Skip to main content

Full text of "Récit du Combat entre le Kerseage et L'Alabama"

See other formats


STOP 



Early Journal Content on JSTOR, Free to Anyone in the World 

This article is one of nearly 500,000 scholarly works digitized and made freely available to everyone in 
the world by JSTOR. 

Known as the Early Journal Content, this set of works include research articles, news, letters, and other 
writings published in more than 200 of the oldest leading académie journals. The works date from the 
mid-seventeenth to the early twentieth centuries. 

We encourage people to read and share the Early Journal Content openly and to tell others that this 
resource exists. People may post this content online or redistribute in any way for non-commercial 
purposes. 

Read more about Early Journal Content at http://about.jstor.org/participate-jstor/individuals/early- 
journal-content . 



JSTOR is a digital library of académie journals, books, and primary source objects. JSTOR helps people 
discover, use, and build upon a wide range of content through a powerful research and teaching 
platform, and préserves this content for future générations. JSTOR is part of ITHAKA, a not-for-profit 
organization that also includes Ithaka S+R and Portico. For more information about JSTOR, please 
contact support@jstor.org. 



Kearsarge and Alabama 119 

to England for the purpose, if it should be thought désirable. I hâve 
recently seen two of the largest Cotton Spinners of America and am 
able to give you assurance of an effective co-operation on their part 
with any judicioûs movement to direct free laborers to increase cotton 
production in America. If you should think it well to send an agent to 
examine the régions available for this purpose, as I would venture to 
earnestly recommend, it would give me pleasure to accompany him upon 
the journey, and to assist in obtaining ail désirable information. It 
would be best to leave New York in September, and, as' most of the 
country to be examined would hâve to be traversed on horseback, three 
months time should be allowed for the journey. The expenses of the 
tour need not exceed £200, and my personal services would be gratuitous 
to your association. 

It is désirable that this subject should not at présent be publicly 
discussed. 



2. Kearsarge and Alabama: French Officiai Report, 1864 

The following papers, for which we are indebted to Mr. Waldo 
G. Leland, were f ound by him in the Bibliothèque Nationale in Paris 
(Manuscrits Français, Nouvelles Acquisitions, 9466, ff. 95-98). 
They are addressed to the préfet maritime of Cherbourg, Vice- 
Admiral Dupouy, by the captain of the Couronne, a French iron- 
clad then stationed there and présent at the fight between the Kear- 
sarge and the Alabama on June 19, 1864. The report has a value, 
as adding, to the original sources already known, Union, Confed- 
erate, and British, a professional account by an eyewitness who was 
an experienced naval officer of a neutral nation, and whose function 
it was to escort the Alabama oiitside the three-mile limit and in a 
sensé to supervise the combat. 

I. Récit du Combat entre le Kerseage et jJ Alabama. 

Frégate Cuirassée La Couronne Cherbourg, le 19 juin, 1864. 

Amiral, 

Conformément à vos ordres j'ai^ allumé les feux en même temps que 
le bâtiment confédéré Alabama. A 7I1. 50 nous avions de la pression. 
Le bâtiment fédéral Kerseage restait dans le N. E. à très grande dis- 
tance. A çh. 45 Y Alabama a appareillé et la Couronne filé son corps 
mort et l'a suivi à la distance prescrite. Dès que ce bâtiment a été en 
dehors des eaux territoriales je me suis dirigé immédiatement sur la 
rade et j'ai repris le mouillage que j'occupais avant mon départ. 

Nous avons suivi de la mâture les mouvements des deux bâtiments 
qui se trouvaient très au large. On ne distinguait pas bien leurs mouve- 
ments, lorsque tout-à-coup on m'a prévu que l'on croyait avoir vu un 
des deux bâtiments couler bas; on distinguait sur les lieux du sinistre 
une très grande réunion de bâtiments et de bateaux du port. Je me suis 
empressé de vous transmettre cette information, mais à cause de la 
distance où se trouvaient les combattants et de l'état brumeux du temps 



1 20 Documents 

il était difficile de se rendre compte exact de Pétat des choses. Le 
bâtiment à vapeur le Var se dirigeait du reste sur les lieux. 

Je suis avec respect 
Amiral 
votre très obéissant serviteur 
Le Cap'ne de Veau Command't la Couronne 

Penhoat 
P. S. Nous avons acquis la certitude que c'est YAlabama qui a succombé 
dans cette lutte glorieuse. 

II. Mouvements de la Couronne et des deux Bâtiments Américains. 

3I1.30 Aperçu le Kerseage au N. E. 

5.45 Alabama commence à virer. 

6.10 Alabama allume les feux. 

6.10 Couronne allume les feux. 

6.55 Couronne communique avec Alabama. 

7.25 Kerseage au N. E. courant à l'O. 

7.50 Alabama a de la pression. 

7.55 Couronne a de la pression. 

8.00 Kerseage à l'E. N. E. bien loin. 

8.30 Couronne prête à marcher. 

9.30 Alabama vire à pic. 

9.30 Couronne aux postes d'appareillage. 

9.3S Kerseage a l'E. \ N. E. 

9.45 Alabama appareille. 

9.50 Kerseage disparu. 

9.54 Alabama passe devant la Couronne. 

9.55 Couronne appareille. 

10.00 Alabama double la pointe du Mensoir. 1 

10.07 Kerseage au N. E. 

10.10 Alabama quitte le pilote. 

10.18 Couronne double le Mensoir. 

10.20 Kerseage au N. 8o° E. 

10.22 Couronne gouverne à l'E. N. E. 

10.23 Alabama au N. E. J N. 

10.30 Kerseage change de route (vient sur tribord). 

10.50 Couronne vient sur bâbord, rentre. 

10.50 Kerseage arbore sa demi-enseigne. 

11.03 Commence le combat. 

11.50 Couronne mouille. 

Le bâtiment confédéré Alabama, commandé par le Cap. Semmes, 
mouilla sur la rade de Cherbourg le 11 juin 1864 venant du Cap de 
bonne espérance. Ce bâtiment avait déclaré 122 hommes d'équipage ; on 
a su depuis qu'il avait à bord 22 officiers confédérés. L Alabama était 
un joli bâtiment à hélice de 13 à 1400 tonneaux, 2 bien maté d'un faible 

1 Apparently the western point of the great breakwater which protects the 
harbor of Cherbourg. There is a map of the scène of the engagement in the 
Report of the Secretary of the Navy for 1864, opposite page 631, and this is 
reproduced in Officiai Records of the Union and Confederate Navies, III., opp. 
p. 81. 

2 1040 tons. Scharf, History of the Confederate States Navy (Albany, 
1894), P. 797- 



Kearsarge and Alabama 121 

échantillon en bois, armé de 6 canons. 3 Deux de ces canons etoient 
établis à pivot, le premier entre le mât de misaine et le grand mât était 
une pièce rayée de 9 pouces, portant un boulet creux cylindro-sphérique. 
Le second canon placé entre le grand mât et le mât d'artimon était une 
pièce à anse lisse* du calibre de 48 à 50, boulet plein (pour les calibres 
il peut y avoir du doute, on s'en est rapporté aux assertions des officiers 
sans la contrôler par esprit de discrétion), les autres pièces étaient du 
30, ayant l'apparence de nos obusiers de 30 de marine. Le Capitaine 
disait que le cuivre de son bâtiment était en mauvais état: il avait reçu 
l'autorisation de compléter son charbon à Cherbourg [word illegible], 
et non de se réparer, car il n'est pas entré dans le port. 5 

Le Kerseage, commandé par le Capitaine Vinslow, 6 a paru le 14 
devant la Digue, venant de Douvres. 7 Ce bâtiment a déclaré 140 hommes 
d'équipage. 8 C'est un aviso à hélice de 14 à 1500,* armé de 6 canons 
dont deux canons Dahlgreen de 11 pouces (27 cm.) du poids de 7700 
Kilog. établis à pivot sur le pont, l'un entre le grand mât et le mât de 
misaine, l'autre entre le grand mât et le mât d'artimon. Ces deux 
canons lançaient des obus et des grappes composées de biscayens et de 
boulets de 4; il n'y avait pas à bord de boulet plein pour cette artillerie; 
les 4 autres canons étaient des pièces de 32 correspondant à notre 30, 
nos. 3 ou 4. 

Le Kerseage est un bâtiment en bois, d'assez fort échantillon blindé 
sur le côté avec des bouts de chaîne de 36 à 40 mm. de fer de maillon, 
placées verticalement depuis le bastingage jusqu'à 1 mètre au-dessous 
de la flottaison, ces bouts de chaîne sont serrés l'un contre l'autre de 
telle sorte que la maille à plat engraine dans la maille en saillie, le tout 
est lié par des amarrages en filin, je ne connais pas le système qui 
rattache cette sorte de cotte de maille au bâtiment (ce sont des crampons 
probablement), le tout est recouvert d'un léger soufflage en sapin. 

Ce blindage est placé sur le côté du bâtiment de manière à couvrir 
sa machine. 

Le Kerseage se présente devant la passe de l'Est sans entrer et 
vint demander l'autorisation de communiquer avec son consul, autorisa- 
tion qui lui fut accordée après quelques difficultés sanitaires. Il s'établit 
en suite en croisière au large de la digue, en dehors des eaux territoriales 
avec une telle discrétion que la plupart du temps il était hors de vue. 

On a dit que les deux capitaines s'étaient envoyé un cartel, le 
Capitaine Vinslow repousse cette assertion, il n'a envoyé aucun défi 
mais il avait reçu une lettre du Cap'ne Semmes qui lui annonçait qu'il 
sortirait pour le combattre, le Cap'e Semmes avait annoncé sa réso- 
lution officiellement et prévenu qu'il sortirait le Dimanche 19 entre 9 
heures et 10 heures du matin, les deux bâtiments avaient reçu dès leur 

s The armament of the Alabama consisted of one no-pounder rifled pivot 
gun, one heavy eight-inch 68-potrader (9000 pounds), and six 32-pounders. 
Officiai Records, III. 59, 77, 81 ; Semmes, Service Afloat (1900), p. 753. 

4 Smooth-bore. 

5 See Officiai Records, III. 647, 632, 654, 658, 661, 663. 
« Captain John A. Winslôw, U. S. N. 

7 And Flushing. 

8 Officers 19, crew 144. Officiai Records, III. 77. 

8 1030 tons. Besides the armament described below, there was a 28-pound 
rifle. Officiai Records, III. 59. 



122 Documents 

arrivée dans le port un extrait des instructions aux quelles les belligérents 
doivent se conformer pendant leur séjour sur les rades françaises. 

Le Dimanche matin YAlabama alluma les feux vers 6 heures et toute 
la population garnissait les quais, les môles, les tours, le Roule 10 et la 
Digue pour voir le combat naval, il y avait affluence de Parisiens 
arrivés le matin par un train de plaisir. 

L'Alabama appareille vers 9 h 4 et lorsqu'il fut devant la Couronne, 
cette frégate laissa filer son corps-mort et le suivit à une distance 
suffisante pour ne pas gêner ses mouvements, elle avait ordre d'empêcher 
tout engagement dans les eaux territoriales et de revenir au mouillage 
dès qu'elle serait assurée que le combat serait livré en dehors des eaux 
françaises. 

Au moment où les bâtiments doublaient le Mensoir de l'Est, le 
Kerseage reste dans l'E.N.E., le cap 11 au N. E. à 12 milles de distance, 
parvenu à la limite des eaux territoriales la Couronne signale sa position 
à la Digue, qui signale à la Couronne de reprendre son mouillage, ce 
qui fût exécuté sans délai. Il y avait au large nombre d'embarcations 
du port, trois yachts anglais dont un à vapeur. Le Var était sous pres- 
siotf prêt à porter secours au besoin. 

Dès que YAlabama se trouva libre de ses mouvements, il se dirigea 
sur le Kerseage qui continuait à faire route au N. E. Mais peu après, 
celui-ci changea de route et se dirigea sur YAlabama. Les deux bâti- 
ments couraient l'un et l'autre à toute vapeur et la distance qui les 
séparait se trouva bientôt réduite jusqu'à la portée du canon. Alors 
YAlabama changea de route et sembla d'écrire un demi-tour sur bâbord 
pour présenter la hanche de tribord à son adversaire, puis il commença 
le feu avec sa pièce à pivot de l'arrière. Les bâtiments pouvaient se 
trouver à 8 ou 9 encablures l'un de l'autre et à 9 ou 10 milles de terre. 
Le Kerseage ne répondit pas à ce premier et ne commença à tirer 
qu'après le 3ième coup. 

Cette position oblique en retraite prise par YAlabama était cer- 
tainement la position la plus sure pour un bâtiment de faible échantillon 
comme YAlabama; il présentait à l'ennemi un but restreint, il couvrait 
autant que possible sa machine et croyant avoir la supériorité de marche, 
il était maître de la distance, il attaquait l'ennemi avec sa pièce la plus 
puissante, dans la partie non cuirassée ; mais soit que le Cap'ne Semmes 
se soit laissé emporter par son ardeur, soit qu'il ignorât, comme on 
l'assure, que le Kerseage fût cuirassé, 12 il resta très peu de temps dans 
cette position et faisant un demi-tour sur tribord, il alla croiser son 
adversaire à contre bord en le canonnant vivement par son côté de 
tribord. A partir de ce moment les deux adversaires ont tourné l'un 
autour de l'autre, sur des cercles dont les rayons ont varié depuis 4 
encablures jusqu'à 2 et se canonnant à contre bord par le côté tribord. 
On a compté jusqu'à 7 tours. Mais à ce jeu le Kerseage qui était blindé 

10 The Roule is a height behind the town (110 m.) with a wide view. 

11 Cap Lévi. 

12 Semmes, pp. 753-754, complains bitterly of this " unchivalrous " protec- 
tion as unknown to him; his lieutenant Arthur Sinclair, Two Years on the Ala- 
bama (third éd., Boston, 1896), pp. 25g, 261, 274, says that Semmes had full 
fcnowledge of the fact, having been informed of it by the port admirai (préfet 
maritime) himself ; Barron's letter of June 27 shows that he, Semmes's immédiate 
superior, was aware of the essential facts. Officiai Records, III. 649. 



Kearsarge and Alabama 1 23 

sur le côté avait tout l'avantage, il pouvait de plus tirer avec ses deux 
énormes canons. Atteint de trois coups sur le côté dont deux près de la 
flottaison, le blindage en chaîne arrêta les projectiles qui auraient 
désemparé la machine s'ils avaient pénétré dans le bâtiment, sans le 
blindage l'issu du combat aurait pu être différent, quoiqu'il en soit, 

Y Alabama reçut des obus qui ébranlèrent sa charpente au point qu'il ne 
tarda pas à faire de l'eau, un éclat d'obus ou un boulet atteignit 
probablement une chaudière, car on vit tout à coup un nuage de vapeur 
s'échapper de ses flancs. Quelques personnes ont assuré qu'il reçût 
derrière un obus qui en éclatant le désempar[ait] de son hélice et de son 
gouvernail, toujours est-il que la machine s'arrêta et que Y Alabama mit 
à la voile tachant de rallier la terre ; mais à partir de ce moment il était à 
la discrétion de son adversaire qui en a bien profité, car un moment après 

Y Alabama se rendit et ne tarda pas à couler à pic en s'enfonçant par 
l'arrière. 

Tout se qui surnageait a été sauvé par le Canot du Pilote Mauger, 
les embarcations du Kerseage, et le yacht à vapeur anglais 13 qui sauva le 
Cap'ne Semmes et les officiers et se dirigea vers les côtes d'Angleterre à 
la grande stupéfaction du Cap'ne Vinslow. Relativement à ce dé- 
nouement désastre [ux] la perte en hommes n'a pas été considérable. On 
compte 2 noyés, 6 tués et 16 à 17 tués [blessés]. 

Le Kerseage à reçu trois boulets sur le blindage dans le pro- 
longement de la cheminée qui n'ont produit qu'un effet insignifiant, 
un boulet a traversé la cheminée, deux projectiles ont traversé au ras 
du pont, l'un en éclatant a blessé trois hommes, ce sont les seuls blessés 
qui ait eu le Kerseage. un obus s'est logé dans la tête de l'étambot où 
il est resté sans éclater, l'étambot porte dans cette partie des fentes 
longitudinales, mais le système est solide. 

Les deux champions se sont bien battus, le confédéré avec fougue, 
le Yankee avec flegme. Y Alabama a beaucoup tiré. Le Kerseage a tiré 
130 coups, dont 52 avec les Dahlgreen. 14 

Voici quelles sont les dimensions des canons du Kerseage : 

Canons Dahlgreen. 







Mesures Anglaises. 


Diamètre de l'anse 


27C.94 


11 inches. 


Longueur totale 


4.12 [m.] 


13 ft. 6 inch. 


Poids du boulet plein 


86.97 [kilos.] 


192 pounds English. 


" de l'obus 


62.96 


139 " 


Poids du canon 


7701.00 


17000 " " 


Charge pour obus 


6.800 


15 " 


" pour boulet 


9.07 


20 " 


Vitesse initiale (douteux) 


4267. 





Il n'y avait pas à bord du Kerseage de boulet plein pour cette artil- 
lerie, mais on m'assure que depuis peu des expériences ont conduit à 
adopter le boulet plein pour cette pièce. 

13 The Deerhound. 

14 173 and 55 respectively. Officiai Records, III. 64.