Skip to main content

Full text of "Flore forestieI?re de la Cochinchine /par L. Pierre."

See other formats


FLORE FORESTIERE 



DE LA 



COCHINCHINE 



PAR 



L. PIERRE 

DIRECTEUR DU JARDIN BOTANIQUE DE SAIGON 



OUVRAGE PUBLIE 



SOUS LES AUSPICES DU MINISTERS DE LA MARINE ET DES COLONIES 



/f^ FASCICULE 






Mo. Bot. 



PARIS 



OCTAVE DOIN, EDITEUR 

8, PUCK DE [/ODEON 



FLORE FORESTIERE 



• P5"Y „ 



DE LA 



COCHINCHINE 



L. PIERRE 

DIRECTEUR DU JARDIN BOTANIQUE DE SAIGON 



OUVRAGE PUBLIE 

SOU- LES AUSPICES DU MIX 1ST ERE DE LA MARINE ET DES COLON 



PARIS 

OCTAVE DOIN, EDITEUB 

8, PLACE ME L'OWSffll 



MAGNOLIACEES 



MAGNOLIA DLPERREANA Pierre 



Habile le sommel de knang-Repceu, dans la province de Tpong. (Herb. Pierre, n. 749.) 
Tres glabre el glauque. Feuilles oblongues on elliptiques, longuement petiolees, legerement cuneiformes a la 
base, arrondies an sommet on sonvent emarginees, entieres, coriaces; nervation secondaire reliculee et accentuee 
sur les deux faces. Fleurs monoiques, terminates, solitaires et blanches; perianthe compose de huit folioles : la pins 
exterieure est bracteiforme et verdatre; les autres, de pins en plus petites et epaisses, oblongues, obovees et peta- 
loides. Receptacle court, conique, a sommet nu et arrondi dans les fleurs males. Elamines formant quatre rangees 
spirales a lilets plus courts que leurs antheres. Fruit globuleux et ligneux dont les carpelles, rapproches ou sou- 
des, sonl libres a leur extremity stylaire, dehiscents a ce meme sommet dans une courte etendue et suivant toule 
leur parlie ventrale ou interieure. Graincs 1-2, altachees a un long filament, echancrees dans la region du hile, 
aplalies et entourees d'un arille generalise et pourpre. 

Arbre de 25-50 metres, se depouillant de decembre au mois d'avril. Tronc lisse et blanchalre, ayant un diametre de 25-50 cent. Stipules 
soudees a la base du petiole, caduques, purpurincs, tongues de 1 cent. Feuilles poncluees, brillantes a la face superieure, glauques et purpu- 
rines dans lejeuncage: petiole long de 2-4 cent.; limbe long de 15-22 ccnl., large de 7-10 cent. Pedoncule naissant en meme temps que les 
feuilles, quelquefois lateral, a peine accrescent dans b fruit, long de 5-5 cent. Foliole du perianthe la plus exterieure, tongue de 25 millim., 
slriee longitudinalement; foliole la plus interieure longue de 20 millim. Etamines longues de 12 millim. Antheres subinlrorscs, a connectif 
legerement apieule. Fruit compose de 9-12 carpelles, long de 5 cent., haut de G cent. Le sommet des carpelles presente, apres la dehiscence, 
deux lubes en forme de comes recourses laleralemcnt. Graines longues de 1 cent., larges de millim. Arille epais, huileux. Tegument 
exterieur (testa) ligneux, dur et ooiraire, perfore vers la region cbalazique. Un deuxieme tegument Ires mince et membraneux separe le pre- 
mier de ('albumen. Celui-ci, epais el huileux, remplit toule la cavile de la graine et enveloppe un embryon tres petit, dont la radicule 
confine au micropyle, et dont les cotyledons ovales sont ecarles. 

Obs. — Cette espece est remarquable par ses fleurs monoiques, par son receptacle tres court et par la dehiscence 
de son fruit dont les carpelles s'ouvrent du cote de l'axe et suivant la ligne ventrale. Je ne connais pas ses fleurs 
hermaphrodites ou femelles. D'apres le mode de dehiscence de ses carpelles on pourrait la comprendre dans le sous- 
genre Talauma. Mais on ne connait encore aucun Magnolia a fleurs polygames dont le receptacle soit aussi court 
ou dont les fruits soient comme stelles. Je propose done de la ranger dans un autre sous-genre que j'appelle Kmeria. 

C'est un arbre tres ornemenlal. Ses graines perdent rite leur propriele germinative. Son bois est blanc, leger, 
facile a travailler et est utilise pour planches, boiles, cercueils, canols, etc. 

On dit ses feuilles preconisees conlre la colique et les crampes d'estomac. Son ecorce passe pour febrifuge. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU MAGNOLIA DUPERREANA Pierre. 



PLANCHE i. 

Rameau florifere et fruclifere. 

1. l a Foliole d'une jeune fleur, la plus exlerieure 1 ,. 

2. a 2 mc foliole du perianthe 1 . 

3. a — — 

4. a — - I 

5. Foliolcs a, b, c, d, les plus interieures d'apres leur ordrc d'inserlion. 

6. Fleur privee de ses foliolcs moins 3, pour monlrer la forme du receptacle d'une fleur d*. Le sommet de ce receptacle est nu. 

7. Etamine vue du cole interne. 

8. Fruit apres la dehiscence des carpelles. 

9. Graine \ munie de son suspenseur tubule. 
40. La meme, privee de son arille. 

11. Coupe vcrticale d'une graine; a, arille; b, testa ou tegument exlerieur; c, tegument interne el mcmbrancux separant 1c testa de 
l'albumen; d, albumen; e, embryon. 




L hr,T. ol ':. h 



MAGNOLIA DUPERREANA Pierre. 









MAGNOLIACEES 



MAGNOLIA BAILLONI Pierre 



Assez frequent a une altitude de 3-600 metres dans les montagnes kereev et Aral, de la province de Sarnron- 
tong; dans celle de knang-Repoeu, de la province de Tpong, et dans celle de Camchay, pres kamput. (Herb. Pierre, 
n. 730.) 

Jeunes rameaux, stipules et jeunes feuilles d'un roux tomenteux. Feuilles oblongues, lanceolees, a base cunei- 
forme, a pointe obtuse; entieres, coriaces, brillanles et a nervation reliculee sur les deux faces; complement glabres 
avec l'age ou legerement pubescentes a la face inferieure; petiole long, grele, canalicule, dont la base porle une 
cicatrice stipulaire tres reduite; fleurs solitaires, naissant aux axes privees de feuilles; pedoncule muni en bas d'une 
braclee caduque, de meme longueur que le perianthe; carpelles indefinis, presses sur un receptacle fusiforme, et 
pubescent; gynophore allonge, strie; ovules 5 descendants, anatropes, a micropyle tourne en dehors et en haut; 
style a sominet grele et caduque. Fruit oval-oblong, charnu et de meme consistance que celui des Anones. Graine 
arillee. 

Arbre de 20-50 metres. Tronc grisatre dont ie diametre atleint de 40-60 cent. Stipules Lineaires, lanceolees, tongues de 4-7 cent. 
Feuilles longues de 8-22 cent., larges de 45-70 millim., soyeuses dans la jeunesse, de forme souvenl elliplique; petiole long de 2-5 cent. 
Pedoncule long de 1-5 cent.; gynophore long de 5-8 millim. lomenteux. Fruit pubescent, legerement ponctue, haut de 6-8 cent., large de 
45 millim., con tenant dans sa masse charnue des granulations pierreuses, et ne conservant, apres desagregalion, que les nervures dorsales 
des carpelles. Graine suspendue par un funicule assez long; arille comptel; teguments doubles, dont Fun, I'exteneur (testa), est epais et 
ligneux; I'autre, silue enlre le testa et l'albumen huiteux, est membraneux. Radicule supere. Cotyledons ecartes, separes par l'albumen. 

Obs. Je n'ai pu comparer le Magnolia Bailloni ail Magnolia Vrieseana //. Bn (Talauma Vrieseana), et au 
M. Glauca (Talauma glauca), especes decrites par Miquel sous la section Aromadendron, du genre Talauma. Elles 
different de la notre : la premiere par ses feuilles, et la seconde par les stipules et le fruit ; toutes deux par le mode 
d'inflorescence. 

Son bois, quoique peu dense, est assez durable. 11 est utilise pour planches, madriers, canots, marches d'outils, 
de sabre, de fusil; pour cage d'elephant, etc. 

On emploie son ecorce et ses racines, dont le principe amer et stimulant est celui de tous les Magnolia, contre 
les fievres, les rhumatismes et les affections intestinales. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU MAGNOLIA BAILLONI Pierre. 

PLANCHE 2. 



A. Rameau fructifere. 

1. Coupe longitudinale d'un Jeune fruit. 

2. — d'un carpellc. 

5. Squeleltedu fruit apres la desagregation de la masse charnue. 

4. Graine avec funicule. 

5. Coupe verlicale d'une graine. 




MAGNOLIA BAILLONI Pi 



IV;s_0 DOIN Edit. 



MAGNOLIACEES 

MAGNOLIA CHAMPACA H. B> 

(Miclielia Champaca L.; Lour. Fl. Coch., 1790, p. 348; H. f. Fl. Brit. IncL, p. 42; Brandis, For. Fl., 3, t. I.) 



Hab. — Espece originate des montagnes de PInde, cultivee en Basse-Cochinchine et dans les pays chauds. 
(Herb. Pierre, n. 189.) 

Jeunes rameaux pubescents. Feuilles longuement petiolees, ovale-oblongues, lanceolees, aigues aux deux extre- 
mites, coriaces; limbe a nervation secondaire tres accentuee sur les deux faces, pubescent en dessous et dans lajeu- 
nesse, bientot glabre. Folioles du perianthe lanceolees, glabres, d'un jaune plus ou moins fonce; etamines terminees 
par un connectif lanceole; carpelles nombreux, sessiles, presses sur un receptacle sub-oblong, pubescents, et contenant 
de 4 4 40 ovules descendants. Fruits presque sessiles, distants ou espaces sur le receptacle accru et spiciforme, 
ovales, grisatres et ponclues, contenant de 1-8 graines recouvertes d'un arille charnu el carmin. 

Arbre de 20-25 metres. Feuilles de 15-25 cent., Urges a la base de 6-9 cent. ; les petites cotes, an nombre de 24-28, sont tres pronon- 
cees et relevees a leor sommet. La fleur, presque toujours solitaire, est tres odoranle et termine un court bourgeon axillaire; elle porle a sa 
base one bractee foliacee et persistante, puis deux bracleoles etagees, dont la derniere enveloppe le perianthe et est exlerieurement d'un roux 
soyeux. Les folioles du perianthe sont, dans l'ordre spiral, an nombre de 12, dans les echanlillons de la varicte cultivee en Cochinchine; 
les plus exterieures sont les pins Urges et portent neuf nervures longitudinales. Ces etamines, tres nombreuses, enlourent un court gyno- 
phore, et out des antheres oblongues beaucoup plus longues que leurs filets lamellenx ou aplatis. On compte an dela de 40 carpelles, dont 
les styles, assez longs, sont recourbes en forme d'hamecon. Les ovules inseres sur deux rangees sont allernes; i!s onl le micropyle lourne 
en haul et en dehors. Le pedoncule fruclifere est long de 15-25 cent. Les fruits, dont le perisperme est quelque pen charnu, s'ouvrent par 
une fente longitudinal*, et ont des graines legerement aplaties, suspendues par un funicule assez long. Le raphe court sur un cote de la 
graine enlre l'arillc et le testa, et vient, apres avoir fait un demi-tour de cercle, aboutir a une perforation (region chalazique) opposee au 
micropyle. Un deuxieme tegument mince et membraneux separe l'albumen huileux du testa. L'embryon supere, beaucoup plus petit que 
1' albumen, a les cotyledons ovales et ecartes. 

Obs. — Cet arbre, de meme que le Borassus flabcUiformis, le Nelumbium spcciosnm, YUnona odorata, etc., 
a du etre introduit en Basse-Cochinchine a une epoque tres reculee, probablemcnt au temps de Fetablissement de la 
religion brahmanique au Cambodge. II meriterait d'etre plus repandu dans les cultures. En effel, e'est un arbre tres 
ornemental et de grande utilite. Ses graines doivent etre semees immediatement apres la dehiscence des follicules, 
car elles perdent tres vite leur propriety gerrninative. II croit bien dans tons les terrains. II est preferable cependant 
de choisir un sol profond et humide, parce que les longues secheresses annuelles de Flnde et de l'Indo-Chine lui 
sont contraires pendant les trois ou quatre premieres annees de plantation. Sa croissance est tres rapide. II commence 
a fleurir a l'age de deux ans. On sait que ses fleurs, tres odorantes, sont recherchees dans toulcs les ceremonies 
ou religieuses ou domestiques, et qu'on en retire un parfum tres suave et de grande valeur. On utilise aussi les 
proprietes toniques et stimulantes de ses bourgeons, de ses racines el surtout de son ecorce, dans beaucoup de ma- 
ladies. Ses graines sont considerees comme febrifuges. 

L'arbre, des Fage de 15 a 20 ans, peut etre exploite pour son bois. L'aubier est libreux, grisatre et tres peu 
epais. Le coeur, dont la teinte est brune, a un grain assez serre; il est strie el susceptible d'un beau poli. On 
l'emploie pour ouvrages de tour, voliges, planches, tables, boites, etc. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU MAGNOLIA CHAMPACA H. Bn. 

PLANCHE 3. 

Rameau florifere. 

— fructifere. 
Portion de feuille agrandie et presentee sur ses deux faces. 

1. Diagramme (1' artiste n'a pas place les etamines dans l'ordre spiral). 

2. Coupe verticale d'une fleur privee de ses bractees et des folioles du perianthe. 

3. Etamines. 

4. 1. Foliole la plus interieure du perianthe. 

5. Graine; a, funicule. 

C. Coupe d'une graine : a, funicule continue entre l'arille b et le testa e par le raphe c; d, perforation du testa ou region chalazique; 
h, tegument membraneux place entre l'albumen i et le testa e; embryon dont la radicule regarde le micropyle/"et le hile. Les 
cotyledons sont separes par l'albumen. 







MAGNOLIA CHAMPACA H.BN. 



JOIN Edit 






MAGNOLIACEES 

ILLICIUM CAMBODGIANLM 

(Hahce, in Trim. Journ. Bot. [1876], 240.) 



Habite le sommet de la chaine cle l'Elephanl (Camchay), vers la parlie meridionale, a une altitude de 900 metres. 
(Pierre, n. 4892) 

Feuilles naissant au nombre de 3-5, an sommet des jeunes rameaux, ou subverticillees, depourvues de stipules, 
courlement petiolees, elliptique-lanceolees, aigues, a base obtuse ou subcuneiforme ; epaisses, coriaces, glabres, 
brillantes en dessus, ferrugineuses en dessous. Fleurs axillaires ou fasciculees sur les nodosites des brandies et du 
tronc, a pedoncule allonge; perianthe compose de 18 folioles imbriquees, petaliformes, blanches ou legerement 
rosees, les inierieures plus petiles que les anterieures; toutes charnues et ciliees. Etamines 14, inserees a peu 
pres sur le meme plan, en trois rangees, dont la plus interieure est reduite a deux etamines. Carpelles 13, 
Capsules rougealres. 

Arbre de 8-15 metres, a lute liemispiierique. Bourgeons a ecailles ciliees. Feuilles (petiole long de 15 inillim.) longues de 15 cent., 
larges de 2-0 cent.; purpurines dans le jenne age, odorantes. Pedoncule long de 4 cent. Le perianthe a an diametre de 1 cent,; ses folioles 
sont obovees, concaves. Elamines plus courles que les styles ; filets aussi larges et presque aussi longs que les niillieres subinlrorses. Carpelles 
sessiles sur un receptacle central legerement proeminent. Ovule solitaire d'abord descendant, puis ascendant et inconi pi element anatrope, 
a micropyle exlerieur et legerement lourne en bas. Follicules 12-15 a endocarpc ligneux; styles en forme d'hameeon, reeourbes en bant et ea 
dedans. 

Obs. — Cette espece se distingue de 17. Gri/'/it/iii II. v. e! T., et de 17. mqjus II. F. et T., par le nombre 
des folioles du perianthe, par celui des elamines et des carpelles. Cependant, eomme e'est un caractere tres variable, 
on pourrait reunir ces especes el les considerer com me formes de 17. anisatum. 

Les jeunes fruits, de meme que les feuilles et l'ecorce de 17. Cambodgiamtm, sont tres aromatiques. Son bois 
est peu estime. 

C'est une espece eminernment sociale. Elle occupe a peu pres seule plusieurs vallees de la chaine de TElephant. 
Dans cette region, de meme qu\i Phu Quoc, les pluies, quoique moins abondantes du mois de decembre au mois 
d'avril, ne font jamais defaut. La moyenne de temperature n'y doit pas elre superieure a f5° centigr. 11 sera peut- 
etre possible d ? y cultiver avantageusement les Cinchona sucdrubra, officinalis, et meme la variete Lcdgcriana du 
Cinchona Calimija. Mais les elevations rnontagneuses, si frequenles au Cambodge, conviennent surlout a la culture 
des varietes du cafeier et de Tarbre a the. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DE h'lLLlCWM CAMBODGIANUM Hance. 



Rameau florifere 
— fructife 



Diagramme. 

Coupe vertical e de la fleur. 

Fleur ou line partie du perianth*' a etc enlevee pour monlrer les diamines et lescarpelles, 



Les folioles du perianthe ivpi 

Etamine vue interieurement. 

Fleur reduite a scs carpelles. 

Coupe verlicale d'un carpelle. 

Coupe Iransvcrsale d'une jcunc tige 

e, couclic fibreuse ; <7, vaisseam 

Coupe longitudinale dune jcunc tig 



rnh'i - ,|;,|, s I,. in- nidrc d'insertion de a a ) 



ff, epidemic; I 

KMClues ; f, Irachees del 

— Lettres com me en C. 



3, cellules pierreuses orangees de memo consistance que celles de la mocl 
eroulables ; h t moelle ;*///, cellule de la moelle. 




ILLICIUM CAMBODGIANUM Hanc 



:n ej,( 



DILLENIACEES 



DILLENIA HOOKERI P.err. 



Kspece commune dans les provinces de Tayninb, de Saigon, de Baria, et dans lcs provinces cambodgiennes do 
Samrongtong, de Tpong et de Pusath. (Herb. Pierre, n. 063.) 

Jeunes rameaux, de meme que la face inferieure des feuilles, les pedoncules. les bracteoles et les sepales, 
tomenteux, argent es ou cendres. Feuilles longuement petiolees, oblongues, lanceolees aux deux extremites on sou- 
vent obtuses au sommet, obovees ou echancrees, dentelees en scie et a dents ou extremites des petites cotes gar- 
nies d'une touffe de poils; petites cotes au nombre de 00 a 100. Pedoncules opposes aux feuilles, le plus souvent 
gemines et superposes, aplatis ou triangulares, 2-3 fois plus longs que les petioles et arlicules sous la fleur. Bractee 
et bracteoles pressees sous le calice, foliacees et longtemps persistantes. Sepales charnus, glabres et stries en 
dedans. Petales a base cuneiforme, oboves, ondules, sillonnes de nervures longiludinales, jaunes. Carpelles au 
nombre de 0-7, contenant de 12 a 13 ovules. Graines ponctuees, ovales, brunes, brillantes, portant quelques 
poils dans la region du bile. 

Arbre de 10 a 15 metres, souvent multicaule, et atteignant a peine 1 metre dans les clairieres el les plaines cultivees. Peliole long 
<le 1 a 4 cent., profondement canalicule, muni d'une gaine a la base, a bords presque ailcs. Limbe des feuilles tomenteux sur les deux faces 
dans la jeunesse, devenant, avec l'age, presque glabre a la face superieure, long de 6 a 30 cenl., large de 3 a 14 cent.; cote et petites 
cotes deprimees ou creusees en dessus, Ires saillanles en dessous. Pedoncule long de 2-6 cent., termine par 1 bractee et 2 bracteoles de meme 
consistance, oblongues, obtuses et longues de 2 a 5 cent. Sepales charnus, glabres et sillonnes en dedans de nervures paralleles, longs de 
I a 2 cent. 7-2- Petales membraneux, longs de 2 a 5 cent. Les etamines disposees en 4 series sont supportees par des iilels ronds d'inegale 
longueur : la rangee la plus interieure recouvre les premieres. Les anlheres oblongues out des loges d'inegal developpement et s'ouvrent 
au sommet par deux pores. Le gynecee, compose de a 7 carpelles, a des styles longs, libres et recourbes en dehors. Les ovules sont 
situes sur deux rangees etalternes; ils sont ascendants, anatropes, et leur micropyle est lourne en bas et en dehors. Le fruit, a peine plus gros 
(jue la fleur, conlient par carpelle de 1 a 5 graines. Celles-ci, dans la region du hile, out une concavile ou depression de consistance spon- 
gieuse. Leur premier tegument (arille?), tres mince, est crustace et ponclue. Leur deuxieme tegument (testa) est plus epais et compose de 
couches ligneuses formant des rayons concentriques. On troiiveun troisieme tegument membraneux enlre le deuxieme et l'albumen. Celui-ci, 
de consistance huileuse, remplittoute la cavile de la graine. L'embryon, Ires petit, regarde le micropyle et esl situe de colt' et en dehors de la 
region du bile. 

Obs. — Le DU tenia Hooker i est, je crois, de tous les DUlenia connus, l'espece la moins arborescente. Dans 
les terrains cultives, on la rencontre par louffes et reduile a l'etat de buisson. Sa croissance parait tres lente. 
Son bois est rougeatre, noueux, tordu et tres pen utilise. On en fait des manches d'outils, des clochettes pour 
buffles, des poteaux pour palissade, etc. 

T/est, au point de vue ornemental, une espece destinee a etre tres repandue. Comme elle s'accommode bien 
de tous les terrains, meme les plus ingrats, dans le reboisement des terrains prives d'humus, (die pourra etre 
plantee avec avantage. 



EXPLICATION DE LA FIGURE 1)1 DJLLENIA IIOOKEIU Pierre. 



PLANCHE 5. 



ulemcnt dans leur pari it- supei 
ules de 



Rameau florifcre ct fruclifere. 

Rameau ou Ton voit des lenities obovecs, echancrees ou terminces par une poinlo aigue; 5 

Coupe verticale d'une jeune fleur. Les carpelles soot soudes sur [e receptacle, el libres 

«, anthere vue du cole externe; b, la meme presentee de cole. 

a, coupe verticale d'un earpelle ou les ovules sont vus de cole; b, autre coupe presentanl les deux rangee 

1 ovule * 4 . 

Graine; ft, poils recouvrant lc hile. 

Coupe verticale d'une graine; ft, hile ; ft, tegument externe ; c, dcuxiemc tegument ou lesta ; ft\ troisieme legument de consistence 
membraneuse ; e, albumen; /*, embryon; m, micropyle. 




L.HuqonelJ.Storckl: 



DILLENIA HOOKERI 



Paris _0.DOIN Edit 



DILLENIACEES 



DILLENIA PENTAGYNA Roxb. 

Corom. Plant., I, I. XX; Hock. f. el t., hi. Brit. Ind.. I. 38; Bedd. /•'/. Syb). Madr., I. CIV: Brandis. For. /•'/. XX 
Kniv., For. II. Burnt., I. 21. 



Hab. — Frequent dans les forets de plaine el de montagne a Baria, a Bien-Hoa el a I'ayninh, el dans les pro- 
vinces cambodgiennes de Kamput, Tpong, Samrongtong et Pusath. {Herb. Pierre, n. i>99, 661, 700, 187.') el 2045.) 

Dist : hide peninmlaire; Birnmnie: peninsule de Malacca; Borneo; Java. 

Jeunes rameaux soyeux on presque glabres. Feuilles oblongues, lanceolees dans les jeunes bourgeons el les 
jeunes liges. souvent obovees on a peine acuminees dans les vieux arbres, cuneiformes el nigues a la base, 
pubescentes en dessous; petites cotes de 60-80 dans les vieux arbres, an nombre de 80-120 dans les rejetons on 
les jeunes arbres, terminees par une denl ou mucron. Petiole reconvert par le limbe ou enlierement nu. Pedon- 
cules au nombre de 4-8, quelquefois plus nombreux, naissant sur les rameaux denudes, au sommet de courls 
bourgeons ecailleux el soyeux, arlieules, slries, pubescenls ou glabres. Sepales plus ou moins pubescents ; les 
plus interieurs cilies. Carpelles 5 contenanl -12 a 13 ovules. Fruit a peine plus gros que les fleurs, reduil le 
plus souvent a 3 carpelles el a 1-3 graines. 

Arbre de 25 a 50 metres, atleignant un diamelrc ,le 50 a 00 cent. Son ccorce grisalre lombe par plaques. Feuilles ,les jeunes arbres 
Ionguesde50cenl.a2melres, larges de 7 a 25 cenl. ; elles sent longues de 50 a 55 cent., larges de tO a 20 cent, dans les arbres' ages 
Elles offrentplusde largenr vers le sommet, et sent le plus souvent obovees ou oblnses dans les vieux arbres. La pubescence, variable avec 
Page ct la locality est neanmoins persistant elle se constate memo dans un age avancc, a la lace inferieure, sur la cote, les petites cotes el la 
nervation sccondaire. Les pedoncules mesurenl de 5 a 4 cent. Sepales exlerienra ou glabres ou pubescents sur les deux faces. Pelales oblongs' 
legerement ondules sur leurs bords, longs de 4 cent., larges ,1c 15 millim. famines nombrcuses disposees en irois rangees, donl la plus 
interieure, beaucoup plus longue, recouvre les deux autres. Styles moins longs de moitie que les carpelles. Ovules allernes, opposes par 
leurs raphes, anatropes, el tournanl leur micopyle en debors et en bas. Fruit long et large de 5 a 8 millim. 

On liouvedans les memes localites les varietes de cede espece : 

a. Flavida. Sepales pourpres ct pelales jaunatres. 

b. Albida. Sepales verdalres ct pelales blancbatres. 

c. Indira. Sepales verdalres et pelales jaunes. 

Obs. - Sous le nom de D. Pentagyna, j'ai fail figurer trois etats de vegelalion pouvanl apparlenir a deux 
especes. Fes plancbes 6 el 7 represenlenl les formes, a differents ages, d'une planle cdlivee dans le jardin de 
Saigon, et qui offrent avec le D. Pentagyna les differences suivanles : la nervation est plus line, le petiole est 
loujours nu, el les fleurs sont plus petites. Celles-ci neanmoins n'offrent, comme organisation, aucune difference 
sensible avec celles du D. Pentagyna. La planche 8 est faile d'apres un ecbantillon pris sur un rejeton d'un arbre 
de 15 a 20 melres croissant a la base des monlagnes de Dinh, pres Baria. C'esl exaclement le D. Pentagyna dans la 
jeunesse, alors que le petiole recouvre le limbe, caraclere represent,, dans la planche du colonel lleddome (toe. ril.). 
et que Ion relrouve dans les echanlillons de Wight, n. 22, el du docteur llelebie, n. 297. conserves a hew. 

Le D. Pentagyna aime les terrains siliceux. II demeure prive de feuilles de novembre a avril. La maturile 
de ses fruits a lieu au moment de la reprise de la vegelalion, d'avril en mai. Ses graines conservent longlemps leur 
propriete germinalive. Ses feuilles, de dimension colossale, surtout dans le jeune age, sont utilisees comme couverlure 
dans les constructions passageres. Cost un des plus beaux arbres dm-neiiiem connus. Sa croissance est tres rapide. 

Son hois, gris-brun, a peine rougealrc, est dense. II est iibreux el d'un travail assez difficile. II resiste bien 
aux inlemperies. On Fulilise pour loules sortes de construction ; d convient memo ]>our la marine. On en fait des 
meubles ties eslimes. En Cochinchine, on ne Femploie que pour planches el madders. Fai vu des poleaux. 
enleiies depuis ouzo ans dans un sol humide, lout a fail intacts. 



EXPLICATION DE L\ FIGURE 1)1 DILLENfA PEJSTAGYNA \\ 



PLANCHES 6, 7, 8. 



;au d'uii vieil arbfe. 
m iY inflorescence. 
Coupe verlicale (Tunc ileur. J. 
IV'lale avant l'anthese ''. 

Etamine inlerienre rccouvranl line elamine exlciieure ',' . 
Ovule J . 

Coupe verlicale d'une graine : lnle (,*) , raphe (/•) ; micropyle (m) 
Faille la; tegument ligneux compose <lc laisceaux concenlri 
faeile a isoler tc; albumen Ire* epais, liuilenx (rf); emb 
mimmyle \e). 



; h.'|cn»p\ 
ques tb; 




E.Lelpj d 



LHujonetJ.StorcklitK. 



DILLENIA PENTAGYNA Roxb. 



Pans_0.D0IN Edit. 



Imp. Bec^et, Pans. 




H8HHHBI 


;■■ 








DILLENIACEES 



DILLENIA ELATA Pierre 



Annamite : So ba nui. — Kmer : Pelou pnom. 

Hab. — Tres rare en plaine, excepte dans les forets vierges; assez commun dans les montagnes de Dinh pres 
de Baria; de Chuia-Chang, dans la province de Bienhoa; de Cam et de Day, dans la province de Chaudoc; dans 
celles de Cam-Chay, pres de kamput, et de Kerev, dans la province de Samrongtong. (Herb. Pierre, n. 7G5 et 
2041; Coll. Bois, n. 44.) 

Jeunes tiges rondes, striees et tomenteuses. Feuilles oblongues, retrecies a la base, obovees au sommet, 
obtuses aux deux extremites; tomenteuses ou soyeuses dans le jeune age, bientot glabres ou simplement pubes- 
centes et brillantes a la face superieure, velues et pales en dessous; petites cotes lerminees par une dent soyeuse. 
Pedoncules 6-7, pubescents, naissant au sommet de noeuds ecailleux; bracteoles 1-2 situees a des hauteurs variables 
ou aux soudures des pedoncules, oblongues, obovees, pubescentes et caduques. Sepales oblongs, oboves, pubescents 
et cilies. Petales retrecis a la base, oblongs, oboves. Carpelles au nombre de 5, glabres, contenant de 10 a 11 
ovules. Styles plus courts de moitie que les carpelles. 

Arbre de 25 a 30 metres. Tronc grisatre. Ecorce rouge. Feuilles pressees au sommet de jeunes rameaux et paraissant apres la fleur. 
Petiole nu, engainant la base, tres canalicule, tomenleux, long de 9 a 10 cent, sur les jeunes rejetons, et deo-5 cent, sur les vieilles branches. 
Limbe long de 10-18 cent., large de 8-9 cent, chez les arbres ages, plus developpe chez les arbres jeunes, a peine rugueux, portant de 00 a 
62 petites cotes paralleles, distantes a la base de 1 a 2 millim., et vers le milieu de 6 millim., creusees a la face superieure, elevees en 
dessous et soyeuses. Pedoncules arlicules a des hauteurs variables, longs de 2 a 3 cent. '/*, legerement pubescents. Sepales portant 10 ner- 
vures paralleles, longs de 12 millim., larges de G millim. ; les deux exterieurs sont souvent prives de cils. Petales longs de 3 cent., larges de 
2 cent., membraneux, cuneiformes a la base, oboves au sommet, ondules sur les bords, et portant 20 nervures longitudinales, les lines par- 
tant de la base, les autres de la nervure mediane, toutes s'unissant et formant rescau avant d'atteindre le bord du petale. Les eta- 
mines sont sur 5 a 6 rangees : la plus interieure, recouvrant les exterieures, est composee de 5 etamines allernes avec les styles ; souvent 
la derniere rangee est sterile. Le jeune fruit est pubescent; il mesure 12-15 millim. en hauteur el en diametre. Les graines, brillantes, 
noires, sont tres echancrees vers le hile. 

Obs. — On distingue cette espece du D. scabrella et du P. parvlfolia par la nervation, par la pubescence de 
l'inflorescence, par des fleurs plus petites et par le nombre des carpelles. Cependant, une observation plus attentive, 
possible seulement en les soumetlant a la culture, permetlra un jour d'unir ces trois especes. J'ajouterai qu'elles 
ont pour caractere commun d'avoir le meme nombre d'ovules par carpelle. II est vrai que dans le />. scabrella le 
nombre des carpelles varie de 5 a 7, exactement comme dans le D. parviflora, et que dans le D. elata je n'en 
ai jamais rencontre que 5, malgre un tres grand nombre d'analyses. 

Le bois du D. data est brun rougeatre, et conserve cette coloration a l'etat sec. 11 est peu lourd, fibreux, d'un 
travail assez facile et susceptible d'un beau poli. 11 convient done pour toutes sortes duplications . Les Annamiles 
et les Cambodgiens Femploient pour colonnes de maison, et sous forme de planches et de madriers. lis s'en ser- 
vent aussi dans la construction de leurs jonques et lui reconnaissent des qualites de duree meme dans Teau. Le bois 
de cette espece est plus estime que celui des autres Dillenia. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU DILLENIA ELATA Pierre. 



PLANCHE 9. 

Rameau portant de jeunes fruits. 

— d'un rejcton rapporte avec doute an I), data. 
Portion de feuille augmenlee deux fois. 

1. Je une fruit". 

2. Coupe d'un jeuue fruit 1 (1'artisle a oublie de represcnler les styles;. 

3. Coupe tranvcrsnle d'un jcune fruit. 




DILLENIA ELATA Pierre 



Pans., o. ; 






DILLENIACEES 

DILLENIA OYATA 

(Watt. Cat., 945; Hook. F. Flor. Brit, bid., 56; FL Ind., 70.) 



Espece tres commune dans toute la basse Cochinchine et le Cambodge. {Herb. Pierre, n. 144, 767, 4799. 
2037, 2040; docteur Harmand, n. 296; Pierre, Coll. Bois, n. 362, Cai Cong et n. 113, Phu-Quoq.) 
Distribution: Malacca; Siam; Borneo (Motley, n. 893). 

Jeunes rameaux tomenteux. Feuilles ovales ou ovale-oblongues, acuminees, obtuses et souvent obovees; tres 
obliques a la base, arrondies ou cordees ; ondulees sur leurs bords, ou les pelites cotes sonl terminees par une dent 
plus ou moins aigue; glabres a la face superieure, moins la cote et les petites cotes qui restent, a lout age, tomen- 
teuses sur les deux faces; nervation secondaire parallele sur le premier plan, reticulee sur le second, tres accentuee, 
pubescente ou tomenteuse en dessous. Pedoncule plus long que le petiole, solitaire, terminal d'abord, puis lateral, 
et oppose a la feuille naissant immediatement apres lui, ayant a la base 1-3 bractees et une bracteole vers sa partie 
mediane. Sepales charnus plus ou moins velus exterieurement. Petales jaunes. Carpelles 9-12 contenanl 20-24 ovules. 

Arbre de 20-50 metres. Petiole long de 15-50 millim. Limbc long de 15-28 cent., large de 7-14 cent., remarquable par les variations 
de sa base obtuse, inegale et souvent profondement echancree. Pedoncule long de 4 a 9 cent. Bracteole longuc de 15 millim., oblongue, 
obtuse, tomenteuse, plus grandc que les bractees, et, comme celles-ci, caduque. Sepales ovales, obtus, plus ou moins glabres en dedans, 
cilies, longs de 2 */i a 4 cent., larges de 2-5 cent. Petales ovales, ondules, longs de 6-7 cent., largcs de 5-6 cent., portant de nombreuses 
nervures paralleles, membraneux. Etamines disposees sur 5-4 rangees d'inegale longueur : les plus interieures sont aussi les plus tongues; 
leurs filaments aplatis sont plus longs que les antheres; celles-ci sont reeourbees, poricides au sommet et pourvues d'un mucron. Dans 
les etamines exterieures, les antheres sont plus longues que leurs filets ; elles sont obtuses au sommet ou eehancrees, et leurs loges onl 
une dehiscence longitudinale. Les carpelles sont plus longs que les styles. lis out deux rangees d'ovules anatropes, contigns par leur raphe, 
et dont le micropyle, tournc d'abord en bas et en dedans, sc retourne enfin legeremenl en haul. La primine ne prend pas le memo deve- 
loppement que la secondine et s'arrete, sous forme de plis et de renflemenls, au point ou commence Tanatropie. Fruit ovale haul de 
4-5 cent, sur 3 f /i a 4'/i cent., Ires charnu el jaunatre a la maturite. Graines entourees d'une matiere gelalineuse. presque hippo- 
crepiiormes, brillanles et conformes a celles des especes du genre. 

Obs. 1. — Cette espece, lout a fait distincte, est voisine par 1'inflorescence du D. speciosa. Elle est la plus 
commune de toutes celles qui habitent la Basse-Cochinchine ; on la trouve en plaine et dans les montagncs avec 
des caracteres tres variables suivant le sol. Ses fruits, pendant la saison seche, jouent un grand role dans Palimen- 
lation des populations forestieres. 

Son bois est rougeatre, et on ne saurait distinguer le coeur de Paubier que par le tissu, beaucoup moins dense 
vers la peripheric qu'au centre. Son ecorce rougeatre mesure de 8 a 10 millim. d'epaisseur. Ce bois est legvrement 
plus lourd que celui des autres Dillenia. 11 est d'un travail facile, et convient a toutes sortes de travaux. On Pem- 
ploiepour colonnes, planches et madders. 11 prend un beau poli, et doit convenir a Pebenisterie. Les Cambodgiens disent 
que ce bois est tres bon conducteur du son. Les clochettes de leurs boeufs et buffles sont failes de ce bois. 

Obs. 2. — L'echantillon bois portant le n. 36 dans ma collection pourrait ne pas appartenir au D. Ovata. 11 
differe completement par Pecorce, la densite et le tissu des autres Dillenia. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU DILLENIA OVATA Wall. Cat., 945. 

PLANCHE 10. 

Jeune rameau florifere ct lhiclifere. 
Rameaa fructifere. 

1. Fleur privee de sa corolle ct de ses elamines, presentee de cote. 

2. Coupe vertieale d'une fleur avant l'anthese. 

3. b, etamine interieure plus longue et recouvrant les aulres rangees. Elle est terminee par un mucron comme un Wormia; 

c, etamine des series exterieures. 

4. Coupe transversale d'un jeune fruit. 




L HuqonetJ.StorcklitK. 



DILLENIA OVATA H.F.&T. 






DILLENIACEES 



DILLEXIA ALREA 



l. 92-93; D. ornata, Wall., PI. As. ror., 1, 21, t. 23; Hooker, F. Fl. Brit. India, 1, p. 57; 
Miquel, FL bid. Bot., p. 12. 



Hab. — Assez rare dans les montagnes de Chiao-Xhan, au nord de la province de Bien-hoa. Commune dans 
les montagnes de Knang-Repceu, de la province de Tpong; dans celles de Rancon, de la province de Samrong-tong: 
et dans celles de Tlavac et de Krewanh, dans la province de Pusath au Cambodge. 
Dist : Birmanie, Java. 
Jeunes rameaux soyeux. Feuilles oblongues, obovees ou acuminees, cuneiformes, aigues ou obluses a la base, ere- 
nelees ou dentees en scie avec l'extremite des pelites cotes soyeuses, pubescentes a la face superieure, soyeuses ou 
tomenteuses en dessous et souvent glabres a Tetat adulte. Pedoncule solitaire au sommet de jeunes bourgeons, et 
portant 2-3 bractees caduques a sa base. Sepales oblongs, soyeux exterieurement, pubescents au sommet de sa face 
interieure, cilies ou non cilies. Petales oblongs, oboves, plus ou moins cuneiformes a la base,jaunes. Carpelles 10-18; 
ovules 24-33. Fruit ou entierement glabre, ou plus ou moins soyeux; graines ponctuees. 

Arbre de 8-15 metres, perdant ses feuilles pendant la saison seche, du mois de novembre au mois de mars. Tronc court, epais, noueux. 
Ecorce epaisse, rouge en dedans, blanche a I'exlerieur et tombant par plaques polygonales. Feuilles naissant apres la floraison, tres va- 
riables de forme, ayant nn petiole long de 1 a 4 cent, et un limbe long de 10 a 42 cent., large de 7 a 21 cent. : les plus jeunes sont pourpres. 
Pedoncule soyeux, grele ou epais, long de ■/, cent, a 6 cent, suivant les varieles. Sepales longs de 2-5 cent., et dans le fruit de 5-5 cent., 
presque glabres a l'etat adulte, ou soyeux et monlrant de nombreuses nervures. Petales longs de 2 a 5 cent. »/„ Urges de 2-5 cent., mul- 
tinerves. Etamines d'inegale longueur, formant 6-7 series, dont la deruiere, e'est-a-dire la plus interieure, rccouvre les exterieures et a des 
antheres plus courtes que les filets, ce qui est le contraire dans les autres series. Les antheres sont echancrees au sommet et sont terminees 
par deux pores. Carpelles sondes tres haul sur l'axe, plus courts que les styles. Ovules ascendants, anatropes. Le micropyle, d'abord tournc 
en bas et en dehors, va s'appliquer a la base du funicule el regarde le placenta. Fruit jaunalre a la maturite , haut de 5-4 cent., large 
de 2 7,-5 cent. Graines brillantes, noiralrcs, recouvertes par 5 membranes distinctes. L'exlerieure, poncluee, est Ires mince et crustacee (ariUt). 
Celle du milieu est ligneuse et Ires epaisse [testa) \ ses couches sont concentriques. La troisieme, lout a fait mince et membraneuse, recouvre 
1'albumen sans y adherer. L'embryon, tres petit, hasilaire, occupe Fextremite de l'albumen dans une courbure assez accentuee que termine 
le micropyle. De ce point au cole oppose de la graine, il y a un tissu spongieux, que recouvrenl en partie les teguments : e'est la region 
du hile, et, plus haut, du raphe. Entre le tegument le plus interne et cette matiere spongieuse, il y a un canal ou deuxieme ouverlure 
aboutissant a un cul-de-sac semi-circulaire qui doit etre la chalaze, confinant a la partie de 1'albumen opposee au micropyle. Cet espace est 
tres penetrable; il est meme ouvert dans une certaine elendue et correspond avec le canal dont nous venons de parler. Cette conformation 
rappelle la graine de certains Magnolia ou Fheteropyle et le micropyle ne sont pas situes a un pole oppose, et ou le triangle qu'on peut 
inscrire entre ces points est beaucoup plus petit. 

Obs. — Cette espece est, dans mon herbier, representee par un tres grand nombre d'echantillons offrant les 
caracteres suivants : 

Variete a : Blumei. — Feuilles acuminees ou obovees ; pubescentes et enfin glabres. Pedoncules de l-o cent., 
greles. Carpelles 40. Ovules 26-33. Colbert ia obovata, 1)1. (Planche XII.) 

— b : Kurzii. -— Feuilles obovees, soyeuses en dessous, pubescentes ou presque glabres a l'etat adulte. Pe- 

doncules 1-3 cent, greles. Carpelles 12-13. Ovules 24-26. Dillema pulcherrima, Kurz., Fl. Brit.; 
Burm., 1, 19-20. (Planche XIII.) 

— c : Harmandii. — Feuilles obovees, legerement obtuses a la base, tomenteuses en dessous. Pedoncules 

sessiles ou longs de 1-3 cent. % Carpelles 15-18. Ovules 23-20. D r Harmand, n. 1321 . (Planche XI.) 
Obs. — Je n'ai pas tenu compte des dimensions des feuilles, de la grosseur ni du degre de pubescence des 

fruits a la maturite, car ces caracteres sont tres variables sur les echanlillons provenant des memes arbres. 
Je connais pen le bois de cette espece. II est rouge, et les Cambodgiens disent Femployer pour auges, mortiers, 

moulins a riz, etc. 



EXPLICATION DE LA FIGURE BU DILLENIA AUREA. — Var. HARMANDII Pierre. 

PLANCHES II, 12, 13. 

A. Branchc fructifere. Les fcuilles y sont developpees et ont rejete de cole le pedoncule. 

B. — florifere ou les feuilles commeneent a apparaitre, et alors rejettent le pedoncule de cote. 
£f t — plus jeune, ou les feuilles sont encore enroulees. 

Coupe verticale d'une fleur. 

Sepales a, b, c, d, e, dans leur ordre d'insertion. (L'arlislc a oublie de rendre les polls qui les recouvrcnt exterieurement.) 

Pelale avant l'antliese a, b. 

Etamine de la serie interieure. 
— des series extericurcs. 

Section d'un carpelle. 

Ovule apres son evolution. 

Graine J . 

Coupe verticale d'une graine \ : f; bile; m, micropyle; a, tegument extcrne; b, T 6 tegument de consistence ligneuse; c, 3 e tegu- 
ment de consislance membraneuse; cl, albumen; e, embryon; r, raphe; h, region chalazique. 
10. Coupe verticale d'une graine ou l'albumen et l'embryon ont ete enleves, atin de faire voir la cavite h, extremite de la chalaze, et 
ou se trouve unc legere perforation ou heteropyle. 




E.Delpjdel. 



DILLENIA AUREA SM. VAPv. HARMANDII Pierre. 



Pans_O.DOIN Edit. 



mp.Beccpet.Pa- 




DILLENIA AUREA VAR BLUMEI Pierre. 



?pvis_O.DOIN Edit 



Imp .Beccpet, Pari 




E.Delpy del 



DILLENIA AUREA VAR. KURZII Pierre . 



DILLENIACEES 



DILLENIA BLANCHARDII P, 



Hab. — Commun a une altitude de 100-150 melres sur les montagnes de Dinh et de Chiia-Chang et a Pulo- 
condor. {Herb. Pierre, n. 2042; D 1 Harmand, n. 65o.) 

Jeunes rameaux pubescents. Feuilles stipulees elliptiques, oblongues, aigues a la base, terminees par une courte 
pointe obtuse ou complement obovees, a peine ondulees sur les bords, eoriaces, squameuses et ponctuees sur les 
deux faces. Pelites cotes 24-26, de meme que le petiole et la cole, pubescentes en dessous dans la jeunesse. Pe- 
doncule solitaire portant une bractee vers le milieu, d'abord terminal et bientot rejete lateralement, strie, pubescent. 
Antheres terminees par un connectif triangulaire. Carpelles 7. Ovules 12. 

Arbre de 10 a 15 metres. Jeunes rameaux arrondis, stries. Stipules petites, lombant avant l'epanouissement de la feuille, laissant sur la 
lige et la base du petiole une courte cicatrice. Petiole lacere sur les bords, profondement canalicule ou subaile, glabre a la face superieure, 
long de 1 a 2 cent. y a . Limbe blanchatre apres dessiccalion; sa nervation secondaire, tres accentuee en dessous, est tres espacee; elle est tantot 
parallele et oblique entre les pelites cotes, ou s'arrete entre celles-ci formant un reseau a mail les larges el irregulieres. 11 mesure en longueur 
10 a 14 cent., et en largeur 5 % a 7 % cent. Pedoncule long de 2-5 cent. Sepales oblongs, oboves; les interieurs sont cilies. Petales oblongs, 
membraneux, blanchalres. Etamines libres formant 4 rangees d'inegal developpement; la serie inlerieure, beaucoup plus longue et recou- 
vrant les exterieures, a des antheres plus longues que les filets : c'est le conlraire pour les autres, doiit les antheres sont plus ou moins bien 
conformees. Carpelles soudes jusqu'a la naissance des styles et plus longs qu'eux. Les ovules, opposes par leurs raphes, sont inseres en deux 
rangees alternes sur chaque bord du placenta. Us sont analropes el ont le micropyle tourne en bas et en dedans. On remarque, a la hauteur 
de la chalaze, des le premier moment du renversement de fovule, des plis et renflements qui indiquent que la primine, arretee dans son 
developpement, change de nature et passe a Petal d'arille. Ce fait est propre aux ovules de Unites les especes de Dillenia. Fruit inconnu. 

Obs. — Celte espece est tres voisine du Wormia pulchella Jack. (Mai. Misc. ex Hook., Camp. Bot. May., 1. 

221; Hooker, Fl. Brit. Ind., 1, p. 36.) Elle s'en distingue par la pubescence, par des feuilles plus grandes, par 

le nombre des petites cotes, par la nervation secondaire, par ^inflorescence, par le nombre des carpelles et des ovules. 

On a souvent remarque que les caracteres separant les genres Wormia et Dillenia avaient peu de valeur. En 

effet, les Dillenia meliosmcefolia et D. bractcata ne different en rien comme inflorescence des vrais Wormia. Les 

Dillenia indica, D. ovata, D. aurea, ont d'abord des fleurs terminales devenant laterales et oppositifoliees par le 

simple prolongement de l'axe emettant une feuille au lieu d'une fleur. II en est de meme pour le D. retusa el 

notre D. Hookeri. Quant au caractere poricide des antheres de Wormia, il est aussi commun dans les vrais Dillenia. 

Les antheres, en effet, s'ouvrent a la fois par des pores situes au sommet des loges, et souvent aussi dans toute la 

longueur de ces loges. II est vrai que Tarille qui entoure la graine est plus distinct dans quelques especes de 

Wormia; mais une etude attentive de la graine du D. aurea, par exemple, demontre que Tarille devient plus dense, 

moins epais, presque adherent au tegument externe (testa), qiTenfin, pour chaque graine de Dillenia, il faudrait, si 

Tarille n'est pas admis, compter 3 teguments. Le seul caractere particulier a quelques Wormia, c'est la presence 

d'une stipule opposee a la feuille, adnee a la base du petiole et lombant avant le developpement de la feuille. Ces 

considerations m'ont fait rattacher cette espece au genre Dillenia, en y comprenant les Wormia comme sous-genre. 

Le bois du D. Blanchardi est rougeatre, un peu plus leger que celui des autres Dillenia. II a des usages plus 

restreints, parce que le tronc n'atleint pas plus de 25 a 30 cent, de diametre. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU DILLENIA BLANCHARDII Pierre. 

PLANCHE 14. 

Branche florifere. Le litbograplie a rendu d'une fa§on exageree les dechirures qui s'observent souvent sur lcs bords du petiole. II les a 

faites regulieres et comme den tees. 
Jeunc bourgeon "; a, cicatrice de la stipule opposee a la jeune feuille f, et tombant avant son evolution. 

1. Sepalcs dans leur ordre d'insertion. Les plus interieurs sont les plus larges, a, b, c, d, e [. 

2. Etamines : a J, elamine exterieure ou dcs 3 premieres rangees. Elles sont souvent avorlees ; b, la meme grossic " ; c, partic 

superieure d'une antherc de la rangee la plus interieure. 

3. Fleur privee de ses sepales et de ses petales, montrant l'inflexion dcs etamines interieures sur les exterieures. 

4. Fleur reduite a ses carpelles. 

5. Carpelle ouvert ou les ovules sont un peu rejetes de cote pour faire voir leur ordre d'insertion. 




DILLENIA BLANCHARDII P 



Paris _O.DOIN Edit. 



ANONACEES 



SAGERyEA HOOKERI Pierre 

[Bocagea elliptica, H. f., FL Brit. Ind., 1, 92; Sagerm elliptica, H. f., Fl. hid., p. 94; Uvaria elliptica, A. D. C. in Mem. 
Soc. Genev., v. 27; Wall. Cat., 6470, 7421, 4125.) 



Annamite : Sang may. — Kmer : Thnong. 

Frequent dans les localites elevees ou montagneuses jusqiFa 400 metres d'elevation dans les provinces de Baria, 
Bienhoa, Tayninh; dans File de Phu-quoc; dans les provinces cambodgiennes de Kamput, Tpong, Pusath, etc, 
(Herb. Pierre, n. 616 et 4748.) 

Arbre entierement glabre. Petiole court, epais, chagrine. Feuilles alternes, le plus souvent lineaire-oblongues, entieres, epaisses, co- 
riaces, obliques et obtuses a la base ou arrondies; lanceolees et obluses au sommet; petites cotes 30-40 distantes, pen prononcees, con- 
fluentes loin du bord de la feuille, et reunies par une nervation aerolee, composee de mailles Ires larges et peu accentuees. Cymes axillaires, 
a fleurs monoiques. Pedoncules courts et gros, silues a la base d'une braclee et munis de 5 bracleoles alternes, tous cities comme les sepales 
el les petales. Sepales libres, imbriques, oboves, concaves. Petales inlerieurs plus petits, pins epais et pins concaves que les exterieurs. 
Etamines 9 situees sur nn receptacle ties peu eleve. Antheres Ironquees. Carpelles 8. Ovules 9-10. Baies ovales contenant de 4 a 8 graines. 
Arbre de 15 a 20 metres. Tronc grisatre atleignant un diamelre de 20 a 50 cent. Rameaux gros, cylindriques. Petiole long de 8 a 

10 millim. Limbe des feuilles plus ou moins oblique a la base et presque corde, long de 20 a 55 cent., large de 5 a 11 cent.; cole 
creusee a la face superieure, carenee en dessous. Cymes de 6 a 8 fleurs, dont une seule est ordinairement du sexe femelle. Pedoncule de 1 a 
5 millim. Sepales au nombre de 5, a peine plus developpes que les bracteoles. Petales 6, dont 5 exterieurs plus larges et moins concaves 
que les inlerieurs, sont revetus en dedans de granulations ou rugosites qui sont les sommels des cellules pierreuses du parenchyme. Etamines 
au nombre de 12, lc plus souvent reduites a 9, formant trois series dislinctes au sommet d'un receptacle tres peu eleve et bombe. Les 
antheres extrorses ontleurs loges enfoncees, etquand elles sont infertiles, ce qui existe souvent pour les premieres rangees, leur cole externe 
ou dorsal, au lieu d'etre arrondi, est carene. Dans la fleur femelle, le receptacle est plus convexe. Les baies sont, a la maluiile, longues de 
5 a 4 cent. '/, et larges de 5 cent. Les graines ellipliques, legerement comprimees, ont un sillon circulaire profond, raphe, faisant un 
cercle presque complet, et que recouvre en partie le testa. Celui-ci est ligneux et penetre plus ou moins profondement I'albumen par un 
grand nombre d'expansions lamelleuses. L'albumen rumine est grisatre et de consislance cornee. L'embryon, tres petit, est loge a la base 
de la graine. La radicule regarde le hile, dont la region est entouree de deux corps assez durs reconverts legerement par le testa, et que je 
crois etre un arille incomplet ou modifie. Les cotyledons sont ovales, aplatis. 

BS . — j e crois le genre Sagercea parfaitement distinct, si je considere ses fleurs monoiques ou polygames, le 
caractere imbrique de ses sepales et de ses petales, le peu de developpement de son receptacle, et la forme tron- 
quee du connectif de ses antheres, si differente du prolongement lamelleux qu'on constate dans les Miliusa, les Oro- 
phea et les Bocagea. Cette espece a neanmoins ete placee dans ce dernier genre par M. Hooker (loc. cit.), quoique 
M. Baillon ait surabondamment prouve (Adansonia, 8, p. 166-170) que les especes types (Bocagea alba) et (B. vi- 
ridis (St-Hil., FL Boas merid., p. 42, t. IX) ont des petales valvaires. En ne consultant que la figure du Bocagea 
viridfs, il n'est pas possible de confondre, dans le raeme genre, cette espece et le Sagercea Hookeri. Ce Bocagea 
viridis a tout Faspect d'un Orophea indien par le facies, Finflorescence, la forme et le petit nombre des etamines. 

11 faut ajouter que la conformation des petales et celle de la placentation autorisent leur reunion. En ne tenant plus 
compte de la forme imbriquee des sepales et des petales, de la reduction du receptacle, etc., il n'y a plus, il est 
vrai, de difference entre un Sagercea et un Bocagea. Combien plus de rapports existent entre un Uvaria, un Gual- 
teria ou Cananga (Aublet) et un Unona! Tous les Bocagea de la flore « Of British India » sont done pour moi 
des Sagercea, sauf les B. coriacea et B. obliqua (Bedd.), qui me paraissent de vrais Orophea. 

On rencontre le H . Hookeri par grandes masses et rarement associe a d'autres especes. Son tronc est tres droit 
et sa tete est pyramidale. Ses rameaux tres longs sont retombants. C'est un tres bel arbre d'ornement, quoique ayant 
le feuillage un peu sombre. Son bois, assez leger, est jaunatre et dur ; ses fibres sont longues et flexibles. Les indi- 
genes Femploient pour poteaux ou chevrons, lambris, chevilles, balanciers, arcs et rnanches d'outils. On m'a assure 
que sa duree etait de quatorze ans. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU SAGERAEA HOOKERI Pierre. 



PLANCHE 15. 

Rameau fructifere, {. 

— florifcre P \ . 

— fruit. 
Fleur cT a laqaelle on a cnlcve quelqucs pieces du calice et de la corolle pour montrer le groupemenl des diamines, 
Coupe longitudinale d'une fleur d, \. 
Vue interieure d'un pclalc, ". 



Elamines presentees de face, a; de cote, b; du c6le interieur ou dorsal, c. Dans cette derniere figure (c), l'elamine esl infertile. 
Diagramme de la fleur, J. 

Coupes longitudinales de jeunes fruits, J- . 

Fruit arrive a maturity \ . 

Graine : a, vue de face; b, vue de cole; c, coupee longitudinalemcnt, \. 




Hu^on et J. Stored lith. 



SAGEREA HOOKERI Pi 



Pans __0.D0IN Edit. 



Imp .Beccjuet, Pari: 



ANONACEES 



BOCAGEA PHILASTREANA Pierre 



Annamite : Co giay. 



Tres frequent dans les montagnes de Dinh, pres de Baria. {Herb, Pierre, n. 1743.) 

Jeunes rameaux roux tomenteux. Feuilles oblongues, lanceolees, entieres, coriaces, arrondies a la base, acumi- 
nees et obtuses au sommet, velues sur la cote et sur les petites cotes en dessous, presque glabres avec Page, bril- 
lantes en dessus et pales en dessous; nervation secondaire reticulee, accentuee sur les deux faces. Cymes de 6 a 
10 fleurs oppositifoliees, velues et rousses. Pedoncules courts, epais, naissant a Paisselle d'une bractee, et portant 
vers la partie mediane une bracteole, toutes deux glabres en dedans, comme les sepales et les petales interieurs. 
Petales exterieurs velus sur les deux faces. Carpelles 4-6 velus. Ovules 14-18. Bales oblongues, deprimees entre les 
graines, velues, grisatres. 

Arbre de 20 a 25 metres. Tronc grisatre, d'un diametre de 15 a 25 cent. Jeunes rameaux greles et ronds. Petiole velu, long de 1-4 millim. 
Limbe long de 4 a 11 cent., le plus souvent de 7-8 cent., large de 2 a 4 cent., legerement elliptique, oblique et cordiforme; petites cotes au 
nombre de 18, ties espacees. Pedoncule floral de 5-5 millim. de longueur, atteignant sous le fruit 10 a 15 millim. Sepales 5, valvaires, acu- 
mines. Petales 6 en deux series; les plus exterieurs plus grands, les plus interieurs retrecis a la base; tous oblongs, lanceoles, obtus. 
Etamines en trois series; filaments courts, arques et plus longs dans les series inferieures; antheres extrorses, ovales, terminees par un 
conneclif lamelleux el arrondi ou obtus, beaucoup plus large dans les etamines infertiles. Carpelles en 1-2 series, occupant le pourtour 
de l'extreme sommet d'un receptacle velu. lis sont oblongs et termines par un style court et epais, reduit a un stigmate gommeux et sillonne 
du cote interieur. Ovules inseres en deux series sur chacun des bords de la feuille carpellaire, ana tropes, opposes par leurs raphes et 
lournant leur micropyle en bas et en dehors. Baies de forme variable suivant le nombre de graines qu'elles contiennenl. Celles-ci, au 
nombre 2-14, superposees, aplaties, paralleles par leur plus grande longueur au sommet de la baie, et separees par de fausses cloisons emises 
par l'endocarpe. Sarcocarpe compose de cellules sclereuses. Testa ligneux creuse vers la peripheric et presque dans tout le contour de la 
graine par un canal occupe primitivement par le raphe, emettant des expansions lamelleuses nombreuses, divisant l'albumen plus ou moins 
profondement. A sa base, legerement concave, il est coiffe par un corps assez dense, creuse interieurement par un canal communiquant 
au bile et au micropyle, et qui doit elre un arille pen developpe. L'embryon, tres petit, est silue contre le micropyle et a l'extremite d'un 
albumen subcorne. 

Obs. — Le genre Bocagea ne differe d'un Unona pluriovule que par Texpansion lamelleuse, souvent tres peu 
developpee, du connectif de leurs antheres, caractere commun aux Miliasia, Orophea et Cymbopetalum. Dans le 
Bocagea {Alphonsea) ventricosa (H. Bn.), le nombre des carpelles varie de 10 a 14, et les 14 ovules sont sur deux 
rangees. Dans le Bocagea {Kingstonia) nervosa, les petales interieurs sont certainement valvaires; le nombre des car- 
pelles est de 1 a 10, et on y compte 20 ovules en deux series, occupant chacune, comme dans tous les Bocagea, un 
cote des deux bords de la feuille carpellaire. Ce nombre variable des carpelles s'observe dans toutes les especes, 
merae dans le Bocagea Gaadichaudiana, ou j J en ai constate deux, avec douze ovules par carpelle. 

Le bois de cet arbre est blanc, leger et flexible. 11 est d'un usage restreint. II ne se conserve pas longtemps a 
Thumidite. On en fait des arcs, des manches d'outils, des montants de voiture, des jougs, des meubles, etc. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU BOCAGEA PHILASTREANA Pierre. 



PLANCHE (6. 



A. Rameau florifere. 

B. — fructifere. 

C. Cyme grossie. 

1. Fleur grossie. 

2. Petale interieur, vu du cole interieur. 

3. Fleur ou Ton a ote les pelales exterieurs. 

4. Coupe longitudinale d'unejeune fleur. 
5, 0, 7. Etamines presentees sur les trois faces. 

8. Fleur ne portant plus que des etamines et des carpelle 

9. Carpelle isole. 
10, 11. Carpelles ouverls. 

12. Diagramme. 

13. Coupe longitudinale d'un fruit. 




BOCAGEA PHILASTREANA Pierre. 









1212. —PARIS, IMPRIMERIE A. LAHURE 

9, RUE DE FLEURUS 



FLORE FORESTIERE 



DE LA 



COCHINCHINE 



PAR 



L. PIERRE 

DIRECTEUR DU JARDIN BOTANIQUE DE SAIGON 



OUVRAGE PUBLIE 

SOUS LES AUSPICES DU MIXISTERE DE LA MARINE ET DES COLONIES 



2 e FASCICULE 



PARIS 

OCTAVE DOIN, EDITEUR 

8, PLACE DE L'ODfiON 



ANONACEES 



I NONA MESNYI Pierre 

Wall. Cat. 9009! Polyalthia? aberrans Maingay in FL Brit, hid., i, 67; Melodorum (Kenlia) clavipes Hancc, Journ. ofBot., 1877, 528. 



Annaiuitc : Vu bo; union duong; coin u-iiui. — Kmcr : Doin roniduol. 

Hab. — Espece frequente pies des lieux habites dans les provinces de Saigon, de Bienhoa et de Tayninh; dans 
Pile de Phu Quoc et dans les provinces de Mu lu Prey, Pusath et de Kamput du Cambodge. (Herb. Pierre, n. 4317.) 

Dist : Malacca, Siam. 

Feuilles petiolees, oblongues, lanceolees, acuminees, aigues aux deux exlremites ou obtuses a la base, entieres 
coriaces, glabres sur les deux faces, glauques en dessous; petites cotes tres nombreuses et a peine plus elevees que la 
nervation secondaire. Pedoncules le plus souvent solitaires a l'axe des feuilles, portant 3 petites bractees pubescentes 
a la base et une bracteole a peine plus grande vers le milieu; tres charnus ou epaissis sous le calice. Sepales obtus, pubes- 
cents. Petales exterieurs plus grands et velus sur les deux faces; petales inlerieurs plus charnus au sommet et glabres 
en dedans. Etamines formant six rangees. Carpelles au nombre de 50, tomenteux ; style oblong et epais; ovaires 
conlenantl-2 ovules superposes et allernes. Baies ovales ou oblongues, contenant 1 ou 2 graines; perisperme charnu, 
peu epais et pourpre a la maturite. 

Petit arbre, haul tie 8 a 12 metres, ressemblant a un Diospyvos on a un Xanthophyllum. Tronc noueux et noiratre. Hameaux greles, relom- 
banls, glauques. Feuilles longues de 7 cent. 1 /, a 16 cent., larges de2 a 5 cent. % Petites cotes fort pen distinctes, an nombre d'environ 40, egale- 
ment elevees sur les deux faces. Nervure secondaire plus elevee a la face superieure ; cote deprimee en dessus, plus elevee en dessous, de couleur 
pourpre. Petiole canalicule, pourpre, long de 5-7 mill im. Pedoncule presque glabre, longde2 a 2 cent. '/,. Braclee et bracteole ovales-obtuses, et 
pubescentes. Sepales soudes a la base, ovales, obtus, legerement pubescenls exterieurement, glabres en dedans. Petales exterieurs legerement 
ecarles apres l'anlhese, ovales, obtus, concaves, mesurant en hauteur de 12 a 14 millim. el en largeur de 10 a 12 millim. Les petales inlerieurs, 
hauls et larges de 6 a 8 millim. , restent rapproches par leurs bords epaissis el sont recourbes legerement en dedans et au sommet. lis forment une 
double corolle globuleuse, parfaitement valvaire. lis sont tomenteux exterieurement, tres concaves, legerement anguleux a la base. Les pieces 
de la corolle interieure restent rapprochecs plus ou moins apres l'anthese. Les diamines, au nombre de 70-80, sont terminees par un connectif 
epais arrondi ou tronque, exaclement conforme comme celui des Unotm de la section Polyalthia. Les loges des antberes allongees, inegales, sont 
parfaitement extrorses. Le receptacle, tres eleve, comme celui d'un Xylopia, est pourlant plane au sommet et porta plus de 50 carpelles, tomen- 
teux, soudes par leurs styles glutineux. Les ovules, variant par ovaire de 1 a 2, inseres au-dessus de la base, sont ascendants, anatropes et se 
regardent par leur raphe. Dans la figure, on les a represented par erreur tournes du meme cole. La baie, large et haute de 6 a 8 millim., 
quand elle n'a qu'iine seule graine, alleint 12 a 16 millim. quand clle contient deux graines. Son perisperme charnu, legerement sucre, est 
mange par les indigenes. Les noms annamiles de o com ngiioi », riz cuit; a muon duong o, peu sucre, etc., donnent une idee de la saveur 
de ce fruit. Les graines ovales, arrondies comme un petit pois, onl exaclement la conformation de celles des Unona, Orophea et Popowia. 

Obs. — Cetle plante a ete placee, avec doute, dans la section « Trivalvaria » du genre Polyalthia par M. Thomson 
et Hooker {FL Brit. IncL, 1, 67), d'apres la description manuscrite de Maingay. Elle est pauvrement representee a Kew. 
De bons echantillons existent dans Therbier de la Societe linneenne, a Londres, et portent, en note, de la main de 
Wallich : «Myristicacea». Maingay dit que ses petales interieurs sont imbriques au sommet dans le boulon : « tips 
imbricate in bud ». lis sont parfaitement valvaires, se louchent dans les deux series par leurs bords epaissis, et restent 
meme rapproches dans la seric interieure, longtemps apres l'anlhese. 

Cetle plante offre beaucoup d'affinites avec les Popowia, particulierement avec les especes africaines de la section 
Clathrospcrmum, dont elle a le facies. 

Comparons-la au P. pisocarpa EndL, espece ayant servi a la creation du genre. Dans cette plante javanaise, les 
petales exterieurs sont a peine plus grands que les sepales, et en ont la conformation; ils n'ont pas les bords epaissis, 
tronques et rapproches des petales inlerieurs. Ceux-ci sont aussi beaucoup plus charnus; leur sommet est recourbe 
en dedans en forme de voute, particularite qui met en contact, dans une certaine limite, leur face dorsale. lis sont 
echancres a la base, Ires concaves; ils different des petales exterieurs par la forme, la consistance et par des dimen- 



sions plus grandes. Son receptacle est tres abaisse. 11 ne porte que 17 etamines, inserees en deux series, et sept 
carpelles uniovules. La forme cles etamines estcelledes Unona. Les loges de l'anthere sant parfaitement extrorses. 
Le connectif triangulaire, deprime au sommet, tres epais, est tout a fait celui des Unona et differe de celui des especes 
africaines rattachees au genre Popowia. Le fruit est une petite baie exactement semblable a Y Unona Mcsnyi. On retrouve 
celte forme de fruit dansles especes de la section Monoon du genre Unona, dans les Orophea et les Miliusia. Dans le 
P. ramosissima, autre espece asialique, les petales exterieurs ressemblent auxsepales. lis n'ontpasles bords epaissis ni 
tronques; cependant ils sont plus grands que les petales de la serie interieure. On constate aussi quelque difference dans 
la forme du connectif de ses etamines. Celui-ci a une direction oblique de dehors en dedans. Celte disposition est 
plus marquee dans le P. fcetida; et les loges de l'anthere, au lieu d'etre extrorses, sont manifestement laterales. Ainsi, 
dans ces trois especes asiatiques, il y a une legere difference dans la conformation des deux corolles exterieure et interieure 
et une dissemblance notable dans celle des etamines. 

Si nous consiclerons les especes africaines du genre Clathrospcrmum, fondu, a juste raison dans le genre Popowia, 
par M. Baillon (Adansonia, Vlll, 316-326. — Hist, des plant., 219-223), nous retrouvons la meme variation dans les 
rapports de conformation et de grandeur entreles petales des deux series. Dans le P. caffra, les petales exterieurs sont 
plus grands que ceux de la serie interieure. Dans le P. Manil 11. Bn., les petales exterieurs ont les bords epaissis; ils sont 
plus larges et moins longs que les petales inlerieurs. Quant a leur concavite, elle est tres accusee dans les deux series. 
Le receptacle est abaisse et determine, par suite, la reduction du nombre des carpelles el des etamines. 

Cependant celte parlicularile de conformation des etamines dont nous parlions plus haut, qui consisle a avoir le 
connectif glanduleux deprime de dehors en dedans et de haut en has, et d' avoir les loges de 1'anthere rejetees lateralement, 
devient, dans celte section, lout a fait caracterislique. 

Avoir rappele les caracleies des Popowia, c'esl avoir demontre l'impossibilite de comprendre dans ce genre r espece 
qui nous occupe. Sa place est evidemment dans le genre Unona. Elle ne peut entrer dans aucun des sous-genres que 
M. Baillon y a compris comme sections. Des Mclodoram, elle differe par la forme tout a fait globuleuse de la corolle, 
par la forme du connectif et par le fruit. Des Polyalthia, elle s'eloigne aussi par la corolle, et s'en rapproche par 
tous les aulres caracteres. Voila pourquoi nous faisons pour cetle plante un sous-genre, sous le nom de Mcsnya, 
caracterise par sa double corolle globuleuse de Bocagca ou de Popowia, par son receptacle de Xylopia ou de 
Polyalthia et par ses carpelles 1-2 ovules, tenant a la fois des Monoon et des EupolyaUkia. 

L' Unona Mcsnyi est une espece Ires ornementale. Son feuillage glauque, tres dense, et ses rameaux penches 
lui donncnt une physionomic Ires originale. C'est une plante qui merile rallenlion des horliculleurs. Ses longues 
branches fournissent des fouets tres flexibles. Son bois blanc, jaunalre, assez dense et durable, sert pour arcs, che- 
villes, brancards, etc. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DE LUNONA MESNYL 

PLANCHE (7. 

A. Rameau iloriicie. 

B. — fruclifcrc. 

1. Diagramme. 

2. Fleur privee de ses pclalcs. 

5. Petales a, b, c, de la serie c::lerieure prcsentes dans divcrscs positions. (C'esl par errcur <pic la face venlralc a ele representee 
gfcbre.) 

4. Petales do Ja sciie interieure rt, b. 

5. Etamines representees dans divcrscs positions, a, b, c, d, e. 

6. Carpelles contenant un nombre variable d'ovules : a, b, c. 



ANONACEES 



UNONA ODORATA 



T. Leptopetala. Dun. Anon.. 114., DC. Prod., 1. 90-91. Cananga odorata H. f., etT. Fl. Ind. 
bid., 1, 56-57: KuizF/. Brit. Bonn., I, p. 35; Deless. Ic. select. I ** ; Lam. HI, t. 195, 



Bab. — Cette esp&ce est tromve, a I'&ai de culture, dans beaucoup de villages do la basse Cochinchine et da 

Cambodge. {Herb. Pierre, n. 1744.) On la suppose originairedeBirmanie. 

Dist : Malaisie, Polynesie, Australie. 

Fouillos oblongues, ou ovales-oblongues, arrondies ot I6g&rement obliques a la base, lanceolees, aeumine^es, pubes- 
centesendessous.glabresavecl'age. Petitescttesau nombre de 12-18, eleveesendessous; nervation secondaire Iris 
Pddoncules ponchos, pubescents, munis d'une bractee a la base et d'une bracteole vers la partio nn'diane, naissant au Qombre 
de S i 8 an sommel de court- bourgeons. S6pales ivib'chis. P&ales linlaires-oblongs, obtos, beaucoup plus longs que les 
pedoncules. Receptacle hemispherique, peu eleve. Etamines formant 7 rangees. Connectif lanceole, glanduleux et pu- 
bescent. Carpelles au nombre de 12, pubescents ou presque glabres. Ovaire contenant 16 ovules bis£ri£s, Baies stipit£es, 
oblongues, deprimees entre los graioes. 

Arbre de 10 a 90 metres. Rameaoi eeaites. Jennes rameaux pubescents. Petiole long de 1 cent. ' v Limbe long de 10-12 cent, sur 
4-10 centim. Petitcs cotes alteignanl presque le bord de la feuille. pubescentes ; nervure secondaire presque parallele, elevt : e sur les deux 
faces et pubescente dans le premier age. Bractees et bracteoles ovales-oblongues, recouvertes, de meme que les pedoncules, les sepales el les 
petales, sur les deux faces, d'un tomentam grig-mux. Scales ovale*, obtus, longs de 6 a 7 millim. Petales de longueur presque egale dans les 
fan Buries, aplatis, longs de 4 a 5 cent.. Baies supportees par un pedicelle long de 2 a 2 cent. ■ ,. contenant de 11a 12 graines, BO] 
separees par de fausses cloisons. Graines wales, comprimees ou aplaties. Testa brillant, ligneax, Ires dor. Radicuk de meme loogoeor que les 
cotyledons. 

Je me range de ('opinion de M. Baillon [Hist. des ptanles, Anon., 209) en considerant cet arbre comme un 
Unona. Dans ce genre, d'une espcce a l'autre, on trouve de tivs grandes dissemblances dan.- lootes les parties de la 
fleur, et particulierement dans la forme des etamines. Celles-ci dans la meme fleur affectent des formes trta diverses. 
Ainsi, pour nous borner am espfoes de Canangade M. Hooker, on peut constater dans V Unona [Cananga H. f.) 
monosperna et surtout dans Y Unona {Cananga B.f.) wrgata que les etamines dess fries supfrieures sonl d'un Uvaria 
ou d'un Popowia, quand elles ne passent pas a l'etat de staminode. Ces deux plantes doivenl appartenir a deux 
sections distinctes du Cananga. U Unona virgata, parses etamines A' Unona, doitfaire partie de la section Meiogyne 
carac!6ris£e par le nombre reduit de ses etamines et de ses carpelles. Sa place, comme les Cananga, est prfes des 
Melodorum, a ovules biseries. U Unona (Cananga) monosperma doit etre compris dans la section Desmos, car ses carpelles 
contiennent douze ovules uniseries. Le fruit de Y Unona odorata est exactemenl celui de Y Unona Brandisana Pierre. 

Cet arbre fleurit toute l'annee. On extrait de Bes fleurs jaunatres un parfum tres estime. En Binnanie, a Siam, 
au Cambodge, a Java, etc., elles sont aussi recherchfes que celles du Jasmin sambac, du Champac, etc., dans les 
o6r£monies religieuses el domestiques. 

La croissance de Y Unona odorata est trfes rapide. 11 fleuril apr&s deui ans de plantation. Son bois est de peu 
(futility. L6ger et corruptible comme celui de la plupart des Ahonacees, on ne l'emploie guere que pour des 
ouvrages de peu de duree. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DE L'UNONA ODORATA Dun. 



PLANCHE 18. 

Rameau fructifere. 
— florifere. 

1. Calico vu dorsalement. 

2. Fleur privee de ses petales. 

3, 4. Elamines vues de face et par derriere. 

5. 1 carpelle. 

6 Carpelle ouvert. L'arliste n'a pas donne le nombre exact des ovules. 

7. Graine. 

8. Coupe longitudinale d'une graine. 

9. Diagrammc. 



PL .18. 




hlDelpy d 



LJfyjon eU.StorckTit.il. 



UNONA ODORATAJW 



l 5 yris_O.D01N i'.dil. 



Imp .Becmiet Pans 



ANONACEES 



UNONA BRANDISANA Pierre 



Unona latifolia, H. f. el T. Fl. Brit, hid., 1, p. 60; Kurz, For. Fl. Brit. Burm., 1, 35; nee Unona latifolia. Dun. Anon., p. 115. 
Dc. Prod. 1, 91 ; nee Melodorum latifolium H. f. et T. Fl. Brit. Ind. y 1, 79. 



Annamite : Tbom shui. 



Hab. — Assez commun dans toutesles regions forestieres de la basse Cochinchine et du Cambodge. {Herb. Pierre, 
n. 596 et 1797.) 

Dist : Birmanie ; Siam ! 

Feuilles ovales ou ovales-oblongues, cordiformes, subitement acuminees, terminees par une pointe obtuse, pubes- 
centes dans le premier age, a la face superieure, tomenteuses en dessous. Petites cotes au nombre de 24-28, tres 
accentuees a la face inferieure. Fleurs lomenteuses au nombre de 1-8, naissant au sommet de courts bourgeons 
devenant extra-axillaires par le prolongement de Faxe. Pedoncules munis a la base d'une bractee foliacee, et, vers 
la partie mediane, d'une bracteole lanceolee. Sepales reflechis apres Fanthese. Petales lineaires-oblongs, 5-6 fois plus 
longs que les sepales, Strangles a la base, lanceoles et obtus au sommet, charnus. Etamines inserees, en plusieurs 
series, sur un receptale triangulaire peu eleve et deprime au sommet. Antheres d'Uvaria, terminees par un con- 
neclif lamelleux, oblong, obtus, deprime exterieurement et pubescent. Carpelles au nombre de 24; ovaires conte- 
nant de 3 a 6 ovules; styles allonges, soudes et caducs. Baies cylindriques, deprimees entre les graines, et 
exactement conformees comme celles de YUnona odorata. 

Arbre de 15 a 25 metres. Trone grisatre, raboteux. Rameaux ronds Ires elales, tomenteux, puis glabres. Petiole long de 12 a 20 millim., 
tomenleux. Feuilles souvenl elliptiques, glabres a la surface exterieure et noiratres aprc-s dessiccation, pales en dessous, longues de 8 a 
16 centim., larges de 7 a 11 cenlim. Pedoncules longs de 10 a 20 millim. Bractee ovale, tomenleuse, longue de 15 a 20 millim., large de 
2 cenlim. Bracteole longue de 8 millim., large de 2-5 millim., lanceolee et tomenteuse de meme que les sepales et les petales. Sepales longs 
de 5 millim., obtus. Petales longs de 4a 7 centim., larges vers la partie mediane de 2 centim. Etamines au nombre de 240 environ, supportees 
par de courts filets aplatis. Anlbercs extrorses, surmontees d'un connectif de forme variable. Receptacle velu. Carpelles pubescents. Les styles 
sont glabres, et soudes avec la derniere rangee d'elamines. Les ovules sonl en nombre Ires variable dans les ovaires de la meme fleur. lis 
sont superposes, et naissent alternativement sur l'un et 1'autre bord de la feuille carpellaire. Baies supportees par un pedicelle long de 
5 millim., contenant de 2 a 3 graines. Elles onl 12 millim. sur 6 millim. Les graines sont superposees, legerement aplaties, brunes et toil* 
Ian les. Elles sont exactement conformees comme celles des Unona. 

Obs. — Celtc espece, par son inflorescence, par la conformation de ses sepales, de ses petales et de son fruit, 
rentre dans la section Cananga. Ses antheres sont celles d'un Melodorum, ou de cerlains Uvaria. Ses ovules ne 
sont pas, comme dans YUnona odorata, franchemenl biseries. En ouvrant Fovaire du cote de la soudure de la 
feuille carpellaire, les ovules neanmoins restent attaches sur Fun et Faulre bord du carpelle. Je pense, pour ces raisons, 
que la place de cette espece arborescente est dans la section Cananga, du genre Unona. 

J'ai du changer a regret le nom de cette plante, faisant double emploi avec YUnona latifolia, Dun., loc. cit., 
devenu le Melodorum latifolium, H. f. et T., loc. cit. Je suis de Fopinion de M. H. Baillon, Gen. Plant. Anon., 
p. 213, en ne considerant les Melodorum que comme un sous-genre des Unona. 

Cet arbre se depouille pendant la saison seche, peu de temps avant la floraison. Ses fleurs sont tres odorantes, 
et peuvent elre utilisees comme celles de YUnona odorata. Son bois est blanc, mou et tres corruptible. 11 peut 
servir neanmoins pour vases, boites, manches d'outils, etc. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DE L'UNONA BRANDISANA Pierre. 



PLANCHE 19. 



Rameau floriferc. 
— fructifere. 

1 . Fleur privee de son perianlhc. 

2. La meme ou il ne restc plus que les carpelles, prives de leurs styles. 

3. 4. Petales presented sur leurs deux faces. lis sont legerement creuses a la face inter 
5. Etamines vues du cote extericur a, et du cote interieur b. 
G. 1 Fleur, ou les carpelles sont encore surmontes de leurs styles. 

7. 1 Carpelle isole. 

8. Coupe longitudinale d'un ovaire. 

9. Coupe — d'un fruit. 
10. Diagrammc. 




E.Delpjd* 



L .Hug on et J. Storck litb. 



UN ON A BRAND I SANA Pierre. 



Paris -O.LOIN Edil 



Imp. Eeccniet, Paris 



ANONACEES 



UNONA CORTICOSA P, ERR e 



Annamite : Cay nhoc quich. 



Espece assez repandue dans les forets de Baochiang, de Song lu, de Pho-Qua, de la province de Bien-hoa, 
(Herb. Pierre, n. 1873 et 1752.) 

Jeunes rameaux soyeux. Petiole tres court. Limbe oblong, cuneiforme et obtus a la base, plus large dans la 
partie superieure, obove, termine par une queue obtuse ou subaigue, coriace, brillant en dessus, pubescent sur les 
deux faces d'abord, soyeux seulement sur la cote el les petites coles. Pedoncules, au nombre de 2-5, naissant au sommet 
de nodosites, situes aux axes prives de feuilles et munis d'une bracteole, vers la parlie mediane. Sepales et petales 
glabres en dedans. Etamines formant 5 a 6 series sur un receptacle eleve et velu. Carpelles biovules, au nombre de 
16a 20. Baies presque sessiles, renflees, terminees par une pointe obtuse, ponctuees, contenant 1-2 graines superposees 
et separees par de fausses cloisons. 

Arbre de 20-25 metres. Ecorce epaisse, fibreuse et aromatique. Petiole soyeux, long de 2-3 millim. Limbe long de 14 l /, h 17 */, cent., 
large a la base de 5 millim., et vers le sommet, de 4 */, a 5 */, cent. Cote soyeuse sur les deux faces, creusee en dessus. Petites cotes, au 
nombre de 24-2G, courant presque jusqu'au bord du limbe, clevees en dessous. Nervation secondaire, formant un rcseau assez lache. 
Pedoncule velu, long de 10 a 12 millim., muni a la base d'une bractee obtuse, plus petite que la bracteole. Sepales suboblongs, obtus, velus 
exterieurement. Petales oblongs, obtus, charnus, velus en dehors, longs de 5 a 6 millim. Baies longues de 12 millim. (avant la maturite) sur 
6 millim., d'abord velues, puis presque glabres el supportees par un pedicelle tres court. 

Obs. — Cette espece entre dans la section EupolyaUhia, du grand genre Unona, tel que le comprend M. Baillon 
(Hist, des Plantcs, p. 208-213). On ne peut separer les Guatteria americains du sous-genre PolyaWria que par 
l'imbricalion des sepales et des petales, caractere elTace, mais qu'on retrouve dans quelques Polyalthia Indiens. 

Le bois de cette espece est tres peu colore. Son ecorce est Ires subereuse. Ses faisceaux libero-ligneux, assez nom- 
breux et divergents, expliquent l'emploi que Ton fait de son ecorce comme lien de peu de duree dans les exploita- 
tions forestieres. Les cellules sclereuses du parenchyme cortical, visibles a Toeil nu, ne different en rien de celles 
de la moelle, quant a leur coloration jaune orange et quant a leur consistance. Elles sont longitudinales. Dans 
la moelle, elles sont transversales au contraire, et beaucoup moins nombreuses. Si on les compare a celles des Illichun, on 
voit que, dans la moelle, elles sont moins nettement separees par zones, et qu'elles occupent transversalement un 
espace beaucoup plus restreint. Elles sont enfin plus rares et plus perdues au milieu des cellules polygonales qui les 
separent. Les cellules quadrangulaires des rayons medullaires sont dentelees sur leurs bords. Celles d'une meme rangee 
sont alternes avec celles des rangees voisines. 

Le nombre des vaisseaux est considerable. Quand ils sont scalariformes, ils sont deroulables dans une certaine 
etendue, comme les trachees. Les fibres ligneuses sont minces, fusiformes et tres longues. Leur groupement a lieu par 
faisceaux divergents, laissant entre eux de vastes espaces losangiques, remplis d'un parenchyme Ires mou. 11 faut attri- 
buer au grand nombre des vaisseaux, a Tepaisseur du parenchyme ligneux, autant qu'a la faible consistance de leurs 
elements de formation, la legerete du bois de cette espece, et generalement de celui des Anonacees. Quant a la flexibilite 
qui caracterise le bois de cette famille, la longueur et la disposition des fibres l'expliquent aisement. 



EXPLICATION DES FIGURES DE UUNONA CORTICOSA Pierre. 

PLANCHE 20. 

A. Rameau florifere \. 

B. Portion de jeune feuille, vue sur lcs deux faces \. 

1 . Coupe longitudinale d'une fleur. 

2. Etamine vue de face ou exterieurement (a), et lateralement (b). 

3. Ovaire coupe de maniere a montrer l'ovule basilaire et ascendant. 

PLANCHE 21. 

A. Rameau fructifere. Les fruits ne sont pas arrives a maturitc J. 

B, G. Portions d'une feuille agee vue sur les deux faces. 

1 . Jeune fruit. 
2, 5, 4. Coupe d'un jeune fruit. 

D. Coupe transversale d'un rameau age de trois ans. 

K. Coupe longitudinale tangentielle d'un rameau de l'annce : 1, poils ; 2 cuticule; 3, cellules du parenchyme cortical; 4, fibres libe- 
riennes; 5, cambium; 6, jeune bois ; 7, cellules de la moelle. 

E. Coupe longitudinale, tangentielle d'un rameau plus age : a, culicule et suber; b, cellules sclereuses allongecs du parencbyme cortical; 

c, fibres liberiennes (cette lettre a etc mal placee dans le dessin) ; d, parencbyme ligneux; e, trachees ; f, moelle avec scs grandes 
cellules sclereuses. 

F. Portion de bois suivanl unc coupe longitudinale, monlrant la disposition des faisccaux de fibres ligneuses. 
II, I. Yaisscaux. 

G. Portion de bois monlrant lcs cellules quadrangulaires des rayons medullaires. 







[COS A Pl 










UN ON i COS A 



Pans_.0 :. 



ANONACEES 



UNONA THORELII Pi 



Espece assez commune dans les provinces de Saigon, de Bien-hoa et de Baria. {Herb. Pierre, n. 1506.) 
Jeunes rameaux roux lomenteux, bienlot glabres. Petiole court. Feuilles oblongues ou elliptiques, arrondies a la 
base, lanceolees et obtuses au sommet, pubescentes en dessous ou bientot glabres, coriaces. Pelites cotes au nombre de 
20 a 26, distantes, elevees en dessous. Cymes naissant aux axes prives de feuilles. Pedoncules munis a la base d'une 
bractee et vers la partie mediane d'une bracteole caduque. Fleurs verdatres recouvertes de poils gris tomenteux. Pe- 
tales oblongs, aplatis, oboves. Etamines inserees sur un receptacle semi-spherique et formant cinq rangees. Carpelles au 
dela de 35, a ovaires uniovules et a stigmates agglutines. Baies ovales et pedicellees, legerement charnues et rou- 
geatres a la malurite. 

Arbre de 20 a 25 metres. Rameaux tres ecarles, arrondis. Petiole epais, arrondi, long de 5 a8 millim. Limbe long de 10 a 28 millim., 
le plus souvent de 10 a 18 millim., large do 5 a 11 millim., le plus souvent de 6 a 8 millim., rarement oblique a la base, termine par une 
poinle tres variable en longueur et souvent Ires pcu prononcee. La cole et lespctites coles beaucoup plus developpees que la nervation secon- 
dare, en dessous, sont velues dans le premier age ou simplemcnl pubescentes. Les pelites cotes viennent s'unir tout pros de la marge. Les cymes 
soul longues de 5 a 5 cenlim. Elles sonl, comme les sepales et les pelalcs velues, et grisatres. Les pedoncules sonl longs de 10 a 15 millim. Les 
bractees el braclcoles sonl tres pelites el sent de meme forme et consislance que le calicc. Les folioles da calice sonl obluses, beaucoup plus 
pelites que les petales el reflechies apres ranlhesc. Les petales sonl longs de 8 a 10 millim., et larges de 4 millim. Le receptacle bispide est tres 
cleve et hemispherique. Les etamines ties nombreuses out des antheres a loges parfaitcment extrorses et sonl surmontees d'un connectif epais 
et tronque avec une depression centrale. Les carpelles, apres la chute des stigmales, sonl a peine plus longs que les etamines. Les baies sont 
supportees par un pedicelle Jong de 10 a 15 millim. Elles sont legerement oblongues, parfaitcment glabres a la malurite et mesurent 25 millim. 
sur 15 millim. La graine est exactement celle des Unona, et de meme forme que le fruit. 

Obs. — Cette espece est tres voisine du Pohjalthia fragrans Benlh et H. F. habitant les versanls occidentaux 
des Ghatts, dans le Concan et le Malabar. On Fen distingue par un petiole plus court, des feuilles plus oblongues et 
munies d'un plus grand nombre de pelites cotes, par des petales plus petits et plus obtus, par un nombre plus consi- 
derable d'elamines et de carpelles, par la forme du stigmate, etc. Le nombre des etamines dans 177. fragrans est 
de 80 environ et ses carpelles de 23 a 30. Ces deux especes ont pour caractere commun d'avoir leur double corolle 
imbriquee avant l'anthese. Rien alors, sauf un calice toujours valvaire, nesaurait les distinguer du genre Guattcria ou 
Cananga d'Aublet. Pour moi done, toutes les especes americaines decrites sous le nom de Guattcria ou de Cananga, 
de meme que les Pohjalthia indiens, sont des Unona, et doivent etre rangees dans ce genre, dans deux sections 
portant les noms de Pohjalthia et de Guatteria. 

V Unona Thorclii et Y Unona fragrans, d'apres rimbrication de leurs petales, doivent etre ranges sous les Guat- 
teria. M. J. D. Hooker (Fl. Brit. Inch, p. 92) comprend les Sagerwa caracterises par leur double corolle imbriquee sous les 
Bocagea a corolle valvaire. C'est une vue tres hardie et qui pourrait etre acceplee, si les Sagercea n'avaient aussi, pour les 
distinguer, des fleurs monolques, et surtout si leurs etamines n'avaient une forme particuliere de connectif. II y aurail aussi 
peut-etre avantage a reunir les Uvaria aux Unona; car sauf l'etat valvaire de la corolle dans la majorite des Unona, 
on ne saurait distinguer ces deux genres par aucun caractere constant. Une des preuves de la difficulle de les se- 
parer exisle dans les especes a peine distinctes, Uvaria micrantha el Uvaria sumalrana, dont on a fait lour a tour 
des Guattcria, des Pohjalthia, des Anaxagorea et des Uvaria, et qui appartiennent aux Unona par la majorite de 
leurs caracteres. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DE VUNONA THORELll Pierre. 



Rameau florifere. 

— fructifere. 
Jeunc rameau. 
Section de fcuille presentee sur les deux faces. 

1. Fleur apres l'antliese, privee de trois de ses petales et grossie. 

2. Jeune fleur. A cet age, les petales des deux series sont imbriques : a, grandeur naturelle ; b, fleur grossie. 
3, 4. Etamincs vues sur les faces exterieure et lateralc. 

5, 0. Coupe longitudinale d'une jeune fleur. 

7. Carpclle ouvert. 

8. Diagrammc d'une jeune fleur. 




HiiqonetJ.Storcklith 



! Pierr* 



ANONACEES 



UNONA SIMIARUM H. Bn. 



lAdansonia, VIII, 175, 548; Hist, des Plantes, Anonacees, p. 212-215; Polyalthia Simiarum, Benlh., et H. f. Gen. Plant., 1,25; 
Flora Brit, hid., I, p. 65 ; Gaalteria Simiarum Ham; Guatteria fasciculata, Wall., Mss. ; Yoyt. Hort. sub. Cal., 16. 



Annamite et Mm : Mindc 



Hab. — Espece tres repandue dans toutes les provinces de la Basse-Cochinchine, principalement dans celles dc 
Bien-hoa el de Baria, et dans celles de Kamput, de Tpong, de Pusath et de Samrong tong au Cambodge. (Herb. 
Pierre, n. 739 et 1751.) 

Dist : Siam. Region d'Attopeu. Harmand, n.1400; Birmanie; Peninsule de Malacca; Assam; Silhet. 

Jeunes rameanx pubescents ou tomenteux. Feuilles oblongues ou elliptiques-oblongues, lanceolees ou terminees 
par une pointe assez courte et obtuse, arrondies et legerement obliques a la base ; cotes sur les deux faces et petites 
cotes a la face inferieure plus ou moins pubescentes. Cymes velues, naissant aux axes prives de feuilles. Pedoncules 
greles allonges et munis d'une bracteole mediane. Sepales tres peu developpes, unis a la base, obtus, reflechis. Petales 
lineaires-oblongs, etroiis aux deux extremites, obtus au sommet, stries, glabres en dedans, pubescents en dehors, 
jaunatres. Receptacle convexe creuse au sommet et hispide. Etamines inserees en 6 rangees. Carpelles au nombre 
de 60 environ; ovaires uniovules, presque glabres a la base, velus vers le sommet. Baies stipitees, oblongues, glabres, 
rouges a la maturite. 

Arbre de 25 a 50 metres. Tronc grisatre ayant un diametre de 50 a 55 centim. Petiole court, epais, ponclue ou chagrine, pubescent et 
long de 5 a 6 millim. Limbc long de 10 a 20 centim. , large de 4 a 9 cenlim., pale en dessous. Petites cotes espacees au nombre de 26 a 56, 
rcliecs par une nervation ondulee, elevees sur les deux faces. Pedoncules longs dc 5 a 4 centim. , velus. Bractees etbracteoles lies courles, obtuses, 
tomenteuses. Sepales longs de 2 millim., glabres en dedans. Pelales longs de 4 a 5 centim., larges au milieu de 5 a 6 millim., presque egaux 
dans les deux series, legerement pubescents, surlout vers la base exterieure, noiratres a Fetal sec. Elamines au nombre de 120 environ, sup- 
porlees par un tres court fdet; antheres extrorses a loges inegales; conneclif tres epais tronque ou bombe. Les carpelles sont lermines par un 
stigmale tres velu, ayant 5 facetles lalerales et s'arrondissant au sommet. L'ovule est solitaire ascendant, le micropyle tourne en bas et en 
dehors. Les baies sont portees par un pedicelle long de 5 a 6 centim.; elles sonl ovales-oblongues et legerement amincies aux deux extremites. 
La graine, recouverte par un lesla ligneux et brillant, est celle des Unona de la section Polyalthia. 

q bs> Suivant les localites, celte espece offre des differences dans la forme des lleurs et des fruits assez nota- 
bles. Ainsi nos echantillons n. 739, provenant de la province de Tpong au Cambodge el du plateau d'Attopeu, ont des 
feuilles moins arrondies a la base et plus obtuses au sommet ; elles ont de 24 a 28 petites cotes au lieu de 32 a 
36 que je rencontre dans ceux (n. 1751) provenant du jardin botanique de Calcutta et dela province de Bien-hoa, en 
Basse-Cochinchine. Les petales sont aussi plus longs, plus larges et moins velus exterieurement dans les echantillons 
de la province de Tpong. Les fruits sont aussi plus courts que leurs pedicelles, dans les echantillons de Cochinchine. 

La conformation du calice et de la corolle, si caracteristiques dans cette espece, la fera toujours distinguer faci- 
lement. Dans nos echantillons de diverses provenances, le calice, le receptacle, les etamines et les carpelles n'oflrent 
aucune difference. Les feuilles dans les echantillons provenant du jardin botanique de Calcutta sont pubescentes sur la 
cote et les petites cotes, exactement comme celles de l'lndo-Chine. 

U Unona simiarum est un ties bel arbre d'ornement. Les fleurs, tres odorantes, pourraient etre ulilisees, avec avantage, 
dans rinduslrie dela parfumerie. Son bois ne differe pas de celui de ['Unona Thorclii. 11 est employe pour meubles, 
cages d'elephant, lambris, manches d'oulils, etc. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DE L'UNONA SIMIARUM H. Bn. 



PLANCHE 23. 

Ramcau florifere d'apres un echantillon provenant de la province dc Tpong et porlant lo n. 759. 
— fructiferc d'apres un echantillon provenant de la province de Bien-hoa et porlant lc n. 1751. 
Fleur privec de ses petales. 
Etamines des rangees exterieures a, l\ 

— interieures a, b, c. 
Carpelles ouveits. 
Diagramme. 




E.Uelpy 



HuqonetJ S 



;iMIARUM H.Bi 






ANONACEES 



UNONA HARMANDII Pierre 



Assez frequent dans les forets s'etendant enlre le Songbe et le Dongnai, dans la province de Bien-hoa. {Herb. 
Pierre, n. 1365.) 

Jeunes bourgeons poilus. Feuilles supportees par un petiole tres court et epais, oblongues, lanceolees, obtuses, et 
legerement obliques a la base, terminees par une pointe assez longue et quelquefois obtuse ; membraneuses, pales au- 
dessous, entierement glabres a Petal adulte. Petites cotes au nombre de 18 a 26, ascendantes et Ires ecartees. Cymes 
de 1 a 3 fleurs, naissant a l'axe des feuilles ou aux axes piivesde feuilles. Pedoncule plus court que les fleurs et que les 
pedicelles des baies, munis a la base d'une bractee et vers le milieu d'une bracteole embrassante. Sepales ovales, 
soudes a la base, acumines, non reflechis apres Panthese, velus et roux exterieurement, glabres en dedans. Petales val- 
vaires, 7 a 8 fois plus longs et plus larges que les sepales, a peu pres d'egale longueur dans les deux series, aplatis, 
aux deux extremites, obtns et pubescents sur les deux faces. Etamines formant, sur un receptacle bombe et hispide, 
4 a 5 rangees. Carpelles au nombre de 47 environ, bispides a la base; ovaires uniovules; stigmate gros, cbarnu, bombe 
et velu. Baies globuleuses, legerement charnues, pubescentes et rouges a la maturite. 

Arbredc 10 a 12 metres. Tronc ayantun diametre de 8 a 10 eentim. Kameaux aiTondis, Loul a fail glabres a Page adultc. Petiole arrondi, 
long de 4 a 6 millim., legerement canalicnle en dessus, chngrine on bossele, tout a fait glabre. Limbc souvenl arrondi a la base, long de f3 a 
50 eentim., le plus souvenl de 25 a 28 eentim. ; large de 4 eentim. a 10 eentim., le plus souvent de 6 a 8 eentim. Les petites cotes vont s'anasto- 
moser tout pres du bord. Elles sont reliees transversalement par des nervures espacees en zigzag et par des veines irregulieremenl reticulees ; 
tres elevecs a la face inferieure, elles sont, de memeque la cote, presque effacees ou deprimees en dessus. Les pedoncnles sont longs de 5 a 
6 millim. Les sepales, longs de 2 a 5 millim., ne sont pas reflechis apres Panthese. Les petales sont longs de 5 a 4 ccnlim., larges de 6 millim. 
Les etamines ont des anlheres exlrorses et portent un conneclif epais, bombe dans les rangees superieures et plus allonge dans les rangees 
inferieures. Les styles, oblongs et recourbes, sont eaduques. Les graines ont exactement la forme du fruit et ne different en rien de celles du 
genre. 

Obs. — Cette espece est assez voisine de YUnona {Polyalthia Karz, dubia, for. FL Biirrn, I, p. 38-39) , mais 
s'en distingue par des feuilles plus grandes et glabres, par des petales non concaves, etc. 

Cet arbre n'est pas bien droit. Son bois est jaunalre, flexible et n'est que rarement employe. On en fait des cbevilles 
et des manches d'outils. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DE UUNONA HABMANDI1 Pierre 

PLANCHE 24. 

Rameau florifere. 
— fructifere. 

1. Diagramme. 

2. Fleur grossie et prtvee de sa double corollc. (L'artistc n'a pas rendu la bracleole situec an milieu du p& 

3. Fleur grossie ou les petales et les elamincs manqueiit. 

4. Pelale dans le premier age. 
5, 6. Carpelles. 

7. Elamine. 




L.HujonetJ.Siorcklit 



UNONA HARMANDII Pierre. 



Pans. .0..D0IN Edit. 



ANONACEES 



UNONA JUCUNDA P,erre 



Annamite : Nap nui (Baria); Ma trinh (Dien-hoa). 

Celle espece est Ires repandue en Basse-Cochinchine, et au Cambodge, autanl dans les forets de plaine que dans 
celles de monlagne. (Herb. Pierre, n. 207, 729 et 1795.) 

Jeunes rameaux roux tomenteux. Feuilles courlement petiolees, oblongues, lanceolees, accuminees el aigues, obli- 
ques et obluses a la base ou arrondies, presque membraneuses, velues sur les deux faces de la cole, sur les petiles 
coles et la nervation secondare en dessous; brillantes en dessus, pales en dessous. Fleurs tres nombreuseset odoranles 
naissant en forme d'ombelle au sommet de courts bourgeons axillaires. Pedoncules munis a la base d'une bractee et, 
vers le milieu, d une bracteole engainante. Sepales legerement sondes a la base, ovales, accumines, obtus, reflechis, 
tomenteux exterieurement, presque glabres a la base, interieurement. Petales oblongs, plus elroits aux deux exlremites, 
aplalis, cbarnus, obtus au sommet, a peu pres d'egale longueur dans les deux series, roux tomenteux sur les deux faces. 
Receptacle triangulaire, velu, deprime au centre et portant 5 a 6 rangees diamines. Carpelles a ovaire uniovule, au 
noinbre de 85 environ, plus ou moins veins; style glabre; sligmate epais, pubescent. Baies supporters par un pedi- 
celle plus long que le pedoncule, ovales ou suboblongues, glabres, rouges a la maturite. 

Arbre de 30 metres. Tronc ayanl un diametre de 50 a 40centim. Ecorce grisatie, epaissc, blancliatrc. Petiole rond, de 5 a 8 millim., 
tomenteux. Limbe long de 16 a 55 cent., large de 5 a 10 cent., souvenl arrondi au sommet, lermine par une courte poinle; presque en- 
tierement glabre, a la face superieure, dans l'age adulle. Petiles coles, au nombre de 3 C 2 a 58, paralleles et ascendantes, arrondies tout pres 
du bord. Pedoncule long de 5 cent. 1 /, a 4 cent.; roux tomenteux. Bracteole mediane obtuse, tomenteuse. Sepales longs de 4 millim. Petales 
longs de2 cent. 1 / 2 a 3 cent. l / 4 , epais, legerement inegaux ou plus petits dans la serie interieure ? creuses a la base, forlemenl nerves, larges de 
a 7 millim. Receptacle bispide assez abaisse, tout afaitcreuse dans la partie centrale, ou region carpellairc; Ires bombe a l'etat fructifere, et 
ayantun diametre de 2 cent, a 2 cent. l / 2 Elamines exterieures souvent avorlees et terminees par un connectif tfUvaria; elles soul ferliles dans 
les aulres series et leur connectif est alors bombe et epais comme eel ui des autrcs Unona de ceite section. Les carpelles perdent leur style de 
bonne beure. redicelles des baies longs de c 2 cent. y 2 a 4 cent. 1 / 2 . Baies longues de 26 millim. sur 12 a 15 millim. Elles sont legerement char- 
noes, complelement arrondies aux deux cxtremiles ou terminees par une courte pointe oumamelon oblus. Graines recouvertes par on testa blanc 
jaunatre etbrillant; albumen rumine. Radicule inferieure. Cotyledons Ires petits, ovales, oblongs, aplatis. 

Obs. — Cette espece appartient aux Pohjalthia de la section Monoon. Elle est tres voisine du Polyalthia 
coffeoides, Benlh et H. f. et du P. acuminata (Thwaites, Enum., 399 ; Flor. Brit. Ind., p. 0^-63). De la premiere 
elle se distingue par des feuilles plus developpees et non glabres, par la forme de la bracteole, du calice et du fruit. 
Elles ont a peu pres la meme forme de petale. C'est, au contraire, par ce caractere qu'elle diifere principalement 
du P. acuminata. Elle a cette piece beaucoup plus oblongue et surtout beaucoup moins large. Elle n ? a pas aussi les 
fruits tomenteux. II n'est guere possible de les reconnaitre par leurs feuilles. Le trait le plus caracteristique de I'orga- 
nisation de sa ileur consiste dans la forme aplatie el cintree du sommet de son receptacle. 

Cet arbre est une des plus grandes Anonacees connues. Son bois d'un travail facile est jaunatre. II est flexible 
el leger. II ne dure qu'a Pabri des intemperies. On en fait des planches, des poteaux, des jongs, des manches 
d'oulils, etc. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DE VUNONA JUCUNDA Pierre. 



PLANCHE 25. 



Rameau florifere. 
— fruclifere. 
Flcur privee de scs pelales. 
— — et de scs etamincs. 

Cou[)o verticale d'une fleur. 

Elamines vues du cole exlerieura, b; du cole interieuri 
Carpelle. 

— ouvert. 
Coupe d'un fruit. 




LHucjonetJ.Storcklith. 



UNONA JUCUNDA Pie 



; 



Imp. Pecquet, Pans 



ANONACEES 



UNONA CERASOIDES H. Bn. 



In Adansonia, VIII, 175, 548. Hist, des Plantes. Anonacees, 212-215. Polyalthia cerasoides, Bcnth ct II. f. Guatle 
Dun. Mem. Anon. 127 ; D. C. Prod. 1, 95 ; Uvaria cerasoides Roxb. Corowi. P£., 1, t. 55. 



Assez rare dans les provinces franchises de la Basse-Cochinchine ; tres comraun dans les provinces cambod- 
giennes de Iran, Banteas Meas, Samrong Tong, etc. 

Dist. : Siam, Birmanie et Inde. 

Rameaux d'un roux tomenteux dans le jeune age, puis ponctues et glabres. Fenilles oblongues, lanceolees, 
obliques, obtuses ou arrondies a la base, terminees par une pointe obtuse et assez longue, generalement plus larges 
vers la partie mediane, legerement coriaces, glabres, excepte sur la cote, a la face superieure, et velues sur la cote 
et les petites cotes en dessous. Fleurs axillaires, le plus souvent solitaires. Pedoncule de longueur tres variable, poilant 
une bractee vers la base et une bracteole vers le milieu; toutes deux fiolacees, scssiles et obtuses. Sepales ovales- 
oblongs, oblus, reflechis, pubescenls. Pelales oblongs, oboves ou oblus, concaves, recourbes, a peine plus petits dans 
la serie interieure, etroits aux deux exlremiles et surtout a la base, cbarnus et pubescents. Receptacle subcylindrique, 
Ires eleve, aplati au sommet, portant 4-6 rangees d'etamines extrorses; connectif tres large, arrondi et deprime au 
sommet et sur les bords. Carpelles, au nombre de 80 environ ; ovaire uniovule velu, termine par un style recourbe, epaissi 
au sommet et pubescent. Baies rondes munies d'une petite pointe et supportees par un pedicelle long et grele, rouges 
d'abord, puis violacees a la maturite. 

Arbre de 15 a 20 metres. Tronc alleignant nn diamelre de 12 a 15 cent. Petiole canalicule, velu, long de 2 a 5 millim. Limbelong de 
7 cent. l / t h 11 cent., large de 5 a 4 cent. ; peliles coles, au nombre de 20-24, elevees, mais surtout en dessous, reliees par une nervation 
sccondaire ct des veines tres accenluecs sur les deux faces; brillantes, et souvent, apres dessiccation, colorees en vert indigo en dessus, pales 
en dessous. Pedoncules longs de 2 a 4 cent., ascendants ct veins. Bractee siluee un pen au-dessus de la base, ovale, obovee, et plus petite que 
la bracteole, mesurant 2 a 5 millim. en hauteur, sur 5-4 millim. en largeur. Bracteole le plus souvent oblongue, accuminee ou obovee, tou- 
jours obtuse, longue de 15 millim., large de 8 millim. Sepales oblongs, lanceoles, obtus, soudes vers la base, veins exterieurcment, pubescents 
en dedans, longs de 5 a 8 millim. Pelales en forme de cuilleron, tres recourbes vers la base, et la, plus elroils; longs de 10 a 12 millim. 
sur 4 millim. \L 2 de large. Etamines porlees sur de courts filets ; antheres extrorses a loges inegalcs, souvent mal conformees dans les scries 
exterieures; conneclif Ires epais, bombe ou plane au sommet, aplati sur les bords. Carpelles a peine plus longs que les etamines, constam- 
ment uniovules. Ovule situe vers la base, ascendant, anatrope, ' tournant son micropyle en bas et en dedans. Baies porlees sur un pedicelle 
tres grele, long de 2 a 5 centim. ; ovales, glabres, recouvertes d'un perisperme charnu peu epais et de saveur assez fode, mesurant 8 millim. 
sur millim. Graine rondc coiffee, autour du micropyle, d'un corps (arille?) assez dur a la dessiccation, mais diffcrant complelcment de la 
consislance ligneuse du testa. Le raphe fait, dans une depression en forme de canal, creuse dans lc lesta, presque le tour complet de la 
graine. L'embryon, tres petit, est loge a la base et regardc le micropyle. 

q bs . Cette espece appartient a la section Monoou du sous-genre Polyalthia. Dans la presidence de Bombay, 

son bois passe pour avoir cerlaine valeur. Je ne pense pas neanmoins qu'il soit d'un usage bien grand, vu le peu 
de dimension de son tronc en hauteur et en diamelre. II est jaunatre, et sa duree doit etre cellc des especes de la 
section Polyalthia. M. Brandis (Forest Flora, l-o) (lit que dans les Ghath YUnona cerasoides devient un grand 
arbre et que son bois est estime. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DE UUNONA CERASOIDES II. Bn. 

PLANCHE 26. 

Ramcau llorifore. 

Jeune ramcau. 

Section grossie d'unc feuillc yuc du cote dc salace infericurc. 

1. Coupe verlicalc d'une ilcurj. 

Pctale vu du cote cxterieur a; ct inlerieur (b) \. 

Etamincsa, b, c, d, presentees dans divcrses positions ';. 

Carpel le ouvcrt 2 ,°. 

Grainc (a), coupec Yerlicalcmcnt (if) corps dur, pouvant olrc un arillc (a), ct coiffant la base de la grainc Canal circulairc du 
raphe (b); tegument cxterne ligncux(c), penetrant l'albumcn (<?) et le separanl en lamclles (d). Embryon (a). 




'-.re:; UtK 



UNONA CERASOIDES.H.Bn. 



ANONACEES 



UNOINA TRISTIS P. 



Espece assez rare dans les provinces do Tayinh el de Baria, commune dans cello do Bien-hoa, entre la jonelion 
dos fleuves Songbe et Dongnai. (Herb. Pierre, n. 1328.) 

Jeunes rameaux pubescents, brans ou noiralres. Fondles courlement petiolees, oblongues, lanceolees, terminees 
par vine pointe assez longue, aigues ou legerement obtuses a la base, epaisses, coriaces, pales ou presque argentees en 
dessous, brillantes a la face superieure, verdatres apres dessicalion. Peliles cotes, an nombre de 24 a 36, plus on moins 
distinctes on accuses, s'unissant loin du bord du limbe, deprimees ainsi que la cole en dessus. Cymes de 1 a 8, 
fleurs Ires petites, extra-axillaires, presque sessiles sur un bourgeon Ires court et charge do bractees pubescentes. 
Sepales sondes a la base, aigus et glabres en dedans. Petales de la serie interieure deux fois plus grands que ceux de la 
premiere, oblongs, obtus, concaves, epais et reconrbes sur le gynecee. Receptacle tres abaisse, legerement deprime 
an centre el portant trois rangees d'etamines. Carpelles au nombre de 18 environ; ovaires uniovules pnbescenls el 
tcrmines par un style ires court, epais, arrondi au sommet et glabra. 

Petit arbre de 5 a 8 metres d'elevation. Petiole Ires court, epais, subaile, canalicule en dessus, long de 1 u 5 millim. Limbe long de 
9 a 18 cent, sur 2 a Scent, de large, courant sur le petiole. La Deration secondaire forme un rescau tres lache, irregnlicr et assez acLe 
en dessous. Les sepales sonl ovales, lanceoles, velus en dehors, longs de % de millim. at millim. Les petales sont dans les deui series, 
veins ou pnbescenls a la face externe et glabres en dedans, Ires obtus et reconrbes en dedans. Les petales exterieurs, en forme de cuil- 
leron, sonl longs de 1 millim. '/ 4 a 1 millim. '/«• Les petales inlerieurs sont longs de 2 millim. '/, a 7, millim. '/,. Les etamincs, au 
nombre ,1c oil environ, sont supportees par un filet tres court. Les loges de I'anlliere sont scnsiblcmcnt incgales. Le conneclif, tres epais, 
est arrondi, court el epais. Le nombre des carpelles est (res variable. lis sont unis par la maliere cirense qui recouvre lenr surfa.e 
sligmatique el tombent lout d'une piece. L'ovule, ailacbe a la base interne, est ascendant e! a le micropyle tourne en bas et en dehors. 
Le frail est inconnn. 

Ons. — Celte espece et la suivante dilTerent des Trivqlvaria de Miqriel par un receptacle Ires abaisse el par 
des ovaires uniovules. Elle s J en rapprocbe au contraire par la conformation de ses priales. Tons ses autres carac- 
teres sonl de la section .l/o/wo/; du sous-genre PciyattMa, dont elle se distingue par des petales d'inegal develop- 
pement dans les deux series. 

Ce petit arbre aime les terrains argileux. Son Ironc a un diametre de 3 a C centim. 11 se recommande a la 
culture par l'originalite de son feuillage. Au point de vue forestier, sou utilite est Ires contestable. Son bois jau- 
nalre el assez dur est neanmoins utilise par les indigenes pour claies et chevilles. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DE UUNONA TRISTIS Pierre. 

PLANCHE 27, 

liamcau florifere. 

Face inferieurc d'une porlion dc feuillc. 

1. Flour J. 

2. Coupe longiludinalc d'une fleur -J. 

3. Pelale exlerieur 4« 

4. Pelale hitmen r ';'• 

5. diamines presentees surles faces exlerieure a, laleialc c et inlerieure ou dorsale^ ". 
G. Carpelle ouverl J. 




UNONA TRIST1S Pi 



Paris .O.DOIM Krtit 



rap. Beccjuet, Ba-i 



ANONACEES 



UNONA MODESTA P.erre 



Espece assez rare dans les montagnes de Dai, de la province de Chaudoc et dans celle de Kereev, de la pro- 
vince de Samrongtdng {Herb. Pierre, n. 3614); commune pres des cataractes de Khong du fleuve Me-Kong (Coll. 
Harmand, n. 151) et dans la province de Bien-hoa, vers le mont Lu. 

Jeunes rameaux glabres, ponclues et noiratres. Feuilles oblongues, lanceolees, terminees par une pointe assez 
longue et legerement obluse ; obliques et aigues a la base ; portees par un court petiole canalicule ; coriaces, bril- 
lantes en dessus, pales en dessous, enlierement glabres. Petites cotes, au nombre de 28 a 36 9 elevees sur les deux 
faces; nervation secondaire tres largement reticulee, souvent irreguliere, assez accentuee en dessous, deprimee ainsi 
que la cote en dessus. Cymes le plus souvent uniflores, opposilifoliees ou extra-axillaires. Pedoncule plus long que 
le petiole, portant 2 ou 3 bractees a la base. Sepales ovales-lanceoles, soudes a la base, pubescents. Petales interieurs 
2-3 fois plus grands que ceux de la serie exterieure; tous oblongs, concaves, obtus, charnus et pubescents en dehors, 
glabres en dedans, jaunatres. Receptacle large, abaisse, presque triangulaire, deprime ou legerement concave au 
sommet, tres vein. Etamines oblongues, pedicellees, formant o a G rangees. Carpelles au nombre de 90, velus, termines 
par un style court, arrondi au sommet et pubescent. Baies ovales-oblongues et terminees par une petile pointe. 

Arbre dc 10 a 15 metres. Rameaux Ires presses et ascendants. Ecorce noiralre, peu epaisse, tres fibreuse. Petiole long de 2a 3 millim., 
canalicule en dessus, glabre. Limbe long de 12 a 20 cent., large de 5 cent. '/, a 4 cent. % tres inegal a la base. Pedoncule naissant au 
sommet d'un bourgeon tres court, long de 10 a 15 millim. FJeur large de 10 a 12 millim. Sepales ondules, reflechis, termines par une 
pointe assez longue, beaucoup plus petits que les petales, longs de 1 millim. */, environ. Petales interieurs longs de 9 a 10 millim., largcs 
de 7 a 8 millim.; petales exterieurs longs de 4 a 5 millim. sur 5 a 4 millim. de large. Etamines, environ 120, oblongues. Leurs filets, 
larges, aplalis, sont presque aussi longs que les antheres. Celles-ci out des loges inegales, exlrorses et sont surmontees dun connectif, large, 
peu epais, arrondi au sommet. Les carpelles sontde meme longueur que les etamines. L' ovule, insere au bas de la loge, est ascendant, analrope 
avec le micropyle tourne en bas et en dehors. Les fruits sont portes par un pedicelle long de 2 cent, lis sont longs de 18 millim. et out un 
diamelre de 8 a 9 millim. Le perispcrme est peu epais, glabre et brillant. La graine ne differe en rien decelles des Anonacees du sous-genre 
Pohjallliia. 

Obs. — Cette espece appartient a la meme section que YUnona Iristis, dont elle differe principalement par la glabres- 
cence, des pedoncules plus longs et des fleurs plus grosses. Elle parait etre egalement voisine du Polyalthia costata, 
H. f. et T., dont elle se distingue par des feuilles glabres et la longueur des pedoncules. 

11 n'y a pas a faire cas de celte espece dans le reboisemenl de nos forets. Elle est aussi peu utile que YUnona 
tristis et aussi peu repandue. 

Une espece, evidemment tres voisine de YUnona modesta, et dont nous ne connaissons pas les fleurs, babite les 
elevations montagneuses de la province de Kamput, au Cambodge, et le voisinage de la ville de Petchapury dans le 
royaume de Siam. Ses fruits sont ovales et portes par un pedicelle plus court. En void la description : 

UNONA CONCINNA Pierre. — Petit arbre de 5 a 6 metres. Jeunes rameaux noiratres et glabres. Feuilles 
oblongues ou ellipliques-oblongues, terminees par une courte pointe obtuse, arrondies ou aigues et obliques a la base, 
coriaces et glabres. Petites cotes au nombre de 24 a 28, tres distantes, unies loin du bord et reliees par une ner- 
vation espacee et largement reticulee. Pedoncule oppositifolie ou extra-axillaire. Pedicelle du fruit a peine plus long 
que le fruit, tiaies ovales, arrondies, brillantes et glabres. 

Petiole long de 6 a 8 millim. Limbe long de 14 cent. V, a 20 cent. % large de 3 cent. 7, a 7 cent., brillant en dessus. pale en 
dessous. La cote est deprimee en dessus et elevee en dessous; les petites cotes sont legerement aecenluees sur les deux faces. Pedoncule 
long de HI a 15 millim. Pedicelle du fruit long de 5 a 8 millim. Baie longue de 8 a 10 millim. Graine conformee corame celles des 
especes du sdu^-geni-c PohiuUhia. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DE VUNONA MODESTA Pierre. 

PLANCHE 28. 

Rameau fruclifere et florifere de YUnona modesta. 

Portion de feuille grossie *. 

1. Fleur grossie \ de YUnona modesta. 

c 2. Coupe longitudinale d'une fleur ~. 

3. Etamines presentees du cote exlerieur (a), lateral (b) ct interieur (c). 

4. Ovaire (a), ouvert longitudinalement (b). L'artiste n'a pas represente la pubescence qui recouvre le sommet du style ?. 

5. Graine \. 

6. Coupe longitudinale d'une graine; testa ou tegument externe a; canal raphecn b; albumen penetre par lc testa c; embryon d. 
Rameau friiclil'm: de Yl'mma concinna Pierre. 




L.HngonetJ.StorcklitEi 



A.C. la 6 UNONA MODESTA Pierre 

B UNONA C0NC1NNA Pierre 



Pans _ 0.1) GIN, Edit 



- '. - fa;:^ 



ANONACEES 



UNONA DEBILIS Pi 



tres commune de la province de Bien-hoa, dans les regions da Song-lu et de Bao-Chiang; dans les monts 
Cau Thivai, de Dinh, de Baria et dans les monlagnes de Dai et de Cam de la province de Chaudoc. {Herb. Pierre, 
n. 289, 1763, 1765 et 1771.) 

Jeunes rameaux roux, tomenteux on bruns, ponctues et glabres dans la vieillesse. Feuilles presque sessiles, oblon- 
gues, lanceolees, terminees par une pointe courle et obtuse, cordees ou arrondies et obliques a la base; coriaces, 
glabres et luisantes en dessus; pales, velues ou pubescenles sur la cote et les pelites cotes en dessous et presque 
glabres a Page adulte. Petites cotes au nombre de 24-26, de meme que la cote et la nervation secondaire a peine visibles 
en dessus, tres accenluees en dessous. Fleurs le plus souvent solitaires, oppositifoliees ou extra-axillaires, sessiles. 
Sepales oblongs, obtus, d'un roux tomenteux en dehors, glabres en dedans. Petales, de longueur presque egale, lineaires- 
oblongs, lermines par une pointe obtuse, concaves en dedans, Ires epais, velus sur le dos, glabres du cote inte- 
rieur. Receptacle presque cylindrique, deprime au sommet, tres velu. Etamines formant trois rangees. Carpelles au 
nombre de 6 a 12; ovaires biovules et velus. Baies presques sessiles, ovales; etranglees quand elles sont composees 
de deux graines et alors oblongues; terminees par une courte pointe et pubescentes. 

Arbrede 6 a 10 metres. Rameaux greles, lortueux et penches. Petiole epais, long de 2 a 4 millim., tres tomenteux. Limbe des feuilles 
long de 7 a 10 cent., larges de 25 a 55 millim., plus large a la base. Fleurs etalees ayant un diametre de 8 a 10 millim. Sepales soudes a la 
base, longs de 2 millim. Petales longs de 5 a 8 millim. Les interieurs un peu plus courts sont legerement concaves a la base. Etamines sup- 
portees par un tilet tres court, oblongues et plus larges au sommet qua la base. Les loges de Tanthere sont inegales. Le connectif est epais, 
bombe ou tronque. Les ovules sont superposes et inseres, Tun sur le bord gauche, l'aulre sur le bord droit de la feuille carpellaire. lis sont 
opposes par leurs raphes et ascendants. Leur micropyle est lourne en dehors et en bas. Les baies ont un perisperme tres peu epais. Elles 
mesurent en hauteur 10 a 12 millim. et en diametre 6 a 8 millim. Les graines sont celles des Unona. 

Obs. — V Unona dcbllis appartient a la section Eupolyalthia du sous-genre Polyalthia. Par ses petales lege- 
rement concaves et recourbes au sommet, elle se rapproche aussi de la section Trivalvaria. Elle croit ordinaire- 
ment dans les terrains arides et pierreux. Son tronc, peu droit, n'atteint pas plus de 4 a 6 cent, de diam. Son 
bois, blanc ou jaunatre, quoique assez dur, est peu utilise. C'est une espece a dedaigner dans nos plantations fores- 
tieres. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DE UUNONA DEBILIS Pierre. 

PLANCHE 29. 

Rameau florifere. 

— fructifere. 
Face inferieure d'une section de feuillc agrandie [. 

Coupe longitudinale d'une fleur *. 

Pelale presente du cole de sa face interne, legercment concave a la base ;. 

Etamines presentees du cole exterieur (a), lateral (c) et inlerieiw (&), 

Carpelle ouvert 4 r °- 

Baie £ 

Coupe d'une baie {. 




L.Ikujon etJ.Storcklith. 



UNONA DEBILIS Pierre 



Paris_O.D0IN Edit. 



Imp. Bee c^i et, Paris 



ANONACEES 



UNONA LUENSIS P, 



Especeassez rare des provinces de Bien-hoa et de Baria. (Herb. Pierre, n. 1366.) 

Jeunes rameaux veins et roussatres. Feuilles courtement petiolees, oblongues, lanceolees, terminees par une 
pointe presque aigue ou obtuse, arrondies ou subcordees et obliques a la base, legerement membraneuses, velues 
ou pubescentes sur la cole, en dessus et en dessous, et sur les pelites cotes, a la face inferieure settlement. Petites 
cotes an nombrede 30 a 36, unies bien avant le bord du limbe, tres elevees en dessous, reunies par une nervation 
secondare accusee sur les deux faces et composee de mailles tres espacees et irregulieres. Pedoncule axillaire, 
uniflorc, Ires long, velu, muni au-dessus du milieu de deux larges braclees foliacees, espacees el alternes. Bracteoles 
ovales-oblongues, obtuses, de meme consistance que les feuilles. Sepales libres jusqu'a la base et legerement imbriques, 
ovales-oblongs, lanceoles, obtus, glabres en dedans. Petales valvaires, a peu pres legale longueur dans les deux series, 
oblongs, lanceoles, obtus, velus en dehors, pubescents en dedans. Receptacle presque pyramidal, legerement plane 
au sommet, velu. Etamines extrorses formant cinq series. Carpelles velus, au nombre de 15 a 20; ovaires uniovules. 
Baies ovales, oblongues, moins larges que leurs supports. 

Arbre de 1 a 5 metres. Rameaux Ires allonges, relombanls et comme grimpants. Petiole epais, Ires vein, d'un roux tomenteux, 
long de 2 a 3 millim. Feuilles longucs de 12 a 22 cent. ; larges de 4 a 5 cent., terminees par une queue assez longue, et legerement 
coriaces; brillanlcs en dessus, pales en dessous. Pedoncule long de 4 a 5 cent. Braclees longues de 15 a 18 millim., larges de 7 a 9 millim., 
presque sessiles, velues sur la cote et les petites cotes, d'inegale dimension. Sepales longs de 5 millim. ■/■ et larges a la base de 4 millim. 
Petales longs de 6 a 7 millim., dans les jeunes fleurs, et larges a la base de 5 millim. Etamines porlecs par un filet tres court. Anlheres 
a loges inegales el terminees par un connectif presque oblong dans la premiere rangee, angulaire et tronque dans les series inlerieurcs. Baies 
glabres, terminees par une courle pointe, pourpre a la malurile, larges de 9-11 millim. sur (3 a 7 millim. Graines exactement confor- 
mees comme eel les des especes du genre. 

Obs. — Cetleespece est voisine, par son inflorescence, de Vlnoim eerasoides, donl ellea a peu pres les memes 
braclees. Elle s'en distingue d'ailleurs aiseincnt, surlout par la forme de ses petales aplalis et non cbarnus. Elle peut 
etre rangee aussi dans la section Momon du sous-genre PolyaltMa, malgre cette difference de conformation des 
petales et malgre ses sepales legerement imbriques. Les sepales et les petales ont des formes tres diverses dans les especes 
de la section PolyaltMa. Nous avons deja constate, dans YUnona ThorelU, des petales imbriques comme ceux d'un 
Guattcria ou Cananga americain. L'imbrication des sepales de YUnona Lucnsis indique encore qu'il n'est pas possible 
de separer les Guattcria des Unona, dont ils ne doivent former qu'un sous-genre, a peine distinct des Polyalthia. 
UUnana Luensis n'a pas grande valeur comme espece foresliere. Les indigenes ltii reconnaissent un bois flexible 
qu'ils utilisent quelquefois pour la fabrication de leurs arcs. Elle est plus interessante an point de vue ornemenlal. 
Ses fleurs sont jaunatres et Ires odorantes. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DE L'UNONA LfEXSIS Pierre. 

PLANCHE 30. 

Rameau floriiere. 

— frucliferc. 

1. Diagramme. Par crreur, lcs sepales sont represents commc valvaircs. 

2. Flcur grossie, privec dc scs sepales, de ses petales el d'unc parlie de scs elamincs. 
5. Etamines dc differenles formes, suivanl leur hauteur d'inscrlion sur lc receptacle. 

4. Carpellcs donl un (c) est ouverl, l'aulrc (b) csl normal, c'cst-a-dire couronne de son sligmalc : le premier (a) a perdu son sommet 

sligmatique. 

5. Coupe longiludinale d'un fruit. 




E.Delpy d 



L.HucjcmeU. Storcklith. 



UNONA LUENSIS P 



Paris -O.DOIN Edit 



Imp. Beccjuet, Paris 



ANONACEES 



UNONA EYECTA Pierre 



Habile toute la Basse-Cochinchine, le Cambodge et le Laos. 

Dist. : Siam! Philippines? 

Rameaux velus, brun roussatre, glabres a 1'elal adulle et ponclues. Feuilles courtement petiolees, lineaires oblon- 
gues, lanceolees, lerminees par tine poinle obtuse; etroites, arrondies ou cordees et obliques a la base; legere- 
ment coriaces et presque membraneuses ; glabres, excepte sur la cote en dessus, plus ou moins velues ou pubes- 
centes en dessous et presque glabres a l'etat adulle. Pedoncule opposilifolie ou extra-axillaire, le plus souvenl 
solitaire, pubescent, naissant sur un bourgeon Ires pelit et squameux ; muni enfin d'une bract ee lineaire caduque 
submediane. Sepales ovales lanceoles, aigus, velus en dehors, glabres en dedans. Petales d'inegal developpement 
dans les deux series, pubescenls ou velus en dehors, glabres en dedans. Ceux de la serie exterieure sont plus 
petits; ils sont ovales-oblongs, lanceoles, tres aigus; ceux de la serie interieure sont elliptiques-oblongs, oboves ou 
obtus et plus developpes en largeur el en longueur que ceux de la serie exterieure. Receptacle hemispherique ou 
subcylindrique, concave au sommet, glabre ou presque glabre vers la base et velu au point d'insertion des carpelles. 
Etamines formant 2 et le plus sou vent 5 series. Connectif epais, arrondi. Carpelles au nombre de 15 a 60. Ovaires 
uniovules et velus. Baies pisiformes, pubescentes dans la jeunesse, puis glabres. 

Obs. — J'ai fait figurer trois formes de YUnona evecta. Elles peuvent, a la rigueur, elre aceeplees comme des 
especes distinctes. Cependant, comme elles ne different essentiellement que par le nombre de leurs carpelles, j'ai 
prefere ne les considerer que comme varietes d'un seul type. Ses fleurs et son fruit, sauf de legeres differences, 
sont semblables a ceux cle YUnona subcrosa. On la distingue de celte espece par des feuilles lineaires-oblongues, 
lanceolees, obtuses, et par la forme des petales interieurs. 

a. Intermedia. PI. 31, A. 

Arbrisseau multicaule de 50 cenlim. a 1 metre d'elevatiou. Feuilles longues de 6 a 14 cenlim. sur 2 a 4 centim. dc large, glabres de bonne 
heiire, souvent rougealrcs en dcssus, apres dessiccation ; presque coriaces. Pedoncules au nombre de 1 ou 2, larges de 2 a 3 cenlim. Sepales 
longs de 2 millim. sur 1 millim. '/,. Petales exlerieurs larges de4 millim. sur 2 millim. Petales interieurs larges de 8 millim. sur 10 millim. 
Carpelles au nombre de 10 a 20, generalement au nombre de 15, comme dans YUnona suberosa. Cetle forme sert d'intermediaire entre 
YU. evecta et YU. suberosa. (Herb. Pierre, n. 289% 289 b et 824.) 

p. Baochianensis. PI. 51, B. 

Pelit arbre de 8 a 10 metres. Feuilles longues de 6 centim. % a 17 cenlim., le plus souvent mesuranl de 12 a 14 cenlim., larges de 2 a 
5 cenlim., beaucoup plus velues que dans les aulres varietes, presque membraneuses. Pedoncule solitaire long de 5 centim., Ires velu. Sepales 
longs de 2 millim. y 4 et larges a la base de 2 millim. 3 / 4 . Petales exlerieurs longs de 5 millim. '/, sur 5 millim. Petales inlerieurs longs de 8 a 
9 millim. sur 4 millim., oboves. Carpelles au nombre de 40 a 60. C'esl le type de YUnona evecta. (Herb. Pierre, n. 1762.) 

y. Attopeuensis. PI. 51, C. 

Feuilles presque glabres ou bientot glabres, membraneuses, longues de 6 centim. a 16 centim., larges de 28 millim. a 48 millim. Pedon. 
eule solitaire oppositifolie, long de 12 a 22 millim. Fleurs plus petiles et moins velues. Sepales longs de 2 millim. sur 2 millim. */,. Petales 
exterieurs longs de 4 millim. l /., et larges de 5 millim. Petales interieurs legcrement lanceoles, longs de 7 cenlim. el larges de 4 millim. ' /.,. 
Carpelles au nombre de 30 environ. Fruit inconnu. (Herb. Pierre, n. 1794. Coll. Harmand, n. 1394.) 

Obs. — Le bois des varietes de YUnona evecta est sensiblement semblable. 11 est blanc jaunatre, dur, iris 
flexible el d'une utilite restreinte a cause du peu de developpement de son tronc. Ses feuilles, comme celles de 
beaucoup d'Anonacees, sont employees en infusion theiforme pour combattre la iievre. Elles sont prealablement, comme 
celles du the, legerement dessechees au feu, alin d'enlever la chlorophylle. 



EXPLICATION DES VAMETES DE VUNONA EVECTA Pierre. 

PLANCHE 31. 

Ramcau florifere ct ihictifcre de la variele inlermediaire. Avcc portion de feuille agrandie \. 
_ _ de la variele (3. Baochianensis avec portion de feuille agrandie ;. 

__ ___ de la variele y. Attopeuensis avee portion de feuille agrandie \. 

1. Coupe longitudinale d'unc fleur 'J . 

2. Carpelle ouverl(a). . 

3 . __ lres ve l„ (a) Bgurant l'elat ordinaire de eel organe dans les fleurs des trois varietes ; carpelle non ouvcrt el pubescent (b). 

On rcneonlrc celle forme quelquefois dans la variete Attopeuensis. 

4. Coupe longitudinale d'un fruit. 




E.Delpy a 



UWiet J.StorcklitK. 



Pans _.0. DO IN Edit. 



UNONA EVE.CTA Pierre 

A. var ou intermedia. 

B- ft E^Qchianensis. 

C. v attopenensis . 



np.Bectpet, Paris 



ANONACEES 



UNONA HANCEI P, 



Hab. — Espece assez frequente dans la province de Bien-hoa, principalement dans les regions du Songbe, 
de Chiao-Xhan et de Baochan. {Herb. Pierre, n. 4791, 4750 et 1369.) 

Jeunes rameaux pubescents dans le jeune age; bientot glabres et/ponctues. Feuilles oblongues ou lineaires- 
oblongues, lanceolees, terminees par line pointe assez courte et obtuse, cuneiformes ou obtuses a la base, rigides ou 
coriaces, entierement glabres, brillantes en dessus et legerement glauques. Petites cotes au nombre de 18 a 24, 
tres distantes, egalernent elevees sur les deux faces, reliees par une nervation composee de mailles tres larges et par 
des veines areolees, tres accentuees sur les deux faces. Pedoncule solitaire a l'aisselle des feuilles, muni a la base de 
bract ees imbriquees et d'une bracteole ovale lanceolee sub-mediane; legerement pubescent, puis glabre. Sepales ovales, 
obtus, soudes a la base, pubescents. Receptacle tres eleve, sub-cylindrique et deprime au sommet. Etamines for- 
mant 5 a 6 series. Antberes a loges inegales, surmontees d'un conneclif tronque, ou arrondi, tres epais. Carpelles 
velus au nombre de 60 a 70; ovaire uniovule. Baies oblongues, terminees par une pointe courte et pubescente, 
glabres a la maturite. 

Petit arbre haut de 8 a 10 metres. Tronc tres peu eleve. Rameaux longs, ecartes et penches. Petiole long de 5 a 10 millim., creuse en 
dessus. Feuilles longues de 9 centim. % a J8 centim. % larges de 55 millim. a 52 millim., Ires brillantes en dessus. Pedoncule long de 18 a 
25 millim. Sepales reflechis, souvent caducs, longs de 2 millim. Loges des antheres tres inegales. Carpelles sessiles termines par un style 
court, epais et arrondi. Ovule situe pres de la base de 1'ovaire, ascendant avec le micropyle tourne en bas et en dehors. Baies tres nom- 
breuses, noiratres a l'etat de dessiccation, pourpres a la maturite, longues de 10 millim. sur 5 millim. et portees par un pedicelle tres 
grele, long de 15 a 18 millim. Graines exactement coniormees comme celles des UfWna. 

Obs. — VUwma Hancei a sa place dans le sous-genre Polyalthia, pres des Uaona eerasoides, V. Jenkinsii et 
U. mtida. C'est un petit arbre tres elegant et qui merite l'attention des horticulteurs. Son bois est blanc, jau- 
natre, flexible et assez dur. L'exigmte de son tronc le rend d ? un usage restraint. II n'y a pas, je crois, a en tenir 
compte au point de vue forestier. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DE VUNONA HANCEI Pierre. 



PLANCHE 32. 



A, B,C. Rameaux fructiferes. 

D. Face inferieure d'une feuille grosse \. 

1. Coupe longitudinal c d'une fleur privee de ses petalcs. 

2. Elamines a, b, c presentees dans differentes positions. 
7). Ovaire ouvert. 

4. Coupe limgilmlinalc d'un jeune fruit. 




J NONA HANCEI R 



1212. —PARIS, IMPRIMERIE A. LAHURE 

9, RUE DE FLEURUS 



FLORE FORESTIEKE 



hi. LA 



C G C H I \ G 11 1 N E 



I'.U: 



L. PIERRE 

DIRECTEL'R DU JARDIN BOTAHIQUE DE SAIGON 



OUVRAGE PUBLIC 

-1KHE DE LA HABIMB 







PARIS 

OCTAVE BOI.N. EDIIECR 



r < rjrryvr i 



YM'dilO'l aflO.IH 



a/\\\:)/ i II :)o ) 



I ! 




anonacGes 



XYLOPIA P1ERREI 



(Hance, in Jour n. of Botany [1877], 328.) 



Aun ; gien trang. Kmer : (16m chhoeu crai sar. 

Hab. — Espece frequente dans les montagnes de Dinh, pres de Baria; dans celles de Chua-Chang de la prov. de 
Bien-Hoa; dans celles de Cam et de Dai de la province de Chaudoc; dans Tile de Phu Quoc et dans les provinces de 
Kamput, de Tpong et de Samrongtong du royaume Kmer. (Herb. Pierre, numeros 37; 75 : 1760; 1779.J 

Rameaux greles, legerement pubescents et pourpres dans le jeune age; puis glabres. recouverts de ponctuations 
rugueuses et grisatres. Feuilles oblongues, lanceolees, tres obtuses au sommet, aigues a la base, coriaces ou sub- 
membraneuses, brillantes et glabres en dessus, pubescentes principalement sur la cote, pales et glauques en des- 
sous. Petites cotes au nombre de 20 a 30, legerement elevees sur les deux faces, unies loin du bord et reliees par 
une nervation secondaire, reticulee, visible sur les deux faces. Pedoncules axillaires, solitaires, ou au nombre de 1 a 3, 
superposes et quelquefoissoudes, deux a trois fois plus longs que le petiole, pubescents. Bractees, au nombre de deux, 
situees vers le milieu du pedoncule, distantes, sessiles ou engainantes, ovales, obtuses, caduques et pubescentes. Sepa- 
les soudes a la base, ovales, legerement aigus, pubescents en dehors, glabres en dedans. Petales d'inegal developpe- 
ment dans les deux series, lineaires oblongs, deux a trois fois plus longs que les sepales, concaves, membraneux et 
glabres a leur base, en dedans, pubescents sur les deux faces. Les exterieurs sont plus longs, ont une lame plus large et 
sont oboves. Les interieurs sont lanceoles, ont une lame plus epaisse, plus etroite et sont carenes sur leur face interne. 
Les etamines forment cinq a six series. Celles des rangees interieures sont infertiles. Les carpelles sont au nombre 
de 2 a 5. L'ovaire est soyeux, deux fois et demie plus court que le style et contient 4, 6 et 8 ovules biseries. Le fruit, 
courtement pedicule, est une baie ligneuse dehiscente, ovale ou oblongue, glabre et contenant de 1 a 3 graines. 

Arbre de 20-30 metres, perdant ses feuilles pendant la saison seche. Diametre du tronc mesurant de 40-60 centimetres. Petiole canalicule 
long de 2-4 milJim., pubescent. Feuilles longues de 6-10 centim., larges de 2-3 centim. Pedoncules longs de 8-16 millim. Petales longs de 
6-8 millim. Receptacle formant une expansion pyramidale et mince, creuse au centre, ouvert au sommet et cachant completement la partie inferieure des 
carpelles. Etamines lineaires oblongues, soudees al'expansion du receptacle par leurs filets aplatis et articulSs. Anthferes a 2 loges extrorses, contenant 
chacune. quatre rangees de grains de pollen. Elles sont terminees par un connectif pyramidal 6pais, obtus, tailte en biseau de dedans en dehors. 
Les etamines infertiles sont lamelleuses et plissees vers leur sommet recourbe. Les carpelles occupent le pourtour du sommet de l'axe floral et sont 
inserea au niveau du p^rianthe. Completement caches, dans leur partie inferieure, parl'expansion du receptacle, ils le depassent de toutela longueur 
de leurs styles. Ceux-ci sont etrangl^s a la base, obliques, charnus. recouverts d'asperit^s glanduleuses et purpurines. Les ovules sont, le plus 
souvent. au nombre de six. Ils sont ascendants, anatropes. 

Obs. — Cette espece appartient a la section Euxylopia. Elle est voisine du Xylopia parviflora, A. /?., mais en differe 
surtout par ses carpelles et le nombre de ses ovules. 

Le Xylopia Pierrei est un tres bel arbre d'ornement. C'est une de nos plus grandes Anonacees connues. Son ecorce 
grisatre au dehors, rouge en dedans, est tres astringente. Elle sert a remplacer Tarek dans la mastication du betel. Son 
bois est jaunatre, dur, leger et compose de fibres longues et flexibles. Les Cambodgiens disent qu'il ne dure pas plus 
de deux ans quand il est expose aux intemperies. Aussi n'est-il employe ordinairement que dans les ceuvres interieures 
des constructions et | n\r< utilities speeiales comme balanciers, brancards de voitures, arcs, manches (foutils. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU XYLOPIA PIERRE! 

PLANCHE 33 

A. Rameau fructifere. 

B. — florifere. 

G. Portions de feuilles agrandies -J- . 

1. Fleurpriv6e de ses p&ales -}-. 

2. Coupe d'une fleur priv6e de ses peHales - 1 *-. 

3. Petale exterieur vu du cote interne -J-. 

4. P6tale inte>ieur — -}-. 

5. Etamines presentees dans differentes positions ; a, face externe ; b, face dorsale ou interne : c, etamine infertile ?-. 

6. Diagramme. 

7. Carpelle vu du cote lateral, a ; du cot6 ventral, b. Coupe d'un ovaire, c. 

8. Coupe d'un fruit -J-. 

9. Graine -J-. 

40. Coupe longitudinale d'une graine : «, arille ; c, tegument; d, albumen di\is6, a la circonference, par les perforations lamelleuses d du 
tegument ; c, embryon basilaire -J-. 






\' \ 




i- : V> 



. 




XYLOPIA PIERRE I Hance 






Imp. Eeocpet. Paris 



ANONACEES 



XYLOPIA VIELANA P 



IERRI 



Annamite : Gien do. — Kmer : Dom chhceu crai crohom. 

Hab. — Espece (res repandue dans toute la Basse Cochinchine, particulieiement dans les provinces de Baria, 
Bienhoa, Tayninh, ChaUdoc, dans les lies de Condor et de Plin Quoc et dans les provinces cambodgiennes de Trail, 
Kamput, Samrongtong, Tpong et Pusath. {Herb. Pierre, n" 2021.) 

Dist. : Siam ! 

Jeunes rameaux, tomenteux, roussatres, puis ponctues. Feuillcs ovales oblongues, acuminees, le plus souvent 
obtuses au somnict, arrondics ou subcordecs a la base et legerement obliques, submembraneuses, pubescentes sur 
les deux faces, vetoes sur la cote, brunes ou brillantes en dessus ct glauques. Petites cotes au nombre de 24 environ, 
peu accentuees sur les deux faces. Veines finement areolees. Pedoncules axillaires, au nombre de 4 a 3, plus petits 
que lc petiole ou l'egalant en longueur, superposes, libres ou soudes, termines par one fleur de forme pyramidale, 
tomenteuse et roussatre. Bractees, au nombre de 2, obtuses et caduques. Sepales unis a one tres 
grandc hauteur, ovales, obtus ou oboves, glabres en dedans, veins au dehors. Petales lineaires oblongs, 
larges a la base, etroits dans leur partic superieure, concaves a leur base, membrancux, tronques sur leurs 
bords, pourpres et tomenteux. Ccux de la premiere serie, plus longs et plus larges, sont carenes exterieurement, 
legerement concaves en dedans, obtus ou arrondis au sommet. Ceux de la seconde, sont carenes a la face interieure. 
plus epais et lanceoles. Les etamines sont inscrecs sur unc expansion du receptacle en forme de vase pyramidal 
englobant les carpelles, moins leurs styles. Elles forment a 7 series : celles de la premiere rangee, en has, 
ct de la dernierc, en haut, sont reduites a des staminodes lamclleux. Les filets sont larges, caduques. Les antheres sont 
obliques, extrorses et contiennent 24 masses polliniqucs environ par logo. Elles sont terminees par un connectif oval, 
oblong, sublanceole, obtus ct pubescent. Les carpelles sont au nombre de8 a 10, et contiennent dans leurs ovaires, 
soyeux en dehors, 6 ovules biseries. Le style est oblong, charnu et pubescent. Les baies sont oblongues, etranglees entre 
lesgraines, terminees par une pointe obtuse, pubescentes et de couleur purpurine. Les graines sont ovales et coilfees a 
la base d'un arille pourprc. 

Arhre de 20 k 2b meO-es. Eeorce rougefttre. Petiole Ioag de 5 a 8 mfflim. M« grtle, pubescent. Feudles le plus souvent ovales et obtuses 
quelquefo,s legerement accuminees, souvent rougeatres a 1'elat de dessicalion, Iongues de 48 millim., a 90 mfflim., sur 25 mfflim a 40 mfflim de 
large ; le plus souvent de 75 mfflim. de longueur sur 35 millim. de largeur. Pedoncnle long de 4 a 5 mfflim., ar.icule sous la fleur et muni de 2 
bracteoles obtnses vers son sommet. Sepales hauts de 4 mfflim., tres epais. Petales eiterieurs longs de 10 a 12 mfflim ; petales in.erieurs de 6 a 8 
millim. Podocarpes longs de 10 a 1 4 millim. Baies Iongues de 23 a 30 millim. 

Obs.-Oh trouve souvent cette espece, dans les clairiercs, reduite a l'etatde buisson. C'est un tres bel arbre 
d'ornement qui conserve ses feuillcs pendant toute l'annee. Elle appartient a la section Euxylopia. Elle est tres voisinc 
du Xylopia Maingayi II. f. et T.. non representee dans 1'herbier de Kew, et, dont elle se rapproche par le nombre des 
carpelles et des ovules. D'apres It, description (II. of British India. I p. 85) le X. Vie/ana differe de l'espece 
mentionnec, par la forme arrondie et subcordec des feuillcs, par la glabrescencc et par des fleurs non solitaires. 

Le bois du Xylopia Vie/ana est jaun.tl.r. assez dur et Ires flexible. II esl employe dans les ceuvres intcrieurcs des 
constructions et parait avoir les memes proprietes (pie celui du Xylopia Pierrei. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU XYLOPIA VIELANA Pierre 



PLANCHE 34 



2 faces. 



Rameau florifere et fructifere. 
. et C. Portions de feuilles agrandies et presentees I 

Fleur ouverte. 

Fleur reduite a ses petales interieurs. 

Fleurs privies de leurs p6tales. 

Coupe longitudinale d'une jeune Fleur. 

Face exterieure d'une famine fertile. 

Autres formes d'etamine fertile. 
11, 12. Etamines plus ou moins modifiers et infertiles. 

Carpelle entoure par le receptacle, qu'on represente ici prrve de ses etamines. 

Carpelles, apres l'anthese, oul'onvoitles styles tout a faitlibres. 

Carpelles vus dans leur partie inferieure, apres 6cartement du receptacle. 
. Formes de carpelles a differents ages. 

Ovaire, ouvert du cote ventral, pour montrer la position des ovules sur le placenta. 

Ovules vus de cote. 

Graine. 

Graine coupee longitudinalement. 




&\ 




XYLOPIA VIELANA Pierre. 






anonac£es 



MITREPHORA EDWARDSII Pierri 



Hab. — Espece croissant dans les montagnes de Cholai, situees dans la province de Petchapury du royaume de Siam 
et dans celles de Knang-Repoeu, de la province de Tpong auCambodge. (Herb. Pierre, n. 1686.) 

Rameaux roux tomenteux dans le jeune age, puis ponctues. Feuilles presque sessiles, ovales oblongues, lanceolees, 
acuminees, arrondies ou cordees a la base, legerement coriaces, cilices sur les bords, pubescentes sur la cote en 
dessus et tomenteuses en dessous sur la cote et les petites cotes. Cymes de 1 a 3 fleurs portees par un bourgeon tres 
court, charge d'ecailles caduques. Fleurs sessiles, enveloppees par deux bractees, ovales, concaves, tomenteuses 
au dehors, pubescentes en dedans. Sepales ovales oblongs, obtus, presque libres jusqu'a la base, tomenteux en dehors, 
ponctues en dedans. Petales de la serie exterieure, oblongs ou ovales oblongs, concaves, laineux a la face exterieure. 
Petales de la serie interieure portes par un pied assez long, deltoides, obtus au sommet, velus sur Tarete dorsale, 
glabres en dedans. Receptacle peu eleve, concave au sommet. Etamines tres nombreuses, formant 6 a 7 series. 
Carpelles au nombre de 46 a 48, oblongs, surmontes cFun style long, recourbe et glabre. Ovaire velu conte- 
nant 46 ovules biseries. Baies sessiles, ovales, oblongues, obpyramidales, obtuses ou deprimees au sommet, tres velues 
dans le jeune age. 

Arbre de 8-10 metres. Rameaux pressed, retombants. Ecorce epaisse, noiratre. Peliole tres court, tres 6pais, velu, long de 2-3 miJlim. Feuilles 
longues de 10-17 centim., larges de 3 centim. Ij2 a 7 centim. Petites cotes purpurines sur le bord, au nombre de 24 a 36, le plus souvent de 20, 
espac^es, 61ev6es endessous, relives par une nervation transversale irr^guliere, et par des veines finement ar^ol^es visibles sur les deux faces du 
limbe. P6doncule long de 10-20 millim., cylindrique, 6pais de 3 millim. Baie longue (avant maturite), de 15-20 millim. sur 10 millim. 

Obs.— Nous n'avons eu pour decrire cette espece que des fleurs en bouton et desjeunes fruits. Elle se rapproche par 
ses fruits sessiles du M. Obtasci BL, mais s'en distingue par les feuilles, les fleurs, le nombre des carpelles et des ovules. 
Ses petales exterieurs sont ceux du M. Macrantha, mais elle en differe par les feuilles, le nombre des carpelles et 
des ovules. C'est un arbre tres ornemental. II aime les terrains rocailleux et conserve ses feuilles pendant la 
saison seche. Son bois est estime. II est jaunatre, assez dur, tres flexible et s'emploie pour balanciers, manches 
d'outils, etc. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU MITREPHORA EDWARDS1I Pierre 



Rameau florifere et fructiiere. 

Portions de feuilles presentees surles 2 faces ; 2 ~. 

\ . \\ Jeune Fleur. Sa bractee inferieure «, vue du cote interieur -\ . 

2. 2 a . Jeune Fleur privee de sa bractee inteneure. La bractee superieure a vue du cote interieur -?-. 

3. 3 a . Jeune Fleur privee de ses bractees. Un de ses 3 scales, vu du cote interieur I . 

4. Fleur priv6e de ses bractees et de ses sepales. Les petales de la serie exteneure sont representees dans leur position ava 

5. Fleur reduite a ses petales de la seconde s6rie. Un de ces petales vu du cote interieur -\ . 

6. Coupe longitudinale d'une jeune fleur -J . 

7. Etamines presentees du cote interieur («), et du cote exterieur (b), -f . 

8. Jeune carpelle ouvert 3 ,° . 

9. Coupe d'un jeune fruit -\ . 
JO. Diagramme. 



/? 




REPHORA EDWARDS If Pierre. 



Pans_O.D0IN Edit. 



Imp. Beccjuet, Paris 



anonacees 



MITREPHORA BOUSIGONIAXA Pi 



Hab. — Espece frequente dans les provinces de Bicn-Hoa el de Baria, particulieremenl dam la region superieure 
des fleuves Be et Dongnai. Herb. Pierre, n. 1307. 

Rameaux veins, roux dans le premier age, puis ponctues et rugueux. Feuilles oblongues, lanceolees, terminees par 
one pointe assez longue et aigue, cordees on arrondies a la base, coriaces, pubescentes au-dessus, sur la cote seulement, 
et, sur toute la face inferieure. Petites cotes au nombre de 36-40 tres elevees en dessous, reliees ^denervation I ra J. 
versale irreguliere et des veines areolees, visible* sur les deux faces. Cymes composees de cinq fleurs, naissant a ['extre- 
mis d'un bourgeon oppositifolie ou extra-axiUaire , charge, a la base, de bractees caduques. Pedoncule epais, 
tomenteux, naissant a l'aisselle d'une bractee ovale, obtuse, concave, glabre en dedans el portant, rers sa partie me- 
diane, une autre bractee plus grande, engainante, concave, glabre en dedans et persistante. Scales libres el babriques 
a la base, ovales, obtus, concaves, presque glabres en dedans, veins en dehors. Petales exteneurs lineaires oblongs, 
larges a la base, legerement lanceoles, acumines et obtus au sommet, veines et pubescentsen dedans, tomenteux en 
dehors. Petales interieurs plus courts, supportes par un pied etroit, allonge; ils sont deltoides, soudes par lean bords, 
en forme de route, .Jans la partie superieure. Receptacle hemispherique, concave au sommet. Etamines formanl 6 I 
8^™s.Antheresobloiigues,extrorsev^^ 

an nombre de 33 et plus, pubescents, termines par on style tres court et surmonte d'un stigmate epais. goude avec 
celui des carpelles voisins en une masse cireuse et caduque. Ovaires contenant 8-40 ovules biseries. Fruit inconnu. 

Arbre de 10 a 15 metres, .ermine par une tele pyramidale. Rameanx elates, Ires-presses, .„-,. ,nl ; „. 6pais , pubescent , 

de 3-6mdlim. Feuilles persistan.es, tongues de 8 cen.im. a 23 cen.im., larges, vers la partie inferieure, de 4 a 8 eentim., presque glabre,' avec 
n dessus, pales en dessous. Bourgeon floral long de 10 a 15 millim. Pedoncule loug de 20 a 22 millim., larges de 7 a 8 millim 
Petales interieurs longs de 15 millim., larges, au milieu, de .0 millim. et, alabase, de 3 millim. Le support est loug de 6 a 7 millim. Les Amines son. 
tres-b.en conformees dans toutes les series. Le filet est eourt, et le eonneetif est tout a fait eelui d'un Lnona. Les earpelles sont inseres sur le 
bord de la concav.te formanl le son,,,, ,„ a . en comple jamais moins de (rente el leur nombre depasse souveot 35. 

Obs, - Le fruit dessine sur la planche 36 n'est pas decette espece, ni celui, I'un Mitrephora. Cest celui d'un Uvaria, 
probablement, celui de IV. eoneava, qui, de meme que IV. macropoda el IV. lurida, paraisseul de dmples formes de 
V Uvaria Nar urn. Wall. 

Le Mitrephora BourigonUma ne se distingue franchemenl du M. Therein que par ses cymes contenant 5 BenrsauKeu 
de deux a trois. Cependant, ses pedoncules et ses petales exterieurs sont plus courts, le nombre de ses carpelles est 
plus considerable et ses feuilles sont moins tomenteuses que celles de l'espece precitee. Je conviens neanmoins que le 
M. Bowigoniana doit ttre accept^ avec reserve, taut que son fruit ne sera pas connu. 

Les.V. BomigotUamei M. Therein out de grandes affinltes avec les .1/. maenmtha, .1/. KorthalHana, M. Main- 
gayi, M. Vtmdeaeflora el M. obtma. Son port est tres elegant. Son bois, blanc-jaunatre, est leger et tres flexible. II dure 
peu. On I'emploie pour arcs, manches d'outils, brancards et balanciers. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU M1TREPHORA BOUSIGON1ANA Pierre 



PLANCHE 38 



Rameau florifere. 

Face inferieure (Tune section de feuille. 

1. Fleur. 

2. Coupe longitudinale d'une fleur -\- 

3 . Etamines presentees du cote" inteneur a et du cote lateral I 

4. Ovaire ouvert. 

5. Fruit de V Uvaria concavat 




MITREPHORA BOUSIGONIANA Pierre. 



Paris _O.D0IN Ed 



AN0NAC6ES 



MITREPHORA THOREL1I P, 



Hab. Espece frequente dans les montagnes de Baria, de Bao-Chiang, de Lu, de Deonba, et dans les provinces de 
Samrongtong et Bahteas-Meas. (Herb. Pierre, n os 485, 735 et 1745). 

Rameauxtfabordfeppugineuxet veins, puis ponctues et rugueux a Tage adulte. Feuilles ovales oblongues, arron- 
dies plus ou moms longuement acuminees et aigues, subcordees ou obtuses a la base, legerement coriaces, ciliees 
sup les bords, velues sup la cote et sup la face inferieure. Petites cotes au nombre de 28 a 35, tres elevees en dessous, 
rehees par un systeme nerveux et veineux peu apparent sur les deux faces. Cymes composees de 2 a 3 fleurs portees 
au sommet d'un bourgeon oppositifolie et charge de bractees imbriquees et caduques. Pedoncules plus longs ou plus 
courts que le bourgeon floral, naissant a Taisselle d'une bractee et munis, vers le milieu, d'une autre bractee engai- 
nante, obtuse et persistante. Sepales libres et imbriques, ovales, acumines ou subobtus, concaves et presque glabres en 
dedans, a peine plus grands que la bractee mediane. Petales exterieurs lineaires oblongs, tres Stales, plus larges au 
milieu et a bords souvent replies ; courtement acumines et subaigus ; ferrugineux et velus en dehors ; veines longitu- 
dinalement; pubescents et jaunatres en dedans. Petales interieurs portes sur un pied long et etroit et termines par une 
lame deltoide acuminee et soudee par les bords, velus sur les deux faces. Receptacle eleve, hemispherique, concave 
au sommet et portant de 6 a 7 series diamines d'Uvaria. Carpelles au nombre de 18 a 28, termines par un style court 
et epais. Ovaires velus, contenant 40 ovules biseries. Baies, portees par un long support, globuleuses, deprimees 
entre les graines, velues, roussatres ou grisatres. Graines au nombre de 6 a 8 par baie, oblongues, legerement 
aplaties. 

Arbre de 15-20 metres. Tronc noiratre. Branches etalees, legerement reflechies, ties feufflues. Feuilles longues de 16-23 centim., larges de 
5-8 centim., tres variables aux deux extremity, souvent cordis ou tout a fait aigues a la base, obtuses ou pointues au sommet. Petiole long de 
4-8 millim., arrondi, chagrine, epais et tomenteux. Bourgeon floral long de 5-15 millim. Pedoncule long de 15-30 millim., tres velu. Petales exte- 
rieurs longs de 33 millim., plus larges au milieu, parcourus de haut en bas par 10 nenures longitudinales. Petales interieurs longs de 15 millim., 
jaunes et laehetes de rouge. Les carpelles sont le plus souvent au nombre de 20-25. Tous les stigmates sont relics en une masse cireuse et 
tombent en meme temps. Les baies sont supporters par un pied long de 30-35 millim., tres grele. Elles sont ovales dans le jeune age, velues et 
ferrugineuses. Elles deviennent, a la maturite, tout a fait arrondi es, grisatres et mesurent 2 centim. en hauteur et en diametre. Les graines sont 
recouvertes par un pericarpe charnu. Elles n'ont pas de trace d'ariHe. Le testa, l'albumen et Fembryon sont exactement conformes comme ceux 
des graines d'Uvaria. 

Obs. — J'ai deja indique la grande affinite du M. Thorelii avec le 31. Bousigoniana. A premiere vue, on les distingue 
par les dimensions de la fleur et surtout, par celles des petales exterieurs. Ces deux especes ont des rapports non moins 
etroits avec les suivantes, habitant Java, Borneo et FIndo-Chine. 

On distingue le Mitrephora Thorelii du M. Mingayi, par des caracteres assez peu tranches. Les feuilles du M. Main- 
gay i, sont plus petites et n'ont que 20 a 22 petites cotes. Ses fleurs sont portees par un pedoncule tres grele et ont la 
bractee mediane 2 fois plus petite. Ses petales exterieurs sont ovales, longs et larges de 40 millim. Le nombre de ses 
carpelles est de 6 a 8. Celui de ses ovules de 6 a 8 par ovaire. lis se ressemblent beaucoup par le fruit, quand il est jeune. 

Le Mitrephora vandece flora, espece tres peu distincte du M. Maingayi, a des pedoncules longs de 42-14 millim. Ses 
petales exterieurs sont ovales oblongs, obtus et mesurent 7 millim. en largeur et 42 millim. en longueur. Ses petales 
interieurs sont larges de 7 millim. sur 3 millim. dans la partie inferieure; ils sont tomenteux a la face exterieure, vers 
le sommet seulement. Ses etamines forment 5 rangees autour d'un receptacle concave au sommet. Les carpelles sont 
au nombre de 8 et contiennent 8 ovules. 

Je ne connais lei¥. Toaienlosa que par ses feuilles. D'apres la description (Hook. f. et Th. Fl. B. I A. 76), ses fleurs 
seraient courtement pedicellees et son fruit serait beaucoup plus gros que celui du 31. Thorelii. Les feuilles, dans ces 
deux especes, sont sensiblement les memes. Cette espece n'est pas representee dans le Musee de Kew. 

Le meme fait a lieu pour le M. Kortalsiana, clout les feuilles ne paraissent pas differer du 31. Thorelii. Je constate 
pourtant qu'elles ne sont jamais cordees et que le petiole est plus long et plus grele dans le 31. Kortalsiana. Elles 
n'ont dans Techantillon, prive de fleurs, que j'ai vu a Kew, que 24 a 28 petites cotes. Ses petales exterieurs sont 
ovales, acumines et velus sur les 2 faces. D'apres Miquel (31us. Lugd. Bat. 2. anon. p. 28), le nombre des jeunes car- 
pelles ne serait que de 8 a 9. 

11 y a a Kew, un echantillon de Horsfield, n° 3, qui se rapproche, par les feuilles, beaucoup du 31. Thorelii. Cepen- 
dant les petales exterieurs sont ovales acumines et beaucoup plus longs que ceux du 31. Thorelii. 

On retrouve la meme forme de petales exterieurs dans le M. macraalhti t/asskl. lis mesurent 44 millim. en longueur 
et en largeur. Le nombre des carpelles est de 22, et celui des ovules est de 6. Le fruit est oblong, presque glabre et porte 
par un court support. 

Dans le 31. Oblusa, on trouve aussi 22 carpelles. Mais le nombre des ovules est de 9 a 40, les etamines forment 5 series 
et les petales sont ovales et obtus. Ses feuilles sont tres petites et ne portent que 40 petites cotes. 

11 me parait done que le Mitrephora Thorelii se distingue suffisamment bien des especes dont nous venons de papier. 

C'est un arbre eminemment social. 11 est tres commun dans toutes nos montagnes. Par la beaute de son feuillage et 
de ses fleurs, e'est une espece tout a fait digne de culture. Son bois est exactement celui du 31. Bousigoniana. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU M1TREPHORA THORELII Pierre 

PLANCHE 37 



Rameau florifere et fructifere. 

Rameau fructifere. 

Face inferieure d'une partie cle feuille J 

1. Fleur -{ V, 

2. Petale exte>ieur \u du cote int6rieur -\- 

3. Petale exterieur -\- 

4. Coupe longitudinale d'une fleur priv6e de ses petales ^ 

5. Etamines presentees du cote exterieur (a), et du cot 6 lateral (b). 
6-7. Carpelles ouverts yus de face etlateralement. 

8-9. Coupes de jeunes fruits -\- 

10. Coupe longitudinale d'une baie -\- 

1 1 . Graine couple longitudinalement - \ - 




LHucjonetJ.Storcklith. 



M I T I IKPI 1.0 RA TH REL 1 1 Pierre 



anonac£es 



MILIUSIA BAILLONI Pi 



Annarn/ - id khpai. — Kri>:r : dorn rfabaNI kreupai 

Bab. — Espfece trfes fogquente dans les foists de Bienhoa, de Baria et dans les montagnes de Cam el de Day de la 
province deChaudoc. (Herb. Pierre,* I129et 1769 ; CM. Bois,* 60. 

Dfcf; ManUle? Cuming, n I [98? 

Jeunes rameaux pubo-rrnu .t ^nVith- : ponctu£s el presque glabres ;i fAgeadulte. Feuilles porteesparun petiole 
trfes court, oblongues, I; i ate plus on moins obtuse et courte, ftroites a la base on arrondies, 1 - 

obbques,pubescentessurlesdeuxfaces,puisponctu6eset glabres, aFexceptiondela<36te,envieillissant; membraneuses. 
Bourgeon oppositifolfc, portanl an sommet one eyme de 1 a 3 fleurs, donl one seule, I.- plus souvent, n'avorte 
pas. P&Ioncule huit a dix fois plus long que le bourgeon floral, pench£, pubescent, souvent plus long (pie h feuille ; liJi- 
forme el muni a la base 'I'm].' bract£e elliptique. Sepales ovales lanceotes, reflechis, aussi grands que les p&ales de la 
s&ie ext^rieure, velus sur la face dorsale, glabres en dedans. P6tales ext6rieurs oblongs, concaves, uaviculaires, 
veins on ciii,- sur les bords, pubescents en dehors, glabres en dedans. Pltales de la s6rie intfrieure, S fois plus longs 
el }iln- larges queceux de la premiere s£rie, tres concaves on sacciformes a la base, ovales oblongs, acumin^s el presque 
obtus, munis de cinqnervures longitudinales,velussurlesbor< - i s< I pourpres sur la ligne m&liane,en 

dedans. Receptacle 61ev6, cylindrique, pyramidal, plane an sommet, tri s yelu. Etamines an uombre de 15 environ, 
formanl I a S series. Anther* - ovales, extrorses, terminees par an connectifobove, ponctul on glanduleux. Carpell* s 
an uombre de 16, veins, surmontes par on style court, arrondi et glutineux. Ovaire contenant 1 a 6 ovules bis6ri&. 
Baies stipitles, globuleuses, glabu s, a p£ri< i i , charnu. Graines oblongues et triangulaires. 

Arbre de 2o-30 metres. Trone ban! de I o-20 metres : son diamet • 10-12 rnillim. F > etiole long 

de 3-omillim. FeuiJ; . es cotes an uombre «! _ 

unenervati< 1-5 rnillim. Pedoncole - le d?abord, puisepaissi 

> rnillim. sur 5 rnillim. Petal-- _- _ I mfltim. sur 

1 2- 15 rnillim. Fruit t 1od£ - tillim., arrondi, sillonne" entrel \ par mi pied long de 25 rnillim. et pond 

de 22 rnillim.. larges de \2 rnillim.. eornj. 



Obs. — Le Miliusia Bailloni appartienl a la sK-tinn Sm-rojjo/n/u,), ,-t est trfes iroisin du Miliusia Uorsfi^hliL u. b. n. 
On Ten distingue par des feuilles plus grandes, moins relues; par des p£doncules floraux plus longs, par les pfetalesde la 
s£rie intferieure plus petits; par on uombre moindre de carpeDes et cfovules. Dans le Miliusia Hvr$fieldii s le oombre 
des carpelles s^levejusqu'S trente, et celui des ovules est de 9. 

l/.'i;|i;t!]till(,]i de Cuming, provenani de Manille, portanl le n J 198, et conserve an Museum de Paris, oflre aussi 
beaucoup de rapports avec le M. Bailloni. Sesjeunes rameaux et ses feuilles sont trfes ires, d'aprfes one 

aotede H. II. Baillon, contiendraient 10 ovules. J'ai suivi H. Baillon en n'acceptant le genre Saccopetalumquecomme 
one section du genre Miliusia. On trouve en effet plusieurs espfeces de Miliusia, dont les p&ales intfrieurs, offrent on 
dfeveloppement sacciforme a la base. Dans la plupart des Miliusia, I'ovaire est uniovul^, mais on trouve 2 ovules dans le 
Miliusia velutina, et I dmsle Miliusia Bailloni. Toutes les fois que Fovule n'est pas solitaire, e'est la placentation 
bis^ri^e qpii a lieu, comme dans les Be ailleurs, auquel les Miliusia sont li& 6troitement. 

Le Miliusia Bailloni est rAnonac^e la plus gigantesque de toutes celles qui habitentrindo-€3iine.fl perdses Feuilles 
• In mois de Janvier an mois d'Avril. Sa croissance est h*s rapide. II fleurit apres trois ans de plantation. Son bois est 
jaun&treet d'uneteinte nniforme depuis le coeurjusqu'aux couches les plus externes deTaubier. Qnandil es 
fibres trfes longues deviennent, ca et la, d'uneteinte brune. Sa density est moyenne. II est d'une longue <Iiij-. ; .-. qoand 
<.ii femploie dans les oeuvres int^rieures d'une construction. Expose aus intemp^ries, ilestattaqu^parles xylophages. 
Les indigenes hitilisent pour poteaux, madriers, planches, meubles, avirons, etc. Cest le bois que les Hois el les 
Kmers recherchent le plus pour la fabrication de leurs arcs. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU Ml LIU SI A BAILLONI Pierre 

PLANCHE 38 



Jeune Rameau florifere. 

Rameau fructifere. Le fruit, ici represents, est jeune. 11 est deux fois plus gros au moment de la maturity 

1. Bract<§e4-. 

2. Pelale exterieur-J-. 

3. Pelale interieur-{-. 

4. Etamines presentees du cot£ exterieur a et b, et du cot£ dorsal, c. 

5. Fleur agrandie 4- ou un pelale interieur a £t6 enlev6 pour faire voir le gynecee. 
6-7. Garpelles dont un ouvert, et contenant 4 ovules biseri£s. 

8. Diagramme. 




MILIUSIA BAILLONI Pierre 



.Paris . • 



ANONACEES 



MILIUSIA VELUTINA h.f.ett. 

- Kurz. Forest FL Brit. Burmahi, 1. 47 ; - Brandis, For. Flor., t. b. t. II; — Uvaria velutina, Dun, Anon., 91 
villosa, Koxb., FL lnd., II, 664 ; — Guatteria velutina,, A. D. C, Mem. Soc. Genev. v. 42. 



Hab. — Espece frequente dans toutes les provinces de la Cochinchinefrancaise et dans celles du Cambodge {Herb. 
Pierre, n 03 118 ; 741 ; 1766 ; 1770). 

Dist. : Inde ; Indo- Chine. 

Jeunes rameaux tres veins, roussatres et ponctues. Feuilles courtement petiolees, ovales, ovales oblongues on ellipti- 
ques oblongues, acuminees, terminees par une pointe courte, subaigue et le plus souvent obtuse; arrondies ou 
subcordees a la base; membraneuses ; tres velues sur les deux faces, surtout en dessous et ponctuees. Bourgeon 
floral oppositifolie ou extra-axillairc, assez court et portant une cyme de 1 a 3 fleurs globuleuses et longuement 
pedicellees. Sepales tres petits, ovales, acumines, velus en dehors, pubescents en dedans. Petales de la serie 
exterieure a peu pres conformes aux sepales, glabres en dedans. Petales de la serie interieure plusieurs fois plus 
grands que ceux de la precedente, ovales, acumines, concaves, velus en dehors, glabres en dedans. Receptacle sphe- 
rique., plane au sommet. Etamines formant S a 6 series. Carpelles velus, au nombre de 30 environ; ovaire biovule. 
Baies stipitees, globuleuses, pubescentes, contenant 1 a 2 graines. 

Arbre de 20 a 25 metres. Ecorce rugueuse. Petiole long de 3 a 5 millim. Feuilles tres variables de forme et de dimension, longues de 6 a 25 centim., 
larges de 4 a 14 centim. P^doncule longde 3 a 8 centim. Scales et petales ext^rieurs longs de 3 a 4 millim. Petales interieursjaunes presque sacci- 
formes a la base, longs et larges de 10 millim. Etamines ovales, oblongues, supporters par un filet large, aplati et recourbe. Antheres formees de deux 
oges extrorses inegales et surmontees d'un connectif oval, obtus, lamelleux. Style des carpelles en forme de crosse, glabre ; ovaire contenant sur 
chacun des deux bords de la feuille carpellaire, un ovule ascendant, anatrope, a micropyle tourn6 en dehors. Les deux ovules, inserts Tun 
au-dessus de l'autre, forment deux series. lis sont opposes par leur raphe\ Lespedoncules du fruit sont aussi larges que celui des fleurs. Les supports 
des baies sont longs de 4 a 8 millim. Les baies mesurent 2 cent, en hauteur et 1 cent. 1 /2 en diametre. Les graines sont elliptiques oblongues, 16gere- 
ment aplaties et sont parcourues dans presque toute Fetendue de leur circoaference par le canal rapheen. Le testa est dur, ligneux et brillant. 11 
p6netre plus ou moins profond^ment Falbumen et le partage en un nombre indetermin6 de lamelles. L'embryon basilaire est tres petit. 

Obs. — Le Miliusia velutina perd ses feuilles en saison seche. II a une croissance tres rapide. Son bois, blanc- 
grisatre, est parcouru, a Tetat de siccite, par des veines brunes. II est mou et assez leger. Ses fd)res sont longues et son 
grain assez fin. II sert pour lambris, manches d'outils, fleches, jougs. On en fait meme des avirons. Ce bois est tres vite 
attaque par les xylophages. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU MILIUSIA VELUT1NA h. f. ett. 



PLANCHE 39 

— Rameau florifere. 

— — fructifere. 

— Face inferieure d'une partie de feuille agrandie ~. 

1. Coupe d'une jeune fleur-j. 

2. P6tale de la serie inte>ieure \u du cote interieur -~. 

3. Etamines vues sur le cote exterieur a, b, dorsal ou sublateral c, d, e. 

4. Jeune carpelle ouvert -£-. Les ovules (b) sont dresses. 

5. Carpelle plus ag6 - 4 -- Les ovules sont tout a fait r6fl6chis. 

6. Coupe d'un fruit -J-. 

7-8. Graines et coupes longiludinales vues cote (a) et de face (b) de ces graines - 




MIL1USIA VELUTINA.Hf et T. 



ANONACEES 



MILIUSIA MOLLIS Pierre 



Hab. — Especc tres rare, des montagncs deKereev, situees dans la province de Samrongtong au Cambodgeet des 
montagnes de Chiao Xlian vers le nord de la province de Bien-Hoa, pres de la source du flenve Dongnai {Herb. Pierre. 
n° 3274 et 3016). 

Rameaux Ires grcles, trcs velus, roussatres, puis noiratres. Feuilles presque sessiles, oblongues, Ianceolees, 
terminees par une pointe tres fine ct aigiie, obliques a la base, cordees ou arrondics, submembraneuses, ciliees 
sur les bords, vetoes sur la cote en dessus et sur la face inferieure ; brunes, surtout a la face superieure. 
Cyme axillaire, reduite le plus souvent a une seule fleur, et portee par un pedoncule veto et muni de 6 bractees. 
Sepales ovales ou deltoides, concaves, tres largcs a la base, tres obtus, glabres en dedans, velus en dehors. Petales de 
la serie exterieure, un peu plus longs que les sepales, ovales lanceoles ou suboblongs, acumines, legerement concaves, 
carenes et pubescents en dehors, glabres et ponctues en dedans. Petales de la serie interieure plusieurs fois plus grands 
que ceux de la precedents ovales, obtus, tres concaves, pubescents et ponctues en dedans, glabres a la base, tres velus 
dorsalement. Receptacle pyramidal ou presque cylindrique, legerement aplati au sommet, tres veto. Etamines, au nombrc 
de \% formant trois scries, dont la premiere est reduite a des lamellcs. Antheres extrorses et sans prolongement 
de connectif. Carpclles au nombrc de 3 a 4, entierement glabres, surmontecs d'un style tres court ct epais. Ovaire 



Arbrede 8-10 metres. Rameaux ascendanto, tres presses et feuillus. Petiole tres veto, epais, long d'un millimetre. Feuilles glabres en dessus, 
noiratres et brillantes, pales ou ferrugineuses en dessous, tongues de 3 1 11 centim., larges de 15 a 33 millim. Petites cotes au nombre de 30.' 
legerement dessine.es sur les deux faces. Bourgeon floral et pedoncule longs de S a 8 millimetres, tres velus. Bractees oblongues, obtuses, concaves, 
velues. Sepales longs de 1 millimetre, (res larges a la base. Pe.(ales exterieurs longs de 1 a 1 1/2 millim., libres, cilies sur les bords. Petales 
interieurs longs et larges de 3 a 4 millim., epaissis sur leurs bords tres velus. Etamines fertiles porl6es par un filet large et aplati. L'ovule est insert 
h la base de l'ovaire ; il est ascendant, anatrope avec lemicropyle tourne en bas et en dehors. 

Obs. — Le Miliusia mollis est un job petit arbre d'ornement. II ne perd pas ses feuilles pendant la saison seche. Son 
bois est jaunatre, compose de fibres tres denses et tres longues. II est employe par les indigenes pour arcs, mancbes 
d'outils, chevilles, etc. 

Cetle especc a tout le facies du Miliusia Roxlmrghiana. Elle est rcmarquable par le manque de developpement de 
son connectif. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU MILIUSIA MOLLIS Pierre 



Rameau florifere. 

Partie inferieure de feuille agrandie 3 fois. L' artiste, par erreur, n'a pas rendu les poils qui recouvrent totalement cette face de la feuille. 

\ . Cyme uniflore -}-. 

2. Coupe longitudinale d'une jeune fleur-^- 

3. Sepale presente sur les faces interieure (a) et exterieure (b) -\° . 

4. Petale de la serie exteneure presente sur les faces interieure (a) et exterieure (b). 

5. Petale de la serie interieure presente sur les faces interieure (a) et exterieure (b)-%- 

6. Etamines presentees sur les faces externe (a) interieure (b) et lateral e (c) '; 

7. Carpelles a et b, dont un ouvert -^. 

8. Diagramme. 



PL. 40. 







MILIASIA MOLLIS Pi. 






Imp.Bec-uetPai 



anonac£es 



MILIUSIA CAMPANULATA Pierr. 



Hab. — Espece commune, a une altitude de 200 a 300 metres, sur les montagnes Pang Chac et Knang-Repoeu, dans la 
province de Tpong, au Cambodge. (Herb. Pierre, n° 602). 

Jeunes rameaux greles, entierement glabres et glauques. Feuilles petiolees, oblongues, lanoeolees, terminees par une 
longue pointe aigue, cuneiformes a la base, membraneuses, glabres, brillantes en dessus, pales en dessous, glauques. 
Cyme axillaire, le plussouvent uniflore et rarement composee de trois fleurs, naissant au sommet d'un court bourgeon, 
munidetroisbractees.Pedonculetresgrele et long. Sepales lineaires oblongs, acumines, pubescents, cilies etverdatres. 
Petales de la serie exterieure de meme forme et de meme coloration que les sepales, mais un peu plus longs. Petales 
de la seconde serie beaucoup plus grands que ceux de la premiere , soudes et libres au sommet , trinerves 
et formant une corolle campanulee ou globuleuse, terminee par trois pointes legerement obtuses ; charnus, glabres et 
jaunatres. Receptacle tres eleve, cylindrique, aplati au sommet et velu. Etamines au nombre de 18 a 25, disposees en 
trois series, portees par un filet court, aplati et rccourbe. Antheres extrorses, a loges oblongues, reniformes et d'egal 
developpement.Connectif ovale, acumine, lamelleux, tresaccuse. Carpellesvelus, au nombre de8al6. Ovaireuniovule. 
Jeunes fruits stipites. 

Petit arbrede 2 a 1 2 metres d'elevation, portantca et la des ponctuationsnoiratres. Rameaux ascendants. Tronc haut de 2 a 4 metres, avec un diametre de 
5 a 6 centim. Petiole canalicul6, recouvert en partie par le limbe decurrent, large de 5 a G millim. Feuilles larges,vers la partie superieure, de 2 cent. 1 /2 
a 5 cent. , longues de 1 4 a 1 8 centim . Elles ont de 1 8 a 22 pelites cotes espacees, finement elevees, unies et formant des arcs reguliers bien avant le bord et 
moins apparentes sur la face superieure . Des nervures, au nombre de 1-2 egalement elevees et partant de la cote, s'etendent jusqu'aux arcs formes par les 
petites cotes. Elles sont reliees par un reseau de veines formant des mailles tres fines, tres espacees et irregulieres. Le bourgeon floral porte des brac- 
t6es concaves, lanceolees, a 5ou 6 millim. de sa base et donne naissance, en ce point, a une fleur, dont le pedoncule,le plus souvent pencil, est long de 
3 a 4 cent. La fleur mesure en hauteur de 10 a 15 millim. et enlargeur de 06 a 10 millim. Les scales sont longs, de 4 a 5 millim., et les petales ext6- 
rieurs, de 5 a 6 millim. Les petales int^rieurs, sont longs de 15 millim. Les carpelles sont surmontes d'un style oblong, charnu et recouvert de 
ponctuations glanduleuses. L'ovule est insert tout a fait a la base de l'ovaire. Supporte par un long funicule, il est ascendant, anatrope et a le myero- 
pyle tourne en bas et en dehors. Lesjeimes fruits sont ovales etsont supportes par un pied assez long. 

Le Miliusia campanidala a le feuillage du M. Macrocarpa et la fleur du M. Roxburghiana, quant a ses petales inte- 
rieurs, soudes dans une grande partie de leur longueur. II fait partie de la section Hyalostemma, ou tous les caracteres, 
sauf Punion accidentelle de la corolle interieure, sont ceux desMiliusia, On trouve dans le 31. Roxburghiana, desovai- 
res uniovules et biovules, dans la meme fleur. Dansce dernier cas, les ovules sont alors biseries comme dans le Miliusia 
velutina et comme dans les espcces de la section Saccopetalum. Dans le M. Macrocarpa H. F. et (T. Fl. Rrit. Intl., 1, 86), 
les ovaires contiennent aussi deux ovules biseries. Dans cctte espece, il y a une irregularis qu'il importe de signaler, 
car elle etablit d'une facon ccrtainc la grande affinite des Bocageact cles Miliusia. Les sepales d^unejeune fleur, quelques 
moments avant Panthcse, composent le verticelle le plus grand. II sont exactement conformes comme les petales de la 
serie exterieure, rapproches par leurs bords et caduques. Les petales de la serie interieure sont soudes dans presque 
toute leur etendue, et ne different pas, comme forme et grandeur, des sepales et des petales exterieurs. II n'y a 
done, en ce moment, de difference entre un Bocagea et un Miliusia, dans Pespece qui nous occupe, que par le nombre 
plus considerable des ovules dans les ovaires des Bocagea, caractcre lui-meme tres variable et de peude valeur quand on 
considere que le nombre des ovules est considerable dans lesespeces de Miliusia de la section Saccopetalum. Le Miliusia 
campanulata est un tres joli petit arbre d'ornement, Son bois est jaunatre, assez dense, tres flexible, mais d'un usage res- 
treint a cause de Pexiguite de son tronc. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU MILIUSIA CAMPANVLATA Pierre 



PLANCHE 41 



Rameau florifere etfructifere. 
\ . Coupe longitudinale d'une fleur. L'artiste a mis par erreur plus de trois nervures par petale J 

2. Fleurs ou les pelales inte>ieurs ont 6t6 enlev6s 1 . 

3. Etamines presentees du cot6 exterieur (a) ; interieur (b) et lateral (c). 

4. Carpelle ouvert dans la region ovarienne. 




L.Hugonet J Store k ,litfi. 



MILIUSIA CAMPANULATA _ Pierre . 



Par^.O.DOntEdit. 



ANONACEES 



MILIUSIA FUSCA P,err. 



Hab. - Espece rare des montagnes de Rancon, situees dans la province de Samrongtdng; et de celles d'Aral de la 
province de Tpong, au Cambodge (Herb. Pierre, n° 737;. 

Jeunesrameauxgreles, veins, noiratres. Feuilles courtementpetiolees, oblongnes on elliptiques-oblongues, acuminees 
et a pointe obtuse ; etroites, obliques, arrondies on obtnses a la base ; plus larges vers le milieu ; submembraneuses on 
legerement coriaces; glabres, moins le petiole et la cote. Cyme, de d a 3 fleurs, axillaire, munie de 3 bractees au sommet 
du bourgeon floral. Pedoncule, pubescent, muni d'une bractee oblongue. Sepales et petales exterieurs oblongs, acu- 
mines, presque conformes, pubescents en dehors, cilies sur Ies bords. Petales de la serie interieure 3 a 4 fois pins' deve- 
loppes que ceux de la serie precedente, ovales, obtns, concaves, pubescents en dehors, glabres en dedans. Receptacle 
hemispherique, eleve, plane au sommet, tres velu. Etamines formant trois series, dont la premiere est reduite a des 
staminodes. Carpelles glabres, ordinairement au nombre de G, sormontes d'un style tres court et obtus. Ovaire uni- 
ovule. Baies ovales ou suboblongues, stipitees. 

Petit arbre de 4-10 metres. Rameaux tres presses et feuillus. Tronc de 10-12 metres d'elevation, ayant u„ diametre de 4-6 eentim Petiole velu 
long de 1-2 millim. Feuilles lougues de 6-9 cen.im. sur 22-35 millim., brillantes en dessus etd'une teinte sombre apres dessiccation Peti.es eo.es au 
nombre de .6-22, pen accen.uees sur les deux faces, reliees par des nerfs e, des veines pen visibles. Pedoncule long de 6-8 millim Bractees 
velues, cbees sur les bords. Fleur petite etglobulei.se. Sepales et petales exterieurs, longs de 1 millim.'/, sur . millim. ■/, de largeur Petales 
inlerieurs, longs de 2 millim. •/. sur 3 millim. de large, famines portees par un filament court, apla.i et recourbe. Celles de la serie Lrieure on, 
la forme de Iamel.es ; celles des au.res series son. oblongnes, ex.rorses ; leurs an.beres on, des loges egales e. espac.es. Lenr conuec.if lamelleux 
est legerement acumine et obtus. Les ovaire, on. un ovule basilaire, ascendant, ana.rope, avec le micropyle tourne en bas et en dehors Les l„ies 
son. glabres; leur perisperme .res mince e. charnu, est rouge a la maturite. Elles mesuren. 7 millim. sur 11 millim. Elles son. por.^es par des 



podocarpes longs de 7 a 8 millim. Les graines sont exactement de la forme de la baie, el on. la i 



de Milii 



orgamsalion que celles des autres espfeces 



Obs. - Dans le Miliusia fusca, les petales interieurs sont libres et les carpelles uniovules. Elle apparticnt done a la 
section Eumiliusia. Elle est tres voisinc du 31. mollis et comme cette espece, elle est remarquable par un nombre 
reduit diamines et de carpelles. II conviendra peut-etre d'etablir une section particuliere pour ces especes qui, par 
leur conformation, se rapprochent a la fois des Bocagea et des Orophea. 

Le Milimia fusca est un joli petit arbre d'ornement. Son bois jaun.atre, dur et flexible est employe par les indigenes, 
pour arcs, manches d'outils, supports, etc. On ne doit pas neanmoins en tenir grand compte dans le reboisement de 
nos forets. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU MILIUSIA FUSCA Pierre 



Rameau Florifere. 
— fructifere. 
Portion infe>ieure d'une feuille augmented, -}- 

1 . Une cyme uniflore 

2. Pelale de la se>ie exterieure prdsente" du cote inte>ieur - 1 , - 

3. P6tales de la serie interieure, vu du cote interieur -\°- 

4. Coupe longitudinale d'une fleur 2 1 °- 

5. Etamines vues du cot6 exte>ieur a, et du cot6 interieur b, 2 

6. Staminode de la rang6e exterieure des examines 2 " 

7. Carpelles dont un ouvert b -*f- 

8. Diagramme. 

9. Coupe d'une graine "- 




E.Lelpydel 



L Hug-on et J Store fcjith. 



MILIUSIA FUSCA. Pierre 



ANONACEES 



OROPHEA DESMOS Pierre 



Hab. — Espece rare des montagnes dc Knang-Repoeu, situees dans la province de Tpong du Cambodge occidental. 

Jeunes rameaux velus, bientot glabres, ponctues et noiratres. Feuilles courtement petiolees, ovales-oblongues ou 
oblongues-lanceolees, terminees par une pointe longue et obtuse; arrondies, obliques ou simplement obtuses a la base; 
membraneuses ; brillantes en dessus, pales en dessous; noiratres apres dessiccation ; pubescentes dans la jeunesse, 
sur la cote, des deux cotes, sur les petites cotes en dessous et sur le petiole; tout a faitglabres, aFetatadulte. Cyme del a 
2 fleurs axillaires. Pedoncule assez court, pubescent. Sepales lineaires-oblongs, lanceoles, velus. Petales de la serie 
cxterieure ovalcs-lanceoles, aigus, larges a la base, velus en dehors, portant 10 nervures longitudinales et paralleles ; 
pubescents en dedans. Petales de la serie interieure, un peu plus longs que ceux de Texterieure, longuement stipites, 
plus larges et deltoides au sommet, concaves, tres arques, rapproches par leurs bords et velus. Receptacle peu eleve 
plane et legerement concave au sommet. Etamines au nombre de 16, formant 2 rangees alternes, privees de 
prolongementdu connectif. Celles de la premiere sont reduites a Tetatde staminodes. Les huit de la seconde sont fertile? 
et ovales.Lescarpelles,au nombre de 6, sont velus. Ovaire contenant trois ovules uniseries. Style court, epais, recourbe, 
glabre. Les baies sont stipitees, cylindriques et moniliformes. 

Petit arbre haut de 4 a 12 metres. Rameaux espaces et ascendants. Tronc pen 6le\6, ayant un diametre de 4 a 6 centim&tres. Petiole 6pais 
rugueuxou presque ulaiid ulciix. long de 2 a 3 millimetres. Feuilles longues de 7 a 14 centimetres, larges de 3 a 5 centimetres. Petites cotes, au 
nombre de 14 a 18 unies, loin du bord, reliees par des nerfs tres espaces, irr^guliers et par un r^seau de veines tres fines et peu distinctes, a la 
face superieure. Bourgeon floral et pedoncule, longs de 2 cent. 1/2. Bractees longues de 3 millimetres. Sepales longs de 3 a 4 millimetres. Petales 
ext^rieurs longs de 6 a 7 millimetres, larges a la base, de 6 millimetres ; petales interieurs longs de 6 a 7 millimetres, caren^s a la face ext^rieure. 
Ktamines port^es par un filet large et court. Autberes extrorses, ovales, a loges tres espac^es et sublaterales, plus longues que le connectif. 
Staminodes, au nombre de 8, ovales, ecliancres au sommet ou arrondis. glandiileux sur les bords, alternes avec les etamines fertiles. Carpelles, au 
nombre de 3 a 6, inserts autour de la concavite formee au sommet du receptacle. Ovules ascendants, anatropes, a micropyle tourne en bas et en 
dehors. Podocarpe long de 2 a 3 niillinietres. Baie longue de 3 a 8 centimetres, contenant de 1 a 3 graines, separ^es le plus souvent par un 
etranglement long de 1 a 2 millimetres. Graines presque c\lindriques ou legerement aplaties. Un canal creuse dans le testa et faisant 
presque le tour entier de la circonference de la graine indique la marche du raphe. Testa, albumen et embryon, exactement comme dans les autres 
Anonacees. 

UOropliea Desmosvsi tres voisin des 0. enneandra (BI. Bijdr.pAS) eXO.enterocarpa M. mss. Dans la premiere deces 
especes, les fleurs n'ontque 9 etamines, dont 3 seulement forment la deuxieme rangee interieure (31 iq. Flor. hid. batav. 
1 . pars. \ . 29). Los carpelles sont au nombre de 3. Son bourgeon floral porte de 3 a plusieurs fleurs. Dans la seconde, le 
nombre des etamines (Hook. f. et Th. Fl. Brit Ind. 4. 92) est de 12, dont 6 sont fertiles; les carpelles au nombre de 6, 
contiennent suivant ces auteurs, 2 a 4 ovules, et 4 a 6,suivant Maingay,d ? apres une note accompagnant rechantillon, 
prototype de cette espece, conserve a Kew. Ces trois especes seressemblentd'ailleurs beaucoup par leurs feuilles et leurs 
fruits. Elles different des autres especes d'Orophea connues, par leurs etamines depourvues de prolongement de connectif 
et par la forme cylindrique de leurs fruits, etrangles dans Fintervalle de chaque graine. Je pense qu'il convient de les 
ranger dans une section speciale que j'appelle Maingaya. 

VOrophea Desmos a un bois jaunatre, tres flexible et assez dur. II est peu employe. II n'y a pas a en tenir compte 
au point de vue forestier. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DE UOROPHEA DESMOS Pierre 

PLANCHE 43 

Rameau fructifere et florifere. 

Partie d'une feuille vue du cote de la face inferieure -\-. 

1 . Bourgeon floral portant 2 fleurs, dont une, a l'aisselle de la bractee inferieure, est avortee ,- . 

2. Fleur, oules petales de la serie interieure, ont encore leurs bords rapproches '-. 

3. Fleur a l'etat de developpement complet-J-. 

4. Etamines presentees du cote exlerieur a ; interieur b ; et lateral c.-*?-. 

5. Staminodes vus du cote exterieur e, /; et du cote interieur d.-?-. 

6. Coupe d'une fleur privee de ses petales J-. 

7.8. Carpelles ouverts dans la region ovarienne, presenter de face-*, 6 et lateralement J-. 
9. Graines vues de face b ; et de cote a \ . 
10. Coupe d'une graine entouree de son perisperme \ . 




(DROP HE A DESMOS Pierre 






■p-B«T»t,ftr 



ANONACtES 



OROPHEA THORELII Pierri 



Hab. — Habite les montagnes Deon-Ba, dans la province de Tayninh ; de Chiia-Chang, dans celle de Bien-Hoa; et de 
Kereev, dans celle de Samrongto ng au Cambodge. 

Jeunes rameaux tomenteux, grisatres, puis ponctues et noiratres. Feuilles oblongues lanceolees, terminees par une lon- 
gue pointe obtuse au sommet, plus larges vers la partie mediane, obliques, etroites et obtuses a la base, pubescentes en 
dessous dans le premier age, entierement glabres a Featt adulte, presque membraneuses, brillantes en dessus, pales en 
dessous.Petites cotes, au nombre de 24,arrondies et unies, avant d'atteindrele borddulimbe; fines et peu accentuees sur 
les deux faces, reunies par des nerfs et des veines distinctes seulement en dessous. Bourgeon floral axillaire plus court ou 
aussi long que les pedicelles, termine par deux a trois bractees et une cyme de une a deuxfleurs. Pedicelles greles, 
pubescents, munis d'une bractee mediane lanceolee. Sepales librcs, ovales, acumines et obtus, pubescents sur le dos, 
velus sur le bord et glabres en dedans. Petales extericurs plus pctits que ceux de la deuxieme serie, ovales, courtement 
acumines, obtus, pubescents ou presque glabres en dehors; velus sur les bords, glabres, ponctues et portant 7 a 10 ner- 
vures paralleles et longitudinales, en dedans. Petales interieurs longuement pedicules, larges, cordes, deltoi'des acumi- 
nes et obtus au sommet; munis d'une glande excavec ettransversale, vers la base du limbe, en dedans; pubescents vers le 
sommet dorsal ; velus sur les bords du limbe en haut et en dedans; soudes ou rapproches seulement dans le jeune age. 
Receptacle pyramidal, peu eleve, velu. Etamincs, le plus souvent au nombre de six, formant une seule serie ou au nombre 
de neuf dans les fleurs males. Antheres ovales, a loges extrorses tres espacees, terminees par un connectiflamelleux, 
lanceole et obtus. Carpelles au nombre de 4 a 6, glabres, termines par un style recourbe, epais, obtus et blanchatre, 
Fruit inconnu. 

Arbre de 4 a 8 metres. Rameaux tres presses et tres feuillus. Tronc de 1 a 2 metres de hauteur et epais de 5 a 6 centim.; noiratre. Petiole long 
de 1 a 2 millim., pubescent d'abord, puis glabre. Feuilles longues de 9 centim. sur 2 cent, 1 /2 a 3 cent.; arrondies ou simplement obtuses a la base. 
Bourgeon flora! long de 5 a 10 millim. Pedicelle long de 8 a 15 millim., tres grele. Bractees ovales lanceees, tres veJues, plus longues que cellesde la 
base. Sepales longs de 1 millim. 1/4 sur 1 millim. 1/i de largeur. Petales interieurs longs de 2 millim. 1/4 sur 2 millim. 1/4 de large, a pointe 
courte et obtuse, reflechis apres l'anthese. Petales interieurs longs de 4 millim. 1/2 et larges, vers le milieu, de 3 millim. 1/2. Ovaire contenant deux 
ovules uniserit's, ascendants, anatropes, avecle micropyle en bas et en dehors. 

Obs. — J'ai longtemps hesite avant de creer cette espece. Elle est tres voisine des 0. Hexandra (Bl. Fl. Jav. Anon., 
p. 84, L XI) et 0. acuminata [A. DC. in Mem, Soc. gen. v. 39], especes unies par Kurz [in Fl. Brit, Burm,, 4, 49-50] et 
que je n'ai pu analyser, faute de materiaux. Les especes de ce genre sont tres mal representees dans les herbiers de Lon- 
dres et de Paris. Mais en se basant sur la figure de Blume, sur sa description, sur celles de MM. Hooker et Thompson 
[F/.£Wf./^'M,91^ 

nement tranchees. Les feuilles adultes sont pubescentes en dessous dans les 0. acuminata et 0. hexandra. Dans les memes 
especes, les cymes sont de une a trois fleurs ; les bractees sont plus nombreuses et subulees ; les sepales sont oblongs, 
lanceoles et velus sur les deux faces ; les petales extericurs sont aigus et pubescents en dedans ; les etamines d'inegale 
dimension, et dont trois seulement sont fertiles, ne sont jamais au nombre de neuf; enfin, les carpelles sont velus. 

L'Orophea Thorelii est un petit arbre tres gracieux. II est assez commun a Faltitude de 200 a 300 metres. Ses feuilles 
nouvelles sont purpurines. Son bois est blanc et rave de lignes brunes, quand il est vieux. Les indigenes ne l'emploient 
que pour balanciers, manches d'outils, etc. 

Le docteur Harmand a trouve dans les montagnes d'Attopeu, sur la rive occidentale du Mekong, par la latitude de 13°, 
une espece que j'avais failli confondre avec l'O. Thorelii, mais qui s'en distingue par des feuilles pubescentes en dessous,' 
a Fetat adulte, par des pedancules tres courts et des baies presque sessiles. En void la description : 

Orophea Harmandiana Pierre 

Jeunes rameaux, velus, roussatres a Fetat adulte. Feuilles courtement petiolees, oblongues, lanceolees, acuminees, 
terminees par une pointe longue, large et obtuse, etroites, oblongues et obtuses a la base, pubescentes et pales en dessous, 
velues sur la cote et le petiole a Fetat adulte, brillantes et glabres en dessus, legerementcoriaces. Fleurs solitaires .Bour- 
geon floral longde 1 a 2 millim., muni d'une bractee lanceolee, obtuse, velue en dehors. Pedicelle long de 4 a 5 millim., 
muni d'une bracks medians, velu, epais (Fun \fi millim. Baies au nombre de deux a trois, pisiformes longues et 
larges de 6 a 8 millim., glabres, brillantes a Fetat de siccite, presque sessiles. 



EXPLICATION DE LA PLANCHE U 

Orophea Thorelii Pierre 

Rameau florifere. 

Portion de feuille vue du cotede la face infe>ieure -J-. 

1 . Jeune bouton f . 

2 a. Petale de la s6rie exte>ieure -f- ! 2 b. P<Male de la serie inte>ieure vu du cote inte>ieur l ° ; 2 c. petale de la se>ie int6rieure vu ducote" 

exterieur J ,° . 
3. Fleur apres l'anthese -"-. 

Etamines pr6sent6es du cote exterieur (b) ; interieur (c) et lateral (a) -?-. 

5. Carpelle (a) dontl'ovaire est ouvert (b) -"-. 

6. Diagramme. 



Orophea Hartnandiana Pierre 



B. — Rameau fructifere. 

7. Fruity . 

8. Graine debarrassSe de son pencarpe (a) -J-, couple longitudinalement (b) \ 




«$ L__^. 



.OPHEA THORELII F . 
B HAJ 



Paris^O.DOIN.Edxt . 



Imp Becquet .Paris . 



ANONACEES 



OROPHEA UNDULATA P 



IERRE 



Hab. - Espece frequente dans la region montagneuse d'Attopeu, vers le t» de latitude, sur la rive gauche du .Me- 
kong. (Collection Harmand, Herb. Pierre, n° 1 831. ) 

Jeunes rameaux pubescents. bientot glabres et ponetues. Feuilles oblongues, Ianceolees, obtuses au sommet. etroi- 
tes et obtuses a la base, legerement ondulees, brillantes en dessus, pubescentes en dessous. Cyme axillaire 
de \ a 2 fleurs, le plus souvent uniflorc. Bourgeon floral, nu a la base et muni, sur les ramifications, de 4 a 7 bractees 
alternes, ovales Ianceolees et pubescentes. Pedicelle plus court que le bourgeon floral. Sepales ovales 
obtus, pubescents en dehors et cilies. Petales exterieurs plus petite que ceux de la serie interieure, ovales, a peine 
acumines, obtus, concaves, puberulents sur la face dorsale, cilies; glabres en dedans, ponetues et portent i 1 nervores 
longitudinales. Petales interieurs, longuement pedicelles, deltoides, obtus sur les angles, a peine pubescent, snr 
la face dorsale, veins sur le bord epaissi de sa face interieure, muni a la base elargie du limbe, de deux 
glandes creases, obliques ou subverticales. On trouve souvent une 3< serie de petales, cuneiformes a la base, triangn- 
laires, obtus, a peupresconformesaeeuxde la deuxieme serie, maisplus petits, et munis d'un pied plus court. Recep- 
tacle pen eleve, hemispherique, aplati au sommet, presque glabre. Etamines au nombre de 6, portees par an filet 
large et court, et terminees par an connectif pea prononce et eleve. Carpelles au nombre de 12, presque glabres 
termines par an style epais. court, recourbe et blanchatre. Ovaire contenant 2 ovules superposes ou onfeerife Fruit 



inconnu. 

Pe.it arbre de 4-o metres. Rameaux Tea presses, bruns. P(5 ,iole long de , mil.im. k 1 millim. . />. velu. Feuilles longues de 6 a 8 ceu.im lar^es 
de , ceul. a 2 ceu.im. , /2 . Pe.des co.es au nombre de 20 » U, H |« H p ar des nervures e. des veines pen visibles en dessus. elevees en LL 
ourgeon flora, long de 1, , ,5 milbn, Pedicel, long de 4 4 « mi.lin, P,a,s M „„eurs longs e. targes de , , 3 millim. P.ales in.rieurs Ion. 
de 4 i, m,H,m. Les ova.res conliennent 2 ovules ascendants, anatropes avec le mycropyle tourne en bas et en dehors. 

Obs. - UOraphea undulata est certainement tres voisine de V.Opolycarpa A. D. C. Cependant. malgrele mauvais 
etat dans lequel on trouve. dans les herbiers, les especes du genre Orophea, il est facile de distinguer ces deux espe 
ces. VO.polycarpa a, en effet, des feuilles obovees ou ovales oblongues. glabres, beauconp plus larges que celles de 
\0. undulata. Son inflorence est plus longne. Ses sepales sent aigus, (H. f.et T. X. Brit. Ind. 1. 91). Ses petales 
e.xter.eurs ne sont pas acumines et ses carpelles sent, d'apres les descriptions, entierement glabres. 

Je ne connais pas le bois de YOropheu undulata. II est probable, qu'il ne doit pas differer de celui des especes du 
meme genre. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DE UOROPHEA UNDULATA Pierre. 



PLANCHE 45 

Rameau florifere. 

Face interieure d'une section de feuille -J-. 

1. Inflorescence -J-. 

2. Coupe d'une fleur -" -. 

3. P6tale exterieur vu du cote interieur «, et du cote" exterieur 0. 

4. Petale interieur ou de la 2 mc serie d'une jeune fleur, vu du cote exterieur £, et du cote i 
o. Petale interieur ou de la 2 mo sene, d'une fleur adulte, vu du cote interieur 1 1 -. 

6. Petale de la 3 mc serie, vu sur les faces interieure a, et exterieure b. - 1 ? . 

7. Etamines presentees du cote exterieur a, du cote interieur/;, et du cote lateral c. \° . 
8-9. Garpelles, dont un ouvert, -£-. 




OROPHEA UNDULATA. P 



Paris .-O.DOIN, Edit. 



Imp. Bec<juet, Pans 



ANONACEES 



OROPHEA ANCEPS P 



IERRE 



Hab. — Espece provenant de la base des montagnes Chereov et decelles d'Aral dans la province de Samrongttfng 
du Cambodge. (Herb Pierre n° 738 e.) 

Jeunes rameaux tres minces, reconverts d'un poil tres court et roux. Feuilles courtement petiolees, oblongues, 
lanceolees, longuement acuminees, terminees par une pointe obtuse et presque falciforme; obliques, etroites 
etobtusesa la base ; elargies vers le centre; presque membraneuses; legerement pubescentes et bientot glabres 
en (lessons. Cyme biflore, an sommet dun bourgeon pubescent plus long que les pedicelles et muni de 2 bractees. 
Pedicelle pubescent. Sepales ovales oblongs, acumines, obtus, velus en dehors et cilies. Petales exterieurs, plus courts 
que ceux de la 2 me serie, ovales, oboves, pubescents en dehors, cilies sur les bords, multinerves et glabres en dedans. 
Petales de la 2 mc serie, deltoi'des dans la partie superieuro, obtus. epais : munis, vers la base du limbo, de deux glandes 
concaves et obliques ; ponctues et presque glabres en dehors ; pubescents ou velus, au sommet, sur les bords epaissis 
de la face interieure. Receptacle peu eleve. Etamines au nombre de 6 uniseriees, terminees par un connectif acumine. 
Carpelles au nombre de 12, oblongs, glabres, etrangles. Style recourbe, epais, glanduleux et obtus. Fruit inconnu. 

Petit arbre de 8 a to metres. Rameaux ecartes et tresfeuillus. Tronc ayant un diametre de 8 a 10 centimetres. Petiole long d'un millim., velu. 
Feuilles longuesde 10 a 12 cent., largesde 35 a 40 millim. vers la partie mediane ; terminees par une pointe tongue de 10 a 15 millim., brillantes ; 
hrunes ou noiratres, apres dessication, au-dessus ; pales en dessous. Petites cotes au nombre de 12 a 16, arrondies et uuies loin du bord, reliees 
par des nerfs et desveines accentuees en dessous. peu apparentes en dessus. Bourgeon floral et pedicelles filiformes, longs de 25 a 30 millim, 
Bractees ovales, lanceolees, tres velues. Sepales longs et larges d'un millim. Petales exteneurt, longs de % a 3 millim. Petales interieure, longs de I 
millim. et larges de 3 millim. dans la partie superieure, presque glabres et ponctues en dehors, carenes en dedans: 

Obs. — LO. anceps est une espece .tres voisine . de TO. polycarpa.EUescn distingue par des feuilles plus petites. 
franchement oblongues et cuspides; par le nombre invariable des bractees et i\v> fleurs de son inflorescence. 

Je n'ai aucun renseignemerit sur la valour de son bois. II doit etre de peu d'utilite, si je considere I'usage restreint 
de celui des especes d'Orophea et le petit diametre que mesure son tronc. 

J'ai fait figurerplanche 46 B, un echantillon (Herb. Pierre 738 b), en fruit, d'une espece qui, quoiquo trfes voisine 
de YO.potycarpa, me parait neanmoins distincte. Elle provienf des montagnes de Krewanh de la province de Pusath. 
Elle a des feuilles beaucoup plus petites que celles de VO.polycarpa, etpubescentes en dessous. Son bourgeon floral 
i.Vst pas termine par les nombreuses bractees qu'on voit dans cette espece, et porte 3 pedicelles Epaissis au 
sommet. Par tons les autres caracteres, elle parait identique a VO. polycarpa, espece dont malheureusement. je n'ai pu, 
faute de materiaux, faire Tanalyse. 

Orophea poh/cephala Pierre. 

Jeunes rameaux velus, puis ponctues. Feuilles ovales ou ovales-oblongues, acuminees. obtuses au sommet, arron- 
dies ou sublongues a la base, legerement coriaces, pubescentes en dessouset sur le petiole. Bourgeon floral pins court 
ou^galantlestrois pedicelles qui le terminent, pubescent. Pedicelles du fruitmunis, a la base, d'une b.aeieelaneeolee 
et d'une autre placee vers le milieu; articutes, epaissis vers le sommet et pubescents. Scales persistants sous le fruit, 
ovales, aigus et cilies. Baies pisiformes, glabres, aussi longues que leurs podocarpes. 

Feuille* longueg de 9 cent. I l ;, .; cent. I > 8 «r 3 ft I cent, de largeur. Petiole long de 2 millim., canalicule en dessus. pubescent. Bonrgeon (lord 



EXPLICATION DE LA PLANCHE 



Rameau florifere cle l'Orophea anceps Pierre. 

1. Fleur ?- 

2. Fleur priv^e de ses p6tales exte>ieurs -"- 

3. Pelale exterieur ! J- 

4. P6tale de la se>ie int6rieure, al'6tat adulte. 

5. Petale avant Fanthese. 

6. Etamines vues du cote" exterieur «, et lateral b 2 ? 

7. Carpelle ouvert 4 ° 

Rameau fructilrre de rOmphea poheephala Pierre. 
Face inferieure d'une portion de feuille ,J 




A. OROPHEA ANCEPS. Pierre. 
B- — POLYCEPHALA 



Imp .Bee (pet, Pai 



CHAILLETIACEES 



DICHAPETALUM BAILLONI Pierre 



Hab. — Espece assez rare, croissant a une altitude de 3 a 400 metres sur la montagne de Ong Chao dans Pile 
Phu Qiutc et celles de Cam Chay, dans la province de Kamput. 

Jeunes rameaux, veins, roux, reconverts ea et la, a l'etat adulte, d'excroissances pustuleuses. Feuilles petiolees. 
elliptiques, terminees subitement par une pointe plus on moins longue et aigue ; arrondies ou tres obtuses a la base ; 
plus larges vers le centre; coriaces, velues, rugueuses et roussatres en dessous; ciliees sur le bord ; velues sur la cote 
et les petites cotes ; noiratres apres dessication, endessus. Cymes unipares scorpiokles, disposers en grappe axillaire. 
Fleurscourtementpedicellees.Sepalesunispres de la base et de longueur variable sous le fruit; ovales, oblongs, veluset 
grisatres en dehors; presque glabres en dedans. Petales plus longs que les sepales, persistants sous le fruit, lineaires 
oblongs, bifides au sommet, subaigus, munis de 3 nervures longitudinales, glabres. Etamines portees par des filets pres- 
que aussi longs que les petales, aplatis a la base, subules au sommet; loges deTanthere divergentes, versatiles, dehis- 
centes en haut par une fente transversale. Ovaire contenant 2 a 3 loges biovulees. Drupe indehiscent, ovoi'de et le>e- 
rement oblique quandilest a une loge; didyme et un pen comprime quand il contient21oges; termine par mi style ;i 
lobes reflechis; recouvert de poils courts, rugueux et grisatres. Perisperme coriace; endosperme crustace. Graine 
pcndue, recouverte par un tegument mince, legerement coriace, rougeatre et privee d' albumen. Cotyledons ovales, 
oblongs, blancs, convexes, epais, charnus. Radicule supere, depassant legerement les cotyledons. 

Petit arbre de 1 a 2 metres, a rameaux retombants on presque grimpants. Petiole long de 5 a 10 millim., epais, tomenteux et roussatre. Feuilles 
longuesde9 cent. 1/2 a 16 cent. 1/2; larges de 5 cent. 1/2 a 9 cent. 1/2; le plus souvent longues de 10 a 13 cent., sur C cent, a G cent. 1/2 de 
large. Petites cotes au nombre de 16 a 20, visible* et deprimees en dessus, tres aecenlu^es en dessous, legerement ascendantes, paralleles, 
courb^es ou arrondies tout pres du bord du limbe, reliees par des nervures transversales tres fortes en dessous, et des veines non aretes ou 
formant un reseau irr^gulier. Grappe dans le rameau fructifere, longue de 5 h 6 millim., eliargee de braetees et velue. Sepales, sous le fruit, longs 
de 2 millim. Petales, sous le fruit, longs de 3 millim., fendus a Fextreme sommet ou partages en deux lobes divergents et obtus. Etamines, bous le 
fruit, longues de 3 a 4 millim. 1/2. Drupe biloculaire, longue de 2 cent., large de 2 cent, ou longue de 2 cent, sur 1 cent. 1/2, quand elle est 
uniloculaire. 

Obs. — Je ne connais pas les fleurs de cette espece, Parses feuilles. elle est Ires voisine du Chailletia marrnpr/a/d. 
Turcz (in Bull Mosc. 4863.Pt.4. G14).Elles'en distingue par des petales non fendusjusqu'a la moitie de leurlongueur, 
mais surtout par ses feuilles obovales, subitement acuminees et par un petiole plus long. Du Chailletia deflexifolia 
Turcz (m Bull. Mosc. 48G3. pt. 1. Gil), elle diflere principalemenl par des cymes plus courtes. 

Le genre Dichapetalum Dup. Th. a ete place par 31. II. Baillon parmi les Euphorbiac&s. Ses rapports avec oette 
famille sont nombreux et incontestables, mais il en a egalement avec celle des Rosacees qui m^ritent d'elre indiqu^s. 
Dans les Dichapetalum Ileudeloliict D. Hispidum figures par M. II. Baillon (Hist, des Plantes. Euphorb. . p. I 40- 1 i I ). 
le receptacle est abaisse comme celui des Rosacees. Les petales sont biloWs comme dans certaines especes 
de Pygeum asiatiques. L'obturateur qui coififeles ovules de certains Dichapetalum se retrouve dans ['expansion pla- 
centaire recouvrant les ovules collat^raux des Prunus. Quant au fruit du Dichapetalum Bailloni, il est exactement, 
moins les dimensions, conforme comme celui du Prunus amygdalus. Ce son! certainemenf de tresgrandes affinity. 
Voila pourquoi je maintiens cette petite famille, servant de lien, entre les Euphorbiacees et les Rosacees. 

Le Dichapetalum Bailloni, d'apris In forme du calice persistant sons le fruit, doit avoir un receptacle abaisse. Les 
indigenes ne lui reconnaissent aucune utility Son Ironc. tres court, est convert demands. Son hois est Wane. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU DIG H APE TALUM BAILLONI Pierre. 

PLANCHE 47, 



Rameau fructifere. 

Face infeneure (Tune portion cle feuille. 

i. Petale. 

2. Etamine a\ant Fan these a et apres l'anthfcse h. 

3. Style. 

4. 5. Fruits. 

6. Coupe longitudinaled'un fruit uniloculaire grossi. 

7. Coupe transversale d'un fruit a 2 loges. 



r 







DICHAPETALUM BAILLONI ?U 



chailletiac£es 
DICHAPETALUM HELFERIANUM P. 

[Chailletia Helferiana, Kurz in Beng. At. Soe. Journ. XLl, 1872. pi. 2. 



207. Hook, el T. /•'/. Brit. hid. I. 570. 



Habite laplaine, vers la montagne « Luang » pres de Wa-ton, point ^observation de l'eclipse de sept. 4868, vers 
le 41° lat. N. et le 419° long, sur la cote orientale de la presqu'ile de Malacca, dans le royaume de Siam, et le 
voisinagede Compong Xom, dans le Cambodge occidental. (Herb. Pierre, n° 2780.) 

Jeunes rameaux anguleux. greles. velus et grisatres, puis glabres etportant, ca etla, desponctuationsverruqueusos 
dans Page adulte. Stipules libres. geminees, lineaires, lanceolees,velues. Feuilles petiolees, entieres, oblongues, 
lanceolees ou obovees, longuement acuminees ; terminees par une pointe tres aigue, glanduleuse et noiratre ; larges 
vers le centre; obtuses ou arrondies ou legerement aiguo a la base, velues sur les bords et sur la ceUe. Grappe de 
cymes unipares scorpioides, plus longue que le petiole , velue et composee de six a sept fleurs courtement 
pedicellees. Sepales imbriques, oblongs, oboves, coriaces, velus. Petales persistants, plus longs que les sepales; 
lineaires oblongs, obtus, echaneres ou bilobes au sommet, parcourus longitudinalement par trois nervures 
paralleles. glabres. Etamines opposees aux sepales. persistantes, portees par des fdets plus longs que les petales, 
raides, filiformes. Antheres introrses debordees par un connectif elliptique. Glandes opposees aux petales, ovales, 
ondulees sur les bords, glabres. Ovaire biloculaire oblong, termine par deux styles recourbes en forme d'hamecon et 
tronques au sommet. Ovules au nombre de deux dans cliaque logo, collateraux, descendants, (ermines en haut et en 
dehors par une pointe micropylaire assez longue. Jeune fruit, ovale, velu, le plus souvent uniloculaire et monos- 
perme. 

Petit arbrede 6 a 8 metres. Rameaux anguleux, a nervures longitudinales, plus ou moins apparentes apres dessication. Stipules longues de 
2 millim. 1 2 a 3 millim.. artienlees et larges a la base. Don soudes au petiole, longtemps persistantes. Petiole arrondi, eanalieule. velu, long de 7 a 
8 millim. Feuilles ubloinrues ou elliptiques, subitement terminees par une pointe longue de 10 millim.. membraneuses ou a peine coriaces ; longues 
de 12 cent, larges de 4 cent. Petites cotes an nombre <le 2<> a 2\. \i>il>les sur les deux faces ; plus aecusees en dessous, arrondies et unies avant la 
marge de la feuille. Nervures presque aussi fortes que les petites cotes endessus, les unespresque paralleles a celles-ci, les autres transversales ou 
formanl nn reseau tres espace ei irregulier. Veines hres accentuees, visible! sur les deui faces. Bourgeon floral, long de 1 cent. 1/2 a -2 cent. 
Pedicelle Ion de :? millim. Sepales longs de I millim. 12 a 2 millim. Petales longs de 2 millim. 1/2 a 3 millim.. fendus a l'extreme sommet 
seulement. Etamines longues de 3 millim- 1/2 a I millim. Fruit, avant maturile. longet large de C a 8 millim. 

Obs. — Jai suivi M. H. Baillon (Adansania XL 1 13-114) en adoptant le nom generique cree par Dupotit-Thouars : 
(Nova genera madascariensia 1800), de preference a ceux de Symphillanthus Yah/ 1810 et de Chailletia, P. de 
Candolle 1812. 

Kurz (For. f I or. Brit. Burm. 1. 230). dit quo le Chailletia Helferiana a des petales soyeux: a Sepals and petals 
silky-pubescent on/side ». Ce n'esl certainemenl pas lecasde noire n. 2780. compare par le Docteur Oliver, avec 
rechantillon de Heifer, conserve* i\ Rew, el nVn diff&ranl pas. d'apres une lettre de cef Eminent botaniste. M. Hooker 
(Fl. Brit. Ind. I. 570) rapporte d'ailleurs la plante d'Helfer au Chailletia Brunoniana Wall. Cat; 1088, prototype 
de Tespece. 

Le bois de eette espece est Mane el d'aucune utilite. Ilemet, enbrulant, une treslegere odeur d'Aquilaria Agalocha. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU DICHAPETALUM HELFERIANUM Pierre. 



PLANCHE 48. 



Rameau florifere. 

Rameau fructifere. 

Face inferieure d'une portion de feuille \ 

1 . Coupe longitudinale d'une fleur J ['- 

2. Autre coupe longitudinale ou l'ovaire a ete enleve, afin de faire voir la disposition des parties de la fleur \ 6 

3. 1 petale -^ 

4. Etamines vues du cote interieur a et lateral b. Les antheres sont l)ordees circulairement par une expansion du connectif. 

5. Coupe longitudinale d'un jeune fruit \ 

6. Diagramme. L'artiste, par erreur, n'a pas bien place la division des loges. 




lugon etJ.Starck lift.. 



DICHAPETALUM HELFERIANUM Pierre. 



P.H'i:: fjlilt! K-.li! 



Imp .Becquet, Paris 



1212. —PARIS, IMPRIMERIE A. LAHURE 

9, RUE DE ELEURUS 



FLORE FORESTIERE 



DE LA 



COCHINCHINE 



PAR 



L. PIERRE 

DIRECTEUR DU JARDIN BOTANIQUE DE SAIGON 



OUVRAGE PUBLIE 

SOUS LES AUSPICES DU MINISTERE DE LA MARINE ET DES COLONIES 



QUATRIEME FASCICULE 



» in a i 1 SS : 



PARIS 

OCTAVE DOIN, EDITEUR 

8, PLACE DE L'ODEOM 



hypericac£es 
CRATOXYLON NERIIFOLIUM Kurz. 

[In Journ. As. Soc. Beng. 1872. P< II. 293. — Dyer in Hooker. Flor. Brit. lad. I. p. 257. — Kurz in For. Flor. Brit. Burnt, 1. p. 85) 



Habite le Cambodge, pres de Stung-Treng {Coll. Thorel. Herb. Pierre, n° 3239) et la Birmanie, depuis Chittagong 
jusqu'a Tennasserim. 

Rameaux longs, ecartes, le plus souvent alternes, rarement opposes, arrondis, bruns-rougeatres, glabres. Feuilles 
opposees, munies d'un petiole tres court, oblongues ou lineaires-oblongues, lanceolees, courtement acuminees, 
cordees ou semi-sagittees a la base, coriaces, brillantes en dessus, pales ou glauques en dessous, ponctuees sur les 
deux faces, glabres. Leurs petites cotes, au nombre de60 environ, sont elevees sur les deux faces, surtout en dessus. 
Elles s'etendent en se ramifiant beaucoup, jusqu'au bord du limbe, et sont reliees par un reseau veineux tres pro- 
nonce, forme de mailles tres espacees. Les fleurs sont disposees en grappes de cymes bipares, axillaires ou termi- 
nates, au nombre de 1 a 5 sur les ramifications. Elles sont courtement pedicellees et glabres dans toutes leurs parties. 
Les sepales sont elliptiques ou ovales lanceolees, obtus, concaves, epais et traverses en longueur par des nervures 
paralleles, de nature glanduleuse, et noiratres apres dessication. Les petales sont oboves, concaves, membraneux 
et munis de nervures semblables a celles des sepales. Les etamines, distributes en trois phalanges ou prolongements 
du receptacle, sont au nombre de 60 environ. Leurs filets sont courts et leurs antheres ovales, sont introrses. Les 
glandes hypogynes, sont tres petites, dans le bouton, plus larges que hautes, epaisses, concaves, arrondies, sans 
trace de mucron et dixfois plus courtes que les phalanges ou Fovaire. Le pistil, forme de 3 carpelles libres dans 
leur partie stylaire est a 3 loges, contenant chacune, 8 ovules disposees dans Fordre alterne sur Fun et Fautre bord 
de la feuille carpellaire. Les capsules sont un pen plus longs que les sepales. ovales et sont surmontes de leurs 
styles. Elles contiennent. dans ehaque loge, 8 graines ailees. 

Arbre de 15 a 20 metres. Tronc Jong de 4-5 metres, avec im diametre de 15 a 20 eentim. Ecorce feuilletee d'un bn.n-rougeatre. Bois rouge-bran 
assez dur, parseme de uceuds. Petiole longd'un millim. Feuilles tongues de 5 cent. 10 a 10 eentim.. larges de 2-3 eentim., presque sessiles. 
L'inflorescence est tongue de 1 cent. 1/2 a 4 cent. Les sepales, dans le bouton, sont longs de 4 millim.; sous le fruit, ils sont longs de 7 millim. 
lis sont coriaces, de consistance ligneuse et parcourus de nervures longitudinales nombreuses. Les petales, dans le bouton, sont longs de 3 millim. 
La longueur des phalanges, dans le bouton, egale a peu pies celle du pistil, et est de 2 millim. 1 /2. Les styles sont emargines au sommet. La capsule 
est tongue de 9 millim. Son pedicelle est long de 3 millim. Les graines sont tongues de 4 millim. \ /2. La radicule tereliforme est plus tongue que 
les cotyledons. 

Cet arbre est tres peu repandu en Basse-Cochinchine. 11 a beaucoup de rapport avec le C. poly ant hum, ainsi que 
1 ? observe M. Dyer (loc.cit), mais s'en distingue par la forme des petales, des glandes et du style emargine. Je n'ai pu 
analyser les echantillons de Kurz, du C. nerii folium. Je tiens pourtant a observer que Kurz decrit les 
glandes hypogynes aussilongues que Tovaire, ce qui n'est pas lecasdes echantillons de Cochinchine ou ces glandes, 
sont au moins dix fois plus courtes que ce corps. Elles n'ont pas aussi leur bord mucrone comme le dit 
M. Dyer. La forme de ces glandes, dans une meme fleur et dans une meme espece, est d'ailleurs tres 
variable. 

V ecorce de cet arbre est utilisee en teinture. Son bois convient pour placage. Les indigenes lemploient pour 
charrue, manches d'outils et meme dans la construction de leurs cases. 11 est viai qiuls ne lui accoident pas une 
longue duree, quand il est employe dans les oeuvres exterieures d'une construction. 



EXPLICATION DES FIGURES DU CRATOXYLON NERIIFOLIUMKm 

PLANCHE 49 

Rameau fructifere. 
Rameau florifere. 
Section de feuille agrandie -J-. 

1. Joune fleur privee de ses scales, de ses petales et d'une phalange staminale. 

2. Glandes tres grossies. 

3. Diagramme. 

4. Fruit -?-. 

5. Graines dans leur position sur le placenta -\ . 

6. Graine grossie. 




CRATOXYLON NERIIFOLIUM. Kurz 



hypericacCes 



CRATOXYLON POLYANTHUM 



(Korth Verhand. Nat. Gesch. Bot. 175. t. 36. —Dyer. Fl. Brit. Lid. 1. p. 237. 



Annam : nganh nganh. 

Espece tres repandue clans toutes les parties de la Basse- Cochinchine etdu Cambodge. {Herb. Pierre n os 1795, 
3230. Coll. Bois n° 50.) Elle est trouvee aussi dans toute l'lndo- Chine, en Chine, a Borneo. 

Rameaux opposes, ascendants, comprimes dans le jeune age, tres greles. Feuilles ovales oblongues ou lineaires, 
oblongues, lanceolees, aigues aux deux extremites ou obtuses, peu epaisses, plus ou moins couvertes en dessous de 
ponctuations noiratres. Petites cotes au nombre de 46 a 26, ascendantes, fines, mais nettement dessinees surtout 
a la face superieure ; unies par un reseau de veines lies accentuees sur les deux faces. Cymes axillaires ou ter- 
minates portant une a trois fleurs. Pedicelles articules tres courts. Sepales elliptiques, obtus ou arrondis, epais, 
a nervures glanduleuses tres visibles avec Tage. Petales oblongs , arrondis , plus larges vers le milieu, etroits 
a la base, munis entre les nervures de glandes lineaires ou reduites, quelquefois, a de simples ponctuations pa- 
rallels, d'inegale longueur ; membi aneuses ou presque translucides ; roses ou rougeatres. Etamines au nombre 
de 45 a 55, par phalange. Glandes, ou tres petites et quelquefois manquant ; ou tres grosses; cucullees en dehors 
et convexes en dedans. Carpelles plus longs ou egalant en longueur les phalanges, oblongs, soudes jusqu'a la 
base du style et contenant 4 a 7 ovules par logo. Capsules oblongues, moins longues que les sepales ou presque 
d'egale longueur, contenant de 4 a 7 graines ailees, oblongues. obovees. ehoites a la base. Embryon cylin- 
drique a radicule plus courte que les cotyledons. 

Arbre de 8a 10 metres. Ticnc lies qjiutux, rougeatre, ayant un diametre de 20 a 25 centimetres. Eeorce mince, pel6e, tombant par pla- 
ques rondesousubelliptiques, rougeatre, epaisse d'unmillim. a 1 millim. 1 /2, a sue noiratre apres dessiccation. Petiole long de 2 a 5 millimetres. 
Feuilles longues de 3 a 9 centimetres, larges de 30 a 31 millimetres, de forme ties \ariable, le plus souvent oblongues et aigues aux deux 
extremitrs. Pedoncule axillaire ou terminal de 1 a 10 millimetres, ties grele. Pedicelle longde 1 a 2 millimetres, epaissi quand il est fructifere. 
Sepales longs de 6 millimetres, larges de 4-5 millimetres, un peu plus grands dans les pieces interieures. Pelales longs de 8 millimetres, lar- 
ges de 3 a 4 millimetres. Les glandes sont opposes aux carpelles. Elles sont, ou lanceolees, ou recourses en dehors, tr^s grosses. 
Elles sont de meme que les phalanges souvent persistantes sous le fruit. Capsule longue de 11 a 12 millimetres, avec un diametre de 6 a 
7 millimetres. Elle depasse les sepales ordinairement de 2-3 millimetres ; les graines sont obov^es ou sub-acumin6es. L'aile est finement 
areolee. 

Le Cratoxylon polyanthum a un tronc peu eleve. Son diametre est de 10 a 45 centimetres. Son bois est lourd, 
d'un rouge tres pale et parseme de noeuds. Son grain est fin. Ilpeut etre utilise pour placage. II est cependant peu 
employe, sans doute parce que son tronc n'atteint jamais de grandes dimensions. 



EXPLICATION DES FIGURES DU CRA70XYLON POLYANWUM Korth. 

PLANCHE 50 

Rameauxfloriferes. 
Rameau fructifere. 
Fruit grossi -*- . 

1 . Coupe longitudinale d'une fleur avant l'anthese. 

2. Fleur ouverte. On y a enlevS unsepale, deux petales et deux phalanges d'etamines afin de monlrer les glandes liypogynes oppo- 
s6es aux carpelles " . 

3. P6tale-}-. 

4. Ovaire ouvert -"- contenant cinq ovules. 

5. Carpelles avec glandes cucull£es a la base -j -. 

6. Glande vue du cote exterieur 
la. Ovule. 

lb. Ovaire contenant 7 ovules. 

1c. Ovules dans leur position sur le placenta. 

8. Autre forme de p6tale. J ? . 

9.-10. Formes de graines - 2 4 -. 




CRATOXYLON POLYANTHUM . Korth 



HYPERICACEES 

CRATOXYLON FORMOSUM 

(Benth e. Hook. F. Gen. PL 1. 166. - Dyer in Hook, Fl. Brit. Ind. 1. 258. - Kurz. Ft. Burm. 1. 84. - Tridemis formosa Korth. Vernh Nat 
Gesh. Bot. 179. t. 37. -Elodea formosa Jack: Malayan Plants in Hook. Journ. Bot. 1. 374. Hypericum a^ptium Blanco? .FY. Filipp 615 fide 
Blume.il/ws. Bot. Lugd. Bat. II. 18. - Hypericum cochinchineuse? Lour. I. 372). 



Annam : nganh nganh do. — Kmer: longieng : long him 

Hab. - Habile toute l'lndo-Chine, la presqu'ile de Malacca, Sumatra, Borneo, les Philippines, Java. (Herb. Pierre, 
n. 146; Collection Bois (n° 126; . 

Rameaux opposes, le pins sonvent alternes par avortement d'un des deux, arrondis, ponrpres dans la jennesse 
Fendles d'une egale longueur ou de forme differente snr le meme rameau. Les pins petites, situees a la base, sont 
ovales ou elliptiques, et sonvent obovees ou arrondies aux deux extremites. Les paires, situees plus haut, sont oblongues 
ou eU.pt.ques oblongues, lanceolees et pointues an sommet, presque toujours arrondies on obtuses a la base Elles 
sont membranenses, coriaces, brillantes en dessus, pales en dessons, de conleur purpurine quandelles sont tres jeunes 
ou tres vieilles. Petites cotes an nombre de 14 a 20, tines, mais accentuees, arquees loin du bord et reliees par des 
ve.nes reticulees, egalement tres elevees snr les deux laces. Cymes axillaires de 1 a 5 flenrs, longuement pedicellees 
»a.ssa„tsur un bourgeon, le plus sonvent tres court. Sepales imbriques, elliptiques, obtus, cilies an sommci 
et membraneux snr les bords, dans les deux pieces intericures; munis de nervurcs glandnleuses tres distinetes 
ponrpres. Petales plus longs que les sepales, imbriques, lineaires oblongs, cuneiformes, oboves, membraneux, cilies 
snr le bord superieur ou lacinies, portant 12 ncrvures longitudinales et des ponctuations glandnleuses, munis ala base 
.nteneurc d'une squame oblongue, obovee. ©amines introrses, an nombre de 420 environ, disposees an nombre de 36 
env.ron, par phalange, depassant les styles ou plus eourtes. Glandes hypogynes opposees aux sepales exterieurs et aux 
carpelles, ovales ou oblongues lanceolees, convexes en dehors, concaves en dedans, sonvent triangulares pins ou 
moms allongees. Pistil forme de trois carpelles fibres an sommet et a trois cotes, eontenant chaeun 14 ovules environ 
par lege. Styles arques, terminees par une tete stymatique globuleuse ou creusee an sommet. Capsules deux ft* 
plus longues que les sepales, acaminees, cylindriques ou portant trois legeres cotes, eontenant huit a quatorze graines 
par loge, dehiscentes par trois valves loculicides, chaque valve fendue an sommet. Graines oblongues, allies sur un 



cote. 



2millim., recouverte par une cuticule 



Arbre de 10 a 20 metres. Tronc rougeatre, epineux et raboteux. Ecorce rougeatre ou brune. epaisse 
formee de plaques minces e, irreguheres. Petiole long de 5 . 8 millim. Feni.les opposees, longues ae 3 a 9 cento., sur 2 a 3 cent 

:;: : : : base 7— i °^ *° - — - >-*• * « ** «* «/«. *»- * en ^ m j;j:i 

o gs de a 6 mdbm plus longs e, plus gros . „tat frucfifere, et a.ors recoup. Les scales sont longs d 5-6 millim et led 
3-4 mdbm. Les deux mtenenrs son, ,res membraneux sur les bords. Les peta.es son, longs de 1 1 a 14 millim. e, lar»es an milieu de 3 T 

oblongues convexes en dehor, concaves en dedans, lanc.ol.es ou subbiangulaires. Elles son, bau.es de 2 milbm. etpurpurines Le pffil 
court fiuelesp a ,ange S s,amina,e S .Le S ovu.esson. i ns,, SSll runp.acen, axillaire, e, sur bnn e.bautre co.e de la fe ill car e.lai e ^ 

denx rangees alternes. lis son, ana.ropes et on, le micropylo ,ourne en bas e, en dehors. Le frui, es, long de 1 5 millim e, a a mi ' , 
de 6 millim. La graine est longue de 9 millim. Son aile a, vers le milieu, un diame.re de 4 millim. ,e,, ' e 

Obs Mes echantillons correspondent bien avec eeux de la peninsu.e malaise (Griffith et Maingay), de Java 
(HorsfieM), et de Borneo (Mottley), conserves an musee de Kiew. Cependant les glandes hypogynes It mob, 
lanceolees et moins longues dans nos echantillons de Cochinehine. Le pericarpe du fruit est aussi pins epais et plus 
conace que dans les echantillons de la presqu'ile de Malacca. 

J'ai tout lien de croirc qu'il faut rapporter a eette espece Yffypericum Coehinehineme Lour., loc eit devenu le 
Cratovylon Cochinckinense de Blume. Cependant Loureiro dit quelessepa.es sont aigus, que les glandes sont fendues 
et que les capsules sont ovales. Le reste de sa deseription correspond bien an C. formosurn. La teinture, retiree de se< 
fleurs qu .1 decrit de conleur jaune dm, est purpurine. Tout ce qu'il dit dc son bois sc rapporte an C. fonnosutn 

Ce,a^ 

8 a 12 metres d elevation. II a un diametre de 20 a 30 centim. I. n'a presque pas d aubier. Son bois est rougeatre ou 
blanc-rose. Ses fibres sont tres longues et tres flexibles. II est assez lourd. On lemploie pour poteaux de case, mats de 
navire, av.rons, enfin, ponr tons les ouvrages demandant a la Ibis resistance et flexibility 



EXPLICATION DES FIGURES DU CRATOXYLON FORMOSUM B. et H. F. 

PLANCHE 51 

Rameau fructifere. 

— avecjeunes fruits. 

— florifere. 

1. Fleur avant Fanthese -£-• 

2. Fleur privee de ses s6pales. La corolle est enrouiee -\ . 

3. Petale avant l'anthese -5-. 

4. Fleur reduite al'androcee et au gyii^c^e. Les glandes (?) sont opposees aux carpelles et aux 3 sepales exterieurs. Elles ont ete, par 
megarde, mal placees dans cette figure. 

5. Formes de glandes (a) (b). Une autre forme plus oblongue, plus lanc6ol6e et triangulaire, existe et n'a pas ete representee. 

6. Un carpelle isole. 

7. Unjeune carpelle ouvert et contenant 14 ovules, (b). Ovule isole". 

8. Graine ouverte en face de l'embryon. 

9. Embryon (b) isole. Les cotyledons y sont plus longs que la radicule. 




CRATOXYLON FORMOSUM Bth.a H.F. 



HYPERICACfcES 



CRATOXYLON PRUNIFOLIUM Dyer 

(In Hook. Fl. Brit. bid. Y 258. Hypericum prunifolium. Wall. Cat. 7276 fide Dyer. — Ancistrolobus prunifolius. Hort. hot. Calcut. 1861 . 
Tridesmis pruniflora Kurz. In Journ. asiat. soc. Beng. 1872. pt. II. 293. — Cratoxylon pruniflorum. Kz. Flor. Burm. 1 . 84.) 



Annamite : ngan ngan. — Kmer : Long Hien ou Longieng. 

Hab. — Habite toute la Basse-Cochinchine, principalementdans les provinces de Bien-hoa (Bao Chang), de Tayninh, 
et dans celles de Samrong tong (Chereev) de Pusath et de Tpong {Herb. Pierre, n 05 534 et 3699). 

Rameaux opposes dans le jeune age, mais dont un seul se developpe, arrondis, reconverts d ? un tomentum rougeatre 
ougrisatre on brun,egalement present surle petiole, a la face inferieure des feuilles, sur les pedoncules et a la face 
dorsale des sepales. Feuilles souvent oblongues, ou oblongues obovees dans le jeune age; elles sont, dans les rameaux 
floriferes, lineaires oblongues, lanceolees, acuminees, obtuses ou subaigues a la face, brunes en dessus, ferrugineuses 
ou cendrees en dessous, legerement coriaces. Petites cotes au nombre de 20 a 36, arrondies et unies loin du bord. Fleurs 
solitaires ou disposees en cymes de3 a 9 fleurs, situees aux axes niunies ou privees de feuilles, aussi longues ou plus lon- 
gues que leurspedicelles. Sepales suboblongs ou elliptiques, oboves, charus, plus courts que les petales, membraneux 
sur le bord, dans les pieces interieures. Petales lineaires oblongs, pedicules, munis a la face interieureet a la base, d'une 
ecaille glanduleuse subaigue ou irregulierement decoupee ; ils sont lacinies sur le bord exterieur et membraneux ; ils 
portent 12 nervures ascendantes et ponctuees vers le bord et sont roses. Les etamines sont au nombre de vingt-cinq 
environ par phalange. Les filets libres au sommet des phalanges et d'inegale longueur sont aplatis. Les antheres sont 
ovales, reniformes et ont dorsalement un connectif glauduleux et pourpre. Les glandes sont opposees aux carpelles ; 
elles sont ovales, tronquees et chagrinees sur le bord superieur et exterieur, concaves et lisses a la face interne. On 
comptel6a 20 ovules dans chaque loge de Tovaire. lis sont ascendants et disposes en deux rangees alternes. La 
capsule plus longue que les sepales est oblongue, presque lisse ; elle est terminee par 3 petites pointes stylaires. Les 
graines au nombre de 46 a 20 sont oblongues, etroites a la base et ailees lateralement. L'embryon cylindrique, 
basilaire, a line radicule plus courteque ses cotyledons. 

Arbre de 8 a 10 metres. Tronctres ^pineux, rougeatre. Ecorce tombant par plaques lamelleuses, irr6gulieres. Petiole long de 2 a 7 millim. Feuilles 
longues de 5-14 cent., larges de 2 1/2-3 centim. ; ses petites cotes et ses nervures sont plus visibles en dessus qu'en dessous. Cymes longues de 
2centim. P^dicelles longs de 3 a 12 millim., tres tomenteux. Scales longs de 5 millim. 1/2, larges de 3 millim. Petales longs de 8 a 9 millim. 
larges de 2 millim. 1/2. Les 3 phalanges diamines sont aussi longues ou un peu plus longues que les pelales. Les carpelles sont glabres et sont 
terminus chacun par un style recourb6 etrenfle" au sommet. La capsule est longue de 10 a 13 millim. avec un diametre de 3 millim. Les graines sont 
un peu recourbees lateralement et ont en hauteur 8 millim. L'aile est large de 3 millim. 1/2. La radicule est longue d'un millim. et les cotyledons 
sont longs de 2 millim. 

OBS. — Ce petit arbre n'estpastres commun. II aime les terrains sablonneux. Son aubier est blanchatre etassez mince. 
Son coeur est blanc-jaunatre ou legerement rose. II est souvent traverse cle lignes brunes. Quoique ses fibres soientassez 
longues, son grain est serre. II est tres noueux. C'est un excellent bois pour placage. Les Annamitesetles Cambodgiens 
remploient pour piliers de case et pour palissades. Je ne pense pas que ce bois, quand il est expose aux intemperies, 
ait de la duree. Kurz (loc. cit.) dit positivement le contraire. Cependant les indigenes m'ont assure qu'il pouvait 
resister 3 a 4 ans dans Teaii, ou dans un sol humide ; aussi est-il employe pour pilotis. 

Je ne concois pas pourquoi Kurz, apres avoir publie cette espece sous le nom de Tridesnm pruniflora, la designe 
sous le nom de Cratoxylon pruniflorum Kurz apres que M. Dyer eut compris son Tridesmis pruniflora comme syno- 
nyme du C. Prunifolia Dyer. Est-ce pour n'avoir pas conserve sa qualification specifique? Pourtant cette planteest 
cultivee dans le jardin botanique de Calcutta, depuis longtemps, sous le nom Ancistrolobus prunifolius. 



EXPLICATION DES FIGURES DU CRATOXYLON PRUNIFOLIUM Dyer. 



PLANCHE 52 



A. Rameau florifere. 

B . Rameau fructifere . 

C. Fleur apres l'anthese -J- . 

1. Sepale -J-. 

2. Fleur au moment de l'anthese, ou on a enleve un s6pale, deux petales et une phalange staminale -\ 

3. Petale-J-. 

4. Carpelles Scartes pour montrer Falternance des ovules etleur mode d'insertion. 
5 a. Graine -\-, 

5 b. Graine d6chir6e en face de Fembryon -\-. 




CRATOXYLON PRUNIFOLIUM . Dyer . 



HYPERICACEES 



CRATOXYLON HARMANDI1 Pierre 



Hab. — Habite le 47 1,1C degre latitude entre le Mekong et Hue. (Docteur Harmand. 4877. Herb. Pierre, n° 3235). 

Rameaux ascendants, opposes et souvent alternes par absence de developpement d'un des bourgeons, comprimes 
et rougeatres dans le jeune age, puis arrondis et brims. Feuilles opposees, courtement petiolees, petites, elliptiques, 
oblongues, cuneiformes a la base, arrondies au sommet ou terminees par une pointe tres courte et obtuse ; epaisses, 
glanduleuses, parsemees de ponctuations noiratres ; glauques en dessous ; noiratres ou brunes en dessus apres des- 
siccation. Cymes de 2 a 7 fleurs, tres petites, portees par des pedicelles assez courts et situees au sommet d'un long 
pedoncule axillaire ou extra-axillaire. Sepales imbriques, elliptiques, oboves, concaves, a peine plus petits et plus 
membraneux dans les pieces interieures, a nervation peu prononcee et non accompagnee de glandes lineaires, ou 
ponctuees, bien distinctes. Petales oblongs, oboves, etroits, et munis a la base (Tune squame obovee assez courte, 
a bords legerement ondules. Etamines groupees au nombre de 1() a 28 au sommet dechacune des trois phalanges. 
Celles-ci sont plus longues que les petales et les carpelles ; leur tronc est tres mince et un peu elargi au sommet. Filets 
greles, plus longs vers le sommet des phalanges. Antheres ovales, reniformes et introrses. Glandes hypogynes 
opposees aux carpelles, ovales lanceolees, concaves en dedans, gibbeuses en dehors. Carpelles beaucoup plus longs 
que leurs styles, contenant chacun 4 a 3 ovules imbriques au sommet et places sur deux rangees alternes. Styles 
d'abord recourbes, puis ascendants, greles et termines par une tete stigmatique arrondie. Fruit inconnu. 

Petit arbre. Jeunes rameaux a peine epais d'un millim. Petiole long de3 a 4 millim. Feuilles longues de 2 cent. 1 /2 a 4 cent. 1 /2, larges de 14 a 28 
millim., d'une coloration distincte sur les deux faces. Elles sont le plus souvent obtuses ou obovees. Les pedoncules sont tres souvent extra-axillaires. 
lis sont longs de 5 millim. a 13 millim. Les pedicelles n'ont que 2 a 3 millim. de longueur. lis sont plus courts que la fleur qui, apres Tantliese, 
mesure 10 a 12 millim. de longueur. Les sepales ont 3 millim. sur 3 millim. 1/2. Les petales ont 6 millim. sur 3 millim. lis portent 10 a 12 nervines 
glanduleuses et sont transparents. Les 3 phalanges staminales sont longues de 8 millim. 1 /2. Elles ne sont garnies d'etamines que vers le sommet et 
sur la surface dorsale. Les glandes hypogynes sont hautes d'un millim. 1/2. Elles sont bombees, recourbees en dehors et echancrees en dedans. 
Les carpelles sont trigones. Leurs ovules sont inseres sur Fun et l'autre cote, et a la jonction des bords de la feuille carpellaire. 

BS . Cette espece est de la section Tridesmis. Par les feuilles, elle se rapproche du C. Glaucum Korth, qui parait 

ne pas differer du C. Microphyllum Miq., mais elle s'en eloigne par l'organisation florale. Elle n'a jamais ete trouvee 
en Basse-Cochinchine et son bois n'est pas connu. 



EXPLICATION DES FIGURES DU CRATOXYLON HARMANDII Pierre 

PLANCHE 53 



Rameau florifere. 

1 . Coupe longitudinale d'une jeune fleur -i -. 

2. Sepale vu du cote interieur. 

3. Pelales a l'etat jeune (a) et adulte (b) -f-. 

4. Glandes avant l'anthese (a) (#) et apres l'anthese (c) . 

5. Fleur apres l'anthese ou les glandes, une phalange et le pistil sont seulement representee 
5. Carpelles ecartes pour montrer la position des ovules (a). 

6a. Ovule isole\ 




CRAT OXYLON HARMAND II . Pierre 



GUTTIFfcRES 



GARCINIA MANGOSTANA 

(L. sp. 635. D. C. Prod. I. 361. — Roxb. Fl Ind II n 6(S pit- a. 

- Chois. Gutfif. hide. 33. - PI. et Trian'. Mem. Gut'tif i 1 70 -™" /' ' 3P teb \ / J fide U Pribel - /<wi - /,Mfe *-) ~ Hook - *«*• *«*«• /««• 4847. 

- T. Anderson, in Fl. Brit. Ind. p. 260. -Kurz. / 1' i « De \SSHHf' ^ S"? 1 I s .- descript. ex Roxb.; non G. speciosa Wall. 
Fruct. tab. 103. V ^ Wnm - P" 37 - ~ Mangostana Rumph. Amboine. 1 . tab. 43. - Mangostana Garcinia. Goert. 






cul^e ^^^^T^^ r M i K P T nant P r0babk ^ de la P^sule Malaise ou des lies de la Malaisie, 

RanTe^ Basse-Cochmchme et dans un grand nombre de pays chauds. {Herb. Pierre, n° 3632) 

lee! ZZiZT^ Ws rapPr0CWs ' Feuffleselliptiques oblongues ou oblongues, lanceo- 

p2e~^ 6t obt ^%erementaigues ou oMuses a la base, coriaees. 

c o^^^^; fvTl ° U "r 11 " 8 aSS6Z P~-— nt dans Fintervalle des petites cotes, maisse 

SlTlr? i a ' Seraient aUSSl terminaleS ' LCS S6pales ' P 1US g-ndsdans la serie interieure, 
son Umbnques-decusses, orbiculaires, concaves, tres charnus et persistants. Les petales sont enroules, orbiculaires 

" IZZtZ llle' P I gra r dS qUel f T 168 Ct P ° UrpreS - Le§ M ™ ^ * la h ^ ^necee, uniseriees et au 
nombre de 6. Elles sont portees par des filets, soit libres, soit soudesa la basede Fovaire et aplatis. Les antheres sont 
mtrorses biloculairesovales oblongues, recourbees exterieurement vers le sommet. Le pistil est oval, glabre, lisse et 
reconvert dans sa partie superieure d'un style sessile, epais, ponctue, divise en 5-6 lobes (ech. de Cochinchine), dis- 
tincts au sommet, reflechis et sans glandes proeminentes. L'ovaire, dans les echantillons de Cochinchine, a le plus 
souven o-6 loges uni-ovules. Les auteurs en comptent jusqu'a 8. Le fruit est globuleux, de la grosseur d'une oraLe 
lisse, et d un rouge plus ou moins fonce quand il est mur. II contient de 4 a 5 graines (ech. de Cochinchine), oblon- 
gues, ayant la forme d un croissant ; elles sont aplaties sur les cotes, convexes, plus epaisses a la face exterieure. 

Get arbre atieint 20 a 25 metres. Sa croissance est tres lente. Ses ramifications recouvrent presque enticement son tronc, et sont d'autant plus 
longues qn eUes ^sont sitnee, plus en has, ee qui donne a 1'arbre une forme pyramidale. Dans les arbres ege, d'une c^uanta^ d'annees, le diametre 
du tronc est de 25 a 30 centim. Son ecorce, jaunatre en dedans, noiratre et comme carbonisee exterieurement, contient un sue jaune, trfcs abondant 
d ailleurs, dans toutes les parties de 1'arbre. Les feuilles, de couleur purpurine dans la jeunesse, sont epaisses, coriaees, longues de 15a 22 centim 
larges de 7 a 10 centim Elles sont plus petites dans les arbres Ages, surtout quand ceux-ci croissent sous un climat et dans un sol pen humides. Le 
petiole est long de 18 a 20 millim. 11 est strie transversalement et porte une gafne a la base. Ce caractere est plus ou moins accuse dans toutes les 
especes de ce genre : il est moins prononce dans la section Discostigma. Ses fleurs males n'existent pas dans les herbiers d'Europe. Roxburgh les decrit 
ainsi : « Fleurs males terminees, assez longuement pedoncnlees, reunies au nombre de 3-5-9, grandes, d'une couleur formee de rouge, de vert et de 
jaune. Bractees nombreuses situ^es a la base des pedoncules, arrondies, concaves, scarieuses.Le calice est forme" de deux paires in6gales de sepales 
dresses. Les petales, au nombre de quatre, sont ovales, epais, jaunes-rougeatres en dedans, et d'un rouge-verdatre en dehors. Les etamines sont 
nombreuses. Elles sont massees sur les quatre lobes d'un receptacle epais, autour d'une colonne sterile (rudiment de gyn^cee). Les filets sont courts 
Les antheres sont ovales-oblongues, recourbees. II n'y a pas de pistil, mais on trouve au centre, un corps epais, en forme de tronc de cone renversS 
depassantapeineles antheres. » Le p^doncule des fleurs hermaphrodites est renfle et articule alabase. II est long de 18 a 20 millim., et epais de 
4 millim. Ij2. Les sepales de la sene ext6rieure, mesurent 20 millim. en hauteur et enlargeur. lis out les bords scarieux, sont un peu plus grands et 
moins concaves que ceux de la sene int^rieure. Les petales ont de 25 a 30 millim. en longueur et en largeur. lis sont tres e>ais. Les etamines, dans 
les Echantillons de Cochinchine, sont au nombre de 16-17 et paraissent former deux senes. Leurs filets, quelquefois soudes a la base, sont longs de 
4-5 millim. Les antheres ont deux loges ordinairement bien conform^es et fertiles. Le gynec^e oval et lisse, est surmonte d'un style partag6 en autant 
de Billons qu'il y a de loges a l'ovaire. Ces sillons sont plus ecartes a rextremite, etforment dans le fruit des lobes sessiles, mais bien distincts. La 
surface du stigmate est recouverte de glandes tres petites, peu visibles. Les loges de l'ovaire occupent vers le milieu du gynecSe un espace trfes res- 
treint. Elles sont tres petites et tres rapprochees de l'axe, comme dans le Garcinia Malaccensis. L'ovule, solitaire par loge, est, comme les especes 
de ce genre, ascendant, incompletement anatrope, avecle micropyle tourne en bas et en dehors. Le fruit, garni a la base paries sepales. et cou- 
ronne au sommet par le style sessile, a un pencarpe trks Epais, spongieux, d'un rouge vineux tres prononce au moment de la maturity Ses vaisseaux 
sont gorgees de gomme gutte. II a 7 centim., en hauteur et en diametre. Les graines ont un tegument recouvert exterieurement d'une pulpe couleur de 
neige, seule partie comestible du fruit. Cette pulpe est d'un gout tres agreable et correspond exactement au rEseau fibreux qui forme la partie inte- 
rieuredu tegument. La face de celui-ci imntediatement en contact avec l'embiyon est une membrane molle, formEe de cellules tres tenues. L'em- 
bryon est d'un jaune-verdatre. II n'offre, du moins avant la germination, aucune trace de cotyledons et de plumule. II contient des vaisseaux laticiferes. 

Obs. — Le Garcinia Mangostana n'a jamais ete rencontre a Fetat spontane. II est probable que la description de ses 
fleurs males donnee par Roxburgh (Fl. Ind., II, p. 620) est exacte. Cependant, elles pourraient appartenir a quelque 
autre espece de la section Mangostana, car Roxburgh dit : « Fleurs femelles hermaphrodites trouvees quelquefois sur 
le meme arbre, avec les males, mais I e plus souvent, je crois, sur un autre arbre... » Et plus bas, il ajoute : « Pendant 
ces trente-cinq dernier es annees, fat en vain essay e de faire croitreet fructifier le Garcinia Mangostana sur le conti- 
nent de Vlnde. Laplante transported au nord ou a Vouest de la bale du Bengale, a toujour s ete maladive et ne s'eleve 
guere au dela de%a3 pieds avant de mourir. » Comme Roxburgh n'a pas visite Faire geographique occupee par cette 
espece, sa description a du etre faite d'apres des echantillons et des informations provenant d'autrui. De son temps, 
aucun arbre n'existait dans FInde. II serait done curieux de pouvoir observer les fleurs males du G. Mangostana qui 
n'existent dans aucun herbier. 

La description des fleurs males donnee par M. de Lanessan (Mem. Garc, p. 45-20), serait faite d'apres Fauteur 
lui-meme « sur des echantillons de Vherb. duMus. de Paris, et sur des echantillons frais. » Le Museum ne possede 
actuellement aucun echantillon de lafleur male du G. Mangostana. II possede, il est vrai, un echantillon de Kurz, eti- 
quete G. speciosa Wall., provenant des Andamans , et qui , pour moi , est le type d'une espece nouvelle que j'appelle 
G. Kurzii. II n'est pas possible de confondre le G. speciosa Wall avec le G. Mangostana, ni avec le G. Kurzii, car 
les feuilles, dans ces especes, sont bien distinctes. 

L'espece, se rapprochant le plus du G. Mangostana, est le G. Malaccensis. Dans celle-ci, les glandes stigmatiques 
sont plus larges. Elle differe encore du G. Mangostana par un ovaire constamment fourni de 8 loges, et par des fleurs 
males bien differentes de celles decrites par Roxburgh et M. de Lanessan : Les etamines sont sessiles sur un corps 
central charnu, de forme pyramidale, portant au sommet, en forme de chapeau, un court rudiment de pistil. 

J'ai observe sur des arbres, provenant de semis faits sous mes yeux au jardin de Saigon, que la floraison dans cett e 



espece avait lieu apres quatre et sept annees de plantation. Les arbres dont je parle sont plantes dans un terrain eleve 
et sec. lis avaient 6 a 8 pieds ^elevation au moment de la floraison. Aucun de ces arbres, pendant les quatre annees 
qu'a dure Y observation, n'a produit de fleurs males. Le seul Garcinia fleurissant au jardin, en ce moment, etait le 
G. Loureiri, espece de la section Oxtjcarpus. J ? ai aussi visite, pendant deux ans, et dans les mois de novembre, 
decembre, Janvier et fevrier, plus de 4,500 arbres de cette espece cultives dans lesjardins indigenes situes entre 
Thu' due et Thu'-dzau-mot. Je n'ai jamais, malgre les recherches les plus attentives, et malgre la promesse d'une bonne 
remuneration faite aux indigenes, rencontre les fleurs males du G. Mangostana. Or, tous ces arbres fructifiaient abon- 
damment chaque annee. II faut done admettreque la fleur du G. Mangostana, dite femelle, est une fleur hermaphrodite 
bien organisee. L'examen de jeunes fleurs femelles prouve d'ailleurs que le pollen, emis bien avant Tanthese, est 
fertile dans la majeure partie des etamines qui entourent le gynecee. Le meme fait a lieu dans les G. Loureiri, 
G. Cambodgia, G. Shomburkgiana, G. Planchoni, G. Xanthochymus, G. Villersiana, etc., et dans toutes les especes 
ou la fleur femelle porte a la fois un androcee et un gynecee. 

On peut observer aussi que le mode de floraison, dans beaucoup d'especes du genre Garcinia, change dans le meme 
individu, avec Tage. Dans le G. Loureiri, par exemple, un arbre age de 5 ans, donne d'abord des fleurs males, munies 
ou privees de rudiment de pistil. Pendant la seconde annee, et souvent pendant la troisieme, on rencontre a la fois, 
sur le meme arbre, des fleurs, les unes males, les autres femelles. Plus tard, le meme individu ne porte plus que des 
fleurs d'un seul sexe. Dans les descriptions, on ne devrait jamais dire fleurs femelles, quand celles-ci sont pourvues 
des organes des deux sexes, mais les considerer comme fleurs hermaphrodites. J'ai constate aussi, dans les especes 
dont la fleur femelle est entierement privee d'androcee, dans le G. Benthami, par exemple, qu'elles produisaient 
accidentellement des fleurs, egalement bien organisees comme gynecee et androcee, mais dont les ovules, nean- 
moins, quoique bien developpes, n'etaient jamais fecondes. Ces sortes de fleurs pourraient etre appeleesneutres. Cest 
un etat transitoire de Tindividu, avant de fixer son sexe. On peut constater ce fait dans le G. Cornea, qui, comme 
le G. Benthami, n'offre aucune trace d'androcee dans ses fleurs femelles. Le meme fait a lieu dans le G. Hermandii. 

Le Garcinia Mangostana est cultive en Cochinchine dans les terrains bas, formes d'un humus profond, a sous-sol 
tourbeux. Ces terrains sont arroses a la maree haute. II est vrai que Feau du fleuve est douce ou a peine saumatre 
dans les localites ou a lieu cette culture. La floraison commence en novembre et finit en fevrier- mars. Elle dure toute 
Tannee pour quelques individus. La maturitedes fruits a lieu du mois de mai au mois de septembre. A Java, dans la 
region deja elevee de Buiteuzorg, le Garcinia Mangostana est cultive dans un sol argileux, gorge d'oxyde de fer, 
sec et tres profond. Cet arbre atteint la d'assez grandes dimensions. Ses fruits, quoique bons, ne sont pas tres gros. 
Cest une region relativement assez pluvieuse. 

On utilise les feuilles et Tecorce du G. Mangostana en teinture. Elle sert a fixer les couleurs et a leur donner plus de 
reflet. Son bois, brun avec Tage, est assez estime. II est utilise en ebenisterie. On en fait aussi de bons avirons, car ses 
fibres sont longues et flexibles. 



EXPLICATION DES FIGURES DU GARCINIA MANGOSTANA L. 



Rameau florifere hermaphrodite. 

— fructifere. 
\ . Fleur femelle ou hermaphrodite, avant l'anthkse -J-. 

2. La meme, privee de ses se" pales et de ses petales -J . 

3. Un pelale anomal, avant l'anth^se. II est bilob6 sur un cot6. 
4«. Etamine de la fleur hermaphrodite vue du cot6 int^rieur 2l j 
46. Coupe transversale de cette examine, 

5. Coupe transversale d'un ovaire. 

6. Diagramme de la fleur femelle ou hermaphrodite. 




GARCINIA MANGOS TANA. L. 



GUTTIFtRES 



GARCIMA BENTHAMI P,e„ 



RE 



Annam : Koi. - Kn 



/>/!!v [ ^7of ^ ,r " S r6PandUe <knS t0UtCS "" pr0YinCeS dC la Basse C ^inchine et du Cambodge. {Herb. 

JZu^7^T' t,;t, Tf "^- Xr \ s aUon « tes ' P orta »» des ramifications secondaires assez courtes. Feuilles petiolees. 
o ongues ou e hpt.ques oblongues, lanceolees, courtement acuminees et obtuses au sommet, arrondies a la base et le 

fi ZZ Z l*" r SU ?r epa,SSCS , et C0,iaCeS - LeUfS Pe,i,e? C,),es ' au nombre de 40 a "^ ™<* 'out pres du bord en one 
I"!! ; S ,° nt " nement deS?in,Ses SUr les de « x fa <*s. Des nervures, au nombre de 1 a 3, moins longues et moins 

m^ntT"? i , ,nte ;,y aUedeS **" C,HCS - LeS fleUK SOnt terminales au *>™«* d ™ court bourgeon plus ou 
moms entoure de bractees. Elle sont solitaires dans la plante femeUe. Leur nombre est deoaO, avec des pedoncules plus 
longs, dans la plante male. Les sepales sont persistants, concaves, arrondisau sommet, on pen plus longs et plus lap- 
ges dans la ser.e exterieure, coriaces ou submembraneux. Les petales plus grands e. plus epais que les sfpales! sont le- 
geremenl concaves suboblongs, arrondis. plus larges vers la base, nerves, m.dules sur les bords et jaumirc-. Le, eta- 
mmes sont en nombre considerable. Leurs filets aplatis et courts sont inserts sur la face dorsale et quelque pen vers le 
sommet de la face mteneure dunreceptablequadrilobe et charnu. Leurs antheres sontbiloeulaires, introrseset recour- 
bees en dehors. Au sommet du receptacle, entre les 4 phalanges d'etamines opposees aux sepales, se dresseun rudi- 
ment degynecee tout-a-la.t l.bre, renfle a la base, legerement tetragone, contenant un nombre variable de loges steriles ; 
it cs tcrm.ne subitement au sommet en une large tete stigmatifere eonvexe, parsemee de nombreuses glandes ties 
v.s.bles. Le rudiment de gynecee, dans les fleurs neutres, ayant un ovaire aussi bien conforme que celui des 
Bears femeUes e( pourvu d'ovules bien conformes, est entoure de phalanges d'etamines subopposees aux petales, 
moms elevees que celles des fleurs males et paraissant infertiles comme lovaire. Dans les fleurs femelles. les 
etam.nes font complement defaut et le gynecee a la forme d'une poire. Le stvle elargi et eonvexe au sommet 
en forme delete de clou, a le pied tres court et tres epais. Ses bords sont reflechis et partages, au sommet sett- 
lement, en 8 a 10 lobes, leplus souvent en 9 lobes. Toute sa surface stigmatique est couverte de glandes arrondies, 
ormant, sur chacun des lobes, 6 a 8 rangees nettement prononcees. Son ovaire contient 8 a 10 loges. le plus souvent 9 
loges entourant un axe d'un court diametre par rapport a la partie exterieure des loges. Le fruit conserve la forme du 
pistil. 1 res large a la base, plus etroit au sommet. il est couronne par le stvle devenu concave au sommet et dont le* 
bords lobes, finement denteles, sont dresses a la maniere d'une tiare. II contient a a 10 graines oblongues. avant la 
lorme d un croissant, compnmees sur les cotes, plus epaisses ou convexes dans la partie opposeea l'axe d'inserlion. 

Arbre de 20 a 23 metres, de forme pyramidale. Tronc droit, epai. de 43 a .So eentim.. reconvert d'une ecorce noiralre. rugueuse exterieure- 
ment, gorge* inteneurement d'un sue Wane egalement present dans loutes les parties de la plante el noireissant a lalumiere. Son aubier esl d'un 
rong- pale, p-u distinct du eceur. Ires duret epais de 25 a 30 millim. Son bois est d'un rouge brun (once : ilest tres dense et ses fibres sont tres lon-ues 
elres l| M ,U,.>. «,.-s raim-aux secondaires sont longs de 3 a 10 eentim. Le petiole de ses feuilles. canalieuleen dessus, strie transversalement, mesure 
10 a l.millim. Ses feuilles sont longues de 7 a 13 eentim. dans les arbres ages. Elles sont. dans les jeunes arbres, longues de 16a 18centim. et 
larges de 7 a 8 eentim. Les pedoncules des fleurs femelles sont longs de 6 a 7 millim. et epais de 2 a 3 millim. Ceux des fleurs miles sont longs de 
," " Jllll,llm - et opais d un millim 1 2i.2 millim. Les sepales exlcrieurs out 7 millim. en longeur et 6 mfflim. en largeur. Ceux de laserie inferieure 
n ont que 6 millim. sur 4 millim. Les petals -ml lungs de 12 millim. et larges, au-dessous du milieu, de 7 millim. I '2. Le rudiment de gyneceo est 
long dr ± millim. | >, l ai . ge ;, la based.' 2 millim. et au sommet de 4 millim. Les famines sont longues dun millim. Le fruit mur est haul 
de 40a 43 millim. Son diametre, vers le milieu, est de 43 a 30 millim. Ses graines recouvertes d'une pulpe blanche, peu agreable, ont en hau- 
teur, 22 a 23 millim. Elles ont. de l'axe d'inserlion a la partie exterieure on dorsale. 13 millim. de diametre. Elles n'ont que 7 millim. transversale- 
ment, e'est-a-dire d'une face laterale a 1'aulre. 

Le sue des Garcinia est jaune ou jaune-verdatre dans la majorite des especes. II est blanc dans les G. Ben- 
thami, G. ferrea et G. Celebka. Cette particularity aurait du, a defaut d'autre difference, empeeher de con- 
fondre avec cette derniere espece. les G. fabrilis Miq., et G. cornea L. Elle esl signalee par Rumphius, dont 
les descriptions sont generalement meilleures que les figures. Mais cet auteur (Amboine I. 134.. t. U). donne 
aussi au G. Celebica des feuilles moins longues et moins larges qu'au G. cornea. II represente les fleurs, dans 
cette derniere espece, fasciculees au sommet des rameaux, et dans l'autre, disposees, au nombre de 3, en grappe 
terminale. 11 dit aussi que le fruit du G. Celebica a autant de loges que celui du Mangoustan, e'est-a-dire 3 a 
fi, que son stigmate n'est pas sessile et qu'il est ombilique au sommet. II n'est done pas possible d'unir, comme 
la fait M. de Lanessan (Mem. Garcinia 2l-±2j. le G. Celebica au G. corneal* 

Kurz (In Journ. An. Soe. Bengal. XXXIX p. 64.) unit le G. fabrilis Miq. au G. cornea L. (ex Ro.rb.) Cela 
ne me parait pas possible. J'ai fait (igurcr plus loin mes analyses des fleurs males de ces deux especes. On 
verra qu'elles different par la forme de leur rudiment de gynecee. et que, contrairement au G. cornea L. 
ex Roxb., accepte par Ions les botanistes, comme identique au G. cornea L. (Humph. Amboine. III. 56. t. 30.) 
les phalanges d'etamines de la plante male, sont, dans le G. fabrilis. opposees aux petales. Elles sont egale- 
nictil opposees aux sepales, dans le ('•. Celebica. d'apres la fig. de Rumphius. du moins quant a la fleur male 
grossie et designee par la lettre A. 

La plante done, ligurec plus loin, eultivee dans le jardin de Buitenzorg (Herb. Pierre. n 0i 4168 et 4169; sous 
le iiiim de (;. Celebica L. ou les petales -out opposes aux phalanges staminales, representerait le G. fabrilis 
Mia. plutotque le G. Celebica, L. si mon analyse faite, d'apres l'cch. type de Hiquel du G. fabrilis, conserve 
a Leyde, esl exacte. II est vrai que Miquel, (VI. Ind. Batav. Supp. 1. 496j, dit positivement que les pha- 
langes d'etamines soul alternes aux petales. Dan- ces 6ch. de Buitenzorg du G. Celebica. le fruit est termini 



par un style allonge, couronne par un stigmate etale, partage en 7 lobes bien distincts et correspondant a 
autant de loges, mais ce stigmate, legerement deprime an sommet, tfest pas ombilique comme dans le G. Lele- 

Ce que nous venons de dire du G. Celebka L., nous dispense dlnsister sur les differences, separant le G. Ben- 
thami de cette espece. . 

Le bois du G. Benthami est brun-rougeatre et tres estime. II est employe aux memes usages que celui du 
G. ferrea et en differe tres pen. Si Ton considere ce que dit Rumphius de celui du G. Celebica L. on peut 
etablir que tons les Garcinia a sue blanc, ont un bois rouge-brun ou couleur miel, supeneur a celui des autres 
especes de Garcinia, Cette observation est importante pour la culture forestiere. Dans la section Xanthochymus 
le bois est blanc ou jaune blanchatre. Dans les Discostigma il est jaune-rougeatre ou tout a fait blanc. C est 
la nuance, quoique plus foncee, quelle a dans les Oxycarpus, les Comarostigma et les Cambodgia. II est jaune- 
brun pale dans la section Mangostana et tout a fait jaune paille dans les Hebradendron. Les sections ou il est 
le plus estime, sont celles des Kiras et Oxycarpus 



EXPLICATION DES FIGURES DU G. BENTHAMI Pierre. 



PLANCHE 55 



smaie. 

h fleurs neutres, e'est-a-dire ou les deux sexes sont presents sans que ni les etamines ni l'ovaire soient fertiles. 



Coupe longitudinale d'une jeune t 



■ male 



2. Autre fleur male privee de ses scales et de ses petales -4f- . 

3. Fleur male apres l'anthfese \ . 

4. Fleur male apres l'anthfcse privee de ses s6pales, de ses petales el d'une des phalanges diamines 

5. Fleur neutre apres Tan tkfcse -J-. 

6. Etamines pr6sentees du cote inteneur (a) exterieur (*) el lateral (c) -f-. 
7a. Coupe d'un rudiment de gyn6c6e. de la fleur male -f . 

76. Coupe d'un ovaire de la fleur neutre -?-. 

PLANCHE 56 

Rameau de la plante femelle. 
— portant de jeunes fruits. 
_ __ des fruits murs. 

1 . Coupe longitudinale d'une fleur femelle 4-. 

2. ExtrSmite de jeunes fruits fa) (b). 

3. Coupes transversales d' ovaire a 8 loges (*) et a 9 loges (a). 

4. Coupe transversale d'un jeune fruit contenant 10 loges -}-. 
5 # — fruit mur. -j -. 

6. Graine revetue de son tegument (a) et privee de son tegument [b) \ . 




E.Delpy del. 



Storck & L 



GARCINIA BENTHAMI Pierre 




.Delpy,del. 



J 

q ugon lith. 



G ARC IN I A BEN TH AMI. Pierre. 



GUTTIFtRES 



GARCINIA FERREA P 



IERRE 



Hab. - Espece assez rare en plaine, commune dans les montagoes deDinh, presdeBaria, dans eellesde Cam-Chay 
pres de Kamput et dans File de Phu-Quoc (Herb. Pierre, n» 3634, 3635 et 3695. Collect. Bois, o" 124 et 202) 

Rameaux tetragones, opposes, courts et espaces. Feuilles el.iptiques-oblongues, obtnses on aigues a la base, cour- 
tement acummees et obtuses au sommet, minces, brillantes en dessns, pales en dessous et rongeatres apres dessicca- 
t.on. Femes cotes an nombre de 36 a 40, finement dessinees snr les denx faces, nnies pres du bord dn limbc ct for- 
mant une ligne ondulee courant de la base au sommet. E.Ies sont separees pardeux on trois nervures paralleled moins 
longues, mais ,res accentuees. Veines indis.inctes. Fleurs males, groupees au nombre de 3 a 5, au sommet des 
rameaux, et portees par des pedoncules greles et allonges. Fleurs femelles solitaires et terminales. Sepales plus 
grands dans la serie ex.erieure, oboves, concaves, membraneux, coriaces et veinenx. Petales plus longs que les 
sepales, epais et tres veinenx. Receptacle pen eleve et bientot ternune en4phalanges stamina.es opposees aux sepales^ 
hbres et entonrant un rudiment de pistil, aminci a la base, renfle au sommet, plane, creusc au centre, glanduleuxei 
portant de 7 a 8 lobes pen distincts sur les bords. Etamines tres nombreuses, portees par des filets courts et 
aplat.s. Leurs antheres sont oblongues, recourbees en dehors, biloculaires et introrses. Le fruit est oval lisse 
legerement acumine, termine par un style court, a peine lobe, glanduleux et legerement concave au sommet. ii 
contient de 6 a 8 graines. 



325 a 35 metres. Tronc droit, 61ev6 de 7 a 10 metres, noiratre. Ecorce epaisse de 5 a 8 millim.. 



ugueuse, noiratre et feuillet^e ext<§- 



neurement.rougedUeen dedans, rtcrttant un sne Wane nnircissnnt a la Inmiere. Les rameanx seeondaires son, assez conrts e. espaefe Le 
pebole, long de5 a !0 millim., est plane on ereuse en dessns, eonvexe en dessous et s.rie transversalement. Les feuilles sont looses 
de ,6 a 14 cent, etlargeade 3 a 6 cent. '/„ de eonsis.ance parcheminee. Leurs petites eo.es son, souven, moins visildes en dessous nu'en 
dessns, et plus fines que celles des G. Benthami et G. Scheffer, Les pedoncules par.en. d'un bourgeon sessile et cache en.re la base des 
pefioles. lis mesurent de ,0 a ,4 millim., et ont nn diametre vers le milieu d'un millim. Les fleurs sont plus peti.es que celles des Garania Ben 
thanu et G. Sckefferi. Les sepales ex.erieurs son, longs et larges de 6 millim. '/.. Les sepales in,erieurs son, longs de 6 millim. et larges de 4 millim 
Lespetales ont 9 millim. de longeur e, 6 millim. delargeur.Le receptacle por.e 4 phalanges distincfes, games sur les cotes et sur la face ex.e 
neure d'un grand nombre d'etamines. Ces phalanges egalen, en longueur un rudiment de gyneeee central, long de 2 millim Ce rudiment de 
gynecee ,res epaissi au sommet, offre 4 facettes dans le bou.on, e. apres lanthese se montre lobe sur ses bords. 11 est convert de glandes arrondies 
tres grosses. Le fruit est porte par un pedoncnle long de 5 a 8 millim. 11 contient de 6 a 7 graines, el mesure 4cen.im. 1/2 en hauteur sur 
3 centim. en diametre. 

Obs. -Cette espece differe du G. Benthami par des feuilles plus petites, moins epaisses et pourvues de cdtes 
moins robustes ; par des fleurs plus petites ; par la forme de son rudiment de gynecee ; par son fruit ne contenant que 
huit Ioges et par son style presque sessile et non profondement lobe. Du Garcinia Schefferi elle differe par un recep- 
tacle moins eleve, par le rudiment de gynecee, par le fruit etun style concave au sommet. Elle est plus voisine du 
G. Benthami que du G. Schefferi. Cependant ces trois especes meritent d'etre observees a l'etat de culture. Elles 
ont de tres grands rapports avec les G. speciosa, G. Hombronana, G. Celebica et G. fabrilis. 

Le G. ferrea est un arbre atteignant de plus grandes proportions que les G. Benthami et G. Schefferi. Son bois, tres 
dense, assez lourd, compose de fibres tres longues, est rouge brun. II se conserve bien et est employe generalement par 
les indigenes, dans les ouvrages exigeant de la flexibilite, comme brancards, jougs, avirons. On s'en sert aussi comme 
madriers, pieces de charpente, balanciers, arcs, colonnes demaison. Ceboisconvient aussi pour Febenisterie et pour 
Fincrustation. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU GARC1JS1A FERREA Pierre 



PLANCHE 57 

Rameau florifere male avec etude d'une section de feuille (Ech., n° 3635). 

Rameau fructifere. (Ech. provenant de File Phu-Quoc). Les fruits n'y sont pas arrives a maturite. 

1 . Fleur, en bouton, privee de ses sepales et de ses petales ou reduite a l'androcee et au rudiment de gynecee central 

2. Coupe longitudinale d'un bouton de fleur male plus age que le n° 1 -f- . 
3a. 36. Androcee et rudiment de gynec6"e d'une fleur apres Tanthese. 

4. Etamines pr6sent6es du cote interieur (a), lateral (c), et exterieur (6). -^. 

5. Extremite de fruit montrant le style sessile, a peine lobe, concave et glanduleux -f. 




E.Deipy, del 



Siorck & L.Hugon Lith. 



G-ARCTNIA FERRE A. Pierre. 



GUTTIFfcRES 



GARCINIA BASSACENSIS Pierre 



Hab.— Espece habitant la region deBassac, dans le Laos inferieur, verslel4 e degrelat. n.(Coll.Harmand.,n 9 1074.— 
Herb. Pierre, n° 3637.; 

Jeunes rameaux tetragones, peu espaces et assez courts. Feuilles ovales, suboblongues ouelliptiques, obtuses a la 
base, courtement acuminees et souvent arrondies, epaisses, coriaces, luisantes en dessus, legerement pales en des- 
sous. Petites cotes au nombre de 36 a 40, separees par des nervures egalement elevees, paralleles, et n'atteignant pas 
le bord du limbe. Veines a peine distinctes. Fleurs males, au nombre de 6 a 9, terminates et longuement pedonculees 
Sepales ovales ou orbiculaires, obtuses, concaves, a peine membraneux, tres veineux, plus petits dans la deuxieme 
serie. Petales suboblongs, obtus, fortement nerves, plus grands que les sepales, opposes aux phalanges staminales. 
Receptacle peu eleve, divise pres de la base, en quatre phalanges distinctes garnies diamines, nombreuses 
sur les deux faces et presque sessiles. Les antheses sont oblongues, biloculaires et recourbees. Le rudiment de 
gynecee central, plus court que les phalanges staminales, est porte par un pedicule tetragone assez mince II 
se termine par un plateau quadrangulaire, frange sur les bords et manifestement glanduleux. 

Jeunes rameaux longs de 11 centim. a 15centim. Petiole long de 15 millim. recouvert enpartie par le limbe, creuse en dessus, caren6 et stri6 
en dessous. Feuilles longues de 8 a 12 cent., larges de 5 a 7 centim., fortement nerv^essur les deux faces et d'un jaunepale apres dessiccation. 
Pedoncules longs de 13 millim. et epais d'un millim. 1/2. Boutons longs de 8 millim. et epais de 7 a 8 millim. Sepales exterieurs longs de 10 millim. 
et larges de 9 millim. Sepales interieurs longs de 8 millim. 1/2 et larges de 6 millim. Petales longs de 11 millim. 1/2 et larges de 7 millim., 
retrecis vers la base, epais sur la cote, membraneux, tres veineux, deja plus longs que les sepales avant l'anthese. Le rudiment de gyn6c6e 
est long d'un millim. 1/2. II est souvent tres grele et recourbe. La tete stigmatique est toujours charnue ; les bords en sont refl6chis, 
franges, caracterequi nese constate pas dans les G. ferra, G. Schefferi et G. Benthami. Les fleurs femelles et le fruit sont inconnus. 

Obs. — Les fleurs males du G. ferrea ont de grands rapports avec le G. speciosa. Wall. PL Asiat. Rar. 
t. 258. Ainsi leurs phalanges staminales sont libres jusqu'a la base et opposees aux petales. Leur rudiment de 
gynecee est libre et tetragone. II est vrai que Wallich dit que celui du G. speciosa est convexe. On reconnai- 
tra le G. ferrea par ses feuilles moins oblongues et lanceolees, ses fleurs plus petites et la forme de ses petales. 
Son sue parait etre blanc comme celui du G. Benthami. Wallich dit positivement que celui du 6?. speciosa est 
jaune. Je regrette de n'avoir pu analyser la fleur du G. speciosa, espece mal representee dans les herbiers. 
L'echantillon de Kurz provenant des Andamans etiquete G. speciosa au Museum de Paris, decrit par lui sous 
ce nom (Fl. Burm. 4. p. 92) et determine G. Mangostana par M. de Lanessan, est pour moi unc espece dis- 
tincte, decrite plus loin, sous le nom de G. Kurzii. 

Je n'ai aucune donnee sur la vegetation de cet arbre, sur son bois et ses proprietes. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU GARCINIA BASSACENS1S Pierre 

PLANCHE 58 

Rameau florifere male et portions de feuilles vues sur les deux faces. 

\. Fleur male privet de ses sepales et d'une partie de ses p6tales, montrant les phalanges staminales el le rudiment de gyn6c6e, avant 
l'anthese -— . 

2. Rudiment de gyn6c6e, de grandeur et de forme tres variables dans les fleurs du meme rameau - 1 , -. 

3. Coupe longitudinale d'un jeunebouton -*£-. 

4. Une partie de l'androcSe, avecle rudiment de gyn6c6e central, apres l'antkese -"-« 

5. Etamine vue du cot6 interieur a, et exte>ieur b. 




iorck ftL.Hugon Laa 



GARCINIA BAS S ACEN SIS. Pierre. 



GUTTIF6RES 



GARCINIA SCHEFFERI Pi 



Hab. - Espece commune dans les terrains sablonneux des provinces de Baria et dn Binh-Tuan ; des iles de Phu- 
Quoc etde Condor. (Herb. Pierre n» 2029 et 4012. - Harmand. et de Lanessan.) 

Bameaux secondares, tetragonesetassez courts. Fenilles longuement petiolees, oblongues on elliptiques, cunei- 
formes on aigues a la base, arrondies an sommet on courtement acuminees, epaisses et coriaces. Lenrs petites cotes, 
an nombre de28 a 30, pins distinctesen dessousqn'en dessus, sent separees par des nervures intermediates paralle- 
lesetn'atteignantpasleborddulimbe. Leurs veines, souvent invisibles en dessus, sont tres peu distinctes en des- 
sous. Les fleurs sont terminales. Dans les males, les pedoncules sont an nombre de 3 a 7; dans les femelles, ils 
sont solitaires,plus courts et moins longs. Les sepales exterieurs, dans les fleurs males, sont sensiblement moins longs 
que les sepales interieurs. Dans les fleurs femelles, ils sont plus grands que dans les fleurs males, plus larges et a peu 
pres d'egale dimension dans les deux series. Les petales etroits a la base, larges vers le sommet, sont oboves, mem- 
braneux, nerves, et plus grands que les sepales. Les etamines manquent a la base du gynecee des fleurs femelles. Elles 
sont, dans la plante male, tres nombreuses, occupent les cotesetla face dorsale de 4 phalanges Iibres, obovees, opposees 
aux sepales et plus longues que le rudiment de gynecee central. Elles sont portees par de courts filets aplatis. Leurs anthe- 
res oblongues sont recourbees en dehors et ont deux loges, en partie introrses. Le rudiment de gynecee, s'eleve 
en une colonne subquadrangulaire ; il s'elargit au sommet en forme de pelte tetragone ; il est reflechi sur les bords. 
irregulierement lobe etde nature glanduleuse. La fleur femellea un gynecee cylindrique ou suboblong, subitement 
aminci en un style epais tres court,tres elargi,aplati au sommet et partage en 8 lobes,distincts seulement sur les bords. 
Son ovaire contient 8 loges. La baieest ovale et lisse. Elle contient le plus souvent deux graines ; elle est couronnee 
par un style sessile, aplati, finement lobe ou dente sur les bords. Les graines sont oblongues, presque cylindriques ou 
faiblement comprimees sur les cdtes. 

Arbre de 10 a IS metres. Tronc epais de 10 a 15 centim., recount dune ecorce peu epaisse, rugueuse et noiratre en dehors; 
gorgte d'un sue jaune, noircissant a la lumiere. Ses feuilles ont un petiole long de 10 a 20 millim., et epais de 2 millim. Elles sont longues 
de 7 cent. 1/2 a 13 centim. et larges de 3 a 6 centim. Leurs petites cotes sont espactes de 4 a 8 millim. Les pMoncules des fleurs males (fehantillon 
de Pulo Condor) sont de 10 millim. Les scales exterieurs ont 6 a 7 millim. de longueur, dans les jeunes fleurs, et 4 a 3 millim. de largeur. lis ont 
10 millim. de longueur sur 8 millim. de largeur dans la deuxieme s<5rie. Dans les fleurs femelles (£chantillon jeune fruit de Phu-Quoc), les scales 
exterieurs ont de 8 a 10 millim., en longueur et en largeur et ceux de la s<5rie interieure ont de H a 12 millim Les petales sont trfes minces et 
trfes nerves (i^chantillon de Pulo-Condor); ils ont de 14 a 15 millim. de longueur sur 8 a 10 millim. de largeur. Le gynecee (i5ch. Phu-Quoc) est haut de 
10 millim. et large de 7 a 8 millim. Son style trfes court a, au sommet, dans la partie i5tatee,un diametre de 10 millim. La baie (<5chant. de Pulo-Condor) 
est haute 'de 3 millim 1 /2 avec un diamfetre de 3 millim. Les graines sont longues de 1 2 a 1 3 millim. et 6paisses de 6 a 7 millim. 

Obs. — Le Garcinia Sche/feri est tres voisin des Garcinia Benthami et du G. Hotnbronana, especesappartenanta la 
section Mangostcma. 11 differe du G. Benthami par des feuilles plus aigue's a la base, plus obtuses au sommet, par ses 
petales tres larges au sommet, par un rudiment de gynecee non pourvu de loges ovariennes, par son style etale et plane 
au sommet, par son fruit ovale et non pyriforme, parunstigmate presque sessile dans le jeune fruit non concave et non 
releve sur les bords comme dans le G. Benthami. 

On le distingue du G. Hombronana par des feuilles beaucoup plus aigue's a la base et plus obtuses au sommet, par une 
inflorescence male non axillaire, par la forme du rudiment de gynecee, plane au sommet dansle G. Hombronana, par 
son fruit ovoide et nonglobuleux termine par un style plus court et moins distinctement lobe. 



EXPLICATION DE LA FIGURE DU G. SHEFFER1 Pierre 

PLANCHE 59 

Rameau florifere male (Echantillon de Pulo-Gondor). 
Rameau florifere femelle (Echantillon de File Phu-Quoc). 
Rameau fructifere (Echantillon de Pulo-Condor) . 

1. Coupe d'une jeune fleur male (Echantillon de Pulo-Gondor) ^-. 

2. Fleur male ouverte. Une des phalanges a ete enlev^e afin de faire voir le rudiment de gyn6c6e central J-. (Ech. de Pulo-Condor,. 

3. Fleur femelle (Echantillon de Phu-Quoc) ~ . 

4. Coupe transversale de la fig. 3. 

5. Surface d'un style tel qu'il est dans le fruit. ~- (Echantillon de Pulo-Condor). 




k BlL.HuJob tilh. 



GARCINIA SCHEFFERI. Herre. 



GUTTIFERES 



GARCINIA HARMAND1I Pi 



Hab. — Espece commune dans les provinces de Bien-hoa etde Tayninh, plusfrequente dans celles deBabaur, Sam- 
rongtong, Sruoi, Tran au Gambodge {Herb. Pierre, n os 502, 776 et 1371 — D\ Harmand. n° 349). 

Rameaux decusses, tres rapproches et tres courts, presqueronds avec rageetterminesparunepointeaigue. Feuilles 
oblongues, obovees ou courtement lanceolees, souvent tres aigues au sommet, cuneiformes a la base, entieres, 
coriaces, munies de 26 petites cotes environ, ramifiees avant d'atteindre le bord du limbe et tres accentuees a la 
face inferieure. Fleurs presque sessiles, solitaires dans la plante femelle ; au nombre de 3 a 6 dans la plante male. 
Bractees au nombre de deux, opposees, ovales, concaves, coriaces, trois fois plus petites que les sepales et inserees a 
la base d'un pedoncule long d'un demi-millim. a un millim. Sepales au nombre de 4 a 3, a peu pres d'egale dimension 
dans les deux series, orbiculaires ou oboves, coriaces, prenant un leger accroissement sous le fruit et verdatres. Petales 
alternes avec les sepales, imbriques, oblongs, arrondis, legerement concaves, epais, veineux et jaunatres. Etamines. 
en nombre variable, inserees sur i'une et l'autre face de phalanges opposees aux petales, libres ou a peine soudees a 
leur base au receptacle. Filets epais et courts. Antheres reniformes a 2 loges oblongues, legerement recour- 
bees au sommet, introrses ou en partie extrorses. Rudiment de gynecee des fleurs males, a peine plus long que les pha- 
langes, porte par une colonne striee et terminee par un stygmate semispherique, tres epais, glanduleux et de couleur 
purpurine. Gynecee presque sessile, prive le plus souvent de staminodes a sa base. Stygmate spherique, pourpre. 
et, dans les jeunes fleurs, recouvrant presque entierement Fovaire. Celui-ci etroit, ou legerement cuneiforme, con- 
tient deux a trois loges uniovulees. Fruit rond, pourpre, contenant une a deux graines convexes exterieurement et 
legerement aplaties du cote du hile. 

Petit arbre de 6 a 10 metres, tr^s ramifie" tout prfcs du sol. Ecorce jaunatre, epaisse d'un 1/2 millim. et contenant tres peu de gomme-gutte. Petiole 
long de3 a 5 millim. recouvertjusqueprfcs dela base, par le limbe aminci et decurrent. Feuilles longuesde 4 a 10 cent, large d'un cent \ /2 a 3 centim., tres 
coriaces, souvent obovees, affectant dans les terrains profonds ethumides une forme lanc6"olee et termineespar une pointe tres rigide. Les sepales a peu prfcs 
6gaux dans les deux series mesurent 4 millim. en largeur et en hauteur. Les pCtales ont 8 millim. I /2 sur i millim. lis sont dans les tleurs males 
legerement soudes avec le receptacle et un peu etroits a la base. Les etamines, tres petites, sont construites comme celles de la section Mangostana. 
L'ovaire est le plus souvent a trois loges. L'ovule insere vers la base de la loge est ascendant, incompletement anatrope. Son micropyle tres proemi- 
nenfest lourn6 en dedans et enbas. Lefruitmur, legerement deprime" entre les graines, est couronne parle stygmate. Ilmesure de lOmillim. a 20 millim. 
en largeur et 12 a 15 millim. en hauteur. Son sarcocarpe est sucre et dun gout agreable et ne contient presque pas de gomme-gutte. La pulpe qui 
entoure le tegument de la graine est aussi d'un gout tres agreable. L'embryon gros, 6"pais, verdatre, nediffere en rien de celui des especes du genre 
Garcinia. 

Obs. — Le Garcinia Harmandii doit etre range dans la section Mangostana pres des especes dont les fleurs femelles 
sont souvent privees de staminodes. Par ses phalanges staminales, presque entierement libres, par son ovaire souvent 
reduit a deux loges et par la forme de ses graines il se rapproche des especes de la section Discostigrna. 

Cette espece croit, de preference, dans leslieuxarides et sablonneux. Ses feuilles, terminees par une pointe tres rude, 
ses rameaux tres presses, souvent denudes et pointus, la feront rechercher comme plante de haie. Les qualites de son 
fruit meritent aussi Fattention des horticulteurs. 

Son bois est jaunatre, flexible, assez dur. II peutetre employe a de menus ouvrages. 



EXPLICATION DES FIGURES DU GARCINIA HARMANDU Pieriu: 



Rameau de la plante male. 

— — femelle. 

Face inte>ieure d'une section de feuille ,-. 

1 . Fleur vue du cote du p^doncule. 

2. Coupe longitudinale d'une fleur $ — /„— . 

3. Fleur $ privee de ses s6pales et p&ales montrant un jeune pistil avec des staminodes a sabase -\$-. 

4. Diagramme de la fleur £ . 

5. Coupe longitudinale d'une fleur a" . 

6. Forme des examines -*, -. 

7. Fleur o* aprfes l'anthese, ou scales et petales ont 6t6 coupes, afin de montrer l'androc^e. 

8 Graine grossie -J . Elle est entour^e de son tegument dont on voit le rSseau flbreux exterieur recouvert, a l'etat frais d'une pulpe 
sucr6e et blanche. 







GAR C I N I A H ARM AN D 1 1 . Pzerr e . 



GUTTIFfcRES 



GARCINIA PLANCHONI Pierri 



Hab. — Cette espece n'a ete, jusqu'a ce jour, rencontree que dans la region du fleuve Dougnai et pres de ses 
affluents (Herb. Pierre, n° 1313). 

Jeunes rameaux tres gros, a peine tetragones, ecartes. Feuilles tres grancles, oblongues ou elliptiques oblongues 
ou le plus souvent obovees oblongues, terminees par une courte pointe ou quelquefois arrondies ou emarginees au 
sommet, aigues a la base et decurrentes sur le petiole, epaisses mais coriaces, munies de 48 a 20 petites cotes 
ascendantes, arrondies et confluentes vers le bord du limbe, plus elevees en dessous qu'a la face superieure et 
reunies par des veines transversales, ondulees et subparalleles comme dans le G. paniculata, Roxb. Fleurs femelles 
seules connues, disposees au nombre de 5-7-41, en grappes axillaires ou terminales composees de cymes bipares. 
Pedoncules persistants, tres gros, tetragones. Les sepales sont tres epais, orbiculaires, a peine membraneux sur 
les bords et plus grands dans la 2 me serie. Petales plus longs que les sepales, oblongs, larges, concaves et epais 
a la base; linguiformes, plus etroits et reflechis dans la moitie superieure, arrondis au sommet. Etamines au nombre 
de 42 a 24, d'inegale longueur, formant a la base du gynecee un anneau assez eleve et membraneux, partage en 4 pha- 
langes distinctes en face des sepales, contenant, chacune 2 a 6 antheres a filets courts et aplatis et a loges oblongues, 
introrses et biloculaires. Le gynecee est sessile; son ovaire possede8 loges ; il est spherique, lisse et surmonte d'un 
style court, epais, divise en 8 lobes stigmatiques reflechis^ granduleux seulement a leur base. Le fruit aussi gros que 
celui du G. Mangostana, est spherique, sillonne et verruqueux. II contient 8 loges et 8 graines peu aplaties 
sur les cotes. Le sarcocarpe est tres epais et comestible. La matiere pulpeuse qui recouvre le tegument est d'un 
gout peu agreable. 

Arbre de 15 a 20 metres. Son tronc a un diametre de 40 a 50 centim. Son 6corce assez epaisse contient une gomme-gutte jaunatre. Les feuilles 
opposees sont portees par un petiole canalicule, long d'un cent. 1/2 a 3 cent., le plus souvent, long de 2 cent. Elles ont, avec le 
petiole, une longueur de 18 a 24 cent, sur 8 a 10 cent, de largeur. L'inflorescence femelle mesure 3 a 6 cent. Les pedoncules ont de 
9 a 11 mill, d'epaisseur. Les sepales ext6rieurs ont 5 millim. sur 6 millim. de largeur et les int6rieurs 6 millim. de longueur sur 5 millim. 
de largeur. Les petales ont 7 millim. de longueur sur 4 millim. de largeur a la base et 2 millim. 1/2 de largeur dans la moiti6 superieure. 
Le nombre des etamines varie de 2 a 6 dans chaque phalange. Celles qui correspondent aux s6pales exterieurs en ont davantage et rarement 
moins de 6. Elles ont la meme hauteur que le stigmate dans le jeune bouton. L'ovaire, d'abord lisse, ne tarde pas a etre sillonne et ver- 
ruqueux. Ses loges sont petites et inserees Ires pres de l'axe. Les o\ules sont solitaires et ascendants. Le stigmate cesse de grandir apres 
la fecondation. Ses divisions sont tres peu profondes el a peine sillonnees vers la base. La floraison a lieu presque toute l'annee et on 
rencontre en meme temps des fleurs et des fruits de tout age sur le meme arbre. Le fruit est d'un vert-jaunatre au moment de la maturite. 
C'est la couleur aussi du sarcocarpe, dont l'epaisseur est de 2 cent. 1/2. Son gout acidule et agreable donne a ce fruit une certaine valeur. 
II est coupe par tranches, qu'on fait secher au soleil et qu'on conserve tres longtemps dans du sel ou sans sel. La pulpe renferme souvent 
de la gomme-gutte. Ce fruit a 7 a 8 cent, en hauteur et en diametre. 

Obs. Cet arbre merite d'etre cultive. Son bois est rougeatre et forme de fibres longues et flexibles. II doit 

servir aux memes usages que celui des autres Garcinia. L'ecorce est utilisee en teinture par les Mois -Kmers. 

Cette espece est voisine du G. pedunculata Roxb. par les dimensions de l'arbre, la forme des feuilles, Porga- 
nisation des fleurs femelles et par le fruit, dont la seule partie reellement comestible est le sarcocarpe. On les 
distinguera par Pinflorescence femelle reduite a une fleur, par la longueur du pedoncule, par la forme des 
petales orbiculaires et dentelees sur les bords (Wight Ic. t. 444-448), par le stigmate profondement sillonne 
jusqiPa la base, par le nombre des loges de Povaire s'elevant jusqiPa 42, enfin par un fruit non sillonne et lisse 
dans le G. pedunculata. Roxburgh decrit les fleurs males du G. pedunculata avec 4 courtes phalanges entourant un 
rudiment de gynecee central. Nous rapprochons neanmoins dans la meme section ces deux especes, malgre les 
differences que nous venons d'indiquer et quoique la fleur maledu G. Phmchoni soil encore inconnue. J'appelle cette 
section Acrostigma, voulant indiquer le peu de nettete des sillons vers le commencement des lobes et le caractere 
punctiforme, peu apparent, souvent efface des glandes superficielles du stigmate. 

Malgre des recherches plusieurs fois repetees, je n'ai jamais pu rencontrer la plante male du G. Planchoni. 
Par le semis, on arriverait peut-etre a la connaitre, quoique nos experiences, faites a ce sujet, sur le G. Mangostana 
n'aient donne aucun resultat heureux. ^inspection attentive des antheres de la fleur femelle prouve que. dans 
ces deux especes, elles sont parfaitement fertiles. 



EXPLICATION DES FIGURES DU GARCINIA PLANCHONI Pierre. 



PLANCHE 61 



Rameau de la plante femelle --J-. 
— fructifere \ . 
Face inferieure d'une feuille - 1 ,-. 

1. Coupe longitudinale d'une fleur femelle —— . 

2. Fleur femelle ou Ton n'a conserve que l'androcee et le gynece. 

3. Coupe longitudinale d'une fleur femelle ou le gynecee a 6te enleve pour faire voir la disposition de 1'androcee. 

4. Gyn6cee. 

5. Diagramme. 




J.Storck & L.Hu£o: 



&ARCIN 



GUTTIFSRES 



GARCINIA THORELII 



Hab. — Espece habitant le Laos, pres de Paklai, vers le 19 e degre lat. Nord et le 100° degre longitude 
(Coll. ThoreL Herb. Pierre, n. 3365.) 

Jeunes rameaux opposes, tetragones, bientot arrondis. Feuilles oblongues, lanceolees, terminees par une pointe 
obtuse, arrondies et un peu aigues a la base ou decurrentes sur un petiole assez long et canicule, bril- 
lantes en dessus et pales en dessous, epaisses et coriaces, munies de 16 a 22 petites cotes ascendantes, 
courant presque jusqu'au bord du limbe, plus accentuees en dessous qu'en-dessus et reliees par des veines 
transversales, quelquefois paralleles, le plus souvent irregulieres. Fleurs males disposers en grappe ramifiee, 
composee de cymes bipares. Leurs pedicelles sont aussi gros que courts. Les fleurs femelles sont inconnues. 
Sepales d'egale grandeur, mais un peu moins epai< dans la 2 me serie, orbiculaires, concaves, coriaces, legerement 
membraneux sur les bords, plus petits sur les petales. Ceux-ci sont orbiculaires, minces ou presque mem- 
braneux, concaves et nerves, Les etamines forment trois a quatre series au sommet d'un receptacle assez court 
et nu a la base. Elles entourent le rudiment de gynecee et sont en partie recouvertes par lui. Leurs filets sont 
gros et courts; leurs antheres extrorses, sont conformes a celles de la section Discostigma. Leurs loges globu- 
leuses sont ecartees et s'ouvrent au sommet par une courte fente. Le rudiment de gynecee est charnu, convexe, 
quadrangulaire sur les cdtes et forme de glandes arrondies, mousses ou peu elevees. 

Les jeunes rameaux sont longs de 10 a 20 centim.; ils sont opposes et sans divisions secondaires. Les feuilles, en comprenant un petiole long de 
10 a 12 millim., mesurent en longueur 17 centim., et en largeur 5-6 centim. L'inflorescence est longue de 15 a 20 millim. Elle porte trois divisions 
assez longues, chacune egalement partagee en ramifications secondaires plus courtes, portant 5-7 fleurs courtement p6dicell<§es. Les p6dicelles ont 
en longueur el en 6paisseur 2 millim. Les petales ont 5 millim. 1/2 en longueur et en largeur. On compte 50 a 60 examines autour du rudiment de 
gyn6c6e central. On a represents (fig. 2) la surface du stigmate comme partag^e en deux sillons d^cuss^s. C'est une erreur du lithographe. Ces sillons 
ne sont a la \6rit6 qu'une l£gere depression du sommet du stigmate. Le receptacle est long d'un millimetre. 

Obs. — Par son inflorescence et la forme de ses antheres, cette espece se rapproche de la section Dicostigma, 
Mais elle s'en eloigne par des petales plus longs que les sepales de la 2 me serie et par des etamines non distributes en 
4 phalanges. Elle offre, quant aux sepales d'egale grandeur dans les deux series, quant au receptacle et au groupement 
des etamines autour du rudiment de gynecee central, une etroite affinite avec les G. nilida et G. Trianii et meme 
avec les G. Baillonii, G. Maingayi et G. Mannii. Cependant, dans ces especes, les antheres ont leurs loges 
rapprochees et conformes plus ou moins a celles des sections Brindonia et Cambodgia. En ne considerant que 
ses fleurs males, le G. Thorelii devra done prendre place dans une section speciale que j'appelle Dicranthera 
caracterisee par la soudure des fdets staminaux au receptacle et par la forme des antheres. Ainsi cette espece 
tient a la fois des Cambodgia, Brindonia et Discostig?na, ce qui prouve que Tancien genre Discostigma, aujour- 
d'hui fondu dans le genre Garcinia, ne peut meme etre considere comme un sous-genre. 



EXPLICATION DES FIGURES DU GARCINIA THORELU Pierre 

PLANCHE 62 

Rameau de la plante male. 

Section d'une feuille vue du cdte de la face infeneure -\- . 

1. Section de Finflorescence -f-. 

2. Fleur male apres l'anthese -?-. 

3. Etamines «, b, c, -?-. 

4. Coupe longitudinale d'une fleur male -$- . 




Storck & I Hii^on, Lith. 



GARCINTA T H ORE LT I. Pierre. 



GUTTIFfcRES 



GARCINIA GRACILIS Pierre 



Hab. — Cette espece n'a ete trouvee que dans la region de Bassac pres du fleuve Semun, affluent du Mekong, vers le 
15° lat. nord et le 105 me degre long. (Collection du docteur Harmand. — Herb. Pierre, n° 3,618.) 

Jeunes rameaux opposes, tetragones, bientot arrondis, allonges, tres greles, de couleur purpurine dans le jeune age 
et d'un rouge noiratre ou fonce apres dessiccation. Feuilles oblongues, lanceolees, a pointe longue et obtuse, aigues a la 
baseet decurrentes sur un petiole assez long, tres membraneuses quoique legerement coriaces, pales en dessous, purpu- 
rines dans le jeune age, munies de 14 a 18 petites cotes tres fines, peu elevees sur les 2 faces, sans nervation et sys- 
teme veineux bien distincts. Fleurs males au nombre de 1 a 3 situees aux axes terminaux, portees par des 
pedicelles assez longs. Dans les fleurs femelles ou hermaphrodites, toujours solitaires, les pedicelles sont plus 
courts de moitie et plus gros. A la base des fleurs, on compte trois bractees lineaires oblongues et obtuses. 
Les sepales sont presque egaux dans les deux series ou a peine plus petits dans la premiere. Ceux de celle-ci 
sont valvaires avant l'anthese et plus epais. lis sont tous orbiculaires concaves, charnus et munis de 5 a 10 
nervures longitudinales et ascendantes ; ils sont presque diaphanes sur les bords et persistants. Les petales sont 
un peu plus petits que les sepales, plus epais et caduques, suboblongs, oboves, concaves, pourpres, et munis de 
18 nervures ascendantes. Dans la fleur male, les etamines sont au nombre de 42 a 47, groupees sur un receptacle peu 
eleve, convexe et charnu, et forment 2-3 rangees. Leurs filets assez courts, sont epais et larges. Les antheres sont 
oblongues, a 2 loges introrses. II n'y a pas de rudiment de gynecee. Les sepales des fleurs femelles sont un peu plus 
grands que ceux de la fleur male. Les etamines (staminodes des auteurs) hypogynes, de nombre variable et plus ou 
moins bien conformees ou fertiles, sont groupees au nombre de 4 a 4 sur chaque phalange opposee aux sepales. Leurs 
filets larges et aplatis, sont plus longs que ceux de la fleur male. Les antheres sont ovales oblongues et introrses. Le 
jeune fruit est globuleux, lisse, de couleur purpurine exterieurement et en dedans. II contient 7 a 8 loges. Ilestcouronne 
par un stigmate sessile, a lobes souvent peu distincts. Ces lobes sont reconverts de 5-40 glandes arrondies, dispo- 
sers a la base, en deux rangees et au sommet, au nombre de 3 a A. 

Jeunes rameaux longs de 10 a 15 millim., epais d'un a un millim. 1/2, souvent ramifies. Feuilles (avec le petiole de o a 8 mill.) longues de 6 a 8 
eentim. , larges de 2 a 3 centim. 1/2. Leur pointe est longue de 7 a 10 centim. La bract6e ext^rieure est longue de 3 millim. 3/4. Les deux autres 
n'ont qu'un millim. 1 /2 a 1 millim. 3/4. La fleur male, aprfes l'anthese, a un diametre de 6 a 7 millim. et son p6dicelle est long de 5 millim. Le bou- 
ton a un diametre, a la hauteur des sepales, de 3 millim. i/2. Les sepales de la fleur male sont longs de 4 a 4 millim. 1 /2 et ceux de la fleur femelle 
ont5 millim. en hauteur et 4 millim. 1 /2 en largeur. Les phalanges staminales, sous le jeune fruit, sont longues de 3 millim. Le fruit, dans sa pre- 
miere jeunesse, a 12 millim. en hauteur et un diametre d'Sgale dimension. En cet etat, ses graines ne sont pas encore bien conformees. 

Ors. — Cette espece est tres voisine du G. Indica choky. On Ten distingue par des feuilles plus lanceolees, termi- 
nees par une pointe plus longue etpar des fleurs plus petites. Le nombre de ses etamines est inferieur a celui du G. 
Indica ou Ton en compte, dans la fleur male, de 35 a 60. Dans le G. gracilis. Fanalyse de trois fleurs, m'a donne 42. 
43 et 47 etamines. On compte, par phalange, sous le jeune fruit 4 a 4 etamines. On sail que dans le G. Indica, celles-ci 
sont au nombre de 4 a 7 par phalange. Les lobes du stigmate, d'apres le jeune fruit, sont peu distincts, ce qui n'est pas 
le cas du G. Indica. ou ces lobes sont decoupes profondement et rayonnent autour d'une concavite apieale caracteris- 
tique. Sous le nom de G. Indiea.il se pent (Failleurs qu'il y ait deux especes distinctes, habitant toutes deux le 
Malabar. 

Je n'ai aucun renseignemenl sur les dimensions de eel arbre et je lr'en connais ni les fleurs femelles ni le fruit mur. 



EXPLICATION DES FIGURES DU G ARC INI A GRACILIS Pierre. 



Rameau de la plante male —4—. 

Face inferieure d'une portion de feuille -f— • 

Rameau fructifere. Les fruits sont tout a fait jeunes. 

1. Fleur male - r . 

2. Bouton de la fleur male ou Ton a enleve les s6pales exterieurs ;- . 

3. Bouton de la fleur male priv6 de ses scales --J -. 

4. Bouton de la fleur male r6duit a l'androcSe. 

5. Etamines avant l'anthese b, et apres l'anthese a. c. -~- • 

6. Coupe longitudinale d'une fleur male. 

7. Jeune fruit -f-. 

8. Stigmate d'un jeune fruit. 

9. Etamines de la fleur femelle J ;- isolees, presentees ducote exterieui* 

10. Phalange d'etamines de la fleur femelle vue du cdte exterieur -}-. 

11. Coupe d'un jeune fruit \ . 




GARCINIA GRACILIS .Pierr, 



GUTTIFfcRES 

GARCINIA OLIVER! Pierri 



Annamite : Bua rung ou bua nui. — Kmer : tromeng 

Hab. — Habite toutes les parties de la Basse-Cochinchine et du Cambodge {Herb. Pierre, n°*2; 7720; 1373; 3624; 
3626, 3628) ; leLaos meridional (Docteur Harmand, n° 190) et les iles de Condor et de Phu Quoc. 

Rameaux secondares longs, arrondis, a divisions dichotomes courtes, noueuses et noiratres. Feuilles pourvues 
d'un long petiole, oblongues ou elliptiques-oblongues ou oblongues lanceolees, aigues a la base, acuminees 
et subaigues au sommet, concaves, munies de 36 a 40 petites cdtes paralleles, tres finement accentuees sur les deux 
faces. Fleurs males, axillaires ou terminates, au nombre de 3 a 6. Leurs pedoncules sont plus longs et plus greles que 
dans les fleurs hermaphrodites; ilsnaissent au sommet de bourgeons tres proeminents et ecailleux, munis de deux 
bracteesa la base. Sepales exterieurs plus courts, mais plus larges que ceux de la deuxieme serie, tous orbiculaires, 
concaves, epais, membraneux et legerement denteles sur les bords. Petales beaucoup plus longs et plus epais que les 
sepales, oblongs ou elliptiques oblongs, arrondis et plus larges au sommet qu'a la base, soudes avec le receptacle, jau- 
natres. Etamines au nombre de 180 environ, disposees en plusieurs series sur un receptacle epais, eleve, tetragone a la 
base, quadrilobe au sommet.Filets courts,epais,tetragones. Antheres a 4 loges,situees verticalement sur les 4 cotes d'un 
connectif large et charnu.Rudiment de gynecee,rarement present,lobe au sommet.Fleurs hermaphrodites au nombrede 
4-6-9,axillaires ou terminates, portees par un pedoncule epais et quadrangulaire. Sepales et petales un peu plus grands 
que dans la fleur male. Androcee formant un anneau etroit a la base de Fovaire, puis Relevant en quatre phalanges, 
dont chacune dressee en face d'un sepale, porte au sommet 13 a 26 etamines.Les antheres semblables a celles des fleurs 
males sont leplus souvent fertiles et sont portees par des filets plus longs et aplatis.L'ovaire possede 9 a 10 loges. II est 
sillonne dans lejeune age.Le style est tres court et entierement cache par les lobes du stigmatequirecouvrentaussien 
grandepartiefovaire. Ces lobes, au nombre de 9 a 10, sont tres rapproches a la base, simplement sillonnes dans leur 
plusgrandeetendueet libres seulement au sommet, lis sont revetus de 6 a 11 glandes aplaties et larges, d'abord 
biseriees et au nombre de 3a4 au sommet. Le fruit est lisse, oblong, retreci aux deuxextremites.il est couronne 
par le stigmate devenu concave au sommet, Sonpericarpe, rouge a la maturite, est charnu et comestible. Les graines 
sont, au nombre de 6 a 10, oblongues, amincies du cote de Faxe ^insertion, legerement arquees et pointues a la base. 
Le tegument et Fembryon sont semblabes a ceux des Garcinia de cette section. 

Arbrede 20 a 30 metres. Tronc ayant un diametre de 30 a 60 centim. Ecorce rugueuse, charbonneuse ou noiratre a l'exterieur et tombant 
par plaques. Elle est gorgee d'un sue jaunatre eta une epaisseur de 4 a 5 millim. Petiole long de 10 a 20 millim., canalicule. Feuilles, avec le petiole, 
Ion^uesdel0a27 centim. , largesde 4 a8 centim. Elles ont 1 ou 2 nemires entre cliaque petite cote, presque aussi fortes, mais moins longues que 
celles-ci. Les pedoncules des fleurs males sont longs de 5 a 8 millim. Moius longs et plus epais dans les fleurs femelles, ils n 1 ont que 4 a 6 millim. sur 
2 millim de diametre. Les sepales de la serie exterieure sont longs de 5a 5 millim. 1/2. Ils sont longs de 6 millim. 1 /2 et larges de 4 millim. 
dans la deuxieme serie. Les petales mesurent en longueur 10 millim. et en largeur 5 millim. Les phalanges opposees aux sepales exterieurs, sont 
celles qui portent le plus grand nombre d'etamines. Elles atteignent la moitie de la longueur du stigmate. La baie est longue de 4 a 5 centim. et a un 
diametre de 3 a 4 cent. 1/2. Quoique la matiere pulpeuse qui recoirvre le tegument de ses graines et son endocarpe soient assez acides, e'est pourtanl 
un fruit recherch6 par les indigenes. Les Annamites des villages voisins de la region forestiere le conservent dans du sel, prealablement coupe par 
tranches. 

Obs. — Get arbre est un des plus grands Garcinia connus. II est assez commun dans toute la Basse-Cochinchine, 
principalement dans les montagnes deDinh et cle Phu Quoc. Son ecorce pourrait etre utilisee en teinture. On trouve 
son fruit communement vendu dans les bazars,du mois de juin au mois de septembre.Son bois rougeatre est assez leger 
et tres flexible. Les indigenes ne lui reconnaissent pas unegrande duree. Cependant il est communement employe pour 
poteaux, madriers. On en fait a Phu Quoc de bons avirons. 

Le G. Oliveri, fait partie de la section Oxycarpus, caracterisee par des petales plus longs que les sepales, par des 
etamines groupees sans ordre sur un receptacle convexe et charnu, dans la fleur male, et en phalanges hypogynes dans 
la fleur femelle; par des antheres formees le plus souvent de 4 loges; parunovairc presque touj ours sillonne dans 
lejeune age. ■■ 

Les figures 6, 8, 9, 42, de la planche 64 sont faites d'apres un echantillon de fleurs femelles, portant dans mon her- 
bier le n° 3623 et trouvees au pied d^un arbre, croissant sur les collines boisees de la rive gauche du Dongnai, pres de 
Tri Huyen et non loin des rapides de ce fleuve. L'arbre m'a paru avoir une trentaine de metres d'elevation. Son tronc 
est nu et haut d^environ 12 metres. Son ecorce est noiratre superficiellement, tres crevasse. L'analyse suivante indi- 
que une espece tres voisine du G. Oliveri mais distincte par les dimensions de la fleur femelle, par le nombre des loges 
de Tovaireet par la forme du stigmate.Elle serait plus voisine du G. Delpijana par ce dernier caractere. Cependant les 
glandes formant la surface des lobes sont moins elevees que dans cette derniere espece et ne sont pas, au sommet, aussi 
ecartees ou aussi distinctes. 

GARCINIA SP. (Herb. Pierre, n° 3623). Tri Huyen dans la province deBienlloa, pres des cataractes du Dongnai. 
Feuilles ineonnues, mais d'apres mes souvenirs, serapprochant de celles des G. Delpijana et G. Oliveri. Fleurs males 
inconnues. Fleurs femelles portees par un pedicelle tetragone long de 3 a 4 millim., large au sommet de 3 millim. 4/2. 
Elles ont, a la base, une bractee longue de 7 millim. et large de 3 millim. 4/2.Les sepales exterieurs sont larges et longs 
de 5 millim. 4/2. Ils ont 6 millim. 4/2 en long, et 4 millim. en larg. dans la 2 C serie. Ils sont orbiculaires, concaves, 
legerement carenes sur le dos, membraneux sur les bords et munis de nervures, striees dans leurs intervalles. Les 
petales longs de 9 a 40 millim., larges de 5 millim., sont oblongs, arrondis au sommet et tres charnus a la base. L'an- 
drocee forme un anneau etroit a la basedu gynecee. II est divise, plus haut, en 4 phalanges portant de 42 a 46 etamines, 
que je crois fertiles. Le gynecee a un ovaire forme de 8 loges. II est sillonne et se termine par un style tres court, con- 
cave et large au sommet, divise en 8 lobes stigmatiques bien distincts. On compte 9 a 44 glandes peu elevees sur 
chaque lobe. Fruit inconnu. 



EXPLICATION DES FIGURES DE GARC1NIA OLIVE Rl Pierre. 

PLANCHE 64 

Rameau florifere de la plante male (Herb. Pierre, n os 1373 et 2). 
Rameau florifere de la plante femelle (Herb. Pierre, n° 3626). 
Rameau portant des fruits murs (Herb. Pierre, n° 2). 

1 . Fleur male ou manquent les petales. 

2. Coupe transversale d'une fleur male. 

3. Etamines vues du cot6 exterieur (a) et lateralement (b). 

4. Fleur femelle. Les sepales et les petales sont tegerement denteles. Ce caractere a ete exagere dans la figure J ■ 
5 Bractees de la fleur femelle. 

7. Phalange d' etamines de la fleur femelle. 

10. Coupe longitudinale d'une fleur femelle. 

11. Stigmate. 

13. Diagrammede la fleur femelle. Par erreur, on a place dans les phalanges opposees aux sepales de la 2- serie, le plus grand nombre dia- 



mines. C'est le contraire qui a lieu. 
44. Coupe transversale d'un fruit \ . 
15. Graines. La partie legerement acuminee et recourbee, placee par erreur dans le dessin, en haut, doit etre consideree comme la base de 

la graine . 

GARCINIA SP. (Herb. Pierre, n° 3623.) 

6. Fleur femelle ] . 

8. Coupe longitudinale de la fl. hermaphrodite -•-. 

9. Stigmate. 

12. Coupe transversale d'un ovaire. 




E.Delpy del 



J. Stored ftL.Hugonlith 



&ARCINIA OLIVER! . Pierre 



CHATEAUROUX 

TYPOGRAPHY ET STEREOTYPIE A. MAJESTE 



FLORE FORESTIERE 



COCHINCHINE 



L. PIERRE 

DIRECTEUR DU JARDIN BOTANIQUE DE SAIGON 



OUVRAGE PUBLIE 

SOUS LES AUSPICES DU MINISTERE DE LA MARINE ET DES COLONIES 



CINQUIEME FASCICULE 



S f evrier X QQ; 



PARIS 

OCTAVE DOIN, EDITEUR 

8, PLACE DE L'ODEON 



GUTTIFfeRES 



GARCINIA DELPYANA Pi 



Hab. — Cette espece est commune sur le littoral de Pile Phu-Quoc et dans la province de Kamput. {Herb. Pierre, 
n 0? 2002, 3624 et 8635). 

Les jeunes rameaux sont tetragones. assez gros et noiratres. Les feuilles sont oblongues ou lineaires-oblongues, lan- 
ceolees, terminees par line pointe obtuse au sommet, aigue's a la base, epaisses et coriaces, brillantes en dessus et fer- 
rugineuses en dessous. Les petites cotes sont au nombre de 40 environ. Elles sont elevees sur les deux faces. Les fleurs 
males, au nombre de 5-8, sont axillaires ou terminates, et portees par des pedicelles longs et greles. Dans le sexe fe- 
melle, les fleurs sont le plus souvent solitaires et leurs pedicelles beaucoup plus courts que dans les males. Elles ont 
a leur base deux bractees oblongues, naviculars et acuminees. Les sepales sont orbiculaires, concaves, legerement 
carenes sur le dos, multinerves, coriaces, membraneux vers le bord, plus grands dans la serie interieure et dans les 
fleurs femelles. Les petales sont au nombre de quatre comme les sepales, plus grands et plus epais qu'eux, oblongs, 
oboves, concaves, jaunatres. On compte dans la fleur male 65 etamines environ. Elles sont sessiles sur un receptacle 
quadrangulaire et convexe. II ivy a pas de rudiment de gynecee. Dans la fleur hermaphrodite, il y a quatre faisceaux 
staminaux hypogynes, opposes aux sepales. Ceux qui regardent les sepales exterieurs portent 6-8 etamines. 
Ce nombre n'est que de 3-5 au sommet de chacun des deux autres. Dans les deux sexes, les filets sont courts et tetra- 
gones. Les antheresont quatre logettes verticales, situees lateralement sur les quatre facettes d'un tres large connectif. 
Le gynecee jeune, est sillonne de la base au sommet. Son style tres court et concave au sommet, est partageen 7 lobes 
reflechis. Chacun d'eux est revetu de 8 a 9 glandes stigmatiques tres elevees et biseriees. Celles qui sont situees au 
sommet, forment quatre a cinq petits lobes. L'ovaire a 6-7 loges uniovulees. Labaic a autant de loges monospermes. Elle 
est globuleuse subpediculee, lisse et terminee par un prolongement stylaire partage au sommet en 6-7 lobes. Les 
graines ont la forme d'un croissant. La matiere pulpeuse qui les recouvre est (Pun gout assez agreable. Le pericarpe 
est spongieux et jaunatre. 

Cet arbre a 10-18 metres d'elevation. Le diametre de son tronc est de 15-25 centim. Son ecorce est ragueuse et noiratre en dehors, jaunatre en 
dedans et gorgee d'un sue jaune tres abondant. Les feuilles ont de 10-20 centim., larges de 3 a 6 cent. 12. plus etroites et plus epaisses que dans le 
G. 1 Iron. Leurs veines sont transversales, espacees et souvent pen distinctes. Les petites cotes sont rapprochees, tres fines et bien distinctes sur les 
deux faces. Le petiole est long de 1 2 millim. Le pedicelle de la fleur male est long de 10-12 millim. Celui des fleurs hermaphrodites na que 2-5 mil- 
lim. de longueur. Les bractees sont tongues de 5 millim. 1 /2. Les sepales de la premiere serie out 3-4 millim. dehaut. et de diametre. Dans la secoude, 
ils ont 4-5 millim. de longueur et de largeur. Les petales out 4 millim. 1/2 a 8 millim. de longueur et 3 millim. de largeur. Les phalanges stamina- 
les de la fleur hermaphrodite sont aussi tongues que le gynecee. Les filets de leurs etamines sont plus aplatis et plus larges que ceux de la fleur male. 
L'ovaire est en partie recouvert par les lobes du stigmate. Le style est concave et off re quelquefois une surface aplatie et assez large entre les lobes 
du stigmate. La baie est haute de 3 cent, et son diametre est de 2 cent. 1 /2. Le retrecissement qu'elle a a sa base est de 3 millim. de hauteur. Son 
prolongement stylaire est de 5 millim. Les graines sont tongues de 16 millim. , et leur plus grand diametre est de 7 millim. 1 ,2. 

Obs. — Cette espece est tres voisine du G. Oliveri. On Ten distingue par des feuilles moins larges et plus epaisses; 
par des pedicelles plus larges et plus greles, par un nombre diamines beaucoup moins considerable dans les deux 
sexes et par le nombre des loges ovariennes ne s'elevant pas audela de 6-7. 

Le bois de cette espece s'emploie aux memes usages que celui du G. Oliveri. Son ecorce sert a teindre en 
jaune- rougeatrc. 



EXPLICATION DES FIGURES DU G. DELPYANA Pierre. 



Rameau florifere de la plante male. 

1. Coupe longitudinale d'une fleur male -.'-. 

2. Fleur privet de ses scales et de ses p6tales ou rMuite a l'androc6e -J-. 

3. Etamines de la fleur male vues du cot6 exte>ieur (a) et du cot6 lateral (b) et (c). 

4. Coupe longitudinale d'une fleur hermaphrodite 4- • 

5. Fleur hermaphrodite privet d'une partie de son perianthe -{-, 

6. Diagramme de la fleur hermaphrodite. 
Rameau fructifere. 

7. Coupe longitudinale d'un fruit -J-. 
8 Stigmate d'un jeune fruit. 

9. Graine — ,-. 




E.Delpy del. 



Storck & L.Hu^on Lith 



GARCrNIA DELP YAN A , Pierre. 



GUTTIFfcRES 



GARCINIA L0UREIR1 Pierre 



Hab. — Cette espece est cultivee dans toutes les provinces de la Basse- Cochinchine et du Cambodge (Herb. Pierre, 
n os 420et669). 

Les jeunes rameauxsont tetragonesd'abord, puis cylindriques. Les feuillessont ovales-oblongues ou oblongues-lan- 
ceolees, aigue's a la base, terminees au sommet par une pointe large et obtuse, membraneuses et coriaces. Leurs peti- 
tes cotes sont au nombre de 26-40 et cgalement elevees sur les deux faces. Les fleurs males sont au nombre de 1-5, 
fasciculees aux aisselles des feuilles et assez longuement pedicellees. Les sepales sont orbiculaires, concaves, 
carenes vers la base exterieurement et plus courts dans la premiere serie. Les petales sont aussi au nombre 
de 4, plus longs et plus charnus que les sepales, ovales-oblongs, arrondis au sommet, soudes a la base du 
receptacle central et jaunatres. On compte 70-105 etamines sur le receptacle qui est eleve, tetragone, convexe 
et nu a la base. Leurs fdets sont tetragones et tres courts. Leurs antheres sont a 4 logettes ascendantes, dis- 
posers aux angles d'un connectif tres epais. On constate tres rarement au sommet du receptacle la presence 
d'un rudiment de gynecee. Quand il existe, il est termine par un style subule, rarement lobe au sommet. II ne s'eleve 
pas au-dessus des etamines. Les fleurs femelles sont sessiles et le plus souvent solitaires. Leurs etamines sont dispo- 
sers au nombre de 7-13 au sommet de 4 petites phalanges hypogynes opposees aux sepales. Leurs filets sont quelque- 
fois assez longs et tout a fait libres a la base du gynecee. Les antheres sont souvent de meme forme que dans la fleur 
male et fertiles. L'ovaire est globuleux, pourvu de 6 a 10 loges, le plus souvent de 8 loges, auxquelles correspondent 
autant de cotes et de divisions stigmatiques. Le style est epais, court et nettement distinct. Chaque lobe du stigmate 
contient deux rangees de glandes tres elevees. Elles sont plus larges et echancrees au sommet des lobes et plus rappro- 
chees a la base. Le fruit est ovoide et termine par un style court. Le stigmate est etale ou reflechi. Ses divisions ne 
correspondent pas toujours au nombre des loges et des sillons du fruit. Le nombre des graines est de 6-10. Elles 
sont oblongues, epaisses dorsalement et amincies du dehors en dedans. 

Le G. Loiirciri est un arbre cle 10-15 metres. Dans le premier age, il porte ordinairement des fleurs males. Apres 2 ou 3 annees de 
floraison, les fleurs des deux sexes se rencontrent en meme temps, sur le meme individu mais non sur les memes rameaux. Ce meme arbre ne porte 
plus enfin, dans les ann6es suivantes, que des fleurs pseudo-hermaphrodites. Son ecorce est noiratre en dehors, jaune en dedans. Son latex est 
abondant. Ses feuilles ont un petiole de 5-10 millim. Elles sont longues de 8-15 cent, et larges de 3-4 cent. 1/2. Quoique minces et membraneuses, 
elles sont tres coriaces. Les pedicelles des fleurs males sont longs de 8-12 millim. etsont, wsle sommet, epais de 1-2 millim. Dans les fleurs femelles 
ils sont longs de 1 a 3 millim. Les sepales de la se>ie exteneure ont 4 a 5 millim. 1/2 de longueur sur 4-5 millim. de largeur. Dans la seconde 
s6rie, ils ont 6 millim. sur 5 millim. C'est a peu pres la dimension des petales avant l'anthese, mais ils ne tardent pas a devenir 2 ou 3 fois plus 
longs. Ce fruit est une baie a pencarpe charnu et rougeatre en dedans, jaune au dehors, au moment de la maturity. II a en hauteur 5 cent., et en 
diametre 4 cent. Le mucilage qui forme la couche externe du tegument seminal est blanc, acidul6 et recherch6 par les indigenes quoiqu'il soit en 
effet d'un gout peu agr^able. Le pericarpe, coupe par tranches sech6es et salves, est conserve comme aliment ou remplacele \inaigre. 

Dans le G. cochinchinensis Choisy, in />., C, Prod. 1, 561. (Oxycarpus cochinchinensis, Loureiro, FL Cochinch. 
1790, p. 648), les fleurs males sont decrites sessiles et ne contiennent que 40-50 etamines. Les antheres sont dites bi- 
loculaires. La baie, de meme que Tovaire, est lisse, depourvue de cotes et ne contient que 6 loges. Ces caracteres sont 
si differents de ceux que nous venons de decrire dans le G. Loureiri, qu'il n'est pas possible de confondre ces deux 
especes. Jedois ajouter que je n'ai pas vu Techantillon type du G. cochinchinensis qui existe au British Museum. Si 
les deux especes different, neanmoins elles pourraient appartenir a la meme section, car elles ont a Hue et en Basse- 
Cochinchine le meme nom indigene bua, ce qui indique un rapprochement. Le meme nom, d'ailleurs, s'applique a 
deux autres especes, les G. Oliveri et G. Delpyana, dont les antheres sont exactement comme celles du G. Loureirl 
C'est cette consideration qui m'a fait adopter pour ces especes et pour la section a laquelle elles appartiennent, le nom 
Oxycarpus. 



EXPLICATION DES FIGURES DU G. LOUREJRI Pierre. 



Rameau d'un arbre ag6 de 7 ans portant des fleurs femelles ou hermaphrodites. L'arbre, d'ou il provient, n'avait port6, pendant les ann£es 

pr6cedentes, que des fleurs males. 
Rameau d'une inflorescence male provenant d'un arbre ag6 de quatre ans. II provient du meme arbre qui a fourni le rameau A. 
1. Fleurmale privet de ses sepales et de ses p6tales. On voit au centre un corps quadrangulaire ou receptacle des etamines. II n'a pas de 

rudiment de gyn6c£e -J-. 
2.6. Formes diverses diamines de la fleur male. 

7. Fleur male ou Ton a conserve trois pelales. 

8. P&ale vu du cot6 inteneur. 

9. Coupe longitudinale d'une fleurmale. On voit au sommet un rudiment de gyn6c£e (9 a , 9 b ). 
10. Fleur hermaphrodite privet de ses sepales etp^tales. 

11.12.13. Coupes transversales du fruit. 
14. Graine-f- 




51 



i •' 7 i ' ■ ' ' V v 



J.StorckaL.Hu^o: 



GARCTNTA LOUREIRI , Pierre 



GUTTIFfcRES 



GARCINIA FUSCA Pierre 



Hab. — Cette espece habite les rives du fleuve de Saigon et la province d' Angkor dansle Cambodge (Herb. Pierre. 
n°3622. 

Les rameaux sont tres longs, courbes jusqu'au sol, couverts de nodosites et noiratres. Les plus jeunes sont a peine 
tetragones et pourpres. lis ne portent qu'une a deux paires de feuilles ovales ou lineaires-oblongues, aigues a la base 
obtuses au sommet, peu epaisses, coriaces, pourpres dans la jeunesse et noiratres apres dessiccation. Leurs petites cotes, 
au nombre de 28-32 sont ascendantes, unies pres de la marge et egalement elevees sur les deux faces. Une ou deux 
nervures courent parallelement dans l'intervalle de chacune d' elles. Elles sont reliees transversalement par des veines 
tres fines et peu distinctes. Les fleurs males, le plus souventau nombre de trois, sont ombellees au sommet d'un bour- 
geon tres court et axillaire. Les fleurs femelles sont presque sessiles et axillaires. Les sepales sont suborbiculaires, 
concaves, multinerves, coriaces, longs de 3-6 millim. et larges de 4-6 millim. dans la premiere serie, plus grands 
dans la serie interieure ou ils sont longs de 5 a 7 millim. 4/2 et larges de 5 a 6 millim. 1/2. Les petales sont plus grands 
que les sepales, longs de 8 millim. 4/2 et larges de 5 millim. Ils sont ovales-oblongs, etroits a la base, arrondis au 
sommet et beaucoup plus charnus que les sepales. On compte, au sommet d'un receptacle charnu, hemispherique au 
sommet, tetragone a la base, de 50 a 60 etamines. Leurs filets sont tres courts. Leurs antheres sont quadrangulaires 
et a 4 logettes d'Oxy carpus. II n'y a pas de rudiment de gynecee. Les etamines, dans la fleur femelle, sont disposees en 
quatre faisceaux hypogynes opposes aux sepales. Ceux qui regardent les sepales de la premiere serie en ont 2-4 : 
dans les deux autres, elles sont au nombre de 4 a 2. Les antheres sont a 2 loges ou a 4 logettes paralleles et peu distinc- 
tes. Le gynecee est spherique. Son style est tres court et gros. II est recouvert par un stigmate concave au centre et 
partage en 7 lobes reflechis et reconverts par deux rangees de glandes stigmatiques. L'ovaire a 7 loges uniovulees 
et il est exterieurement, de la base au sommet, parcouru par 7 sillons longitudinaux. La baie est ovale ou spheri- 
que, lisse et terminee par un prolongement stylaire assez long, couronne par le stigmate. 

Cette espece n'atteint pas de grandes dimensions. Les plus vieux arbres ont 5 a 8 metres. Le tronc est garni de ramifications jusque vers la base. Les 
branches sont grosses, couvertes de nodositCs et lortueuses. Les feuilles sont le plus souvent oblongues ou lin6aires-oblongues. Leur petiole est cana- 
licul6 et long de 3-8 millim. Elles ont une dimension tres variable ; longues de 8-15 centim. et larges de 2-3 centim.; elles sont luisantes en dessus 
et pales en dessous. Leur nervation est tres accentu6e, caractere qu'on relrouve dans toutesles especes de cette section. Les pedicelles de la plante 
male sont longs de 5 millim. et Cpais de 3/4 de millim. Ils sont plus gros et a peine longs de 2 millim. dans la plante femelle. Les s6pales et les pC- 
tales sont un peu plus grands dans la fleur femelle que dans la fleur male. Le style, quoique court est bien distinct. II est cunCiforme ou moins Cpais 
a la base. Quoique l'ovaire soit sillonne, le fruit est toujours lisse. Les graines sont celles des Oxycarpus. Elles longues de 12 a 15 millim. Elles sont 
entour^es d'une pulpe dont le gout est aigrelet. Le sarcocarpe est charnu et comestible, de meme que celui des fruits de cette section. 

Obs. — On distinguera le G. fasca du G. Loureiri^v des feuilles plus longues et obtuses, par des pedicelles plus 
courts, par des fleurs plus petites, et surtout par son fruit non sillonne. Dans le G. Cowa, les fleurs sont plus grosses ; 
les pedicelles plus charnus; les fleurs males ont des antheres plus grosses; les fleurs femelles sont au nombre de 3-5 
et le fruit est sillonne. Dans le G. Kydia, espece tres voisine de la precedente, d'apres Roxburgh, les feuilles sont 
aigues, et le fruit est deprime ou concave au sommet. Le style est enfonce dans cette concavite. II n'est pas inutile d'a- 
jouter que ces deux especes indiennes sont discutees par quelques auteurs et encore peu connues. 

J'ai fait figurer plus loin (planche 82 1) un echantillon (Herb. Pierre n° 3,744) qui offre quelque difference avec le 
G. fasca. Les feuilles y sont ovales-oblongues, et plus larges que dans mes autres echantillons. Le fruit y est plus 
globuleux et son prolongement stylaire bien plus court. Je ne sais meme pas si cet echantillon provient de Cochin- 
chine. Son etiquette faisait defaut. II se pourrait qu'il ait ete recolte dans le jardin botanique de Calcutta ou j'ai fait, en 
4862-65 la collection des plantes quiy etaient cultivees. Dans ce cas, cet echantillon se rapporterait a Tespece figuree 
plus bas (pi. 82 E), cultivee dans le meme jardin, sous le nom de G. Roxburghii, et rapportee par T. Anderson au G. 
CowaRoxb. On remarquera que son fruit n'est pas sillonne, tandis que dans la fig. de Wight (Ic. t. 404) ce caractere 
est nettement indique. Y aurait-il une espece intermediate entre le G. Cowa et le G. Kijdia, habitant r Assam et le 
Silhet, dont le fruit et souvent Tovaire, ne seraient pas sillonnes ? En tout cas, par le nombre des etamines placees au 
sommet des phalanges, la fig. E de la planche 82 se rapporterait plus au G. Cowa qu'au G. Kydia, car Roxburgh n'en 
indique par faisceau, dans cette derniere espece, que 2-3, tandis que dans Tautre, ce nombre est de 5-40. II est vrai 
aussi, que dans la fig. E, on en trouve depuis 4, jusqu'a 5 au sommet des faisceaux. Sous le jeune fruit (pi. 82 I) 
du rameau dont je parle, je n'ai pu voir aucune trace de faisceaux staminaux. 

Le bois du G. fasca est rougeatre. Ses fibres sont trestordues. J'ignore s'il est employe dans Tindustrie. 



EXPLICATION DES FIGURES DU G. FUSCA Pierre. 

PLANCHES 67 ET 82, FIG. 1 



Rameau de la plante male. 



Rameau fructifere. . . , 

3. Fleur apres l'anthese -J- 

4 Petale vu du cote interieur -f- 

i21.fcki--.T-i--*, ex,weur (a) m™"®*™** (c) - 

6. Coupe longitudinale d'une ileur male -f- 

7. Diagramme de la fleur male. , 
8 Fleursfemenesap^srantl^e.Uns^aleint^eure, les petales ont ete . 

9. Coupe longitudinale d'une fleur femelle -f faisceau . Les plus nombreuses sont opposees 

,O.Diagra m medelaneurfemelle--Les etam.nes sont en nombre vanable 
aux sepales de la premiere serie. 




E Delpj 



GARC I N I A FUSGA, Pierr i 



GUTTIFfcRES 



GARCINIA MERGUENSIS Wight 

122. — Icones t. 116. — T. Anderson in ft. Brit. Ind. 1 . 267-268. — Kurz. For. ft. Durmah 1 . 89-90. — De Lanessan Mem. Garcinia. p. 57- 
58. excl. syn. — Discostigma merguense. PL et Tr. Mem. Gutti fires, p. 208. 



Annam : son ve 

Hab. — Espece tres repandue dans le Cambodge, dans la Basse-Cochinchine et dans Tile de Phu Quoc. (Herb. 
Pierre n os 613, 615, 3630-38). Dist.: Presqu'ile de Malacca (Mergui Herb. Griffith). 

Jeunes rameaux allonges, greles, quadrangulaires et de couleur purpurine dans la jeunesse. Feuilles oblongues ou 
ovales-lanceolees, terminees par unepointe plus ou moins longue et obtuse, aigues a la base et decurrentes sur un pe- 
tiole canalicule. Les petites cotes, tres fines et peu elevees sont nombreuses et visibles sur les deux faces. II existe dans 
leurs intervalles une a deux nervures presque paralleles, reliees par des veines peu distinctes. Les fleurs males et 
femelles sont au nombre de3 a 5 et forment des grappes axillaires composees de cymes bipares. Elles sont longuement 
pedicellees. Les sepales forment deux series. Ceux de la premiere sont pluspetits et sont bracteiformes. Ceux de la se- 
conde, plusieurs fois plus grands et plus larges, sont presque semblables aux petales. Ceux-ci sont caducs de bonne 
heure de meme que les sepales interieurs. lis sont suboblongs ou orbiculaires, concaves, un peu plus epais que les se- 
pales etjaunatres. Les etamines sont au nombre de 15 a 35, et davantage, sur chaque faisceau. Les antheres sont 
didymes reniformes ou globuleuses, suivant les varietes. Le rudiment de gynecee est plus court que les faisceaux, ou 
sessile, ou porte par un pied tres court. II est tetragone, tronque au sommet ou pyramidal suivant les varietes, tres 
charnu etglanduleux. Le gynecee est sessile, obpyramidal, surmonte d'un stigmate epais, a bords reflechis et ondules. 
Ilrecouvrelapartiesuperieured'unovairelisseetilestpourvu de deux loges uniovulees. Labaie est globuleuse ou 
suboblongue. Ses graines aplaties du cote du hile etbombees exterieurement, ont la forme d'uno pelle. Elles sont 
exactement organisees comme celles des especes de cette section, c'est-a-dire recouvertes d'un tegument fibreux inte- 
rieurement, pulpeux en dehors et lisse en dedans. L'embryon est une masse charnue ou les cotyledons et la gemmule 
sont indistincts. 

Arbre de 15 a 20 metres. Tronc droit, peu eleve. Son diametre est de 25 a 30 centim. Son ecorce peu epaisse et grise exterieurement, fournit une 
gomme-gutte d'un jaune brun-rougeatre, apresdessiccation. Le petiole est long de 5 a lOmillim. Les feuilles sontlongues de 6 cent. 1/2 a 10 centim. 
larges de 2 a 4 millim. Leur pointe varie comme longueur etlargeur. Elle est longue de 5 a 15 millim. L'inflorescence estlongue de 10 a 15 millim. Les 
pMicelles sont longs de 4 millim. 1/2 a 7 millim. Les boutons ont 4 millim. 1/2 sur 6 millim. de diametre. Les scales exteneurs sont larges de 
2-3 millim. et longs de 1-2 millim. Les scales de la sene interieure sont longs et larges de 4 millim. Les petales au nombre de 4-5-6 sont longs de 
4 millim. 1/2 et larges de 3 millim. Les faisceaux, aussi nombreux que les pGtales, sont libres et longs de 4 millim. lis sont obov^s au sommet 
et etroits a la base. lis sont garnis d'etamines sur l'une et l'autre face supeneure. Les antheres, soutenues par un filet court, large et bifurque 
au sommet, ont des loges recouvertes de ponctuations purpurines dans la \mrtit6pyramidata. Leurs loges s'ouvrentpar une fente apicale assezcourte. 
Le rudiment de gynecee est haut et large a la base de 2 millim. 1 /2. L'ovule ascendant, incompletement anatrope, est attache au milieu de la loge. 
La baie jaune-verdatre, au moment de la maturity mesure 12 millim. en hauteur avec un diametre de 9 a 12 millim. Le pencarpe, compose de cellules 
d'autant plus laches qu'elles sont plus internes, est gorge de gomme-gutte. II est comestible. Les graines ont un diametre de 6 a 8 millim. La partie 
fibreuse du tegument est formed de nervures tortueuses, group6es en paquets losangiques et relives par des depots de gomme-gutte. Ces fibres 
sont deroulables a la maniere des trach6es. 

Obs.— Dansfechantillon de Griffith, type de Fespece (Wight Ic. 1. 116) le rudiment de gynecee est courtement pedi- 
cule et tronque au sommet. C'est presque la forme de mes echantillons (n° 3630) provenant de la province de Tayninh 
en Basse-Cochinchine. Le fruit, dans cet echantillon, est plus globuleux que celui des echantillons de Griffith. Le nombre 
et la forme des etamines different aussi, dans Fechantillon de Griffith. Dans mes echantillons de Phu Quoc, des pro- 
vinces de Kamput et de Tpong, la forme du rudiment de gynecee est tout a fait pyramidale et presque aigue au som- 
met. Le nombre des etamines y est plus considerable que dans Tech. Griffith. Les antheres y sont globuleuses et ponc- 
tuees. Ces differences nem'ont pas paru suffisantes pour les distinguer specifiquement du G. merguenm. J'ai prefere 
etablir les deux varietes suivantes, basees principalement sur la forme du rudiment de gynecee : 

Yar. a : Truncata Pierre. — (Herb. Griffith. Wigth. Jcones, t. 116. — Herb. Pierre, n° 3630J. 

Rudiment de gynecee tronque, tetragone et plus ou moins pedicule. Etamines, sur chaque faisceau, au nombre de 
15-30. Loges de Tanthere subreniformes. 

Var. b : Pyramidata Pierre. — (Herb. Pierre n os 613, 615 et 3638). 

Feuilles plus etroites et plus lanceolees. Rudiment de gynecee sessile et pyramidal. Etamines au nombre de 25-35 
sur chaque faisceau. 

Le Garcinia Merguenm est un joli arbre d'ornement. Son fruit est apprecie par les indigenes, quoique insi- 
gnifiant. Son bois jaune-rougeatre, flexible et leger, est d'un usage restreint. Sa gomme-gutte brunit a la lumiere. Son 
ecorce est utilisee en teinture. 



EXPLICATION DES FIGURES DU GARCINIA MERGUENS1S WIGHT. 

PLANCHE 68 

Variety A : Truncata Pierre. 

Rameau dela plante femelle. 

— fructifere. 

— de la plante male. 

1. Fleur femelle -f-. 

2. Jeune gynecee : a sabase et en face des petales, on voit les rudiments de Fandrocee. 

3. Coupe longitudinale d'un bouton de la fleur femelle -*-. 

4. Coupe longitudinale d'une fleur male, plus avancee. 

5. Ovaire grossi. 

6. Graine vue du cote du hile («) et du cote lateral (b) -J*-. 

7. Jeune plante. La racine (a) qui traverse la masse de l'embryon est atrophiee de bonne heure. Les fonctions de nutrition sont faites par la 
racine adventrve (6). 

8. Fleur de la plante male -J-. 

9. Rudiment de gynecee. 

10. Rudiment de gynecee d'apres l'echantillon type de Griffith du G. Merguensis. 

PLANCHE 69 

Variete B : Pyramidata Pierre. 

Rameau de la plante male. 
Rameau de la plante femelle. 

1 . Routon de la fleur male ^ . 

2. Fleur male ouverte-^-. • 

3. Petale-|-. 

4 Coupe longitudinale d'un bouton de la fleur male -£- . 

5. Formes d'etamines. 

6. Rudiment de gynecee. 

7. Fleur femelle apres la chute des petales. 




ARC INI A MERGUENSIS , Wight 

var. a . truncata , Pierre. 




GARCINIA MERGUENSiS.Wigth 
var p> . pyramidata Rerre 



GUTTIFfcRES 



GARCINIA LANESSANII Pierre 



Kmer : dom ong c6l. 



Hab. — On trouve communement cette espece dans la province de Tayninh et dans les provinces cambodgiennes 
de Kamput, de Tpong et de Pusath (Herb. Pierre, n° 598. Thorel, n° 2208). 

Les jeunes rameaux sont quadrangulaires, assez espaces et portent 3 a 10 paires de feuilles. Celles-ci sont oblongues 
ou elliptiques-oblongues, aigues a la base et terminees au sommet par unepointe large et obtuse. Leurs petites cotes 
sont au nombre de seize. Elles sont espacees, legerement ascendantes, arrondies et unies tout pres de la marge. Une 
ou deux nervures, moins longues, courent parallelement dans Tintervalle de chacune d'elles. Les fleurs males, au 
nombre de 5-10, sont disposees en ombelle axillaire composee de cymes bipares. Les fleurs femelles sont solitaires. 
II y a deux bractees, obovees, concaves, presque aussi grandes que les sepales a la base des pedicelles. Les sepales 
orbiculaires, concaves, sont a peu pres d'egale dimension dans les deux series. Les petales, au nombre de quatre comme 
les sepales, sont plus grands qu'eux, suboblongs et membraneux sur les bords. lis sont soudes a la base, aux 
faisceaux staminaux. Ceux-ci portent, chacun, au sommet et du cote interieur, 13-17 etamines de Discostigma. 
Au centre, il y a un rudiment de gynecee aussi long que les faisceaux staminaux, libre, a pied tetragone et a tete 
elargie en forme de pelte. Sa surface stigmatique est parsemee de glandes arrondies et assez elevees. Dans la fleur 
femelle, les quatre faisceaux sont reduits a de tres courtes lames hypogynes dentelees au sommet ou font 
completement defaut. Le gynecee est suboblong et lisse. II est recouvert par un stigmate presque sessile de meme 
forme que celui de la fleur male. L'ovaire contient deux loges uni-ovulees. La baie est globuleuse, lisse, rougeatre au 
moment de la maturite. Elle contient l-2graines plano-convexes ou hemispheriques. 

Cet arbre a 8 a 10 metres d'el6vation. Son tronc peu 6lev6, garni de branches presque jusqu'a la base, a un diametre de 12 centim. environ. 
Son 6corce a une 6paisseur de 3-4 millim. Son sue, assez abondant, est jaune, mais devient jaune-rougeatre apres concretion. Ses feuilles sont 
longues de 6-13 centim., et larges de 2 millim. 1/2 a 7 millim. 1/2. Le petiole est long de5-12 millim. Les p6dicelles sont longs de 1-2 millim. Le 
bouton a 3 millim. 1/2 a 4 millim. de hauteur et de diametre. Les sepales sont longs et larges de 3/4 de millim. Les petales sont longs de 3 millim. et 
larges de 2 a 2 millim. 1/2. lis sont jaunatres et beaucoup moins epais que les sepales. Les faisceaux staminaux sont plus courts que les petales. lis 
ont un tronc, vers la base, tout a fait nu ou priv£ diamines sur les deux faces. Les filets sont tres 6pais et courts, lis sontbifides au sommet et por- 
tent chacun une loge d'anthere globuleuse. Le rudiment de gyn6c6e est long de 2 millim. Les fleurs femelles sont un peu plus grosses que les fleurs 
males. Les ovules, apres la tecondation, sont insets plus pres de la base de l'axe placentaire que de son sommet. La baie a 2 millim. 1 /2 de hauteur 
et 3 millim. de diametre. Son endocarpe est charnu. Le tegument seminal est exactement organise comme celui des autres especes de Garcinia, e'est-a- 
dire recouvert d'une pulpe arilliforme externe. Du cot6 interieur, le tegument est mince et cellulaire. La partie ntediane est formee de faisceaux 
fibro-vasculaires losangiques separ6s, dans la graine mure, par des concretions de gomme-gutte. Chaque faisceau est compose de lames tres minces, 
de>oulables comme une tracltee ou comme une cellule spiral^e. Une de ces lames, isotee, offre quatre cordons fibreux tres longs, de couleurbrune, 
separ^s chacun par une ranged de cellules globuleuses et translucides, placets bout a bout ou en chapelet. L'embryon est une masse charnue 
compacte ou Ton ne discerne, avant la germination, ni cotyledons, ni radicule, ni gemmule. 

Obs. — Cette espece appartient a la section Discostigma. Elle est voisine du G. Keenania. Comme le 
G. terpnophilla, ses petales sont soudes aux faisceaux staminaux. On rencontre aussi cette particularite dans le 
G. eugenicefolia, espece de la meme section. Cependant elle n'est pas etrangere aux especes de la section Mangostana. 

L'ecorce du G. Lanessanii sert a teindre en jaune-fonce. Les Kmers disent que cette couleur, employee seule, n'est 
pas resistante. Son bois est employe a de menus ouvrages. II est d'un rouge pale. Ses fibres sont tres longues. 



EXPLICATION DES FIGURES DU GARCINIA LANESSANII Pierre. 



PLANCHE 70 

Rameau de la plante male. 
Rameaux de la plante femelle. 

1 . Fleur male ou un petale et un faisceau staminal ont 6te" enlev^s. -?-. 

2. Faisceau staminal. On voit a sa face exterieure la dCchirure (a) indiquant le point de soudure avec le pStale ( 

3. Etammes-^. 

4. Diagrammede la fleur male. 

5. Coupe longitudinale d'un jeune fruit -J-. 

6. Graine vue du cote du hile (a) et du c6te" dorsal (£)-!-. 




E. Delpy d 



J.Storck &L.Hugon, Lit! 



GARCINIA LANESSANII. Pierre 



GUTTIFERES 



GARCINIA VILERSIANA Pierre 



Annamite : vang nhua. Khmer : dom prohut. Mo'i : bout. 

Hab. — Cette espece habite toute l'lndo-Chine meridionale, depuis le fleuve Meklong [Siam], a l'ouest, jusqu'a la 
province du Binh-Thuan, a Test. (Herb. Pierre n os 128, 773, 3,641-42). 

Les jeunes rameaux sont tetragones, tres gros et pubescents. lis sont opposes et portent 1 a 3 paires de feuilles. 
Celles-ci sont oblongues ou elliptiques-oblongues, courtement petiolees, obtuses ou cordees a la base, aigues au som- 
met, tres coriaces, brillantes en dessus et pales en dessous, glabres, mais pubescentes sur le petiole et vers la base de la 
cdte. Leurs petites cotes, opposees a la base, alternes au sommet, sont au nombre de 24-28, ascendantes et unies tout 
pres de la marge. Elles sont reliees par des veines transversales souvent peu visibles a la page superieure. On 
compte aussi, dans 1'intervalle de chacune d'elles, 2 a 5 nervures paralleled, quelquefois tres tongues. Les fleurs 
males et hermaphrodites sont groupees en ombelle sur un court bourgeon axillaire, ecailleux et pubescent. Leurs 
pedicelles sont tetragones et plus longs que le petiole. Les sepales, au nombre de 5, sont imbriques dans le bouton, 
graducllementplus grands du dehors en dedans, orbiculaires, concaves, charnus a la base, membraneux et cilies sur 
le bord, velus dorsalement. Les petales sont un peu plus grands que les sepales, imbriques comme eux, orbiculaires, 
concaves, assez epais, multinerves et cilies. On compte, en face de chaque petale, 2-7 ou le plus souvent 4-5 etamines, 
groupees au sommet d'un faisceau lamelliforme. Leurs filets sont tres courts. Leurs anthercs sont reniformes et dehis- 
centes par deux loges longitudinales et sublaterales. Entre chacun de ces faisceaux staminaux, il existe un meme 
nombre de lobes discoides, Iacinies ou rumines, entourant soit un rudiment de gynecee ovo'ide et subule dans les 
fleurs males, soit dans les fleurs hermaphrodites, un gynecee ovale, lisse, termine par un style assez long, partage 
en 5 lobes stigmatiques, oboves et ondules sur les bords. L'ovaire, dans le jeune age, est plus ou moins sillonne 
et contient 6 loges uniovulees. Le fruit est une baie spherique, d'un vert jaunatre au moment de la maturite 
et contient le plus souvent 3-5 graines. Celles-ci sont ovales-oblongues, et ont la forme d'un croissant. 

Cet arbre a une hauteur de 12 a 15 metres. Son eeorce est noiratre, tres rugueuse en dehors et jaune-verdatre en dedans. Elle contient un sue 
jaunatre tres abondant. Son tronc est haut de 5 a 6 metres. 11 est reconvert au-dessus de branches tres longues, penchees, tres pressees et plus 
courtes vers le sommet. Les feuilles sont opposees et de meme forme que celles du G. Xanthochymus, cependant moins fermes, moins epaisses 
et mun.es d'un petiole moins long. Celui-ci est long de 10 a IS millim. La feuille entiere a 15-32 cent, de longueur et 6-12 cent, de largeur Les 
pedicelles sont longs de 10-12 millim. Les sepales sont glabres en dedans, longs et larges de 5-5 millim. 1 /I. Les petales sont longs de 8 millim. 
1/2 et larges de 6-7 millim. Les faisceaux staminaux sont plus courts que l'ovaire, dans la fleur hermaphrodite. Us sont plus longs que le rudiment 
de gynecee dans la fleur male. Us sont foujours plus longs que les lobes du receptacle. Le rudiment de gynecee est reduit a un simple corps quelquefois 
trdobe au sommet et plus court que les faisceaux et le receptacle. II est aussi quelquefois tres bien developpe, oblong-lanceole et termine par un long 
style subule, aussi longque les phalanges staminales. La baie est ronde ou a peine spherique, haute de 4 millim. avec un diametre de 3 millim 1/2 a 
4 millim. Les graines ont 22 millim. sur 15 millim. Elles ont un tegument pulpeux en dehors, fibreux en dedans et plus interieurement il est de 
consrstance cellulaire. L'embryon est charnu et indivis. On distingue au centre, dans toute la longueur de son axe, un tube fibro-vasculaire II se 
prolongera au moment de la germination en une radicule basilaire dont le developpement s'arretera au moment on naltra la tigelle, au sommet et au 
P 61e oppose de la graine. C'est a la base de cette tigelle, que sortira la racine adventive des.inee a soutenir et a nourrir la jenne plante. On rencontre 
uniformement le meme caractere de germination danstous les Garcinia et les Ochrocarptu. 

Obs. — Le bois du G. Vilersiana est blanc-jaunatre, avec une teinte legerement foncee dans la region du coeur 
II est tres fibreux, flexible et peut etre employe a certains ouvrages n'exigeant pas une longue duree. II est tres vite 
attaque par les xylophages. 

Cet arbre est surtout utile pour son eeorce qui fournit la meilleure teinture verte du sud de l'Asie Pour l'obtenir 
les Kmers reduisent l'ecorce en poudre tres fine et la font bouillir. L'etoffe, sole ou coton, qu'on veut teindre recoil 
plusieurs bams et devient alors d'un jaune tres clair. Apres 24 heures ^exposition a l'ombre, l'etoffe est soumise 
ensuite a un bain d'arak de riz dont le degre alcoolique doit etre tres eleve, puis on la fait macerer dans un bain 
d indigo. Elleprend alors une couleur verte tres belle et tres resistante. Si, quand l'ecorce a bouilli, on ajoute a la 
solution une certaine proportion de rocou et d'alun, on a la couleur safran fonce. Cette eeorce se vend communement 
dans tons les bazars de l'lndo-Chine. Cet arbre meriterait done d'etre cultive. On ne le rencontre guere aujourd'hui 
que dans les regions les plus reculees. J 

On distinguera le G. Vilersiana du G. Xanthoehymus, par des feuilles plus grandes, souvent cordees, moins emisses 

pkfs 1US etit tUSeS ' ^ UB P ' ti0le ^^ C ° Urt ^ VelU ' Par d6S PMCeUeS 6t deS S6pdeS <5gal6meilt VdUS Ct P ar un fruit 



EXPLICATION DES FIGURES DU GARCINIA V1LERSIANA ET DU G. XANTHOCHYMUS. 



Rameau fructifere du Garclnia Xanthochimus Hoock. f. 
Rameaux florifere et fructifere du GarciniaVilersiana. Pierre. 

1. Fleur femelle hermaphrodite: (a) faisceau staminal ; (*) lohe du disque alternant avec les faisceaux staminaux 

2. Coupe longitudinale d'une fleur hermaphrodite - 6 r 

3. Fleur male -JL 

4. Autre fleur male, plus jeune que la pr6c6dente — J— 

5. Graine pr6sent6e du cote dorsal (a) et lateralement (b). 




A_GARCINIA, Xantoctymus , Hook f. 

B C » Vilersiana, Pierre 



GUTTIFERES 



GARC1NIA ANDERSONI? HOOK. F. 



Hab. - Cette espece a ete trouvee d'abord par Griffith, plus tard par Maingay, dans la peninsule malaise, pres de 
Malacca. Lcs indigenes la connaissent sous le nom deKoondonBelookar. Elle n'a ete rencontre*, en Basse-Cochinchine, 
que dans les montagnes de Knang-Repceu, au Cambodge (Herb. Pierre, n° 775). 

Jeunesrameaux tetragones. Feuilles oblongues ou elliptiques-oblongues, lanceolees, subaigues ou obtuses aux deux 
extremites, parcheminees, coriaces, brillantes en dessus, pales en dessous. La cote est elevee sur les deux faces. Les 
petites cotes sont ascendantes, paralleles, arrondics et reunies tres pres de la marge, plus elevees en dessous qu'en 
dessus. Dans I'.ntervalle de chacune d'elles, on compte une a trois nervures paralleles plus ou raoins proeminentes et 
quelquefo.s d'egale longueur. Les veines, tres fines, sont visiblcs sur les deux faces, surtout en dessous. Elles sont trans- 
versales, tortueuses et espacees. Les fleurs pseudo-hermaphrodites sont inserees a l'extremite d'un bourgeon axillairc 
subtetragone, ecailleuxet presquc toujours plus long que le petiole. Les pedicelles sont plus courts, generalement, que 
le bourgeon floral. Les sepales, sous le fruit, sont au nombre de 5, orbiculaires, concaves, epais et coriaces, non accres - 
cents etglabres. Le fruit est spherique, lisse, legerement deprime entreles graines et couronne par un stigmate sessile 
muni de 4 a 3 petits lobes arrondis. II contient 2 a 3 loges et autant de graines. Elles sont ovales, legeremeni 
amincies du cote du bile et plus epaisses du cote exterieur. Elles nc different pas sensiblement de celles de la section 
Manyostana. 

Arbre de 8-12 met., ramifie presque jusqu'ila base du (rone. L'eeorce des jennes branches est lisse, vernissee et jaunatre. Son sue est ianne-ver- 
dalre e. abondant. Son bois est jaunatre, avec une teinte plus foncee vers le eceur. Ses fendles son. le plus souvent oblongues ou lineaires-oblongues. 
Hie, affectentla forme ellip.ique quand les aAres sont jeunes. Le petiole est long de 23 millim. a 4 cent. II est epais de 4-6 millim. La feuille en 
comprenant le petiole, mesure en longueur 30 a 40 cent, et en largeur 7-18 centin, Le pedicelle du fruit est long de 18 millim. II est porte par un'pe- 

im diametre dun cent. 1/2. 

OBS.-J'aitenu a fairc cette description d'apres mes echantillons, parce qu'ils different sensiblement de ceux de 
Maingay et de Griffith, represents le G. Andersoni. Ainsi, dans cette espece, et d'apres les echantillons que je viens 
de citer, les feuilles ont des petioles assez courts. Elles sont arrondies ou cordees. Leurs petites cotes sont tres robustes 
et leurs ve.nes, en dessous, presque paralleles dans le sens transversal, sont a peine visibles a la face superieure du limbe 
Les pedoncules et les pedicelles sont aussi plus longs que ceux de mes echantillons de Knang-Repceu. II n'est pas pos- 
sible avant de connaitre les fleurs de 1 arbre du Cambodge, de se baser sur les differences que je viens de no.er pour 
etabbr une forme distinctc du G. Andersani. Je vais nontenant decrire cette espece, d'apres les echantillons de Main- 
gay et de Griffith : Les feuilles y ont un petiole long de 2 cent.; et, avec le limbe, elles mesurent 25 cent., sur U cent Elles 
sont elliptiques-oblongues, lanceolees, aigues au sommet, arrondies ou cordees a la base, epaisses et coriaces, ondulees 
lisses en dessus et pales en dessous. Elles ont 48 petites cotes ascendantes et paralleles. Entre celles-ci on compte une ou 
2 ausses cotes, paralleles egalement, aussi elevees, quelquefois aussi leagues, plus accentuees en dessous qu'en dessus 
rebees par des ve.nes transversales assez grosses, subparalleles, espacees et a peine distinctes a la face superieure. Le^ 
fleurs sont fasciculees au sommet d'un gros bourgeon axillaire, ecailleux et long de 4 centim. Leurs pedicelles, lon^s de 
15-d6 milbm., sont gros et ont un diam., au sommet, de 4 millim. 1/2. Lcs sepales, au nombre de a, sont imbriques 
graduellement plus grands du dehors en dedans, plus petits que les petales, orbiculaires, concaves, coriaces et pubes- 
cents exteneureinent, dememe que les pedicelles. lis mesurent, dans la premiere serie, 7 millim. en haut. et 14 millim 
en larg., et celui qui est insere le plus en dedans a 12 millim. sur 13 millim. Les petales (16 millim. en longueur et en 
largeur; sont orbiculaires, un pen moins epais, a peine pedicules, glabres et alternes aux sepales. Les 5 phalanges sta- 
minales opposees aux petales ne sont pas plus longues que les lames hypogynes et ruminees du receptacle, avec les- 
quelles elles al.ernent. Elles portent au sommet 3-4 e.amines fertiles ou infertile*. L'ovaire lisse, suboblong est 
ermine par un gros style long de 3 millim. et partage en 3 lobes stigmatiques etales. II contient 3 loges uniovulees Le 
inutest, d apres Maingay, globuleux et contient 3 loges. D'apres Griffith il n'en contient que 4 

LeG.4«rfm «, S erap P rocbebeaucoup par les fleurs du G. grand, 'folia. (Beccari n» 2966), decrit plus loin mais 
s en distingue par inflorescence et par les feuilles. Je rapporte a mes echantillons de Cochinchine plus qu'au G. Ander- 
som ceux d une plante eultivee a Java (Herb. Pierre, n' 4171), sous le nom de Gareinia Coehinehinensis et qui m'ont 
ete envoyes par M. Treub, le savant directeur du jardin botanique de Buitenzorg. 

Les Cambodgiens m'ont assure qu'ils employaient indifferemment pour teindre en vert ou en jaune l'eeorce du G 
Andersons et celle du G. Vilersiana. I, est probable que toutes lcs especes de cette section ont une eeoree douee d e ; 
memes propnetes. Le bois du G. Anderson! ? est propre a de menus ouvrages. I. ne se conserve pas longtemps 



EXPLICATION DES FIGURES DU G. ANDERSONI, HOOK. f. 



PLANCHE 72 



Rameau fructifere. 

1 . Coupe Iransversale d'un fruit arrive a maturite . 

2. Graine revetue de son tegument (a) et privee de son tegument (b). 




J. Stojvk.5 L.Hu&o 



GAR C IN I A ANDERS ONI? Pierre 



GUTTIFfcRES 

GARCINIA HANBURYI Hookf 

In Joum. Linn Soc London vol. XIV. p. 483. - G. Morella. var : pedicellate. Hani,, in Tram. Lin. Soc. XXIV 489, t. 50. quoad stirpem Cochin- 
chinensem in horE Almeida; Smgaporensis cullam ; Lanessan. alrm. Can-ink, p. 07 ; — T. Andersmi. in I- 1. Urn /,,,/ I >iii ,,ro nrte n ,,nld 
synonyniam el descrml.one.nl. - Camlmdgiu guih l.„„mroFl. Cochin. 1 ,332. 1790 (pro parte quoad 'palrian, el pro,,, idal',"., se I species' e des- 
cnptione auctons ad G. Cambodgiam vensimditer referenda). r ' p e ueb 

Annam : Vang nliiia ; aang ngfae. - Kl.mcr: dim rind. - Siam : roeng. Chine : Hoam lo. 

Hab. — Cctte espece e*t tres repandue entre Ie 19= et lc 101° degre long, et entre le 10° et lc 13' desre lat nord 
dans les provinces cambqdgienncs de Pusath, Samrong-Tong, Tpong, Compong xom ct Kamput, dans Vile de 
Phu Quoc ct dans In pari,,; orientale du royaume de Siam, confinant an Cambodge. Elle est cultivee dans Ie jardin 

SX^n'IsltS^Mci Jardl " d ° BUitenZ ° rS Gt dailS niC d ° Si "« a P° Ur ' CheZ >L d ' A1 » eMa - 

Les jeunes rameau'x sont opposes tetragones, bientot arrondis, assez longs etgreles. Les feuilles sont longuement 
pet.olees oblongues, one hptiqucs-oblongues ou ovales-oblongues, lances et terminus par one pointe bnlue e 
obh.so.ElIessontaiguesal^ 

d.es et un.es loin du bord plus accentuees en dessous qu'en dessus. Un leux ner'ures paralleled el .,,..i, ,s on'ues 

courcnt dans 1 intervalle de chacune d'elles. Elles sont reliees transversalemcnt par des veines irrSierS espacees et 
plus d.st.nctes en dessous qu'en dessus. Les flours males, longueo.en, pedicellei, sont groupie au nombre d ? e T-1 I 

1 a.sse le des feuilles ou aux axes pnves de feuilles. Les fleurs femcllos ' „ r de \-£ plu grosses eUourtement pe- 

dicellees, sont egaloment ax.lla.res. Les sepales, an nombre de 4, sont persistants, orbic daire concaves mXnerves 
et coriaces, membrancux sur les bords, jaunes-ver,hH,es H plus grands dans la seconde serie quedans lapr i re 
Les petales son oyalcs-oblongs, arrondis au sommet, concaves, I res cbarnus, jaunatres et plu grands JueLfs,' ' 
Les etamines de la fleur male sont au nombre dc 36-40. Elles occupent Ie sommet arrondi'd „' n r ?cepl aclfelevl' 
charnu amine, a la base et tetragone. Lcurs filets sont quadrangulaires ct tres courts. Les i lores son EculS 
ma.s a loges presque toujour* c.rculaires, confluen.es el indistinctcs. Dans la fleur femelle il v a 18-23 eS ines 
d.sposees au sommet dun anncau hypogvne, partage en 4 faisceaux opposes aux sepales. On L compte 7 ', I 
sommet de chacun des ia.seeaux. Leurs filets sont aplatis et plus courts que l'anneau. Leurs and ere sont t/tra- 
gones a 2 loges ou a une loge c.rculaire ou ascendante. Le gvnocoe est a moltie cache par les etamines dans la ieune 
7,n\k ^ rm0n / te I Pf r "'.' r"S-^'. sessile subpvramidal, legeremen, concave au sommet par tag" e„ 4 s lions pen 
pronfonds et en 4 lobes b.cn dist.ncts. Les glaudes qui recouvreul ehacun d'eux sont au nombre de 8 12 
Elles sont globuleuses ct tres accentuees. 1/ovaire est compose de 4 loges oppositisepalcs. La bale e 7 „|, use lisfe 
et couronneepar le st.gmatc. Elle co.it.cnt 1-4 loges monospem.es. Ses°graines sonl oblongue Idgere mint Ks vers 

le hile et convexes en dehors. Son per.carpe est charnu el *,„.„,; ,|, go,nme- yl ,lle. s..i, , -„ ■ ! !, , '~ n 

pulpeux, fibrcux ct ple.n de gomme-guttc en dedans, mince et celluleux dans la , ' 



part.c en contact avec rembryon. 

h^^TX^^^^^ t'iin.ltn ^V^l I 6 ' mfe "T d / fi haU f, eUr - ^ C6 P° int ' fl est ~ rt de 

et d'un Wane" jaunatre en dedans. Elle se,,H, „„ .„, , h -. 7 , ' { ' ,', , "l""^" 1 ,"'' 1 " '" Il ""' l:l1 " -«" I— ' lisse en dehors 

Sesfeuillesfdo.UlepetioleestdeMSmillim.Jsontlonguesde 0™0 cent eXttde 3 T 0^^ F J n -™ u f 4t « 0l ' ° ran ^ a P rfes dessiccalion " 

braneuse. Elles deviennent tres coriaces a Fetal ad ■ < , , ,, M "i ,,. i',,, ,?*%.„ , i , Elles ,<>"'- •'«»« 1" J* ^e, une texture mem- 

males sont longs de 104 12 millim. Aleurbase 1 , oamurs l-2bract/ ea WtaZSJ . n' "V^f de c . elle , ection - Les P« di <=elles des fleurs 
de hauteur. E-s ., T ahs d, la ,„■,,„„,,. -,.,,,. „„, I, m , I™ 4 1' lit, ,T en bouton ont on dmmetrede 7 millim. s„r4millim. 

7miUim.,eUa^s, , |..:i-n 11 .illi!„. il pn-s I', „'-,. E,s lil.i ' |, ., ,, , , „ "' . ' ' ",, "' " " l ,lll,, " | - ,lllns ^ s fonde. Les petales sont longs de 

sontbeancoup plus courts que ceuxdu G. J/,,,//,, E, sl,„„a , I ■, , . , ' '.'M' ""d''e, sont plus ongs que dans la fleur male. lis 

2 cent. 1/2 et son diametre est de 1 cent, a 1 cent. 1/2. Ses graTmes Tt «l , ,V, ^ " ^ s l ,h6n( t u « ou >'°»' 1 - « erthaut de 

mination a lieu exactement comme celles des autres GarriJT ' "' de haUteUr sur un cenl,m - de diamelr ' " 



Leur j 



Obs. — Lc Gavviuiii //(inlmri/i, d'aprcs AIM. Hanburv et de I/messon (lno ou \ ,.„• , t u 

conscicncieuse, n'est con>idere que .l,,,,,, „ne vaS du G M™el?a £st M \ 'A T, "f fa,t . un . e ,«*««« 
specifiquement la variete^*«/fai crece par M. Hanburv. ZL*l„t »Jt±J± J££? _?!". ^f, 1 ^ 

iistingue 

aiement 




anncau |,x ,„ w „, 1;l| ,s eleve ct plus distinctement partage ^^^Sl^SnS^^^^^ 
profondement quadrdobe que celui dc G. J/,»W/« /par un fruit pluslros ' P Stgmate 



. nir/oriff. 



nous venons de remarquer j caracteies plus tranches que ceux que 

car^t^ dc 8 c,t f s et de 8 loges, aueun des 

indique, il confond, de meme que les auteurs d'e soi 7^, effi ? ffiif ' & Syn ° nymie qU ' n 

et Complgxom, du ^mb^tdde" at °E k" t dtp", ^ JS1^£^ ^ m ^^'jT g ' ^^ 
Saigon. Six ans apres lesemisfles arbres dont je parte avSt une ; ■ I 3 .Sl " ^ ^ jar . m b( i tonM l uc de 

un diametre de 4-5 centim. Je pense qu'a cet age ^1X^5! 20centim Leur tronc avait 

gomme-guttc l ' B ' on I )0Unait ' avec prudence, commencer 1'exploitation de la 



An Cambodge, ils ne sont pas soumis a la culture, mais ils sont respectes dans les defnchements. Dans les 
Dances SffiC hmt, Hmpot roval est une redevance en nature d'une certaine quan ite de gomme-gutte et de 
KSum SlIS raclnosum Guib.). 1/ exploitation de ees deux produits parait ineomber specialement 
aune^ tribus du Cachar > d es Andamans, des Ndghims, etc... 

LestST^ffiez clairsemes, souvent eloignes les 5ns des autres, ainsi qu'il arrive generalement, pour les vege- 

^TrSKomme-gutte sont exploites du mois de novembre an mois d'avril, c'est-a-dire pendant quatre a cinq 
mois environ. Pendant cette periode, elite de secheresse, les pluies sont devenues rareset la vegetation est arretee Les 
E^ w£ a ce travail, JonX assure quele rendement d'un arbreetait, de decembreen avnl de plus enplus faible 
o3a lieu le r/veil de in vegetation, au mois d'avril-mai,au moment oules pluies recommencent les secreUons cessent 
rdeviennLtpresque nulle! f/estalors quele vegetal est abandonne a lui-meme et que cesse 1 exploitation. Le con- 
tend des canaux secreteurs doit probablement alors servir a Facte de la vegetation. L'arbre parait certainement epuise 
en ce moment et ne recevra de nouvelles incisions qiv'apres deux ans de repos. . 

Les arbres exploites sont commitment ages de 20 a 80 ans. Leur hauteur est de lb metres environ. Le diametre de 
leur tronc est de 45-20 centim., et sa longueur, dans la partie pnvee de branches est de 1 metre 50 a 2 metres. I est 
incise depuis les premieres ramifications etcelles-ci aussi, dans une certaine etendue jusqu a la base. Lejeunebois 
n'est pas entame. L'incision consiste en un canal de 2-3 millim. de profondeur et de 4-b millim. d ouverture Elle 
contoiirne le tronc en forme d'helicc. Les bords sont rafraichis ou elargis quandles secretions deviennent moms abon- 
dantes ce qui arrive quelquefois quand la secheresse est intense et quand Fouverture des canaux se trouve obstriiee. 
Le sue sforlte descend dans le canal, jusqifa un recipient quelconque, place au pied de 1 arbre, II est transvase tons 
les trois jours. Le collecteur salt par experience qu'en attendant plus longtemps les secirlious sci-aient moms fluides, 
mFelles seraient alors moins facilement transvasees et qiFelles pourraient 

debris d'ecorce, de feuilles, d'insectes, etc. Peut-etre aussi, cette visite est-ellc commandee par la necessite de debar- 
rasser le canal des matieres de toutes sortes qui peuvent Fobstruer. Le transvasement est fait dans un ikimmI de bambou 
(Melocannasp.), long de 76 centim., et dont la cavite a un diametre de 3 centim. II serait rempli tous les trois jours, 
d'apres les Kniers, par le produit des secretions de 50 arbres. Apres la recolte, ce recipient est pendu an toit dans la 
case du collecteur, ou plutot dans celle du chef charge de veiller, pour le roi, stir la perception decet impot. II ne sera 
brise que 5 mois apres, quand la £ommc-gutte sera seche ou ne le sera qu'au moment de la vente. On n accelere pas la 
dessiccation 

de rendemenC pour chaque arbre, de 750gr ammes > tous les deux ans.D'apresun marchandchinois, ha- 



ssiccation par aueun nrocede. CVs! ainsi que s'oblient lagomme-gutte commerciale, dite en baton cylindrique. 

D'apres les Kmers, le produit de 50 arbres, exploites pendant 5 mois, serait de 37 kilogram. 500 grammes, soit u 
movenne de rendement, pour chaque arbre, de 750 grammes, tous les deux ans.D'apresun marchandchinois, h 
bitant la province de Tpom> et tres en rapport, par son commerce, avec la pleuplade qui exploite le dom-rond, 
cette estimation serait tres faible. II m'a assure que le rendement d'un arbre n'etaitpas moms de 2 kilogrammes. L'ar- 
bre au'il me d&signa. eomme nouvant fournir une telle production, avait deja etc exploite. Son ecorce avait une epais- 
seur de 4 millim Son age, d'apres les couches annuelles du tronc, etait de 32 ans. Neanmoins, j'ai vu des arbres dont 
le diametre du tronc n'etait que de 6 centim., qui avaient deja ete exploites et dont l'age etait de 10-12 ans. D'apres 
cela il serait peut-etre possible dexpSoiieHes guttiers, apres 5-6 ans de plantation. A ce sujet, une remarque n est 
peut-etre pas inutile. On ne doit pas oublier que les diamctres du tronc que je viens de donner, sont ceux d'arbres 
croissant spontanement et dont le developpement a du etre necessairement gene par une foule de causes qu'il est 
inutile d'indiquer. II est certain que les arbres cultives au jardin botanique dont je parlais precedemment, avaient, 
toute proportion d'age gardee, des dimensions plus considerables. _ .„ , , 

L'ecorce du dom-rond est aussi un produit tinctorial tres apprecie, D ailleurs les canaux secreteurs de gomme-gutte, 
se rencontrent dans toutes les parlies du \ e-elal. Ils sont si abondants dans le tegument des graines, que celles-ci ne 
devront pas etre negligees quand il s'n-ira de IVxploilalion nitionnellede ce produit. Quand elles sont seches, par simple 
froissement, on retire de la partie mediane tegumental, une quantite notable de gomme-gutte granuleusc etd'un jaune 
clair tres brillant. Cette particularite suffit pour reconnaitre une espece de la section Hebradendron. 

La culture du G. Ilanburyi merite Fatten tion du colon et du forestier. Elle devra certainement etre entrepnse tres 
avantageusement. Alors seulement il sera possible d' avoir sur le rendement d'un arbre ou d'un hectare et dans une 
suite d'annees, des donnees positives. . M, L n i u r v i 

D'apres la dimension des arbres les plus ages que je connaisse, Fespace sutfisant pour la vegetation d un arbre, 
serait del 6 metres carres. L'heetarc pourrait done contenir 625 arbres. II n'est pas necessaire d'ajouter que, pendant 
les dix premieres annees, les frais d'entretien de la plantation, seraient rembourses par le produit de cultures si- 
multanees, tellcs (pie eelles des Amomum, Curcuma, Zingiber, Arum, Bochmerki nivea, etc., dont la vegetation ne 
peut etre nuisible aux guttiers. Ce sera au contraire, un moyen economique pour ameublir le sol. 

On sait que la gomme-gutte, outre son emploi dans la peinture, est aussi un produit medicinal et tinctorial impor- 
tant. Le bois du G. Ilanburyi est leger. II est d'un jaune tres pale, presque blanc. II est employe a de menus ouvrages 
et il est de peu de duree. 

EXPLICATION DES FIGURES DU G. HANBURY1 IL f. 

PLANCHE 73 ET 74 

A. Kameau de laplante male. (Echaiitillon de Phu-Quoc. Herb. Pierre, n° 3G36.) 

B. Kaiiic-iu de l.i planlc male. (Kcli. de Rancon: Herb. Pierre, n°584). ^ 

C. D. Rameau <!•' la planle femelle porlaul de jemu's liuils. (Kcli. de Pbu-Quoc, n° 3636.) 

E. Rameau de la plante femelle. (Echaiitillon Buitenzorg. Herb. Pierre, n° 4162.) 

F. Rameau Cruel il'tTc. (Ech. de Rancon. Herb. Pierre, n° 584.) 

1 . Fleur male en bouton ~. 

2. Coupe loiiiiiludinale d'un bouton de la fleur male -£-. 

3. Petal.' avaul l'anthese -^- . 

4. Fleur male ou un sepale et deux p6tales ont et<3 enlev^s - 1 " . 

5. Etamines de la fleur male f . 

6. Stigmate d'un jeunetVuit j° . 

7. Diagramme de la fleur femelle -£• 

8. Bouton d'une fleur femelle 1° . 

9. Coupe longitudinale d'une fleur femelle J ,° . 

10. Fleur femelle en bouton, priv£e de ses sepales et de ses pGtales -'? . 
U. Formes d'elamines, de la Hour femelle f . 

12. Autre fleur femelle plus a\anc6e, pri\6e de ses sepales et de ses pelales. 

13. Autre fleur femelle ou on a enlev^les sepales, les petales et les etamines ' t ° . 

14. Graine mure entouree de son tegument -}-. 

15. Graines «, b, sans teguments. 

16. Stigmate - 1 , -. 

17. Formes d'elamines a ± loj-es circulaires «, ^, c, f/, dont une coupte longitudinalcment (f). Etaminea une loge£. 

18. Stigmate d'un fruit mur ; u . 

19. Coupe trans versale d'un fruit mur -J-. 




EDelpy, del 



J. Storck & LHucjoii , LiLh . 



GARCINIA IJANBLTRYT HOOK. 






moMktf* 




s ' 9 LJ 



Mt 



Rb« _ L 







E.Delpy del. 



J Storck fcL.Hugon.Iitli 



GARCINIA HANBURYI KOOK. f. 



GUTTIFfcRES 

GARCINIA GAUDICHAUDII n. et triana 

Mnn. GutHf., p. 202. — G. Morella : de Lanessan. Mem. Garcinia, p. 64. 



Annam : cana ; vang nghe 

Bab. - Cette espece habite les provinces de Binh-Thuan, do Bienhoa et de Tayninh (Herb. Pierre, n" 92 1268 • 
4955 et 3639). Elles etend au nord-estjusqu'a Hue [Gaudichaud, n« 96 in herb. Mus. Par.] 

Lcs jeunes rameaux sont opposes, arrondis et greles. Les feuilles sont longuement petiolees, ovales ou elliptiques- 
oblongues, aigues on obtuses a la base, terminees an sommet par une pointe assez conrte, large et obtuse. Elles son. 
pen epa.sses et coriaces. Lenrs petitcs cotes, au nombre de 14 a 16, sont espacees, arrondies et unies loin de la marge. 
Elles sont e evees sur lcs deux faces. Les lleurs males sont axillaires ct disposees au nombre de 1-8, le plus souvent au 
nombre de trots. Lenrs pedicelles sont assez courts. Les fleurs hermaphrodites sont sessiles et prcsque toujours solitai- 
res Lcs sepales sont persistants, orbicu.aires, concaves, multinerves. lis sont plus grands dans la deuxieme serie et 
denteles sur lesbord, Les petales sonteiliptiques-oblongs, concaves, plusgrands que les sepales, beaucoup plus epais, 
c arnus e jaunatres. Les etamines de la fleur male sont groupees au nombre de 10-25 surun receptacle tetragone 

tinctsl 3 fT' , C °7T SOmmet - LCS filCtS "^ tr6S C0UrtS - LCS •»**"" ° nt — cntdesloges cireulaircs, indis- 
tmc es ou confluentes. Ces logcs sont rarcment ascendantes le long du connectif avant de devenir eireulaires. II n'y a 
a de rudnnent e ptstd. Dans .a fleur hermaphrodite, on compte 13-19 etamines et le plus souvent 16 a 18. E les 
- porteespardes filets hbresau sommet d'unanneauhypogyne.Leursantheres different sensiblement deeelles de, a 
plante male.Leurs loges sont souvent tres distinctes. Legynecee est globuleux, lisse, reconvert par un stigmate sessile 
treseharnu. Cc ;Stl gmate, si.lonne a ,a base, a quatre lobes bien distincts au sommet. Chacun dL ported gtnd - 
proemmcntes. L We a quatre loges uniovu.ees. Le fruit est une baie ronde contenant 1 a 4 grainl II est eouronn 

d'unmillin, 1/2 -,a base. l^l^u^^^Z^ 7 T, *? "f^ '^ ^ UM ^^ de 2 ^ au «>°™ <* 

2 -niHin, . /2 , la base . Les spates Jom lo^^ tg^I T^m m M^ 3^^" t d ^ ."' .!^7 *° M ^ "•*«»«« ** 

largesde Gmillim. dans ladenxifeme. Les pernios sont Ion-* e t la 2s d 6 7 m fl it h ' , 7, "T^ ^ "* SOnt i0 " gS de ** miUim - et 
avons dit qne le nombre des famines etaif Ires variab h„ | , n " n SS °' U ^ d ° ^ "^ ^ S Va " [hk ^ Nous 

lement, il est vrai, ainsi one nons 1'avons dit pin Sj Z2 ," * T T"* "'"^^ da " S la fo ™ e *» ■"**«. Genera- 

sont eonflnen.es que sur nn e6,e et dis.antes de 1'an.re Q la o on eTvT M ,"" ^ T^*' ^ ^ f < UeI <~ s ' '<» *>*» - 
aseendantes et ecartees le long du connectif. Dans la fleur femelle c noll-n, T "" A ™ mamt C "' CuIaires au sommet «I«'»Prt' avoir e.e 

formes, rotiformes, del.ordes. as,,,„l„„,s ,., ,,„ ,„ , / ' " fT ^"P* 1 "* ™» n «»°- °« voit des antheres obliques, reni- 

mais plusieurs fois pins longs qne les an,!,,,,.. ,,,!,,-,, . , " m ' , "ertlw "° n T- " "^ qU6 ranneaU hyPOgyDe qi "' ' 6S P° He 

cee, snrtont qnand la flenr est jenne, est snrmonte d'nn stvl^ros onrte ' ' , ^ S0UVenl " * "" aV0 ''' ement d ' U " e de ' eUrS l0 ^ S - Le 8^ 

M g .andes pins larges qne cellos dn centre et fel.ement J^'^^^^IZ^*^ *^ ml *^ ^ 

da e 7 ' S ; n . St ' gma,e Ct SCS antWrcs n ' ont a ^une ressemblance avec la forme qu'ont ces or^anes 

ans cet Onl. dtstntgucra du G . ft* par des feuilles plus membraneuses, des fleurs 1 Jl Z' 

sont pas euncformes, scs antheres sont port.es par des filets plus longs et n'affectent pas mutes la forme cL"- 
Lc G. Gdiulicliiunlii fournit une e^cellentp onmmn mitt,, rn 5 ( 

II est s.ngulier qu'a Ccvlan, un des noms du G. Morella, soit d'apres M Thwaites ran* on.nl 
fer la eomme entto „,i„ i peut aussi f I ue la race ne § re ' cell e qui e.xploite le 



EXPLICATION DES FIGURES DU G. GADD1CIIAUD1I PL. ET TRIANA. 

PLAIMCHE 75 

Ramoau dela plante male. 

— fern oil e. 

— portant dejeunes fruits. 

— des fruits murs. 

\ . Flour male apres l'an these '"- . 

2. Jeunefleur mluile a raudroc^e-^r-. „ . .. 

3. Formes diverges diamines ,le la (leu,- male. Los formes ordinaire* son! a, b, /, „. K i. Les lettres J, e, j, k, represented celles qu. son! les 
plus rares. 

\. Boulon do la flour femelle - 1 ?-. 

;;. Fleur femelle privee d'uuc parlie da periauthe -'" . 

(i. Coupe Jouuiludiuale d'uuejeime . lour femelle '" -. 

7. Formes diverses d'elamiues : a, b, r, d, e, do la (lour femelle T . 

8. Formes diverses r<, />, c, d, du sligmale '," . 

9. Coupe tran sversale d'un ovaire \° . 




3iNrA gaudich iTriar 



ENUMERATION DES ESPECES DL GENRE GARC1NIA 



La determination des especes propres a I'Indo-Chine m'a conduit a an exaraen a pen pres complct dn genre 

Garcinia. Comme ces plantes sont tres mal representees dans les Musees, j'ai tenu a donner iei la plus «rande par- 
he des figures de celles dont l'analyse a ete possible. Plus tard je continuerai ces reeherches. Neanmoin. 
ce travail, tel qu'il est actuellement, aura quelque utilite. 

Non seulement prescp.e toutes les especes connues ont un fruit comestible, mais uncertain nombre produisenl la 
gomnie-gulte, et toutes offrent de l'interet pour leur hois, leurs ecorces tinctoriales. et I'huile el les produifc 
amylaces que contiennent leurs graines. On retirerait de celles-ci le Kola-bitter de Fernando-Po, matiere qui 
dapres des analvse, recentes, contiendrait des propriety assez voisines de celles de la noix de Kola (Sterculia 
anonmata Jieaw.j On voit que ces arbres, encore pen connus, meritent 1'attention des colons europeens 

Le nombre des especes, evalue en 1873 (Hooker, f. Fl. Brit. Lai. I. 239; a une cinquantaine, s'eleve au- 
jourdlnu a U9. J a. di. en ereer quelques-unes, presque toutes originaires de llndo-Chine et de la 
Malaisie. Mais ce genre s'augmentera encore quand on aura acheve l'exploration, non seulement de ce. der- 
n.eres contrees, mais aussi de l'Oceanie, de la NouveJle-Guinee, de Madagascar et de 1'Afrique. On n'en connait 
encore aucune partieuliere a lAmerique. 

J'ai compris dans le genre qui nous occupe le Discostigraa de Hasskarl el le Xanthochymus de Roxburgh 
le prem.er reun. en 1862 par MM. Bentbam et Hooker, le second par M. Kurz en 1870. II net pas inutile 
de remarquer eependant que les trois sections Teracentrum. Rheediopsis e. Xanthochvmus. etablies pin, loin 
sont pourvues dun receptacle discofde et rumine present dans les fleurs des deux sexes el qui fait defaut dan< 
les autres sect.ons. Ce disque ou receptacle rumine se retrouve dans le Rheedia et relie ce genre au Garci- 
nia dont d ne d.flere plus que par le calice dimere et par des etamines implantees sans ordre apparent <m- 
toute la surface du receptacle, au lieu d'etre plaeees en une seule serie ou en faiseeaux dhtincts 

Je na. pas groupe les especes en sous-genres ainsi que 1'avait fait Choisy, car il ne me semble pas possible 
de pouvoir en fixer des Iim.tes bien distinct*. J'ai prefere les ranger par sections a l'exempl, de MM. Triana 
et Planchon. Les differences si caracteristiques el si nombreuses dans les espkvs de ee uenre polymorphe 
son rendues ains. beaucoup plus evidentes. Mais en adoptaul eet arrangement, j'ai etc lo.iquem'nt eon lui, 
a augmenter le nombre des sect.ons. Ce sera d'ailleurs un moven facile pour retrouver les especes 

Elles out toutes des antheres pourvues de deux loges dont les formes sont tres variables. Ce caractere ma 
paru tres utile pour ('arrangement des sections. Ces formes sonl les suivantes ■ 
4° Antheres i loges globuleuses ou ovale ecartees ou rapprochecs el dehiscentes par une courle fente api- 

^zrsiX"'':; ZX::;: 8 T ° - • *****> x " M > « *~*~ «^ 

* Antheres a loges un pen recourbees au dehors ou non recourses, introrses ou extrorses. oblongues ou rap- 
'";;;;• !~ < ".Mantes, dehiscen.es par une fente longitudina.e: />,„,,/,,„„, Eckhmtiym : PeltottujnL 
6«W w „, w; Uuov*,,,,-,,,,,: Splarroeealnon; Mangottana; (lynegonia ; Kirm: TagmanlLr. CollanLa ■ 

t^^l^^XlT' """ ' **"*' *•**> C^'E*^; 

3- Antheres a loges laterales ou extrorses, souven. lineaires on distantes, separees par an large connectif et for- 
mat quelquefo.s, par cartement de leurs valves, 2-4 Relies plus ..a n! distincle '< ■ V. ,,-osfil • 

Dtdymadenia; Rhinosligma; Tetroclinia ; Oxycarpm. -omaromgma, 

i« Antheres a loges separees par un large connectif et quelquefois ascendantes le long de ce connectif, avanl 
de devemr circulaires : Hebradendrou. 

1 l Ut t h h ' reS ! 1 , 0geS P Ius ; eursf ^ '-epliees sur elles-memes, en damier on circulaires: Ripidionanthera. 

6 Antheres a loges ou logettes ecartees, diversement contournees e. portees assez souven. ehacune par un 
embranchement du connectif : Campilanthera. uiacune pai an 

Les sections que je viens d'enumerer sont etablies d'apres la longueur des sepales par rapport aux petales • 
.pros la d.spos.t.on des etamines sur le receptacle ou a la base du gynecee : 'lapr's le nombre de o de 
1 ovaire et d'apres la forme du stigmate. du fruit et des graines. < 

I. TERACENTRUM 

J^^tV™^ ST^ ^^ ^ ^ ^ « n «™aphrodite, aniseriees e( fibres a la base du 
ceptacle Celui-c. est hemispherique, cbarnu, a peine rumine et non lobe. II esl annulaire el forme 

u, bourrelet a la base de 1'ovaire. Les filets sont entierement fibres. Les antheres sonl bvales, a deux loges 

indorses, inegales, legerement recourbees en dehors. On compte 2 loges a 1'ovaire. 

I— Garcinia Livingston!. T.Andertinjourn.Hnn. t oc.IX.,i63; — OtwerFl7YoaAfri»,t iuk H .kii.r»f ■ ■ ,- , , , 

SSKT^Lt"-^-^ ":'-":' -*?•■* ^^-^Sisri 

'"'-• Hub. i „_.,,,..,,. ,i, ; . N .. rameauxso ni irrose . irrom s. I^sionno. ramao ,„. .., • . ,. . .„ ' 



4J« . Ses rwneau, sont gros et arrondis. Lesjeunes rameaux ne portent qu'une paire de feuilleset s 
...eUees, e U.pUques-oblongues, cun6ifom.es et obluses a la base, obovees et terminees an somm.t par un 
sont epa, ses et conaees. Leurs petrtes cotes, au nombre de 32 environ, a.leigoent pr.squ, I, l„„,l ,lu b IU | , Elle' son. 
pacees, reheea par des veines trausversales, fortueuses e. egalement elevees sur les deu, pages I ,- lieu,- nrUeVe, en.ebe 



— I! — 

sont groupees sur de gros bourgeons ou noeuds tres courts, a l'aisselle des feuilles. Les sepales sont orbiculaires, concaves, a peu pres d'egale dimen- 
sion, (2 mm. sur 2 mm.) multinerves, coriaces et persistants. Les petales, trois foisplus grands que les scales, sont aussi orbiculaires, concaves, multi- 
nerves, mais peu epais. lis sont souvent au nombre de 5. Les famines sont an nombre de 24 environ. Elles forment une ou deux series au pied d'un 
receptacle central et charnu dans la fleur male, circulaire et peu eleve" dans la fleur femelle on hermaphrodite. Leurs filets sont libres, greles, plus 
longs quele receptacle. L'ovaire biloculaire est lisse. II est termine par un stigmate convexe, a peine lobe et presque sessile. Le fruit (ech. Barter 
n. 848) est ovale, un peu sillonne entre les deux graines, couronne par le stigmate et mesure 10mm. sur 10 mm. Ses graines sont longues de 8-9 mm. 
et ont un diametre de 5 mm. environ. Elles sont apiculees aux deux poles, la partie superieure representant la gemmule, la partie inferieure la racine 
ouaxe radiculaire. 

C'est avec doute, que je rattache les echantillons de Barter (n. 848, Niger exped.: Pentadesma) au G. Livingstoni, car les feuilles y sont plus larges 
et ovales. Cependant les examines et le bourrelet disco'idal de la base du fruit sont bien ceux du G. Livingstoni. 

Cette espece merite d'etre classee a part des Xanthochymus, par le nombre tetramere de ses scales, par ses famines non distributes en fais- 
ceaux et par son disque non lobe et a peine rumine. Ses etamines sont aussi libres et ses antheres a loges in^gales et recourbees de Mangostana, ne 
permettent pas aussi de la confondre avec les Xanthochymus. II faut aussi remarquer que ses etamines nesont pas implantees sur le disque comme 
dans les Rheedia. 

II. RHEEDIOPSIS 

Fleurs des deux sexes fasciculees et axillaires, tetrameres. Etamines portees par des filets seulement soudes a 
leur base, disposees en faisceaux aux quatre coins d'un receptacle de Xanthochymus, plane, rumine ou pyra- 
midal dans la fl. male. Leurs antheres sont ovales, a 2 loges ecartees et introrses. Dans la fleur hermaphro- 
dite, leurs faisceaux sont separes par les lobes du receptacle. Ovaire a 2 loges. Stigmate bilobe, sessile et con- 
vexe. 

2. — G. ovalifolia Oik. hi. Trap. Afric. 1. 166. Celte espece habite la region du Niger dans l'Afrique occid. (Barter, n. 807 . Herb. Expos, 
colon., n. 183. Ojoli. U'tchiousa). Rameaux a peine tetragones ouarrondis, munis de une a 3paires de feuilles. Celles-ci longues de 17-18 cent, (petiole 
de 15 mm.) sont larges de 3-4 cent. Elles sont oblongues ou lineaires-oblongues, lanceoiees aux deux extremites, aigues a la base, terminees par une 
pointe largement obtuse. Elles sont epaisses, coriaces, luisantes en dessus, pales en dessous. Leurs petites cotes, au nombre de 30-40, s'etendent jus- 
qu'au bord en s'arrondissant ; elles sont fines et elevees sur les 2 faces. Trois ou 4 nervuresparalleles et plus courtes, assez elevees, unies par des veines 
transversales et irregulieres, occupent l'intervalle de chacune d'elles. Les fleurs males et femelles au nombre de 6 environ, sont groupees sur un 
court bourgeon axillaire. Leurs pedicelles sont larges de 5 mm. 1/2 dans la fleur male et de 6-8 mm. dans la fleur. Les sepales sont au nombre de 
4 dans la premiere serie, longs et larges d'un millini. 1/2 et de 2-3 mm., dans la seconde. lis sont suborbiculaires, coriaces, epais et membraneux 
vers le bord. Les petales, longs de 4 mm. sur 3 mm. 1/2, plus grands et moins epais que les sepales, sont orbiculaires. Les etamines sont souvent 
libres jusqu'a la base, ou portees sur un tronc tres court et dans les deux cas, groupees au nombre de 3-4 en face de chaque petale. Leurs filets 
sont longs et raides etun peu plus courts que les p6tales. Entre leurs quatre faisceaux, s'etendau centre de la fleur un receptacle disco'ide rumine et 
quadrilobe. Les antheres sont ovales a 2 loges un peu ecartees de Discostigma. Les fleurs femelles sont inconnues. Le fruit a 1 5 mm. en hauteur et en 
diametre et couronne par un tres petit stigmate a peine lobe. II contient 1-2 graines suboblongues, presque cylindriques, ou a peine deprim6es 
du cote du hile. Elles ont 6-8 mm. de diametre sur 10-12 mm. de hauteur. 

Ne serait-ce pas une des especes fournissant le Kola-Bittvr de Fernando-Po et de la region du Niger ? La graine est peu amere et feculente. 

3.— G. Polyantha, Oliv. F. Trop. Afric, 166. Habite File Fernando-Po et la region du Niger, dans l'Afrique occidentale. Mann. 488-58 *; 
Barter, n. 3,293. Rameaux a peine tetragones. Feuilles longues de 22-24 cent. 1/2 (petiole 16-18 mm.) larges de 8-9 cent. Elles sont elliptiques- 
oblongues. obtuses a la base ou arrondies et subitement terminees par une pointe subaigue ou obtuse. Elles sont epaisses, tres coriaces, munies de 
32-36 petites cotes atleignant le bord du limbe el elevees sur les deux faces. Une ou deux nervures paralleles, moins longues, mais elevees, courent 
dans l'intervalle de chacune d'elles. Elles sontreunies par des veines transversales, espacees et proeminentes sur l'une et l'autre face. Les fl. a" et >P 
sont portees par des pedicelles longs, dans les premieres, de 11 mm. et dans les secondes, de 21-22 mm. Les sepales, d'inegale longueur dans les 
deux series, son t orbiculaires concaves, multinerves, coriaces et scarieux sur les bords. lis ont, dans la premiere serie, 2 mm. 1/2 de long, et de 
large, et dans la seconde, 3 mm. 1/2-5 mm. dans Tun et l'autre sens. Les petales longs de 3 mm. 1/2-5 mm.,et larges de 1 mm. 1/2 a 4 mm. 1/2 
sont elliptiques, oboves, multinerves et membraneux sur les bords. Chaque faisceau diamines porte 5-7 etamines. Leurs filets, unis tout pres de la 
base sont longs et greles. Leurs antheres sont ovales, a deux loges peu ecartees et dehiscentes longitudinalement. Le receptacle est plane, bossele et 
quatrilobe. II existe aussi, en forme de mur, entre chaque faisceau stanimal au pied du gynecee. L'ovaire est lisse, biloculaire. Le stigmate est ses- 
sile, convexe et a peine bilobe en bas. Le fruit jeune a 12-15 mm. en hauteur et en diametre. II contient 1-2 graines. 

Cette espece a tout a fait le receptacle plane et lobe sur le bord d'un Xanthochymus. 

4.— G.Barteri, Oliv. Fl. Trop. Afric. 1. 166. Celte espece habite la region du Niger. (Barter, n. 1830). Jeunes rameaux a peine tetragones. 
Feuilles longues de 14 cent. (pet. long, de 6-7 mm.) larges de 4 cent. 1 /2, cuneiformes a la base, obovees et subitement acuminees, peu epaisses et 
coriaces. Leurs petites cotes, au nombre de 24, sont ascendantes, peu elevees, a peine distinctes en dessous et reliees par des veines tres fines et trans- 
versales. Les pedicelles de la fleur male, longs de 19 mm. sont groupes aux aissellcs des feuilles. Les sepales sont longs de 2 mm. 1/4. dans la pre- 
miere serie et de 5 mm. dans ladeuxieme. lis sont orbiculaires, concaves et membraneux. Les petales sont aussi orbiculaires et concaves, mais epais- 
sis vers la base et ont en longueur et en largeur 4 mm. Les 4 faisceaux staminaux opposes aux petales, ont chacun 5-4 etamines toutes portees par des 
filets raides, subuies, tres longs et presque entierement libres jusqu'a la base. lis sont, en partie, implantes dans le receptacle. Celui-ci est pyramidal, 
tres rugueuxet presque aussi long que les etamines. Les antheres sont ovales, a 2 loges peu ecartees et dehiscentes longitudinalement. Elles tiennent 
a la fois des Discostigma et des Mangostana. Les fleurs femelles et le fruit sont inconnus. Cette espece est bien de la section Rheediopsis. Son recep- 
tacle pyramidal, unique dans cette section, lui donne un caractere bien distinct (Voyezpl. 89). 

5.— G.Huillensis Welw. Oliver. Ft. Trop. Afric. I. 167. Habite le sud de la cote de Guinee (Wehvitsh, n. 1051). Jeunes rameaux tetra- 
gones. Feuilles longues de 7-8 cent., larges de 3 cent. 2 mm., avec un petiole long de 1-2 mm. ovales, elliptiques, aigues a la base, obtuses au sommet, 
tres epaisses et coriaces. Leurs petites cotes, tres elevees sur les deux faces, sont, au nombre de 16-24 tres ascendantes, souvent fourchues, avant 
d'atteindrele bord du limbe. Leurs fleurs femelles sont au nombre de 3-4, courtement pediceliees, axillaires ou terminates au sommet d'un tres court 
bourgeon ecailleux. Leurs pedicelles sont egalement tres courts. Les sepales et les petales sont au nombre de 4. Les deux sepales anterieurs sont 
opposes et les autres pieces tant du calice que de la corolle seraient imbriquees. Les fleurs males sont inconnues. Les fleurs femelles auraient un 
ovaire a 4 loges sans trace d'etamines a leur base. Le stigma serait hemispherique, pelte et sessile. Le fruit est inconnu. 

J'ai decrit cette espece d'apres M. Oliver, car je n'ai vu aucune fleur sur l'echantillon du Museum de Paris. Je la place done, avec doute, a cote 
des Rheediopsis, dont elle ale facies. 

6. — G.Smeathmanni. Oliv. Torp. Africa 1. 168. — Rheedia Smeathmanni. PI. et Triana. Mem. Guttif. 157. Habite la cote de Guinee, 
Sierra Leone. (Smeathmann, ann. 1785 in herb. Thouin, nunc Cambessedes). Les rameaux sont arrondis. Les feuilles sont longues del6a 22 eentim., 
larges de 8 cent. 1/4, portees par un petiole long de 21 millim. Les fleurs sont courtement pediceliees, inserees en grand nombre sur des bourgeons 
axillaires et ecailleux. Les pedicelles sont filiformes et de meme longueur que le petiole. Les sepales sont au nombre de quatre et suborbiculaires. 
D'apres M. Oliver, la forme des antheres indiquerait que cette espece pourrait etre le Xanthochymus guineensis Don. MM. PI. et Triana, emettent la 
meme probabilite. 



— Ill — 

7.— G. sp. Olivier, Fl. Trop. A fric. 1.169. Cette espece habile les montagnes du Gabon {Mann. 1713). C'est un arbre de 30 pieds. Ses 
feuilles sont larges, coriaces, oblongues-elliptiques, legerement et finement acuminees, longues de 21 centim., larges de 11-14 centim. Leurs 
petites cotes sont tres elevees. Le petiole est long de 7 millim. Les branches sont denudees au sommet et subflagelliformes. Elles sont couvertes de 
nodosites et au sommet de celles-ci, l'echantillon ne contient que des bourgeons (feuilles ou fleurs) peu d6velopp6s. 

III. XANTHOCHYMUS 

Inflorescence axillaire ou terminate. Fleurs des deux sexes groupees sur un bourgeon tres court, arrondi ou 
tetragone, rarement allonge, et spiciforme. Elles sont presque toujours pentameres. Les etamines sont disposees 
au sommet de cinq faisceaux opposes aux petales. Leurs antheres biloculaires, presque rondes et ecartees, ont deux 
loges de Discostigma. Le receptacle discoTde, central dans la fleur male ou presque central, est hypogyne dans la fleur 
femelle. II est partage a la peripheric en cinq lobes distincts. L/ovaire contient 2 a 5 loges. II est termine par un 
style plus ou moins allonge ou distinct, partage au sommet en autant de lobes stygmatiques qu'il y a de loges a 
l'ovaire. 

a. Inflorescence anillaire. 

8.— G. Xanthochymus. //. F. Fl. Brit.lnd. 1.200. — Kurzl<LBrit.Burm.i,93.— H. Baillon. Hist, des plantes. Clmiace.es. p. 402.— 
Xunt/inchyiniis pictorius Fioxb. Coram. PL IF 51 . /. 196. — X. tinctorius. D. C. Prod. 1,562. — Habite l'Inde continental, le Bengale oriental el la 
p^ninsule malaise. Arbre de 12-18 metres. Rameaux tres gros, franchement tetragones et glabres. Petiole long, de 18 a 22 millim., glabre. Les feuilles 
sont longues (en comprenantle petiole) de 24-33 centim., larges de 7a8 centim. Elles soul lineahes-oblongues ou oblongues-lanc6ol6es, terminees par 
une courte pointe. Elles sont obtuses ou arrondies a la base, epaisses, tres coriaces et glabres. Leurs petites cotes sont au nombrede 32 a 40, ascendantes. 
parralleles, arrondies, conlluentes pres de la marge et tres accentufies sur les deux faces. Une ou deux nervures, souvent moins longues et aussi 
fortes, courentparallelementdans l'intervalle dechacune d'elles. Les fleurs hermaphrodites sont fascicules, au nombre de 4-8, sur de courts et gros 
bourgeons axillaiivs H reailleux. Les pedicelles sont longs de 2 centim. a 3 centim. 1/2. Les sepales sont au nombre de 5, graduellement plus 
grands et moins opnis du dehors en dedans. Us sont suborbiculaires, concaves, multinerves, glabres, mais eilies sur lesbords. Les plus exterieurs sont 
longs et larges de 6 millim. Les plus interieurs, beaucoup plus membraneux, sont longs de 7 mm. 1/3 sur 7 mm. de largeur. Les petales, un peu plus 
grands que les sepales, sont courtemeni pedieules, orbiculaires, niembraneux, multinerves el legeremenl eilies. lis ont 9 mm. delong. sur 9 mm. de 
large. Les faisceaux staminaux. opposes aux 5 oelales, sont de la longueur de l'ovaire et contiennent de 3 a 10, le plus souvent 3-5 etamines. Leurs 
filets plus ou moins longs sont aplatis. Les antheres sont suborbiculaires et emarginees aux deux extremites. Leurs deux loges longitudinales 
et ecartees sont introrses. Elles sont certainement fertiles. Entre chacun des faisceaux staminaux il y a un receptacle hypogyne rumine, dresse" et 
charnu. Le gyn6c6e est globuleux. termine" par un style plus ou moins allonge, long le plus souvent de un mm. 1 /2. II est partage en 3-5 lobes stigma- 
iiques 6tales, arrondis et glanduleux. L'ovaire presque lisse, contient de 3 a 5, le plus souvent 5 loges uniovulees. Dans la fleur male, il y a, au 
centre d'un receptacle lobe sur les bords et rumine, un rudiment de gyn6c6e. Le fruit est une baie longue de 9 cent. 1/2 avec un diametre presque 
equivalent. 11 est termini par un tres court prolongement stylaire, 3-5 lobe au sommet, long de 2-3 millim. Les graines sont au nombre de 1-5. 
Elles sont allongees et un peu amincies vers le bile. 

Cette espece est tres voisine du G. Vilersiana. Elle s'en distingue par des feuilles plus epaisses, plus souvent obtuses qu'arrondies a la base ; 
par des pedicelles plus longs et glabres ; par des sepales glabres sur les deux faces ou simplement eilies ; par le nombre de ses examines, s'eievant sur 
chaque faisceau, de 3 a 10 ; par la dimension de ces faisceaux, toujours plus longs que les lobes du receptacle ; par un fruit beaucoup plus gros, non 
aminci a la base et pourvu d'un prolongement stylaire moins long. Les rameaux sont aussi toujours glabres et les lobes de son receptacle ne sont pas 
dans la fl. tf lateralement caverneux comme dans le G. Vilersiana. 

Cet arbre fournit une gomme de peu d'ulilite. Cependant son ecorce pourrait, je crois, etre ulilisee en teinture. (Voyez pi. 71. A). 

9. — G. Vilersiana. Pierre. [Voyez pi. 71). 

10. G. spectabilis PIERRF. Beccari, w. 2,966. Cette espece habite Borneo. Ses rameaux sont Ires gros, tetragones et ont un diam. de 15-20 mm. 
Ses feuilles sont longues de 66 cent. (pet. longs de 4 cent.), larges de 15-17 cent. Elles sont lineaires-oblongues, obtuses ou arrondies a la base, lan- 
ceolees et obtuses au sommet, munies de 54 petites cotes environ, resumes a 2 mm. de la marge et reliees par des veines tres fortes et transversales. 
Les fleurs femelles sont disposers au nombre de 5-6, au sommet d'un gros bourgeon axillaire, long de 5-10 mm. Leurs pedicelles, longs de 26 mm., 
epaisde 3 mm. 1/2, sont pubescents. Les sepales longs et larges de 10 mm., graduellement plus grands et moins epais, sont imbriqu^s, orbiculaires, 
concaves, pubescents en dehors. Les etamines de la 11. ^ sont au nombre de 25, disposees au sommet de cinq faisceaux staminaux opposes aux 
p6tales. Ces faisceaux sont 2-3 fois plus longs que les cinq lobes du disque rumine, place entre chacun d'eux. Le pistil est termine au sommet, par 
un style long de 4 mm., et partage en 5 lobes stigmaiiques arrondis. Son ovaire est compose de cinq loges uniovuiees. Les fleurs males et le fruit sont 



Cette espece se distingue du G. A ndcrsoni par les extremites lanceolees des feuilles, par des cotes plus fortes et plus nombreuses, par des fleurs 
groupees sur un gros bourgeon court ou presque sessile, enfin par des faisceaux staminaux plus longs. 

1 1 . — G. Andersoni. /. D. Hooker (Voyez pi 72). 

12. — G. brevipes. Pierre. Cette espece habite Borneo. [Beccari, n. 687). Ses rameaux sont tetragones. Le petiole est long de 10-15 mm. et epais 
de 6 mm. 1/2. Les feuilles sont longues de 36 cent, et larges de 13-14 cent. Elles sont elliptiques oblongues, subitement acuminees et terminees 
par une pointe aigue longue de 15-20 mm. Elles sont cordees a la base ou arrondies, parcheminees et a peine coriaces. Leurs petites cotes sont au 
nombre de 36-40. Elles sontparalleles, tres espacees, a peine ascendantes, arrondies et confluentes tout pr&s du bord. On compte dans l'intervalle 
de chacune d'elles, 1-3 nervures moins longues, mais presque aussi elevees et parralleles. A l'aisselle des feuilles, on trouve plusieurs bourgeons 
longs de 2-3 mm., couverts d'ecailles bracteiformes rappelantle mode d'inflorescence des especes de cette section. 

Par ses feuilles cuspides, de consistence parcheminee, par le grand espacement de leurs nervures, par la forme cordee qu' elles arfectent et par 
leur petiole tres court, cette espece estcertaiiienieiil dislincte des G. spectabilis et G . Andersoni. 

13. — G. petiolaris. Pierre. Habite Sarawak, dans lilede liorneo. [Beccari, n° 1 ,1 15). Ses rameaux sont tetragones et tres anguleux. Ses feuilles 
longues de 6-9 cent. (pet. 18-20 mm.) et larges de 12 mm. a 3 cent. 1/2. Elles sont ovales-oblongues ou oblongues-lanceolees, aigues a la base 
et terminees au sommet par une pointe courte et obtuse; elJes sont epaisses, tres coriaces, brillantes en dessus, vernissees en dessous, munies de 
24-28 petites cotes et d'autantde fausses cotes, plus elevees en dessous qu'en dessus et reliees transversalement par des veines espac6es, irregulieres 
et peudistinctes. Les fleurs males sont inconnues. Les fleurs femelles sont inserees sur de courts bourgeons axillaires, portees par des pedicelles 
longs de 5 mm. et epais de 2 mm. Les sepales, situes le plus en dekors sont longs de 4 mm., et larges de 5 mm. Ceux qui sont le plus en dedans 
sont longs de 6 mm. et larges de 7 mm. lis sont au nombre de 5, imbriques, orbiculaires, concaves, epais, coriaces et eilies sur les bords. Petales?... 
Les etamines sont au nombre de 3-4, situees au sommet de 5 faisceaux opposes aux petales, quelquefois bifides ou partages jusqu'a leur base. Les 
faisceaux sont a peine plus longs que les cinq lobes du disque rumine avec lesquels ils alternent. L'ovaire est globuleux, lisse et contient 5 loges. II est 
termine par un style gros, assez allonge et couronne par 5 lobes stigmaiiques, etales et arrondis au sommet. Fleurs males et fruit incon- 
nus. 

Cette espece est bien caracterisee par la forme de ses feuilles et par la longueur du petiole. Elle se rapprocke par le facies, du G. Thwaitesii. 



— IV — 

14. — G.dulcis Kz. in FL Brit. Burm. 1 . 92. — Xanthochymus dulcis Roxb. Coram. PL tab. 270. — Wight. Jeones tab. 192. — Choisy. Gutt. 
Indep. 32. — Miguel, fl.lnd. BatavA,WS.—V\. etTrianaMem. Gutif, p. 149.— Garcinia elliptica Chois. in Dc. prod. 1,561. non Wall. Cat. 4869.— 
XutU/ioclnjmuxjurannisiss ill. Bijdr.y. 210. — Slalagmitis duh-is. CambessMem. Mus. XVI. p. 392-425. Habite Java : Vulgo: Mondo ou Moendoe (Per- 
rotet. Labillardiere) ; Timor. (Guichenot) l'lle Bouton (Labillardiere?) Jeunes rameaux tetragon esjaunatres, vernissEs. Feuilles longues de 11-21 cent, 
petiole 2 cent, larges de 3 cent. 1 /2-8 cent, oblongues ou elliptiques oblongues, lanceolees, terminer par une pointe courte et obtuse au sommet, obtuses 
arrondies, ou rarement cordees a la base, brillantes en dessus, pales en dessous, parcheminEes et lEgerement coriaces. Leurs petites cotes au nombre 
de 28-30, ascendantes et tres fines, sont unies et arquEes pres du bord. Elles sont visibles sur les deux faces, de meme que leurs veines transversales. 
Leurs fleurs males et femelles, tres nombreuses, sont fascicules au sommet d'un tres court bourgeon axillaire et Ecailleux. Les pEdicelles longs de 5 
a 1 1 mm. sont plus longs que le bourgeon floral. Les sepales, au nombre de 5 (rarement de 6) sont orbiculaires, concaves, charnus, membraneux, glabres, 
ciltes sur les bords. Ceux qui sont le plus en dehors, ont 4 mm. sur 3 mm. 1/2 et ceux qui sont situ6s le plus en dedans, ont 5 mm. 1 /2 en hauteur 
et en largeur. Les 5 petales (6 mm.-9 mm. sur 6 mm. 1 /2 a 10 mm.) sont plus grands et plus orbiculaires que les sepales, membraneux et glabres. 
On compte dans la fleur femelle 16 famines environ, distributes au nombre de 2-4 sur chacun des 5 faisceaux. Le nombre s'eleve de 40-50 dans la 
fleur male, soit par faisceau, 5-10 etamines. Les antheres ont deux loges ecarttes, globuleuses et dehiscentes par une fente apicale comme dans les 
Discostigma. Entre chaque faisceau staminal, il y a un disque excave ou rumine, pen eleve, dans les deux sens. Ce disque s'etend presque au centre 
de la fleur dans la fleur male et entoure quelquefois un rudiment d'ovaire, de forme variable. Dans la fleur femelle, ce disque ou receptacle est r6duit 
a cinq lames hypogyneset dressees, plus courtes que les faisceaux staminaux de moitie ou, le plus souvent, de meme hauteur que ceux-ci. L'ovaire a 
cinq loges uniovul£es, il est ovale, couronne par un style quelquefois court ou assez long dans les fleurs plus agees. Celui-ci est partag6 en cinq lobes 
stigmatiques elargis et arrondis au sommet, stales, et glanduleux a la face superieure. Le fruit (hautde 2 cent. 1 /2 a 6 cent, sur 2-5 cent, de diam.) est 
sph6rique,jaune a la maturity et couronne par les 5 lobes du stigmate sessile. Ilcontient 2a5 graines subelliptiques longues de 2 cent, sur 1 cent. 1/2. 

J'ai d6crit cette espece d'apres les echantillons du Musee de Paris et ceux de mon herbier (n° 3 ,384) pris par moi-meme, en 1 864, dans le jardin botani- 
que de Calcutta ou cette espece est cultiv6e depuis Roxburgh. Kurg decrit cette espece comme habitant les lies Andamans. Je n'ai pas vu ses echan- 
tillons, qui n 'existent ni a Rew ni a Paris. En tout cas, si cette espece existait la r^ellement, elle serait la seule du genre, occupant une aire gtegra- 
phique tres £tendue. 

15.— G. Thwaitesii Pierre. — Xanthochymus ovali folius Roxb. var. B. in Thwaites. Eniun. plant. Zeylanix p. 50. — Xanthochymus lan- 
ceolatus Thwaites C.P. 731. inherb. Mus. Paris. Habitel'mte>ieiu'del'iledeCeylanaune altitude de 3000 pieds. Rameaux tetragones. Feuilles longues 
de 7-14 cent, (petiole long de 10-12 mm.) larges de 2-5 cent, ovales-oblongues, lanc£ol6es, terminees par une pointe obtuse, aigues a la base, 6pais- 
ses et coriaces, luisantes, contenant 24-30 petites cotes paralleles, unies tout pies du bord du limbe, elevens sur les deux faces. On compte, dans l'in- 
tervalle de chacune d'elles, 1-2 nervures paralleles souvent aussi longues, reliees par des veines irregulieres et transversales, distinctes, bien ac- 
centu6es sur Tune et l'autre face. Les fleurs males et femelles sont groupies autour d'un bourgeon axillaire long de 2 a 5 mm. Leurs pedicelles sont 
longs de 1 mm. 1/2. Les cinq sepales, graduellement plus grands de dehors en dedans, sont imbriqu^s, orbiculaires, concaves, membraneux, ci- 
ii6s sur les bords et glabres sur le dos. lis mesurentdans la-premiere serie 1 mm. 1 /2 de hauleur sur 1 mm. 3/4 de largeur. Celui qui est plate leplus en 
dedans a 4 mm. de largeur sur 3 mm. 1/2 de longueur, Les pelales sont orbiculaires, un peu etroits a la base, multinerv6s, macules longitudinalement, 
membraneux et glabres. lis sont longs et larges de 4 mm. 1/2. Les cinq faisceaux sont de meme ou a peu pres de meme longueur que les petales 
auxquels ils sont opposes. On compte au sommet de chacun d'eux, portees par des filets, souvent tres larges, 6-8 antheres, reiiiformes, a loges 
distantes, globuleuses et dehiscentes, par une fente apicale. II n'y a pas de rudiment de pistil, mais au centre un receptacle peu 61ev6, rumine" et 
troue, separe les cinq faisceaux, par remission de cinq lobes. Fleurs femelles inconnues. Fruit globuleux,lisse, couronne parle stigmate sessile, long 
et large d'un cent. 1/2. 

Un seul fruit existe dans l'6chantillon du Museum de Paris. II est porle par un p£dicellelong de 3 mm., fandisque celui du G. spicata d'apres l'ech. de 
l'herb. Wight n° 546 du meme Musee, a 12 mm. de longueur. M. Thwaites (loc. cit.( ne comprend le n° 731 de sa collection que comme une variete 
du Xanthochymus ovalifolius de Roxburgh. 11 la distingue pourtant, dans la distribution de ses echantillons, sous le nom Xanthochymus lanceolatus. 
II reconnait aussi que cette forme differe de l'espece de Roxburgh par des feuilles lanceolees et acumin^es, tandis que celle-ci a constamment des feuil- 
les ovales et arrondies aux deux extremity. Mais je distingue aussi le G. Thwaitesii par des petioles plus longs, des pedicelles plus courts, des scales 
glabres exte>ieurement, des petales cili6s etpar la longueur des filets au sommet des faisceaux. 

16.— G. spicata Hook. f. in Journ. Linn. Soc. London. XIV. p. 486. — G. ovali folia Hook F. FL Brid. Ind. p. 269. — Xanthochymus 
folius. Roxb. fl. ind. 11. 632. — Xanthochymus spicatus. W,etAm. Prod. 102.— PL et Tr. Mem. Guttif. f. 149. — Thwaites Enum. 49. 
proparte — Stalagmitis ovali folius G. Don. —S. Cambogioides. Murray (proparte). Habite Ceylan et la cote occidentale de l'lnde vers Bombay. 
Rameaux telragones, bruns. Feuilles longues de 10 cent. (pet. 5-6 mm.) larges de 2-6 centim., 6paisses, tres coriaces, ovales ou elliptiques, arrondies 
aux deux extremity, munies de 1 5 petites cotes et d'autant de nervures paralleles 6galement elevees sur les deux faces et reliees par des veines bien 
distinctes, transversales et irregulieres. Les fleurs males et femelles sont fasciculeessurun court bourgeon, mais souvent ce bourgeon devient un epi long 
de 12 centim., ne portantque des fleurs males. Leurs pedicelles sont longs de 2 mm. l/2a8 mm. 1/2. Les sepales, aunombrede5, sontcl'in6gald6velop- 
pement, suborbiculaires, membraneux, cili£s sur les bords et pubescents dorsalement. Les plus cxte>ieurs ont 2 mm. 1 /2 de long sur 3 mm. de large ; 
lesinte>ieursont4mm. 1/2 sur 5 mm. Lrsprl;ili'si6-7 mm. de large sur 8 mm. 1/2 de long.) soul plus grands queles s6pales, obov£s, concaves, membra- 
neux et glabres. On compte, sur chaque faisceau, 4-7 examines. Elles soul separees par cinq lobes du receptacle rumin6, occupant le centre de la fleur. 
Pas de rudiment de pistil. Au pied deTovaire, les faisceaux staminaux, 2-3 fois plus longs que les lobes du disque aveclesquels ils alternent, comptent 
chacun 1 a 3 examines porters par des fdets assez longs. On compte trois loges a l'ovaire (Roxburgh), mais dans les Echantillons de Bombay, j'en 
trouve 3 et 4. Le style est Ires court; il est partag6en 3-4 lobes stigmatiques petits, larges et arrondis. Le fruit est globuleux ; il a 1 mm. 1/2 sur 
1 mm. 1 /2.11 est couronn6 par les 3-4 petits lobes du stigmate devenu tout a fait sessile. Je ne connais pas les graines du G. spicata. 

Les 6ch. provenant des Ghatts de Bombay conserves a Rew ont des sepales glabres ou presque entierement glabres. Leurs faisceaux staminaux por- 
tent 14-16 6tamines au lieu de 4-7, nombre qu'ils ont chacun dans les echantillons provenant des cultures du jardin bot. de Calcutta. ( Herb. 
Pierre, n° 3,386). 

a. Inflorescence Ivrmiimlc i)r<t)n> ghmdulcux et a deux loges. 

17. _ G. quadrifaria H. Bn. Hist, des Plantes. Cluslacecs. p. 404. — Xanthochymus'! quadrifarius Oliver. 11. Trop Africa A. 168. 
Cette espece habite les bords de la riviere du Gabon, clans l'Afrique occidentale. Ses rameaux sont tetragones et trfes anguleux. Ses 
feuilles sont trfes espacees et au nombre de 1 a 3 paires sur les jeunes rameaux. Elles sont longues de 8 cent. 1/2 all cent. 1/2 et larges de 
25-47 mm. Le petiole est long de 6 a 10 mm. Elles sont oblongues, obtuses ou subaigues a la base, termin6es par une pointe courte, large et 
obtuse. Leurs petites cotes, au nombre de 14-16, sont tr&s espacees, tres fines et lEgerement proeminentes a la face sup6rieure. Leurs nervures 
interm£diaires et paralleles, au nombre de 1-2, sont tr&s courtes et peu distinctes. Les veines ne sont pas visibles. Dans les deux sexes, les pedicelles 
tres nombreux, longs de 12 a 15 mm. naissent a l'aisselle de bractees ecailleuses et sur les quatre faces d'un bourgeon terminal long de 3 cent. 1/2. 
Les sepales sont au nombre de cinq, imbriqu6s, d'autant plus grands qu'ils sont places plus en dedans. Ils sontoboves, concaves multinerv6s,epais a la 
base,menil>i;uHMi.\ \ers la eircmilVrence, el glabres. Le plus ext^rieur a un 1 mm. 3/4 sur 2 mm. 3/4 ; le plus inte>ieur a 2 mm. de longueur sur 3 
mm. Les pelalesnormalement au nombre de 5, sont quelquefois au nombre de 6 par dtkloublement. lis sont suborbiculaires, epais a la base, membra- 
neux, mult in ( -vs ('■<. i>Kibresetlongsde7mm. sur 5 mm. de largeur. On compte au sommet des cinq faisceaux staminaux opposes aux petales, 8-96tamines 
de Discostigma. Le centre de la fleur est occupe par un receptacle legerement convexe et rumine. 11 forme cinq lobes alternes aux faisceaux. II n'y a pas 
de rudiment de gynecee. Dans la fleur femelle, les Etamines sont solitaires ; elles sont situEes entre les lobes du receptacle hypogyne et portEes sur 
des filets aussi longs que l'ovaire. Le gynecEe est oblong, sillonne et revetu completement de glandes rugueuses comme celles qui recouvrent le fruit 
de V Arbutus Unedo. II est termini par un style groset court, couronne par un stigmate EtalE, bilobe rEflEchi et a surface peu glanduleuse. L'ovaire 
a 2 loges uniovulEes. Le fruit est inconnu. Cette espece a tout le caractere des Xanthochymus. Elle se rapproche du G. spicata par le nombre des loges 
de l'ovaire. Son inflorescence franchement terminale et les glandes qui recouvrent son ovaire et son style, sont egalement tres caractEristiques. 



Y. Especcs peu connues ou douteuses. 

8. — G. macrophylla Miq. in Ann. Mus. Lugd 1. p. 208. — Rhinostigma marrophjlbi. Miq. in FL hid. batav. Supp. \.p. 495. 
Cetle espece habile la province de Lampong, dans l'ile de Sumatra. Les jeunes rameaux sont arrondis et legerement comprim^s. Les feuilles sont 
longues de 33-38 cent. 1/2, larges de 15-19 cent., un peuelroites et obtuses a la base, courtemenl accumin^es et obtuses au sommet ; ovales, ellipti- 
ques ou elliptiques et parchemin^es. Leurs petites cotes sont au nombre de 40, non paralleles. espac^es, eta peine relives par des veines. Les fleurs 
sont, au nombre de 2-3, fasciculees sur de courts bourgeons axillaires. Leurs pedicules sont tres courts. Les s6pales sont au nombre de 5, dont deux 
plus courts sont situ6s en dehors. L'ovaire est tetragoneet suboblong. 11 contient 4 loges. 11 est surmonte' d'un stigmate subquadrangulaire, tres rugueux 
en dessous. On compte a la base du gynecee, 4 faisceaux staminaux, surmontes de trois antheres. Les filets, libres a la base, portent deux 
antheres ?lin£aires, 6troites, et biloculaires. 

L'auteur rapporte cette espece a sa section Rhinostigma, ce qui indique un stigmate rugueux. Or dans les Xanthochymus, aucune espece n'aune 
surface stigmatifere ainsi conformed. D'autrepart, le nombre cinq des sepales indique cette section. J'ai decrit cette espece d'apres Miquel, n'ayant pu 
en voir aucun echantillon dans les Musses de Paris et de Kew. 

19. — G. nervosa. Miq. Ann. Mus. Lugd. I. p. 208; in Fl. Ind. batav. suppl. I. p. 495. Cette espece habite la partie occidental de l'ile de Sumatra, 
vers Priaman et Lubualang. Les fleurs et le fruit en sont inconnus. Ses rameaux sont tetragones ou anguleux. Ses feuilles longues de 33 centim. , larges de 
22 centim., sont ovales-elliptiques ou elleptiques-oblongues, arrondies a la base ou auriculees, acumin^es et obtuses au sommet, parchemin6es, un peu 
coriaces et brillantes en dessus. Leurs petites cotes tres nombreuses, rapprochees, non paralleles, tres elevees, sontreunies enune nervure marginale. 

L'auteur rapproche cette espece du G. macrophylla. 

20. — G. Madagascariensis. 11. Tin Hist, des PL Clusiacees, V . 402. Xanthochymus madaejascariensis, PL et Triana. Mem. Guttif. p. 150. 
Habite Madagascar (Gommerson). Feuilles peliol£es, ovales-elliptiques oulargement elliptiques, legerement obtuses, £margin£es et terminees par un 
petit mucron. Les fleurs males, peu nombreuses, sont disposers en cymes terminales et courtes. Leurs pedicelles sont courts. Les boutons sont ovales 
etaigus. Les sepales sont au nombre de cinq. Ceux qui sont les plus exterieurs, sont enveloppants danslajeune fleur. Les petales sont aussi au nombre 
de 5, a peine plus grands que les scales. L'androcee est formee de cinq faisceaux opposes aux petales, plus courts que ceux-ci et contenant chacun 
15 a 2<) ctamines. Les antheres sont sessiles, extrorses ? elliptiques, biloculaires et dehiscentes par une fente longitudinale. Au centre de la fleur. 
il y a un receptacle fungiforme ou rumine, convexe et courtement pedicule. Les fleurs femelles el le fruit sont inconnus. 

Dans cette espece, rapportee avec doute, par MM. Planchon et Triana, aux Xanthochymus, il y a cette particularity unique dans cette section : le 
receptacle central convexe, a surface rugueuse, serait porte par un petit pied. Or, dans toutes les especes de la section Xanthochymus, le receptacle est 
toujours sessile et lobe sur lescotes. Je regrette de n'avoir pu analyser cette espece que je decris d'apres les auteurs pr6cit6s. Elle devra probablement 
former une section particuliere. 

IV. DISGOSTIGMA 

Fleurs tetrameres, axillaires ou terminales, fasciculees sur un tres court bourgeon axillaire ou disposees en grap- 
pes composees de cymes bipares. Sepales tres inegaux, beaucoup plus petits dans la serie exterieure. Petales plus 
grands, ou egaux, ou plus petits que les sepales deladeuxieme serie, souvent de meme consistence, libres ou soudes aux 
faisceaux staminaux. Antheres occupant une face ou les deux faces des faisceaux. Elles sont sessiles ou non sessiles et 
quelquefois uniseriees. Leurs loges sontle plus souvent globuleuses, ecartees et dehiscentes, soit par une courte fente 
apicale, soit par une fente longitudinale. Elles sont rarement presque circulates et confluentes.Les faisceaux staminaux 
de la plante femelle sont tres courts. lis ne portent que des staminodes ou rarement des etamines fertiles. Ovaire 
biloculaire, recouvert, en partie, par un gros stigmate convexe, a peine bilobe. Graines peltees ou presque rondes. 

« Petales /'/fires. 

21. — G. rostrata. Bth. et Hook. f. in Gen. PL /. p. 1 74. - Discostigma rostratum. HsskL Cat. Plant. Bog or. 213. — Choisy in mem. Soc. hist. 
not. de Geneve, t. 15. p 437, tab. /.-Cette espece habite Java. (Herb. Pierre 4372).- Ses rameaux sont tetragones greles et grisatres. Ses feuilles 
longues de 6-8 cent. (pet. 8 mm.), larges de 2 cent. 1/2 a 3 cent., sont oblongues ou elliptiques-oblongues, lanc^olees, peu epaisses. a peine coriaces. 
Elles sont munies de 40 petites cotes environ, peu elevees en dessus, distinctes en dessous et courant jusqu'au bord du limbe. Ses fleurs * et ^ sont 
au nombre de 3-8 et forment une grappe composee de cymes bipares. Leurs pedicelles sont longs de 12 mm. Les sepales de la serie exterieure sont 
longs de 1 mm. 1/4, bracteiformes, obtus, et concaves. Les sepales de la deuxieme serie. longs de 3 mm. , larges de 2 mm. 1 /2 a 3 mm., sont plus petits et 
moms membraneux que les petales. Ceux-ci sont blancs-verdatres, longs de 4 mm. , larges de 3 mm. , et epais a la base, oboves, concaves, membraneux. 
Les faisceaux d'etammes, opposes aux petales et de meme longueur qu'eux (d'apres la fig. de Ghoisy), sont reconverts au sommet et sur l'une et l'au- 
tre face, d'un grand nombre d'etamines. Leurs antheres sont a loges ecartees, rondes et dehiscentes par une courte fente transversale. Dans la fleur ^, 
les faisceaux sont tres courts et les staminodes forment, a leur sommet, une petite dentelure. Le rudiment de gynecee des fleurs <*, est plus court que 
les petales et les faisceaux staminaux. G'est un corps convexe au sommet et porte par un pied cuneiforme et tetragone. L'ovaire, plus large au sommet 
qu'a la base, est surmonte d'un stigmate sessile, convexe, recouvert de ponctuations glanduleuses. Le fruit est inconnu. 

Le G. eugenizfolia Wall. Gat. 4873, etiquet6 souvent dans les herbiers de Kew, de Leyde, et de Paris, G.parci folia Bth, ou Rheedia ? parui flora. 
PL et Tr. est une espece bien distincte du G. rostrata avec laquelle elle a ete confondue par MM. Planchon et Triana 'Mem. Guttif. p. 207^. M de 
Lanessan commet la meme erreur et l'aggrave en ne considerant plus le G. rostrata que comme un svnonvme du G. Merguensis (Mem. Garcinia 
p. 56). M.J. II, Hooker donne (inJourn. Lin. Soc. LondonXIV, p. 486) pour patrie au G. rostrata, Borneo etTennasserim. Jecrois que e'est une erreur et 
que la plante BornSenne est mon G. Sarawhensis, tandis que celle de la peninsule malaise est mon G. fulva. Le G. rostrata de Kurz (fl. Burm p 89) 
doit probablement etre aussile G. fulva. (Voir pi. 91. B.). 

22. _ G. brevirostris. Scheffer. Obs. Phgtog. 11. 41. Habite l'ile de Bangka. Rameaux tetragones, greles. Feuilles ovales ou elliptiques-lan- 
ceolees, terminees par une pointe longue de 6-8 mm. tres large et obtuse, subaigues a la base et decurrentes sur un pet. long de 5 mm. ; elles sont 
coriaces et munies de petites cotes rapprochees mais pen prononcees, surtout en dessus. Elles sont longues de 6 cent, larges de 2 cent. 1/2 a 3 cent. 
Les fleurs femelles, au nombre de 3-5, sont disposees en grappes composees de cymes axillaires. Leurs pedicelles sont longs de 6 mm. et epais de 
1 mm. Les sepales exterieurs sont longs et larges d'un mm. 1/4 a 1 mm. 1/2. Les sepales interieurs presque aussi grands que les peiales, longs et 
larges de 2 mm. 1/2, sont multinerves et peu epais. Les pelales longs et larges de 2 mm. 1/2 a 3 mm. sont orbiculaires, concaves, multinerves, 
epaissis a la base et minces dans les aulres parties. Les faisceaux sont reduits a de courtes lames hvpognes opposees aux petales et portant des sta- 
minodes au sommet en forme de dentelure. Le gynecee est obpyramidal. Son ovaire est lisse, biloculaire et recouvert dans sa partie superieure par une 
tete stigmatique tres epaisse, convexe el couverte de ponctuations glanduleuses. Je n'ai pas vu les fleurs males, ni le fruit et n'ai pas l'ouvrage de 
M. Scheffer pour en completer la description. 

Des grappes de cymes plus courtes que celles du G. rostrata, des pedicelles moms longs et des feuilles terminees par une pointe plus longue, distin- 
guent le G. brevirostris. Scheff. (Voir pi. 91. C.) M. Hooker f. (Journ. of the Linn. soc. XIV n. 79 p. 486;, dit : « the G. engeniae folia wall., is appa- 
rently identical with G. brevirostris Scheff. » On sail que dans Je G. eugenix folia les sepales sont a peu pres d'egale dimension et que les pelales 
souvent plus courts que les sepales, sont dentel^s. 



— VI — 

23. — G picrorrhiza. Miq. in. Ann. Mm. Lugd. 1. p. 209. Scheffer. Ann. Buitenzorg, 1 . p. 6. Habite les lies d'Amboine, Ceram (vulgo : 
obat sagerastceni; obat sagerae lemon.) Herb. Pierre, 4,143 et 4,145 : lanouvelleGuinee? (Teysmann). Lesjeunes rameaux sout greles, pourpres dans 
le jeune age et bientot ronds. Feuilles longues de 1 1 cent. 1/2 a 12 cent. 1/2, larges de 3-3 cent. 1/2 (en comprenant le petiole de 6 mm., et la 
pointe de 1-2 cent.) Elles soiit lineaires-oblongues on elliptiques-oblongues, lanceolees, obtuses an sommet, aigues on obtnses a la base, Incre- 
ment decurrentes sur le petiole, pen epaisses, mais coriaces. Leurs petites cotes, an nombre de 60, et lenrs nervures intermediates sont egalement 
elevees sur les deux faces. Les fl. * sont seules connues. Elles sont an nombre de 5-7, disposes en grappes de cymes bipares a l'aisselle des femlles. 
Leurs pedicelles sont longs de 3-4 mm. Les sepales exterieures sont excessivemenl courts on reduits a un simple bourrelet. Ceux de la deuxieme 
serie, longs de 2 mm. 1/4, larges de 2 mm., sont orbiculaires, concaves, reflechis apres l'anthese, a peine nerv6s. Les faisceaux staminaux, 
tres courts, sont girnis de staminodes ou rarement diamines fertiles. Le gynecee long de 2 mm. 1/2, un peu retreci au-dessus de l'ovaire 
biloculaire, est couronne par un sligmate court, discoide et entier. La baie est longue de 15 mm. ; elle a un diametre de 8 mm. Elle est subo- 
blongue, obtuse etarrondie au sommet etcontient 1-2 graines. 

Le G. picrorrhiza, a ete par erreur, decrit par Miquel, comme possedant un ovaire 3-loculaire. Cette espece fournit une gomme d'un jaune ambre 
tres pale. On fabriquerait, d'apresTysmann, avec sa racine, unesorte de sagou amer. 11 se peut que ce soit la plante dontparle Rumphius (Amboine III, 
t. XXXI11). Cependant il dit positivement que les fruits de cette espece ont 4-5 graines et il les represente sessiles (Voir pi. 91 A). 

24. — G. balica. Miq. in Ann. Mm. Lugd. Batav. 1. p. 209. Cette espece habite File de Bali (Teysmann). Lesjeunes rameaux sont tetragones, 
Les feuilles longues de 10 cent. 1/4 (pet. 5 mm.) larges de 3 cent., sont oblongues, lanceolees, obtuses au sommet, aigues a la base, monies de 24 
petites cotes environ, ascendantes, ramifiees loin du bord, elevees en dessus et en dessous. Leurs fleurs femelles, seules connues, torment des grappes 
de cymes axillaires et sont portees par des pedicelles longs de 6 mm., epais d'un mm. Les sepales exterieurs sont longs de 2 mm. suborbiculaires, con- 
caves, carenes surle dos, a la base. Ceux de la serie interieure sont longs de trois mm. 1/2, oboves, concaves, membraneux et plus petits que les 
petales. Ceux-ci sont longs de 4 mm. 1/2. larges de 5 mm., oboves, concaves et membraneux. Les faisceaux staminaux sont squamiformes ou hvs 
courts, denteles sur le bord superieur. Le gynecee, plus large au sommet qu'a sa base, ami ovaire biloculaire lisse, couronne par un stigmate convexe, 
epais et bilobe. L'ovaire est dit forme de 4 loges par Miquel (Inc. pit.). La description precedente est faite d' apres l'echantillon type de l'espece, con- 
serve a Leyde. (Voir pi. 90 A). 

25. — G. merguensis. Wight. 111. 122. Ic. t. 116. Lanessan, Mem. Garcinia (pro parte). — T. Anderson. Fl. Brit. bid. 1. 267 ; — IJiscos- 
tigma merguense. PL et Tr. Mtm. Guttif. 208. Cette espece habite la peninsule malaise vers Mergui (Wall. Cat. 1948. Herb. Pierre, n° 4,144; 4,365). 
Rameaux tetragones au sommet bientot ronds et grisatres. Feuilles, dansle jeune age,longuesde 14 centim., larges de 4 cent. 1/2. avec une pointe lon- 
gue de 1 cent. , munies de 28 petites cotes tres saillantes. Quand elles sont adultes, elles ont 10 cent, de long et 3 cent. 1/2 de large. Elles sont oblon- 
gues ou lineaires-oblongues, tres lanceol6es, epaisses, rigides. Leurs petites cotes sont reunies pres de la marge et, de meme que la nervure interme- 
diaire et parallele, tr&s elevees sur les deux faces. Les fleurs males et femelles sont au nombre de 3-5, disposers en grappes de cymes bipares axil- 
laires. Les fleurs males ont des pedicelles longs de 4 mm. 1/2 et ceux des fleurs femelles sont longs de 5 mm. Les sepales (en bouton) longs de 1 mm. 
1/4 et larges de 2 mm. dans la premiere serie, sont, dans la seconde, longs de 3-4 mm. et larges de 4-5 mm. lis sont orbiculaires, concaves et legere- 
ment membraneux. Les petales longs et larges de 4-5 mm. sont un peu plus grands que les sepales interieurs, orbiculaires, concaves, multinerves 
et minces. On comple au sommet de chacun des 4 faisceaux staminaux 25-30 etamines. Les loges des antheres, r<miformes, tres ecartees, sont 
dehiscentes par une courte fente apicale. Le rudiment de gynecee central est subquadrangulaire, porte par un pied assez court et tronque au sommet. 
11 est recouvert de glandes tres grosses et a une hauteur de 2 mm. 1 /*. Le fruit est ovale (10 mm. sur 9 mm.) II est biloculaire ou uniloculaire. II est 
couronne parun stigmate sessile et bilob6. Les graines sont plano-convexes. 

Cette espece a ete unie au G. rostrata par M. de Lanessan et au G. eugenias folia quoique leurs rudiments de gynecee soient complete- 
meat differents. (Voir pi. 68, 69 et 91 D.) Les varietes A truncata et B. pyramidata, surtout la seconde, pourraient a la rigueur, etre acceptees 
comme especes dislinctes. 

25. _ G. eugenisefolia. Wall. Cat. 4873. — T. Anderson Fl. Brit. bid. 1 . p. 268. Habite la peninsule malaise vers Malacca (Griffith n. 856. 
Kew dist.) et Singapour (Wall). Les rameaux sont tetragones, assez gros. Les feuilles sont longues de 8-1 1 cent, (avec une pointe de 12 mm. et un petiole 
del0mm.)etlargesde2cent. 1/2-4 cent. 1/4. Elles sont elliptiques ou ovales-oblongues, coriaces, munies de petites cotes et de nervures paralle- 
les tres fines et plus elevens en dessous qu'en dessus. Les fleurs sont au nombre de 6 et davantage . Elles sont disposers en cymes racemiformes plus 
courtes ou plus longues que le petiole. Les pedicelles des fleurs males sont longs de 3 mm. et ceux des fleurs femelles de 3-6 mm. Les sepales de la 
fleur *P dans la premiere serie, longs de 3/4 mm. et larges d'un mm. , sont epais a la base et bracteiformes. Ceux de la deuxieme serie, un peu plus longs 
(2 mm. 1/2 sur 2 mm. 1/2) sont plus grands que les petales ou de meme longueur. Les petales sont plus courts que les faisceaux staminaux et soul 
entiers, concaves, oboves et membraneux. Les sepales de la fleur femelle, longs et larges de un mm. 1/4, sont denteles vers la base, dans la deuxieme 
serie. Les petales de meme dimension ou plus courts, sont plus larges que longs et denteles sur les bords. On compte, dans la fleur male, 16-18 etami- 
nes au sommet de chacun des quatre faisceaux. Antheres a loges didymes et globuleuses. Le rudiment de gyn6c6e est plus long que les petales. Son 
support est une petite colonne a peine tetragone. Son stigmate est convexe, large et tapiss6 de glandes assez grosses. Le gynecee estpresque entie- 
rement recouvert par une large tete discoide ondul6e sur les bords. Son ovaire est a 2 loges. Le fruit est inconnu (Voir pi. 91 E et F.) 

Cette plante fournit une gomme verdatre (Heifer). Son ecorce doit etre tinctoriale, comme celle de toutes les especes de cette section. Elle a etf 
confondue avec le G. merguensis par MM. Planchon et Triana et aussi parM. de Lanessan. Ne serait-ce pas de Bheedia pam folia de MM. PI. et 
Triana ? 

27. _ G. fulva. Pierre, pi. 92. //. Habite la presqu'ile de Malacca [Maingay et Kurz]. Rameaux tetragones et jaunatres. Feuilles longues de 
8 centim. , [pointe et petiole longs de 6 mm. 1 /2] larges de 3 cent. 1/2, elliptiques-oblongues, lanceolees, obtuses au sommet, aigues a la base, coriaces 
et assez epaisses. Leurs petites cotes, tres rapprochees, finement dessinees en dessous, peu visibles en dessus, sont assez irregulieres. Les fleurs des 
deux sexes sont portees par des pedicelles longs de 7 mm. et epais d'un mm 1/4. Elles sont disposees, au nombre de 9, en cymes racemiformes, deux 
fois plus longues que le petiole. Les sepales de la 1'° serie, plus petits et plus epais que les deux autres, longs de 2 mm. et larges 3 mm., sont orbicu- 
laires, concaves et dresses. Ceux de la deuxieme serie, longs et larges de 4 mm. 1/2, sont orbiculaires, concaves, membraneux sur les bords et epais a 
la base. Les petales sont longs et larges de 5-6 mm., un peu etroits a la base, oboves, cancaves, legerement denteles sur les bords et assez epais a la 
base. On compte plus de 100 etamines sur chacun de ses 4 faisceaux staminaux, plus courts que les petales. Les loges des antheres sont globuleuses, 
ecartees, fendues au sommet et transversalement. Le rudiment de gynecee est plus court que les faisceaux. Son support se renfle graduellement au 
sommet et s'elargit en une tete convexe, epaisse et criblee de ponctuations glanduleuses. Le fruit est une baie haute de 13 mm. sur 10 mm., ovale, 
portee par un pied long de 8 mm. 1 /2. Elle est un peu amincie sous le stigmate qui est concave ou ombilique. Les graines sont ovales. 

Cette espece est etiquelee a Kew, G. merguensis, dont elle differe principalement par la forme de son rudiment de gynecee. Elle ne peut etre con- 
fondue avec le G. rostrata, car ses pedicelles sont moins longs, ses sepales et ses petales plus grands, ses etamines sont plus considerables et son fruit 
plus gros. C'est sans doute cette plante que Kurz a decrite sous le nom de G. rostrata [Fl. Rurm, t, 89] car il dit : « according II. F. » Or nous savons 
que M. J. Hooker dit [Journ. ot Linn. Soc XIV. p. 465] : « M. Kurz informs me that he regards the Malacca specimen of this plant collected by Main- 

» gay [155 Kew's dist.] as no referable to Wight's G. merguensis, but to G. rostrata Hasskl but in this he is assuredly incorect » Quoi qu'il 

en soit, il n'est pas possible d'unir les G. fulva et G. rostrata. 

28. — G. Sarawhensis Pierre, pi. 91, G. Habite Sarawak dans File de Borneo. (Reccari n. 3,670, 2,575 et 2,576.) Les rameaux sont tres 
greles et tetragones. Les feuilles sont longues de 5-7 cent. 1/2, larges de 15-30 mm. (petiole long de 2-6 mm. ; pointe longue de 10-12 mm.) 
decurrentes sur un petiole plus ou moins long et lerminees au sommet par une longue pointe obtuse. Elles sont ovales-oblongues ou lineaires-oblon- 
oues, epaisses, coriaces, brillantes en dessus, pales en dessous. Leurs petites cotes, au nombre de 40-44, sont tres rapprochees, souvent fourchues 
au sommet, Ires fines et visibles en dessous, peu distinctes en dessus. Les fleurs males torment 1-3 ombelles triflores au sommet d'un bourgeon 
(long de 5-2 mm. 1/2), axillaire. Les pedicelles sont longs de 3-5 mm. lis sont quelquefois solitaires dans la fleur femelle. Les sepales exteneurs 



— VI! — 

sont bracleiformes et out en long, et larg. 1 mm. 1/4. Us sonl longs et larges de 2 mm. 1/2-3 mm. dans la seconde serie, et presque conformes 
aux pelales quoique moins 6pais.Ceux-ci ont3 mm.de long, snr 2 mm. I 2. lis sont oboves, concaves, multinerv<5s, membraneux et subdentetes sur les 
bords. On compte 15 a 30 etamines, le plus souvent 22, au sommet de quatre faisceaux opposes aux petales. Les antheres sont biloculaires a 
luges Ires ecartees, rondes et dehiscentes par unefente apicale. An centre, s'eleve une petite colonne presque aussi longue que lesfaisceux staminaux 
subtctragone on presque l-onde. terminee par un disque charnu, recouvert de ponctuations glanduleuses. Ce rudiment de gyneeee est plus ou moins 
grele. Le gyneeee est recouvert dans sa moitie" superieure d'un large stigmate convexe a bords reflechiset ondulCs. II a une hauteur de 1 mm. 1/2 
A sa base se trouvent 4 petits faisceaux de staminodes.Son ovaire lisse en dehors contient deux loges uniovul^es. Son fruit est une petite baie ronde 
eoutenrmt deux graiues plano-convexes, legerement concaves dans la region du bile. Elles out une hauteur de 10 mm. el uu diam. de 2-3 mm 
Cette espfcce est remarquable par ses trois ombelles tritlores fascicules au sommet d'un bourgeon axillaire ou au sommet de trois petits bouro-eons 
(.nines a leur base. Son rudiment de gynCc^e se rapproche de la forme de celui du G. engeniaefolia. L'ech. de Beccari. n. 2375 a des fleurs femelles 
(PI. 91 , I) sensiblement plus grosses. Aucun autre caractere ne le distingue du G. Sarawhensis. J'ai tout lieu de croire que le n" 3,012, de M. Beccari 
est aussi une espece nouvelle, a tleurs plus petites que le G. Sarawhensis. 

B. Antheres biseriecs. 

20. — G. dryobalanoides. Pierre, PL 92. .4 . Cette espece habite la region de Sarawah, dans Tile de Borneo [Beccari, n. 1877]. Les rameaux 
sont tres greles et tetragones. Les feuilles sontlongues de 6 cent. 1/2, larges de23 mm., (petiole 5-10 mm. etpointe de 8-10 mm). Elles sont ovales- 
oblonguesoulineaires-oblongues.cuneiformes et tres aigues a la base, terminees par une pointe longue et obtuse au sommet, tres epaisses, sans 
nervation distincte sur chaque face, lisses ou brillantes en dessus, pales en dessous. Leurs fleurs males, au nombre de 5, forment aux axes ,1,-s 
feuilles, des grappes, plus longues que le petiole, et composes de cymes bipares. Leurs petlicelles sont longs de 8 mm. Les scales exterieurs 
sont bractejformes, longs et larges d'un mm. lis sont longs de 3 mm. 1/2 et larges de 4 mm., dans la seconde serie, oboves, concaves, multi- 
.nerves et membraneux. Les petales sont longs et larges de 3 mm., 4 mm. oboves, concaves, tres nerves et membraneux. II y a 8-1 i famines au 
sommet elargi de quatre faisceaux opposes aux petales. Les antheres y sont sessiles, biseriees a deux loges ecartees, ovoides dehiscentes par 
une courte lente apicale. Au centre de la fleur, s'eleve un rudiment de gyneeee a peine plus eleven que les faisceaux staminaux. 11 est obeo- 
n.que, aminci a la base et se termine en s'elargissant au sommet, en une masse tronqu^e ou a peine discoide, recouverte de ponctuations oh„ 
duleuses. Les fleurs femelles et le fruit sont inconnus. Par ses feuilles, cette espece est voisine du G. Sarawhensis mais e\\e est tout' h fait 
caractenstique. quant a son androcee et a son rudiment de gyneeee. [Voyez pi. 92 A]. 

C. Antheres obrordees una loges ecartees et 0-7 lore/Ires. 

29. — G. Binnendijkii, Pierre PL 92. E. Cette espece est cultivee dans le jardin batonique de Buitenzorg. sous le nom de G parm- 
folia. Mia. Elle provient peut-etre de Sumatra. [Herb. Pierre n. 4,142]. Ses rameaux sontronds. Ses feuilles sont longues de 10 cent 1/2 a 14 cent 
petiole 4-7 mm.], larges de 3 a 5 cent. 1/2, elliptiques-oblongues, oblonguesou ovales-oblongues, arrondiesou aiiuies a la base terminees subitement 
par une pointe courte, large et obtuse ou lanceolee-obtuse. Elles sont epaisses, coriaces et pales en dessous. Leurs petites cotes, au nombre de 30 
environ, sont ascendantes, times assez loin de la marge, egalemenl elevees et distinctes surles deux faces. Elles sont unies par des veines transversales 
espacees et irreguberes. Leurs fleurs males sont fascicules au nombre de trois, ou disposers en grappe axillaire tres courte et composee de cvmes 
bipares. Leurs pedicelles sont longs de 3 mm. 1/2. Lessepales de la serie exterieure sont longs et larges d'un mm. 1/2. Ceux de la deuxieme serie 
sont longs et larges de 3 mm. 1/2, plus grands que les petales, dans le bouton, et membraneux. Les petales (2 mm. 1/2 de W sur * mm ) 
sont oboves, concaves, tres membreux, translucides et etroits a la base. Les faisceaux staminaux portent sur l'une et l'autre face,°du milieu au 
sommet, 40 antheres environ. Les filets sont tres courts. Les loges des antheres sont ecartees et ovales ou rapprochees. Elles sont alors cir- 
culates et contluentes et partagees chacune en 3-4 logettes. Au centre, s'eleve le rudiment de gyneeee en forme de colonne tetra-one un pen plus 
courte que les petales et a pen pres de meme grandeur que les faisceaux. Elle est termini au sommet par une tete stigmatique convexe et ond lee 
sur son bord reftechi. Fleurs femelles et fruit inconnu. 

Cette espece, dontj'ai recu deuxechantillons de M. Treub, Direct, du Jard. hot. de Buitenzorg, est cultivee sous le nom de G. parvifolia Mia On sait 
queMiquel (Fl. Ind. batav Suppl., p. 495) place cette espece dans sa section Minostigma, qu 'il lui accorde 8? loges etla compare au G. dioim\A 
11 n est done pas possible de supposer que le G. Binnendijkii soit son G. parvifolia, dont nous donnons plus loin une figure (pi. 89, F.). 

D. Petales sondes a la base des faisceaux stamina u.r. 

3 1 .— G. Terpnopylla. Thwaites Enum. pi. Zeyl. 406. - T.Anderson FL Ind. 1 } ZQ$. Discos tigma zeyclanicum et D acuminatum PI et Tr M ! 
Guttif.p. 13 TerpnophyJlum de Lannessan, Mem. Garcinia,p. 13. Cette espece habite File de Cevlan (Thwaites n. 3, iOO). Jeunes rameaux a'relesTt 

anceolees ou Imea.res-o longues, pen epaisses et coriaces, purpurines dans le jeune age, brillantes en dessus, pales en dessous a 1'etat adulte. Les leurs 

sont .e les et long, de 3-4 mm. Les scales, presque de meme grandeur dans les deux series, sont oboves et concaves. Les petales sont element 
obov s et concaves. lis sont un pen plus longs que les scales, plus epais et sondes a leur base avec le faisceau staminal correspondent On c^mi t n 
grand nombre d e amines sur l'une et l'autre face des quatre faisceaux staminaux. Leurs antheres, presque sessiles, sont biloculaires et remformes 
Leurs loges. ecartees sont ovales et dehiscentes par une fente longitudinale. Le rudiment de gyneeee, .gal ou plus court que les faisceaux stam Z ' 
sdeve an centime de la fleur en forme de colonne tetragone, pen epaissie et peltee au sommet. Les faisceaux de staminodes son! courts, hvpc " 

opposes aux petales et dentetes sur lebord superieur. L'ovaire est a 2 loges. n } po yne i ,, 

32. — G. La?iessanii (voir pi. 70). 



Especcs 



r,,,inues. 



33; G. grandifolia P,ene. - Dhcostyma grandi folium. Chomj in Zolling. Vcn; p. 150, et in Man. soc. his. not. de Geneve t XV 417 
""; lL -"■ '! '!'r ""]"■ »""*; m - ~ R "'"'' cea • Be "> 1 '- " *<**• '• «-• PI- 1- P. '75. Rameaux presque ro.uls. Feuilles cour.ement petiolees 
ob ougues-laueeolees, oU.es a la base et .erminees par uue poin.e large et obtuse, ondulees a 1'etat sec, pales en dessous, .ongWs d ' ' 

Je ole long de o m„, larges de 4 cent. 2 nnn., munies de 26 petites coles environ, plus elevees en dessous qn'en dessus. Fleurs fnconnueV Fr , 
porte par nn pedoncule long de 10 mm . ovale, couronne par un stigmate sessile et contenant 2 graines plano-convexes. Tegument no MO-eu 

cent, i/2, )0 cent. 1/2. Celles donnees plus haut sont pnses dapres la figure de l'auteur. La description de lembryon indique bien nue e'est „„ 

cIZ to" I? "/ VOiSi " S , ail V ,0Ule , deS G ' Tre " bii 6t G - BinneUdiJkii ; maiS ' da " S k P'' emifere ^' ,e ! ^ -t oblon! e, i » p L 
cule plus court, e. dans la seconde, les pedicelles dela fleur male sont plus courts. Le G. grandifolia nest pas represents a Kew „i a Paris 

34 G Treubii. Pienepl.n, F.Herb.Pienen. 4148-4160 Habite Selu-era?^ Pile de Sumatra, et cnltive dans le jard. bot. de Buitenzorg sous 
le nom de man 9mM an e. de G. jaeaniea. Bl. Jeunes rameaux tetragones et comprimes au sommet, bien.6, ronds e. tre gros Los feuilles ZuZ 

pedes sfipules caduques comme dans le G. stipnla.a. Elle sont longues de 21 cent. 1/4 (pet. 4-7 mm.) el I,, ,1,. , ,,„m , ( , p / 2 

oblongues, etrodes et obtuses aux extremity, lanceolees et terminees par une pointe larire el assez c Jrte I Z „ Z !~ ' ? 

'""' l011g " e5 e ' SSSez a ^entuees. Les jeunes fruits sont por.es par des pedicelles longs de 3-4 mm. 1/2. On Irouve - bracMes , !,,„ I , 

;:re:':;i:!o d n e :nes ,oges - ,ly a aussi 2 " paies in, " ieu " s (iougsetiarges de 3 *-->«->j«-H ta . n. p „. M ^ ^^z:: 

Jt l^rillora 17^ ?" uTT'T * ^ ^^ ^^ ''^ ^^ M - m *™> ™ isine ' le s0 » G ' ^^ «• '-P* Cholsy ideo.ique 



— VIII — 

35 - — Gr- Hasskarlii Pierre, pi. 92 D. Cette espece habite la province de Lampong, dans l'ile de Sumatra. Elle est cultiv^e sous le nom de 
Soleera Mocara et sous le n° 6,850, dansle jardin botanique de Buitenzorg (Herb. Pierre, n°4, 1 46).— Les rameauxsont tetragones dans le jeune age et bien- 
totrondset assez gros. Les feuilles, longues de dix cent, et larges, au milieu, de 3 cent. 1/2, sont oblongues-lanceol6es, terminus parune pointe 
tres large, obtuse et tres courte, aigues et decurrentes jusqu'a la base d'un petiole canalicule et tres court (1 mm.). Elles sont pourvues d'un grand 
nombre de pelites cotes tres fines, rapprochees mais distinctes, surtout en dessous, assez epaisses et coriaces. Les flours femelles, au nombre 
de 2, forment une cyme courtement pedonculee. Elles sont portees par des pedicelles longs de 4 mm. 1/2, epaissis au sommet et longs sous le fruit 
de 7 mm. 1/2. Les sepales exteneurs bracleiformes sont longs et larges de 1 mm. Ceux de la seconde serie, longs de 2-3 mm. et larges de 3 mm. 
sontpresqueconformesaux petales, multinerves, orbiculaires et concaves. Les petales sontpeu epais et onl 3 mm. sur 3 mm. Les faisceaux de stami- 
nodes hypogynes, opposes aux p6" tales, sont tres courts et sont denteies au sommet. Le gynecee est haut de 2 mm., plus large au sommet qu'a 
la base, recouvert par un stigmate epais, convexe et ponctue. L'ovaire contient deux loges unio\ulees. Les fleurs males et le fruit mur sont in- 
connus. 

36. — G. Linearis. Pierre ft. for. pi. 92. C. Cette espece habite la region de Sarawah, dans l'ile de Borneo (Beccari, n° 3,834), rameaux tetra- 
gones. Feuilles longues de 15 cent., larges au milieu de 2 cent. 1/2, lindanes oblongues, lanceolees, termites par une pointe obtuse (longue 
de 12-18 mm.) et decurrentes sur un petiole long de 5 mm. Elles sont epaisses, coriaces. Leurs pelites cotes, indistinctes en dessus, au nombre de 
40 environ, fines et peu elevens en dessous, courent jusqu'a la marge. On compte dans l'intervalle de chacune d'elles 1-2 nervures paralleles moins 
longues et assez accentu^es. Les fleurs sont inconnues. Le fruit est une baie globuleuse el biloculaire, haute de 10-12 mm. et d'un egal diametre. 
Elle est lisse, couronnee par un petit prolongementstylaire discoide au sommet, concave et entier. Son pedicelle est long de 6-8 mm. La graine, soli- 
taire par loge, est plano-convexe ou pelted comme celle de la plupart des especes de la section Discostigma. Elle est entouree d une gomme geiati- 
neuse tres epaisse et remplissant toute la cavite de la loge. Cette gomme est jaune-pale et d'un gout legerementamere. Le tegument et l'embryon sont 
ceux des Garcinia. 

Obs. Je place avec doute cette espece dans cette section. Je ne m'y suis determine" que par la forme des graines. 

37. — G. Keenania Pierre, pi. 92. G. Cette espece habite le Cachar (Docteur Keenann, juin 1874). Les rameaux sont tetragones, assez gros et 
jaunatres. Les feuilles sont longues de 7 centim. avec une pointe longue de 5 mm. et un petiole long de 6-7 mm. Elles sont larges de 28 mm. Elles 
sont oblongues, coriaces, munies de 36 petites cotes environ, plus accentu6es a la face inferieure que sur Fautre. Leurs fleurs femelles, sont au 
nombre de 5-6 environ, groupees en cymes ombeliees et axillaires. Leurs pedicelles sont longs de 5 mm. Leurs boutons ont 4 mm., en tous sens. 
Les scales exterieurs sont longs et larges d'un mm. 1/2. Ceux de la serie interieure, sont longs et larges de 3 mm. lis sont tous orbiculaires, con- 
caves et membraneux sur les bords. Les petales, dans le bouton, sont longs et larges de 4 mm., plus grands et plus minces que les sepales, multi- 
nerve's, orbiculaires et concaves. II n'y a pas de staminodes a la base du gynecee. Celui-ci est globuleux, biloculaire et recouvert au sommet par un 
stigmate charnu, convexe, a bord reflechi et ondule, recouvert de ponctuations glanduleuses, peu elevens. Les fleurs males et les fruits sont in- 
connus. 

Cette espece meparait assez voisine du G. Lanessanii. Jela place, pour cette raison, dans cette section ou elle ne peut definitivement rester que si 
sa fleur male offre les caracteres des Discostigma. Ceux-ci sont, il est vrai, dans la fleur femelle du G. Keenania, quant aux sepales et a l'insertion des 
ovales, tellement conformes a ceux des especes 6nume>6es plus haut, que l'exactitude de mon rapprochement, parait certaine. 

V. PLINTHOSTIGMA 

Fleurs tetrameres des deux sexes disposees en grappes composees de cymes. Sepales a peu pres d'egale dimension 
dans les deux series. Petales plus longs et plus epais que les sepales. Etamines de Discostigma. Rudiment de gynecee 
tetragone, termine parune sorte de plinthe ou stigmate rectangulaire, presque plane au sommet. Ovaire a 2 loges. 
Graines elliptiques, epaisses dorsalement et amincies du dehors en dedans, comme celles des Mangostana. 

G. multiflora. Champ.inKew.Journ.Bot.nl, ?s\0. - ScemanBot. Her., t.l9.— Pl. etTr.Mem. Guttif. Kl^.—BenthamFl. Hong-Kong. 25. 
Lanessan, Mem. Garcinia 32. — Cette espece habite File de Hong-Kong. C'est un petit arbre. Ses feuilles sont longues de 1-10 cent., larges de 
3-5 cent. Elles sont ovales-oblongues, acuminees, aigues, decurrentes sur un tres court petiole, elargies vers le milieu, epaisses, coriaces, munies de 
30 petites cotes environ, fourchues pres de la marge, distinctes sur les deux faces. Les fleurs males sont disposees en grappes composees de cymes, 
4-5 fois plus longues que le petiole. Leurs pedicelles sontlongs de 7 mm. 1/2. Les sepales, d'egale grandeur dans les deux series, sont longs et larges 
de 10 mm., orbiculaires, concaves, peu epais, multinerves et caducs. Les petales ont, la forme des sepales, mais sont 2-3 fois plus grands et plus epais 
vers leur base. Les etamines, au nombre de 80 environ, occupent le sommet obove etl'une et Fautre face de chacun des quatre faisceaux mis a la 
base, opposes aux petales, qui entourent le rudiment de gynecee central. Celui-ci est tetragone, graduellement elargi de la base au sommet et couronne 
par un stigmate tetragone, plane au sommet et recouvert de glandes globuleuses distinctes et assez eievees. 11 est plus allonge lateralement d'un cote 
que de Fautre et a la forme d'un paralleiogramme. De meme grandeur que Fandrocee, dans le bouton, il est beaucoup moins long apres Fanthese. Les 
antheres ont deux loges dehiscentes parune fente apicale et en partie longitudinale. Dans la fleur femelle, on dit que les etamines ou staminodes, 
seraient disposes en quatre courtes phalanges (de Lanessan) assez epaisses. Le gynecee est termine par un stigmate discoide, sessile au sommet du 
fruit et la, distinctement bilobe. L'ovaire est a deux loges et le fruit globuleux, 1-2 loculaire, haut de 22 mm. avec un diametre de 25 mm., lisse, 
contient 1-2 graines" de Mangostana. 

Le G. multiflora a tous les caracteres d'un Discostigma, sauf ses sepales de dimension a peu pres egale et ses graines, qui ont la conformation de 
celles des Mangoslana (Voir pi. 91, J). 

VI. MUCESTIGMA 

Fleurs tetrameres, disposees en grappe terminate, composee de cymes bipares dans le sexe male, egalement terminales 
etquelquefois solitaires dansle sexe femelle. Sepales dela serie exterieure un peu plus courts que dans la seconde, 
tous plus courts que les petales. Antheres a loges ecartees de Discostigma, mais oblongues et inegales, occupant en 
grand nombre, les deux faces de quatre faisceaux staminaux opposes aux petales. Ces faisceaux sont, dans la fleur 
hermaphrodite, remplaces par une rangee hypogyne de petits faisceaux termines par 1-2 antheres obcordees et 
subintrorses. L'ovaire est a quatre loges. Le fruit eontient 2-4 graines elliptiques, epaisses, deprimees du cote du hile, 
et serapprochant beaucoup, comme forme, de celles des Discostigma. 

39. G. Travancorica- Bedd. Fl, sylv. t. 1 73. — T. Anders, in Fl. Brit. hid. 1. p. 268. Cette espece habite les montagnes de Tinnevely, pres de 
Travancore. Elle est culthee dansle jardin botanique de Bangalore. Rameaux tetragones. Feuilles longues de9-ll cent., larges de 3 cent, et portees par 
un petiole longde 18 mm. Elles sont oblongues ou elliptiques-oblongues, assez etroites, obtuses aux deux extremites, arrondies ou subaigues, epaisses, 
coriaces, brillantes en dessus, pales en dessous. Elles sont munies de 6 petites cotes environ et, dans l'intervalle de chacune d'elles, ou compte 1-2 
nervures paralleles, reliees par un reseau de veines areoiees, distinctes sur les deux faces. Les fleurs males sont au nombre de 3-17, disposees en 




E.Delpy,da 



J.Storck 8cL.Huaon Lit"h. 



A GARCINIA GauaicKaudii.Pl a T. 



Choisyana ? Wall. Cat 4870. 




A GARCINIA Rhumphh, Pierre 

B . , . syzygnfolia . Pierre 

C , nigricans. Pierre. 




E. Delpjd'apres, M r Pierre. 






A GARCINIA Karaii , Pierre . 

B (1 cornea. L 

C affinisWall.Cab.4854. 



D GARCINIA makccensis.HooTc.f. 

F ,. Ciimingiana ? , Pierr e . 

B , Humingiana , Pierre 




E.Delpy.dap 



J.Storck ai.Hugonlii 



A_GARCIN IA Riedeliana , Pierre 

B tl Calleryi Pierre 

C , B Ian c o i , Pierr e . 



D 

E 

F 

G 



HomLroniana.Pierre 
Hombroni ana? Pierre 
Hombroni ana? Pierre 
Af finis, Wall Cat. 4854. 



H_GARCINIA Speciosa ? Wall. 

I , Sgeciosa? Wall. 

J ,/ , Hombroniana ? Pierre. 

K , Stipulata .1. Anders 

L , Anomala, Planch. 8dnana 

M „ Pedunculata.Roxb. 




E . Delpy. dapres, M? Pierre 



A GAKCINIA fabnlis Miq. 

B , Griffiths . T. Anders 

C , atroviridis . Griff. 

D i lanceaefolia Roxb . 

E „ - lanceaefolia ? Roxb. 

F , s P 

G . ( mdica . CRoisy. 

var:Beddomei,Pierr 



H GARCINIA mdica 

var.Thouarsii, Pierre 

I „ mdica. 

var: Thouarsn, Pierre 

J . , echinocarpa.Thw. 

K , oxyphylla.Pl. 8c Tr. 

L „ Tri ami, Pierre. 

M , niti da, Pierre 

T\[ . , niti da, Pierre' 



CHATEAUROUX 

TYPOGRAPHY ET STEREOTYPY 



FLORE FORESTIERE 



DE LA 



CO CHIN CHINE 



L. PIERRE 

DIRECTEUR DU JARDIN BOTANIQUE DE SAIGON 



OUVRAGE PUBLIE 






SIXIEME FASCICULE 



ivembre 1883 



PARIS 

OCTAVE D'OIN, EDITEUR 

8, PLACE DK [/ODEQN 



AVIS POUR LE RELIEUR 



Les pages VII et VIM de X Enumeration dti 
genre Gareinia se trouvant dans le 5 e fascicule 
doivent etre enlevees et remplacees par celles 
portant les memes numeros dans le 6 e fascicule. 



— VII — 

font braeteiformes et out en long, el larg. I mm. I I. lis sunt longs et larges de 2 mm. I 2-3 mm. dans la seconde serie, et presque conformes 
aux peUales quoique moins epais. Ceu\-ci ont 3 mm. de long, sur 2 mm. 1/2. lis sont oboves. concaves, multinerves, membraneux et subdenteles snrles 
bords. On compte 15 a 30 etamines, le plus sou vent 22, au sommet de quatre faisceaux opposes aux petales. Les antheres sont biloculaires, a 
]i>g ( >> tres rcartfes, rondes et dehiscentes par une fente apicale. Au centre, s'eleve une petite colonne presque aussi longue queles faisceaux siaminaux, 
subtetragone ou presque ronde, termini par un disque charnu, reconvert de ponctuations glanduleuses. Ce rudiment de gynecee est plus ou moins 
grele. Le gynecee est reconvert dans sa moiti6 superieure d'un large stigmate convexe a bords reflechis et ondules. II a une hauteur de 1 mm.. I 2. 
A sa base setrouvent 4 petits faisceaux de staminodes. Son ovairelisse en dehors contient deux loges uniovulees. Son fruit est une petite baie ronde, 
contenant deux graines plano-convexes. legerement concaves dans la region du bile. Elles ont une hauteur de 10 mm. et un diam. de 2-3 mm. 
Cette espece remarquable par ses trois ombelles triflores fasciculees au sommet d'un bourgeon axillaire ou au sommet de trois petits bourgeons 
connesa leur base. Son rudiment de gynecee se rapproche de la forme de celui du G. engeimefolia. L'ech. de Beccari, n° 2.375, a des tleurs femelles 
(PI. 91,1) sensiblement plus grosses. Aucun autre caractere ne le distingue du G. Saratrhenxh. J'ai lout lieu de croire que le n p 3 ; 012, de M. Beccari 
• •>t aussi une espece nouvelle, a tleurs plus petites que le G. Saratrhenxi*. 

r - r El (inn no* hisi'r/i'cs. 

29. — G. dryobalanoides Pierre, PL 92. A. Cette espece habite la region de Sarawah. dans Tile de Borneo ; Beccari, n° 1,877). Les rameaux 
sont tres greles et tetragones. Les feuilles sont longuesde 6 cent. 1/2, larges de 23 mm. petiole 5-10 mm. et pointe de 8-10 mm.). Elles sont ovales- 
oblongues, ou lineaires-oblongues, cuneiformes et tres aigues a la base, terminees par une pointe longue et obtuse au sommet, tres Epaisses, sans 
nervation distincte sur chaque face, lisses ou brillanles en dessus, pales en dessous. Leurs tleurs males, au nombre de 5, forment, aux axes des 
feuilles, des grappes, plus longues que le petiole et composees de cymes bipares. Leurs pedicelles sont longs de 8 mm. Les sepales exterieurs 
sont braeteiformes, longs et larges de 1 mm. lis sont longs de 3 mm. 1/2 et larges de 4 mm., dans la seconde serie, oboves. concaves, multi- 
nerve's et membraneux. Les petales sont longs et larges de 3a 4 mm. oboves, concaves, tres nerves et membraneux. II y a 8-11 etamines au 
sommet elargi de quatre faisceaux opposes aux petales. Les antheres y sont sessiles. a deux loges ecartees, ovoides, dehiscentes par une courte 
fente apicale. Au centre de la fleur, s'eleve un rudiment de gynecee a peine plus eleve que les faisceaux staminaux. II est obconique, aminci 
a la base et se termine en sYdargissant au sommet, en une masse tronquee ou a peine discoide, recouverte de ponctuations glanduleuses. Les 
fleurs femelles et le fruit sont inconnus. Par ses feuilles, cette espece est voisine du G. Sarawhensis, mais elle est tout a fait caracteristique, 
quant a son androcee et a son rudiment de gynecee. (Voyez pi. 92 A . 

•;. Antheres ohcordees on u loges erartees et 6-7 loecllees. 

30. — G. Binnendijkii Pierre, PI. 92. E. Cette espece est cultivee dans le jardin botanique de Buitenzorg, sous le nom de G. parvi- 
foiia. Miq. Elle provient peut-elre de Sumatra (Herb. Pierre, n° 4,142). Ses rameaux sont ronds. Ses feuilles sont longuesde 10 cent. 1/2 a 14 cent, 
petiole 4-7 mm.), larges de 3 a 5 cent. 1 /2, elliptiques-oblongues, oblongues ou ovales-oblongues, arrondies ou aigues a la base, terminees subitement 
par une pointe courte, large et obtuse ou lanceolee-obtuse. Elles sont epaisses, coriaces et pales en dessous. Leurs petites cotes, au nombre de 30 
environ, sont ascendantes, uniesassezloin dela marge, egalement elevees et distinctes sur les deux faces. Elles sont unies par des veines fransversales 
espacees et irregulieres. Les fleurs males sont fasciculees au nombre de trois, ou disposers en grappe axillaire tres courte et composee de cymes 
bipares. Les pedicelles sont longs de 3 mm. 1/2. Les sepales de la serie exterieure sont longs et larges d'un mm. \/2. Ceux de la deuxieme serie 
sont longs et larges de 3 mm. 1/2, plus grands que les petales, dans le bouton, et membraneux. Les petales (2 mm. 1/2 de long, sur 2 mm.) 
sont oboves, concaves, tres membraneux, translucides et etroits a la base. Les faisceaux staminaux portent sur Fune et l'autre face, du milieu au 
sommet, 40 antheres environ. Les filets sont tres courts. Les loges des antheres sont ecartees et ovales ou rapprochees. Elles sont alors cir- 
culates et confluentes et partagees chacune en 3-4 logeltes. Au centre, s'eleve le rudiment de gynecee en forme de colonne tetragone, un peu plus 
courte que les petales et a pen pres de meme grandeur que les faisceaux. Elle est terminee au sommet par une tete stigmatique convexe et ondulee 
sur son bord reflechi. Fleurs femelles et fruit inconnus. 

Cette espece, dont j'ai recu deux t^chantillons de M. Treub, Direct, du Jard. hot. de Buitenzorg, est cultivee sous le nom de G. parvifolia. Miq. On sait 
que Miquel (Fl. hid. batav., Suppl., p. 495) place cette espece dans sa section Rhino stigma, qu'illui accorde 8? loges et la compare au G. dioica Bl. 
11 n est done pas possible de supposer que le G. Binnendijkii soit son G. parri folia, dont nous donnons plus loin une figure (pi. 89, F.). 

I. Petal ex sonde* a Ik hasp dp* fai*ppan.i- shnninan.r. 



31. — G. Terpnopylla77///7//Mv Ennm.pl. Zeijl. 406. -T.Anderson Fl.Ind.i£6$.—l)iseosfiyma zeuelanium et D. acuminatum Pl.etTr.Mim. 

Gi(tfif,pA3.— Terpnophyllinn:deLannessan,31em. Garcinia.p. 13. Cette espece habite File deCeylan (Thwaites,n° 3,400 . Mines rameaux -releset' 
tetragones. Les feuilles sont longues de 1 1 c. 1/4 (petiole long de 8 mm. et pointe obtuse longue de 7-1 5 mm.) larges de 3 c. 1/4. Elles sont oblon<?ues- 
lanceolees ou lineaires-oblongues, peu epaisses et coriaces, purpurines dans le jeune age. brillantes en dessus, pales en dessous al'etat adulte. Les fleurs 
males peu nombreuses, les fleurs femelles souvent solitaires, sont disposers en ombelles composees de cymes bipares. Les pedicelles des fleurs males 
sont greles et longs de 3-4 mm. Les sepales, presque de meme grandeur dans les deux series, sont oboves et concaves. Les petales sont element 
oboves et concaves. lis sont un peu plus longs que les sepales, plus epais et soudes a leur base avec le faisceau staminal correspondant. On compte un 
grand nombre diamines sur Fune et l'autre face des quatre faisceaux staminaux. Leurs antheres, presque sessiles, sont biloculaires et reniformes 
Leurs loges, ecartees, sont ovales et dehiscentes par une fente longitudinale. Le rudiment de gynecee, egal ou plus court que les faisceaux stamimiu*. 
s eleve, au centre de la fleur. en forme de colonne tetragone, pen epaissie et peltee au sommet. Les faisceaux de staminodes sont courts hvno-vnes 
opposes aux petales et denteh§s sur le bord superieur. L'ovaire est a 2 loges. 

32. - G. Balansae Pierre. Cette espece habite la iNouvelle-Caledonie (baie de Prony.Balama, u° 596). Rameaux tetragones. de couleur pur- 
puric. Feuilles (longues de 7 cent., larges de 27 mm.) lineaires-oblongues, ou ovales-elliptiques, arrondies ou obtuses au sommet, aigues a la base 
epaisses, coriaces et verdatres apres dessication. La nervation tres fine, est pen distincte, surtout a la face superieure. Les fleurs sont disposers en 
grappes tres courtes, composees de cymes, situees aux aisselles des feuilles. Les sepales (2 mm. 1 /2 sur 4 mm. dans la premiere serie, 5 mm. sur 4 mm. 
dans la seconde) sont minces, squameux sur le bord el plus grands dans la serie interieure. Les petales (6 mm. sur 4 mm.) sont plus -rands que 
les sepales, nerves, pen epais, opposes et unis a la base aux quatre faisceaux staminaux. Les etamines sont nombreuses et les antheres sont exactement 
celles de la section. II y a, au centre de Faxe, un tres court rudiment de gynecee termine par deux pointes ou petites comes tres aigues. Les fleurs 
femelles ont la meme inflorescence que les males. Les sepales sont caducs. Le fruit est une baie globuleuse au sommet de laquelle, persiste un stim- 
ulate sessile, non lobe et discoide. Cette baie a deux cent, sur 2 cent. Ses deux graines sont plano-convexes. Le tegument, dans sa couche interne est 
fibreux. Chaque faisceau est forme de vaisseaux lineaires-oblongs, mousses aux deux extremites, anneles et ponctues. On v rencontre aussi de fausses 
trachees. La masse charnue de Fembryon, est autour du noyau central et fibreux, composee de cellules gorgees d'amidon. On y distingue aussi un 
reseau vasculare plein d^une gomme-gutte jaunatre. II n'y a pas de doute que Fembryon de cette espece ne soit propre a fournir un antideperditif 
dont les propriety pourraient etre celles du Kola bitter. 

Cette espece est bien caracterisee par ses feuilles et par la forme bifurquee de son rudiment de gyneeee. C'est avec doute que je comprends dans le 
G. Balansse les echantillons 576 B de M. Balansa, ceux d'Hennecart et de Pancher n- 160 et 5446, qui se distinguent par des feuilles beaucoup plus 
ovales. l l 

33. — G. Lancxsanii. (Voyez pi. 70. ) 



— VIII 

, Espiees moim 

34. G. grandifolia Pierre. — Dheostifjina gr audi folium. C hoist/ in Zolling. Yerr. p. 150, et in Mem. soc. his. not. de Geneve, t. XV. 437 
tab, II. — PL et TV. mem. ouitif. 288.— Rubiacea ? Benth. et Boo/,', f. Gen. PL 1. p. 173. Rameaux presque ronds. Feuilles courtement petioles, 
oblongues-lanceo-lees, obtuses a la base et terminees par une pointe large et obtuse, ondulees a letat sec. pair- en dessous. longues de 13 cent, 
(petiole long de 5 mm.) larges de 4 cent. 2 mm., munies de 26 petites cotes environ, plus rlcvtVs «_m (lt-ssniis <|u"rn rfessus. Fleurs inconnues. Fruit 
porte par un pedoncule long de 10 mm. ovale, couronne par un stigmate sessile et ennteiiant - graiues jilann-fuinrxes. Trgument noiratre peu 
epais et non adherent au gros embryon qu'ilenveloppe. Le fruit a, dans la fig. de Clioisy, 10 mm. sur 10 mm. 11 dumm jmiir dimensions a la feuille 
13 cent. 1 2 a 16 cent. 12. Gelles donnees plus haut sont prises d'apres la figure del'auteur. La description de FembiTon indique bien que e'est un 
Garcinia de cette section, \oisin sans doute des G. Treubii et G. Binnendijkii ; mais, dans la premiere espece, le fruit est oblong et muni dun pedon- 
cule plus court, et dans la seconde, les pedicelles de la fleur male sont plus courts. Le G. grandifolia n'est pas represents a Kew ni a Paris. 

35. G. Treubii Pierre, PL 92, F. Herb. Pierre, n° 41 48-4160. Habite Selwera ? dans Tile de Sumatra, est cultive dans le jard. bot. de Buitenzorg sous 
le nom de mangies oetan et de G. javanica. BL Jeunes rameaux tetragones et comprimes au sommet, bientot ronds et tres gros. Les feuilles ont deux 
petites stipules caduques comme dans le G. stipulata. Elles sont longues de 21 cent. 1/4 (pet. 4-7 mm.) et larges de 4 cent. 1 2-6 cent. 3/4. Elles sont 
oblongues, etroites et obtuses aux extreinites. lanceob'es et terminees par une pointe large et assez courfe. Files sont rpaisses. coriaces. munies de 
40 petites cotes, ranrifieesa leur sommet. elevees et distinctes sur les deux faces. On compte dans l'intervalle de chacune d'elles 1-2 nervures paral- 
lels moins longues et assez accentuees. Les jeunes fruits sont portes par des pedicelles longs de 3-4 mm. 12. On trouve 2 bractees a leur base. 
Les fruits non murs ont 12 mm. 12 de haut , et 6 mm. de diam. lis sont strangles sousle stigmate sessile, bilobe, pelte et concave au centre, qui les 
surmonte. lis ont deux loges. II y a aussi 2 sepales interieurs (longs et larges de 3 mm.) sous les jeunes fruits, lis sont souvent caducs. Fleurs et 
graines mures inconnues. 

LeG. Treubii ne saurait etre evidemmentleG. javanica Bl. espece, d'apres Tauieurlui-meme, voisinede sonG. dioica. et. d'apres Choisy, identique 
au G. lateriflora, de la section Hebradendron. contenant par consequent, a Fovaire, 4 loges. Tous les caracteres fructiferes du G. Treubii sont ceux de 
la section Discostigma. 

36. — G. Hasskarlii Pierre, PL 92. I). Cette espece habite la province de Lampong. dans Tile de Sumatra. File est cultivee sous le nom de 
Soleera Moeara et sous len° 6,830. dans le jardin botanique de Buitenzorg 'Herb. Pierre, n° 4.1 40 . — Los rameaux sunt (t'trairniics dans le ieunea^e 
et bientot ronds et assez gros. Les feuilles. longues de dix cent, et larges, au milieu, de 3 cent. 1/2. soul ul^uijmes-kmcniJ.Vs. terminees par une 
pointe tres large, obtuse et tres courte, aigiies et decurrentes jusqua la base d'un petiole canalicule et tres courl I mm. . Elles sont pourvues d'un 
grand nombre de petites cotes tres fines, rapprochees mais distinctes, surtout en dessous, assez epaisses et coriaces. Les fleurs femelles, au nombre 
de 2, forment une cyme courtement pedonculee. Elles sont portees par des pedicelles longs de 4 mm. 1/2, epaissis au sommet et longs sous le fruit 
de 7 mm. 1/2. Les sepales exterieurs bracteiformes sont longs et larges de 1 mm. Ceux de la seconde serie, longs de 2-3 mm. et larges de 3 mm. 
sont presque conformes aux petales, multinerves, orbiculaires et concaves. Les petales sont peu epais et ont 3 mm. sur 3 mm. Les faisceaux de stami- 
nodes hypogynes, opposes aux petales, sont tres courts et sont denteles au sommet. Le gynecee est haut de 2 mm., plus large au sommet qua 
la base, recouvert par un stigmate epais. convexe et ponctue. L'ovaire contient deux loges uniovulees. Les fleurs males et le fruit mur sont in- 

37. — G. linearis Pierre, ft. for. PL 92. C. Cette espece habite la region de Sarawak, dans Tile de Borneo (Beccari, n° 3,834j. rameaux tetra- 
gones. Feuilles longues de 15 cent., larges au milieu de 2 cent. 1/2, lineaires-oblongues, lanceol^es, terminees par une pointe obtuse (longue 
de 12-18 mm.) et decurrentes sur un petiole long de 5 mm. Elles sont epaisses, coriaces. Leurs petites cotes, indistinctes en dessus, au nombre de 
40 environ, fines et peu elevees en dessous, courent jusqu'a la marge. On compte dans l'intervalle de chacune d'elles 1-2 nervures parallels moins 
longues et assez accentuees. Les fleurs sont inconnues. Le fruit est une baie globuleuse et biloculaire, haute de 10-12 mm. et d'un egal diametre. 
Elle est lisse, couronnee par un petit prolongement stylaire disco'ide au sommet, concave et entier. Son pedicelle est long de 6-8 mm. La°graine, soli- 
taire parloge, est plano-convexe ou pelt^e comme celle de la plupart des especes de la section Discostigma. Elle est entouree d'une gomme gelati- 
neuse tres e"paisse remplissant toute la cavite de la loge. Cette gomme est jaune-pale et d'un gout legerement amere. Le tegument et l'embryon sont 
ceux des Garcinia. 

Obs. Je.place avec doute cette espece dans cette section. Je ne m'y suis determine que par la forme des graines. 

38. — G. Keenania Pierre, PL 92. G. Cette espece habite le Cachar (Docteur Reenann, juin 1874). Les rameaux sont tetragones, assez gros et 
jaunatres. Les feuilles sont longues de 7 centim. avec une pointe longue de 3 mm. et un petiole long de 6-7 mm. Elles sont larges de 28 mm. Elles 
sont oblongues, coriaces, munies de 36 petites cotes environ, plus accentuees a la face inferieure que sur l'autre. Leurs fleurs femelles sont au 
nombre de 3-6 environ, groupees en cymes ombellees et axillaires. Leurs pedicelles sont longs de o mm. Leurs boutous ont 4 mm., en tous sens. 
Leurs sepales exterieurs sont longs et larges d'un mm. 1 /2. Ceux de la serie interieure sont longs et larges de 3 mm. lis sont tous orbiculaires, con- 
caves et membraneux sur les bords. Les petales, dans lebouton, sonl longs et larges de 4 mm., plus grands et plus minces que les scales, multi- 
nerves, orbiculaires et concaves. Iln'yapasdestaminodesalabasedugynecee. Celui-ci est globuleux, biloculaire et reconvert au sommet par un 
stigmate charnu, convexe. a bord reflechi el ondule, recouvert de ponctuations glanduleuses, peu elevees. Les fleurs males et les fruits sont in- 
connus. 

Cette espece me parait assez voisine du G. Lanessanii. Je la place, pour cette raison, dans cette section ou elle ne peut definitivemenl rester que si 
sa fleur male offre les caracteres des Discostigma. Ceux-ci sont, il est vrai, dans la fleur femelle du G. Keenania, quant aux sepales et a Insertion des 
ovales, tellement conformes a ceux des especes enumerees plus haut, que l'exactitude de mon rapprochement, parait certaine. 

V. DIGRANANTHERA 

Cymes bipares disposes en grappe composee et axillaire. Sepales a pen pres e-aux clans chaque serie. Petales plus 
grands que les sepales. Receptacle peu Sieve, epais, hemispherique, recouvert par trois rangees d'etamines sessiles et 
termine par un rudiment de gynecee sessile, disco'ide et a peine lobe. Fleurs femelles et fruit inconnus. Antheres de 
Discostigma. 

39. — Gr. Thorelii Pierre, PL 62. 

VI. PL1NTHOSTIGMA 

Fleurs letrameres des deux sexes disposees on grappes composees de cymes. Sepales a pen pro, d'egale dimension 
dans les deux series. Petales plus longs et plus epais que les sepales. Etamines de Discostigma. Rudiment de »vnecee 
tetragono. (ermine par unesorte de plinthe ou stigmate rectangulaire, presque plane au sommet. Ovaire a 1'lo^es 
Graines ellipttques, epaisses dorsalemenl et amincies du dehors en dedans, comme cclles des Man-ostana ' 




L Pierre 8c E Delpy, 



J . St or c k & L . Hugon , lith . 



A GARCINIA lanceaefolia,Roxb. 

B , oxyphylla ? PI . 8c Tp. 

C , borneensis ? Pierre. 

D , bancana.Miq. 



E GARCINIA myristicaefolia, Pierre, 

F , . mdroImeata.Pl. m.s.s. 

G- » Lorneensis, Pierre 



— IX — 

40. — G. multiflora, Champ, in Kew, Journ. Bot. Ill, 310. — Seeman Bot. Her., /. 79. — PL et Tr. M&m. Guitif. 176. — Bentham Fl. Hong- 
Kong. 1o.—Lnncssrm,Mrm.Gm'rin'ui. 32.— Otto espece habite Tilede Hong-Kong. G'est un petit arbre. Ses feuilles sont tongues de 1-10 cent., larges 
de 3-5 cent. Ellessonl o\iil«'s-ol.ilon^uos, aeuminees. aigues. deeurrentes surun Ires court petiole, elargies vers le milieu, epaisses, coriaces, munies de 
30 petites cotes environ, fourchues pres de la marge, distinctes sur les deux faces. Les fleurs males sont disposees en grappes composees de cymes, 
4-5 fois plus longues que le petiole. Leurs pedicelles sont longs de 7 mm. I /2. Les sepales, d'rgale grandeur dans les deux series, sont longs etlarges 
de 10 mm., orbiculaires. concaves, pen epais, multinerves et caducs. Les petales ont la forme des sepales, mais sont 2-3 fois plus grands et plus epais 
vers la l)ase. Les examines, au nombre de 80 environ, occupent le sommet obove et Tune et Fautre face de cliacun des qualre faisceaux nus a la 
base, opposes aux petales. qui entourent le rudiment de gynecee central. Celui-ei est tetragone, graduelleinent elargi de la base au sommet etcouronne 
par un stigmate tetragone, plane au sommet et reconvert de glandes globuleuses distinctes et assez elevees. II est plus allonge lateralement d'un cote 
que de l'autre et a la forme d'un paralJelogrammo. De ineine grandeur (pit 1 l'androcee, dans le bouton, il est beaucoup moins long apres l'anthese. Les 
antheres ont deux loges debiscentes par une fente apicale et en partie longitudinale. Dans la fleur femelle. on dit que les examines ou staminodes' 
seraient disposes en quatre courtes phalanges (de Lanessan) assez epaisses. Le gyn6c6e est termini par un stigmate disco'ide, sessile au sommet du 
fruit et la, disfinctement bilobe. L'ovaire est a deux loges et le fruit globuleux, 1-2 loculaire, haut de 22 mm. avec un diametre de 25 mm., lisse, 
contient 1-2 graines de Mangostana. 

Le G. multiflora a Ions les earacteres d'un Discostiijrna. sauf ses sepales de dimension a pen pres ('gale el ses graines, qui ont la conformation de 
celles des Mangostana 'Voir pi. 91 , J). 

VII. MUCESTIGMA 

Fleurs tetrameres, disposees en grappe terminale, cymiforme dans le sexemale. egalement terminales et ({uelquefois 
solitaires dans le sexe femelle. Sepales de la serie exterieure un peu plus eourts que dans la seconde, tous plus courts 
que les petales. Antheres a loges ecartees de Discostigma, mais oblongues et inegales, occupant en grand nombre, 
les deux faces de quatre faisceaux staminaux opposes aux petales. Ces faisceaux sont, dans la fleur hermaphrodite, 
remplaces par une rangee hvpogyne de petits faisceaux termines par 1-2 antheres obcordees et subintrorses. 
L'ovaire est a quatre loges. Le fruit contient 2-4 graines elliptiques, epaisses, deprimees du cote du hile et se rappro- 
chant beaucoup, comme forme, de celles des Discostigma. 

41 . G. travancorica Bedd. Fl. zylv. t. 173. — T. Anders, in 77. Brit. hid. 1. p. 268. Cette espece habile les montagnes deTinnevely, pres de 
Travaneore. Kile est cultivee dans lejardin holanique de llangalorc. Kameaux (etragones. Feuilles longues de 0-1 1 cent., larges de 3 cent, etporteespar 
un petiole long de 18 mm. Ellessont oblongues ouellipliques-oblongiies, assez etroites, obtusesaux deux extremites. arrondies ousubaigues, epaisses, 
coriaces, brillantes en dessus, pales en dessous. Elles sont munies de 6 petites coles environ et, dans l'intervalle de chacune d'elles, on compte 1-2 
nervures paralleles, reliees par un reseau de veines areolees. distinctes sur les deux faces. Les fleurs males sont au nombre de 3-17, disposers en 
grappe terminale longue de3-5 centim. Leurs pedicelles sont longs de 5 mm. Les fleurs femelles sont le plus souvenl solitaires et terminales. Leurs 
pe.dicellesn'ontque 3 mm. 1/2. Les sepales exterieurs sont longs de 4 mm. et larges de6mm. lis ont 6 mm. sur 6 mm. dans la seconde serie. Les peta- 
les longs etlarges de 7 mm. 1/2, danslebouton, doivenl de\enirplus grands, lis sont suborbiculaires, concaves, denticulesa la base et fortement nerves. 
On compte 80 etamines environ sur cliacun des faisceaux staminaux de la fleur male. Ces faisceaux seraient (apres l'anthese?) courtement ramifies au 
sommet, d'apresM. Beddome. Les antheres son! sessiles, biloculairesel leurs loges sont, ou subparalleles ouarquees etsepar^es par un large connectif. 
Le rudiment de gyn6c6e, dontle support est de plus en plus large de la base au sommet, est tetragone et enfin pelte. Sa surface stigmatique est 
couverte de glandes tres petites. Les etamines delafleurhermaphnulile sont fertiles. Files sont hvpogynes, le plus souvent groupees en petits faisceaux 
hypogynes, subopposes aux petales et di\ises. au sommet, en 1-2 filets aplatis, courts et inegaux. Les antheres sont ovales, obcordees et a dehiscence 
laterale. L'ovaire, pourvu de 4 loges, est recouvert d'un stigmate convexe. tres epais, glanduleuxet sinue sur son bordreflechi. La baie a 4 cent, de 
hauteur sur 3 cent. Elle est terminer par unprolongement stylaire assez long. File contient le plus souvent 2 graines ovales ou elliptiques, tres con- 
vexes en dehors etlegerement aplaties du cote du bile. Elles sont longues de 2 cent. 1/2, avec un diametre de 1 cent. 1/2. 

Cette espece tient a la fois des Discostigma et des Mangostana. (Voir pi. 90 D.) 

VIII. DEPASTIGMA 

Feuilles stipnlees. Fleurs tetrameres des deux sexes axillaires et disposees en cymes corvmbiformes. Sepales 
subegaux de Mangostana. Petales phis grands que les sepales. Receptacle de la fleur male tres eleve, partage, au 
sommet, en quatre divisions tres courtes, ramifiees et reconvenes sur les deux faces diamines nombreuses. Les 
antheres sont biloculaires, oblongues,, unpeu courbees, a loges tres ecartees ou bifurquees. Chacune est portee par un 
embranchement du connectif. Pas de staminodes sous le jeune fruit. Rudiment de gynecee de Discostigma. Ovaire a 
deux loges. Stigmate de la fleur femelle elargi en forme de patere, concave au sommet. Graines de Mangostana, ellip- 
tiques et comprimees du dehors en dedans, un peu aplaties du cote du hile comme dans les Discostigma. 

42. — G. Stipulata T. Anders, in Fl. Brit. Ind. 1. 267. — Griffith. J tin. notes 117 ri> 261. — G. speciosa Wall. PI. et Triana in Mem. 
Guttif. p. 172. nempe quoad flor. masc. Habite les montagnes de Bhotan et de Sikkim, de 1'Himalaya oriental. (Griffith. Kew. dist* 860.) 
Arbre de vingt metres. Jeunes rameaux comprimes ou subtetragones. Feuilles, sans fossette intrap6tiolaire, stipulees, longues de 9 cent. 1/2 a 
33 centim. (avec un petiole long de 10 millim. a 18 millim.) larges de 3-9 cent. 1/2, oblongues, lanceolees, acumin^es, obUises a la base, subai- 
gues au sommet, 6paisses, coriaces, munies de 34-36 paires de cotes, ascendantes, arrondies et courant pres de la marge avant de s'unir. Deux 
ou trois nervures souvent tres courtes, paralleles, courent dans leur intervalle. Des veines transversales, subparalleles, unissent les petites cotes et 
les nervures. Elles sont, de meme que celles-ci, tres elevees «urtout en dessous. Les stipules sont triangulares, subulees. Ses fleurs males et 
femelles, au nombre de 4-6, sont disposees en cymes corymbiformes axillaires longues de 2 cent. 1/2. Les pedicelles, plus courts dans 
les fleurs femelles, sont longs de 9 a 15 millim. Les sepales caducs, suborbiculaires, concaves, nerves, membraneux sur les bords, sont longs 
de 5 millim. et larges de 6 millim. 1/2 dans la premiere serie et de 7 millim. sur 6 millim. dans la seconde. Les petales sont oboves, con- 
caves, nerves, 6pais vers la base, membraneux sur les bords, deux fois au moins plus longs que les sepales. Etamines nombreuses, disposees au 
pourtour d'un receptacle eleve, et partage au sommet en 4 courtes phalanges ramifiees. Les antheres oblongues, un peu courbees au sommet, ont 
deux loges tartees et bifurquees, portees chacune par une branche du connectif el simulant deux antheres uniloculaires. Le rudiment de gynecde cen • 
tral, un peu plus long que les etamines. a un pedicule rond, graduellement plus large au sommet. et la, 6tale, convexe, glanduleux et sairs division sur 
les bords. Le pistil est oblong, etrangle, au sommet, puis couronnepar un stigmate en forme de patere, plane, large, Stale, legerement concave au cen- 
tre et obscurement 2-4 lobe sur le bord. Son ovaire lisse en dehors contient deux loges uniovulees. L'ovule ascendant, anatrope est attache, sur le pla- 
centa au-dessus de la base de la loge et a le micropyle fourne en has et en dedans. Le fruit long de 40 millim. sur 8-15 millim. est biloculaire, oblong 
ou hneaire-oblong, etrangle suns le stigmate. Les graines. longues de 22 millim. sur 8 millim. sont bombers extcrieurement et planes du cote du hile! 

Cette espece par 1 'inflorescence, par l'ovaire et les graines, nest pas eloigned de la section Peltostigma, mais en differe par les etamines, 



le rudiment cle pistil de la fleur male, par le stigmate et l'absence de stamiuodes dans la fleur femelle. Elle tient a la fois des Mangostana, et 
des Discostigma. Cette espece et le G. Treubii sont les deux seals Garcinia oil Ton ait constate des stipules. 11 est probable que Tune et l'autre seront 
placets dans la meme section, si, comme jele suppose, leG. Treubii a des tleurs males organisers comme le G. stipulata. (Voyezpl. 79 K.) 

IX. ECHINOSTIGMA 

Fleurs tetrameres, males el femelles, terminates^ groupees an nombredetroisdans les premieres et solitaires dans les 
secondes. Sepales a peu pres d'egale dimension, pins petits que les petales. Faisceaux staminaux connes a leur base 
avec le rudiment de gynecee central. Antheres oblongues et recourbees de Mangostana. Dans les fleurs femelles, les 
faisceaux, prives d'etamines mais franges au sommet, sont comme dans la fleur male, opposes aux petales, et font 
quelquefois defaut. Le stigmate convexe, entier, spherique est recouvert de glandes arronclies tres grosses. I/ovaire 
est a 3 loges. La graine ovale, est legerement deprimee du cote du hile comme celle des Discostigma. 

41. — G. Harmandii Pierre, PL 60. 

X. PELTOSTIGMA PLANCH. ET TRIANA 

Fleurs tetrameres, male et femelle axillaires, disposees en grappe composee de cymes bipares. Sepales a peu pres de 
meme grandeur dans les deux series, plus petits que les petales. Etamines nombreuses disposees sur le pourtour d'un 
receptacle cupuliforme a peine quadrilobe au sommet. Antheres coudees de Mangostana. Le rudiment de gynecee est 
etroit a la base, renfle vers le sommet et couronne d'une sorte de chapeau frange sur les bords, strie et glanduleux. 
Les etamines de la fleur pseudo-hermaphrodite sont sessiles et uniseriees au sommet d'un anneau hypogyne et quadri- 
lobe. I/ovaire est oblong etbiloculaire. Son stigmate est plane, legerement concave et glanduleux. La graine est plano- 
convexe, deprimee du cote du hile comme dans les Discostigma. 

44. — G. anomala PL et Tr. Mem. Guttif. 174, — T. Anders, in Fl. Brit. lnd. /, 226. — Ilabite le Bengal oriental dans les monls de Jyntea 
et de Khasia (Herb. Griffith n° 848 et Herb. H. f et T. 14). Rameaux ttHragones. Feuilles longues de 12-22 cent, (avec un petiole de 
10-12 mm.), barges de 5-9 c. 1 /2 elliptiques-oblongues, lanceolees, courtement acuminees, souvent obtusesaux deux extr6mit6s, tres coriaces, munies, 
de 30-34 petites cotes et d'autant de nervures paralleles, intermediaires et souvent aussi longues, egalement elevees sur les deux faces, reliefs enfin 
transversalement par des veines espac^es etsinueuses. Les fleurs males, de meme que les fleurs femelles, au nombre de 3-4, sont disposees en cyme 
au sommet d'un pedoncule axillaire, long de 2-5 mm. Les pedicelles sont longs de 3-6 mm. et s'elevent au sommet du pedoncule entre deux bractees 
foliages, lis sont articul^s a la base. Les sepales sont longs de 6-7 mm. et larges de 8-9 mm., dans la premiere se>ie ; ils sont longs de 9-10 mm. et 
larges de 6-7 mm. dans la seconde. Ils sont reflechis, epaissisaleur base, multinerves, coriaces et oboves. Lespelales (dans lebouton) longs de8mm., 
sur 6 mm., sont etroits a la base, assez minces et multinerves. Les etamines, tres nombreuses, sont presque sessiles sur la face exterieure et sur le 
pourtour d'un receptacle cupuliforme, courtement pedicule, e>ase en haut et entourant le rudiment de gyn6c6e central. Les antheres sont tres larges, 
ont deux loges introrses, paralleles et coudees vers le milieu. Le rudiment de gynecee, moins long que le receptacle staminal qui l'entoure, est aminci et 
libre a la base, s'elargit bientot, s'etale enun bord glanduleux, frang6, et porte enfin au sommet et au centre, sur une courte colonne striee, un disque 
aplati peu elargi et sinue sur le bord. Le gynecee est cylindrique, lisse, lin^aire-oblong, tronque au sommet, a peine convexe et muni de glandes 
reiiiformes sur son pourtour. 11 est, a la base, entoure d'un anneau eleve de 2-3 mm., irregulierement lobe" ou partag6 en phalanges Ires courtes ou 
indistinctes au sommet. Ces phalanges sont composees d'une seule ranged d'etamines, recourbees en dehors, a la maniere des staminodes des Dis- 
costigma. Les antheres presque sessiles ont deux loges introrses et peuvent etre fertiles. Son ovaire est biloculaire. Les ovules sont, comme dans les 
Discostigma, attaches un peu au-dessus de la base de la loge, ascendants avec le micropyle en bas et en dedans. Le fruit biloculaire est globuleux (haut 
de 42 mm. avec un diametre de 35 mm.), et subitement termin6par un r6trecissement stylaire tronque et glanduleux sur le bord, au sommet. Les 
graines (8 mm., sur 6 mm.) sont un peu convexes en dehors et aplaties du cote du hile. 

Par ses etamines, cette espece est bien de la section Mangostana. Mais son receptacle ne so partage pas franchement en phalanges staminales ; le 
sommet pileiforme de son rudiment de pistil est caracteristique et son ovaire est celui des Discostigma (Voir pi. 79, L.). 

XL GAMODESMIS 

Fleurs pentameres. Dans les males, elles sont ombellees au sommet d'un court bourgeon axillaire. Sepales de Xan- 
thochymus. Etamines occupant rune et l'autre face d'un receptacle quinquelobe au sommet. Antheres de Man- 
gostana. Rudiment de gynecee effile a la base, large et convexe au sommet. Fleurs femelles et fruit inconnus. 

44. — G. Moselleyana Pierre. — Habite les Philippines (Challenger's expedition). Feuilles longues de 10 c. 1 /2, larges de 5 cent., elliptiques, 
obtuses a la base, terminees par une poinle assez courte et obtuse, coriaces. Leurs petites cotes, au nombre de 36 environ, sont ascendantes,' 
bifurqu^es loin du bord, a peine distinctes des nervures intermediaires. Le petiole est long cle 5 mm. Les fleurs males sont disposees au nombre de 3-9 
sur un court bourgeon axillaire ; elles sont sessiles et munies, a la base, de deux bractees ovales et concaves. Les scales, d'in^gale grandeur, sont au 
nombre de 5 de meme que les petales. Ceux qui sont situes le plus en dehors sont conformes aux bractees, quoique plus grands. Les^petales sont obo- 
ves, concaves, multinerves, membraneux et ondules. Les etamines sont en nombre considerable. Elles occupent la face dorsale, et au sommet, la face 
inteneure de cinq faisceaux, soud^s dans presque toute leur longueur, avec le rudiment de gynecee central. Celui-ci est porte par un pied tres mince, 
subule a la base et de plus en plus epais jusqu'au sommet qui est convexe et discoide, sans divisions et sans glandes stigmatiques bien elevees Les 
filets des etamines sont tres courts. Les antheres sont oblongues a deux loges paralleles de Mangostana. Fleurs femelles et fruit inconnus. 

Par ses feuilles et la forme de ses antheres, cette espece est bien de la section Mangostana. Ses fleurs pentameres la rapprochent des Xanthochymus 
Cependant le disque murine, present dans les especes de cette section, fail ici complement defaut. Elle se rapprocherait d'une espece element 
pentamere, signalee par Blanco (Fl. Philipp. 436) sous le Cambodgia venulosa. 

XII. CONOCENTRUM 

Fleurs terminales tetrameres, assez nombreuses et fascicules dans les males; solitaires, dans les femelles Se- 
pales megaux et plus petits que les petales. Etamines nombreuses disposees sur le pourtour d'un receptacle pyra- 



— XI — 

midal, tronque au sommet et la, termine par 1111 court rudiment tie gynecee. Antheres ovales a loges reniformes, 
biloculaires, ecartees et separecs par un tres large connectif. Dans la fleur femelle les etamines sont uniseriees a 
la base clu gynecee, et subopposees aux sepales. L'ovaire a huit loges. 11 est recouvert par un stigmate convexe et un 
pen concave au centre, pourvu (Tautant de sillons et de lobes qu'il y a de loges a l'ovaire. 

46. — G. malaccensis Hook. f. in Fl. Brit. bid. I, 261. — G. cornea L. ex Roxb. : Kew. dist. n° 149. (Coll. Maingay). Habite Malacca. 
Rameaux gros el quadrangulaires. Feuilles longues de 13 a 20 cent, (aver un petiole long de 2 cent.) larges de 3 a 6 c. 1/2 oblongues ou elliptiques- 
oblongues, subitement acumin6es, aigues a la base, 6paisses et coriaces, munies de 32-36petites cotes paralleled, elevees au-dessous, visibles endessus, 
unies pres du bord du limbe, avec un nombre double de nervures paralleles intermediates el des veines transversales visibles en dessous. Les fleurs 
males, au nombre de 4-6,sontterminaleset port6es par des p6dicelles epais, longs de 15 mm. Les fleurs femelles sont solitaires etterminales, ontunp6- 
dicellelong de 6-14 mm. Les s6pales ext^rieurs sont longs de 13 mm. 1/2 et larges de 13 mm.; les sepales interieurs ont une longueur de 14mm.et une 
largeur de 16-18 mm. ; ils sont tous orbiculaires, concaves, charnus, 6pais, plus grands dans la deuxieme se>ie que dans la premiere et dans les fleurs 
femelles que dans les fleurs males. Les p6tales sont 2-3 fois plus grands que les sepales, plus 6pais, concaves et rouges. Les examines nombreuses sont 
sessiles,sur un receptacle pyramidal (long de 6 mm., avec un diametre de 4 a 5 mm. a la base). Les antheres, recourbtjes en dehors, ont deux loges in- 
dorses, s6par<5es par un large connectif arrondi au sommet. Le receptacle tronque ou concave au sommet est termine par un rudiment de pistil a pied 
mince, tres court, recouvert par un stigmate conxexe el ondule sur son bord retlechi. Le pistil est ovo'ide. On compte depuis une jusqu'a 15 examines 
a sa base. Elles manquent quelquefois. Leurs anlheres sont ovales etporteespar un filet grele. Elles paraissent fertiles. L'ovaire est lisse, a moitie re- 
couvert par le stigmate et possede huit loges (res peliles par rapport a son diametre. Le stigmate est sessile, convexe, quelquefois creus6 au sommet, 
partag6enhuit sillons profonds et en huit lobes ondules sur les bords. On compte sur chaque lobe ou division stigmatique 15 a 20 glandes arrondies, 
elevens, mousses, disposees en 3-4 rangers paralleles. Fruit inconnu. 

Parses feuilles surtout, par la grosseur de ses fleurs, par ses pelales rouges, c'est l'espece la plus voisine du G. Mangostana. On ne comprend pas 
quelleait pu etre prise pour le G. cornea. II est vrai que toutes les especes de cette section habitant la peninsule malaise, furent confondues avec cette 
espece etparticulierementles G. Hombroniana et G. affinis (Voyez pi. 78, D). 

XIII. SPHOEROGENTRUM 

Fleurs tetrameres, terminales et solitaires dans les deux sexes. Sepales a peu pres egaux et plus petits que les pe- 
tales. Etamines tres nombreuses, groupees dans la fleur male autour d'un receptacle spherique et disposees, au nom- 
bre de 1-3, dans la fleur hermaphrodite, en face des sepales. Antheres ovales-oblongues recourbees en dehors a deux 
loges paralleles de Mangostana. Pas de rudiment de gynecee. Ovaire lisse spherique ou globuleux, contenant dix loges. 
II est recouvert par un stigmate hemispherique, legerement ombiliquc au sommet, a peine lobe et partage en autant cle 
sillons qiv il y a de loges a l'ovaire. Graines de Mangostana en forme de croissant, larges dorsalement et amincies du 
dehors en dedans. 

47.— G.CumingianaP/^vr,P/.78,^.F. (Cuming n°l J24);/^£.(6chantillon fruit provenantdel'expedition du Challenger etconserv6aKevv). 
— Cette espece habite les lies Philippines. Ses jeunes rameaux sont epais, telragones et allonges. Ses feuilles longues de 18-21 centim., larges de 5-9 
cent., sont oblongues ou elliptiques-oblongues, lanc^olees, acuminees, subaigues aux deux extremities, et munies d'un peliole long de 15 mm. Elles 
sont epaisses, coriaces, munies de 40 petites cotes environ, paralleles, ascendantes, arrondies pres du bord et elevens sur les deux faces. Deux a 
trois nervures moins longues courent dans lmtervalle de chacune d'elles. Les fleurs males sont portees, au sommet des rameaux, par des p6dicelles 
longs de 8 mm., plus 6pais et longs de 8-9 mm., dans la fleur hermaphrodite. Les s6pales, longs de 8-11 mm., larges de 10 mm., plus longs dans 
la se>ieexte>., plus larges dans la seconde, sont orbiculaires, concaves, multinerv6s et membraneux sur les bords. Lespelales, a peine plus grands 
que les sepales, sont plus 6pais, charnus, obov6s et a peine concaves. On compte, dans la fleur male, 240 examines environ, groupies et presque sessiles 
sur le receptacle, qui est spherique et central. Les antheres sont introrses, a peine recourb6es en dehors dans la fleur male. Leurs loges sont plus 
ecartt'cs dans la fleur pseudo-hermaphrodite. 11 n'y a pas de rudiment de gyn6c6e,caractere qui separe cette espece du Cambodgiavenulosa de Blanco. 
Les etamines de la fleur femelle sont groupies au nombre de trois, en petits faisceaux situ6s en face des sepales exterieurs ; cependant elles sont le 
plus souvent solitaires, en face des sepales de la s6rie interieure. Le gynecee est spherique. 11 est recouvert au sommet par un stigmate tres charnu, 
ombilique au sommet, sillonne et a peine lobe au pourtour. Sa surface est tapiss6e de glandes assez elevees, arrondies et formant 3 a 6 series paral- 
leles sur chaque division stigmatique. Le fruit a une hauteur de 5 cent, et un diametre d'egale dimension. II est termini par un court prolongement 
stylaire portant un stigmate rtfflechi, coupe en 10 petits lobes sur les bords et concave au sommet. Ses graines, amincies du cote du hile, sont oblon- 
gues et au nombre de 8-10, dans chaque fruit. 

Je n'ai pas suivi Choisy (Gutti feres de FInde, p. 34) en considerant les echantillons de Cuming n° 1,124 commerepresentantle Cambodgia venulosa 
de Blanco. Quant au n° 2296 de la meme collection, provenant de Malacca, c'estle type du G. Hombronmna. MM. Planchon et Triana avaienl hien 
observe que l'6ch. de Cuming pouvait ne pas representer la plante de Blanco. (Mem. Guttif. p. 172). Je ne suis pas certain si le fruit (pi. 78 E) de la 
collection du Challenger se rapporte au G. Cumingiana. Ce fruit n'6taitpas a Kew, attache a un rameau. Cependant son stigmate a bord refl6chi et 
peu profondement lobe est bien celuides jeunes fruits de Cuming (Voyez PI. 78 F. fig. 7). La fig. 3 lv^re^ente Fanthere de la fleur male et la fig. 5 -?- 
celle de la fleur hermaphrodite. Le stigmate {fig. 7 et 4) a des lobes plus distincts clans lejeune fruit que dans la fleur en bouton -f-. 

XIV. MANGOSTANA 

Fleurs tetrameres, terminales dans les deux sexes, fasciculees dans la plante male, solitaires ou au nombre de 2-3 dans 
la plante femelle. Etamines de la fleur male (Roxburgh) distributes sur les quatre lobes d'un, receptacle charnu et 
autour d'un rudiment de gynecee central. Elles sont uniseriees et libres a. la base de l'ovaire, dans la fleur herma- 
phrodite, mais sans ordre apparent par rapport auperianthe. Antheres ovales, biloculaires, introrses et un peu recour- 
bees en dehors, vers le sommet. Ovaire de 5-6 loges. Stigmate sessile, convexe, sillonne et lobe vers la peripheric 
Graines oblongues en forme de croissant, epaisses dorsalement et amincies du cote du hile. 

48. G. Mangostana. L. (Voir pi. 54.) 

XV. GYNEGONIA 

Grappe terminate dans la plante male et composee de fleurs solitaires au sommet des ramifications. Pedicelles 
bibracteoles. Sepales d'inegale longueur, plus petits que les petales. Receptacle tetragone divisepres de sa base en 



— XII - 

quatre faisceaux staminaux unis aux petales. Rudiment de gynecee tres court, tetragone et pointu. (Cette section 
ne differe des Mangostana que par son inflorescence, et par la forme tetragone et lanceolee de son rudiment de gyne- 
cee.) 

49. — G. Vieillardii Pierre. Ceite espece, dont on neconnalt ni les fleurs femelles ni le fruit, habite la Nouvelle-Caledonie. (Vieillard, ?i° 183; 
Panther, it 308.) Rameaux t6tragones, assez gros, comprimes dans le jeune age. Feuilles ovales on ovales-oblongues, aigues a la base, obtuses 
ou arrondies au sommet, epaisses, coriaces, longues de 10-18 centim., larges de 3-7 centim. 1/2, a petiole epais, long de 13-25 mm. Leurs petites 
cotes, aunombre de 60 environ, plus distinctes en dessous qu'en dessus, s'etendent jusqu'a la marge. Elles son! sinueuses et subparalleles. Une 
nervure presque aussi longue et aussi accenting court dans l'intervalle de chacune d'elles. L'inflorescence est longue de 3 centim. Les ramifications 
de la grappe sont longues de 11 mm. Elles ont, vers le milieu, deux bractees orbiculaires et concaves, et ne portent qu'une seule fleur. Les sepales 
(7 mm. sur 10 mm. dans la premiere serie ; 8 mm. 1/2 sur 11 mm. dans la seconde) sont plus larges que longs, lis sont orbiculaires, concaves, tres 
epais et non nerves. Les petales sont enroules, tres epais, tres charnus et ont, avant l'anthese, 10 mm. sur 10 mm. Les etamines sont tres nombreuses. 
Elles occupent le sommet et toute la face interieure des faisceaux. Leurs filets sont tres courts. Les antheres ont 2 loges recourbees en dehors et 
introrses. Elles sont ovales et assez petites. Au centre du receptacle, et a la hauteur de la division des 4 faisceaux staminaux, s'eleve le rudiment de 
gynecee. C'est une pyramide tres aigue au sommet, de moitie moins longue que les faisceaux. 

Parl'organisation des fleurs males de cette int6ressante espece et particulierement par la forme de ses antheres, il n'est pas douteux qu'elle ne 
soit voisine de la section Mangostana, dont on la distinguera facilement par l'inflorescence. 



XVI. KIRAS 

Arbres a sucjaune ou blanc. Inflorescence terminate. Perianthe de Mangostana. Les faisceaux staminaux sont. 
suivant les especes, opposes aux sepales ou aux petales. lis sont entierement libres ou connes a la base. Antheres de 
Mangostana. Dans la fleur hermaphrodite, les etamines font souvent defaut. L'ovaire est lisse et contient 4-10 loges. 
Le stigmate, dans la fleur et dans le fruit, est porte par un prolongement stylaire. Cette section est a peine distincte de 
la precedente. 

■j.. Etamines de la fleur herma/diradi/r libres ,■/ af, posies aux sepales. 

30. G. Riedeliana Pierre, PI. 79. A . Cette espece habite Gerontolo, dans file de Celebes (Riedel 1873). Jeunes rameaux tetragones. Feuilles 
longues de 10-18 centim. (petiole 10 mm.), larges de 3-7 cent., oblongues, lanceotees, terminus par une pointe presque aigue et lon<me d'un 
centim. 1/2, obtuses ou subaigues a la base, parcheminees et coriaces. Leurs petites cotes, au nombre de 40 environ, el les nervures paralleles 
qui courent entre chacune d'elles, sont .§galement accentute sur les deux faces. Les (leurs femelles, seules connues, sont solitaires et terminales 
Leur ped.eelle est long de 5-7 mm. et tetragone. Les sepales sont oblongs, oboves, tres concaves, plus longs dans la serie interieure. Petales ? Les 
etamines, au nombre de 4-6, sont solitaires ou placte au nombre de deux en face des sepales. Leurs fdels son courts et libres. Leurs antheres sont 
ovales-oblongues. L'ovaire est ovale-oblong, (ermine par un relrtcissement stylaire et par un stigmate pelte, un peu ombilique au centre et au 
sommet, non sdlonne. et non lobe, 11 contient 8 loges. Le fruit est spherique et lisse. Celui que j'ai vu etait en si mauvais <5tat que je n'ai pu conslafer 
le nombre des loges, la forme des graines et celle du stigmate. 

Cette espece semble voisine du G. ce/ebica. L. Cependanl ses feuilles paraissent plus petites. On sait que Rumphius ne donne que 3-6 lo^es 
au fruit du G. celebica et qu'il le reprtsente pourvu d'un prolongement stylaire. Ce caractere n'a pu Stre constate dans celui du G. Riedeliana 
D 'apres la figure de Rumphius, les faisceaux staminaux sont opposes aux petales. 

';,. Etamines de la fleur male opposees aux sepales. Elles font defaut dans la fleur hermaphrodite. 

51. G. Benthami Pierre, PI. 55 et 56. 

52. G. ferrea Pierre, PI. 57. 

53. G. Schefferi Pierre, PI. 59. 

54. G. Hombroniana Pierre, PI. 79 D. E. ?' P. Cette espece habite la peninsule malaise, depuis Singapour (Hombron. Voy Ast et Zelee 
1836-40) jusqu'a Malacca. (Griffith Kew'sdist. 1861-62) et (Cuming n° 2,296). Rameaux tetragones etfres rapproches. Feuilles longues de 13 cent, 
(petiole de 10 mm.), larges de 6 cent., ovales-oblongues ou ovales-elliptiques, aigues ou obtuses a la base, courtemeut acuminte et subobtuses au 
sommet, tres coriaces. Leurs petites cotes, au nombre de 32 environ, sont tres tines, unies pres du bord du limbe et peu accentute sur les deux faces. 
Les fleurs males et femelles sont terminales, plus longues (13 mm.) dans les premieres que dans les secondes (6-7 mm.) Les scales de la serie exterieure 
sont longs de 6-8 mm. , larges de 3-4 mm. , et dans la seconde.longs de 7-1 mm. , et larges de 3 mm.; ils sont tous oboves et concaves. Les petales longs 
et larges de 1 mm. , sont orbiculaires ou siibelliptiques, concaves , epais vers la base et membraneux vers la circonterei.ee. Les etamines nombreuses et 
presque sessiles, sont distribute sur un receptacle partage en 4 faisceaux, au sommet, opposes aux sepales. Le rudiment de gynecee central est plus 
court que les faisceaux et (ermine par un plateau ou disque glanduleux et peu epais. 11 n'y a pas d'etamines a la base du gynecee. L'ovaire est <do- 
buleux contient huil loges et est couronne par un stigmate convexe, lobe sur les bords et devenant, a l'etat fructifere, concave au sommet.°Ce 
stigmate est auss. porte par un prolongement stylaire plus accuse au sommet du fruit que dans la fleur. La bale est globuleuse ou spherique. Elle 
contient ordmairement 6 graines de Mangostana. Elle a en hauteur et en diametre 30 mm. Son mamelon stylaire est long de 3-4 mm. Ses Raines 
sont longues de 28 mm. Elles ont du hile a la face exterieure 9 mm. 

55. -G. Cornea L.sp 501. - Lignum corneum Pump/, Amb. Ill, p. 55, tab. 30. - Habite l'ile d'Amboine dans la Malaisie. Qnoique tous 
es bolamstes a.ent accepte le G. cornea L. ex Roxburgh, comme identique au Lignum corneum, ou Hussur de Rumphius, nous allons d'abord donner 

la dwcr.pl.onde cet auteur, et nous terminerons par celle du G. cornea, ex Roxburgh, d'apresles echantillous, pris dans le jardin bolaninue de Calcutta 
- L Hussur est un arbre eleve. Son (rone est gros ; son ecorce noirmre. Ses feuilles sont plus petites sur les arbres ages que sur les jeunes Elles 
sont longues de 1 1-15 ponces (30-40 cent.) e, larges de 4 ponces (1 1 cent.). Elles sont oblongues, arrondies a la base obtuses ou *m ginees a 
sommet d apres la figure, mumes d une cote canaliculee en dessus. elevee en dessous, et de petites c6tes paralleles, courant iusqu'au bord et 
rapprochees Le petiole court, epais, et lord., est long, d'apres la figure, de 5-15 mm. Les fleurs miles sont au nombre de deux e. terminates. Leurs 
pdcel.es, d apres la figure sont penches et longs de 10-15 mm. Les sepales, au nombre de 4, sont orbiculaires, concaves et plus courts que les 
petales C ux-ci sont orbiculaires ou suboblongs, concaves et epais. Les etamines sont distribute en quatre faisceaux aUerne, aux petales libres au 
sommet. An centre, se trouve un rudiment de gynfete a tete globuleuse. Dans la figure de Rumphius, on voit au sommet d'un Lean les deux 
(leurs males don( je viens de parler, e( plus has, a Fexlremite de deux rameaux secondaires opposes, naissant sur la meme branch que , fleur 




A GARCINIA SehomburgTriana .Pierre 

obion^jifolia , Champ . 

Kyrfia, Roxb. 

D , Cowa,Roxb. 

Cowa,Roxb 

F . Cowa,Roxb 



G- GARCINIA Cowa,Roxa. 

H , Cowa,Roxb. 

I sp. 

J ^ Kydia , Roxb 

K _, Kydia, Roxb 



— XIII — 

males, deux fruits (erminaiit chacun uu rameau. L'association de fleurs males et de fruits sur la meme branchc. parait improbable. En tout cas, c'est 
le seu'l exemple d'une semblable disposition qu'on puisse citer dans la section Mangoslana. Quoi qu'il en soit, le fruit solitaire a Fextremite des ra- 
meaux est globuleux et de la grosseur d'une prune. Son pedicelle est long de 3-5 mm. II est haut de 26 mm. et son diametre a 25 mm. 11 porte a la 
base 4 sepales et au sommet un stigmate muni d'un petit prolongement stylaire, discoide et plane au sommet. Le diametre de ce stigmate, d'apres 
la figure, est de 7-8 mm. L'auteur ne dit pas combien de loges possede le fruit. II est lisse et brun fonce. Ses graines, entourees d'une pulpe d'un 
gout desagreable, ont la forme d'un croissant. Le sue de I'Hussur est jaune. Son bois est blanc ; il brunit et prend une couleur de miel en vieillis- 
sant. 11 est lourd ,' d'un travail difficile et a la consistance de la come. II est strie longitudinalement. On l'emploie ordinairement pour manclies d'ou- 
tils. 

Voici maintenantla description du G. cornea L. ex Roxburgh, d'apres les echantillons de mon berbier (n° 3,629) pris par moi-meme, dans le jardin 
botanique de Calcutta : 

G. cornea L. ex Roxb. fl. ind. II, 62!). — Wight. Ic. 1 05. — Wall. Cat. 4852. — C. in H. B. Calc. — Lanessan, Mem. Garcinia (pro parte) ; necnon 
G. celebica. — T. Anderson in fl. Brit. 260 (pro parte) ; necnon G. af finis Wat. Cat. 4854 et G. fascicularis 4853 ; necnon Wat Cat. D. [Penang. Porter) 
et E. (Moulmayn, 1827) ; necnon G. fabrilis Miq. 

Arbrede 6-10 metres. Tronc peu eleve, ramific tout pres de la base et surmonte d'une tete pyramidale. Fcuilles longues de 8-23 cent., larges de 
2 c. 1/2 a 6 c. 1/2, portees par un petiole long de 10-18 mm., oblongues ou elliptiques-oblongues, lanceolees aux deux extremites, aigues a la base, 
terminus par une pointe courte et obtuse au sommet. Elles sont minces, quoique coriaces, et brillantes endessus. Leurs petites cotes, aunombre de 
48-56, ascendantes, paralleles, arrondies et unies tout pres du bord du limbe,sont fines et elevees sur les deux faces. Dans l'intervalle de chacune d' elles, 
ily a 1-3 nervures paralleles, moins longues et moins elevens. Elles sont reliees par desveines espacees et transversales. Les fleurs males, terminales, 
sont groupies au nombre de 3-6 et 6-9. Leurs pedicelles sont longs de 9-10 mm. et souvent penches. La fleur femelle est solitaire, terminale et portee 
par un pedicelle long de 5 mm. II est rare de trouver 2-3 fleurs femelles groupees ensemble. Les sepales exterieurs sont longs de 9 mm. 1/2, larges 
de 7 mm. Ceux de la deuxieme sene sont longs de 9 mm. et larges de 6 mm. 1 /2. lis sont tons orbiculaires, concaves, minces, multinerves, plus 6pais 
el plus coriaces sous le fruit. Les petales, apres Fanthese, sont plus longs que les sepales. lis sont longs de 13-15 mm., et larges de 8-10 mm. lis sont 
a peine plus 6pais que les sepales, presque transparent, multinerves, un peu etroits et plus epais a la base. II n'y a pas d' famines sous le gyn6c£e. 
Dans la fleur male, elles sont nombreuseset occupent l'une et l'autre face d'un receptacle allonge etpartag6 au sommet en quatre courts faisceaux 
opposes aux sepales. Les filets sont larges et plus courts que les antheres. Celles-ci sont recourbees au dehors par le milieu et leurs deux loges, out 
les valves interieures plus courtes. Le rudiment de gyneeee central est aussi long que les faisceaux staminaux. Son pied est libre, subquadrangulaire 
ou presque rond, termine au sommet par un stigmate discoide, plane au sommet et frange" sur lesbords. L'ovaire est lisse, suboblong, un peu r6tr6c\ 
au sommetet recouvert par un stigmate legerement convexe, glauduleux el partage au sommet reflechi en quatre pelits lobes correspondant aux quatre 
loges ovariennes. Le fruit contient 2-4 graines. 11 est ovale-oblong, lisse el se termine par un prolongement stylaire long de 2-5 mm. , couronne par un 
stigmate discoide, legerement bombe, obscur6ment 4-lobe sur le pourtour, ponctue et sans traces de sillons a la face supe>ieure. Les graines sont 
celles de la section Mangostana. Elles sont entourees d'une pulpe, d'un gout assez agreable, observation faite parRoxburhg et dont je puis affirmer 
l'exactitude. 

Cet auteur rapporte avec doute, les arbres du jardin botanique de Calcutta, repr6sentant Fespece que nous venons de d^crire, au G. cornea L. 
En effet, d'apres la description de Rumphius. YHussur a des feuilles plus grandes que le G. cornea ex Roxb. Elles sont obtuses aux deux extremites 
et emarginees au sommet. Le nombre des fleurs males esl seulement de deux. La pulpe des graines est decrilo comme desagreable. Enfin, le fruit de 
la figure de Rumphius est globuleux et son stigmate n'offre aucune trace de division. Le meme auteur dit positivement que VBnssur est un grand ar- 
bre tandis que les arbres du jardin botanique de Calcutta, quoique ag6s de 40-50 ans, n'avaientpas 10 metres de hauteur, quand je lesai vus (1862- 
1865). II est done permis de supposer que YHussur n'est pas le G. cornea ex Roxburgh. Cette question ne pourra etre r£solue que lorsque l'lle d'Am- 
boine sera mieux explore, qu'elle ne Fa £t£ jusqu'ici. 

Quelques ecbanlillons du calal<i,-ue de W'allicli. eliqiieles G. cornea, sont pris duns le jardin botanique de Calcutta, mais n'ont jamais et6 rencon- 
tres dans la peiiinsulc ni.daisc. Ceux qui soul eliquetes G. cornea et qui en proviennent, sont des especes differentes confondues jusqu'ici avec le 
G. cornea. Cede erreur remonte a W'allicli, mais elle a etc surtout eommise par Choisy. 

La plante du jardin botanique de Calcutta (G. cornea L ? ex Roxburgh) proviendrait de la Malaisie et aurait 6\6 introduite par le colonel 
Kyd. (Voyezpl. 78 B). 

y. Etamines de la fleur male opposres aux petales. Elles it existent pus duns hi flair hermaphrodite. 

56. — G. celebica. L. sp. PI. 635 ex Willd. sp. p. 848 ; — PL et Tr. Mem. Guttif. 1 73 ; — G. cornea L ex Lanessan Mem. Garcinia, 22. Man- 
(jostana celebieu. Humph. Am/nun. \.p. 134, tub. \\. Habile Tile Celebes, pres dc .Macassar el est appele la : Kirus. Arbre assez petit, a tete large. Son 
latex est blanc. Feuilles courtement petiolees. oblongues, acumin6es aux deux extremites, aigues, 6paisses, rigides. Ses petites cotes sont peu accen- 
tu6es ou a peine visibles dans les jeunes feuilles. Celles-ci sont longues de 21-26 centim. et larges de 11 cenlim. Au sommet des jeunes rameaux 
pourvus de 1-2 paires de feuilles, nait un pedoncule ou grappe portant 3 fleurs globuleuses dont les pedicelles sont longs de 7-11 millim. La fleur 
comprend 4 sepales et 4 petales plus grands que ces derniers, jaunatres et odoranls. Autour d'un rudiment de pistil central, ily a 4 phalanges stami- 
nales plus longues que ce corps, opposees aux p6tales et portant un grand nombre d'etamines. Le fruit (represent6 non attache aux rameaux) esten- 
tour6 a sa base paries sepales persistants ; il est sph6riqueou suboblong. L'auteur dit qu'il ne differe pas, comme organisation interieure, de celui 
du Mangonstan. Au lieu d'etre comme le fruit de cette espece, couronne par un stigmate sessile et stelle, il est termine par une petite colonne ou 
amincissement stylaire plus large au sommet qu'a la base et a centre apical excave. Faut-il entendre que ce fruit n'a pas plus de 5 a 6 loges ainsi que 
l'auteur figure rrliii du Mau-onslan? hans la planclie dc liuiiipbius le relrecissenient stylaire n'est pas sensiblement plus large au sommet qu'a la 
base et le stigmate n'est pas ombilique. L'auteur dit aussi que l'arbre a un Ironc de la grosseur du bras (8-10 centim.) quand il commence a produire 
des fleurs. 11 ajoute que le Riras etail culli\e a Amboine, que la ses fleurs 6taient caduques. 11 entend probablement parler de la plante male, qui ne 
produit de fleurs femelles dans beaucoup d'especes de Garcinia, que deux ou trois ans apres avoir porte des fleurs males. C'est ce que j'ai observe" 
pour le G. Benthami. 

D'apres la description et la figure du G. celebica, cette espece differe du G. cornea L par des feuilles moms grandes. par liidlorescence, par des 
pedicelles plus courts, par des petales opposes aux faisceaux staminaux, par un sligmale mm elargi en tele de clou et non plane au sommet, enfin par 
un latex blanc et non jaune. 11 n'est done pas possible d'unir ces deux especes ainsi que Fa fait 31. de Lanessan. Le G. celebica differe de Fespece sui- 
vante par Finflorescence, le stigmate ombilique, et probablement par le nombre des loges de l'ovaire et par la nervation des feuilles. 

57. G. Rumphii Pierre, PL 77. A. Cette espece serait originaire de File Bangka. Elle est cultiv£e dans le jardin botanique dc Buitenzorg sous le 
nom de G. celebica L. Son nom uilgaire. a Banska, serait : llme/nis d'apivs M. Treub, directeur du jardin botanique de Buitenzorg. (Herb. Pierre, 
n° 4,169 et 4,168.) Cet arbre parait avoir un sue blanc. Ses rameaux sont franchement tetragones. Us sont longs, al'etat florifere, de 3-20 cent, et por- 
tent 1-8 paires etle plus souvent2 paires de feuilles. Celles-ci sontlongues de 15-21 cent., et larges de8-10 cent. 1/2. Leur p6tiole est long de 15- 
20 mm. Elles sont elliptiques-oblongues, aigues ou obtuses a la base, courtement acuminees et termin^es par une pointe large et obtuse. Elles sont 
epaisses, coriaces, muniesde 46 petites cotes environ, legerement ascendantes, et paralleles, fines mais bien distinctes, egalement elevees sur les 
deux faces et unies tout pres de la marge. Dans Fiulervalle de chacune d'elles, on compte 1-5, le plus souvent 2 nervures paralleles, moins lon- 
gues, mais distinctes sur chaque face. Les fleurs males sont terminales, groupees au nombre de 3-10 et portees par des pedicelles longs de 11- 
12 mm. Elles sont solitaires et terminales dans la plante femelle el leur pedicelle esl long de 11-12 mm. Les sepales de la serie exterieure sonl 
longs de 7 mm. 1/2 et larges de 10 mm. (longs de 11 mm. 1/2 et larges de 11 mm. sous le fruit). Ceux delaseconde serie sont longs de 9 mm. et 
larges de 8 mm. (longs de 12 mm. 1/2 et larges de 11 mm. sous le fruit), lis sont tous orbiculaires, concaves, presque transparents dans la fleur, 
6pais et coriaces al'etat fructifere. Les p6tales longs de 8 mm. 1/2 avant Fanthese et de 11 mm. apres, larges de 8 mm. avant et de 11 mm. apres 
l'anthese. lis sont orbiculaires comme les sepales, mais moins 6pais, ondules, multinerves et plus epais vers la base, au point d'insertion sur 
le receptacle. Les etamines n'existent pas sous le jeune fruit et sont nombreuses dans la fleur male. On en compte une vingtaine environ sur chacun 
des faisceaux staminaux s'elevant du receptacle, opposes aux petales et entourant le rudiment de gynec^e central. Ces faisceaux sont libres et 



— XIV — 

garnis diamines sur Pane et Pantre face. Les antheres sont presqae sesei.es et conformees comme celles de la sect^n Mangostana. Leurs loges sont 

d'egale grandeur ; en partie introrses et en partie ex.rorses. Le pied du rudiment de gynfcee central ^^»*» ^" "^ 
stigmate tetragone et charnu qu'il soutient. Ce stigmate plane an «/, cannele sur les cotes, est reconvert de glandes mou se s a as « el evte. Le 
jenne fruit est suboblong, li.se et terming par un prolongement s.ylaire long de 7 mm. Son stigmate pen etale, plane an somme eat - _ i per - 
pherieenT lobes bien dLincts, correspondent a autant de loges ovariennes. Ce jennc fruit (on les gra.nee son a peme formee a »»-) est 

bant de 37 mm. et possede nn diametre de 31 mm. Les glandes stigmatique. sent larges, polygonale. et pen e cvees qno.qne d .Une e s. 

Cette espece differe du G. celebica L. ou Riraa de Uumphina, par dea feuilles obtuaes an aommet ; par des peb.es cotes plus sadlante. , par le mode 
d'intlorescence ; par des fleurs plus nombreuaes ; par Pextremite du prolongement stylaire non lobe et toujours ombn.qne an somme t an le G. ce e- 
bica ; par dea loges ovariennes plus nombrenses... Par ses fleurs males, elle a quelque rapport avec le G. fabnbs M,q ma., a en d.stmgue pa. le .u- 
diment de gynScee central non tetragone an aommet et moins epais dansle G. fabribs. Elle en differe anrtoutpar des fondle, beancoup plus g.andea, 
moins lanc6ol6es et plus epaisses. 

58. G. bassacensis Pierre, PL 58 . 

59. G speciosa. Wall PL As. Bar. t. 258, Wall. Cat, 4855 Amherst 1827. - PL et Triana. Mem. Guttif 171; T Anderson in 
ft Brit Lid 1 260- - Kurz fl. Brit. Burm. p. 88. Habile la cote de Martaban et cle Tennasserim (Rurz). Grand arbre a latex jaune. Tronc 
droit. Ecorce chagrinee, brune. Rameaux tetragones d'un vert glauque. Feuilles longues de 16-33 centim., (avec un petiole de 13 mm.) oblongues on 
elliptiques-oblongues, aigues aux deux extremity fermes et coriaces, brillantes, munies d'une cote elevee et de petites cotes parallels, fines et 
pen elevees. Fleurs males, larges de 27 millim., jaunes, odorantes et disposees au nombre de 4-5 a l'extremite des rameaux. Leurs pedicelles 
ronds, sunt 2-3 fois plus longs que le petiole. Sepales epais, concaves ; les interieurs largement ovales ; les interieurs, plus courts et subremformes. 
Petales tres epais, jaunes, arrondis, 4 fois plus grands que les sepales, un pen etroits a la base. Etamines nombreuses, courtes, disposees sur 4 
faisceaux ovales (opposes aux petales) et unis a la base. Le rudiment cle gynecee central est une colonne soutenant un stigmate large, subtetra- 
gone convexe au sommet et un peu plus eleve que les faisceaux. Les fleurs femelles et le fruit sont inconnus. 

° L'auteur d'apres la figure du G. speciosa, paralt avoir c!6crit les sepales exterieurs pour ceux de la serie interieure. 11 dit aussi que les pedicelles 
sont 2-3 fois plus longs que le petiole et cependant, d'apres la figure, ils sont a peine plus longs. M. de Lanessan unit cette espece au G. Mangos- 
tana Kurz et T. Anderson disent qu'elle habite les lies Audamans, ce qui indique qu'ils ne distinguent pas le G. Kurzii du G. speciosa. 
Le G speciosa Wall, n'est represents que par un seul rameau etuneseule fleur, dans l'herbier de la Soc. Linn, de Londres. Quant a l'ech. 
du Cat. de Wallich. n° 4,852, E. de Moulmein, cit6 par T. Anderson, il est considere a Kew, comme ne represented pas reellement le G. speciosa, 
Je n'ai pas analyst cet 6chantillon faute de mate>iaux. 

Le n° 1,368 (in herb. D. C), representant pour Glioisy le G. speciosa, aurait, d'apres MM. Planchon et Triana, des fleurs males, contenant 
quatre faisceaux staminaux et un rudiment de pistil, dont le court pedicule soutiendrait une tete convexe. On sait que Wallich decrit et figure ce der- 
nier organe comme subquadrangulaire. Mais ces auteurs rapportent a tort, au G. speciosa, leG. stipulata T. Anders, dont le rudiment de pistil 
est, il est vrai, convexe. MM. Planchon et Triana ne disent pas si les faisceaux staminaux partent dim receptacle elev6 ou s'ils sont libres jusqu'a la 
base. Wallich les decrit, il est wai, unis a la base. Cependant, d'apres sa figure, ces corps paraissent libres depuis la base, e'est-a-dire ne parais- 
sent pas un simple embranchement du sommet receptaculaire comme dans le G. Hombroniana. 

J'ai trouv6, dans un sachet place" sur la meme feuille que le G. cornea, au Museum cle Paris, trois fleurs qui, certes, different de cette espece. Elles 
etaient melangees avec des fleurs^ du G. cornea et du G. Hombroniana. Une d'elles (pi. 79. H.) a quatre faisceaux libres jusqu'a la base, sans adhe- 
rence, jusqu'au niveau des petales, avec le rudiment de gynecee central. Ces faisceaux sont garnis d'etamines sur l'une et l'autre face. Leurs 
antheres sont celles des Mangostana. Le rudiment cle gynecee. soutenu par un pedicule presque rond, est grele, et couronne par une tete stigmatique 
subt6tra^one irreguliere, plane et glanduleuse au sommet. Cette fleur n'est pas plus grosse que celle du G. Hombroniana mais en differe par la 
forme de°son rudiment de gynecee et par des faisceaux staminaux plus libres. Serait-ce la fleur male du G. speciosa ? Cependant elle est bien petite 
pour appartenir a une espece oil on la decrit plus grosse que celle des autres Garcinia. 

Une autre fleur, du meme sachet, egalement male, a un rudiment cle gynecee assez court, dont le pied est moins long que la tete stigmatique qui 
le surmonte. Cette tete est un peu concave au sommet ou plane et frangee sur ses bords. Elle est plus courte que le receptacle qui l'entoure, recep- 
tacle, donttoute la surface exterieure est garnie d'etainfnes. Celles-ci ne sont pas distributes en faisceaux distincts (voir pi. 79. J.). Cette fleur 
pourrait etre celle du G. Hombroniana. 

Dans la pi. 79, I, j'ai aussi figure une fleur femelle, dont l'ovaire suboblong, aminci au sommet et couronne par un stigmate convexe, 8-lobe sur 
les bords, tres glancluleux, contient 8 loges bien distinctes. A la base du gynec6e, il n'y avait aucune trace d'etamines. Cette fleur differe quelque 
peu cle celle du G. Hombroniana. Serait-ce celle du G. speciosa ? En tout cas, le melange de ces fleurs diverses, avec celles du G. cornea ex Boxb. 
explique la confusion dans laquelle les differentes especes, G. Hombroniana, G. affinis, et G. speciosa, ont ete tenues soit par Wallich, soit par les 
botanistes qui les ont etudiees. L analyse d'un plus grand nombre de fleurs et leur comparaison avec celles des nombres cle Wallich, permettraient 
seulement de dire a quelles especes appartiennent les figures H, I et J de la planche 79 dont nous venons cle parler. Ce travail n'est pas possible a 
Kew. moins encore a Paris, puisqu'on n'y rencontre pas tous les nombres de Wallich. En tout cas, clans la peninsule malaise, outre les G. affinis 
etG. speciosa qui semblent confines versle nord, il y aurait le G. malaccensis,le G. Hombroniana et, une ou deux autres especes de la meme section, 
jusqu'ici incertaines. Parmi celles-ci, doit peut-etre se trouver le G. fascicularis Wall. Cat. 4853, que Choisy ne distingue pas du G. cornea. 



60. G-. Kurzii Pierre, PL 78. A. Habite les ties Anclamans. (Coll. Kurz n. 24.) Jeunes rameaux tres gros, tetragones et stries. Feuilles longues 
de 23-25 centim., larges cle 8 centim. (Petiole tres gros, strie transversalement, long cle 2 centim. 1/2.) Elles sont oblongues, lanceolees aux deux 
extremity, aigues a la base, terminees par une pointe courte, large 'et obtuse au sommet, parcheminees et legerement coriaces. Leurs petites 
cotes sont au nombre de 32-34. Elles sont unies tout pres du bord en une nervure marginale et ascenclante. Elles sont paralleles et distantes l'une 
de l'autre de 10-18 mm. Dans Fmtervalle de chacune d'elles, on compte 1-3 nervures paralleles reliees par des veines transversales peu regu- 
lieres, espacees et elevees sur les deux faces cle meme que la cote et les petites cotes. Les fleurs males sont solitaires, terminales et portees par 
un pe'dicelle tetragone, epais de 2 a 3 mm. et long de 9-10 mm. Il est articule sur un bourgeon tetragone, tres court. Les sepales de la sene exte- 
rieure sont longs de 13 mm., larges cle 15 mm. 1/2 ; ceux de la seconde serie sont longs de 13 mm. et larges cle 10-12 mm. Ils sont tous a peu prc3s 
orbiculaires, concaves, recourbes aprfcs l'anthese, epais et multinerv6s. Les petales sont longs de 16-18 mm., larges de 20 mm. vers le milieu et 
de 6 mm. vers la base. Ils sont replies, clans le bouton entre les faisceaux staminaux et le rudiment de gyn6c6e central, Stales apres l'anthese, pres- 
que orbiculaires, un peu etroits a la base, carenes en dehors et en bas, tres epais ou charnus et prives cle nervation, lis sont plus longs que les 
sepales et opposes aux faisceaux staminaux. Les etamines sont nombreuses. Elles occupent Tune et l'autre face de quatre faisceaux libres depuis 
la base et plus longs, apres l'anthese, que le rudiment de gynecee. Leurs filets sont assez longs, mais plus courts que les antheres. Celles-ci sont 
oblongues, recourbees en dehors et ont deux logesde meme longueur, rapprochees et paralleles. Le pedicule du rudiment cle gyn<k6e est une colonne 
longue cle 2 mm. 1/2 a 3 mm. II est termine par un stigmate discoide plane ou legerement concave au sommet et frange sur son bord retlikhi. Ce 
stigmate est haut cle 1 mm. 1/2 et son diametre est cle 1 mm. 1/2 environ. Fleurs femelles et fruit inconnus. 

Est-ce la plante decrite par Kurz et par T. Anderson sous le nom cle G. speciosa? Cela est a supposer, car l'6chantillon n°24 cite plus haut a ete 
donne au Museum de Paris par le jardin botanique de Calcutta, sous ce nom. Ces auteurs donnent aussi pour patrie a leur G. speciosa, les lies An- 
damans. En tout cas, Kurz decrit un jeune fruit ovoicle, couronne par un stigmate large, pelte, orbiculaire et a quatre lobes effaces ou peu distincts, 
qu'on ne voit ni a Kew ni a Paris, oil existent seulement des Schantillons du sexe male cle son n°24, provenant des Andamans (Fl. Brit. Burmah 
I. 88). C'est e>idemmentl'6ch. du sexe male que je viens de decrire qui a servi a M. de Lanessan pour la description de la fleur du G. mangostana. 

Le G. Kurzii differe du G. speciosa Wall., par des feuilles plus longuement petiolees etmoins aigues au sommet, par des fleurs males solitaires 
et non groupees au nombre de 4-5, comme dans le G. speciosa; par des pedicelles quadrangulaires plus courts et non 2-3 fois plus longs que le 
petiole ; par des petales plus charnus et prives de nervation ; par un rudiment de pistil discoide et non subquadrangulaire, plane et non convexe 
au sommet. 



— XV — 

til — G fabrilis Mia inn J m.— G. cornea. Atuiersonmfl.Brit. fod.l,M fan 

vers Prhnrm «... <dlc .si nmini- d'apri's Miqurl. sous le iiom tlcSioo rmceh et d'apres R>chantillon-type del'espece, conserve* Utrecht, souslenomdu 
SibnnJi Di-p.M.horst . S,-s nun,auxs,ml ..'-tragones. Ses feuilles sont longues do Hi c. I 2- larges de 3 c. I 2, longuemen. petiolecs, argues ou 
subai-aifsalaba^nldo.^ 

L ,„ .,„ axdlanvs. L,,.rs pedicle* sont greles et longs d, I 2 nun. L,s sepales, un pen plus grands dans la prendre sene, son! orbicula.res, 
concaves tres minces, multinerves et coriaces. Les petales sont. dans le bouton, de meme grandeur que les sepales, mats promet tent d etre plus 
,m- 8 „„U apivs l'an.hese. Us sont a peine plus epais et sont carenes en dehors. Les etamines, nombreuses, sont disposes, en quatre masses b.en 
disii„rl,' dans le bouton. Leurs filets sont courts. Les antheres sont recourbes en dehors par le milieu et leurs loges sont formes de valves 
de meme longurur ,1 rapprocln'rs. An sommet du receptacle, an centre et moins eleve que les quatre pelits faisceaux stammaux opposes aux 
petales qui l'entourent. s'eleve un court rudiment de gy necee, elargi a la base et termine par un disque aplati an sommet, pen epais et a peine glandu- 
leu\. Los llciirs feinelles et le fruit sont inconnus. 

Mi.,,,,1 Hum I ml. II a. Suppl. Flo,, Sumat. p. 496) a pris les tleurs males pour des tleurs femelles. 11 a deceit aussi les petales comme alternes 
aux faisceaux sla.ninaux ,1. acceptant le rudiment de gynecee comme un vrai gynecee, il a suppose, avec doute, que sa base renfiee etail un ovaire 
biloculaire. L'analyse de l'echantillon-type de cette espece, conserve a Utrecht, et dont le resultat est figure, pi. 80 A, ne laisse aucun doute a ce 

8U Kurz (in Journ. As. Soc. Bengal XXXIXpl. 64) ne distingue pas le G. fabrilis du G. cornea L. ex Roxb. 11 ne parait pas avoir analyse cette espece, 
( ,„il aurait constate que les petales, eontrairement a ce qui est dans le G. cornea, sont opposes aux faisceaux stammaux et il aurait remarque que 
dans le G. cornea, le rudiment de gynecee n'est jamais renfle a la base en forme d'ovaire, particulate qui explique la meprise deMiquel.T. Anderson, 
parad <n/i. '//. a\oiraccepte 1'opinion de Kurz, sans controle. 

Le G. fabrilis aurait un bois d'une certaine valeur, d'apres M. Diepenhorst, administrates a Priaman. 11 serait curieux de savoir si son sue est blanc 
et quelle est la couleur de ce bois. 

3. Faisceau.e siamuuurr pen dkUnd* dun* la plante male. 

62. - G. Calleryi Pierre, PL 79, H. - Cette espece habite les ties Philippines (Callery n° 56, 1840. Manille. Calavan) d'apres l'echantillon 
conserve au Museum de'Paris. Les jeunes rameaux sont tetragones, munis d'une a deux paires de feuilles. Celles-ci sont longues de 19-21 cent. 1/2 
(petiole canalicule long de 15-20 mm.), larges de 7-9 mm. 1/2. Elles sont ovales-oblongues, aigues aux deux extremes, terminees par une pointe 
assez longue, souvent obtuse. Elles sont minces, coriaces, munies de 32-34 petites cotes, parallels, ascendantes, arrondies et confluentes a quelques 
distances de la marge. Dans l'intervalle de chacune d'elles, il y a 1-3 nervures paralleles moins longues, reliees par des vemes transversales, toutes 
elevees sur les deux faces, de meme que la cote. Leurs tleurs males ou neutres sont terminates et solitaires. Leurs pedicelles portent deux bractees 
lineaires-oblongues a la base ; ils sontgros, et leur longueur est de 10 mm. dans les tleurs males et de 5 mm. 1/2 dans les tleurs neutres. Les se- 
pales de la serie exterieure sont longs de 7 mm. et larges de 4 mm. 1/2 ; ils sont longs de 6 mm. 1/2 et larges de 5 mm. dans la sene inteneure. 
lis sont courbes vers le milieu, concaves et ovales. Les petales sont longs de 15 mm. et larges de 6 mm. Ils sont suboblongs ou oboves, concaves, 
charnus et non nerves. Les etamines sont nombreuses. Elles occupenl le pourtour d un receptacle hemispherique concave au centre apical et, partage 
en 4 courts faisceaux, a peine distincts, entourant un court rudiment de gynecee central. Les filets sont tres courts. Les antheres sont ovales, un peu 
recourbes au sommet et a valves des loges paralleles et d'egale longueur. Le rudiment de gynecee a un pedicule plus mince a la base qu'au som- 
met. II est termine par une tete stigmatique convexe a peine glanduleuse, a bord refiechi et non lobe. Dans certaines tleurs (que j'appelle neutres, 
parce que le gynecee y est tres bien conforme), dont les etamines hypogines, distributes en faisceaux opposes aux scales, sont plus ou moms 
transformees en petales, et dont les ovaires quoique pourvus de cinq loges bien distinctes, contenant chacune un ovule bien conforme, paraissent 
neanmoins infertiles, on a une idee de ce que peut etre la fleur femelle dans cette espece. Dans ces sortes de tleurs, dont le G. Benthami (Pi. 55, fig. 5) 
nous a deja fourni un exemple, l'ovaire a le meme nombre de loges que dans la lleur femelle (PI. 55, fig. 7) et ces loges sont pourvues d'ovules bien 
conformes qui, neanmoins ne sont pas feconds. Par analogie done, nouspouvons considerer le G. Calleryi dont la fleur femelle est mconnue, 
comme pouvant avoir, accidentellement? a la base du gynecee quatre faisceaux staminaux < W oscs <„,.,■ scales, contenant chacun 8 etamines environ, 
presque toutes infertiles et plus ou moins transformees en petales. Les filets y sont larges, unis a la base et les antheres y sont introrses. Au centre, 
setrouve un ovaire ovale, retreci au sommet en un style tres court et epais, surmonte dun stigmate convexe. a bord refiechi et entier, peu glan- 
duleux et presque en tout conforme a la tete stigmatique du rudiment de gynecee deja decrit au centre de la fleur male. L'ovaire est lisse et ainsi que 
je l'ai dit, contient cinq loges uniovulees bien conform^es. 

J ai constate aussi que dans les fleurs du G. Calleryi le nombre des petales etait de 4 ou de 5. Sous le Camboch/m Bhutcao (Fl. P/iilipp., p. 435), 
Blanco demerit une espece dont les fleurs sont solitaires et terminates, dont le calice est compose de cinq pieces, dont le fruit comestible est lisse, 
oblong, deprime au moment de la maturite et pourvu de cinq loges et de cinq graines. Celles-ci seraient 4 fois plus grosses que celles du Theobroma 
Cacao. Ce fruit ressemblerait exterieurement a celui du Mangoustan. Ne serait-ce pas la le G. Calleryi ? mais je n'ai pas constats un perianthe de 
cinq sepales comme dans l'espece citee par Blanco. Ce nombre cinq des sepales indiquerait, comme rapprochement, la section Xanthochjmus ou 
Gamodesmis. 

63. G. Blancoi Pierre, Fl. for. pi. 79. C. Habite Manille [Gaudichaud, n° 226 ; 1836-57 : Stalagmites gomme-yutte) d'apres l'echantillon conserve 
dans l'herbier du Mus6um de Paris. Les rameaux sont uMragones. Les feuilles sont longues de 11-12 centim. (peiiole 6-9 mm., canalicule), larges 
de 5 cent., ovales ou ovales-elliptiques, subitement terminees ausommetparune pointe assez courteet obtuse, aigues a la base, epaisses et coriaces. 
La cote est plus 6lev6e en dessous qu'en dessus. Les petites cotes sont au nombre de 30-32, assez rapproch6es. Elles sont elevees sur les deux faces et re- 
liees pardes veinespeu distinctes. Dans l'intervalle d'une petite cote a l'autre, il y ades nervures moins longues, paralleles etbien accentu^es. Les fleurs 
males sont terminales et au nombre de 3-5. Leurs pedicelles sont longs de 8 mm. Les fleurs femelles sont inconnues. Les sepales sont longs de 
7 mm. 1/2 a 8 mm. et larges de 5-6 mm., presque conformes dans les deux series ou un peu plus longs dans la seconde serie. Les petales sont tres 
epais ou charnus et concaves. Ils sont, dans le bouton, a peu pres de meme longueur que les sepales. Les etamines tres nombreuses torment sur le 
receptacle non divise, dans le bouton, et de la base au sommet, cinq series. Les antheres presque sessiles sont ovales-oblongues et leurs loges, un peu 
ecartees, sont de meme longueur, paralleles el un peu recourbees en dehors. Au sommet du receptacle, et un peu au-dessus des etamines, s'eleve un 
rudiment de gynecee tres court, ovale ou epais a la base, dilate au sommet, convexe, a bord refiechi et lobe ou sinue. Le nombre des lobes de ce stig- 
mate est de 8-10. Sa surface stigmatique est presque lisse ou a peine glanduleuse. Le fruit est inconnu. 

Des feuilles et des fleurs plus petites, des antheres a loges ecartees, un rudiment de pistil couronnant un receptacle hemispherique et lobe, d'uue 
inaniere plus ou moins reguliere, distinguent le G. Blancoi du G. Calleryi. Par ses etamines presque sessiles sur un receptacle non lobe ou partag6 
en faisceaux staminaux distincts au sommet, cette espece se rapproche du G. venulosa Choisy. Mais Blanco decrit le rudiment de pistil duCambodgia 
venulosa comme demi pyramidal et ajoute que le stigmale de ce corps, qu'il prend pour le gynecee, ne differe pas de celui du Mangoustan. Or le 
stigmatedela tleur femelle du Mangoustan estseulconnu et Ton sait qu'il est sillonne, ce qui n'existe pas dans le rudiment de pistil du G. Blancoi. 

64. G. venulosa Choisy. Guttifde flnde, p. 34 (pro parte), nempe quoad Cambodgiam venulosam Blanco Fl. Philipp. p. 455, necnon quoad plan- 
ters Cumingiana^ n° 1 , 124 (G. Cumingania) et n° 2,296 (G.Hombronana) ; — PI. et Triana. Mem. Guttif. p.m.— De Lanessan, Mem. Garcinia. 26. 
—Habite les lies Pilippines vers Bataugas. S. Mateo, Balanga, Bisayas et autres localites ; connu sous lenom de Taclang-Anac. Grand arbre, a latex 
jaune. Tronc aussi gros que le corps d'unhomme. Bois excellent et dur, employe a divers usages. (11 est douteux que cette espece produise de la 
gomme-gutte, malgr6 l'affirmation de l'auteur.) Feuilles opposees, entieres, larges, lisses etaigues, munies de petites cotes ascendantes. Petiole court 
et comprint. Les fleurs (males) sont au nombre de trois dispos^es en ombelle a l'extremite des rameaux. Les sepales, au nombre de 4, sont persis- 
tants, orbiculaires, concaves et colores. Les petales de meme nombre et couleur que les sepales sont ovales, concaves, charnus. Les etamines sont 
disposees en grand nombre surun receptacle eleve. Les antheres sont rondes et tres petites. Le rudiment de gynecee (pistil de l'auteur) demi pyrami- 



— XVI — 

dal, eslporW par un pedicule graduellement aminci a la base. Le stigmate ,du rudiment de pistil ?) est fend., en nne dizainede parlies et porte par M 
style Ires court et gros. II ne differe pas de celui du Mangoustan. Le fruit mur est glbbuleux, deprime et sans cotes bien v.s.bles : (<• e»t la,, gun d un 
or;a). Lorza est un vase en terre, aminci parle bas et evase. 11 est couronnc par le stigmate, divisc en plusieurs lobes. II eont.ent nne d.za.ne de lo- 
ges contenant une (ou deux) graineslenticulaires. .. .„ , , • . i, 

<. i- ,• - +. n f]n r ninnnnn lini .i p , vpiiios f'l p sps feuilles. Son sue, de couleur piiine-paille, tres visqueux, est da- 

( hi (IistiDgue, a premiere vue, cette espece du G. Biniu'at >. |»ji it>> \< iiM > u< >'> leuiiies. cuus , j '. , , „ ., . , 

u i j •* i c -i n ♦ nnn „i flI11 ,innno il pet pnim ii sous le nom de Tac/an u-anac on excrement d enfant . Son truit n est pas 

bordmou, puis se durcit et fourinl uiip excelleute couleur jaune. 11 est connu sous it uomue j ,/ i 

mange comme celui du G. Binucao. On retire son sue du tronc. 11 peut rivaliser avec la meilleure gomme-gutte. 

L'auteur, ainsi que l'observe Wen M. de Lanessan, a pris nne lleur male pour une tleur femelle. Aussi dit-il que les etammes sont inserees sur le 
pistil, voulant parler du receptacle. Cependant il est indubitable qu'il decrit une espece de Garcinia, sur lesquelles des recherches sont necessaire- 
ment possibles. Je ne puis „r,mmnii,s indiquer a quelle section elle apparent. Parle rapprochement de l'auteur, il faut supposer qu elle est de la sec- 
lion Alaii^.tsliiiia on jpla .place provisoirement. 

Choisy, qui n'a pas analyse les echantillons n° 1,124 de Cuming les a pris pour le G. venulosa. Mais il sut'lit de dire que les lleurs males n y sont pas 
surmontees d'un rudiment dc pistil pour repousser cette assimilation. De pins, il a determine anssi G. venulosa, le n« 2,296, provenant de Malacca et 
type d'une espece differente que j'appelle G. Hombroniana. 

£. Espece* pen connues. muis punussanl Ici/itimes. 



65. - G affinis Wall. Cat. 4854, clapres Nchantillon conserve clans IherUer du Mustum de Paris (Voir pi. 78 C. etpl 79 G. - G. cornea 
Choisy Gattif bide p 53 - T. Anderson fl. Brif. India I. 2<><>. - Cette espece habitele Silliet. Les plus jeunes rameauxne portent qu'une paire de 
feuilles. lis sou. tnmpnines on a peine let n, front,. Les feuilles son. longnes de 4-18 cent. (p6tiole 2 cent.), larges de 6-9 c. 1/2. Elles sont ovales- 
elliptiques subaigues, ou obtuses a la base, tres larges * ers le milieu , terminees par une pointe courte et obtuse, epaisses et conaces, pales en dessous. 
Leurs petites cotes, au nombre de 36 environ, sont egalement elevees sur les deux faces, arrondies et nines pres de la marge. Deux nervures courent 
dans Fintervalle de chacune cLelles, mais moins longues et moins accentuees. Elles sont reunies par des veines trans versales assez elevees, irreguheres 
et espacees. Les fleurs males sont inconnues. Le jeune fruit, prive d'etamines ou de staminodes a la base, est ovale, lisse. amine, ausommetet 
couronn6 par un stigmate sessile etconvexe, portanta Fextremite de son bord pen reflechi sept petits lobes peuprofonds. Ilcontient six loges (pi. 78 c). 
Dans la fleur femelle, deja avancee, on ne rencontre pas egalement de staminodes ou d'etamines a la base du gynecee. Les sepales (lis etaient en 
mauvais etat dans la seule fleur examinee) ont a pen pres 9-10 mm. de longueur sur 7 mm. delargeur. lis sont un pen amines a la base, epais et 
multinerves. L'ovaire lisse, possede six loges. 11 est a moitie reconvert par un stigmate convexe, legerement glanduleux et son bord reflechi porte 
7-10 petits lobes. Dememe que dans le fruit decrit plus haul, il n'y a, sous le gynecee, aucune trace d'etamines ou de staminodes. 

Cette espece se distingue bien du G. cornea ex Roxb. par ses feuilles plus epaisses et plus larges et par son ovaire contenant six loges. Par le 
nombre des loges de cet organe et surtoutpar ses feuilles, il n'estpas possible de la confondre avec le C. Hembromana. Je la tiens pour tres legitime. 
T. Anderson rapporte une partie des echantillons du G. affinis Wal. Cat. 4854, au G. cornea, et l'autre au G. anomala. La confusion de ces echan- 
tillons, surtout avec le G. anomala, espece si caracteristique, prouve, une fois de plus, le melange d'echantillons d'especes diverses, dans la distri- 
bution du grand travail de Wallich. Le contraire eut etc etonnant, quand on sait Fetroite affinite qui existe entre les especes du genre Garcinia, et en 
ne considerant que leurs organes exterieurs. 

66. — G. fascicularis. Wall Cat. 4853. Penang : Porter. Cette espece n'a ete decrite nulle part. Elle parait avoir une grande affinite avec le 
G. cornea, puisque Cboisy (Guttif. de l'lnde, p. 33) et T. Anderson (Fl. Brit. Ind. 260) la considerent identique au G. cornea. Cependant, puisque le 
G. affinis et d'autres especes ont pu etre confondues avec le G. cornea, il est permis de penser qu'il a pu en etre de meme pour le G. fascicularis. Cette 
espece doit done etre tenue comme legitime jusqu'a preuve contraire, e'est-a-dire tant que les echantillons dela collection de Wallicb qui larepre- 
sentent, ne seront pas analyses. Ces echantillons n'existent ni a Paris ni a Kew. II se pourrait que le n° 4,852, D. Penang : Porter fut aussi le G. fas- 
cicularis. 

07. — G. rigida. Maj. Fl. ind. bat. Suppi. p. 493. Cette espece habite la province de Priaman, dans la partie occidental de file de Sumatra 
(Coll. Diepen horst)Je n'ai vu aucun Nchantillon de cette espece. Voici la description de Miquel : Rameaux subquadiangulai es ou cylindriques. Jeunes 
rameaux tetragones. Feuilles petioles (petiole canalicule, tordu, P 1J sse transversalement) rondes ou larges a labase, un pen contracteesxers le petiole, 
ovales ou ovales-elliptiques ou oblongues, terminees par une pointe obtuse et oblique, coriaces, brillantes en dessus et a cote peu proeminente, pales 
en dessous, a cote 6levee, de meme que la nervation submarginale. Elles sont longues de 16 cent. 1 /2 et larges de 8 centimetres environ. Le fruit est 
une baie sessile au sommet d'un petit rameau axillaire portant une paire de feuilles. Elle est subglobuleuse et de la grosseur d'une grosse prune. Ses 
quatre sepales sont convexes, obtus et coriaces. Elle est couronnee par un stigmate sessile, suborbiculaire, pelte, lisse et a centre apical unpen 
concave. Ce fruit n'apu etre analyse, parce qu'il etait en mauvais 6tat. L'auteur rapproche cette espece du G. Mangostaua. 
I. E sprees invert nines cc, nine section. 

68.- G. oxyedra. Mig.Ann.Mus.Lugd.J.p. 208.— FL Ind. bat. Suppl. p. 494. C oxyphylla Mig : op. cit.p. 495. — G. Klabangop. 
cit. ]>. *93. var. obtusata. Mig. {ep. cit). Cette espece, dont je n'ai vu aucun echantillon et dont je vais donner la description d'apres Miquel, habi- 
terait Djebus, dans File de Bangka (Teysmann) ; Priaman, dans la partie occidentale de File de Sumatra (Diepenhorst); et File d'Amboine (Teysmann). 
Jeunes rameaux comprimes et subtelragones. Feuilles longues de 22-25 cent, larges de 8-12 centim. (pet. 27 mm.). Elles sont aignesou subaigues 
a la base, terminees par une pointe obtuse, ou tout a fait arrondies au sommet et elliptiques- oblongues. La cote est plane en dessus, elev6e en 
dessous. Les petites cotes sont tres fines et unies pres de la marge. Les veines sont reticules. Le fruit est une baie presque sessile et axillaire, portee 
par unpedoncule tres court. Elle est obovee, obtuse et haute d'environ 15 mm. avant la maturit6. Son stigmate etait detruit. A sa base, il y a quatre 
sepales arrondis, plus grands dans la se>ie ext6rieure. 

L'auteur rapproche cette espece (sous le G. Klabany) du G. cornea L. et du G. longifoliaBlume. Elle ne peut faire partie de la section Mangostaua 
par son fruit axillaire, puisque, dans cette section, Finflorescence est terminale. Quand au G. longifolia, si Blume le place dans la section Mangoslana 
Choisy emit que e'est un Xanthochymus. Observons aussi que Miquel donne pour patrie a son espece Sumatra, Bangka et Amboine, e'est-a-dire 
qu'elle occuperait 28 degree de longitude environ, aire considerable et unique pour une espece du genre Garcinia. 

09. _ G. longifolia. Bl. Bijdr. p. 214. Cette espece habite Java. L'auteur la decrit ainsi : Rameaux tetraedes. Feuilles oblongues, acuminees. 
aigues a la base, nerveuses. Fruits globuleux, axillaires, solitaires et penchNs. Le stigmate est etal6 et muni de cinq lobes. C'est un arbre de 40 pieds. 
II fleurit, dans la province de Tandjor, en juillet et murit ses fruits en aout. Son nom vulgaire est Jawura. 

Pour Choisy, cette espece est de la section Xanthochymus. Elle n'est representee ni a Kew, ni a Paris et doit se trouver a Utrecht, puisque Miquel 
la compare au G. Klabang ou au G. oxyedra, Blume place cette espece dans la section Mangostaua, quoique son inflorescence soit axillaire. II est 
done douteux que la place de cette espece soit ici. 

70. _ G. latissima. Mig. Ann. Mas. Lugd. /, p. 209. — Habite File d'Halmaheira (Teysmann). Je n'ai pas vu cette espece dont voici la 
description d'apres l'auteur : Jeunes rameaux comprimes, bientot gros et cylindriques. Feuilles longues de 20-25 centimetres, larges de 12-15 centi- 
metres, courtement peliolees, arrondies et unpeu contractus vers le petiole, largement elliptiques, arrondies au sommet ou subemarginees, rigides. 
coriaces. La cote est plane en dessus et 6lev6e en dessous. Les veines sont tres elevens et transversales. Deux bractees, unies a la base, sont sous les 
quatre sepales. Ceux-ci sont arrondis, coriaces et plus grands dans la deuxieme serie. Le stigmate est orbiculaire, convexe, entier, et recouvre 
'ovaire. 

L'auteur ajoute que cette espaceale facies du G. Mangostana, mais qu'elle en differe par la forme des feuilles, par la nervation el par l'organisation de 
la fleur et du stigmate. II dit que le petiole a de 8-10 mm., qu'il est trigone, et transversalement strie, que les feuilles sont jaunatres, que la fleur a la 




A GARCINIA Bailloni , Pierre 

B , quae sit a Pierre 

D papilla , Wight 

E , Horsfieldiana .Pierre 



F . GARC IN I A sty gmacantha , Pierre. 

G- rI z eylaiii ca ? RoxTd 

H > cambodgia.Desr. 

I , ^_ . Motley ana , Pierre 

J paniculata.Pv.oxL. 



— XVII — 

forme d'une cerise el est presque sessile. II se demande si les braetees sont distinctes flu calice el s'il fa ul oonsiderer les sepales de la deuxieme s6rie, 
plus grands et plus minces que eeux de la serie exterieure, com me des petales. II if a vu aueuiie trace d'etamines sous le gynecee. 

On voil ([ue celle espeeeesl insuflisammenl decrite et qu'il est permis de douter qu'elle appartieime a cette section, on la conformation des sepales 
et des petales ne peut permettre aucune hesitation. 

XVII. TAGMANTHERA 

Inflorescence axillaire. Les sepales sont plus grands dans la secou.de serie ([tie dans la premiere et pluspetits <|tie les 
petales. Les etamines uniseriees occupent le sommet de quatre faisceaux libres jusqu'a la base et opposes aux pe- 
tales. Antheres sessiles lineaires-oblongues et recourbees dcMangostana. Rudiment de gynecee de Discostigina. Fleurs 
femelles et fruit inconnus. 

71. — G. punctata. Oliv. Fl. trop. Afrk. J. p. 67. — Habite l'Afrique occidentale verslo (iabon [Mann,. //" 1,717); [Duparquet, n* 1 | et la cole 
d'Angola( Wehrilsc/i n° 1050). — Jeunes rameaux Ires greles, a peine telragones. Feuilles i»bloiiguo-; nu ellipli(|uos-ohlongiios, arroudies on subaigues 
alabase, subilenienl terminees par uue poinle longuede 10-1 2 millim.. pen epaisses el coriaces. Lours pelites cities an nombre de 75 a 80, sont tres 
rapprochees, paralleles et finemenl elevees sur les deux faces. Dans rintervalle de chacune d'elles, on voit des ponctualions jaunalros, affectant sou- 
vent la forme lineaire. Elles soul longues de 12 cent. 1/2 el largos do 4 cent. 1/2. Leur petiole est long de 4-7 millim. Les fleurs males sont seules 
connues. Elles sont courtement pedicelles ou presque sessiles, groupies aux aisselles des feuilles. Leurs sepales, plus grands dans la seconde serie 
que dans la premiere, sont oboves, concaves el coriaces. Leurs petales, egalemen! an nombre de i, sont orbiculairos-coneavos el charnus, 
2-3 fois plus grands que les sepales. Les etamines, au nombre de 20 a 25^ sont uniseriees. On en compte 5-7, sur chacun des quatre faisceaux 
opposes aux petales. Leurs antheres sont oblongues, recourbees aux deux extreniites et a cheval au sommet des faisceaux. Leurs filets sont 
indistincts. Au centre de la tleur il y a mi rudiment de gynecee un pen plus court (pie les faisceaux, porle par un pied tres court et termini 
par une tete stigniatiqiie eonvexo el cliarnue. 

Ces fleurs out exactenienl la conformation de cellos de la section Discostigma. lilies n'eii different que par la forme des antheres ici, 
oblongues, a logos paralleles el assez rapprochees. (Vest aussi ce que Ton voit dans le G. Mannii, mais la les faisceaux staminaux ne sont 
pas libres et les antheres au lieu d'etre libres sont comixes. Dans Tech. Welwicth, n° 1,050, les Hours sont presque sessiles el Ton n'observe 
pas deponcluationsentre les petites cotes. Dans la variele pedicvllula Olinr. les pedicelles soul longs de 3-5 millim. Elle habile le Gabon (Du- 
parquet n° 17) etpourrait bieu etre une espece distincle. 

XVIII. COLLANTHERA 

Fleurs en grappe composee de cymes terminales. Sepales plus grands dans la deuxieme serie (pie dans la premiere 
et plus petits que les petales. Etamines uniseriees, sessiles sur le receptacle et subopposees aux petales. Antheres de 
Discostigma lineaires-oblongues, recourbees et cornices. Rudiment, de gynecee tetragone. Fleurs femelles et fruit 
inconnus. 

72. — G. Mannii. Oik. Fl. trop. Afr. 1 . 106. llabite l'Afrique occidentale et equaloriale {Coll. Mann. n° 1710-1862). Arbre de 10-20 metres. 
Jeunes rameaux, a peine telragones, tres greles. Feuilles ovales-oblongues ou elliptiques-oblongues, cuneiformes a la base, terminees subite- 
ment par une poinle longue dr 10 millim., minces, mais tres coriaces. Leurs petites eotes, tres rapprochees, elevees sur les deux faces, courant jus- 
qu'au bord, sont au nombre de 56-60. Elles sont reliees par des veines espac6es et ascendantes. Le petiole est long de 10 millim. Le limbe est long 
de 12 a 14 cent, et large de 5-5 cent. 1/2. Les fleurs males forment une grappe tres courte, terminate composee d'une cyme do I a 3 Hours. Leurs 
pedicelles soul longs de 10-15 millim. lis sont bracteoles alabase. Lalleur ouverte a un diametre de 15-20 millim. Los sepales soul phis grands dans 
la deuxieme s6rie. lis sont orbiculaires el concaves. Les petales soul suborbiculaires, concaves, arrondis au sommet. plus opais el plus grands que les 
sepales. Les etamines sont au nombre de vingt, sessiles, uniseriees groupoes par cinq au sommet et sur les quatre faces opposees aux petales, d'un 
receptacle central, formanl une colonno assez olo\eo. Lours lilels soul indisliiiols. Lours antheres soul linoaires-oblongues, recourbees depuis le som- 
metdelacolonner6ceptaciilaire jusqu'a sa base. Llles onl deux logos introrses de Mangostana. Elles sont adnees conime dans les Symphonia ou unies, 
bord a bord. loiigiludiiialrmeut, presque jusqu'au sommet. 11 > a, au sommet du receptacle un rudiment de gynecee a peine plus eleve que les 
etamines. Son fut est quandragulaire et court. Son stigmate, de forme egalementquadrangulaireest assez opais el plane au sommet. Les Hours femelles 
et le fruit sont inconnus. 

XIX. STEMMANDRA 

Fleurs terminales, i'asciculees dans la plante male et solitaires dans la plante femelle. Sepales de la seconde serie, 
plus grands que dans la premiere, plus petits et moins epais que les petales. Receptacle eleve, en forme de colonne 
tetragone, ou epais, subhemispherique et plus ou moins eleve, portant au sommet ou sur les cotes, 3-3 .^eries d'eta- 
mines. Filets tres allonges, mais plus longs dans les series les plus elevees. Antheres basifixes, introrses, a loges bilo- 
culaires lineaires-oblongues, recourbees en dehors, multicellulaires. Rudiment de gynecee terminal. Etamines grou- 
pees sur un anneau hypogyne ou faisant defaut. Ovaire a 6 loges. Stigmate convexe, epais et obscurement lobe. 



I Urccpt '<«■!<> dress,' <■/> fn 






73. — G. Maingayi Hook. f. in Fl. Brit. Ind. 1. 267. Habile la peninsule malaise vers Malacca Mantyay n« 100-101. Eeuilles tongues de 
12-16 cent. 1/2 (petiole 10 mm.), larges de 5-6 centim., ovales-oblongues. acuininoes. aiguos a la base, assez epaisses et coriaces, un peu pales en 
dessous et non brillanles. Leurs petites cotes, au nombre de 2i environ, sont espacees de 9-10 mm., legeremont ascendantes, arroudies pros du 
bord, tres elevees sur les deux faces et reliees par des veines ocartees. pen elevees et Iransvorsales, Les Hours males sont groupoes en grappe 
composee de cymes. Les pedicelles sont longs de 6 mm. et out un diam. d'un mm. 1/2. Ceux des Hours femelles toujours solitaires? sont longs de 
7 mm. et epais de 2 mm. 1 /2. Les sepales de la serie exterieure sont longs et larges de 8 mm. et ceux de la seconde sont longs H larges de 10mm. 
lis sont tons orbiculaires concaves, coriaces, niulliiierves et moins epais sur le bord. Les petales longs de 14 mm. 1/2 et larges de 9 mm., sont 
oboves, concaves, tres epais ou charnus, et non nerves. Le receptacle est. dans la tleur male, long de 2 mm. 1/2 a 3 mm., tetragone et porte a sou 
sommet 4-5 rangees d'etamines. Les filets courts dans la premiere serie, sont dans la derniere serie en haut, plus longs que les antheres. Je n'ai pas 
mi d'etamines dans la tleur femelle, mais M. J. D. Hooker les deceit, placoes au sommet d'un anneau hypogyne. L'ovaire (est-ce compression de la 
tleur?) est legerement silloiine. II contient 6 loges. II est recouvert par un stigmate convexe, epais. pen glanduleux et ondule sur le bord. Le fruit 
set inconnu. 



— XVIII — 

74 - G Baillonii Pierre, PL 83. A. Cette espfece habile Tile de Borneo, vers Sarawah (Beecari n- 2,498). Feuilles tongues de 12 cent, 
larges de 7 cent., aigues a la base et cournnt sur nn petiole long de 20 mm. Elles sent obovees on ovales-acum.ne.es, tres epa,sses et res 
coriaces, brfflan.es en dessns et pales en dessons. Lenrs petites cotes, dont Fespacement est d'environ o mm., sont ascendantes arrond,es 
et conflnentes tout pres de la marge. 11 n'y a pas, dans l'intervalle de chacnne d'elles, de meme que dans 1 espece prfcedente, de nervures 
paralleles. Elles sont reliees transversalement, par des veines presqne paralleles, plus elevees en dessns qu en dessons .Les Hears de la 
plante male, foment une courte grappe terminale, composee de cymes bipares. Les pedieelles tetragones sont longs de 13 mm. et ont nn 
diametre de 1 mm. 1/2. Les sepales de la aerie exterieure ont 10 mm., sur 10 mm., et ceux de la seconde on 12 mm 1/2 sur 
13 mm. lis sont orbiculaires on suborbiculaires, epais et amincis vers la peripheric. Les petales ont 17 mm lis sont plus grands que les 
sepales, plus e.pais, charnus nn pen elroits a la base et obov6s. An centre s'eleve une colonne telragone tongue de 8 mm 12. portent 
au sommet, vers la peripheric cinq rangees diamines et an centre on rudiment de pistil oblong, amine, en forme de style et couronne 
par un sti-mate convexe et lacinie sur le bord. Les filets sont, dans la premiere serie des etamines, en bas, a pen pre. de meme longueur et 
aans la derniere, en haut, plus longs que les antheres. Celles-ci sont basifixes, linfiairee-oblongues et recourbees an sommet. Le rudiment 
de pistil est un pen plus eleve que les etamines. Le diametre de son stigmale (pen glanduleux) est de S mm. Fleurs femelles et frmt 
inconnus. Cette espece a des feuilles difTerentes de la pr6c6dente et des fleurs plus grosses. 

'?. Receptacle himisphirique. 

75 - G Trianii Pierre, ft. forest- pi. 80 L. Cette espece habile la region de Sarawah, dans File de Borneo {Beecari, n' 360). Jeunes 
rameaux comprimes an sommet, roods a la base. Feuilles tongues de 10 cent. 1 ,/2 ; larges de 4 cent. 1 /2 a 5 centim., ovales-ellipiiques terminus an 
sommet par une poin.e longue de 3-10 mm., mince et obtuse; elles sont aigues Ma base, et decurrentes sur un pe.mle long de 10-lomm. Leurs 
netifes cote* au nombre de 12-14, sont espacees de7 mm., arrondies et ascendantes prfes du bord, paralleles, reunms par des vemes transversales et 
subparalleles pen distinctes en dessons. Les fleurs sont terminales. Leurs pedieelles, dans la plante male, sont longs de 2-3 mm. et epais de 2 mm. Les 
sepales de la serie exterieure sont longs et larges de 6 mm. lis sont longs de 8 mm. 1/2 et larges de 9 mm., dans la s6rie inteneure. lis sont 
orbiculaires on oboves, concaves, coriaces et mnltinerves. Les petales ont 1 7 mm. de long. , sur 1 1 mm. de largeur. lis sont plus epais que les sepales 
et charnus. Le receptacle est epais, hemispherique, et recouvert a la peripheric de cinq series d'etamines. Leurs filets sont Ires tongs e d autan 
plus qu'ils sont inseros plus haut. Au sommet du receptacle, s'eleve un rudiment de gynecee oblong, large a la base, ammc, en forme de style el 
termine par une tele stigmalique, etalee, laciniee sur les bords, tres glanduleuse et bosselee au sommet. Fleurs femelles et fruit inconnus. 

XX. SIMOSANTHERA 

Inflorescence terminale. Sepales a peu pres u'egale grandeur, phis petits que les petales. Receptacle hemispherique 
termine par un court rudiment de gynecee et recouvert, a la peripherie, d'etamines tres petites. Antheres sessiles, a 2 
loges ovales, un peu recourbees en dehors et au sommet. Ovaire a C loges. 

76 - G nitida Pierre. Pi. 80. it/, et N. Habile la region de Sararvah dans file de Borneo [Beecari, n" 1 ,179 et 2, 104). Bameaux tres greles et te- 
tragones Feuilles tongues de 6 cent. 1 /2, larges de 3 cent, a 3 cent. 1/4, ovales ou elliptiques, terminus au sommet par one pointe obtuse, longue 
de 2-10 mm ou arrondies aux deux extremites et decurrentes a la base, sur un petiole long de 4-7 mm. Elles sont minces, parcheminees, et leurs 
petiles cotes souvent indislinctes, sont Ires fines et paralleles. Elles sont brillanles sur les deux faces. Les fleurs sont au nombre de 2 et terminales. 
Les pedieelles de la plante mile sont longs de 7 mm. Le boutou a un diametre de 6 mm. Deux bractees, lineaires-oblongues, el de meme longueur 
nue le pedicelle. l'enveloppent depuis la base, jusqu'au sommet. Les sepales longs de 7 mm. larges de 5 mm. 1 /2, dans la premiere serie et longs de 
6 mm et lai-es de 3 mm. dans la serie interieure, soul oboves, concaves et mullinerves. Les pelales longs de 9 mm. et larges de 3 mm. sont oboves, 
mi pen elroits a la base, plus grands et phis epais que les sepales. Le receptacle est hemi-spherique et eleve.. Les etamines y sont inserees et y sont 
presque sessiles Les antheres sont introrses ovales et biloculaires. Au centre et terminant le receptacle, il y a un court rudiment de gynecee a 
pedieule e.pais et court, surmonte d'un sligmate convexe et sinue sur son bord rellechi. La lleur femelle est solitaire. Apres lanthese, les scales sont 
dresses. II n'y a, k la base du gynfeeee, aucune trace d'idamines. L'ovaire est oblong, termine par un prolongement stylaire assez long et couronnfe par 
un sligmate 6-8 lobe, sur son bord rellechi. Le jeune fruit a loges. Fruit mur inconiiu. 

Par son facies, cette plante a tout l'aspeet d'un Brindonia, mais ses antheres sont, au sommet, un peu recourbees en dehors et ses petales, 
sont un peu plus grands que les sepales. 

XXI. BIRNDONIA 

Inflorescence terminale ou axillaire, Sepales plus grands que les petales. Etamines groupees en 3-4 series sur un 
receptacle hemispherique arrondi au sommet, non termine ou termine par un rudiment de gynecee. Dans la fleur, 
hermaphrodite, ces etamines sont distribues en quatre faisceaux opposes aux sepales. Filets epais et courts. Antheres 
a 2 loges verlicales introrses. Ovaire de 5-10 loges, lisse, termine par un court style et divise en autant de lobes 
stigmatiques qu'il y a de loges a l'ovaire. Fruit a endocarpe jaune ou pourpre, charnu. Graines de Mangostana. 

77. — G. indica. Chois. in D. C. Prod. 1. 561 ; — Guttif. inde.p. 36. — Pi. et TV. Mem. GutUf. p. 1 83. — Lanessan, Mem. Garcinia. p. 45— 
T. Anderson in Hook. Fl. Brit. India 1.261.— G. purpurea Roxb. ex Dedd. Ic. 270 - G. celebica Desr. in Lamar k. Encycl. III. 700. — Brindonia 
indica. Bupet. Th. in Diet. Se. nut. V. 340. Cette espece habite la cote occidentale de Flnde peninsul. depuis Bombay jusqu'au sud de la prov. de 
Cauara. Elle est ou a ete cultivee dans les jardins botaniques de Maurice, de Bourbon, deCalcutta, etc. C'est un petit arbre. Ses rameaux sont allonges 
etnoiratres. Ses feuilles sont longuesde 7-1 1 cent, (petiole 4-8 mm.), larges de 15-38 mm. Elles sont ovales-oblongues, presque arrondies au sommet 
ou a peine aceuminees oulanceol(5es et a pointe courte et obtuse, aigues a la base, minces et coriaces. Leurs petites cotes, au nombre de 12-18 (le 
plus souvent 16; sont espacees, ascendantes, arrondies pres de la marge, fines mais distinctes sur les deux faces. Les fleurs males sont axillaires etle 
plus somen, terminales, au nombre de 1-8, le plus souvent de 1-3. Leurs pedieelles sont longs de 5-7 mm. 1/2. Les fleurs femelles, presque toujours 
terminales et solitaires, rarement au nombre de 2-3, sont portees par un pedicelle tres epais, court, a peine long de plus cVun mm. Les s6pales sont 
longs, danslapremiere serie, de 4 mm. 1 /2 a 6 mm. et dans la seconde, de 5 mm. a 5 mm. 1 /2, un peu plus larges dans la seconde serie que clans 
la premiere, lis sont elliptiques ou ovales-oblongs, epais vers le milieu, membraneux sur les bords et la, dans la variete Beddomei souvent lacings, 
arrondis au sommet ou sub-emargines. Les petales sont plus courts et un peu plus epais que les sepales, multinerves comme eux et presque toujours 
ovales. lis sont longs de 4 mm. a 4 mm. 1 /2 et larges de 2 mm. 1 /2 a 3 mm. Dans la fleur male, le receptacle est spherique ou hemispherique, 6pais, 
etporte 3-4 rangees d'etamines a la peripheric Barement on trouve au sommet un court rudiment de pistil ou quelque etamine modifiee, tenant 
lieu dece corps. La variete cultivee aMaurice, a Calcutta et dans leCanara en est presque toujours privee, mais dans un 6ch. de Bombay (deLaw, deter- 
mine G. Cambodgia) on trouve un rudiment d'ovaire termine par 4 lobes stigmatiques bien distincts (pi. 80, H). Dans cet echantillon, le nombre des 
etamines est aussi plus considerable que dans les autres echantillons. II s'eleve de 50 a 62, tandis qu'il n'est que de 35 a 48 dans les autres. Les fi- 
lets sont larges et courts. Les antheres sont ovales, obtuses ou tronquees au sommet, leurs deux loges introrses le plus souvent rapprochees, rarement 
ccartees, sont separees parun large connectif. Dans la fleur hermaphrodite, les etamines sont distributes en 4 faisceaux, libres ou relics a la base (Ech. 



— XIX — 

Law) par un court anneau hypogyne. Au sommet de chacun d'eux, on compte de 1-7 rtamiiies. Les faisceaux qui en portent le plus sont toujours 
opposes aux sepales de la premiere serie. On compte, dans une fleur, de 4 a 20 etamines. LWire est lisse, spherique ou ovale, termine par 5-7 

lobes stigmatiques correspoudant a autant de loges ovariennes. ChacuD de ces lobes, a sa base, porte deux ranges de glandes arrondies. On 
.mi e.unpte a I.Mir s..im.irt le plus souveul trois. Lefruil est une baie globuleuse, couronnee par un stigmate sessile. Elle a, d'apres la figure de 
Beddome, 30mm.de haul et de diametre. Elle contienl I a 7 loges monospennes. Ses graines, conformees comme celles dela section Mangostana 
mil 22 nun. de long, el un diam. du hile, a la face dorsal.'. deSinm. 1/2. 

Ce fruit est comestible. On en fait unsirop. De sa graine (Beddome i on retire une concretion huileuse ou savonneuse, appelee Kokum, servant a 
colorer le beurre ou ale falsifier (Hooker). Elle est employee aussi contre les rliagades (Beddome). 

On pent dislinguer deu\ varietes dans le G. indica : 

A. Thouarsii. — Eeuilles le plus souvent obtuses au sommet ou lerminees par une point.' Ires eourte. Elles sont ovales-ellipliques ou ovales- 
lanceolees. Le receptacle des tleurs males est spherique ou hfunispherique. On y voit un court rudiment de gynecee ou elamine modiliee ou un rudi- 
ukmiI donl l'ovaire est bien conform.' el termine par trois a qualre lobes stigmatiques bien distincts. Le fruit est rouge ou pourpre. Gette espece est 
representee aeluellemeul dans les herbiers de Kew el de Paris, paries echantillons suivants : 1° Nombreux echantillons dela plante cultivee a 
Calcutta, Maurice et Bourbon ; 2° Ech. Herb. Wight n" 339 (G. E.qdiu (1. lancra- folia) ; 3° Ecli. Law et Stocks (I. cumcurpa) provenant du Concan. 
Dnns .vs echantillons on rencontre le rudiment de gynecee sous forme d'etamine modiliee ; 4° Ech. Law de Canara determines G. Cambodgui. 
Dans ces echantillons, on trouve le rudiment de gynecee figure pi. 80 II ; .'5° Ech. Lair de Bomluu (G. Cambodyiu) represente pi. SO 1, donl la 
forme de l'ovaire differe sonsiblemenl des aulres echantillons. Dans ces tleurs out trouve 5 et 7 loges a l'ovaire; 0° Les echantillons Walhch Cat. 
4861. C. (G. lanreafolia) et 1802. II. B. C. {G. purpurea Roxb.). La figure de la pi. 80 F (aite d'apres une lleur trouvee avec le n° 4,861. Wall. Cat. 
Mus. de Paris, pourrail aussi circle G. indica, mais ses etamines sont distributes en faisceaux pen distincts et son stigmate esl un pen different de 
eelui du G. indica. Son ovaire esl rugueux, un pen sillonne. 11 contient 7 loges comme celui du G. indica. Ne serait-ce pas le G. purpurea Roxb. ? 

B. Beddoniei, pi. 80 G. Eeuilles plus etroites, plus lanceolees, plus aigues et plus coriaces. Rudiment de gynecee reduit a mitres petit corps 
-elamine modiliee;. Ses sepales sont souwnl laeinies el emargines au sommet. Son style court, epais, concave au sommet, est partage en 7 bran- 
ches tres rapprochees. L'ovaire est spherique ou globuleux. Cette espece est representee a l\e\\ et a Paris par echantillons de Beddome provenant 
de Canara et par ceux de Met/. (2099 1 du Mangalore. 

Obs. 1. — 11 esl probable que I'echautillou Kurz. provenant des Audamaus, representanl son G. microstigma, et dont la tleur male ne differe en 
rieu des echantillons provenant du jardin bot. de Calcutta, cultives sous les uoms de G. celibica et G. purpurea, seront coinpris sous la variete 
Thouarsii du G. indica. 

Ob St ii. — Quelques auteurs accordent au G. indica un ovaire forme de 8 loges. Jamais, dans les echantillons provenant du Ivonkan, du 
Canara et du Malabar, eel organe n'a plus de 7 loges. 

78. — G. microstigma Kurz? Ft. Brit. Burmah. I. 91. Celle espece habile les iles Audamaus. C'est un arbuste de I metre a 2 metres de 
hauteur. Les feuilles sontlongues de 10-1 1 cent., iarges de 35-40 mm. Elles soulovales-elliptiques oulanceolees-subaigues a la base, lerminees par 
une pointc obtuse au sommet. Leurs petites cotes sont au nombre de 12-16. Les fleurs males soul terminates, solitaires ou au nombre de 3. Le pedi- 
celle est long de 6 mm. et epais d'un mm. 1/2. Les sepales sont longs de 5 mm. I /2, Iarges de 6 mm. lis soul un pen plus Iarges el moins longs 
dans la serie interieure. Les p6tales (dansle bouton) out 3 mm. de long, et de larg. lis soul orbiculaires, concaves, charnus et plus epais que les 
sepales. 11 y a 35 etamines sur le receptacle. Les filets sont Iarges et courts. Lesautheres sont ovales-oblougues, biloculaires et introrses. 11 n'y a pas 
de rudiment de gynecee. Les fleurs fcmelles sont solilaires d'apres kurz et muuies d'un pedicelle plus court. La baie est globuleuse, lisse, pourpre et 
contient 2 ou plusieurs graines. Le sligmale serait Ires petit, discoide, sessile, entier et lisse. 

En ne considerant que les feuilles et les tleurs males, celle espece est pour moi identique au G. indica, var. Thouarsii, plante cultivee dans le 
jardin botanique de Calcutta depuis de longues annees. Je conserve provisoirement celle espece. parce que je n'ai pas vu l'echantillonde la plante fe- 
melle, decrite par Kurz. Dans la variete du G. indica, dont je viens de parler, les etamines sont au nombre de 35 a 62. Dans l'autre variete, 
ce nombre s'eleve jusqu'a 35-48. 

70. — G-. purpurea Roib. Ft. hid. II. 624. Cette espece serait cultivee dans les jardins de Madras sous le nom de Mate manijoustan et pro- 
viendrait, d'apres le docteur Berry, de l'archipel oriental (Nicobars et Andamans ?). Roxburgh, qui n'en a vu qu'un raineau et un fruit, la demerit ainsi : 
« Eeuilles lanceolees el niduses. Stigmate partage en 8 lobes. Baie spherique. de la forme d'une pelife orange pourpre en dehors et en dedans 
et contenaul huil graines. La maliere pulpeuse qui enloure les graines serait aussi de couleur rouge ou pouipre. » 

C'est tout ce que Ton commit do celle espece. Rappelons que les lleurs males du G. purpurea, d'apres le catalogue de Wallich, n" i802. II. B. C, sont 
celles du G. indica var. Thouarsii, plante cultivee du temps de Wallich dans le jardin botanique de Calcutta el iulroduile probablement par 
Roxburgh. Mais nous avons vu que dans cette espece, l'ovaire ne conlenait que 7 logos, laudis que Roxburgh en deerit 8 pour le G. purpurea. 
11 ne serait done pas possible aussi de rapporter au G. purpurea, la figure F. pi. 80, puisque, dans cette fleur, on ne compte que 7 loges a 
l'owiire. M. de Lauessau et T. Anderson ne distinguont pas le G. purpurea du G. indica. Le fruit, quant a sa forme et a la couleur de son 
sarcocarpe, ne differe pas en effet de celui du G. indica. MM. Planchon et Triana ont rapporte le n° 4862 du Catalogue de Wallich au 
G. lancex folia, maisj'ai un doute a ce sujet, parce (pie dans cello espece l'ovaire n'a jamais moins de 8 loges et que ces auteurs en indiquent 6-8. 
Ouoiquil en soil, personne n'a jamais analyse l'rchauitillon du (i. purpurea de Roxburgh et je no sais pas s'il existe. M. Hooker dit qu'alvew(H. Brit, 
ind. 1.261 on note] il existe dans lTierhier d'llooker des echantillons, en mauvais rial, eliipioles G. purpurea, provenant de l'herbier de Lambert. 
Les feuilles y sont petites, elliptiques et out des nervures obliques et espacees. Elles ressembleraient a celles du G. Cambodgia ou du G. Morella et 
pourraient etro cellos du G. lanceivfolia... Ouoi qu'ilen soit, je n'ai conserve cette espece que pour appeler sur rechantillon do Roxburgh qui la repre- 
sente, l'attention des botanistes. Pour moi je ne la distingue pas du G. indica, de meme que le G. microstigma Kurz. 

8(j. _ G-. gracilis Pierre, pi. 63. Cette espece sc distingue du G. indica principalement par son receptacle peu elev6 ou mil el par le nombre 
reduit de ses examines. 

81. — G. lancesefolia Roxb. Ft. hid. lc. 623; Wight. U, t. 103; Wall. Cat. 4861. B; — T. Anderson, ft. Brit. Ind. I, p. 263 (pro parte) 
nempe quoad florcm feinineam: — Eur: Ft. Brit. Burmah. I. 91 (pro parte) neenon quoad /hrem uunculinani. Cette espece hahite la province de 
Silhet dans le Bengal oriental. Rameauxlateraux, tetragones, assoz gros. noiralrcs, conlenanl 1-2 paires de feuilles. Celles-ci, longues de 8-9 cent., 
Iarges de 'ij-20 nun.. Ires aigui'-s a la base el decurrentes sur un petiole long do 3-10 mm., linoaires-oblonguos, lanceolees, un peu plus Iarges versle 
sommet que vers le milieu, terminees par une pointe de 4-5 mm., subaigue ou obtuse et oblique. Leurs petites cotes sont au nombre de 
10-18, fines, espacees. ascondautos et unies lout pros du bord. Les sepales de la premiere serie, plus Iarges que ceux dela seconde, longs dg 7 mm. et 
Iarges de 6 mm. 1/2. lis ont 6 mm. 1/2 sur 5 mm. dans la seconde. lis soul presque orbiculaires. concaves, asse/ epais, coriaces et amincis vers le 
bord. Lespelales, pins pelils quo les sepales. soul oboves-coneaves, longs do 3 mm. el iarges de 3 mm. Les Hours males soul teiminales, au nombre 
de 1-6. Leurs pedicelles sont longs do i-3 mm. Les lleurs lemelles soul aussi lorminales mais solitaires. Leur pedicelle est long de 8 mm. ; epais et un 
peu recourbe. Dans la Hour male, on compte sur un receptacle convexe, peu eleve. nu a la base, 30-35 etamines disposees en 4-5 series. Les filets sont 
Iarges et tres courts. Les antberes sont elliptiques ou males, a 2 logos introrses et sublaleralos. Elles sont unies dorsalemenl par un connectif epais 
et obtus ou arrondiau sommet. 11 n'y a pas de rudiment de gynecee. Dans la fleur hermaphrodite, les elamines sont groupees sur qualre faisceaux, 
opposes aux sepales et unis, a la base, par un anneau (res court. On comple, au sommet de chacun d'eux de 4 a 7 etamines. Ceux qui sont opposes aux 
sepales extoriours en conliennent de 7-8, et les deux autres 4-6. Leurs lilels soul asse/ largos et de meme longueur que les antberes. Celles-ci sont 
ovales-oblongues, introrses et leurs deux loges sont rapprochees. L'ovaire contient buit loges. 11 est lisse, spherique et termine par un style gros, 
court, assezlong et partage on 8 lobes stigmatiques. On compte 2 raugees do glandes paralleles sur chacun d'eux. 11 y en a trois au sommet. Le fruit 
est oval ou turbine, lisse, plus large au sommet qu'a sa base. 11 est couronne par un stigmate sessile. 11 contient hint graines. 11 est jaune au moment de 
lamaturite et comestible. (Voir pi. 80. A. E. D. et pi. 81. A). 



— XX — 

Obs - J'ai pris pour type de la fleor male du G. lancearfolia, Roxb. l'6chantillou de la colleclion de M. J. D. Hooker, provenant de Silhet. Les antheres 
y ont deux loges introrses, exactement comme dans la lleur hermaphrodite (pi. 80 E) . T. Anderson el Kurz (op. oil.) out pns la fleur male du G. cowa 
ou de quelque espece de la section Oxycarpus, dont les antheres sont formees de 4 logettes, pour celle du G. lanceaefolia. J'attnbue cette erreur a 
un melange d'echantillons de la collection Griffith, an moment on elle fut distribute (1861-1862) par le Musee de Kew. On voit, eneffet, sur 1 exem- 
plaire que possede le Museum de Paris, sur la meme feuille d'herbier, a droite, un rameau du G. oxyphylla PL et T. (voir pi. 81 . B), que T. Anderson 
ne distingue pas du G. lanceasfolia et a gauche un rameau, prive de feuilles, du G. Cowa ou du G. Roxburgh. Les fleurs de celui-c, dont une tena.t 
encore a Fechantillon et dont j'ai donne l'analyse (pi. 82. D.), ne sauraient elre confondues avec celles du G. lance* fol.a ou du G. oxyphylla, car les 
antheres y sont a 4 logettes, tandis que dans la fleur de Fechantillon du G. lanceaefolia Wall, cat, 4861 . B., les antheres sont bien de la section Br.n- 
donia. Dans Fechantillon de gauche dont je parle, les rameaux sont plus gros et grisatres, tandis que dans ceux de droite, que j'attnbue an G. oxyphylla, 
ils sont greles et tout a fait noirs. . 

MM. Planchon et Triana (Mem. Gullif. p. 166) n'ont clecrit que la fleur hermaphrodite du G. lanceaefolia. 11 est permis de se demander si 1 echantil- 
lon qu'ils ont pris pour type de cette espece (Wall. Cat. n. 4862 : G. purpurea) n'est pas celui du G. indica, espece offrant certainement de grands 
rapports avec le G. lanceaefolia. Ce qu'il y a de certain, ils ne disent pas combien de loges possede Fovaire et se contentent d'assigner au fruit 6-8 
lo^es. Or, dans le G. lanceaefolia, il y a toujours 8 loges et dans le G. indica ce nombre varie de 5-7. Dans leur G. oxyphylla, on en trouve de 5-10. Les 
figures 1 1 et 1 2 qu'ils donnent pi. 1 7 (op. 'cit.) couviennent plutot au G. oxyphylla qu'au G. lanceaefolia. En effet on n'y voit que 8 etamines groupees, 
deux par deux, tandis que dans Fechantillon de Wallich 4861 B, ce nombre est de 22-24 disposees au nombre de 4-6 sur les faisceaux opposes aux 



sepales de la premiere ser 



■ dela see 



M de Lanessan n'admet pas le G. owphylla de ces deux auteurs. Cependant dans cette espece, dont nous allons parler, les rameaux sont greles 
et plus longs, les lleurs hermaphrodites sont souvenl presque sessiles et plus petites, les etamines sont moins nombreuses sur chaque faisceau, 
le nombre d°es loges de Fovaire varie de 7 a 10 et les glandes stigmatiques sont plus distinctes ou plus regulieres et plus nombreuses. 

Je ne sais a quelle espece uilribuer la (ig. 8 du G. lanceaefolia Roxb. clonnee par M. de Lanessan. Ce stigmate est clecrit et representc quadrilobc 
quand, dans cette espece, il y a autant de lobes qu'il y a de loges a Fovaire, c'est-a-dire lmil . 

8 2. _ G-. oxyphylla. PI. et Triana. Mna. Guttifferes, p. 187. — Cette espece habile les montagnes de F Assam et peut-etre aussi celles du 
Silhet. Elle est representee au Museum de Paris par les echautillons de Griffith, du colonel Jenkins et de M.J. D. Hooker. Jeunes rameaux opposes, greles, 
longs et presque noirs. Les feuille, soul lineaires-oblongues, longues de 9-11 cent., larges de 12-24 mm., aigues aux deux extremites, terminees au 
sommet par unepointe longue de 10-15 mm. Elies sont tres minces et leurs petites cotes, au nombre 15-18, sont ascendantes,tres fines et peu 61evees. 
Les fleurs males sont inconnues ; les fleurs femelles ou hermaphrodites sont petites, terminales et portees par un pedicelle long dun mm. a 4mm. 
Les sepales de la serie exterieure, sont longs de 7 mm. et larges de mm., plus larges que ceux de la seconde serie, suborbiculaires, concaves assez 
epais et amincis sur les bords. Les petales, plus petits que les sepales, sont longs ds 3-4 mm. , larges de 2 mm. lis sont elliptiques, arrondis au sommet 
et epais. Les famines sont au nombre de 7-12. Ou en compte 3-4 sur les faisceaux opposes aux sepales de la premiere serie • •! 1-3 sur ceux qui font 
face a la seconde. Leurs filets sont libres au sommet et aplatis ou entierement libres jusqu'a la base. Les antheres sont biloculaires, introrses et 
oblongues. Les faisceaux sont relies par un anneau hypogyne Ires court. On compte 7-10 loges a Fovaire. 11 est lisse et surmonte d'un tres court 
prolongement stylaire. 11 est concave au sommet partage en autant de lobes stigmatiques redeems qu'il y a de loges a Fovaire. On compte sur chaque 
lobe 8 a 11 glandes bis6riees. Fruit inconnu. 

Obs - Cette espece est evidemment tres voisine du G. lanceaefolia. Elle est eliquetee dans les herbiers G. lanceaefolia et n'en est peut-etre qu une 
forme. Elle demande a etre etudiee sur de nombreuv echautillons. Ceux qui xionncnt de FAssam (colonel Jenkins et Griffith) out jusqu'a 13 etamines et 
un ovaire de 9-10 loges (Voyez pi. 81 B.). D'autres, provenant de la meme province (coll. Jenkins), sont conformes a la description de MM. Planchon 
et Triana. lis n'ont que 7-8 etamines et 7-8 loges a Fovaire (Voir pi. 80 K). 

Dans un autre echantillon, provenant de Silhet et donne, par M. Hooker, au Museum de Paris, les petales sont un peu plus grands que les sepales, 
les 6tamines sont au nombre de 1 a 2 et solitaires en face des sepales, et Fovaire n'a que 7 a 8 loges, Son stigmate etait sessile dans la seule fleur exa- 
minee. Le bois et les feuilles de cet echantillon ont plus Faspect du G. oxyphylla que du G. lanceaefolia. 

♦ XXIL TETRADIUM 

83. — G. tetrandraP/>m?/y/. 84 Z>. - Habite les lies Philippines. Cuming, n° 1611. Rameaux Ires epais, presque ronds. Feuilles oblongues 
acuminees aux deux extremites. Fleurs males axilaires au dela de 6, sessiles au sommet d'un gros bourgeon ecailleux, a pedoncule tres court, a 
peine long d'un mm. a un mm. 1 /2 muni de 2 bractees a la base. Sepales exterieurs plus petits que les interieurs longs et larges de 2 mm. , oboves, 
eonca\esTniembraneux et denteles sur les bords. P6tales longs de 3 mm., larges d'un mm. 1/2, plus grands que les sepales, oblongs, oboves, concaves, 
tres epais. sondes a la base au receptacle. Etamines, 4, sessiles au sommet d'un receptacle tres court a filets longs d'un 1/2 mm. et a antheres 
oblonoues munies de 4 logettes laterales ou subextrorses. Point de rudiment d'ovaire. 

XXIII. PACHYPHYLLUM 

Fleurs petites disposees en grappes axillaires ramifiees et eomposees de cymes bipares. Sepales orbiculaires, eon- 
eaves, a peine plus grands dans la deuxieme serie. Petales charnus plus grands que les sepales. Receptacle tetragone 
et nu a la base, eonronne par un petit nombre d'etamines. Antheres de Cambodgia et de Brindonia. Pas de rudiment 
de gyneeee. Fleurs femelles et fruit ineonnus. 

84. — G. amplexicaulis Vieill. rrm. Habite la Nouvelle-Caledonie (Vieillard n° 1863 ; Pancher; Balama, n" 589;. Feuilles sessiles (longues 
de 12-17 cent. 1/2, larges de 6 a 8 cent. 1 2i ou presque sessiles, oudes-clliptiques, obovees, a pointe tres courte etdure, cordees a la base, a bonis 
replies en dessous, Ires epaisses et tres coriaees. Leurs petites cutes au nombre de 50 a 56, paralleles ou irregulieres, sont marginales et accentuees. 
sur les deux faces. II exisle dans lmtervalle de chacune <l*elles autant de fausses cotes non moins elevees Les ramifications dela grappe soul 
epaisses et tetragones. Les bractees sont orbiculaires et tres courtes. Les pedicelles sont tres courts. Les sepales exterieurs (1 mm. 1/2 sur 2 mm. 
sont a peine plus petits que les inteneurs (? mm. 1 /2 sur 2 mm. 1 /2). lis sont orbiculaires, concaves, epais et non nerves. Les petales (3 mm. 1 /2 
sur 3 mm. i sont, en bouton, presque orbiculaires, charnus et concaves. Les etamines sont au nombre de 10-18. Leurs filets sont tetragones et tres 
courts. Les antheres sont oblongues et leurs deux loges introrses sont paralleles et emarginees. 

Cette espece est tres remarquable etna pas le facies d'un Garcinia. Cependant tous les caracteres de sa lleur male sont ceux de ce genre et indi- 
quent 1'iine des sections Brindonia ou Cambodgia. Elle s'en eloigne par son inflorescence. 

XXIV. PAPILLA 

Fleurs axillaires ou terminales dans les deux sexes, nombreuses dans la fleur male, solitaires ou groupees au nombre 
de 1-3 dans la fleur femelle. Sepales de la seconde serie, plus grands que dans la premiere, plus petits et moins epais 




Pierre et E.Delpy del 



J.Storck & L.Hugo 



A GARCINIA Miquelii, Pierre. I E — GARCINIA duodecandra , Pierre 

B , Beccapn , Pierre. F , sessilis,Seem. 

C ( succifolia.Kupz. Gr , Rheedii, Pierre 

D | tetr andpa ( Pierre . II 



que les p&des. Etamines groupies en nombre variable surle receptacle. Rudiment de gynecee 0. Etamines de la fleur 
hermaphrodite disposes eu , >r tits faisceaux comme dans lesBrindonia. Ovaire sillonne de 5-8 loges. Fruit sillonne 
et maclonne. Graines de Mangostana. 

8b - G papilla Wight. Ic. t. 960, 961 ; de Lanessan. Mem. Garcinia 51 ; G. Cambogia. Beddome Fl. syivat. tab. 85.— Cette espece habite pres 
(1,-s rivieres xers Goonoor, dans les Xilghirris el pres de Sisparah. Elle est connue paries indigenes sons le nom de Ileela (Beddome). Sonbois, de 
roll | rll| . 01 , ul ove est elastique, dm. travail facile, et s'emploie pour de menus travaux. Ses ramcaux son! tetragoues. Les plus jcuues ne portent qu'une 
seule paire ,1, feuilles. Ses feuilles, longues de 1 1 a 1 2 cent. I /2 (petiole 11-13 mm.), sont larges de 1 a I cent. 1 /2. Elles sont obtuses on aigues a la 
base terminees par une pointe courte et obtuse dans les feuilles adultes, assc/. epaisses etcoriaces. Leurs petites cotes sont au nombre de 24 a trente, 
ascendanles, lii.es. mais eleuvs sur les deux faces. Leurs fleurs males sont presque sessiles etfasciculeesau nombre de2a6, au sommet des ramcaux. 
L.miis p.Mlirelles son! loii-s «le 1 a \ nun. et epais vers le sommet de G mm. Les sepales de la serie exterieure sont longs de 5 mm. a 6 mm., et larges 
,1,. 1 a (i nun. 1/2. Ceux de la seconde sont longs de 7 a 8 mm. 1 /2 et larges de 6 mm. l/2a9mm. lis sont suborbiculaires, concaves, charnus, 
roriaees niullinerves el amincis sur Irs Lords. Les petales sont longs de nun. el larges de (i mm., mi pen plus el.arnus el plus longs que les sepales 
apeineamincis sur les bords et soudes Ires haut, jusqu'a la hauteur d'inse. lion des etamines sur le receptacle. Celui-ci est spherique, convexe, charm, 
et contient 33-40 etamines presque sessiles. Les antheres sont ovales, biloculaires et introrses. Elles sont legerement reccmrbees en dehors et au 
soiiunel ; I.Mir cmneclif dorsal est tres large, sans et rep imminent ail sommet. liny a pas de rudiment de gyneeee. Les fleurs femelles sont solitaires, 
axillaircs ou terminales. Elles sont presque sessiles .-I I. Mir pedicelle est tres gros. A la base du gynecee, les etamines sont distributes, en face des 
sepales, au nombre de2-3, au sommet de Ires courts faisceaux. L'ovaire, sillonne en dehors, contienl 6-8 loges. 11 est (ermine au sommet par un style 
oros. court, mais bien distinct, concave au sommet et partage en autant de lobes sligmatiques qu'ily ade sillons et . de loges a l'o\aire. Labaie,pyramidale 
on „Nale, est egalement sillonnee et contient 6-8 graines ovales et peu amincies sur les cotes, vers le bile Elle a, d'apres Beddome, 5 cent. 1/2 en 
hauteur, et 4 cent. 1/2 a 5 cent, de diametre. Les graines out une longueur de 3 cent, et un diametre de 1 7 mm. La baie est terminee par un mamelon 
ou prolongement stylairelong d'un cent., loula fail caracleristique. Ce mamelon, concave au sommet, cache en parlie le stigmate. 11 est aussi sillonne. 

Obs. — Cette espece est Ires legitime el ne saurail elre, par les pelils faisceaux slaminaux de la ileur fcmelle el par la forme de son fruit, confondue 
avec le G. cambodgia. Ses allinites soul evidemment avec le G. conicarpa. Je ne sais pouquoi T. Anderson ne l'a pas distinguee du G. Cambogia 
(Voirpl. 83 D). 

86 . — G. conicarpa Wight. Ic. \ 2 1 .— Chohy Cullif. Inde, p. 36 ; — Pi. el Triana, Mem. Guttif. 1 02 ; — de Lanessan, Mem. Garcinia,/). 53-54 ; 
— lieddomc Ft. sglrat. //en. XXL— Cette espece habite la province de Canara, vers Mangalor el lesmonts Schevagerry. Rameauxtetragones. Feuilles 
longues de 6 cent. 1/2 a 7 cent, (petiole 2-4 mm.) larges de 2 cent. 1/2, elliptiques-oblongues, obtuses ou arrondies au sommet, cuneiformes a la 
base el decurrentes sur un petiole Ires court ; epaisses el coriaces. Leurs j)elites coles, lines, ascendanles, sontau nombre de 6-20, distinctes sur les 
deux faces. Les lleurs males, d'apres la tig. <lc Wight, soul solitaires axillaircs ou situcesvers les axes prives de feuilles. Leurs pedicelles sont longs 
de 10-16 mm., epaissis au sommet conimc dans le G. qmesita. Les sepales de la deuxieme serie sont plus grands que dans la premiere et tous plus 
petits que les petales. Ceux-ci sont e]liptiques ou oboves. Les etamines, au nombre de 8, sont groupees sur un receptacle peu eleve et prive de rudi- 
ment de gynecee. Les jcuues fruits soul situes au sommet d^ canienux au nombre de deux. En face des sepales, dont deux quelquefois sont caducs, 
fai vu dans un des fruits de rechaulillon de Wight (Schevagerry) un petit faisceau porlant 2-3 etamines au sommet. Les antheres y sont ovales, a 2 lo- 
ges introrses. La baie est sillonnee et couronnee a son sommet aminci par un stigmale divise en 4-5 lobes arrondis. Les glandes du stigmate placees 
sur deux rangees sont asse/ elevees et arrondies. Le fruit contient 4-5 loges monospermes. 

Obs. —Cette espece, parses feuilles et parses etamines disposces en faisceaux, a une grande aftinite avec le G. papilla. On la distingue de cette 
espece, par ses tleurs males longuemenl jjedicellees, par Ic nombre reduit de ses etamines, par la forme de son fruit et par son stigmate. Cette espece 
est placeesous le G. cambogia par T. Anderson (Fl. Brit. hid. I 262). 



XXV. CAMBOGIA 



Flrui-s axillaircs ou terminales, faseiculees dans la plante male etleplus souvent solitaires dans la plante femelle. 
Sepales de la seconde serie un peu plus grands que ceux dela premiere, tous plus petits et moins epais que ies petales. 
Receptacle hemispherique plus ou moins eleve dans la plante male. Etamines [9-40] formant sur le receptacle 
3-5 series. Antheres biloculaires introrses, verticales ou recourbees en dehors, vers le sommet. Rudiment de gyne- 
cee present ou laisant dei'aul. Etamines de la fleur hermaphrodite uniseriees. Ovaire de 7 a 11 loges, sillonne et 
partage en autant de divisions sligmatiques qu'il y a de loges ovariennes. Glandes du stigmate elevees ou pres- 
que efiacees. Fruit sillonne termine quelquefois par un prolongement stylaire. Graines de la section Mangos- 
tana. 

87. — Cambogia Desrouss in Lamar/,- . Diet, encycl. 111. 7()l ; — Willd. sp. 11. 848 ; — Roxb. PL Coram. 111. p. 94, tab. 298 elFl. Ind. 11 

p. 621;— WightetArn. Prod.Fl. Ind. or. L, p. 100 ; — Cho'mj Guttif. Inch, p. 35;— PL et Triana. Mem. Gut/if. 177. pro parte, nempe quoad pi. fc- 
mincam ; — De Lanessan. Mem. Garcinia, p. .'Mi, pro parte ; nempe quoad plantain femincam ; — Maiujoslana Cambogia Gacrtn. de Fruct. 11. 106. 
tab. 105 ; — Coddam Pullis. Ota Pulli Jt/ieed '. /fort. Malab. p. 41,/. 24. — Cette espece habite Travancore et la cote du Malabar. Elle est cultivee 
dans le jard. bot. de Builen/org (Herb. Pierre. n° 4152), et peut-etre a Geylan. Ses ramcaux sont gros, ronds etnoiratres. Ses feuilles sont longues de 
7 cent. 1/2 a 12 cent. 1/2 (petiole de 12-18 mm. ) et larges de 3 a 5 cent. 1/4. Elles sont ovales-laneeolres, aigues a la l>ase el deeurrentes sur le 
petiole, larges au milieu el terminees au sommet par une pointe large, courte et obtuse. Les petites cotes, fines, mais elevees sur les deux laces, sont 
au nombre de 20 et ascendanles. Les lleurs males sont incounues. Les lleurs femelles sunt terminales et sessiles. Leur pedoueule, Ires gros, ami 
diametre de 5 mm. II est long de 1 mm. a 3 mm. 1/2. Les sepales de la premiere serie sont longs de 4 mm. el larges de 4-5 mm. Ceux de la seconde 
sont longs de 5 mm. el larges de 7 mm. 1 /2. lis sont orbiculaires ou suborbiculaires, concaves, epais, amincis vers le bord el multinerves. Les petales 
sont longs de II mm. 1/2 et larges de 8 mm. 1/2, tres epais et oboves. On compte a la base du gynecee 13-14 etamines uniseriees el libres. Leurs " 
filets sont longs, aplatis, subules. Les antheres sont ovales, biloculaires, introrses et fertiles. L'ovaire spherique contient 11 loges. II est sillonne entre 
chaque loge en dehors. II est surmonle par un s(\le Ires court, tres epais, concave au sommet. Son stigmate est partage en autant de sillons et de lobes 
qu'ily a de loges ovariennes. Les glandes stigmatiques, au nombre de 4 a 9, sont a peine elevees et mousses. Le fruit est une baie longue de 5 cent., 
large de 5 cent. 1/2, spherique, sillonnee, un peu deprimee au sommet et cachaut la, en partie, le stigmate. Elle contient 6-11 graines longues de 
22 mm. avec un diametre de 1 1 mm. 

Obs. — La description de la fleur male, donnee par MM. Planchon et Triana, d'apres l'echantillon de M me Walcker et celle de M. de Lanessan, d'apres 
I'echantillon Thwaites n° 1172, s'appliquent au Goraka Gass, habitant Geylan et nonau Goddam Pulli, habitant la cote occidenlale et meridionale de la 
peninsule indienne. Ges deux especes sedistinguent aisement. Les feuilles du G. cambogia (Rheede Hort. mal. f. 24) sont beaucoup plus larges vers le 
milieu que celles du Goraka Gass ; ses lleurs femelles et son fruit sont plus gros : le nombre de ses etamines est plus grand ; les sillons de son ovaire sont 
plus larges, plus nombreux el s'elevenl jusqu'au sommet, dans le fruit ; le stigmale esl revetu de glandes peu accus6es; le nombre des loges de l'ovaire 



— XXII — 

s^Ieve de 6 Ml, landis que dans !e G. quanta ou ghoraka gass, il ne depasse pas 8. Quoiqne la fleur male du G. Cambogia ne soil pas encore eonnue, 

ccs differences suffisent pour separerces deux especes. 

Le G. Cambodgia a ete eonfondu avee les G. zeylaniea, G. papilla et G. conicarpa par T. Anderson (Fl. tin,. n 1 i.-i ,ij. 11 est renwquable 

que cefte espece, la plus anciennement eonnue de eette section, soit anssila plus mal represent dans les Musees (Von- pi. 8d H). 

L'echantillon de Lesehenault, recolte sur les monts de Courtallum et conserve an Museum dc Paris, pourrail upparlen.r ii en, espece specmle. e ne 
puis, par ses feuilles, la rappor.er a aucune des especes de eette section, line note du celebre voyageur dd que les Amite sent a trois loges 
monospermes et sont disposees en grappes surle Ironc. 

88. - G. zeylaniea Roxb. II. Ind. II. 621. - H ight et A m. prod. 1 , /, 1 01 .- Choisy. Guttif. Inde. p. 36, cxcl.synom. G. a f finis. W. et Arn 
- PL et Tr. mm. Guttif. p. 1 82 ; - de Lanessan Mem. Garcina, j, 40. - Cette espece liabiterait, suiuuit Roxburgh Tile de Ceylan et aurai ete 
introduce dans lejardin des missionnaires a Tranquebar. L'origine de eette espece nest done pas proeise J, I, mHsplu.nl ongmanv do Bombay, 
d'apres un eehantillon de Dalzell conserve a Kew et d'apres rechantillon du cat. de Wallich n. 4867 E He est cul ivee dans le jardin botanique 
de Calcutta sous le nom de G. cambodgia. (Herb , Pierre n. 3713.) Elle pourrait aussi habiter le Canara si 1 echant.l on de blocks e de Law, distnbue 
sous le nom de G. elliptica Wall (branche placee a droite de celle du G. pictoria, dans l'herbier du Museum de Pans, voir pi. 83 C), peut etre 
rapporte a eette espece. —La description suivante est faite d'apres Roxburgh. '.*,-, , 

Arbre dioique. Feuilles longues de 11 a 16 centimetres 1/2, larges de 5 centimetres 1/2. Elles sont portees par un court petiole, larges vers le 
milieu et lanceolees ou oblongues, d'un vert brillant sur les deux faces. Les pedicelles des fleurs males, groupes an nombre de plusieurs, sont axillaires 
ou terminaux et lon.s de 1 2 a 27 millimetres. 11 y a une bractee ovale, concave, a la base de chaque pedicelle. Les sepales sont concaves et arrondis, 
plus grands dans la seconde serie. Les petales oblongs, concaves, sont deux fois plus longs que les sepales. An sommet d un receptacle charnu, on 
eompte environ 30 diamines et un rudiment de gvneeee, { eurvu d'une tele. Les fleurs femelles sont axillaires et terminales, solitaires, subsessiles et 
un pen plus grosses que les males. A la base du gynecee, il y a 6-7 ou 8 etamines e'est-a-dire environ une pour chaque loge de 1 ova.re. Celui-ci a 
6-8 sillons et 6-8 loges uniovulees. Stigmate sessile, pelte, glanduleux non lobe... La baie, de la dimension d'une petite orange est hsse, jaune an 
moment cle la maturity a peine sillonneeou bosselee en face de chaque graineet couronnee par le stigmate. Elle a 8 graines semi ovales. Elles sont 
conformees comme dans les especes du genre. . 

Obs. - La plante cultivee dans le jardin botanique de Calcutta (herb. Pierre 3713), dont je n'ai malheureusement que la fleur male, offre les 
earacteres suivants : Les rameaux sont noiratres. Son ecorce est chagrinee ou rugueuse. Ses feuilles sont longues de 9 centimetres 1 /2 (petiole 10 a 
1 5 mm ) et largesde 3 centimetres. Elles sont oblongues, aigues et decurrentes sur le petiole, lanceolees, ousubitementacumineeset termites par une 
pointe tres courte (1-3 mm.), obtuse et souvent oblique. Elles sont assez epaisses, coriaces et leurs petites cotes, souvent pen distmctes en dessous, 
sont fines et an nombre de 16 a 20. Les fleurs males sont portees par des pedicelles greles a la base, renfles an sommet et longs de 8 a 16 mm. Les 
sepales exferieurs sont longs de 4 mm. et larges de 3 mm. 1 /2. Ceux de la seconde s6rie, out 6 mm. de long, sur 4 de diam. lis sont oboves, con- 
caves et epais, a peine amincis vers le bord. Les petales sont longs de 10 mm., plus longs que les sepales, et plus epais. lis sont sondes ala base du 
receptacle ou androphore. Celui-ci allonge, tetragone a la base, porte vers son sommet 12-18-22 etamines, formant trois series autour d'un rudiment 
de gynecee central, souvent tres eleve. lis est tres rare que ce corps fasse defaut. 11 est ou court et trigone, non lobe, ou oblong, en forme d'ovaire 
sillonne et termine par un stigmate bilobe, triloba ou quadrilobe. Les lobes de ce stigmate sont souvent denteles sur les bonis. (Voir pi. 83 G.) 

Les echantillons de Wallich Cat. 4867. a. H. B. C. G. zeylaniea? Roxb. et ceux de Dalzell provenant de Bombay sont ent.erement ulentiques a raon 
numero 3713. Dans ces trois echantillons. il n'y a que des fleurs males. On remarquera que, dans la description que je viens de donner, les dimen- 
sions des feuilles et des pedicelles des fleurs males sont moins grandes que celles du G. zeylaniea de Roxburgh, que le nombre des etamines n'est 
que de 12 a 22, tandisque Roxburgh en indique environ 30. Sauf ces legeres differences, mais dont il fan t tenir eompte, les echantillons dont je 
viens de parler peuvent se rapporter au G. zeylaniea. Je n'ai pas vu les echantillons de Wallich (Cat. n° 4865. a.) que MM. Planchon et Triana rap- 
portent au G. zeylaniea, ni le n. 4866 a. que Choisy considere comme appartenant a la meme espece. D'apres MM. Planchon et Triana, rechantillon 

4865 a. de Wallich aurait 30 famines environ et un rudiment de gynecee. 11 representerait done exactement le G. zeylaniea Roxb. Quant .* i- 



nun. 



description de M. de Lanessan, je ne sais d'apres quel eehantillon elle a ete faite. 11 donne aux pedicelles des fleurs males une longueur de 5 a 6 i 
11 se contente de dire que les etamines sont en grand nombre et il decrit le rudiment de pistil, muni d'un court ped.cule et Ir.lobe 
sommet. 

Un eehantillon, provenant de la cote de Malabar, du mont Sclievagerry, de la collection Law, distnbue par le Musee de Kew sous le nom de 
G elliptica (voir pi. 83. C), merite d'etre decrit et pourrail etre sinon une forme du G. zeylaniea, du moins une espece ties vo.s.ne. On remarquera 
que les pedicelles y out de 5 a 7 mm. de longueur, ce qui le rapproche de la description donnee par M. de Lanessan du G. zeylaniea. Le nombre de 
ses etamines qui s'eleve de 26 a 39 et son rudiment de gynecee triloba, indiquent aussi eette espece. Cependant la nervation de ses feuilles, la cou- 
leur rousse qu'elles out en dessous, laissent quelque doute dans raon esprit. On remarquera aussi que les lobes du rudiment dc gynecee sont sillonnes 
en dessus et non denteles sur les bords comme dans les echantillons du jardin botanique de Calcutta representes pi. 83. G. 11 y a aussi un eehantil- 
lon de Law et Stocks, provenant de la province de Canara, determine a Kew G. conicarpa? ou G cambogia? qui certa.nement, est identique a eelui 
des monts Sclievagerry. Si ces echantillons n'etaient qu'une forme du G. zeylaniea, la patrie de eette espece serait done la cote occidental de la pe- 
ninsuleet non File de Ceylan, comme le supposait Roxburgh. En iroici la description. 

Garcinia sp (Voir pi. 83 C). Les rameaux sonl presque muds, el revetus d'une ecorce rugueuse et noiralre. Les anciens axes des feuilles 
et des bourgeons y sont devenus des nodosiles. Les feuilles sunt longues de9-ll cent. 1/2, larges de 3 cent, a 3 cent 1/2. Elles sont oblongues ou 
ellipliques -oblongues, portees par un petiole long de I 2 mm. Kilos sont aigues ala base et au sommet, terminees par une pointe longue de 4 mm., 
courte, large et obtuse. Elles out 2 1-28 peliles oles. netlemenl dessin6es sur les deux faces legerement ascendantes, arrondiespres du bord duhmbe, 
reli6es'en-dessous par des veines espacees. irreguliiuvs ,d liansversales. Ces feuilles sont brunes, non brillantes en dessus, et rouge chocolat en des- 
sous Les pedicelles des fleurs males, au nombre de 3-4, naissenl au sommet des rameaux et out a leur base une petite bractee scarieuse. lis sont 
longs de 4-5-7 mm. Les sepales sonl longs de \ mm., larges de 4 mm. 1/2 dans la premiere serie. longs de 6 mm. sur 4 dans la seconde. Les petales, 

1 i i x t^ l r ...... „i i.,,,„, wi,. \ mm Aivii« nn cliiimiK Koiidi'sa la ba<e t ef \\\ " » me du vrvt • I )l acl » '• 1 1 1 1 1 1 1 i 1 1 <• r\ i''s . a p< i i n< ' amincis 

dans le bunion. *onl longs de 6 mm. et large* de i mm. epais ou cinuniih. soma s a id n«i. u<i r i , i 

vers le bord. Ce receptacle, una la base, entre les petales, est arrondi au sommet, charnu et porte 25 a 30 etam.nes disposees en 4 raugees. Les 
filets sont courts ; les antheres sont biloculaires, inlrorses et emarginees au sommet. Entre les etamines du sommet du receptacle, s'eleve un rudi- 
ment de gynecee, renfle en forme d'ovaire a la base, aminci au sommet et partage en 3-4 lobes redlechis, arrondis, mums de 3 sillons pa- 
ralleles... 

Je ne sais pas s'il exisle dans les herbiers de fleur femelle du G. zeylaniea. Les descriptions de MM. Planchon, Triana et de Lanessan, de meme 
que la mienne, sont faites d'apres Roxburgh. T. Anderson (11. Brit. India. 1. 263) ne distingue pas le G. zeylaniea, de meme que M. Thwaites, du 
G. cambodgia. 

89 - G. qusesita Pierre, pi. 83 H. - G.affinis W. et Am. Prod. 101 - — Herb. Wight, propr. n. 341 ; - G. zeylaniea Choisy Guttif. hide, 
p , 36 ; -PI. et Triana Mm>. lig. 7. Guttif. p. 183 ; de Lanessan, Mem. Garcinia, p. 40 ; - G. cambogia T. Anders, in Fl. Brit. Ind. I. 262. PI. et 
Triana op. cit..p. 180, (juoad )hvem. mas,-.- — de Lanessan, op. cit., quoad florem masc. — Cette espece habite la cote occidentale de Ceylan. vers 
Galles (Herb. Pierre, n.' 37 in p.sqifa une alt. de 3,000 pieds anglais (Thwaites, n° 1172 et 150 : G. Kydiania). Elle est eonnue sous le nom de Goraka 
-ass, nom a pen pres semblable. donne pnr Roxburgh a son G. zeylaniea. Dans les vieux arbres, dont le tronc est de 25 cent, environ cle diam. ; les 
rameaux souvents tordus, soul converts de nodosftes; ils sont ronds, rugueux et noiratres. Les feuilles sontlongues de 8 a 12 cent. 1/2 (petiole de 
10 a 15 mm.), et largos de 2 a i cent. Kilos sonl oblongues, lanceolees aux deux extremites, aigues a la base, terminees au sommet par une pointe 
lar-e et le plus souvent obtuse. Elles sont assez epaisses, coriaces, et leurs petites cotes, au nombre de 15-20, fines, ascendantes, decurrentes et 
airundies pies du bord du limbe, sont egalement elevees sur les deux faces. Les fleurs males, au nombre de 3-8, axillaires ou terminales, sont portees 
par des pedicelles longs de 13 a 24 mm., epais d'un mm. a la base et de 2 mm. au sommet. Ils sont dans la plante femelle presque toujours solitaires, 
longs de 7 mm. a 1 3 mm. ; epais, vers le milieu, de 2 mm. 1 /2. Les sepales exterieurs sont longs, dans la plante male, de 2 mm. 1 /2 a 4 mm. et larges 
de 3 mm. Ils sont longs de 5-6 mm. et larges de 6-8 mm. dans la plante femelle. Ceux de la seconde serie sonL dans la plante male, longs de 4-5 mm. 



— XXIII — 

etlargesde2mm. 1/2. Dans la fleur hermaphrodite, ils sont longs de 6 mm. 1/2 a 7 mm. et larges de 6-10 mm. Les petales sont longs de 10 mm. et 
larges de 6 mm. Ils sont inserts sur le receptacle jusqu'a la hauteur des etamines, plus epais que les sepales, carenes en dedans et a la base. On 
compte au sommet du receptacle 9 a 15, le plus souvent 12-13 etamines. Leurs filets sont courts. Leurs antheres, ovales et quelquefois enlarging au 
sommet, sont biloculaires et introrses. Rarement (1 fois sur 30 analyses) on rencontre, au sommet du receptacle, entre les etamines, un petit 
rudiment de pistil ou'quelque etamine modifier. A la base du gynecee, dans la fleur hermaphrodite, il y a 5-7-8 etamines hypogynes, uniseriees, portees 
par des filets libres, tres larges et greles. Les antheres, emargin6es au sommet, sont ovales et souvent fertiles. L'ovaire est spherique, contient 7-8 loges 
et en dehors, entreles loges, autant de sillons. Son style, epais, est tres court. II est concave au sommet. 11 porte autant de sillons et de lobes stigmati- 
ques, libres au sommet seulement, qu'il y a de loges a l'ovaire. On compte 10 a 13 glandes arrondies oulineaires de la base au sommet de chaquelobe. 
Le fruit est une baie d'un diametre de 6 cent. 1/2 a 8 cent, d'apres M. Thwaites, sillonnee depuis la base jusqu'a une certaine hauteur, deprimee au 
sommet, lisse et quelque peu mamelonnee. II est comestible et son endocarpe, divise en menus morceaux, est seche" et employe dans l'assaisonnement 
des mets. Cette espece avait etc distingue^ par Hermans, du G. Morella (le Kanna Ghoraka des Zelanais). mais il ne la separait pas du Coddam-PuUi de 
Rheede ou G.cambogia. (Vide Hort. Mai. 7, p. 42, ex nota Commeliniana). Depuis, tous les auteurs out perpetue cette erreur. M. Thwaites a bien 
observe que le Ghoraka avait un fruit deprime au sommet, etque ses sillons s'arretaient a quelque distance du petit mamelon qui le termiue, mais il ne 
semble pas avoir compare, le fruit fa Ghoraka a celui du Coddam pull/. 11 s'est contents de distinguer deux varietes dans le ghoraka. Tune jaune el 
l'autre rouge. 11 est done probable que le G. cambogian'est pas cultive aCeylan, car son fruit etant sillonne, d'apres la figure de Rheede, de la base au 
sommet, la remarque en cut ete faite par M. Thwaites. Le G. qusesita differe aussi du G. cambogia, par un pCdoncule plus long et moins gros, par un 
nombre d'etamines moins considerable dans la fleur hermaphrodite, par un stigmate plus glanduleux et par les loges de son ovaire, dont le nombre 
nedepasse jamais huit. 

Je n'ai pas, a regret, conserve le G. affinis de Wight, parce qu'il fait double emploi avec une espece wallichienne de la section Mangostana, qui a la 
priorite de ce nom. 11 me parait douteux que l'echantillon (prive de fleurs et de fruits), conserve a l'herb. du Museum de Paris, sous le nom de 
G. affinis W et A. (herb. Wight propr. n. 341), soit le G. qusesita. 

XXVI. ECHINOGARPA 

Inflorescence et fleurs de Cambodgia. Antheres a loges verticales etlaterales. Ovaire glanduleux compose de 3 loges. 
Fruit murique. Graines de Mangostana. 

90. — G. echinocarpa. Th.inJourn.ofBot. VI. (1854,;?. 71 \— Enum.pl. Zeyl. 49 ; — PL et Triana. Minn. Guttif , i$3 ; — de Lanessan 31em. 
Garcinia,33, fig. 6 ;— f. Anderson. Fl.Brit.lnd. /, 264. — Cette espece habite la cote sudet occidentale, et les montagnes du centre de File de 
Ceylan. Arbre de 10 a 16 metres. Rameaux tetragones et gros. Feuilles longues de 8-13 cent. 1/2 (pet. 10-20 mm.), larges de 3-6 cent., oblongues ou 
ovales-oblongues, toujours aigues a la base, acuminees et obtuses ou arrondies au sommet, epaisses, coriaces et munies de 52 petites cotes environ, 
paralleles ou subparalleles, peu ascendantes, unies pres du bord et la souvent fourchues, 6galement ^levees sur les deux faces. Fleurs males, sessiles, 
axillaires ou terminales, groupees au nombre de 6-12, souvent sur des axes indures ou tumefies. Les sepales, a peu pres 6gaux dans les deux series, 
sont, dans la fleur male, longs de 3 mm. et larges de5mm. 1/2, suborbiculaires, concaves, epais, amineis et scarieux sur les bords. Les petales out 
6 mm. 1 /2 delong. sur 5 mm. 1 /2 de largeur. Ils sont oboves, concaves et tres epais. Les etamines sont tres variables en nombre. Elles sontau nombre de 
12 a 18 dans certains echantillons, et, dans d'autres, ce nombre s'eleve de 35-40. Elles torment 3-5 series sur un receptacle plan au sommet. Elles 
sont sessiles et leurs antheres out leurs deux loges laterales et separees par un tres large connectif arrondi au sommet. Quandle nombre des etamines 
s'eleve de 35 a 40 il y a au sommet du receptacle un petit rudiment de gyn6cee concave et a bord etale" et ondule. Les fleurs hermaphrodites sont le 
plus souvent solitaires et terminales. A la base du gynecee, on compte de 12-18 etamines uniseriees. Elles sontporlees par des filets libres et greles. 
L'ovaire est ovale, a surface glanduleuse et couronne par un stigmate trilobe. Les lobes sont elargis et arrondis au sommet. Les glandes sont sur le fruit 
souvent reniformes. Celui-ci, comme l'ovaire, contient3 loges. 11 estrevetu de larges glandes subelliptiques ou ovales, releveesau centre par une courte 
pointe muriquee. C'est une baie spherique, longue de 3 a 4 cent. 1/2 et large de 2 cent. 1/2 a 3 cent. Ses graines sont ovales et longues de 2 cent, 
avec un diametre de 18 mm. (Voir pi. 80 J.) 

Les indigenes connaissent cet arbre sous le nom de Madol-ga*s. Ils retirentdes graines une huile epaisse ou savonneuse, donnant une lumiere peu 
brillante. 

M. Thwaites distingue deux formes dans cette espece : 

A. Feuilles oblongues-lanceolees et acuminees. Etamines 12-18. Ratnapoiru <>t Galles. Th/raites, n. 2445. 

B. Feuilles tres coriaces, obovees ou oblongues, obtuses ou arrondies au sommet. Etamines 35-40. Habite les montagnes a 4-6000 pieds. 
Thwaites, n° 335. 

XXVII. CLADOGYNOS 

Fleurs males inconnues. Fleurs hermaphrodites solitaires et le plus souvent axillaires. Sepales de la deuxieme seric 
plus grands que dans la premiere et plus petitsqueles petales. Etamines de la plante male groupees au sommet d'un 
receptacle convexe. Celles de la plante hermaphrodite reunies a la base de l'ovaire sur un court anneau, et uniseriees. 
Antheres introrses. Ovaire sillonne, contenant six a dix loges. Stigmate a lobes peu distincts reconverts de glandes lon- 
gues, lanceolees et dressees. (Cette section ne differe des Cambodgia que par la forme de son stigmate. Ses antheres 
sont mal connues. Elle pourra, par la suite, etre comprise dans les Oxycarpus.) 

91. _ Q. dioica. Bl. Bijdr. p. 215,— Choisy. Guttif. hide 38 ; — PL et Triana. Mem. Guttif. 205. — Cette espece habite Java, dans les pro- 
vinces de Buitenzorg, Tjanjor et Bantam. Son nom indigene est Tjurie (Blume) et Jawoera (Teysmann). C'est un arbre de 30 pieds. Ses rameaux sont 
ronds. Ses feuilles sont lanceolees, ou ovales acuminees et membraneuses. Ses tleurs sont tres courtement pedicelh§es. Elles sont axillaires et fasci- 
cules (dans les males) etdio'iques. Le calice est tetramere ainsi que lacorolle. Les etamines de la plante male sont inserees sur un receptacle con- 
vexe. Dans la fleur hermaphrodite, elles sontporlees par des pCdicelles plus longs ; elles sont au nombre de 10-12, connees a la base, uniseriees et 
ste>iles. L'ovaire a 6-10 loges. Son stigmate est multitide. II devient une baie subglobuleuse deprimeeau sommet et d'un jaune pale au moment de la 
maturity. 

L'auteur rapproche cette espece du G. cochinchinensis, en preuaut probablement, comme Tobservent tres bien MM. Planchon et Triana, la fig. 
deRumphius(Amboine, IV, tab. 32) citeepar Loureiro, comme comparison, cardans l'Oxycarpus cochinchinensis, les etamines de la plante herma- 
phrodite sont decrites groupees en petits faisceaux et non uniseriees. — M. Miquel doit n'avoir pas vu cette espece, car il se contente d'en donner la 
description, d'apres Blume, ainsi que je viens de le faire. 

92. — G. Horsfieldiana Pierre, pi. 83, E. — Cette espece habite Java (Horsfield 1859). Rameaux tres greles et tetragones. Feuilles longues 
de 7 cent. 1/2 - 8 cent, (peliole long de 6 a 10 mm.) et larges de 28 mm. Elles sont lineaires-oblongues, lanceolees, subaigues a la base, plus larges 
au-dessousde la partie mediane qu'au sommet, dont le bout, quoique obtus, est tr^s mince et tres long. Elles sont peu £paisses, coriaces ; leurs petites 



— XXIV — 

coles, an nombre de 24-30, sont tres fines, ascendantes et pcu accentuees. Fleurs males inconnues. Les fleurs hermaphrodites sont axillaires, solitaires 
et portees par des pedicelles longs de 3-4 mm. lis sont epaissis au sommet. Les scales exWieurs sont longs et larges de 2-3 mm. Ceux de la seconde 
serie ont 3 mm. 1 /2 de long, et delarg. lis sont orbicnlaires, concaves et scarieux surles bords. Les petales out 4 mm. sur5 mm.; ilssont charnus, epais 
et a peine plus longs que l'ovaire. Les etamines, au nombre de 7-13, s'elevent d'un tres court anneau hypogyne, ont des filets umseries, larges et 
forment une couronne autour du gyn6c6e. Leurs antheres, plus ou moins bien conformees, sont biloculaires et introrses. L'ovaire est ovale, aminci au 
sommet en un style gros et court, termine par un stigmate concave, a lobes peu distincls et recouvert de glandes dressees, longues et raides. II est 
sillonne etcontient 6-7 ou peut-etre 8 loges. 

Obs.— Cette espece, a Kew, est delerminee G. Roxburghii, ainsi qu'au British Museum. La merae determination existe a Calcutta (1864). II est 
evident que le seul rapprochement possible est avec le G. dioica de Blume, dont cette espece semble pourtant distincte par ses rameaux tetragones et 
non ronds, par ses fleurs solitaires etpar son ovaire dont le nombre des loges est de 6-7, tout au plus de 8 et non de 6-10. Son ovaire, sillonne, promet 
un fruit 6galement sillonne\ 

XXVIII. ANISOSTIGMA 

Fleurs terminates, disposees en grappes composees de cymes bipares, quelquefois solitaires dans les fleurs herma- 
phrodites, portees, dans Fun etl'autre sexe, par de longs pedicelles. Sepales et petales de dimension a peu pres egale, 
Receptacle eleve, divise au sommet en quatre courts faisceaux staminaux, entourant un court rudiment de gynecee. 
Antheres a deux loges introrses, dressees et sublaterales. Dans la fleur hermaphrodite, les etamines forment 2-3 se- 
ries au sommet d'un anneau hypogyne, partage, en face des sepales, en quatre courts faisceaux. Les antheres sont 
a deux loges ecartees, sublaterales et introrses. L'ovaire est a moitie recouvert par un large stigmate convexe, partage 
en douze sillons inegaux, correspondants a autant de loges ovariennes. Fruit enorme. Graines de Mangostana. (Cette 
section et les deux suivantes seraient peut-etre mieux placees pres des Peltostigma.) 

93. G. pedunculata.i^.F/. ind. II. m;—Wigto. Icones, 1 14-1 15; - Chotiy Guttif. hide, p. 35.- PI et Tr.Mem. Guttif. 192 ; — de Lanes- 
san, Mem. Garcinia, p. 42; — T. Anderson. Fl.Brit. Ind. 1, 264. — Cette espece hahite la partie orientale du Bengale, vers la province de Silhet. C'est 
un arbre de 20 metres, quelquefois cultive pour son fruit et connu sous le nom de Tikul ou Tikoor. Son bois est jaunatre. Ses feuilles sont longues 
de 28-41 cent. (p6tiole 27-45 mm.), larges de 10 cent. 1/2 a 13 cent. 1/2. Elles sont oblongues ou elliptiques-oblongues, cun6iformes a la base et 
terminer au sommet par une pointe courte et subaigue. Leurs petites cotes, au nombre de 30 environ, sont ascendantes, plus elevens en dessous 
qu'endessus et relies par des veines transversales et presque paralleles. Les pedicelles des fleurs sont grouper au nombre de 3, au sommet d'un 
tres court pedoncule ou branche du pedoncule commim. lis sont longs de 6-7 cent, dans la fleur male et dans la fleur femelle, ou ils sont solitaires ; 
leur longueur est de 32 a 50 mm. Les s6pales, longs de 9-10 mm., larges de 12 mm., ne sont longs, dans la deuxieme sene, que de 9 mm., larges 
de 6 mm. Ils sont suborbiculaires concaves, tres 6pais, scarieux sur le bord. Les petales, dans le bouton, ont 5 mm. de longueur et de largeur. Ils sont 
oboves, concaves, trks epais et non scarieux sur les bords. Les etamines de la fleur male sont disposees au sommet d'un receptacle nu a la base, en 
4 courts faisceaux. Leurs antheres sont introrses et biloculaires. Au centre, il y a un court rudiment de gynec6e plus court que les antheres. Dans la 
fleur hermaphrodite, les famines sont disposers au sommet d'un court anneau partage" en 4 faisceaux, en face des scales. Leur nombre, de 70-80, 
est de 18-20 sur chacun des faisceaux. Elles sont portees par des filets inegaux et forment 3 series. Leurs antheres sont ovales, a 2 loges intror- 
ses. L'ovaire est a moitie recouvert par un stigmate convexe, irregulierement sillonne et a peine lobe au sommet reflechi. 11 contient 12 loges et 
est lisse. Le fruit est enorme. II pese 2 livres anglaises d'apres Roxburgh et, d'apres la figure Wight, il a une longueur de 9 cent, et un diametre 
de 8 cent. Ses graines sont longues de 22 mm. Son pericarpe, tres 6pais, est coupe par morceaux, dess6ch6 et employe dans la cuisine indigene (Voir 
pl.79,M.). 

94. — G. Planchoni. Pierre, pi 61. 

XXIX. OLOSTIGMA 

Fleurs femelles solitaires et terminates. Sepales de la seconde serie plus grands que ceux de la premiere, plus 
petits et moins epais que les petales. Etamines (d'apres T. Anderson) unies en une seule serie au sommet d'un 
anneau epais, charnu et entier. Antheres introrses biloculaires. Gynecee oblong termine par un stigmate subpyra- 
midal, tres epais, entier, a surface ruminee, et recouvrant la partie superieure d'un ovaire lisse et contenant 
11 loges. Le stigmate est a peine ondule vers son sommet reflechi, il devient concave dans le fruit. 

95._ G-. atroviridis. Griff.— T. Anderson. Fl. Brit. Ind. 1 . 266. — Cette espece habite l'Assam, pres de Tabong (Griffith herb. Kew. dist. n° 862), 
et Malacca (Maingay). Rameaux ronds. Feuilles longues de 16 cent. 1/2 a 25, cent., larges de 5 cent. 1/2 a 7 cent. 1/2, d^currentes a la base sur un pe- 
tiole de 15 a 25 mm., subitement acumin^es, termin6espar une courte pointe. Elles sont peu 6paisses, mais coriaces. Leurs petites cotes, au nombre 
de 40 environ, sont plus elev6es en dessus qu'en dessous. On compte dans l'intervalle de chacune d'elles autant de fausses cotes assezpro6minentes. 
Les fleurs femelles, seules connues, sont portees par un p^dicelle long de 10-16 mm. et epais d' environ 7 mm. Les sepales de la premiere 
serie ont 15 mm. sur 9 mm. 1 /2 ; ils sont longs de 16 mm. sur 1 1 mm. dans la seconde. lis sont oboves, concaves et un peu retrecis a la base. Comme les 
sepales, les petales sont sanguinolents ou rouges, lis out 21 mm. sur 12 mm. 1/2. lis sont suboblongs, plans, tres epais et charnus. Ala base du gyn6- 
c£e, il y a un anneau tres epais et entier qui porterait, d'apres T. Anderson, les etamines. Les antheres sont biloculaires et introrses. Le gyn6c6e est 
oblong. Son ovaire est lisse et contient 9 a 1 1 loges. Les glandes du stigmate sont peu elevees, sinueuses et offrent une surface inegale et comme rumi- 
n6e. Le fruit subglobuleux, haul de 8-9 cent., sillonne ? a la base, est couronne par un stigmate concave. (Voir pi. 80 c.) 

Les fleurs males sont inconnues. Je n'ai vu qu'une fleur femelle ; les examines y elaient tomb£es ; l'anneau 6tait entier et n'offrait aucune trace d'in- 
sertion des examines. 

XXX. GOMAROSTIGMA planch, et triana 

Fleurs males disposees en grappes, le plus souvent terminates et composees de cymes. Fleurs femelles disposees 
en epis. Sepales presque egaux. Petales charnus, plus grands que les sepales. Etamines nombreuses couvrant 
un receptacle spherique et charnu, dans la fleur male. Elles sont solitaires ou au nombre de deux dans la fleur 
hermaphrodite et sont situees en face des sepales. Leurs antheres ont 2 a 4 logettes laterales ou subintrorses, sepa- 
rees par un connectif ou proeminent ou bifurque. II n'y a pas de rudiment de gynecee dans la fleur male, L'ovaire a 
cinq loges. II est couronne par un stigmate sessile, convexe, et forme de glandes imbriquees et fragiformes. 




ierre 8cE.Deipy.de 



J. Storck 8c L Huaonlith. 



A GAR.CIN.IA morella, Desr. 

-* pictoria , Roxb 

I Lleriflora-31 



- XXV - 

96. — G.paniculata. Roxb. Fl. bid. II, 626; — Wigt. Ic. t. 112. — Choky. Gitttif. bid. 35 ; — PL et TrianaMem. Guttif. 195 ; — do 
Lancsmn, Mem. damn. 00; — I. Anders, in Fl. Brit. bid. 1,266. — Cette espece habite le Bengale oriental, depuis l'Himalaya jusqu'a Chit- 
tagongou elle est ordinairement cultivee. Sesjeunes rameaux sont opposes, tetragones, ascendants, assez greles et courts. Ses feuilles (tongues 
de 11 cent. 1/2 a 26 cent., larges de 5 a 7 cent. 1/2, a^ec un petiole long de 8 mm. a 2 cent. 1/2) sont oblongues-lanceolees, et termiiiees au som- 
met par une pointe courte et obtuse. Elles sont aigues a la base. Kites sont assez coriaces et brillantes. Leurs petites cotes, au nombre de 12-24, sont 
ascendantes, plus ele\ees en (lessons qu'en dessus. Elles sout rcliees par des nervures transversales el subparalleles bien accentu6es. Leurs fleurs 
males sont assez grosses etportees par des pedicelles longs de 5 mm. Dansles ramilicalions infei ieures de la grappe, leur nombre s'eieve jusqu'a 21 . 
Dans celles du sommet, elles sontle plus souvent solitaires. Dans la plante male, les pedicelles n'ont que 2 mm. Les sepales de la premiere serie 
(4 mm. sur4mm.) sont plus petits que ceuxdela seconde (6 mm. 1/2 de long sur 8 mm. de large). lis sont orbiculaires ou suborbiculaires concaves, 
tres epais vers le centre et membraneux ou amincis sur les bords. Les petales, deja plus grands que les sepales avant l'anthese (7 mm.), sont tres 
epais, ovales et concaves. Le receptacle est quadrangulaire vers le niveau d 'insertion des petales et arrondi au sommet. Les antheres ont le plus souvent 
deuxloges reniformes. Quand ces loges ont leurs valves ccarmes, elles sont alors a quatres logettes. La forme du connectif est, soit tronquee, excav6e 
et fourchue, soit apiculee. Les fdets sont assez courts, epais et tetragones dans la ileur male. lis sont greles et aussi longs que la moitie de l'ovaire 
dans la fleur femelle. L'ovaire n'est pas sillonne mais pentagonal. II contient cinq loges assez petites et dontle plan est losangique. Les glandes du 
stigmate sont tres grosses et bien distinctes. Le fruit est globuleux, jaunatre a la maturitC et contient 3-5 graines reniformes. Son pericarpe est cliarnu. 
La pulpe de ses graines a un gout assez agr6able. (Voir pi. 83 J.) 

XXXI. MUNGOTIA 

Cymes bipares disposees en grappe on corymbe compose et terminal. Sepales de la serie interieure pins grands que 
dans Fexterieure. Petales oboves, concaves, tres charnus, unis par leur base au receptacle. Celui-ci tetragone, nu 
a la base, est arrondi au sommet et porte les etamines. Les antheres ont deux loges laterales, a valves ou rapprochees 
ou distantes et alors, dans ce second cas, simulant quatre logettes d'Oxycarpus. 11 n'y a pas de rudiment de 
gynecee. L'ovaire (dans le G. Mungot) est lisse et contient 6 loges. Son stigmate est sillonne ou possedc G lobes ses- 
siles, distincts et recouverts de glandes assez elevees. Le fruit mur est inconnu. 

97. — G. Mungotia Depl. mss. (voir pi. 89 C.)— Habite la Nouvelle-Caiedonie : Pancher, n. 2366. Arbre de moyenne taille. Son ecorce est lisse. 
Son sue est rouge. Ses feuilles (longues de 6 cent. 1/2 a8 cent. 1/2, larges de 3-5 cent. 1/2, avec un petiole de 10-18 mm.) sont ovales-ellipliques 
ou obovees, obtusesou subaigues a la base, souvent CmarginCes au sommet, epaisscs ou coriaces. Elles ont 24-32 petites cotes assez espacees et bien 
distinctes en dessous et souvent en dessus. Une nervure, moins longue et parallelc, court dans l'intervalle de chacune d' elles. Les pedicelles letra- 
gones sont de grandeur inegale dans cbaque cyme bipare. Celui de la fleur du milieu est presque sessile, celui des deux fleurs laterales est long de 
5 mm. Les pedoncules sont longs de 10 mm. Les sepales sont longs de 2 mm. 1/2 dans la serie exterieure, longs de 4 et larges de 5 mm. dans la se- 
rie interieure . lis sont tous orbiculaires, concaves et coriaces. Les petales, au nombre de 4, sont aussi d'inegal developpement. Dans la serie extC- 
rieure, ils ont 7 mm. sur 8 mm. de larg. Dans l'autre, ils sont plus petits, plus epais et plus concaves, lis ont 6 mm. 1/2 sur 7 mm. Les examines 
sont au nombre de 35 environ, inserees sur la convcxite d'un receptacle eleve, cliarnu. Leurs filets sont tetragones et aussi longs que les antheres. 
Cellcs-ci ont le plus souvent deux loges laterales, a valves rapprochees. Quelquefois ces valves sont cependant distinctement 6cart6es et forment 
quatre logettes, comme dansles antheres des Oxycarpus. L'ovaire, non sillonne, contient dans lejeune fruit 6 loges. Son stigmate contient 6 lobes 
bien distincts, sessiles et recouverts de ponctuations glanduleuses assez elevees. 

Dans l'herbier du Museum de Paris, les echanlillons de cette espece, par megarde sans doute, portent dans la collection de Vieillard le n° 2085 et 
les denominations 6videmment fausses de Clusianthem/im pedicel/alum et eoriaeeum Vie///. On sait que les antheres du C. pedieel/atum Vie///, soul 
d6crites comme extrorses et biloculaires, que son ovaire est a cinq loges et que son fruit orbiculaire, comprime, est une capsule, d'apres Vieillard 
{Soc. Linn. Norm. IX 338). Mais d'autres echantillons du meme herbier portent la designation de Gareinia Mungot Deplanche, particulierement 
celui de Pancher, n. 2,366. J'ai du done adopter pour cette plante, cette derniere designation. 

98. — G. Pancheri Pierre, pi. 89. D. — Habite la Noure/le-Caledonie, vers le mont DIw, a une altitude de 800 metres. Les rameaux se- 
condares sont epais, tetragones ou comprimes, longs de 5 cent. Feuilles (longues de 5 1/2-10 cent., larges de 2 cent. 1/2-5 cent, avec petiole de 
1-2 cent.) elliptiques ouovales, souvent obovees ou emarginees au sommet, rarement terminees par une pointe courte et obtuse, cuneiformes a la 
base, munies de 36 petites coles ( >| d'aiihiul de nei-Mires inlermediiiii-es, piii-alleles. lines nuiis \isibles sur les deux faces. Les (leurs males sont au 
nombre de cinq dans chaque corymbe terminal. Les pedicelles sont tetragones, egaux et longs de 3 a 5 mm. lis sont plus courts que le pedon- 
cule. Les sepales exterieurs (longs de 2 mm. 3/4 sur 4 mm. de large) sont plus petits que ceux de la deuxieme serie qui mesurent 4 mm. sur 3 
mm. 1/2. Ils sont ovales ou suborbiculaires, charnus, concaves et squameux sur le bord. Les petales (longs de 5 mm. 1/2 et larges de 7 mm.) sont 
suborbiculaires, trfes concaves et tres epais, unis au receptacle. Les etamines sont au nombre de 26-32, formant 2-3 series au sommet d'un recep- 
tacle tetragone dans la plus grande partie de sa hauteur et convexc au sommet. Les antheres ont deux loges laterales, a valves rapprochees. 11 n'y a 
pasde rudiment de gynecee. Le fruit est inconnu. 

Dans l'herbier du Mus6um de Paris, l'6chantillon representant cette espece portait : Discosiigma corymbosa (sans nom de collection), avec ces 
mots : Mont Dim alt. 800 met. J'ai pense que cet echantillon appartenait a M. Pancher. Je n'ai pas adopte le mot corymbosa, car il y a deja un 
G. corymbosa Wall. cat. 4859, rapporte par Choisy, il est vrai, a un Hippoeratea, mais que je n'ai pu voir. 

99. — G densiflora Pierre. — Clmianthemum dvnsijhn-um Vieillard, //" 208 \ . in herb. M//s. Paris. — Habile la Nouvelle-Calcdonie le long des 
torrents, prfes de Wagap ( Vieillard). Petit arbre a jeunes rameaux comprimds. Feuilles (longues de9 cent. 1/2, larges de 2 cent.) oblongues, aigues a la 
base, acuminees et obluses, pen epaisscs, coriaces, a bord subondule ou recourbe en dessous. Li s peliles cnles, au nombre de 32-40, sont sub- 
paralleles, souvent fourchues et unies tout pres du bord, assez fines, elevees en dessous et peu prononcees a la face superieure. Les fleurs males 
sont petites, terminates et dispos6es en corymbe compose de cymes bipares. Leurs pedicelles, bibracteoles a la base, sont longs d'un a deux 
millim. Les sepales sont manifestementinegaux, plus longs et plus larges dans la deuxieme serie, oboves, concaves, amincis vers la marge. Ils out 
1 mm. sur 1 mm. 1/2 dans la premiere serie et un milim. 3/4 a 2 mm. sur 1 mm. 1/2 dans l'autre. Les petales sont plus grands que les sepales et ine- 
gaux. Les deux plus grands, les deux exterieurs, ont 3 mm. en long, et en larg. Les plus interieurs (2 mm.) sont plus concaves, plus epais et plus 
recourbes. Le receptacle est tetragone, peu eleve et ne porte a son sommet que 7 etamines, sans rudiment de gynecee. Les filets sont epais, 
courts et a peine tetragones. Les antheres sont ovales ou subelliptiques. Leurs loges, biloculaires, sont ascendantes, laterales ou subintrorses. Fleurs 
femelles et fruit inconnus. 

Par son inflorescence, par ses petales inegaux, cette espece appartient a la meme section que les deux prec6dentes, dont elle se distingue bien 
parses feuilles non obovees etpar l'exiguite de ses fleurs. Cependant ses etamines ont des antheres subintrorses ouplus introrses que laterales. 

XXXII. DIDYMADENIA 

Fleurs males fasciculees au sommet de bourgeons axillaires tumefies. Fleurs femelles solitaires. Sepales a peine 
plus petits que les petales, mais moins charnus. Receptacle spherique prive de rudiment de gynecee et recouvert 



_ XXVI — 

par les etamines. Antheres a 2 loges extrorses separees par un large connectif. Ovaire sillonne^ contenant 12 loges et 
reconvert par un stigmate convexe et sessile. Les glandes stigmatiques sont reniformes ou geminees. 

100. — Gr. Griffithii T. Anders, in. Fl. Brit. India, I. 266. — Cette espece habile le mont Ophir pres de Malacca {Griffith Kew. dist. 361) ; 
(Mamgay Kew. dist. n. 153). Feuilles grandes (longues de 49 cent. 1/2, larges de 10-16 cent. 1/2), oblongues, courtement acumin£es, obtuses aux 
deux extremites ou subcordees a la base, ponctuees en dessous, brillantes en dessus et tres coriaces. Leurs petites cotes sont au nombre de 48 
environ. Elles sont reliees transversalement par des nervures bris6es et plus elevens au-dessus qu'au-dessous. Les ileurs males sont trfes nombreuses 
et mumes de pedicelles longs de 8-9 mm. Les sepales de la premiere serie (6 mm. 1/2 sur 5 mm. 1/2) sont un peu plus pelits que dans la seconde 
(6 mm. 1/2 sur 7 mm.). lis sont suborbiculaires, a peine concaves, 6pais, nerves ou strips et membraneux sur les bords. Les petales, suboblongs, tres 
(•pais, d'un rouge profond, sont, enboulon, longs de 7-8 mm. et larges de 4 mm. lis sont connes a la base r6tr£cie et tres courte du receptacle. Les 
etamines sont au nombre de 40 environ, dressers sur un receptacle charnu et tres eleve\ Les filets sont assez longs. Les antheres sont ovales et 
reellement extrorses. Leurs loges sont arquees etbien distinctes. Elles sont separ6es par un large connectif. Les fleurs femelles sont plus grosses 
que les ileurs males, presque toujours solitaires et porters par des pedicelles longs de 3-4 mm. et epais de 4 mm. Les etamines sont opposees 
aux sepales et tres peu nombreuses. Elles sont quelquefois reduites a une seule plac6e en face d'un des scales exterieurs. Les filets son aussi longs 
que 1'ovaire et tres greles. Le gyn6c6e est suboblong, nettement sillonne dans sa partie ovarienne et couronne" par un stigmate peu 6pais et sans 
divisions apparentes. II est tapiss6 de glandes bien dessin^es, tres rapproch6es et associees deux par deux. L'ovaire a douze loges. Le fruit est gros, 
a peine muni de cotes et de la forme d'une pomme. II a en haut. etendiam. 5 cent. 1/2. Ses graines sont longuesde 16 mm., environ. Cette espece^ 
si remarquable par la grandeur de ses feuilles et la grosseur de son fruit, a, quant a l'organisation de ses Ileurs, une etroite affmite avec le 
G. paniculata. Cependant elle differe completement parson inflorescence, ses antheres extrorses et la forme des glandes de son stigmate (Voir 
pi. SOB). ° l 

101. — G. Beccarii Pierre, pi. 84, B. — Habite File de Borneo, vers Sarawah (Beccari, n. 1076 et 2978). Rameaux lisses, verdatres aprks 
dessiccation, et a peine tetragones. Les feuilles (longues de 12-22 cent., forges de 3 cent. 1/2 a 10 cent. 1/2 avec un petiole long descent. 1/2) sont 
elliptiques-oblongues, subobov^es, termin6es par une pointe courte et subaigue, arrondiesou obtuses a la base, minces et coriaces. Leurs petites 
cotes (36-40) sont espac^es, fines, tres peu ascendantes et visibles sur les deux faces. Deux nervures paralleles, moms longues et plus minces 
courent dans l'intervalle de chacune d'elles. Les fleurs males sont axillaires et groupees au nombre de 5-6. Les sepales exteneurs (3 1/2 
sur 4 mm.) sont plus £pais et plus coriaces et moins grands que les scales interieurs (4 mm. sur 6 mm.). Les petales (6 mm. 1/2 sur 3 mm. 1/2 
en bouton) sont o vales-oblongs, concaves, charnus et nerves. Les etamines (au nombre de 60 enrivon) sont groupees sur un receptacle globuleux, 
mais a pedicule court et tetragone. Les antheres out 2 loges extrorses, peu distantes. II n'y a pas de rudiment de gyn6cee. Cependant un espace 
vide existe au sommet du receptacle. Les fleurs femelles et le fruit sont inconnus. 

Je place avec doute cette espece dans cette section, n'en connaissant pas la fleur femelle. Elle a, par ses feuilles, de grands rapports avec le 
G . sizygii folia, habitant la meme region. 

XXXIII. RHINOSTIGMA miq. 

Fleurs males groupees sur des nodosites axillaires. Fleurs femelles solitaires oupeu nombreuses, presque sessiles. 
Sepales inegaux dans les deux series, plus petits que les petales. Receptacle pedicule et tetragone a la base, spherique 
au sommet. Etamines de la plante male nombreuses, rangees autour du receptacle ou le recouvrant entierement. 
Antheres a 2 loges arquees, recourbees en dehors et blanches. Rudiment de gynecee rarement present. Eta- 
mines de la plante femelle opposees aux sepales, peu nombreuses et a filets s'elevant d'un court anneau hy- 
pogyne. Ovaire de 8 a 12 loges, sillonne. Stigmate sessile, convexe, entier et recouvert de glandes elevees 
mousses ou rugueuses. Fruit globuleux, lisse et petit. 

1 02. — G-. sizygiifolia Pierre, pi. 77, B. — Habite la region de Sarawak dans file de Borneo ; cultive" dans le jardin botanique de Buitenzorg 
(Herd. Pierre, n. 4101) sous le nora de Glvger Kainieng. Rameaux presque ronds, grisatres vers le sommet, noiratres a la base. Feuilles (longues de 
10-22 cent., larges de 3-6 cent. 1/2 avec un petiole long d'un cent. 1/2) oblongues-lanc^olees, aigues a la base et au sommet et terminus par une 
pointe assez longue ; elles sont assez 6paisses et coriaces. Ses petites cotes sont au nombre de 40 environ, tres accentu6es sur les deux faces. Elles 
sont accompagnees de deux nervures paralleles. Fleurs males inconnues. Les sepales, souslejeune fruit, sont persistants. lis sont orbiculaires, con- 
caves, scarieux et denteles sur les bords ; coriaces et nerves. lis sont longs de 4 mm. 1/2 sur 6 mm. dans la premiere sene et de 6 mm. sur 9 mm. 
dans la seconde. Les etamines (sous le jeune fruit) sont au nombre de six. Elles s'elevent d'un court anneau hypogyne et sontgroupees par deux en face 
des sepales exterieurs. lis sont solitaires devant les sepales interieurs, Leurs filets sont, dans la partie libre, greles et aplatis. Les antheres sont in- 
trorses et a 2 loges reniformes. L'ovaire lisse contient 10 loges. Son stigmate est sessile, a peine sillonne. II est recouvert de glandes tubuliformes, 
mousses ou concaves au sommet ettres elevees. Cette espece pourraitetre identique au G. Beccarii. Cependant ses feuilles sont aigues a la base et ter- 
minees par une pointe plus longue. Son sue, a Mat sec, est jaune-verdatre. Cette description est faite d'apres un 6chanlillon provenant du jardin de 
Buitenzorg et qui m'a ete envoye avec le renseignement suivant : Sarawah: Borneo. Coll. Mart. f. : Glceger Kmnieng. 

J03 * — G". Miqueli Pierre, pi. 84. A. — Habite la region de Sarawah, dans File de Borneo (Beccari, it 1485). Rameaux, presque ronds, noiratres. 
Feuilles (longues de 8 cent. 1/2 sur 4 cent, de larg., avec un petiole long de 18 mm.) ovales-elliptiques, courtement acumin^es, obtuses, munies 
de 16-lSpetites cotes, peu elevees. La face inferieure est poncluee et ferrugineuse. Les fleurs males, seulesconnues, sont groupees au nombre de huit 
environ et portees par des pedicelles assez courts (3 miilim.) et minces. Les sepales exterieurs (longs de 2 mm. 1/2 sur 2 mm.) sont plus grands que 
les sepales interieurs. lis sont tous orbiculaires, concaves, charnus et nerves. Les petales (en bouton) sont longs de 2 mm. 1/2. lis sont concaves et 
oboves. Le receptacle subconvexe porte 22 etamines et est termin6 par un rudiment de gynecee stipite, renfle au sommet et lobe. Les filets sont courts 
elargis et recourbes en dehors, de meme que les antheres. Celles-ci out a la peripheric d'un large connectif deux petites loges, a peine reniformes et 
tres 6cartees. 

Cette espece est voisine de la suivante, mais s'en distingue aisement, par des feuilles plus petites, nervees a la face inferieure, par des fleurs plus 
petites, des pedicelles plus courts et surtout par des loges d'anthere plus petites et plus rondes. 

104. — G. myristioaefoliaP/m^,^/. 81. E. — Habite Sarawah dans File de Borneo. (Beccari, n. 2004.) Rameaux bruns. Feuilles longuement 
petiolees (longues de 14 cent., larges de 27 nun.), oblongues, acumin^es, obtuses au sommet, cuneiformes ou aigues a la base, epaisses, coriaces, 
ferrugineuses, ponctuees et sans trace de nervation en dessous. Les petites cotes, au nombre de 26-30, sont peu elevens en dessu's. Les fleurs males' 
seules connues, sont au nombre de 3-5. Leurs pedicelles sont longs de 9 mm. et epais de 3/4 mm. Les sepales exterieurs (longs et larges de 2 mm. 1/2) 
sont plus grands que ceux de la seconde serie. lis sont orbiculaires, concaves, amincis sur le bord. Les petales (3 mm. 1 /2, 4 mm. sur 2 mm.) sont 
plus grands que les sepales, charnus, terminus par une pointe subaigue et recourbee en dedans. Le receptacle, retreci et te'tragone a la base ' porte 
3 rangees d'etamines recourbees au dehors. II est termini par un rudiment de gynecee, assez court, a tete stigmatique munie de 4-6 petits lobes. Les 
filets et les antheres ne different, que par les proportions, de l'espece pr£c6dente. 

105. — G-. bancana Miq. Fl. Ind. hot. Supplem. I, p. 192 et 494 ;—Ann. Mm. Lugd. 1, ;;.208 ; — Scheffer. Observ. Phyt. pars. II, 41, 1869. 
— Cette espece habite File de Bangka. Ses rameaux sont noiratres. Feuilles (longues de 10-15 cent., larges de 4-8 cent, avec un petiole aplati, long de 



— XXVII — 

10-15 mm.) ovales-oblongues, lanc6ol6es, elargies vers le sommet ou subobov6es, obtuses, cuneiformes vers la base, et munies de GO petites cotes, 
environ, tres rapprochees ettres ele\6es. Elles sont assez epaisses, tres coriaces, brillantes en dessus et d'nne teinte rousse apres dessiccation. Les 
fleurs males, d'apres Miquel, sont nombreuses, axillaires et p6dicell6es. Leurs sepales sont orbiculaires, concaves, epais, surtoul dans ceux de la 
deuxieme serie. Les petales sont subconformes aux sepales. Le receptacle, charnu, quadrangulaire, est recouvert d'etamines sessiles. II n'y a pas de 
rudiment de gynec6e. Les fruits, nonadulles, sont presque sessiles et munis de pedicellcs longs de 3-4 mm. lis sont spheriques, lisses et couronn6s 
par un stigmate sessile, saus divisions apparenles et rugueuses. Entre les quatre sepales et l'ovaire, il n'y a aucune trace d'etamines. Le nombre des 
loges ovariennes est de onze, mais il n'esl pas improbable qu'elles soient plus nombreuses. 

J'ai fait la description du fruit d'apres im echantillon de Teysmann, eiiquele G. Imnruna. On verra, par la phrase de Miquel, que les earacteres que 
je viens de donner sont ceux du G. lamponga, espece d'ailleurs, d'apres l'auteur lui-meme, peu dislincte du G. bancana. Aucun doute n'existerait a 
ce sujet si l'auteur avail indique It; nombre de loges ovariennes du G. lamponga. L'echanlillon Teysmann est represents pi. 81. D. Je pense que ces 
deux especes seront fondues dans une seule. 

100. — Garcinia Hookeri Pierre. — G. bancana ex T. Anderson Fl. Brit. 2nd. 1. 203.— Gette espece habite Malacca (Ech. Maingay Kew, disl. 
n° 158). Rameaux quadrangulaires, noiratres. Feuilles (longues de 19 cent, etlarges de 9 cent. 1/2 avec un petiole charnu de2 cent. 1/2) elliptiques- 
oblongues, obovees et courtement acumin6es ; subaigues a la base, epaisses, coriaces, pales en dessous, rougeatres apres dessiccation. Elles ont 
44 petiles coles et autant de fausses cotes paralleles, toutes, quoique fines, 6levees sur les deux faces. Fleurs males nombreuses, disposees sur des 
nodosites axillaires et munies de p6dicelles longs de 6 mm. Les sepales exterieurs (2 mm. 1/2-3 mm.), plus grands que ceux de laseconde serie, sont 
suborbiculaires, concaves et assez epais. Les petales (4 mm. 1/2 sur 2 mm.) elliptiques, arrondis au sommet, sont plus longs et plus epais que les 
sepales. Les examines, au nombre de 50 environ, sont disposees sur un receptacle spherique porte par un com! pedieiile lelragone. Leurs filets sont 
courts, recourbes, el leurs antheres reniformes ont leurs 2 loges situees lateralement.Quelquefois elles sont tres arqu^es et placets bout a bout autour 
d'un large connectif circulaire. Le receptacle spherique et charnu ne porte aucun rudiment de gynecee. 

Cette espece a des feuilles plus larges el des pedicelles plus courts que ceux du G. bancana. On la dislingue aussi du G. borneensis, par des pedon- 
cules plus gros, par l'absence de rudiment de gynec6e et par un plus grand nombre d'etamines. 

107. — G. borneensis Pierre, pi. 81. C et G. — Habite Borneo vers Baudjer-Massing (Motley) et la region de Sarawah (Beccari, u° 1891). 
Jeunes rameaux bruns, assez gros et presque ronds. Ses feuilles sont elliptiques-oblongues, courtement acuminees, obtuses, subaigues a la base 
coriaces, brunes ou ferrugineuses apres dessiccation, brillantes en dessus. Elles sont longues de 20 cent., larges de 8-9 cent, et munies d'un petiole 
large, aplati etlongde 8-10 mm. Leurs petites coles sont au nombre de 60-68 et tres Clevees sur les deux faces. Leurs fleurs males sont seules con- 
nues. Groupees au nombre de 3-6 sur un court bourgeon axillaire, elles out des pedoncules longs de 7-9 mm. Les sepales, longs de 2-3 mm. sur 
2 mm. 1/2-4 mm., sont peu differents comme developpement. lis sont orbiculaires, concaves et moins epais dans la seconde serie que dans la pre- 
miere. Les petales (longs de 2-4 mm. dans le bouton) sont carenes anlerieurenienl el plus epais que les sepales. Les elamines sont au nombre de 
30-40, groupees sur un receptacle p6dicul6 et quadrangulaire a la base, spherique et charnu au sommet. Leurs filets sont plus longs que les antheres 
et recourbes. Gelles-ci sont aussi courbees en dehors et ont deux loges laterales et oblongues. Au sommet du receptacle il y a un court rudiment de 
gyn6c6eplan au sommet et a face polygonale. A la base du gynecee, dans la lleur femelle, il y a 6 etamines libres. On en compte deux devant chacun 
des deux sepales anterieurs. L'ovaire legerement sillonne contient 6-8 loges. Son stigmate est sessile et revetu de glandes tres grosses, arrondies et 
mousses. Le fruit est inconnu. 

Dans l'echantillon de Beccari n° 1891 (Voir pi. 81 . C), les etamines sont tres petites et plus sessiles que celles des especes G. borneensis (pi. 81 . G.) 
et G. Hookeri. Les pedicelles des fleurs males sont aussi plus longs que ceux de ces deux especes. G'est done avec doute que le n° 1891 (pi. 81 . G) de 
Beccari est rapporte au G. borneensis. 11 est tres difficile, en l'absence de fleurs femelles, de bien delimiter les especes du genre Garcinia et particu- 
lierement celles de cette section. 11 se peut done que l'examen d'un plus grand nombre d'echantillons du n° 1891 , prouval qu'ils apparliennent a une 
espece dislincte du G. borneensis. 

108. — G. leucandra Pierre, pi. 88. A et B. — Habite Sumatra ou il est connu sous le nom de Selampan. Elle est cultiv^e dans le jardin bota- 
nique de Buitenzorg (1881. Herb. Pierre, ?i° 4166). Rameaux ronds, gros et noiratres, comprimes au sommet. Feuilles (longues de 17-20 cent, avec 
un petiole de 2 cent., larges de 5-7 mm.) elliptiques-oblongues, aigues a la base, courtemenl acuminees el obtuses au sommet, epaisses et coriaces. 
Leurs petites cotes, uniespres du bord, ascendan les/ plus elevees en dessus qu'en dessous, tres fines, sont au nombre de 40 environ. Une ou deux 
nervures plus courtes, plus fines et paralleles courent dans l'intervalle de chacune d'elles. Les fleurs males sont au nombre de 3-10 et davantage, fas- 
ciculees au sommet de nodosites 6cailleuses et axillaires. Les sepales ext6"rieurs (3 mm. 1/2 sur 4 mm. 1/2) sont plus 6pais et plus larges que ceux 
de la deuxieme serie (3 mm. 1/2 sur 3 mm. 1/2). lis sont orbiculaires, concaves et tres coriaces. Les p6tales (5 mm. 1/2 sur 3 mm.) sont plus lono-s 
que les sepales, oblongs ou elliptiques, arrondis au sommet et charnus. Les etamines sont, au nombre de 58, inse>6es autour d'un receptacle r<Hi*6ci et 
quadrangulaire a la base et spherique au sommet. Leurs filets, assez longs, sonl larges et retlechis. Les antheres recourbees en dehors out deux loges 
laterales arqu6es et blanches s6parees par un large connectif. II n'y a pas de rudiment de gynecee. 

Gette espece, dont les echantillonsproviennent des cultures du jardin bolauique de Buitenzorg et dontla patrieest Sumatra oumeme Borneo se dis- 
tingue duG. bancana par des feuilles non obovees, plus grandes, et par des petales plus grands que les sepales. Si Ton considere le G. lamponga comme 
synonyme du G. bancana, il faul aj outer comme difference que les rameaux n'y sont pas tetragones et que la nervation y est plus accentuee en dessus 
qu'en dessous. II sera necessaire n6anmoins de comparer les edianlillons du G. leucandra a ceux du G. lamponga et du G. bancana. 

XXXIV. TETRAGLINIA 

Inflorescence axillaire ombellee. Sepales a peine d'inegale longueur. Petales plus grands que les sepales. Receptacle 
tetragone adne a la base des petales, partage en quatre courts faisceaux contenant chacun deux a trois etamines. An- 
theres tetragones a loges formees chacune de deux valves ecartees, ou de deux logettes, separees par un large con- 
nectif. Pas de rudiment de gynecee. Fleurs femelles et fruit inconnus. 



.Fl. Vit.,p. 10. — Clusia. Font, in herb . Mus. Parisiensis .— Habile les lies Viti et Fidji (Seeman, n° 151). Rameauxapeine 
tetragrones. Feuilles (longues de 16-18 cent., larges de 13 cent, avec un petiole de 10-12 mm.) oblongues, lanceolees, aigues aux deux extremes et 
peu epaisses. Leurs petites cotes, arrondies pres dela marge, egalement elevees sur les deux faces, sont au nombre de 40 environ. Les fleurs males sont 
au nombre de 8-15. Elles sont portees par des p6dicelles longs de 5 mm., dresses au sommet d'une nodosite ecailleuse et axillaire. Les sepales 
oboves, concaves, scarieux sur les bords, sont longs et larges de 4 mm. Les petales (longs de 4-5 mm., larges de 3 mm. vers le sommet) sont plus epais 
que les s6pales. Le receptacle peu 61eve\ nu a la base, dans la partie non adherente aux petales, est divise en 4 faisceaux tres courts contenant chacun 
2 a 3 etamines; ou bien porte au sommet 8-12 eiamiues, rapprochees au nombre de 2 ou de 3. Leurs filets sont tetragones, epais et courts. Ghaque 
anthere contient 4 logettes iaterales, groupees deux par deu\ el separees par un large connectif. 

Gette espece nediffere en rien des O.rt/carpt/H. Cependant la disposition en faisceaux de ses etamines est uncaractere assez parliculier pour meriter 
un groupement special. 



— XXVIII — 

XXXV. OXYCARPUS 

Fleurs males, axillaires, groupees en ombelles. Fleurs femelles axillaires ou terminates, leplus souvent solitaires. 
Sepales de la seconcle se'rie plus grands que ceux de la premiere et plus petits que les petales. Receptacle eleve, 
tetragone, adne aux petales, recouvert (Tun nombre d'&amines presque toujours considerable et termine souvent par un 
rudiment de gynecee. Antheres a 4 logettes plus ou moins distinctes. Etamines de la fleur femelle, groupees en 4 fais- 
ceaux opposes aux sepales. Ovaire pluriloculaire, le plus souvent sillonne. Stigmate compose de lobes bien distinctset 
revetu de glandes tres elevees. 

HO. — G. cochinchinensis Chois. in D. C. prod. L p, 561; Guttif. Inde, p. 35 exclus. synom. Rumph. amb. 3, p. 58, t. 32. — Habite 
rifldo-Chine, ou il est cultive dans la region de Hue {Oxy carpus cochinchinensis Lour. Fl. coch., p. 647). Grand arbre a tronc droit et a rameaux 
ecartes. Feuilles ovales-oblongues, entieres, subaigues, brillantes, d'un vert fonce et p^tiolees. Fleurs axillaires blanches groupees au nombrede 
3-4. Sepales concaves, subdresses, plus petits que les petales. Ceux-ci ovales, plans et charnus. Etamines au nombre de 40-50. Filets tres courts, 
antheres biloculaires ? Ovaire presque rond couronne par un stigmate sessile, a 6 divisions multifldes. Baie presque ronde contenant 6 loges et 
6 graines comprimees. Ce fruit, large de 2 pouces, est charnu, jaune rougatre et comestible. 

Loureiro, Choisy et d'autres auteurs rapportent a cette espece le Folium acidum majus Rumph. [Amb. 29, t. 32) sans ancuue autorite. II est permis 
de douter que le G. cochinchinensis soit identique a l'espece d'Amboine, que je maintiens, sous le nora de G. amboinensis Spreng. L'espece sui- 
vante (G. Loureiri), cultivee en Basse-Cochinchine, parait tres voisine du G. cochinchinensis, mais son ovaire et son fruit sont sillonnes et ses examines 
sont a quatre logettes. Cescaracteres n'elant pas indiques par Loureiro, ilest prudent de tenir ces deux especes comme distinctes. 

1 1 1 . — G. Loureiri Pierre, pi. 66. 

1 12. — G. fusca Pierre, pi 67. 

113. — G. Oliveri Pierre, pi. 64. 

1 14. — G. Delpyana Pierre, pi. 65. 

115. — G. duodecandra Pierre, pi. 84,27. — Cette espece habite les Philippines, et par ses feuilles offre beaucoupde rapports avec le G Oli- 
/Yr/ '-'"""'"//, "■• 1 509). Ses rameaux sont tetragones ou presque ronds et bruns-verdatres . Ses feuilles (longues de 1 7 cent. , larges de 6 cent. 1 /2 avec 
un petiole long de 1-2 cent.) sont ovales-oblongues ou elliptiques-oblongues, lanceolees et aigues aux deux extremites. Elfes sont peii 6paisses et 
mumes de 24-28 petites cotes ascendantes, egalement elevees surles deux faces. Ses ileurs males sont seules connues. Elles sont groupees au nombre 
de 3-5 au sommet d'un tres court bourgeon ecailleux et axillaire. Leurs pedicelles sont petits et courts. Les sepales sont a peine plus -rands que les 
bractees. lis sont oboves, concaves et scarieux vers la marge. Les petales, plus grands et plus epais que les s6pales, sont elliptiques et arrondis Au 
sommet du receptacle central et tetragone, on compte 8-14 diamines presque sessiles. Les antheres sont a 4 logettes bien distinctes. Le connectif, tres 
large, est plan ou concave, au sommet. Iln'y a pas de rudiment degyn6c6e. 

116. - G. Binucao Choisy Guttif. Inde, p. 34 ; — Pl.ctTr. Mem. Guttif., p. 205; — Cambodgia Binucao Blanco. Fl. Philip., p. 434. _ 
C'est un grand arbre, commun dans toutes les parties des Philippines. Ses rameaux sont opposes. Son bois est propre a la construction ' Ses feuilles 
sont opposees, lanceolees, larges, aigues et lisses. Ses petioles sont tres courts et comprimes. Ses sepales, au nombre de 4, sont concaves et arrondis 
Sa corolle et ses etamines sont celles du G. venulosa. Le fruit, aussi gros qu'une pomme, est globuleux, deprime et sillonne. Ses cotes sont ordinaire- 
ment au nombre de 8 et correspondent a autant de loges monospermes. II est couronne par le stigmate. Ses graines, trois fois plus grosses que celles 
du Theobroma Cacao, sont ovales, tres dures et strides. Le pericarpe, mou, charnu, est comestible et aigre-doux. On l'emploie comme vinaigre. 

M. de Lanessan rejette cette espece dont la place ici, si l'on considere son fruit sillonne, semble bien marquee. Elle differe de la plante prLedente 
par ses feuilles que l'auteur decrit portees par un court petiole. 

1 17. - G. oblongifolia Champ, in Kew. Journ. Bot. Ill, p. 3 ; Bentham Fl. Hongk. 1, 25. - Habite l'fle de Hong-Kong. Ses rameaux sont 
tetagrones et noiratres. Ses feuilles (longues de 7-8 cent, et larges de2 cent. 1/2) sont oblongues, obtuses au sommet, aigues a la base et recouvrent 
en partie un petiole assez court. Elles sont epaisses, coriaces et coutiennent 16-20 petites cotes fines et legerement accentuees sur les deux faces. Les 
fleurs males, au nombre de 3-7, out des pedicelles longs de 7 mm. Les sepales, longs de 4mm., larges de 3 mm., sont plus grands dans la deuxieme 
stne, epais, nerves et careues sur le dos. Les petales sont elliptiques, arrondis, concaves, <5pais, nerveux, unis au receptacle, longs de 6 mm et larges 
de 3 mm. Etamines au nombre de 30-35 sessiles au sommet d'un receptacle tetragone a la base, convexe et renfle dans sa partie superieure. Les 
antheres out 4 logettes bien distinctes et separces par un large connectif, aplati au sommet. II n'y a pas de rudiment de gynecee Les fleurs femelles 
sont solitaires et sessiles. Les diamines sont au nombre de 1-2 opposees aux sepales. On en compte en tout, leplus souvent, 4. L'ovaire contient 81o*es 
Son stigmate, partagd en 8 lobes distincts, est tres glanduleux. ° 
^CeUejpece, commune dans le Happy Valley a ete rencontree par Champion! Wright! Wise! Ranee! Elle est voisine de la suivante (Voir 

1 1 8. - G. Schomburgkiana Pierre, pi. 82 ; A ; 89 E. - Espece commune dans le delta du Menam (Schomburgk, 1151). Elle est cultivee dans 
lejardi^ 

Feuilles (longues de 9 cent. , larges de 2 cent. 1 ,/2) oblongues, obtuses au sommet ou obovees, aigues a la bases, epaisses, coriaces, munies de 20 petites 
cotes environ egalement elevees sur les deux faces. Les fleurs males et femelles sont axillaires, et groupees au nombre de 3-6. Les pedoncules des fleurs 
males sont longs de 2 mm. et ceux des fleurs hermaphrodites sont moitie moins longs et epais de 2 mm. au sommet. Les sepales, un pen plus grands 
dans a deuxieme sene (3 mm 1 /2 sur 4 mm 7), sont orbiculaires, concaves, tres nerves et assez epais. Les petales (6 mm. 1 /2 sur 3 mm.) sont unis au 
.vcvplade dans la fleur male lis sont ovales-elhpt.ques, arrondis au sommet et etroits a la base. Les etamines sont au nombre de 56 environ disposees 
en 5-6 series sur le receptacle. Leurs antheres out 4 logettes bien distinctes. II n'y a pas de rudiment de gynecee. Les famines de la fleur hermaphro- 
dite sont an nombre de 12-20. On en compte 1-3 ou 3-5 au sommet des faisceaux opposes aux sepales. Ces faisceaux sont unis a la base du m Jee en 
un tres court anneau. Leurs filets, tetragones et courts dans les fleurs males, sont plus longs et aplatis dans l'autre sexe. L'ovaire n'est pas sillonne et 
contient 5 loges. Son stigmate pedicule est divise en 5 lobes portant chacun 5-6 glandes assez elevees. Fruit inconnu. 

H9.-G.Cowai^. Fl.Ind. II. 622 ; Wight. 1c. t. 104; - Choisy Guttif. de 1'Inde 34 ; _ PL et Tr. m6m. Guttif (1862H86 •- do 
Lanessan, Mm. Garcinia 54 ; - T. Anderson in Hook. Fl. Brit. Ind. 1 . 262. (exclus. synonym. G. Kidia et G. lobulosa) ; - Kurz, Fl Brit Burm 1 90 
-Habite le Bengale et la partie orientale de la Birmanie. Cette espece est cultivee pres de Culcuttaet dans son jardin botanique (Herb. Pierre n- 3620)' 
Elle ades rameaux greles, pen allonges, presque ronds ou a peine tetragones et noiratres. Ses feuilles (longues de 12-14 cent., larges de 3-8 cent ) 
sont oblongues ou e hptiques-oblongues, lanceolees, aigues aux deux extremites, minces mais coriaces, munies de 20-24 petites c6tes tres fines e 



.sur les deux faces Ses fleurs males sont axillaires ou terminates et groupees au nombre de 1-5 et le plus souvent de trois. La meme disnosv 
fon ex,s,epour ses fleurs femelles d'apres Roxburgh (loc. »,.), mais je les ai toujours vues solitaires. Les pMicelles sont longs de 5-6 mm d Zl s 
prem,eres. lis n on que 2-4 mm. dans les secondes. Les sepales, longs de 5-7 mm. e. larges de 5-6 mm. , sont manifestemenl ,>Ius grands dans la p e 
m.ere ser.e. Les petales son. plus longs que les precedents, plus epais, etroits a la base et nnis au receptacle dans la fleur me. Us sont arrondis an 
sommet el jannatrcs. Les etamines, groupees sur la convexite d'un receptacle tetragone a la base, son. au nombre de 40-50 dans cer.aines fl urs et 




aE.Delpj, del 



J. Storck & L. Hugon,Lith. 



A GARCINIA WigKbii.T.JWers. 

B , elliptica Wall. W. 48C 

C //_ acuminata . PI 8c Tr . 



-Oi) rlaiis (Taiiln-. Kilo I'urm.'iil 



— XXIX 

I series. Leurs filets sont tres courts. Leurs antheres sont a 4 logettes bien distinctes. Au sommet du receptacle 



quclquefois nn rudiment de gynec6e tres ( 



lobe ou non lobe. Dansles fleursfemelles, les etamines, unies a la base par un tres court 



anneau, sont disposes au nombre de 1-5 (Roxburgh dit 5-10) au sommet de quatre petits faisceaux opposes aux sepales. Les faisceaux opposes aux 
sepales interieurs sont ceux qui en contiennent le plus. Cette observation peuts'appliquer a toutes les especes de Garcmia. Son ovaire est globuleux, 
lisse ou sillonne dans les flours du meme rameau. 11 contient 6-8 loges. II est reconvert au sommet par un stigmate presque sessile, dont les divisions 
bien distinctes portent chacune 12-14 glandes disposees en deux rangces. Les glandes terminales sont plus largos et affectent la forme de petits lobes. 
L, hair ,-sl egalement lisse ou sillonnee. Elle mesure 2-4 cent, en hauteur et en diametre. Ses graincs out 1 2 mm. environ en largeur et leur diametre 
du hilea la circonference est de 7 mm. La pulpe qui entoure le tegument de celles-ci a un gout de gomme-gutle mais son sarcocarpe juteux el aigrele 
est assez agreable. 11 nest pas ordinairement mang6 comme fruit, mais il entre dans quelques preparations culinaires ou il lient lieu de vinaigre, de 
meme que celui de la plupart des especes de cette section. 

J'ai donn6 plusieurs dessins de cette planle. II est bon d'etablir les types d'herbier qui m'ont servi de base. Celui represents par la lettre E (pi. 82) 
est fait d'aprfcs des echantillons d'un arbre croissant dans le jardin botanique de Calcutta (Herb. Pierre, n" 3620) en 1861-64. La lettre G represente 
un dessin fait sur place d'apres un arbre cultive pres de Calcutta (1864). On remarquera que les sepales exlerieurs y sont tres petits. Ce type repre- 
sente pour moi le G. lohuhmi <h> Wallich. Celui de la lettre D est fait d'apres un echantillon du Museum de Paris, place a gauche d'un rameau du 
G. o.n l/t h,,lhi PI. <>t r lr. Col echantillon est de la collection Griffith distribute en 186 1-62 par le Musee de Ke* et provient du Bengale oriental, probable- 
ment'duSilhet.Jesoupconneque, de ce melange de deux rameaux appartenant a deux especes distinctes, doit provenir la fausse description donnee 
par T. Anderson (repelee par Kurz) de la fleur male du G. lanee;e folia qui a des etamines de Brindonia et non d'Oxijcarpus. On sait d'ailleurs que le 
G. o.njphylla n'est pas distingue par ces auteurs du G. lancse folia Roxb. Le dessin F est aussi fait d'apres ce dernier echantillon et d'apres le rameau 
de gauche dont je viens de parler, prive de feuilles il est vrai, mais bien distinct par la couleur de son bois de celui de droite. 11 n'est pas inutile d'a- 
jouter que l'examen des antheres des fieurs femelles des deux sections Oxycarpus et Brindonia suffit pour les distinguer l'une de l'autre. Le dessin H. 
est fail d'apres do Echantillon du .Museum de Paris, n° 197, donne par Wallich aGaudichaud et determine par Wallich lui-meme G. Cowa H. B. C. 
11 ne serait pas impossible quele dessin I rcpresentat aussi le G. Cowa, car dans cette espece le fruit est sillonne ou non sillonne. C'est un echantil- 
lon de mon herbier (n° 37 1 4) dont l'etiquette perdue ne me permet pas de dire s'il provient de l'lnde ou de l'lndo-Chine. Je pense neanmoins qu'il doit 
plutot repr6senterle G. fusca. 

120. — G. Kydia7?o.r£. hi. hid. II. 623-624; — Wight. Icones t. 113 ; — G. umbellifera Wall. Cat. n° 4864 fide PI. et Tr. mem. guttif. 
p. 192 ; — G. Wallichii? Choisy guttif. Inde p. 37, (pro parte) fide PL et Tr., loc. cit. ; — de Lanessan. Mem. Garcinia 59 ; — G. Cowa. T. Anderson 
//. hid. (pro parte) : — Kurz Ft. Brit. Dunn. 1 . 90. — Cette espece habite la Birmanie, la cote de Tennasserim et les Andamans. Elle est representee au 
Mus. de Paris par les n 0B 498,863,867 et 865 de la coll. Griffith d'apres la dist. faite par Kew en 1861-62. Elle est representee a Kew par denombreux 
echantillons de Carey, Griffith, Maingay etc... Arbre de 10-20 metres. Rameaux penches, a divisions tres rep6tees, courtes, bruneset tetragones. Ses 
feuilles, oblongues, lanceolees, obluses au sommet, aigues a la base sont minces et coriaces comme celles duG. cowa. Elles ont 18-20 petites cotes et 
quelquefois davantage. Le petiole est grele et long de 5 a 12 mm. Les fieurs males sont au nombre de 2-5. Leurs pedicelles, longs de 3-7 mm., sont 
greles et naissent au sommet de nodosites assez prononcees. Les fieurs femelles sont solitaires et ont un p6dicelle long de 2 mm., assez epais. Les se- 
pales longs etlarges de 2 mm. , un pen plus grands dans ladeuxieme serie, sont orbiculaires, concaves, scarieux et denteies sur le bord. Les petales, lar- 
ges de3-5mm.sur2-3 mm. 1/2, sont presque orbiculaires, concaves, plus longs etplus epais que les sepales et unis a la base du receptacle. Les etamines 
sont au nombre de 18-85 (Griffith, n° 865-867). Elles sont sessiles sur un receptacle tetragone a la base et convexeau sommet, tres charnu. II n'y a pas 
de rudimentde gynecee. Dans la fleur femelle, on compte a la base du gynecee 7-8 etamines, soit solitaires, soit au nombre de deux, au sommet de pe- 
tits faisceaux opposes aux s6pales. L'ovaire est sillonne et contient 6-9 loges et autant de divisions stigmatiques. Ce stigmate n'est pas aussi sessile que 
dans le G. Cowa. Chacun de ses lobes est revetu de 10-12 glandes biseriees, au moins a la base, et bien accentu6es. On observe entre chaque cote de 
l'ovaire un petit sillon intermediaire et parallele. La baie est globuleuse, deprimee ou concave au sommet et terminer par unmamelon assez proemi- 
nenl. (Voir pi. 82. C C" d'apres les n 03 865 et 867 de Griffith et J. K. d'apres les n 09 863 et 498 de Griffith.) 

Cette espece se distingue du G. Cowa par des feuilles un peu plus petites, des fieurs egalement plus petites, portees par des pedicelles moins epais ; par 
des examines plus petites et souvent moins nombreuses ; par l'absence de rudiment de gynecee, par des cotes et des loges ovariennes plus nombreuses 
et par un style plus long. II sera peut-etre necessaire de distinguer, sous le nom de G. micrautha les numeros 867 et 865 de Griffith, a fieurs plus 
petites et contenant tres peu d'etamines, des echantillons de Maingay, n° 1062 (a Kew G. nigro-Hneata). Ces echantillons n° 867 et 865 de Griffith pou- 
raient bienetrele G. umbellifera de Wallich. Je n'ai pas vu a Kew les echantillons de Kurz representant le G. Kydia. On voit que sous ce nom il peut 
exister deux especes, l'une habitant les Andamans, l'autre la peninsule malaise depuis Malacca jusqu'a Rangoon. 

121. — G. succifolia Kurz. II. Burm. 1 . 9 1 ; — G. loniceroides. T. Anders. Fl. hid. 1 . 264. — Habite la Birmanie a F embouchure de Ylrrawadi 
(Griffith w" 870 Kew. dist.). Arbre de 10-12 metres. Rameaux secondares, dichotomes, courts, tordus, arrondis et bruns. Les feuilles (longues de 
2 cent. 1/2-7 cent., larges de 6-12 mm.) sont oblongues ou lineaires-oblongues, lanceolees et obtuses au sommet, cuneiformes a la base et 
decurrentes sur un petiole long de 3-4 mm. Elles sont minces, coriaces et ont le bord recourbe en dessous. Elles ont 16-20 petites cotes. Les fieurs 
males sont solitaires ou au nombre de 3 et axillaires. Les pedicelles sont longs de 2-3 mm. et epais d'un mm. Les sepales exterieurs, plus petits et 
plus epais que ceux de la seconde serie, sont oboves ou suborbiculaires et concaves. lis ont 3 mm. sur 2 mm 1/2. Les petales (longs de 2 mm. 1 /2, 
larges de 2 mm. en bouton) sontovales, arrondis, carenes en dedans, charnus, nerves et plus petits avant Fanthese que les sepales. Les examines 
sont au nombre de 40, tetragones et cuneiformes a la base, presque sessiles au sommet convexe d'un receptacle uni aux petales et 
quadrangulaire a la base. Leurs filets sont courts et epais. Les antheres ont deux loges laterales ou 4 logettes laterales. Fieurs femelles et fruit 
inconnus. (Voyez pi. 84. C.) 

122. — - G. nigro-lineata/V. ex T. Anderson, in Fl. Brit. Ind 1 . 233. — Cette espece habite Malacca (Griffith, n° 854 ; Maingay, n° 1 52 et 1063 It). 
Jeunes rameaux greles, tetragones, bruns ou noiratres. Feuilles oblongues ou lin6aires-oblongues, lanc6ol6es,cuspides mais obtuses au sommet, aigues 
a la base, coriaces, ferrugineuses en dessous, parsemees sur les deux faces de ponctuations ou de lignes noiratres longues de 1 a 5 mm. Les petites 
cotes sont au nombre de 26-28 et visibles sur les deux faces. Le petiole est long de 7 mm. Les pedicelles des fieurs males. longs de 13 mm., sont dis- 
poses au nombre de 3-9? sur des bourgeons axillaires. Les sepales (longs de 4 mm. et larges de 4-5 mm.) sont orbiculaires, concaves, epais et un 
peu moins larges dans la deuxieme serie que dans la premiere. Les petales (longs de 7-8 mm., larges de 2 mm. 1/2) lineaires, oblongs, arrondis au 
sommet, epais, souvent reflechis apres Fanthese, sont unis, vers la base, au receptacle. On compte 22-25 etamims. presque sessiles au sommet d'un 
receptacle nu et tetragone a la base. Les antheres ont quatre logettes bien distinctes, separees par un large connectif. II n'y a pas de rudiment de 
gynec6e. La fleur male m'est inconnue. Le fruit, jeune, a 3 cent, de haut. sur 2 cent. 1/2. II est legerement sillonne et termine par un style long de 
7-8 mm., concave au sommet etpartage en 7-8 lobes stigmatiques tres courts et dresses. Le fruit mur a 4 cent, sur 4 cent. 11 est termine" par unc 
poinle longue d'un cent. Les graines ne different pas de celles de cette section. (Voir pi. 81. F.) 

123. — G. stigmacantha Pierre, pi. 83 F. — Habite la region de Sarawah, dans File de Borneo (Beccari, n° 1 592). Ses rameaux sont allonges, 
greles, cylindriques ou a peine tetragones. Ses feuilles (7-7 cent. 1 /2 de longueur et de 16-24 mm. de larg.) sont oblongues lanc6olees, lerminees par 
une pointe longue de 10-12 mm. scorpio'ide ; elles sont aigues a la base, tres minces mais coriaces et munies de 1 4-20 petiles cotes assez elevees sur 
les deux faces. Ses fieurs hermaphrodites sont au nombre de 1-2, axillaires ou terminales, et sont munies de pedicelles de 6 mm.de long. Les sepales 
longs de 1 mm. 1/2 a 2 mm. larges de 2 mm., sont orbiculaires, epais, scarieux vers le bold, a pen pres egaux dans les deux series. Les petales, longs 
de 5 mm., larges de 2 mm., sont oblongs, concaves, obtus ou arrondis au sommet, etroits a la base, plus epais et plus longs que les sepales. Les 
etamines sont au nombre de 2 ou solitaires en face des sepales. Leurs filets sont longs el aplatis. Les loges de Fanthere sont inlrorses, mais peu 
distantes et probablement au nombre de deux. L'ovaire contient 6 loges et 6 cotes, dans le jeune fruit, mais quatre seulement sont ferliles. Le sti- 
gmate recouvert de glandes longues, aigues (dans le jeune fruit), n'a pas de lobes bien distincts. 

C'est avec doule que je place ici cette espece dont les fieurs male et femelle sont inconnues. Je n'y ai ete determine que par la forme de son 



— XXX — 

stigmate et par sespeHales (dans le jeune fruit) plus longs que les sepales. Elle pourrait appartenir a une section speciale ou a celle des Cla- 



124. — - G Mottleyana Pierre, pi. 83 /. — Cette espece habite les bords de la riviere de Bandjer-Massing, dansl'ile de Borneo. (Mottley, n° 330 
et n° 986 ; Teysmann.) Petit arbre, a rameaux greles et a peine tetragones. Feuilles (longues de 8-9 cent., longues de 3 cent.) ovales-oblongues, aigues 
a la base, terminees par une pointe longue de pres de 2 cent., minces et coriaces et munies de 16-22 petites cotes. Les fleurs males sont groupees 
au nombre de 1-4, les fleurs femelles sont quelquefois solitaires. Leurs pedicelles greles et longs de 10-12 mm. dans les males sont longs de 
2 mm 1 /2 dans les femelles. Les sepales sont a peu pres d'Cgale dimension dans les deux series (1 mm. 1/2 sur 3/4). lis sont orbiculaires, concaves, 
non nerv6s et plus petits que les petales. Ceux-ci (3 mm. sur 2 mm. 1/2) sont oboves, tres epais et concaves. On compte 30 diamines au sommet 
d'un receptacle convexe, gobuleux, peu eieve etprive" de rudiment de gynCcee. Elles sont ovales et leurs antlieres out le plus souvent deux loges 
laterales s6parees par un large connectif. Dans la plante femelle, on ne compte au plus que 4 etamines, solitaires chacune en face d'un sCpalc. Leurs 
filets sont longs et greles et leurs antlieres exactement comme dans la plante male. L'ovaire est ovale ou ovale oblong, a peine sillonn6 et recouver- 
d'un stigmate sessile, partage en 6 lobes refl6chis et distincts, quoique rapproches. Les glandes stigmatiques sont arrondies et assez grosses. Le jeune 
fruit, lisse, contient 6 loges dememe que l'ovaire i 

Cette espece n'a pas les antlieres manifestement a quatre logettes. Elle est plac6e ici, parce que ses petales sont plus grands que les sepales, 
parce que ses loges antheriques sont laterales et parce que son fruit est sillonnC. Elle abeaucoup de ressemblance avec le G. nitida. 

125.— G. nigricans Pierre, pi. 77 C. — Habite Sarawah dans File de Borne" o. (Beccari, n° 2565.) Ses rameaux sont tetragones dans la jeunesse, 
bientot ronds et noiratres. Ses feuilles (longues de 11 cent. 1/2, larges de 38 mm.) sont oblongues lanceoiees, terminees par une pointe d'un cent, 
obtuses et decurrentes surun petiole long de 11-1 4 mm. Elles sont peu epaisses, coriaces et munies de 24 petites cotes tres fines et visibles sur les 
deux faces. Ses fleurs male et femelle sont inconnues. Le jeune fruit est porte par un pedicelle long de 2 mm. Ses sepales exterieurs (2 mm. 3/4 
sur 4 mm.) sont plus larges que longs ; ses sepales inteneurs, longs de 3 mm. 1 /2 sur 3 mm. 1 /4, sont plus longs et moins larges que les precedents, lis 
sont scarieux sur le bord, orbiculaires, concaves et assez epais. A la base du gyn6c6e, on compte 1-2 etamines, a filets libres, aplatis et longs dun 
mm. 1/2. Antlieres a loges laterales paraissant biloculaires. L'ovaire est lisse ? contient 8 loges et est couronne par un stigmate sessile, a sillons peu 
distincts et revetus de glandes tres elevees. 

Cette espece. incompletement representee dans les herbiers, a beaucoup de rapports avec le G. nigro-lineata. Elle pourrait etre mieux placed parmi 
les Rhinostigma. 

126. — G. amboinensis. Spreng. Lin. syst. II. 448 (1825) nee nonG. cochinchinenses Clioisy. — Folium acidum mains . Rumphius Amb. III. 
t. 32. — Cette espece habite Amboine et les iles voisines et ne paraitpas avoir et6 rencontree depuis Rumphius. C'est uii petit arbre, a tronc peu 
cleve" et a ecorce grise. Son sue est jaunatre et visqueux. Ses feuilles (longues de 7-8 pouces, larges de 3-4 pouces) sont ovales-lanceol£es, obtuses 
ou emarginees au sommet, aigues a la base et d6currentes sur un petiole canalicul6. Elles sont epaisses, glabres et ses petites cotes sont a peine 
elevees en dessous. Ses fleurs femelles sont situees a I'aisselle des feuilles tombees. Les sepales sont persistants, a peu pr&s d'egale longueur et 
sont lanceoies d'apres la figure. Us sont au nombre de quatre de meme que les petales, mais moins epais que ceux-ci. Le fruit est de la grosseur 
d'une prune, rond ou pyriforme et ombilique au sommet. Son pericarpe est acide. Les graines sont oblongues et comprimees comme celles d'un 
Cucumis 

Voila tout ce que l'auteur ditapeu pres d'essentiel du folium acidum ma /us. Ses feuilles jeunes seraient accommodees ou remplaceraient le vinai- 
gre. De ses racines pulverisees on ferait une boisson acide, qui serait stimulante et dont les indigenes feraient usage en temps de guerre, avant le 
combat. II est certain que la figure de Rumphius donne l'idee d'un Garcinia de la section Oxycarpus. De la sans doute la confusion faite de cette 
espece par Loureiro avec son Oxycarpus covluuchincnxc. Mais il n'est pas possible de trouver, dans la description de l'auteur, quelque caractere pou- 
vant permettre d'identifier le folium acidum majus a une espece quelconque, moins encore au G. dioica clout les fleurs sont decrites, fascicuiees par 
Blume. 

127. — G. parvifolia. Miq. hid. bat. Supp., I, p. 494. — A?inales Mus. Lugd., 1, p. 208 (Necnon G. parvi folia. Benth.). Habite Su- 
matra et File de Bangka(Cw#. in hort. bot Dogoriensi. Herb. Pierre, n os 4,157 et 4,159, Vulgo : Kaudies). Jeunes rameaux tetragones ou presque 
ronds, a ramifications secondaires, longues de 3 a 10 centim., munies de 4 a 8 paires de feuilles. Feuilles (longues de 6 cent. 3/4 a 13 cent. 3/4, le 
plus souvent de 8 cent. 1/2 a 11 cent. 1/2, larges de 2 cent. 1/2 a 4 cent., avec une pointe etroite, obtuse, longue de 15 a 20 millim. et un petiole long 
de 5-10 millim.) oblongues ou elliptiques-oblongues, lanceoiees aux deux extremites, minces et coriaces, munies de 16-24 petites cotes tres dislantes, 
arrondies et confluentes prksdubord, de 1-3 fausses cotes intermediaires, et de veines transversales toutes elevees sur les deux faces. Jeunes fruits 
au nombre de 1-3, portes au sommet de nodosites axilliaires par des pedicelles longs de 3-5 millim.. Sepales orbiculaires, coriaces, denteies. 
Petales plus longs et plus epais que les sepales, suboblongs, arrondis. Etamines de la fleur femelle, au nombre de 1-2 ou davantage, situees en 
face des sepales et portees par un long filet. Ovaire (dans le jeune fruit) contenant 6 loges. Fruit (haut de 17 mm. avec un diam. de 8-12 mm.) con- 
tenant 1-3 graines. II est mamelonne, obtus, ombilique et cache dans sa concavite un stigmate sessile, a lobes peu distincts et revetus de glandes 
arrondies. Son pericarpe est epais de 1-2 mm., charnu, d'un rouge pourpre fonce apres dessiccation. Ses graines sont longues de 13 mm. et, du hile a 
la circonference, larges de 4-5 mm. Fleurs males inconnues. 

Miquel se demande si cette espece n'est pas le G. dioica Bl. On sait que dans cette espece les etamines de la fleur femelle sont uniseriees et au 
nombre de 10-12. 

j28. G. cladostigma Pierre, pi. 90, G. — Cette espece est cultivSe (1881) dans le jard. bot. de Buitenzorg sous le nom de G. javanica Bl.^ 

d'apres M. Treub, directeurde ce jardin [Herb. Pierre, n° 4158). Ses jeunes rameaux sont opposes, d'inegale longueur, ou solitaires par avortement 
d'un des deux, greles, tetragones, un peu comprimes, bientot ronds et bruns-verdatres. lis sont longs de 4-26 cent, et portent 1-5 paires de feuilles. 
Celles-ci (longues de 10 cent. 1/2-13 cent. 1/4, larges de 28 mm. a 5 cent, en comprenant le petiole long de 10-15 mm. et la pointe longue 
de 8-13 mm.) sont oblongues ou elliptiques-oblongues, lanceoiees, obtuses ou subaiguesa la base, peu epaisses, coriaces, brillantes en dessus, ponc- 
tuees, pales en dessous et munies de 24-32 petites cotes. Dans l'intervalle de chacune de celles-ci, on compte 1-3 fausses cotes, accentuees sur 
les deux faces et reliefs par des veines espacees et transversales. Fleurs males inconnues (a moins qu'elles soient celles representees pi. 89, A). 
Les fleurs femelles sont groupees au nombre de 3 quand elles sont axillaires et au nombre de 6 quand elles sont terminales. Leurs pedicelles sont 
tetragones, renfles et larges au sommet de 2 mm. Les sepales exterieurs (longs de 3 mm. et larges de 4 mm.) sont un peu plus petits que ceux dela 
serie interieure (longs de 3 mm, 1/2, larges de 4 mm. 1/2). lis sonttous orbiculaires, concaves, carenSs dorsalement vers la base, a peine amincis,mais 
nerves et scarieux vers la marge. Les petales (avant 1'anthese) sont plus longs que les sepales (4-5 mm. sur 3 mm. 1 /2) oboves, concaves, charnus, moins 
epais et subdenteies vers le bord. Les etamines sont au nombre de 5-6, unies a la base par un tres court anneau hypogyne. Elles sont ou solitaires devant 
les sepales de la seconde serie ou disposees par paires au sommet de faisceaux opposes aux sepales exterieurs. Leurs filets sont aplatis. Leurs antheres 
ont quatre logettes disposees par paire, lateralement. L'ovaire spherique contient 7-9 loges et autant de sillons profonds. Le style est sessile, plan, 
uui au sommet et partage en 7-9 lobes stigmatiques sur son pourtour. Chacun de ces lobes est surmonte de glandes geminees a la base et plus nom- 
breuses (3-6) vers la peripheric Ces glandes sont tres longues, dressees, ou penchees, et de forme souvent conique. Chaquelobe du stigmate paralt 
done lobe. Fruit inconnu. Je n'ai pas pu conserver le nom de G. javanica, sous lequel cette espece est cultiv6e a Java pour les raisons suivantes. Blume 
decrit le G. javanica avec des fleurs femelles sessiles et un ovaire legerement sillonne" ne contenant que quatre loges. D'autre part, Choisy ne consi- 
der le G. javanica que comme une variete du G. lateriflora, opinion que semblent partager MM. Planchon etTriana. {mem. Guttif,p. 202.) Cepen- 
dant Blume rapproche le G. javanica du G. dioica. 11 est vrai que le G. cladostigma a un stigmate multifide, comme le G. dioica, mais ses fleurs ne 
sont pas courtement pediceliees, le nombre de ses etamines est plus considerable et, au lieu d'etre uniseriees, elles sont disposees en petits faisceaux 
comme celles de toutes les especes de la section Oxycarpus. Quand on considere neanmoins que le G. cladostigma et 1' espece suivante G. tre- 
chostigma sont cultivees a Java, il se pourrait qu'ils representassent les G. dioica et G. javanica de Blume. 11 n'existe pas a Londres, ni a Paris, 
d'exemplaire de ces deux especes. Miquel n'a fait que rapporter la description de Blume. 



— XXXI — 

12 9. — G trechostigma. Pierre, pi. 89. A ! B!.— Cette espece est cultivee (1881) dans le jardin botanique de Buitenzorg(Herb. Pierre, 4155, 
4141 et 4165! ). Ses jeunes rameaux sont longs de 3-20 cent, et portent 2 a 10 paires de feuilles. lis sont tetragones, pourpres et comprimes dans le 
ieunea-e ; ils deviennent ronds ettres noirs, a l'etat adulte. Ses feuilles (longues de 7-11 cent. 1/2, larges de2-3 cent. 1/2 avec une po.nte obtuse 
lon-uede'l0-15mm. etun petiole de 6-10 mm.) sont oblongues-lanceolees ou elliptiques-oblongues, acuminees, aigues a la base, peu epaisses, 
coriaces ponctuees Qii et la en dessous, et munies de 16-24 petites cotes. Dans l'intervalle de chacune d'elles, on compte autant de nervures. Elles 
sont, sur les deux faces, aussi accentuees que les veines qui les unissent. Les fleurs males et fem elles sont axillaires ou terminales. Elles torment au 
sommet d'un bourgeon ou pedoncule, des ombelles composees de 3-5 tleurs longuement pedicellees. Ces pedoncules sont de longueur tres variable. 
Ils sont quelquefois presque nuls et souvent longs de 4-6 mm. Les pedicelles sont tetragones et longs de 4-8 mm. Les sepales (longs et larges 2 mm. 
3/4 sur 3 mm ), un peu plus longs dans la deuxieme serie, sont orbiculaires,concaves,caren6s sur le dos, vers la base, scarieuxetdentel6s vers la marge. 
Les petales (lon«sdc 5 mm. , larges de 3 mm. 1/2,4 mm. avant l'anthese) sont plus grands et plus epais queles sepales, oboves, denteles ou plus minces 
au sommet. Les etamines dela plante male sont, au nombre de 19-25, presseeset presque sessiles surlapartie superieure et convexe d'un receptacle 
plus etroit, tetragone a la base et uni aux petales. Les antheres out quatre logetles bien distinctes. Le rudiment de gynecee manque ou couronue le re- 
ceptacle. Quand il est present (fig. A),il est partage au sommet en un nombre variable de lobes (4-8). A la base du gynecee, on ne compte que 4-6 eta- 
mines. Elles sont ordinairement solitaires en face des sepales interieurs et dispos6es au nombre de deux en face des sepales exteneurs. Dans ce cas, 
leurs filets, longs etaplatis, sont unis en faisceau. Le plus communeme:it,la fleur n'en contient que quatre et chacune d'elles regarde un sepale. L'o- 
vaire est spherique, contient 84> loges et porte autant de sillons. Son stigmate sessile est epais, convexe, sillonne etcontient autant de lobes qu'il 
y a de loges ovariennes. Les glandes stigmatiques sont dressees, et au nombre de 1 1-25. Elles forment deux series de la base au sommet et affectenl 
alors la forme cylindrique. Celles de la peripheric au nombre de 6-8, sont nMlechies et out la disposition de peiits lobes. Le fruit est globuleux (3 cent, 
en hauteur et en diam.), contient 6-9 graines correspondant a autant de cotes assez proemiucnles. II est deprim6 et legerement ombilique au sommet. 
Dans cette concavite etroile, est cache le stigmate. Ses graines ont 21 mm. sur 9 mm. 

Certainement cette espece est tres voisine de la precedente, mais ses fleurs sont ombellees au sommet d'un court pedoncule, et la forme de son 
stigmate est bien differente de celle du G. cladostigma. On ne peut pas, par les memes raisons donnees sous l'espece precedente, la con- 
fondre avec les G. javanica et G. dio'ica. 

Lea echantillons ayant servi a la description du G. trechostigma m'ont etc envoyes par M. Trcub, direct, du jard. bot. de Buiteuzorg : sous les noms 
de G. lateriflora et G. longi folia qu'ils portent a l'etat de culture. II n'est pas necessaire de discuter la premiere denomination ; quant a la seconde, 
il suffit de rappeler que le longi folia est decrit avec un stigmate 5-lobe et un fruit non sillonne. Choisy, on le sait, considere cette espece 
comme \mXanthochymus. G'est avec doute que je comprends ici mes echantillons n° 4,141 recus de Buitenzorg sous le nom de G. longi- 
folia. C'est la plante figured pi. 89., A. 

130.— G. Teysmanniana. Scheffer. Annates de Buitenzorg, l,p. 7.— Cette espece habite la Nouvelle-Guinte, pres du port Dore (Teysmann). 
C'est un petit arbre dont on ne connalt pas les fleurs males. Ses feuilles (longues de 28-30 mm., larges de 6-8 mm.), sont elliptiques, a peine aigues 
a la base, tres obtuses au sommet, un peu emarginees, minces mais coriaces, pourvues de 6-8 petites cotes ascendantes et peu elevens. Ses fleurs 
femelles sont axillaires et solitaires. Son ovaire contient 8 loges. Son stigmate est lobe et persistant. Son fruit, est comprime, globuleux et 
contient 8 loges. 

C'est tout ce qu'on connalt de cette espece que je place ici avec doute, n'en ayant pas examine la fleur, ni le fruit. Elle est, de toutes les especes 
connues, celle dont les feuilles sont le plus petites. 

131.— G. corallina. VieM.in Bull. Soc. Lin. Norm\IX. MMZB.— G.neglecta. VieilL— Habile la Nouvelle-CaUdonie vers Wagap (Vieillard, 
w 1 85 et 2,083.) ; Missioucoue et Prony (Rancher m$, w°598 et 1,838) ; l'ile des Pins pres de Kanala {Vieillard, n° 186). Petit arbre de 4-8 met., tres 
ramifie. Ses rameaux, d'abord tetragones, deviennent ronds avec l'age. Ses feuilles (longues de 4-9 cent., larges de 2-6 cent. 1/2) ovales-ellipti- 
ques, courtement acuminees ou arrondies au sommet, le plus souvent aigues a la base, sont assez epaisses et coriaces. Les petites cotes et les 
fausses cotes intermediates sontrapprochees etunies avant d'atteindre le bord, presque egalement elev6es sur les deux faces. Les fleurs males et 
femelles sont au nombre de 1-3, axillaires ou terminales, longues de 1-3 mm. eta peu pres d'egale dimension dans les deux sexes. Les sepales, d'egale 
longueur, sont plus larges dans la serie exterieure (3-5 delong. sur 5-7 mm. delarg.). lis sont suborbiculaires, concaves, epais et nerves. Les petales, 
a peine plus longs queles sepales, sont plus epais, plus etroits au sommet et unis a la base du receptacle. Les etamines de la plante male sont au nom- 
bre de 50 a 100, presque sessiles sur un receptacle tetragone, convexe ou subquadrilobe au sommet. Les antheres ont des loges lateralesse rejoignant 
au sommet comme dans les Rhinos tig ma ou tetragones et disposees en 3-5 logettes bien distinctes. II n'y a pas de rudiment de gynecee. Les exami- 
nes de la plante femelle sont hypogynes, solitaires devant les sep. inter., ou au nombre de 2-3 en face des sepales exterienrs. On en compte 
en tout 3-6 par fleur ; quelquefois elles manquent completement. L'ovaire est ovoide ou globuleux, sillonne et contient 5-7 loges et autant de sillons. 
II est coiffe d'un stigmate assez 6pais, sessile, convexe, revetu de grosses glandes mousses (comme dans les Comarostigma) et pourvu, a la peripheric 
d'autant de petifs lobes qu'il y a de loges a l'ovaire. Le fruit est globuleux etlisse. Ses graines (Vieillard) sont celles dela section. 

Je n'ai pas cru devoir conserver le G. neglertu de Vieillard, apres l'examen et Panah se (lun grand nombre d'echantillons. Les feu'lles sont a peine 
p^tiolees ou longuement petiolees, acuminees ou arrondies au sommet ; les fleurs, dans les deux sexes, sont a la fois solitaires ou groupies au nombre 
de 1-3 ; les etamines sont variables en nombre ; elles sont presentes ou font defaut dans les fleurs femelles ; bref, je ne vois pas de caractere assez con- 
stant devant permettre de distinguer les n os . 185 et 2083 de Vieillard. 

XXXVI. HEBRADENDRON. 

Fleurs axillaires, ombellees, quelquefois pedicellees dans les males, le plus souvent subsessiles et tres souvent soli- 
taires dans la plante femelle. Sepales le plus souvent inegaux. Petales tres epais, plus grands ou plus petits que les 
sepales. Receptacle plan et a peine proeminent ou le plus souvent eleve, aminci et tetragone a la base, epais et con- 
vexe au sommet. Etamines (4-50), d'un nombre tres variable, suivant les especes. Antheres a loges ou logettes con- 
fluentes et circulates, rarement ascendantes sur les cotes du connectif avant de devenir confluentes et circulates. Pas 
de rudiment de gynecee. Dans la fleur femelle, ou hermaphrodite, les etamines sont distributes en quatre faisceaux 
plus ou moins distincts relies a la base par un anneau hypogyne. Leurs filets sont ordinairement allonges et aplatis. 
Les antheres different sensiblement de celles de la plante male, et ont des loges assez distinctes. L'ovaire, Hsse ou a 
peine sillonne, contient toujours quatre loges. Le stigmate est sessile, quadrilobe a la circonference, plus ou moins sil- 
lonne et revetu de glandes ou rondes ou tubuleuses et toujours elevees. Le fruit a un endocarpe mince, charnu et com- 
estible. Le tegument des graines, dans la partie mediane^ est fibreux et contient une gomme-gutte granuleuse, friable 
et non visqueuse ou glutineuse comme celle dont il est doue dans les autres sections. Par ce seul caractere, on peut 
reconnaitre une espece d'Hebradendron. 

*. Receptacle e/err. Aulheres prest/i/e sessiles, ii loges I e plus sou rent rou flueu les et circulaires. 
* Fleurs males pedicellees. 

132. — G- Hanburyi. Hook. f. (Voyez pi. 73 et 74). 

133. — G. Gaudichaudii. PL et Tr. {Voyez pi. 75). 



— XXXII — 
" Flam 

134. — G. lateriflora. Bl. Bidjr.,p. 214 — Choisy. Guttif. de rimle. p. 37.— Planehonei Triana. Mem. Guttif.p. 202.— Cetteespece habite 
File de Java Blume, Zol - . Kll*- est cultivee danslejard. bot. de Buitenzorg <#er£. Pierre. n m 4163 et 4*64). Cestun arbre de 
10-10 metres. Se> rameaux smit tres ^vo< et t.-lragones.Ses feuilles sont elliptiques ouoblongues-lanee^le>s,longuernent acuminees (poinle de 10mm.), 
o!-.Uises.aiffu^alal.asoddecuiTonWsurim petiole long de 10-16 mm. Elles sont epaisses. coriaces et portent 20-28 petites cotes, arrondies et 
reunies assez loin de la mar*?. Elles sunt lungues de 12-21 cent., largos de 0-7 cent. Laplante male est ineonnne. Les fleurs femelles sont groupees 
an nombre de 1-3. Leurs pedicelles. tiv, iviifl, I mm. . sont longs de 2 mm. Les sepales exterieurs (3 mm. snr 5 mm.) sont plus 
petitset surtout moins larges que ceux de la deuxieme serie (5 mm. 1 2 snr 10 mm. de large . Les petales avant Fanthese, 8 mm. de long.) sont plus 
longs etplus epais que les sepales et sont eornme eux suborhiculaires. L androcee reeouvre entierement le yyneeee. 11 se compose de lb etamines, 
uniseriees au sommet d'un anneau hvpogvne. nenre, pen epais. tres eleve et noffrant pas de division en faiseeaux. Les filets aplatis. amincis au 
sommet. sont plus courts que Fanneau qui les relie. Le style est tres court, mais distinct dans la jeune fleur. Son stigmate, legerement convexe. n'a 
pas de sillons et ses lobes sont peu distincts a la peripheric Ses glandes sont tres elevees. Elles dtfviennent cylindriques, arrondies ou concaves au 
sommet et sensiblement semblables. vers la eirconferenee. a celles du G. cladostigma. La baie est globuleuse et mesure 18-20 mm. en hauteur et 
en diametre. Vovez pi. 85. C 1 C : . Les antheres y sont a une ou deux loges separees par un large connectif. Elles sont souvent penchees ou 

Par ce dernier caractere. par la forme du stigmate. Fespece suivante pourrait n'etre qu'une forme du G. lateriflora. M. de Lanessannapas admis 
le G. lateriflora. 11 en fait un des nombreux svnonymes du G. Morella. Cependant. dans Tespece de Ceylan. les feuilles sont plus petites, moins acu- 
minees. les fleurs femelles sont plus petites et presque toujours solitaires. Fandrocee est presque prive d' anneau. les filets sont plus longs, 
le stigmate est quadrilobe et pourvu de glandes non cylindriques. Elle a certainement plus de rapport avec le G. Banbury i. On les distin- 
guera priucipalement par des feuilles plus elliptiques dans cette derniere espece et moins epaisses, par un anneau hvpogvne partage en faiseeaux 
assez distincts. par Fabsence de slvle, par un stigmate plus nettement lobe et par la forme des glandes dont il est revetu. Ce sont des differences 
bien peu accentuees. mais dont on doit tenir compte. car c est leur somme qui etablit Findividualite. Sans cela on tombe dans un exces non moins 
grand : la confusion des formes. 

Dans le G. lateriflora que Choisy ne distingue pas du G. javanica BE. on distingue deux formes : 

1° Feuilles ovales-elliptiques epaisses et ties coriaces. Zollinger, n° 3088.. Elle est cultivee dans le jardinbotanique de Buitenzorg sous le nomde 
var : javanica . (Herb. Pierre. n° 4104. Ses feuilles sont plus petites que la suivante et plus coriaces. 

2° Feuilles oblongues ou elliptiques-oblongues. lanceolees. peu coriaces (Zollinger, n° 1575). Elle est cultivee dans le jardiu de Buitenzorg sous le 
nom de G. lateriflora. (Herb. Pierre. n° 4163.) Ses feuilles sont plus grandes que celles du n° 1 . 

135. _G-. Grahami. Pierre, pi. 87. B.— Cette espece habite Sarawah, dans File de Borneo Beccari. n° 3048). Ses feuilles sont ovales-oblongues, 
lanceolees, acuminees, subaigues a la base et decurrentes sur un petiole long de 5 mm. Elles sont peu epaisses, munies de 12 petites cotes assez 
elevees en dessous. Elles out une longueur de 6 cent. 1/2 et une largeur de 2 cent. 1/2. Fleurs males et femelles inconnues. Sous le fruit, les sepales 
sont inegaux, suborbiculaires, concaves, nerves et coriaces. Ceux de la premiere serie ont 3-4 mm. de longueur et ceux de la seconde ont 6 mm. 
sur 4 mm. de long. On compte 12 etamines disposees. sous le fruit, au nombre de 3 en face de chaque sepale. Elles sont reliees par un anneau 
Ires court et moins long que les filets, contrairement a ce qui a lieu dans le G. lateriflora. Les antheres sont a 1-2 loges penchees ou obliques. La 
baie presque mure est haute de 18 mm. avec un diametre de 17-20 mm. Le stigmate est sessile, legerement concave au sommet, a lobes indistincts et 
a glandes cylindriques et tres elevees. 

Cette espece differe du G. lateriflora par des feuilles plus ou moins epaisses ; par un anneau hvpogvne ties court et par des etamines distributes en 
faiseeaux distincts. Tous ses aulres caracteres sont ceux de Fespece precitee. dont elle pourrait n'etre qu'une forme amoindrie. 

136. — q. Blumei. Pierre, pi. 87. C. — Cette espece, dont la plante male est seule connue, habite File de Borneo, vers Saraw ah i Beccari n° 2549). 
Ses rameaux sont assez gros, bruns ou noiratres et presque ronds. Ses feuilles sont elliptiques, courtement acuminees et obluses aux deux extremites 
ou a peine aigues a la base. Elles sont assez epaisses. coriaces. pales en dessous et munies de 24 petites cotes peu elevees en dessous, deprimees en 
dessus,sans nervation bien distinct?. Elles sont. avec un petiole long de 8 mm. epais, chagrine, longues de8-l 1 centim. 1/2 et larges de 5 cenfim. 1 2. 
Les fleurs males sont groupees au nombre de 1-3. Leurs pedicelles sont longs de 2 mm.et epais d'un millim. Les sepales exterieurs (i mm. 1 2 sur 2 mm.) 
sont plus petits que ceux de la seconde serie, 3 mm. sur 3 mm.;. \h sont oborbiculaires ou orbiculaires, concaves. £pais et submembraneux. Les pe- 
tales longs de 6 mm., larges a la base dun mm. 1 /2 et au milieu de 3 mm sont oboves, ou suboblongs, etroits a la base, plus longs et plus epais que les 
sepales. Les etamines sont au nombre de 16-23, presque sessiles sur un receptacle globuleux et charnu au sommet, etroit et quadrangulaire a la base. 
Les antheres sont petites et a dehiscence exactement circulaire. 

Je distingue le G. Blumei du G. Gaudichaudii par des pedicelles plus courts, des fleurs plus petites et par ses sepales et ses petales. 

137. — G. Morella. — Desrouss. in Lam. Dirt. 111. 201 : — Thwaites. Enum. pi. Zeyl., 1. 49 : — Planch, et Triana. Mem. Guttif, 195-199 ; — 
Hanbury ni Trans. Lin. Soc. XXJY. 489. (pro parte) ; — de Lanessan, Mem. Garcinia. 02. (proparti excl. synom.) ; T. Anderson Fl. ind. 1. 204. 
(pro parte). — Cette espece habite les regions chaudes de Ceylan Thwaites ; Walker). Ses noms indigenes sont Gokaton-yus* : Ku,t«-gnnd,a-gass. Ses 
feuilles 11-16 cent. L2delonget 4-6 cent, de large; sont lanceolees ou elliptiques obovees, ou ovale- lancemYes. terminees par une pointe tres 
courte. large et obtuse ; elles sont aigues a la base, epaisses, coriaces et munies de 18 petites cotes environ, elevees surlesdeux faces etprincipalement 
en dessous. Elles ont, entre chaque petite cote, une nervure intermediaire et parallele. Ses fleurs males sont groupies ordinairement au nombre de 3, 
et presque sessiles. Cependant leurs pedicelles munis de deux braetees. opposees a la base, sont longs de 1-2 mm. Ses fleurs femelles sont 
generalement solitaires, munis de pedicelles plus courts, et un peu plus gros que dans les males. Ses sepales, un peu plus grands dans la 
deuxieme serie. ont, dans la premiere, 5 mm. et dans Fautre, 6 mm. lis sont orbiculaires, concaves, nerves et tres coriaces. Les petales (5-6 mm. 
de long, sur 4 mm. 1/2 de larg. sont oboves. concaves, tres epais et ne depassent pas les sepales de la deuxieme sene en longueur. Le nombre 
des etamines est tres variable. On en compte 29-33 dans Fech. de Thwaites et 14-15 clans Fech. Walker. Leurs filets sont letragoneset tres courts. 
Leurs antheres sont manifestement circulates et leurs loges sont confluentes. Dans la fleur femelle, on compte 16-20 etamines. Elles sont uniseriees 
et leurs Filets aussi longs que Fovaire sont presque libres des la base, ou il sont reunis par un anneau tres court. Elles ne forment pas des faiseeaux 
bien distincts. Les antheres sont a 1 ou 2 loges cirlaires ou obliques et sont fertiles. L'ovaire est globuleux, sessile, sillonne et bientot lisse. 11 est 
couronne par un stigmate sessile t subpyramidal. nettement quadrilobe. unpeu concave au sommet et pourvu, sur chaque lobe, de 6-12 glandes elevees. 
La baie est globuleuse. Elle a en hauteur et en diametre 14-15 mm. 

Sous cette espece, M. de Lanessan comprend les G. elliptica Wall. Cat. n° 4869 ; G. lateriflora BL, G. Gaudichaudii PI et Triana ; G. acuminata 
PL et Tr. : G. sp. nova. PI el Tr.; G. pictoria Roxb. Nous disons. a propos de chacune d'elles, les traits qui les distinguent du G. Morella. L'espece qui, 
certainement. offre le plus de rapports avec le Morella est le G. pictoria Roxb. ou Fon constate des feuilles munies d'une pointe et d'un petiole plus 
longs, des etamines bien distributes en faiseeaux opposes aux sepales, a filets plus courts que Fanneau qui les unit et un stigmate nettement sillonne 
jusqu'au centre. 

Nous avonsdit que les echantillons du G. Morella avaient 14-15 etamines 'Veh. Walker) ou 29-33 (ech. Thwaites). De nouvelles observations, que 
Fabsence de documents d'herbier rendent en ce moment impossibles, sont done necessaires sur cette espece. Voyez pi. 85, A.) 



138.— G. pictoria. Roxb.Fl. md.IL 027: Wight. let. 102 ;Pl. etTr.. Mem. Guttif., 200; Bogle Mat. med.ldit. 3. p. 340 cum icone; Bed- 
dome Fl. >'/'•• f - s " rf 87.— Ses rameaux sont tetragones et assez gros. Ses feuilles <avecun petiole de 5 mm., longues de 10 a 12 cent. 1/2, larges de 
32-54 mm.) sont oblongues ou elliptiques-laneeolees, munies d'une pointe large, courte et obtuse, decurrentes sur le petiole et aigues ; assez epaisses 
et coriaces ; mun'es de vingt petites cotes, rarement accompagnees de nervures intermediaires ou paralleles, et elevees sur les deux faces. Ses fleurs 
males sont au nombre de 1-3 ; ses fleurs femelles sont solitaires. Elles sont toutes sessiles ou courtement p£dieellees. Ses sepales exterieurs (3 mm. 
de long, sur 5 mm. 1/4 de larg.) sont plus courts, mais aussi larges que ceux de la deuxieme serie (5 mm. 1/2 sur o mm. 1/2). Us sont orbiculaires, 




L.Pierre 8iE.Deipy.del 



J.Storck.&L.Hugon.Iith. 



A GARCINIA Desrousseauxii , Pierre 

B „ Graharai , Pierre. 

C , Blumei , Pierre. 

D * Calycma,Kiii?z. 

E » lie terandra, Wall. 







J.Storck &L.Bugon Lith. 



AB GARCINIA leucandr a, Pierre 

C „ ovalifolia . Oliv. 

D , Manmi , Oliv 

E „ punctata, Oliv. 



— XXXIII — 

concaves, coriaces et nerves. lis sont, d'apres Beddome of Rorburgh, plus petits et moins epais que les petales. On compte, dans la plante male, 24 6ta- 
mines. Dans la plante femelle, elles sont a peu pres de meme nombre, disposees en quatre faisceaux bien distincts, et aunombre de 6-7 par fais- 
ceau. Les filets aplatisy sont plus courts que l'anneau qui lesporte. La baie erf ovale, haute de 19 mm. sur 16 mm. de diam. Le stigmate est 
sessile, partage (sur le fruit) en quatre lobes et quatre sillons bien distincts. Chaque lobe est revetu de 11 a 13 glandes arrondies, mous- 
ses et edevees. 

Cette espece a ete considered par T. Anderson et avant lui, par M. de Lanessan, comme identique au G. Morella. M. Beddome la maintient. Je n'ai 
pas examine sa fleur male qui manque dans l'herbier du Museum de Paris. J'ai decrit sa fleur femelie, d'apres un fruit. (Ech. Stocks et Law de 
Canara, Voir pi. 85. B.) J'ai constate, apres M. Beddome, que ses elamines etaient disposees en quatre faisceaux bien distincts, dans la plante femelle, 
que leurs filets etaient plus courts que l'anneau hypogyne qui les porte et que les sillons et les lobes du stigmate offraient, avec les organes corres- 
pondants du G. Morella, des differences assez caracteristiques imposant le maintien de cette espece Roxburghienne. U convient aussi de rappeler 
que lespetales, dans cette espece, sont plus longs que les sepales, autre caractere differentiel qui la separe du G. Morella. La gomme-gutte de ces 
deux especes, experimenlee par Cbistison (G. Morella) etpar M. Bronghton (G. pictoria), estd'excellente qualite. 

139.-G. Wightii. T.Anders, ft. Brit. Ind.,I. 265.— Cette espece habite le sud de l'Inde [PI. Wight, dist. Kew, if 145). Ses rameaux 
sont tetragones. Ses feuilles(longues de 9-14 cent., larges de 2-2 cent. 1/2) sont lineaires ou lineaires-oblongues, lancSolees, avec une pointe obtuse. 
Elles sont aigues et decurrentes sur le petiole, assez epaisses et coriaces. Elles sont munies de 16-20 petites cotes et d'autant de nervures interme- 
diaires et paralleles, ascendantes et presque marginales. Elles sont elevees sur les deux faces et reliees par des veines espacees et transversales. Leurs 
fleurs males, ordinairemenl groupees au nombre de 2-3, sont quelquefois plus nombreuses et leurs pedicelles n'ont pas plus d'un 1/2 mm. de longueur. 
Les sepales sont Ires inegaux ; longs de 2 mm. 1/2 et larges de 3 mm. dans la serie exterieure, ils out 4 mm. 1/2 sur 3 mm. 1/2 dans la seconde. lis 
sont suborbiculaires, concaves, coriaces et nerves. Les petales (4 mm. 1/2-5 mm. sur 3 mm. 1/2) sont oboves, concaves, plus grands et plus epais que 
les sepales. On compte sur le receptacle 12-15 elamines. Leurs antheres sont a deux loges circulaires. Les fleurs femelles, d'apres T. Anderson, sont 
axillaires et sessiles. Le fruit (11-12 mm. sur 9-1 1 mm. de diam.) est subglobuleux. Le stigmate est sessile et quadrilobe. Les graines sont longues 
de 9 mm. 1/2 sur 4 mm. 1/2. Elles sont amincies et cintrees du cot6 du hile. 

Cette espece est bien caract6risee par ses feuilles. Elle fournit une gomme-gutte rougeatre, tres soluble. (Voyez pi. 86, A.) 

140. — G. calycina Kurz mss.— Cette espece habite Kamoorta, tie du groupe des Andamans. Ses jeunes rameaux sont minces, greles et tetra- 
gones. Ses feuilles (longues de 9 cent. 1/2, larges de 4 cent.) sont elliptiques-lanceolees, aigues ou subobtuses au sommet et a la base, assez minces, 
mais ngides ou coriaces ; munies de 20 petites cotes uniespres de la marge et d'autant de nervures paralleles, assez fines mais element elevees sur 
les deux faces. Ses fleurs male et femelle sont inconnues. Le jeune fruit est porte par un pedicelle obconique, tres epais, ou turned sous les sepales 
long de 3-4 mm. large, au sommet, de 4 mm. 1 /2. 11 porte deux bractees (longues de 1-2 mm.) subelliptiqucs a sa base'. Ses sepales sont concaves et 
sublux. On compte 14 elamines au sommet d'un court anneau hypogyne et moins long que les filets. Ces elamines sont uniseriees et ne sont pas 
disposees en faisceaux bien distincts. Les antheres ont deux loges contluentes et dehiscentes par une fente horizontale et apicale. Le jeune fruit est 
oblong et contient quatre loges. 11 est couronne par un stigmate sessile legerement concave au sommet, quadrilobe el nnmi ,|r ,,,,,,1,^ sillons nette- 
ment dessin^s. Les glandes stigmatiques sont peu edev6es. 

Cette espece, dont je n'ai vu qu'un pauvre echantillon, n'a pas ete decrite par Kurz dans sa flore de British Burmah. Je ne sais si elle l'a ete dans le 
Journal Asiatic soc. of Bengal. Elle est certainement de la section Hcbradcndron. Elle a beaucoup de rapports avec le G. heterandra Wall. (Voyez 

141.- G. Choisyana Wall. Cat 4870. Hebradendron Choisyanwn, Choisy. Guttif. Inde, p. 37 ; — Planchon et Triana. Mem. Guttif p 203 ■ — 
T. Anderson, Fl. Brit. hid. 1 , p. 265.- Cette espece habiterait Tavoy (Gomez). Ses feuilles (longues de 1 1-1 4 cent., larges de 45 cent 1/2) sont ova'les- 
oblongues, ou oblongues-lanceolees ou ovales-acuminees. Son petiole est long de 12-14 mm. Ses fleurs males sont au nombre de 1-2 et sessiles Ses 
sepales sont ovales et scarieux. Ses petales sont oboves, concaves et trois fois plus longs que les sepales. Ses elamines sont nombreuses et leurs filets 
sont courts. Les antheres sont irregulieres et plus ou moins orbiculaires. Les fleurs femelles et son fruit sont inconnus. 

Je n'ai vu aucun echantillon du G. Choisyana. Je me suis contents de reproduce les descriptions de Choisy, Planchon, Triana et T \nderson Kurz 
(fl. Burm. 1. 92.) ne fait pas mention de son G. calycina, ni du G. Choisyana. II decrit le G. heterandra, sous le nom de G elliptical ex Wi-ht 
^'^'^T^'r 11 ^ ^ G ' ellipUCa ^ WalLGat -' 4869 ' dont °™ e co ™^ que les fleurs males.Cette figure .1, \\ i,|„ ;1 ,'■!, prol,,Uemen. faite d>res 
un ech.de Griffith, representant le G. heterandra. Wall. La plante que j'ai fait figurer pi. 76, C, d'apres un eclnm.ill,,,, <le (inflilh, conserve dans l'her- 
bier du Mus.de Pans (Kew. dist, if 859), n'a pas les feuilles aussi grandes, ni les petites cotes aussi espacees et aussi elevees que celles du G heterandra 
Par ses graines et son stigmate, elle se rapproche du G. Gaudichaudii et surtout de la plante cochinchinoise figuree pi. 76, D. Ses graines on pent le 
voir, n'ont que 11 -14 mm.de long sur 4 mm. 1/2 a 6 mm., tandis que celles du G. heterandra, d'apres un echantillon de Kurz, ont 24 mm de Ion* 
et 6 mm. de diam. Je ne sais, a quelle espece rapportar cet echantillon de Griffith, a fruit globuleux, solitaire ou ^minr. 1] se pent qu'il represente 
le G. Choisyana. Ses feuilles sont lisses en dessus et l'on sait que Choisy ne distingue cette espece de la suivante que par les dimensions plus petites de 
ses feuilles et de ses fleurs. II se pourrait aussi que ce fut le G. Hanburyi. 

142.-G. heterandra. Wall. Cat. 4856. PL ctTr.,Mem. Guttif 204.;- T.Anderson, Fl. Brit. lnd.,p.2Qo; - G.elliptica? Wight Ic t 120 

;;,;;:;,; ,l :":-r'\ "' : ""f^'^" ™" <<«*!*■ <-<»■ ™<> /, 39.- Cette espece habiterait les cotes deMartaban, de Pegu et de Tena'sserim,' 
(Gnffith n 874, fide T. Anderson ; Heifer, n° 874, dist. Kew. 1861 - 2). Arbre de 10-20 metres d'elevation. Jeunes rameaux longs de 2-20 cent ™ 
a peine tetragones et bientot roods, stries longitudinalement apres dessiccation. Ils sont renfles entre chaque merithalle et portent 1-8 paires uY IVuill.s 
genera emeu tres grandes. Celles-ci (longues de 9-22 cent., larges de 3 cent. 1/2-8 cent. 3/4 en comprenanl nn petiole tres epais strie tran J, " , 
ment e longde 10-15 mm.) sont ovales-oblongues ou elliptiques-obtuses au sommet, aigues a la base, assez epaisses, d'nneteintejaune-olivatre apres 
dessication. Elles sont mun.es de 1 4-26 petites cotes, tres elevees en dessous, tres espacees et reliees par des vei.u, sinueuses plus'ou nee,, d.s.inl.es 
sur les deux faces Ses fleurs males, au nombre de 1-2, mais probablement plus nombreuses, sont inserees au sommet de bourgeons tumefies e, axil- 
laires Les fleurs femelles sont solitaires etplus grosses que les males. Leurs pedicelles, longs dun nnllnnehv 1 1 a 1 millim. sont plus courts de 
moitie que ceux des fleurs males, mais renfles au sommet et plus gros. Les sepales ont 3 mm. 1 hi en long, et en larg. dans la premiere serie et 
4 mm sur 5 mm. 1/2 dans la seconde. lis sont concaves, coriaces et nerves. Les petales, longs de 4 mm. et larges de 3 mm. 1 /2. avant l'anthese sont 
d apres T Anderson, 3 ibis plus grands que les sepales apres l'anthese, tres concaves et oboves. La fleur male contient de 29 a 15 eiamiii L 1 
filets sont courts, tetragones et aussi longs que l'anthere. Celle-ci a deux loges contluentes et exactement circulaires. Dans la fleur femelle les ela- 
mines son au nom re de 1 6-26. Leurs tilets sont a peine plus longs que les antheres. lis sont relics en has en un anneau hypogyne t L s . 

obTer e T s r^ ,, ■ i,,,Sm ■ Sa,, ■ , - '— ^-o. ./ovairespl^ique et lisse est cour.n' „ pneun .,i n att ^X 

6 mm de dJmetre "^ ordmairement quatre graines lineaires-oblongues, cintrees et tres minces. Elles ont 24 mm. de long sur 

Nous axons dit sous 1'espece precedente, que le G. elliptiea? Wight Ic. t. 120, etait le G. heterandra. Cette opinion est basee sur le nombre des 

p ttesotes surla longueur du petiole et sur la forme quadnioW .stigmate. On d.stinguera le G. heterandra parses gros rameaux par se 

^^^^^ ^ S " r,,,lill( " ,Wr ,|,m ,,,I,,h, ^,aII,,l '■"""'■ , « l - I- '« 6™.cur ^ Petiole et leurs stries 'transver! 

nuedan le Ll n t d I ^ ^ S ° D T^' SeS / tammeS et S ° n sti ^ ate ' D >- s la ^^ considerable de gomme-gutte conle- 

nue dans le tegument de ses graines, e'est une des especes de cette section, meritant le plus d'etre cultivee. (Voy.pl. 87. E.) 

J' 3 ' ""/ G V ellipt , iCa ' WaU ' Gat - 48 ° 9 - ^radendronellipticum. Graham in Hook. Compan. Bot. Mag, t. IT, p. 198-200 ; non Wight F 
120 ; non G. ell,,;,,,, A ,/,.- ,,!. Brit. Burm. 1.92— Cette espece habite la province de Silhet, dans le Bengal oriental (Wallich) Ses rameaux sont te' 

ifZi Tt fl£ ,lm ' Si,, " S r" m,,;,i ' VS ' l011gUeS ^ 7 " 10 C61lt - 1/2) S ° nl — "" ^ — de ^ lleS - ungues de^VI ^ t 

de 4 cent. 1/2-6 cent, (en comprenant un petiole long de 5 mm. 1/2-8 mm. et une pointe de 10-1 7 mm.), celles-ci sont elliptiques-oblongues, ianc£ 



— XXXIY — 

lees, aigues au sommet, obtuses ou subaigues a la base, membraneuses daus le jeune age, coriaces a l'etat adulte. Elles sont munies de 20-22 petites 
cotes ascendantes. ('levees sur les deux faces et d'autant de nervures intermediates paralleles. Leurs veines sont assez espacees etassez elevees, sur- 
tout en dessons. Ses fleurs males, beaucoup plus petites que celles du G. Morella, sont seules connues. Elles sont axillaires et au nombre de 3, peut- 
etredeo. Les pedicelles sont courts, longs d'un millim. a 4 mm. et epais au sommet. Elles portent a leur base quatre bractees decuss^es et in6- 
gales. Les sepales, de meme que les bractees, sont plus grands dans la deuxieme serie ( 3 mm. 1/2 sur 3 mm. 1/2 j que dans la premiere (2 mm. 1/2 
sur 2 mm. 1/2). lis sont orbiculaires, concaves, mullinerves, scarieux et finement denteles sur le bord. Les petales, avant 1'anthese (longs de 
2 mm. 1/2, larges d'un mm. 3/4), sont suborbiculaires, concaves, tres epais ou charnus, a peine nerve's etentiers. Au sommet du receptacle, nu, 
aminci et tetragoneala base, globuleux au sommet, on compte 17-25 etamines sessiles ou presque sessiles. Leurs antheres, tres petites, sont roti- 
formes, a loges presque toujours confluentes, circulaires ou rarement ascendantes, helicoiidales avant de devenir circulaires. Pas de rudiment de 
gynecee. (Voyez pi. 86, B., d'apres 1'echanliJlon du Museum de Paris, WaJlich. Catal. n. 4869. herb. Brongniart). 

Ce nom. G. elliptica, avait 616 applique dans le Prodrome de Candolle, par Choisy, a une plante de Java, au Xanthochymus dutch de Roxburgh. 
Reconnaissant son erreur, dans son Memoir e sur les Guttiferesde llnde, Choisy conserva neanmoins ce meme nom G. elliptica donne par Wallich, 
dans son catalogue, sous le numero 4869, a une espece d'Hebradendron. Choisy non seulement meconnut qu'il avait affaire a une espece de cette 
section, mais, d'apres MM. Planchon et Triana. aurait decrit a la fois, dans son memoire, pour la plante representee par le n° 4869 de Wallich: 
1° on Garcinia de la section Hebradeudron que MM. Planchon et Triana desigaent sous le nom de Garcinia sp. et 2° une Rubiac6e. Nous ne pouvons 
controler cette erreur de Choisy, mais it est certain que la plaute de Wallich, n° 4869, est bien l'Hebradendron ellipticum de Graham que MM. Plan- 
chon et Triana citent comme un synonyme de leur G. acuminata. Pour nous, le G. elliptica Wall. Cat., 4869, se distingue par des feuilles franche- 
ment ellipiiques-acuminees et par des antheres a loges circulaires et confluentes, tandis que le G. acuminata a des feuilles oblongues-lanc£ol£es et 
des loges d'authere ascendantes le long du connectif, avant de deveair circulaires. MM. Planchon et Triana n'ont pas eu connaissance du n° 4869 
de Wallich, represente seulement depuis la mort de M. Brongnart, dans l'herbier du Mus. de Paris, par un excellent ediantillon, celui-la meme que 
nousavons figure pi. 86, B. 11 nous reste a dire que, d'apres Graham (he. cit.), le G. elliptica de Choisy (Guttif. Inde, p. 416) n'est pas le G. elliptica 
Wall. Cat., 4869, et que cette espece est considered, par MM. de Lanessau et T. Anderson, comme un synonyme du G. Morella, opinion que nous ne 
pouvons admettre. Dans le G. Morella, le petiole est plus court, la pointe presque nulle, les feuilles sont plus epaisses, les fleurs males sont plus 
grosses, et les antheres n'y sont pas rotiformes. Nous avons dit ailleurs, que ce n° 4869 de Wallich ne saurait etre le G. elliptica? de Wight ni le G. 
elliptica de Kurz. 

p. Antheres aloges ascendantes urant dedecenir circulaires. 

144. — Gr. acuminata. PL et Tr.,Mem. Guttif., p. 200 (exclus. syn. G. elliptica? Wight et Hebradeudron ellipticum. Grah.).— Cette espece 
habile les montagnes de Khasia (G. elliptica. Hook. f. et Thomps. kew. dist.) et les montagnes de Silhet (Griffith, Kew, dist., n° 847, 1861-62). Ses 
rameaux sont tetragones et leurs ramifications les plus jeunes sont opposees (longues de 9-18 cent. ) et munies de 4-5 paires de feuilles. Celles-ci 
(longues de 10 cent. 1/2-15 cent., larges de 3 cent. 1/2 a 5 cent. ) sont decurrentes sur un petiole de 7-15 mm. Elles sont terminees au sommet par 
une pointe obtuse presque aussi longue que le petiole. Elles sont oblongues-lauceolees, aigues a la base, epaisses a l'etat adulte, tres coriaces et 
ont une teinte vert-jaunatre apres dessiccation. Elles ont 24-28 petites cotes, separ6es chacune par une nervure intermediate et reliees par des 
veines transversales, espacees et tortueuses. Au sommet de nodosites axillaires et ecailleuses, assez accusees, on compte 3-5 fleurs males dont les 
pedicelles sont longs de 2 mm. a 2 mm. 1/2. Les sepales, d'inegale longueur, sont longs, dans la premiere serie, de 2 mm. et larges de 2 mm. 1/4. 
lis sont tous orbiculaires, concaves, scarieux et denteles sur les bords, assez epais vers le centre et coriaces. Les petales, un peu plus epais que les 
sepales et a peine plus longs, sont moins charnus que dans les especes de cette section. lis sont suborbiculaires, concaves, nerves, amincis sur le bord, 
longs de 3 mm. 1/2 et larges de 4 mm. Les etamines sont au nombre de 12-24. Elles sont groupees sur un receptacle assez eleve, hemispherique, 
excave au sommet et muni a la base d'un pedicule tetragone. Au fond de la crevasse ou excavation que Ton voitquelquefois au sommet du receptacle, on 
trouve ordinairement une etamine modifiee. Les antheres ont des loges lineaires et ascendantes avant de devenir circulaires. Sous le jeune fruit 
(eeh. Griffith.), on compte 16-20 etamines souvent fertiles et bien conformees. Elles sont disposees en quatre faisceaux bien distincts, opposes aux 
sepales. Les filets y sont plus courts que l'anneau qui les porte. Le fruit jeune, haut de 5 mm. 1/2 sur 4 mm. de diametre, contient quatre loges. En 
cetetat, il est surmonte d'un style long d'un millim., assez epais, et partage au sommet en quatre lobes stigmatiques bien distincts, pourvus de 
4-6 glandes disposees en deux rangees. Les fleurs femelles et le fruit mur, sont inconnus. 

T. Anderson ( flor. brit. hid. I. 64) et M. de Lanessan (Mem. garcinia. 62) n'ont pas accepte cette espece qu'ils confondent avec le G. Morella. Il 
suffira de comparer leurs antheres pour les distinguer. Elle est tres voisine du G. elliptica Wall. Cat, 4869, et nous avons indique les caracteres 
qui servent ales reconnaitre. Nous rappelons que le G. acuminata Wall. Cat, 4871, serait, d'apres Choisy, une Ternstroemiacee. 

Y. Receptacle tres court. Antheres pour rues dun long filet. 

145. — G. Desrousseauxii. Pierre, pi. 87, A.— Cette espece habite Sarawah, dans File de Borneo (Beccari, n° 2573). Ses feuilles (longues de 
7 cent., larges de 48 mm.) sontelliptiques-oblongues, obovees, emarginees, cuneiformes ou obtuses a la base et decurrentes sur un petiole long de 
6 mm. 7 mm. 1/2. Leurs petites cotes, au nombre de 20, sont peu accentuees. Leurs fleurs males sont seules connues. Elles sont groupees au 
nombre de 3, et peut-etre davantage, aux axes ordinairement prives de feuilles. Elles sont sessiles et petites. Les sepales sont orbiculaires, minces, 
nerves, scarieux sur le bord, longs et larges de 2 mm. 1/2 dans la premiere serie et de 3 mm. l/2 dans la seconde. Les petales, plus grands que les 
sepales, sont longs de 5 mm. 1/2 sur 3 mm. lis sont ovales, oboves, epais ou charnus. Le receptacle est a peine eleve au-dessus du point de l'inser- 
tion des petales et presque plan. Quatre a six etamines, munies de filets 3-4 fois plus longs que les antheres, y sont dressees en forme d'ombelle. Les 
antheres sont peltees ou rotiformes et leurs loges sont parfaitement circulaires. 

XXXVI I. DiEDALANTHERA 

Fleurs males et femelles axillaires. Sepales exterieurs plus petits que eeux de la seconde serie. Petales minces ou 
epais, a peu pres de meme grandeur que les sepales interieurs. Receptacle, tres peu eleve, plan au centre ou concave 
et la termine quelquefois par un rudiment de gynecee. A chacun de ses angles, opposes aux sepales ou aux petales, il 
y a un groupe diamines. Les antheres ont des loges multilocellees, portees chacune par un embranchement, plus ou 
moins inegal et ecarte, du connectif. Ces loges sont circulaires et placees bout a bout comme dans les Hebradendron ; 
elles sont aussi en damier, ou paralleles ou diversement contournees. Fleurs femelles inconnues. Fruit G. Rheedii eott- 
ronne par un stigmate sessile, sillonne, glanduleux et contenant G loges monospermes. 

146. — G. Rheedii, Pierre, pi. 84. G. — Espece habitant la region de Sarawah, dans l'ile de Borneo (Beccari, n° 1510 et 2630). Les jeunes 
rameaux sont greles et allonges, tetragones ou presque ronds. Les feuilles (longues de 13 cent. 1/3 et larges de 6 cent.) sont elliptiques-oblommes, 
subitement acuminees etpourvues au sommet d'une pointe mince, obtuse et longue de 10-18 mm. Elles sont aigues a la base et decurrentes sur un 
petiole aussi long que la pointe. Elles sont peu epaisses, coriaces, a bord replie en dessous. Ses petites cotes, au nombre de 20-24, sont elevees en 
dessous et a peine prononcees en dessus. Ses fleurs males, seules connues, sont trfes petites et groupees, aux axes, au nombre de 3-5 Les pedicelles 
longs de 3-4 mm., epais de 3-4 mm., sont ombelies et greles. Les sepales exterieurs, longs et larges d'un millim. 1/2, sont orbiculaires concaves' 
carenes, coriaces et plus petits que ceux de la deuxieme serie. Ceux-ci (longs et larges de 2 mm. 1/2) sont presque conformes aux petales' membra- 
neux et nerves. Les petales, souvent au nombre de 5, sont orbiculaires, concaves, minces, nerves, a peine plus grands que les sepales interieurs On 
compte sur le receptacle 4-1 2 etamines environ. Chaque loge d'anthere est portee par un embranchement inegal du connectif. Le plus petit est surmonte 



— XXXV — 

(Tune loge discoide et partagee en 15 oil 18 petites logettes. Le plus grand en contient jusqu a 35, disposes sur un cote duconnectif en quatre rangees 
parallels. On dirait un p.- tit eventail. Ces deux loges donnent Tidee de deux etamines monadelphes et le nombre de ces organes, d'apres cette 
maniere de voir, serait alors de 8-2 i. II n'y a pas de rudiment de gynecee. Le fruit mar est one baie mesurant en hauteur et en diametre 6 mm. II 
ne contient a sa base aucune trace diamines ou de staminodes. Ses graines (solitaires par loge) sont au nombre de six. Elles sont longues de 
9 mm. I 1 et ont un diametre de 3 mm. Le tegument est celui des graines de la section Oxycarpus. Sa partie medians no fire pas le depot 
granuliforme el friable que Ton constate dans le Hebradendron. 

XXXVIII. GAMPILANTHERA 

Fleurs males, axillaires et fascicules. Sepales inegaux de Discostigma ou de menie dimension dans les deux series. 
Petales 0; ou bien, quand ils sont presents, a peu pres de meme grandeur que les sepales. Etamines tres nom- 
breuses, disposees sur l'une et l'autre face de faisceaux apposes aux petales. Antheres de Discostigma ou de Daeda- 
lanthera, distribuees en nombre variable sur les ramifications des faisceaux. Rudiment de gynecee de Discostigma. 
Fleurs femelles et fruits inconnus. 

147. _ G. apetala. Pierre, pi. 90. E.— Cette espece habite File de Borneo, vers Sarawak Beccari, n° 3614). Ses rameaux sont gris-jaunatres 
presque ronds et epais. Ses feuilles (longues de 21 cent. , Urges de 6 cent.) sont oblongues-lanceolees, terminees par une pointe obtuse (12 mm.) plus 
longue quele petiole (6-7 mm.). Elles sont epaisses, coriaces et munies de 60 petites cotes, separees par autant de fausses cotes, irregulieres ou 
tortueuses, unies pres de la marge, elevees et ascendantes. Ses fleurs sont assez petites et au nombre de deux. Leurs p6doncules sont longs de 3 mm. 
Les sepales des deux series sont orbiculaires, concaves, nerves, membraneux vers le bord et sont longs et larges de 3 mm. 1/2. Petales 0. Les eta- 
mines sont tres nombreuses. On en compte ordinairement de 4-5 au sommetdes nombreuses ramifications qui tapissent les quatre faisceaux qui 
entourent le rudiment de gynecee et qui sont alternes aux sepales. Les antheres sont presque sessiles. Leurs loges sont diversement contournees, 
soit rapprochees, soit distantes et munies de logettes comme dans les Daedalanthera. Le rudiment de gynecee est subtetragone, pedicule et dis- 
coide au sommet. 11 termine, au centre, un receptacle tres court ne depassant pas la hauteur d 'insertion des scales. 11 est libre et legerement glan- 
duleux. Fleurs femelles et fruit inconnus. 

148. — G. dives. Pierre, pi. 90. B.— Cette espece habite les lies Philippines (Cuming, n° 1659). Jeunes rameaux hMragones, bientot ronds. 
Feuilles (longues de 87 mm. avec un petiole de 6-7 mm., larges de 3 mm. 1/2) oblongues-lanceolees, ou obovees, aigues a la base, obtuses au som- 
met, epaisses, coriaces, munies de 20-24 petites cotes, fines, mais accentuees sur les deux faces. Fleurs males assez grosses, disposees en courtes 
grappes composees de cymes bipares. Leurs pedicelles sont longs de 5 mm. Les sepales sont oboves, concaves, minces, nerves et plus petits dans la 
premiere serie (2 mm. 1/2 sur 3 mm. 1/2) que dans la seconde (4 mm. 1/2 sur 6 mm. 1/2). Les pcMales, au nombre de 4, mais souvent de 4-6, sont 
counrs a la base des faisceaux comme dans le G. Terpnophyllum. lis sont oblongs, arrondis, concaves, minces, nerves, carenes en dedans et a la base 
et plus grands que les sepales. Les etamines sont tres nombreuses. On en compte 6-7 au sommet des nombreuses ramifications des faisceaux. Leurs 
antheres sont reniformes ou oblongues. Leurs loges sont parralleles et formees de quatre logettes placees bout a bout et par paire. Le rudiment de 
gyneoeo central est presque aussi long que les faisceaux. (Test une colonne tetragone terminee au sommet par un disque glanduleux, a peine convexe 
et r6fl6chi vers le bord. Fleur male et fruit inconnus. 

149. _ Q.. cuneifolia. Pierre, pi. 90 B.— Cette espece habite Borneo, vers Sarawah Beccari, n° 926). Rameaux telragones. Feuilles petites 
(longues de 42 mm., larges de 2 cent.), obovees, aigues a la base, epaisses, coriaces, sans cotes ni nervation et veination bien distinctes. Les fleurs males, 
tres petites, sontau nombre de 3-7, axillaires, portees par des pedicelles tres minces, longs de 3 mm. 1/2. Les sepales sont suborbiculaires, assez 
epais. moins larges dans la premiere serie que dans la seconde, mais de meme longueur (2 mm. sur 1 mm. 1/2). Les petales, en bo u ton, sont 
longs et larges d'un mm. 1/2, orbiculaires et membraneux. Les etamines sont tres nombreuses. Elles sont disposees au nombre de 6-7 au som- 
metdes ramifications de quatre faisceaux opposes aux petales. Leurs filets sont tres courts. Leurs antheres sont celles des Discostigma, mais, souvent 
aussi semblables a celles du G. dives, c'est-a-dire munies de quatre logettes, placees par paires, bout a bout. Le rudiment de gyn6c6e est aussi 
long (en boutonj, que les faisceaux. Son support est termine par un disque convexe de Discostigma. Fleurs et fruit inconnus. 

ADDITIONS ET CORRECTIONS 

Page I, ligne 42 e , a la place du mot Ripidinnnni/n-ra, mettez : Diafhlanthera. 

Page IV, apresle n° 14 ou G. dulcis, ajoutez : 14 a. G. long/ folia, Bl. — Habite la region de Salak, dans Tile de Java. Rameaux presque comprimes 
et anguleux. Les feuilles, longuement petiolees, sont oblongues, lanceolees. subaigues aux deux extremites. epaisses, coriaces, longues de 27 cent, 
(avec un petiole de 27-30 mm. }, larges de 83 mm. Leurs petites cotes, au nombre de 12 de chaque cote, sont espacees, ascendantes el elevees sur les 
deux faces. Les fausses cotes sont plus ou moins longues et les veines visibles. egalement sur les deux faces. Les fleurs femelles sont terminales et 
groupees au nombre de 5. Les pedoneules sunt longs de 2 cent. Les sepales. graduellement plus grands, sont orbiculaires. concaves, cilies et hauts 
de 5 mm. Lespetales ont 10 mm. de longueur. Us sont opposes aux etamines et cilies. Les lobes du disque. rumines et tronques, sont un peu plus 
courts que les faisceaux staminaux. Ceux-ci. au nombre de 5, portent de 1 a 5 etamines. Leurs antheres, obcordees et subreniformes, sont portees par 
un filet assez court. L'ovaire globuleux, lisse, deux fois plus eleve que le disque, est eouronne par cinq lobes stigmatiques presque sessiles. corres- 
pondant a autant de loges ovariennes uniovulees. Le fruit est terminal ou axillaire, globuleux etpenche. 

Je rattacheles echantillons de Blume, determines G.jacanenw, que j'avais compris comme synonymes deFespece precedente (Bl.Bijdr., p. 216) au 
G. longifolia L'espece est bien de la section Xauthochyinus, ainsi que l'avait dit Choisy. File est tres voisine du G. dulcis, mais peut s'en dislinguer. 
Blume dit que son nom vulgaire est Ja\voera, mais une espece de la section Kiras porte le meme nom, d'apres son propre herbier : c'est mon 
G. Jawocra. Je n'ai pas vu les echantillons de la plante male du G. longifolia. 

Dans l'herb. Blume a Leyde, il y a un rameau d'un jeune arbre, muni de petioles assez courts, provenanl de Salak. dont le nom indigene est 
matiijne h'tm-ang que je rapporte a\ec doule au G. longifolia. Elle peut etre une espece distincte dans la section Xauthoclu mus. 

Page IV, avant le n° 5, G.quadrifaria, mettez a la place de: « A. intloresc. term. ov. gland, et a 2 loges. » 

111 bis Comarocarpus. 

Inflorescence terminale dans les deux sexes. Fleurs de Xanthochymus. Ovaire recouvert de glandes presque semblables a celles de 1' Arbutus 
Unedo. 

Page V, effacez le iv 18 : G. macrophylla qui n'appartient pas a cette section. 

Page V, apres le n° 19 ; G. nervosa, ajoutez en note : 

Cette espece est bien de la section Xanthochymus. Elle est etiquetee a Utrecht. II. B. 652: Mangies Tietnbo. Elle est representee par deux 
feuilles. 



— XXXVI — 

Page V, apres le n° 19, G. nervosa Miq., ajoutez : 

19 Hi: G. Vriesiana. Pierre.— Habite File de Celebes. (Coll. de Yriese dans herb. Leyde.) Rameaux comprimes ou subtetragones, assez gros. 
Feuilles tres grandes, longues, avec un petiole de 30 mm., de 40-42 centim., larges de 14 cent., glabres. Les petites cotes, espacees de 1 a 3 cent., 
sont au nombre de 36 a 40. Elles sont legerement ascendantes et unies en une nervure marginale. On compte dans l'intervalle de chacune d'elles une 
a deux fausses cotes. Leurs veines, Ires espacees, obliques, sont visiblessur les deux faces. 

Cette espece n'est representee que par un petit rameau et quelques feuilles conformes a celles des Xanthochymus. 

Page V, apres n° 22 ; G. brevirostris Scheffer, ajoutez : 

22 a. — G. calophylla. Pierre.— Plante cultivee dans le jardin bot. de Buitenzorg a Java, sous le nom de G. acuminata, et etiquetee G. dioica 
dans l'lierb. de Leyde. Sa patrie doit etre Java. Rameaux adultes, ronds et grisatres. lis sont comprimes dans le jeune age. Les feuilles, longues de 
8 cent. 1/2 a 11 cent. 1/2, en comprenant un petiole de 5 mm. et une pointe obtuse de 10 mm., sont larges de 28 mm. a 31 mm. Elles sont ellip- 
tiques oblongues-subaigues a la base, munies d'un grand nombre de petites cotes espacees de 2 a 3 mm., comprenant 2-3 fausses petites cotes 
paralleles entre chacune d'elles, toutes egalement elevees sur les deux faces. Les fleurs du sexe femelle sont seules connues. Au nombre de 5 ou 
de 6, elles torment une grappe cymiforme longue de 18 mm., ramifiee pres de sa base axillaire. Les pedicelles sont longs de 5 a 7 millim. 
Les sepales exterieurs, bracteiformes, connes a la base, hauts de un mm., sont legerement acumines. Ceux de la seconde serie sont longs 
de 3 mm. 1/2, orbiculaires, concaves, un peu plus epais que les petales dont ils ne different ni par la forme, ni par les dimensions. 11 n'y a pas de 
staminodes. L'ovaire biloculaire, obconique ou retreci a sa base, est haut de 2 mm. Son stigmate convexe, rougeatre,le recouvre a moitie et a un 
diametre de 2 mm. Le fruit est spherique ou presque globuleux. II a 25 mm. de hauteur et un diametre de 18 a 20 mm. Les graines, solitaires ou au 
nombre de deux, sont planes du cote du hile et convexes en dehors. Elles ont 18 millim. sur 8 millim. ou. 15 mm., suivant que le diametre est pris 
duhile a la partie dorsale ou transversalement. Elles ont en effet plus de largeur que d'epaisseur. Elles sont envelopp6es par un pericarpe tres mince. 
Le tegument et l'embryon sont exactement ceux de cette section. Cette espece se rapproche beaucoup du G. brevirostris, particulierement 
par son inflorescence et la forme de son ovaire. Cependant ses feuilles ont une nervation caracteristique et sont plus grandes. II n'y a pas de staminode 
a la base de l'ovaire. 

Page V, apres le n° 22 a G. calophylla Pierre, ajouter : 

22 b. — G-. Salakensis. Pierre. — Cette espece habite lesmontagnes de Salak, a Java, et porte dans l'herb. de Blume a Leyde, de la main de 
Blume, le n° 2142 etle nom de G. dioica. Ses jeunes rameaux sont tetragones et bruns. Ses feuilles, longues de 7 cent, a 9 cent, larges de 2 cent. 1/2 
a 3 cent. 1/2, cuneiformes et decurrentes sur un petiole canalicuie, de 8 a 12 mm., sont termin6es par une pointe obtuse, souvent oblique et longue 
de 7 a 10 mm. Les petites cotes sont ascendantes, unies tout pres de la marge, au nombre de 24 environ, comprenant, dans l'intervalle de chacune 
d'elles, 1-2 fausses cotes. Elles sont toutes peu elevens sur les deux faces et souvent indislinctes. Les fruits sont ovales, longs de 30 a 35 mm. avec 
un diam. de 20 mm. lis ont un p6doncule de 6 a 7 mm. Leurs graines, souvent solitaires, ont une forme ellipsoide, quelque peu differente de celles 
de cette section. Elles ont 30 mm. delong. sur 20 mm. Les fleurs de cette espece sont inconnues. 

Page VII, apres le n° 29, G. Binnendijkii, ajoutez : 

29 a. — G. Boerlagii. Pierre. — Cette espece doit habiter Java, dans les montagnes de Salak, car elle se trouve dans l'herb. Blume, a Leyde, sur 
la meme feuille d'herbier que sonG. dioica, provenant dela meme montagne. Ses rameaux grisatres sont tetragones. Ses feuilles,longuesde9cent.l/2, 
larges de 3 cent., sont decurrentes sur un petiole canalicuie long de 3-4 mm. Elles sont oblongues, lanc6ol£es et termin6es par une pointe obtuse 
assez longue. Leurs petites cotes, au nombre de 28 a 30, sont assez espacees et atteignent la marge. Deux ou trois fausses cotes paralleles courent 
dans l'intervalle de chacune d'elles. Ces feuilles sont noiratres apres dessiccation. Dans l'axe de chacune d'elles, ily a une petite cyme formee de 
1 a 4 fleurs femelles. Les pedicelles, tetragones, sont longs de 4-6 mm. et ont a leur base deux bractees naviculaires aigues. Les sepales exterieurs, 
longs de 2mm. et larges a la base de 2 mm. 1/4, sont ovales-acumines. Les autres sepales et les petales etaient tombes. En face de la position oc- 
cup6e par cliaciui des petales, au pied du gynecee, on observe 4 faisceaux de staminodes tres courts. Quelques-uns de ces staminodes sont plus 
longs que les autres. L'ovaire, obconique, haut de 3 mm. 1/2, recouvert en partie par un stigmate tres epais, dont le diam. est de 4-5 mm., contient 
deux logesuniovuiees. Comme dans les especes de cette section, lesloges ovariennes sont situees presque sous le stigmate. 

Cette espece, par la consistance des feuilles, se rapproche de la prec6dente et du G. Treubii. Elle est remarquable par ses sepales acumi- 
nes et caduques et par la forme de ses bractees. 

Page VII, apres 32, G. Balansse, placez : 

32 a. — G. vitiensisSeem. Fl. Vitiensis,p. 10-11 . Discostigmavitiense A. Gray Bot. Wilkes, p. 216, /. 16, /fy. A. — Habite File Viti, pres d'O- 
valau,al500 pieds d'altitude. Feuilles oblonges ou oblongues-lanceolees, acuminees aux deux extremites, coriaces, presque privees de nervation. 
Les fleurs femelles sont axillaires au nombre de 1-2. Leurs pedicelles sont bibracteoiees. L'ovaire biloculaire est couronne par un stigmate dis- 
co'ide. 

Je n'ai vu aucun echantillon de cette espece, paraissant voisine du G. Balansae. 

Page VIII, apres n° 38, G. Keenania, placez : 

IV bis Macrostigma. 

Inflorescence terminale et cymiforme. Bractees opposees connees et formant cupule a la base des sepales. Ceux-ci, subreniformes, moins longs que 
larges et subreniformes dans la premiere serie, sont plus grands et orbiculaires dans la seconde. Petales? Etamines uniseriees sur un court anneau 
hypogyne. Ovaire biloculaire couronne par un large stigmate, legerement accrescent sur le fruit. Radicule munie d'une cavite centrale et longitudi- 
nale. Fleurs males i 



38 a. — G. latissima Miq. Aun. Mus. Lugd. I, p. 209.— Habite les iles d'Halmaheira et de Celebes, Teysmann et de Vriese. Herb. Leyde 
et Utrecht. Rameaux Ires gros, un peu comprimes avant l'etat adulte. Feuilles de 30 cent, avec un petiole de 2 cent. 1/2, larges de 16 cent., epaisses, 
coriaces, munies de cent petites cotes environ paralleles et d'autaut de fausses cotes, courant jusqu'a la marge, egalement proeminentes sur les deux 
faces. Les fleurs sont au nombre de trois et presque sessiles. Deux bractees sGpaloiides, unies bout a bout et formant cupule, longues de 10 mm., 
hautes de 7 mm., sont adossees aux sepales exterieurs, dont la hauteur est de 4-7 mm. et la largeur de 15-16 mm. Les deux autres pieces interieures 
que je considere comme les sepales dela deuxieme serie, sont orbiculaires, concaves et moins epaisses. Ils ont en longueur et en largeur 14 mm. 
Petales? Dans une seule fleur, sur trois examinees, j'ai vu les restes d'un anneau hypogine, portant quelques staminodes uniseries et paraissant etre 
entier e'est-a-dire n etre pas partage au sommet, en faisceaux. L'ovaire, hemispherique, est recouvert presque completement par un stigmate convexe, 
tres epais, mousse et devenant a l'etat fructifere notablement plus gros. II contient deux loges uniovuiees situees presque a la naissance du 
stigmate. Le fruit (4-6 cent, sur chaque face) est lisse, presque rond,couronne parle stigmate tres proeminent et contient ordinairementune seule grosse 
graine (20 mm. de haut. et de diam.) ronde. Le pericarpe est charnu et epais d'un cent. Le tegument est mince et fibreux. La radicule charnue a une 
cavite centrale et longiludinale. 

Le sue de cet arbre est blanc, d' apres les restes durcis et agglutines qu'on voit sur les rameaux. Le pericarpe et l'embryon en contiennent aussi, 
mais de couleur noiratre et de consistance huileuse, quand on le fait bouillir. Sa masse se ramollit quand elle est soumise al'eau bouillante ; elle a la 
consistance de la gutta a l'etat froid. Elle bride avec un leger petillement et repand une odeur non desagreable. L'industrie trouvera certainement 
l'emploi de cette gomme-resine. 

Je n'ai pu constater la presence des petales, ni meme trouver une cicatrice indiquant leur existence dans la fleur plus jeune. Dans les fleurs exami- 
nees, l'ovaire avait deja deux fois la hauteur des sepales. La conformation des deux pieces exterieures decrites plus haut comme des bractees est 




J. Storck &. L .Hucjon, LitP. 



ID_GARCINIA PancWi , Pierre . 
E , ScWWgliaiia , Pierre 
7 — , parvifolia ^ Miq. 



Bar ben . Oliv. 




L Pierre 8c E. Delpy del. 



J.Storck & L.Hugon.Lith. 



A GARCINLA balica.Miq;. | E GARCINIA apetala, Pierre. 

B , cutieifolia, Pierre. F , copallinayieill 

C , dive s , Pierr e . &: „ » dado stigma , Pierr e . 

T) „ Travaneorica,Bedd. II 



— XXXVII — 

exactement celle des deux sepales exterieurs dans la section Discostigma. Je me demande done, ainsi que l'observe Miquel, s'il ne faut pas considerer 
les quatre pieces exterieures comme des sepales et les deux interieures comme des petales. Dans cette hypothese, cette section serait bien caracteris- 
tique. 

Page XI, apres le n° 46 : G. malaccensis Hook, ajoutez : 

46 a.— G. penangiana- Pierre. Wall. Cat. 4852. D. Penang (Porter). — Jeunes rameaux subtetragones on anguleux. Feuilles longues de 
21 cent, (avec un petiole d'un cent, etune pointe de 1 a 2 cent., larges de 6 a 7 cent.) oblongues, lanc<5ol6es, subaigues aux deux extremes, coriaces, 
brillantes en dessus, munies de 120 petites cotes environ et d'autant de fausses cotes, les premieres unies tout pr&sdubord,toutes egalement elevees 
sur les deux faces, 16gerement ascendantes et subparalleles. Les lleurs males, seules connues, sont, au nombre de 8 a 9, terminales. Leurspedon- 
cules ont de 12-14 mm. de longueur el sunt assez greles. Limits sepales exterieurs sont en bouton, plus grands queceux de la deuxieme serie et plus 
minces. lis ont 9 a 12 mm. en hauteur et en largeur. lis sont, dans les deux series, orbiculaires-concaves et coriaces. Les petales sont tres epais et, 
dans le bouton, paraissent devoir elre plus grands que les sepales. Le receptacle a un pied tres court et tetragone. II s'etale bientot en une masse peu 
convexe, a peine tetragone et legerement concave au centre. 11 est entierement reconvert par 3-4 rangces d'etamines sessiles, recourbees en 
dehors. Les antheres sont a deux loges introrses et terminees par un connectif, obtus, epais et pen proemineut. Au centre, il n'y a aucun rudiment 
de gyn6cee. 

Cette espece, evidemment de la memo section que la pr^cedente, si Ton considere la forme de ses antheres, s'en distinguera facilement par 1' ab- 
sence de rudiment de gynecee el par la forme de son receptacle, ' presqne aplali. Cost sans doule a celle espece que fait allusion, M.J. Hooker, en 
note (Flor. Brit. fad. I, 260), sous le G. cornea. 

46 b.— G. diospyrifolia. Pierre— Habile Tile de Borneo vers Sakoembang. (Coll. Korthalsinherb.Mus. Lugd.) Rameaux anguleux ou presque 
arrondis. Feuilles longues de 11 a 16 cent, avec un petiole de 5-6 mm. et une pointe, tongue de 15-20 mm., large de 4 mm. 1/2 a 6 mm., elliptiques- 
oldoiigues, subaigues a la base, subilement terminees par une pointe assez aigue, coriaces, brillantes en dessus, rougeatres en dessous et munies 
d'un nombre considerable de petites cotes Ires lines el souvenl pen distinctes. Flours inconuues. Le fruit ovale et spherique est haut de 43 mm. 
avec un diametre d'environ 35 mm. 11 est terminal, sessile, entoure a sa base par 4 sepales oboves et couronne par un stigmale sessile, l6gerement 
convexe, entier et dont le diametre est de 7 mm. 

Je place cette espkee dans cette section sans grand fondement, ne me basant que sur les organes de vegetation, offrant beaucoup de rap- 
ports avec l'espece suivante. 

46. — G. lucens. Pierre. — Habile File de Borneo. (Coll. Korlhals in herb. Lugd.) Cet espece estplaceeen haut d'une feuille d'herbier, dont la 
base est occup6e par une plante de la sect. Rhinosligma, probablcmenl le (i. lamponga de Miquel, mais doul la determination est: G. Cambod- 
gia. L'etiquelte de Korlhals porte : G. Lamperi, mot que je ne puis conserver, ne sachant a laquelle des deux plantes mentionn6es elle se rap- 
porte. — Rameaux anguleux el eoniprimes. Feuilles longues de 11 a 14 cent, (avec un petiole de 1 cent, et une pointe de 5 a 10 mm.), larges 
de 3 cent. 1/2 a 4 cent., oblongues-lanceolees ou elliptiqiies-oblongues, arrondies ou subaigues a la base, acumine'es et obtuses, epaisses, coriaces, 
brillantes en dessus ou vernissees. opaques ou rougeatres en dessous, munies de 40 petites cotes environ, paralleles, unies en une nervure margi- 
nal, tres fines mais distinctes et comprenant 2-3 fausses coles dans l'intervalle de chacune d'elles. Les fleurs males, seules connues, sont termi- 
nales etau nombre de 10 a 14. Leurs pedoncules, longs de 10 a 27 mm., sont greles et dresses. Les sepales exterieurs ont 4 mm. 1/2 a 6 mm. delong. 
et5mm. 1/2 delarg., presque orbiculaires, "concaves, multinerves, et un peu plus grands que ceux de la serie interieure. Les petales, 6 mm. 1/2 
sur 5 mm. 1/4, sont Ires epais, concaves, epaissis a leur base. Le receptacle, haut de 3 mm. 1/2 avec un diametre a la base de 2 mm. 1/2, pyra- 
midal, recouvert de 4-5 series d'elamines, concave au sommet et term i 116 par un rudiment de gynecee a pied tres gros, court, supportant un 
stigmate convexe et ondule sur les bords. Les filets, larges, epais sont tres courts. lis se terminent au sommet par un connectif courbe en 
dehors et arrondi. Les loges des antheres introrses et paralleles, sont courbees en dehors. 

Cette esp&ce, exterieurement, offre beaucoup de rapports avec le G. rigida Miq., qu'il ne m'a pas ete possible d'analyser. Elle est representee 
dans l'hcrb. d' Utrecht et habile Priaman, cote occid. de Sumatra. 

Page XI, a la suite du n° 48, G. Mangostana. L. (Voir pi. 24. ) ajoutez : 

L'ovaire quenous avons decrit, pourvu ordinairement de cinq loges, en contient certainement 6-7 et 8. Ce nombre se rencontre assez souvent dans 
la plante cultivee a Java. 

Page XII, aprksle n° 50, G. Riedcliana Pierre, ajoutez en note: 

J'ai vu, dans 1'herb. Leyde, une plante de la coll. Forsten, r6colt6e pres de Gerontolo, Celebes, pouvant bien etrele sexe male duG. Riedelianaet 
dont voici les caracteres : 

Rameaux quadrangulaires et anguleux. Comprimes dans les jeunes rameaux. Feuilles longues de 10-22 cent, (petiole 10 mm. et pointe de 7 mm.), 
larges de 2 cent. 7mm. a 9 cent., arrondies ou subaigues a la base, ovaies-oblongues ou elliptiques-oblongues, lanceolees, subaigues au sommet, 
epaisses, tres coriaces, munies de 36 a 50 petites cotes, comprenant dans leur intervalle 3 a 6 fausses cotes droitesou tordues, les unes aussi longues, 
les autres plus courtes, egalement elevens sur les deux faces. Les fleurs males sont terminales etnaissent au nombre de 12 environ sur un bourgeon 
court cttuinefie-. Les pedoncules sont longs de 12 mm. Les sepales de la premiere serie, longs et larges de 8 mm., ceux de la deuxieme longs et larges 
de 10 mm., sont tous orbiculaires, concaves, multinerv6s et coriaces. Les petales, dans le bouton avance, ont 9 mm. en hauteur et en largeur, ils sont 
tres epais et tres coriaces dans le bouton. Le receptacle, peu eleve, charnu, forme une coupe, privee au centre tie rudiment de gynecee et a peine par- 
tagee en face des sepales en 4 courts faisceaux, portant, en dehors et en dedans, sur chacun d'eux, 20-25 etamines sessiles. Les antheres a 2 loges in- 
trorses, recourbees au sommet, sont celles de cette section. J'ai tout lieu de croire que e'est le sexe male du G. Riedeliana. Cependant n'ayant pas, 
sous les yeux, d'ediantillon pour comparer la plante de Riedel a celle de Forten, si elles etaient differentes, la seconde deviendrait le G. Fors- 
teniana, nom deja inscrit dans l'herbier de Leyde. 

Page XII, apres le n° 53, G. Schefferi, ajoutez : 

53. — G. Krawang. Pierre. ■- HaWte Me de Borneo vers le fleuve Krawang. (Korthals)n 1313a., Rameaux tetragones et anguleux. Feuilles 
longues de 19 a 21 cent, (petiole de 12-15 mm. et pointe obtuse longue de 5 mm.), larges de 6 cent, a 10 cent. 1/2, ovaies-oblongues, peu epaisses, 
legerement coriaces, aigues ou arrondies a la base, acuminees oulanceolees. Leurs petites coles, au nombre de 16 a 22, sont ascendantes, finement 
dessinees sur les deux faces, peu proeminentes, sont espacees de 5 a 7 mm., comprennent dans rintervalle de chacune d'elles 1 et 2 fausses cotes, 
paralleles et souvent aussi longues. Les fleurs males, seules connues, sont terminales et groupees au nombre de 4-5. Leurs pedoncules, assez greles, 
sonl longs de 1 1 mm. Les sepales, a peupres d'egale dimension elde forme, ont 9 mm. sur 9 mm. lis sont orbiculaires, concaves et coriaces dans les 
deux series. Les petales (10 mm.de long sur 7 mm.) sont cuneiformes et tres epais a la base, oboves et membraneuxdans la partie superieure. Le recep- 
tacle peu eleve se partage sur les cotes, a 1 millimetre au-dessus du plan d insertion des petales en quatre faisceaux sfaminaux opposes aux sepales. 
Au centre, il se prolonge en un rudiment de gynecee de meme hauteur (2 mm.) que les faisceaux dont le pied est tetragone et dont le sommet est 
un disque legeremeut bombe, subquadrangulaire et glanduleux. On compte sur chaque faisceau 30-35 etamines conformees comme celles de cette 
section. Les fleurs femelles et le fruit sonti 



Page XV, apres G. fabrilis Miq. n° 6 1 , ajoutez : 

G. Jawoera, Pierre.— G. cornea L. ex Bl. Bijdr.,p.3i*;Mig.FlInd.Bat. i . 50 b.— Habile File de Java, vers Tandjoor, ou il est connu sous 
le nom de Jawoera on Djatvora. Ses jeunes rameaux sont gros, tetragones et anguleux. Ses feuilles, longues de 9 cent. 1 /2 a 19 cent, (petiole long 
de 10 a 15 mm. et pointe subaigue ou obtuse, longue de 5 a 13 mm.), larges de 3 cent. 1/2 a 7 cent., sont oblongues-lanceolees ou elliptiques-oblon- 
gues, obtuses ou subaigues a la base, assez epaisses et coriaces, brillantes en dessus, rougeatres ou opaques en dessous, apres dessiccation. Elles sont 
parcourues par 36-42 petites cotes ascendantes et le plus souvent plus elev6es en dessus qu'en dessous. On compte 1 ou 2 fausses cotes paralleles 



— XXXVIII — 

entre chacune d'elles. Les Hours males sont au nombre de 3 et terminates. Elles naissent entre 2 bractees tres aigues et foliacfes. Leurs 
pedoncules sont longs de 5 a 7 mm. Leurs sepales exterieurs (9 mm. sur 9 a 10 mm.) sont orbiculaires, concaves, conaces, amincis sur es or s 
et un peu plus grands que ceux de la deuxieme serie qui ont 8 mm. de longueur sur 5 mm. 1/2 de largeur. Les petales sont obov6s concaves 
connes au receptacle, et ont dans le boulon 9 mm. sur 6 mm. Le receptacle est charnu et eleve. II se divise au-dessus de la base, a la nau eur 
son union avec les petales, en quatre faisceaux bien distincts garnis diamines (7-8 rangees) sessiles sur les deux faces. A sou sommet central au 
niveau de la naissance des faisceaux staminaux, il porte un rudiment de gynecee tetragone et etal6 en un disque, 16gerement bombe, de nature 
stigmatique et tronque sur les cotes. Les faisceaux qui Fenvi-onnent sont opposes aux petales et a p eine plus eleven Les antheres introrses recour- 
bees en dehors sont celles de cette section. Les fleurs femelles sont inconnues. Le fruit, solitaire, terminal, a un pMoncule long de o a 6 mm. Jeune, 
il est suboblong et contient 8 loges. Quand il est mur, il a une hauteur de 25 mm., en comprenant un prolongement stylaire haut de 5 mm. et Incre- 
ment concave. Son diametre est de 35 mm. 11 est lisse et son pericarpe a une epaisseur de moins de 2 millimetres. Ses graines (5-8) sont celles de 
cette section ; elles sont longues de 16 mm. et leur diametre, du hile a la face dorsale, est de 10 mm. 

Dans Fherbier de Blume, cette espece porte les noms de G. Jawoera et de G. cornea. (Test ce dernier nom qui a ete adopts pour sa description et 
sous lequel elle est cultivee dans le jardin botanique de Buitenzorg. Par son inflorescence, le G. Jawoera a quelque rapport avec le G. cornea, mais s en 
distingue bien par la dimension de ses feuilles bien moins grandes, par la pointe qui les termine, par ses faisceaux stammaux opposes aux petales, 
par un fruit dont le prolongement stylaire est cylindrique, tronque, concave au centre et non discoide au sommet. Sesaffimtes sont evidemment avec 
le G. celebica. Cependant les dimensions des feuilles du G. celebica sont plus considerables, sont fruit est suboblong et Rumphius decrit son prolom 
gement stylaire plus renfle au sommet qua la base. Par son rudiment de gynecee obconique, il n'est pas possible de le confondre avec le G. fabrilis 
en ne se tenant qu'a ce seul caractere. Elle differe, il n'est pas nScessaire de dire pourquoi, completement du G. corna ex Roxb. 

Page XY1, sous le n° 67. G. rigida, Miq., ajoutez : 

J'ai vu cet echantilion a Utrecht. Par la forme de ses feuilles et leur nervation, par son stigmate discoide, entier et sessile, je pense que cette 
esp ece a plus de rapport avec la section Gonocentrum qu'avec toute autre. 

Page XVI, n. 68, effacezG. oxyedra Miq. dont la place est dans la section Rhinostigma. 

Page XVI, n° 69, effacez G. longifoliaBl. dont la place est parmi les Xanthochymus. 

Page XVI, n° 70, effacez le G. latissima formant, apres les Discostigma, une section sp6ciale, nominee Macrostigma. 

Page XXIII, le n° 91. G. dio'ica Bl. fait partie de la section Oxycarpus. 

Page XXIV, apres le n° 94, G. Planchonii. Ajoutez : 

94. - G. macrophylla Miq. Ann. Mus. Lugd., 1, p. 208 ; — Rhinostigma macrophylla Miq. Fl. Ind. Batav. Supplem. 1 ; p. 495. 
— Croit pres de Mangala dans la prov. de Lampong, dans File de Sumatra. Elle y est connue sous le nom de Selapan , nom d'ailleurs, la, commun a beau- 
coup de Garcinia. Rameaux ronds et comprint dansle jeune age. Feuilles longues de 33-38 cent. 1/2, larges de 15-19 cent., subaigues ou obtuses a 
la base, courtement acumin6es et obtuses au sommet. Elles sont ovales, elliptiques etiegerement coriaces. Leurs petites cotes sont, au nombre de 
40, tres espac£es, legerement ascendantes et acceatuees, de meme que les fausses cotes paralleles, courant dans Fintervalle de chacune d'elles. Les 
fleurs hermaphrodites soat au nombre de 2-3, groupees sur des protuberances axiQaires. Leurs pedoncules sont longs et larges de 5 mm. Les se- 
pales, plus petits dans la serie exterieure et plus larges que longs, ont 7 mm. 1/2 a 8 mm. sur 6 mm. Dans la serie interieure, ils sont amincis 
sur le bord, ont 5 mm. de haut. et 8-9 mm. de larg. lis sont suborbical aires, concaves, tres epais ou charnus, parcourus de veines colorees et 
sont carets dorsalement surtout dans la premiere serie. Les petales ovales-elliptiques ont dans le bouton 7 mm. de haut. sur 6 mm. de larg. lis sont 
tres charnus, concaves et paraissent etre rouges. Au pied du gyn6c6e, on compte 4-6 etamiues, disposers en 4 petits faisceaux opposed aux sepales 
etau sommet d'un aaneau hypogyne. Ges examines sont solitaires, le plus souvent en face de chaque s6pale, mais on en rencontre aussi 2-3 sur les 
faisceaux opposes aux sepales exterieurs. Leurs aaiheres oat deux loges biloculatres et introrses. L ovaire parait legerement sillonne. II contient 
1 1 lo^es uniovuiees. II est recouvert, en partie, par un stigmate h6mispherique, epais, decoupe" en 1 1 petits lobes bifides au sommet. Sa surface stig- 
matique est recouverte de glandes espacees, assez elev^es et colorees. Les fleurs males etle fruit sont inconnus. 

C'est certainement par erreur que Miquel accorde 5 sepales a cette espece et 4 loges ovariennes. La description pnkedente est faite d'apres 1'6- 
chantillon type del'espece, conserve a Utrecht. 

Page XXVI, apres len° 102, G. Sizygiifolia, ajoutez : 

Cette espece pourrait etre le G. oxyphylla Miq. quant a l'ech. del'herb. d'Utrecht, de la collection Diepenhorst (H. B. n° 2508) provenant de la cote 
occid. de Sumatra, vers Priaman. Elle est certainement representee a Leyde, par un ech. de Korthals, provenant de Borneo. Mais je crois que l'ech. 
provenant d' Ambon (H. B., n° 5154, B.) dont Miquel (Aim. Mus. Lugd. 1. 208) fait une varied (obtusata) du G. oxyedra, devra former une espece dis- 
tincte. Un 6ch, exactement semblable a celui d 'Ambon se trouve a Leyde, dans l'herb. Blume, et provient de la Nouvelle-Guin6e. J'ai rejete le nom 
oxyphylla Miq. parce qu'il fait double emploi avec une espece de la section Brindonia, de MM. Planchon et Triana. Tous ces echantillons sont privet 
de fleurs et de fruits. 

A la page XXVI et XXVII, il faut subslituer a la description du n° 105, G. baucana, la suivante : 

105.— G. baucana. Miq. FL Ind. Batav. supplem., l,p. 192 et 194; —Ann. Mus. Lugd., 1, p. 208 ;— Anderson in flor. Brit. Ind., 1, 263; — 
G. lamponga Miq. Ann . Mus. Lugd. , 1 , 208 ; G. oxyedra, necnon G. onjphylla ;— G. Hookeri Pierre supra, p. XXV II ;— G. leucandra Pierre, ibidem, 
p. XXVII.— Habite Sumatra, Bangka et Borneo. Jeunes rameaux arrondis, oucomprimes ou subtetragones. Feuilles ovales-elliptiques ou elliptiques- 
oblongues, obtuses ou cuneiformes a la base, longuement petiolees, longues de 11 cent. a20ceut., larges de 4a 9 cent. 1/2, acumin^es, terminus 
par une pointe courle et obtuse ou obovees, munies de 40 a 100 petites cotes et fausses cotes aussi elevees les unes que les autres sur les deux faces 
ou plus elevees a la surface sup6rieure qu'en dessous. Les fleurs males, au nombre de 3-10 et davantage, sont groupees de meme que celles des 
femelles, mais non sur le meme arbre, au sommet de nodosites axiliaires et ecailieuses. Les pedoncules des fleurs males sont longs de 6 mm. et 
assez greles. Les sepales exterieurs (longs de 2 mm. 1/2 a 3 mm. 1/2 sur 4 mm.) sont plus larges que longs, suborbiculaires, concaves et plus grands 
que ceux de la deuxieme serie dont les dimensions sont 2 mm. 1/2 a 3 mm 1/2 en hauteur et en largeur. Les petales, 3 mm. a 5 mm. 1/2 de hau- 
teur sur 1 a 3 mm. de largeur, sont eltiptiques-oblongs, epais, arrondis au sommet et plus eleven que les sepales. Au centre de la fleur, le receptacle 
se prolonge en un corps subtelragone a peine nu a la base, subpyramidal et recouvert de 40 a 60 etamines, recourbees en dehors et formant 5 a 6 se- 
ries. Les antheres sont orbiculaires a 2 loges laterales, nacrees ou blanches. Les filets sont larges et 6pais, aussi longs que les antheres. Le rudiment 
de gynecee est _ present (G. bomeensis, pi. 81 G.) ou manque le plus souvent. Les fleurs femelles sont solitaires? courtement pMonculees, axiliaires 
etont un p^doncule loug et epais de 2 mm. On observe a la base du gynecee de 6 a 10 etamines solitaires ou groupies au nombre de 2-3. L' ovaire est 
sessile, globuleux, legerement sillonne et contient 8 a 12 loges, certainement 11 loges. Son stigmate est h6mispherique, sessile, recouvert de glandes 
arrondies, assez larges et mousses. Le fruit, haut de 32 mm. sur 28 mm., est ovale, rugueux et contient un nombre variable de graines. Ce nombre est 
souvent dehuit. Celles-ci sont longues de 2 cent, et 'arges de 7 mm., et assez aplaties. 

Cette espece s'appelle a Baugka , gloegoes Klabang ; a Sumatra (Lampongs) selapan du meme nom que le G. macrophylla et vers Sibogas, Katosrie. 
Elle affecte des formes bien diverses etles materiaux insuifisants denos herbiers n'ont pas permis, plus tot, de les ramener toutes aune espece unique. 
J'ai adopte le mot G. baucana, de preference a ceux de G. oxyedra, G. lamponga, etc., parce qu'il est deja cite dans la fl. de British India. Quand on 
sera en possession d'echantillons plus nombreux, il sera possible de partager cette espece en varietes. La forme G. Klabang. G. leucandra, pourrait 
meme etre une espece distincte. Dans le G. bomeensis les feuilles sont bien plus grandes et il ne me parait pas que l'ovaire contienne plus de 8 loges. 
Celles-ci sont. quand l'ovaire aetecomprime, ties dit'liciles a compter. Sa fleur est aussi munie d'un rudiment de gynec6e. Pour consulter ces formes, 
voyezpl. 8, C. D. G.etpl.88 A.et B: 



— XXXIX — 

Pa»e XXVII sous tan" 109. G. sessilis, ajoutez : 

Seeman dl r'it un ovaire muni de ciuq loges el an stigmata 5-loM. Cetie espece serai, identique an CI,™ ,e,»h, de Fonten, don un .piemen 

cetta e'sJLe Seemanu doune aussi, pour pntrie a cette espece, la Nouvelle-Caledonie e, les ties Tonga,, C est un petal arbre don, les dears semen. 
employees comme ornement, par les indigenes. 

Page XXVII, apres le n° 109, G. sessilis, Seemann, ajoutez: 

r'yvtaerma Pierre. - Habile File Celebes. Forsten, 1841 , de Vriese, 1869-61 , in herb. Lngdnn. Batav. Rameaux arrondis, verdatres, assez 
alio,,** Lilies .longues de 17 cent. 1 /2, large, de 4 cent. 1/2.) oblongues, lanceolees aux deux extremites, aigues a la base, obtuses au sommet, 
pen epaisses et coriaces, contenant 30-32 petites cotes ascendantes, espies, fines mais elevees snr les deux faces. Les flours males sont petites, 
gronies an nombre de 3-5 on davantage anx axes tumefies. Les pedoncnles sont tres conrts et epa.s. Deux brae tees sont a leur base. Les sepal 
presque d'e-ale longeur (2-3 mm. delong sur 2 mm. 1/4), sont orbiculaires on ovales, concaves, amincis vers le bord. Les petales (3 mm. sur 
3 mm 1/4 de largeur) sont retrecis a la base, arrondis on obtus au sommet et unis a la base du receptacle . Celui-ci est tetragone, pen eleve et porte 
3 on 4 etamines opposees chacune a un sepale. 11 n'y a pas de rudiment de gynecee. Les filets sont larges et tres courts Les antheres son oblongues, 
elliptiaues et out deux loges laterales ascendantes d'oxycarpus. Le connectif, large, est emargine an sommet. Fleurs femelles inconnues. Le fruit (coll. de 
Vriese est globuleux on ovale et sillonne. Son pedoncule est long de 2 mm. II porte a la base 4 sepales, dont 2 plus grands dans la sene exterieure. 
11 contient 4 et 5 loges monospermes. Gelles-ci presque de la longueur du fruit (23 mm. sur 27 mm.), out 19 mm. de hauteur sur 9 mm., du hile a 
la face dorsale. Le perisperme est mince ; le tegument des graines est epais de 2-3 mm. et ligneux. L'embryon est plein et charnu. 

Page XXX, apres le n° 125, G. nigricans, ajoutez : 

124 a.-Gr minahassensis. Pierre. - Habite la province de Minahassa, dans File Celebes. Forsten (1849, dans Fherb. de Leyde). Rameaux a 
peine telragones. Feuilles (longues de 8 cent, a 14 cent. 1/2, larges de 27 mm. a 53 mm.) oblongues-lanceolees, acumin6es, subaigues on aignes 
aux deux extr6mit6s, pen epaisses, coriaces, munies de 32 a 36 petites cotes, fines mais visibles egalement sur les deux faces. Les fleurs males, seules 
connues, sont groupees sur des nodosites axillaires, au nombre de 5-9 et sont sessiles.Les sepales exterieurs, longs et larges de 2 mm., sont orbiculai- 
res, concaves et sub6margin6s; ils sont un pen plus petits que ceux de la seconde serie. Les petales longsde 3 mm. 1/2 et larges de 2 mm., sont oboves, 
concaves, coriaces, pedicules on retrecis a la base et plus eleves que les sepales. Le receptacle est tetragone, arrondi au sommet, recouvert entiere- 
ment par 14-15 etamines sessiles. Les antheres quadrangulaires ont quatre logettes bien distinctes. 11 n'y a pas de rudiment de gynecee. 

P. XXX, apres le n° 127, G. parvifoliaMiq., ajoutez : 

127 Bis. — G. Korthalsii. Pierre. — Habite Borneo. Coll. Korthals dans Fherb. de Leyde. Fruit conserve dansl'alcool. Un rameau de la plante 
male fait partie de Fherbier et est determine G. dioica. Bl. Feuilles longues de 6 cent. 1/2 a 13 cent., larges de 2-4 cent., tres aigues a la base, decur- 
rentes souvent jusqu'a la base du petiole, lanceolees, ovales-oblongues, munies au sommet d'une pointe longue de 5-1 mm. Files son! munies de 
14 a 18 petites cotes, arrondies vers la marge, tres espacees et distinctes sur les deux faces. Les fleurs males sont terminates et axillaires ? Elles sont 
trfcs petites et groupees au nombre de 3-6. Les pedoncnles ont 5-6 mm. 1/2 de longueur. Les sepales exterieurs (3 mm. sur 2 mm. 1/2), legerement 
carenes vers la base dorsale, sont arrondis, concaves, amincis vers le bord etunpeu plus petits que ceux de la deuxifeme serie. Les p6tales (3 mm. 1/2 
sur 2 mm. 1/4), deja plus grands avant Fanthese que les sepales, sont tres epais, concaves et oboves. Le receptacle peu eleve., tetragone et nu a la 
base, conneaux petales, s'arronditau sommet et porte 24 etamines sessiles, sans trace de rudiment de gynecee. Les antheres sont quadrangulaires et 
munies de 4 loges d'Oxycarpus tres ecartees. Fleurs femelles inconnues. Le fruit est porte par un pedoncule long de 1 a 2 mm. et terminal. 11 est ovale 
et mesure 2 cent, a 2 cent. 1/2 de diam. sur 3 cent, de hauteur. II est lisse et contient 8 loges dont six fertiles et monospermes. 

Pages XXX et XXXI, les especes G. dadostigma et G. trechostigma doivent etre tenues pour des formes du G. dioica. Apres le n° 127, G. parvifolia, 
placez done : 

128.— G. dio'ica. Bl. Bijdr., p. 215. — Christ/. Guttif. hid., 38; — PL et Triana,Mem. Guttif.,1^; —MiquelFl. Ind. Bat. — 1 . 507. Habite 
File de Java ou souvent, on le trouve cultive, dans les provinces de Buitenzorg, Tjandjoer, Batam, etc., sous le nom de Tjoerie. Failles oblongues, 
aigues a la base, lanceolees et subaigues au sommet, peu epaisses. Les fleurs males et femelles sont axillaires ou terminales, group6es, au nombre 
de°3 a 12, au sommet de nodosites ecailleuses. Les sepales de la serie exterieure sont plus petits et carenes dorsalement. Les petales,plus grands et plus 
epais que les sepales, sont quelquefois amincis et denteles sur la marge. Le receptacle, tetragone a la base dans les fleurs males, a une tete hemi- 
spherique recouverte d'un nombre variable d'etamines. II se termine par un rudiment de gynecee ou en estprive. L'ovaire, entoure a sa base de 4 a 
12 etamines, distributes en faisceaux opposes aux sepales, contient de 7 a 10 loges. Son stigmate sessile est partage en lobes plus ou moins distincts. 
II est recouvert de glandes ou longues et peu nombreuses, ou courtes et tres pressees. Le fruit globuleux est sillonne et contient un nombre variable de 
graines. On en compte communement 6 a 8. 

Cette espece est representee a Leyde, par un grand nombre d'echantillons determines par Blume lui-meme. Sous ce nom de G. dioica, on trouve 
dans Fherbier de Blume, il est vrai, d'autres especes telles que : G. lateriflora, G. longi folia, G. salakensis, etc. 
Les variety suivantes ou sous-especes sont, quant au stigmate, bien caracterisees : 

a Cladostigma. Pierre, pi. 90, G. — Feuilles ovales-oblongues ou elliptiques-oblongues, longues de 10 a 13 cent., larges de 5 cent., munies de 
24-32 petites cotes. Elles sont souvent obtuses aux deux extr6mites. Les etamines sont ou solitaires ou le plus souvent placees au nombre de deux 
devantles sepales exterieurs, dans la fleur femelle. L'ovaire est sillonne, contient 10 loges. Le stigmate ne porte de glandes qu'au sommet. Celles-ci, 
tr&s longues, de direction variable, ne sont pas dressees et sont mousses. Cette plante est cultivee dans le jardin botanique de Buitenzorg (Herb. Pierre, 
n°4158). 

s. Trechostigma. Pierre, pi. 89, A et H. — Feuilles etroites, tres lanceolees et aigues. Fleurs nombreuses et petites. Etamines au nombre de 
30 a 45 et meme davantage. Stigmate plus profondeinent decoupe mais a sillons peu distincts garnis d'un nombre considerable de glandes dressees et 
recouvrant presque entierement le sommet de l'ovaire. Celui-ci contient 6 a 9 loges. Fruit globuleux, sillonne. Cultivee dans le jardin botanique de 
Buitenzorg, cette plante est tres bien representee dans Fherbier de Blume, a Leyde. 

PageXXXlI, apres len° 134, G. lateriflora, ajoutez en note : 

Cette espece est representee, dans Fherb. de Blume, a Leyde, par de nombreux ediantillons, provenant des montagnes de Salak et etiquetes soil 
Cladogynos arborescens , soit G. javanica, soit enfin G. lateriflora. Sesnoms indigenes sont manga leuwang et Jawoera ou Tjuri, noms appliques d'ail- 
leurs a des especes bien differentes. Ses fleurs males sont au nombre de 1-3, presque sessiles, a Faisselle des feuilles. Le pedoncule est long envi- 
ron detrois mm. et est tres epais. Ses sepales intefieurs son! denteles etplus grands que ceux de la serie exterieure. Ses petales, dans le bouton, sont 
tres epais, charnus, concaves et plus petits que les sepales. Son receptacle, assez eleve, est tetragone etsoude aux petales, a la base. II est elargi 
et aplati au sommet, et porte 38 etamines sessiles d'Hebradendron. II n'y a pas de rudiment de gynecee. 

Page XXXIII, apres le n° 240, G. calycina, ajoutez : 

G. microcarpa. Pierre.— Habite Borneo vers M ertapoera, dans la province de Bandjermassing (Coll. Korthals dans Fherbier de Leyde). Rame- 
aux tetragoneset greles. Feuilles (longues de 11 a 14 cent, avec une pointe de 15 mm. etun petiole de 5-10 mm ., larges de 3 cent 1/2 a 6 cent.) ovales- 
oblongues ou ovales-elliptiques, obtuses a la base et au sommet, mais a pointe large et longue souvent de 15 a 20 mm. Elles sont peu epaisses. Elles 
contiennent 18 a 20 petites cotes espacees, arrondies sur le bord et ascendantes, peu visibles sur les deux faces. Les fleurs sont inconnues. Les 
fruits murssont axillaires, solitaires ou grouped au nombre de 2-3. Le pedoncule epais, a print' eleve dun millim., porte 4 bractees arrondies et d6- 
cussees a sa base. Les sepales, d'inegale longueur ou]un peu plus petits dans la serie exterieure, forment une cupule a la base ousont connes. Longs 
de 2-3 mm., ils sont ovales et arrondis au sommet ; on compte huit etamines, groupees par deux, en face des s6pales. Le fruit est long de 18 mm. 



- XL - 

et a im diametre de 16 mm. 11 est lisse et recouvert par un stigmate sessile epais, glanduleux et obscurement lobe vers sa marge reflechie. II con- 
tient 1 a 4 graines, longues de5 mm. '/2, exactement conformees comme celles des especes de cette section. Son tegument contient beaucoup de 
gomme-gutte granuliforme. 

Page XXXV, apreslen* 146, G. Rheedii, ajoutez : 

146 bis. — Gc. dsedalanthera.A'mT. — Habite Tile Celebes ou il est connu sous lenom de Mahalemoh (de Vriese,dans leMusee deLeyde: 1852, 
61). Ses rameaux sont legerement tetragones etarrondisal'etat adulte. Ses feuilles (longues de 21 cent., avec un petiole de 15 mm., larges de6cenl.) 
sont oblongues, acuminees et obtuses au sommet, subaigues a la base, epaisses, coriaces et contiennent 36 petites cotes et autant de fausses cotes, 
toutes paralleles, subascendantes, unies pres du bord et 6galement assez elevees sur les deux faces. Les fleurs males, seules connues, sont en petit nom- 
bre, 2 a 3 , au sommet de nodosites ecailleuses. Les pedoncules sont longs de 7 mm . 1 /2 . Les sepales exterieurs (6 mm . 1 / 2 de hauteur sur 5 mm. de larg.) 
sont plus petits que les sepales interieurs (longs de 7 mm. et larg. de 8 mm), lis sont tous epais, concaves et suborbiculaires. Les petales ont la meme 
forme, mais sont unpeu plus epais et un peu plus grands que less6pales. Le receptacle, tres peu preeminent, est tetragone,plan ou convexe au centre 
et porte la un petit rudiment de gynecee, en forme de bouteille, terminee par un col subule. A chacun de ses 4 angles, opposes aux petales, on 
compte un groupe de 8 etamines, a filets tres courts terminees par un connectif fourchu et tronque au sommet de chaque branche. Chacun des 
deux embranchements , de longueur presque egale, de ce connectif charnu , porte une loge multilocell6e d'anthere , diversement contournee. 

Cette espece est e\idemment dela meme section que le G. Rheedii. Cependant ses petales son epais, son receptacle porte un rudiment de gynecee 
(un exemple sur deux analyses) et les branches du connectif de chaque anthere sont presque d'6gale longueur. Les loges de l'anhere sont pres- 
que semblables, tandis qu'elles ont une conformation bien differente dans le G. Rheedii. 

G-. pedicellata. Seeman. FL Viliensis, p. 11. Clusia pedkellataForst. Prod. n° 390 ; — Icon ined., t. 277. — Fleurs axillaires au nom- 
bre de trois. Sepales et p6tales subarrondis. imbriqu^s. Etamines dela fleur male, nombreuses et libres. Antheres biloculaires. Fleurs femelles in- 
connues. Habite la Nouvelle-Cal6donie. 

Je n'ai yu aucun echantillon de cette espece. 

G-. pseudoguttifera. Seem. hi. Vitiensis, p. 11 . — Habite les montagnes de Kadaou (Seemann n° 507). Arbre de 30 a 40 pieds. Sue jaune. 
Feuilles longues de 3-3 pouces 1/2, larges de 2 p. 1/2, avec un petiole long d'un pouce environ, obovees , obtuses ou aigues, coriaces, munies de 
50 nervures, rarement fourchues, tres vein^es sur l'une et 1' autre face. Fleurs et fruits inconnus. 

Seemann rapproche cette espece du G. pedicellata Seem. 

G. timorensis. Span.inLi?maeaXV,p. 178. — Miquel (FL lnd.Bat.l,p. 508) ditennote, sousleG. dieica. BL, qu'ilne sait rien touchant 
cette espece. Elle n'est representee ni dans le mus6e de Leyde ni dans celui d'Utrecht, ni dans ceux de Kew et de Paris. 




JStorck& L.Hugon,Lith. 



A_GARCINIA picrorrHza , Micj. 

B , rostrata.BtK.&HoQk.r 

C , trevirostris Sckeff. 



D_GARC1NIA m^guensis .Wight. 

EE , eugeniaefbliaWall. 

G,H i S arawhensis , Rerr e . 

I sp. 

J i multif lor a . C hamp 




L Pierre 8c E.Delpy, del 



J.Storck & LHugon Lth. 



A .CARC1NIA dryobalanoides , Pier 

B , fulva,. Pierre 

C , _ linearis , Pierre, 

D_ , Hasskarlii , Pierre 



E GARC INIA Binnendijkn, Pierre 

F „ . Treubn , Pierre 

G , Keenaniana, Pierre. 



OCHROCARPUS HARMANDII Pierre 



Habite la region de Bassac. (Docteur Harmand, n° 1072. Herb. Pierre, n° 3308. 

Les rameaux sont ronds. Les feuilles, longuement petiolees, sont oblongucs ou lineaires-oblongues, lanceolees 
et terminees par une pointe large, courte et obtuse, Elles sont larges et cordees a la base, rarement subaigues. 
Areolees a la face superieure, epaisses, coriaces, leur tissu veineux est aussi nettement dessine que les petites cotes. 
I/inflorescence hermaphrodite, naissant aux axes du tronc ou des rameaux, est distribute en deux cymes oppo- 
sees etombellees, composees chacune de 3 a 6 fleurs. Elles sont portees par de longs pedoncules et leurs bou- 
tons sont ovoides. Le calice se dechire le plus rarement en deux valves, plus courtes que les petales. Les exami- 
nes, dont le nombre s'eleve a 80 environ, sont distributes en deux rangees d'egale longueur, et continues ; 
quoique unies a leur extreme base, elles ne sont pas distributes en faisceaux distincts. Elles sont a peine plus 
longues que l'ovaire, apres Fanthese, et leurs antheres fertiles sont plusieurs fois plus courtes que les filets. LV 
vaire biloculaire, globuleux, lisse, est surmonte d'un gros style elargi au sommet, un peu concave au centre, 
et partage sur son bord reflechi en deux lobes stigmatiques distincts. Le jeune fruit est ovale, attenue en haut 
et couronne par le style. II contient quatre loges dont une seule est fertile. 

G'est un petit arbre d'une dizaine de metres. II est entierement glabre. Son Scorce, Spaisse, rouge en dedans, est grisatre et parsemee de verrues 
en dehors. Ses feuilles s6nt longues de 25 a 30 cent., en comprenant un petiole de 2 cent. 1/2 a 3 cent. Elles sont le plus souvent elliptiques-oblongues 
et presque toujours plus larges a la base qu'au sommet. Ses petites cotes, arquees et unies loin de la marge, sont distantes de 10 a 17 mm. Le petiole 
est profondement canalicule et epais de 3 mm. Son inflorescence, nous l'avons dit, est composed de 2 cymes axillaires, separees par un intervalle 
souvent tres notable . Ses fleurs males ne sont pas connues. Les pedoncules sont longs de 26 a 55 mm. et epais de 1-2 mm. Le calice se dechire rare- 
ment en 3-4 lobes. II est multinerv<§, long de 9 a 10 mm., et persiste assez longtemps. Les petales, ^galement multinerves, sont longs de 12-14 mm., 
larges de 6 a 7 mm. , obtus et reflechis. Les filets des famines sont longs de 6 a 7 mm. et les antheres n'ont que 2 mm. de longueur. Leurs loges sont 
oblongues et leur connectif est quelquefois apicule. L'ovaire est surmonte d'un style long de 4 mm. Son stigmale est epais d'un millim. avec un dia- 
metre de 3 mm. 1/2. Ses loges sont separees par une cloison complete. Les deux ovules de chacune d'elles se regarclent par leur raphe et ont le mi- 
cropyle en bas et un peu en dehors. Apres l'anthese, une cloison se forme entre chaque ovule et l'ovaire devient quadriloculaire. Cependant, dans un 
age plusavance\ 3 de ces loges avortent et une seule prend un grand d6veloppement. Le jeune fruit a 18 mm. sur 25 mm. 

Obs. — Cette espece est caracterisee par la grandeur et Tepaisseur de ces feuilles, la largeur de ses pedoncu- 
les et la grosseur de ses fleurs. On remarquera aussi que la base de son limbe est franchement cordee et n'est 
qu'exceptionnellement cuneiforme. 

Toutes les pieces indiennes ont une etroite affinite, r organisation de leur fleur est identique. Mais si la 
plante de Perville (n° 790), recoltee a Madagascar, ne differe pas de celle-ci, decrite par M. Baillon sous le 
nom de O. decipiens, trouvee egalement par Perville (n° 424) dans la meme tie, elle presente des caracteres qui 
font douter qu'elle appartienne au genre Ochrocarpus. Elle aurait des etamines distribuees en petits faisceaux en- 
tourant un rudiment de gynecee central conforme a celui de certains Garcinia. De la le nom de Paragarcinia, 
section proposee par le savant auteur, pour cette espece. Dans TO. africanus, les fleurs hermaphrodites sont 
tres grosses, les petales sont quelquefois au nombre de 8, les fdets des etamines sont unis a leur base en un anneau 
formant cupule a la base de l'ovaire et celui-la contient quelquefois un seul ovule dans chacune de ses loges. 
Dans la fleur male de TO. tinctorius, les petales sont aussi au nombre de 8, et les etamines, formant 4 se- 
ries, sont inserees sur le pourtour d'un receptacle manifestement concave et nu au centre de la fleur. Ce- 
pendant, Tabsence de materiaux d'herbiers suffisants ne permet pas d'etablir maintenant des sections dans ce 
genre encore peu connu. 



EXPLICATION DES FIGURES DE I/OCHROCARPUS HARMAND1I Pierre 

PLANCHE 93 

A. B. C. Rameau, inflorescence et jeunes fruits. 

D. D. Portions de feuilles presentees surles deux faces. 

1 . Fleur hermaphrodite 4-. Les etamines de la face anterieure out ete" enlev6es pour montrer l'ovaire. 

2. An there "-. 

3. Coupe longitudinale d'un jeune bouton -}-. 

4. Ovaire d6chire pour montrer la position des ovules ; b. un ovule grossi. 




JSiocck &. L.Hudon iilh 



O Q H RO C ARP U S H ARM ANDI I , R. 



OCHROCARPUS SIAMENS 



d.T. Anderson. In Journ. Linn. Soc. IX, 20 1 ; Fl. Brit. Incl, 1.270;— 0. nervosus Kurz. Fl. Brit. Burm. 
d.94; — Calysaccion siamense, Miq. in Ann. Mus. Bot. Lugd. Bat. 1.209. 

Annam : cay trail trail ; cay may. — Moi' : djonpie ; So ta be. — Kmer : Soupie. — Siam : Serapie. 

Cette espece est cultivee dans toute llndo-Chine. Elle est spontanee dans les forets du Dong-nai, dans celles 
d'Hatien et du Cambodge occidental. 

Herb. Pierre, n os 520, 774, 36j0, 3631 eU416. 

Son tronc grisatre est recouvert denodosites et ressomble assez a celui du Calophyllum inophyllum. Ses jeunes ra- 
meaux sont a peine tetragones et sont bientot ronds. Ses feuilles, quelquefois verticillees, sont subaigues ou 
arrondies a la base sur les memes rameaux. Elles sont oblongues ou elliptiques-oblongues, lanceolees et termi- 
nees par une pointe assez large et obtuse ; elles sont aussi arrondies ou emarginees. Les fleurs, dans les deux 
sexes, sont ou solitaires ou tres nombreuses et sont groupees sur des nodosites axillaires et ecailleuses. Les 
sepales sont ovales, naviculaires, presque obtus et au nombre de 2-4. Les sepales sont toujours au nombre de 4, 
ils sont elliptiques-oblongs, arrondis ou obtus au sommet, tres nerves. Les etamines sont au nombre de GO a 90, quel- 
quefois moins nombreuses et toujours plus courtes dans la plante femelle. Les filets, plus longs dans la plante male 
que les antheres, sont filiformes ou libres des la base. L'ovaire, biloculaire, devient quelquefois, apres l'anthese. 
quadriloculaire par remission dune fausse cloison entre les deux ovules de chaque loge. II est lisse, globuleux, et 
surmonte d'un gros style aussi long que lui, elargi au sommet, convexe, a bord reflechi et subbilobe, a surface stig- 
matique a peine glanduleuse. Le fruit est monospermy attenue au sommet et couronne par le style. Ses graines 
sont elliptiques ou ovales. 

Cet arbre, de bien humble stature, a 1'etat de culture, atteint,dans nos vieilles forets, 15 a 20 metres, et quelquefois davantage. Sa croissance est bien 
lente. Son tronc, quoique bossele, est neanmoins droit. Son ecorce est rouge en dedans. Son bois, presque aussi lourd que celui du Mesua ferrea, est 
employe, aux memes usages. C'est dire que sa duree est considerable. Aussi est-il tres estime des indigenes, Annamites et Kmers. II s'en faisait autre 
fois une grande exploitation en Chine. Mais cette essence, qui merite d'entrer dans la reconstruction de nos forets, est devenue aujourd'hui 
assez rare. 

Ses jeunes feuilles sontpurpurines. A l'efat adulte, elles sont longues de 4 cent. 1/2 a 18 cent. , en comprenant le petiole dontla longueur est de 5 a 
11 mm. Elles sont larges de 14 mm. a 65 mm. La cote, deprimee en dessus, est tres elevee en dessous. Les petites cotes, arrondies °et unies loin de 
la marge, soul au nombre de 24 a 36. On compte 1 a 3 fausses cotes, moins longues, dans lmtervalle de chacune d'elles. La nervation est reticulee et 
aussi elevee sur les deux faces que les cotes el les fausses cotes. I/inflorescence a lieu aux axes munis ou privesde feuilles. Elle se presente aussi, dans 
la plante femelle principalement, sur toutes les rugosites du tronc. Ses fleurs sont blanches ou jaunatres et tres odorantes. Elles sont portees par des 
pedoncules d'une longueur tres variable. On en voit depuis 5 mm. jusqu'a 28 mm. Le calice se parlage le plus souvent en deux divisions, dont les ner- 
vures sont au nombre de 42 environ. Plus court que les petales, il a de 5 mm. 1/2 a 7 mm. de longueur, tandis que ceux-la out depuis 7 mm. 1/2 a 9 mm. 
de longueur sur 2 mm. 1 /2 a 7 mm. Les filets ont 2 mm. 1,2 a 5 mm. de longueur. Les antheres sont elliptiques ou lineaires-oblongues. Elles sont ba- 
sifixes subintrorses et leur connectif se termine souvent par une tres courte pointe. Le fruit mur est ovale-oblong et a 25 a 30 mm. sur 12 a 24 mm. 
Le pencarpe est assez mince et se mange de raeme quelapartie pulpeuse qui entoure les teguments. Ceux-ci sont tres epais et sont formes de faisceaux 
de fibres losangiques, comme dans les Garcinia. L'embryon remplit toute la cavite des teguments et ne differe pas aussi de celui des Garcinia. Cepen- 
dant, en haut, la gemmule se montre en forme d'un tres petit mamelon, et immediatement sous elle, il y a une cavite bien distincte et hemispherique. 
Dans la germination, quand la gemmule s'allonge, c*est en ce point que parait la seule racine qui nourrira la jeune plante. Au pole oppose, a l'extre- 
mit6 du gros embryon macropode, il n'y a pas de racine primordiale et sterile, comme dans les Garcinia. On observe aussi sur le pourtour et meme 
dans l'epaisseur de la radicule macropode, une ligne de soudure plus ou moins nettement dessinee, donnant l'idee de deux cotvledons plans-convexes 
unis par leur face plane. Cette ligne, plus distincte a la base qu'au sommet, pourrait etre un simple repli de la radicule macropode forme dans sa 
phase de developpement et n'indiquer qu'un mouvement de torsion de ce corps sur lui-meme. On ne peut en effet, l'ovule etant ascendant el par con- 
sequent la radicule de la graine devant etreinfere, supposer que la masse, dite radicule macropode, soit formee de l'union des cotvledons entre eux 
a moins d'admettre egalement l'union intime de celle-ci et de ceux-la. la radicule occupant l'axe de cette masse et pouvant n'emettre qu'une racine' 
st6nle a la base de la graine comme dans les Garcinia. Cetle hypothese. de l'union de la racine et des cotyledons en une masse indistincte, a besoin 
de s'6clairer de l'etude du developpement des jeunes graines. Nous avouons n'avoir jamais vu les pelits cotvledons signales par les auteurs dans le, 
Garcinia et les Ochrocarpus. 

Obs. — Des feuilles a peine plus grandes et plus epaisses, un petiole plus court et plus gros, des fleurs plus grosses, 
sont les traits principaux separant TO. lingifolium de TO. siamense. Ces especes pourraient, je crois, etre reunies' 
mais il est bon de les etudier a l'etat de culture, de meme quo les formes suivantes de l'O. siamense : 

« Odoratissimum. PI. 94 et 93. Feuilles souvent emarginees au sommet. Fleurs munies de pedoncules assez loiwrs, 
etglobuleuses. ° 

tMicrathum. PL 9G. Feuilles souvent lanceolees et obtuses au sommet. Fleurs nombreuses. petites, et a boutons co- 
niques. r 

Rien ne separe TO. nervosus Kurz de l'O. siamense. Par ses feuilles. il entre dans la forme micranthd. L'auteur 
donne pour caractere differentiel des filets plus courts que les antheres dans l'O. nervosus. Je nai vu que des filets 
a pen pres de meme longueur que des antheres. dans Fexamen des fleurs hermaphrodites, seules connues et decrites 
par lui. La meme particularity alien dans l'O. siamense. 



EXPLICATION DES FIGURES DE L'OCHROCARPUS SIAMENSE t. anders. ET DE SES VARIETES 

PLANCHE 94 

A. Rameau florifere de la plante male de la variet6 odoratissimum. Herb. Pierre. 4,520. 

1. Fleur male apres Fan these. 

2. Valve du calice -f- 

3. Petale-f- 

4. Etamines -f-. 

5. Anthere-4-. 

B. Rameau florifere femelle de la meme variete. 

C. Rameau fructifere. 

6. Fleur hermaphrodite : a, b, ovaire ; c, coupe transversale de l'ovaire. 

7. Valve du calice. 

8. Petale et groupe diamines connes a sa base. 

9. Etamine(a), etanthere grossie. 

10. Graine ou on a enleve une portion du tegument. 

1 1 . A, b. Graines privees de tegument, et coupe lougitudinale d'une graine avec t6gument (c). Dans les figures 1 et 1 1 , on a place le sommet des 
graines reconnaissable parleur petit mamelon ou gemmule, en bas. G'est le conlraire qu'il fallait faire. 

12 et 13 Coupes transversales de la radicule macropode. Dans la fig. 12, la ligue qu'on observe sur la tranche est celle dont il est question dans la 
description Elle serait, suivant l'hypothese, un repli de la radicule macropode pendant son developpement de haut en bas. La ligne centrale 
de la fig. 12, est une cavit6 etroite observ6e an centre de la radicule macropode, dont le tissu est forme de grosses cellules gorgees de gomme- 

gutte. 

14 et 15. Jeunes plantes. 

16. A, b, c. Extremites foliaires des jeunes plantes. 



A. Rameau pauciflore de la plante male cultiveea Saigon, de la variete odoratissimum. Herb. Pierr 

B. Rameau de la meme variete cultivee auCambodge (n° 44167). 



Rameaux de la varied micrant/nnn. Celui de droite (Herb. Pierre, n° 1668) represente une plante cultivee dans le jardin botanique de Saigon el 
dont les graines provenaient de Tayninh. Celui de gauche est la plante cultivee a Bien-Hoa. (Herb. Pierre, n« 3650.) 







O CHRO CARPUS S I AME N S E , T. And* 




OCHROCARPUS SIAMENSE, Pierre. 




E.Delpy.dei: 



J Storck 8 L.Hugon,Lith. 



O C :- ' R OC A R P US SiAM E N S E T. Anders 



'-:.■" 



GUTTIFfcRES 

MESUA FERREA Linn 



I). C. Prod. I. 562 ; — Choisy. Guttif. Inde 40; — Planch etTr. Mem. Guttif. 274 ; —Wight. Ic. tab 118 ;— Miquel Fl. Ind. batav. 1.509; - 
T. Anderson in Fl. Brit. hid. 1. 277;- M. speciosa Choisy. Guttif. [nd. 10; — Wight. Ic. 001 ; — M. pedunculata Wight. Ic. t. 119;— M.co- 

romandeliana Wight. Ic. 1 17 ; — BeddomeFl. Sylvat. I. 64 ; — M. Koxlmrghii Wight. III. 127 ; — M. salicina ; — M. Walkeriana et M. pulchella. 
PL a Triana. I. c. 373-379 ; - M. sclerophylla Thw. Enum. 407 ; — M. Nagana Gardn. in Calc. Jour. Nat. Hist. VIII. 4. 

Annam : Vap. 

Hab. __ Cette especc, tres commune et spontanee dans ies forets de la Basse-Cochinchine et du Cambodge, se ren- 
contre egalement dans Flnde peninsulaire, a Ceylan, dans 1' Himalaya oriental, dans la peninsule Malaise et dans pres- 
que toute la Malaisie. {Herb. Pierre, n 09 d eti486). 

Ses feuilles sont assez longuement pctiolees, reflechies, lincaires-oblongues ou oblongues-lanceolees, longuement 
acuminees, subaigues ou arrondies a la base, cpaisses, coriaces, brillantes en dessus, glauques ou reconvenes en des- 
sous dune poussiere cireuseet cendree. Leurspctites cotes sont presque indistinctes. Lesfleurssont terminates ou axil- 
laires et leplus souvent solitaires. Leurs pedoncules sont glabres ou pubescents, plus longs ou plus courts que les pe- 
tioles, sur les memes rameaux. Les sepales, accrescents et persistants, sont orbiculaires, concaves, plus longs dans la 
serie interieure que dans i'externe, cilies et legerement pubescents sur Tune et Fautre face. Les petales persistants sous 
le fruit, du moins dans leur partie inferieure, sont cuneiformes, arrondis au sommet, concaves, multinerves et jau- 
natres. Les etamines, implantees sur un receptacle peu eleve, sont libres et plus courtes que le style apres Fanthese. 
Leurs filets filiformes sont recourbes dans lebouton. Les anthcres sont elliptiques oblongues et leurs deuxlogesoc- 
cupent le pourtour d'un large connectif peu bombe ou a peine proeminent au sommet. L'ovaire, biloculaire, ovale lan- 
ceole, sillonne entre sesloges, se prolonge en un style recourbe dans le'bouton, bilobe au sommet, a stigmateelargi ou 
pelte.Les logessont separees par deuxcloisons ascendantes, libres entre elles et sans adherence avec la paroi de Fo- 
vaire. Les ovules^ au nombre de deux par loge, sont situes presque sur le meme plan, mais alternes^ et se regardent par 
leurs raphes. Leur micropyle est en dehors et en bas. Le fruit, presque uniloculaire, est ovale lanceole, ligneux, coriace 
et dehiscent. II contienti a 4 graines dressees suborbiculaires et comprimees sur un cote. Le tegument est assez epais 
et coriace. Les cotyledons sont dresses, plan convexes. 

Le Mesua fcrrea est un arbre de 20-30 metres. Son tronc est droit ; son ccorce tres mince. Sa tete est pyramidale. Ses rameaux sont tres rappro- 
ches el suns Aire tres gros, peuvent etre avantageusement utilises. Les plus jeuncs sont letragones et portent 2-4 paires de feuilles purpurines dans 
lejeune Age. Olles-ci, en comprenanl le peliolequi varie de 5-10 mm. ont 9 cent. 1/2 a 14 cent, de longueur, sur 18 a 38 mm. de largeur. Le pe- 
doncule a 0-1 2 mm. de longueur. Les deux sepales de la serie exterieure ont 22 mm. en long, et en larg. lis sont valvaires de bonne heure. Les deux 
de la serie interieure ont en larg. et en long. 24-25 mm. lis sont tons epais, multinerves et coriaces. Les petales, au nombre de quatre, ont 35 mm. 
de long, sur 20-25 mm. de larg. Leur pedicule est beaucoup plus epnis que le limbe. Celui-ci se dechire au sommet et devient, apres Fanthese, quel- 
quefois hi fide. Les etamines forment 5-7 series et sont longues de 8 mm. L'ovaire, entierement glabre, de meme que toutes les parties de la fleur, a 
1' exception des sepales, est aussi long que le sl\le. L'uu el l'aulie, out 5 mm. de hauteur. Le fruit entoure a sa base, paries sepales et par la partie 
interieure des petales, est ovale acumine. 11 est couronne par un resle du style. II a 4 cent. 1/2 sur 2 cent. I /2. Son periearpo est ligneux et coriace. 
Ils'ouvreau sommet en 2-4 valves. Ses graines convexes en dehors el depiinires sur ('autre cote, ont 24 mm. de hauteur el 15 mm. de diametre. Le 
tegument assez 6pais, est fibreux el coriace. La radicule est, a la base, lournee de cote et assez petite. 

Obs. — Par son port, son feuillage dense, ses jeunes feuilles purpurines, ses feuilles adultes argentees en dessous. 
par la beaute de ses flcurs et leur odeur agreable, le Mesaa ferrea estcertainement un des arbres les plus remarquables 
connus. Aussi est-il souvent cultive pros des pagodes et des bonzeries, dans Flnde, en Indo-Chine et en Malaisie. Mais 
nulle part, je crois, on le rencontre dans les forets spontanees aussi abondainmentqu'en Basse-Cochinchine. II croit. 
melange a dautres essences, mais le plus souvent, il se prescnte en grandes masses. 

Les gouvernements annamite et cambodgien intcrdiscnt formellement Fexploitation de cette essence, reservee 
pour les constructions publiques. C'est a cela, jc crois, qiFil faut attribuer sa conservation dans des centres ou son 
exploitation est facile, grace aux cours d'eau. Ainsi a Tayninh, a Cay cong, vers les rapides du Dong nai, a nui Dinh, a 
Camchay, etc., il y a encore de tres belles reserves. Cependant, depuis quelques annees, celles-ci sont, par Fabsence 
de surveillance ou par Fabandon dans lequel sont laissees nos forets, activement entamees. Cette essence va done dis- 
paraitre, comme tant d'autres, a moins que bientot on installe en Basse-Cochinchine un regime forestier conforme a 
celui qui existe en Europe. 

Le Mesaa ferrea a une croissance tres lente si on compare celle-ci a celledes Legumineuses et des Dipterocarpees. 
Ainsi le diametre de son tronc (depassant dans les vieux arbres, 60 centim. de diametre) a Fage de 10 ans, est a 
peu pres le tiers de celui d'un Hopea odorata du meme age. Le vap pourrait neanmoins etre associe dans la culture fo- 
restiere a beaucoup de Dipterocarpees, par exemple a Y Hopea ferrea cdychaoda et a presque toutes les especes de 
Shorea, de Vateria et de Vatica. Les Diospyros, le Garcinia Benthami, cay roi, les especes a gutta percha des genres 
Palaquium et Payena peuvent aussi entrer dans le meme amenagement. 

Le Mesua ferrea a un bois presque sans aubier, d'un rouge fonce. II est tres dense, dur, tres lourd et d'une duree 
remarquable. Susceptible d'un beau poli, il peut etre tourne et convient surtout pour le placage. Dans le sud de FAsie, 
il est recherche principalement pour madriers, piliers de pont, colonnes de maison, pour moulin a sucre, etc. On ra- 
conte meme, ce que peut justifier son extreme densite, qu'il servait d'ancre pour les jonques de mer. Dans Flnde, de- 
puis quelques annees, il est tres recherche pour traverses de chemins de fer. 

II est a prevoir qu'un bois d'une telle beaute sera bientot l'objct d'un commerce d'exportation assez impor- 
tant. II est destine aux industries de luxe et sera tres recherche quand il sera mieux connu. 

Le Mesua ferrea est remarquable par les formes tres nombreuses quoique peu tranchees, qu'il affecte, soit dans les 
memes localites, soit dans Fimmense aire geographique qu'il occupe. Ainsi quele ditT. Anderson, loc. cit.,)e ne pense 



pas qu'il soit possible actuellement de les distinguer par des caracteres bien precis. Elles demandent a etre etudiees sur 
de nombreuxmateriaux d'herbier et, surtout, elles exigent l'observation afetat de culture. Les variations les plusfrap- 
pantes tiennent aux dimensions des feuilles ; a leur forme ou aigue ou obtuse a la base ; a la presenceou a ^absence de 
matiere cireuse sur leur face inferieure ; au nombre des pedoncules ; a leurs dimensions ; enfin a la forme du fruit. Je ne 
reconnais done actuellement que deux especes de Mesm, l'esp&ce qui nous occupe et le M. Thwaitesii Planch, et Trean. 
Cette derniere se distingue de Tautre par la dimension de ses feuilles lineaires oblongues et par ses grosses fleurs ses- 

T. Anderson (loc. cit.) decrit aussi, mais avec doute, comme un Mesua, une plante de la collection Griffith, distribute 
par le musee de Kew, sous le no 845 et qu'ii a nommee M. lepidota. II pense qu'elle peut devenir le type d'un genre 
nouveau, devant prendre place entre les Mesua et les Kayea. Cependant, Tinflorescence en grappe du M. lepidota, 
l'absence de cloison dans le fruit, le tegument mince et friable de la graine, les cotyledons plus larges que longs, in- 
diquent une espece de Kayea, devant y former tout au plus une section. Le calice du M. lepidota est peu accrescent, 
mais il ne rest pas plus dans le Kayea nervosa T. Anders; dont nous donnons plus loin une figure. II est vrai que dans le 
Kayea nervosa, d'autres differences existent, assez caracteristiques, pour le distinguer au moins comme section des es- 
peces du meme genre. Ainsi son ovaire contientde 6 a 8 ovules au lieu de 4, et son embryon est forme de deux cotyle- 
dons superposes et non collateraux. 



EXPLICATION DES FIGURES DU MESUA FERREA linn. 

PLANCHE 97 

A. B. Rameaux flori&res. 
C. Rameau fructifere. 

B . Section d'une feuille dont la face inferieure a'ete en partie grattee afin de monlrer, sous la couche epidermique, la disposition de la nerva- 

tion. 

1 . Coupe longitudinale d'un boulon. 

2. «, b, Petales apres l'anthese -J-. 

3 . Ovaire en partie entoure par les etamines. 

4. a, b, An there s 2 i . 

5 . Loge ovarienne ouverte et montrant la position des ovules et les deux cloisons dressees, libres et falciformes, qui separent incomplete- 
mentles loges. 

6. Stigmate. 

7. Diagramme. 

8. Graine. 

9 . La meme, dont le tegument est dechire et ou on voit 1'embryon en position. 
10. Cotyledon et radicule. 




ME SUA FERREA, L. 



GUTTIF&RES 

KAYEA EUGENI^FOLIA pierre 



Hab. — Cette espece habite le nord de la Basse-Cochinchine, dans les provinces de Bien Hoa et de Tayninh. (Herb. 
Pierre, n° 3,640. Collection Bois, n° 100). 

Rameaux grisatres, a peine tetragones. Les feuilles sont oblongues du lineaires-oblongues, subaigues a la base, lan- 
ceolees ou obtuses acuminees, coriaces, glabres, munies de40petites cotes trcs fines, de nervures parallels a celles-ci 
et plus courtes, enfin de veines reticulees nettement dessinees, surtout en dessous. Les fleurs terminales sont disposees, 
an nombre de 3-7 sur de courtes grappes composecs de cymes. Elles sont entierement glabres de meme que toutes les 
parties de la plante. Leurs pedicelles sont courts. Les sepales sont orbiculaircs, concaves, epais et nerves. Les petales 
sont oboves, membraneux, denteles et munis de nervures ascendantes et paralleles.Les etamines, presque entierement 
hbres, torment 5 rangees aussi elevees que la moitie du style.Leurs antheres ont des loges trcs ecartees et separees par 
de larges connectifs glanduleux au sommet. L'ovaire uniloculaire est sillonn6 et contient4 ovules. Le style, recourbe 
avant Fanthese, est fcndu au sommet en 4 petits lobes aigus et stigmatiques. Le fruit est inconnu. 

C'est un arbre de 15-25 metres, dont le diametre du tronc est de 30 a 35 centimetres. Son ecorce est assez mince. Son inflorescence est longue de 
2-4 centim. Ses 4 sepales sont imbriques et decuss6s. Les premiers ont 4 mm. de haut et 4 a 5 mm. de diametre. Les seconds, beaucoup 
plus longs apres l'anthese et moins epais, ont 5 mm. 1/2 a 6 mm. de longueur. lis sont coriaces et multinerves. Les fdets ont 3 mm. 1 /2 de longueur. 
L'ovaire, entierement supere, est forme de 4 carpelles dont deux avortent. Les cloisons atrophias ou nerviformes sont situees parietalement enL les 
4 ovules. Ceux-ci, groupes2 par 2 et opposes par leurs raphes, sont ascendants, anatropes avec le micropyle tourne en bas et en dehors. Cette dispo- 
sition des ovules est la preuve que le plan de construction du gynecee est exactement celui du Mesua. Cependant, ici, deux loges ovariennes avortent 
et les cloisons sont devenues rudimentaires dans les 2 loges fertiles. 

Obs. — On trouve un gynecee a peu pres identique dans presque toutes les especes du genre Kayea. II faut excepter 
\e Kayea nervosa, ou les 4 loges sont souvent fertiles, c'est-a-dire ou Eon compte 6-8 ovules au fond de la cavite 
ovarienne.Dansle/Ta?/m/i^^e^/a (CalophyllumhexapetalumJ. D. Hook), on voitaccidentellement entre les 2 loges 
fertiles, c'est-a-dire entre 4 ovules, 2 petites lames dressees et libres, peu elevees, mais indiquant les 2 cloisons du 
genre Mesua dont nous avons parle plus haut. Une autre particularite existe dans cette espece. Les antheres sont quel- 
quefois bilobees au lieu d'avoir leurs loges disposees sur le pourtour d'un large connectif disco'ide. En somme, on dis- 
tingue les Kayea du genre Mesua par la nervation, l'inflorescence racemiforme, la forme des antheres, le style quadri- 
lobe, 1 ovaire forme primitivement de 4 carpelles dont 2 seulement sont le plus souvent fertiles et ou les cloisons font 
defaut. Parmi les traits communs aux Guttifercs et aux Sapotacees, je remarque que les formes generiques y sont assez 
bien tranchees, quoique les caracteres qui les distinguent soient souvent d'ordre secondaire. 

J ? ai fait Fexamen de 43 Kayea. On peut les ranger dans les 3 sections suivantes : 

I. Eukayea. Calice accrescent. Ovaire a 2 carpelles biovules. Cotyledons collateraux et ascendants. Radicule infere. 
4. K. floribunda Wall ; — 2. K. racemosa Planch ; — 3. K. Beccariana H. Bn. ; — 4. K. Korthalsiana Pierre ; — 5. 

K. eugenieefolia Pierre; — 6. K. macrocarpa Pierre; — 7. K. ferruginea Pierre ; — 8. K. stylosa Thw.; — 9. K. myrti- 
folia. H. Bn. ; — 40. K. philippinensis Planch. ;— 44. K. hexapetala Pierre. 

II. Microcahjx. Calice a peine accrescent. Fruit indehiscent. Cotyledons et radicule d' Eukayea. 
42. K. lepidota Pierre. 

III. Plagioriza. Calice et fruit deMicrocalyx. Ovaire a 4 carpelles biovules. Cotyledons superposes. Radicule laterale. 
13. K. nervosa T. Anders. 

Dans le K. hexapetala. (Coll. Beccari n° 2,464), ainsi que l'a tres bien constate M. J. D. Hooker ( Trans. Linn. 
Soc. XXlll. Walp. Ann. 7. p. 357), les sepales sont au nombre de 4 a 6. Les etamines forment 4 a $ series a peine 
plus courtes que le style, et leurs'antheres sont souvent bilobees. L'ovaire contient 4 ovules dresses et on observe quel- 
quefois, entre chaque paire, 2 petites lames ou un commencement de cloisonnement de la loge. 

Dans le K. Korthalsiana, (Korthals. Borneo. Leyde) on observe les caracteres suivants^ qui etablissent une etroite 
affinite entre cette espece et les K. Beccariana et K. eugeniwfolia : Rameaux greles et presque ronds. Feuilles «4abres 
longues de 46 cent. 4/2, larges de4 a 5 cent. 4/2, avec un petiole de 5 mm., lanceolees ouoblongues-lanceolees, acu- 
minees au sommet et a la base. Les petites cotes, au nombre de 24 a 30, sont peu elevees. Deux a trois nervures plus 
courtes et subparalleles courent dans Tintervalle de celles-ci et sont reliees par un reseau veineux assez prononce sur 
les deux faces du limbe. L'inflorescence, en grappe terminate, comprend 4 a 3 fleurs courtement pedicellees. Les sepales 
de la serie interieure sont un peu plus petits que ceux de la serie exterieure. Les petales (6 mm. 4/2) sont oblongs, 
concaves, munis de 46 nervures obliques et ascendantes. Les etamines sont nettement monadelphesa leur base et sont 
disposees en trois rangees. Les antheres n'ont pas de glandc au sommet du connectif. Le style, presque entier, a un stig- 
mate punctiforme. L'ovaire contient 4 ovules dresses et anatropes. Le fruit est inconnu. 

Le bois du K. eugenioefolia est rose ou rougeatrc, s'approchant beaucoup de celui des Mesua ferrea et Ochrocarpus 
siamensis, sans en avoir pourtant, ni la densite ni la pesanteur. Bien plus facile a travailler, il est employe aux memes 
ouvrages par les indigenes. 

Cette essence, aujourd'hui assez rare sur le marche de Saigon, etait assez commune autrefois dans la region situee 
entre les fleuves de Saigon et du Songbe. Elle est destinee a disparaitre, a moins que des mesures de propagation et de 
conservation lui soient bientdt appliquees. 



EXPLICATION DES FIGURES DU KAYEA EUGENLEFOLIA PIERRE. 

PLANCHE 98 

Rameau florifere. 

Etude de nervation. 

1 . Fleur avant l'anthese -f- • 

3 . Fleur apres l'anthese — r 

3.4. Sepales^-- 

5 . Petale avant l'anthese -f* . 

6. a, b, c. Antheres vues surles deux faces. La glande situee au sommet du connectif manque souvent sur une des faces. 
7 et 8. Jeune ovaire et stigmate. 

9. Ovaire dechire ~- et montrant les ovules en position. 




E.Delpy, del. 



J. Storcl&L.HugoivLith 



KAYEA ETJGENIAEFOLIA, Piei>r € 



GUTTIFERES 



KAYEA FERRUGINEA Pierre 



Hab. — Cette espece habite la province de Tayninh {Herb. Pierre, n° 1050 et 4564). 

Arbre de 8 a 12 metres, a rameaux opposes, presque ronds et grisatres. Les feuilles sont courtement petiolees, 
ovales-oblongues, lanceolees, subaigues an sommet et presque obtuscs ou arronolies a la base. Les petites cotes au 
nombre de 26 a 28, s'unissent assez loin du bord et sont a peine plus grosses que les 2-3 nervures intermediaires et 
paralleles, qui courent dans Fintervalle de chacune d'elles. Ellcs sont reunies par des veines areolees ou reticulees, 
nettement elevees sur Tune et Fautre face du linibe. L'inllorescence a l'etat fructifere est une grappe cymiforme com- 
posed de 3 fruits et n'excedepas 4 a 2 centimetres. Los fruits ont un diametre de 3-4 cent, et 24-28 mm. de hauteur. Le 
pedoncule, long de 8 mm.,est tres epais. Les sepales enveloppent presque entierement le fruit et sont orbiculaires, con- 
caves, epais et coriaces.Lc fruit dont le sommet, couronne par le style persistant, depasse les sepales, est, comme ceux- 
ci, recouvert d'une croute ferrugineuse. 11 contient 1 a 2 graines dressees et est forme d'un pericarpe subligneux peu 
epais. Le tegument est mince et coriace. Les cotyledons sont collateraux plan-convexes, charnus et se recouvrent 
(juelque peu a la peripheric. La radicule assez petite, subglobuleuse, est basilaire. 

Cette espece, dont les fleurs manquent, est assez rare. Elle croit le long des rivieres et forme de petits arbres, 
branchus, d'aspect assez triste. Son tronc atteint a peine 20 a 25 centim. Son bois est rougeatre et assez difficile a 
travailler. Quoique estime, il est peu exploite par les Cambodgiens qui ne Femploient qu'a de menus ouvrages, tels 
que manches d'outils, poteaux de case, etc. 

J'ai longtemps hesite avant de creer cette espece, dont le fruit se rapproche beaucoup de celui du K. floribunda 
Wall. Mais la les petioles sont beaucoup plus longs, les feuilles sont lineaires oblongues et les veines reticulees 
beaucoup moins nombreuses et distinctes. De plus, le calice est beaucoup moins eleve dans le^T. ferruginea et n'en- 
veloppe pas aussi completement le fruit. 

II n'est pas inutile de constater que mes echantillons n os 1050 et 5837 correspondent entierement a un echantillon 
de Kew, determine a tort K. floribunda et pris dans le jardin botanique de Calcutta. Cet echantillon est le n° 4837 H. 
B. C. Xant. pictorlus E. I. C. du catalogue de Wallich. Cet echantillon de Wallich manque malheureusement de 
fleurs et de fruits. 



EXPLICATION DES FIGURES DU KAYEA FERRUG1JSEA Pierre 



Kan ican IVuctifere. 

Etude de nervation des deux faces d'une feuille. 

1. Fruit ou un s6pale a &te enleve. 

1. S('|)ale i'riirtifei'C evlrrieur \u du cute interieur i . 

3. a. b. Scpale fructifere de la s6rie int^rieure \ . 

4. Fruit mur prive de sou enveloppe caliciuale 4 • 

5. Le memo, dont une partie du pericarpe n de enlevee [tour montrer la graine en position. 
(). Autre fruit, dont une partie du pericarpe a e!6 enlevSe pour montrer deux graines dressed 
7. Formes de graines provenant d'un fruit monosperme (a) et d'un fruit disperme b J-. 

8-9. Cotyledons en position eten partie envelopp6s par le tegument. 
10. Cotyledons sepals. 




#y*cc mm 



E Delpy, del. 



J.Storck &L.Hugcm,LitIi 



KAYEA FERRUGINEA, Pierre 



GUTTIFERES 



KAYEA MACROCARPA Pierre 



Habite lcs rives de la riviere de Saigon et de ses affluents jusqu'a la limite des eaux saumatres [Herb. 
Pierre, n° 1050). 

Les rameaux jeunes sont ronds, grisatres et portent de 2 a 5 paires de feuilles. Celles-ci, courtement petiolees, 
oblongues-lanceolees, subaigues au sommet, obtuses ou arrondies a la base, sont minces, coriaces, entierement gla- 
bres. Elles portent de 22 a 24 paires de petites cotes,, comprenant 2 a 3 nervures paralleles, moins longues, dans 
1'intervalle de chacune d'elles, Elles sont reliees par un reseau veineux bien accentue sur Tune et Tautre face du 
limbe. Les fleurs sont inconnues. Le fruit est axillaire, presque sessile, tres gros etpresque hemispherique. Ses sepales 
sont orbiculaires, concaves, epais et coriaces, de meme consistance que le pericarpe. Celui-ci se dechire, au moment 
de la maturite, en 2-3 lanieres souvent indistinctes des sepales. Le tegument est tres mince, sec et tapisse au dedans 
d'un reseau fibreux. Les cotyledons s'etendent plus en diametre qu'en hauteur. lis sont tres epais, plan-convexes et 
s'emboitent un peu vers la marge. La radicule, assez petite, est ronde et tout a fait basilaire. 

Cet arbre n'atteint jamais plus de 6 a 8 metres. Son tronc a un diametre de 8 a 10 centim. Ses feuilles, dont le petiole est de 5 millim., ont 1 2 centim. 
de longueur sur 4 centim. de largeur. Le p^doncule fructifere a 5 millim. de longueur. Les sepales ont 37 millim. en hauteur et en largeur. lis ont, 
de meme que le pericarpe, la consistance de la peau. Le fruit a une hauteur de 1 centim. 1/2 sur 5 centim. 1/2 de diametre. Le tegument est noir 
et non adherent et tres mince. Les cotyledons ont chacun, transversalement, dans le sens de leur apposition, 2 centim. et dans Tautre 4 centim., 
tandis que, en hauteur, ils n'ont que 1 centim. 1/2. 

On voit que si cetteespece,par ses feuilles, offre de grands rapports avec les Kayea ferruginea et Korthalsiana, elle 
en differe bien par l'inflorescence et le fruit. (Test un petit arbre de 6 a 8 metres, dont il ne reste peut-etre actucl- 
lement que fort peu de representants. Les stations riveraines limitees ou il habite, etant peu propres a sa multiplication 
etolTrant toutes les facilites de destruction, il ne tardera pas a disparaitre. D'ailleurs, les petites dimensions de son 
tronc restreignent beaucoup son utilite comme essence forestiere. Son bois est neanmoins estime. II est utilise pour 
chevilles d'embarcation, manches d'outils et autres menus ouvrages. II differe tres peu comme coloration et densite 
des autres Kayea. 



EXPLICATION DES FIGURES DU KAYEA MACROCARPA Pierre 

PLANCHE 100. 

Hameau fructifere. 

Etude de nervation deFune et Tautre face dune section de feuille^- 

1 . Graine ou le t6gument a 6te" en partie enlev<§ pour montrer les cotyledons collateraux et ascendants en position. - 1 ,- 

2. a. b. Cotyledous s6pares. Ils sont quelquefois adherents. A leur base se voit la radicule-|- 

3. Face inte>ieure d'une section de tegument montrantle revetement du reseau fibreux presque en contact avec l'embryon. 




K Delpy de 



KAYEA MACROCARPA.Pien 



CHATEAUROUX 

E ET STEREOTYPY A. MAJEi