Skip to main content

Full text of "E?tude ge?ne?rale du groupe des euphorbiace?es ?recherche des types, organographie, organoge?nie, distribution ge?ographique, affinite?s, classification, description des genres /par M. H. Baillon."

See other formats


ÉTUDE GÉNÉRALE 

DU GROUPE 

EUPHORBIACÉES 

M. H. BAILLON 



ATLAS 



PARIS 

LIBRAIRIE DE VICTOR MASSON 



ETUDE GENERALE 

DU GROUPE 

DES 

EUPHORBIACÉES 

M. H. BAILLON 



ATLAS 



PARIS 

LIBRAIRIE DE VICTOR MASSON 

PUCE CE l'ÉCOLE-DE-.MÉOECINE 



EXPLICATION ANALYTIQUE DES l'LA.M.HES. 



. I . E. Jucquim ' i ;,e 1res JCUllO : 6, 

bractées latérales fertiles, dont l'une recouvre l'autre, 

2. E. palutlrU, 1- - • s «le l'infloreicenc 



latérales, b' b', fertiles. Les fleurs, /', qui sont à 1 aisselle de celles-ci, sont elles- 
mêmes accompagnées des bractées tertiaires, b". 

7 ig. 4. Poinsetlia pukherrima Graham. Très jeune fleur (inflorescence des auteurs). En 
face de chacun des sépales, s, il n'y a encore qu'un mamelon staminal, et ; l'axe, o, 
ne porte encore aucune trace des carpelles. 

Fig. 5. E. Illyrica. Une fleur dans laquelle lu dédoublement des étamines avait été fort 
retardé. Les glandes, g, interp* -ces us - \ les u aiei t déjà très développées, et les 
ovules, o, se voyaient nettement dans l'ovaire; mais on n'apercevait qu'une éta- 
mine, et, en face de chaque sépale, s\ au-dessous de chacune d'elles s'en trouvaient 
d'autres rudimentaires et iuvi-ibies tant que le pena-nlie était laissé intact. 

Fig. 6. E. Jacquiniiflora. Diagramme du double périanlhe pris lors de l'an thèse. Les 
lames, />, qui semblent répondre aux [létales, sont en dehors des sépales, s, et des 
glandes, g. La ; ■• pour le calice; elle est contournée pour les 

lames, p ; mais il peut arriver qu'elle soit aussi imbriquée. 

F. ?. E. Jacquiniiflora. Fleur dont le calice, s, est en préfloraison quinconciale ; dans 
l'intervalle des sépales sont les glandes, g ; les appendices pétaloïdes, p, ont été 

Fig. 8, E. spinosa. Jeune boulon dans lequel les glandes, g, sont déjà assez développées 
dans l'intervalle des divisions du calice, s: on aperçoit le ; istil. o. qui commence à se 
former, et l'on entrevoit pa ■' n - au travers du 






Û IMPLICATION DES PLANCHES. 

Fig. '10. E. !opli(nj<jita. Extrémité supérieure du périanthe contrastant par sa forme 
allongée avec la forme globuleuse du bouton représenté fig. 8 ; les sépales, s, s'épa- 
nouissent, et dans leur intervalle se \oient les glandes, g. 

Fig. 11. E. Jacquinii(lora. Portion du périanthe (involuere des auteurs) vu par la face 
interne : ce. les sépales; p, les ap . les glandes qui leur sont 

superposées; /, ligne saillante d'insertion des îles, qui s'est 

allonge en se soulevant avec le périanthe. 

Fig. 12. E. Illyrica. Le calice a été coupé en s; les deux faisceaux d'étamines, e, sont 
déjà composés d'un certain nombre d'anthères; c'est alors seulement qu'entre ces 
deux faisceaux apparat! an mamelon glanduleux, gl, complètement distinct de 



profil, 
du faisceau staminal. 
. 14. E. Illyrica. Fleur plus âgée e 



la glande, gl, plus <3 

Fig. 13. Poinsetiia pidcherriwi. l'n faisceau staminal a 

anthères produites par dédoublement de haut en t 

Fig. 16. E. lathyris. Faisceau staminal très avancé en 
filets bien distincts et montrant le mode d'appari 
prononcée sur la première étamine à gauche, moin 



. 19. E. lophogona. Étamine dont, au contraire, la portion inférieure ï 
est plus mince que la supérieure. 

. 20. Poinscltia pulclwrrima. Pistil très jeune : les feuilles carpellaires, ov, forment 
des espèces de vasques autour de l'axe, o, qui ne porte pas encore de traces d'ovules. 

, 21. E. lophogona. Jeune fleur, au moment de l'apparition sur le périanthe des 
glandes, gg, dans l'intervalle des sépales. On voit qu'à ce moment l'androcée et le 
gynéi ée sonl t]*\\ t assi i dé\eloppés. 

. 22. E. lophogona. Coupe delà fleur précédente, pour montrer le degré de dévelop- 
pement des organes signalés à l'époque de l'apparition des glandes du périanthe. 
23. E. Jacquiniiflora. Pistil très jeune, vu d'en haut, au moment où les feuilles car- 
pellaires, ov, sont encore largement béantes au sommet; en face d'elles apparaissent 



. 24. E. spinosa. Axe ovarique, a : les feuilles carpellaires ont été coupé 
base en c, et les trois ovules ont paru sur l'axe ; ils sont encore réduits ai 
n, autour duquolil n'y a qu'un petit bourrelet, se, représentant la secondine 

. 25. E. paluslm. Pistil jeune ; le style est encore peu développé, et l'on \ 
rattre à la base de l'ovaire, ou, un polit renflement circulaire, d, qui sera 
hvpogyne. 



EXPLICATION DES PLANCHES. 5 

Fig. 26. Le même disque un peu plus avancé on âge ; il s'est divisé on troi, lobes super - 

Fig. 27. Le disque encore plus développé. sép;iré de l'ovaire. 

Fig. 28. Pistil à son maximum de développement : les lobes du disque se sont tvflcehis 

i 

Fig. 30. E. hypericifolia. Deux feuilles opposées dont les stipules se sont «M 

Fig. 31 . E. Canariensis. Portion de l'une des crêtes de la tige portant une - 

sentant une base de feuilles avec deux épines latérales, a'. A l'aisselle de chacune do 
ces saillies est un petit bourgeon, b. 

Fig. 32. E. nuuiulLtris. Lu aiiruiilon arrache de la tige charnue ou s'implantait sa hase. 
On voit que cet organe n'est qu'un petit rameau chargé de bractées, br, et terminé par 
un bourgeon, b, 

Fig. 33. E mamillaris. Base de l'aiguillon précédent, dure, effilée, implantée dans la 
substance charnue des tiges. 

Fig. 3i. Diagramme général de la fleur de Y Euphorhio puhistris (inflorescence des au- 
tours) : b, la bractée florale; b' b' , les bractées latérales qui peuvent elre fertiles; 
ss, les divisions du calice, en préfloraison quinconciale; gg, les glandes qui se déve- 
loppent dans l'intervalle des sépales; a, l'axe que regarde le sépale 2; an, les fais- 
ceaux androcéens superposés aux divisions du calice; d, les glandes fealicos maies 
des auteurs) qui n'entourent pas les étamines, mais forment des faisceaux indépen- 

(calice femelle des auteurs). 



PLANCHE II. 

EUPHOBBIA LATBYRIS L. 

. 1 . Coupe longitudinale du fruit encore jeune, suivant le milieu d'une loge. En dedans 
du mésocarpe celluleux épais, mes, se trouve l'endocarpe, end. L'axe, ou columelle, 
se termine en a, après avoir porté la jeune graine et l'obturateur, ob, qui s'est en 
grande partie atrophié. La première, p, existe encore, sous forme d'une enveloppe 



déjà dédoublée en deux couche; 
forme le testa, tandis que l'autre, 
déjà été refoulée au dehors par 1 
sommet apiculé et creusé du sac embryonnaire. A sa base la chalaze, en, se pre 
sur cette coupe sous forme d'un croissant. Au-dessus de la columelle, le soi 
de la feuille carpellaire se redresse pour former le style, st. 
2. La même graine beaucoup plus jeune; l'embryon, e, n'y occupe encore q 
sommet du sac embryonaire, se ; le nucelle, encore étroit et allongé, repose i 
chala/.e, cfi, et se distingue par son prolongement apiculaire, n. La secondine 
m c e le i cnl à se partager en deux couches se et si; celle dernière est e 
t é[ oissc et • empli tement celluleuse. La primine, p, a encore à peu 



F,\rïIC\T[ON DES PLANCHES. 



au-dessous de laquelle s'insère le : ■ment sur celui-ci repose 

l'obturateur, 06, moins atrophié que dans la figure précédente. 
Fig. 3. Ovule au moment de la fécondation : le raphé, r, est très prononcé ; la primino 
s'est déjà épaissie pour former la caroncule, ca, et l'obturateur, ob, coiffe exactement 

Fig. 4. Le même ovuîe dont les enveloppes sont écartées pour montrer le nucelle avec 

Fig. 5. Coup t de l'endocarpe qui est en 

face. Celui-ci présente des poils saillants courts, pp, sur lesquels se moule la primine, 
te, ce qui la rend réticulée ; en dedans d'elle la seccndine, s, est déjà devenue crus- 
tacée dans sa porlion extérieure. 

Fig. 6. La rai, nculo vue par sa face supérieure elle est légèron ont échancrée au-dessus 
du hile, et l'on voit encore la trace de l'exostome sous forme de fento. 

Fig. 7. Noce w, n'occupe que le sommet; il a été 

coupé longitudinalement pour montrer l'embryon qui le remplit, <?m, et, au-dessus do 
celui-ci, le prolongement aigu du sommet, n. 

Fig. 8. Embryon jeune; les cotylédons courts par rapport à la radicule. 

Fig. 9. Un oml ryon plus à,a nu il y a presque e-a é di lonirurur entre la radicule, t, et 

Fig. 10, 13. Fiais successifs des glandes qui alternent avec les divisions du calice ; leurs 
prolongements, en forme de massue, n'apparaissent qu'après le corps de la glande. 

Fig. 14. Gern Jftttf. La portion de la ligelle, t, qui supporte la 

gemmule 1 obarane. 



PoiNSETTIA PULCHERRIMA Grah. 

Fig. 15. Lo calice, c (im .lu. a > de- mteursï , ne porte qu'une glande, g/, qui, par son 

développement, recouvre les dents de sa partie supérieure. 
Fig. 16. La même fleur, vue de côté, po-r montrer comment la glande unique, gl, se 



Leptobotihiys discolor (Tragia ubens Michx. non L.), herb. Michx. 

Fig. 17. Inflorescenco complète terminant un rameau chargé de feuilles dissemblables, 
entières, /;>, - u découpées, ,'J. Au bas de l'inflorescence se trouve une fleur femelle, ff, 
et, au-dessus d'elle, un grand nombre de fleurs môles, [m. 

Fig. 18. Fleur maie, dont lo calice, ca, a été coupé, pour montrer les deux étftm oea 



Fig. 19. Diagramme d'une fleur femello dont le calice a < 
Fig. 20. Fleur femelle : !c calice, c, légèrement réfléchi, 
qui supprrtc l'cvairc. 



EXPLICATION DES PLANCHES. 

Fig. 21. L'origine de deux feuilles opposées : de chaque côté de? pétioles, pp, 

glandes stipulaires, g. 
Fig. 22. Une des glandes stipulaires isolée et grossie. 

JULOCROTON RUFESCENS Kl. 



Fig. 
Fig. 


23. Périanthe et disque de la fleur femell 

24. Coupe longitudinale d'une graine : h, 




Pera (Peridium) c 


Fig. 


25. Fleur femelle : l'ovaire, ov, mis à nu 



Spixia Leandri Mart. — Coll. Wedtl. 

Fig. 26. Graine entière vue par sa face dorsale, t, et surmontéo d'une caronci 

lobée, ca. 
Fig. 27. La môme graine, coupée longitudinalement, pour montrer qu'en dedans de 

caroncule. 
Centrostîlis zetlanica (Croton sp. Thw.), herb. Perad., n. 2111. 



(m. Le style, épais et articulé, si, se divise supérieurement en un grand nombre de 
lanières enroulées. 



Algernonia brasiliensis. — Gaud. h. imp. Brés., n. 1151. 
Fig. 30. Portion du chaton mâle : les bractées ; b, sont inférieurement décorrenk 

sur le rachis; Tune d'elles, déchirée, laisse voir la fleur mâle, a. 
Fig. 31 . Androcée isolé : l'anthère, a, est biloculaire. 
Fig. 32. Fleur femelle: 6, sa bractée axillanlo, LLlunduleuse; ap, appendice ailé, 

laire de l'ovaire ; H, style unique d'abord, puis divisé en trois branches stig 

fères, sg. 



DES PLANCHES. 









Fig. I. Inflorescence en cyme bipare. Du calice, g, do la fleur principale sort le style, st. 

Elle est accompagnée de deux bractées latérales, b, fertiles. 
Fig. 2. Fleur isolée, vue de côté pour montrer que le calice, c, présente une gibbosilé. g ■ 

de son sommet sort le style, st. 
Fig. 3. Fleur grossie, dont le calice, c, est 

glandes, (jl, les faisceaux d etamines, et, 

Fig. 4. Une étamine isolée, articulée vers le milieu de son filet, ar.' 

Fig. 15. Le pistil jeune; les branches du style, st, sont encore réunies, mais déjà le sommet 

du pédicelle commence à s'épaissir pour former le disque hypogyne, d. 
Fig. 6. Forme et insertion des glandes, gl, qui accompagnent le périanthe. 
FiS. 7. Très jeune fleur vue par le côté postérieur : l'ovaire, ov, sort du sommet du 

périanthe. Le sépale gibbeux, g, est moins long que les autres. 
Fig. 8. Bouton moins âgé et grossi davantage, dans lequel on voit en dedans des sépales 
extérieurs, s, les sépales intérieurs, si; dans leur intervalle so trouve le sommet des 
glandes, g, et le tout est surmonté par l'ovaire, ov. 
Fig. 9. Bouton plus développé : le sépale gibbeux, tg, a été coupé à la base, et du verti- 
cille extérieur il ne reste que les sépales antérieurs, s< et jf. On voit ainsi les quatre 
glandes, gl, du périanthe, et Io sépale tout à fait intérieur, si, recouvert par lea 
moyens qui sont eux-mêmes enveloppés par les extérieurs. 
Fig. 10. Portion d'un jeune androcée pour montrer que les faisceaux staminaux, st, se 
dédoublent bilatéralement et de haut en bas comme chez les Euphorbes : au centre, les 
jeunes carpelles, ov. 
Fig. 1 1 . Diagramme floral : b, bractée mère de la fleur ; bl, bractées latérales le plus sou- 
vent fertiles. En dedans du sépale postérieur, sp, sont les quatre glandes 
gl; il n'y en pas en face des sépales antérieurs, sa. Le sixième sépale, si. es( toorn 
du côté de l'axe et recouvert par deux autr 
Fig. 12. Jeune ovule : n, le nucelle; s, se 
renfler au-dessus de l'ovule pour former 1 
Fig. 13. L'ovule lors de l'anthèse, entièrement coiffé par l'obturateur, 
Fig. 1 4. Ovule plus avancé en âge, vu de profil : r, raphé; ca, exoston 



Miles glandu- 



IMPLICATION DES PLANCHES. 



DALECHAMPIA (CREMOPnYLLUM) SPATTLATA II. 



Diagramme général du rameau florifère précédent : bb, première paire <!e 1 
; b'b', seconde paire dont les folioles r 
ailles (in 




Fig. 21. Jeune infl !.■-..,•;- -■ !' mrMe vue du côté de l'aï 

sa base ; une fleur médiane plus âgée est accompagnée de deux jeunes fleur? latérales ; 
leurs sépales, s, sont accompagnés de petits appendices stipulâmes ; le pistil tout entier, 
st, ne forme qu'une sorte de sac ouvert supérieurement. 

Fig. 22. Un des jeunes pistils de la figure précédente coupé longitudinalement. On voit 
que l'axe, a, porte directement l'ovule ov ; au-dessus de lui l'obturateur, ob, puis s'ar- 
rête. Les feuilles earpeilaire?, fà, réunies parleurs bords, s'élèvent en formant une sorte 
de sac do BSt l'ovaire, la supérieure le style, st. Les cloisons cl, 

pellaires, et ce sont leurs sommets épa ss - qui c instituent les lobes stigmatiques 
alternes, pour cette raison, avec les loges. 

Fig. 23. Fleur femelle adulte: les sépales, s, sont accompagnés à leur base des appendices 
stipulâmes, sti ; le style, st, renflé en massue, présente latéralement une ouverture, sg, 
qui conduit aux lobes stigmatiques. 

Fig. 24. Coupe longitudinale du style, pour montrer que le tissu stigmatique, sg, tapisse 
l'intérieur d'une cavité du style. 

Fig. 25. Diagramme de la fleur femelle qui occupe le milieu de la cyme et qui a généra- 
lement six sépales. L'intérieur, si, manque souvent dans les fleurs latérales ; sti, appen- 
dices stipulaires des sépales; bl, bractée latérale; 6, bradée mère de l'inflores. -on. tf. 

Fig. 26. Graine nuire vue par sa ba*e : le raphé, /•, étant parvenu à la chalaze, ch, les fais- 



les téguments de la graine. 
Fig. 27. Même graine vue de profil; r, raphé ; m, micropyle 

se ramifiant entre les saillies dont la graine est hérissée. 
Fig. 28. Une des bractées de l'inflorescence, avec ses deux st 
Fig. 29. Germination: f, tigelle; r, racine; c, cotylédons. 



*W EXPLICATION DES PLANCHES. 

Fig. 30. Extrémité grossie de la plante précédente ; st, stipule (l'autre est coupée) ; /, lobe 
principal de la feuille; //, lobes latéraux s'arrêtant dans leur développement. 

Dalechampia houlletlyna. — Herb. Houllet. 

Fig. 32. Coupe transversale du fruit précédent : c, calice coupé; d, 

Dalechampia fentaphylla Lamk. 
Fig. 33. Graine mûre : h, hile ; r, raphé; ch, chalaze; m, micropyle 



Dalechampia micrantba Pôpp. et Endl. 

Fig. |. Portion de la plante chargée d'une feuille et d'une inflorescence. On remarque 
les lobes rudimentaires de la base du limbe, si, et ses nervures tertiaires transver- 
sales, m . st, stipules ; ff, fleurs femelles situées à la base de l'inflorescence. 

Fig, 2. Androcéedontlesanthères.a.sontsupportéeasurunecolonnecentrale.c, infléchie 
après l'épanouissement. 

Fig. 3. Fleur femelle : s, sépales ; sp, leurs appendices stipulais ; st, style; M, orifice 
stigmatique. 

Fig. 4. Extrémité du style pour montrer de face l'orifice stigmatique, sg. 
ec ses deux appendices stipulâmes, st. 



Fig. 5. Undt 

Leucaxdra betomcefolia Kl.? 



Fig. 7. La même étamine vue par la face interne ; mêmes 

Fig. 8. Fleur femelle: s, calice. 

Fig. 9. Diagramme de la fleur femelle : s, calice ; /, loges 

ZlCKERTIA CORDATA. — Herb. 



EXPLICATION DES PLANCHES. 1 1 

QfBSMomi javamc\ Bl. herb. Leyd. 

Fig. 4 4. Fleur mâle épanouie : s, calice; et, élamines alternes. 

Fig. 15. Étamino vue de profil: f, filet; a», anthère; en, connectif prolongé; a, son som- 

Fig. 16. Diagramne de la fleur femelle: s, cali. •<■ : /, loges ovariennes superposées. 
Fig. 17. Coupe longitudinale de la fleur femelle : se, calice coupé ; o, ovaire dont une loge 
ouverte laisse voir l'ovule, ou; si, division.- du st\ le dont la concavité est stigmaliquc, s,j. 

Platygyxe utms Merc. Acantiiocaulon Kl.). 
Fig. 18. Fleur mâle dont le calice se est coupé : r, récoptacle saillant hérissé sur lequel 

Fig. 1 9. Étamine vue de profil : f, filet ; a, anthères. 

Fig. 20. Flou odinalemenl. : ov, ovaire . W, division- pri-inaûpies 

du style ; sg, papilles stigmatiques. 
Fig. 21 . Diagramme de la (leur femelle. 

-simples. 

Lassia scandens — Coll. Coud., Iicrl). Delc-ss. 
Fig. 23. Diagramme de la fleur mâle : 6, bractée axillante; M, bractées latér al e * ; i, 

Fig. 24. Androcée vue d'en haut : /, loges de l'anthère; ap, petite saillie terminale du 

connectif. 
Fig. 25. Môme androcée vu par sa face inférieure : /, loges ; c, colonne centrale coupée. 
Fig. 26. Bouton de la fleur mâle. 

Fig. 27. Un des sépales de la fleur femelle : l, son lobe terminal ; pp, pinnules latérales. 
Fig. 28. Fleur femelle: se, calice coupé; o, ovaire; st, portion commune du style; sg, 

branches stigmatiques. 



PLANCHE V. 

Anthostema senegalense , A. Juss. — Coll. Hèttdel., berh Mus. 

. 1. Iriflorescence. Son axe porte d'abord deux bractées subopposées, 66, ayant à leur 
aisselle un bourgeon, bn. Au-dessus, il se renfle un peu en », et se termine par 
une fleur femelle. Celle-ci, qui commence à être déjetée de côté , se compose d'un 
calice c, d'un ovaire ov, dont une loge ouverte montre l'ovule o coiffé de son obtu- 
rateur et que surmonte un style épais, st. Les fleurs mâles occupent l'aisselle des 
bractées latérales, 6', qu'accompagnent deux grosses glandes latérales, gl. A leur aisselle 
sont les cymes unipares de fleurs mâles accompagnées de leurs bractées, 6". Leur 
pédicule, ped, persistant présente une articulation au-dessus de laquelle se trouve le 



12 EXPLICATION DES PLANCHES. 

Fig. 2. Diagramme général de l'inflorescence précédente, avant la déviation de la I 
pistillée : bb, bractées inférieures; à leur aisselle les bourgeons, bn ; &', bractées i 
lantes des inflorescences mâles indiquées par une ligne circulaire ; cal, calice fem 

Fig. 3. Fleur -mâle adulte : ped, pédicelle; art, articulation; cal', calice; f, filet; 

anthère. 

Anthostema madagascariense. — Herb. Dup.-Th. 
Fig. 4. Très jeune fleur mâle: le pédicelle, ped, très court n'est pas encore articulé < 

calice déjà très développé, tandis que l'étamine, et, n'est qu'un petit mamelon ob 
Fig. 5. Très jeune fleur femelle: cal, calice dont une portion, cd, est coupée pour mor 

les loges, /, du jeune ovaire. 
Fig. 



puis rentlee entre le nuceiie et jes 
Fig, 7. Obturateur isolé, entier : b, sa portion basilaire étalée à l'extrémité. 

Tetraplandra leandri. — Coll. Leandr., n. 29. 
Fig. 8. Fleur femelle : cal, calice dont une portion est enlevée pour montrer la base de 

l'androcée, son articulation, art, et son anthère quadriloculaire, l. 
Fig. 9. Anthère vue par sa partie supérieure. 
Fig. 10. Fleur femelle : cal, calice; st, style divisé supérieurement en grandes lanières 

stigmatifères. 

Dalembertia populifolia. — Coll. Andrieux, n. 107. 
Fig. 41. Portion d'inflorescence mâle coupée verticalement, de manière à intéresser le 

3 seule bractée. 
. 13. Diagramme d'une cyme triflore : cal, calice de la fleur médiane; (l, fleurs latérales. 

b, bractée axillante de la cyme. 
. 4 4. Fleur femelle jeune: b, bra i use en g; le pédicelle est encore 

court et rectiligne; cal, calice très petit; st, style. 
. 1o. Fleur femelle adulte : b, bractée axillante, glanduleuse en g; p, le pédicelle très 

allongé et réfléchi ; cal, calice. 

Sebastiania brasiliensis Spreng. 
4 6. Fleur mâle dont un sépale, cal, peu développé, est cependant trilobé. 
Actinostemon ACUMiNATUS Kl. — Herb. Berl. 
. 4 7. Cyme de trois fleurs mâles, à l'aisselle d'une bractée biglanduleuse, l>. L'une des 
fleurs a quatre étamines, dont une stérile. 

Actinostemon grandifolifs Kl. — Herb. Berl. 

3 d'une bractée b : b', petite brarU'o ?cc<wl;tir,\ 



EXPLICATION DES PLANCHES. 
Adenogyne pachystachys Kl. — Herb. Berl. 



Gossomi discolor Spreng. — Herb. A. S. II. 

Fig. 2 1 . Fleur mâle. Son calice cal est coupé ; elle esta Faisselle d'une bractée, b, accom- 
pagnée de deux glandes latérales, g. 
Fig. 22. Fleur femelle : s, calice à divisions alternes avec les loges ovariennes. 

Sarothrostachys Lutschnatmana Kl. — Herb. Berl 

Fig. 23. Fleur mâle ayant trois sépales, cal, et trois élamines alternes. 
Stillinuia (sapium) oppositifolia Kl. — Herb. Berl. 

Fig. 24. Fleur femelle :cal. calice; b'b . bradées latérales stériles ; 6, bractée mère, accom- 
pagnée de deux énormes glandes latérales coniques, g. 
Fig. 25. Une des glandes latérales coupée longitudinalement. 

PLANCHE VI. 

Sapium 



l'aisselle. 11 est terminé par une jeune feuille non déroulée. 
Fig. 2. Coupe longitudinale d'une des glandes de la base du limbe. 
Fig. 3. Une fleur mâle normale avec deux sépales, s, et deux étam 
Fig. 4. Diagramme d'une fleur mâle anormale trimère; les étamines 



Fig. 8. L'obturateur ovulaire avec ses deux ailes, o, et le bouchon, bo, qui peneti 

le micropyle. 
Fig. 9. Le même, vu de profil. 

Sapium bingiricum, herb. Roxb. 
Fig. «0. Fruit entier. 
Fig. 1 1 . Une des valves du même fruit, avec la graine. Au sommet de celle-ci. la [ 

persistante se continue en un petit tube, ta, au sommet duquel est lexostome ; 

n'y a pas, à proprement parler, de caroncule. Le funicule, fn, est logé dans ui 

ligneux formé par l'endocarpe. 



LXl'Lll.AlloN Ui:s l'LANCUL: 
UlPPcMV.NE UANTINELLA I. 



Fig. 12. Fleur n 



Fig. 14. Grain de pollen. 

Fig. 15. Diagramme d'une fleur mâle normale à deux sépales. 

Fig. 16. Diagramme de la fleur mâle représenta fhj. !2 (a trois sépales). 

Fig. 17. Fleur femelle vue par la partie antérieure. La bractée florale, br, a été coupée, 
ainsi que trois des styles, st. 

Fig. 18. Diagramme d'une fleur femelle à ovaire 6-loculaire. Elle est accompagnée de 
deux bractées latérales, br' , stériles, outre la bractée mère, br. 

Fig. 19. Coupe longitudinale d'un fruit mûr. On y distingue le sarcocarpe recouvrant l'en- 
docarpe osseux, end, formé de couches concentriques. On voit nettement que l'axe, ax, 
porte seul les graines à son extrémité, et qu'entre lui et la partie supérieure des 
feuilles carpellaires transformées en péricarpe, il y a pour chaque graine un espace 
ui loge le funicule. 

Fig. 20. Coupe longitudinale d' 




HlîKA CREPIT ANS L. 

21. Pétiole avec les deux glandes, g, qui sont à la base du limbe. 

22. Portion du chaton mâle avec une bractée florale, br, déchirée pour montrer Tinté- 
rieur de l'espèce de loge qu'elle forme pour loger la fleur mâle. Autour d'elle sont 
d'autres fleurs du même sexe, cachées par leur bractée. 

z une seule rangée d'étamines, et ; le 



25. Coupe longitudinale d'une fleur mâle a di cal, le calice; col, 

la colonne centrale qui porte l'androcée. 

Une portion <ic . au - cil l,i tU r precédiMile montrant es anthères suspendues 
à la face inférieure des espèces de clous, cl, qui supportent l'axe. 

27. Pollen. 

28. Diagramme d'une fleur mâle décandre. 

29. Fleur femelle : ca/j le calice; st, le style; sg, le stigmate. 

30. La môme coupée longitudinalement (les mêmes lettres indiquent les mêmes organes 
que dans la figure précédente). On voit dans chaque loge l'ovule et son obturateur ob. 

. 31 . L'ovaire pyriforme o; le calice, coi, est coupé transversalement. 

32. Diagramme delà fleur femelle. 

33. Ovule avec son obturateur, ob, et un b né par la primine 



EXPLICATION DES PLANCHES. 

Fig. 3ii. Graine coupée horizontalement montrant l'embryon 
raux, enveloppé du périsperme pe, et, en dehors de celuic 
extérieure, tg, formée par la primine persistante. 



PLANCHE Vil. 

(hll'UALEA D1ANDKA L. 

Une des cymes qui lunuoni ! inflorescence totale : u, axe principal de l'inflores- 



Fig. 2. Coupe longitudinale de la Heur mâle exécutée de telle façon i 

thère, il reste une loge, /.sur le support commun, c»,àlabaseduqu< 

Fig. 3. L'androcée entier vu d'en haut : 1/, les loges des anthères 



Fig. 6. Fleur mâle dont on a coupé le calice en c pour i 

base est ceinte du disque glanduleux d. 
Fig. 7. Diagramme de la fleur précédente. 
Fig. 8. Fleur femelle coupée longitudinalement : c, cal 



Bractée florale très jeune, à l'époque où l'androcée commençant 
encore été soulevé et éloigné de l'axe : b, bractée; el, androcée nau 
Bractée florale mâle coupée 1< 



.13. Coupe longitudinale du gynécée : s, le support de 1 ovi 
avec l'ovule coiffé d'un obturateur dont la forme rappelle 
style canaliculé et stigmatifère à sa face interne. 

.4 4. Portion du bord d'une feuille montrant deux des dents 

Adenopeltis colliguaja Bertero. 
4 3. Portion de rameau montrant l'inflorescence opposée à 
pules, sp, tandis que l'axe, a, se continue entre les deux. ! 
base de l'inflorescence, située à l'aisselle d'une bractée, l 
latérales, gf. Elle a un calice rudimentaire à deux sépales lai 
et un ovaire surmonté d'un style trifurqué. Plus haut setr 
diandre également placée à l'aisselle d'une bractée, bm, mu 



EXPLICATION DES PLANCHES. 



Kg 


. 16. Une fleur mâle très jeune, à 


l'aisselle de 


la bractée, b. 


Celle-ci est munie de 




deux glandes stipul; 


aires g. Il y a un , 


calice réduit à 


deux sépales 






acquis tout leur dé' 


veloppement. tandis que le filet. 


, /, commun ai 


axdeux anthères, est à 




peine développé. 










1m g 


. 17. L'androcée à 1 


'époque de l'anthi 


>se, supporté i 


sur une colonne centrale, col, d'où se 




détache le filet proj 


jre à chaque antl 


1ère a, 






:ig 


. 18. Diagramme d'i 


jne fleur mâle: b. 


la bractée bi£ 


;landuleuse; a 


3 7, sépale; a, anthère. 


v ig 


. 4 9. Diagramme d' 


une fleur femelle: 


6, la bractée 


; cal, les sépales laciniés ; p, pistil 



Fig. 21. Une des écailles 

Fig. 22. Coupe longitudinale de la fleur mâle: ca 

aux deux étamines. De chaque anthère il resl 
Fig. 23. Diagramme de la fleur mâle. 
Fig. 21. Coupe longitudinale de la fleur femelle: 

pistil avec une loge ouverte et l'ovule surmon 
Fig. 25. La base d'une feuille avec une des stipules, sp. 

Stillingia sebifera Auctt. (Triadica sinensis Lour. 

Fig. 26. Une des cymes qui forment l'inflorescence : b, bractée mère sou 

doncule commun et munie de glandes stipu 

mâle terminale à caii. chiqueté, cwf, et deux fleurs latérales de 

seconde génération. 
Fig. 27. Diagramme de la cyme précédente. 
Fig. 28. Une des bractéoles latérales désignées dans la ligure précédente par les lettres b', 

remarquable par son insymétrie. 
Fig. 29. Les graines après la chute du péricarpe; elles restent suspendues à l'axe ou 

columelle, ax, divisé en trois branches dont une a été coupée ; les autres se terminent 

par l'obturateur, ob, devenu ligneux S i la trace, r,duraphé sur la 

primine épaissie, non situé à l'angle interne de la graine, mais rejeté un peu de côté. 
Fig. 30. Une des graines dont le raphé, r, a été arraché, pour montrer la manière dont il 

était logé dans l'épaisseur de la primine, pr, gorgée de la matière grasse exploitée. 

EXC.ECARIA AGALLOCHA L. 

Fig. 31 . Fleur mâle dont on a retranché une portion du calice, cal, et de deux étamines, ec, 

pour montrer la troisième dont le filet est libre et dont l'anthère, a, s'ouvre lai 
Fig. 32. Diagramme d'une cyme mâle placée à l'aisselle d'une bractée biglanduleuse, br. 

Fig. 33. La fleur femelle entière, à calice triphylle et porlée sur un long pédieelie, p. 
l'ig. 3 4. Coupe longitudinale d'une des loges de l'ovaire pour montrer l'ovule coiffé de son 



KM'LIC.MIO.N DLS l'I.A.M III.-. 



PLANCHE VIII. 

SïILLINGIA (CNEMIDOSTACHYS) CORNICDLATA (MlCROSTACHYS CORNICULATA A. JuSS.) 

— Jard. de Caen. 
? ig. 4 . Portion d'un rameau portant deux feuilles alternes très rapprochées, et à l'aisselle 
de l'une d'elles une inflorescence. La base de celle-ci est occupée par une fleur fe- 
melle, ff, située à l'aisselle d'une bractée biglanduleuse, b. Plus haut, Taxe commun 
porte de petites cymes alternes de fleurs mâles, cm. 

"i dont le pétiole, f, est accompagné de stipules, st. 



Fig. 9. Graine su 

Fig. 4 0. Caroncule vue par son g 

Fig. 4 4 . Graine mûre ; la caronci 



StilLîngia (CNEMIDOSTACHYS) glabrata Mart. (Sarothrostachys Kl.) — H. P. 
Fig. 4 3 . Extrémité d'un rameau portant une feuille stipulée, st, puis deux fleurs femelles, 

et, au-dessus, des glomérules alternes de fleurs mâles, cm. 
Fig. U. Une fleur mâle, solitaire à l'aisselle de sa bractée pourvue de deux glandes lai 

raies, gg. Un des sépales regarde l'axe, a. 
Fig. 15. Pistil isolé : st, lanières réfléchies du style. 
Fig. 46. Une des divisions du style plus avancée en âge, enroulée. 

Sclerocroton Hochst. et Spirostachys Sond. 



Fig. 48. Fleur femelle du Sclerocroton reliculatus Hochst. (coll. Kn 
les divisions du calice sont les glandes stipulaires gl (disque bf| 



Fig. 20. Obturateur du Se 1er, St., dont la partie supérieure, ob, i 

étalée, tandis que l'inférieure aiguë, p, s'enfonce dans le micropyle. 

Fig. 21. Ovule, ov, du Spi>\ i, coiffé d - un obturateur, ob, à de 

lobes latéraux très développés. 



O.MAL.VNTHUS POrULIlOI.il > Mot 



Fig. 22. Sommet d'une inflorescence très jeune. L'axe porte un grand nombre de bractées 

alternes, b. A l'aisselle de celles qui sont enlevées, bc, on peut voir de petites cymes de 

fleurs mâles, cm, se développer. 
Fig. 23. Coupe d'une feuille et de ses deux stipules, montrant leur préfoliaison . Une des 

stipules st enveloppe l'autre; celle-ci, à son tour, enveloppe la feuille /'dont les deux 

moitiés sont involutées. 
Fig. 24. Jeune bouton mâle l'un des sépales s, est complètement enveloppé par l'autre 

qui présente deux saillies auriculées, ce, à sa base. 
Fig. 2o. Fleur mâle épanouie : s, sépales; gl, leur base glanduleuse ; et, sommet de l'an- 

drocéc. 
Fig. 26. Même fleur, dont un sépale. .< 



Omalanthcs lescuenaultianus A. Juss. 

Fig. 27. Fleur femelle, dont les sépales, c, sont enlevés ; o, ovaire biloculaire ; H, portion 

basilaire du style; sg, ses deux lobes stigmaliques. 
Fig. 28. Diagramme de la fleur précédente. 

Omalanthcs giganteus Zoll. et Mor. — Coll., n. 2524. 
Fig. 29. Fruit triloculaire : au-dessus des loges, l, la base du style, st, persistante; au- 



COELEBOGÏNE ILICIFOLIA Slll. — Coll. AH. CuiUlillgll. 

Fig. 32. Feur femelle : gg, glandes stipulâmes des sépales ; st, style à larges branchi 

stigmatiques, pétaloïdes. 
Fig. 33. Diagramme d'une fleur femelle à calice quinaire, quinconcial : b, bractée biglai 

duleuse; sg, glandes dès sépales. 
Fig. 34. Diagramme d'une autre fleura six sépales disposés sur deux rangées, imbriqué: 

b, bractée axillante. 
Fig. 33. Ovule coiffé de son obturateur ob : r, raphé. 
Fig. 36. Obturateur vu par sa face supérieure pour montrer ses deux lobes. 



PLANCHE IX. 

Polyboea Corensis Kl. Acvi.Yi'iiv Cokensis Jacq\). 
Fig. 1 . Coupe longitudinale de la fleur femelle : s, calice ; </, disque liypogyrio ; o, ovule ; 
l-'ig. 2. Diagramme de la Heur précédente : t, bractée; b' bractées latérales? d, disque. 



Fig. 4. Fleur femelle : p, pédicelle ; s, sépales ; st, branches du style. 
Fig. 5. Diagramme de la fleur précédente. 

Adenocline sessiuflora Turcz. 
Fig. 6. Fleur femelle : s, calice ; d, disque bj pogj no : H, style 

SEIDELIA MERCI 1UALIS MtUi.l Kl Al.I> TRIANDIU E. M). 

Fig. 7. Fleur mâle diandrc : s, calice ; ci, étamincs. 

Amosmss lqngifolia Benth. — Coll. Spruce, n. 2282 

Fig. 8. Étaminevueparla face interne : /, iïlet dont le sommet est chargé de 

Fig. 9. Fleur femelle : s, calice; oo, ovaire; st, stylo. 

Fig. 10. Ovule: c, épanouissement caronculaire ; ob, obturateur; op, 

chalazique. 
Fig. II. Coupe longitudinale de l'ovule : n, nucellc ; s, secondine ; p, primi 



g. 12. Jeune inflorescence mâle : fe, feu 


Ile axi liante coupée. 


A son aisselle se trouve 


' 


fr, et de glomerulesa 


xillaircs;2"unrameau,r 


situé entre l'axe florifère et l'une des s 


pules, st. 




g. 13-15. Développements successifs de 


etamine : f, filet ; 1 


loges. 


g. 16-1 8. Étamines adultes vues de différents côtés : f. fï lof : 




g. 19. Inflorescence femelle encore jeune 


: /■, feuille axillante 


st. ses stipules ; fi, fleur 


qui se développe la prem ■»■. 


latérales : r, rameat 


latéral. 


y. 20. Diagramme d'une fleur femelle no 


maie : b, bractée : c 


calice ; d, disque. 


l 21. Diagramme d'une fleur qui a trc 


is loges ovariennes 


superposées aux sépales , 


mêmes lettres que dans la figure précédente. 




5. 22 et 23. Diagrammes de fleurs à 2 ou 


à 4 sépales : môme 




la préfloraison est figurée telle qu'elle e 


st dans le très jeune 


âge). 


y. 24. Très jeune fleur femelle : ce, calice 


coupé; ,Me style q 


ui commence à se former. 


! - 


l'ovaire, p, commenc 


entàparallre :1e style, st, 


■■— ■ ! 


s, et le disque, d, 


ommence seulement à se 


développer. 






y. 26. Développement des ovule? inséré 


sur Taxe de l'ovaif 


: sur les côtés on voit 


■p. primine ; c, ép 


ississement exoslomique ; 


se, secondine ; 11, nucelie; ob, les obtu 


rateurs qui commen 


~ent à se développer au- 



EXPLICATION DES PLANCHES. 

graine basilaire, b, que lui forment les 



- Herb. A. S. H. 

. 30. Fleur mâle : 6, bractée axillante; gl, ses glandes latérales ; b', bracl 

stériles; s, calice; et, androcée. 
, 3t. Fleur femelle : b, bractée axillante ; gl, glandes latérales de i 

b' bractéoles latéi >; si, style. 



PLANCHE X. 

Ricinus communs et R. inermis H. P. 
Fig. 1 . Feuille cotylédonaire du R. communis. La nervation en est d 

la base du limbe se trouvent les deux glandes, gg, qu'on relrouv 

les feuilles ordinaires. Le pétiole peut même porter plus bas deux autres plus petites 

glandes, g'. 
Fig. 2. Les deux glandes représentées en g dans la figure précédente, à leur premier âge, 
Fig. 3. Une de ces glandes âgées ; elle est devenue marginée et sa surface est inégale. 
Fig. 4. Une jeune feuille au-dessus de laquelle l'axe a été coupé en a. Les deux stipules, st, 

sont indépendantes, et plusieurs glandes, gg, existent à la base du limbe et sur les côtés 

de la base du pétiole. 
Fig. 5. Une stipule à son maximum de développement , mais pouvant présenter à son 

sommet deux dénis distinctes qui indiquent sa double origine. 
Fig. 6. Glande qui occupait la base du limbe d'une feuille; son bord relevé encadre la sur- 



il se fait une déchirure, i 
Fig. 8. Portion du bord d'un limbe foliaire à l'arrière-sai 

jusqu'à laquelle ne s'étend pas le parenchyme, forme i 

face interne, gg. 
Fig. 9. Les glandes de la figure précédente vues par leur face dorsale. 
Fig. 10. Portion de l'inflorescence mâle : b, bractée mère, accompagnée de deux gland 

latérales, gg ; de chaque côté de la fleur terminale existe une bractée fertile, b'. 
Fig. 1 1 . Développement du calice dans l'ordre quinconcial. La bractée florale est indiqu 

par la lettre b, et les sépales sont numérotés selon leur ordre d'apparition. 
Fig. 12. Boulon mâle; son pédicelle est articulé en a. 
Fig. 13. Le même bouton grossi et coupé longitudinalement pour montrer l'insertion ( 

l'androcée. 
Fig. li. Anthère vue par sa face externe. 
Fig. 13. La même, décote. 
Fig. 16. Une portion du 



! WCIII- 



Fig. 17. Pollen sec, avec un pli longitudir 
Fig, 18. Pollen mouillé; le pli a disparu. 
Fig. 19. Organogénie de l'androcée. Dans 

sent cinq mamelons 
Fig. 20. En second lieu 




e quinconcial (s 1 et 
t ouvert, se voit par transparence < 
s feuilles carpellaires, c, sont encor 




l'obturateur coupé v 

on voit les divers lobes distincts entourant l'exostome. 
Fig. 36. L'ovule adulte, dont le nucelle est terminé par un sommet aigu, a; la pi 

et la secondine, s, ont été coupées circulairement. 
Fig. 37. L'obturateur vu par sa face supérieure papilleuse et de couleur rougeàti 

son plus grand développement. 



22 EXPLICATION DES PLANCHES. 

Fig. 40. Le sommet grossi davantage de la même graine coupée longitudinalemont. La 
caroncule, c, conserve entre les lobes une trace de l'exostome, ex; l'origine de l'obtu- 
rateur, ob, est séparé du funicule, f, et de la caroncule. 

Fig. 4L Graine plus voisine encore de la maturité. Une moitié de la primine a été arrachée 
pour bien montrer que c'est elle qui, en s'épaississant au sommet, forme la caron- 

Fi_r. 12. Graine mûre, coupée verticalement , de manière à ménager l'embryon , e , la pri- 
mine, p, est devenue presque itnpercej tfble sauf as niveau de la caroncule, c. Le 
testa est déjà bien développé en t. 

Fig. 43. Un des aiguillons de l'ovaire très jeune; sa portion basilaire b, colorée en vert 
et composée de nombreuses cellules, est formée de la substance môme du péricarpe 
soulevée; le sommet, s, au contraire, est incolore et transparent. 

Fig. 44. Un fruit monstrueux de /» ci nus inermis. dont la W t 
collatéraux, oo. 



Fig. -1 . Graine en germination. L'albumen, al, se prolonge vers le micropyleen une sorto 
de coléorhize que déchire la plantule pour sortir, col. La jeune tige ( est encore cour- 
bée; elle se renfle inférieuremenl pour se continuer avec le pivot; celui-ci porte les 
racines secondaires, rs, superposées sur quatre rangées verticales ; celles d'une rangée 
sont coupées à leur < de l'albumen sont les cotylédoœ, <:<<;, 

légèrement plissés; la gemmule, g, n'a pas encore pris de développement. 

Fig. 2. La même graine dépouillée de ses . ut, prolongé en coléorhize, 

s'est déchiré au sommet po ille, t, recourbée en crosse. 

Fig. 3. Coupe de la même graine grossie; un des cotylédons est coupé à sa base pour 
laisser voir la nervation de l'autre cotylédon, c ; la tigelle, /, se replie en crosse, et l'ai- 

Fig. 4. Coupe transversale de la jeune racine, t.pour montrer l'insertion r 



Fig. 5. Élamine monstrueuse, dont l'anthère, l, est surmontée d'un long prolongement, ap, 
du connectif. 

Symfhylua sit.etiana (Cluytfa semperflorexs Wall, non Roxb.). 
Fig. G. Fleur mâle, dont le calice est coupé en s, ainsi que deux des élamines, ec, insérées 

son filet, f, s'infléchit supérieurement dans le bouton et rend l'anthère, an, introrse. 

Fig. 7. Fleur B est coupé en s ; l'ovaire, ov, est surmonté d'an Btyle 

d'abord unique, st, puis divisé' ■ ;-,.-s, sg . Une étamine, et, 

Tairais Gaudichaudi. — Coll. Gatidich., n. 278. 

Fig. 8. Boulon do la Heur mâle : les trois sépales extérieurs, *c, présentent une petite 






EXPLICATION DES PLANCHES. |g 

i même âge, grossi davantage; le calice est coupé, ainsi que la corolle 
porte : 1° cinq étamines inférieures, <■/ ; 



2° cinq moyennes, em, alternes avec 
superposées aux sépales 1 , 2 et 3. 



s ; et 3° trois étamines supérieures. , 



Trigonostemon longifolium. — Cat. Wall., n. 7177. 

Fig. 12. Fleur mâle : le calice et la corolle ^ont coupés, pc, pour montrer ]o disque, d, e 
l'androcée, a». 

Telogyne indica— Cat. WaU, n. 7997. 
Fig. 1 3. Androcée supporté par une colonne commune, c, et composé de cinq anthères, an 
tandis qu'il n'y en a que trois dans le genre précédent. 

Pretoria incana (Croton MOUTON Bl.). — Herb. Ventonat. 
Fig. 14. Fleur mâle; un des sépales est coupé, ainsi que letamine superposée, ec. Le 
filets sont infléchisdans la préfloraison et insérés sur une colonne centrale commune, ce 

Rottlera (Plagianthera) oppositifolia R. et Zoll. 
Fig. 15. Le filet se dilate en un connectif, ap, foliiforme ; à sa base et de chaque côté soni 

les loges, II, de l'anthère s'ouvranl par une petite fente longitudinale. 
Fig. 16. La même étamine vue par l'autre face. Mômes lettres. 

Sarcocliniltm Hookerii Thw. — Herb. Perad., n. 3429. 

Fig. 17. Fleur femelle av 
surmonté du calice, 
base du style, st. 

Fig. 18. Coupe longitudinale de la fleur précédente : le pédicelle, p, est articulé e 
dedans du calice persistant, c, le gros disque, d, entoure la base de l'ovaire s 
delà base du style, st. La loge ovarienne s'étant développée surtout par la pari 
rieure, la jeune graine, ov, coiffée de son obturateur, est forcée de se relever de 



Aleuritbs ambinux Pers. 

ndeur naturelle). Les enveloppes tombées laissent à nu l'albi 
men gonne, ai. n se prolonge en coléorhize, col, autour de la tigelle, t , qui se courbe e 
crosse pour se continuer avec la radicule. Celle-ci, détruite au sommet, a donr 
naissance à un grand nombre de racines secondaires, rs. 
?ig. 20, Même graine en germination. La moitié de l'albumen, al, a été enlevée en avar 
pour montrer les cotylédons c, leur nervation et la manière dont ils se plissent e 
augmentant de volume ; la tigelle t est coupée au milieu de sa hauteur. 



EXPLICATION DES PLANCHES. 



PLANCHE XII. 

Aleurites ambinux Pers. 

Fig. 4. Bouton mâle; le calice commence à s'entr'ouvrir. 
Fig. 2. Diagramme de la fleur mâle. 

eune fleur mâle dont le calice est coupé en c. 

a môme fleur dont la corolle enlevée laisse voir le disque et l'androcée. 

5. Élamine vue par sa face interne; le filet porte quelques poils. 

6. Grain de pollen mouillé. 

7. Fleur mâle épanouie. 

8. Un des poils étoiles du calice gonflé par l'humidité. 

9. Bouton femelle différant de celui de la fleur mâle par sa forme conique allongée 

1 . Fleur femelle épanouie. 

4 4. Coupe longitudinale du pistil entouré d'un disque glanduleux, d, qui forme 

enveloppe complète à l'ovaire jusqu'à l'origine des styles. 

il Un des pétales portant un bouquet de poils à la base de sa face interne. 

4 3. Diagramme de la fleur femelle. La corolle est 

souvent aussi quinconciale, comme le représente le d 
Fig. 4 4. Ovule surmonté d'un obturateur, o, un peu relevé. 

Fig. 4 5. Coupe longitudinale de la graine; son enveloppe externe, me, est pierreuse ; l'in- 
térieur, mi, est très mince ; en dedans de'celle-cile périsperme, j>, est occupé en grande 

partie par l'embryon e. 

Philyra brasiliensis K. — Herb. A. S. H., n. 510. 

Fig. 4 6. Bouton accompagné de sa bractée axillante, b 

Fig. 47. Un des pétales isolé; ses deux moitiés sont insymétriques. 

Fig. 4 8. Colonne centrale de la fleur mâle ; les étamines ont été coupées en si et si' et au 

sommet se trouvent trois petits lobes (styles rudimenlaires?). 
Fig. 19. Anthère vue par sa face interne. 
Fig. 20. Androcée dans un bouton très jeune. 
Fig. 21. Fleur femelle dont le périanthe a été enlevé. Au-dessous du pistil se trouve un 

épaississement glanduleux, g, qui représente le disque. 
Fig. 22. Diagramme de la fleur femelle accompagnée de deux bractées latérales, W. 

Crotonopsis linearis Rich. in Mkhx. — Herb. Michx. 
Fig. 23. Coupe longitudinale de la fleur mâle ; les filets staminaux infléchis. 
Fig. 24. Diagramme de la fleur précédente. 
Fig. 25. Fleur femelle; l'ovaire est déjà passé à l'état de fruit. 
Fig. 26. L'une des deux branches du style elle-même divisée en quatre lames secondaires, 

l'autre branche a été coupée. 
Fig. 27. Jeune graine ; l'enveloppe extérieure dépasse les parties profondes, surtout au 



EXPLICATION DES PLANCHES. 2ô 

Arda gomesii A. S. H. 

Fig. 28. Coupe longitudinale d'un jeune fruit; le calice, c, persiste à sa base, ainsi que le 
disque hypogyne, g. Chaque ovule est coiffé de son obturateur, ob, et à la base du style 
sont déjà indiquées les ouvertures fenetrées, ff, qui grandissent avec le fruit. 

Fig. 29. L'obturateur coiffant le sommet de l'ovule et arrivé à son plus grand dévelop- 




Fig. 32, La même glande plus âgée 
Fig. 33. La même plus avancée en 

glanduleuse est devenu saillant et le sommet concave. 
Fig. 34. La même, à son maximum de développement. Le fond de la glande s'est relevé 

EljEOcocca verrucosa A. Juss. — Herb. Leyd. 

Fig. 35. Diagramme de la fleur mâle. 

Fig. 36. La fleur mâle dépourvue de son périanthe ; les étamines inférie 




Un fruit débarrassé de ses aiguillons. 
Fragariopsis scandens A. S. H. (Botryanthe Kl.) -Herb. A. S. H. 
Fig. 45. Fleur mâle dont le calice, c, est ouvert et dont le réceptacle globuleux, r, porte 

PLANCHE Xlir. 
Mourra peltata Orteg. —H. P. 
Fig. 4. Inflorescence: b, 

tées qui accompagnent latéralement 1 
Fig- 2. AppariLion du sépale 4 s qui se développe ti 
Fig. 3. Jeune bouton après l'apparition des sépales \ , 2 et 3 (*', s 2 e 



EXPLICATION DES PLANCHES. 

sont développés et dans leur intervalle apparaissent les pô- 
e de calice ; pp, les 



, si , superposées aux sépales 1 , 2 et 3, 
terne; les loges sont déjà indiquées. 
. base de l'androcée se sont développées 



Une des glandes précède] 
Étamine jeune, face int< 
La même ; face externe. 



fleur femelle, avec dix staminodes (il peut n'en exister < 



16. Bouton femelle avant 1 



! sépale 5 a déjà paru ( 



17. Gynécée très jeune; les feuilles carpellaires, p, n'ont pas encore fermé les loges 
et formé le style ; à leur base sont les staminodes, si, et le disque de cinq 
glandes, g. 
Fig. 18. Le même gynécée réduit à sa portion axile, o; les feuilles carpellaires ont laissé 
en c, leur cicatrice et les deux ovules sont encore réduits à leur nucelle, m. 

Mabea Aubl. 

Fig. 19. Inflorescence du M. fitluligera, Mart. L'axe principal a porté des axes secon- 
daires qui élèvent avec eux leur bractée axillanle, b, accompagnée de deux grosses 
glandes latérales. 

Fig. 20. Coupe longitudinale d'un bouton du M. piriri. Àubl. (fleur mâle). 

Fig. 21. Diagramme de la fleur mâle du M. piriri. 

Fig. 22. Une étamine du M. piriri, vue en dehors. 

Fig. 23. Une étamine du M. anguslifolia. Benth., vue en dehors ; le connectif, c. se pro- 
longe au-dessus de l'anthère en une sorte de chapiteau. 

Fig. 24. La bractée axillanle de la fig. 19 chez le M. psluligcra : gg, les deux glandes 
latérales. 

Fig. 25. Fleur femelle entière du M. fistuligera. Les trois sépales extérieurs sont bifides. 

Pîg. 2G. Diagramme de la fleur précédente. 

Fig. 27. Jeune feuille du M. ungusiifolin : sp, ses stipules. 

Fig. 28. Bord grossi de la même feuille; les dents en sont glanduleuses. 

Fragariorsis (Ao:ia) polyanurus — Herb. Houllet. 



l'ovaire, o, que surmonte un style 



-.. 29 


Bouton n 


aie. 


'ig. 30 


l'ieur ,uà 


e privée 


îg 91 


Une des e 


- 


s 31 


La fleur 


femelle ; 



DES PLANCHES. R 

Fig. 33. La Heur femelle vue par la partie supérieure montre les quatre lobes du stigmate, 

Fig. 3i. Diagramme de la lleur précédente. 

Fig. 35. Le calice persistant autour du fruit et enlevé avec la columelle a. 

Fig. 36. L'ovule coiffé de son obturateur ob. 

PLANCHE XIV. 

Ampère \ spahtioides Ad. Brongn. 
Fig. 1. Inflorescence mâle la fleur terminait eM .il leu\ bractées latérales 

Fig. 2. L'iam i.r-;im li.-i'-ré foncé iinliquo la ligne de dchi.-cence. 

Fig, 3. La même étamine après la ilchi-ccnce de l'anthère. 

Fig. 4. Grain de pollen non mouillé. 

Fig. 5. Diagramme d'une fleur mâle, dont le calice a cinq sépales en quinconce. 

Fig. 6. Diagramme d'une autre fleur mâle à quatre sépales. 

Fig. 7. Diagramme de la fleur femelle. 

Fig. 8. Fleur femelle coupée longitudinalement. 

Fig. 9. Graine mûre vue par la face interne. 

Jatropha acownata w. (Janhuia p.vndi-r .KRUIA H B. K.). - H. P. 

Organogénie de la fleur mâle : 

Fig. 10. L'axe qui doit porter les fleurs en a, accompagné de deux bractées latérales 
W et situé à l'aisselle d'une bractée mère coupée en b. 

Fig. 1 1 . Apparition sur l'axe floral des sépales 1, 2 et 3 (s 1 , s 2 et s 3 ). 

Fig. 12. Apparition de cinq pétales pp dans l'intervalle des divisions du calice. 

Fig. 13. Apparition de cinq mamelons staminaux si dans l'intervalle des pétales pp, 

Fig. 14. Entre les mamelons staminaux précédents et un peu plus bas apparaissent cinq 
autres étamines st l superposées aux pétales pp. 

Fig. 15. La fleur vue d'en haut après l'apparition des dix étamines; la corolle déjà déve- 
loppée est en préfloraison tordue (p, pétales; st. étamines supérieures: si', étamines 
inférieures). 

Fig. 1 6 . Apparition à la base de l'androcée du disque composé de glandes g. alternes avec 
les pétales p et les étamines extérieures si'. 

Fig. 17. Portion delà fleur mâle beaucoup plus développée; une des petites étamines l 
été coupée au pied en si'; elle se trouvait entre les deux glandes gg, superposées à un 
des pétales coupé en p et alterne avec les deux sépales coupés en s. 

Fig. 18. Une des étamines extérieures, après que l'anthère a s'est inclinée sur son filet 
pour devenir extrorse. 

Fig. 19. Diagramme de la fleur mâle. 



bractées latérales fertiles, bb, et les fleurs latérales elles-mêmes ont leurs Dractee< 

21. Le calice, après l'apparition du dernier sépale; les sépales sont beaucoup plus 
allongés dès cette époque que dans la fleur mâle: ils sont numérotés suivant leui 
ordre d'apparition. 




2» EXPLICATION DES PLANCHES. 

Fig. 22. Cinq staminodes sont développés en face des sépales; on en voit trois en sss : dans 
leur intervalle en apparaissent d'autres s's' qui seront superposés aux pétales. 

Fig. 23. Les deux séries de staminodes sont plus développées; au pied de ceux qui ont 
paru les premiers, ss, se forment cinq saillies glanduleuses, gg, qui constitueront 
le disque et qui n'apparaissent qu'après le pistil. 

Fig. 24. L'ensemble de ces quinze appendices, dont cinq forment un disque et dix un 
L'est pas encore fermé; les pétales, p, 

môme âge que la précédente. On y 
inodes, st, et le disque ; enfin 
qui porte les ovules. Ceux-ci 



Garcia nutans Rohr. — Herb. Rich. 
î d'une fleur mâle à dix pétales. 

29. Un des pétales, sa face externe seule porte les poils qui dépassent les bords. 

30. Coupe longitudinale de la fleur mâle. Toutes les étamines, sauf une, ont été 
coupées au pied. 

34. Uue étamine entière grossie; son fdet porte des poils comme le réceptacle. 
L'anthère montre sa face externe 

32. L'anthère vue par la face interne. 

33. Grain de pollen mouillé. 

34. Bouton de la fleur femelle; on voit la ligne verticale qui indique la séparation 
des deux pièces du calice. 

35. Diagramme d'une fleur femelle à huit pétales. Le cercle ponctué plus intérieur 
représente le disque. 

36. Coupe longitudinale de la fleur femelle. 

36'. L'obturateur dont un des appendices auriculés a été coupé pour montrer la por- 
tion conique qui s'enfonce dans le micropyle. 

37. Le fruit jeune; le calice a été coupé, et à la base se trouve le disque persistant d. 

38. Une portion du disque séparée de la fleur et étalée. 



Siphonia spruceana Benth. 



Fig. 39. Bouton de la fleur mâle 
Fig. 40. L'androcée à la base di 

sépales, est une des inférieu 
Fig. 41. Portion du diagramme i 
Fig. 42. Fleur femelle, dont le c 

appendices, a, représentent f 



PLANCHE XV. 

Siphonia elastica Rich. (Hevea Guianensis Aubl.) 

1 . Bouton mâle. 

2. Diagramme de la fleur mâle. 

3. Coupe longitudinale de la fleur mâle. 

4 . L'androcée ; le calice a été coupé en c. 

5. Grain de pollen mouillé. 

6. Poils simples du calice. 




e coupée \> 
, montre que sa caroncule, c, est un épaississement de la primine. 
Fig. 1 1 . Enveloppe de la graine vidée du périsperme. On y voit des vaisseaux noi 



Crozophora tinctoma Neck. (Croton tinctorium L.). H. P. 

12. Diagramme d'une fleur mâle octandre û'Aphora, qui serait celle du Crozophora, 
si les cinq étamines extérieures étaient superposées aux sépales. 

13. Disque isolé de la fleur mâle du Crozophora. 

1 4. Diagramme de la fleur femelle; cinq staminodes sont superposées aux pétales et 
le pistil est, en outre, entouré d'un disque hypogyne. 

15. Pistil adulte couvert de poils peltés dans sa portion ovarienne et surmonté des 
divisions du style. 

gyne quinquélobé de la fleur femelle. 

nlevée et l'on voit sortir de 



sur son pédicule et applique contre le sommet de l'ovule les lobes de Pc 

Fig. 19. Une fleur femelle dans laquelle des staminodes se sont développés en et 
fertiles; l'une de ces étamines se voit en sf, et à son pied se trouve le disque 
gyne, d. 

Fig. 20. Sommet de la graine mûre, pour montrer les faisceaux fibreux qui formel 
veloppe extérieure de la graine, ff, et s'interrompent au niveau du micropyle. 

Fig. 21 . Un des poils étoiles du calice. 

Fig. 22. Un des poils peltés de l'ovaire. 

Diltaxis lancifolia Schlech. — Coll. Galeotti, n. 7167. 

i en c. montrant la préfloraison tordi 



30 EXPLICATION 

insertion est entourée du tissu glanduleux du disque, g. Les élamines se séparent à 
deux hauteurs différentes; les intérieures sonl colles qui sont -uperpusées aux pétales. 

Fig. 26. Portion du périanthe de la fleur femelle montrant un pétale, p, dans l'intervalle 
de deux sépales et deux glandes, g, qui leur sont superposées. 

Fig. 27. Une des glandes de la figure précédente vue par sa face externe. 

Fig. 28. Disposition de l'extrémité stigmatique des styles, analogue à celle qu'on ren- 



Argythamma candicans Svv. - Herb. Juss. 
Fig. 30. Diagramme de la fleur mâle. 
Fig. 31 . Diagramme de la fleur femelle. 
Fig. 32. La base delà fleur femelle; l'ovyit e a Hé coupé à sa base en o, et l'on v 

qu'entre les glandes, (/, il y a cm ] ,■ . ' ■ ; 
Fig, 33. Style dont une branche est coupée en s ; les deux autres sont elles-mêmes tn 

fois bifurquées. Ce style a donc des râi es différents. 

Fig. 34. Ovule coiffé de l'obturateur, ob. 
Fig. 35. Le sommet de la columelle s'évasant en trois obturateurs, ob, qui persistent a 

dessus des graines, gr. 
Fig. 36. La base d'une feuille montrant les deux stipules latérales. 



.(.H< 



Ii_. 3». rieur maie, dont le périanthe a les glandes, g, qui forment 

lé disque et l'androcée porté par une colonne, o. 

Fig. 39. Fleur femelle ; à chaque sépale est superposée une glande, g. 

Fig. 40. Diagramme de la fleur précédente. 

Fig. 41. Jeune fruit dont une loge est ouverte; on y voit l'ovule coiffé de son obtura- 
teur, o, et à la base se trouve le disque très développé, g. 

PLANCHE XVI. 

Gluytia floribunda. — Herb. Deloss. 

Fig. 2. Fleur mâle épanouie, coupée longitudinalemenl ; les glandes, gg, superposées aux 
pétales sont bilobées, les glandes, g r g\ superposées aux sépales répondent au disque 
de la fleur femelle et sont trilobées. Le pistil rudimentaire, p, forme une coupe creuse. 

Fig. 3. L'at: ; entaire, p, de la fleur précédente. 

Fig. 4. Une de- g -entées dans la fig. 2 sous la lettre g'. 

Fig. 5. Diagramme de la fleur mâle; g, les glandes bilobées ; g\ les glandes trilobée,-: <\ 
les élamines superposées aux pétales. 



ÎXI'L H:\TlnN* DES H.ANCHI-S. 

8. D gi n n 3 de la fleur précédente : g. le disque. 

9. Un des pétales semé de petits points glanduleux pellucides. 

10 et 11. États divers des glan le- qui forment le ilisqiic liypo;r\ne. 
12. Organogénie du gynemv I. o\ule à son plus jeune âge exist 
complètement indépendant de la feuille oarpellaire c. Autour du i 
obtus. ?j. se forme le bourrelet I, qui sera là secondine. 



, vu de profd; mêmes lettres. 

eur femelle, dont le pédicelle, p, occupe l' 



Fig. 20. Graine dont la caroncule est trilobée ; mêmes lettres que 6g. 18. 
Fig, 21 . Même graine vue par la face dorsale : [l, testa : cm, lobe médian et cl lobes laté - 
raux de la caroncule. 

Monotaxis occident alis Endl. (M. ccneifolia Kl.). — Coll. Driurmi., n. 8a. 

Fig. 22. Diagramme d'une inflorescence. Au centre la fleur femelle terminale à calice 
quinconcial. nf\ plus bas des bractées, bm, à l'aisselle desquelles sont les il 
fm, construites sur le type 4 ou S. 

Monotaxis grandiflora Endl. (M. ericoides Kl.). — Coll. Preiss., n. 1218. 

peine prononcés. 

sont bien plus développés 
et enroulés. 

Fig. 25. Illumine du .17 ii loi me d'arc : // : luges de l'anthère. 

CODl.Ef.M VARIEGATLM PlIYLL.UREA CODI.ECM LoUI'. CROTON VaRIEGATLM L.) — H. I». 

Fig. 26. Fleurs mâles : b t bractée; b' le de la fleur 

Fig. 27. Bouton femelle: b, bractée axillanto ; b', bractées latérales stériles. 

Fig. 28. Ovaire très jeune coupé longitudinalement ; en face d'une des feuilles carpel- 

laires, [c, apparaît un ovule, n. inséré sur I'axe ; a, 
Fig 29 . Fleur femelle plus âgée ; l'ovaire, fc, va se fermer et le disque hypogyne, d, corn- 



O'I EXPLICATION DES PLANCHES. 

Fig. 31 . Ovule encore jeune : p, primine; s, secondine; n, ni 

Fig. 32. Ovule dépouillé de la primine; autour du nucelle, 

condine, s. 
Fig. 33. Ovule au moment de la fécondation : p, primine ; c. éi 



Fig. 35. Jeune graine vue par sa face interne : h, hile ; r, raphé; ch, chalaz 
stome ; n, prolongement nucellaire déjà diminué de longueur. 

Geiseleria glandulosa Kl. (Croton glandulosum L. Jacq.). 
>nt le limbe, p, est tout à fait irrégulier. 



Fig. 88. Feuille dont les lobes sont accompagnés de stipelles, sp et sp'. Les latéraux, l 



PLANCHE XVII. 

Diagrammes de Croton. 

\. Fleur mâle d'Ocalia Sellowiana Kl. 8-andre. 

2. Fleur femelle d'Ocalia Sellowiana. 

3. Tiglium officinale Kl. (Croton tiglium L.), fl. mâle \ 8-andre. 

4. Brachystachys hirta Kl. (Croton hirlus Lhérit.), fl. femelle. 

5. Klotschiphytum Mauritianum, fl. mâle. 

6. M. fleur femelle. 

7. Aslrœa manihot Kl. fl. mâle 15-andre. 

8. Pilinophylum capitatum Kl. (Croton capilalum Michx), fl. femelle. 

9. Furcaria Boiviniana, fl. mâle 8-andre. 
4 0. GymnocrotonVerreauxii, fl. femelle. 

14. Gynamblosis elliptica Torr. et Gr. (Angelandra elliptica EndI. — Engelma 
elliplica Kl. — Croton monanlhogynum Michx. — C. elliplkum Nutt.), fl. mâle. 
Fig. 12. W.,fl. femelle. 

PLANCHE XVIII. 

Croton penicillatlm Vent. — H. 



EXPLICATION DES PLANCHES. 33 

de celle-ci est une Heur, /', de seconde génération, plus une bractéo latérale, b", por- 
tant elle-même une fleur de troisième génération, f 7 , à son aisselle. La bradée, b, a 

Fig. 3. Jeune fleur femelle dont le calice, coupé en s .s, laisse voir les petits pétales, ce , 
réduits à de fines languettes, le disque liypogyne, </, et l'ovaire, or, surmonte du slyle, 



Fig. 4. Un des pétales qui était rami J, pp, et chacune 

branches se termine par un renflement glanduleux, t. 
Fig. '■'). Ovule vu de profil, au moment de l'anthese : r. raphé ; tu-, la priniine s épais 

former la caroncule; n, prolongement nucellaire. 
Fig. G. Sommet du même ovule j la primine est enlevée : s, la secondine ; u, le pro 

ment du nucelle. 
Fig. 7. Diagramme de la fleur femelle : s, calice; p, corolle; d, disque hyp(i_yuv 

Bertya ole.efolia Planch. — Coll. Gaudich. 
Fig. 8. Étamine détachée pour montrer;que le conneclif, c», se bifurque, et que chai 

ses branches porte une loge de l'anthère, m. 
Fig. 9. Même étamine vue de profil ; mêmes lettres. 

Acidoton isnocuus. — Coll. Hookcr, lierb. Mus. 
Fig. 10. Fleur mâle : les sépales, s, sont renversés et le réceptacle chargé d'étami 

se renfle autour de leur insertion en un disque glanduleux, d. 
Fig. 11. Étamine isolée montrant le filet, f, supportant deux loges, l, apicu 

âdriama tomentosa Gaud. — Herb. Mus. 

;ie pour montrer son filet, / - 

i prolongement aplati et aigu du connectif, c. 



ia viscosa Miq. (Crc 
Étamine. 
Fleur femelle adulte ; 



coupée et contenant un ovule coiffe de son obturateur; st, le style. 
Fig. 17. Le style coupé à sa base, s/, vu inférieurement ; sa portion renflée n'est pas 
complètement circulaire, mais trigone. 

TrEWIA NUDIFLORA W. (RoTTLERA IXDICA W.) — Ho*. Vent. 

Fig. 18. Bouton mâle. 
Fig. 19. Diagramme d'une fleur mâle. 
Fig. 20. Une étamine vue par sa face externe : /, loges. 

Fig. 21. Fleur femelle coupée longitudinalement : ss, calice; ov, loges ovariennes; $t, 
portion commune du style; sg, ses branches stigmaliques en dedans. 



Kjg. 


2o 


Uncétaminc isolée et coupée longi 


ludinak-menl [ 


.our faire voir ce 




A ai 


i dispose dans le bouton, et commen 


t la logo, I, s'\ 


r attache. 


Fig. 


26. 


Sépale de la fleur femelle isolé. 


. — Ilerb. A 


, S. H. 


Fig. 


28. 


Rameau d un pied mâle portant di 


M feuilles allci 


•nés à l'aisselle 




les i 


inflorescences, (m. 






Fig. 


29. 


Une feuille séparée vue par sa fa 


ce inférieure p 


our montrer les 




latérales, y. qu'elle porte. 






Fig. 


30. 


Boulon mâle. 






Fig. 


;ii. 


Ftamiiïc : la ligne de déhiscence es 




une bande brunt 


Fig. 


32. 


Anthère ouverte vue par la partie 


supérieure : la 


ligne brune, b, s 


l'^g. 


33. 


Diagramme d'une fleur mâle à douze étamines, c. 




Fig. 


34, 


Fleur femelle : s, calice; st, style. 






Fig. 


S». 


Coupe d'une loge ovarienne ; Faxe, 


a, s'arrête après avoir porté l'c 




et lu 


. feuille carpellairo se réfléchit en lia 


ut pour former 


une division du 



PLANCIIi; XIX. 



Fig. 1. Fleur mâle un peu avant l'anthèse; les sépales sont coupés en c, et les pétales, p, 
renversés. Dans leur intei vallo sont cinq glandes, d, et quinze étamines disposées 
sur trois séries; cinq plus courtes]!superposoes au\ pi taies, c 1 cinq plus longues al- 
ternes, e 2 , et cinq plus longues encore, e 3 , superposées aux cinq premières. 

Ocalia selloiwana Kl. — Hcrb. Berl. 
Fig. 2. Base d'une feuille pour montrer les deux glandes latérales de la face infé- 



Fig. 3. Boulon mâle dont le calice est chargé de poils b 
bractées latérales, M, fertiles. 


rûlants; il est accompagné de deux 


CnIDOSCOLIS .YU'.KIFOI.ilS !\>hl (Jatropiia xj 


.P/EiFOLiA Desr.) — H. I\ 


Fig. 4. Organogénie de la fleur mâle ; les sépales, s, 


sont coupés; au-dessus de chacun 


Fig. o. Même fleur plus développée : cinq étamines. < 
de l'axe | - carpellaires, o. 


?/, sont superposées aux sépales, .s: 



.'filet. /. 



EXPLICATION DIS l'I.ANt Ili:s. 
Fig. 6. Fleur mâle adulte coupée longiludinalemenl : (/. disq 
porte un bouquet do poils ; j;r. pistil rudimentaire surmont 
Fig. 7. Étamine adulte. La face de ses loges, /, est tournée cr. 
sère aussi en dehors du conneclif. 

do pre-lil : mêmes lettres. 

râle: c, calice coupé: dd, disque: p.-, manchon de poils qui 
ptacie). 

Curcas pirgans Mal. (Jatropha curcas L.). 
Fig. 10. Sommet d'une graine vue par sa face interne: h, hile; c, la caroncule dont les 

bords festonnés descendent de chaque côté de l'ombilic en le laissant libre. 
Fig. 1 0'. Même graine vue de profil : mômes lettres. 
Fig. 11. Coupe longitudinale de la môme graine (grandeur naturelle): p, primine très 

amincie ; s, secondine dédoublée en deux téguments; c, caroncule. 

Manihot utuissima Plum. (Jatropha manihot L.). 
Fig. 12. Base de l'androcée : les filets des étamines. f, entourent le corps cenlral. d. mi 



Fig. 15. Fruit mûr (grandeur naturelle). L'endocarpe n'est plu 
nombreux faisceaux \ - w. qui pém 



Manihot grahami Hook. .1 vmpha Lokfunui Kl). - Hort. Ediub , cuil. Gialiam. 

Fig. 16. Sommet de l'ovule au moment de la fécondation; de l'exosiome 

former la caroncule, c. sort un long prolongement nucellaire, n, qui se rabat sur 
l'obturateur, ob. 

Fig. 17. Même ovule vu de côté; mêmes lettres. 

Blachia umbellata (Crotoh i mbellatcm \\\). — Coll. Lcschen. 

Fig. 18. Fleur mâle jeune encore : s. calice coupé: j>. pétales: </, disque: cl. androcée. 
Fig. 19. Étamine isolée pour montrer la disposition des toges, B, sur le filet dilaté, f. 
Fig. 20. Fleur femelle à ovaire, o, quadriloculaire surmonté d'un style, si, à huit dis- 
sions. Entre le calice coupe, c. et le disque hypogyne, d. se trouve un appendice 



ÔK) EXPLICATION DES PLANCHES. 

Chloradenia discolor (Adenogynum discolok R. et Zoll.)- — Coll. Lesche 
•: son filet, f, est i 
et l'anthère, a, se trouve comme pendue dans le bouton. 
Fig. 23. Fleur femelle: les sépales, s. ress feuilles pétiolées e 




PLANCHE XX. 

Mappa tomentosa Bl. 




Fig. 7. Ovule déjà âgé , coiffé de son obturateur, ob. 

ALCHORNEA S1DJÎF0LIA Kl. 

Fig. 8 et 9. Diagramme de deux fleurs mâles différentes, dont Tune a trois sépale i «titre 
quatre ; on voit que les étamines sont disposées sur deux rangées, et que les quatre 

Fig. 10. Fleur femelle vue de profil : a, l'axe de l'inflorescence; b, la bractée florale; 

6', bractée latérale stérile; c, calice; ou, ovaire ; st, style divisée en deux longues 

branches dont la face interne est stigmatique. 
Fig. II. La môme fleur coupée verticalement et transversalement : c, calice; o, ovule 

Fig. 12. Diagramme de la même fleur ; mêmes lettres que pour la fig. 10. 



Af.AI.YPHA RIBRA W. - H. P. 

Fig. 13. Boulon mâle. 

Fig. 44. Diagrammede la fleurmàle. Les sépales -<.tit en préil oraison vahaire 

elamines les quatre extérieurs sont alternes avec les divisions du calice. 
Fig. 15. Étamine; sur les côtés de l'extrémité du filet, /, -uni atia.hr.- le- h 

culairesde l'anthère, //. 

Fig. 17. Pistil entier : ov, ovaire ; si, le style et ses trois divisions ramifiées. 
Fig. 48. Bractée florale quinquelobée et développée après la floraison, de nu 

Fig. 19. Coupe longitudinale de la graine : c, la caroncule coudée et couché 
sur la graine. 

CLAOXYLON SPICIFLORtS A. Jass. (Erythroi'.iiii.i s iNDir.rs llr'mw. 
: a, réceptacle portant l'androci 



Fig. 26. Diagramme d'une fleur mâle 7-anc 
Fig. 27. Étamine isolée vue par la face inte 
Fig. 23. Coupe transversale de l'anthère ou 
Fig. 29. Pollen. 

Fig. 30. Fleur femelle. L'ovaire biloculaire 

inégales; les plus grandes ont leur ner 

Fig. 31 . Diagramme de la fleur précédente 



Fig. 33. Coupe de l'ovaire par deux plans obliques, 
Fig. 34. Coupe transversale de l'ovaire pour montr 
Fig. 35. Coupe longitudinale d'une loge et de l'un < 



Fig. 36. Graine mûre coupée longiti 
Fig. 37. La même coupée en travers. 

Pachystemon TRiLOBUs Bl. — Herb. Leyd. 

Fig. 38. Bouton mâle. 

Fig. 39. Androcée f, colonne qui supporte l'anthère, «, ouverte par un pore triangulaire, 
p, à son sommet. Au-dessous d'elle, Taxe se renfle en un disque circulaire, d. 



SU EXPLICATION DES P 

Fig 40. Fleur femelle : c, son calice épais, court el 

les côtes saillantes répondent aux loges ; s/, le stylo divisé en cinq languett 

lesquelles se trouve une cavité cylindrique. 
Fig. 41 . Coupe transversale de l'ovaire montrant ses cinq loges uniovulées. 



PLANCHE XXI. 

IU:i»i\ riuœccA Cas. — Coll. Salzra. 



■huniiics imbriquées, , '. disposées en séi ie 



11!! iMInvm ! -, , ,|,M, n mi -, lbl-k. 



Fig. 3. Fleuri ■ Les sépales, s, sont glandai 

a sa portion centrale i, II, Surmonté de quatff 

lobes glanduleux, ftligmatiqnes. Chaque loge se prolonge en une grande corne re- 




iéparée pour montrer les quatre lobes 

jr femelle ; le calice, c, enveloppe complètement 1 

>ssé et se réfléchit sur la bractée florale, b ; on voil 





Macarasua Mvr 


RITIANABOJ.? 


8. Fleur femelle adulte :c, le calice ; si, le style dressé, 
présente, un sillon longitudinal tourné du côté extérieur. 

9. Diagramme de la fleur précédente; c, le calice ; b, la 
c'est du côté de cette bractée que s'ouvrirait la loge, /, el 


Erythrococca ac 


miATâ Ben th. (Adeli 


IlâKKàLiN 


10. Êtaminedéhi 


scenle, pour montrer 


que le bord des 



EXPLICATION DES PLANCHES, 

ipriYm-M ;CoNr.EVEïBrM sp. Aiuil.;. — Horb. A. S. II. 
d'une feuille pour montrer les stipelles, sp. 
latifolia Benth. - Coll. Spruce., n. 2826. 



Conceyeïba r,n\NEXSis Aubi. 'Conceyeïimm ovmtm \\W\\.\ — Herb. Jiks. 
Fig. 13. Fleur femelle coupée longitudinalement. Les sépales, s, sont accompagnés i 
glandes latérales, g. Une loge ouverte montre l'ovule, ov, coiffé d'un obturateur , 
style se divise en trois branches réfléchie- et papilleuse- en dedans, st. 

Tetrorchidum trigymm. — Coll. Goudot. 

Fig. 14. Portion de l'androcée : fi filet; /, loges. 

Fig. 15. Fleur femelle. En dedans du calice, s, se trouvent les trois lames du disque, i 

superposées aux loges ; l'ovaire e-l surmonté d'un style charnu trilobé, sg. 
Fig. 16. Diagramme de la fleur précédente : s, calice ; d, disque. 
Fig. 17. Bractée de l'inflorescence, accompagnée de deux glandes latérales, gg. 
Fig. 18. Feuille pour montrer que le pétiole porte deux glandes latérales, g. 

Spilerostylistulàsneana. —Coll. Boivin, n. 2177. 



Fig. 2d. Portion centrale d'une Heur mâle Aux-.; - I rois aies 

glanduleux, d, et à leurs intervalles répondent les étamines, et. 

Fig. 21 . Fleur femelle dont un des sépales, se. est coupé. On voit ainsi le petit ovaire, o, 
dont une loge est ouverte, surmonté d'un gros style sphérique. il, en haut duquel 
sont les | pies, sg. 

Astrococcus cornutus Benth. — Coll. Spruce. n. 2090. 

Fig. 22. Portion centrale d'une fleur mâle à quatre étamines alternes avec les sépales, s; 



iKniMPIlVIHM I.U'lil.M.M fCvRANDRA !.. 

r, Ktamine isolée vue par sa face interne: /. ligne 

26. Fleur femelle dont les sépales sont coupés. A 1 

Ianguoltes . ;/. représentent ou un disque, ou des stai 

27. Deux ovules collatéraux d une même loge . leur 



EXPLICATION DES PLANCHES. 

Callitriche aquatica Huds. 

uille coupée, fa. Son réceptacle ne porte 
Diagramme d'une fleur femelle encore très jeune. Au-dessus de chaque sépale 



s styles, si, et 1 on voit par transparence les ovules, ol, dans l'intérieur des 

ire plus âgé ; les deux styles, st sont plus développés et l'on voit par trans- 
'axe, a, qui porte les ovules, ol, 

PLANCHE XXII. 

Discocarpus ESSEQUiBENSis Kl. — Coll. Schomb., n.35. 

fleur femelle : b, bractée mère; s, calice; p, corolle; d, disque; 



Stenonia boiviniana. — Coll. Boiv., n. 3390. 

Fig. 2. Rameau portant des feuilles et des fleurs. 



4. Pistil r 

5. Fleur femelle : s, calice coupé; p, pétales; d, disque; ov, pistil. 

WlELANDIA ELEGANS. — Coll. Boiv. , n. 971. 

6. Inflorescence réduite à deux fleurs, l'une, ff, femelle, terminale ; l'autre, fm, latérale. 

7. Diagramme de la fleur mâle: s, calice; p, pétales; d disque; et, androcée; 



L androcée et le pistil r 
Fleur femelle : les sépales, s, et les pétales, p, sont coupés à leur b 
hypogyne; p, pistil. 

i fleur femelle. Mêmes lettres que dans la fig. 7. 

- Herb. Dup.-Thouars. 



elle est superposée. 

1 4 . Fleur femelle ; le calic 



maie : s, calice ; p, corolle ; d, disque ; et, androcée ; pr, 
dehors d'elle la lame pétaioïde du disque, d, à laquelle 
" i corolle sont coupés s 






m-:s n.AM.iiKs. 



Fig. I".. Origine d'un rameau; il nail v .vaille !>i- 

stipulée, si, posée sur un coussinet saillant, c. 
Fig. 1 (S Feuille réduite à une écaille, f, accompagnée de deux stipules, si, et portée par un 

coussinet, c. A son aisselle est un bourgeon qui doit devenir un rameau. 
Fig. 17. Rameau anormal, dédoublé supérieurement. 
Fig. 18. Bouton mâle, globuleux. 
Fig. 19. ÂnJro-ée accompagné du disque d : les anthères, el, sont devenues horizontales. 



îphitrope, coiffé de son obturateur; 
i base on voit le disque hypogyne, d, 



Fig. 25. Disque cupuliforme, d, de la fleur femelle: l'ovaire a été coupé e 
Fig. 26. Bouton femelle, pyriforme. 

Fig. 27. Jeune nucelle s'allongeanl à son sommet, pn, avant la fécondatio 
Fig. 28. Même nucelle au maximum de développement de son sommet, \ 



Fig. 29. Nucelle après la fécondation; 
Fig. 30. Fruit. 

Fig. 31. Deux fruits, grandeur naturelle, dont l'un vu par 
persistant , /p, et l'autre, fe, coupé transversalement, 



y. 32. Graine m 


ûre, ampbitrope; h, hile ; m 


micropyle 




y. 33. Graine mûre, coupée longituJinalemeni : p, prii 


ine persistant 


h, bile ; s, secondine fibreuse ; alb, albume 




e. embryon c 


?. 34. Une des 


coques avant s 


vue par 


on angle inte 


interne; r, lig 


ne courbe qui sépare celle- c 


de Fextér 




^. 35. Mêmeco 


que opérant sa déhiscence et laissant v 


ir les deux gra 


tient ; la paro 


interne, pi, est séparée de 1 


- 


par la fente, r, 


y. 36. Grain de 


pollen présentant un pli Ion 


ritudinal quand il est sec. 




PLANCHE 


XXIII. 






PlIYLLANTHTS GRANDIFLORUS L 


- H. P. 


y. 1 . Infioresee- 




se développe u 


ne fleur accompagnée de de 




latérales, bb, 


g. 2. Organogér 


ie de la fleur mâle. Le sépale 1, s', se 


développe sur 










g. 3. Développement des trois sépales extérie 


jrs: s' et s 3 , les sépales a 


au sépale 2, s 


2 , développé du côté de l'axe 







antérieurs opposes 



[\2 EXPLICATION DES PLANCHES. 

Fig. i. Les sépales 1, 2 et 3 sont déjà très grands quand apparaissent les sépales 



Fig. 6. Appa 



Fig. 8. Orgai . leur femelle préparée comme lu Heur mâle de la 

et 3 coupés en partie, I nul is qu ; le- - m al - 1 el » - • ■ 
naturelle. 

Fig. 9. Gyné. ille- earpellaircs, o plus développées, deviennent 



deux fnftn aux, oo. 

Fig. 1 I . Un pistil un peu plus avancé coupé longitudinalement par le milieu et laissant 

voir l'mt -es avec un ovule, o. 

Fig. 12. Les deux ovules collatéraux d'une même loge insérés sur l'axe et réduits encore 

au nucelle, ?j, qui se dirige vers le haut de la loge. 

par la sec ; v<\ deeoup< - >. cl plu-; extérieurement par la pri- 

mlue dont une partie est détruite, vers le point ou se lait l'èpatèsteëifiteni tarOn» 
culaire, ex. 
Fig. iî Ovulo plus âgé encore chez lequel le nucelle, it, s'allonge en dehors du micro- 
pyle. 



coiffés de leur obturateur, ob. 
Fig. 17. Feuille très jeune encore accompagnée de ses deux stipule?. ;, i 
développées qu'elle. 

Anisone.ua sp. - Herb. bêlèsS. 



dedans en dehors 



EXPLICATION des PI WUIIs 

Fig. 23. Une étamine entière : a, anthère ; /, filet, 
Fig\ 24. Diagramme delà fleur mâle. 



CnLMEIROA KIXlfOLIA RO 

. 26. Pistil très jeune, au sommet duquel on v 
sous forme de lames aplaties et (lt ; ooupôos. .s 
disque hypogyne, d, commence seulement à si 

. 27. rieur femelle adulte coupée longitudinale 





Hv.e.wnciik (ii.oiîos.v Laml). (Toxic.odkndhun 


Flg 






folioles intérieures, si. 


Fig 




Fig 


31. La même (face intérieure). 


Fig 


3 2. Pollen. 


Fig 


33, 34 et 33. Diagrammes divers de fleurs mâles 






Fig 


36. Coupe longil locataire mool 




leurs graines portées sur Taxe, a, dont est bien distinct 




touilles earpeliaires. Le mésocarpe subéreux, ni. se 


Fig 




Fig 


38. Coupe longitudinale de la même graine montrant 




c, embryon; />, périsperme. 


Fig. 


39. Diagramme de la fleur femelle: le calice est en qu 



e péricarpe forme par It 



PLANCHE XXIV. 

GLOCHIDION RAMIFLOKI'M Fûl'St. — Hoi 



dans une même toge. Collatérales d'abord. 
' superposées; elles sont très inégale* e 
cuvée-, l'une, enveloppée par le légume 
ryon ; lautre, fc, qui n'est 



PLANCHES. 

6 et 7. Les deux mêmes graines vues de l'autre côté ; mêmes lettres. 

8 et 9. Les deux embryons contenus dans les graines précédentes, dans leur position 
respective ; ils sont aplatis et concaves pour se façonner à la forme de la cavité 
séminale. 

Agyneia impures Vent. — Herb. Ventenat. 

! 0. Une des folioles du périanthe en face de laquelle se trouve un appendice glan- 
duleux, g, superposé. 

L'androcée vu par sa face inférieure. Son support commun a été coupé en a, et 
î reste que l'espèce de chapeau qui porte les anthères à sa face inférieure. 
Fleur femelle dont le périanthe est coupé en c. C'est dans la concavité que poi te 
le sommet de l'ovaire que se trouvent les styles. 
. 13. Une graine vue par son angle interne; son hile, h, forme une dépression très 
étendue. 

s'insérer dans la cavité indiquée dans la figure \ 

phitrope, car son micropyle, m, est assez éloigné du hile. Une portion des téguments 



Phyllanthus (oxalistylis) Kunthiana. — Herb. Houllet. 

Fig. 15. Fleur mâle dont le calice est coupé en c , on y voit le disque, g 
colonne androcéenne qui se prolonge en pointe, au-dessus des anthères. 

Fig. 16. La face supérieure de l'androcée de la fleur précédente ; entre h 
voit le prolongement, a, de la colonne androcéenne. 

Fig. 17. Fleur femelle présentant le périanthe, p, le disque continu, g, et v 

Fig. 18. Portion stigmatique d'une des branches du style, analogue à celle 
Fig. 19. L'ovaire, dont une loge est ouverte, pour montrer les deux ovules 
coiffés d'un obturateur commun, ob. 

Emblica officinalis Gsernt. (Phyllanthus emblica L.). 



Fig. 22. Diagramme d'une 

superposées (herb. Delessert). 
Fig. 23. Fleur femelle : les styles sont coupés à 



EXPLICATION DES PLANCHES. 45 

KlRGANELlA PHYLLANTOIDES II. P. 

alternes avec les élamines. De celles-ci, deux sont grandes, et. deux petites, et", et 

une intermédiaire et'. 
Fig. 26. Diagramme de la fleur précédente; les étamines y sont d'une tailla proportionnée 

à la longueur de leur filet. 
Fig. 27. Fleur femelle. 

Cicca. chinensis (Bradleia swensis, H. P., Desfont.). 

nâlo, passant par l'intervalle de deux sépales et 
de deux étamines. Un disque glanduleux, g, entoure le pied de celle-ci et s'élève 
même aune certaine hauteur autour d'elle. 
Fig. 30. La base de la fleur mâle, montrant le disque, g, lors de son entier développe- 

Fig. 31 . Une étamine vue par sa face externe. 
Fig. 22. Diagramme de la fleur mâle, 
Fig 33. Diagramme de la fleur femelli 
étamines, superposées aux sépales. 

Drypetes sessiuflora Valil. (Liparene Poit ). — Herb. Mus. 
Fig. 34. Fleur mâle triandre. Les étamines sont inégales, superposées à trois des sépales 

35. Coupe longitudinale du disque central de la fleur mâle montrant l'insertion des 
filets staminaux au pied du disque qui est échancré pour loger leur base (en b), et qui 
est apiculé au milieu, a. 

36. Une portion de ce disque vu d'en haut: ss, les filets staminaux logés dans les 



37. Fleur femelle dontl e calice est coupé en c:d, disque hypogyne ; ov, ovan 
à une loge, comme il arrive le plus souvent, avec le stigmate, s, échancré d'un 

38. Coupe longitudinale d'une fleur femelle à pistil biloculaire ; le calice, < 
coupé ; d le disque ; o, un ovule laissé entier dans chaque loge, tandis que 1 
râleur, ob, commun aux deux ovules, a été coupé par 1 



Fig. 39. L'ovaire représenté fig. 37, coupé horizontalement, just 
dont on voit les exostomes, c, renflés en caroncule. 

Fig 40. Deux ovules d'une môme loge, ov, coiffés de l'obturateur c 
même un peu inférieurement dans leur intervalle. 



PLANCHE XXV. 



i-dessus des ovules 



/|f> lAN.lf.ATION DES PL A 

Fig. 2. Deux étamines jeunes: les anthères encore 
Fig. 3. Une étamine au m; 



Fig. 4. Un des pétales vus par sa face interne; à son pied se voit la glande, g. 

Fig. 5. Un des trois appendices du centre do la fleur mâle. 

Fig. 6. Diagramme de la fleur mâle : les élamines et les trois corps du centre, C, sont su- 
perposées aux sépales et cinq glandes, g, sont superposées aux pétales. 

Fig. 7. Coupe longitudinale d'une fleur femelle : l'une des loges est ouverte et laisse voir 
un de ses deux ovules, o. 

Fig. 7. Diagramme de la fleur femelle; autour de l'ovaire se trouve un disque continu, d. 

Fig. 8. Ovule grossi, coiffé de son obturateur, ob, 

Fig. 9. Une des feuilles avec deux stipules latérales, |j ; a l'aisselle est un pédoncule 
floral, p. 



Fig. 12. Fleur mâle dont le 


calice est coupé en c ; en 


alternes avec les sépales et 


la colonne androcéennese 


versée pour porter les deu 


x anthères, a. 


Fig. 13. Diagramme de la fit 


sur précédente ; les deux 



PsEnuNTnrs pimeleoibes Sieb. — Coll. A. Cunn. 

nâle dont le calice est coupé en c. 

s deux loges peuvent comme ici ne pas è 
t à la môme hauteur. 

loge et affectait la forme d'une anthère de Malvacée. 
Fig. 19. Surface grossie d'une portion de l'anthère pour en montrer les saillies. 
Fig. 20. Fleur femelle dont le calice est coupé en c. 
Fig. 21 . Ovules d'une môme loge^ coiffés d'un obturateur commun, efc, et situés un 

Ceramanîhus gracilis Hassk. - Coll. Zoll. et Mor., n. 1113. 
Fig. 22. Fleur mâle dont le calice est cOupê en c: le disque, d, forme uhe enceinte c 

tinuequi cache presque tout l'androcée et ne laisse voir que son sommet en cl. 
Fig. 23. La même fleur, dont on a coupé le calice en c el le disque en d. 
Fig. 24. Portion de la fleur fean Ile - mot lu pist I, sf - >rl également par l'ouv 



PLANCHE XXVI. 

Cvrxm Miauvruoi;^ v Mïc.uanthi:a uexam.ka Hook. K. Mickanthe.v ericoiues H. 

iionDesf.). 
Fig. 1 . Diagramme de la fleur mâle. Au centre, le disque dont les trois branches : 

superposées aux sépales extérieurs. 
Fig. 1. Bouton de la fleur mâle, large et plat au sommet. 
Fig. 3. Même bouton dont on a enlevé les sépales extérieurs en ss et un des sépales it 

rieurs s'; ce qui permet de voir la position relative des étamines. 
Fig. 4. Une étamine avant l'anthèse. 
Fig. 5. La même, après l'anthèse. vue par sa face externe. 
Fig. 6. Grain de pollen. 
Fig. 7. Le corps glanduleux central, lors de l'anthèse; à sa base sont conservées les 

gines de trois filets staminaux, ff. 
Fig. 8. Fleur femelle à l'état de bouton étroit et long, différent du bouton mâle. 

Fig. 10. Coupe longitudinale d'une fleur femelle : si, sépales inlérieurs, d, disque hy 



EXPLICATION DES PLANCHES. 

Diagramme de la fleur femelle ; bb, la feo 





le disque hypogyne. 


Fig 


4 2. JeuDe pistil; une des loges ouverte laisse voiries deux ovules parvenus à peu 




près au milieu de leur évolulion anatropique ; ils tournent leur micropyle. m. directe- 




ment en dehors l ; au-dessus d'eux on voit les deux obturateurs, o, qui ne sont pas 




encore arrivés au contact, et au-dessus de ceux-ci, sur la ligne médiane, la fente verti- 




cale. U qui résulte du rapprochement incomplet des bords de la feuille carpellaire. Le 




disque hypogyne, d, commence seulement à se développer. 


Fig 


13. Pistil plus âgé. Par la solution de continuité pratiquée dans la paroi extérieure de 




la loge, on voit, que les ovules, o, ont accompli leur évolution anatropique et que les 




obturateurs, oh, sont venus à leur rencontre. La fente, f, n'est plus indiquée que par 




un trait vertical. Le disque, d, s'est développé davantage. 


Fig 


14. Deux ovules vus de profil, avant que leurs obturateurs, ob. ne les aient ren- 






Fig 


1 5. Un obturateur arrivé à son entier développement ; son bord inférieur est frangé. 


Fig 


16. Une portion du bord frangé de l'obturateur, grossie et formée de longs tubes; à 




leur intérieur sont des granulations vertes. 


Fig 


17. Une feuille 1res jeune. Son lobe médian, l, apparaît le premier, puis les deux 




latéraux, //', et plus tard un des petits lobes extérieurs, l", qu'on a regardés comme 






Fig 


4 8. Une feuille entièrement développée ; les lobes latéraux plus jeunes, I", ont été 




pris pour des stipules : t, section du rameau. 




Micranthea ericoides Desf. — Herb. Mus. 


Fie 


19. Diagramme de la fleur mâle. Les étamines superposées aux sépales extérieurs 



oiwicui wuieb ei le uisque centrai a ses trois lobes superposés aux sépales 
Savia sessiliflora W. (Croton sessiliflorum Sw.J. — Herb. Juss. 
Fig. 20. Diagramme de la fleur mâle. Les pétales très étroits sont figurés en pp ; le 

disque circulaire en d. En dedans de lui sont les étamines et tout à fait au centre le 

pistil rudimen taire. 
Fig. 21. Un des pétales, long, étroit et d'apparence glanduleuse. 
I'ig. 22. Une des étamines vue par sa face interne. 



Actephila (Savia actephila Hassk.). 




Fig. 24. Un des pétales, 'court, arrondi et plat. 




BlSCHOFFIA ROEPERIANA DeCSlie (MlCROELUS RŒPEBIANUS Wigllt. 


t Ara.). 


Fig. 2o. Diagramme de la fleur mâle. 




Fig. 26. Préfloraison du calice très jeune. 




Fig. 27. Coupe longitudinale de la fleur mâle. Les étamines sont extrorse 


, cachées dans 


la concavité des sépales ; d, le corps central. 




Fig. 28. Une anthère vue par sa face externe. 




Fig. 29. Diagramme de la fleur femelle. Le calice est supposé avoir cinq 


rpal( .-, d'apn > 


l'apparence des cicatrices que laisse sa chute sur les échantillons que 





. 30. Fruit coupé 
dedans et le micropyle, m, en haut et en dehors ; h, le hile. 



Fig. 33. Diagramme de la fleur mâle: d glande du disque. 
Fig. 34. Fleur mâle coupée longitudinalement. 

Fig. 35. Fleur femelle : s, calice d, disque A la hase du pédicelle se trouvent des brac- 
tées, cal, auxquelles on a donné le nom de calicule; elles peuvent être fertiles. 

obturateur commun, ob. 
Fig. 37. Un des deux ovules d'une loge; l'obturateur, ob, coupé en deux , coiffa d une de 

entre les deux ovules ; les deux autres, si, s'enfoncent dans leur micropyle. 



Fig. 41 . Diagramme de la fleur précédente : g, glandes du disqtoe. 

Fig. 42. Une des glandes bilobées. 

Fig 43. Le pis ssé seul en dedans du périanthe 

Fluggea xerocarpa A. Juss. ? 

Fig. 4 4. Diagri ■ : d, disque hypcgyne. 

Fig. 45. Ovule amphitrope ; le funicule s'allache au hile h, relié au 
court raphé saillant r. 



î fortement réfléchie [ 



. 4 3. Portion centrale de la fleur femelle; on n'a laissé qu'u 

du corps central, pr. 
. 49. Diagramme de la fleur femelle : p, pétale; d, disque. 

50. Un fruit où le dos de chaque loge présente ure sorte < 



EXPLICATION DES PLANCHES. 

PLANCHE XXVII. 

Lebidiera ferruginea (Amanoa Thw. mss.) — Herb. Perad., n. 2407. 

3 fleur mâle: s, calice; p, corolle: d, disque. 

»upé; les pétales très petits, p, sont appliqués s 
= uum ies cinq gianaes, <*, font saillie dans leur intervalle; et, étamines e 
le pistil rudimentaire, pr. 
Fig. 3. Pétale isolé. 

Asterandra cornifolia Kl. (Payllanthus cornifolius K.). — Herb. Kunth. 
Kig. 5. Fleur mâle dont le calice, s, et le disque, d, sont coupés à leur base: ft, les a 

thères supportées par une colonne centrale. 
Fig. 6. Coupe longitudinale de la fleur mâle : s, calice coupé; d, disque; a, androcée. 

Hemicycua sepiaria W. et Arn. — Herb. Wight propr., n. 940. 
'ig. 7. Fleur femelle coupée longitudinalement : s, calice coupé; d, disque ; dans la Io ; 



Hemïcyclia Gardneri Thw. — Herb. Perad., n. 2121. 
Fig. 8. Ovules collatéraux, ov, coiffés d'un gros obturateur commun, ob : le somm 
celui-ci e?t coupé obliquement pour laisser voir les exostomes et les petits bout 
cylindriques que l'obturateur envoie dans leur intérieur. 

WlLLIAMIA PRUINOSA (PhYLLANTHUS PRUINOSUS Popp.) — Coll. Popp. 

Fig. 9. Bouton mâle dans lequel on voit que la base épaissie des sépales porte de 

prolongements ou éperons, j>. 
Fig. 10. Fleur mâle dont le calice est enlevé: d, disque; et, anthères portées sur 



Zvgospermum zeilvmcum Thw. — Herb. Perad. 
Deux graines collatérales vues par leur angle interne. Au-des 

Gynoon (Phyllastiius sp. Miq.].— Coll. Metz. 
Fleur mâle; les trois anthères, an, sont surmontées de proloi 
Fleur femelle dont le cnïieo i .-' i , nq divisions, s, qui ca 



l'jg. 1 1. Coupe longitudinale de la (leur précédente: s, calice 
surmonté d'un gros style, §f, à cinq lobes. 
Glocbidionopsis sericea Bl. (Glocuidion SERICEIM Ha 

Fig. 16. Fleur femelle ; le calice avait deux divisions, dont ui 
l'ovaire est triloculaire. 

Fig. il. Graine encore jeune et complètement déformée p; 



8. Portion du perianllie d'une lli 


ïOT femelle; l'ovaire a i 


sépales; p, pétales auxquels soi 


it superposées les lames 


Sinon» a„,c 


ANS BL - Herb. Ley. 


9. Fleur mâle; au milieu l'androc 


éc entouré par le rempart 



Scepa? (Leiocaupus fhuticosus Bl.). —Herb. Leyd. 

Fig. 23. La plante de l'herbier de Leyde, qui porte le nom de L. fruticosus dans les c< 
lections du Muséum, appartient aux Scepa ou aux Lepidoslachys. Les deux étamir 
de la fleur mâle sont superposées à deux sépales. 

Hymenocardia lyrata Tul. - Coll. Heudelot, n. 581. 

Fig. 24. Fruit dont une loge, /, est entière, tandis que l'autre ouverte laisse voir 
graine, g; les ailes, a, se sont développées à droite et à gauche, [et le style, : 
se divise en deux branches papilleuses : uiferieuremcnt le pénanthe, c, persiste. 

Hymenocardia acida Tul.— Coll. Heudelot, n. 770. 
Fig. 25. Portion d'un jeune pistil montrant une loge ouverte qui contient deux ovules c< 
latéraux, ov, coiffés d'un obturateur, ob ; au-dessus se forment les ailes, /. 

.-Egotoxicum punctatum Buiz. et Pav. — Coll. Gay. 

Fig. 26. Diagramme d'une fleur mâle : s, calice; p, pétales; e, étamines: d, disqu< 
pr, pistil rudimentaire. 






si y le inilérhi, st. 


lice coupé 


; et, stai 


(.oupe longitudinale 
are longit 


de la Heur 


i!io"'d 


s des deux ovules collatéraux et 


coiMésd 


Un des poils éoailleir 


t de l'ovaire vu par 



(r^b, 



-r- 






" 



3 



;ô 



j(«OT)- 



o^ 



Pi 



i 



il 






à\ 





i< 



w& 



Wjfe 




-> 



*i* mm>r. 






£ J , 



»C ■' -t? 



g 

c 



W) 




r 



y>-3 



« • 












î 



• 'fi ' 






^ 



^O 






«W I 



y . 






\ 








" 



@fe 



' Q£>< 



op. 







1 ? ! > 






n>. 



**J*ér ^V ,y^*' 



^J„ 



'Jlituv. 



— 






. 1 

o 






H§ 




mttr- 



J IV., 



■(m 









a 



a 



I 

"SX . 

i m ) 









1 



.:, 



I 



n* , . 



"H7 






t 



{ <■*.) 



i 



' 



■ > 






?Wfa^ -' 



mm 

f r 



>_ 



' S 




tw 






" % 



u 
















3* 

Va 



IV 









m 



f 



m 



m:m 



m 



V I 



F/ 






^-4/1 




& 




:j^^ 



m 






sr u 



! \\ 



a . S - 1 






; y y 



s 




fli 



ïtom, . 'i% 













F* 






1 îi 






s -j-e 



ç\ '■ c: ' ■ \ 



n 



5:0 














$>'.* 






( 












i-iii 



v-&v> 



\[ 



JJ 






.^ 



i y)i 



" 







\:^/ 



Ék 






& 



\' 






^ 



« 









S _ L- J 




Librairie VICTOR MASSON. 



produits de ces organes; Thèse soutenue le 16 décembre 1856, par le 
docteur H. Bâillon, in-4 2 fr. 

>AYER(J). — Traité d'organogénie comparée de la fleur. Paris, 

1857, 1 vol. grand in-8, avec un atlas de 154 planches gravées en 
taille-douce. 2 vol., demi-reliure maroquin, les planches montées sur 

on ê lets 160 fr. 

'ÀYER J . — Éléments de botanique. Paris, 1857, première partie, 
Aie. 1 vol. grand in-18 avec 600 figures intercalées dans 



i Histoire des familles natu- 

p rates .liïmeures. Paris, 1850, 1 vol. grand in-8, avec 

1 1 05 figures représentant les principaux caractères des genres. 15 fr. 

ETTLXUSHAfSKN Constantin d') et A LOIS POKORNY. - Physiotyp» 

piamarum austriacarum. L' Impression naturelle appliquée à la re- 

i les plantes vasculaires et particulièrement à celle de 

leur nervation. 500 planches in-folio et 30 planches in-4. Imprimé aux 

mprimerie impériale et royale d'Autriche. Vienne, 

L in-folio et 1 vol. in-4 700 fr. 

FEE A I A - «.moire sur la famille des fougères.- I» Mé- 

- — 11 Mémm : Acrostichées. 
vol. grand in-folio, avec 64 planches lithogra- 

76 fr. 

Pleurogrammées et Antrophyées, 

1852 I vol. in-folio avec 5 pi 16 fr> 

Beaem ««;,..,„,. des genres de la famille 

desPoLYPODUCEEs; 1 vol. in-4 de 50 feuilles de texte et 32 planches 

analytiques, 1850-1852 5k fr 

r 11' et Mil* Wmm ,s Iconographu des es pèces nouvelles décrites 

ou enumérées dans le Gênera filicum. 1855-1857, in-4 avec 27 plan- 

• 20 fr.