Skip to main content

Full text of "Mont-Segur : revista mezadiera de la letradura occitana"

See other formats


7* Armada. 



Febrîer 1' 



MONT-SEGUR 

RIVÎSTA MEZADIERA 
DE LA LETRADURA OCCITANA 

NapolécM F©yrat : La Fête Nationale de 
rOccitanio. — «Jousè Loubet : Dedicacioun 
(Lan Eiseniplari di « Rose que saunon ». — An- 
tanin F<prb«:sc : Lo Trahidor. — ifcaoul La- 
fageto: Auzels Gantai res. — Frosptu» Estien: 
A moii Àiïiig Raol Lalàgeta. — - •ïuli -Azéma : 
Durandal. — Louis Funèu : La Dardeno d'Ar- 
gent. — Arsène ¥ei»iâienouzê : A Na Mario 
Laforgo-de Rivières. — Louis A si rue ; A l'A 
mi Prous])èr Estiéu. — F. K. : Ai jove Enric 
Aribaud. — tJan Doc A-n-un Ma (content. — 
NovdUm:W ots de Frédéric Mistral;— Los Mestres 
d'Escola biarnezes o la Lenga d'Oc. — «J. Lliept: 
Compte reiiûti des Conférences pédagogiques 
de la ^ Circonscription primaire de Fan, etc. 



RËDÀCOION Ë A DM IN I STB A G î ON % 

RENHES-LO-VASTEL (AUDE 




Mont-Se< 



Revis ta mezadiera de la Letradura ocçitana 
Ilirectors «fan Doc 

A RENNES- LO-GASTEL (AUBE) 

ABONAMENT: — 3 fr 50 PER AN 

-c^- — o— e — o 

ASSABERS 

Mon t-Segur publica mezadieramen t bordai 1 s 
1 prozas. de tots los bons felibres d'Occitanio, 
quai que sia lo dialecte emplegad. 

— Mandar à la Direccion, abant lo lO de! mes 
ios manescriuts que debran pareisser dins lo N° 
del mes seguent. 

— Los manescriuts son pas renduds e nostris 
eollaboradors son responsables de las ideas que 
defendon. 

—Mètre un timbre de 15 centimes dins las le- 
tras que demandan una responsa. 

— Gonsideram corn Abonads à nostra Revis- 
la tots los felibres alsquals la fazem parveher e 
que la refuzan pas à la Posta. Los pregam do 
nos mantener lor bona ajuda e lor mandam pec 
aco nostre merces coral. 

— ' Lo eost de tôt Abonamç.nt que fazem recofirar 
per la Posta, aprep lo segond Numéro d'en&aj, 
es aumentad de 0 f r 50 pels fraisses. 



L'abondé de copia nos forsa à remandar àl 
mes que ven la se guida de nostre Noveîwn. 



LA FÊTE NATIONALE 

DE L'OGCITANIE 



... Il faut une fête eommémorative qui ratta- 
che le présent au passé. Si Richard est le héros 
légendaire, si Toulouse est la capitale histori- 
que, Mont-Ségur est le Capduelh, le Capitale sau- 
vage ; Mont-Ségur est la forteresse, le sanctuaire 
et le sépulcre de la patrie occitanienne. L'Aqui- 
taine inaugurera sa Renaissance par un pèleri- 
nage solennel sur le Thahor pyrénéen. Elleycon- 
voquera toutes les tribus romanes : la Lombardie, 
la Ligurie, Venise, Barcelone, Valence, Alicante^ 
les Baléares. Sur les ruines de Mont-Ségur, nous 
évoquerons Famé de la nationalité cantabre. Nous 
murmurerons les noms vénérés de Ramon-Ro- 
ger et de Roger-Bernard, champions de l'Esprit; 
d'Eselarmonde, Farchidiaconesse; de Guilhabert 

MONT-SEGUR — 7a Armada — No 2 — Febrier 1902 



18 



Mont-Segur 



de Castres , le saint patriarche ; de Ramon de 
Peyréla, le pieux chevalier; de Guide Saint-An- 
dréo, le savant légiste: de Bertran de la Baoca- 
laria, le puissant ingénieur, et de deux cents 
héros, veuves, vierges, mères, enfants, vieillards, 
morts avec amour sur un bûcher, bûcher colos- 
sal qui fume sur le Thahor au siècle des siècles. 
La chute de Mont-Ségur doit être pour les A- 
quilains ce qu'est pour les Juifs la ruine de Jé- 
rusalem : l'objet d'une commémoration funèbre, 
filiale, nationale, perpétuelle, éternelle . «Jéru- 
salem, si je t'oublie, que ma droite s'oublie elle- 
même! Que ma langue s'attache à mon palais, 
si je ne me souviens de toi, si je ne fais de toi 
le continuel sujet de mes cantiques et de mes 
gémissements », chante le Psalmiste de l'Exil! 

NAPOLÉON PEYRAT 

( Les Pyrénées, Préf. p. XV) 



Mont-Segur 



19 



DEDICAGIOUN 

irUN EISEMPLARI DI « ROSO QUE SAUNON » 

A-n-Antounin Perbosc 

De Lëngad'ô, de Prouvènço, 
Pour tan mémo flamo au cor! 
Vèngue la santo partènço, 
Oh! Dieu sanl! quête estrambord! 

En Perbosc, tu que las florin 
Canto, o valent Majourau! 
Qu'es tèms que sus li tafori 
Segnoureje noste rau! 

Dùu sang de l'Escoutelado 
Soun roujo mi roso-fiour; 
D'aquéu sang, bon eambarado. 
Es tencha toun aurifiour. 

Ganto. Perbosc, bèu troubaire, 
D'inné pèr la Liber ta! 
'Mé la destrau de moun paire Ç) 
Me gandisse à toun cousta! 

JOUSÈ LOUBET 

(!) Moun paire èro un eoumpagnoun fustiè. 



20 



Mont-Segur 



LO TRAHIDOR 

A Lois Funel 

I 

Los trobadors de la terra d'Ooeitania, 
De lor cros arborats, front sorn e cor patant, 
Van trebar los ai rai s ont visqueron cantant, 
Locs de gloria, de dôl, d'amor e d'agonia. 

Entec de pauretat, lustre de baronia: 
Tôt aco 's avalit dins lo passât lontan; 
Mas los bels cantadors sabon iar, com autan, 
Lo drecliurier eseart d'onor à felonia. 

Una ombra, sollevant la grand' lauza d'un camp, 
Agacha, tram la ncch, passai- l'ombrai acamp: 
Es Folquet, qu'esta aqui, sol com bestia galoza. 

Bertran de Boni fa 'n sinne à Peire Cardinal... 
Ej falb, livenc, l'orresc trahidor de Toloza 
Dins mila usclals a vist l'escumenje eternal! 



Mont-Segur 21 



LE TRAITRE 

A Louis Funel 

I 

Los trobadors de la terro d'Occitanie, sortis 
de leurs tombes. Iront sombre et cœur battant, 
vont errer aux lieux où ils vécurent chantant, — 
lieux de gloire, de deuil, d'amour et d'agonie. 

Tare de pauvreté, lustre de noblesse: tout 
cela est évanoui dans le passé lointain; mais les 
beaux poètes savent, comme jadis, faire la jus- 
te différence entre honneur et félonie. 

Une ombre, soulevant la grande pierre d'un 
champ, regarde, dans la nuit, passer rassemblée 
ombrale: c'est Foulque! qui est là, seul comme 
une bête galeuse. 

Bertrand de Boni fait un signe à Pierre Car- 
dinal... et, pâle, livide, l'horrible traître qui li- 
vra Toulouse dans mille regards de feu a vu F ex- 
communication éternelle! 



22 



Mont-Segur 



II 

Gapussa, espatarrât, raorre mut, jos sa lauza. 
Sosca à las rionas qu'atizisqueron sos bordons 
Ë dont ajet, jovent, àgradius gazardons. 
Àl temps qu'à la Mala Obra abia sa vida clauza. 

A! com far un tal sosc son cap infernal auza ? 
Las qu'ajeron antan, jos lors bels sons redonds, 
Noble cor pa trial per el aurian perdons? 
N'es pas renegadors que lor blozetat lauza ! 

Lor amor, immortal, ara torna florir 

Per ondrar los vâlents que sapieron morir, 

Sens aber en fais pas agut Pâma ensanhada . 

Folquet, sentis cajar sus ton pitre e ton suc 
Quicom mai que lo tamp de la tomba pe^uc: 
L'Azir de tôt un Pople es sus tu, carraunhada ! 

AN TON IN PERBOSG 
( La Canson Reirala ) 



Mont-Segur 



23 



II 

Il retombe, vautré, muet, sous sa pierre. Il 
songe aux clames qui écoutèrent ses vers et dont 
il eut, en sa jeunesse, agréables guerdons, au 
temps où sa vie était close à la Maie Œuvre. 

Ah! comment son esprit infernal ose-t-il faire 
un tel songe? Celles qui eurent jadis, sous leurs 
beaux seins fermes, un noble cœur patriai au- 
raient pour lui des pardons? Ce n'est pas vers 
des renégats que monte le los de leur pureté! 

Lcui amour, immortel, maintenant refleurit 
pour honorer les vaillants qui surent mourir, 
sans avoir eu ' l'âme embourbée en les faux 
chemins. 

Foulquët, sens peser sur ta poitrine et surta» 
tète quelque chose de plus lourd que la pierre* 
qui ferme ta tombe: la Haine de tout un Peuple 
es' sur toi* ô charogne! 



24- 



Mont-Segur 



AUZELS GANTAIR.ES 

A moun Amig Prosper Estieit 

Beuros lait de m'auzi canta 
Amb la boudègo dcl campestre; 
Mes cadun es so que pod estre: 
Le Cers bufo pas coum FAuta. 

Beni de Ion h, bau m'amoiu-ta; 
Moun cami fario pou al mestre; 
Cantal re qu'ai saludad Mestre, 
Es aco que te cal gaita. 

Le parla d'Oc es, coum las ortos, 
Pie de rosos e de cantortos, 
E vC teni qu'un menud arpad... 

Soun, per pla canta dins ta lengo. 
Dempei trop de neus despoupad; 
Mes la pinto aimo la melhengo! 

RAOUL LAFAGETO 

Fouich, le 19 Décembre 1902 



Mont-Segur 



OISEAUX CHANTEURS 

A mon Ami Prosper Eslieu 

Tu boirais du lait do m'entendre chanter avec 
la cornemuse champêtre; mais chacun est ce 
qu'il peut être: le Cors lie souffle pas comme 
l'Autan. 

Je viens de loin, je vais m'êleindre; le chemin 
([lie j'ai parcouru ferait peur au mètre; chanteur 
dont j'ai salue la maîtrise, c'est cela qu'il te faut 
regarder. 

Le parler d'Oc est, comme les jardins, plein 
de roses et de violettes, et je n'en tiens qu'une 
mince poignée... 

Je suis, pour bien chanter dans ta langue, de- 
puis trop de neiges sevré; mais le chardonneret 
aime la mésange ! 

Raoul LAFAGETTE 
Foiœ, 19 Décembre 1901 



26 



Mont-Segur 



A MON AMIG RAOL LAFAGETA 
LO GRAND CANTAIRE DE LAS PI RENE A b r 

0 Mestre, qu'es Tu fan de ton païs natal 

Que cantas belament deinpuei ton primier atge, 

Malgrat ton fier engenh, inalgrat ton grand Obrat- 

( 

Mancaba un rai de gloria à ton nom i ni mort d. 

Mas, abant d'acabar de decendre V costal 
De la Vida, as volgut te brembar lo lengatge 
Que parîabas, al temps lentan qu'eras mainatge, 
E i a 'n felibro non jots lo cet ponental., 

Qu'acrins pireneans de la terra ariegeza 
Carguen mantel de gaucli! Nostra lenga pagc/a 
Al cor de Lafageta a mes un reviscol ! 

E s'endormigue un pauc ma dolor lancejanta! 
Dins Foicli, F Estel la sauta aura son Capiscol, 
E l'ombra de Fores sera 'nflns clarejanta! 

PROSPER ESTIEU 

27 de Décembre 1901 



Mont-Segur 



27 



A MON AMI RAOUL LAFAGETÏE 
LE GRAND POÈTE DES PYRÉNÉES 

0 Maître, qui es l'orgueil de ton pays natal 
que tu chantes magnifiquement depuis ton pre- 
mier âge, malgré ton fier génie, malgré ton 
grand Œuvre, un rayon de gloire manquait à 
ton nom immorte!. 

Mais, avant d'achever de descendre le coteau 
de la Vie, tu as voulu te rappeller le langage 
que tu parlais, au temps lointain où tu étais en- 
fant, et il y a un nouveau felibre sous le ciel 
d'Occident. 

Que les pics pyrénéens de la terre ariégeoise 
se vêtent d'un manteau de joie! Notre langue 
rustique au cœur de Lafagette a mis un réconfort! 

Et s'endorme un peu ma douleur lancinante ! 
Dans Foix, l'Étoile sainte aura son GapiscoL et 
l'ombre de Fourès sera enfin radieuse! 



28 



Mont-Segur 



DURANDAL 

Per L. -Xavier de Ricard 

Jots un casse, Roland bufa dins Tolifan. 
Puei, moront. delaissad, perdent tota esperensa,, 
Dits, los visions virads ves la tant dossa Fransa: 
«Mos companhs,01ivier,Naimes ? de qu'es que fan? 

Ara, sus Durandal plora com un enfant. 
Dels qu'ami) ela a matads li ven la remembra usa. 
— Durandal! coneirias novels jorns d'allegransa, 
Al punh d'un rei maurel que farias triomfant? 

No! puleu te copar! — E, sus la roca fosca, 
Tusta, furïos. Mas l'espaza, sens cap d'osca, 
Coin un glavi d'arcange a despartit lo roc... 

0 Praires, paladins de las au'as ideas, 
Nos ans, per Durandal abem la Lenga d'Oc 
Que durbis un camin demest las Pireneas! 

JULI AZEMA 

(La Gloria d'Antan) 



Mont-Segur 



29 



LA DARDENO D'ARGENT 

Pèr Antoitnin Perbosé 

Lou pacan garachavo, en baguant la coudéno, 
E triavo do graine emé sa rudo man, 
Quouro soun magau largo uno blanco dardeno 
Qu'a lou marc enlaura d'un viei César roumân. 

Au sage, membrane Veio, Capo e Fideno 
Goumençant milanto an de guerro, lou coumahd 
Sus l'Univers carga de soulidoei cadeno 
E l'Empèri engruna pèr de barbet german, 

Au savent, moustrarié lou noum de l'Emperaire: 
Pertinas, que, premier dei estrange terraire, 
À Roumo, pèr regnar, fburnissè nôstre sou. 

Mai lou simplas noun penso en estœi tablaturo; 

Agaeho lou metau, luego de Teseritiro, 

E si dis : — Es d'argènt; n-en tirarai vint sôu.... 

Vèneo LOUIS FUNPU 



A NÀ MARIO LAFORGO-DE RIYIEROS 



Per soun Mariclag.e 

Al found de moun pahis do castahhoe de trulb. 
Omit, dcl mi (H deis abets ramnts e blancs do nèu, 
L'agio negro s'aubouro e moiinto jusqu'al cèu, 
Ount loûs loups bourruts an dons lums d'or dins 

( la tllfo; 

Al found de ma mountanho, ount lou grand Ecir 
M'arribo qu'en aval, al pahis del soulèu, ( bufo, 
La fllho d'un Sendic se maridara lèu 
Âmb un mascle d'amo valento e de pèl rufo, 

Amb un que la mari no a fach de brounze dur 
E que, per soun Image antic e guerrejaire, 
Del drapèu naciounau sera boun aparairê. 

En Peire, Na Mario, aquo 's de tout soun cur 
Que lou viol Majourau de l'Auvernho vous crido; 
Amour, glorio, sautât, bounur e louiigo vido' 

A. VERMENOUZE 



Mont-Sogur 



A L'AMI PROUSPER ESTIÉU 

Après Ion Terraient, pouènio pivelairc, 
E li Borclon pcegan, 
Mirau di vièi gigant, 

Dins la terro biblico, o bel escrinoelaire, 
Pastes de meclaioun 

Enlumina de sang, do bais e de raioun, 

LOUIS ASTRUC 

Marsilia, 19 de Juin 1901 



PEL JOVE E MIRARILHOS 
ENRIG ARIRAUD 

Tornatz espelir, bels jorns occitans! 

Lo Miejorn es plus terra encabestrada: — 

Ai auzit tindar una vox astrada. 

Ai un grand joglar que n'a. que sept ans! 

PROSPER ESTIEU 

15 de Décembre 1901 




BOLEGADISSA 

A-ii-un Maicontent. — Abem recebut los 
régas seguentas, crun felibre que. per nei, mcn- 
sonarem 'pas : 

« ...Laissez-moi espérer que votre Revue ne 
donnera plus de morceaux qui puissent consis- 
ter les croyants. Je suis l'écho de plusieurs, — 
et non des moindres — en vous demandant de 
faire œuvre d'union et non de combat. C'est no- 
tre idéal souverain. — X. » 

Per ara, abem qu'aisso à respondre à-n-aquel 
felibre e als dont se dis lo resson: 

Quora Mont-Sëgtir a publicat qnicom contra 
las crezensas religidzas e qualas son las pajas 
encriminadas ? 

Quand lo felibre que se planh nos aura rcs- 
pondut publicament, veirem quai deura faire 
son mea culpa... 

En a tendent , crezem que, dusqifara, Mont- 
Segur a seguit la bona rega e a trabalhat *utila~ 
ment per la Cauza. 

Se, jots lo cobert d'union, nostre correspon- 
dent vol que tanquem la boca à nostris amigs, 
que mentiguem à nostre titol en faisant o en re~ 
negant l'Istoria e diguein oc quand pensam no, 
podrem jamai lo contentai*. 

Se, al contrari, vol quicom que se pogue e que 
se debe\ saurcm li mostrar que nostre « idéal 
sobeiran » es tabe l'union, mas l'union sens Pab- 
dicacion, l'union dins la libertat. 

La parauia es al felibre malcontent. 

JAN DOC 



F. Porriay, empr.-geranta, à, Renhes-lo-Castel (Aude) 



NOVELUM 



Vots de Frédéric Mistral. — Lo Mestro 
\ en de mandar aicestis vots encoradors al ma- 
jorai Prosper Estieu : 

Maiano-en-Proiwènço, 17 de Janvié 1902 

Que tis ivèr, moun bèl Estiéu, 

Prouspèrùn tôuti en estiéu: 

Un Prouvènçctu que sèmpre es tiéu! 

F. MISTRAL 
Los Mestres d'Eseoia bianaezes e la Len- 
ija crOc. — Mont-Segur es uroz de poder pu- 
blicar aici-jots e in-extenso lo Rapôrt oficiaî 
de las darderas conferensas peclagogicas de la 
2* circonscripciôn de Pau. (Ëspector primarî : 
M. Bancal ). 

Onor als Mestres d'Escolà biarnezes que lors 
contraires de tots los terradors occitans debrian 
seguir! J. D. 

Compte-rendu des Conférences pédagc~ 
piques d'hiver 1901. ( 2 e circonscription de 
Pau.) — Extrait du Bulletin départemental de 
rinstruction primaire des Basses-Pyrénées (Jan- 
vier 1902), 



Sujet. — <:< Est-îl désirable et possible de faire 
au béarnais une place dans renseignement pri- 
maire? — Dans l'affirmative quelle serait œtio 
place? 

Gomment et dans quelle mesure peut-on em- 
ployer la langue populaire dans l'étude delà 
langue française et, en particulier, au point de 
vue du vocabulaire , de la grammaire et de la 
rédaction?* 

Réponse à la première question. — L'art pé- 
dagogique comporte deux principes élémentai- 
res; conditions de succès : 1° aller de connu à 
l'inconnu; 2° procéder par comparaison. 

En utilisant ce que l'enfant a appris chez lui, 
c'est-à-dire le béarnais,on pourra plus facilement 
lui apprendre ce qu'il ne sait pas, c'est-à-dire 
le français. 

Le procédé d'étude par comparaison de deux 
langues est d'un secours efficace, et la comparai- 
son est ici très possible, car la Langue béarnai- 
se a de grands points de ressemblance avec la 
langue française: elles ont Un grand fonds com- 
mun à cause de leur origine commune. Seul, le 
climat qui fait les races, les modifia; la langue 
française se développant dans le Nord resta 
correcte, belle, mais froide; l'autre, sa sœur, la 
béarnaise, plus méridionale, plus ensoleillée , 
fi plis des tours plus harmonieux; elle est plus 



jloxihle et plus chantante. ( Lou sourelh la fày 

i'çanUvs y 

.Elle n toujours dans le langage ordinaire Té 
qui valent du francais;ellea même plus: des aug- 
mentatifs, des diminutifs, des nuances parfois 
très délicates, une mélodie inconnue à la lan- 
■ guë française et qui fait dire à Montaigne: « Où 
le françois iu peut, que le gascon y aille. » 
• Puisque nous avons en béarnais les équiva- 
lents des mots français, servons-nous de cette 
propriété précieuse; s:jyons pôlagogiqucs — si 
on peu ? . dire ainsi; servons-nous du béarnais con- 
nu polir arriver au but qui nous préoccupe. 

Toits les maîtres conviennent qu'ils procèdent 
ainsi avec les débutants, et qu'ils ne sauraient 
(aire autrement. La réponse à la première ques- 
tion est affirmative. 

Quelle serait cette place ? — Il ne peut être 
question de faire, à l'école primaire, une étude 
spéciale du béarnais ; il ne sera jamais consi- 
déré comme une fin à atteindre; il demeurera 
un moyen pour l'étude de la langue française. 

Si Temp oi en est utile avec les commençants, 
il pourrait rendre, en outre, de grands services 
au point de vue du vocabulaire , de la gram- 
maire et de a rédaction. Examinons comment. 

Vocabulaire. — Les mois français ont leurs é- 
quivalents béarnais, tantôt d'une ressemblante 



frappante avep eux, tantôt revêtant des formes 
assez différentes, auquel cas le procédé par com- 
paraison produit d'étonnants résultats pour la 
compréhension du mot français . Dans tous les 
cas, on groupe autour du mot béarnais tous ceux 
de sa famille, on cherche les équivalents fran- 
çais; on procède de même pour les homonymes, 
les synonymes... Le travail n'est pas sans attrait. 

Souvent le mot béarnais peut rendre de réels 
services pour la définition d'un mot français par 
la racine que le mot béarnais fournit. Ainsi, cap 
(tête) donne la racine de capitaine, capitale, ca- 
pe, décapiter, capitation, chapeau, chapelle. Le 
mot «campane» donne ((campanule, campanile,» 
etc. Ôn trouverait des exemples à l'infini. 

Grammaire. — Le béarnais fournit d'utiles 
remarques. L'orthographe des noms, des adjec- 
tifs, des pronoms, verbes, participes, est souvent 
facilitée par des rapprochements. (Voirla gram- 
maire Lespy et les ouvrages de Sylvain Lacoste. ) 

Étude de la langue: Rédaction. — Il vaut 
mieux connaître plusieurs langues qu'une seu- 
le; on est mieux outillé pour exprimer la nuan- 
ce de la pensée et du sentiment; c'est ce qui 
fait dire à Michel Bréal : ((Loin de nuire à l'étu- 
de du français, le dialecte local en est le plus 
utile auxiliaire. » Un morceau de lecture, une 
page de récitation -présentent, parfois des passa- 



ges difficiles. La traduction on béarnais mon- 
trera tout de suite si le sens a été bien interpré- 
té. La traduction de textes béarnais développe- 
rait l'esprit, affermirait le goût dans le choix 
des expressions, donnerait abondance d'idées. 
On objectera que trop souvent les enfants com- 
mettent des fautes parce qu'ils traduisent litté- 
ralement en français leur langue maternelle. La 
méthode de comparaison résout la difficulté à bref 
délai et permet d'écarter les béarnismes et les 
gasconismes des devoirs des écoliers. Les vœux 
suivants ont été émis : 

1° Suppression ou, tout au moins, modifica- 
tion de l'art. d5 du règlement de manière à per- 
mettre l'usage du béarnais comme est permis l'u- 
sage du basque en pays basque; 

2° Que les bibliothèques scolaires puissent s'en- 
richir d'œuvres béarnaises; 

3° Que des mélodies béarnaises puissent être 
chantées dans les écoles ; 

4 e Que dans les lectures du samedi , on puisse 
exceptionnellement présenter des morceaux é- 
crits en langue béarnaise ; 

L'étude du français y gagnerait et nous sau- 
verions notre beau dialecte local riche de fran- 
chise et de sentiment, «parler beau, sec, militai- 
re, nerveux » — comme disait Montaigne — du 
danger qu'il court de s'abâtardir en un vilain 
patois. — Le Rapporteur général: J. LHEPT, 



BIBLIOTECA OCCITANA 

DE 

«MONT-SEGUR» 

A BENNES- LO-CA S TEL (AUDE) 



Moïit-Segur, Rcvista mezadicra do la Lotru 
duraoccitana, ( Annadas: 1890, 1897, 1898, 1899, 
.1900 e 1901 reûnidas en un vol. in-S* ): 15 IV. » 

PROSPER ESTIEU 

Lon Terraclou, sonets lengadocians, ai» 
Lraduccion franccza dret-à-dret. (PreiVicia per 
A. Perbosc. ) ia-S° XII-300 p.p. ( 1895 ): 0 fr..-.» 

Bordons Pagans, sonets en lenga d\k\ ani 
traduction franceza.( 1899 ): 1 fr.50 

Bordoiis Biblics, sonets en lenga d'Or, am 
iraduccion franccza. ( 1901 ): 1 fr.5() 

ANTON IN PERBOSC 

Remembransa, poème en lenga d\)e, a m 
traduction franccza. (1902 ) 1 fr. » 



Fr Poniity, etnpr.-ge vanta, à Rennes fc lo«- Ca s tel (Aude)