 



&-«««-•§«- g-4-8 - 



H»! 



!t 



s ël K 
2* 3 S 



r^ eo lA O «4 O 

2 s » s 2 s. 



-4 M» 

o» . 00 



S S 



^"1 




8 00 r» f-i r^ o 

*^ 2 t îa 52 

.0 c« r* o <n 9 

i' i i i i i s I f 



4-' 



O 



I 



.s 



•-^ K9 •■# 

^ :î ff 



S 



4f 



r» •^ p» 

O e «> 

r^ O «< 

1^ i 



g 


• 8 




•0 


rf- 


« 


s 


c 



j J ï 



iiii 



S'- 



Digitized by VjOOQIC 



<> a6ô ^ 



il'll 



CL. 

ai 



H 
SE 



M 



O 
-M 



-M 

H 

D 



"S - :3 



I S 



s 



s 



s § § I ! s § I 
-. >-. -1 - I <% ». «^ 

O «^ H» •« «« ^ O 



S. ^ ït 

S § I 

04* «f >A 



I 5 



i i' i § § § S S 
i i i I s i s i 

g ^" s s *>' s ->' s 



^ 

s 

«» 



«. 

? 



i 



I 



s 



* rS. 






s 






-s- 
n 



I 



2 s. 



i 2 § I 



5 cî 



S. S 






s 



s & 



§ 8 






i S 



I ? S. 5- 



%. ^ 



§ i 
I § 

8 ^ 



S S. 



s s 

2 § 

s « 



s iS s 
2 rf p 

». 3 ■ •- 









I 



.o o* 



"1 2 ? 

«e «e •» 



^ 5 S 



8 -S 

liitl 

si* 



? 5 



I s 



o c« « 

8" 5f *' 



2 S 



#1 



^ 

g 



: 8 

s-c g 



I 2 
i s 



s « 



§ s 2 g 



«« o> o 
•-« r» *» 

g a "' 



s; i 



§ 



I 



i 



._ t 

•4 ^ 



i ê 



1 

£ 3 3 



î 



J 



Digitized by VjOOQIC 



— 9«1 ^ 




■ «9 ^ OB ^ 

S *-H «M lA OO 



ok ^ e« « 



r* «o lo O lA -^ 



lit 
Mi 



i 



^ O m «> a 2 ' r^ ^ « 

s s 8. S i 1 ? S S 



i 



^ ^ O ^ lA Ok 

^ ^ « «^ e<« «ef 
<o «« «o ^ 



s 



-sf 



i i 1 i 
i 1" I ^ 



00«iOlO4lA«43 



I* 



! -s 



H 5 S 



11 



h* 0k <e < lA Ok a» 

r^ ^-4 ^^ 47 ^ <0 0« 






■s- - • 



O» if eo ■ *•*" 04 '■ « ' ifiT *' *e« 



00 

r « 



R 8 S 3 •* S Si 



si 



i 

Q 



i:i 



I 



1 



I 



i 



e 
H 



Digitized by VjOOQIC 



«9M — 



O 

52 



03 



4H 
'|il 



s 



s s 



s 



Tï 



1 î ^ 



I 



s s s s 

t^ ^ r* co 

» •» é « 



r^ Ci • o r» r^ 

§ s. .2 I 5 

t0 lA . e<i 10 <» 



s' 



-Il 



S 2. S i 

00 >-4 ift 0i 



S- ^ ^* 



S 



S 



.1 

•I 



P 

« 
M 
Q 

O 
H 



11 



8 2 2 i S- » 



4U 



d 



M 



M B f 



*9 vi *« <0 ^^ 00 hh 



-i- 



<oii-4eo^ol^o»e<i 



If* 



iU 



r- •"! o 



I 



t 



H4| 



8 • 8 'à 



l'îl 



ev m^ ^ -p-^ — 9' 
-* « ^ c« 



-ar— TD 



4U 



00 ^oQioeO'^^O'-^ 



s 



i 

m 
o 



1 1 1 1 



II 



s 






s- 



H 

o 
H 



Digitized by VjOOQIC 



— 965 — 



I 
I 



' ~T~J 

■s 1 -- â 

>B t 



S « 

«M ^ 



«4 CO 



g ^ 



n 



s â 8. s s s 






iî.Il| 






s «4 s 



I H^ H 



s - 



» I ï 






'•'ï 



P- 8 



■ ■ » f. 



S 



.B""'S 



rt 



iHi'iM 



u 



^m*m 



7\ 



1 -s ^ ■• â 



' S 



1' 

I 



H-îi - 8 •> a « 



9 s 1° 



3 S 



I 



I : 
5 



B\» 



IW! 



= g - Cl 



li(i^**T 



8 8 5 s 



S. S. 






hum 






00 O 

4 Ci 



i î 

9 § 



1 



D P 2 






S 



•Cl> ID 00 



s 



'1 



S 



a 






00 00 



«1 



§ 



K 1 H 



1 



^ Il 



• a 



i 






•L 



Digitized by VjOOQIC 



^ 26/k — 



I 



t 



hflii 

2 "^^ i ! 



*-« r^ 00 ta o r« ^ 

s? © a "T 5 "^ Sî 

a^ c^ ç M» ^ ^ «o 

OÎ lO 2 "^ ®^ •^ ^ 



a 



î* 



§ ? g H 8 8 



hIM 



r-oO<9«OiAicao 



s 



Hl 



•4 M ^ . ,« ^ 






â 



Ok « M -4 



-ç ' t 






*-< M «ef ^ M «N •« 




r^ ^ n «9 o« * 



|t^ 






a 

\ s 



ggg-!*t=«»e 



P» ^ -^ •-* 



B 
iS 



mss^ss^ 



î 



I 



il 



o 



Digitized by VjOOQIC 



— 265 — 

DIRECTION oéKJlULE DBS COTTmiBUTIOTVS IKDIRftCTBS. 

PRODUITS DES CONTRIBUTIONS INDIRECTES 

PERÇUS ET CONSTATÉS 

PENDANT LES ANNÉES 1887 ET 1886. 

Noas publions périodiquement deux tableaux présentant la situation 
annuelle ou semestrielle des perceptions et constatations opérées par TAd- 
ministration des contributions indirectes. 

Le premier de ces tableaux, qu'on trouvera ci-après, pages aya à 37g, 
fait appariaiftre, pour Tannée 1887, le montant des produits par département 
et par division budgétaire. 

Dans le second, qui est inséré pages a 80 à 3o5, ces produits sont groupés 
par nature de taxe, pour TensemUle de la France et comparés à ceox de 
Tannée 1886. 

Une récapitulation générale fuit suite à ce dernier tableau et permet 
de se rendre compte, an premier aspect, des ré«ttltats;d'et)8eag(ibie. 

I. 

PRODOrrS PAR DEPARTEMENT ET PAR DIVISION BUDGÉTAIRE. 

Les produits généraux de Texercice 1 887 se sont élevés à 1 ,o48t463,ol4^ 
Il convient d'ajouter à cette somme le montant des , 
droits afférents à cet exercice qui seront réalisés seule- 
ment pendant le i"" semestre 1888, soit par évaluation- i6,763,5o8 

Ce qui donne comme produit total i,o65,3a6,553 

Les perceptions ou constatations de 1886 , ayant été de i,076,383t28i 

Il ressort, au détriment de Texercice 1887, une moins 
value de 11,166,739 



Toutefois, pour obtenir une comparaison exacte des prodoits des deux 
exercices^ il y a lien, d'une part, de retrancher des résultats de 1886 la 
somme de 1 0*5 90, 1 73 francs représentant le montant de Timpôt sur le papier, 
dtt 1* janvier au i^ décembre 1886, date de là suppression dudit impôt; 
d'autre part, de défalquer de Tannée 1887 ^^ somme de i6«883,936 francs 
représentant la surtaxe temporaire de 10 francs par 100 kilogrammes établie 
sur les sucres de toute origine par la toi da 37 mai 1887. Cette double 
opération a pour effet de port^ au cbiffine de i74&o,&93 francs la moins- 
value effective qui s'est produite pendant Tannée 1887. 

Cette perte provient exdnsivemeot de Timpôt sur les sucres. EHe eAt été 
beaucoup plus importante sans les ptns-valaes obtenues sur la généralité des 
antres artîdes. 

Dans àg départements, il y a augmentation. Nous citerons TOise (a3.65 
p. 0/0 de fdos'value), la Seine^Ioférieure (i3.39), TÂisne (9), la Loire- 
Inférieure (7.01)9 Seine-et*Mame (6.4a), Meurtheet-Moselle (4.85) et Ilie- 
elrVikiine (3^4). 

^OLL. DE STAT. 1 ^ 



Digitized by VjOOQIC 



Par contre, 3>7 ^p^r\^vm^\^ ^Qçy^qt de« npiiif-viili)^ ; q^le da dépar- 
tement de la Seine atteint 2o,3â6,338 francs. 

Le9 causes des variations observées sont indiquées ci-après. 

n, 

PRODUITS PAR NATURE DE T4SB. 

TINS. 

Diminution 992,6&i 

Une diminution de près de a millions frappe les sonrees de revenus soi- 
vantes : 

I>roit de elreulation 169,960' 

Droit de dëtafil. 1,319,189 

Taxe de remplacement. • • 1 t^ ^* 8 '^Aô 



I i n n t^ m^^^^T' 



^897»9Ç9 
Par contre, les ^j^iU d'entrée et de taxe unicjuç on^ 
progressé dans Tensçmble de, .,..,«,,. ^ ,.«...«••, < . 995,338 

"> 
Ce qui r^unène le déficit à 99fi,65i 

L'augmentation qui apparaît sur les droits dVntrée et de taxe unique est 
une conséquence du 4^U(u;i^r^wenl, àûH\ ia pQpiiiatioQ ^ ét^ Tobjet en 
iÇ^6 fil qv^ a eu pour effet: d'une part, de faire assujettir au droit d'euU^« 
ponr-kr première fois, A3 communes dans lesquelles la population a^io- 
mérée est deveaue aupéfieufe à ii,Qoa âmes 9 d'autre part, d^ placer aous le 
régime de la taxeumque ohligatoife 10 villes dont la populalioii aggtiiiiiérée, 
pféçédesnmeat îaférieuiie à 104000 âmea, d^aue et c^iîffiift aiqeiird'haû 

Ea ce qui eanceme le droit de taxç unique^ eotte «ugmontatien p#ut donc 
èlre ooMidérée cxunme an simple déelaaaement de produits , attendu que, par 
aiiite de 1» auppreasion dea exeraioes dans les villea où ee tégime a été étabU , 
le droit de détail a forcément perda œ qvQgagwt la taxe unique. 

En deheora de oeijlle circooBtanoe exceptionnelle, le [M^uit des draUs «ur 
les vins a surtout été influencé : d'an dAlé, par Télévailion des oours résoltot 
de l'insuffibaBcedeademièroa récoltes; dei'aotreî par la fabiîcalipn, dMS l^» 
ménages, de vins de fmita seea eu par le coupage des vÎAs d'importation; 
cette pratique occasionne au Trésor un sérieux préjudice, spécialement dans 
l'intérieur de Paris. 

On remarque un nouvel accroissement de 1,966,539 beololitres dans 
Pimportation des vins étrangers « prévenant d'Espagne et d1t(die principa- 
lement (12,277,^^37 .hectolitres en 1887 contre ii,oio,89& en iMd}« 



Digitized by VjOOQIC 



— a«7 — 

Par contre, le chifire de dos exp(M:tatious a baissé de 307,187 hectolitres 
(3, 709,353 hectolitres eo 1886 contre 2,4o2,ii6 hectolitres seulement 
en 1887). 

La fabrication des vins de raisins secs est restée à peu près stationnaire 
(q,669,o:)SI boctolitres). En 1886, cette fabrication avait atteint 2,8^2,000 
heetoliiTM. 

nx u . ( <î« 1887 i3,a6o,ê68f 

*^^'*^** Îdei88é 1M7U4 

Diminution. .••>.• 1,801,94^ 



Le rendement de l'impôt ^up le» ci4rçs suH les flwçtij^tion^ de» récoltes. 
Celle de 1886, ayant été des plus médiocres, le chiffre des perceptions a du 
s'en ressentir. Aussi toutes les tax«i sont en décroissance. 

ALCOOLS ET VINS ALCOOLISAS. 

* (^«1886 937,004,921 

AUGMBNTATION '7,947,898 , 

. IJifM W I I Ul i I 

Le Çoyrs éleyé des vins, la rareté des cidres ont favorisé la consommation 
des spiritueux, qui s'est développée sur tous les points à l'exception de Paris, 
où, sous Tinfluence de causes économiques particaliàres, la taxe de rempla- 
cement perd S20,2oi francs. La production des bouiliefirs de çpq a eu rafsi 
beaucoup moins d^ctivité, en raison de }«• médiocrité de la réooHe ^s 
pommes eo 1886 ; mats eé dehoi*s de ces circonstances, il eit certain que 
la progression des droits sur les alcools est due, eis grande partie, à Ténergie 
apportée par rAdmidistration dans la répression des abus. 

'' BIERES. 

RfeulUt« H'^fr--- '■■■"• ^^>9W 

de 1886 21,692,6^1 

AuGMBUfAnON . .,.•.,,..<. 69.6^809 



li^wpAt sur ies bières se res^eut toujours de l'abondapçe plus ou moins 
graoïje des récolte» de mdnes. ^n 1886, la récolte des pon^mes ayant été des 
plos médiocres, les dép^rtemeatf du Nord-Ouest ont fait une plus grande 
consomfBîitîatt de bière. 

L^ brasseurs de France sentblept d'ailleurs soutenir avec plus de succès 
qUQ p^ le p9ssé h çoncvUTeociç dl3$ bières étr^géreç. Ou constate ({ans l'im- 
Wïtatiw de pe^ dernièrcis, w ^987» UQp nouvelle dimjuautioA dp ^,6,336 
hectolitres, dont 46,683 hectolitres sur ^ prpv^ai^cçg ^'A'Jepiî^pe., , 

18. 



Digitized by VjOOQIC 



— 268 — 



Augmentation i . . . i,54o3&6 



Cette situation avantageuse provient: d'une part, de ce que le syndicat des 
salines de l'Est a absorbé un. établissement placé dans la ligne des douanes 
et dont précédemment il avait à soutenir la concurrence; d'autre part, de 
Touverture, dans le cours de Tannée 1886, d'une nouvelle saline dans le 
département de la Haute-Garonne. 

Les perceptions effectuées en douane ont fléchi de 1,021,000 francs, ce 
qui ramène le boni d'ensemble a 5 1 9,856 francs. 

SUGRBS. 

Voici, en ce qui concerne les sucres, les résultats des deux derniers 
exercices : 

OQ ( Contributions indirectes 8i,85i,go3' ) ^^ .^ ,r 

^**7.- i DouaiM» 38,39^00 j ^^^^^'l^^^^oi 

oQ£ i Contributions indirectes 92,158,076 I 0/0/ a 

'**^-i Douanes 42,6a6.ooo { 134,784,076 

DlMIMUTIOlV 1^,637,173 

Malgré cette diminution sur le produit des droits, la comparaison des 
quantités imposées présente une augmentation de 1 1,398,983 kilogrammes, 
qui porte sur les sucres employés, avec tarif réduit, au sucrage des vins et 
des cidres et sur les sucres précédemment indemnes, soumis par la loi du 
27 mai 1887 à la surtaxe de 10 francs. 

Le produit des surtaxes établies par la loi précitée s'est élevé, en ce qui 
concerne les sucres indigènes, à 1 6,883,936 francs. On peut évaluer i 
8 millions environ les perceptions effectuées au même titre par la Douane. Si 
l'on défalque Je total de ces deux sommes des résultats de 1887, la compa- 
raison de ces derniers avec ceux de 1886 fait ressortir une perte totale^ 
io millions environ. 

Cette situation provient de ce que, durant la campagne 1886-87, le chiffre 
des quantités obtenues par les fabricants, en sus du rendement légal, a été 
beaucoup plus élevé que pendant la campagne précédente (1 57,780,697 kilog. 
en 1886-87 contre 77,963,676 kilog. en i885-86). Des approvision- 
nements exceptionnels ont été faits pendant les premiers mois de 
l'année 1887, aux approches de rétablissement des surtaxes, et ils ont 
été constitués en grande partie au moyen de ces sucres indemnes. Sur 
i48,6o5,ooo kili^rammes de sucres, de l'espèce livrés à la consommation 
intérieure, 49Ydi2,752 kilogrammes seulement ont acquitté la taxespéciale 
de 10 francs établie par la loi susvisée et la difiëreuce (99 millions de kilo- 
grammes) n'a supporté aucun droit 



Digitized by VjOOQIC 



1 



— 8«1) — 

Les opérations de sucrage des vins et des cidres avant la feimentation 
ont pris, en 1887, une grande extension ; 36,368,6il5 kilogrammes de sucre 
ont été déclarés pour cette destination, tandis qu'en 1886 les déclarations 
de même nature s'étaient élevées à i7,2i3«4g:2 kilogrammes seulement 
(m p. 0/0 d'augmentation). 



Sans variation. 



ALLUIIETTBS GHmiQUBS. 



PAPIBBS. 



Diminution : 1 0,590, 1 7 3 francs. 

Impôt supprimé depuis le 1*' décembre 1886. 

HUHJtS MINKRALBS. 

Diminution: i4i6il5 francs. 

Him«ES véOBTALKS £T AOTRBS. 

Diminution : 354>i9& francs. 

Conséquence de la loi du 22 novembre 1876 supprimant le droit 
d'entrée sur les huiles dans les communes qui renoncent au droit d'octroi sur 
les mêmes substances. 

STJAlUlfB ET-BOUQIBS. 

Diminution: a 69,6 2 2 francs. 

Cette diminution porte sur toutes les espèces de bougies et parait résulter 
d'un emploi plus répandu des huiles minérales. 

Nous donnons ci-après le mouvement de cet impôt depuis son origine 
jusqu'au 3i décembre 1887. 



ANNEES. 



1S74 

1S7& 

1S76 

«877 

187S ..V 

>«7f 

18S0 

i8St , 

iSSa 

i883 

1886 

1865 

1886 

1887 (rëndtaU proviéoîres). 



BOUGIES 

OhSIllÂlBIS 



5,08S,804 
. 5,076,630 
6,ft7ft,088 
6,553,089 
6,646,433 
7.189,742 
7,255.038 
7,663,037 
8,160,235 
8,171.111 
8,431,945 
8,082,976 
8,054,200 
7;862.716 



BODGI«S 



fnncs. 
683,084 
770,257 
776,828 
685,675 
752,309 
666.415 
672,664 
712,470 
504,077 
668,914 
78ft,8&9 
696,683 
662,195 
594,067 



TOTAL. 



. 6,769,891 
6,466,887 
7,250.916 
7.239,664 
7.397,731 
7.856.157 
7.927,702 
M75JW7 
8.664,312 
8,840.025 
9,167,104 
8.779,659 
8.716.395 
8,456,773 

■aVBSSV 



VDIAIOMS ET ACmB ACteqUE. 

Diminution : 1^99586 francs. Variation sans imporlaoce. 



i 



Digitized by VjOOQIC 



— «70 — 

On trouvera d^iprès le mouvement et lu produit àë eet impôt depuis 
iS^djusqu^en 1886 î 



ANNÉES. 


QUANTITÉS D'ACIDE ACÉTIQUE PUR 

COMTBVOBS DAIt LBt TIXAlCblS 


^RODurr 

AI L'IMPÔT 

sar 
Us vinaigre». 


feliri^^. 


inporitt. 


exporta. 


employas 
à des Megei 

indiutHél* 
en fnnehÎM 
de rim|)6t. 


1876 


heetol. 

41,714 
36,406 
35,305 
48,640 
51,656 
53,450 
40,524 
48,941 
59.875 
60.016 
56,35» 


heetol. 

3,665 

3,210 
4.262 
3,036 
1,039 
2,862 
. 2,658 
(,564 
2,179 
2,482 
5.952 


hetolol. 
4|104 

14,852 
6,452 
d.648 
8.955 
6,550 
4,215 
6,l3<i 
5,943 

11.130 


]»é«Ul. 

21,839 
19,707 
27,926 

ia.290 
14,075 
10.397 

6,778 
13/1^5 

8^286 


2JXI5|991 

2,030,166 
2,111,562 
2,103,698 

2.69l!Î08 
2.696,728 
2.714,432 
2,844,299 
'•î^7Of»80<i 
3.932.731 


■"/*" " • • 

iRnn 


*"// 

1878 


1870 


x88o 


1881 


i88a 


i883 


i88d 


i885 


L$86....» 





CHEMINS DE FER. 



Résultats . 



de i887.k>. . » » 4 »... t 87,404,532' 

de 1886 87.892,967 



DiMiMirrioif» 



488«42â 



Perte porUnt 6ioluâiv6ment sur io transport dm marchandises. 

VOITURES PUBLÏQUEà. 

i JCugmenlâfion T 39,999 Irahcs, provenant de Textension donnée aux scr? 
^vices de plate et des tramways dans les grands centres. 



..DROITS DIVERS, 



j de 1887 46,694.321^ 



do 1886 42,543,619 

Augmentation 



4,i5o,7oa 



î 

1 Résuluts • . 

i 

\ 

\ 

I Le produit du domaine fluvial dt quelques revenus peu importants flé^ 
pbissent dans Fensemble de 44o,454 francs. Les autres droits gi*oupés dani 
)^e dhapître pi'és^ntent tOtts des augmentations sensibles. 
} On remarque, sur le dix)it de dénaturation des alcools, une plus-value 
|le 981^279 franos, qui porte sur les alcools déclarés pour le chauffage; uni 
^ulr^ yl^i^-^yglm ^i^ jifîii&iâQ^ Ssxuo^vus. iss flittuttdftf Yt TftnfiicaiiiitMtta ré t ^l ^t^ 
do la fermeté apportée à la répression de la fraude. Le nombre de procès- 
verbaux rédigés a suivi une progression anatogiie (Sq.SSo actes en 1887, 
contre 35,3o7 en 1886}^ 



Digitized by VjOOQIC 



— 371 — 

TABACS. 

QautUi. Vilaan. 

p, ,, , (dfci887.... 35,738,055'' 369,i35,364' 

"**"'***" de x886 .... 36,722.683 368,937,708 

■ t ■! Mil IWIII— ■ 

Adûmbhtation i5|972 ig7,656 

■■il * !■ I I i 

La vebte des tabacs s'est mainteouel, en 18^7, dans des conditions à pet 
près identiques à celles <Jë Falméff iSoS, cômiAe quanllit& et comme prof* 
duits. Toutefois dn rémai'que sur certains laba^, parmi les cigares et cigai- 
rettes nôtailàment, dés vanations fédaht évideitmietii aux tbôdificatiôiil ^ut 
-se sont produites danâ les préférences fies (2onsOmmateiU*s. 

La coAsoumiatioa des dgai^s de Fr^u^e et du scaferlati supérieur oh on» 
dinaire eSt en prdgris (192,7^3 kiiogràmme^ de plus qu'en i9S6, peur uA 
produit de 2,763|()o6fraiics). Par contre, la vetite des tabacs à priset aéèiisè 
une noilvelle décnùssance de i93t2od kilograttuudsi se traduisant pai* une 
perte de 2,391,000 francs. 

La vante des UbAcs de lu té tend à ée dévelot^j^ëi" (sé,66S kilogratflàiè^ dé 
plus qu'en iâ86« soit53,2o3 francs). Ce résultat est une ôonséquéncé deb 
mesures prises, en août 1887, ik>ur .penDetti^e auii c6nsQmmateurs de là 
province de B'approvisioniEier de ces tabacs par f intermédiaire des entrepo- 
seurs de leut^ résidence. 

A signalée auséi tine pliis-yalue de i63,6o3 francs provëûdnt deè nou^ 
velles espèces de tabacs et dé cigarettes (hongtoiseà# élégantes, médliabas), 
dont la Venie a été autoriàée j^ar décret du 4 nûvenlbre 1886. 

podDKK» X fnt. 

RésùltaU ïf'îh "'^^^lif 

( de 1886 . fc I . . . 12,^70,483 



DlMll^UtlON ♦ . . . 1,133,467 



mU 



Cette diminution Supplique à peu prés exclusivement aux poudrés de 
ooine vendues dahs Tintérieui' et aux diverse» poudres d'exportation* 

En ce ({tii «Concerne la poudre de mibe, Tachèvement des travaux en touils 
d'exécution pendant Tannée 1886 et iWjdoi plus fré(|uent de là dyndmite 
en ont restreint lA consommation. 

Quant aux pobdres d'expoKation^ lu diminution provient de ee què^ en 
1886, uM vente exeeptioUnelle de 1^8,000 kilogrammes avait été Àitè au 
Gouvernement ailtrichien» 

ntMAMtTE HT miaO-OLXCilUMEto 

Augmëfttàfion i 137,1 13 francs.. - 

Préférence dodnée à cet explosifs sui'Ies {k>udires de mine pour les traivaul 
d'extraction dans les èarrières^ I ! 



Digitized by VjOOQIC 



Tableau I . 



— 272 — 



Relevé, par département , des droits 




42 

n 

32 
84 
85 
77 
38 
54 
79 
74 
55 
34 
13 
26 
78 
41 
24 
47 
56 
37 

9 
67 
22 
59 
58 
44 
65 

7 
33 
23 
71 

5 
25 
11 
62 
52 
15 
6S 
61 
69 
14 
57 

8 

3g 



DEPARTKMENTS. 



Ain 

Aisne . . . , 

AHicr..... 

Alpes ( Btstes-}. . , , 
Alpes (Hiutet-)... 
Alpes-Maritimes . . . 

Ardèche 

Ardetinc) 

Ariègc ........... 

Aube 

Aode 

Aveyroo 

Booehes-dn-Rhôoe. . 

Calvado». 

CauUi 

Cbareate 

Chtrente-Inf^ricore, 

Cher 

Corrèir 

C&te-d'Or 

CAtes-du-Nord 

Creuse 

Dordogno. . . . ^, . . . 

Doabs , 

Drâiiic 

Eure 

Eure-el-Loîr 

tiaistère 

Gtrtl 

Garonne ( Haute- ) . , 

Geri 

Gironde. 

Hcroult 

lUe-eUVilaiiic 

Indre 

lodre^pULoire . . . . . 

fsrre 

Jura 

Latidcs. 

Lojr-ct-Clier 

Loire 

Loire ( Haute-) . . . . 
LoirejDfflrieurc. . . , 
Loiret 



RENSEIGNEMENTS STATISTIQUES 

SUK LKS loiftsaw». 

( Voir lu explication» constgnéu pag« 766. 

Quotitrg moyennes par habitant 



des quaulités 
imposée» en 1887. 



Vins. 
i 



h. 1. 

60 
39 
52 

23 
Oi'i 

1 14 
32 
25 

27 

1 J9 
1 29 

51 

1 7 
10 
49 
52 
50 
50 

29 

1 16 
05 
46 
3^ 
72 
4!> 
10 
52 

IH 

1 48 
95 

33 

1 05 
1 75 

ooy 

i3 
69 
58 
l'i 
58 

61 

1 60 
53 
62 
83 



Ci- 
dre». 

5 



h. 1. 



19 



00 



03 



1 17 



(1 5o 
23 
18 



1 61 



02 



03 



17 
06 



Al- 
cools. 



I.d^c. 

1 r. 

S 

2 'J 
2 8 

1 7 

2 2 
23 
i6 
1 2 

4 1 
1 7 
13 
\ 7 
76 
1 6 
1 6 
1 6 
28 
1 2 

3 2 
3 6 
1 5 

1 8 
-2 

2 (j 
7 8 
" 1 

5 
1 9 
1 7 
1 
38 

1 9 
•'i 5 
2^ 

3 9 

2 2 
2 2 

1 

2 7 
28 
1 7 

3 5 
3 2 



11. I. 

01 
83 
05 
02 



OO'i 
1 57 
01 
06 
08 

09 
01 
03 
07 
02 
03 
02 
Ib 
17 
02 
01 
13 

01 
0^ 
04 
06 
05 

02 
05 
01 
08 
07 
O^i 
07 



03 

02 
02 
03 



do l'impôt constate} eu 1887. 



Vins. 

8 



fr. c, 

2 17 

2 10 

2 76 

85 

1 5b 

4 71 
1 21 
1 56 

83 

3 6Î1 
2.^8 

1 U 

5 93 
1 04 
1 78 
1 80 

1 70 

2 51 
1 25 
ï 1:» 

50 

1 70 
l 33 

3 01 
1 9i 
1 67 
3 17 

1 64 
3 16 

2 99 

98 
5 32 

3 70 

1 06 

1 92 

4 24 
3 02 

2 37 

2 Oi 

3 01 

5 02 
1 66 

4 09 
4 34 



Ci- 
dres. 
9 



fr. e, 



36 



05 



00 



!52 



01 
01 



01 



2 r 



7' 
66 
55 



06 



05 



43 
10 



Al- 
cools. 



r. c. 

2 55 
12 57 

3 33 
3 27 

2 77 

3 51 
3 21 
7 35 

1 92 

6 73 

2 78 
2 20 

7 42 
12 30 

2 50 
2 67 

2 71 

3 38 

1 99 
'1 Oh 

:> 65 

2 38 

2 91 
k 72 
\ 21 

12 18 
Il 22 
9 13 

3 II 

2 99 
1 38 
5 25 

3 19 
7 V'i 
3 99 
5 13 

3 GO 

4 11 

1 59 
4 4'j 

4 82 

2 78 

5 80 
5 37 



Biè- 
res. 



fr. e. 

01 

2 0Ï 
21 
07 
01 

10 

3 92 
03 
22 
23 

35 

02 
11 
25 
09 
1 
09 
07 
0*1 
08 
OO'i 
56 

03 
12 
13 
25 
20 

08 
18 
O'i 
28 
27 
15 
20 

02 
12 
07 
07 
11 



Buis- 
sons, 



fr. 

1 73 

17 18 
6 36 
4 22 
4 36 

8 26 

4 61 

12 88 

2 79 
10 

5 53 

3 03 

13 7 
16 15 

4 42 
4 86 
4 67 

6 69 

3 38 

9 85 
8 'j5 

4 24 
4 32 

8 29 
6 2 

l'i û5 
15 26 

11 52 
54 

6 19 

2 29 
10 

7 2:1 

12 73 
6 20 

9 79 

6 83 
30 

3 G:i 

7 57 
10 2 

4 54 
10 55 

9 99 



GHAFlT&i 




franc«. 

767,799 

1.168,659 

1,173.818 

110.586 

190,008 

1,120,704 

^152,210 

501,274 

197.791 

938.331 

823,175 

383,330 

3,590,532 

452,921 

430,460 

695,175 

828,280 

888,979 

410,542 

1,585,564 

334,532 

485,948 

655,921 

936.075 

G13,2'i2 

599,933 

901,357 

1.102,85 

1,322.159 

1.417,784 

243,663 

4,126,952 

1,650,988 

625,074 

560.823 

1,447,529 

1,761,589 

068,057 

608,844 

833,846 

3,141,542 

533,382 

2,636,333 

1,627.381 



fraoes. 

307 

199,841 

2.591 

25 

3 

105 

II 

18.288 

29 

15,188 

24 

507 

255 

1,101,197 

515 

4,274 

5,524 

2,938 

3.314 

521 

1,366,261 

771 

3,187 

308 

52 

2)9,500 

188.330 

39l),309 

60 

155 

3,766 

4,706 

55 

2,600,823 

2.258 

21,091 

248 

134 

139 

15,166 

454 

21 

281,941 

37,994 



Digitized by VjOOQIC 



— 273 — 
IMTfw- «e eoHttUétpmiànt Ftamée 4887. 



^BOISSONS. 


" 


DROIT 
















M 
3 Z 


M 














HUI LES 




9 


bru eMlisM). 


BOISSONS. 

{CoI.i3 


de 
do eentîmeit 


SELS. 


SUCRES. 


ALLU- 


PAPIER. 


•t 


HUILES 

UOQ 










Yîu 




p.r 






METTES. 




ISSIKCBS 




n 


Uirs». 


•lcMU«b. 


i 17.) 


expMitioB. 










min^nles. 


HI^KRALES. 


< 


16 


»7 


18 


»9 


ao 


ai 


33 


a.i 


ai 


jâ 


16 


^•c«. 


fruici. 


fraacs. 


frinct. 


frtDci. 


fraocK. 


francf. 


frtii«t. 


frtDcs 




franet. 




10,455 


13,847 


1.724,111 


27,275 


• 


5.788 












« 


42 


les, 4M 


37,309 


9,545.901 


01,440 


• 


5.005,019 














1,801 


17 


93,335 


17,853 


2,701.175 


23,067 


50 


9,374 










4.< 


m 


4,495 


33 


9,«ll 


3,545 


540.535 


5.048 


• 


4.187 

















84 


1,SS0 


3,879 


530.098 


4.653 


* 


003 














3.309 


85 


«r 


12.415 


1,907.097 


34.193 


« 


10,805 














17,344 


77 


63,31S 


8,110 


1.730,913 


24,600 


• 


0.033 














» 


38 


30^,888 


10,812 


4.281.015 


31.341 


m 


135,990 














3,044 


54 


8.9T7 


1,917 


003,816 


4.925 


30,770 


843 














3,483 


79 


57,021 


34,803 


2,709.965 


39,384 


m 


141.010 














« 


74 


70,848 


12.013 


1.839.033 


83,803 


m 


17.493 














3.353 


55 


3,074 


8,052 


1,507,677 


14,038 


m 


7.924 














2.366 


34 


314,118 


04,953 


8.890,943 


97.007 


« 


008.010 














» 


13 


10,116 


33,575 


7,601.987 


76,002 


- 


21.392 














2.647 


36 


30,133 


7,905 


1,008,938 


6,776 


• 


1.803 














• 


, 78 


93,040 


11,732 


1.788,533 


62.754 


• 


32.707 














17.060 


41 


43,749 


19,773 


3.190.181 


99.622 


• 


13,753 














31,099 


34 


45,363 


15,969 


3,156.074 


22,133 


■ 


90.541 














» 


47 


3I.5S3 


9.933 


1,104,308 


10.850 


• 


1,608 














3,998 


96 


258,788 


35,558 


9.759,845 


113,940 


• 


463,316 














79 


97 


30.067 


33,934 


5.309.884 


58,212 


» 


5,705 














0,481 


9 


34,599 


0,069 


1,107.931 


8.300 


« 


1.235 














1,722 


67 


33,034 


14.130 


3,139,039 


32.725 


• 


12,509 














8.155 


33 


157.433 


13,013 


3.578.940 


38.045 


1,468.975 


15.806 














« 


99 


1,98) 


18,433 


1.994.403 


36.764 


• 


24,332 














« 


58 


10,992 


33.455 


5.3^0.888 


42.037 


• 


78,786 












, 


976 


44 


35,381 


18.345 


4.338.084 


26.992 


a 


187,174 














43 


65 


96,900 


43,881 


8,198,331 


09,109 


m 


8,719 














359 


7 


85.872 


19,1lM 


2.726.728 


106.599 


a 


27,825 














M 


93 


103,789 


97,525 


2.977.219 


49,976 


342,484 


11,545 














m 


23 


23.330 


3.851 


098.900 


23.220 


« 


3,402 














4.421 


71 


60,397 


73.013 


8,940,258 


379.360 


7.331 


659,825 














69,800 


5 


80.398 


44.771 


9.170.942 


203.657 


140 


42.531 














2,763 


25 


35.372 


35.127 


7.909.700 


83,083 


• 


6.507 














19,017 


11 


83.374 


10.917 


1.839.982 


19.810 


• 


10, UO 














367 


62 


94.351 


25,710 


3.380,741 


57.900 


« 


8,')07 








• 






1,125 


52 


91,007 


20,352 


3.973.959 


73,733 


* 


34,048 














• 


15 


75,330 


10.914 


1,913,570 


30.905 


873,983 


10,175 














m 


08 


J,353 


• 7.294 


1.097.801 


17,105 


085,004 


8.235 














3,105 


01 


0,023 


13,497 


2.114.108 


88«540 


• 


7,630 














• 


09 


73.945 


29.870 


0.159.495 


48,013 


» 


32,737 














1,783 


14 


23,700 


0,753 


1.455.494 


12,948 


■ 


2,203 














436 


57 


W,598 


48|855 


0,791.723 


00,980 


• 


600.447 














56,233 


8 


37,090 


24,450 


9;743,070 


04.440 


a 


203,217 














• 


39 



Digitized by VjOOQIC 



— 274 — 



Tableau 1. (Suite.) 



iW«W« par ddprnimtèMUi 



«•• #OÉDftl 

d'après 

ritap«i*a«t 


'i 


i! 


1 


• 


7a 


78 


M 


66 


M 


66 


M 


24 


SI 


88 


91 


14 


7« 


67 


»9 


66 


M 


11 


M 


47 


19 


87 


»• 


54 


S 


2 


16 


19 


M 


99 


S 


6 


16 


64 


89 


44 


M 


74 


68 


56 


66 


64 


6 


7 


64 


69 


19 


18 


87 


29 


7» 


76 


70 


68 


1 


1 


4 


3 


49 


26 


18 


9 


48 


64 


16 


6 


45 


69 


61 


77 


66 


66 


76 


68 


86 


58 


61 


59 


46 


58 


66 


66 


46 


69 



4 



DÉPARTEMENTS. 



Lot !.. 

LoU«i-Oaro]uia. . i . . 

LoiAré !.. 

Main«4ULoir«...i.. 

If anele » . . 

Marntf »., 

Marné (Hanto-).».. 

MayaAn* » . . 

M«iirtli«.at.M(MelU . . 

Meoaé 

MwIÀaa 

NUvrt 

Nord 

Oise 

Orno 

Pas-44-Gtlais 

Pny-de-DAme 

PjrJAiet (Baaaaa-}.. 
Pyràl^M (Havlof}.. 
PyrMl««ê-0ri«nUl4». . 

Rhin (HaoU) 

Rhôaè 

S«6aé (Ha«to-) 

Sa6a4-«i>Ijoi?« 

Sarth» 

SavoM 

Savoie (Haal*-).... 

Saina 

Saioa-Iafiriaiira . . . . 

Sain»«l-Marna 

Sam#^t-Oisa 

6ATMi (Dau-)...., 

Somma 

Tarn 

TanHat*Garanna . . . . 

Var 

Vaadnsa 

Vandia 

Vianna 

VtenAa (Hanta-).... 

Voagé» 

Yonna 

ToTAtX MT MOTIXtU. 



IlËNSÉi6i9Sàl£lfT§ STATISTIQUES 

tte LIS BOISaOiS. 

( Vvir U$ tspfiéaiiùiu mtuigàhê Ma 264, ) 
Qnotitâs taoyannas par haoïtant 



daa ^antilda 
impoadbs an 1887 



Yina, 
4 



\u i. 

91 
49 
91 
57 
06 
121 
75 
10 
78 
70 
11 
0C2 
01 
41 
07 
07 
68 
70 
55 
71 
84 
131 
71 
69 
26 
58 
48 
186 
22 
97 
147 
42 
13 
65 
61 
80 
044 
47 
57 
63 
61 
01 



69 



Gf- 

dm. 

5 



h. 1. 

* 
u 

O07 
189 
OO2 

» 
67 



066 



15 
79 
01 



66 

■ 
002 

58 
80 
017 
01 
08 



01 



0P5 



0^6 



Al- 

aools, 

6 



1 6 
15 
1 1 
94 
69 
60 
29 
58 
99 
98 
93 
19 
41 
81 
48 
66 
16 
17 
15 
28 
38 
97 
27 
81 
49 
09 
06 
69 
12 9 
58 
62 
22 
99 
18 
18 
92 
21 
15 
22 
19 
42 
1 



99 



Biè- 

ra«. 

7 



h. 1. 



08 
09 
05 
OU 9 99 



091 



éiri^lttp6l aoolUtd an 1887. 
Al- 



Yins 
8 



fr. a. 

90 
160 
86 



65 

6 79 
848 
102 
9 89 
896 
85 
8 42 
74 

8 79 

9 71 
9 59 
8 44 
8 78 
8 12 
161 
8 

7 99 
806 
854 
822 
811 
814 

14 99 

8 24 
4 85 
6 82 
2 05 
128 
144 
175 
8 91 
150 
850 
8 75 
8 99 
819 
8 99 



9 48 



Ci. 

d#as. 

9 



fr. e. 



Ô17 
8 47 
6O6 

« 
191 



8 20 
» 

9 01 
6 96 
172 
602 



109 

• 
608 
099 
148 
684 
6 99 
608 
016 



009 



6 06 



6 96 



fr. a. 

2 61 
2 51 
180 

5 6' 
10 18 

9 97 
469 
9 26 

6 50 
606 

5 47 
9 04 
690 

12 60 

7 51 

10 76 
2 
2 92 
2 44 
4 67 

6 26 
59 

4 26 

6 49 

7 91 
146 
097 

11 14 
2175 

9 22 
10 05 

9 49 
14 91 

2 99 

2 59 

5 58 
9 51 

8 61 
969 
926 

6 72 

9 01 



642 






ft. e. 



07 
099 
21 
003 
009 
62 
67 
07 
8I9I1I 
086 
006 
007 
5 60 
91 



3 46 
10 
09 
08 
006 
059 
64 
OU 
016 
01 
04 
006 



006 86 
15 25 
18 14 
019 17 
019 
19817 



009 
29 

• 
019 
096 
87 
011 



4 
4 
6 
6 

6 
6 
6 

14110 

OU 



fr. 



06610 89 



I 



i9 



fnncaé 

859|697 
491,791 
128,667 

1»791»604 
696,765 

8,466,694 
616|859 
649,648 

1,654,851 
666,954 
459,468 
641,618 

1,849,460 

1«186,696 
857,669 
6io»761 

1,696,664 

1,806,716 
498,689 
699,410 
866.991 

6,194,668 
600,196 

1^96,869 



689,686 
48,691,104 

1.666,1 

1,788,696 

4«8U»599 
786.480 
704,986 
619,646 
670,607 
684,684 
661,7U 

1»086.669 
944^32 

1,987,188 
907.690 
887,654 



198^8861608 



Ci^roa. 
>4 



215 
636 

2 

I 09.708 

! 1.889^09 

25.724 

I 998 

660.197 

1,492 

1«194 

ia77»i3S 

624 

19,890 

i9M69 

«•8.656 

16,764 

758 

3,000 

156 

51 

891 

1.937 

805 

378 

449.953 

1«625 

61.921 

4<oos;mo 

1,467.790 

66«593 

867,893 

M90 

91.745 

66 

95 

57 

81 

1.794 

3,742 

11.682 

896 

82U138 

4 . !■ r 



;1I|M9,668 



1 



Digitized by VjOOQIC 



— 27». — 

I et constatés pendant Tannée 1887. 



? BOISSORS. 


BQISSO.NS. 


DROIT 

de 






ALLU- 




HUILES 

el 


HUILES 




.rt« crolime*). 


H n 


lin». 


Vios 


(CoLi3 
à 17.) 


4o centime* 

par 
elpéditîoDi 


SELS. 


SUCRES. 


METTES. 


PAPIER. 


tuioérslcis. 


non 


16 


»7 


18 


>9 


ao 


SI 


39 


i3 


ai 


^5 


a6 


«■«fti 


franc»» 


francs. 


f>BnM. 


friocs. 


franel. 


f runes. 


rriDcs. 


franc*.. 


TrAuct. 




l«,-254 


B,43I 


995,038 


12,706 


« 


3,344 








1,130 


72 


101,753 


8,915 


1.376,607 


32,411 


- 


11.305 








3,641 


60 
83 
20 
21 
31 
75 
53 
30 
63 
19 


30,790 


2.481 


.'110,686 


2,246 




905 








" 


19,070 


t4,37l 


4,924,45'» 


82.886 


. 


11458 








a 


16.830 
J 54. 545 


21»360 
46,3SB 


6,071,540 
7,197,665 


54.543 
99,067 


" 


10,898 
631,144 








1,055 
19,529 


166,802 


10,100 


1,956,771 


fiO,02È 


« 


49.912 








" 


26,805 


11,985 


4, 183,7 2 !i 


33,320 


.. 


3,295 








2,350 


919,426 


ao.oao 


4,970,880 


4.3,398 


6,276,215 


125,875 








* 


250,115 


14,870 


2,011,806 


27.'jl6 


. 


15.620 








' 


36.565 


26,811 


.'1,628,524 


71,622 


„ 


4,401 








0,807 


27,119 


14.132 


1,040.500 


28,042 


c 


1 5,635 








1,166 


50 
2 

36 

40 
3 

lu 


a9«,74« 


41,039 


22,542,400 


141,688 


48 


9,295,566 








12,564 


12«,685 


31,Û23 
1!,772 


6,558,521 
3,692,071 


45,681 
.36,102 


• 


2,101.508 
i.400 








60 
2,380 


957,458 


S3.619 


12.697,715 


67,812 


. 


2,100,537 








285 


61,166 


30,761» 


2,080„^50 


57,6i2 


„ 


439,405 








3,013 


40.184 


22,560 


2,535,213 


ao,5]9 


240,265 


10,377 








0,238 


29 


6,713 


6,652 


1.085,084 


7,170 


c 


4,089 








11,180 


80 


10,23U 


l'i,3i3 


1,350,530 


48.96t 


>' 


7.339 








10,392 


82 

80 


42,980 


4.241 


836,284 


6,531 


• 


2,665 








" 


262,448 


89,006 


11,586,769 


136,539 


« 


139.276 








• 


6 
64 


32,745 


7,2H6 


1,851,575 


40,478 


481,579 


9,232 








3,052 


97.510 


52,201 


3,878,803 


86.078 


. 


1,103,883 






5.855 


■ 


10 
27 


6,805 


20,993 


4.895,808 


48,732 


• 


1 1 ,208 






■ 


" 


ioa5« 


6,848 


972,.'! 62 


25,827 


- 


2,81 'l 








M 


73 


14,361 


4,499 


SS1.558 


16,727 


,, 


2,433 








3,0/j3 


70 


200.460 


631,492 


77,472.030 


356,370 


5 


42,733,500 


17,010,000 






1,764,02 


1 


127.034 


129,238 


21,438,470 


141,782 




7,785,523 








" 


4 


65,858 


34,620 


*5,18G,S30 


51,084 




7.s9,5G8 








1,838 


40 


82,431 


74,021 


10. 795,465 


9.>,004 




203,968 








16,147 


12 
48 
18 


(48,574 


10,745 


2,000,502 


26,072 


. 


8,270 








1,273 


729,031 


37.424 


9,749,716 


55,232 


10 


3,328,000 








* 


31,155 


8,241 


1,630,533 


23.203 


» 


5,623 








11,108 


45 


63,023 


5,728 


1,051,640 


24,607 




'i,8Gl 








10,233 


81 
06 
76 


1,343 
47,756 


16,708 
7,068 


2,îl2i,808 
1,205.,362 


32,308 
19,528 




8,601 
17,7.15 








11,031 
1,76S 


23,702 


9,807 


2,214,463 


35.427 


" 


3,250 








4,233 


28 


94,963 


17,820 


2,307,315 


33.160 


. 


10,620 








12,820 


51 


40.33S 


18.005 


2,3 '«7,768 


4^1,782 


. 


4,343 








• 


43 


579,685 


12,639 


4,281,288 


31.047 


150 


3 10.182 








6,:»4i 


35 


S9,429 


2l,69'i 


1*981. S!0 


54,'i54 


- 


116,1 82 








" 


46 


,3d9.50r» 

1 


i.M^M^ 


4^,228,263 


'(,700,080 


10,'i05,055 


80,106,057 


n.OlO.OOi 


« 


21,850 


2,200,913 





Digitized by VjOOQIC 



— 276 — 



Tabliad I. (Suite.) 



Relevé, par département, du imiàt 



ce s 9 

I" .S 



42 
17 

sa 

84 
85 

77 
38 
54 
79 
74 
55 
94 
19 
30 
78 
41 
S4 
47 
56 
37 

9 
07 
29 
59 
58 
44 
05 

7 

33 
S3 
71 

5 
25 
11 
02 
52 
15 
08 
01 
Of 
14 
57 

8 
39 



DÉPARTEMENTS. 



AMae..» 

Allier 

Alpw (BasMs-) 

Alp«i (Hautet-) 

Alp«*-Maritla«s 

Ardkhe 

ArdMMt 

Ariige 

AalM 

Aade 

AY«yro» 

BoadiM-da-RbOiM. . . 

GaiTadM... 

GmuI 

Char«Bto 

Charwtt-lAréritvre.. 

Cher 

GorriM 

Cdto^'Or 

GAtM-a».Nord 

CranM ,.. 

Dbrdo^e 

DmW 

DrAn* 

Ean 

Eur»«l-LoiT. ••..... 

Ftnitiin 

Gara 

Garooaa (Haato-).. . . 

G«r* 

Girood*. . . • • 

Hmalt 

Iil»-«i-yiUia« 

ladre 

lBdra-«l>Lotre ....... 

Etire 

Jara 

Laades \ 

Loir-et-Cher 

Loire.... 

Loire (Haate-) 

LairaJaCMeare • • • • • 
Loini 



BOUGIES 
et 

STKAMNB, 



fraaa, 

55,873 

4.418 

0,719 

558 

1,580 

12,052 

9,002 

1,516 

1,974 

0,431 

2,198 

0,039 

,994,580 

11,459 

1,009 

9,709 

0,893 

1.197 

3,155 

371,809 

7.140 

173 

30,804 

7,973 

8,005 

7,139 

928 

77,270 

186.100 

52,949 

037 

122,831 

309.054 

14,230 

2,105 

39,804 

138.124 

02,428 

2.080 

1.700 

2.841 

7,134 

52,801 

. 10,078 



TiHUonst 

•t 

Acim 

AcirioirB, 
3o 



francs. 

13.530 
33,314 
39,783 

1.833 

3.191 

4.972 
13,861 
22,509 

2,447 
17,735 

8,584 

9,022 
46,688 
20,484 

4,511 

28,924 

78,939 

147.110 

2,199 
02,815 

2,253 

3,307 
27,700 
24,224 
27,527 
11.178 
14,149 

7,574 
53.584 
74,149 
21,308 
71,038 
17,432 

0,401 
38,233 
31,009 
37,001 

9,408 
22,267 
28,590 
48,584 

9,879 

0U19 

224,520 



CHEMINS 
de 

WEK. 

( Voyageurs 

et 

mar- 

chandisM.) 



frines, 

1,205 
12.238 
14,022 



442 



12,697 
15,330 



»,139,055 
00,477 




TOITURIS 

paMiques 
de 

terra 
et 
voitures 
d' 

franet. 

18,850 
44,517 
25,884 
12,585 
4.989 
90.920 
22,101 
18.330 
12,633 
17,632 
32,460 
17,198 

908,920 
48,219 
15,817 
20,421 
45,514 
11,955 
12.223 
29,407 
33.580 
8,189 
20,290 
17,360 
30,247 
29,224 
23,022 
42,505 
37,599 
07,504 
17,329 

284,005 
54,303 
59,975 
10,798 
33,990 
67,172 
15.376 
25,694 
18,829 
66,561 
12,082 
00,781 
28,160 



DEVELOPPEMENT 

DO CBAPtTBl Dit »UMTS OITZ» 
( forts ceatimes non compris ), 



fraacs. 



^82,201 
299,009 
118.719 

28.231 

29.903 
131,870 

84,753 
154,037 

43,775 

82,880 
111.048 

89.703 
322,599 
170,835 

66.210 
179,597 
184,554 
101,375 

00,732 
158,400 
128,043 

72,094 
199.914 

93,710 

89,032 
100.113 

91.820 
191,079 
171,337 
180,138 

57,885 
505,405 
250,507 
210,990 

74.182 
169,300 
180,547 

71,340 

75.421 

«6,440 
200,840 

79,877 
208.069 
129,554 



91,009 

172 

85 

• 

449 

0,178 

343 



108,160 

4<H 

1,974 

17,250 

127 

411 

• 

804 

984 

a 

196 

659,782 

173,529 

185 

58 

196 

5,304 

9,164 

« 

22,485 

342 

995 

* 

499 

6,882 



310 

a 

1,330 

8,880 

89 



44,968 

101,518 

71401 

12,004 

19.427 

109.117 

98,910 

78,141 

21,010 

77,587 

95,990 

45,027 

971,885 

198,592 

28,422 

79,592 

92,2r7 

52,824 

28^190 

192,190 

58,999 

25,112 

56.270 

78.508 

64,796 

00.899 

59,779 

117,492 

157.708 

126.205 

28,877 

149,236 

210.437 

98,116 

41,548 

69,191 

104,092 

60,603 

44,300 

59,975 

169,195 

44,090 

108,089 

116,592 



Digitized by VjOOQIC 



— 277 — 



iêPitu et constatés pendant Fànniiè 1887. 










1 




DROITS 

DlflAS. 

(Col. 33 

^37.) 

3S 


TABACS. 

*>9 


POUDRES 

à 

PRO. 

40 


DTSAMITI 

Cl 

niiro- 

gherrtnf. 

i 1 


TOTAL GÉNÉRAL 

DKS ASIIBES 


DIFFÉRENCES 


s? 

"*= S " 

a •-' 
46 




SN PLUS. 

44 


E% MOIJIS. 

45 


HecatUs 

Jivenes. 

37 


.88j. 

RésulUti 
provisoires. 


1886. 

llc^uluU 
définilifs. 

43 


francs. 


fraDM. 


fnnc». 


fnoet. 


franc*. 


franc». 


francs. 


francs. 


frans». 


J 14.317 


328.615 


2,670465. 


75,107 




4,020.875 


4.866451 


54424 


fl 


42 


451.335 


786.004 


4.108,230 


110.515 




10.773,756 


18,148.805 


1,624,051 


• 


17 


76,503 


266,588 


3,035,074 


126,841 




6,258,H3 


64308004 


• 


22.451 


32 


14.27S 


55,113 


1475,075 


58.065 




1.060,700 


2438,855 


• 


78,050 


84 


20,583 


60,418 


865.838 


50,278 




1.S30456 


1,505.134 


• 


64,778 


85 


50,581 


306,752 


3,562,335 


168.466 




6.182,506 


6,158442 


23,654 


a 


77 


48,561 


172.230 


2.441.436 


141,848 




4,562.743 


4,711.628 


- 


148,885 


38 


253,733 


863,102 


2.400,518 


54.176 




7.538407 


7,448.180 


85.627 


• 


54 


26,025 


01,710 


]. 571400 


40455 




2,424,458 


2,532,621 


• 


108,166 


70 


63.521 


223,068 


2.421.488 


51,728 




5.680,368 


54^1.064 


128,304 


a 


74 


105,337 


312.075 


4.020.642 


100476 




6,421,517 


6,741.008 


B 


320,801 


55 


85,147 


210,876 


1.805,067 


172.744 




3,763.762 


3,728,056 


34,706 


1 


34 


441.006 


1,323.978 


12,228,282 


1.166,582 




25,577400 


24452,185 


525,414 


m 


13 


158,212 


474,000 


4.440.858 


137»020 


127,738 


12.377.031 


12«187,460 


180.562 


# 


26 


27,445 


123,151 


1.300.060 


105,028 




2.717.082 


2477,600 


m 


160413 


78 


270.104 


570.100 


2,126.718 


108,831 




4,768.061 


5.000,746 


Ê 


240,785 


41 


371,320 


640.3S0 


3,051,088 


127,337 




6.214,315 


5,056,026 


258430 


m 


24 


133,720 


288,380 


2.804,615 


55,220 




5,667,784 




110.344 


• 


47 


51,800 


140,002 


1.051.246 


91,228 




3,330,603 


3,404.888 


• 


74,285 


56 


170,360 


470.820 


3.835,507 


85,481 




0.10$.184 


0,244,081 


• 


52.707 


37 


53.G14 


240.074 


5.170.014 


60,580 




10.805,742 


104U,584 


251,158 


« 


9 


20,050 


117,265 


1,603,206 


53,807 




3,085.3U 


3410.264 





133,021 


67 


166,800 


533,210 


2.471,733 


201,478 




5.273.800 


5406.382 


9 


122,582 


22 


170,228 


1,002.284 


1.865,326 


50,563 




7.070.148 


7,174,570 


m 


05422 


50 


100,753 


U7,666 


2,047,606 


145,587 




5,612,707 


5,512.527 


10Q.270 


• 


58 


07.221 


264.418 


4.274.434 


]04»336 




10.870416 


0,843.312 


227.004 


m 


44 


61,527 


213.184 


3,057.131 


110,044 




7.061.661 


7,712460 


249.371 


» 


65 


146,436 


455,803 


6.465.008 


110.387 




15406,IU 


15.467.282 


« 


72,168 


7 


267.141 


601,550 


4,840,032 


175.603 




8.763,770 


8,558,243 


205427 


a 


33 


101,725 


531.443 


5,172,577 


72»310 




0459,216 


0.273462 


78.834 


• 


23 


66,158 


106,083 


1.843,482 


55,512 




2.706.210 


2,780.047 


.5,263 





71 


300,273 


1,384467 


8.864,101 


252,814 




26,582,881 


27.481450 


a 


800.160 


5 


387,040 


1,574.248 


6,350,543 


160.353 




11.825,017 


11,228411 


101406 


» 


25 


157,770 


467,280 


5.577430 


133,003 




14,276,186 


lft,718»528 


602400 


• 


11 


20,484 


136,212 


2,082.025 


52,768. 




4,188,060 


4,100,088 


« 


. 10,128 


62 


115.203 


204483 


3,007,201 


85^762 




6.087,002 


^«66.003 


20480 


M 


52 


180.520 


474,504 


5,3514'71 


224480 




10.303,001 


10,888.134 


• 


500.233 


15 


111,722 


282471 


2.200.170 


55,702 


187 


5,428,784 


5.256,100 


172,625 


9. 


68 


60,041 


180.062 


1.696,480 


80.061 




3,814.180 


3.717,184 


06.006 





61 


64.885 


187416 


2.280.720 


50,186 




4,737,000 


4.673,666 


63.334 


. » 


60 


250,180 


674430 


6,045,250 


316 




13.068.800 


12,777.865 


287,044 


« 


14 


51,480 


1474.6O8 


i.740.748 


72,153 




3,480,802 


3,514.468 


a 


24,666 


57 


190.605 


576427 


4,052,887 


250,745 




13,520,043 


12,641.213 


887,830 


a 


8 


213,408 


450.727 


3,560.007 


110.164 




8,424,073 


8472.811 


152,162 


• 


80 



Digitized by VjOOQIC 



— 878-. 



Tablbav L ( Suite et fin.) 



R«l«u4t P^ d^arteitunt, des droit» ^ 



i- 



-Il 

M. H 



72 
«0 
83 
20 
21 
91 
75 
ftS 
SO 
63 
19 
50 

2 
30 
«0 

S 
IG 
29 
80 
82 
86 

6 
64 
10 
27 
13 
70 

l 

4 
49 
12 
48 
18 
45 
81 
66 
76 . 
28 
51 
43 
85 
46 



DKPÀRTEMENT& 



s8 



Lot 

LoUtt^Gavoitm 

Lotèr« < 

Mineh* 

Mani« 

Mara«(EUnt«-).... 

M ayenna. , , 

Me«rtlw^MM«ll». 

Mt«M 

Morbihan ».••.. ... 

mkff 

If ords •••»•••••••< 

(Xat 

Onu , 

Pat^de-Galaia , 

Pny4a-D4me , 

Pyrênâca ( Btaaaa- ). , 
Pyr^néei (HaMaa-)., 
PyT4aé«»Oriaiital«9. . 

Ali{ii(HapU} , 

RMiia 

8aéM (H#ata.)..., 

Satov^tpl^oira 

Bactke , 

Savoie 

Savoie ( Hanta- ). . . . 

Satna 

8«ne*Iofiàiaan . . . , 

8«no^t>lf«ni« 

Saine^uOiM ...<.. 
Sèvraa (OaM-)«*... 

Somma 

Tarn. ...» 

Tarn-at'Gf rnnno. . .- , 

Va* 

Vandnaa.*....^.., 

Wnlia 

Vienne , 

Vianna (faat*.).. 

Voafaa. 

Yonne 

ToTAOZ oililAVI 



BOUGIES 
et 

ara Attira. 



fraaca. 

5.281 

104.122 

1.900 

«S,46I 

26t266 

108,831 

8,920 

8,700 

0,070 

2,00V 

2,004 

40,224 

40,020 

7.000 

1,010,022 

f.lll 

02,011 

000 

« 

117 

780,171 

« 

10,048 

0,818 

1,044 

10,914 

1,002,740 

54,017 

40,100 

70,772 

0,721 

000,427 

»,041 

40,501 

0,116 

11,747 

0,0I« 

n«400 

S,05S 

«,092 

19.001 



8,496,773 



▼MAimia 

et 

A^TIQVS. 

. 3o 



GHEISNS 
<1« 

[Voy8|eun 

•S 

me|w 

eiiandi^M. ) 

3| 



franc*. 
2.739 
2S»000 

4^443 
• «t.20O 

0.891 
' 40,900 

17,714 

: 0,040 

00,^ 

10,410 

0,070 
41,704 
150.940 
iO,075 

0,377 
00.060 
14,900 



0,60t 
1>,04« 
4«,4M 

04.279 
05,094 



a,803,lM 



fran^a. 



^,897 



1.125 



41,002 

♦,756 

61.027 

4|,430 

t.298 

^,901 



91.178 
1,513 



0,810 

1,700 

0»< 
00,404 
14,100 
40,700 

0,008 
12,210 

5,ao 

207,100 09,20f ,056 
00,801 
10,010 
08.010 
07,000 
04.040 
11.710 
0,404 



f.l47 



■ 909 
1.089 



75, 



?!^' 



933 



Toinmit 

pablt^aaa 

de terre 

et 

voitnrea 

dVan. 

3a 



franca. 
12,551 
21,084 
5.454 
44.1 
30,314 
38,087 
19.108 
14,958 
24.lft4 
1Q.970 
39,015 
10.954 

134.850 
34.009 
13.087 
4t,100 
40,201 
69.907 
24,911 
21,017 
5,208 

181,474 
U.202 
21.001 
25010 
10. 
39,109 
1,551,810 

17|,090 
75.5W 

14}.480 
14,807 
3|,8S0 
21,740 
U,t70 
71.619 
31.108 
11." 
11.233 

U, 
1I.M8 

lf480 



4,96^,457 



DÉVEIjOrPEll 
on ÇMÂflTtM »ss 
( forte enatlcmeti m 



Liceaaea. 
33 



frenea. 

59,777 

81,080 

28.051 

174,019 

16Q,4U 

190,fU 

51,911 

122,501 

13!(,] 

84,( 

138,1 

81,510 

1,110,401 

129.577 

108,558 

471,100 

141,408 

12),710 

51.001 

03,001 

25.800 

440.000 

74,585 

171.575 

139,005 

• 44.8OO 

44.500 

631,048 

451,004 

110.957 

221,471 

91.000 

250,240 

8i,400 

5M 

100,000 

55.717 

90.005 

80.145 

110,104 

100,100 

7I.7W 



13,00i.71Ô 



Garantie. 

34 



frênes. 

» 


17,019 



♦M 

51 

80,054 



19.019 

lia 

• 

1,908 
155 

■ 
3,5tt 

30i,{UU 



2,055.719 
S.lSft 

a 

1,104 

•10,( 

5,>41 

fM 

m 

2,W8 
9,710 



4,564,^)2 



Timbrao- 
35 



frnBcs 
22.195 
51. *7 
10,163 
lll.<|5S 
«.Î|D2 

i7o.r?i 

52,173 
49.176 

109,916 
69,991 
82,124 
59,^46 

•07.171 

as,iio 

56,513 
151.125 

90,115 
125,975 

53.024 

44,019 

20,879 

280,756 

69.192 

125,510 

74,094 

35,531 

23.222 

. 902,409 

»24,14S 

108461 

I99,12i 

51,074 

90,022 

ûe,l72 

55,105 

120.510 

49,075 

48.048 

63.554 

73,120 

78,008 

58,412 



8,025.5^^2 



Digitized by VjOOQIC 



— «79 — 



etconiUU4 


spmim 


t^ rofiiufe 


i897. 
























TOTAL i 


GÉNÉRAL 


b:bb 




S >^ 




PfiOlTS 




POUÔRES 


DTIIAinTI 


Bl» i 


iniii 


DIFFÉRENCES 


S « 

il 




Dinu. 


TABACS. 




«i 










Ree«tt«s 


(C6T. 33 
•37.) 




^1». 




1887. 


1886. 


Ml nvê* 


Il MOIM. 












pHtTiMirw. 


dtf>itift. 






37 


38 


38 


4û 


41 


As 


43 


u 


45 


46 


twmm. 


§nmm. 


frMM. 


|JMM«« 


iu^m. 


tnmm. 


&M«». 


Imm«. 


Imm*. 




108.126 


190,095 


1,435.702 


93,847 




2«752,433 


2.801.218 


» 


138,785 


72 


121.181 


270.231 


2,505,788 


96,764 




4,542,501 


4,538,725 


3,776 


1» 


60 


17,472 


56,485 


498.074 


22,060 




1,002.266 


1,059,598 


• 


57,332 


83 


285,2S1 


601,856 


4,880,105 


148,678 




10,835,297 


10,581,921 


284.076 





20 


330.93& 


586,607 


8,T79,638 


126,400 


2,197 


11,602,962 


11,800,810 


792,444 


M 


21 


298.519 


666.513 


4,618,350 


87,068 




13,506,598 


13,248.018 


258,585 


M 


31 


81.491 


192,731 


2.045,139 


51,601 




4,353,010 


4.330,356 


13.654 


• 


75 


19.299 


215,567 


2,820,270 


127,427 




7,420,722 


6,991,989 


428,733 


• 


,53 


309.407 


751.638 


4,052,093 


181.181 




16,485.809 


15,722,201 


763,608 


« 


30 


199.090 


353,681 


2.414.589 


111,635 




5,875,904 


8,768.817 


112,087 


■ 


63 


230,938 


451.809 


4,24(^546 


41.296 




9.486,802 


9,405.872 


80,930 


• 


19 


121.223 


266,181 


2,908,328 


68,861 




5,289,255 


5.127,^35 


160,120 


a 


50 


Î.2M^95 


%714,423 


13,180,466 


119,178 




48,385,408 


49.100,798 


• 


715,390 


9 


358.315 


564,455 


4.421,850 


61.760 




13,861.300 


11,901.130 


2,560.170 


> 


36 


216.347 


381,218 


%,9n%W 


«,747 




7,281,243 


6.050,402 


330,841 


• 


40 


399.463 




^A^QJSS 


4AU4â 




24,267.089 


24.597.135 


« 


330,046 


3 


1».814 


300,292 


8.166,890 


307,680 




8,119.642 


8,222,486 


« 


102.844 


10 


Vh^ 


•46,060 


OjH8i709 


•94,488 


1 ' 


6,235,724 


6.386.716 


# 


150,992 


29 


85.330 


1,282,756 


1,186,680 


04,008 


« 


3,118,085 


3,153.206 


« 


35,121 


80 


67.854 


180,418 


0,616,533 


33,083 


802,890 


5,081.721 


5,029,344 


50,877 


# 


82 


34,462 


•0^079 


880,890 


86,719 




1,800.128 


1,864,793 


• 


58,665 


86 


623.758 


l,750jl07 


9,264,490 


450,986 




24,420,454 


24.453.751 


a 


27,297 


6 


122.717 


267,334 


1.958,548 


• 




4,679,649 


4,587,271 


09,018 


* 


64 


175,223 


479,106 


5,604,064 


199.415 




11,488,871 


12,106,881 


• 


667,064 


10 


88.128 


300,075 


4aOI.68ft 


88,400 


• 


9.^9.148 


9.220,418 


W|727 


f 


27 


il»,8ë8 


|Aa n^A 


l,040tf9M 


104,006 


• 


2,975.055 


2.976,515 


» 


1,460 


73 


107,674 


180,495 


793,074 


30,390 




1,975,306 


1,904,474 


70332 


« 


70 


3,W.851 


9,633.082 


&&,iia,w 


(»0,7W 




281,390,788 


301,723,126 


• 


20,326,338 


1 


^JffA t^M 


^,^M^q 




782, î 23 




43,623.851 


37,596,015 


0,027.836 


g 


4 


242.565 


466.883 


4,821,178 


110,313 




11,059,506 


10,392,043 


667,463 


a 


. 49 


540,145 


963,445 


, 7,384.862 


110.150 


^ 


^9^777,430 


19,852,994 


■ 


75,564 


12 


24,143 


192,224 


9,Sai.622 


oo.a*2 




4,012,W 


4»515,180 


00,247 


• 


48 


295.957 


709,949 


4,092.256 


153,426 




«0,443,395 


^0.2ft5«640 


> 


842,148 


18 


65,041 


208,859 


«.imtAA 


10«.0«T 




4,152.417 


4.115,072 


96.745 


» 


45 


66,284 


156,589 


1,554,590 


35,855 




. ^008.255 


),040,7|i5 


• 


35,530 


*81 


84,474 


. 317,483 


8,090,784 


20i«m 




8^U4^a78 


8,096,941 


37,337 


• 


66 


IVhJBM 


841,060 


: 8,066,046 


88,186 




4,750.493 


4.857,080 


• 


106,587 


^76 


8»,886 


180,027 


9,898,718 


71,184 




4»947,709 


4,999,841 


m 


12,046 


28 


70,766 


223;;06S 


t 2,109,817 


77,021 




4»939.935 


4,722,141 


217,795 


• 


-51 


77,001 


270,298 


2,467,869 


108,217 




5*282.395 


5,625,027 


• 


342,032 


Î43 


127,875 


316,752 


- 3,148,161 


56,341 




8^249,121 


8,323.465 


• 


94.044 


35 


136,902 


27Uia 


3,071^^)4 


59,449 




5,054.288 


5,481.016 


173,272 


a 


. 46 


18,021.976 


146,60^,^1 


^60,195,964 


ii.W,ûW 


083,021 


U048^403.044 


1,055,658,297 


M 


7,195,25a 


DttaiitB« p%rt4e <1« l'»urasfi { tviUi ^n pour 1887 ] 

ToT^L «iasKAL df s pmMI* de rexcnic* ^. ... 


16^763.508 


20.724.984 


M 


3.001,470 


\ 


1.06^226,082 


1,026.883.281 


« 


ii.iaa.099 




















^p^S 



Digitized by VjOOQIC 



Tableau H. 



280 — 

Prodttitt du oontribtitions inêirecies 



DÉSIGNATION DBS OBJETS IMPOSÉS 



Fit WiTVU M fàMM, 



VINS EN CERCLES ET EN BOUTEILLES. 

i'*ohsfe à 

3*cUMeà.. 

3* dMMi 



Droit 
de ciicttlaticMi( 



Total. 



Droit de déUil 



peffQ À rcnlèvencnt • • • 

oonttâté dicx les marchaiidi 
ea gros. 



f eoiiiUtë I 



e&erciocs. . . . 
aboonemeuU. 



Total. 



Taxe 



Parti. 
Lyoa. 



Droit d'enflée 

Droit de taxe unique 

TOIA& ém qMBtiU», mm é U m âàUm éè mHm wuriiM 
%mx dniU 4*mlr^ al de tue nniqve déii eompriiee 
dans iee ««tm droit» , «i produit total de l'Iapdi. 

aDRES, POIRÉS ET HYDROMELS. 
Droit de drcolation 



12.50 0/D 
det Tdann. 
eontUtécliexleimaichaiids(lS*50 0/0 



perfti à renlèrement.. 



QUOTITE 




i'heclol. 



IfOO- 

1 60 

2 00 



13. M 0/0 
dee Tdevt. 
12.50 0/0 
dee Talnri. 
IS. 125 0/0 
des valenn. 



8' 25» 
7 02 AT 
7 77 NT 
Difen. 
Divers. 



0'80« 



ettgtM... 



abonnemefttii 



Droit de détail.. J 



I»» 

TotiL*..* 

PaH»« 

Lyon. ...4 i 

Droit d'entrée. ..i. •». t. ••••«••.*i.. .••«•• 
Droit de taxe unique. . i « 

Total dea quantités tons déduction, etc. 



dee v«le«n. 

12. 125 0/0 

tdes 



Taxe 



4' 50* 
2 45 NT 
2 05 AT 
Diven* 
DiTtn. 



NOMBRE D'UNITES 
mroeiBs. 



liectoL 



5,007.105 

10,060.100 

800,510 



17,073,811 



15.538 

30,375 

2,455,275 

1,350,027 



3,858,115 



6,208,801 
615,131 



2,212,69« 



0,542,003 



26,005.787 



2,540.628 



188 

3,848 

2,704.419 

Ot^îMt 



2,82»,784 



176,010 
439 



1,026,468 
l,503,675f 



5,867,583 



hectol. 



5,065,557 

10,707.830 

775,011 



17.208,404 



14,820 

36,687 

2.578,163 

1,431.856 



4,061,532 



4,340,104 

35,751 

593,150 



2,135,407 



6,415,367 



20,688,180 



3,125,243 



217 

5,102 

3419»590 

67,186 



3,291.144 



306,121 
37 
150 



1,187,537 



1.759,è08 



0,943.221 



DIFFÉRENCES 



■R PLUS. 

5 



liectoL 



31,499 



713 



21,972 


• 


77.287 


• 


126,690 


• 


• 


517,443 


• 


578,615 



Digitized by VjOOQIC 



— 281 — 



pendant les années 1887 et 1886. 



DROITS RÉSULTANT 
d« 

LA HVLTiniClTIOll 

d«» qsaatitc» par 1m taau. 



▲■sis 1887. 

RuvlUto 

prourÎMirH 

7 



5,607.195 

15,000,150 

1.515.010 



23,310.574 



U0.030 

340.850 

23,701.305 

12,772,642 



36,076,800 



35.465,108 



4.770,568 



1.577.67i4 



S0.*iSS,084 



132.225.606 



2,0r,505 



505 

13,165 

7,154.150 

166,740 



7.514.578 



706,005 

m 

1.163 



471,30& 



5,04U.524 



15.660,866 
BULL. DB 



ATOMM 1886. 

R^oltal» 

aifinitift. 

8 



5,665,(57 

16.151,754 

1,550,023 



25,567,554 



130,126 

537.812 

24,500,420 

15.410,651 



58,286»080 



35,806,603 

250,872 

4,6084»4l 

--056523 



20,550,007 



133,216,350 



2,500,104 



640 

10,473 

7,250,827 

178,602 



7.440,042 



1,377.541 

01 

1,066 



545.025 



5,602.037 



15,471 .8U 
8TAT. 



DIFFÉREIIGBS 



m ri.vt. 
9 



franc». 



63,007 



7.803 
0,024 



170.627 



41,551 



865,087 



Bl MOIM. 
10 



firasM. 



58,562 
161.505 



156.060 



608,027 
657.080 



1.510,160 



341,405 
250,072 



002.651 



462.801 



185 

6,508 

110.168 

11,853 



154,464 



581,440 

01 

823 



74.718 



552.513 



1,851,045 



nus Bl TOVTB tOMTI. 



lî 



l»»7 



i8«s... 

iMI... 



4««aaaTânea, 



5. { 



As an »T AVI 01. 



•t 

iM5. f OwMvvioa. 



aie^tns 



3«,S8C,S&S 

S6.«i9,lSl 
S4,780,7>6 
tS.MC.lSl 
M,Ma,MB 
>4.»M,M4 



7St,M i 



WFOatA' 

Tioa. 



7.SS7,lt$ 
S.98d,d8« 
S.lSf.fSS 

S.1S1.»7« 
lMl«,«fB 
ll,177.Ut 



i.sM.ssa 



Bl»OBVÀ< 

TIOB. 



s,éi«,aiB 

S.OBS,S»0 

«,47»,sce 

SC04.M1 
9,T0f;»S 
t,40t,ll» 



lAn^tM 



S,S1S,919 



■OTBB »l LA VUn IR BETAIL. 



Amias. ««Aanvii. VAUvaa. 



iM4.< 

iM7> 



S,S37,3«1 
1,771,M1 
t,7Bt,lM 
S,7tS.7M 

1,S7B.S0« 
S,4SS.t7K 



tl«,437,8»0 
SI 1,784^30 

tot.ftonoi 

tM,Mt.«I I 
Sll.Mt,7SB 
lf».47S,3l8 



U, «. 
7C 38 

77 79 

78 17 
78 87 
78 84 

7» 81 



QttOBtATioii Bl mnta ibcb rr faikicatioii bi ?» 
ATtc ess raoBBiTs. 



iMS..., 
«•M... 



i887.. 



IHaoBTATIOa 



Bawia* MM. FigaM «4ekra 



•8430,894 
M.4SS,48S 



98,4i8,3B« 



UlOfT. 

18,178,838 
18,1M,7B9 

18,M7,S8B 



^oABTiTii ai Tia fAaaioais 
RgaMaMiM. 



bMt. 
«,t7«,B0« 

t,8io,in 



t,888.88« 



tl,487 
«,778 



98,800 



«IBBBB, BOnit BT aVBBOOlBM. 



iMt 



|M8. ( 



a8S» .. 
1883.. < 

1384... 



AtaBBBTAViça. 
DiKiiatioa.., 

AvamatiTioa 
Dnumioa • • • 



kMtol. 

8,918,8 11 

43,4B9.a08 

11.987,177 
19,088,313 

8,S00.7SI 
13.438,087 



B4tt,909 



11,884,888 



maoïfA» 

TIOB» 



18.134 
18,648 
10.838 
17,704 
I0.9S8 
13.708 



1,388 



PRIX MOTBIf BB LA VBRTB SB sifAIL. 



amAbB. 



i88«... 
1383... 



|8I3; 

i38«. 



V«ctel. 
S,00S,018 
9,741,011 
S.190.S3S 
• 8.001,14N 
^117.880 
a.984,419 



80,738,878 
83,114,980 
87,080.189 
88,831.011 
••,9BT,713 
33.f93.àli 



ir. «. 
19 43 
19 0» 

17 88 

18 39 
11 80 
11 18 



19 



Digitized by VjOOQIC 



Tablbad II. (Suite.) 



— 282 — 





O0OT1- 

émUMM 

(Dé- 
cimM 


NOMBRE D'UNITÉS 
luroii ES. 


DIFFÉRENCES 


DBOITS RESCLT 

SI UA. MVLJlPLltà.l 

Im ^%«tf lis p»r U* 


des 


ÀnnM 1887. 


ÂAD«ei886. 






innée 1887 


. Aan^f 


OBJBTS IMPOSE! PAR HATUBB Dl TkJM. 


eon- 


RMnIUU 


Bésultals 


IB PLOS. 


IX aDHs. 


Résulta (s 


FW« 




prrt.) 


proTUoire». 


a^finitirs. 






pnmaoïrM. 


d«Sz 


l 


1 


3 


4 


5 


< 


7 


i 


EAOX-DS-VIB, ABSINTaBS, LIOUIVA»* 


l'keeiol. 


heelol. 


hsetol. 


keetol. 


battol. 


fruM». 


bm 


















à renlèvemeat , à Tarrivée , à i'en- 
















tréede» vil" rëdim*", nMwquanU 






. 










ehei tes marchands ea gros... 


1»0»25* 


1,050.047 


•1,008,300 


46,738 


• 


UM«».«44| IM.T41 


Droit général de toMbininalion 






• 










constaté nfef exerefces • 


161 57 


276,283 
. 141,312 


273.581 
■ 142,908 


2,702 

• 




41,876,214 

26.319,360 


41 U^ 


Total dei qnantitds d*alcool par. 
Droft d^enlrée 


186 25 
Divers. 


1^686 


26,'*:.i 


1.467,642 


^,419,888 


47,754 


- 


232,265,418 
10.21 4,T74 


2iiM' 


498.ilï 


■ ' i^l.327 


. 27,387 


r 


o.ofc- 


Produit total de TimpAt sur le» 
sfifaitaenx 






t 
• •» 






242,480,102 


iSj.i.'l 


SURTAXE SUR LBS TINS ALCOOLISA. 




litres. 


litns. 


iitre». 


UU... 








AI2ê0 


578,860 


571,48S 


7,372 


■ 


1,808,9351 IJIj, 


Double droiid*«ntrJe. ••.... 

alooolkés.. 


372 «G 


139,672 


141,321 


a 


1.649 


520,279 


:>X 


OiTtn. 


328,473 


318,870 


9.603 


■ a 


143.413 


i"% 






. . V • . • 






2,472,627 


iXA 


BI^BS. 




bectol. 


h«e(ol. 


-CâT- 








Bière forte à 


3'75« 


4,806,753 

3.417,482 

0.412 


4.687.402 

3.282 600 

8,858 


119,351 


, 


18,025,934 

4.271.853 

12,323 


17,5~. 
4,1 W- 

IL'' 


Petite bièro à. v.«% .» %% ». 


125 
DÎTtn. 


134,882 
554 




Bicics fabriquées dans les bospiees. 
P^oADÎT xoTAkderimpôta^lnbiicf . 
Produit des forU centimes 


Ê 


. 8.233,647 


b,978 800 


'254,787 


' 


22,309,é00 
72,468 


21,GV..I 




..l........ 






^1- 


Produit TOTAL de i'impitdes bois" 










....*... 




407,4iM 














OnAi de 4o centimes pai^xpëditîoD. 

SBL9 (A). 

Sel fotsne, sel Fabriqua, sels pro- 
venant des fabriques de salpêtre 
etdepro^mtschaniém. 

Sels frauçaisÀ desUnaiio{i du pays de 


û'40' 


11,915,200 


11,051,329 


• 


3«,îa5 


"l.TW.MO 


ir^: 














100 ktl. 


kiiog. 


. ^iiog- 


kUog. 


i*«- 






10<00« 


103,735,687 


^8.401,301 


15<3S2,326 


II 


M.973.969 


8,s«*.r 














..\ 


Gex et de lliaooe de la^'^^voie . 

8UCm»fA)w 


200 


1,629,270 


1,248.051 


^81,228 


■ 


32 68^ 


109,902,'900 


*,649,412 


15,713,554 


• 


10,405.055 


^,Vv,!^ 














8««r.«.é...|»î 


50^« 


45.414,577 


1^.166,601 


Ê 


114.711 0X4 


22.707.289 


S0.t>..5j 


60 00 


66.085.235 


• 


66,085,235 


« 


•^.^151,141 


«1 








' 








1 


et VBffinés. nation de la Corse 


25 00 


385,226 


420.560 


« 


31343 


06,807 


lOS.i 


Sucre candi.... ji^f 


53 50 


351,410 


616,603 


« 


265. WS 


188,004 


S^',^ 


64 20 


253,056 


■9 


2M,066 


* 


l«8,46i 


» 


Mââsses okitrcs que ^ , ,^ 
pour la distiâa. ^ ^,^/° iî 

rH*esse sacdtt- 1*» ^ ^ 


15 00 


2.180 


10,012 


■ 


8^732 


327 


1,». 


18 00 


9.539 


• 


3.590 


» 


637 


• 
















rine absolue p» o/o 


32 00 


« 


« 


• 


■ 


■ 




Sucres bruts ou ra£Bnés d.toute 1 
















ariglau«iBployé« au sumge ^T 
des vins, ddresetpoirés..?.. NT 


âooo 

24 00 


128,731 
10,600.656 


n,217,557 


19/J00,656 


17,08B,8M 

• 


25.746 
4.725,757 


3.M-.:i 




30 00 


166,122 


1.172,237 


• 


1.009.515 


60,017 


55U 


en sucres déclarés p'ie sucrage NT 
Surtaxe tcmp. (Loi du 47 mai 1887) 
Sucres Ubér6s du droit de 5o francs. 
Total ( non eomp. Icssocrss tarUiis) . 

J8hDpie(b«!t..|âï 
61acaws...< lÀi 


96 00 


1,130,048 


• 


1,130,048 


• 


410.981 


1 


Dîver.. 


50.833,720 


« 


50,853.720 


• 


4,450,031 




10«00« 
lO'OO' 


40,412,752 


• 


49,412,752 


• 


4,941.276 




181,727,562 


n8.4î2,î4î 


3,295.120 


* 


77.410.274 


M.3l:-.5ï 


0.702,262 


36.0M.1S4 


■ 


IS,lM,tM 


070.226 


- 2... - i 


12 00 


14,803.603 


• 


U»803,603 


* 


1.776,432 


' 


20 00 


1,226 


0,240 


a 


8,014 


245 


I.'. 


( Double droit... ji^T 
Total 


24 00 


2.080 


■ 


2,989 


• 


117 


'-J,«^-^ 


24,600,080 


26,018,304 


» 


1,411.314 


à.%6.620 
63 


Forts centiBMB... 


.*.«•.• 


ToTALoànijuLderiinpôtBMesfocrei; 










. . . ^, . _ -i 


80,166,057 


iMÎ'f *'* 








Digitized 


by Go 


ogle 





— 283 — 



DIFFÉRENCES 



m PLUS. 
9 



francs. 

7«3(tt,Sll 

409,&47 



7,908,S(Kt 
527,909 



7,9a6>2il 



4,7« 



21,657 



447,565 

168,505 

6&1 



616,809 



5, ;59,847 



1,533.231 

7,695 



1^40,856 



39,651,141 

m 

102,451 
037 

4,725,757 

410,381 

4,450,931 
4.941,276 



1,776,432 

717 

153,857 
52 



linncs. 



3H.( 



056 



145 



10«263 



14,532 



57,376.012 



8,835 
141,870 



1,809 



3,417,765 



301,6, 



*54 



6*904,870 



l,621,u8i/ 
1.603 



6,750,961 



\ 

— I 



iMt...;. 

»M3 

•» f 



iSSS. 
iSS6. 

1M7. 



butai. 

1,7«C,S0« 

9.011,019 



1,S0M14 
t,04»,lSO 
t,0dB,63S 



ALCOOL» KT LIQOBVU. 

Exporta tion. 



9S«,U1 
107*C0t 



196,017 
«IftiOftO 

111,300 



1«0,4S1 
1M,«04 



10S,473 
180,811 

^85.056 



lapertatioB.. 



ANNEES 



i88». 



414,70s I 
10,170 ' 



. i883. 

il I I 



413,837 ' 
1B,7S1 



1884. 



381,351 
9t,M4 



l885. 



333,418 



|88«. 



111,003 

Sl.llf 



1S87. 



MO.ll? 

4ft«f90 



(a] Les produits ci-contr«^ relatifs a«x lob et aux svcros , ne eomprennent q«« les reco«vre< 
««Bis ppM» par ie Service des coatribnlioBs indifoeies. Po«f «kUair les roO«lUltt complets 
afféreots à ces deux taxes, \\ convient d'y ajoatar 1m prodnits rooonvrés par W 
des donaats, eomne l'indigent les tableanx sniTtoU ; 

•ILS. 



aits&TATi 

PfOTÏMirM de r887 . 
Délailil* é» lUO. 



AeonxiTATU 
Ps^uMrios. 




13,713,014 



0,003,054 



Offutri^» 

tions 
indirectes. 



10,400,000 



1,040,88s 



Doaanes. 



fffUM. 

11.080,000 
13,007,000 



u%n^m 



31.391,060 
31,871.099 



•U<illS IIDIoftlin, COLONIAUX IT iriAvaiMo. 



"TWWtti i8K7. 
(ilé«»)laU 



s" putU.. 



Total... 

A!<«1b 18OI. 

{ IU««lUU 

iMaflif.. ) 



Total .... 



ÀSCXKITATloa... 

DiniKOTios 



<tbatnbo« 

lions 
indirectes. 



QUAiTirif. 



Donaaes. 



kQég. 
9,011, 6(f 



190,739,09 



178,431.14» 
1 8.087.701 



3.381.000 



kilog. 
97,941,916 
3.000,000 



10t,9kl,98« 



16,100,000 



91,161,000 



14,079,900 



kilog. 

179,669.340 

17,011.001 



100.601,009 



5,101,000 10.849.7M 



180,381,010 



1,198,983 



Contribu- 
tions 
iiidiroetes. 



fimnc». 

77,410,174 

4,U4.0IO 



31,854,903 



U4vOM,lH M.91ft,1l4' 40,OkV.U0O 



7«44S.0M 



91,158,076 



D01 



■M 



fr«nc«. 
34.703,000 



38,101,000 



ZJI7«,A00 



4.334,000 



IZKIIM, 

111,101,174 
7,944.619 



110,140,003 



Ilt,S0S,l44 
10.410, IM 



14,637,173 



19. 



Digitized by VjOOQIC 



Tabu&o II. (Suite.) 



— 284 — 



DÉSIGNATION DES OfiJETS IMPOSÉS 



f AM lATVmi »B TAXI. 



ALLUMETTES CHIIIIQIW» . 



■ «••.'•< I 



Droit 
deiUbncfttîoa 



ptr 



et par 



PAPIERS. 
i" oatëgorie à . 
a*cat^goiieà. . 
3«cat^rbà.. 



Total des qnaiitttët. 
PiODOiT des forts 

rOOWOI" VOVkIi vO aMHBOV SHraOS* ■NRMSVS't 

HUILES ET ESSENCES MINÉRALES, 
à 700 degr^ de densité et «a- 



flttUcs raffinées 

Haîles raffinées passibles de la la\c de 
Hviles brutes pues à 800 degrés.. . . . 

Essences à 700 d^rés 

Forts centimes , 



pRonnir total deFimpôl sur les Luilr 
nûnërales 



HUILES VÉGÉTALES ET AUTRES. 



Bonsies 



STÉARINE ET BOUGIES 

ordinaires et produits assimilés. . 

d'église, cierges et manquants. . . 
Matières premières frappées dn simple droit. 
Matières premières frappées da quadruple droit 

ForU 



QUOTITÉ 

dM 
TASSS. 

( Dscimefl 



1m sookil. 



16' eo* 

II kk 

10 kO 

b 90 



34 50 
10 00 
S3 00 
32 00 



Divers. 



30' CO» 

30 00 

30 00 

120 00 



PRODtiT TOTAL df limpôt sur la stéarine. 1 28.1 88,088 



NOMBRE D'OMITÉS 
tarosias. 



Axiii 1887. 

lU^taU 
provûoivM. 



kilog. 



99,348 



09,348 



18,61-2,283 



26,209,055 

1,978,611 

35 

387 



ASsAi i88l. 
Bétaluto 

4 



kilog. 



1,944,682 

766,001 

50,518,945 

135,093;,193 



816,339,821 



11 
iê 
165,899 



165,910 



21,474,798 



26,847,334 
2,203,609 

3.085 
207 



29,054,235 



DIFFÉRENCES 



ai FUIS. 
6 



kUog. 



180 



Il noms. 
6 



kiiof. 



1,944,682 

766,001 

30,518.945 

195,093,198 



168,322,821 



11 
n 

66.551 



66,562 



2,862,515 



«38,279 
224.998 

3,050 



865,147 



Digitized by VjOOQIC 



285 — 



DROITS RÉSULTANT 
qaaaliUt par Im taxM. 

AHVés lldj. I AMII l88C. 

RMÛu 
difiniUf*. 



pr»viM>ifea. 
7 



Ictacs. 



17.010,000 



31,856 



31,850 



3,300,913 



7,8«2,71« 

593,583 

10 

4A4 



8.456.773 



Irancf. 



17,010,000 



303.370 

87,630 

3,173,970 

7,034,816 



10,539.816 

357 



10.590.173 



36,4!)8 



36.501 



2,555,107 



8.054,300 

661,083 

935 

187 



8,716^395 



DIFFÉRENCES 



fi«ne9. 



303,370 

87,630 

3,173,970 

7,024,846 



377 



Kl NOMS. 

10 



/»•»«•. 



10,589 816 
357 



10.590.173 



3 
14,643 



14,645 



354.194 



191,484 

67,700 

915 



359,633 



OBSERYATIOIfS. 



AHxil». 



i884... 
ft88&... 
i888... 



«h 
fabricants 
•stfcé*. 



520 
517 
515 



fabricaaU 
àbùikié», • 



9 
10 
9 



db nnrebuids 

ei>gro» 
•atrepoutairea. 



195 
188 

187 



Aiiéi». 



i884...: 
i885.... 
i886...; 



■OU.BS 

Nombre 
de fabrieanto. 



11 
11 
11 



I AOTUs on mwàÊJoMê. 



Nombre 
de fabricant». 



65 

61. 

34 



Nombre 
d'eatreporitaire 



982 
730 
851 



•TiAURI ET BOVOIBI. 



Aiiést. 



i885.... 
i886.... 



ROHMI ai FABaiCAITS 



epéeieni 

d*aeid« 

stéerique. 



faeide 

atéeriqae. 

de bongiee, 

ciefgas, ete« 



965 

074 



de 

marchanda 

entrepoeitairee. 



54 
46 



Digitized by VjOOQIC 



Tableau U. (Snite.) 



~ 286 — 



DÉSIGNATION DES OBJETS IMPOSÉS 



PAM RATm Dl TAU. 



VINAIGRES ET ACIDES ACÉTIQUES. 



Acide acétique 

contenu 

dam 

lea 

de 



8 degrés et aa-deuoiifl. . . 

9 à 1 3 degrés 

i3à iSdeg^^^. 

17 à 3o degrés 

3i à4o degrëa. .,.,•... 
SimiBlilVd6^<T tRJpvr.' .' 

Aâde eoétiqae cristaDiaé on à TéUt t^e. . 

Pbodoit total de Hnipôt sorlea vinaigres. 

- CHBMil t S PB Wlt. 

i Taxe eacieiine 

(*'TCce addilîonndle 

. Total 

Maicfaaodiiea i T"^ ancieane 

(grande Titeâaej.| Tajte additionnelle 

Total 



Voyagenn.. 



Ohenrfiiy d e fa aiaiiuiléi an wi f îwj dVwmuiuih ' 



PaoDDiT TOTAL de nmpôt sur les chemins 



' VOnORES PUBLIQUES. 

(TOITVRIS DI TBA&a et SÀTBAUZ X TAPEDR.) 

C "l'axe ahcienne. . 



Scmnce 
régulier. 



Total 
Marchan- i taxe ancienne. 



QUOTITÉ 

TAXIS. 

(DéeimM 



l'heetol. 

5'00- 

" 7 50 

10 00 

18 75 

35 00 

les&ookiL 

62 96 



13 p. 0/0 
10 p. 0/0 



13 p. 0/0 
10' p. 0/0 



-fiNltfiM» 



12 oa 22.50 
p. 0/0 

des roccttos 
nettes 



®^- f Taxe addition"^ 



1 selon ^e 

/ léi prix de 
ienne. . \ transport 



Total 

d'ocoasîoQ. 



En service ^ , 

accidentel ou extraordinaire. 
EstampBles et forts oentimes 

Pbodoit TOTAL de rimpôt sur les voitnres 
pu]jii({ttes 



NOMBBE inmixÉs 



ARiia 18874 

RMuu 
proriaoirM. 



Iioctol. 

5^11,595 

13,058 

k 

912 

I,59ft 

373 
kltag. 
9,3U 



iurérieurs 

o« non 

à 50 eent.v 



Divers. 
Divers. 



Assis 1884. 

RMÛts} 
définitifs., 



552,00^ 
13,67T 

60f 
1.63^ 

171 

5.851 



DIFFÉRENCES 



PLVS. 

5 



liselol. 



30(1 

II 

94 
tltog. 
3,4i58 



hsetol. 

11309 

619 

33 

ff 

kO 

u 
tilof. 



Digitized by VjOOQIC 



287 — 



DROITS RÉSULTANT 

I.A VULTIPUCATIOIC 

des quantité par 1m Uxm. 



AVVél 1887. 

Rwduu 

provisoins. 

7 



franca. 

2.707,977 
97.935 

17.108 
39,8^ 
IM^O 

9.831 
73 



3,883,145 



34,713.974 
27*939J^3 



62,653.427 



7,23§,d86 

5,775,978 



13,011.364 



95.132 



75,759,9^3 



159|14» 
27,903 



187,049 



3,016 
340 



3,356 



4.608,931 



140.111 
24,01jD 



4,963,457 



Ainréi 1S8I. 

RÀaluU 
dafiBitifs* 

8 



francs. 

2,764,523 

102,574 

273 

11,405 

40,858 

9,379 

3,660 
59 



2,932,731 



DIFFÉRENCES 



iv rvBê. 



franc*. 



5.708 

II 
4.970 

2tl01 
14 



36,716.019 
2â»98Û»466 



62.696,485 



7,149,179 
5.683.513 



12,832,692 



84,990 



75,614,167 



-490,98^ 
19.702 



210.688 



2,683 
156 



2,839 



4,549,500 



136,528 
23,903 



4,923,458 



U9âaL9&7 



86,207 

92.405 



178.672 



10.14^ 



145,756 



8.201 



i« mom. 



francs. 

56,546 

4,639 

233 

// 

1,016 



mm 



OBSERVATIONS. 



49.586 



2.002,045 



43.058 



31,840 



n 


23,639 


333 
184 


II 


. 517 


.. a 


59.431 


n 


3,583 
107 


II 
// 


39.999 


// 



TIVAIOUt BT ACIDIt ACtTKHniS. 



AIIM«. 



188&. 

i«86. 
188S. 



de 

fabricants 

d'acide 

ao^tiqna. 



18 
18 
21 



de 
fabricants 

de 
vinaigre. 



602 
474 
393 



de 

nardunds 

en gros. 



2.261 
2,369 
S«46fi 



de 

Pf^para- 

tears 

de conserves 



114 
107 
166 



CaiMIHS Dl F». 

Le tablean ci-contre , relatif k l'impM sar les chemins de fer 
nrisento seulentent les piodalu constat^ paffle sewiee de la 
R^gie jasoa'an 3i dieembre 1887 et 1886. Les recettes effectnées 
pendanl rann^ entière n'étant pas encore eoneUt^ i eetU 
date par lee compagnies . l'innAt ^i iear est aCMrent ni^ pent 
être raltaclié aux produits de 1 exercice auquel il appartient que 
par des conatatations postérieures an 1*' janvier. Pour l'exercice 
1886, ces eonstatatione . poet^rieures aa 1*' janvier 1887, sont 
exactement connues. Pour Teiereiee 1887 , ce n*est que par éva- 
luation qu'elles ont pu être prévues dans l'état ci-deasons : 



^^ncicB 1887. 
Maluu pwvi»'" 



1** partie 

9* partie. /Évalaa- 
tions.) 



TOTAOX. 



Euicict 1886. 
Résidtats définitifs: 

1** partie 

a* partie 

ToTAtx 

AVOMIHVATIOH. 

DiMimmoi... 



TOTAGIVKS 



france. 

62.748.550 

9.720,926 



72^468,885 



62.781,475 
0,640.636 



72,422.11 i 



.46,774 



MAR' 
GHAXDISI8. 



francs. 

13.011,364 

1,024,283 



14.055.047 



12.832,602 
2.638,154 



15,470,846 



535.199 



(îMOS. 

75.759.923 
11.644.609 



87,464.532 



75.614,167 
12,278.790 



87,892.057 



488,425 



Digitized by VjOOQIC 



Tableau II. (Suite.) 



— 288 — 



DÉSIGNATION DES OBJETS IMPOSÉS 



riK BATUmi »l TAXI. 



DROITS DIVERS. 

/ Débitants de boissons. . . . 
Marchands en gros de boî»- 

I sons 

Antres aisnjettîs 



Total. 
Bacs, pèche, francs-bords , etc . 



Droit { OuTTiigei d*or. . . . . 
de garantie. ( Ouvrages d^argent. , 
Fotts centimes 



Total,... 
Garantio des nuurqnes de fabrique. 
Droit de dénaturation sur f alcool. . 



Droit de timbre. 



Cartes ( Jenxàportpaitfirançais. 
lianes i Jeux à portrait ëtranffer. 
*J«^- ( Manqu^^nts 



Total . 



Frais de casememeat . 



Produit d'amendes et confiscations. ,,.,,, 
lanaâTS de retard pour crédits de droits. 

Recettes diverses et forts centimes. • 

ToTàL d« flhapîtffe des draîts diven . . 



QUOTITÉ 

dM 
TAXIS. 

( Décimes 
compris. ) 



Divers. 

31' 25* 
Divers. 



37' 50- 
2 00 



Divers. 

llMelof. 

37' 50- 
Divers. 

o'ôas 

875 

1 35 



Diven, 



Divers. 



NOMBRES 

S'UVITlis IMPOSilS. 



Aiiéi 1887. 

RmallsU 
provisoirss. 



Assujettit. 

413,995 

27,114 
26,789 



457,898 



heetofr. 

81,636 
751.416 39 



85.366 



Timkree. 



88,258,320 



Jmx. 
3,558,057 
55,847 



3,613,904 



39,530 



xKvin i88ft. 

R<sqU«U 

déSDitifs. 

i 



Assajettie. 
408,021 

27,029 

26,748 



461,791^ 



bectogr. gr. 

84,003 21 

736,497 32 



bec toi. 

59,196 



Timbres. 



86,629.704 



Jeu. 
3«592,222 
63»489 
3,131 



3,658,842 



Piesés wmhn*. 



35,807 



DIFFÉRENCES 



IX rcus. 
5 



Asswjeltis. 
5,974 

85 

41 



6,100 



beetogr. gr. 
14,919 07 



26,170 



llmbres. 



U628,616 



Jeax. 



Prec4«wvaku3b 



3,723 



bectogr. gr. 
2,966 33 



Timbres. 



Jo«x. 

34,165 
7,642 
3,13i 



44,938 



Digitized by VjOOQIC 



— 289 — 



DROITS RÉSULTANT 
èe 

LA ■VLTin.ICATIOl 

êm qM»tités ptr U» Uxm. 
AHvés iSS6. 



Axaéi 1887. 
RMÎbU 

7 



S,877,580 

3.379.564 
752,706 



13.009,719 



3,ft96.108 



3,061,383 

1.502.833 

36 



ft.56ft.343 



3.301,335 



8,835,833 



3,333.786 
48,866 



3,373,652 



3,183.093 



6,153.871 



435.505 



3.569,074 



46.694,531 



R4ëteltato 

défiaitirs. 

8 



Inaes. 



8,811.458 

3,397,781 
684.275 



13,893,514 



3,754,635 



3,150.495 

1,473.995 

312 



4,633.702 



3,219.946 



8,663.205 



3,345.139 

55.554 

3,914 



3,304,007 



1,535.541 



4,128.475 



516,017 



3,903,977 



43,543,610 



DIFFÉREirCES 



PLUS. 

9 



firtacs. 
66.13) 
68.491 



116,305 



39,838 



981.379 



163.637 



646,552 



2,035,396 



659,097 



4.150,702 



n H0118. 



litaw. 



18.417 



258.527 



89,113 
386 



59,460 



31,353 
6,688 
3,914 



51,955 



90,512 



VOBBM D'AMUJKTTM A LA U€MHCÊ» 







m'' 

m 

M 

■ 
•4 


1 




& 


i884. 


56,418 


i885. 


58,756 


1886. 


57,087 



oéuTARTS 






83.533 

99.732 
43.750 



i884. 
188Ô. 
1886. 



li 



26.107 
36,970 
27,089 



I 

7 



2.723 
3,732 

3.751 






82,315 

84,720 
85.563 



3U,594 
222,134 
222,621 



386,855 
403.342 
408.031 



ni 



2,120 
1.553 
1,845 







ROHBM 


• 

M 
■ 


il 


'i! 


i884. 


1,784 


465 


i885« 


1,770 


456 


188O. 


1,803 


503 



13,087 
18.036 
14,147 






10.765 
24,806 
33,152 



TOTAL. 

(Col. 5 à 9.} 

10 



437.000 
400.483 
461,708 



oAiTis ï jovn. 



20 
SI 
23 



14.528 
14,284 
14,004 



lOMBU S'IVDVSTRIELt M LITltAtT 1 LA PABBIOATIOV 
»n LlQ0l«mS. 



Aniis. 



1880. 
1888. 



PABRICAITS 
OpNBK 

diU. 



107 
850 



« ftOê 

iiqvoristM. 



1,034 

1,878 



nàUTAXTê 

iiqnoristM. 



273 
381 



Digitized by VjOOQIC 



Tableau n. (Suite.) 



— MO — 



DESIGNATION DES ESPÈCES 



DB T41AM. 



PRIX 



dâiiUnU 
ptr. 

kilo|mii»« 



Cipam fkhriqviâ à la BaTine.. 



Cigares dé Manâle* 
Total... 



fr. c. 
UÔ 00 

n 00 

80 00 
08 00 

kk 00 



Cigares labrtqitéB ea FMmee. . 



TazAk.de h note 



Cigarettes iàbiiqaé^ à f étranger. 



/ Façof 



Cigarettes 
fidbriqaëai 

F^tice; 



[ontroises | 



Vîiirî 



tubacsapéiieiir. 
tfdbic «vdioaiit . 



' l tabac sopëneor. 

Êlég|uites..j 

j ( t|Lbac ordinaire . 

Levafat sapMeOr. • ;• . . ^ 

Ordinaires...., ^ 

Capdra) s«pën^r* ......... 

Ciga^.....«. ;.... 

Cap<iral'oiMlini|ire. .... 



'■: 



Medianas, 



fshan tnfêàm 



Damitas. . 
Senoritas . 
Ninitf. .. . 



taba« ordinaire . 



farkt de la vente des teigsrettes^. .\ . . 
Total des ventes (cigares et cigarettes]. 






U6 00 
93 00 
80 00 
68 00 

44 00 
3S 00 
Î2 00 
" U 50 
11 00 

32 00 



44 00 
46 00 
41 50 
37 00 
33 50 
)8 00 
37 00 
32 50 
28 00 
23 25 
23 f5 

22 00 
18 50 
16 50 
13 90 
32 50 
2^-00' 

23 25 
18 50 
92 00 
68 00 
44 00 



QUANTITES VENDUESi 



Axirli TM7. 

R^suluis 
proviioiros. 



f 

556 

2,644 

65 

18 

9.072 



' Vf v93 



65 

6,39& 

35,268 

13.906 

27,453 

139.531 

875,435 

414,306 

.1.961,434 



3,480.428 



458 

869 

1,72e 

478 

23,956 

757 

7,980 

442 

180 

61,488 

262,593 

16,767 

6,908" 

136.361 

237,180 

85^ 

176 

2,121 

26,780 

1.677 

941 

>l^,é41 



799^64 



4,280,092 



AVVÉl i884. 

R^nlUts 
dABnitlfs.' 



I 
kilog« 

31> 

651 

2.735 

5f 



3.877 
'< I 
-?;;65b 



1 

184 

7.471 

35.618 

15.14,1 

36,716 

89,805 

874.0U) 

4W,21Î3 

1.957.03(4 



3.469.848 
■ 



346 
1,006 



2^4,626 

889 

7,9© 



' 56,2(^1 

262,920 

8,3(|9 

— -7-,«ao 

161,5511 
2 

248.800 
01 

If' 
3,657 

23,965 
1,34B 
1,592 

^9,^06 



1- 



a^63& 



4,292,480 



DIFFÉRENCES 



kUog. 



10 



49.726 
1,425 

.4,400 



10,580 



12 



1,726 
478 



27 

442 

180 

5.287 

// 

B.418 



85 

176 

tt 

2,815 



Digitized by VjOOQIC 



3^1 



PH(M)CiT DES viurrE3. 


DlPP*ft»ITOTS 


^ OBSERVATIONS. 




mil 1887. 


inéB i88i 










BÛtats ' 


ab«itou; 


9% MVS. 


11 HOIU. 






proTÎtoirM, 


défiailifs. 










7.-. , 


. 5 ., . 


...... 8 , 


10 


11 




frsttM. 


D^MmJ 


fr«»M. 


frn««. 






38.73» 
64,559 


43.6911 

' 75,528 


• 


4.98Î5 
' 10,969 


, 




243,213 
J.200 


251.638 
4,38li 


Il * 


8.425 






810 


¥ 








1,251 


1,78a 


u 


531 




QVOTiré »AI 


HABITAITT 


135,170 


170.5tt 


■"rr • 


-86,414- 


iRXélft. 


daantUM. 


du 
prodail 




* 


■ 




488,131 


547,6» 


II 


59,479 


" ....... 1 .1 


dM T«»Us. 


40 


4i5 


II 


II 




in^ r. *' 


fr. c. 


5,985 


16.910 


If 


10,925 


l • 






511,820 


597,680 


M 


85.800 


1884. ..,,«,..,.. 


96% 


ip^oo 


2,398»2U 
778,714 


9.422,OU 
847,913 


M 


-- 23,300 
09.199 


1885 


960 


9 94 




1,207.940 


1,615.456 


' tl 


407.615 


i$8^....,;.'...'.v. '...,,.,..; 


947 ! 


9 79 


4,604,525 


2,963,508 


1,640,9J^1 


ir 


1887 (r4s»lt«U provisoires J.... 


. 935. 


9 78 


19,259,460 

6,836,056 


19,228,22P 
7.362,516 




"mjim 


' '" 










21.575.77s 


.21.527.377 


ÏIM98 


'L.. . 


i 

i 




57,666,76ai 


57.129,306 


637.451 


tl 


5.679 


.MS41 


258 


M 


38,234 


4&»274 


w : 


0wO40 


f • 




79,3»? 


- n 


7<>.W} 


... .,^- 






19,854 


il 


19,854 


II 


•. » 




886,354 


911.077 


Il • 


24,723 


\ 




24,593 


28,775 


II 


4,182 






223,448 


222,684 


■ 76« 


II 


' ' ' ' 




16,872 


II 


'■^S 


-- Il — 






5*834 


' »/ '. 


' If' 


... . ' * « ' * ■ 




1,721,656 


l.57S.6î|!f 


•158,029- 


II 






6,105,278 


6,112,885 


" i 


7,607 


' 




389,836 


194,110 
158,408 


W5.724 


II 


. 




151,978 


#» ' 


0.430 






2.532,686 


2,988,144 


II 


465,458 


, t 




it 


^ 


f i 


30 


1 1 


J 


3,206,799 


^>&ââ«I47. 


. ...l.j. 


.16U48. 


. . ■ ^ 




2.769 


"\ 


2.760 


• // 


1 




4,928 


" ! 


4,928 


II 


' ' ' 




49,318 


. 8&,018 


.u 


- 35.700 




.' . 


495,429 


443.351 


52,078 


II 


... j 




99,064 


M4^K6 


• 4* 


24,962 






03,989 


108.236 


/I 


44,267 






463.804 


•541.310 




77.546 






10,667,28* 


17,000,5t4 


- „ 1 


"335.285 






• — • 


-*— - -••- 


! . /' 




74.354.05$ 


74.129.880 


20Ulj 
j 


li 




... . 







Digitized by VjOOQIC 



Tableau II. (Suite.) 



^ 30& ~ 



DÉSIGNATION DE8 ESPÈCES 




Vîâr. 
-i , ' \ Levant s«pènear. 

à fuitter 



Total de la Yente dei tabtcs à iîimer. 
TaUci 



I Râleii 
à mâdier. ( _orclîiiBÎref ; . ; 

Total delà Tente des tabacs à mâcher. 
Gafottea oïdinairea 



/ 



Tabacs 
àprixrédoits 



dans les limites 



Scafedati.. 



Total.. 



\ Total. 

Vbhtis total» dans la limite des i 



/ SoaferiatL. 



Tabacs 
à inrîx rédoits 

livtës 
k la Guerre, 
àU Marine 

et au 
ëtaUissemenU 
hospitaliers. 



Total. 



Pondrai.. 



Total. 



RAles.. 



\ Total 

Total de la vente das tabaosi prix réduits. 
Total aiiiiaAL des ventes au débiUnts. 



PRIX 

BK TIMTB 

aux 

dAiUnU 

par 

kilogramoM 



fr. 6. 



33 50 
18 75 
15 00 
15 00 
11 50 



15 00 
Il 50 



11 50 

7 30 

4 40 

3 60 

1 30 



7 30 
5 30 



5 00 
4 40 
1 50 
1 90 



5 00 
4 40 



3 00 
1 80 



QVàHTniS VENBUES, 



Aviéi 18S7. 

B^altaU 
proviftoirss. 

3 



Ulog. 
4.380,093 



437 

1,891 

6.138,614 



6,140,943 



794 

843 

348,537 

383,151 

14,763,193 



15.394,518 



155,859 
531,716 



687,575 



486,768 



463,437 
1,578,796 
3,857,733 

670,117 



•,569,07S 



383 

4,984 



5.366 



6,^74,33d 



4,109 

53,835 

57,330 

1,684,695 



1,798,859 



3,930 
41.335 



45,155 



33,186 
15,618 



37,804 



1,881,819 



Mi44«,053 



Anii i88l. 

RmvIuu 
défioltift. 



4 


5 


iilf. 
4.393,480 


Ulof. 


448 

1,630 

6,333,070 


II 

361 

$t 


6,334,148 


II 



333,790 

364,193 
14,614,333 



15,313,305 


183,313 


154,775 
534,<k88 


1,084 


689,363 


II 


473,436 


13,343 


467,681 
1,613,865 
3,863,833 

613.368 


Il 1 
If 

56,849 


6,557,647 


11,435 


303 
5,335 




5.537 


H 


6,563,174 


11,164 


3.8)9 

53,853 

66,184 

1,673,519 


270 
II 

11.176 . 


1,796.395 


3,tM 


4,111 
41,918 


II 
II 


46,039 


II 


37.881 
14.144 


II 

1.474 


43,035 


II 


1,884,449 


II 


«5,449,345 


• 4i 



DIFPÉEEEGBS 



794 

843 

14,747 

17,958 

147,871 



Ulog. 
18,S8S 



11 
193.456 



193,206 



3,77« 



1.688 



5,354 

35,069 

5,101 



20 
341 



361 



38 
8,954 



191 
683 



874 



. 5,695 



4331 



3,630 



^,193 



Digitized by VjOOQIC 



— 2«J — 



PRODUIT DBS VENTES. 



ABvia 1887; 






•frajMs. 

71k,139,8jB0 



DIFFERENCES 



9 



10 



BBi 



OBSERVATIONS. 



frtam. 
74,334,053 



fruiw< 

204,17$ 



frM«t. 



6,551 

28,303 

70,594,064 



6,726 

34,453 

72,818,7b8 



3,909 



175 
2,924,734 



70,628,977 



73,849,977 



2,221,000 



18,6^ 

15,814 

3,728,0S8 

5,732,256 

169,765,223 



3,506,868 

5.463,8P9 

168,064,699 



18,645 

15,814 

221,210 

269,357 

1,700,52$ 



179,259,995 



177,084,4146 



2,225,549 



2,337,885 
6,114,736 



2,321,627 
6,146,606 



16,258 



8,452,621 



8,468,233 



5,597,837 



5,444,395 



159,442 



3.329,474 

6,946,703 

10,030.104 

871,152 



3,367,307 

7,101,006 

10,043,365 

797,248 



73,904 



21,177,433 



21,308.926 



2,031 
26,415 



2,174 
27,692 



28,446 



29.866 



21,205,879 



21,338,792 



20,545 

232,429 

85,846 

2,190,103 



19,195 

232,553 

99,276 

2,175,575 



1,350 



14,528 



2,528,923 



2,526,599 



2,324 



19,600 
181,434 



20,555 
184,441 



201,034 



204,996 



44.372 
38.113 



55,762 
25,479 



72,485 



81,241 



3,802,441 



2,812,816 



363,281,803 362,078,539 



31,870 



15,612 



37,833 

154,303 

13,261 



131,493 



143 
1,277 



1,420 



132,913 



124 
13,430 



II 


955 
3,007 


u 


3,962 


II 

2,634 


11,390 
II 


II 


8,756 


II 


10,375 


203,263 


w 



1886. 



d'entrepAls 



•pétitBS 

y . 

conpm 
cenx 
d« 

UCOTM. 



annexa 
\6m 



paritoao 



d« 



aiapics. 



f* fVwwjpa— d^rfmuKl 



SdM 

Nord 

$«iM.I»IM«u«.. 

Giit»d« 

RhAa« 

P«»da-Gahis 

BoiieVtt^^iipRMBe. 
Sû]M-«i-Oîi» 

SOIBIBS 

A1p«vli«Tilîmpt . . 



•MMIM 

àd« 



IraralUlM 







1,196 






1.070 






086 






450 






310 






057 






324 






608 






446 






.774 




2 


166 



103 
175 
257 
321 
103 
186 
141 
337 
203 
153 
100 



2« EMemM* dt la Fraac«. 

56 I 310 I 39.438 1 14,302 



Digitized by VjOOQIC 



Tableau II. (Suite.) 



— 29% — 



l 



DÉSIGNATION DES ESPÈCES 



HRZU.OUIfilJULASX GOI 




C\0te§ MMqvés à H Bvnnt, 



PRIX 

»K TKRTB 

avx 
dibitenU 



l.OOO 00 

750 00 

500 00 

575 00 

912 50 

250 00 

225 00 

200 00 

187 50 

175 00 

150 00 

125 00 

112 50 

100 00 

87 50 

75 00 

02 50 

50 00 

37 50 

25 00 



Total . 



! 
Ci^rei (abrii|uëi en Fraiice . 



150 00 
125 Q^ 
lOp 00 
«7 50 

M &0 

50 do 
•1 n 

2â09 

18 75 



r ToDàL de la vente des c^areft. • 



Cigirettes françaises et ëtrangèret . 



Cigtrettes Kcenig 

Total de la vente des cigarettes 

I Total des ventes (cigares et cigarettes ) . 



125 00 
100 00 
00 00 
80 00 
75 00 
70 00 
05 00 

55 00 
50 00 
45 00 
40 00 
35 00 
32 00 
30 00 
20 00 
25 00 
22 00 
20 00 
18 00 
15 00 
Divers. 



QUANTITÉS VENDU 



9 3 

1 3 

223 ] 
920 i I 

1,308 4 

4M 1 

3,491 

4,950 I 

2,807 I 

2,488 3 ^ 

2,788 à 

524 1 

324 B 

40 1 

52 4 

15 



30,995^ 



127 6 

90 1 

' U4 

3,400 6 

670 

570 5 

433 8 

i^a58 

4,,3«1 4 

m.Q 

77 
688 



4M49« 



U3 

au 
120 0. 

49 3 
307 

21 7, 

38 X 
180 

79 7 

262 l 
137 1 

1,034 7 
622 8 

54 8 
1,204 6 

99 

174 4 

263 2 

570 1 



10,883 9 



43,831 7 



2^7 

0*7 

18 3 

— '^|4 

21012 

941 10 

604» 

^449 (b 

3,560 |6 
5,078 !2 
M94B 
X482(l 
3^24 8 

545 7 

160 

128 

21 

9 



20,790 



81,868 



568] 



90.584 B 



43,453 k 



DIFFÉRE50 



BH PLOS. 


E>, 


6 


' 


. k. h. 




- - ■» 
6 
5 




3 9 




• 


S 


9 




m 
m 





31* 

6 

Ï81 
169 

' 31 
5 



304 4 



8 

^9 



1*962 



.51 



^ 



342 



1,679 4 



17 h 

S 1 
■ 

3 6 
5 



& 4 
89 



7 7 

2 1 

32 3 
M- 4 

3 



M78 5 






1.42S \ 




115 



91 
M 
S6 



5 t 



S 1 
2 \ 



20 3 



121 D 

"iôTï 



Digitized by VjOOQIC 



— 296 — 



" 


PRODUIT DES VERTES. 


DIFFÉRENCES 


, 




AimiB J1S87. 


Aui«t886i 




" 


' OBStRVATlOH8« 




Ré^U 


R^vlUU 


W PUTA*. 


UKPUli. 








définitifs. 










7 


8 


9 


1« 


' 11 




fra0c«. 


frantt. 


fnn«s. 


Iraae*. 


• 




575 


•W5 


H 


50D 







3,300 


2,700 


600 


• 






«27 


525 


402 


• 






8.042 


9,150 


' * 


. 1»M18 






11,697 


9,525 


2.172 


• 






W,1U 


68.500 


-*,W* 


• 






230,008 


235,250 




5,152 


1 




135.885 


136,08(1 


■ 


195 


• 




241,725 


229,960 


11.765 


■ 






V 


450 


M 


450 






86,815 


91.383 


a 


4,518 






023,748 


534,090 


« 


1^342 






619.010 


634,775 


■ 


15,156 






315,893 


280,670 


35,217 


a 






248,834 


248,210 


624 


• 






244.007 


264,670 


• 


'20,663 


, 




39,351 


25,778 


13,573 


a 


! " ' , 




20,288 


. 10,050 


*0,238 


• 






2,033 


6,420 


• 


4.387 


1 ■ » 




1,900 


795 


1.171 


a 






375 


230 


145 


a 


j 




2,804,693 


2,700,042 


U,651 


a 




15,950 


14,863 


1,087 


* 
• 




9,010 


9,320 


a 


310 






12,600 


5,653 


6,947 


a 






180.493 


187,393 


1» 


6,002 






23,163 


23.538 


• 


375 






28,«25 


0,805 


22.020 


• 






16,267 


16,208 


59 


44,Ç38 






89,312 


133,950 


a 


a 






i09.0»5 


69,475 


• À0«660 


« 






5.921 
963 


3.169 
961 


2,752 

• 









18,920 


12,26^ 


6.655 


a 






3.315,152 


3,263.616 


51.506 


• 




1.744 


l,8ii 


m 


68 




81,098 


32,669 


• 


11,562 






11,396 


9,819 


1,579 


a 






3,940 


3,296 


644 


a 






23,022 


24,278 


a 


1,256 






1.519 


1,337 


182 


a 






2,473 


2,444 


29 


• 






10,803 


12,672 





1,869 






3,886 


4,064 


» 


Vtb 






13.105 


14.919 


a 


1.805 






7,970 


7.58t 


388 


• 






41.388 


41,58$ 


* 


200 






21,798 


18,683 


M15 









1.754 


2,013 
36,201 


a 


250 






36,120 


a 


87 






2,590 


2,389 


201 


a 






15,905 


15,853 


52 


a 






3,838 


4,283 


• 


445 






5,263 


4,829 


443 


■ 






1.504 


1,318 


186 


p 






8,550 


3,521 


29 


« 






22-7,502 


832,46f 


a 


• 






<4«M70 


463,609 


' • « 


ie^i4M 




3,782,322 


3,747.258 


85,067 


a 



Digitized by VjOOQIC 



206 — 



DÉSIGNATION DES BSPàCBS 



Report. 



▼BMTB8 DIEIOTBS A» CONSOHHATIQU. (Soïte.) 

Iëtrangen 
r 



PRIX 

DB TMTB 

ptr 
Ulo- 



étrangen 



Tables à fbmer. 



français.. 



R61es menn-filés 

R^es ordinaires •. . . . 

Produit total des renlet directes aox coa- 



Report des ventes au débitants 

ToTàL céiiéBAL des Tentes à rintériear. 

▼BBTBS POOB LB PATS DB GBZ. 

k la Havane.. 



Cigarettes françaises et étrangères. 



' I français.. 
Total des ventes pour le pays de Gex. 

VBNTB8 POUR LA BORB DB LA HAUTE-8AVOIB. 

à la Havane 



Cig««6briquà..j t/liSî;^ 

Cigarettes françaiics et étrangères 

Total des Tentes pour ia lone de la H^*Savoie. 
Total GBsiAAL à reporter 



16 00 
16 00 
13 50 
45 00 
35 00 
32 00 
25 00 
24 00 
20 00 
16 00 
16 00 
12 50 

16 00 
12 50 



Divers. 



Divers. 



QUANTITÉS VENDUES. 



AiiriB 1887. 



S 


4 


k. h. 


", k. h. 


43.M1 7 


43,453 2 



89 3 

12,369 5 

106 6 

107 6 
368 6 
550 5 
717 5 
595 6 
409 

4,230 5 

17 8 

K315 



61,509 
35,446,052 



35,510,561 



942 

57 

161 

2.514 

2,449 



6.123 



4,110 

II 

405 
5,213 

ti 
1,721 



11,449 



35,528,133 



Aiiria 1886. 
RwalUU 



65 3 

15 2 

13,368 7 

121 6 

89 3 

212 4 

430 7 

632 4 

818 8 

401 8 

3,241 5 
2 
1 



61,844 
35,449,345 



35,511,089 



906 

80 

339 

2»616 

II 

3,660 



6,601 



4,034 



5,336 

46 
1,621 



10,937 



35,528.627 



DIFF&AENGES 



k. k. 
1,378 5 



24 



18 h 

56 a 

119 » 

95 1 

u 

7 3 

989 

15 8 

1,314 



2,665 



36 



76 

II 

405 
II 
It 

100 



512 



Digitized by VjOOQIC 



— 397 — 



PRODUIT DES VENTES. 


OIFFiRHMCXS 


0BSERVATI0II8. 


k^nim 1887. 


ahAs 1888. 








aMÏÛu 


IU««âUta 


Il MM. 


U MOI». 




provuoirM. 


définîtifi. 








7 


8 


• 


10 


Il 


fraDcs. 


(noM. 


fnncs. 






3,782,335 


3,747.255 


35.067 


II 




U430 


1.045 


384 


II 




II 


243 


II 


243 




153,368 


167.109 


II 


13.741 




4,799 


5,472 


II 


673 




3,7W 


3.122 


644 


II 




8,594 


6,797 


1,797 


II 




13.764 


10,768 


2,996 


II 




17,WD 


14,938 


2,282 


II 




11,919 


16,376 


II 


4,464 




6,534 


6,430 


114 


II 




II 


it 


II 


II 




53,881 


40,519 


13,3«3 


u 




285 


52 


353 


II 




16,438 


13 


16,435 


II 




4.073.332 


4,020,119 


53,303 


It 


302,281,803 


362,078.535 


303.363 


II 


* 


366.355.134 


366,098.658 


356.466 


II 


it 


II 


II 


II 


10.707 


10,137 


570 


II 




979 


1,333 


M 


354 


' 


1.369 


2,881 


II 


1.512 




18.048 


18.312 


II 


264 




II 


If 


M 


II 




17.143 


18.680 


II 


1.477 




48.246 


51.283 


II 


3.037 


II 


II 


II 


II 


' 4,120 


43.071 


1.049 


II 




II 


II 


II 


II 




3.443 


II 


3,443 


II 




37.688 


38,323 


II 


635 




II 


391 


II 


331 




12,136 


11,3^17 


779 


II 


• 


97.377 


93.132 


4,245 


II 


366,500«747 


366*243^73 


357.674 


n 



BQLI.. DE STAT. 



■JO 



Digitized by VjOOQIC 



TiBLEAU IL (Suite.) 



— 89» 



DÉSIGNATION DES ESPÈCES 



Report. 



▼ERTIS PODA LA COaSB. 

Cigarettes françaûef et ëtnngèret 

T-^-if-»- ifa^;.:::::: 

etnuigen.a. . • . . . 

français 

R6m menn-filës. . 



Tabacs i priser. 



-ordioaires. 



Tabacs à mâcher. . . . 

Carottes* 

Tabacs àpiix réduits 

Total des Tentes pour la Corse 



TIHTBS POOB LA PâlIlCIPAOTi DB MONACO. 

i Havane 



Cigarettes françaises et étrangères 

Trf-c. i famer j t^^y;'- ••- 

Td>»ip«er I fa^;:::;::::;:::: 

Ta-cà»»cher....j îiîll^XS^::::::: 

Carottes 

Tabacs à prix rédoits 

Total des ventes pour la principanté de Monaco. 

VERTES POUR L^EXPOETATION. 

Havane 



Cigarettes françaises et étrangères 



T«^^'— î ê::^- 






Carottes. 

Tabacs à prix réduits 

Total des ventes ponr Texportatioa . . 

Prodoits divers cC £Mrcements 

Total OBviBAL des ventes de tabacs. . 



PRIX • 

BH TBBTB 

(lébiUaU 

par 

kilosnmiae 



Divers. 



IMvers. 



Divers. 



QOAlfnTÉS VEltDOESi 



AKlAs 1887. 

IUsA«ts 

provisoires. 

8 



35,928.183 



380 
3,817 

'29,803 
it 
00 

il 

8 



3&,097 



«^^lÉé 



73 

ft,«30 

1,555 

190 

3,^0 

// 

1,177 

100 

380 

// 

2,D70 



1 4,425 



56 

9,980 

20.394 

25,653 

81,017 

479 

15,787 

109 

2 

22 

7.901 



161,400 



35.788.05» 



AHNKB 18801 

Reluis • 
<]«£nttifs. 

& 



Iiîlog. 
SS«5il8,62t 

É 



391 
3,455 

27,091 
et 

116 
t 

i 



3I,86f 



,771 



1J279 

90 

219 

2,931 



13,94S 



9,75i 

20,080 

21,638 

74,5» 

240 

13,720 

7^ 

18 

2l 

7,68è 



148,230 



35,733,663 



.41^' 



DI^PÉRENGBS 



■hPfevs. 

5 



kilog. 



364 
2.705 



3,228 



42 

ïï 

A94 

790 



10 
70 

35 



477 



336 

314 
4,030 
6.493 

339 

3,067 

33 

* i 
218 



13,161 



15.373 



Digitized by VjOOQIC 



Î99 — 





PRODUIT MS VBIITBS. 


DIFFÉRENCES 






1 




OBSERVATIONS. 




Anvin 1887.' 


mil 1888. 










R^MlUls 


RisulLU 


M nus. 


BN MOIM. 






provisoirM» 


difiniUrc. 










8 


7 


9 


10 


11 




frtnct. 


frtnct. 


francs. 


frnnes. 






366.500,747 


366.243,^73 


257,674 


Il 






ti 


• 


H 


II 




4,537 


4.183 


H 


346 






42.332 


38,703 


3,629 


*i 






II 


* 


/f 


II 






|173,075 


162.181 


10.894 


II 


■ 




II 


« 


II 


II 






558 


185 


II 


127 






II 


45 


II 


45 






30 


5 


45 


u 






II 


n 


II 


II 






II 


k 


II 


II 






220.552 


200,^02 


14,050 


II 




4.310 


2.940 


1,400 


II 






56.616 


59.160 


II 


«•744 






2I/1O3 


18.S48 


2,65b 


II 






760 


2.476 


II 


716 






9.450 


«.$75 


2,575 


II 






n 


M 


n 


II 






2,472 


2,667 


II 


195 






460 


414 


'\% 


II 






840 


630 


210 


II 






II 


» 


a 


'•• 






6.534 


6,457 


7V 


II 






102.875 


100,667 


2,208 


II 




17,129 


29,162 


II 


12,733 




122.553 


107,311 


15,24fi 


II 






268,416 


289,t04 


II 


20,878 






198.296 


136,558 


61.738 


// 






468.248 


444.?2« 


23,526 


II 






3,167 


1,477 


1.690 


II 






64,283 


77,077 


II 


12,794 






742 


488 


254 


II 






9 


129 


// 


120 






134 


168 


II 


u 






11.851 


_ ll'»25 


326 


II 






1.154,848 


1,093,611 


61,237 


II 


1,156.343 


1.293,655 


// 


137.512 




369,135»364 


368937,108 


197,656 


" 1 













ao. 



Digitized by VjOOQIC 



TàBLEAO If. (Saite.) 



— 300 — 



DÉSIGNATION DES ESPÈCES 



DB HMIDIICt i riV. 



POUDRES 
eitrafine ) 



A FEU. 

DëbitanU , 

Consommatenn.. 



Poudre 
de 

chasse 



superfine, 
fine 



\ 



au bois pyro- 
xjié 



{ DélnUiits. 

' I Comommatenrs, . 

I DëbîUnU 

'1 Consommatenrs.. 

DébitanU 

CoDsommatears. . 
Anglaise. ...... 



Total des reotes. . 



forte i 5*'*«** 



Pondre 
de { lente | Débitants. 



ordinaire. 



-I 



DébitanU 

ConsomoMteon. 



Total des ventes. 



Pondre dtls fin grain pour la fa j forte. 

brication des mèches de sûreté { ordinaire... 



Powlre 
degnerrei 
Yendœ j 



ans sociétés de tir 

aux municipalités (fêtes nationales). 

aux artificiers 

aux armateurs 



Poudre carabine. 



Poudre de guerre dite ()oudre ca-( 
rabine ) 



DébitanU 

Consommateurs 



Pbttdre destinée à Téprcuve des armes. 



Pulyérin. 



•{mt{ 



Total des ventes . 
Total géIiibeal à re|]arter. 



PRIX 
ptr 

ULO- 



fr. 



18 75 

19 35 

Ik 40 
15 00 

11 95 
11 85 

26 80 
28 00 
33 80 



2 «0 
2 60 

1 75 

2 25 
2 25 



1 60 
l kO 



3 40 



1 50 

11 25 
Il 85 

1 25 

1 60 
3 40 

2 00 
1 75 

1 50 
90 



QUANTITÉS VENDUES. 



ARlil 1887. 

RMalUts 



4,852 
2 

106,499 
9 

312,961 
116 

3,485 

n 

9 



427,933 



3,100 
33,005 

150 

988,136 
1,309,946 



2,334,337 



18,300 
79.250 

6,220 

638 

16,136 

64 

60 

215 



12,700 
555 

585 
10,817 



153,087 



2,915,357 



A^SÎB 1888. 

définilift. 
4 



kilog. 

5,068 

1 

110,803 
1 

314,159 

7 

2,870 

il 

9 



433,518 



23,800 
24,700 

747 

855,192 
1,654,689 



2,559,128 



32,000 
90.300 

2,193 

7,375 

920 

17,723 



100 

II 

20 
1.798 

8,054 



3,288 
515 



164,^280 



3,156,932 



DIFFÉRENCES 



kilog. 



l 

If 
8 

II 
109 

615 



8,305 



132,944 



4,027 

15,246 

II 

60 

115 

ti 

10,902 
555 
II 
583 

10,302 



Digitized by VjOOQIC 



— 301 — 



PRODUIT DES VBIITIS. 




tnmn. 

90,969 
43 

1,533,585 
14S 

3,530,805 
1,373 

93,^01 
30ft 



5»240,630 



8,000 
85,813 

2.333,300 
3,9(i7»379 



5,364,830 



39,380 
110.950 



78,396 

90 
3,419 



30.330 
1,887 

15,094 
1,034 

9,736 
269,195 
10.774,635 



fniact. 

106,366 
27 

1,595,565 
15 

3,534,391 
86 

76,913 
304 



5,313,467 



61,880 
64,330 

1.308 

1,934,183 
3.733,049 



5,774,639 



51.300 
136,430 



95,917 



1,135 

H 

35 
2,877 

16,108 



4.933 
464 



399,068 



11,387,174 



DIFFÉRKNCBS 



» put. 



firaact. 

n 
16 

n 
137 

1/ 
1.387 

16,488 



31.593 

il 

399,134 



90 
1,394 

17.443 
1,887 

1,034 
9,272 



n aoiis. 



fraie*. 

15,397 
« 

61,983 

li 

13,486 



73,847 



53,830 
tt 

1,046 
775.670 



509,819 



31,930 
15,470 



17,531 



35 

1/ 

If 

1.014 

II 

4,933 

u 

39.873 
613.539 



OBSERVATIONS. 



Digitized by VjOOQIC 



TàBLEAnlI. (Suite.) 


— 30Î 









m 


DÉSIGNATION DES ESPÈCES 

D8 POnonES A KEtJ. 


pnix 

DE VERTE 

tlébilants 

par kilogr, 

n 


QUAiNTITES 

A?(?r»E 1887. 

KéjiuUatH 
provisoires. 

4 


VENDCES, 

Kriultal^ 
définilifs^ 


piPTFRF^^B 


BR PLUS. 


1 


Ueport 


fr. c. 


kilog. 

2,9ir>,;s57 


kilog. 

3,150,93$ 


kilr>g 










II 

671 

II 
240 

191 


1 


TBtTES DAÏfS LB PATS DE GBX. • 

/ extrofine 


5^00 AT 
2 50 N r 
4 50 AT 
2 25 NT 
4 00 AT 
2 00 NT 


1,336 
271 

230» 


48 

¥ 
2| 

1 


Poudre de cliasse. . / supcrfine 


\ fine 1 


Total. 


■i.«3r 

2,G0ft 


loi 

3,1.^)0 


1,072 


\ 


PoTidro de mine 


1 25 
80 

5^00 AT 
2 50 NT 
4 50 AT 
2 25 ^ r 
4 00 AT 

; 2 00 N'r 


Total des ventes dans le poys de Gcx 

VENTES DANS LA ZONG DE T. A IIAUTE-<HyOIE. 

extraûne 


^,'137' 


3.93$ 


502 


1,091 
H8G| 
Tiiq 


1,'|H3 
70,8 
3(¥) 


lis, 

107 


j 


Poudre de rli.issf l siiperfine. 


fine 


Total. . , . 


" - 2,39;i 

34,1751 


2,8ajD 
29,7^ 


^1,392! 


1 


Poudre de mine. 


1 25 

80 

5 00 
4 50 
4 00 

2 25 


Total des ventes dans la ^oDcdc lu Haute-Savoie, 

VENTES EN CORSE. 

extra fine 


35,56^ 


'32,003 


■ :i,aov 


.,^H 




' 




1 


:i.i99 

1,^51 


3,83i5 


Poudre de chasse, . superfinc 


fine 


1,SU 


/i 


TOTAI 


a,250 

91,00^ 


0,8i$i 
00,8r|5 


2^,790 


Poudre de mine 


Total des ventes en Corse 


97,9-2 ï 


7;i.7r^s 


2^1, 10.1 


^^ 


VENTES DANS LA PUrHCIPAOTE DE MONACO, 

Poudre de chasse au bois pyroxylé 


12 00 
3 75 
3 25 

1 m 

1 60 

2 20 
2 00 
l 80 

1 00 
90 


117 
100 
150 

2,000 
100 


iqo 

■2fi{V 


SI 
lOQ 

5a 

lOQ 


1 


Poudre de chasse fine ' 

Poudre de mine 


Total des ventes dans la principauté de Monaco. 

VBRTKS POUR LA TUNISIE. 

i extrafine 


■ 


"" 2,4r.1 


2J.i[0 


331 


1 


'1 

n 

23,995 


i/jcp 

6,500 
15,375 


'1 
8,020 


\,m 


Pondre de chasse. . j superfine 


6,500 


( fine 


II 


Total 




23,995 

0,00/» 
15,000 


23.2'i5 

6.0(|0 
6.6Q0 


72a 

8,'iOQ 




Poudre de mine 


M 


Total des ventes pour la Tunisie 


^^1 


^i5.r>99 


30,4l5 


a^ia»! 


"^^1 


Total î^énéral à reporter 






3.102,349 


3,305,8^9 


H 


'203,5^ 




1 




1 



Digitized by VjOOQIC 



— «03 — 



PRODUIT DES V£NTe4. 




10.774,635 



3,340 
n 

it 
460 



Micf 

3,080 



6,49d 



2.727 

it 
1,993 

il 

832 



32,89^ 



7.Qâ9 

14,389 

6,606 



28,027 

206,240 
234,27ai 



1,404 
375 
48Q 

3,600 
160 



ecûio! 



43.191 



43,191 

6,604 
13,500 



63,295 



11,117,704 



francs. 

11,387,174 



— I- 
24p 



5^ 
3P 



2 
2,5 



4,51 



■1- 

621) 

3,70B 

4$ 

i,7ap 

375 
6ip 



7,50|d 
23,8! 



31,3 



17^ 
7,2y 

' 30,68b 

I50,46i& 
181,15i& 



T^T- 



4362 
II 

32p 
3,600 



4.35i2 



3,080 

■ 15)00 ) 

27,67 \ 



43,75^ 

6,600 
5,940 



5^,20» 



ll,664,90t 



DIFFERENCES 



BU nvf. 



franc». 
1/ 



1,677 



382 
2,341 



TSôT 



269 

II 

214 



3,5U 
1,557 



W^ 



55,771 
T3JÏT 



97^ 

373 

16q 

II 

160 



T66T 



15^516 



4 
7.560 



7.000 



fValies. 



240 



32 



440 . 



981 
463 
ff 
372 



1,957 



2,866 
Ç38 



2,660 



3,080 
13,000 



564 



547,197 



OBSERVATIONS. 



11 



Digitized by VjOOQIC 



■ 


Tableau n. (Suite.) 


_ 304 — ^^^^^^^^^H 


DÉSIGNATION DES ESPÈCES 

DE POODRBS k riV. 

l 


PRIX 

DB VIKTB 

ani 

débitiau 

p.r 

kUo- 

grimmo. 

a 


QUANTITÉS VENDUES. 

ANNÉE 1887. AMNBX 1886. 

R^soltlU RéttaUnln 

provisoires. déGnîtif^. 

3 4 


DIPFÉR^H 


SI PLUS. 

5 


1 


Report 


fr. c. 


kilog. 

3.102,349 


Lilog. 
3,305,899 


kilog. 




VENTES POUR L'EXPORTATION. 

Poudre de guerre 




8 00 


lÊ 

II 

II 

4.406 
40 

il 

3,053 

1.190 

II 

II 

5,225 

1.121 

n 


483 
16 

155 

2 

4,411 

10 

455 

675 
2,148 

725 
3,332 

105 
4,990 
9,875 
2,636 


1/ 
It 
II 
n 

30 

II 

905 

465 

*t 

It 

235 
tt 
II 


/ extrafine 


10 

' 500 
4 25 

2 50 
190 

/4 50 
\3 75 
12 25 
( 165 
4 00 

3 25 

2 00 
140 

3 40 


00 
AT 

NT 

AT 

NT 
AT 
NT 


Pondre de chasse / snperfine 


\ fine 




Total 

Poudre de mine. ....,., , 


90 AT 

080| 1 

85 

120^^ 
. 1 25) 
1 20 
1 25 
l 75 
75 

70 

1 60 

2 00 


15,035 


30,018 


" 


J^l 


' 109.475 
1.000 

18,925 


1,000 
51,060 
11.000 

15,500 


II 
58.415 

II 
3,425 

1,000 
1.749 
2,440 


23ll| 


Poudre de gnerre, 


1,000 
1,749 

181,749 
46,000 

168,073 

9,326 


179,309 

47,090 

295,488 

1,475 

331,242 


Poudre à canon ....,.,. 


Poudre de commerce extérieur 


Poudre destinée à la fabrication des cartouche». . . 
Total 


527,297 


833,164 


" 


295.8rt 


Total de» ventes pour Texportation . . . 




739.324 


863,182 


" 


123,8Sé 


ProdniU divers 













Total gkmkiui. du produit de la vente des poudres. 
Dynamite 










^ 


3,654,681 


4,169,081 


„ 


mà^ 


2 00 
4 00 


MUH 


465.412 
549 


396.618 
668 


68.79'i 


^H 


Nîtro-^Vcérine 


m 


Total, 


fl 


465,961 


397,286 


fia A^K 










1 





Digitized by VjOOÇIC 



_-S05 — - 





PRODUIT DSS VENTES. 


DIFPBIIBIf GSS 


OBSERVATIONS. 




A mis tSt7# 


AnteiSM. 








BiralUts 




■« PLOa. 


m HOin. 








difiaiUfs. 










7 


8 


9 


lO 


il 




frM«. 


ff»«. 


&»««. 


frftMi. 






11417.704 


11,664,901 


Il 


547,197 






// 


3,866 


II 


3,866 




II 


163 


II 


163 






II 


775 


it 


775 






II 


9 


li 


9 






iijoie 


11.038 


II 


13 






76 


19 


57 


II 






II 


3,047 


II 


3,047 






II 


3,531 


II 


3,531 






6,870 


4.833 


3.037 


II 






1,964 


1,196 


768 


II 






II 


13,338 


ti 


13,338 






II 


341 


II 


341 






10.«50 


9,980 


470 


M 






1^9 


13,835 


II 


13,356 






II 


8,963 


II 


8,963 






31»945 


73.903 


II 


40,958 




rf 


900 


II 


900 




87,580 


40»648 


46.733 


II 






850 


9.350 


II 


8,500 






II 


(/ 


II 


II 






23,656 


19.375 


4,381 


II 






1,900 


II 


1.300 


II 






3.186 


II 


3.186 


il 






318,060 


313,791 


M69 


II 






34,500 


35,318 


If 


818 






117,651 


306,841 


II 


89,190 






II 


3,360 


II 


3,360 






.418.661 


463,485 


II 


443,834 






604,334 


1,091,368 


II 


486.934 




636,379 


M64,171 


u 


537,893 




83,133 


141,410 


II 


58.377 




11.837,016 


13,970.483 


II 


1.133,467 




930,824 


793,335 


137,589 


/* 




2.197 


3.673 


II 


476 






933,031 


795,908 


137,113 


« 



Digitized by VjOOQIC 



— 3QA r-. 



(Suite et fin.) 



RÉCAPITULATION DBS PRODUITS 

DKS ANHÉBS 1887 (RESULTATS PROYISOIRES) BT l8âfi (aSSDUAll pKFIlfraiw). 



AlfNÉEi 



DESIGNATION DES PRODUITS. 



Vins 

C1DBB8 

Alcools 

ViRS ALCOOLISAS. 

BiiiBs 

Forts centimes du chapitre des boissons. . . . 

Total du chapitre des boissons 

DbOIT de ho CBMTIMBS PAB EXP^DITIOR.. . . 

Sels 

SOGBES 

Allumettes chimiques 

Papiers 

Huiles et bsseiices mirbrales 

Huiles y^céTALES et autbbs 

STiABIHE ET BOUGIES , . 

V1IIAI6BBS ET ACinB AciTIQUE 

Gmbmihs de PBB 

Voitures publiques 

iDE boissohs 
AUTRES 

Garahtib des matières d*or et d argent 

Droit de timbre 

Ambhdes et corpiscatiojis 

Autres produits ditbrs 

Taracs 

Poudres à peu 

Dthamitb et nitro-oltccrirb 

Total o^RéRAL dbs produits 

A ajouter : produits de la seconde partie 

DE L'EXERCICE (iVALOATIOR POUB 1887). . . 

Total 



ANNEq 

1887. 



fnnef, 

133*333,f08 
13,M9,|Ô8 

2,472,027 

22,309,1^00 

72,^08 



ftl3,228,fi69; 

ti,766,P80 

10,M5,955 

80,166^57 

17,010,J)0p 

r 

213M 

2,200^913 

d,W6,'773 

2,883^1^ 

75.759^928 

«k,963^57 

12,256,^953 

752.76iÇ 

4,564^342 

8,825.«32 

6,153,871 

lft,U0,65? 

369,135,36* 

ll,837j01fi 

933^21 



l,0A8,463,OM 
16,763,508 

-T 



1,065,226,^52 



fmoM. 



133^16.2^.. 

15,471,814 

234,5(^3,981 

2,4^0,940 

21,692,691 

82,731 



107,468,416 
4,780.612 
8,865,099 

^6,917,918 

17,010,000 

10,590,173 

30,501 

2,555,107 

8.716,395 

2,932,731 

75,614,167 
4,9fl3,458 

12,20^^91 

68437Si 

4,623,702 

8,663,205 

4,128,475 

12,23^725 
868,937,708 

^^.970,483 



■ i AM/ÊL AOià ^AB. , lA Al^ AAA 



3P,724,98& 



.076,383,981 

I 



AuGMBRTATfO» M 1887^ 



4UGMENTA- 
TION 

•a 1887. 



7j926,?ll 
; ^1.^87 
616,809 



5f7!|WA7 
1|540,856 



U5,7M 
39,999 
47^7H 
08,491 

II 

162.627 

2,0^5,396 

1,90;^932 

l97,êJM 

«' 
>8?;H» 



'r 



12,03i;387 



DiMnso- 

TIOK 
c^ 1887. 



firiMi. 

1,801,946 



lO.MS 



M 

6,750.961 

(r 

10,590,119 

U.5I5 
954,19t 
259.6ii 

49,586 



59.160 



),*33,467 



H;M6.M4 

3,96^,476 



23.188,116 






Digitized by VjOOQIC 



-r. 307 — 
DIRECTION GéNÉRALB DES CONTRIBUTIONS D||BCTES. 

L^ÉVALUATION DES PROPRIÉTÉS bAtIES. 

KTAT DBS OPÉRATIONS AU l^* MA US iSflS. 



DéF4RT£MENTS> 



Afn„ 

Aïief.,,. ,.,,.*, 

AlpM-MftntinieB. . . 

Aitièche 

Ardennes 

Arièp. ..4. ,,.^. 

Avbe. 

Aude. ^.. «.*..«. 
AYejion 

C«lTadQ« 

Cantal 

Charente 

Cher 

CorrèM 

Cône , 

Çàtb^^Or , 

Côtet-da-Nord 

Creuse 

Pordogne 

IXmba 

i)rAme 

KoM 

Euie-et-Loir , 

iHnktère 

Qafd 

Garonne (Hante') . 

Geri. . . . , 

Qirfwde 

granit 

lÛe^-ViMoe 

ludfe 

Ipdâe-et-L^ire. ... 

ifèi« , 

Jur« 

t&nies 

fioi»et-Cher 

f^ive 

Loife(Ha;|t&.)..., 
Loire-lofécieuve . . , 



tti 



)82 
436 

ea 

102 

o'i 

55 
81 
248 
163 
901 
15Q 
5d. 

ikh 

57 

U8 

176 

120 

56 

91 

292 

108 

180 

m 

15^ 

81 

166 

255 

175 

169 

81 

m 

55 

9Û 

184 

199 

79 

9ft 

81 

60 

û7 

132 



«s 

I 



ri 



... £i2/o-. 



^7.336 
90,198 
23,159 
îl,526 
I4*405 
21,1^6 
26,406 
40,652 
29,786 
«8,ai2 
95,^8 
86,708 

ao.»82 

45,541 
14,191 
47,778 
65,181 
42,089 
16,028 
12,542 
40,104 
47,9a^ 
17,116 
47,300 
29;241 
25,909 
46,778 
28,859 
37,041 
39,210 
54,l£kO 
35.5(» 
79.301 
25,431 
;57,4Q5 

3o;i7e 

32,198 
55,271 
24,116 
17,299 
18,310 
?8.*763 
18,999 
45,335 
29,974 



RAPPORT 

su XqiIBBX 

des propriaUs 

ivahiiu 

an BomWa total 
Jm prepriMa 

du dépai 



56 
23 
38 
38 
33 
26 
43 
40 
80 
41 
25 
10 
28 

36 
Sft 
51 
24 
14 

^ 
19 
25 
32 

16 
26 
96 

31 
>0 
33 
kl 
37 
38 
tl 
$5 
S7 
27 
33 
32 
S6 
22 
34 
23 
?9 
32 



DÉP4RT£MSNTS. 



Lot. 

Lot-e|-Garoane. , . . 
L<ȏiie ...,...,.. 
MaÎDf-et-Laîre. , . . 
Mancbe..... . . ,. . 

Marne >•>••...«». 
Marne (Hastc-)... 

Mayenne 

Meuithe-et-MoselIe 

Même 

Morbihan 

NièvïB ... * 

Notd, 

Oiae 

Orne 

Calai 



Pyrë^ëes (Basses-). 
I^ré^ëes (Hautes-) 
Pyrénées-Orientales 
Terrlt" de Bclfort. 

Ilh6i|e 

Sadn^ (Haute-)... 
Saônf -et-Lolre .... 

Sarthe 

Savoie 

Savoje (Hauts-) . . 

Sein^ 

Seiu^Inférie^sre* « • 
Seinf-et-Mame. . . . 

Seinf-et-Oise 

Sèvrrs (Deux-) 

Somfie « . . . . 

Tariv 

Tari»>et-GarQiine . . 

Var 

Vau<dusc 

Venqéc 

Vienpe 

Vienne (Haute-).. . 

Vosges 

Yonqc 

T0T4UX BT V0YB9(IIE 



110 

93 

40 

160 

140 

^10 

£36 

93 

^38 

$293 

58 

113 

148 

215 

108 

368 

124 

167 

227 

64 

72 

69 

275 

151 

104 

114 

83 

16 

235 

195 

222 

90 

340 

78 

69 

30 

43 

90 

113 

102 

260 

208 



-rr- 



S ri 



36,445 
44,290 
9,310 
51,498 
38,718 
45.219 
33,632 
34,787 
41,578 
42,374 
30,836 
25,262 
108,451 
41,397 
27,593 
66,240 
45,620 
34,977 
23.000 
11,381 
7,253 
39,350 
39,129 
48,447 
45,174 
24,608 
18,121 
29,895 
64,921 
43,306 
55,548 
33,088 
85,299 
20,624 
22,459 
21,388 
28,854 
34,777 
45,134 
32,544 
50,169 
48,092 



11,614 3.223.762 



RAPPORT 

SD XOHBRB 

des propri^tjs 

évalnéea 

au nombre lotai 

des propriétés 
do dep*rt«meBt. 



p. 0/0. 

41 

39 

24 

33 

22 

45 

41 

36 

46 

50 

25 

26 

32 

33 

19 

36 

27 

37 

38 

21 

65 

35 

45 

31 

30 

33 

24 

20 

33 

40 

38 

34 

50 

21 

32 

20' 

33 

30 

43 

46 

59 

42 



33.4 



f ') On a fait figurer dans la colonoe 3 , non seulement les proprié^s que comprennent les com- 
munea ou le travail d'évaluation est complètement tenniné, mais auiii cdles qui se trouvent éva- 
lu écAJ aus Ica^yillfia importante ftCi l'o^raUftnjJpiUfl prolouj^ peaîf ant plusieurs mois. 



Digitized by VjOOQIC 



— 308 — 





00 






00 






00 






^- 




c/5 

1-H 






tfl 






-< 




oS 

H 


Ce? 

;:5 




H 
H 
E4 




Li 


;j 


u 


M 


E4 
OES 


^ 


Q 




^ 








H 




>> 


O 

Û 

Cû 





A s 



5: 

a: S 

g: I 



S 
S 



SS8SS8 
S 2 - i g " 



S 
S 



oSo cïood'o-0 oooc 

0900SQQ cocoao<0n 



> 00 Q .< 



g i 

§ 3 

s 

3 



s 



SSSSSSSSSSS8 

SOO s ^ 
10 o «o 

CO ^ o lA 

8"^ i« « 10 « -S ^ 
r« di O 0^ eo 9 



« •-* r» lO O * 



eo c« ^ ^ G« 



M 
H, 
H 
fid 
U 

<n 
ta 

Q 

ta 

ta 
9 

H 

< 
9;: 




8 ï-S^ i 1 1 



8 I 






Digitized by VjOOQIC 



— 309 — 



8 S 



S 



SS 



S 






00 



SS §s 



o 
o 



s 

I 



I: 






I 



§ s SS SS SS 



s 



s 



s 



« o 

s g. 
2 8 



o m Ok o 

r- es 00 Q 

<j oo >o o 

«o erT o o 

3 s s = 



8 S SSS SS SSS S 



£ S 



S 



SS 






« « 1^ o 

o o o «^ 

lA «o 1^ P-4 



SS 


S 


s 8 


g 


oO o 


OO 


S S 


S 


«• -t 


o 




lA 


< 


« 


SS 


S 


il 


1 


■* o 


« 


t^ «o 


CI 


-ef <0 


f-4 


.^' ei 


« 




« 



•8 



il.: 



•s §.2 







s 

{3 

H 



l^Mllîiiiii 

ij|jî|.iilîli 



! 

a. 



ti 



b« lk« 



» 



M «« f^ o« et 



Digitized by VjOOQIC 



~ «10 ~ 



s 



Sg 28 8 



o 






8 

O 

S 
8 



8 o8o8ôo3? 

lA <o Q o o oo «rs 
r> es ^ r^ O OO «O 
es O «^ 0« OO O — 

o o e« qf ^ or> ^ 
co r* o ^ ao Bo 



es 

S 



{S 88 28 



S 8 88S88SSS 



" S. 



2 S 



o o GO o 

j# o (M o 

r^^ 00 e*^ »o 

r^ in ^ Q 

«o <» o o 

a 1^ ^ o» 



8^ 



00 r« « -tf 






^ ^ — t942G0r>c^S!2 



I ? 



1 



8 



8 



00 ûO 



^ o co O 
oO o r- o 



o tO 00 
'-^ lO o> 

00 ^ 00 



8 8 8888SSSS 

o <N — (r*ior»«oo6?r* 



^ o oo 00 0« ^4 r* 

es m eo o OD «-4 ao 

t^ r^ -• «^ r» .« es 

CT « ^ ef o -^ 



M 

te 

w 

A* 

Û 
(O 

ta 



S 




.o tA <o r« 



>^CSO-9l*<OC^aO 



Digitized by VjOOQIC 



— 311 — 



BOBBa 



a» 

<0 5 



lO 

o 



Si 
S 



s 



o «o s ^ o 



{5 



S 8 



* t 



I 



i 




<• - = 1^ 



o o 



o 
m 

s 

00 



oo 

s 



SiSSSSS 
« T 1 "^ "S- • *• 

et 9< 00 o lA s<i o 






ej o 



o 
o 
o 

É 



8 8 


s 


g g 


g 


00 o 


00 


S s 


g 


*^ "^ 


40 


*-* ^ 


lA 




^ 


8 8 


8 


S s 


g 






' B 1 


S 


^ <m' 


•a 


« 


<« 




o» o ^ e« c« ai «o 

^ et 04 C ©1 G^ ci 



BBi 



aiB 



Digitized by VjOOQIC 



312 — 



VILLE DE PARIS. 



PRODUITS ANNUELS DE L'OCTROI DEPUIS 1801. 

Les chiffres spîvaDts sont ceux qui figurent dans le rapport présenté au 
Conseil municipal par M. Lyon-Allemand, au nom de la Commission du 
budget. 



ANNÉES. 


PRODWTS 
de» 

BKOITS D'OCTMM. 


ANNÉES. 


PRODUITS 

ARtllTS » OCTMI. 


ANNEES. 


PRODUITS 

dei 

OBOITS B'ocnoi. 


1801 

1803 

i8o3 

i8o4 

i8o5 

1806 

1807 

1808 

1809.. 

1810 

1811 

1813 

i8i3 

i8i4 

i8i5. ....... 

1816 

1817 

1818 

1819 

i8so 

1831 

1833 

1833 

1834 

1835 

1836 

1837 

1838....... 

1829.^ 


frane». 

16.936,416 
10,741.601 
12,095.632 
19,047.894 
20,212,586 
19,858,361 
18.858.610 
20.813.346 
19.984,982 
20.431,416 
21.016,982 
20,550,954 
19,050,920 
18,074,972 
18,152,121 
20,650,748 
18,560,036 
20,843,683 
24,073,968 
36,143,585 
25,976,891 
27.203.936 
27,523,746 
29,286,755 
30,588,196 
30,102.261 
28.225.550 
27,991,427 
25.496,688 


i83o 

i83i 

i833 

i8»3 

i834 

i835 

i836 

1837 

i838 

1839 

i84o 

i84i 

i843 

i843 

i844 

i845 

i846 

1847 

i848 

1849 

i85o 

i85i 

i853 

i853 

i854 

i855 

i856 

i857 

i858 


frinr». 

24,131,955 
19,943,750 
30,380,408 
36,880,337 
27,683,924 
29,048.492 
29.594,379 
30.861.156 
31,862,970 
30,653,744 
29,905.542 
31,248,003 
30.915,087 
32.431,703 
31.738.707 
34,164,943 
33,989.759 
34,511,389 
26,519,627 
32,925,611 
37.176,950 
37.279.055 
39,328.570 
40:880.890 
39.920,113 
41,875,365 
44.894,088 
47.391,498 
50,309.563 


1859 

1860 

1861 

1863 

i863 

1864... .;. 

i865 

1866 

1867 

18C8 

1869 

1870 

1871 

1873 

«873 

1874 

1875 

1876 

:&:::::: 

1879 

1880 

1881 

1883 

i883 

i884 

188S 

1886 

1887 


fniic». 

54.039,740 

73.187,156 

77.377.971 

78.810.126 

83,674,538 

85,960,045 

89,949,557 

96,083,373 

100,151,342 

100,813,990 

107,557.565 

80,060.393 

68,543,833 

100.436.693 

107,969,667 

97,860,134 

118,243,254 

134,248,466 

135.398.041 

132,183.370 

136,359,614 

143,619,345 

148,630,830 

149,663,518 

143,618,371 

139,987,417 

135.363,398 

135,436,163 

136,433,834 



L'évaluation olEcielle pour 1888 est de 137,746,000 francs. 



Digitized by VjOOQIC 



— 313 — 



TUNISIE. 



LE DÉGRÈVEMENT DE L*ALPA. 

Le déeret mvaiit apctru dans le Journal o fficiel tunitiên diLa février 1 88 7!; 

Considérant que les motifs de Taugiiientation , édictée en 1298, des droits d*e^ 
portation sur !*a)fii et sur le diss ont cessé d'exister, quil en est de même dtt 
causes qui ont fait lixer ces mèqnes droits à des taux différents, spiv(iiit la régic|i 
où l'exportation est effectuée , . . t 

Nous avons pris le décret suivant : >* 

Article l*^ — Les droits d'exportation sur l'alfa et sur ie diss, y compris J^ 
droit snpptémèntaire , seront désormais perçus dans toute la Régence a^ taux' de 
a piastres et a carroubes par quintal métrique. 

Un autre décret du 10 mars, supprime définitivement le droit d'exportation 
sur les écorces a tan provenant de Texploitation des chénes-lîègé dans Icis 
forêts de l'État. ! 



TUNISIE. 

LE COMMERCE DE LA FRANCE AVEC LA TONISDS EN 1887. 

|L>e Journal officiel, tanùién An 16 février 1887 dernier publie les deux ta- 
blejîstux suivants : 

< . , L — Importations de Tunisie en France. 



«5 



DésiGNATlON DBS MARCHANDISES. 



Épongés de toate sorte 

Uones et déchets deliûiie 

Huile d*olive 

P^anx et pelleteries Krutes ^ ; . 

Fruits iiiëdidnaax « 

Tresses et nattes de sparte à trois bouts pour cor- 

'*g* .r. 

Légumes secs et leurs farines 

Phorminm tenaz, ahaca et autres végétaux fila- 
menteux bruts. . . 1 '....'......': 

Joncs et roseaux bruts 

Cire brute 

Amurca efgriguou' «..«....•....•... 

Céréales (grains et larines) 

Antres astides 



TOTAt . 

Numéraire.. . 



Total gMral. 



OTflTÉS. 



Kilog. 

Idmu 
Idem. 



Idtm. 

idsm. 
Idtm. 

' ' Jdim: ' 
Jdenu 
Idem. 
Idem. 

Quintdl I 



QUANTITÉS. 



• 6Û»000 
535,140 
788,870 

151,110 

e39,509 
756,642 

338,165 

330,833 

36,368 

3,339,050 

3,211 



VAIiB0RS. 



fîraasft. ' 

1,OM,900 

1,067,336 

978,310 

736,8S7 

407,977 

3A8,1HI4 
189,160 

143,039 

101,583 

78,804 

67,171 

38,373 

386,737 



M^0<039 
5,606,335 



11,046,374 

■■■BaBS 



BOLt. DK STAT. 



Digitized by VjOOQIC 



— 314 — 

IL — Exportations de France pour la Tunisie. 



DÉSIGNATION DES MARCHANDISBS. 



PeMBi pfëpwéei et utt¥i i iget en petti on en c 

VSns cle toate aorte. . . . c! , 

Soies ecrnei gi^es • 

Sncrei raflinës et veigeoises 

V^teaefMti el piàcei 4e lingerie coawies. . . 
Tifiof , paMementerie et rubans de coton. 

OntiU et wsxn^ en méteoz 

Boutons et bimbeloterie 

Tissus, passementerie et rubans de laine. . . 

Macbinet et m^niquei • 

Papier, carton, litres et gravures 

POcene, Terres et cnstanz ••••«.••••••••« 

Matériaux à construire 

Eauz-<le-Tie, espnis et iiqiiewe. . « 

Fruits de table 

Or et platine filé 

Produits ebimiques 

Meubles et ouvrages en Ixns 

Pommes de terre et légumes secs 

PiU 



Bière ; 

Graisses 

F^omigii i 

Viandes salées et conserves de viandes en bottas. . . 
Bois àeonstruiic autres* a&és de toute dimension. 

Légumes salés et confits 

Collé finie 



Tissus, passementerie et rubans de Un on de 
ebaavre • . . . 



Savons dutres que ceux de parfumerie. 
Aniief trtides • .^ 



Total. 
NttBéMÎre. • . 



Total oiaiaAL. 



UNITÉS. 



KUog. 
Litres 
Kilog. 
Idem, 
Idtm* 



IdmtL, 
Idm, 
Idêin, 
Fnnc. 
/dm. 



Idtm. 
Litre. 
KUog. 
Gramme. 
Kilog. 
Franc 

raog. 

ligm. 
Litre. 
Kflog. 
/d«m. 
/dsm. 
1,000 kil. 
Kilog. 
îdeau 

Idtm, 
/dm. 



QUANTITÉS. 



VALEURS. 



176,900 
1,939,021 

26,689 
1,874,571 

51,518 
lfti,966 
989,551 

8Û,23li 

4a,&05 



232,511 
285,787 
374,000 
310,563 

H 

1, 380,950 

25,460 

263,805 

136,099 

66,061 

49^551 

867 

59,044 

2,400 

19,434 
120,430 



fruei. 

2,092,681 

1,372.212 

1.092,249 

714.828 

694,868 

600»393 

593,144 

572,643 

556,539 

486,157 

391,072 

386,320 

370,554 

239,074 

252,984 

187,000 

156.612 

152,205 

149,908 

132,839 

131,902 

113,425- 

95,963 

94,629 

78,030 

69,044 

58»320 

55,068 

46,968 

2,171,6U 

14,092,234 
664,940 

14,757,174 



Digitized by VjOOQ IC 



— S15 ^ 
TUNISIE,. 

LE RÉGIME DES PEAUX ET LES TAXES CQHMERGULES; 

Un décret beylicai du 29 février dernier supprime, à partir du 
là mars i8d8, le monopole de la tannerie des peaux de bœufs, que l'État 
s'était attribué et qu'il affermait. 

Est également aboli le droit de 2b p. 0/0 exigiUe sur les peaux de bœufs 
tannées à Kairouan. ^ 

L'industrie 4e la tannerie devient donc libre dans toute la Kégence. Par 
contre, les peaux de tous animaux brutes ou préparées venant de laRégcnôe 
sont soumises, à leur entrée dans Tunis et la Gonlette, aux droits ci*«près^ : 

Ptf qtiaul mUAqfm, 

Peaux brute» de bœufs fraîches ; 4 piastre!. 

sèches 8 ■ ■> 

Peaux brutes de moutons, chameaux, ânes et mulets 6 ■ i* 

Peaux brutes de chevaux. ••........ S ■■ ■> 

■ ■■ dechèrres la ■ 

■ ■ ■■ de chevreaux a4 m 

Peaux préparées de moutons 18 ... ■ i» 

■ ■ de bœufs et chèvres 3o ■ 

Les peaux brutes ou préparées non dénommées au tarif ci-dessus payeront 
6 i/4 p. 0/0 ai valorem. 

Les articles suivants règlent la vente des animaux de s^e, Irait, bat, 
labour et boudierie et la perception de la carroube en ce qui les concerne. 

Les articles 16 et suivants suppriment ou modifient un oeriaia. aombifle 
de droits ou taxes intéressant le commerce local. 

Mentionnons parmi les perceptions qui subsistent : 

Un droit de 2 4 piastres par an pour les soukis et pour les boutiques de 
flayars; 

Un droit de 48 piastres pour les l)ûuiiques de pois ckiehe»! 

Un droit sur les moulins à traction dVnimaux; de 12 piastres par an potir 
les meulins- à um meule et de 6 ^stres pour chaque meule supplémentaire. 

Par deux autres décrets du i5 février^ U est fait par l'État concession li 
]d commune de Tunis, qui accepte là concession : 

i^ De l'abattoir construit par l'État près la porte Bab Abona, avec ses dé- 
pendances; 

2^ Des droits perçus, tant aux portes qu'aux marchés, sur les céréales, 
légumes secs« farines, semoules et autres dérivés du blé, introduits dans la 
ville de Tunis ou apportés sûr les marchés, et des droits de pesage perçus à 
Tunis. 



Digitized by VjOOQIC 



— 516 — 
ANGLETERRE 

(LES VARIATIONS D£ LA DETTE ANGLAISE (0. 
Les deax tableaux ci-dessous préeéderont utilement Texposé du projet de 
conversion des rentes 3 p. o/o qui fait Fobjet de Farticle suivant. 
1. Sitaations successives de la dette anglaise depuis 1688, 



A Vènoane de 1a réYolntion de 1 688. 


PRINCIPAL. 


INTÉRÊT. 


liv. «t. 
664.263 
15,730«439 


Ut. 11. 

39,835 
1.271,017 


AooroÛKment soiu le r^^B de OvâUune Ul 


A l'aY^eiiiPnt de la rane Anne . i noi», t , ' r t.. 


'16.394,702 

37.750.661 


U10.852 
2,040.416 




A ravènement de Georffcs I". i7i5 


■ ■■ 5'..-14Î:363 
2,058.125 


3,35i;268 
1,133.807 




A rcvènemeot de Gcofgc» II • 1 13*7 «i*. ••.••**!. .*trt*T< 


52,092,238 
86,773.192 


2.217,!k61 
2,634.500 


Augmentation jusqu'à la paix de Paris. 1763 


Dette em inBi fGeonres 111. 1*760) 


138,865.430 
10,281.795 


4,851,961 
380,480 




Au d^bnt de la ffuerre d*Ani<$ricTue. ..................... 


128,583.635 
121,267,993 


4.471.^81 
5.088,336 


Augmentation pendant cette guerre 


A la fin de la ipuerre d'Amérique. 178^ 


" i4'9.85I,0-i8" 
10,501,380 


9,559,817 
249,277 

'" è,3l6;540 
22,704,311 


OÎBiinutfon nendant la naix i*t8A-i7o3 ..............'... 


An début de la ffueireTnntr^ la France, ito^.. 


239,350,248 
601,500,343 


Augmentation Dendont cette maerre ..................... 


Dette tiifealc au i" février 1817 


840,850,591 
45,870,150 


32,014,851 
2*225493 


Réduction de 181*7 à la mort de Geonrcs 111 


Dette à TaYènement de Georges IV, i8ao 


794.980,481 
23,728,509 


29.789.658 
1,503,758 


Diminution sous son règne 




^^1,2^1,632 
9.829,362 


28,^285,000 
247.292 


Diminution sous son r^pnc . . « 


Diminution pendant les 5o premières années de son r^nc. . . 
Dette au 5 avril 1887 


751,422,570 
25,l'i3,882 


28.533,192 
833,175 


736,278,688 


27,366,367 





La dette non fondée el les annuités à terme sont comprises dans le chiffre 
de 736 millions sterling. La dette fondée, à elle seule, monte aujourdliui 
à 62g miUioos sterlin§f et en voici le détail : 

II. Composition actuelle de la dette fondée. 



FONDS. 



t/s p» 0/0 «, 

i/a p. 0/0. Bons de rÉchiquicr . 

3/4 p. 0/0 .*...' 

p. 0/0. Copsolidé 

p. 0/0. Réduit 

p. 0/0. Nouveau 

1/2 p. 0/0. Nonvdiefl annuités. . 
3 fK 0/0. Benquc d*Angiotorrc. . . . 
3 p. 0/0. Banque trirlandc 



TOTV!.. 



B!« ¥tnC1PÂL. 



liv. si. 

26,972.078 

418.300 

4,647.799 

326,836,738 

76.627,345 

179,661,758 

225.746 

11,015400 

2,630,769 



629.034,033 



fO Voir le Bulletin de déccmbi-e 1877, page 335. 



Digitized by VjOOQIC 



— 317 ►— 



S -a 1 



•a 



ta c*G^fO tn kn 00 ■-« e^ «a ^ r^ to r* to 

r* «-i^ «-î o»^ >« oin^tfÇ ^ ooo>-40 <o 
'H rt r* o <D 



s 




ic-S 



2 

: = = = eo î 5 

8 



^ •-• « 



•^ S 



s ^ ;:S ^2 ; ^ 



O» 00 
: O; SJ 5 5 5 

00 ^ 



.8 = = , 



H 



0^ 

00 



< 

z 

O 

£ 

> 

Z 

O 
u 



o*8foor«<o *-< to r> r^ •« oo 9«p (D 
«4 00 i^ 00 r« 5 o» r* c^ t^ « c» c^ .» c*» r« 



p «o* r* »© c5" -«f ■« 



A<99lSc^ CI P <0 r» o o .cf •9 00 Q 

t^m^^^ç^ oo«oo<-r -T t^ ei 

lo r^ 55 ^ -sf -^ 




g = . s 

.s 5 : § 



b3 



«s 

1 



H 

OS 
U 

> 

O 
«o 

o 

O 



C^ 5 5 0<0 



«4 IO 94 

5 5 « oo <r« 

o o r* 

-^ ift ^ 



t- to o r» C4 
o «9 00 lo r* 

00 00 >Mi <o o 
r*" eo 00 W r* 

9« iA« t^O 

« »-* ©« o»o 



-^ 00 



«^ o» P •• ^ r^ «^ r^ r^ lo c<« 

> « o? lO P «5 P 00 o »c « ^ 

>^oe4>-4io<qro««OinOïao 



•OfOPoor* 

•0 «0 00 o o 
^00 ^fO r; 

Ç3 eo co eo '^ 
G1 1A « .-4 <0 

•w — <r« p d 
lA r^ tf» 



^00 
(NO 

S8 



r*oo 

04 o» 
<O00 

oToT 

r^-oo 



^>A t 



o 94 OO 00 P 



> O» •-• 94 00 •£» »A 00 

» <o O» 94 «0 -a> «a* kA 
>^ r^ lA c^ 94^ eo «o r^ 

«fcTooo— T^oocîr^o 
p^04 «4 »Â^ eo £2 52 o g 






o o 5 o"o 

lA U» •< U» «9 




5 ■! 



o wî «5 ^ g o^ ^';^ ^ 8 -J co 8 *£ « 

»5*«U»^^CO«0«0(OfiQ(0«OcoZcOcoK 



. '<T-«t «OUJ o lA (P 
. kO lA «A 4A 4^ <^ ^ 

•» « «« «««^•OfO*«<iQtAtAtAiA(A4D4D 
OOOOOOQOOOOOQOOOOOoOQOOOOOeOOOQO 



00 
00 
00 



I 



Digitized by VjOOQIC 



— 318^ 
ANGLETERRE. 

LA CONVERSION DE LA DETTE 3 P. 0/0. 

Le Parlement vient d'adopter le projet de M. Goschen tendant à la conver- 
sion progressive des rentes 3 p. o/o en rentes a 3/4 « puis a 1/2 p. 0/0. 

Cette opération porte sur un capital de 56o millions sterling (i4 milliards 
de francs). 

La conversion du 3 p. 0/0 avait déjà été essayée en iSSA^^î* Cette fois, 
le succès ne semble pas douteux. 

Voici le plan du Chancelier de lIBchiqui^) td qu'ail a ét4 exposé par la 
Trésorerie elle-mén^e (Note du 8 mars]. 

Les trois classes de rentes 3 p. 0/0 qui sotit visées dans les propositions da 
Chancelier de rÉchiquier sont : les consolidés « le trois réduit , et le nouveau trois. 
Les dividendes en sont payables par semestre : ceux des consolidés, le 5 janvier et 
le 5 juillet, ceux du trois réduit et du nouveau trois, le 5 avril et le 5 octobre. Les 
consolidés et le nouveau trois ne peuvent être rachetés qu'uile année après avis 
donné aux intéressés. Il n*en est pas de même pour le nouveau trois , qui est con- 
vertible depuis iS'jH. 

I. -^ Nouveau, Trois. 

Le projet du Chancelier de I^chîquier s attaque d*abord au nouveau trois. Les pro- 
priétaires du nouveau trois ont le choix entre la conversion el le remboursement. Si, 
à une date fixée, ils n ont pas signifié k la Banque d* Angleterre ou à la Banque d'l^ 
lande leur refus d*ètre convertis , ils recevront , en échange de leur nouveau trois, une 
quantité égale du nouveau fonds que Ton demande au Parlement de créer. La con- 
version prendra effet k partir du 5 avril prochain , immédiatement après le payement 
dn dividende du fonds existant. Les dividendes du nouveau fonds seront payables 
par trimestre, au taux de 3 p. 0/0 pendant la première année jusqu au 5 avnl 1880, 
an taux de 2 3/4 pendant quatorze ans jusqu au 5 avril igi3 , et ensuite au taux de 
a i/a p. 0/0 par an. Le premier dividende trimestriel, qui sera de i5 shillings (par 
100 livres sterling), sera payé le 5 juillet prochain. 

Le nouveau fonds est garanti contre toute conversion nouvelle pendant trante-cinq 
ans, c*est-&-dire jusqu au 5 avril 1933. 

Les demandes de remboursement doivent être faites; avant \t 39 mars prochain. 

On accorde un délai aux porteurs de titres qui sont hors d'Angleterre , aux cora- 
teurs, et pour les fonds litigieux. 

Les porteurs de rentes qui seraient sur le continent entre le 1 a et le 29 mars 
auront jusqu au 1*' mai pour présenter leurs demandes de remboursement. On accor- 
dera jusqu'au 1*' septembre a ceux qui seraient hors d'Europe entre le la mars et 
le i*' mai. 

Les demandes des curateurs et exécuteurs pourront être produites jusqoau 
la avril; mais ce privilège ne s*étendra pas aux dépositaires des compagnies d'assu- 
rance et autres de même genre. 

' Tout rentier qui aura demandé le remboursement dans les délais prescrits sera 
remboursé au pair, avec intérêt jusqu'à la date du remboursement, dans les délais 
et de la façon que le Pariement décidera. Cependant le Parienient est invité à laisser 

(^) Voie k finUsIm de mai iâd4. page 609. 



Digitized by VjOOQIC 



— 519 — 

la Trésorerie régler la finçon dont les remboarsemenU l'efieetuerooi avant le 
i" août 

n. — Consolidés et Trois réduit 

Les propriétaires de consolidés et de trois réduit peuvent demander la conversion 
de'letir fends en fonds nouveau, GiEïnxt{tii accepteront cette offre devront signifier 
leur consentettient à la Banque d'Ang^elerre ou à la Bsiii{{iie d'Irlande avant 
le 1» avril* Cette pértcde peut être prolongée dans des oaa spèoaiix. 

Tout propriétaire de consolidés qui convertit recevra un dividende de 1 5 shiUinga 
ponr chaque loo imes «terUngi «payable le 6 avril prochain^ ee. dividende repvé* 
sentant fintérèt de son fonds du 5 janvier dernier au 5 avril, et recevra le ' premier 
dividende trimestriel du nouveau fonds, c'est-à-dire 1 5 shillings, le 5 joittet prochain. 

Tout propriéteire de tnois réduit qui convertit recevra le dividende du fonds exis- 
tant, qui est payable le 5 avril, et son premier diridende sur le nouveau ifcnde^ 
soit 1 5 shillings , le 5 juillet. 

Afin de iSMîililer la prompte conversion des consolidés et du trois réduit^ des 
avantages spéciaux seront Offerts aux propriétaires qui, en acceptant la conversion, 
abandonneront leur drmt d'être prévenus un an à Tavance dn rachat de leur rente. 

Tout propriétaire de ces fonds recevra 5 shillings pour chaque loo livres steriing 
qu'il apportera à la conversion. 

La Banque d'Angleterre et la Banque d'Irlande auront le pouvoir, de donner aux 
agents autorisés une commission de i sh. 6 d. p. o/o sur les oonsoHdéa -et trois 
réduits qu'ils apporteront à la conversion. 

Cest dans la séance de la Chambre des communes du 1 1 coucaiit qne le 
GbanceKer de TEchiquier a exposé son pian de Gonversion. Qnaraote^qnatre 
ans plus tôt, presque jour pour jour, M. Gonlburn , Chancelier de l'Ecbîqnier 
daOs te second Ministère de sir Robert Peel, présentait de même aux com- 
munes un projet de conversion. M. Goschen n'a pas manqué d'invoquer ce 
souvenir, c'était comme un appel à la bienveillance du chef de l'opposition, 
M. Gladstone, qui faisait déjà partie du ministère de Robert Peél et qui est 
sans doute le seul de tous \es n^embres de la Chambre à qui il ait été donné 
d'entendre, k près d'ui^L demi-siècle d'intc^rvallOf Texposé de qçs deux projets. 

tJne des parties te plus intéressantes du discours d*! M. Goschen est celle 
dans laquelle il a fait rhistorique des conversions snccessives, dont nous 
avons déjà chiGTré les résultats d.an9 le tableau qui précède (page 3 17}. 

Il y a eu, depuis soixante ans, quatre ou cinq conversions heureuses. En 18a a 
M. Vansittart convertit le 5 p. 0/0 qui montait à iSa millions sterling. Et, j'appelle 
sur oe point Tatlention de la Ghamore, il ne demanda pas aux porteurs leur con- 
sentement. Il leur donna une ^pinzalne pour se décider.» Passé cette période, 
ceux qui n'avaient pas exprimé de volonté contraire étaient censés consentir. Une 
quincaine dans ce temps-fe, où il n'y avait ni télégraphe, ni chemins de fer, c'était 
un délai bien plus bref qu'aujourd'hui. Il y eut des gens qui refusèrent de laisser 
convertir leurs titres. On agit envers eux comme envers leurs successeurs dans toutes 
les conversions succesrives, comme je me propose d'agir moi-même cette fois. Us 
s'étaient imaginé que tous les porteurs de eonswidés qui reftneraient la conversion 
seraient remboursés à date fixe, que refus impliquait payement immédiat Aussi. 
défiaient-ils le Gouvernement, pensant qu'il serait forcé de faire des concessions. 
Us forent trompés dans leur attenter Tous ceux qui refusaient la conversion devaient 



Digitized by VjOOQIC 



— $20 — 

être rembôorsés dans Tordre ou ieurs demandes arrÎTaient. De pli» le rembourse- 
ment ne devait commencer que quatre mois après Touverture de la période cobsaerée 
aux réclamalions, pour être conlinué, retenez bieo ces mots, «comme il plairait au 
Parlement d*en ordonner», c^està-dlre que le Parlement conservait, comme il 
Ta toujours fiait, le droit de rembourser en son temps et a sa gui^e. M. Vansittart 
opérait sur i&a millions sterling.Les réclamatioai se montècent à 3,ooa<.ooo Uvres. 

La deuxième conversion fut celle de M. Robinson en iSail. M. Robînson avait k 
opérer sur une somme un peu [dus faible, 76 millions sterling qu*il JMropoaaift de 
réduire de 4 â 3 1/2 p. 0/0. Dans ce cas la conversion devait être ahnoncée six mois 
d avance. On laissa six semaines aux porteurà de renié poordeàutoderie remboor* 
sèment. Cette période s*écoula; ceux qui n'avaient pas réolamé fiuient.coosâdlévés 
comme acceptant la conversion. 

En i83o, M. Goulbom convertît le nouveau k p» o/a, soit 1 5& millions sterling en 
une quantité égale de 3 1/2 p. 0/0 , garanti contre toute nouvelle conversion pen- 
dant dix ans, et donna aux porteurs un droit d option.. Getle fois eneore on laissa 
aux propriétaires de rente une certaine période pour se décider, et les remboui^ 
sements furent effectués dans les conditions fixées par le Parlement 

Puis vient en i834 une oonverston similaire, celle de lord Altkorp. Elle porta 
sur le 4 p. o/b,' soit la millions sterling, qui fut converti en Une quantité égale. de 
3 1/3 p. 0/0. Les conditions furent les mêmes. Toutefois, dans eette conversion , les 
demandes de remboursement portèrent sur des sommes relativement considérables. 
Elles s'élevèrent k 4 millions ae livres. Pour y satis&dre, on se servit de Targent des 
caisses d*épargne qui était entre les mains des GoaMoissaires de la dette. 

Une grande et très heureuse opération fut celle oue M. Goulburn proposa en i844- 
C'était une gigantesque conversion du 3 i/a p. o^ , dont la videur en capilal res- 
sortait à a 49 millions sterling. On le convertissait en une égale quantité de 3 i/4 
p. o/o, et ce fonds nouveau, garanti pour dix ans, devait, lui-même tomber auto- 
matiquement à 8p^ q/d , avec une garantie de vingt ans ; c'est ce que nous appelons au- 
jourd'hui le nouveau trois. Le mécanisme fut le même dans cette conversion. Et quel 
fut le résultat? Sur a 49 millions délivres , on Q*eut à rembourser que io3,ooo livres. 

Mon ami M. Gladstone a eu , lui aussi, à faire une conversion. Sa tâche était bien 
plus diflBcile que celle de ses prédécesseurs , plus difiBcile que la mienne. Au nouveau 
o p. 0/0, fonds relativement tacile à manier puisqu'il ne dépasse pas aoo.ooo livres , 
on ne pouvait, aux termes de la conversion Goulburn, toucher avant 1874. M. Glads* 
tone avait donc en face de lui cette masse énorme des consolidés, environ 
600,000,000 livres. Et il ne pouvait pas opérer rapidement; il ne pouvait pas exiger 
cette prompte option qui avait été imposée aux rentiers dans les opérations anté- 
rieures: la conversion devait être annoncée un an d'avance. D'autre part les temps 
étaient mauvais. Les complications extérieures vinrent peser sur les cours. Ce fut 
une rude épreuve pour ce plan si soigneusement étudié. Aussi la conversion fut-elle 
nécessairement facultative. On eut beaucoup de peine a la mener jusqu'au bout. 
Dans son exposé, M. Gladstone avait parlé de la dîifficulté de convertir le 3 p, 0/0, 
t cette grande phalange des bonsoUdés » , comme il Tapp^ait. Le mentant de ce fonds 
gigantesque a été considérablement réduit, et il, y a un fonds sur lequel on peut 
maintenant opérer, c'est le nouveau 3 p. 0/0. Il me semble que si le plan de M. Glads- 
tone n'a pas réussi, ce n'est pas <pi'une conversion soit en eUe-mème chose diiBcile , 
c'est que les circonstances étaient défavorables, c'est aussi que le succès des conver- 
sions précédentes avait, ponr un temps, soustrait au pouvoir du Chancelier de 
l'Échiquier, le fonds le pins maniable. 

Il y a eu enfin une dernière conversion, celle de M. Childers. Elle fut encore 
facultative. M, Gfaiideré, sans s'interdire d'user de quelque pression, voulait qu'il y 



Digitized by VjOOQIC 



— 321 — 

eôt'entente an début. Je puis dire avee confiance qoeia memtre qo^il prit aion, si 
c^ n*a pas cofDf>lèteinent réussi; a cependant préparé la voie à une conversion pios 
importaofte. Il ofTrait io3 livres de a 3/^ p. o/o poor chaque loo livres de 5 p. o/o 
ordinaire, ou io8 livres de 3« i/a p. o/o, ces nouveaux fonds ne pouvant plus é^ 
convertis avant igaS. Mais mon ami M. dniders étendit au delà d'un délai de six 
mois le droit d'option.Lë^ résultat fui une conversioa d*envîron 4 milliona 1/3 ster- 
ling en 2 3/4 p. 0/0, et d'environ 19 raillions en a i/a^p* 0/0. Ce a i/a p» 0/0 a été 
pour nous un guide très précieux. Il nous a niontré que nous ayioi^. du crédit au 
delà de 3 p. 0/0 et nous a forcés à rechercher si ce crédit ne pouvait pas être utilisé 
pour le plus grand profit des contrihuablea. 

Eh bien , je le demande, quelle est la morale de tous ces précédents que je yiens 
de faire passer sous vos yeux? C'est que les conditions d'une bonne conversion ai^nt 
les suivantes : présomption de consentement, quand le refus n'est pas exprimé; 
stricte limitation du temps accordé aux rentiers pour produire leurs réclamations ; 
droit du Parlement de payer les réclamants comme il f entend. Nous avons encore 
un double enseignement à tirer du passé ; dans presque tous les cas , on s'est refusé 
à tout accroissement du capital de la dette, et le succès a couronné les conversions 
qui réduisaient progre^ivement le taux de l'intérêt, chaque fonds nouveau étant 
garanti pour un certain nombre d'années. 

Après ce coup d'œi! jeté sur les anciennes conversions, M. Goschen, dans 
la seconde partie de son discours, a développé son propre plan. Nous en 
avons donné plus haut an résumé très compleL Dès le début de son exposé, 
le Ministre avait établi que le Gouvernement était dans des conditions 
excellentes pour faire cette opération. 

Je montrerai, en présentant le budget ^^\ que nos recettes sont, relativement à nos 
dépenses, dans une situation meilleure peut-être qu'au temps de M. Goulburn. 
On pourrait dire que sur un point la situation est moins favorable qu*en i844> en 
ce sens qu'il n'y a pas la même confiance. Mais si, à l'époque actuelle, nous devions 
attendre que toutes les causes d*inquiétude aient disparu et que nous jouissions 
d'une sécurité complète, il se passerait longtemps avant que le Gouvernement pût 
entreprendre d'alléger le fardeau qui pèse sur la nation. Je n'aime pas à voir le 
crédit de notre pays entravé dans sa marche par cette perpétuelle menace d'une 
conversion qui ne vient jamais. Je crois que nous devons écarter cet obstacle et per- 
mettre ainsi à nos fonds de monter naturellement comme ceux des autres pays. 
Cette opération est nécessaire, et je pais dire, en toute sincérité, que j'ai pleine 
confiance dans le succès. . 

La seconde lecture du bill a eu Heu le 16 mars et a abouti à un vote 
presque ananime. 

Un amendement de sir Charles Lewis, hostile au projet, avait été retiré avant le 
vote. Sir Charles Lewis basait son attaque sur le tort que la conversion ferait aux 
rentiers , aux petits rentiers surtout. Il rèsidte des indications mêmes du Ministre 
que les divers fonds 3 p. 0/0 ne comptent pas moins de io4,5oo comptes séparés 
inférieurs, en capital, à 1 ,000 livres sterling ; i3,ooo sont compris entre 1,000 et 
a, 000 livres ; io,5oo entre a, 000 et 3,ooo. Ce dernier chiffre représente, à 3 p. 0/0, 

' ^> La présentation da budget a «^té fixée au 36 mars. Nous résumerons l'eiposé du Chan- 
celier dans notre prochaine livraison. 



Digitized by VjOOQIC 



— 322 — 

un revenu annuel de 90 livrée steriing (a^aSo francs). Ce sont donc là des sitoa- 
tions modestes que la conversion va soumettre à une rude épreuve. Les gros ren- 
tiers trouveront peut*ètre une compensation dans rabaissement de ïincome ta»; 
mais cette compensation échappe aux petits rentiers, exempts de i*imp6t sur le re- 
venu. Il faut d'ailleurs ne pas oublier <|ue souvent une petite rente se partage en 
réalité entre plusieurs ayants droit représentés par un tnulee. U ea est qui, oonsa< 
crées à des œuvres de charité, payent le pain d*une fouie d*indigents. 

Sir Ch. Lewis critique aussi la commission de 1 shiHfiag i/a promise aux ban- 

Siiers et refusée aux simples porteurs de rentes. Cette gratification explique len* 
ousiasme de ceux à qui le bénéfice en est réservé, et il est certain que leurs clients 
seront chaudement exhortés à accepter la conversion. D^ailleufs la feculté de se faire 
rembourser perd beaucoup de sa valeur, quand la date du remboursement reste 
absolument mcertoine et arbitraire. Sur les 58o millions sterling mis en cause par le 
projet , 3 y en a 68 entre les mains des diverses administrations publiques : reste 5 1 a . 
SirCh. Lewis évaluait à 4oo millions sterling les sommes sur lesquelles le Gouverne- 
ment aurait à payer la commission promise ; mais le Chancelier de TÉchiquier a fait 
remarquer que la conversion des i5o millions du nouveau 3 p. 0/0, qui se fait au- 
tomatiquement, ne donnerait lieu i aucune commission : la prime de 5 shillings 
n*est pas non plus applicable à cette partie de Topération.' 

M. Henry Fo^er se place à un autre point de vue. Si la baisse du taux deTintérèt 
justifie la conversion du 3 p. 0/0 en a 3/4 ou a i/a , comment se fait-il qu*il y a 
deux mois , en janvier 1888, le Gouvernement ait émis pour 87 millions de o p. 0/0 , 
garanti vingt-cinq ans , pour le service de la dette locde [hcal loan stock) et que ceux 
qui payaient ces titres nouveaux avec du 3 p. 0/0 ordinaire n*aient pas même donné 
10a shillings de 3 p. 0/0 ordinaire pour avoir 100 shillings de 3 p. 0/0 local? 

M. Fovder reproche à la conversion de compromettre le fonctionnement du fonds 
d*amortissement, qui supposait que l'argent placé en annuités à terme pouvait être 
replacé en consolidés au pair. H demande si Tintérèt payé aux fonds des caisses 
d épargne restera ce qu'il est, quand celui de la rente est réduit. EnGn il rappelle 
que la Banque d'Angleterre et la Banque d'Iiiande reçoivent un intérêt de 3 p. 0/0 

f)our les 1 3,6^5,000 livres sterling que l'Etat leur a empruntées : continuera t-on à 
eur donner 3 p. 0/0 ? 

Sir Robert Fowler. et sir John Lubbock donnent leur adhésion au plan de 
M. Goschen et constatent le bon accueil que son projet a reçu dans le monde des 
aflaires. 

Pour M. S. Hoare, cet accueU prouve que la conversion était mûre. Les banquiers 
anglais. Banque d'Angleterre non comprise, détiennent, parait«ilt pour 5o niUons 
sterling des rentes à convertir. La conversion leur coûtera donc, commission dé- 
duite, de 110,000 à 11 a, 000 livres par an, pour commencer, et plus tard 
a a 5,000 environ. Si, malgré cela, ib secondent le Ministre, c'est qu'ils sentent bien 
que l'heure de la conversion est venue. 

Le Chancelier de rÉchiquier prend à son tour la parole. 

Sans méconnaître les inconvénients d'une réduction de revenu pour les petits 
rentiers, le Ministre estime que le Gouvernement manquerait à son devoir en fai- 
sant supporter plus longtemps que de raison aux contribuables anglais une charge 
que le taux actuel de l'intérêt ne justifie plus. D'ailleurs , parmi les titulaires de ces 
petites rentes, dont on a diégué le nombre, beaucoup ont d'autres revenus que 
leur rente. 



Digitized by VjOOQIC 



— 323 — 

Le Ministre proteste contre le reproche qu'on lui fait d'avoir voala acheter le 
dévouement des banquiers. 

D*abord il s'en faut de beaucoup que toute la banque se montre aussi favorable 
au projet qu'on Ta dit. Les grandes banques de Londres ont beaucoup de 3 p. o/o 
et seront fort éprouvées par la réduction de Tintérêt. Il en est une qui va perdre 
10,000 livres par an pour commencer et ao,ooo livres plua lard : croit-on que la 
commission compense une telle perte P La eommis^on remboursera à peine les dé- 
penses imposées aux banques par la conversion et le but du Gouvernement est que 
les simples rentiers puissent obtenir le concours gratuit des banquiers. M. Goschen 
cite un précédent : dans le cas des actions du canal de Suez achetées par le Gouver- 
nement anglais, il a été payé une commission non de 1 shilling i/a par 100 lt¥res 
comme ici, mais de a livres 1/2. 

Le Ministre expose les raisons spéciales qui, suivant lui, ont contrarié la négo- 
ciation du local ItMn. Ce n'est pas ih, qu'il faut chercher l'exacte mesure du prix 
actuel de l'argent. 

Enfin M. Goschen s'explique sur la question de la Banque d'Angleterre. Il est 
évident que la Banque ne peut continuer à tirer de ses prêts 3 p. 0/0 quand le cré- 
dit de TÊtat comporte un taux inférieur. It faudra reviser les contrats en ccmrs et la 
Banque le sait bien. Ainsi k bénéfice de la conversion sera phis grand encore qu'on 
ne Ta dit, puisque la réduction du taux de l'inlérét changera « d une manièce gêné*» 
raie, 1^ baso de U>ute8 les négodatioas ei^tre TEtat et les pr^t^urs. 

Enfin, le 20 mars, la Chambre, en comité, a voté les articles du projet de 
loi, un à un. On a discuté de nouveau la commissiça allouée aux banquiers. 

M. Gladstone Ta critiquée à son tour, tout en se défendant de toute opposition 
à l'ensemble de la mesure proposée par M. Goschen. M. Childers a rappelé qu'en 
1884 le Trésor n*avaît en à supporter qu'une dépense de 5,ooo livres environ, pour 
l'envoi des formules imprimées. Celte ibis, on va dépenser inutilement de i5o,ooo 
à 300,000 livres. 

11 a été donné, par 2^^ voix contre 127, raison au Ministre. 

Quelques amendements d'importance secondaire ont été acceptés ou 
même suggérés par le Chancelier de TÉchiquier. 

Le vote final a eu lieu le 22. 

D'après les calculs de M. Goschen, la conversion seule du nouveau trois 
produira une économie annuelle de 4io,ôoo livres jusqu'en 1908, et de 
820,000 livres après cette date. Si la conversion est complète, comme le 
Chancelier l'espère, l'État économisera environ i,4oo,ooo livres sterling 
pendant quatorze ans, et le double de cette somme ensuite. L'intérêt de tous les 
3 p. 0/0 étant payable jusqu'en avril 1889, la conversion n'affectera pas 
l'année financière qui va s'ouvrir. Les avantages faits aux propriétaires de 
rente amèneront même un supplément de dépenses. 

La conversion a été saluée à la Bourse par une hausse sensible de toutes 
les valeurs qu'elle ne frappe pas. 



Digitized by VjOOQIC 



— 324 — 
ANGLETERRE. 

LA TAXE DES VOITURES. 

M. Goschen, Chancelier de TEchiquier, a reçu, à la fin de février, une 
députation qui venait solliciter Tabolition de rio)pôt auquel les voitures sont 
soumises. C'est un droit de licence dont le tarif a été réglé comme suit 
en 1884 : 

Voitures de louage 1 5 sh. 

Voitures à quatre roues (ou plus) pesant au moins ao3 kilogrammes 

(4 cwt). 2 liv. 2 sh. 

Voitures ayant moins de quatre roues ou pesant moins de 2o3 kilo- 
grammes 1 5 sh. 

Cette taxe produit annuellement près de 55o,ooo livres sterling. 

Les pétitionnaires critiquaient à la fois le tarif existant qui favoriserait 
outre mesure la fabrication des voitures légères, au préjudice des peintres 
et des tapissiers, et le principe même de Timpôt qui, sdon eux, frappe le 
travail et empêche beaucoup de cultivateurs, d'aubergistes , de boutiquiers 
d^avoir des voitures. 

La réponse du Ministre peut se résumer ainsi : 

Si la carrosserie souffre, c est moins le résultat de Tirnpôt que de la crise générale 
qui diminue, dans les classes riches, Tusage des voitures. La taxe dont il s'agit n*est 
pas un impôt .sur le travail; cest plutôt un impôt somptuaire et on ne peut trouver 
inique que le Trésor demande quelques guinées par an aux personnes à qui leur 
fortune permet d'avoir des équipages. La taxe sur les voitures est au nombre de 
celles que TÉlat se propose de céder aux budgets locaux <*) , et ce projet explique 
Ja (léiuarche actuelle; il ne croit pas qu*on puisse supprimer i*impôt; mais, avant 
d*en faire une ressource locale, il prend volontiers l'engagement de chercher à en 
perfectionner Tassiette, notamment en ce qui concerne ia situation faite aux voitures 
lourdes par rapport aux voilures légères. 

Le Ministre voit bien que les pétitionnaires se défient un peu des administrations 
locales ; ils craignent qu'elles aient moins de souci de leurs justiciables que n en 
avait le Gouvernement central. Mais il est bien entendu que, tout en laissant à ces 
administrations particulières le plus de latitude possible , on ne leur permettra pas 
de rompre avec les principes généraux de Vorganisation fiscale du Royaume et que 
les contribuables ne leur seront pas livrés sans recours et sans appel. Dans Tintérèl 
même de la réforme il faut empêcher les autorités locales de se créer des difficultés 
et le Gouvernement y mettra tous ses soins. 

La taxe des voitures n*existe pas en friande. Interrogé à ce sujet par 
M. Cremer, dans la séance de la (^mbre des communes du i3 mars, le 
Chancelier de TEchiquier a rappelé que la taxe avait été supprimée en 
friande dès 1833 parce que le produit de l'impôt n'y couvrait pas les frais 
de perception. 

■ ' ■ > 

(^) Le local govemment hill, depuis longtemps annoncé, vient d'être présenté à la Chambre 
des communes par M. Ritchie, Président du Local Government Board, dans la séance du 
1 9 mars. Noas nous en occuperons bientôt. 



Digitized by VjOOQIC 



— S25 — 
ANGLETERRE. 

LA REPRISE DES AFFAIRES. 

En ouvrant, le mois dernier, la session de Tassociation des chambres de 
commerce du Royaume-Uni, le Président « sir Bernhard Samuelson, qui déjà, 
au mois d*octobre dernier, avait signalé une certaine tendance à la reprise 
des affaires, s'est prononcé de nouveau dans le même sens en donnant tes 
raisons de sa confiance croissante dans Tavenir. On nous saura gré de repro- 
duire les encourageantes constatations contenues dans son discours. 

Je suis heureux de pouvoir vous féliciter de nouveau de l'amélioration qui se 
mamfeste dans le mouvement des affnires conmierciales et industrielles. Le progrès 
a été lent pendant la première partie de Tannée 1887 ; 3 s'est accentué dans les six 
derniers mois et pendant le mots de janvier de cette année. H s'atteste surtout par 
le développement de nos transports à Tintérieur et de notre trafic maritime. Les 
recettes de tios principaux chemins de fer présentent un accroissement de pTus de 
5oo,ooo livres dans le second semestre de 1887, comparativement à la périoJe 
correspondante de 1886. Le tonnage des vaisseaux que nos ports ont ru entrer et 
sortir, venant de Tétranger ou allant à Tétranger, a été pendant Tannée 1887 d'un 
peu plus de 56 millions, dont plus de /ia millions pour les vaisseaux anglais; c'est 
un accroissement de 2,870,000 tonnes sur 1886, et, dans cet accroissement, Ict 
vaisseaux étrangers n*entrent que pour 180,000 tonnes et les vaisseaux anglais pour 
2,190,000. Les navires qui, pendant quelque temps, étaient restés sans emploi 
dans nos ports, ont repris la mer avec des frets en hausse, et dansles derniers mois 
de Tannée les armateurs se sont trouvés encouragés k faire aux constructeurs de si 
nombreuses commandes que la plupart des chantiers du Nord-Est de T Angleterre, 
y compris , je crois , ceux de la Clyde , ont en ce moment du travail pour plusieurs mois. 
Je tiens de très bonne source que l'un des plus importants chantiers do Nord- Est a 
dernièrement reçu , dans f espace de huit semaines, des ordres pour 17 steamers du 
plus grand tonnage. Le tableau des entrées et des sorties de jauvier 1888 présente 
des chiffres supérieurs à ceux de janvier 1887. Les chifires qae j*ai cités ne com- 
prennent pas notre commerce de cabotage : il ressort, en chiffres ' ronds, à 
27,500,000 tonnes, ce qui donne un mouvement total de SSmîilîniis de tonnes. 

D peut être utile de mettre ces cbiflres, bien qu'ils ne soient. pas pratiquement 
comparables, en regard des 270,000,000 tonnes transportées sur les chemins de 
fer du RQyaume-Uni. Cest une indication de Timportance prépondérante que prend 
noire traiic national par terre et de TinBuence qu'un bon ou mauvab système de 
transports par vfûe ferrée ne peut manquer d'avoir sur notre prospérité industrielle 
et commerciale. 

Il y a peu de branches de Taclivité nationale qui niaient plus ou moins participe 
À cette reprise des affaires. Sans vouloir les passer toutes en revue, ce qui vous 
retiendrait trop longtemps, je puis dire que la production et la oonsotnmatiou du 
fer et de l'acier^ stimulées tout d'abord par les demandes considérables venues d'Amé- 
rique à un moment donné, se maintiennent aujourd'hui, grâce à la reprise des 
constructions navales et aux envois plus nombreux faits à divers marchés. Sur 
l'accroissement de 760,000 tonnes, que présentent les chargements deCsr.et d*acier 
en 1887 par comparaison avec 1886 , 4oo,ooo tonnes enviit>n provenaient des ordres 
plus nombreux faits par les États-Unis; les î6o,ooo autres répondaient aux 
demandes des autres pays. Mais au mois de janvier de cette année les chargements 
pour les autres pays que les États-Unis ont dépassé de So.ooo tonnes, ou 25 p. 0/0, 



Digitized by VjOOQIC 



— 326 — 

ceux du mois correspondant de 1887; f accroissement s*est maintenu dans la même 
proportion pendant le mois de février. 

Si nous prenons Tensemble des exportations de produits anglais, nous consta- 
tons pour 1887 une différence en plus de 9 millions sterling par rapport k 1886 et 
il est bon de remarquer que, sur notre commerce avec T^ranger, la différence 
serait plus grande encore. Uy a eu en effet diminution dans les commandes de nos 
colonies australiennes , diminution causée surtout par de mauvaises récoltes et qui 
semble aujourd'hui compensée por xme activité nouvelle; nos exportations k destina- 
tion des possessions britanniques ont ainsi diminué de 5oo,ooo livres steriing. 

Qndque encourageants que sofent ces symptômes, nous ne devons cependant pas 
fermer les yeux sur le rapide progrès de Tindustrie dans les pays qm nous font 
concurrence ; nous ne saurions déplover trop d efibrts pour ne pas nous laisser 
distancer* L'énorme accroissement de la production du 1er et de facier aux États • 
Unis n affecte pas notre commerce sur les marchés neutres; cependant k produc- 
tion de la fonte aux États-Unis, qui en 1887 ^^ représentait que le tiers de celte de 
TAndeterre , s*est accrue d'année en année et arrivait Tannée dernière à plus des 
7/8 de notre production. Il est plus important encore de noter qu en 1886 nos clients 
et nos concurrents en Europe consommaient par semaine 3,700 balles de coton 
de moins que le Royaume-Uni, et quen 1887 leur consommatioa égalait la nôtre : 
c'est là de quoi Hure réfléchir ceux qui seraient tentés de faire cause commune avec 
nos amis du Lancashire pour mettre des bâtons dans les roues des nouvelles usines , 
filatures ou tissages, que des sociétés ouvrières et autres veulent organiser à Oldham 
et ailleurs. On augmenterait encore, en agissant ainsi, les di£Bcultés de la lutte que 
nous avons à soutenir sur les marchés de rExtrême-Orientaveo les filateurs et tisseurs 
de Bombay, qui non seulement subviennent dans une proportion de plus en plus 
grande aux besoins locaux, mais ont encore accru leurs exportations de fils et de 
tissus : de moins de 1 million elles ont passé à plus de 4 millions sterling depuis 
les dix dernières années. 

En terminant ces «^servations sur notre situation industrielle , je tiens à exprimer 
le regret qu'en parlant de la reprise des affaires il faille eocore en excepter la plus 
grande de nos industries nationales, Tagricidiurequi, depuis près de dix ans, a été 
soumise à tant d'épreuves successives, les unes impossiUes k prévoir et à empêcher, 
les autres résultant de causes économiques dont les efforts de Thomme peuvent 
triompher. 11 ne nous est pas possible d'entrer ici dans le détail des remèdes que 
comporterait la crise agricole. Mais on me permettra de faire remwqner que, grâce 
aux avantages que possèdent nos agriculteurs eomme climat, comme sol, comme 
capitaux et comme marchés , et mugré la compétition à laquelle ils sont exposés 
par suite du transit de plus en plus rapide et de moms en moins coûteux des pro- 
duits similaires de toutes les parties du monde, une récohe moyenne de blé, le 
moins rémunérateur de tous les produits , leur donne encore par acre an prix du 
marché le plus voisin, cinq fois an moins ce qu une récolte similaire peut donner 
dans rOuest de l'Amérique, et cdia sans compter le prix de la paille qui , cette année 
m'a^t-on dit, a souvent rapporté à nos fermiers 3 livres par a^re. N'est*il pas certain 
aussi qu'avec plus d'habileté et plus d'économie on pourrait augmenter considéra- 
blement la valeur de la plupart de nos productions agricoles, sixrtout de notre 
industrie laitière? Il ne semble donc pas téméraire d'espérer que, lorsque les fer* 
mages et autres charges incombant k l'agriculture auront été équitablement réglés, 
nos agriculteurs pourront, quand les saisons ne leur seront pas trop contraires* 
retrouver leur juste part de ta prospérité génénde. 



Digitized by VjOOQIC 



— 327 — 



ANGLETERRE. . 



LE REGIME DOUANIER DES COLONIES AN6LAISBS. 

Sir Rawson W. Rawson, président de la seotion commeveiale deVImperial 
fédération, Leaguê, vient de lui sofimettre ud tabkau généi^ et aynoptique 
des tarifs ea vigueur daas les diverses parties de TËuipire britannique; Ce 
travail, ingénieusement préseaté, moutfe Textraordinair^ variété des sys- 
tèmes douaioiers actuellement pratiqués par les colonie^ anglaises et semble 
peu encourageant pour ceux qui voudraient arriver à y substituer un régime 
unifonae. 

Nous noni bornerons à extraire du rapport de sir Rawson Rawson quel- 
ques compvaisoDS' caractéristiques. 

Le taMeaa suivant montre comment varie, d^un point à Tautre^le taux 
moyen de taxation obtenu en divisant le produit des droits d'entrée par la 
valeur totale des importations : 



p. o/o, 

CôteJ'Or a4.5 

LeCapt^... a 1.5 

Australie occ^* ao*3 

Nouvelle-Zélande . . i g . i 

Jamaïque. ....... lo.g 

Sainte-Lucie ..... 18. a 

Canada* 17.5 

Aniigoa 16.3 

Bahamas i5.8 

Tasmanie 16.7 

Queensland 1 5.4 

Tabago 1 5.o 

Des Fidji. ....... iS.o 

Grenada i&,i 



p. o/q. 

Saint-Vincent ..« • i3.8 

Guyane anglaise.. 13.7 

Terre-Neuve i3.3 

Sierra Leone 13.4 

Dominique ...,.« 11.6 

Saînt-Kitts et Nevis. 1 1 .4 

Victoria 11.3 

Australie du Sud . . lo.g 

Natal 10.7 

Sainte-Hélène .... 10.6 

Lagos 10.3 

Iles Vierges io.3 

Gambie 10.0 

Iles de Turk . . . , . . g.8 



..J»' 0/0. 

Honduras g.8 

Bermudas « 9.8 

Montserrat 9.4 

Barbade 8.5 

Ile Maurice 7.8 

Nouv.-GalIesduSud 7,5 

Trinité. ..,.•.-... 6.8 

Ceylan 6.3 

Roymime-Unl ... 5.3 

Iles Falkland. . . . , 5.o 

Inde . , • 3.0 

Hong-Roog 0.0 

Etabl*' du détroit.. 0.0 



Pour Gibraltar, Malte et Labouan, les documents ibnjt d4faut. 

La pçirt proportionnelle des di^oxts de douane dans .le budget total des 
recettes est de 4 p^ o/o pour Tlade^ aa p. 0/0 pour le Royaume-Uni, et 
atteint 88 p. 0/0 à Terre-Neisve* 

La quotité moyenne des perceptions douanières par léte est de 12 shil- 
liugs pour le Royaume-Uni', 18 pour le Canada, et monte k 3 lîv. 16 sh. 
dans rAustralîe occidentale. 



Digitized by VjOOQIC 



— :3a8 — 
BELGIQUE. 

LA SITUATION BUDGÉTAIRE. 

Le budget des voies et moyens , pour 1888, a été inséré dans le Bulletin 
de janvier (page 87], en même temps que le budget du Ministère des fi- 
nances (page 89); et le Bulletin de février a fait connaître (page igo) le 
produit des impôts en 1887. 

Le 24 février, M. Beemaert, Ministre des finances, a déposé sur le bureau 
de la Chambre des représentants: 1^ les treize projets de lois concernant 
les budgets de recettes et de dépenses de Texercice 1889 • 2* '^ compte rendu 
de la situation du Trésor au 1^ janvier 1888. Il a en même temps donné 
sur la situation financière les indications suivantes : 

Les résidtats de Texercice i885 sont arrêtés. Le déficit se réduit à 7^5,548 francs. 

Quant à rexercice 1886, le dernier exposé de la situation du Trésor en évaluait 
le boni à 189,899 francs. Par prudence, j'étais resté au-dessous de la vérité. L*ex- 
cédent de 1886 s'élèvera très approximativement à a,i 5o,6oo firancs. - 

Cependant, les recettes, qui avaient été évaluées, à 3ao, 169,738 francs, n*aaroat 
atteint que 3 1 5,900,000 francs environ , laissant ainsi, sur les prévisions ua mécompte 
de 4i3oo,ooo francs. Mais les dépenses ne dépasseront pas 3 1 3,7,50,000 francs, 
ce qui laissera, après déduction de quelques crédits complémentaires, pour 
5,900,000 francs de crédits k annuler. Ainsi, les divers départements ministériels 
auront dépensé 5,900,000 francs de moins qu ils n avaient été autorisés è le faire 
par les votes de la législature. 

Je passe à Texercice 1887. Uaprès les résultats déjà connus, Texcédent de cet 
exercice dépassera très notablement les prévisions primitives. J'avais annoncé un 
boni de i,435,o55 francs. 11 ne s'élèvera pas à moins de la millions. 

Les recettes, évaluées à 31^,4^1,809 francs, atteindront approximativemeni, 
malgré les dégrèvements votés, 3a3,o59,ooo francs. Cette plus-value importante est 
surtout due à la reprise des transports du chemin de fer, dont lés recettes ont 
dépassé de 6,46 1,000 francs celles de 1886 et de 5,928,000 francs les évaluations. 

Les dépenses prévues pour 1887, y compris certains crédits supplémentaires, 
notamment au budget des chemins de fer où l'extension du trafic les rendait néces- 
saires, montaient k 3 14*078,754 francs. Elles laisseront de nouveau, tous comptes 
faits , des crédits à annuler à concurrence de 3,4oo,ooo francs environ. 

Je n'ai rien à dire de nouveau des budgets de 1888. On sait qu^ils ont été pré- 
sentés en excédent de 5,876,831 francs, et ce chiffre na subi que des mcdilica- 
tions de peu d'importance en ce qui concerne les budgets déjà votés. 

Enfin, les budgets de 1889 que je viens de déposer sont présentés avec un 
excédent de recettes de 9,093,854 francs. Les voies et moyens sont évalués à 
3aa,343,7oa francs et ce chiffre ayant déjà été dépassé en 1887, on peut assuré- 
ment compter qu'il le sera encore. Par contre, nos évriuattons de dépenses, qui 
montent à 3i3,a49,848 francs, doivent être complétées par un élément dont le 
chiffre ne peut être actuellement établi avec précision : je veux parler de l'accrois- 
sement du budget de la dette publique que rendra nécessaire le service, en 1889, 
des capitaux à emprunter pour les besoins du budget extraofdinaire. 

La situation qui vient d'être exposée semblera satisfaisante à ia Chambre. La 

5 lus stricte économie n'en demeure pas moins nécessaire. Non seulement il reste 
emportants travaux publics à entreprendre ou à continuer; mais, sans parler de 
dégrèvements désirables , les études entreprises en vue de l'amâioration de cer- 
taines situations sociales amèneront probablement de nouvdiles dépenses. 



Digitized by VjOOQIC 



— 329 — 
AUTRICHE-HONGRIE. 

LE BUDGET HONGROIS. 

ftisULTATS Bt L*IZBRGICE 1887. 

Les cbiffires des recettes et des dépenses de la Hongrie en 1887 viennent 
d'être publiés. Voici ces résultats comparés aux prévisions budgétaires : 

ÉVAUIATIO]» 

Qg RESULTATS, 
pour 1807.^ 

florim*. flomn. 

Dépenses 1 35o,283,i45 332,169,621 

Receltes 328,258,35i 298,012,738 

DÉFICIT 22,024,794 34,i56,883 



Les dépenses effectuées comprendraient 15,981,723 florins de crédits 
e xtr aord i naires votés pour Tannée. Cest à ce fait qu'il convient d*attribuer 
Taugmentation du déficit. 

Voici les principales recettes de 1887 (prévisions et produits) : 



DisiGRÀTION DES ABGKTTIS. 



Impôts directs 

de consommation . 

Timbre 

Taxes judiciaires 

Tabac 

Loterie 

Sel 

Domaines 

Mines 

Usines 

Forges 

Chemins de fer de TEtat . 
Aliénations domaniales . . 

Postes 

Télégraphes 

Forêts 

Haras 



CHIirPEES VOTES. 


ABSOITATS. 


florÎM. 


Ibrin». 


96,600,000 


97,799,011 
27,598,310 


25,677,928 


9,094,000 
16,800,000 


9,551,919 
16,072,330 


42,664,700 


40,832,920 


3,099,100 
14,815,295 


2,673,039 

i4,8q5,634 

2,302.079 

2,468,020 


2,946,274 


3,061,827 


3,490,341 


3,739,525 


4.097,618 


3,309,795 


i5,o5o,ooo 


14,969,491 
5.626,872 


5,000,000 


9,737,500 


9,333,710 


2,i48.4oo 


2,180,120 


6,487.237 


7,740,559 

2,243,225 


2,550,986 



Les principales augmentations de dépenses concernent les affaires com- 
munes, 44 millions de florins payés contre 29 votés ; le Ministère de la 
guerre, i5.8 millions contre 8,2. Le service de la dette a exigé 124.7 ^^^ 
lions, contre i23.6 prévus. 



BULL. DE ItAT. 



Digitized by VjOOQIC 



— 330 — 
ITALIE. 



LES DROITS DE DOUANE ÂPPUCAfiLEB àUI PRODUITS FRANÇAIS. 

Une loi publiée 4^09 la Gosiem ^Mle du 3Q fivrw* rdève, k f ^ard des 
produits d'origine française à partir du i*' murs, uu cerUÎQ noinJ^r^ da droits 
inscrits dans le tarif général italien du i*' janvier 1888. 

Nour rapprochons ci-après ces droits de ceox qui figurent soit dans le 
tarif général précité, soit dans le tarif conventionnel qui a cessé d'être 
applicable à la France depuis le 1*' mars. 

TABLEAU COMPARATIF. 



ARTIOLU 

du 

Urif 



2. 

i. 

h. 



6. 
6. 

7. 

6. 

8. 
b. 
r. 
d. 
e. 



DESIGNATIOU 
dn 



CATicORIE I. 

spiritueux, hobtons et huUet. 

Vini: 

— en boateilles • 

Spiritaeuz ; 

Spiritoenx ëdulcorés on aromatises, y 
compris le rliiim , Veai^dc-vie , etc., 
en futailles {y an^prii U récipient). 

— de tonte sorte, ftk bouteilles : 

«— de j^de i/alitit et pas pins de 
1 litre. ,,..,.««•• • • . • 

— de i/a lit«c et wv»* 

Hniles fixes : 

— non dé 

— minérales et de résine : 
•— rectifiées. ••••«•••.•.. 

— volatiles ou essences : 

— d^MraDge et lenrs Tarîétés 

— «de girofle 

— <le menthe 

— non dénommées 



TARIF 

▲PPUCASLS 

pradaiu ffWfsU. 



TARIF 



TARIF 

co^TKHTioraai.. 



fr. 



1«8 100 bouteillet. 

200 00 I 60 00 I 



l'heclolitr». 
90 00 i 60 00 I 

las 100 l>ont«ill«s. 
90 00 I 60 00 
60 00 I 45 00 

1m IQQ l^gr^mmsf, 
20 00 15 00 



60 00 

9 00 
10 00 
10 00 

5 00 



47 00 

le kilognmiiis. 
1 50 
7 50 
7 50 
3 00 



k 00 

fi5 00 

95 00 
18 00 

6 00 



Digitized by VjOOQIC 



— 351 — 

TABLEAD CCHfPARATir. (Siiil&) 



UTIOI* 

urif 

|éiér«L 



10. 
a. 
b. 
12. 

13. 
a. 
&. 
15. 

16. 

1». 

0. 

h. 
19. 



i 
39. 

53. 
f. 

h, 

c, 
l 

02. 

64. 

0. 

h, 
e. 

66. 



DiSIGNATION 



cuTiflOBn it. 
Dmréu eohmidu, ^tarigt et taboet, 
Café: 

•— brat. 

— torréfie 

Mélasse 

Sacres 

— de i^dasse. , 

— de s* classe , 

Confitures et conserves an sacre oa an 



Kscmispoarlethë. 
Caoao: 



— ooncaMé, moola on en pète. 
GlMOGlat .VT., 



CATicoaiB m. 

Prodaiti chmifÊes, espècét nMdnakt, 
résinu et parfumune. 

GailMnatest 

— de plonib 

— de sonde. 



CUomres: 

— de chanx , de potasse et de sonde 
(hypodbiorite). . . , 

Capsules fàlminantes et cartonches : 



Cartooehes vides avec capsries. .... 

Cartoaehes chargées 

Capsoies. .....a... 

Mëdicaments composés non dénofumés 
(sans défâkation du poids des con- 
inuoédiats] 



Savon : 



— parfomë 

~— à la giycénne.* •......••••.««• 

Paifomerie (sans défalcation du poids 
des contenants ÎBmédiats) : 

— aksooGque 

~*" non ?ifcwt1îfpiie • ••>•••••..•... 



TARIF 

àftlMàMlM 

va. 



fr. 



TARIF 



810 00 

900 00 
30 00 



108 00 

94 75 

150 00 
60 00 



120 00 
150 00 
170 00 



15 00 
9 00 



3 00 



90 00 
225 00 
375 00 
375 00 



240 00 



20 00 
100 00 
140 00 



200 00 
200 00 



TARIF 
coRTiirTioinnL. 



les 100 LHognmiDM, 

lAO 00 

20O00 

10 00 



«)00W 
76 75 m 



100 OOt»» 
45 00<'> 



100 00 
125 00 
140 00 



!•• 100 kilognmmM. 

Exempt 
1 00 



Exempt. 

60 00 
150 00 
250 00 
250 00 

120 00 



8 00 
40 00 
90 00 



100 00 
100 00 



fs. e. 



60 00 
60 00 



120 00 



6 00 
12 00 
12 00 



37 50 
12 00 



, (^1 Déem ds i3 ftrrisr 1888 mii porto ««ismeat les droits su Iss gUHosss : Itqûds à 66 fraass «t. solids à 
. Voir le Bailkw ds févrisr 1888 • pa^s 319. 



to fhaa Us 100 Id 



IS* 



Digitized by VjOOQIC 



— sss — 

TABLEAU COMPABATIF. (Suite.) 



AlTlCUt 
du 
Uni 

général. 



70. 



a. 
6. 
71. 



72. 



73. 

a. 

h. 
75. 

76. 



DÉSIGNATION 



MABCHANSISIS. 



CATiGORIB IV. 

Ombun, ubUmn» et tanbu. 

Coalenn àénvéeÊ du goudron et d'antres 
mbstanoes bitnmmeoBes : 

— àréUtsec * 

— «b pâte ou liquides 

Extraits colorants de bois de teinture 

et d'autres matières tinctoriales de 

toute sorte 

CooleuM en taUettes, en poudre et de 
toute autre sorte 

Vernis: 

— àTalcool 

— autres. 

Encres de toate «wtc 

Noirs: 

Cirage: 

— 1* en boites 

— i* autre 

CAT^BIB V. 

Chanvre, lin, jutg et autres wéyètaux 
filamenteux, excepté le colon. 



CATEGORIE 


▼I. 


Coton. 




CATJÎGOAIB 


vu. 


Laine, crin et poîL 



CATISOORIB VIII. 

Soie» 



i TARIF 

APPLICASLI 

aux 

pitMlnita fittBfaM. 



fr. 



TARIF 

oAiiéftAi.. 



TARIF 



les loo kilogri 



125 00 
70 00 


Exempt. 


fi 


30 00 


12 50 


12 50 


30 00 


12 50 


12 00 


50 00 
50 00 
25 00 


30 00 
20 00 
15 00 


$t 

tr 

II 


2a 00 
16 00 


12 00 
8 00 


5 00 
5 00 



PoBr 1«9 artides de cdU caUgoris . k r«CMpti»B de l'tr-. 
Uele 77 Mitt et chanvre bmU el ptiguéê) , las droiU i* 
tarif général sont augmenta de 5o p. 0/0. 

Cette catégorie comprend les cordes et eordajres , file , lisseï . 



Bonneterie » peeaei 

nés en lin , cnanvi 



lanvre et jute. 



Pour leé articles de cette catégorie , è rexeeption de Tir- 
tiele 95» a (eoton ea laine on en maaae], les droits da 
tarif général sont augmentés de 5o p. 0/0. 

Cette catégorie comprend ton* lee prodatts en eoton. SU. 
cheinea, tiseae, pesseaualerie , etc. 

Pour lea articies de eette eal^orie , kl 
roa lai a. laa , ia3 a, ia4 « (laine en.aûnt on h^l 
et déchets de laine, crins et poil» hmts) , les droits ul 
tarif gépéral sont aogment^s de 5o p. 0/0. 

Cette catégorie comprend tons lea arlides en laine 
on p«il, iilt , tiaeu , fentree , ta^is 



Pour les «rtides de cette catégorie , t Texeeptioa des 

ros i43, lié, i45 «4, léy a>é (lemeacea de ter» I 

soie, eoeons, soie simple monliBee on torse et d^Wt! 

de soie grige } , les droits da tarif général sont ai 

tés de 60 p. 0/0. 
A l'article ié5 4. le droit est porté de So centimes 

1 frêne (aoie simple, moalinée on torse, teinte). 
La catégorie VIII comprend tous les articles en soie, fil» 

tissus , velours , peluches , deatsiles , articles confcctîoe 

nés , etc. 



Digitized by VjOOQIC 



— 333 — 
TABLEAU COMPARATIF. (Saito.) 



tânf 


DÉSIGNATION 

■AUCBAIOIUS. 


TARIF 

àmiCABLI 

aux 
prodrits fiKBfsb. 


TARIF 


TARIF 
cosTMTiosiraL . 




fr. «. 


fr. c. 


fr. e. 




CAtIgOAIB II. 










BoûetpaUUt, 








165. 


MenUet et parties de meubles brutes 
<m finies: 








a. 






les loo kilogranoics. 






— 1 autres en bois oûnumm . ..... 

incrastës et en marqnetene 


30 00 
100 00 


90 00 
60 00 


13 00 
40 00 


b. 


rembdnrrés: 










— 1 * 4e boîs commun, t , , 


00 00 
100 00 


AO 00 
60 00 


40 00 
40 00 


incrasiés, etc. 


166. 

8. 

b. 


Corniches et baguettes pour corniches : 

— siaipks et ooYrées, non vcniés. 
non dorées ai argentées. 

— antres 


50 00 
100 00 

M 00 
80 00 
90 00 


35 00 
70 00 

15 00 
«0 00 
75 00 


II 


169. 

b. 

171. 

172. 


Liège: 
— oaTré. • 


40 00 
40 00 


Meroeiie commune en bois 


Jouets en bois ,« ,,, 


m. 


Vannerie et nattes : 


0. 

b. 


■• — STOssières. ■■•■•■.. ........^. 


19 00 
fi5 00 


8 00 
30 00 


Exempt 


-STr!^:.::.:::::::.:::::; 




cATiooan x. 






Papien et îwn$. 








183. 
a. 
i. 

1Ô5. 


Papier blanc on teint en pâte : 
— de toute sorte 


20 00 

60 00 
200 00 
190 00 


15 00 

45 00 

100 00 

80 00 


10 00 

90 00 
50 00 
60 00 


— de couleur, dore ou peint ou de 
tenture y compris le papier blanc 
pour la lithographie et la photo- 
graphie .• , 


Eitampes» lithographies et étiquettes.. 
OuTrages en papier et en carton 


187. 
188. 


liTres et musiques : 
Imprimés : 
— a* en langue étrangère, simple- 


90 00 
^0 00 


fixempU 

90 00 


Bzeanpt. 
[ 19 00 
90.00 

10 00 
15 00 


— 3' reliés 


l 


Non imprimés (registres) : 
— 1* Rdiîés ou cartonnés 


40 00 
60 00 


95 00 
40 00 


— a' Autres ; 





Digitized by VjOOQIC 



— 334 — 
TABLEAU COMPARATIF. (Soite.) 



ARTICI44 

an 

tuif 

génial. 



a. 

h. 

223. 

a. 

b. 
224. 
225. 
226. 

227. 



230. 
a. 
b. 
c. 

233. 
23<^. 
235. 



(. 



247. 
a. 



DÉSIGNATION 
des 

■ARCHAITDIBIS ' 



CATiconiB XI. 
Peaax, 



CATéoomB ui. 
Minmrais, métaux hrats «t omfrés. 



Furïs : 




déUchëet 

iteU et revolvers : 

— complets. 

— Pièces détachées 

Artides en fer et ader bnuûs.. 

Aig:ailles et épingles 

Machines: 



ÂppareBs en coivie on autre ioMtîère 
pour diavfiage, raffinage, distilla- 
tion.iftc 



TARIF 

APPLICABLI 

aux 

produits fntofaU. 



TARIF 
ainBRAL. 



TAKIF 

covmTTomnii». 



fr. e. fr. e. fr. e. 

Poar les articlM de eette eet^rie , à l'exception do b«- 

miro 190 a4 (peeax bmtes), les droits dv tarif g^inl 

soat sogmeatM de 5« p. o/ô. 
Cette catégorie comprend ioos les ariidee «a peav, depuis 

les pesnx bratae j«iqa'eiix ovff âges les plos fias , peeax 

tsnaiss, vernies, etc., scorie, ouvrages de peileîeiie, 

gents, ehsussvres, ete. 
Poar les articles soi, aos , 9o3, ao4« ao5, so6, 307, 

908, ao9, aie (fer, fonU et acier) de cette eat^rie, 

les droiU du tanf sont engmeat^ de se ». 0/0. 
Poar les ariaeles xii^, aia> ai3, %ih (cuivre, plomb et 

aickel) , les droîu du tarif gén^rsl sont eagmentéa de 

5o p. o/û. 

ie cent. 



Wagons: 

— à marchandises et tenders. 

— de 3* dasse 

— de a* dasM 

— de 1** dasse 



Oifèvrerie et vaissdle d*or 

Articles en argent, même doré on ar^ 
genterie 



1.000 00 i 


800 00 1 






n 


les 100 kiloiTTammes. 






AOO 00 1 


300 00 1 
le cent. 




n 


500 00 1 350 00 1 




it 


1,000 00 


les >oo Idlogramnaei. 

700 00 




II 


100 00 


80 00 




60 00 


150 00 


100 00 




60 00 


Poarl'arUde aa«» 


1t Pexeeptîon de la teltre <, 


lesdroii« 


■'] 


es 160 Ulogrammse. 


0/0. 




30 00 


20 00 1 






10 00 


PoarrarUeleaSo. 










les droits ei-des- 










«otts seront aug- 










mentés de 5o 










p. 0/0. 










■^ 10 00 


10 00 






7 00 


U 00 


1& 00 






13 00 


16 00 


16 00 






13 00 


19 00 


1.9 00 






13 00 




l'hectogramme. 






20 00 


1 UOO 






Ik 00 



— d'or. 



— daigent, même doré • . • 

GATBGOKIB Xllt. 

Piems, ierret, wùutXUt, 
verr» «t eriitam, 

Briqnes : 

Briques, toiles ordinaires , carreaux bruts 

et briques réfiractaires , 

Tuiles plates marseillaises et parisiennes 

briques creuses 



té kilogramme. 

15 00 I 9 00 i 

l'hectogramme. 

20.00 I 14 00 I 

le kHograaime. 

16 00 I 10 00 1 



i 00 



les 100 kUogtsaimsi. 
25 



5 00 

7 00 
10 00 



Exempt. 



3 00 I 1 50 ( îàem. 

Pour les articles a5s, a53, %bkp ad5, 9&6, 9(7. 1S8. 
169, a6o, a6a, a63 (terre, poterie, veiroi glaces, 
crieUux , ete. ) , les droits da «Mf générd soat- augmen- 
tés de Se p. 0/0. 



Digitized by VjOOQIC 



— 336 >-. 

TABLEAU œMPARATIF. (Suite et fin.) 



Amnctu 
an 

Urif 
ghkéni. 



369. 
a. 

b. 
270. 

a. 

c. 
275. 

a. 

h. 
28&. 

a. 



306. 
6. 
c. 
<2. 



316. 
320. 

a. 

6. 
321. 

a. 

b. 
325. 

6. 
326. 

h. 



329. 

a. 

h. 
330< 

a. 

&. 
331. 



337. 
e. 

338. 



DESIGNATION 



iiAiefeAiimMs 



CATBGOMB XIT. 

CéMMMffmnu, péUi et fnvdmU vé- 
gétaux non aomprit dans d'autnt ca- 

Uni 

— en paille 

^-MntpeiUe 

Farina: 

— de céréales et âe hîi» 

— Semoule é 

Amidon: 

— ordinaire 

— fin on en bottes 

Fmits , légumes et plantes potagères : 

— > dans llraile, le sel on le vinaigra. 

CAT^GORIB ST. 

Animaux, produis ei dépomUu d^taù- 
moMx non compris dans iToalrtf coté- 
QôrUs, 

Pwsaotts: 



— en saumure 

— marines ou à l*huxle , y compris le 

thon en boites 

•^ en ammrfet, «i bottea 

uSTr-"-^ 

— fcrte. 

— de poisson * . 

Plumes: 

— ^ d ornement , brutes . ••• • 

— d-omement, «DTrie. 

iToîre, nacre et écaille : 

— ouvres 

CotMs, o§ et matières similaires : 

•*- outréi. « 



Mercene : 



CATicOBIB XTI. 

O^îstf divers. 



•^ fine. 
Étentail».* 



« — fins 

Instruments de musique : 
Pianos: 

— 1* droits 

— à* à queue 

ChapeaiK : 

«** de dames, garnis, de tout genre. . 

Fleurs artifiâeiles 



TARIF 

APrUCABLl 

ma. 

pfodaîu frinçtis. 



TARIF 

oéaitAj.. 



5 00»> 

11 OOt"! 

10 00 
15 00 

12 00 
18 00 

ko 00 



10 00 

12 00 

25 00 
25 00 
20 00 

8 00 
30 00 

6 00 
50 00 

300 00 

160 00 



150 00 
300 00 

200 00 
600 00 



150 00 
300 00 

1,000 00 i 

30 00 I 



A 00('> 
6 00(» 

8 70 

11 00 

8 00 

12 00 

20 00 



1100 

6 00 

10 00 
10 00 
15 00 

k 00 
15 00 

le kilogramme. 

3 00 

35 00 

Im loo kilogrammes. 
150 00 

80 00 



100 00 
200 00 

100 00 

200 00 

le piano. 

90 00 I 

180 00 I 

le eeAl. 

500 00 I 

le kilogramme. 

15 00 I 



TARIF 



fr. 



Cvempt. 



3 00 
3 00 

8 00 



hknu 



10 00 
10 00 
15 00 

k 00 
10 00 



15 00 

100 00 

60 00 



60 00 
100 00 

90 00 
150 00 



60 00 
75 00 

300 00 

6 00 



(*) Droite an Urif giaéral ralev^ par àinei an 8 mara i688. 



Digitized by VjOOQIC 



— 336 — 
ITALIE, 

LES PROJETS D'IMPÔTS NOUVEAUX. 

Un projet de loi, présenté le 23 février par M. Magliani, tend à assurer 
par de nouvelles mesures fiscales l'équilibre du budget italien* Voici l'a- 
nalyse du projet, empruntée au Bulletin financier iniernaiionaL 

Pour assurer réquilibre du budget 1888-89, ^^ ^ besoin dune somme de 
70 millions : 1 a millions sont déjà fournis par Taugmen talion des droits sur les 
sucres, approuvés par la loi du la février 1888. Pour les autres 58 miltionB le 
Ministre a tenu à puiser à plusieurs sources. ... 

Le premier article demande la conversion en loi du décret royal du 10 février 
1 887 (voir page a 1 8) , qui modifie comme il suit le tarif pour les céréales : 

Blé, droit porté de 3 francs à 5 francs par 100 kilogrammes. 

Farine de blé, droit porté de 6 francs à 8 francs. 

Semoule, droit porté de 8 francs à 1 1 francs. 

Son, droit porté de a francs à a fr. 76 cent. 

Pâtes de froment, droit porté de 9 francs à la francs. 

Pain et biscuit de mer, droit porté de 9 francs à la francs. 

Avoine, droit porté de a francs à 4 francs. 

En se basant sur la quantité du blé importé en 1887 (900,000 tonnes) , on peut 
prévoir que cette modification de tarif donnera une augmentation de 18 millions. 

Par le second article, on propose le rétablissement des deux dixièmes de guerre 
sur Timpôt foncier, dont le rendement sera de 19 millions i/a« 

L article 3 augmente d'un dixième la taxe sur les successions et les donations. 

L*artide k propose de modifier le prix du sel de luxe dans la mesure suivante : 

POUR LBS DBBrrAlTTS. POUR LE PUBLIC, 

lis 100 kilogr. let loo kilogr. 

Sel pilé et de Volterre 58' 5o» 60' 

Sel raffiné en paquets 74 5o 76. 

L'article 5 propose une nouvelle taxation des boissons alcooliques, savoir : 
Boissons alcooliques en fût jusqu'à 4o degrés de l'aicoomèlre centigrade, 3o francs 

par hectolitre; 

Boissons alcooliques en fut au-dessus de ko degrés de Talcoomètre centigrade , 

76 centimes par degré et par hectolitre; 

Boissons alcooliques : en bouteille ne contenant pas plus d*ùn litre, 75 centimes 

par bouteille; en bouteille de un à deux litres, 1 fr. 5o cent, par bouteille, etc. 
£n évaluant la consommation annuelle a aoo,ooD hectolitres d*alcool pir, le 

nouvel impôt produirait i5 millions à peu près. 

En résumé , on parait compter sur les recettes suivantes : 

Augmentation des droits sur les sucres 1 a,ooo,ooo' 

Aiigaientalion des droits sur les céréales i8,ooo«ooo 

Rétablissement de deux dixièmes de l'impôt foncier 19,600,000 

Augmentation de la taxe de succession 3,5oo,ooo 

Modiiicatioi) du prix de vente du sel a,ooo,ooo 

Taxe sur les boissons alcooliques 1 5,ooo,ooo , 

Total 70,000,000 



Digitized by VjOOQIC 



— 317 — 
ITALIE. 

LES BUDGETS DEPUIS 1862. 

M. le professeur A. J. de Johannis , rédacteur en chef de YEconomista de Flo- 
rence, vient de publier sous ce titre : Il Veritas finanziario , le premier vo-' 
lume d'un annuaire qui rendra de grands services , tant en Italie qu'à Tétranger, 
à tous ceux qui ont intérêt à bien connaître le mouvement des finances de 
la péninsule. Lé volume compte plus de 800 pages et se divise en trois par- 
ties: 1^ finances et dette.de l'État; 2** finances et dettes provinciales et 
communales; y* instituts d'émission. 

Un résumé de Fhistoire économique et financière de Tannée 1886 sert 
d'introduction ^ l'ouvrage,. qui se recommande, à la fois par l'abondance et 
la précision des renseignements législatifs, statistiques et autres. L'ordre dans 
lequel les matières y sont rangées ne laisse rien à désirer, et la table alpha- 
bétique qui le termine facilite encore le9 recherches. 

Nous aurons souvent l'occasion d'utiliser // Veritas finanziario et nous lui- 
empruntons dès aujourd'hui (pages 338 et 33g], deux tableaux d ensemble 
qui présentent, «nnée par année, depuis 18CI3 , le mouvement des reoettea 
et des dépenses de l'État. 

Si Ton divise par groupes quinquennaux les vingt-dnq années comprises 
dans ces tableaux, on obtient, pour les recettes, les moyennes suivantes : 

Recettes de TEtat — Moyennes annuelles. 



PÉRIODES. 


RECETTES 
OEBiKAïaïa. 




RECETTES 

TOTAI.lt. 


De 1S69 à 1866 f Sam) 


miUions de fr. 

564.1. 

823.8 
1,058.6 
1,213.6 
1.215.3 . 


mlHiona de fr. 

505.6 
297.7 
179.4 
147.9 
301.3 


nimoudefr. 

1.069.7 
1,121.5 
1,238.0 
1,361.5 
1,516.6 


De 1 867 à 1 8*7 1 ib ans \ 


De 187» à 1876 (Sans) 


De 1877 à 1881 (5 ans) 


De 1889 à 1885-86 (A ansi/a) 


MoTBNiiB cMiAudes %k annëes 1/3.. . 


995.0 


3^2.2 


1»291.2 



En représentant par 100 les recettes totales de i863, les variations ulté- 
rieures se trouvent représentées comme suit : 



i863 100 

>864 99 

i865 lao 

1866 idofgaerre] 

1867 86 

1868 118 

1869 106 

1S70 109 



1871. 
187a. 
1873. 
187A. 
1875. 
1876. 
1877. 
1878. 



117 
ii5 
ii5 
ii4 
ia3 
ia6 
ia6 
ia8 



»879 

1880 

1881 

1882 

i883 

1884 (sem.)... 

1884-85 

1885-86 



i3o 
i3o 
139 
aoî 
i4o 

i5^ 
i58 



Digitized by VjOOQIC 



— 3J8 — 

I. —RECETTES 0E L'ÉTAT. 



ANNÉES. 



RECETTES 

OIDIUAIIM. 



RECETTES 



RECETTES 



i86a 

i865 

i864 

i865 

1866 

1867 

1868 

1M9 

1870 

1871 

187a 

1873 

1874 

1875 

1876 

»877- 

1878.. 

»«79 

1880 

1881 

i88a 

i883 

i88ii (i"0emestre). 

1884-85 

1885-86 



479.1 

590.9 

573.0 

6*5.5 

604.0 

706.5 

7U.1 

S67.7 

868.2 

945.4 

994. 4 

1,034.3 

1,067.9 

1,092.5 

1,114.3 

1.174.0 

1,184.1 

1,221.7 

1,215.6 

1,275.4 

l,292o7 

1,325.4 

655.1 

1,404.6 

1,398.5 



nîllioiu 
71.2 
522.8 
462.8 
010.9 
860.2 
200.4 
493.6 
239.0 
282.2 
278.5 
207.6 
170.0 
131.9 
188.0 
199.6 
142.2 
147.0 
137.8 
132.5 
179.8 
832.7 
143.6 
64.8 
211.7 
253.5 



dé fnae*. 

2.2 

1.7 

8.3 

1.6 

0.6 

4.1 

13.3 

12.1 

19.4 

30.3 

76.2 

90.7 

104.0 

132.6 

115.6 

112.0 

111.9 

111.5 

91.1 

63.3 

94.5 

94.3 

46.8 

93.4 

93.5 



TOTAL 

DU KMBTTBl 

ordiiiairM 

•I 
extraordi- 



550.3 
1,043.0 
1,034.8 
1,256.4 
1,464.2 

906.9 
U234.6 
1,106«7 
1.140.5 
1,218.9 
1,201.9 
1,204.2 
1,189.7 
1,280.5 
1,313.8 
l«3i6.2 
1,331.1 
1,359.5 
1,348.3 
1,452.2 
2«125.4 
1,469.1 

719.9 
1,616.3 
1,652.0 



PROPORTION 
des 



p. 0/0. 
15 

100 
80 
94 

1^ 
98 
66 
«7 
32 
28 
20 
17 
12 
17 
18 
12 
12 
11 
11 
14 
64 
10 

M 

15 

18 



Digitized by VjOOQIC 



n. — DÉPEWS53 DE L'ÉTAT. 



ANNÉES. 



DÉPENSES 



DÉPENSES 

tttftàOI»!- 



DÉPENSES 



i86a 

i863 

1864 

i865 

1866 

1867 

1868 

1869 

1870 

1871 

187a 

1873 «*•< 

1874 

»»75 

1876 

1877 

1878 

1879 

1880 

1881 

188a 

i883.. 

i88A(i*'8emettre) 

1884-85 

1885-86 



706.0 
769.5 
819.& 
SOI .6 
699.9 
896.7 
fSO.S 
947.7 
969.6 
9&0.9 
1.017.2 

1,010. a 

1,009.2 
1,034.8 
1,068.3 
1,081.6 
1,096.4 
1,126.2 
1,140.4 
1,181.1 
.1,212.9 
630.7 
1,277.4 
1.301.1 



mmmmmtm 

171.2 
187.6 
193.0 
579. $ 

04.2 
2S0.6 
212.5 
269.0 
295.7 
206.4 
904.4 
214.7 
260.0 
286.9 
247.5 
237.3 
220.7 
203.1 
260.9 
934.9 
260.0 

94.7 
303.6 
336.0 



de firtnçs. 
2.2 
1.7 
3.3 
1.6 
0.6 
4.1 
13.3 
12.1 
19.4 
60.3 
76.2 
90.7 
104.0 
132.0 
115.6 
112.0 
111.9 
U1.3 
90.9 
66.3 
94.5 
94.3 
46.8 
93.4 
93.5 



TOTAL 
SIS dAphsu 

érlinim» 
•t 

ntnordi* 
aaires. 



960.4 

940.7 
1,000.0 

994.3 
1,400:1 

990.8 
1,150.9 
1,160.2 
1,232.6 
1,175.9 
1,223.6 
1,286.7 
1,225.2 
1,269.2 
1.921.2 
1.315.9 
1,318.9 
1.317.1 
1,329.3 
1,401.3 
2,116.0 
1,468.9 

725.4 
1,681.0 
1.637.1 



PROPORTION 

des 

simsis 

«ltMDfdiâ»lrea. 



p. o/p. 

94 

22 

23 

16 

70 

10 

23 

22 

28 

29 

30 

20 

21 

24 

27 

29 

22 

20 

18 

22 

79 
21 
15 
24 
25 
BBBiS 



Digitized by VjOOQIC 



ITALIE. 



LE COMMERCE EXTÉRIEqR EN 1887 ET 1880. 

. Nous donnons ci^iprès, comme les années précédentes, un extrait du 
tiableau sommaire du ONnmeree-extéffiear spécial de iltalie en iSSy. 

Les importations et exportations réunies se sont élevées au chiffire de 
3/,8oo millions et présentent, sur Tannée 1886, une augmentation de 
a.2o millions, dont 186 aux importations et 3& aux exportations. 
\ On sait que, dans la statistique douanière italienne, les métaux pré- 
cieux figurent avec d'autres aiiicles, sous IdiTubrique: Métaux, minerais, etc. 

Voici le mouvement particulier du numéraire depuis 1882 : 



-r 



ANNEES. 



IMPORTATIONS. 



OR. àMIKT. I TOTAL 



EXPORTATIONS. 



EN PLUS 
aux 

IMPORTA- 
TIOHt. 



EN MOINS 



IMPORTA- 
TIORl. 



milUons de francf. 



188a 
i883. 
iSU. 
i885. 
1886. 
1887. 



62.2 

90.0 

16.1 

6.1 

5.5 

2.3 



50.7 

A. 6 

105.7 

A2.0 

77.0 



116.6 
80.7 
20.7 

109.8 
47.5 
79.2 



1.0 
8.2 

11.6 

101.3 

8.9 

23.0 



2.9 

13.7 
82,2 
38.6 
82.9 



3.9 
12.0 
25,3 

183.5 
47.5 

106.8 



112.7 
77.7 



4.6 
73.7 

II 
27.6 



\\ Si Ton ajoute à ces chiffres ceux qui concernent Tor et Targent non mon- 
nayés, on voit que importation totale des métaux précieux, qui était 
de 56 millions en. 1886*, est. de 89 millions en 1887, et que leur exporta- 
tion, de 55 millions en 1886, est de 110 millions 1/3 en 1887. 

Le produit totd des droits de douane, qui avait été en 1886 de 177 mil- 
lions, présente, en 1887, une augmentation de gi millions. 

Voici, du reste, la somme attribuée aux différents titres de recettes : 

BICITTIS RlOXTtlS 

de 1S87. de i88€. ADOttnTATiovs. oiMiiniTioirs. 

francs. frutet. francs. francs. 

Droits d'importation a5b,338,aos iSg^iÔi^osâ 90,877,179 " 

Droits d^exportation 5,336,364 5,63g,d38 // 3o3,o6/i 

Surtaxes sur les machines 

fabriK[aées . , 5,345,8o7 5,43,99a a 97,18s 

Droits de timbre 1,695,398 1,501,976 193,33a » 

proits de navigation 5.146,937 4*709,321 437,706 » 

produits divers. i,3oi,4ip i,i53,o86 i4$,334 ' 

ToTAOX 269,164,008 177,907,736 9i,656,53i 400,349 

AooHEiiTiTioii en 1887 91,366,383^ 

Le tableau suivant présente, pour les seize catégories du tarif, les va- 
leurs importées et exportées durant les années 1887 et 1886 (chiflres défini- 



Digitizedby VjOOQIC . 



MOUVBllElfT DU COMMSRCB SpAgIÂL BIV 1887 ET 1886. 



GROUPES DE MARCHANDISES. 



ANNEES 



1887. 



1886. 



lUPORTAnONS. 



Spîntaeiix, bouioiis et hailes 

Denrées odooitlet, ëpioes, tabac». 

Produits chimiqma, médicanMïiitf , rénnef et 

parfumerie ,...«... 

Coôleiirv et ingrédieuts pour la temture et la 



Chanvre, tin, jote et antres T^étanx fila- 

aenteai, sanf le colon 

Coton 



Laines, cnns et poils. 
Soie 



Bois et ptîHe 

Papier et tiyres 

Peanx.. 

Minerais, métaux et leurs produits 

Pierres , terves » poteaîe , vetrerieet onstailerie. 
Céréales, farines, pâtes et produits végétaux. 
Animaux, produits etdépouâles d*aDimaux. 
Objets divers. 



TOTÂVX.. 



(13,976,965 
106,(^58,094 

46,203,595 

39,445,103 

44,566»540 

176,437,816 

.111,019,040 

153,717,762 

99,1 18,1159 

19,663,309 

44,344.685 

399,548,933 

133,066,650 

364,440,514 

108,274.896 

55,214,205 



1,690,485,375 



■fraiMtf. 



51,061,830 
69,436,133 

37.588,904 

33,887,334 

33,670,418 

151,183,563 

106,883,735 

134,100,459 

84,705,790 

16,551,886 

55,199,139 

331,136,386 

108,950,663 

365,193,740 

110,455,351 

51,081,534- 



AUGMEN- 
TATIONS. 



DIMINU. 
TIONS. 



1,504,066,641 



ÂOGMiiiTATioii en 1887. 



frases. 



39,031,973 

8,614,691 

558,469 

10,895,922 

35,344,354 

4,135,315 

14,413,460 
3,110,335 

II 
78,433,547 
19,116ilft7 



4,132,671 



307»674,831 



frenii. 



7,084,855 



382,697 

n 
$i 

10,854,454 



753,226 
2«lg0,955 



21,256,187 



186,418,634' 



UPORTATIONS. 



Spintneux, boissons et boiles 

Denrées ooloiiiales, épioes, tabacs 

Produits dûfliiqnes, médicaments, résinas et 

parfumerie 

Coôleun et ingrédients pour la teinture et la 



Chanvre, lin, jvte et avtces vëjgéUm fila- 
menteux, sauf le coton 

Coton 

Laines, crins et poils 

Soie* • 

Bois et paille 

Papier et tivres 

Peanx 

hfinerais, métaux et leurs produits 

Pif ■ w » l a ii aaypoterifc , fwterieset cnstallaio. 
Céréales, farines , pâles et pf«ibiU vé^étawu 
Animaux, produits et dépouilles dWmaux. 
Objets divers 



Totaux.. 



196,185,106 
6,043,771 

43,392,661 

10,479,971 

39,842,725 

19,764,405 

9,071,560 

310,499,060 

45,312,388 
8,045,942 

19,613,675 
128,199,896 

50,407,510 
110,863,695 

99,927,086 

13,112,080 



1,109,659,531 



172,938,863 
6,407,830 

37,382,045 

11,016^469 

38,938,213 
22,717,563 
13,869,320 

340,005^873 
54,334,573 
7,088,597 
17,534,635 
73,597,131 
57,660,618 
97,759,018 

114,459,716 
' 11.302,465 



1,075,902,897 



AuaHiiiTATioa en 1887. 



33,356,254 



4,910,616 



904,512 



957.345 

3.079.050 

54,602,765 

13.103,677 

I,96»,615 



101,723,834 



365,049 



536,498 



2,953,158 

3,797,760 

39,506,812 

9,022.185 



. 7463,108 
14,532,630 



67,967,200 



33.756,634' 



Importations bt expoitatiom aicinBS.. . . . 1 3,800,144,806 1 2,579,969,538 1 230,1 75,368 1 
SaBaaBBSB^BBBBBBBaBMBti 



Digitized by VjOOQIC 



' sas — 



ITALIE. 



U TAXE DE FAMILLE A MANTOUE. 

Nous avons, il y a trois mois ^^\ consacré quelques pages à Tétude des 
taxes communales de Tltalie. L^une des plus intéressantes est la tai^e de 
famille [tassa difamiglia) ou taxe de foyer (faoeatioo) que percevaient, en 
1881, 4>7i4 communes et qui leur procurait plus de i5 millions de recette 
annuelle. Le tarif de cet impôt local est très variable, l'impôt est tantôt 
proportionnel et tantôt progressif. Le maire de Mantoue, M. le comte Her- 
cule Magnaguti, a bien voulu nous fournir sur la mam'ère dont la taxe de 
famille fonctionne dans cette ville « des renseignements détaillés et précis 
dont noua sommes heureux de pouvoir faire profiter les lecteurs du 
Bulletin. 

Mantoue est une ville de 3o,ooo âmes; mais lesreaaourees industrielles lui font 
défaut. 

Établie il y a seize ans, par application de la loi du a 6 juillet 1868, la taxe de 
jbmille a déjà subi à Mantoue deux transformations. 

Nous donnons plus loin le nombre des classes entre lesquelles les revenus ont 
été successivement répartis et le montant de la taxe à laquelle ces classes ont été 
aoumises sous les différents régimes. L'impôt n était que légèrement progressif en 
1873 et 1873, mais son improportionnalité s'est aggravée en 1874 par le double 
effet d'une augmentation de la progression pour les revenus supérieurs et d*une 
réduction des tarifs pour les revenus des deux premières classes, oui comprenaient « 
i ^es seules, les trois quarts des contribuatdes. Enfin, en 1881, la limite d'exemp- 
tion des petits revenus a été élevée de 800 k 1,000 fi*ancs, et par contre, on a porté 
le nombre des catégories de 10 à 17, en divisant la 10* dasse du tarif de 187^ en 
aept nouvelles catégories payant de iiA à 5oo francs d'impôt. La cote maxinuim 
s'est donc trouvée portée de 5o fi^ncs a 1 10, puis à 5oo. Le maire de Mantoue ne 
croit pas qu'on puisse aller plus loin. 

Aux termes du règlement du ^5 mai 1871, qui n'a été modifié qu'au point de 
vue du tarif par les décrets royaux des a mai 1876 et 29 mai 1881, Tassiette de 
la taxe de famille est fixée comme il suit : 

ÂaitCLB l*". — La taxe est due, non seulement par les familles ayant leur 
domicile permanent dans la commune , mais encore par cdBes qai y résident la 
plus grande partie de Tannée» Elle n'est due cependant que dans une seule com- 
mune. 

2e — - Les familles reconnues în^înrftnjjia au nont exemptes é 



» V<irkMi«Hid«d6aMik»i8ft>MB»ft7tt«t 



Digitized by VjOOQIC 



— 34S — 

3. ^« Ia finmile se compose de tous les indmdus qui Hf^iil ensemU^ en par- 
faite eommnmon d*iiitMla. L'individii yirmtki seul est eonskiéré eomme une 

4. — La taxe est portée au nom du chef de fiaoSle, mais tous les membres de 
la ISauDoSle répondait du payement. 

5. — Les modifications au tarif, en dehors d'un minimum de a francs et d*un 
maximum de 5o francs, doivent être autorisées spécialement pap la députation 
provinciale et approuvées par un décret royal , le Conseil d*État entendu. 

6. — Le nombre des dasses doit être de trois au moins et de dix au plna. 

7. — La taxe, votée par le conseil communal, reste en vigueur jusqu^à ce qu il 
en soit autrement dédaé. 

8» — Le classement des familles est effectué par la municipalité, à la majorité 
nbsolue des voix. La municipalité peut s'adjoindre les personnes qu*dle juge con- 
Yeaafale, sa^us toutefois que le nombre de ces assesseurs puisse excéder le nombre 
des membres de la munidpdité. 

9. — Le rôle de la taxe est publié au mois de décembre, a£Bché et porté par le 
HHBfe à ift eovHMSflsaBce des contribuables. 

1 0. — Ceux-ci ont un délai de quinze jours , à compter de cet avis , pour produire 
leurs réclamations. Ces réclamations sont portées devant une commission composée 
de trois individus au moins choisis par le conseil communal, hors de son sein. 

1 1. -« La commission rend son jugement à la majorité det voix , dans les vingt 
jours, la municiplité entendue s*il y a lieu. La décision est sans appel. 

12. -*^ A Texpiration du délai prévu pour le pourvoi devant la commission , le 
rààe est rendu exécutoire par le praiet. B est ensuite publié de nouveau par les somi 
du syndic qui indique, en outre, Tépoque du payement en un ou plusieurs termes, 
suivant que la municipalité préfère tel ou tel mode de payement. 

Le recouvrement de ce rôle est poursuivi par le receveur municipal comme en 
matière de contributions directes et avec les mêmes privilèges. 

13. — Le recours i Tautorité judidaire est admb pendant trois mois, k dater 
de cette dernière publication du rôle , pourvu qu*il soit justifié du payement des 
twnea échus. Toutefois, on nadm«t pas le recours contre la rfasiifiifttiiwi àm eon* 
tribuables, cette classification étant définitive après le jugement de la commission. 

1&. •-'-Ence qui concerne les erreurs matéridles survenues dans la préparation 
du rôle, les réclamations sont produites, dans le même délai de tixMB mois, à la 
munidpalité et celle-ci ordonne les rectifications. 



Digitized by VjOOQIC 



— ^344 — 



Pour effectuer le ckaseeient des ftinilles 'dans les diverses catégories, la muni- 
.(4j}$ilit^ipr«i)d pfQUfrJbase i*im^4fo»oieriourriai^ mobiiKr ^ les^rereinis déda^fés 
par les cootribuables eux-mêmes. En6n, comme il y a des valeurs mobilières de 
natures diverses qu*il est facile de tenir cachées , « en prend aussi pour mesure de 
la taxe de famille, l'iûsance présunpiéç en .çiison (^ la iorq^e et. dju luxe du 
ménage». 



Voici qad. a ét^ le non^bre des contribuables et le montant du produit de la taxe 
depuis son origine : 

Nombre des cotes et prodait de la taxe {1872-1887). 



ANNÉES, . 


NOMBRE 

COTI 8. 


PRODUIT 

LA TAU. 


• Aîl.HÉES. .; 


NOMBRE 
de* 

COTBS. 


PRODUIT 

Là. TATK. 


1872 


957 
963 

;961 

l.OS'i 
1.129 
1,202 
1,261 
1.297 


frane». 
9,462 
9.494 
i4.034 
16,480 
17.456 
18,750 
19,748 
20.934 


1880 


1,335 

- i,Me 

.1.257 
1,247 . 
1.281 
1.389 
1,486 
1,580 


Craocs. 
21.752 
22,590 
31,510 
33,690 
33,838 
34,934 
35,248 
35,956 


1873... 


1881 ,».........•.. 


187^ :\: ' 


188a •'•• 


1875 '. ... 


1&83 ,... 

i884 . 


1876 :.. 


1877 


i885 ... ■ .' 


1878 


1886 


187Q 


1887 







Voici d*autre part — el ceci a son importance — le nombre annuel des récls- 
maiions formulées , accueillies ou rejetées ; 



Nombre annuel des réclamations [1872-1887], 



ANNÉES. 



187a. 
1873. 
1874. 
1876. 
1876. 
1877. 
1878. 
1879. 



RÉCLAMATIONS 



SirTBBS. 



us 

52 
30 

48 
38 
48 
60 
58 



CUBILLIBS. 
mi l 1 1 



15 

18 

9 

13 

10 
17 
17 

2^ 



KEjnràtM. 



33 
34 
30 
35 
28 
31 
43 
34 



ANNEES. 



1S80 
1881 
1883 
1&83 
i884 
i885 
1S86 
1887 



RÉCLAMATIONS 



PHE- ■ 



50 
ri2 
81 

147' 
78 
81 
76 
84 



20 

38 
108 
20 
34 
35 
38 



30 
38 
Ù3 
39 
52 
47 
41 
/i6 



Enfin , nous croyons intéressant de donner, en détail , pour quelques-unes des 
années de la période 1873^887, le nombre des contribuables et le produit des cotes 
par catégories : 



Digitized by VjOOQIC 



— 345 — 
Année 1872. 



CLASSES. 



1- 

a* 

3* 

4* 

5* 

6* 

7* 

8* 

9» 

10* 

Totaux 



NOMBRE 

dM 
COTB». 



442 
148 
119 
81 
29 
22 
21 
16 
18 
61 



957 



CATEGORIES 
d« 



De 800 
De 1,201 
De 2,001 
De 3,001 
De 4,001 
De 5,001 
De 6,001 
De 7.001 
De 8,001 
Ao-deuiu de 9,000 



1,200 
2,000 
3,000 
4,000 
5,000 
6,000 
7.000 
8,000 
9,000 



MONTANT 

dtU 

TAU Anviui. 



fruws. 

2 

4 

8 
12 
18 
24 
30 
36 
42 
50 



pRODorr. 



fnaci. 

884 
592 
952 
972 
522 
528 
630 
576 
756 
3,050 



9,462 



Année 1875. 



CLASSES. 


NOMBRE 

des 

COTXl. 


CATÉGORIES 
d« 


MONTANT 

TAXS AKXÏÏILLI. 




V 


554 
197 

78 

63 

34 

26 

12 

15 
6 

69 '^ 


fraMs. 

De 800 à 2,000 
De 2,001 à 3,000 
De 3,001 à 4,000 
De 4,001 à 5,000 
De 5,001 à 6,000 
De 6,001 à 7,000 
De 7.001 k 8,000 
De 8,001 à 9,000 
De 9,001 A 10,000 
AvdnMs de 10,000 


fraa«. 

2 
6 
12 
20 
30 
42 
56 
72 
90 
110 


fntm. 

1,108 
1.182 

936 
1,260 
1,020 
1,092 

672 
1,080 

540 
7,590 


2* 


3* 


4« 


h* 


6- 


T 


8* 


9* 


lO* 


TOTAVX 


1,054 


li 


ti 


16,480 





Année 1880. 



CLASSES. 


NOMBRE 

d«s 

GOTIS. 


CATÉGORIES 
d« 

KITSIVS. 


MONTANT 
d« 1. 

TAXI Aallïïll.1.1. 


PRODUIT. 


1" 


670 
236 
128 
72 
55 
43 
20 
14 
12 
85 


francs. 

De 800 A 2,000 
De 2,001 à 3,000 
De 3,001 A 4,000 
De 4,001 A 5,000 
De 5,001 à 6,000 
De 6,001 A 7,000 
De 7.001 A 8,000 
De 8,001 à 9.000 
De 9,001 A 10,000 
Ao-deHUs de 10.000 


francs. 

2 
6 
12 
20 
30 
42 
56 
72 
90 
110 


francs. 

1,346 
1,416 
1,536 
1,440 
1,650 
1,806 
1,120 
1,008 
1,080 
9,350 


2* 


y 


4* 


5* 


6- 


T 


8' 


1 9'.. 


Iio-. 


1 


l Totaux 


1,335 


// 


1/ 


21,752 





BULL. DE STAT. 



23 



Digitized by VjOOQIC 



- 3*Ç — 



4wm(» iSêi. 



CLAâ3£â. 


NOMBRE 

dM 

COTlt. 


CATÉGORIES 
Mniros. 


MONTANT 
TAXE Amnni.1.1. 


awMMnnv*» 


1« 


531 

299 

129 

90 

58 

30 

20 

15 

14 

15 

12 

14 

14 

13 

8 

2 

8 


fraaei. 

De 1,000 à 2,000 
De 2,001 à 5,000 
De 3,001 à 4,000 
De 4,001 à 5,000 
De 5,001 à 6,000 
De 6,001 à 7,000 
De 7,001 à 8,000 
De 8,001 à 0,000 
De 9,001 à 10,000 
De 10,001 à 12,000 
De 12,001 à 15,000 
De 15,001 à 19,000 
De 19,001 à 24,000 
De 94,001 à 90,000 
De 30,901 à 37,000 
De 37,001 à 45,000 
An-deiffs de 45,000 


francs. 

2 

6 

12 

20 

30 

42 

56 

72 

90 

114 

144 

189 

230 

900 

364 

454 

500 


fraiMa. 

1,062 
1,794 
1.548 
1,800 
1,740 
1,638 
1,190 
1,060 
1.260 
1,710 
1,728 
9,545 
3,220 

t:m 

2,912 

908 

4,000 


2* 


3' 


4* 


5« 


6* , 


T 


8« 


9* 


10- 


IV 


H« 


13« 


w , 


15* 


}?:::::::::::::::::: 


T#TAQX . . , • • 


1,281 


H 


«r 


33,838 





Afm4« 1887. 



(||.ASaB8. 


KOJUfiilE 

dm 


CATiCORIBS 
de 

Mfiwa* 


MONTANT 

VAX! AXirVIUiX. 


PBODDrr. 


1« 


789 

m 

103 
59 
46 
95 
22 
10 
17 
18 
10 
12 
11 
6 
4 
10 


franea. 

De 1.000 à 2,000 

Dt «.«01 à o^eeo 

I)e 3,901 è ^fim 
De 4,001 à 5,000 
De 5,001 à 6,000 
De 6,001 k 7,000 
De 7,001 à 8,000 
De 8,001 à 9.000 
De 9,001 à 10,000 
De 10,001 à 12,000 
De 12,001 à 15.000 
De 15,001 à 19,000 
De 19,001 à 24,000 
De 24,001 à 30,000 
De ?0,001 à 37,000 
De 97,001 à 45,000 
Avdfwiu de à^,000 


franei. 

2 

« 

12 

20 

30 

42 

56 

72 

90 

114 

144 

182 

230 

290 

364 

454 

500 


Snaa. 

1,578 
M94 

1,608 
2,060 
1.770 
1.032 
1,400 
1,584 
900 
1,938 
2,592 
1,820 
2,760 
3,190 
2,184 
1,816 
5,000 




5* p \. 

6* , 

V 

ï::::::::;;;:;:::: 

10»,, 

u* , 

12- ,,... 

13* , 

14* 


15- 


16- 


17* 


Totaux 


1,580 


II 


u 


35,956 





Digitized by VjOOQIC 



347 — 



ESPAGNE. 

LES RÉSULTATS DE UBXËRGIGE 1856^7. 

La GmÊetûdê Madrid d» 3 1 ftmer a fait «miialtre les résnitats de Texereice 
1886-87 et la propoitien des produits et des dépenses par rapport aux év9h 
luatkms. 

Voici les ebiSm priaolpavji s 

l^GNJlTIOll DBS RIGBTTIS. PRODUITS. VWPCaSiTmé. 



if/U9. 



Coiitiilmtiqnsdiri^Qs 94i«433,ii9 

Impôts indirect^, , . , ,. ia6,5<|7,S5o 

" ^ 574 



Douanes. 

Tndbre, tabac» loterie, etc aiAgi 



126,537, 
152,783, 



Domaine...! î?:^^-- 
Alitoatioos. 



,7M,î)74 
i,a 17,757 



i4»i5i,848 
6,804,920 

Trésor. { Ressowppes onttpaîrea a7,728,:ïÇ4J 

j < — T^ — ^ extraiNrdbaires 68«528,7ao( 



93.18 
94.44 
99.38 
94.63 
82.16 
21.70 

io3.34 



Tqtai. 4eai«Q9ttM 

vmmMium «Bs pBPwsas. 



887,305,573 9>.:>o 



DiPBsass. 



friBos. 



liaison royale. ..,,,.., 9,373,222 

Chamïires» ••••,«,.,,•» ...,••.. i«999t285 

Dette publique.. ,.....,*.,,., ,,..... 379ii i3,3q5 

Charges de justice, ...,..,..., , 3»025,io3 

Pensions 50,092,497 

Présidence du Conseil , 1,008,480 

Mieistère d*État 5,607,900 

— de la justice , 54,524i89i 

r— de la |i»erre. , 160,576,137 

de la marine 44*1 16,354 

de Tintérieur , 3 1,020,528 

dnjbmento, . , 92,687,712 

des finances 22,135,981 

Frais de recouvrement.' , 1 56,444,0^6 

Colonie de Femando-P6 56o,i66 



paoroaTiow. 

p. 0/9. 
100.00 

lOO.OO 

98,00 

99-96 

100.00 

98.72 
97-87 

98.26 
97-59 

86.72 

93.42 

93.01 

100.00 



Total des dépenses 910,363,783 95.63 



En rapprochant les dépenses (9 io,363,783 fr.) des recettes (887,305,572 fr.)« 
on voit que le déficit de Texercice 18)1^6-87 ressort à 23,o58,2ii francs. 



a3. 



Digitized by VjOOQIC 



— 348 — 
ÉTATS-IJNIS. 

LA QUESTION MONÉTAIRE ET LE RAPPORT DE M. ATKINSON. 

Le président des États-Unis avait. Tété dernier, envoyé en Eim^ M. Ed* 
ward Atkinson avec la mission de rechercher 8*il y avait chance d'arriver, 
par voie de conventions internationales, à rétablissement d'un rappcnt fixe 
entre la valeur de Tor et de Fargent, avec libre moimayage des deux 
métaux. 

Le rapport adressé au président par Téminent statisticien de Boston, à 
son retour, a été communiqué au Congrès, le ao décembre dernier, et vient 
d^étre imprimé, avec diverses annexes^'), dans la collection des Reports fram 
the CoHsaU of ihe United States, sous ce titre : le Bimétallisme en Earope. 

Voici la traduction de ce document : 

Conformément aux instructions do Ministère d'Etat , j*ai visité Londres et Man- 
chester, Paris, Berlin, Braxelles, Amsterdam, et d'autres villes encore, ou m'appe- 
laient les circonstances et les entrevues que je devais avoir avec des personnalités 
importantes au point de vue des questions dont vous m*aviez confié Tétude. 

J'ai vu et interrogé tes Ministres des finances , les Gouverneurs des banques 
d*Etat, beaucoup de banquiers, presque tous les menobres de la Conmiission d'en- 
quête monétaire anglaise, aclueliemenl occupée du même problème, beaucoup 
d'économistes et statisticiens de premier ordre, ainsi que des lénslateurs. 

Eu égard aux fonctions officielles occupées par la plupart de ces hommes , je 
devais , pour assurer à nos entretiens toute liberté, poser en principe que, dans mon 
rapport, aucun nom propre, aucune opinion individuelle ne seraient cités. 

Je dois donc me borner à formuler ici les conclusions générales que j*ai re- 
cueillies , sans faire connaître les autorités sur lesquelles eQes s'appuient. 

Voici, dans mes diverses entrevues, comment j'ai procédé : 

J'exposais que l'état de choses actudlement existant aux États-Unis (rachat de 
toutes les dettes portant intérêt devenues remboursables , imminente raréfaction de 
la circulation fiduciaire par le reirait des biUels de banques, accumulation probable 
des excédents de recettes du Trésor sous forme de billets d'État ou de numé- 
raire, etc.) exigerait sans doute, à bref dâai, d'importantes mesures législatives, 
réformes monétaires et dégrèvements. J'appelais ensuite l'attention sur ce fait que, 
dans l'intervalle, celte raréfaction du papier pourrait ou devrait, en tout cas, durer 
assez longtemps pour rendre notre circulation insuffisante. 

Par suite, on devait s'attendre à voir l'Amérique appeler à elle, pour combler le 
vide, l'or des réserves métalliques de TEurope; et, en effet, ce drainage a com- 
mencé bientôt après et il dure encore. 



^*^ Au nombre des aanexes qui suivent le rapport de M. Atkinson, se trouve la traduction 
intégraie, en anglais, par ie professeur F. Vi. Taossig, des MateriaUn ton Erlàatenuig uni 
Bearteilung der wirtsckafûichen EdetmetaUverhàltnisse xuul der fVàhrangsJrage. (Voiries Bulletins 
de janvier et décembre 1887, pages 94 et 658.) 



Digitized by VjOOQIC 



^ 349 — 

Étant données ces probabilités de réformes auK États-Unis, je montrais l*intérèt 
qu*il y aurait à savoir si l'Europe , de son côté, semblait devoir modifier procbai- 
liement son régime monétaire et dans quel sens ; et je déclarais que , les idées bimé- 
talliques nous ayant été représentées comme y faisant des progrès rapides, le but 
principal de ma mission était de constater exactement les faits. Si, en effet, les 

fmissances commerciales et industrielles de f Europe songeaient à rendre à l'argent 
e Ibre monnayage et le cours légal sur la base d an rapport fixe entre sa valeur et 
celle de Tor, le Pouvoir exécutif et le Congrès des États-Unis pourraient trouver 
opportun d*agir dans le m/bne sens, 

J-établtssais encore qu'an cas ou les principales nations commerciales et indus- 
trielles de TEurope ne se proposeraient pas de modifier dès maintenant un état de 
choses qui réduit à sa plus sunple expression le monnayage de Targent, Tor seul 
jouant, en fait, le rôle d'étalon légal, il pourrait è(re de bonne politique pour les 
États-Unis de faire que le dollar d'or reste T unité de valeur, comme le veulent les 
statuts actuds , et le Pouvoir exécutif pourrait, dans ce cas , recommander au Congrès 
l'adoption de dispositions consacrant, d'une façon permanente, la faculté que pos- 
sède aujourd'hui notre circulation monétaire , billets , monnaie d'argent , ou certificats 
d'argent , d'être échangée contre de l'or, à présentation. 

Pendant toute ma mission, j'ai constamment insisté sur les deux points snivanta, 
que je considère comme de la plus haute importance : 

1* Ainsi qi;e nous l'avons déjà vu, la raréfaction des billets de banque, par suite 
du remboursement ou du rachat des obligations qui doivent en garantir rémission, 
et raccumulatioD rapide des excédents de recettes du Trésor sous forme de billets 
d'Étpt ou de numéraire, conduisent sûrement la circulation monétaire des États- 
Unis à avoir comme base absolue le métal, c'est-à-dire que, pour un temps du 
moins I cette circulation consistera principalement, sinon tout à fait, en certificats 
de ps^pier émis par le Gouvernement, et ayant derrière eux leur contre- valeur en 
espèces, dollar pour dollar. Cette tendance pourrait provoquer un drainage continu 
el très actif des réserves d'or de l'Europe pendant l'année fiscale 1887-88, ou peut- 
^tre pour une période plus longue ; 

a" Ainsi que nous le montrerons bientôt, le métal argent a été, en Europe, 
plus déprécié que de raison. On y a vu le prix de ce métal diminuer, alors qu'il 
gardait encore son entière valeur et son pouvoir' d'achat parmi les nombreuses 
populations d'autres continents, pour lesquelles il est et doit rester le principal, 
l'indispensable métal monnayable. 



î 



Je concluais idnsi à la nécessité d'une action immédiate pour le cas où l'on se 
iroposeraît en Europe d'adopter le système bimétaUique. En effet, en rendant à 
l'argent le cours légal, on pourrait éviter la gène financière qui résulterait d'un 
drainage important des réserves d'or de l'Europe. 

Je me suis aussi hasardé à suggérer que, si les très habiles et très prudentes 
autorités financières de l*Europe arrivaient aujourd'hui à cette conclusion qu'il y 
aurait de grands avantages pour les pays commerciaux et industriels à maintenir le 
cours légal pour Tor seulement, et si on ne prenait aucune mesure en vue de la con- 
clufion d'un traité bimétallique, les États-Unis ne sacrifieraient probablement pas la 
position très avantageuse qu'ils ont prise sur cette base même, alors qu'ils ont établi 
ieur système monétaire, d une façon absolue, sur une réserve de métal couvrant le 
pi^r, preMjue dollar pour dollar, et consistant surtout en monnaie d'or. Le con- 
cours des Élats«Unis, le jugeât-on important, serait donc obtenu |dus facilement 



Digitized by VjOOQIC 



— 350 — 

en ce moment qu*il ne le aérait plus tard, si i une claie uitérîeure les États d'Eu- 
rope croyaient devoir adopter le système bimétallique, ou i^étalon bcultatîf, or ou 
argent 

J*aî aoumis ces vues, aussi impartialement que possible, aox représtntsiats des 
deux systèmes monétaires « monométallistes et bimétallistes« et je ne précise ici 
ma manière de procéder que pour montrer que mes conclusions sur Tétat «dvd 
des choses ne se ressentent eA rien de mes convictions personnelles* 

Autant que possible, j*ai borné ma tâche à oblêtli^ dM renseigliemenls , sans faire 
aucun effort pour influencer Topinion. Cependant je n*ai pas négligé les occasions 
de combattre le discrédit à mon avis injustifiable dans lequel Tardent est tombé, et 
je n ai pas craint d'insister sur les raisons qui me paraissent dévoie militer en faveur 
du relèvement du prix du métal blanc. 

Pour moi« le bimétallisme existe en fait, et Tusage simultané de f argent et de 
Tor, comme métaux monétaires, est uile absolue nécessttéi Aussi me soisje efforcé 
d'attirer davantage Tattention sur les lois du commerce, qui doivent à u longue 
régler la distribution et ia circulation de ces métana, de peur qu'en s^eSbrçantde 
rendre à Targent son ancienne valenr, rien qui par Tadion de la loi, on n^aog- 
mente encore et ne prolonge la discrédit de i argent et ia dépréciation locale dont 
il est l'objet par rapport à 1 ori 

Pénétré de l'étendue du mal résultant, pour le présent et pour l'avenir, do chan- 
gement que le Rapport de l'argent k Vot a snbi, au lioat^ de ce» dernières années, 
dans les principaux Centres financiers, paHicuUérement à Londres, et considérant 
qa*en continuant h frapper des dollars-étalons, même dans les proportions actudies, 
on amènerait lentement mais sûrement, en Anlérique , l'avènement de l'étalon d'ar- 
gent, quel que soit alors le rapport entre les dent métaux, j'ai cru qa*il était utile 
de ne rien négliger pour combsfttre le discrédit dans iequd Targent est tombé et 
pour appeler l'attention sur les forces très puissantes qui conomaneent seidement à 
agir, mais qai ne manqueront pa!r d'accroître le besoin d'argent sur les grands cea- 
tinents. 

J'ai quelques raisons de croire que mes efforts dans cette voie ont contribué à 
écarter en partie la crainte de ce qu'on appelle quelquefois une « avalanche d'argent • 
venant de l'Amérique du Nord, et particulièrement des États-Unis, et que cette 
crainte, qili a sans doute été la cause la plus puissante de la mauvaise volonté que 
l'on a mise à étudier ia question du bimétallisme, pourra être entièrement dissipée 
par de nouvelles recherches sur la production relative de l'or et de Targent. 

Une autre crainte peut être considérée comme écartée , celle d'un brusque chan- 
gement de politioue, aux États-Unis, provoquant l'arrêt du monnayage de l'argent 
et peut-être des efforts pour écouler une partie considérable de notre argent mon- 
nayé. Les Anglais, en fait de papier-monnaie, ne connaissent guère d'unités infé- 
rieures aux billets anglais de 5 livres et aux billets écossais de i livre, et 
je pense qu'ils ne se font pas une idée exacte de la façon dont les certificats d'ar- 
gent, aux Etats-Unis, sont entrés dans la circulation, ni de la facilité avec laquelle 
lis sont maintenus sur un pied d'égalité avec l'or, prenant la place des billets de 
banque, dont on cesse de taire usage, et des billets d*État qui, par nécessité plus 
que par choix, vont s'accumulant dans les caisses du Tréscnr. 

Assnrément je ne peux pas faire espérer que des mesnees soient produinement 
prises en faveur du libre monnayage et du cours légal de i'aiigent, mais je crois 
avoir justifié la mission qui m'avait été confiée en dissifMuU les gravw malsnteDdoi 
qui empêchaient la question d^ètre esandnée comme elin doit Vétte^ et, sans avoir 
poussé à la conclusion d'un traité bimétallique , il m'aura peut-être été donné dob- 



Digitized by VjOOQIC 



— 451 «- 

tenir ce que n adi^aiefit bas obtenu ceiti (fà né font appel qit'àUx loià et atix tMîèi 
pour fixttf k tàteai" de ïurgeûl et ton rli{>^H avee rdf. 

Voici ce qu il résulte à mon avis des intbrmations reàieillies suivant U procédure 
que je vien3 d*indiquer ; 

1* Rien ne présage actudlement dans le système monétaire â éHel des Éliti 
d*fittii»pe, lat diàftgieitieM de mXAtiS à ttôdSflêf ott influelidef la politlq«t finaiidère 
des États-Unis; » 

a* Rien dans la poUtique des autorités financières des pays que j'ai visités ne 
permet de prévoir que la question d*un accord bimétallique pour I établissement 
a un cours légal commun et du libre monnayage de iWgent puisse y être mise à 
Tétude d une manière sérieuse; 

3* Rien n'indique que la question du bimétallistne ait été inteUîgemment ou 
sérieusement étudiée, en dehors d*un petit œrde dans chaque pya« oomme un 
remède probable et possible à la crise commerciale ; 

&* Il h*y a nulle part de cofps important, politiquement organisé et composé de 
peiMnnes influentes, dont Talliance puisse être recherchée, si onle jaeeàitudle, 
paf un cofps semblable attjt États-Unis, afin d'amener Tintroductidn dans les législa* 
ttons de la théorie bimétallique, telle qu'on la comprend communément La discus- 
sion est encore presque 'entièrement personnelle; il n*y a pas d'action coounune, 
pas de projet bien déterminé que Ton puisse prendre pour base. 

La question peut se poser ainsi : ce que Ton aj^lle la théorie bimétallique de 
monnayage et de cours légal peut être regardée comme acceptée en principe par la 
France et les autres membres de TUnion latine, mais le libre monnayage de largeot 
ne peut pas être repris sans le concours de FAllemagne. 

L'Espagne, qui ne fait pas partie de TUnion latine, avait pratîqaé le libre mon- 
nayage de l'argent jusqu'à une époque toute récente, mais ene a du y renoncer par 
suite de Técoulement constant de son or. 

La Hollande, m'a-ton appria* attend les événements. La loi permet au Gouver- 
nement de mainteair Tétalon d'or, en cas de danger» sans que le législateur ait à 
intervenir. 

U semble que la France éprouve quelque difficulté, mais pas beaucoup, à main- 
tenir sa grande masse de monnaie d'aj^genti qui a cours légal « sur le pied d^égalité 
avec l'or. La masse de cette circulation est considérable, mais les hahjbjdes des 
peuples de l'Union latine et particulièrement de la France font qu'il est absolument 
nécessaire d'y avoir en circulaâon une grande masse de numénure, beaucoup plus , 
par tète, que chez les autres grandes nations commerciales et industrielles* Le crédit 
personnd est très limité; 1 usage des chèques, même pour le payement de sommes 
considérables, comme le loyer des maisons ou des appartements à Paris, est 
presque inconnu. Les dépenses quotidiennes du ménage se payent en argent comp- 
tant; on thésaurise des sommes très importantes. Si Ton a pu payer en numéraire 
une mnde partie de l'indemnité exigée par TMemagne après la guerre franco^le- 
mande, c'est grâce aux réserves de numéraire des populations, qui souscrivirent 
alors si largement aux emprunts de l'État. Ainsi la monnaie d'argent est maintenue 
en circulatidn ou est thésaurisée, tandis que les banques et les banquiers de France 
sont soutenus par de grandes réserves d*or. 

B y a cependant en France une forte minorité d'hommes distingués qui restent 
partisans de Tétalon unique d'or. 

L*Allèmagne ne peut ou ne veut entreprendre aucun changement dans sa légis- 
lation à&ns le concours de TAngleterre. Les professeurs dans les Universités con- 



Digitized by VjOOQIC 



— 352 — 

tinaent à [discuter très activemeot la théorie du bimétallisme; mais au mots de 
mars 1887, dans le congrès des chambres de commerce, qui sont des corps repré- 
sentatifs fort importants, 71 chambres contre 4 se sont, par lorgaoe de leurs 
délégués , déclarées contraires à toute modification des lois existantes. 

L*Angleterre attend le rapport de la Commission royale chargée de l'étude de la 
question monétaire. 

On a suggéré la possibilité d*un traité bimétallique sans le concours de l'Angle- 
tenre; mais on ne rencontrerait pour cela aucun appui en Allemagne, on nen trou- 
verait que très peu ailleurs. Les représentants des diverses opinions sur le continent 
ont été unanimes pour m*assurer que le maintien du présent état de choses ou 
Tadoption future a un système bimétallique de cours légal dépendaient entière* 
ment de l'Angleterre. Je dois dire cependant que je n'ai reçu â cet égard les décla- 
rations officielles d'aucun fonctionnaire d'aucun Gouvernement. Il est donc très 
important de montrer quel est i'état exact de la question en Angleterre; j*ai fait 
tous mes efforts pour le bien connaître. 

Les avocats du double étalon , or et argent, dans un rapport convenu, ceuxqu*on 
appelle commiùiément les bimétalitstes, sont zélés, sincères, travailleurs et agres- 
sifs. Les partbans de Tétalon unique d'or, les monométallistes , sont à présent plutôt 
passifs et inertes qu'actifs dans leur opposition ; ils comptent plus sur rinstînct con- 
servateur du peuple anglais que sur la défense positive de leur théorie et sa pratique. 

Les bimétallistes ont pour eux les ofliciers et les fonctionnaires civils ae l'Inde 
qui , ayant laissé leurs familles en Angleterre , sont obligés d'envoyer à Londres 
du papier-roupie déprécié, et aussi une portion seulement des manufacturiers et des 
marchands , particulièrement du Lancashire , qui ont été exposés à plus ou moins 
de difficultés et de dépenses pour faire rentrer le produit de leurs exportations en 
Orient. En dehors de ces deux classes, qui ont ou sont censées avoir un intérêt direct 
dans la question , la grande masse du peuple anglais y reste indifférente ou l'ignore. 
Le bimétallisme n'est pas encore devenu une question importante au point de vue 
parlementaire ou politique. 

Quelques-uns des bimétallistes les plus zélés croient très sincèrement que la 
crise si grave que traverse en ce moment Tagriculture anglaise est surfout due au 
bas prix du blé, et que le prix du blé résulte de la concurrence de Tlnde. Ils es- 
timent en outre que la dépréciation de la roupie d'argent sur le marché de Londres 
est une prime à l'exportation des produits de llnde, puisqu il est prouvé que dans 
le trafic intérieur de l'Inde la roupie conserve, ou à très peu de chose près, son an- 
cien pouvoir d'achat. 

A quoi beaucoup de personnes, qui n'acceptent pas ce raisonnement, répondent 
que si les avocats au bimétallisme pouvaient amenet le public à croire que la baisse 
acttlellé des produits agricoles est imputable k cette cause, leur système prendrait 
aussitôt une importance pariementaire et politique qu'il n'a pas encore acquise. Ce 
résultat pourrait encore être hâté si le drainage que les Etats-Unis vont opérer 
amenait une telle raréfaction de l'or, même pour un temps limité, que l'oti pût dire 
que c'est l'or qui a monté, et non l'argent qui a baissé. 

Si, d'un autre côté, l'insuffisance des mais aux États-Unis, cette année, ou 
toute autre cause, venait changer la face des choses et différer ce drainage des 
réserves d'or de l'Europe en diminuant nos exportations pendant que nos importa- 
tions augmenteraient, on pense que Tétude de la question de Targent resterait où 
elle en est, jusqu'au jour où la Commission royale aurait déposé son rapport. Alors 
s'ouvrirait une discussion sérieuse, où les deux partis seraient représentés. 

Ces opinions diverses proviennent de bien des sources. A mon avis, il ne s'effec- 
tuera pas de changement dans l'attitude de TAngleterre et par conséquent dans 



Digitized by VjOOQIC 



— 353 — 

celle de l'Europe avant longtemps. Ce changement aura certainement lieu trojp tard 
pour:pouYoir affecter la politique actuelle ou même future des ÉtaU-Unis. L Amé- 
rique peut donc avoir intérêt à modifier son propre système monétaire dans un sens 
conforme à ses intérêts, sans se préoccuper de changements futurs dans la politique 
des autres pays. En un mot, la législation monétaire nest pas encore devenue une 
branche du droit intemationaL 

Je suis arrivé à cette condiision en, traitant le sujet au seul point de vue moné* 
taire, sans me préoccuper de f intérêt spécial que les Étata-Unis ont dans cette 
question conmie producteurs de métal blanc et comme dètenteuca d'une grande 
quantité d'argent monnayé. J*ai pensé qu'il était aussi de mon devoir de rechercher 
pour qudies rabons l'argent a subi une dépréciation si considérable, et de montrer 
aussi publiquement que possible comment les progrès de la demande, par rapport 
àl!ofire probable, pourraient ramener l'argent, à peu près, sinon tout à fait» au 
prix qu'il a valu pendant tant d'années jusqu'en 1873, cest-â-dire 60 deniers l'once, 
ou à un rapport avec l'or de i5 i/a. 

J'ai remarqué que , dans la discussion publique tout au moins , les principanx 
avocats du bimétallisme n'accordent que très peu d'attention aux rapports de l'offre 
et de la demande , soit pour l'or, soit pour Targent. Cela tient à ce que , d'après eux , 
la valeur de l'un et de l'autre métal est due beaucoup plus, sinon tout à fait, aut 
lois du cours légal qu'aux rapports de la production et de Ja demande. Dans quelques 
cas seulement ils allèguent, plus qu'iU ne justifient, une raréfaction de l'or. 

D'un autre côté, ainsi que je l'ai déjà dit, j'ai constaté ches les partisans du 
monométallisme la crainte persistante, maïs assez mal définie, d'une tavalandie 
d'argent* qui viendrait de l'Amérique du Nord, sans qu'on s'arrête à la question de 
savoir qud en serait le prix de revient et quel en serait le prix de vente. Moi-même 
j'ai autrefois partagé ces idées fausses sur l'offre probable , mais il y a longteinps que 
je sois revenu de cette erreur, et je ne m'attendais pas & la trouver si vivnce en 
Europe. 

Il y a déjà quelques mois, je vous avais exposé l'opinion que le prix de l'argent 
se relèverait lentement mais sûrement , au fur et à mesure que s'augmenteraient les 
besoins des populations pour lesquelles l'argent est le métal indispensable; et comme 
c'est cette opinion qui vous avait déterminé k me confier la mission dont j'ai été 
chargé , j'ai cru devoir saisir toutes les occasions pour la soumettre aux personnes 
avec lesquelles je me suis trouvé en rapport, et lui faire subir ainsi l'épreuve de la 
discussion. 

Presque tous ceux à qui je l'ai suggérée ont reconnu que c'était là une question d'une 
grande importance, à laquelle on n*avait pas jusqu'ici prêté nne attention suffisante. 
Ils ont exprimé le vœu que le témoignage des spécialistes sur le produit actuel et 
futur du métal argent dans les autres pays, et particulièrement aux Etats-Unis, soit 
recueilli le plus tôt possible, afin qu'on sache bientôt qùdle influence la réduction 
dn prix du métal a eue sur les travaux des mines d'aigent et jusqu'à quel point les 
mines productives ont été épuisées. 

Je pourrais terminer ici mon rapport et vous le soumettre avec les documenta qui 
l'accompagnent ; mais un sentiment a grandi en moi , qui est presque devenu une 
certitude, c'est qu'il y a encore d'autres conclusions à tirer de l'expérience que j'ai 
acquise dans cette mission , conclusions sur lesquelles il convient a'appeler l'atten- 
tion du Gouvernement. 

La plus importante est celle-c! : mes propres observations, confirmées par Topi- 
nîon des citoyens et fonctionnaires des États-Unis que J'ai consultés , m^ont convaincu 



Digitized by VjOOQIC 



— 354 — 

que las État»*Unt8 n agîraieot ni sagemeai , ni utilement » en pranani riniliattved*tin 
m#ufedient poor ladoption générale de f étalon faimétaUif|ue et du libre mon- 
nayage de Targent. Une telle action, dont on méconnalirait laa vrab motifa« ^Soi- 
gnerait piutét lobjet que nous avons en Tue. EUe pourrait auasi augmenter le 
discrédit de iargent, an lieu de le diminuer. 

En voici la raison. L'opinion générale des financiers d'Europe , cW que le (jou- 
Temement des États-Unis est encombré d*uné Quantité exoessiva de doUan d'argent 
qu'il ne réussit pas à introduire dans la cimilation. Ces doUan sont monnéyés à un 
titre qui n'est celui delà monnaie d'areent dans aucun pays, c'est4-dire dans le 
rapport de 16 parties d'argent pour 1 d or. L'Administration des finances aux États- 
Unis, est, dit-on, conraincue que la production de l'argent est excessive et que le 
rapport de l'argent è l'or, ob son prix comme métal, est susceptible de tomber 
encore plus bas que le prix actuel. Aussi toute initiative de la part des États-Unis 
serait-elle regardée comme n'ayant d autre but que de se débarrasser d'un stock 
inutile et de réserver un marché aux futures extractions d'argent. On n'admet pas 
la sincérité des efforts faits par les États-Unis pour amener la conclusion d'un accord 
bimétallique et pour remettre en vigueur le libre monnayage de l'aient. On ne 
croit pas qu'ils visent l'introduction d'un meilleur système monétaire dont tontes 
les nations pourraient bénéficier. On dit que Tintérèt seul les guide. 

Les hommes d'Etat européens les plus intelligents et les plus exercés , qu'ils soient 
bimétallistes on monométailistes, ne peuvent pas arriver à comprendre pourquoi 
les Etats-Unis continuent à frapper des dollars au titre actuel de 15*98, ou» en 
chiffre rond, 16 parties d'argent contre 1 d'or, titre qu'un traité ne pourrait 
mettre d'accord avec le titre de la monnaie d'ai^ent qui circule dans les autres 
pays que si on refondait les pièces européennes et indiennes. Aussi quand on sug- 
gère Tifiée d'un cours légal commun , la question se pose à peu prés en ces termes : 
si les Etats-Unis veulent réellement ce qu'ils proposent, le monnayage des dollars 
fi*appés en vertu de la loi Bland doit être nécessairement arrêté, et ces pièces 
retirées de la circulation. Car si le libre monnayage était rétabli en Europe , si un 
traité de cours légat commun était conclu, au titre de i5 1/2 pour 1 , et si les 
dollars Bland circulaient encore, tous ces dollars seraient immédiatement expé- 
diés en Europe et dans l'Inde, et les États-Unis seraient débarrassés de leur fardeau. 
D*un autre cÂté, les États-Unis ne pourraient pas consentir à frapper à un titre plus 
élevé que 1 5 i/a , sans être obligés de refondre tous les dollars qui existent au titre 
de 1 6. Un traité n'est donc possible que si toutes les parties contractantes adoptent 
le même titre. 

On se rappellera sans doute que, bien avant 1878, un nombre considérable de 
dollars d'argent du même poids, du même titre que oeux que l'on frappe aujour- 
d'hui , sortirent de la Monnaie des États-Unis, liais comme le prix de Targent à 
Londres dépassait alors d'une fraction 60 deniers par once, ces aollars valaient en 
or un peu plus de io3 cents. En conséquence ils furent exportés en Europe pour 
y être refondus au titre de i5 i/a pour 1 , ou transformés en argenterie. Il est clair 
que si un traité international pour l'établissement d'un cours légal commun de 
monnaie d'argent était adopté, et si la monnaie-étalon d'Europe était maintenue à 
1 5 i/a , le doOar-étalon actuel des États-Unis dispsraitrait comme autrefois. 

11 est évident encore que si lor contenu dans un dollar d'or pouvait être échangé 
contre de la monnaie d'argent à raison de 16 grains d'argent pour chaque grain d'or, 
alors qu'en Europe cet argent pourrait être converti en monnaie légale au taux de 
i5 i/a parties d argent contre 1 d'or, il y aurait un profit constant à échanger l'or 
européen contre Fargent américain. D*un autre côté, si les États d'Europe adop- 



Digitized by VjOOQIC 



— 555 — 

talent, comme le leur proposent quelques bimtollistes de Tlnde, an tkre de 18 
ou 19 parties d'argent pour une d*or, u s'établirait alors un échange de Tor des 
États-Unis contre l'argent d'Europe, lequel argent serait ensuite converti par nous 
en monnaie à 16 , étant donné que nous nous serions mis d*accord par traité sur le 
libre monnayage, sans changer notre rapport légal. 

Ainsi donc, aussi longtemps que le monnayage actuel du dollar d'argent aux 
États-Unis continuera, nous tie poutdfiA pas nous âttèûdrë & voii^ l6S États a Europe 
nous proposa on pacte hifnélalhquè pour rétisiUissettient du tùûtû 1^1 de Târgent. 
Ils refusent absdiument d*éludier toute proposition qui tendrait à là refoâte de léor 
argent pour l'ajuster au rapport légal des Etats-Unis. 
. Si les nations européennes contractaient un traité bimétallique , ce serait sans 
doute dans l'espoir qu'en ouvrant toutes les Monnaies d'Europe au libre monnayage 
soit de l'or, soit de i argent « sur le pied de i5 i/a , on ramènerait le prix du métal 
argent k un peu plus de 60 deniers par once. Cette mesure « si elle n*amoDaSt 
pas un td résultat, n*aurait pas l'effet que les avocats du bimétalUsmi en aiten* 
dent, et le traité serait sans oojet. 

En fait , les Etats-Unis, par le maintien du dollar au titre actuel « dédarent au public 
qu'il faut 16 onces d'argent pour égaler une once d'or. C'est déprécier le. métal 
argent au-dessous du titre jadÙs en vigueur chez les nations européennes qui esti- 
maient qae 1 5 i/a onces d argent équivalent à une once d'or. Le monnayage , tel 
qu'il est réglé aux États-Unis, déprécie ddnc Taiigeat, « on le compare au titrfi eu- 
ropéen et indien. 

On difl&re d'avis sur l'influence que l'arrêt des achats mensuels de métal aurait 
' sur le prix du métal d'argent. Quoiqnes-uni des biiaélallktes les plus ardents espè- 
rent qu'on mettra un terme k ces achats. Ils pensent que cela amènerait une baisse 
fins considérable dans le prix du lùétal , que les échangea , surtout ïvec l'Inde , en 
seraient troublés, et qu'alors l'Angleterre serait forcée d'agir. 

D'autres, sans se préoccuper de l'effet probable, estiment qu'aussi longtemps 
qu'on continuera le monnayage des dollars à 16 , alors que dans les autres pays 
le rapport est de i5 i/a , toute proposition de la part des États-Unis pour la con- 
doiion d'un traité bimétallique sera écartée comme suspecte. 

D'autres enfin , et je suis de oeux-là , sont d'avis qu'eu égard aux demandes plus 
considérables d'argent, la baisse du prix de ce métal , si l'interruption des achats des 
États-Unis causait une baisse, serait très peu sensible et de très courte durée. 



Digitized by VjOOQIC 



— 356 — 



ÉTATS-UNIS. 



LE COMMERCE EXTÉRIEUR. 

Les résultats que nous empruntons ci-après à la statistique officielle des 
Etats-Unis concernent les douxe mois de Tannée 1887 et les dooze mois de 
Tannée 1886 ('). 

18S7. 1886. oirFKRRiica i!i 1887. 

MAIVCHAIIDISBS. — ' — — 

dQlltn. «ItlUn. doiUn. 

Importations 708,81^,739 663,4^9,189 + 45,385,5io 

Exportations (produits indigènes) 7o3,339,d5a 699,519,430 -j- 3,8ao,033 
Réexportations (produits étran- 
gers) 11,981,35a i3,88/li59i — i,9o3,a3g 

OA ET AROBirr. 

Importations 61,661,913 58,53a,6/i6 -{- 3,199,367 

Exportations et réexportations. . 36,789,414 68,339,198 — 31,539,78^ 

Voici maintenant quelques indications supplémentaires : 

L — - Importation (mardtanditêt). 

Les importations se décomposent comme il suit en ce qui touche le régime doua- 
nier des articles importés : 

1886. 1887. 

dwlUn. doUan. 

Marchandises non taxées 339,780,496 a 1 9«887«737 

Marchandises taxées 469,o34,a33 443,54 i.jos 

Totaux. 708,814,729 663,429,189 

Les importations venues directement des pays étrangers montent i 63 1 mitlioDs 
de dollars en 1886 et 67a en 1887. Comme moyens de transport, elles se partagent 
ainsi : 

1887. 1886. 



Par terre 

à voiles. 



Par navires 



américains, . . 

étrangers. . . . 
Totaux 



à vapeur, 
à voiles., 
à vapeur. 



millisM 


J.dollM. 


3o.i 


iÙÂ 


67.8 


5i.i 


57.1 


6..7 


ASH.S 


457.S 


699 


63i 


708.8 


661.4 



(i) Pour les années on exercices anti^rieurs, voir, entre autres articles du Bulletin, ceoi He 
juin i883, page 774, aoât 1886, page aog, et aoât 1887, page 230. 



Digitized by VjOOQIC 



— 357 — 
Voici enfin la répartition par natures de marchandises : 



1887. 1886. 



mlilioM dt dollars. 

Denrées alimentaires « animaux vivants. , . « • a 1^.5 ao3.o 

Matières bmtes & Tusage de l'industrie nationale 172.3 i62.5 

Qljeu ouvrés, au moins en pailîf • à Tusi^ des usioes et 

manufiictures 85.3 80.1 

Objets fabriqués, prêts à être consommés. i4i*i iSa.y 

Articles de luxe, e(c 96.8 85.i 

Totaux 708.8 663.4 

Les proportions relatives des cinq groupes sont presque les mêmes en 1 886 et 
1887 (3o, 2à» la.ao et i4p. 0/0 en 1887). 

L — Exportations {produits indigènss). • . 
La statistique officielle groupe comme il suit les articles exportés ; 

1887. 1886. 

aûllion* d» doUtr». 

Agriculture 5a4. 6 5aa . 1 . 

Mines i4*a la.i 

Forêts aa.4 ao«a ' 

Pêches 5,3 5.1 

Divers 5.8 4*7 

Matières brutes 57a . 3 564 • a 

Objets fabriqués. ...;.;...•• V ••.•• • i3i.o i35.3 

Totaux 7o3.3 699.5 

Voici comment la voie de terre et les divers pavillons se partagent Texportation : 

1887. 1886. 

milltoo» d. d.ll«r*. 

Parterre 19.1 17.6 

(américains } 5»J JJ.a 

ParnaTire..} ' r i't ,^il 

j ,. 5o5.5 474-5 

Totaux 70a. 8 697-5 

Les totaux sont ici un peu inférieurs à ceux des autres tableaux» 

II. — Or et argent. 

^importation des métaux précieux en ^887 comprend : or en lingota, 19.5 mil* 
lions de dollars; monnaies d*orde TUnion, 5.7; monnaies dor étraAgères» 19*7; 
tolal pour Tor, 44 • 9 ; argent en lingots ,5.4; monnaies d*argent de lllnion , 1 . a ; 
monnaies d*argent étrangères « lo.a; total pour Targent, 16.8. 

L'exportation montée ad «8 millions de aoUars dont : or, 5. 1, et argent, 19,7. 
La réeiportation porte sur la millions de dollars : or, 4- 1 ; argent, 7.9. 



Digitized by VjOOQIC 



— 358 — 
JAPON. 

LE BUDGET IBfPÉRIAL, LES BUDGETS LOCiinX, Là MONNAIE. 

Nous avons, en avril 1866 (pagt &66) poMié les budgets de TEmpire 
japonais pour 1 884-85 et 1 885-86. Un Annuaire de statistique vient d^étre 

publié à Toldo, en langue française, et la Semaine financière y a relevé les 
indications suivantes : 

h — Budget de T Empire pour 1886-87 (^). 

RECETTES. 

Impôt foncier 43,i5i,58a 

sur le saké , , 14.870,839 

— — surle tabac i,5oi,i84 

Timbre al enregistrement i,3i6,5i8 

Taxes sur ks banques et sociétés 607,171 

Divers impôts intérieurs 3,86o,643 

Douanes a,6!ii,774 

Postes ettélégraphes 3,184,2167 

Produits des forêts 393,597 

Produits d'entreprises diverses de i*État i,4i3,i68 

Produits de la vente ou du prêt de biens de TÉtat 473,884 

Recettes diverses • . , 1,395,788 

— ■■!■ I I »■■ ■ — ■ 

Ensemble 74«695,4i 5 

DÉPENSES. 

Reaibotirsemeiil de dettes publi^ies 3,980,880 

Intérêts et frais des d^t^s nationales 16,019,1 ao 

Dépenses pour le remboursement du pspier-monnaie 7,000,000 

Pensions diverses , 739,043 

Liste civile, apanage, culte 2,608,3 13 

Cabinet impérial et 3énat 993,037 

Ministère des affaires étrangères 839,338 

■'*>■> de rintérieur i,34iii33 

— » » *' ' des finances, . . - 4,386,334 

de la guem 13,000,000 

d^ la marine*. «««« 5,393,464 

— de la justice 3,501,097 

■ de rinstruction publique 858,330 

■ de Tagriculture et du commerce 870,396 

■ ■ ' ■■ des voies de communication 3,668,357 

Administratiea provinciale io,444%759 

DiverMs v t,si55v837 

Ensemble 74,689,014 

1 % Ifl I Hl» I 1 < I ■ ■ m, Il ■>■ ■ ■■*■ ■■■ ■■■ I m» MMt l W 'l I I ■> " ■- 

*'' L'eierdce japonais commence mainlenani au i"" svnii 



Digitized by VjOOQIC 



— 359 — 
II. — Finances locales. 

Pour les budgets locaux, l'Aonuâire doiin« les résullats complets de 
iexercice i884-85 et ceux des oeuf premiers mois de Texercice i885-86. 
Voici les c^iffires de i884«85. 

Finances pnmneiales. 

RICnTBS 1>imfSE9 

1884-$5* 189A-85. 

Niphoo central 7,929,8^9 8,083,378 

^— septentrional 2,9411607 5^19971733 

occidental. 4,653,109 4,809,826 

Sikokou 1,265.207 1,338,882 

Kiou Siou 2,335,987 2,343, 4A6 

Yeson , , • 22,082 17^480 

Ensemble. ...*,, , . . i9«i4<>.99i 19,590,745 

Finances des kous, villes et villages. 

RECETTES DEPENSES 

1884-85. 1884-85. 

Mphon central 6,874i449 6,744,4oo 

— septentrional 2,807,116 2,821,912 

ooâdentaL 4*355,389 41819,728 

Sikokou 736,948 739,131 

Kiou Siou. i,56i,o3i i,55i,i37 

Ensemble i6,334«933 16,176,298 

D'après TAnnuaire^le nombre des fonctionnaires était de 85,174 en 1883 
et de 93,848 en i884, savoir : personnel civil, 40,919; militaires, ii,o64; 
police, 29,473; services pénitentiaires, 12,393. 

nL ** Dette publique. 

1881. 1885. 

Dette sans intérêts 8,902,223 8,119,817 

— 4 p. 0/0 k . . ii,o53,4a5 io,652,85o 

— 5 p. 0/0 46,4ia«555 30,925,125 

6 p. 0/0 4a,4io,565 43,955,715 

— — 7 p. 0/0 108,288,816 121,561,090 

■ étrangère 9,685,876 8,01 5,4oo 

7 1/2 p. 0/0 t 10,000,000 

8 p* 0/3 •..*....* 9,901,500 115,375 

■ 10 p. 0/0 Q,i85,i 10 6,736,355 

Papîer*Bioiiiiaie « . 106,061,489 89,880,536 

351,990,968 828,953,153 



Digitized by VjOOQIC" 



— 360 — 



IV. •— CirottUaion monétaire et fiduciaire. 

Depuis la fondation de la Monnaie au Japon (en 1870) jusqu*en i885, 
il a été mis en circulation pour i3i,4i6,5o6 yens de noionnaie métallique, 
savoir : 

55,991,649 yens d'or; 
54^4191045 yens d'argent; 
ii,oo5,3i3 yens de cuivre. 

Quant au papier-monnaie, il est émis à la fois par les banques et par 
rÉtat. Au i'** juillet 1881, les banques avaient émis 34i4o9,844 yens, et le 
Trésor 105,975,734 yens. Au 1*' juillet i885, on a les chiffres suivants : 
banques, 80,585,^98 yens; Trésor, 89,880,5^6. 



Digitized by VjOOQIC 



BULLETIN DE STATISTIQUE 



DE LÉGISLATION COMPARÉE. 



AVRIL 1888. 



LE BUDGET DE L'EXERCICE ISSS^'V 



Le projet de budget présenté à la Chambre des députés le 32 mars 1887, 
pour Texercice 1888, consistait en deux projets de loi distincts, Tun relatif 
aux contributions directes et taxes assimilées, Tautre portant fixation du 
budget général des dépenses et des recettes. 

Le premier de ces deux projets de toi est devenu la loi du 21 juillet 
1887. L'autre, plusieurs fois modifié, n'a pu être voté, même pan: la 
Chambre> des dépotés, dans les délais voulus.. Une Icd spéciale du 17 dé* 
cembre 1887 a dû accorder au Gouvernement trois douzièmes provisoires et 
la loi portant fixation du budget général de Texercice 1 888 n'a été votée 
que le 3o mars 1888. 

On trouvera ci-après le texte de cette loi et plus loin la comparaison des 
chiffres du budget volé avec ceux du projet de budget rectifié du. 12 jan- 
vier 1888 et avec ceux du budget de 1887. Cette comparaison se divise en 
six parties: recettes et dépenses, Ministère des finances (par chapitres), 
budget des dépenses sur ressources spéciales, jMdgCI^'SanmMiL.et budget des 
dépenses sur ressources extraordinaires, y^. . * . ^ 

« * . ." 

;...;.- ■ ... j 

^*^ Dépôt du projet de M. Dauphin, 22 mars i88^- (Dôc pari, n* jiôôy/ J. ô. p. 570)1 
Rapport de M. Pelletan, 16 mai 1887 (Doc. poW. n" ^Bo^J, O, p. 74*6);' tHscussion du 
projet présenté par la commission du budget, 17 mai 1887 (Déh, parL J. 0. p. 1029). — 
Dépôt du projet rectifié de M. Bouvier , 5 juillet 1887 {Doc, pari n* 1927, J. 0. p. 3o6), 
25 octobre 1887 (-^oc. pari, n* 2029, J. 0. p. 2). Rapport de M. Yves Guyot, 28 noyembre 
1887 [Doc, pari n* 2149, p. 459). — Dépôt du projet de M. Tîrard (2* projet rectifie), 
12 janvier 1888 [Doc. pari, n* 2 253,./. O. p. 2). Rapport supplémentaire de M. Yves Gnyot, 

19 janvier 1888 (Doc. pari n' 2285, J. O. p ). Discussion générale, 26, 28, 3o et 

3i janvier, 2,4,6,9, 10, 11, i3, 16, 17, 18, 20, 21, 23, 25, 28 et 29 février, 1", 2, 3, 
5, 6, 7, 8, 9, 10 et 12 mars 1888 (Déb. pari. J. O. p. 170, 191, 2o3, 221, 287, 266, 286, 
3o6, 329, 349, 371. 391, 4i2, 437, 458. 478, 489, 498, 517, 572. 623, 644. 675, 697 

BULL. DE STAT. 2 4 



Digitized by VjOOQIC 



— 362 — 
LOI 

PORTANT FIXATION DU BUDGET GÉNÉRAL DE L'EXERCICE 1888. 

Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté, 

Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : 

TITRE ]•'. 

BUDGET ORDINAUIE. 
DEPENSES. 

S i". — Crédits ouverts, 

ÂRTiGLB l*^ ^-^ Des crédits «ont ouvert» ftux Ministres, pour les dépenses 

ordinaires derexercice 1888, conforaiément à Tétat A annexé à la présente 

loi. 

Ces crédits s'appliquent : 

i"* A la dette publique, pour. , i,290,835,4i6^ 

2"* Aux pouvoirs publics, pour • i3,34â»o83 

3"" Aux services généraux des ministènesi pour« . * . « « 1,326,086,391 
4*^ Aux frais de régie, de perception et d'exploitation 

des impôts et revenus publics, pour é* 395,298,547 

5" Aux remboursements et restitutions, non-valeurs et 

prîmes, pour 20,35o,34o 

Total géniéral conforme à Tétat A annexé à la présente 
loi a,975i9i4»777 



727» 729, 753, 76'!. 785, 795, 817, 829, 85i, 862, 883,896, 919, 93i, 9^2 et 955). 
Rapport de M. Yves Guyot, 12 mars 1888 (Doc. pari, n* 2S3ô, J, Œ p. . . .). Soite de ia 
discussion, i3, i4 et i5 mars 1888 (Déb. pari. J, O. p. 976, ioo5, io3o). — Présen- 
tation , pat M. Tirard, d'un nouveau projet, i5 mars 1888 [Doc, pari, n** ahàà^ J* 0. 
p. . . .). Rapport de M. Yves Guyot, 16 mars 1888 {Docparl n* s 547, J. O. p. . . .). Re- 
trait du projet de ,M. Tinurd , suitç de la discussion et adoption de Tensemble du projet de U 
commission, 16 mars 1888 (Déb, parlJ. 0, p. io48)* — Transmission au Sénat. i3 et 
19 mars i888 (Doc. pari, n** 177 et 198, J. 0. p. . . .). Rapport de M. Boulanger, 21 mars 
188S [Doc, part n^ 211., J. 0. p. • . A Discussion générale, 2$, 26 et 28 mars 1888 (Df^* 
pari. J, 0, p. 375, 399,426 et 449]. Adoption avec modifications, 28 mars 1888 {Déb. 
parL J, 0, p. 485). Renvoi à la Chambre des députés, 29 mars 1888 [Doc. pari n** 2607, 
J. 0« p. . . .). Rapport de M. Yves Guyot, 29 mars 1888 [Doo, parL n** 262i« J. 0. p. . )• 
Discussion et adoption, avec nouvelles modifications, do mar-v 1888 [Déb. parL J, Ô. 

&i 2io). Renvoi au Sénat, 3o mars 1888 (Doc, pari n". . . . J. 0, p. , . .). Rapport de 
. Boulanger, 3o mars 1888 [Doc, parL n°. . . . , /. 0. p. . . .). Adoption, 3o. mars 1888 
[Déb. pari. J. 0. p. 525). — Promulgation, 3i mars 1888 (J* 0. p. i369). 



Digitized by VjOOQIC 



~ 863 — 
TITRE n* 

BUDOET DES DÂPEKSIS SUR EE3S0URGBS SPéfilALES. 

2. — Coatinnera d'être faite, pour Texçrcice 1888, au pro6,t dea dé|Hur- 
tements , des communes , des établissements publics et des communautés 
d'habitants dûment autorisées, la perception, conformément aux lois exis- 
tantes « des diyei*s droits, produits et revenus .énoncés dans Tétat P annexé à 
la présente loi. 

3. -— Les voies et moyens affisctés anx dépenses du bodget êa dépenses 
sur resaouroes spéciales sont évalués, pour rexerdce iS8d, à ia somme dt 
473t 298^1 60 firâflcsf confohnément à Tétat £ annexé à la présente ioL 

4* — Les crédits aŒsctés aux danses du même budget, qui se règlent 
d après le montant des recettes réalisées, sont fixés provisoirement» pour 
Texercice 1888, à la sonmie de 473,298,160 francs , conformément k Tétai F 
annexé à ia présente loi. 

TITRE m* 
wrttêÊR AMtBkxi lAtrACHÉi POUR oaDAB Âtr woùtm aiiixRAL* 

5. — Les budgets annexes rattachés pour ordre au budget géhérat de 
l'État sont fixés« an recettes et en dépenses, pour l>sxerdoe 1&88» à la 
somme de 83^749«9&o francs, conforméia^ent à Tétat G annexé à la présjente 
loi. 

TITRE IV. 

BUDGIT ORDDIAnUI. 



ivusrrki.- 
S i**. — Impiu autorisés. 

6* -^ Les dispositions de Tarticte â de la kû du 4 juillet 1887 sur le 
régime des sucres sont applicables aux produits visés par Tartiele 6 de la 
loidu3oj»iiteti884. 

7. — Les modiàcations apportées, à ^tre temporaire, clans le tarif des 
sucres et des dérivés du sucre, par IVlicle i*' de la loi du 1X7 mai 1887, 
continueront d'avoir leur effet jusqu'au Z\ décembre 1888. 

8. — L'immunité des droits de timbre et d'enregistrement dont les pièces 
relatives à la Caisse des retraites pour la vieillesse jouissent, en vertu de 
rarticle â4 de la loi du 30 juillet 1^86, ne s'applique pas aux quittances 
d'arrérages de rentes viagères, qui restent soumises au droit de timbre de 
10 centimes édicté par l'article 18 de la loi du 23 août 1871. 

9. — Les huiles lourdes et les résidas de pétrole, de schistes et dWres 
huiles minérales (les goudrons de houille et les huiles de houiHe exceptés) 
Bcponl imposés, à leuf importation eu France et eti Algérie, aux droits sui- 
vaûtsî 



Digitized by VjOOQIC 



— 364 — 

Huiles lourdes et goudrons de çétroler de schistes et d'autres huiles mi- 
nérales originaires du pays d'importation, 12 francs les 100 kilogrammes 
net; 

Huiles lourdes et goudrons de pétrole, de schistes et d'autres huiles miné- 
rales originaires d^ailleurs, 17 francs les 100 kilogrammes net. 

10. — Les produits naturels ou fabriqués originaires du Cambodge, de 
TAnnam et du Tonkio, autres que ceux repris au tableau E annexé à la 
loi du 7* Tûiài 18&1 « seront admis eu exetoptionde droits k rimportattoo en 
ïlranoeoii eu Algérie lorsqu'ils auront été transporlés directement et par nn 
mémfi navke des ports d'embarquement de l'Iado^Ghine jQsqu'^u port fran- 
çais ou algérien de destination. Le bénéfice de la franchise est subordonné, 
en outre, à la condition que les produits seront accompagnes' d'expéditions 
des douanes de rindo-Chiôe fhinçaise justifiant qu'ils sont originaires de ce 

pays. 

IL — A dater de la promulgation df la présente loi, la disposition de 
l'article 12 de la loi de finances du 3^ décembm. 18&Â est modifiée ainsi 
qu'il suit : ^ . , i 

■ besteembres de l'ordt^ du MéAe agricole vefséront aâ Trésor, pour frais 
d^ décorations, d^insigues et de breveté qai lent seront délivrés par le Mi- 
nistre de l'agriculture, la somme de i5 francs pour la croix de chevalier et 

la somme de 60 francs pour la croix d'officier. 

t- . ' . * ti 

12. — La dispense du droit d'inscription accordée par l'article 1^ de la 
la loi de finances du 26 février iSSy'.aax boursiers, maîtres répétiteurs et 
maîtres d'éludés des établissements publics d'enseignement secondaire sera 
étendue aux autres fonctionnaires desdits établissements, ainsi qu'aux élèves 
dé i'écote normiaie d'enseignememt spécial et aux fonctionnaire de Tensei- 
ghcàkeûi primaire public. . 1 ^ • • . . . • 

La dispense des droits de bibliothèque, d'examen, de cdrtificfltvd'aptitude 
et de diplômes afférents au grade de licencié es sciences et es lettres, dont 
jouissent les mattres répétiteurs et les maîtres d'études des établissements 
publics d'enseignement secondaire en vertu de Tislrtide i de la même loi, 
sera également applicable aux pei^onhes désignées dans le précédent para- 
graphe. 

13. — A dater du i*' janvier 1889, ne seront pas, assujetties à la taxe 
ëtantîe par Tarticleg de la loi du 16 septembre 1871 les associations d'étu- 
diants des facultés de l'État, lorsque lesdites associations seront exclusive- 
ment scientifiques ou littéraires et qu'elles seront, en outi^e, reconnues par 
les autorités piréfectorale et universitaire* 

,1k. — ; A 4ater de la promulgation de la.présente loi, les candidats qui se 
feront inscrire devant l'école supérieure de droit d'Alger, pour l'obtention du 



Digitized by VjOOQIC 



— 365 — 

certificat' d'étndes de. droit administratif et de toutunietf indigènes, sei^nt 
astneinlB à un droit d'inscription de i o francs par trimestre. t 

15. — Continuera d'être faite « pour 1888., au profit de ÏËtaU conformé- 
ment aux iois existantes, la perception d^ divero droits, produits et lievetius 
énoncés dans l'état B annexé à k préfleate loi. , 



Sa. — Évaluation des voies et moyens. 



16. -r- Les voies et moyens ordinaires applicables au^ dépenses pjçdinaires 
du budget de rexercice 1888 sont évalués, confomit^ment k Tétat C annexé à 
la présente loi, à la somme totale de 2,976,482,71 1 francs. 

'.'..'."*! ■ TITRE V. ■ " '* • '• • - ■'• 

, ^^ICKS SrBCIfl)X.J>U,TIlSSOiU 

17. — Il est ouvert au Ministre des travaux publics, sur rexercice 1888, 
au 'titre de$servi(^s spéciaux du iVésor, des crédits montant k la sommç 
totale de 85 millions de francs, répartie ainsi qu'il suit : 

Avances aux compagnies de chemins de fer français pour 

garantie d*intéréts. .* *.*....... 67,060.000^ 

Avances aux compagnies de chemins de fer algériens pour 

garantie dTntérêts iS,oo6,ooo 

■ > >t i 

TaTàï.i«44. • p * 85,OQ€^POO: 

La portiob deâ crédits ci-dessus qui n^au'ra pas été employée à la fin d^e 
Texeréice 1888 ne pourra être reportée aux exercices suivants qu'en veirt'u 
d^une loi. 



/. -" 



18; — il sera pourvu aux avance^ ci*dessns au moyen de réoiissûm» an 
mienx des intérêts du Trésor, d'obligajtions à court terme dont Téchéamte ne 
pourra dépasser Tannée i8g4« 

TITRE YL .«..'.. 

. MQifDfs PB aaayica sr nisfosiriovi divxbsm. 

10.. •^ La nomendature des services votés pour lesqu^s il peut être 
ou^rt, par décrets irendns en Conseil d'État, des crédits supplémentaires 
pendant la prorogation tdkes Chambres, en exécution de Tarticie 5 de la loi 
du i4 décembre 1879, est fixée, pour Texercice 1888, conformément à 
l'état H annexé à la présente loi. 

20. -^ Il est ouvert au Ministre de là guerre un crédit de 6 iniffions dt 
fhin<*s,ponr l^nscriptîon au Trésor public des pensions militaires de son 
dépftrttêment à liquider dans le courant de l'année 1888. 

21. — Il est ouvert au Ministre de la marine et des colonies un crédit de 
4v^6ot,ooo fitancs ipofiir )?inaonptioD' au- Trésor publio des pensions tnîKtàires 
tb anadépairtemeDt à tiifuidcv dans lé ecmrant de l'année 1888: ' ^ 



Digitized by VjOOQIC 



— 366 — 

i S2« «-"fi est oov^ au Ministre dts fiii«aocif« sur faxereifie 1888, pour 
rinscriplion des pensions civiles liquidées par application de la loi du 9 juin 
i853, un crédit supplémentaire sYIevant à la somme de 376,000 francs en 
sus du produit des extinctions. 

La limite d*àge fixée pour la mise à la retraite des fonctionnaires civiket 
militaires par les décrets, arrêtés et décisions actuellement en Y^eur ne 
peut être abaissée que par la loi. 

23. — Le Ministre des finances est autorisé à pourvoir au remboursement 
des obligations do Trésor à court terme échéant en 1888 , au moyen : 

i"" De la dotation inscrite au chapitre 5 du budget du Ministère des 
finances; 

a® De l'excédent de recette qui serait constaté en clôture d'exercice ; 

3^ Pour le surplus, au moyen d'une énussion d'obligations du Trésor à 
court terme dont l'échéance ne pourra dépasser Tannée 1894* 

2&. — > Le Ministre des fin^nc^ est autorisé à créer, pour le service de 
la trésorerie et les négociations avec la Banque de France, deas bons di| Trésor 
portant intérêt et payables à une échéance qui ne pourra paa excéda une 
année. Les bons du Trésor en circulation n'excéderont pas 4oo millions 
de francs. 

Ne sont pas compris dans cette limite : les bons déposés à la Banque de France 
en garantie de son avance permanente de i4o millions de francs (loi du 
i3 juin 1878] , les bons créés spécialement pour prêts à l'industrie (loi da 
1* août 1860] , les obligations à court terme émises pour les budgets extraor- 
dinaires des exercices antérieurs et pour les garanties d'intérêts aux compa- 
gnies de chemins de fer. 

25. — Le Ministre des finances est autorisé à proroger, jusqu'à une 
échéance qui ne pourra dépasser le 3i décembre i8go, les effets de la con- 
vention intervenue le 29 mars 1878 avec la Banque.de France et ratifiée par 
la loi du 1 3 juin suivant, relative à l'avance de 80 millions faite par la 
Banque au Trésor. 

26. — Le Ministre des finances est autorisé à inscrire parmi les décou- 
verts du Trésor la somme de 918,097,907 fr. 69 cent, montant du solde 
débiteur du compte classé parmi les services spéciaux du Trésor sous le titre 
de : PrélèvenmnU effectuée iur Us foni$ des capiimix de cauthnnêments sa 
pi^fitdei hadgeU de 184 à, iSi6 et 1820. 

27. — Le Ministre des finances est autorisé à inscrire parmi les décou- 
verts dtt. Trésor la somme de 91716^878 fr. 36 cent» comprise, en capital, 
dans le solde débiteur de x 1,858,819 fr. 69 cent ressortant des écritures de 
l'Administration des finances au 3i décembre i886| au titre du compte : 
Prêts à findastrie (loi du 1^ août 1860)^ inscrit parmi les services spéciaux 
duTxésor. 

To«t«fois, les créances irréeouvrables transportées aux découverts dn 
Trésor continueront de figurer dans les écritures de i'Afaut j«dlioianre du 



Digitized by VjOOQIC 



— 367 — 

Trésor; jusqu^à ce que la cadacité de ^s créances ait été proooncée dam les 
formes r^leiaentaires, 

28. — La ville de Paris est autorisée à mettre en circulation , pendant 
IVinnée 1888, des bons de la caisse municipale pour une somme qui ne 
pourra excéder Ho milKons de francs. 

29. — Le Blinistre deTintérieur est autorisé à accorder aux départements 
et aux communes, pendant Tannée 1888, pour la construction de leurs che- 
mins vicinaux, conformément au règlement d^administration publique du 
3 juin 1880, des subventions montant à la somme de 2 millions de francs, 
et imputables sur les crédits à ouvrir au budget ordinaire de Texercice 1 88g. 

30. -^ Par application de Tartide a de la loi An 7 juiHet 1877, relative 
à forgaaisation des services botpitaliers de rarmée dans les hôpitaux mili- 
taires et dans leshospioes dvils, f hôpital militaire de Valenciennes sera sup- 
primé à paitir du 1*^ janvi^ 1889. ^ partir de cette date, le servioe kd^i** 
talier dé la garnison sera assuré par ks soins de la commission administrative 
de Thospice dvil de la ville. 

31. — Le Ministre de la marine est autorisé à continuer ou à entre- 
prendre pendant Tannée 1888 la construction des bâtiments- doat les noms 
figurent au tableau I, annexé à la présente loi, et à faire exécuter, au titre 
des constructions neuves, tous les travaux, de modification et de transfor- 
mation reconnus nécessaires après le premier armement de la première 
campagne des bâtiments neu& ou transformés. Il ne pourra pas, dans le 
courant de cette année, mettre en chantier d'autres bâtiments d'un dépla- 
cement total de plus de 5oo tonneaux. 

Il fournira à Tappui du budget de Texercice 1889 un état détaillé, par 
navire en construction : de la date de la mise en chantier; du coût prévu 
de chaque navire en matières et en salaires, tel qu'il résulte du devis estimatif 
prescrit par Tordonnance de i844; de son état d'avancementj évalué Qfi 
centièmes de la main-d'œuvre; de l'indication des dépenses déjà faites en 
salaires; de la comparaison entre l'avancement, proposé pour l'exercice 1889 
etcelux qui aéra probaUkment; réalisé pendaDtTanoé#.i888idesi)[iodifications 
survenues en cours d'exécution sur les évaluations primitives. 

32. — - Les approvisionnements que le Ministre de la marine et des co- 
lonies est autorisé à entretenir en exécution de l'article 32 de la loi de 
finances du 26 février 1887 ^^ peuvent, pendant Tannée 1888, monter 
ku-dessus d'une valeur totale de i38,2oo,ooo francs ni descendre au-dessoils 
d^une valeur totale de 93,600,000 francs. 

Us sont répartis conformément au tableau J, annexé à la présenté loi* 

33. — Il sera produit par le Ministre de la marine ^ à Tappui du projet 
de budget de Texercice 1^89 ei dans le courant du mois d'avril 188S : ' 

I* Un état donnant, par- onité coUectivt, et suivant la division figurant 



Digitized by VjOOQIC 



— 368 — 

au tableaa J, annexé à la présente loi, les quantités qui doivent nécessai- 
rement exister dans les magasins pour assurer le fonctionnement des divers 
services de la marine; 

2° Un état donnant, par article et par nature de travaux, pour Tensemble 
du budget et pour chaque port ou établissement, la dépense effectuée eo 
main-d'œuvre ei en matières pendant l'exercice 1887; 

3^ Des étals indiquant, pour chaque port ou établissement hors des ports, 
Peffectif et la dépense du personnel entretenu et ouvrier de chaque senice 
pendant l'exercice 1887. 

34. -—Le Ministre de la marine est autorisé à livrer à l'industrie pour 
être transformé et utilisé .au psofit du servioe. de l'entretien de la flotte en 
1888, Id vieux matéridl qui se trouve eu la^gMin jujiqu'à concuri^nce d'une 
valeur de 3, 5oo»0oo francs , ceUe valeur étapt déterminée par le prix auqud 
les iodustrtels transformateurs recevront ledit maltériel. 

Le département soumettra au Parlement à l'appui de son compte admi- 
nistratif et à la Cour des comptes un état énonçant les qualités et la valeur 
des vieilles matières données à transformer, avec référence tant aux décomptes 
emportant liquidation au profit des adjudicataires et aux mandats de paye- 
ment , qu'aux marchés de transformation auxquels ces mandats se rapporteat 

35. — La subvention de i& millions de irancs inscrite an chapitre 51 du 
"Ministère de instruction publique pour alléger les charges que la gratuité 
impose aux communes dans leaf écoles primaires publiques, sera exclosi- 
tetâent employée, au profit des communes qui seront admises à y participer, 
k parfaire, après l'épuisement des quatre centimes spéciaux, les traitements 
dÛigatoires, tels qu'ils résultent de la loi du ig juillet 1875 et de rar(icle6 
de la loi du 16 juin 1881. 

Les communes non encore propriétaires de leur maison d^étole ne pour- 
ront obtenir une subvention aj^piicable aux loyers scolaires où aux indem- 
nités de logement qu'après avoir fait emploi du cinquièihe institué par l'ar- 
ticle 3 de la loi du 16 juin 1881. 

Les communes pourront reinpiacer tout ou partie du prélèvement du 
cinquième par le vote d^une imposition extraordinaire qui n'excédera pas 
quatre centimes additionnels au piîncipal des quatre contributions directes. 

36. — Le maximum des subventions payables par annuités, a partir de 
1889 inclusivement, que le Ministre (le ripstruction publique est autorisé à 
accorder pendant l'année 1888, conformément à la loi du 20 juin i885, 
en addition aux apnuités inscrites dans les précédentes lois de finances, est 
fixé à la sonmie de 1,077,040 francs', savoir : 

1* 39,410 francs pour renseignement supérieur; , / 
a" i37,63D.frattcs poflir l'ens^nemeot aecottdaifff ; 



Digitized by VjOOQIC 



~ 3Ô9 — 
3* 900,000 fraffcs poar renseignement priniatre. 

Les projets de travaux imputables sur la subvention de 34 millions de 
francs créée par Tarticle i*' de la loi du 20 juin i885, sont approuvés pour 
1.888 jusquà concurrence de 760,000 francs pour renseignement supérieur 
et de i,i3o«ooo francs pour renseignement secondaire ^ conformément aux 
états K. et L annexés à la présente loi. 

Les engagements que le Ministre de Tinstruction publique est autorisé à 
prendre en 1888, en exécution du paragraphe 3 de l'article à de la même 
loi, sont fixés, savoir : 

A 700»QOO francs pour renseignement supérieur, jusqu'à concurrence de 
l'annuité de 39,^10 francs ci-dessus, conformément à Tétat M annexé à la 
présente loi. 

A !2,4^4&9656 francs pour renseignement secondaire, ju^qti^ coDciirF»ftce 
de Tanniiîté de i37,63o francs ci-dessus, conformément à l'é^t N-amteacé à 
la présent loi. . ■. m ' 

37. — Le montant total des subventions annuelles que le Ministre des 
travaux publics peut s'engager, pendant Tannée 1888^ a alloue^ aux entre- 
prises de chemins de fer d'intérêt local ou de tramways, eiji vertu de^Ja loi 
du IL juin 1880, ne devra pas jexcéder la somn^e de 800,000 francs pour 
les chemins d'intérêt local et de 5oo,ooo francs pour les tramways. . 

38. — - Le Ministre des travaux publics est, autorisé à exéeuteï*, pendant 
l'année l888« sur le3 fonds à verseï: par les chambnes de conkmeroev villes» 
départements et autres intéressés, des< travaux relatiia aux. rîvière[8,.cailau pi 
et ports xx^aritimes^ s'élevant^umAiUmumàU,somiBede a^o66^3oo fraocs. 
Les crédits uéceisaives ajyi payement des dépenses seront. ouvert» pac décrets 
de fonds do coiloours daûs la limite et à mesure de la réalisation dos y^nû- 
meaU effectués, . , . . , , 

Les crédits non employés en fin d'exercice ei.ies ,|)essouJ>ees cori^espoi^ 
dantes ne pourront être reportés aux exercices suivants qu'en vertu d'une 
lai* • ^ • . • . . i;".i -— : i 

39. — Les travaux à exécuter pendant Tannée 1888, soit par les com- 
pagnies de chemins de fer, soit pi^ TÉt^, à l'aide des fonds que ces com- 
pagnies mettront à la disposition du Trésor conformément aux conventions 
ratifiées par les lois du 20 novembre i883 , ne pourront excéder le maximum 
de i4â niillîons :de francs, non compris les dépenses du matériel roukàt. 

Les versements des compagnies seront portes a un compte intitulé ) 'Rem- 
boursement de la garantie d'intérêts et fondé de concours versés par Us coinpa- 
gnies de chemins de Jer, en exécution des conventions de Î883. • "- . ^* 

• Les créditSKiiéeéssBices ' en payaient' 4es âépe&ses serolit' obverts ipar 
décMs «de' ffondii idelxxNBOtors^, à > mesure ^e laréalisatièn des Vensémeills 
«Beotiiéi.par 1«B toiilp«§DiesLii> >^' / 



Digitized by VjOOQIC 



— 370 — 

Les crédits non employés à la fin de Texereiee 1888 et les tessonrces 
correspondantes ne pourront être reportés aux exercices suivants qu'en vertu 
d'une loi. 

40. — Le montant des dépenses pour travaux complémentaires, dont le 
Ministre des travaux publics pourra autoriser Timputation en 1888 an 
compte de premier établissement, non compris le matériel roulant, est 
fixé à la somme de 60 millions de francs, ainsi répartie par compagnie : 

G>mpagnie de Paris-Lyon-Médilerranée .' . 8.700,000' 

du Nord , 11 ,5oo,ooo 

, de rOuest 1 a,ooo,ooo 

d'Orléans 4«8oo,ooo 

de r£st «...,. t ...... f « ^r .., . » ia,ooo,Qoo 

■ ■ du Midi*. ...... V ..^,. . . ^AtOoo»ooo 

Total égal 6csooo,ooo 

Les compagnies présenteront en 1889 un compte spécial des travaux 
complémentaires effectués dans le cours de Texercice 1888 en vertu de 
Tautorisation qui précède. 

L'autorisation donnée par le paragraphe i*" ne sera valable que jnsqu^à 
concurrence des sommes réellement dépensées dans le cours de l'exercice 1 888. 

4L «^^ Toutes contributions directes ou indirectes antres que celles auto- 
risées par les lois de iinances de 1888, h qudque titre que ce soit ou sous 
quelque dénomination qu'dles se perçoivent, sont formellement interdites, 
à |»eine, contre les autorités qui les ordonneraient, contre les employés qui 
confectionneraient les HAes et tarifs et ceux qui en feraient ie recouvrement, 
d'être poursuivis comme oonoussionnaires, sans pr^ndiee de ractton en répé- 
« tition pendant trois années contre tous receveurs, percepteurs ou individus 
qui en auraient fait la perception. 

42. — L'article 463 du Code pénal est applicable aux délits et contra- 
ventions prévus par les lois sur les contributions indirectes. 

TITRE Vn. 

BUDGKT DBS DEPENSES SUB BESSOIIRCES EXTRAORDINAIRES. 

43. — Des crédita s'élevant à la somme de 16 millions de francs sont 
accordés au Ministre de la marine, au titre du budget des dépenses sur res- 
sources extraordinaires de l'exercice 1888. Ces crédits demeurent répartis, 
par cbapi très, conformément à l'état annexé à la présente loi. 

44* «^11 est ouvert au Ministre de la guerre^ smr l'exercioe 1888^ au 
titre du budget des dépenses sur res80U8ce& extinonliilaires^> pendant les 
mois d'avril, mai et juin, des crédits provisoire» 'tii)Oi)Êant à la foODOBie de 



Digitized by VjOOQIC 



— 371 — 
i9»3>^3.6oo firanos. Ces crédits seront répartis, par chapitres, au moyen 

Vmwn 1/ nul jli _ *^ * » 1 -. %. 1 Hi---^|' -, „ 

CTuil uOCrOC Cni imniBBV'W'nl JnB|PWIMi|vOir "'-o 

Us s'ajouteront aux crédits provisoires ouverts pour le i*' trimestre de 
rannée i888, et ils se confondront avec les crédits qui seront accordés, 
pour Texercice entier, par la loi à intervenir. 

45* — > Le Ministre des finances est autorisé à prélever^ j^usqu'à due con« 
currence, sur le produit k provenir de la conversion des rentes 4 1/2 p. o/o 
(ancien fonds) et 4 p. 0/0 en rentes 3 p. 0/0, autorisée par la loi du 7 no^ 
vembre 1887, la somme nécessaire pour pourvoir au montant des crédits 
ouverts par les articles 43.et 44 de la présente loi. 

M. — Les sommes restant libres à la fin de ïmuux^ 1888 sur les crédits 
ouverts par Tarticle 43 drdessos et qui seront néoeasaires pour poursuivre 
les travaux pendant les exercices ultérieurs ne pûwront étoe importées aux* 
dtts exercices que par laioi. 

Les dépenses appartenant aux exercices antérienrs et £usant partie des 
restes à payer arrêtés par la loi de règlement pourront être ordonnancées 
sur les crédits ouverts ou reportés par k loi à Texercice courant. Il en sera 
de même, jusqu'au règlement définitif de Texerdce, des dépenses que les 
c o mpte s présenteront comme restant à payer à Tépoque de la clôture de 
f exercice et qui auraient été autorisées par des crédits régulièrement ouverts. 

La présente loi, délibérée et adoptée par le Sénai et par la Chambre des 
députa, sera exécutée comme loi de TÉtat. 

Fait à Paris, le 3o mars 1888. 

CABNOT. 

Par le Président de la République : 

Le Préndeni du Conseil, MinUtre dnfiiumeêî. 

P. TIRARD. 



Suivent les tableaux portant comparaison du budget voté avec le projet 
de budget et avec le budget de 1887 : 

V Budget ordinaire. — Recettes; * 

a° Budget ordinaire. — Dépenses; , . , 

3"* Développement par chapitres des dépenses inscrites au budget ordi) 
mrite du Ministère des finances; 

4'' Budget des dépenses sur ressources spéciales ; 

5° Budget des dépenses sur ressources extraordinaires. 



Digitized by VjOOQIC 



372 — 



' ' îî«' 



wÊamÊËÊÊÊ/fBÊÊSÊÈo^Êmm 



I. — BUDGET 06III1IAIBE.- 

94 



DÉSIGNATION DES PRODUITS. 



' ■ $ !•*. — IMPOtS DÎtlfiCTS. • 
1* coiTRiBOTiOHS DuvECTir. — FoÊÉds gènéraf^x. 



IPropriélët non b&(:. 
iCMtftUMb» p«ndén«flli»HMMiièM- .l.''... 



Contribntion des patentes. . . . • ;• i. «u. . ;i^^v« 

Tftx^'déi^nlief «TMiMemenl. (Polrtlim imputable gariefrfindsgéiiéivèti) ..^. . 



Total..., 

•• .A .i. 



a* TAU» «PECULES AMiMiLils Aox GORTHnoTioi» oiRBGTBs'.— Tonij géné'ramx. 



PROPOSITIONS 

COITBUXai^T 

po«r i8«8 (a). 



SnMt,- 



118,569,000 

61^00,000 

. 1U9&^,00Q 

. 47.»7&qop 
iao3w«i9>aQo 



40),96(i,(>00 



RECETTES 

▼otûs 

par 

la Ckambra 

dMiUpaûi 

et par la SmmI 

poar iSM. 



IraBcft. 



118,569.000 

61,700,000 

71*955,000 

47,^78.000 

1^643,300 

620.&OÛ 



403,964,600 



Fnnce: 



Taie des bieiu de mainmorte.. 
Redevances <ies mines. . . t . ! . . . 



.1'- 



Droit de vénficttion des poids et mesures.. 

Droit de vériflcttion des alcoomètres -./»., 

Droit de visite dea pharmaftitis et magasins de drogueries. . . . 

Droit d'inspection des fabriques et dépôts d'eaux minérales. . 
Gontribntioas snr les voitures, chevanx, mules et mulets. . 
Taxe sur les billards publics et privés... ...»•»••.«». ..t.... 

Taxe sur les oerdes, sodélés et lieux de réunion 



Total* • 



6.660,000 

' 2,?.00.000 

4,582,000 

. tiO,000 

290.500 

.18.500 

11,259.020 

. usoa.Qoo 

1.480.000 



27,930.630 



6,660.000 

2,400,000 

4,582.000 

40.000 

290.500 

18,500 

11,259.690 

1,200,000 

1,480,000 



97,930,630 



9* COITaiBUTIOaS BT TAXBS 8PBCIAf.Bft u^ alob^vib. , , 



Contributions directes. — Patentes 

/ Redevances dus mines i . M «... • 

^^^ \ Droit de vérification des poids et mesures. . . i 

( Droit de visite des pliarmades et ilrogucrids. 
ContribnCIcAs arabes. '-^ Prfndpal ..... :. ..'/... iV. ...... ^ . 



Total.. 



1,687,048 

ii.sa6 

123.735 

11.880 

7,606.247 



9,440,426 



) 



' '^ 



1.687.018 

11,516 

123,735 

11,880 

7.606.2^7 



9,440.426 



Digitized by VjOOQIC 



— ^373. — 



RECSTTBKiO :.*; 'I 



DiirirÉiiiCKG^ 

BXTMi %m M4ITTI8 Toréif 

•i 1m proposttioM 

éo. GMT«m«in«iit. 

( GoMparaifloa les toi. a «C S.} 



Ea moiBS. 



fripes. 



RECETTES 

VOTSU 

povr 1887. 
6 



francs. 



11S,570,000 
61,ft00,000 

■ 71.130,000 
47.130,600 

10(1,005,600 
6M.'5a) 



403,758.700 



DIFFERENCES 
imx LU Mcnru Torâia 

fomr >888 
•t 1m NMtW ^ot»M fou 1 887 . 
( GoBpanfsoa dM col. 8 «t 6.) 



Ea plat. 
7 



fraocs. 



300,000 

819,000 

347,400 

lê 

3,900 



1,470.300 



En 



fraac*. 



Xlf>QO 



l,S03,400 



1.264,400 



En plu : 205,900' 



6,410,000 

2,775,000 

4,514,000 

80,000 

321,500 

18,500 

11,070,000 

1.187,000 

1,490,000 

27,866,000 



350^000 

II 
66,000 



189,620 
13,000 



520,0d0 



375,000 

n 

40,000 

31,000 



.10,000 



«5«.00a 



En plaa : 64,620' 



If 


. M 


1,555,668 


31,380 


Il . 


II 


II 


30.527 


II 


■ 19.0! r 


*t 


H- 


116.881 


6.854 


II 


,u 


.. ^ .M - .. 


12,815 


II 


935 


// 


H 


: 6,830.099 


776.148 


II 


// 


II 


, 8,645,990 


814,382 


19,946 


f 


p=«^-.. 


.1 


En plu: 


794,436' 



OfSEflVATIONS. 



(a) Projtt 3k badgat rMtifii au 
11 iMnMr.1668. 



I ^ . ' 1 



Digitized by VjOOQIC 



— 574 — 



I. — BUDGET ORDIKilBfi.-- 



DÉSIGNATION DSS PEODUITS. 



S X — I1CP6T9 Et REVBHU8 IMDIRICTS. 

1* rMDItr» Di L'UUOlflTUtflIT. 

Droits d^enregittremeot , de greffe , d'hypotUqaMi etc. 

TùtkL 



Algérie.. 



3* PftODOfrt M Tin»*. 



Dreittdetimbfe. 



Fffesee.. 
Alg^e.. 



Total. 



I* TAU »■ 3 p. O/O rai LB miTIllU DM ▼ALIVM HOMUAlB». 

Reoottvnbie pur les reoBTeun de reniegietrenent en Fruim •• .. 

ReooQTttUe par les re e e te are de FeniQgbtrMMnt en Algirit * . . . 

Total 



à* riOBVITl Dit DOVAlIfl. 

Droits de dootnei à rimpottallon (maidiandifles ditertes] 

Dreit de sUtistIqae 

DroiU de natigttlon «.. 

Droits et produits dirers dé deoenes . . , .> «.. 

Taies de consoouutiondelsebiledoaanas •••.«. 

Total 

IDroiUdedoiitties...i ««d^ândlses diteiMs. 
( Svctes de tonte origine 
DroiU de ntvigntkm » 
Droits et produits dWers d0 donanes. . • . . » «.. 
Droits sanitaires et de porti • . < 

Total*. ..« «.. 

Total foor lesdovMift.r*. *,, 



WOPOSlTïOïtS 

•ovtsaaaaaT 
poar i888 (a)c 



519,154,000 
3,907,000 



533,061,000 



IUGETTES 

TwraBB 

èmêifÊÊJm 

t(pMi»S4Mt 

pMri688. 

3 



519,154,000 
3,907,000 



533,061,000 



156,446,000 
. 4,118,500 



160,564,500 



156,446.000 
4,118,500 



160,564,500 



47,315,500 
310.000 



47,435,500 



47.315,500 
310.000 



47,435.500 



301,345,900 

6.457,600 

7,666.700 

5,195,000 

33,069,000 


301,345.900 

6,457,600 

7.666.700 

5,195.000 

33.069,000 




343,734,300 


843,734,900 




4,636.600 

4,348,000 

133,400 

380,400 

131,900 


4,636.600 

4,348,000 

133,400 

380.400 

131,900 




9,610,300 


9,610,300 




353,344,500 


353,344,500 





Digitized by VjOOQIC 



— 375 — 



RECJBTTBS. (Suite.) 



DIFFERENCES 

BXTfts i.u uanTM TOréu 

ot le* proposition! 

il« GonviraffflMnt. 

(G»wpw»itp» dM 0oL a al 3.) 



Eb plu. 

4 



fraacs. 



En moins. 
5 



RECETTES 

fOTBBS 

ponr 1887. 



fnuMs. 



530,316,000 
3,980,500 



53(1,196,500 



DIFFÉRENCES 

IIT&B US BBCims TOTBIS 

pour 1889 

et 1m raeotiM votées pour 1 867 . 

(CompsnisoB des col. 3 et 6. ) 



En pins. 
7 



fnaes. 



En moins. 



francs» 



1,063,000 
73,500 



1,135,500 
En inob» :1,135.500' '^ 



15{k,575.000 
^,033,000 



158,598,000 



1,871,000 
95,500i 



1,966.500 
En plw : 1,966^000' 



45,868,000 
348,000 



46,116,000 



1,347,500 



1,347,500 



3iM)00 



38,000 



En plni: 1,309,500* 



378,874,800 

6,446,000 

7,308,700 

5,134,800 

33,330,000 



331,094,300 



4,190,000 

3,880,000 

113,400 

333,400 

115,300 



8^i3,000 



339,716,300 



23,471,100 

11,600 

358,000 

60,300 



33.900,900 



361,000 



361,000 



En plus t 83,639,900' 



436.600 

468,000 

30.000 

57,000 

6,700 



986«80(> 



En plus ; 988.300' 



33, 889,300 | 361,000 
En plus : 33,638,300' " 



OBSERVATIOKS. 



(a) Projet de bndget rectifia da 
iB }aavi«K 1M8. 



Digitized by VjOOQIC 



— 376 — 



I. — BUDGET ORDINAIRE. — 



DÉSIGNATIOlt DES PRODUITS. 



6* rtODUTS OBS CCRTRlBDTIOlt ISDIBBCTIS. 



Droits sar les 
bolssoDs. 



France. 



Vint , cid|et, poiréf et hydroBela 

Alooois ......! k .... 

Blèrei...i v .........l 

, Droit de ko centimes par expédition 

Taxe de consommation d# sels hors da rayon des douanes. 

Droit sur l'huile minérale.t r .«»...«.«..;.«.,. • 

Droit d'entrée sar les hoilefe vëgëtales et animales 1 : . . . .^ 

Droit sur la stéarine et les iKMigles l 

Droit de consommation del vinaigres et de TaddeacctiqUc 

Droit de fabrication de la iynamite et de la nitroglycérine. . . 

Produit des 3/10 des prix ()e transport par chemins de fer. . . 

Produit des a/10 des prix âé transport par voilures publiques. . 

\ DroiU divers et recettes à iilfêteBts titres 



Total. . 



Algérie. 



I 

PBODDITS DBS COVTRIBDTI0N8 Dl|VBnSBS* 
t 

Licence» (boissons et taba^} ; ', 

Droits de garantie des matières d'or et d'argent , .,* 

Produits divers , , ., , , 

i 

^ TOTàl 



Total pour les oontributionsiindirectes et le» eontvibutions diverses. . . 



PBorosiTios» 

an 
GOOVBK111HIVT 
l>OQr 1888 (a). 



francs. 



.138,100,000 

245,267.500 

21,72^,900 

4,780,000 

. 8,889,000 

; 37.100 

; 2,575.100 

. 8,738.700 

■ 2,946,400 

V97,400 

86,851,300 

4,916,000 

59,066,000 



585,279,400 



1,394,500 

lO'i.OOO 

93»000 



1,592,100 



586,871,500 



RECETTES 
vers B s 

It Coamhra 

des dép«t«9 

•t par la S^si 

fmmt iSSft. 

3 



frmnes. 



147.593,800 

239,545,800 

21,724,900 

4,780.000 

8,889,000 

37,100 

2,575,100 

8,738,700 

2,946,400 

797,'jOO 

86,851,300 

4,916,000 

43,116,000 



572,511.500 



1,394,500 

104.600 

93,000 



1,592,100 



574,103,r.OO 



Digitized by VjOOQIC 



— 377 



RECETTES. (Suite.) 



DIFFÊHEKCES 




DIFFÉRENCES 




ERTRK LX« aiCITTIS TOTBIS 

•l les propotitions 

daGo«?ero«ment. 

( CompanÎMin des coi. i et 3. ) 


RECETTES 

▼O-rfBi 


BRTBi LIS nicBTTis Toréns 

pour 1 888 

et les recettes volves ponr 1887. 

( Gomperaison des col. 3 et 6. ) 


OBSERVATIONS. 


En plas. 


En moins. 
5 


pow 1887. 
6 


En pins. 
7 


En moins. 
8 


9 


Craact. 


francs. 


frsncs. 


francs. 


francs. 


(a) Projet do badget mtifi^ dn 
1 % JMTior 1888. 


0/i03.800 


// 


148,476,000 


Il 


882.200 




II 


5,721,700 


242,177,800 


II 


2.632.000 




II 


II 


21.725,000 


II 


100 




II 


II 


4.759,000 


21,000 


II 




II 


II 


9,269,000 


II 


380,000 




II 


II 


19,000 


18,100 


II 




II 


II 


2.850,400 


// 


275,300 




II 


II 


8.773,500 


II 


34,800 




II 


II 


2.705,600 


240,800 


II 




II 


II 


897,600 


// 


100,200 




II 


II 


85,816.000 


1,035,300 


II 




II 


II 


4.820,000 


96,000 


II 




II 


16,540,000 


42.071.400 


1,044,600 


II 




9,493,800 


22,261,700 


574,360.300 


2,455,800 


4,304,600 


En fSMCÂm : 13,767,900^ 




En moins: 1,848,800' 


// 


II 


1.366.100 


28,400 


II 




II 


II 


120.200 


// 


15.600 




tt 


II 


70,600 


22,400 


II 




1* 


II 


1.556,900 


50,800 


15,600 


II 


575,917.200 


En plus : 35,200' 


9.493,800 


22,261,700 


2,506,600 


4,320,200 
1.813.600' 


En moins: 12,757,900' 


En moins : 


BULL. DE 


STAT. 








aS 



Digitized by VjOOQIC 



— 378 — 



BUDGET ORDi 



m 



DÉSIGNATION DES PRODUITS. 



6* PHODDItiB DBS 8UCRBS. 

( Sucres oolontaut 

France J "^'l Sucres étrangci. 

Gontrilmaons indirectes. — Sucres indigènes 

Total 



S 3. — PRODUITS DE MONOPOLES ET EXPLOITATIONS INDUSTRIELLES 
DE L'ÉTAT. 

1** PBODOITS RBCOUTRis PAR LB8 RSCBTBDRS DBS CONTRIBUTIONS IUDIRBCTBS 
ET DBS CONTMBDTIORS DITBRSBS. 



France. 



Droit de fabrication des allumettes 

Produit de la vente des tabacs 

Produit de la vente des poudres à feu. . 

Total.... 



KlifAri ( P'^Q^t d^ ^ ^ente des tabftcs des manufactures de France. 
^*"®'( Produit de la vente des poudres à feu 



Total. 



a* produits DBS POStBS BT DBS T^LiORAPHES. 

Produit des postes 

Total 



I France. . 
Algérie- 



Produit des tâ^^phes. 



Algérie. 



Total. 



3* PRODUITS DB DOTERSES EXPLOITATIONS. 



Produits des télégraphes (câble du Tqpkin ) 

Part de la Cochinchine dans les dépeilscs du câble du TonkJn 

Excédent des recettes sur les dépenses de la fkbrtcattmt des monnai es et médailles 

et de rémission des monnaies de bisase. 

Excédent des recettes sur les dépense! de i*Imprimerie nationale 

BénéQces de Texploitation des ctiemin» de ter^ f État. 

Bénéfice de Texploitati-on en régie dea^Joumuuf officieh 



T««Mr.. 



PROPOSITIONS 

do 
eouvB&xKunT 
pour i888 (a% 



frsBCft. 

33,983,000 

22,359,000 

117,469,000 



172,810,000 



F 



32.68 

22,15 

111.96 



166,8! 



17,012.000 

369,936,000 

13,002,100 



399,950,100 



506,100 
974,000 



l,480vlOO 



140,005,900 

2,226,400 



369. 
13, 






399,05( 



5i 

97i| 



\A^ 






142,230,200 U2,Î30, 



29,563,900 
1,272,400 



30,836,300 



795,220 
127,500 

271,500 

183,040 

5,043,795 

939,949 



29,563, 
1.27?, 



30,836. 



8,261^4 



795,: 
12;.! 

29a« 

mi 

939,î 



8M^ 



Digitized by VjOOQIC 



— 379 — 



KECETTES. 


(Suite). 










DIFFÉI 

BHTKB Les Kl 

et les pr« 

dn Gonv 

(Comparaison 

En plas. 


IBNCES 

3KTTIS TOrilS 

iposi lions 
aanBAment. 

des col. a et 3.) 

En moins. 
5 


RECETTES 

ponr 1887. 
6 


DIFFÉRENCES 

■VTBK LIS MBCBTTU TOTilS 

pour 1888 

En pins. En moins. 
7 8 


OBSERVATIONS. 
9 


francs. 
*/ 
II 


francs. 

295,000 

200,000 

5,505.000 


francs. 

33,062,000 
69.499,300 
69.745,000 


francs. 

42.219,000 


tnnm. 

375,000 
43.540,800 

II 




II 


6,000,000 


168.306,300 


42.319.000 


43,715,300 


En moins : 6,000,000< 




1.496,300' 


11 
II 
II 


Il • 
II 


17,042,200 

374,420,200 

13.862,000 


H 
II 
II 


30,300 

4,484.200 

859.900 


II 


n 


405,324,400 


II 


5,374,300 


1* 


538.700 
1,155,600 


En moiiif : 5.374,300' 


II 


n 

II 


II 


33,600 
181,600 


" 


II 


1,694,300 


II 


214,200 


II 


134,997,000 
2,217.100 


En moins : 214,200' 


II 


II 
II 


5.006.800 
9.300 


II 
II 


II 


II 


137,214,100 


5,010.100 


II 


II 


38,423,700 
1,372.000 


En ^us: 5,016,^100' | 


II 
II 


II 
II 


1,140,200 
400 


9 
II 


II 


II 


29,695,700 


1.140,600 


II 


1 


1 


360,000 
137.500 

91,000 

163,500 

4,881,143 

896,282 


£n plus : 


1,140,600' 


II 
II 

19,100 

II 

II 


II 
tf 

II 

w 

II 
II 


435,330 

II 

199,600 

19,500 

1,062,652 

43,667 


n 

II 
II 
II 
II 


19,100 
En plus 


40^ 

19.060' 


6,519,425 


1,760,639 
En pins : 


If 
1,760,639' 



25. 



Digitized by VjOOQIC 



— 380 — 



I. — BUDGET ORDPiàl 



DESIGNATION DES PRODUITS. 



$ 4. — PRODUITS ET REVENUS DU DOMAINE DE L^ETAT. 

l* PROPQITS DD DOMAINB AVTBB QUE LK DOMAIHB PORBStlER. 

Revenas da domaine autre que les foréU » .^ * > * • • 

Recouvrements de rentes et créancef « . . . 

Produits de Texploitation des étab*'. régis ou affertiés par I*État. 
Produit de ia vente des plâtres et estampes provenant des musëes 
Produit des ventes effectuées à la manufacture de Sèvres. .<.... 

France { Aliénations d^objets mobiliers 

Aliénations dMmmeublcs » 

Successions en déshérence * épaves , biens vacants; 

Produit de raliénation dés terrains provenant des forllflcatlons 

de Lyon 

Produit de Tancien pénitencier de Casabianda ( Corse ) 



Total., 



Algérie. 



Produits du domaine autre que les forêts 

Produit des biens des corporations • . 

Recouvrements de rentes et créances é . 

Produits de Texploitation des établisaements régis ou ailermés par 
rÉtat 



Redevances pour concessions de chutes d*eau 

Aliénation d'objets mobiliers « 

Aliénations d'immeubles 

Successions en déférence » épaves* biens vacants. 



Total. 



Total poar les produits du domaine autre que le domeme forestier*. 



France. . 



PRODniTi DE» POaÉTS. 

Produit des coupes de bois. . . «^«^ 

Produits accessoires. 

Contribution des communes «t étabiissemeiits publics pour frais 

de régie de leurs bois ^..«.. 

Valeur des bois cédés directement •us eneBauE de la Guerre et 

de la Marine • 



Total . 



Algérie. . 



Produit des coupes de boîs. 

Produits accessoires , , 

Location du droit de chasse 

Recouvrements diverf 

Valeur des andennes concessions de chènes-lièges.. 

Total , 



I 



TOfTAL pour les produits des forêts. 
Total povr lei ^produits et revenus du domaine de TÉtal. 



PROPOSITIONS 

an 
oooTBwnaniT 
pour 1888 (a). 



£r»Acs. 

S»435,006 

44.600 

1,713.121 

128.067 
7,056,433 
1,653,760 
1.056.746 

2,000,000 
120,000 



17,129,225 



1,179.538 

36,026 

532.318 

54,811 

26,056 

277,482 

102.045 

65,021 



2,275,117 



10.400,842 



20.199,017 
2,856,837 

1,021,234 

233,079 



24,311.067 



220,035 

168,042 

6.011 

18,953 

104,208 



532,240 



24,844.216 



Digitized by VjOOQIC 



44,244.558 «.-'"«^ 



— 381 



TES. (Sahe.) 



MPFERENCB9 

LU Kccims Torn» 

, le« proposîtÎMia 
t (KMirfmemeat. 
ffÙMa dMcol. a et 5.) 



En moÎM. 
5 



fnncs. 



RECETTES 

poar 1887. 
6 



francs. 

2,156,762 

110,061 

1.855.576 

45.518 

132,971 

8,202,292 

2,515,175 

1,601,546 

2,000,000 



18,619,701 



1,296.084 

40.148 

312,»0S 

0,798 

22,114 

345,919 

98,571 

35,420 



2,157,617 



20.777.318 



DIFFERENCES 

IITIB U8 UCKTTSft TOTilS 

poor 1888 
•tUs recetiM votMs pour 1887. 
( Comparaison dOT «ol. 3 atS.J 



En pins. 
7 



franc*. 



276,844 



355,200 



120.000 



752,044 



francs. 



65.461 

142,455 

7,026 

4,304 

1,165,859 

861,415 



OBSERVATIONS. 



2,246,520 



Enmoim t 1,494,476' 



219*755 

48,013 
4,842 

3,474 
30,501 



306,585 



116,526 
4,122 



68,437 



189,085 



1,0 58,629. I 2,435,6 05 
En moiot 1 1,376,976^ 



21,855,456 
3,099,515 

1,060,217 

232,000 



26,187.188 



247,003 

196,670 

1,753 

339 

150,600 



596,374 



26,783,562 



47.560.880 



21,017 



1,979 



22,996 



1,655,599 
242.676 



1,898,217 



En moins: 1,875,221' 



4,258 
18^614 



22,872 



M.f6»' 
13,637 



46.392 



86,907 



En mokii 


« 64.125' 


45.868 
En moioi : 


1,985,214 
1,939.346' 


1,104.497 1 4,420,819 



Enmoim: 3,316,322' 



(a) Projet de budget rectifia dn 
1» jsnvier 1888. 



Digitized by VjOOQIC 



— 382 — 



BUDGET ORDDUl 



DÉSIONATIOIf DES PRODUITS. 



PROPOSITIONS 
dm 

QDVTPftVSHXaT 

poar iSM^^a). 



HECXI 

ctpwk 
3 



S 5. — PRODUITS DIVERS DU BUDGET. 

Pfodoit des chancdleries diplomatiques et consulaires. *..,.«...., , , . , . 

Taxe des brevets d*in¥«ntion < * t * • • • * 

Pioduit de la rente de Hnde , « * r • • » • * 

Bénéfices réalisés par la Caisse des dépôts et consignations , 

Taxes perçaes en yerta de conventioQs littéraires arec les puissances 4trangère8. 

Versements des engagés conditicmnels d^nn an , 

Produit de la vente des publications du GouYememeai t**> -r 

Produit du concours général d'animaux de boucherie , 

Revenus ordinaires de fÂcadémie de France à Rome , ,,., 

Produit des cessions de transports fiaits par rartillerie dans les colonies 

Produit du travail des détenus dans les ateliers et pénitemiers militaires. . . . 

Produits des maisons centrales de forfe et établissements assimilés* 

Produit du travail des condamnés transportés à la Guyane et à U N«Qvoile>Ca- 
lédonie ( 3o p. 0/0) 

Intérêts de sommes avancées à la comyagnie des Mes^gcdes maritio|es. ...,,. 

Intérêts d'une somme due par le If onVde^libm » i ^ 

Restitutions au Trésor , , , , . . 

Dépôts d'argent non rédamés aux caisses des agents (les poster 

Valeurs du Trésor restant à rembonrsef depuis plut de ebNf ans 

Redevance de la Vallée d'Andorre «^«««^ . . 

Reversements de fonds sur les dépenses des ministères , 

Recettes sur débets non compris dan< l'actif de TAdministfation d^ finances. 

Remboursement de prêts aux associatfobs ouvrières 

Intérêts et firais provenant des prêts fhits à l'industrie ^ 

Recettes aoddentelies à difi'érents titrfs.., ,......., v> •««•••»• 

Recettes et produits accidentels spéd^fox à rAlgérie « 

Remboursement des firais de con-( V> France --.f», i ,,,, 

trêie et de surveillance des die-/ «n Algérie. 

minsdefcr \ im^ f^ 

\ fUi CPlOPIftt. »T|ttfttttt.tttx.iitinm 

Remboursement des frais de contrAfe et de 8«rveiliu)ce des trainways.... 

Remboursements des frais de sur-( ^ ^ * 

vdllance de sodétés et établis-] qu commerce et de l'industrie, , . , 

SSiSâf^y^f'..'*.'^.^!.?!^) * i'agr(c«ilturc 

\ 4^ travaux publics. , , 

Prix des insignes de Tordre du Mérite agricole , 

Valeurs des fers confectionnés par TÉ^Ie de maréchalerie de Saumf r 

Produit du domaine de l'État à ia Ro^velle-Galédonie. 

Droit d'inscription des courtiers de coinn^erce. * , . , , 

Annuité payée par le Gouvernement ^rec (emprunt de i953) 



Total pour les produit} divers du budget. . 



fr«9c9. 

1,226,165 

2,326,195 

809,400 

2,637,774 

// 

5,000,000 

16^,984 

78,000 

ft,365 

81,204 

466,000 

4.950,123 

123.516 

2ft,170 

250.000 

15,058 

220,000 

185,742 

960 

2,593,403 

360,000 

// 

35,000 

1,055,024 

40,560 

3,800,000 

241,860 

203.920 

15,000 

7,500 

39,300 

14,000 

14,800 

6,300 

10,000 

200,000 

33,000 

200,000 



27,434,323 



iii 

m 
bm 

i65 

i 

SI 

161 

4,950, 

l'A 
3i 

350, 
15j 

9i0, 

185, 

1593, 

360J 

35J 

1,055, 

40J 

3.800,1 

2^I.i 

203,1 

m 

7J 

15.S 
6J5 

m 

200,0 
33.0 

27,W^ 



Digitized by VjOOQIC 



— S8i~ 



ECETTES. (Suite.) 



DIFFE1£NGB6 

CXTIS LXS llECBTTIt TOriBS 

pt les prppoftitioBê 

du Gcavtmement. 

(Comparaison des col. a ol 3.1 



Ed plus. 



fraDC*. 



En moins. 
S 



fMB«S. 



REGETTBS 

TOTilS 

ponr 1887. 
6 



francs. 

1.200,000 

2,190,400 

877,560 

3,073,898 

300 

6,000,000 

179,303 

77.592 

4,266 

72,018 

498,501 

4,954,936 

117.592 

24.170 

250,000 

18,350 

735,000 

145.249 

960 

2,033,855 

468,740 

2,042 

41,880 

909,049 

33,553 

3,700.000 

220,000 

203.920 

34,505 

7.500 

42,000 

14,000 

14.800 

2.415 

10.000 

200.000 

23.500 

200.000 



28.581.854 



DIFFERENCES 

IXTU U* aBCBTTBS T0TBB8 

pour 1888 
et les re«0UM votées ponr i887< 
(Comparaison des col. 3 el6.) 



En plus. 
7 



francs. 

26.16$ 
135,795 



408 
99 



En moins. 
8 



francs. 



68,160 

436,124 

300 

1.000.000 

13.319 



OBSEBVATIONS. 





li 
32,501 


// 


4,813 


5.924 


// 


// 


§1 


II 


il 


II 


3,292 


u 


515,000 


40.493 


il 


1/ 


H 


559,548 


II 


II 


108,740 


M 


2,042 


II 


e.880 


145.975 


ff 


7,007 


II 


100,000 


M 


21,860 


II 


// 


II 


II 


19.505 


II 


II 


II 


2.700 


II 


H 


II 


II 


3,885 


II 


II 


II 


II 


II 


9,500 


II 


*/ 


II 


1,065,845 


2.213.376 




,147.531' 



(a) Projet de Wg«l r«ctifi« da 
la janvi«r 1888. 



Digitized by VjOOQIC 



— 384 — 



I. — BUDGET ORDINMRË. — 



DÉSIGNATION DES PRODUITS. 



S 6. — RESSOURCES EXCEPTIONNELLES. 
Rembonnement par le GoaYemenicnt de ruragoay d*aoe avance faite par FÉtat 

en i848 , 

Reliquat du produit de Tempront de 35o millions ( Émission de i88â} 

Total pour les retaonrcea exceptionnelles. 



S 7. — RECETTES D'ORDRE. 

1** KBGBTTBS EN ArtÉllOATlON DE DEPENSES. 

Prodaits universitaires 

Prodait des amendes et condamna-( France 

tions pécuniaires ( Algérie 

Retenues et autres produits affectés au service des pensions civiles 

Retenues sur la solde des officiers de Tannée de terre 

Retenues sur la solde des officiers de sapeurs-pompiers de la ville de Paris 

Retenues sur la solde et les accessoires de solde du personnel de la marine et des 
colonies 

Contingents coloniaux (art. 6 do sénatus-oonsulte du à juillet 1866} 

Contingent à verser au Trésor par la Cochinchine 

Pensions et trousseaux des élèves des écoles du Gouvernement 

Frais de scolarité des médecins élèves du service de santé démissionnaires et rem- 
boursement des premières mises allouées aux vétérinaires 

Retenues pour cause de cumul des fonctionnaires députes 



a** BBCBTTB8 D'ORDRE PROPREMENT DITES. 

Portion des dépenses de la garde de Paris remboursée à TEtat par la ville de Paris. 

Contingent des communes dans les frais de police de Tagglomération lyonnaise. . 

Remboursement, par les communes du département de la Seine, des dépenses 
faites pour leur police municipale 

Remboursement par le Gouvernement beylical des frais du personnel et des tnla 
de justice criminelle de la Justice française en Tunisie 

Fonds de concours pour dépenses d'intérêt public 

Remboursement de la garantie dMntérét et fonds de concours versés par les com- 
pagnies de chemins de fer, en exécution des conventions de 188$ 

Produits accessoires du service de trésorerie. • •••• 



Total pour les recettes d'ordre. 



PROPOSmONSi 
da 

OOWBWSMXST 
poar 1888 (*). 



Gmbci. 
806,945 



806,945 



RECETTES 

▼oriBs 

la Cnamlire 

des d^palêi 

et par U Sânat 

pour 1888. 

3 



firan 



806,9(i5 



806,945 



5,974,864 
8,005,183 
1,118.018 
34,286,615 
4,700,000 
10,885 

3,390,996 

624,130 

1,727,103 

2,330.823 

9,917 
54,000 

2,852,664 
440,780 

554,700 

221,800 
Mémoire. 



Mémoire. 



56.302,478 



5,974,864 
8,005,183 
1,118.018 
24,286,615 
4,700,000 
10,885 

3,390,996 
624,130 
II 
2,330.823 

9,917 
54,000 

2,852,664 
440,780 

554,700 

221,800 
afëmoire. 



Mémoire. 



54,575,375 



RÉCAPITULATION 



S I". — ImpôU directs 

Sa. — Impôts et revenus indirects 

5 3. — Produits de monopoles et eiploitations industrielles de l'état . 

S ii. — Produits tl revenus du domaine de l'État 

$ 6. — Produits divers du budget 



Total. 



S 6. — Ressources exceptionnelles . 
$ 7. — Recettes d'ordre 



Total général des voies et moyens ordinaires de l'e&ercice . 



441,335,646 

1,844,077,000 

582,757.704 

44,24\558 

27,434,323 



2.939,849,231 

806,945 
56.302,478 



2,996.958,054 



441,335,646 

1,825,309.100 

582,776.764 

44,2^4,558 

27,434,323 



2,921.100,391 

806,945 
54,575.375 



2,976,482,711 



Digitized by VjOOQIC 



— 385 — 



— RECETTES. (Soite et fin.) 



DIFFÉRENCES 

i!mui LB* fcGims yforiMê 

et les propositions 

au Goiiv«ni«ni«iit. 

( ComparuMo dss eol. a «t 3. ] 



En plu. 
4 



iraac». 



En moins. 
5 



frtncs. 



RECETTES 

Torias 

poor 1887. 

6 



fraaes. 

896,945 
255,520 



1,082,465 



DIFFERENCES 

IVTBB Ui uciTTis foréxs 

pour 1888 

et les roe«U«s volées povr 1887. 

( Comparsison des eol. 3 «I 6.) 



En plas. 
7 



francs. 



En moins. 
8 



iriftBcs. 

20,600 
255,520 



En 



275,520 
275,520' 



1,727,103 



1,727 ,103 
En moins: 1,727.103''^ 



6,013,132 
8,<il7,65ft 
1,022,586 
24,902,630 
4,700,000 
10,6ù6 

3,324,506 

624,130 

1,809,346 

2,200,324 

9,917 
99,000 

2,872,225 
440,780 

554,700 

198,400 
Mémoire. 

Mémoire. 
Mémoire. 



57,199.976 



95,432 

II 
n 
239 

66,490 

II 

130,499 



23,400 



38,268 
412,471 

616.015 



1,809,346 



45,000 



19,561 



316,060 



2,940,661 



En moins : 2,624,601' 



DES RECETTES. 

18.767,900 
19,060 



19,060 



18,767,900 



En moins: 18,748,8^0' 



19,060 



1.727,103 



20,495,003 



En moins .-20,475,9^3' 



440,270,690 

1,892.850,300 

580.447,925 

47,560,880 

28,581,854 



2,899,711,649 



1,082,465 
57,199.976 



2.957,994,090 



1,064,956 

22,458,800 

2,328,839 



25,852,505 



3,3)6,322 
1,147,531 



4,463,853 



En plus; 21,388,742' 



25,852,595 



:i75,520 
2,624.601 



7,363,974 



En plus: 18,488,621' 



OBSERVATIONS. 



(a) Projet de budget rsetifii d« 
is jei 



Digitized by VjOOQIC 



— 386 — 



n. — BUDGET ORDINAIRE. 



MINISTÈRES CT SERVICES 



PROPOSITiOKS 

du 
comnamiBirT 
pov 1888 (▲}. 



CRÉDITS 

ptr la Chambra 
du dépotés 

et 

par la Sénat 

pour 1888. 

3 



I. Dette pii])U({ae, 

II. Pouvoirs poblics. — Minittère des finances. 



Justice 

Affaires 
étrangères. 

Intéiiear 



(Service ordînaire. . . . . 
Service des protectorats. 



Finances. 



H I Guerre 

< \ Marine et oolo-( Marine 



Intérieur.. 

Algérie 

Finances. 

Postes et tâégraphes. 



i\ 



nies I Colonies 

Instruction publi-? Instruction publique. 

aue, cultes et) Beaux-arts 

beaux-arts ... ( Cultes 

Commerce et industrie 

Agriculture 



Tni».»x poUio. I Service orfindre. ...... 

^ ( Travaux extraorainaires . . 

Totaux de la 3* partie» 



Finances» 



IV. Frù. de rërie, del Porte. el'^aV^À'ei 
peroephonet<reïiA»-< Aflii™ a„^LJ^.. 



■ ,. -j . ., - j Affaires étranffères. 
tauon des impôts.... ( Agriculture (foréU).. 



Totaux eb la 4* partie. 



resbluUons, non-va-j intérieur. ..!!..... . 



leurs et primes. 



Agriculture (forêts) 

Totaux de la 5' partie. 



Total des dépens^. . 



francs. 



l,308,72iSi,366 



frapes. 



1,Î190.835,416 



13.257.360 



13.345.083 



37.289,101 

13.615,«i00 

594,300 

67,563,063 

7.061,875 

16,494,295 

1.896.965 

536,899,730 

181.901,701 
60,769,396 

133,180.005 
12.442i.505 
45,603.563 
21,066,727 
21.030,170 

104,424,254 
66,690.550 



37.607.050 

13,600,400 

594.300 

65.832.819 

7,061,875 

16,421,295 

1,896,965 

536,899,830 

182,901.701 
60,093,549 

133.207.905 
12.456.905 
45,369,545 
20.952.103 
21,174.585 

104.569.014 
65.545.550 



iJ28,52S,600 



179,401,181 

131,039,733 

60,000 

15,362,543 



32$,B63,4S7 



12,512,340 

3,798,000 

4,000.000 

40,000 



20,350M0 



2,996.721.123 



i^2€,086,391 



178,836,271 

131,059.733 

60,000 

15,362,543 



325,298,5^7 



12,519.340 

3,798,000 

4,000.000 

40,000 



20,360,3^0 



2,975,914,777 



Digitized by VjOOQIC 



— 3«7 — 



DÉPENSES. 





DIFFÉRENCES 




DIFFÉRENCES 








CRÉDITS 


irru !.■• cséDiTS voris 






#t 1m crédiU demaBdM 




pottr 1888 
et 1m er^diu YotMpovr 1887. 






par 1« Goaveraam«iit. 


▼OTÉ» 


OBSERVATIONS. 




( G«0p«raiMii dM coL a «t 3« ) 




( Goinparaiaoïi dM eol. 3 «t 6. } 






' «» ri»î« 


5 


po«r 1887. 
6 


7 


8 


9 




francs. 


francs. 


frtDcs. 


fraoca, 


frtnc. 


(a) Prvjet d« budget rw»tifi< du 
M jaanar 1888. 




/» 


17,«88,950 


1,286,372,314 


4,463,102 


/' 






87,723 


II 


13^28.860 


116,223 


II 






517,949 


II 


37.304,001 


203,049 


II' 




II 


15,000 


13,678,600 


// 


78,200 






' it 


II 


30,561,300 


• >#• • 


29.967;000 ' 






M ■ 


uim,Mk 


4^?,«IM<^ 


7,916,326 


il 






II 


II 


7,495,815 


il 


433,940 






II 


73,000 


16.114,855 


306,440 


II 






II 


// 


1.982,064 


il 


85.699 






100 


II 


555.934,529 


ji 


19,034.699 






1,000.000 


II 


188,577,814 


II 


5,676,113 






// 


675.847 


41,124,049 


18,969,500 


II 






27,900 


II 


132,617,430 


590,475 


II 






12.400 


II 


12,686,005 


*/ 


229,160 






/* 


234,018 


45,645,563 


tf 


27ô,01ft 






il 


114,624 


80,230,028 


. 722,075 


Il , . 


. . 




UM15 


II 


23,448,470 


// 


2,273,8^, 






144,760 


il 


104,357.247 


211,767 


n 






II 


1,145,000 


16,799.012 


48,746.538 


II 






iM1,^2i 


3,987,733 


i,306A7S,27ô 


77,666,i70 


58,054,054 




Bn moins : 2,440,209* 


En plus : 19,612,iig* 




il 


564,910 


182,801,868 


II 


3.305,597 




II 


II 


132,933,104 


il 


l,893,37X 






II 


II 


60,000 


II 


II 






II 


II 


16,080,203 


II 


717.660 






II 


664,910 


Sât ^75,175 


II 


6,976,638 




EnmQW:564,9i0f 




En moins: 5,976,628^ 






II 


II 


12,202,340 


310,000 


u 




II 

II 


II 
II 


3,787,000 
4,000.000 


11,000 

II 


II 






II 




II 


II 


50,000 


II 


10,000 






II 


II 


20,039,340 


32î,000 


10,000 




II 


En phu ! 3H,90Ùf 




i,6354ià7 23^441,593 


2,957,388,964 


82,566,495 | 64,040,682 




Ea monu: 90,800,346' 




En plus: 18,525,813' 





Digitized by VjOOQIC 



— 3«8 



JU. ^ DÉVELOPPEMENT, PAR CHAPITRES, DES DÉPENSES INSCRITES 

AU BUDGET ORDINAIRE DU MINISliRS DB« FINANCES. 



BUDGET 

de 


^ 


CRÉDITS 


CRÉDITS 


t*ixnGiGi 
1888. 

d«s 


DÉNOMINATION DES CHAPITRES. 


TOTis 

pQvr l'eiereics 

t888. 


fora» 

poar l'exercice 

1887. 


ehapitraa. 




' 








frtacf. 


frtnct. 




1" PARTIE. -- DETTE PUBLl 


QUE. 




DBTTB CONSOUDis. 


1 

2 

3 
4 


RMitM A i/t D. 0/0 f nonvMn fondt).. ■•■••.. 


305,540,359 

10,315,600 

123,800 


305,540,359 

37,433,535 

446,096 

396,673,351 


R^ntfifl /i 1 /^ T>. 0/0 f mcim fonds) 


Rentes A d. 0/0 • • 


Reniei 3 n. 0/0 .••...•..... 


424,897,557 


Total ....••..•. 


740.877,316 


740,093,038 


DBTTB BBMBOUKSABLE k TBBMBS Oïï 


PAA AMHUITB8. 




5 


IntéréU et amortinenieiit det obligation k court 
tenoA •••••••■ ••••••••. 


34,000,000 


35,062.000 

2,300,000 
142.615.055 

6,633,400 

10.437.000 


6 


OUigations énàats poar les garantiet d'intérêt 
anx comiMimifi' n^ chmiins de fer. ..... ^ . . 


8,380,000 
141,901,385 

6,616,660 


7 
8 


RentiM 3 n. 0/0 amortîiaalklfia 


Intérêts et amortiaicment dei obligations tren- 
tenaîna. ••....■•..•..•**•*•...••*•*.« 


9 


Oblicationa émiaet poor f achèrement des cke- 
DUOS viônanx et la oonstmction des écoles.. . 


10,437,000 


10 


Intérêts et amortissement de Tcmprant contracté 
par le Goavemement sarde poor raméllora- 
tion de rétablissement thermal d*Aix 


36,000 


35,900 


11 




3,064,608 
33,237,416 


3,064,608 
32,600,822 


12 


Annuités aax compi^gmes de cbamins de £».. . . 


13 


Annuité à la comnafluî^ *lW^enne .■•..•.... 


4,997,765 
17.429,500 


4,997,766 
17,419,750 


14 


communes pour remboursement d*nne partie 


15 


i>ar le iranie militaire 


1,841,500 

5,241,000 
20,500.000 


1,840,250 
7,988,000 


16 


Annuité de remboursement aux communes et 
casernement .....••.•.......••. 


17 


Annuité à la Comp** des chemins de fer de TEst. 


20,500,000 


18 


Annuité de conversion de Temprunt Morgan . . . 


17,300,000 


17.300.000 


19 


limitation de la frontière des Pyrénées 


20,000 


20,000 


20 


Intérêts de la dette floMasIe du Trésor 


24,655,000 


94,675,000 


21 


Intérêts de capitaux de cautionnements 

Total 


9,250,000 


9,400,000 


338,867,834 


336,889.550 





Digitized by VjOOQIC 



m. -— DËVËLOPPEBIENT, PAR CHAPITRES, DES DÉPENSES INSCRITES 

AU BODGBT ORDIRAIBK DU MIIIISTÈRK DIS FINANCBS. (Suite.) 



BUDGET 

d« 

vnraeioi 

1888. 

Nvawos 

dee 
ekapitrti. 


DÉNOMINATION DES CHAPITRES. 


CRÉDITS 

voris 
poor fexereies 

1888. 


CREDITS 

VOTÉS 

po«r rnsrcioa 
1887. 


22 
23 
24 
25 
26 
27 
28 

29 

30 
31 

32 
33 

34 
35 

36 

37 

38 
39 
39 6û 

40 
41 
42 

43 

44 


DBTTB TlAOiBB. 

Pensioos cÎTÎles. (Loi du aa août 1790.) 

R^nt AS vimyJWM A*»ttfiminm Arîjnne. .... ..■*.. 


fruies. 

1,150,000 

1.685 

48,000 

480,000 

«7,700,000 

28.000.000 

18.000 

47,000 
164,000 

10.179.456 
6U400,000 

132,000 
25,400 

.... 252,000 

3,668.000 

9,325.000 

7.150.000 

1.300.000 

49,725 


francs. 

1,180,000 

1,685 

48,000 

500,000 

88,700,000 

25,480.000 

21.000 

55,700 
167,000 

10.245.941 
60.607.000 

138,000 
25,400 

258,000 

3,668,000 

9,325,000 
7,635,000 
1,334.000 

II 


Pensions de la Pairie et de Fancien Sénat 


Pensions militaires de la ffuerre •.• 




Secours aox pensionnaires de fandenne Uste 
civile des rois Louis XVIII et Charies X.. . . 

Pensions et indemnités viaffères de retraite aux 
emplojfés de Tancienne fste civile et du do- 
msnnf* nriv^ dn nn Iionii-PhiliniM. ........ 


Pensbns a titre de récompense nationale «•.••. 
Traitements viagers des membres de la Légion 

d'Iiooneor et des médaillés militaîres. ...... 

Pensions civiles. (Loi da 9 juin i853.). ...... 

Pensions des grands fonctionnaires. (Lot du 

1 n înin 1 RB6. \. .......a.... «.«ft-iT*' 




Anciens doUtaires du Mont-de-Milan. (Décret 
dn 1 8 décnnbn» 1861 \ ,,..,. 


pour le service des pensions aux anciens mi- 
faUires de la Répuldique et de TEmpire. 

( Loi du ft mai 1 860. 1. .......... t t * » - ,, - 


Annuité à la Caisse des dépôts et connçnations 
pour le service des suppléments de pensions aux 
anciens militaires ou marins et A kurs veuves. 

Indemnités viagères aux victimes du coup d'État 
du 2 décemlm i85i.. ..•••••....•*.•.•- 


tratnra. ^Loi dn 3o aoM. i883.1 


dft tk^Çnlnoift i*Atkn1imiP 


Total.. 


211.090.266 


909.389,726 


n* PARTIB. — I>0UV0IAS PUBLICS. 

DoUtion du Président de la République 

Frais de maison du Président de la Aépublique 

Frais de voyage t de déplacement et de rcpré- 

senUtion du Président de la Républioue. . . . 

aux sénateurs ••.■••*->»***«. ri.^r«»f-f^> 


600.000 
300,000 

300,000 

4,600,000 

7,545,083 


600,000 
500,000 

300,000 

4.600,000 

7.428,860 


Dépenses administratives de la Chambre des 
uétMitéa et indemnités aux déoutés ......... 


Tôt AJL •••.•.••*•..•.•• 


13,345,083 


13.228.860 





Digitized by VjOOQIC 



— 390 — 
lil. — DÉVELOPPEMENT, PAR CHAPITRES, DES DÉPENSES INSCRITES 

AU BUDGET ORDIFTAIRB DU BOIfISTÈRtf DBS FIHAflCBS. (Suite.) 



BUDGET 
de 

1888. 

Nom^rM 

dM 



DÉNOMINATION DES CHAPITRES. 



CRÉDITS 

«oréft 

pour r««i«ie« 

1888. 



francs. 



CRÉDITS 

TOTÉâ 

po«r i'txwtîM 
1887. 



friDC*. 



m* PARTIE. — SBRTIGBS GBlf^tJZ DM UimVtkuê. 



45 

(id 

47 
48 
49 
50 
51 
53 
54 

55 

56 

57 

58 
59 

60 

61 
63 



Traîtemeni dtt HUnistre et personnel de TAdai- 

nûtratioii centrale • 

Traitement et frais de toaméa da llnspfction 

génërade , • , 

Personnd central des administrations financièras. 

Indemnités diverses * • 

Matériel àe rAdministralion. c^tra^e, , 

Impressions.. •• ,,,..•«««•.«... 

Dépenses diverses de TAdminiitiatioa centrale.. 

Frais de tiésoraxie. ,,,«,,,•....«... 

Traitementa fixes dea trésoriers-payeurs généraiu 

et du recevenr central de la Seiae 

Commissions aox trésoriers-payeurs généraux et 

an receveur central de la Seine. 

Traitements fixes des receveurs puticiiliers des 

financaf. .«•• 

Commissions aux reœveoxa paXioiifiera des £■ 



Frais de la Trésorerie d*A%ério f . 

Personnel de la Conr des comptes 

Matériel et dépenses diverses de U Cour des 

comptes ••..... • 

Dépensea des exercices périmés non frappéaa de 

déthéanœ ••• 

Dépetaseadifs ttèfdoescloë 



Total pour le service général da Ministère des finances, 



3.533,000 

755,600 

1,308,705 

23,500 

575,000 

2,100,900 

83,600 

515,000 

533,000 

3,003,000 

645,300 

3,058,500 

502,350 

1,503,600 

53,440 

191,000 



16,431,395 



3,000,000 

755,600 

1,383,705 

63,500 

500,000 

3,250,900 

86,600 

1,027,250 

533,000 
2,003,000 

655,200 

3,111,500 

1,509,600 

55,000 

191,000 
Mémoire. 



16,114,855 



IV* PARnS. — FRAIS DE RiciB, DB PERCEPTIOIf ET D^EXPLOITATIOll 
DES IWPÔTS BT RBTENUS PUBUCS. 



03 

64 

05 

66 
67 
6& 



Personne de rAdminîstralîoo des ooniribntîoos 
directes ; « . 

Dépensea diverses de TAdministration des con- 
tribations directes 

Fraij rdatift atn rôles des taxes nssimiléeB . . : : . 

Frais d^arpentage et d^expartise. . . . .' 

Mutations cadastrales ; 

Personnei dea eontribotions directes et du ca- 
daatre«B Algérie 



3,788,125 

1,403.890 

• 106.800 

1,000 

615,000 

356,035 



3,758,000 

1,393,000 

105,000 

1,000 

595.000 

330,100 



Digitized by VjOOQIC 



— 391 — 



ni. 



— DÉVELOPPEMENT, PAR CHAPITRES, DES DÉPENSES INSCWTES 

AU BUDGBT ORDINAIBE DIT MINISTERE DES FINANCES. (Stlite. ) 



BD0GET 
A. 

i88S. 

Numéros 

dm 
e&apStrM. 


DÉNOMINATION DES CHAPITBES. 


CRÉDITS 

VOTés 

pour Fex«ràM 
xbSS. 


CIÉDITS 

pont l'«i«rciee 
1887. 


69 

70 
71 
72 
73 

74 

75 

76 

77 

78 

79 

80 

81 

83 

83 
84 

85 
86 
87 
88 

89 

90 

91 

93 

93 

94 

95 


lY* PARTIE. FRAIS DE REGIE, DE PEBGBP 

DES IMPÔTS BT REVENUS PC 

Matériel des oontribotioiii dnectes et du cadastre 
en Algérie 

Penonnd de la topographie en Akérie 

Matéilel de la topographie en Alg^e 

Remiws anx percepteurs et frais oif er« 

Inden^tés et secours anx porteurs de con- 
traâites 


fnnes. 

TION ST D'EZPLOITAl 
BLIGS. 

334,185 

427,540 

285,000 

11,500,000 

450.000 

425,200 

44,200 

200,000 

15,475,900 

9*8,000 

1,849,750 

703.400 

370.000 . 
27,956,370 
436,596 

1 408,795 

1,108,573 

100,347 

80,620 

30,021460 

419,500 

5,776.360 
494.400 

1,190,000 

610,000 

925,750 
367.260 


inae». 

noN 

375,120 

427.540 

300,000 

11.771.242 

469.000 

413,300 

44,200 

200,000 

15.624.900 

1,058.000 

1,793,800 

713,400 

400,000 

28,047,370 

446,596 

1,368,795 

1,108,573 

100,347 

80,620 

29,321,300 

430,000 

6.794,700 
514,400 

1,290,000 

630,000 

900,750 
405,840 

-■ 1 


Frais de perception des amendes et condamna- 
tions pécuniaires en France 


Frais de percejption des amendes et condamna- 
tioit* p^ltcuniaires en Alirérie . . . w , , - , t - r f*r 


et anT ortrhelins de neroeDteurs .,..,,, ^ t . , 


Personnel de VAdministratlon de Tcnregistre- 
niçiit . dps domaines pt dn timbre r . -^, 


Matériel deFAdministration de lenregistrement, 
dftii dnfnafnA^ et du timbre r , . , , r , . t . t . 


DéfNeiises diverses de l'Administration de Fcnrc- 
gisércment, des domaines et du timbre 

Personnel de renregistrement, des domaines et 
dn iiimb*^ en Alirérie. .....*... t ...... ^ . 


dn timb<*4 en Aiiréric. .................. 


Personnel de FAdministration des douanes 

Matériel de f Administratioii des douanes 

Dépenses diverses de FAdministration des 
douanes 


Personnel des douanes en Alipérie 


Matériel deadonm» en WaéÀ^ 


Dépenses diverses des douanes en Algérie 

Personnel de FAdministration des contributions 
indirectes *«••••• 


Matérid de rAdministration des contributions 
indirectes . ............**.«...«•»•..•* 


Frais de loyer et indemnités de FAdministration 

dps fïnntrihntinns inrlirpf>tes. > *■•■>■ 


Dépenses diverses de FAdministration des con- 
tributions indirecto? .......... «.•«-ri'-r-f' 


Achats de tabacs, primes et transports de l'Ad- 
ministration des contributions indirectes. . . . 

Avances recouvrables par FAdministration des 
contributions indirectes. .i. ....... ...... 


Personnel des contribotiops diverses en Al- 
gérie ..• •. 


Matériel des contributions diverses en Algérie.. 



Digitized by VjOOQIC 



— 392 — 

m. — DÉVELOPPEMENT, PAR CHAPITRES, DES DÉPENSES INSCRITES 

AU BUDGET ORDINAIRB DU MITIISTàllE DES FINANCES. (Suite et fin.) 



BUDGET 
da 

L'IXKBCICl 
1888. 

Numéros 

dM 

ehapitn». 



06 

97 

98 

99 

100 

101 

102 

103 

104 



119 
120 
131 

123 
134 



DENOMINATION DES CHAPITRES. 



CRÉDITS 

totAc 

pour rezerdee 

1888. 



fnncs. 



CRÉDITS 



pour l'azereîca 
1887. 



francs. 



IV* PAETIB. — FRAIS DE REGIE, DE PERCEPTION ET D'EXPLOITATION 
DBS IMPÔTS ET REVENDS PUBUC8. 



PenoDnel de rAdministration des mana&ctures 

de rÉUt 

Gages et salaires de rAdministration des mann- 

factures de TÉtat 

Matériel de rAdministration des manuiàctiires 

de rÉlat 

Aménagement, entretien et réparation des ma- 

nnfàctores de TÉtat 

Constructions nonve&es des mann&ctores de 

rÉtat... -:•": 

Dépenses diverses de rAdministration des manu- 

lactnres de FÉUt 

Indemnités et secours ybgers à des ouvriers 

blessés ou infirmes 

Avances recouvrables par TAdministration des 

manufactures de TÉtat 

Achats et transports de tabucs 



Total des finis de régie , de perception et d*et- 
ploitation des impôts et revenus publics. . . 



2.121,525 


2,067,475 


16,840,000 


17,900,000 


2,920,000 


3,425,000 


300,000 


300.000 


800,000 


900,000 


390,000 


397,600 


70,000 


60,000 


225,000 
45.000,000 


190,000 
46.750,000 


178,836.271 


183,201,868 



V PARTIE. 



RBUBOUnSElfENTS, RESTITUTIONS, NCKf-TALBURS ET PRIMES. 



Dégrèvements et non-valeurs sur les taxes spé- 
ciales assimilées aux contributions directes. . . 

Remboursements sur produits indirects et di- 
vers en France 

Remboursement de droits indûment perçus en 
Algérie 

Répartitions de produits d*amendes, saisies et 
confiscations attribués à divers 

Service des amendes et condanmations pécu- 
niaires en Algérie 

Primes à f exportation de marchandises. .... 



Total des remboursements, restitutions, non- 
valeurs et primes 



150,000 

5.557,000 

52,000 

6,033,700 

559,6^0 
160,000 



12,512,340 



200.000 

5,157,000 

52.000 

6,033,700 

559,640 
200,000 



12,202,340 



Digitized by VjOOQIC 



— 393 — 
1Y.~ BUDGET DES DÉPENSES SUR RESSOURCES SPECIALES. 



l' TOIU BT H0T1II8. 



Contrilmttoiu directes (fonds spéciaux).. 

Taxes spéciales assimilées aux contribations directes (fonds 

spéciaux) .' 

Contributions directes en Algérie (loi dn a 3 décembre 

1884) 

Contribations «nbes (centimes additionnels et dixième) . 

Enregistrement (loi du ag juillet i88i ) 

Produits divers 



Total. 



da 

GoavAmemaai 

poor i888. 



fraaes. 

371,951,850 

1,217,390 

869,002 

2.613,502 

376,187 

96,Î70,2W 



473,298.150 



▼oréss 
pour i888. 



frsBct. 

371,951,850 

1.217.390 

869,002 

2.613,502 

376,187 

• 96.270,219 



473,298,150 



SdlDCSS' 

VOTBSS 

peur 1887. 



franc». 

364.665,176 

1,196.690 

1.871,694 

3,144,413 

362,400 

-95,883,079 



467.123,452 



2* MIHI8TBRES ET SBRTICBS. 

Ministère des finances 

Ministère de fintéôenr } ^^^f^^" 

( Algérie 

Ministère de la marine et des colonies 

Ministère de Tinstruction pnbliauc, des beaux-arts et des 

cultes. — Service de finstrudMm, publique 

Ministère de ragricttUw..... | aWA^^.^"^^^^^^^^ 



Total. 



197,553,707 

254,277,110 

2,919,193 

288.209 

15,690,780 

2,417,690 

151,461 



473,298,150 



197,553.707 

254.277,110 

2.919,193 

288,209 

15,690,780 

2,417.690' 

151,661 



473.298,150 



192,3À2,657 

252,500,820 

3,822,135 

274,380 

15,775.760 
2,407,700 



467,123,452 



V. — BUDGETS ANNEXES RATTACHÉS POUR ORDRE AU BUDGET GÉNÉRAL. 



Fabrication des monnaies et 
Mmîatère des finances.. . médaifles 


MONTANT EN RECETTE ET EN DÉPENSE II 
Dss avDosTS II 


PAO posés 

par lo 

GoQvaraenaai 

pour 1888. 


roris 
pour 1888. 


pour 1887. 


francs. 

1,788,100 

9,221,600 

9.307,500 

16,844,800 

13,064,700 

668.200 
32,870,000 


frsnes. 

1,788,100 

9,221,600 

9.307.500 

16.829,850 

13,064,700 

668,200 
32,870,000 


fnMs. 

1,619,600 

8,<X)7,800 

9,307,500 

16,915,085 

12.522,203 

668,200 
30,084,370 


Caisse nationale d'épargne. . 


Ministère delà marine et des colonies. — Caisse des inva- 
lides de la marine t . . . t 


Ministère dn oàmmerce; — École oentraie des arts et ma- 
nufactures • 


Ministère des travaux publics. — Chemins de fer de TÉtat. 


Total 


83,764,900 


83,749,950 


.79,124.758 



BULL. DE STAT. 



26 



Digitized by VjOOQIC 



— 394 — 

VI. — BUDGET DES DÉPENSES SDR RESSOURCES EXTRAORDINAIRES 
DB L^ncncicfi iB9S. 



8* 






DESIGNATION DBS SERVICES. 



IIINIST&IIB DB LA MARIHB BT DBS COLORIBS. 



Salaires pour constractions neuves • 

Achats à rindostrie de bâtiments et de àialériel pout les conslfactionk 



nenyes 
Travaux hydrauliques extraordinaires . . 



Total. 



MONTANT 
DIS ca4»iTS 



fnac«. 

1,450,000 

11,990,000 
S,300.0OO 



i^/mjaoo 



LOI 

Concernant le budget extraordinaire du ministère de la guerre (^k 

Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté, 
• Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : 

Btn[)QET DES ftiPBNS^S SUA RESSOURCES EXTRAORDINAIRES. 

Exercice i$8.7^ 
Article l*^. — fl est ouvert au Ministre de la guerre, au litre du budget 
des dépenses sur ressources extraordinaires de l'exercice 1887 (ancienne 
jdotation), des crédits montant à la somme de 12,272,202 fr. o5 cent, 
iqui sera inscrite aux cbapitres ci-apfès : 

Ancienne dotation» 

Chap. 1*— Artillerie 4,344,072^ 75* 

Chap. 2. — Génie , l[,3lS,97fl ^9 

Chap. 3. — Subsistances « 1,7^6,039 93 

Qm^ Ju -^ Hôpitaux^ • » 1^3,565 2g 

: Chap. 5. —Remonte 35,855 86 

Chap. 6. — Habillement 3,918,296 46 

Chap. 7. — Transports générau)^ 5 33 

Chap. 8. — Dépôt de la guerre 669,836 17 

Chap. 11. — Indemnité pour les armes réintégrées 

dans les arsenaux 4 ,....•*..«• » 99,860 00 

■Il I ■ ■■■■■■ ■ 

Total boal • . 12,272,202 o5 



. ^*) Dépôt du projet de loi à la Chambre des députés, 26 mars 1888 (Do«. pari» n* 35gi« 

*/. 0. p ). Rapport de M. Yves Guyot, 3o mars 1888 (Doc. pari, n* ....,/. O. p. ... 4). 

(Adoption , 3o mars 1 888 (IV^. porl. J,0.p^ i a 35 ). — Transmission aa Sénat , 3 1 mars 1 888 

SDoç, pari, n* J. 0. p ]. Rapport de M. Rover* 3i mars i888 (Doc. parL n*. . . ., 
\. 0. p. . . ]. Discussion et adoption , 3 1 mare i888 (Déo, parL J. 0. p. 53o). — Piromulgation , 
'17 «vrit 1W« (i.^. p. itlïS). 



Digitized by VjOOQIC 



— 395 — 
Nouvelle dotation. 

Chap. lo. -*- Construction de caseroemeots et travaux de fortifications, 
6,750,000 francs. 

Il sera pourvu aux crédits d-dessus: 1** ai^ moyen des rtssourees affecfaées 
aux crédits à annuler au titre de Texcrcice 1886 par la loi de règlement de 
compte de cet exercice pour Tancienne dotation; 2** pour la nouvelle dotation, 
par un prélèvement d'égale somme sur le juroduit k provenir de la conversion 
des rentes 4 t/a p. e/o (ancien fonds) et & p. 0/0 en rentes 3 p. 0/0, auto- 
rasée par la loi du 7 novembre 1887. 

2. -—Sur les crédits ouverts au Ministre de la guerre, au titre du budget 
des dépenses sur ressources extraordinaires de Texercice 1887, ^^® somme 
de 25 millions de francs est et demeure annulée aux chapitres ci-après, sauf 
report txt même budget de i'exetcice 188B. 

Ancienne dotation. 

Chap. i''. — Artillerie • • • • 12,000,000^ 

. Chap. 2. —Génie 5,ooo,ooo 

Xlhap. 3. — Subsistances 1,000,000 

Chap. 6. — Habillement 4,ooo,ooo 

Cba^ 8w ^^Dépbi de la guerre. ^ » « . 3>aoo,ooo 

■ ■ ■ ■ i > 
Total 25, 000,000 

Exercice 1888. 

3. -^ Il est ouvert au Bfinistre de la guerre , au titre du budget des dépenses 
sur ressources extraordinaires de Texercice 1888, des crédits montant à la 
somme de 2 5 millions de francs qui sera inscrite aux chapitres ci-après : 

Ancienne dotation. 

Chap. i*. — Artillerie 12,000,000^ 

Chap. 2. — Génie 5,ooo,ooo 

Chap. 3. -^Subsistances . i,ooo,€K)o 

Chap. 6. ^-^Habillement i^ooo,ooo 

Chap. 8. — Service géographique (chemins de fer). . . 3,ooo,ooo 

Total « . 2&«ooo4000 

Il sera pourvu aux crédits ci-dessus au moyen des ressources affectées aux 
crédits annulés par Tarticle 2 de la présente loi. 

La présente loi, délibérée et adoptée par le Sénat et par la Chambre des 
députés, sera exécutée comme loi de TÉtat. 
Fait à Paris, le xô avril 1888. 

CARNOT. 

Par le Président de la Répablique : 
Le Ministre de la gaerre. Le Minisire des finances, 

C. DE FREYCINET. P. PBYTRAL. 

36. 



Digitized by VjOOQIC 



— 396 — 
LOI 

ALLODANT DES PENSIONS VIAGÈRES AUX BLESSÉS DE FÉVWER 1848 c«. 

Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté. 

Le Président de la République promulgue la loi doot la teneur suit: 

Article 1^. — Des rentes viagères incessibles et insaisissables, d'un chif- 
fre total de 300,000 francs sont allouées à titre de récompense nationale, 
aux citoyens français blessés pour la liberté dans les journées de février i8&8. 

2. — Des pensions pourront être accordées aux veuves non remariées, 
ascendants et descendants au premier degré, des intéressés prédécédés; mais 
en aucun cas , le total des pensions allouées aux membres de la même fa* 
mille ne pourra dépasser le chiffre de la pension qu'aurait obtenue celui 
duquel ils tiennent leur droit, s'il vivait encore. 

3. — Ces rentes et pensions pourront varier du chiffre maximum de 
1,200 francs au chiffre minimum de a5o francs. 

Les pensions jointes aux rentes ne pourront dépasser le chiffre total de 
200,000 francs. 

4. — » La répartition sera faite sans recours ni appel par une commission 
nommée par décret du Président